Derniers sujets
Partagez | 

Le temps du changement [Chôgen]


Jeu 27 Juil 2017 - 1:08

Le temps du changement - ft. Nagamasa Chôgen

La poussière était retombée sur Iwa. Le calme était revenu. Mais pour combien de temps ?

L’attaque sur le village de plusieurs dizaines de mercenaires n’avait fait que peu de dégâts matériels au final, mais elle avait exposé les failles dans ses défenses, et laissé une cicatrice permanente sur son visage. Ce n’est pas les effectifs qui manquaient, Iwa était tout aussi militarisé qu’un autre. Cependant, l’attaque exposa au grand jour son cruel manque d’organisation. Si l’élection d’une hiérarchie militaire n’était pas au programme avant, elle l’était rapidement devenue. C’est pourquoi le Daimyo de la Terre avait nommé un Triumvirat qui, tel un cerbère à trois têtes, se devait de protéger et représenter le village sous toutes ses facettes ; Borukan Bara, la tête commerciale et économique, Borukan Arikasa, la tête politique, et Nagamasa Chôgen, la tête militaire. Chaque tête ayant un rôle bien précis, pour s’assurer que le village ne perde pas de vue ses objectifs premiers et son rôle commercial important au profit d’une militarisation extrême. Si Borukan Akimoto trouvait l’idée très intelligente – après tout, il est normal que le Daimyo ait pris cette décision, l’économie du pays reposant principalement sur le commerce d’Iwa – il aurait tout de même préféré qu’un seul chef ne soit élu. Mais ça, c’était sa vision de général militaire des choses.

Avec la mort de son mentor Borukan Kyokai et sa nomination en tant que chef de son clan, le rouquin avait eu pas mal de temps pour réfléchir au rôle qu’il avait à jouer pour le futur du village. S’il avait été d’abord enjoué d’apprendre que deux des siens étaient membres du Triumvirat, une fois la pression retombée, il s’était bien rendu compte que cela ne voulait rien dire…La jeune Bara était en charge des affaires commerciales. Si cela pouvait plaire à la minorité d’artisans du clan, tant mieux, mais cela n’avait pas d’impact sur les affaires de la montagne. La position de leader politique aurait pu être intéressante pour le clan, mais Akimoto avait oublié à quel point son cousin Arikasa tenait le clan en dédain. Il était certain que cette position ne leur offrirait aucun avantage. Le nouveau chef allait donc devoir discuter avec le mystérieux Chôgen pour clarifier ses intentions. Akimoto n’avait nullement l’intention de rester les bras croisés pendant qu’un autre – un étranger qui plus est – prendrait toutes les décisions concernant l’avenir de SON village.

C’est ce que le géant s’apprêtait à faire à l’instant. Le jeune samouraï nouvellement élu au Triumvirat l’avait convoqué, ce matin Akimoto avait reçu une missive l’invitant à le rejoindre dans ses bureaux au cœur du village. Simple invitation de courtoisie parce qu’il était le nouveau chef des Borukan ou bien rendez-vous d’affaire ? Le message ne le disait pas…Mais dans tous les cas la montagne avait l’intention d’exposer ses plans et ses idées au nouveau leader militaire du village. En aucun cas Akimoto n’accepterait pas que les siens soient relayés au second plan et de laisser ces samouraïs – qui avaient envahi Iwa comme une peste – faire tout le sale boulot à sa place. Non, pas du tout ! Le clan le plus ancien du pays ne serait pas lésé de la sorte, hors de question. Il entra dans le bâtiment administratif avec la fougue d’un titan. « Le bureau de Nagamasa-dono ? » dit-il sèchement à l’adjointe administrative qui gardait silencieusement le grand hall du bâtiment. « Le..Le premier bureau sur la droite à l’étage. » répondit-elle timidement, rougissante et en pointant un escalier qui menait au deuxième étage. « Merci fillette. »

Akimoto escalada les marcha trois par trois et se dirigea vers la fameuse porte du deuxième niveau. Il frappa de son énorme poing à la porte, la faisant pratiquement trembler. Il ne connaissait pas ce fameux Chôgen, il n’avait donc aucune idée de comment allait se dérouler cette rencontre. Mais une chose est sûre ; il ne ressortirait pas de cet endroit avec de s’être fait entendre et d’avoir fait du clan Borukan la police de ce village.


