Soutenez le forum !
1234
Partagez

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe


Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe Empty
Sam 15 Juin 2019 - 22:09




RETROUVAILLES FRATERNELLES
Kaminari no Kuni Pays de la Foudre

Ce fût un long voyage que j’avais fait, allant d’un bout du monde connu à un autre. Je n’avais pas voyagé sans raisons, je venais rencontré ma chère soeur d’une autre mère, Tomoe. Nous avions tant à nous dire même si cela ne faisait pas si longtemps que ça que nous nous étions pas vu. Une affaire de plusieurs semaines, mais pourtant il s’est passé tellement de chose qu’on pourrait croire que cela remonte à bien plus loin. Entre temps, j’ai beaucoup changé, que ce soit psychologiquement ou physiquement. J’étais devenu plus adulte, une autre personne et je pense que cela pourrait étonner la brune à l’argile explosif. A-t-elle changé également ? Je peux facilement y croire à la lecture de sa lettre que j’ai emporté avec moi, il semblerait qu’elle a vécu une guerre pendant que je menais une bataille. Elle a réussi une partie de ses desseins en participant à la destruction d’un des villages cachés et c’est avec le coeur rempli de fierté que je passe les frontières de Kaminari. C’est seulement à ce moment que je décide d’enfin brûler les mots de Tomoe comme elle me l’avait demandé.

Mon voyage n’est pourtant pas terminé, n’étant jamais aller à Kumo, je ne sais que par les descriptions et les cartes son ancienne position. Cité appartenant maintenant au fameux Teikoku, je pense que je vais pouvoir trouver assez rapidement ma destination en cherchant des chakras autour de moi ou même en demandant aux gens que je vais croiser. Suffit de regarder la mine des gens que je croiserais, soit je verrais des personnes dépités ou des personnes heureuses, les perdants ou les victorieux.

C’est après plusieurs jours de marche que je tombe sur des personnes qui m’interpellent. Se demandant qui je suis et ce que je fais là. Ils ont l’air de vouloir découvrir si je suis un ancien Kumojin ou non. Je vais donc devoir prendre les devants et leur faire comprendre pourquoi je suis ici.

« Messieurs, je suis Tanuki-tsuki et j’ai rendez-vous avec une de votre Lieutenante, Chôkoku Tomoe. J’imagine que vous êtes bien du Teikoku. »

C’est par l’affirmative qu’ils répondent et décident de mener le chemin vers le lieu où je pourrais trouver la fameuse Explosive. C’est avec méfiance que je décide de les suivre tout en restant aux aguets au cas où ils décideraient de vouloir faire les malins. Avec le temps, j’ai appris à me méfier de tout et tout le monde.

C’est sur un champs de ruine que j’arrive, on peut clairement voir qu’une bataille avait été mené ici il n’y a pas longtemps, on me demande d’attendre à l’entrée le temps qu’ils vérifient que Tomoe m’avait bel et bien fait demandé. Je patiente alors calmement, attendant le moindre signe de celle qui est la plus importante à mes yeux depuis quelques temps. J’avais même prévenu la nouvelle cheffe de Tsukimono que si elle osait s’en prendre à elle, je me mettrais sur leur chemin, preuve que ma relation avec la Chôkoku est bien plus importante qu’une organisation morte dans l’oeuf.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4840-asaana-ko-un-enfant-du-desert-termine#37639

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe Empty
Dim 16 Juin 2019 - 0:18
RETROUVAILLES FRATERNELLES
Asaara Kô & Chôkoku Tomoe
Une journée bien trop banale lorsque Tomoe s’était enfin décidée à lire quelques rapports concernant les différents états des lieux que de braves Teikokujins s’étaient embêtés à faire. Elle-même avait mis la main à la patte en allant de ses propres yeux constater des dégâts sur la raffinerie. Le village caché des nuages avait à essuyer de bonnes réparations qui seraient assurément couteuse pour le fameux régent destiné à prendre la tête de Kumo ou bien pour l’Empereur lui-même.

Mais alors que l’esprit de la brune était complètement penché sur ses lectures, un imbécile sembla s’entêter à coup de phalanges sur la porte qui enfermait encore la Lieutenante. Elle avait d’abord fit mine de ne pas entendre, puis de se faire passer pour absente mais plus les coups étaient destinés à se faire entendre, plus la patience de l’impatiente fut mise à mal et… « Personne n’a donc bien mieux à faire que de me déranger ?! » Ouvra-t-elle joyeusement à l’encontre de ce soldat qui ne sembla plus savoir où se mettre. Encore une fois, l’Explosive n’était pas l’Explosive pour rien. Mais les bégaiements de l’individu ne furent pas vains lorsqu’une dénomination seule avait réussi à fermer le caquet braillard de Tomoe. Sans aucune réponse, elle ne prit même pas la peine de fermer la porte derrière elle que la jeune femme se précipita hors de la bâtisse en travaux pour foncer hors des remparts du village annexé.

. . .

Ce fut après quinze bonnes minutes que la Lieutenante s’était pointée, essoufflée, au lieu-dit. Au beau milieu de nulle part, au sein de Kaminari, à mi-chemin pour Kumo, car le soldat resté avec le fameux Tanuki-Tsuki avait jugé préférable de ne pas conduire l’étranger au sein de la ville en pleine réhabilitation.