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Lun 7 Aoû 2017 - 3:42


LE TEMPS DU CHANGEMENT
— Akimoto & Chôgen


Qui dit nouveau poste à pouvoir dit également nouvelle responsabilité. Certes, cette tache d’être le dirigeant militaire du pays était une chose qui convenait très bien à Chôgen pour le moment. Il n’était pas aussi haut dans la hiérarchie que ce qu’il aurait voulu être, mais il faut quand même dire que sa soif de pouvoir étant rassasié pour un temps.

Il devait surtout s’accommoder à un nouveau train de vie. Il n’avait plus autant de temps qu’avant pour s’entraîner, avec toutes les nouvelles choses qu’il doit faire via son poste. Aujourd’hui, il devait rencontrer l’un des Jônin du village, étant également le chef de l’un des clans les plus puissants du village caché.

Chôgen se trouvait dans cette petite pièce, derrière son bureau. Il avait presque l’impression d’être dans une cage. Devoir rester beaucoup de temps dans une pièce comme celle-ci, le derrière assis sur une chaise, contre ce bureau, ce n’est vraiment pas quelque chose qui est fait pour lui. « J’espère que je ne vais pas passer la journée ici, sinon je vais devenir fou » dit-il à haute voix, en se parlant à lui-même. Peut-être que finalement, la folie s’était déjà emparée de lui.

Lui qui attendait l’arrivé du Borukan impatiemment fut vite servit, entendant arrivé dans le couloir face à lui quelqu’un arriver avec un pas lourd et fort, comme si toute la détermination de cette personne pouvait s’entendre juste à ses bruits de pas. N’attendant même pas que le personnage derrière frappe à la porte ou ne rentre, le samouraï es dirigea lui directement pour ouvrir, sûrement à cause des nerfs qui commençait à lâcher ici. C’est alors qu’il tomba nez à nez avec ce qui lui sembla être le chef Borukan. C’était la personne qu’il devait voir aujourd’hui, lui ayant lui-même envoyé une missive pour le faire venir ce jour. « Akimoto-san, si je ne me trompe pas ? » Il s’approcha de lui pour le saluer respectueusement. « Je me présente, Nagamasa Chôgen, dirigeant militaire d’Iwa. Hajimemashite ! »

Au lieu de faire signe au rouquin pour se diriger dans le bureau, Chôgen prit au final la direction de la sortie, laissant le Borukan faire machine arrière pour revenir d’où il est venu. « Je suis désolé, je ne supporte pas de rester dans ce bureau. Une petite marche dans le village ne vous dérange pas ? » demanda-t-il, tout en avançant, accompagné de cet homme à la carrure imposante à ses côtés. En arrivant au niveau de l’entrée des bureaux, la jeune femme qui se charge des réceptions s’inclina avec beaucoup de politesse pour saluer le Samouraï et son invité.

Une fois le pied dehors, Chôgen attrapa sa pipe à l’intérieur de son yukata. Il la porta à sa bouche pour ensuite embraser l’herbe à l’intérieur de celle-ci. Il laissa sortir la fumée de sa bouche, allant s’envoler dans le ciel bleu qui trônait au-dessus d’eux. C’est alors qu’il commença à questionner le Borukan. « J’ai une chose à vous demander, Akimoto-san. Quelle est votre vision d’Iwa à l’heure actuelle ? Quel est votre avis sur le clan Borukan au sein du village ? »


_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Ven 11 Aoû 2017 - 19:15

Le temps du changement - ft. Nagamasa Chôgen

La montagne, après avoir manqué de faire sortir la porte de ses gongs en cognant vigoureusement à la porte, attendait impatiemment qu’on l’invite à entrer. Alors qu’Akimoto élançait son long bras pour cogner de nouveau, la porte du bureau s’ouvrit grand, révélant dans son embouchure un jeune homme. « Akimoto-san, si je ne me trompe pas ? » Le Borukan resta figé l’espace d’un instant. Il savait son interlocuteur jeune, mais le jeune homme qu’il découvrait devant lui à l’instant présent semblait venir à peine de perdre sa couche. « Je me présente, Nagamasa Chôgen, dirigeant militaire d’Iwa. Hajimemashite ! » Il était d’une bonne trentaine de centimètres son cadet, les traits de son visage était fin, presque juvénile. Malgré tout, son regard était froid, sanglant, déterminé. Il s’agissait là d’yeux qui en avait vu beaucoup, démontrant malgré le jeune âge du samouraï une certaine expérience. Akimoto s’avança d’un pas et tendit la main pour répondre au geste du Gunjiteki.

« Chôgen-dono. C’est un honneur d’enfin vous rencontrer. » répondit avec sérieux le Borukan. Akimoto avait choisi ses mots avec précision, utilisant volontairement le suffixe ‘dono’ pour s’adresser au jeune samouraï. Pour se moquer un peu peut-être ? Seul le rouquin connaissait ses intentions en choisissant ces mots. Comme tout Borukan qui se respecte, Akimoto respectait la force en premier lieu, avant les titres, les grades et tout autre artifice inventé par l’homme pour se donner du prestige. S’il était enclin à respecter la décision du Seigneur de la Terre, seul le temps lui dirait si le Nagamasa était digne de mériter son respect et son obéissance. Les deux autres têtes du Triumvirat avaient déjà fait leur preuve aux yeux du rouquin. Bara par la force de sa détermination et son caractère digne d’une Borukan – même s’il ne connaissait pas ses compétences en matière de commerce, la tâche qui lui avait été attribué. Arikasa lui…eh bien il était de l’arrière-garde du clan, un vieux de la vieille. Malgré qu’il ne le respectait plus en tant que Borukan, de par sa dissociation récente avec les siens, Akimoto ne pouvait rien dire contre l’homme lui-même dont les exploits étaient nombreux.

Plutôt que de l’inviter dans son bureau, le Triumvirat Nagamasa referma la porte derrière lui et l’invita plutôt à aller marcher à l’extérieur. « Je suis désolé, je ne supporte pas de rester dans ce bureau. Une petite marche dans le village ne vous dérange pas ? » Le géant roux acquiesça simplement et lui emboita le pas. De toute manière, nul doute qu’Akimoto n’aurait pas été en mesure de lui faire changer d’avis. Lui non plus n’était pas capable de rester en place bien longtemps. Jamais en devenant chez du clan le rouquin ne s’attendait à devoir gérer autant de paperasse, de rendez-vous. Heureusement qu’il avait un assistant pour l’aider. Enfin…l’aider était un faible terme puisqu’il s’occupait de pratiquement tout, Akimoto ne s’occupant que de lui dicter quoi écrire ou répondre.