« C’est pas vrai… » Souffla d’abord Tomoe alors que son visage, au loin, était visible par son camarade, l’unique partenaire pour lequel la Chôkoku portait une véritable considération jusqu’à présent. L’observant sur les derniers mètres qui les séparaient, la Hannya-Tsuki ne put retenir un rire amusé de le voir… Si changé. Quant à lui, Kô aurait sûrement pu remarquer la ressemblance avec le style vestimentaire de la feue Fujimi, voire son visage presque similaire, bien que toujours plus jeune que la Washi. « Tanuki… » Un sourire sincèrement ravi, assurément heureux était affiché sur le visage de l’Explosive, ce qui sembla étonner le soldat qui ne savait décidément pas trop quoi en penser. Tomoe l’avait même oublié celui-là tant les retrouvailles, et la garantie que le Kazejin était bel et bien vivant l’accaparaient. « Te dire que tu n’as pas changé serait mentir. Que s’est-il passé ? Une poussée de croissance ? » Et c’était à ce moment précis que l’habituelle sarcastique était de retour. Après tout, avec son frère dans les parages, elle ne pouvait être personne d’autre qu’elle-même.
☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe Empty
Dim 16 Juin 2019 - 0:43




RETROUVAILLES FRATERNELLES
Kaminari no Kuni Pays de la Foudre

Peu importe le temps que j’allais devoir attendre, il semblerait bien que j’avais fini au bon endroit. Les travaux que je pouvais voir plus ou moins loin de moi étaient la preuve que je suis bien dans un endroit qui ne demande qu’à panser ses plaies. Un des soldats était resté près de moi pour, certainement, surveiller mes faits et gestes, s’assurant que je ne viens pas causer du grabuge. Je ne sais pas vraiment ce qui me retenais de l’envoyer chier pour qu’il me laisse tranquille, certainement la possible arrivé de Tomoe. Plus le temps passait, plus j’avais envie de lui faire comprendre, mais cela était inutile, il fallait que je me force à ne pas le faire.

C’est au bout d’une quinzaine de minutes que je peux voir au loin la brune arriver qui semble être essoufflée, a-t-elle couru pour venir me voir ? Cela ne serait pas si étonnant de sa part, elle a toujours eu tendance à être pressée, à être très impatiente. Son style vestimentaire avait changé par contre, elle ressemblait beaucoup à la défunte Fujimi d’aussi loin. Je vois, elle avait certainement décidé de lui porter honneur de cette manière. Je dois avouer que cela me surprend pas vraiment, il faut aussi dire que ça lui va bien.

Je ne suis pas étonné de l’entendre rire avant de prendre parole pour commencer les retrouvailles. De mon côté, il n’y avait aucune expressions particulières qui s’affichait sur mon visage. Préférant rester totalement neutre en territoire inconnu. Ce n’est pas l’envie qui me manque d’afficher un grand sourire et fêter cet événement, mais je me refuse de le faire ici, maintenant.

« Nous avons beaucoup à nous dire… l’Explosive, mais pas ici. »

Dis-je en fusillant du regard les deux soldats qui étaient ici présent. Je suis réellement devenu plus méfiant, discret et introverti depuis la dernière fois qu’elle m’avait vue. J’ai besoin de me retrouver seul à seul avec elle pour me libérer, autrement, je resterais ce jeune homme froid et sans émotions. Je pense qu’elle-même se rendra compte que je ne suis plus du tout la même personne, mais que si je suis venu jusqu’ici, c’est que notre relation et ce que je pense d’elle n’a pas changé.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4840-asaana-ko-un-enfant-du-desert-termine#37639

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe Empty
Dim 16 Juin 2019 - 1:47
RETROUVAILLES FRATERNELLES
Asaara Kô & Chôkoku Tomoe
Visiblement beaucoup chez l’Asaara semblait avoir changé. Son visage autant que son timbre de voix actuellement n’avaient tout bonnement rien à voir avec celui qu’elle avait connu quelques mois auparavant. Etait-ce les décès des Yaoguaï qui avaient eu un tel effet sur le possédé ? Après tout, Tomoe était quelque peu différente, avec ses traits de caractère nettement plus exacerbés depuis la visite des Yaojins sur les terres du Feu. Puis la guerre. Et avec, un penchant certain pour donner des ordres sans parler de son ambition qui avait sans nul doute augmenté. C’était comme donner un nouveau jouet à un enfant. Alors, la question qui pouvait se poser était : Jusqu’à quand s’amusera-t-elle avec ?

Mais le moment n’était pas de savoir si oui ou non elle irait jusqu’au bout de ce qu’elle avait toujours souhaité mais bien au destin qui avait choisi de les garder tout deux vivants et remis sur la même route. Cependant, un temps glacial venant du manieur de sable força alors la jeune femme à soupirer. Quoi de plus normal pour le garçon que de ne pas vouloir s’ouvrir devant deux parfait étrangers. Des idiots. Après tout, ils auraient dû le deviner, franchement !

« Partez, je le prends personnellement en charge, puisque c’est moi qui lui ai demandé de venir. » L’incompréhension sur les visages abasourdis des soldats de l’Empire firent définitivement perdre autant la patience que la bonne humeur de leur Lieutenante. « Bougez de là ! » Telle un loup grincheux, elle avait envoyé des regards assassins à ces deux pauvres guerriers avant qu’ils ne saluent respectueusement et déguerpissent aussi vite qu’ils étaient arrivés.