Ils redescendirent vers le rez-de-chaussée, passèrent devant la même jeune fille qui avait accueilli Akimoto à son arrivée, puis les deux hommes prirent la porte du bâtiment administratif. Les deux hommes marchèrent un instant, vers un petit parc adjacent. Les arbres étaient maintenant sans feuille, l’hiver se faisait bel et bien sentir. « J’ai une chose à vous demander, Akimoto-san. Quelle est votre vision d’Iwa à l’heure actuelle ? Quel est votre avis sur le clan Borukan au sein du village ? » À chacun des souffles de la montagne, un petit nuage de fumée s’échappait de sa bouche, signe que le froid s’installait. Marchant à côté du jeune samouraï, on aurait dit que lui aussi fumait. « Je vais être franc avec vous…À l’heure actuelle je n’ai pas une énorme confiance envers le futur du village. Si l’attaque a permis de réaliser une chose, c’est du grand manque de cohésion et d’organisation dont nous souffrons. Ça fait des mois et des mois que je martèle aux représentants du Daimyo et des autres clans que nous avons besoin d’une hiérarchie militaire forte. Et qu’on-t-il fait ? Choisir trois dirigeants plutôt qu’un. Je ne suis pas fan de l’adage ‘trois têtes valent mieux qu’une’. Sans vouloir vous vexer, j’aurais préféré qu’ils m’écoutent et désignent un seul chef. L’un des Anciens du clan aurait été un bon choix. Plus que Bara ou Arikasa. » Akimoto enfouie sa main à l’intérieur de son épais manteau et en extirpa une flasque – de saké bien évidemment – il en prit une petite gorgée avant de continuer. « Malgré tout Iwa reste mon bien le plus précieux. Cela fait trente ans que je travaille avec acharnement à sa protection et à son développement. J’étais ici alors que Rokkusu était encore une petite bourgade sans nom et sans ambition. » Le Borukan prit une deuxième gorgée et tandis la flasque à son interlocuteur. « Un chef fort ou non à sa tête, je veillerai toujours sur elle. Avec ou sans leur aide. Sans vouloir parler avec prétention, le clan Borukan est l’épée et le bouclier qui protège cette nation, en plus d’en être le cœur. Et je ne compte pas voir ce rôle diminuer par une politique militaire déficiente. Et c’est de ça dont j’avais envie de vous parler aujourd’hui. » Akimoto parlait avec sincérité et il ne comptait pas mâcher ses mots avec le jeune dirigeant militaire. Si la première impression qu’il avait de lui semblait bonne, le Borukan ne comprenait toujours pas pourquoi un étranger s’intéressait autant à Iwa, pourquoi il avait été choisi pour ce poste. « Laissez-moi vous retourner la question…Vous n’êtes pas d’ici, un samouraï d’un autre pays et d’autres coutumes…Pourquoi devrions-nous confier la protection du village à un étranger plutôt qu’à l’un de ses clans natifs ? Qu’est-ce qu’Iwa pour vous ? »


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Sam 12 Aoû 2017 - 9:03


LE TEMPS DU CHANGEMENT
— Akimoto & Chôgen


Cette nouvelle rencontre que venait de faire Chôgen était réjouissante à ses yeux. Depuis son arrivée au rang de Gunjiteki, il eut l’occasion de rencontrer plein d’individus, aussi intéressant que méprisable.

Autant dire que cette fois-ci, c’était vraiment diffèrent. Il n’eut pas besoin de beaucoup de temps pour comprendre que l’homme avec qui il était en train d’avoir une conversation, Borukan Akimoto, était une personne qui lui semblait digne de confiance. Dans ses paroles, le ton qu’il utilisait, on pouvait voir la détermination et la franchise. Deux qualités que le samouraï apprécie par-dessus tout.

Ils continuèrent leur balade, ainsi que leur discussion. Toujours avec sa pipe au bord des lèvres, humant cette fumée qui provenait de la meilleur herbe qui arrive directement de Kusa no Kuni. Il écoutait les paroles du Borukan, ayant presque l’impression d’avoir une conversation avec lui-même. La réponse qu’il venait de lui donner suite à la question du samouraï par rapport à Iwa l’avait fait sourire. « Vous savez, Akimoto-san, je partage un peu la même opinion que vous. Pour être franc avec vous, je me suis proposé pour être dirigeant de ce village, juste après la crise que nous avons subit. Je ne pensais vraiment pas qu’une telle situation serrait mise en place. » Il aspira une nouvelle bouffée de poison avant de continuer le reste de sa phrase. « Aujourd’hui, c’est fait, on peut dire que j’ai en parti atteint mon but. » dit-il tout en recrachant le nuage grisâtre de sa bouche.

C’est alors que le combattant de lave décida de retourner la question à Chôgen. Pour ne pas dire qu’il s’en doutait un peu, cela lui fit quand même plaisir que quelqu’un lui demande, pour une fois, ce qu’il compte faire pour ce village, sa motivation. « Vous savez, dans l’endroit où je viens, l’honneur est ce qui est le plus important. J’ai prouvé le mien un bon nombre de fois, sans pour autant vouloir me vanter bien entendu. Les gens n’osent pas me faire confiance, sûrement due à mon âge. Me voit-il encore comme un gamin ? Je ne sais pas. Mais si vous allez dans le pays de l’acier et que vous demandez au gens s’ils me connaissent, ils vous répondront que oui. Mon clan s’est toujours démené pour faire en sorte que son pays soit en sécurité, soit épanouie. » Il s’arrêta dans sa lancée pour se poser au bord de se petit étang qui se trouvait au milieu de l’unique parc du village.

Armé de toute sa franchise, Chôgen continua la réponse qu’il avait commencée à donné au Borukan suite à la question sur le village. « Depuis que nous sommes ici, dans le pays de la terre, avec mon clan, je me suis toujours dépassé pour faire en sorte que ce village se développe au mieux. Nous avons contribué à sa défense et sa sécurité à l’aide de nos soldats partisans de notre clan. Sur ce point la, je dirais que nous sommes semblable, Akimoto-san. Je vois en Iwa comme une maison, un endroit paisible, un endroit plaisant, ou j’ai envie de vivre. J’aimerais vraiment que tous nos concitoyens ressentent la même chose que moi. Aujoud’hui, nous avons besoin par-dessus tout d’une évolution militaire, à mon humble avis. Je compte vraiment contribuer à cette avancée. »


_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »


Dernière édition par Nagamasa Chôgen le Dim 13 Aoû 2017 - 12:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Dim 13 Aoû 2017 - 3:48

Le temps du changement - ft. Nagamasa Chôgen

Bien que voisin de Tsuchi no Kuni, les terres du fer étaient une contrée mystérieuse pour le Borukan. Peuplé par les samouraïs, des guerriers maniant leur lame tout aussi bien que le chakra, Tetsu no Kuni était un pays bien différent des autres. Et pas le plus ouvert du lot. Même si les relations entre les deux nations n’étaient pas mauvaises, elles n’étaient pas forcément bonnes non plus. La réputation des habitants du Pays du Fer était principalement due à des familles de samouraïs comme les Nagamasa, qui s’étaient exilés hors de leur patrie pour s’établir ailleurs.