Seuls, Tomoe retrouva avec la même soudaineté son sourire amusé qu’il devait lui connaître. Elle se rapprocha finalement et l’embarqua par le bras entamant une nouvelle marche. « Tu m’excuse mais nous ne pourrons être tranquille qu’au beau milieu de nulle part. Autrement sois certain que je t’aurai emmené à Kumo. » Son rictus se transformant en une expression nettement plus… Animale, elle songeait maintenant à tout ce qu’elle pouvait lui raconter. Mais par où commencer ? Ses entrainements au sein de l’armée ? Les beautés de Hi et de sa nouvelle capitale ? Le débarquement en territoire de la Foudre ? L’attaque ? Comment elle était finalement venue à bout de deux Iwajins mais qu’elle ne comprenait toujours pas pourquoi ils se trouvaient là ? Quand bien même devait-elle lui dire à quel point elle se sentait épanouie depuis…

Mais étonnamment la Chôkoku n’en fit rien et se contenta de s’asseoir au beau milieu des quelques arbres qui décoraient les lieux. Posée sur la souche d’un arbre, elle se mit en tailleurs alors qu’elle posa simplement son regard sur lui encore une fois. Il pouvait être difficile à croire qu’il était possible de tant changer en si peu de temps. « Comment va Yaogakure, Kô ? » Car oui, finalement c’était d’abord pour ce petit village, pour Hayashi que la jeune Tomoe s’en faisait, bien plus importants à ses yeux que n’importe laquelle de ses propres mésaventures.
☾ anesidora


_________________
Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe L4vf
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe Empty
Dim 16 Juin 2019 - 2:15




RETROUVAILLES FRATERNELLES
Kaminari no Kuni Pays de la Foudre

Les deux guerriers avaient eu du mal à comprendre qu’ils nous gênent plus qu’autre chose et il aura fallu que la Lieutenante de l’Empire s’énerve et hausse le ton pour qu’ils décident enfin à partir des lieux. Pourtant, elle comme moi savait que nous n’étions toujours pas dans une place convenable pour ce qu’on doit se dire. C’est pour cela que je ne suis pas surpris de la voir s’approcher pour m’attraper le bras et nous faire changer de lieu. Au beau milieu d’arbres, apparemment désert de toute présence. Je ferme les yeux quand nous nous sommes arrêté, me concentrant sur nos alentours, cherchant le moindre chakra que je pourrais ressentir. Rien, aucune présence aux environs, aucune chance que nous soyons dérangé à présent. Ce n’est qu’à ce moment qu’un sourire s'affiche enfin sur mon visage.

« Tu ressemble beaucoup à Fujimi, Tomoe, cela te va très bien. »

J’ouvre les yeux pour la regarder droit dans les yeux, montrant que si, je suis heureux de la revoir. Que je ne suis pas uniquement là pour discuter, que je ne suis pas démuni de tous mes sentiments pour elle ou même dans ma vie. Je pense que cela lui fera plaisir dans un sens, je ne pense pas qu’elle aimerait me voir devenir une boule remplie que de haine envers tout et tout le monde.

« Yaogakure se porte bien, encore plus depuis… Que j’ai vengé la mort des nôtres. Le tueur de nos confrères de Tsukimono s’est retrouvé face à moi et je n’ai pas eu la moindre hésitation à l’achever malgré ce qu’il se passait à Hayashi. »

Je voulais tant parler de ça à ma soeur, je ne sais que trop bien à quel point la nouvelle lui fera plaisir. Elle sera forcément ravie d’apprendre que la personne qui a osé ôter la vie à son amie Fujimi n’est plus de ce monde. Peut-être sera-t-elle déçu de ne pas avoir pu le faire d’elle-même, mais je ne pouvais pas laisser passer cette chance.

« Je voulais également te féliciter pour ce que tu as accompli, tu as gagné une guerre contre le village Kumo, cela ne m’étonne pas de toi. »

Les desseins de notre organisation commune d'antan étaient beaucoup tournés sur la destruction des villages et je n’ai aucun doute sur le fait qu’elle se sent véritablement bien en ce moment. Cela se voit à ses rires et sa détermination. Pourtant… Quelque chose m’échappe, mais nous parlerons de ça après, quand toutes les nouvelles auront été donné.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4840-asaana-ko-un-enfant-du-desert-termine#37639

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe Empty
Lun 17 Juin 2019 - 2:00
RETROUVAILLES FRATERNELLES
Asaara Kô & Chôkoku Tomoe
Son camarade sembla immédiatement plus enclin à la détente. En ces lieux, Tomoe espérait qu’ils pourraient être vraiment tranquilles, au moins un petit moment. Plus de soldat pour toquer à la porte, pas non plus d’Empereur pour donner les directives pour tenter de remettre sur pied le village assiégé. Durant un instant, quand les combats battaient encore de plein fouet la Chôkoku y avait pensé, un seul instant durant elle aurait voulu qu’il n’en reste plus rien. Mais à y réfléchir, c’était peut-être mieux ainsi. Une pensée pour cet épisode pour le moins marquant, la traversa. Très vite le regard de l’Asaara recapta son attention et elle n’eut qu’un vague sourire désolé lorsqu’elle entendit le nom de sa défunte.. « amie ». Elle avait été bien plus après tout : une véritable mentor, un modèle pour une jeune Tomoe.

Les souvenirs la quittant, quelle ne fut pas la surprise sur le visage de l’Explosive lorsque Kô lui avoua ses propres mésaventures. Le visage se refermant peu à peu, il aurait pu penser qu’elle n’en était pas ravie, mais finalement ce n’était qu’une satisfaction malsaine : celle de la vengeance. L’ancienne Tsuchijine demeura muette quelques minutes encore. Ce n’était pas un choc qui se lisait sur son visage mais bien le deuil. Mais alors que le Kazejin tenta de passer à autre chose, Tomoe ne pouvait voir les choses si vite avancer. Elle voulait savoir. « Qui était-ce Kô ? » La voix assombrie par la haine, basse et tremblante. Ce n’était pas une nouvelle qu’elle pouvait si facilement évacuer. C’était… Une bénédiction.

« Qui était ce chien, ou cette chienne, que sais-je, qui a assassiné nos frères.. Qui était le meurtrier de Fujimi ?! » La Chôkoku s’était subitement énervée, ce n’était pas envers le blond, loin de là, mais bien une plaie qui se rouvrait légèrement. Une blessure profonde que la jeune femme avait anesthésiée le plus rapidement possible grâce à cet Empire. Mais se rendant finalement compte de cet impulsivité maladive qui n’avait peut-être pas plu à son binôme, l’Explosive se racla la gorge. « Tu les as vengé… Je n’en attendais pas moins de toi non plus. Après tout nous ne sommes pas les derniers possédés pour rien. » Elle bascula son regard vers le ciel, faisant hommage à sa manière, et elle relâcha un long soupir qui en disait long.

Cet être haï six pieds sous terre, c’était un nom sur une liste qu’elle n’avait même pas eu besoin d’écrire finalement puisque affaire était réglée. A la bonne heure, elle n’aurait assurément pas pu s’en charger et Tomoe ne se rendait compte de cela que maintenant. Si cela n’avait pas été le cas, aurait-elle seulement pu tourner la page ? Après tout, elle avait été témoin directe de ce que la voie vengeresse pouvait attiser : Une force exceptionnelle défiant toute logique. Après tout, le Feu avait fait sombrer la Foudre. Alors elle finit par ajouter. « Je n’étais pas seule. Mais… Kumo est à nous. » Un terme qu’elle avait, pour une fois, choisi avec minutie. La Hannya savait pertinemment que cela ferait réagir son camarade, et c’était bien ce qu’elle espérait.
☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe Empty
Lun 17 Juin 2019 - 16:25




RETROUVAILLES FRATERNELLES
@Chôkoku Tomoe
Kaminari no Kuni Pays de la Foudre

Je ne peux que remarquer le visage pensif de la brune qui me fait face avant de voir sa mine basse quand j'évoque sa ressemblance avec son ex mentor. Pourtant celui-ci tourna vite dans une expression de surprise et pour cause, je venais de lui apprendre que vengeance avait été faite. Je pensais que nous pourrions passer à autre chose, mais que nenni, Hannya voulait plus de détails sur le tueur tué. Je pouvais parfaitement comprendre sa curiosité, son envie de savoir même si c'est un épisode désormais derrière nous. Comment lui en vouloir ? À sa place j'aurais très certainement réagi de la même manière, même si la personne est morte et enterrée, il est toujours mieux de pouvoir mettre un visage et un nom sur celui qui a changé nos vies à tout jamais. Je comprends également son énervement et son ton qui monte, je venais en quelque sorte de rouvrir une blessure pour elle, contrairement à moi qui vivait avec ça tous les jours puisque j'étais encore à Hayashi et même Yaogakure. Elle avait certainement trop de chose à faire pour l'empire pour avoir le temps de penser encore et encore à nos confrères perdues. Je n'ai même pas eu le temps de répondre qu'elle passe aux félicitations, elle n'a vraiment pas changée, elle est toujours aussi impulsive.

« C'était un fanatique, un espèce de gros porc qui avait fini par tué sa partenaire. Je n'ai pas tout compris mais il semblerait qu'il a trahi les fanatiques pour devenir une sorte de gardien de la cité ancestrale d'Hayashi. Du nom de Sen'sei Akabo, surnommé La Balance, il semblerait que la trahison faisait partie de lui. Avant d'être fanatique, il était déjà gardien du Nord du grand temple avant de défendre celui-ci de nouveau… Une sous-merde parmi tant d'autres qui n'avait jamais trouvé sa place… Je lui en ai donné une définitive. Moi aussi ma chère sœur, j'ai vécu une guerre et cela m'a totalement changé, beaucoup plus que tu peux le voir ou le penser. »

Je voulais lui en dire plus, montrer aussi que mon corps n'a pas que changé physiquement. Il est facile de s'arrêter à ma taille, mes cheveux ou mon visage mûrit, mais ce n'était pas la seule chose qui avait été modifié chez moi. Je voulais lui montrer aussi que la manipulateur de sable qu'elle a connu n'est plus, que je suis devenu moi-même un être sableux, mais ce qu'elle dit ensuite laissa un blanc. Que viens-je d'entendre ? Vient-elle vraiment de dire "nous" en parlant de l'Empire ? Je sais que je n'ai pas rêvé, mais j'avoue que cela me surprend terriblement. Cela a coupé court à tout ce que je pensais, à tout ce que je voulais lui dire. Comment ? Pourquoi ? Qu'il y a-t-il de si intéressant à Teikoku pour que même mon ancienne partenaire de Tsukimono finisse par se considérer comme l'une des leurs ? Le sourire et le regard bienveillant que je lui portais depuis que nous sommes arrivés ici disparaît immédiatement avant de récupérer mon visage neutre, voir même de déception.