Malgré tout leur mystère, Akimoto avait bien compris une chose sur eux – et le jeune Chôgen lui reconfirmait à l’instant – c’est qu’ils étaient des hommes et des femmes honorables. Des gens pour qui l’honneur était tout aussi important que leur propre vie. Et sur ce point, le clan Borukan et les samouraïs se rapprochaient, ce qui rassura le rouquin. Lorsque le jeune Triumvirat termina d’exposer sa vision à la montagne, ce dernier sourit légèrement, visiblement conquis par les paroles du samouraï. « Je ne crois pas que quiconque ne remette en cause votre honneur. Après tout, la réputation des vôtres vous précède…Mais il est vrai que votre jeune âge peut en effrayer plus d’un. Je vous avouerai que j’ai moi-même été l’un des premiers surpris par cette nouvelle. Vos détracteurs l’associeront à un manque d’expérience, de maturité. Même si ce n’est vraisemblablement pas le cas. La jeunesse est ce qui effraie le plus tous ceux vieux croutons d’une autre époque qui s’accrochent désespérément à chaque once de pouvoir qu’on peut leur accorder. » Akimoto marqua une courte pause, en profitant pour se réchauffer un peu les mains en les frottant ensemble. « Si vous voulez mon respect et celui des Borukan – et croyez-moi je suis prêt à vous le donner – il vous faut démontrer votre efficacité, votre force en tant que leader militaire. Archaïque comme manière de penser certains vous diront, mais c’est toujours ainsi que le clan Borukan a fonctionné. » Il s’arrêta de nouveau, cette fois-ci pour reprendre une gorgée de saké. Était-ce le bon moment pour en parler ? Était-il trop tôt pour aborder la question avec le jeune leader militaire ? Akimoto hésita un court instant avant de reprendre la parole. « Je suis bien d’accord avec vous Chôgen-dono : Iwa a besoin d’une évolution militaire. Le village a été fondé sur des idéaux nobles et sur la base de la prospérité du commerce. Mais pour protéger ces idéaux, il nous faut plus que de bonnes intentions. Cette attaque a exposé les faiblesses de notre village grandissant. Et il faut à tout prix leur palier pour éviter qu’une telle chose ne se reproduise… C’est bien beau avoir une grande force militaire comme la nôtre, elle ne vaut rien si elle n’est pas bien organisée. » Les deux hommes avaient maintenant déambulé jusqu’à l’artère commerciale du village. Ne désirant pas tenir une conversation aussi importante dans la foule, il invita le samouraï à se joindre à lui alors qu’il asseyait sur le banc d’un parc adjacent à la rue. « Mon clan est et sera toujours très attaché à ce village et à ce pays. Mon prédécesseur a perdu la vie en défendant ce village lors de l’attaque. Vous comprendrez donc que pour nous, tout ceci est un sujet, disons…sensible. Je vous l’ai mentionné, mais nous Borukan sommes une force guerrière, indéniablement liée au destin d’Iwa, ayant aidé à façonner le village depuis la terre. Si vous voulez sécuriser et protéger le village, vous n'y parviendrez pas sans l'aide des miens. Les Borukan - même si je leur disais le contraire - n'accepteront jamais de rester les bras croisés alors qu'un autre tente de veiller sur eux et sur le village. » Le rouquin prit une autre lampé de saké pour se réchauffer. « Si j’ai accepté aussi rapidement de vous rencontrer, c’est parce que j’exige quelque chose de vous. » Akimoto marqua une nouvelle pause. Il était généralement un homme d’action plutôt qu’un homme de mots. Parler aussi longtemps et aussi sérieusement n’était pas sa tasse de thé. Il avait volontairement choisi ses mots. ‘Exiger’ plutôt que ‘demander’. Ses intentions étaient claires. Même si le rouquin avait changé d’avis sur le Nagamasa depuis le début de leur rencontre, il n’avait pas oublié les raisons de sa venue. « Faites des Borukan la force de protection intérieure d’Iwa. La police du village. » Tentait-il d’intimider son jeune interlocuteur ? Absolument pas. Son regard était sérieux, mais il n’avait rien d’intimidateur. Il reflétait simplement toute sa détermination.


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Lun 28 Aoû 2017 - 6:41


LE TEMPS DU CHANGEMENT
— Akimoto & Chôgen


Détermination, honneur, évolution, tout ces mots qui pourrait bien qualifier le Borukan juste à l’entendre parler. Des idées, ils en avaient pleins concernant le village. Son avis, constructif, bien ciselé. Finalement, il était tout ce que je Chôgen avait l’habitude d’apprécier. Il l’écoutait parler d’Iwa, de sa vision des choses. Il faut dire que cela rejoignait l’avis du samouraï sur un bon nombre de points. « De toute façon, je ne suis pas ici pour remettre en cause l’honneur que j’ai pu avoir jadis dans Tetsu no Kuni. Le plus important est l’image que je peux avoir à Iwa, en tant que dirigeant. »