« Alors ça y est ? Tu as fini par accepter ta nouvelle condition de… Shinobi ? Cela ne va-t-il pas à l'encontre de tout ce que tu pense ? De tout Tsukimono ? En te laissant à Hi, je savais que tu ne pourrais pas refuser l'opportunité de détruire un des villages, mais finir par rentrer de nouveau dans le système… Cela m'étonne réellement de toi, qu'est-ce qui différencie l'Empire Teikoku de tous les autres villages ? »

Je dois dire que je suis réellement étonné de ce changement soudain. Enfin, est-ce réellement si soudain que ça finalement ? Cela fait maintenant un petit temps que nos routes se sont séparés. Je pense qu'elle savait très bien que ma réaction ne serait pas joyeuse, qu'elle a fait exprès d'employer ce fameux nous pour me faire réagir. Même sur l'explosive est très impulsive, elle n'en reste pas moins une personne intelligente, une personne qui me connaît assez pour savoir que cette nouvelle ne me rendrait pas heureux.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4840-asaana-ko-un-enfant-du-desert-termine#37639

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe Empty
Mar 18 Juin 2019 - 19:15
RETROUVAILLES FRATERNELLES
Asaara Kô & Chôkoku Tomoe
Le choc lui prenait encore la gorge. Il la serrait, mais l’asphyxie commençait peu à peu à s’estomper. Tomoe préférait amplement que ce soit lui qui ait donné le coup de grâce plutôt que n’importe qui d’autre. Elle pouvait avancer, passer à autre chose. Faire vivre Fujimi à travers elle, et la première étape était d’accomplir ses buts. La Chôkoku avait toujours eu cette haine partagée pour les villages, ou plutôt cet agacement similaire pour l’influence qu’ils portaient sur le reste du monde. Et pourtant, à l’instar de la Washi, la Tsuchijine n’avait toujours vu les choses que depuis l’intérieur. Peut-être que c’était elle la raison, peut-être que sa senseï avait été l’esprit fort sur une jeune Tomoe très fragile à l’époque. Mais quel intérêt il y avait donc à supposer avec des « et si » ?

Lorsque Kô lui raconta toute l’histoire, l’Explosive eut une grande inspiration. Celle qui soulageait lorsqu’elle était relâchée. Son expiration prit même deux bonnes secondes avant qu’elle ne repose son regard sur son camarade. Elle se sentait mieux de le savoir pourtant, effet contradictoire, elle avait toujours ce pincement au cœur qui mettrait peut-être un petit temps avant de ne plus exister. L’avenir s’ouvrait à elle…

Mais aussi à cet Asaara qui semblait peu à peu déchanter. Tomoe l’avait connu expressif, et assurément il l’était toujours. Or, cette fois-ci c’était à son tour de se refermer sur les mots de sa partenaire. Prévisible. Ils avaient tant donné pour Tsukimono, ils auraient tant fait pour cette organisation naissante et qu’ils étaient les deux seuls restants. Tant qu’ils vivaient elle ne faillirait jamais… Du moins c’est ce que la Chôkoku s’obstinait à penser. Car oui, elle avait accepté l’offre d’Araho Daiki mais elle n’avait jamais été des plus honnêtes personnes qui soient dans le Yûkan… Une charogne, une vicelarde, une menteuse. Elle avait néanmoins calmé tous ces vices depuis qu’elle s’était soumise à la hiérarchie de cet Empereur.

Les questions qui surgirent, qui l’accusait ne parurent pas non plus surprenantes pour Tomoe. La Lieutenante avait emprunté le même visage aussi grave et sérieux que le Kazejin afin de plonger son regard dans celui de Kô. Il était évidemment le seul envers qui elle ne tenterait pas de faire regretter pareils affirmations. Après tout il la jugeait dans ses mots et dans son regard, il la jugeait peut-être de traitresse à sa propre personne...

« Non, je t’arrête. » Et c’est ce qu’elle fit avant de se redresser pour lui faire face plus… Droitement, et une pointe de sévérité dans la voix. « L’Empire du feu. Le Teikoku. Ce n’est pas un village caché. Ce n’est pas Iwa. » Commença-t-elle avec une certaine flamme dans le regard, quelque chose qui transperçait les yeux de son ami. « Mon frère, tu ne comprends donc pas ? Prendre Kumo, les aider à parvenir à leur vengeance était ce que souhaitait Fujimi. » Elle s’avançait, osait interpréter les choses, quand bien même cela ne pourrait être vérifié, Tomoe en était persuadée, décidée. « Teikoku est une armée. Nous ne sommes pas des shinobi. Je suis Lieutenante. Il n’est pas un Kage, il est un Empereur. » Elle finit par se lever lentement et à faire quelques pas en croisant les bras, quittant le regard du blond. « Ecoute Kô. Je ne mentirais pas : C’est une hiérarchie stricte, mais elle me convient et... » Faisant volte-face, ses poings se serrèrent sur ses propres bras, ses mâchoires se crispèrent, démontrant une volonté embrasée. « Il me permettra d’atteindre les buts que Tsukimono défend autant que de parvenir à mes fins. » Tout du moins, elle y comptait bien d’une manière ou d’une autre.
☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe Empty
Mer 19 Juin 2019 - 17:50




RETROUVAILLES FRATERNELLES
@Chôkoku Tomoe
Kaminari no Kuni Pays de la Foudre

Connaissant particulièrement bien la jeune femme qui me fait face, je ne doute pas du fait qu’elle aurait aimé pouvoir se venger elle-même de la personne qui avait tué son modèle, mais je sais aussi que trop bien qu’elle est fière de moi. Elle n’a pas besoin de le dire pour que je le ressente, c’est d’ailleurs pour ça que nous avons toujours formé un bon duo, nous sommes capable de se comprendre d’un simple regard. Il est rare qu’une relation aussi forte se crée aussi rapidement, mais il faut dire qu’il y a eu des circonstances atténuantes pour ça. Elle est une des premières raisons pour laquelle je ne regretterais jamais Tsukimono. Organisation morte très rapidement, mais notre relation sera toujours spéciale.

C’est aussi pour cette raison que je ne suis pas étonné de la voir m’arrêter par rapport à mes dires, à mes accusations presque. Il faut dire que pour le moment, la seule différence que je remarque entre l’Empire Teikoku et les villages cachés est les mots qu’ils emploient pour définir les grades ou les raisons de leurs batailles. Sauf que je sens bien au regard de Tomoe qu’une flamme est réelle et qu’elle assume pleinement son choix, qu’elle n’a pas rejoint totalement cette faction pour rien. Il faut dire que la destruction du système de Kumo est forcément quelque chose de bénéfique pour le monde et surtout pour les ambitions de la Chôkoku ou même de Fujimi. En faisant cela, elle avait honorer la mémoire de sa mentor.

Pourtant, vient la phrase qui me montre pourquoi moi, cela commence déjà à me déplaire. Cette fameuse hiérarchie stricte, pourquoi faut-il encore et toujours que des guerriers veulent être au-dessus des autres ? Pour empêcher l’anarchie ? Certainement… Mais c’est là que nous pensons pas forcément de la même manière elle et moi.

« Tu sais Tomoe, je ne doute pas que les ambitions du Teikoku sont en raccord avec celles de Tsukimono ou même des tiennes… Mais… »

Et c’est là qu’on voit qu’elle et moi n’avons pas eu le même passé, ni les mêmes mentor et apprentissage.

« Contrairement à toi, j’étais plus proches des ambitions de notre cher Honma et tu sais tout comme moi à quel point il prônait la paix et le Ninshu plutôt que la guerre et le Ninjutsu. Ne pas prendre part aux guerres que les shinobis ont créé de toute pièce. »

Je ne dis cela que pour essayer de me rassurer, essayer de revenir à ce shinobi d’Iwa naïf que j’étais qui apprenait du sage d’Hayashi… Sauf que divers événements m’ont fait dériver de cette route et je ne fais que me mentir à moi-même en employant ces mots que je ne mérite plus.

« Malheureusement… Je m’en suis déjà que beaucoup trop éloigné et je ne serais plus crédible pour le moment en utilisant ses propos. Penses-tu réellement que l’Empire est aussi proche que ça de Tsukimono ? Es-tu… libre ? »

S’il y avait bien une personne qui pourrait me faire changer d’avis, me convaincre de rejoindre à mon tour ce monde, c’est bien elle. Elle me connait assez pour savoir quoi dire, elle me connait aussi assez pour savoir que certaines choses me dérangent. Je ne sais quoi penser pour le moment et je compte sur elle pour me prouver que Teikoku est d’avantage comme nous plutôt que comme les villages cachés.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4840-asaana-ko-un-enfant-du-desert-termine#37639

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe Empty
Ven 21 Juin 2019 - 1:41
RETROUVAILLES FRATERNELLES
Asaara Kô & Chôkoku Tomoe
Les poings serrés sur ses propres bras, l’impulsive était presque à s’en arracher la peau. Les ongles marquant son épiderme d’une trace éphémèrement prononcée, se relâchèrent cependant et elle fit simplement retomber ses bras le long de son corps. Décidément il ne comprenait pas… Quand bien même elle non plus ne pouvait admettre une telle chose, au plus profond de son être elle le savait…

Tout était fini.

Avec les décès de sa famille dont ils étaient les seuls et uniques survivants, Tomoe n’osait le dire, n’osait se l’ancrer dans le crâne mais elle le savait : Plus jamais ils ne pourraient se prétendre être des possédés. Et plus encore parce qu’elle n’était absolument pas au courant de tout ce que Kô pouvait savoir. Alors l’ancienne Tsuchijine demeura silencieuse, une nouvelle fois. Combattre sans guerre ? Comment était-ce possible ? Et s’il y avait bien une chose certaine qui s’était déroulée dans la petite tête qui lui servait d’esprit, c’était effectivement que la meilleure défense était l’attaque. La lieutenante n’avait d’ailleurs pas manqué de le rappeler à son « souverain ». Elle l’avait vécu, elle. Son frère avait eu sa bataille mais avait-il seulement été au bord de rendre son unique souffle de vie ?

Cependant Tomoe le laissa terminer avant toute entreprise, mais au fond d’elle la crevasse ensanglantée n’était pas panser et il lui faudrait bien plus que la satisfaction d’une revanche pour cela. La réflexion de son camarade eut néanmoins un effet calmant puisqu’elle se mit soudainement à en rire. Celui-ci était léger, délicat. Il était presque aussi doux que celui de la défunte jumelle. « Libre ? » Un nouveau ricanement sortit des bords de ses lèvres avant qu’elle ne prenne une inspiration. « Tu sais pertinemment qu’aucune chaîne n’est assez solide pour m’emprisonner. » Un mensonge. Le seul qu’elle n’avait pu lui confier et qu’elle ne dévoilerait qu’en de critiques circonstances. Et ce n’était pas le cas ici. Elle calma sa courte euphorie pour lui lancer un simple regard. « Il y a comme partout des obligations, des responsabilités, comme nous en avions envers Yaogakure, envers chacun de nos frères. » Elle ne manqua pas l’occasion de mettre cette symbolique passée. Peut-être qu’elle prenait conscience après tout. « Tsukimono est ce qui m’est arrivé de meilleur. Mais maintenant qu’ils ne sont plus là, pouvons-nous faire chemin seul alors que le Teikoku… » Tomoe marqua une hésitation qui ne passa pas inaperçue puisqu’elle se mit de nouveau à sourire d’un air des plus féroce. « Eh bien offre la possibilité de changer le monde. »

Du moins c’était ce qu’elle espérait bien plus qu’elle n’y croyait réellement. Elle n’avait pas confiance en cet homme qui avait menti certainement plus d’une fois pour parvenir à ses fins. L’Explosive aurait sûrement fait pareil. Mais elle n’avait pas besoin d’avoir confiance en cet Empereur pour le suivre, pour croire fermement au fait qu’il lui ouvrait les portes vers le chemin de sa propre vengeance. Et si elle se trompait, que pouvait-il vraiment lui arriver ? Pas le pire en tout cas. Là encore était son intime et seule conviction puisqu’elle n’en avait pas peur.