De voir qu’il était d’accord sur le fait qu’Iwa doit se développer sur son côté militaire commença à le faire sourire. Il venait de se trouver un allié de taille, capable de combattre, mais aussi de réfléchir, avec une vision d’ensemble qui est appréciable. Mais c’est là que l’un des mots que le Nagamasa n’affectionne pas trop arriva dans la conversation. Une exigence. Pour la défense du Borukan, ce n’était en rien extravagant, mais c’était surtout dans sa manière brut et direct que cela pouvait être étrange. « Une exigence, vous dites ? Voilà qui est bien orgueilleux de votre part. Mais je dois dire que j’apprécie cela, car vous ne manquez pas de courage pour venir dire les choses franchement. »

C’est de son clan qu’il voulait parler. Une évolution pour les siens, maintenant qu’il occupe la place de chef, il devait montrer une tête forte, prenant les devants, toujours faire en sorte que Borukan soit un nom fort dans le village shinobi. « Je m’attendais à quelque chose d’un peu plus extravagant, je dois dire. J’ai eu l’occasion d’entendre plusieurs fois les qualités des Borukan au combat. Je dois dire que votre demande ne me surprend pas vraiment. » C’est de sa pipe, qu’il porte à sa bouche, qu’il venait de crapoter l’herbe encore allumée malgré la fraîcheur de l’hiver qui se laissait de plus en plus sentir. « Je respecte vos convictions, l’envie que vous avez de faire avancer votre clan, tout en laissant votre marque sur le village. Nous allons devoir organiser un tas de choses dans ce cas-là, si vous tenez vraiment à ce que votre clan prenne cette position dans la défense du village. Mais sachez que l’idée m’intéresse grandement, un homme de votre stature peut en plus très facilement s’occuper d’une tache comme celle-ci. »

Son regard se posa sur le visage du Borukan, qui commençait à avoir les joues rosâtre, dû au mélange de l’alcool qui n’arrêtait pas de boire et le froid qui était omniprésent. Bien entendu, Chôgen lui, pense toujours au village en priorité, de part son nouveau rôle, mais il ne laisse pas du tout de côté son ambition personnelle. « Si aujourd’hui, j’accepte cette exigence de votre part, ce qui, ma fois, ne devrait pas poser de problème, nous sommes d’accord que dans un futur proche, si jamais j’ai besoin, moi, d’une exigence envers vous, vous allez me renvoyer l’ascenseur ? » Ne jamais laisser ses ambitions au placard, jamais.


_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Mar 29 Aoû 2017 - 4:15

Le temps du changement - ft. Nagamasa Chôgen

« Une exigence, vous dites ? Voilà qui est bien orgueilleux de votre part. Mais je dois dire que j’apprécie cela, car vous ne manquez pas de courage pour venir dire les choses franchement. » Akimoto n’était pas le genre d’homme à mâcher ses mots. Il exprimait généralement le fond de sa pensée sans réellement se soucier des conséquences, avec une franchise totale. S’il avait exigé quelque chose de la part du Nagamasa, plutôt que de le demander poliment, c’était pour que ce dernier comprenne ses intentions. Le rouquin n’avait pas l’intention de se faire ralentir par le titre de son interlocuteur. Il avait bâti Iwa de ses propres mains et il l’avait défendu avec son sang et ses poings, et il n’avait rien à prouver à personne. Qu’importe si le samouraï portait le titre de membre du Triumvirat, celui de Daimyo ou de dieu suprême, pour lui, il restait un jeunot qui avait encore à faire ses preuves. Le rouquin n’avait donc nullement l’intention de se mettre à quatre pattes devant lui pour le supplier.

« Je m’attendais à quelque chose d’un peu plus extravagant, je dois dire. J’ai eu l’occasion d’entendre plusieurs fois les qualités des Borukan au combat. Je dois dire que votre demande ne me surprend pas vraiment. » Certes l’exigence d’Akimoto n’était pas des plus extravagantes. Avec l’intonation et le sérieux qu’il avait pris, on aurait pu s’attendre à bien pire de sa part. Sa demande était franche, précise et directe. La montagne n’avait pas envie de tergiverser sur le sujet pendant des heures, de manipuler le jeune samouraï pour tenter de s’immiscer dans son