« J’ai une question pour toi mon frère. » Elle vint un peu plus proche, à un bras de distance sans qu’elle ne bougea davantage, pour lui faire face. « En toute sincérité.. » Son regard toujours flamboyant malgré le sombre de ses iris se faisait plus insistant, lisant presqu’en lui comme chacun d’eux l’avaient toujours fait. « Crois-tu que c’est par la paix et le Ninshu seuls que nous serions parvenus à accomplir nos desseins ? Honma était sage. » Le pincement au cœur lui ôta de nouveau un souffle. « Ils l’étaient tous et sans eux nous n’en serions pas là. Mais aujourd’hui… Ils ne peuvent que nous… Regarder si l’on en croit leurs croyances. » Et comme si ses mots et son corps n’étaient plus en adéquation, ce fut trois larmes qui coulèrent le long de ses joues pâles, sans même qu’elle ne s’en rende compte. « Il faut poursuivre, avancer, et c’est l’Empire du Feu qui nous le permettra. »
☾ anesidora

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe Empty
Ven 21 Juin 2019 - 17:32




RETROUVAILLES FRATERNELLES
@Chôkoku Tomoe
Kaminari no Kuni Pays de la Foudre

Je ne sais que trop bien à quel point rien ni personne ne peut l'emprisonner ou tenter de lui mettre des chaînes, qu'elles soient visibles ou non. Je parle quand même avec une personne qui avait rejoint Teikoku avant même qu'on apprenne la mort de nos frères de Tsukimono pour combler ses envies, ses ambitions. Pourtant, elle m'avoue elle-même qu'il y a forcément des obligations et des responsabilités à respecter, mais qu'il en était de même pour Yaogakure ou notre organisation. Dans le fond, elle n'a pas totalement tort et je le sais, mais je ne l'ai jamais ressenti de la même manière car nous nous considérons comme une famille même si on se connaissait pas forcément sur le bout des doigts. Sauf qu'elle marque un point important, là où nous avons échoué à cause de la chute quasiment totale des nôtres, l'Empire offre la possibilité de changer ce monde qui nous déplaisait tant. Je le sens dans son regard, son rire, sa voix et sa gestuelle que la Chôkoku n'a aucune hésitation, elle sait que c'est la meilleure solution à l'heure actuelle. A nous deux, nous ne pourrons jamais réussir à faire ce que nous avions prévu. Alors c'est que si je veux pouvoir parvenir à nos fins, je vais peut-être devoir me résoudre à la suivre dans ce chemin.

Notre relation fait que nous nous respectons et nous écoutons sans nous interrompre et c'est pour cela que quand elle s'approche pour me questionner je décide de ne rien dire et l'écouter. Nos regards se font face et elle semble très émotive, elle a toujours été plus expressive que moi avec son visage, son regard et ses gestuelles. Je ne dis pas que je peux lire en elle comme dans un livre ouvert, mais je peux quand même ressentir à peu près ce qu'elle pense. Alors je l'écoute attentivement même si elle me donne beaucoup à réfléchir aujourd'hui. Quand elle parle de la sagesse de Honma, des nôtres, je ressens largement sa peine, son pincement au cœur et je ne suis pas si étonné que ça de voir couler au long de sa joue quelques larmes. Je m'approche d'elle pour venir essuyer l'eau salé de ses yeux délicatement avec mon index avant de reprendre parole.

« Je comprends ta façon de réfléchir ma sœur, je ne te juge absolument pas pour ça. Effectivement, même Honma était prêt à mener sa propre guerre pour apporter la paix dans le monde, c'est pour cela… »

Je me retourne, baisse la tête et ferme les yeux. Vais-je vraiment la rejoindre ? Dois-je le faire ? Ne serait-ce pas la meilleure façon d'honorer la mémoire de Tsukimono ? Vais-je réellement finir par céder à la tentation ? Je ne sais pas quoi faire, je suis… Perdu.

« J'ai besoin d'y réfléchir Hannya, je ne refuse pas la porte que tu m'ouvre, mais laisse moi le temps d'y penser, je vais rester quelques temps ici, à tes côtés, voir comment l'Empire fonctionne, rencontrer tes nouveaux compères et voir ce qu'ils pensent du Teikoku. »

À mon tour, la peine monte, même si j'ai obtenu vengeance, je reste triste de nos pertes. Pourtant aucune larme ne coule sur mon visage, étant trop fier pour le montrer, même devant elle, qui est tout pour moi. Je me retourne pour lui faire face de nouveau en ouvrant les yeux. Je lui souris du coin des lèvres et pose une main sur son épaule.

« Je vais me présenter auprès des tiens sous le nom de Tanuki tant que je n'aurais pas pris ma décision, mais sache que je retiens tout ce que tu m'as dit. Je suis fier de toi Tomoe. »

Il fallait que je lui dise, jamais je ne l'ai jugé pour son choix et jamais je ne le ferais. Je ne fais confiance qu'à elle dans ce monde et je pourrais la suivre n'importe où, mais en ce qui concerne l'empire, c'est un choix difficile à faire, mais dans le fond, je sais pertinemment que je ne peux pas la laisser seule ici.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4840-asaana-ko-un-enfant-du-desert-termine#37639

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe Empty
Sam 22 Juin 2019 - 23:35
RETROUVAILLES FRATERNELLES
Asaara Kô & Chôkoku Tomoe
Les émotions avaient étonnamment pris possession de Tomoe. Fort heureusement ils n’équivalaient absolument pas cette solitude qu’elle s’était infligée dans les sommets de la frontière nord du Feu. Une pensée floue mais pourtant prenante s’empara de l’esprit de la jeune femme. Peut-être était-ce pour cette raison qu’elle s’était mise à pleurer ? Mais cette fois elle n’était pas seule. Pourtant l’éternelle question se posa tout de même : Qu’aurait fait la feue Fujimi ? Le lieu ni le moment n’était plus à ce genre de pensées, pas après que la Hannya-Tsuki ait si bien défendu ses positions à tel point qu’à présent l’ancien Tsuchijin semblait presque hésitant.

Lorsque son doigt toucha sa peau, la Chôkoku parut se rendre compte. Etait-elle aussi faible lorsqu’étaient évoqué ce passé ? Toujours un bout de chemin à parcourir avant qu’elle n’en soit plus. Une inspiration longue et revigorante plus tard et elle se recula naturellement sans que plus aucune goutte ne tombe de ses yeux. Elle resta cependant silencieuse et observa avec insistance son binôme. Son égarement était évident, il se lisait, et rien que pour ce fait elle comprenait qu’elle devrait le laisser prendre son temps. Il était assurément le seul envers qui elle pouvait avoir un tant soit peu de patience. Mais pas trop quand même…

Tomoe le laissa faire, elle l’écoutait et pas à demi-teinte. C’était quasiment une victoire ne serait-ce que pour l’avoir intrigué quant aux places et aux desseins de cette hiérarchie. Lui qui les détestait tant. Alors elle abandonna son air tristement ténébreux pour passer à un sourire qui en disait long. Un hochement de la tête plus tard et la lieutenante lui prit le poignet, le serra alors que la main de l’homme semblait aussi empoigner le sien. C’était un serment qu’elle lui faisait. C’était une promesse. Elle aurait tant fait pour le Tanuki. Pour tous les possédés s’ils avaient été de ce monde. « Je te jure, que je serais toujours là Kô. » Elle avait choisi de l’appeler par son prénom car, bien qu’ils ne fussent plus Tsukimonojins à présent, ils demeuraient les restants d’une famille brisée par la Mort. Et que tous en soient témoins, Senkû, Genkû, Honma, Fujimi, Ema –bien qu’elle ne savait pas où pouvait bien se trouver cette petite tête-, Tomoe relâcha sa prise avant de venir croiser ses deux bras devant sa poitrine et de les relâcher d’un mouvement diagonal assez vif. Elle n’ajouta rien de verbal, mais ce symbole signifiait énormément, et eux seuls pouvaient savoir ce qu’il représentait.

Sans attendre et sans le prier, la Chôkoku embarqua sa dernière accroche pour l’organisation qui l’avait « sauvée ». Loin de cet endroit solitaire qui avait été leur abri, direction le village annexé de Kumogakure no Satô où elle allait simplement commencer par se porter garante pour cet homme errant qu’elle espérait de tout cœur porter la volonté du Feu.
☾ anesidora

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4955-chokoku-tomoe-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6014-tomoe-carnet-de-route http://www.ascentofshinobi.com/u880

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe Empty
Sam 22 Juin 2019 - 23:54




RETROUVAILLES FRATERNELLES
@Chôkoku Tomoe
Kaminari no Kuni Pays de la Foudre

Malgré ce moment d’émotion très particulier et si rare en présence de la fière Chôkoku, elle finit par retrouver son sourire que je connais et apprécie chez elle. Je ne doute pas un instant qu’elle sera pressé de connaître ma réponse, mais je suis heureux de voir qu’elle me laisse le temps, qu’elle n’en dit pas plus pour me forcer à choisir tout de suite. Ca me rappel la fois où elle a dû me transporter de notre combat au convoi jusqu’à Urahi. Même si j’étais dans les vappes à ce moment, je sais très bien qu’elle a dû prendre sur elle pour le faire et je n’ai aucuns doutes sur le fait que des insultes avaient été dites. Cette femme a vraiment un caractère fort et je crois que c’est pour cela que je l’apprécie autant. Nous sommes différent sur beaucoup de point et c’est ce qui fait la force de notre duo. Tout comme elle vient de me le faire savoir, je serais également toujours là pour elle.

Je croise les bras à mon tour devant ma poitrine avant de les relâcher en diagonale, mais contrairement à elle, je ne peux pas m’en empêcher.

« Tsukimono Forever, ma soeur. »

Ce sera peut-être la dernière fois que ces mots sortiront de ma bouche, mais ce geste restera. L’organisation n’étant plus aujourd’hui, les mots n’auront pas besoin d’être là malgré notre appel mouvementé, mais je voulais quand même le dire, histoire de refermer le livre une bonne fois pour toute.

C’est ensuite que je la suis sans sourciller dans l’ancien village au nom de Kumo pour y faire ma visite et tenter de voir si l’Empire sera capable de me séduire assez, même si avouons le, Tomoe a déjà fait 90% du travail.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4840-asaana-ko-un-enfant-du-desert-termine#37639

Retrouvailles fraternelles feat Chôkoku Tomoe

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: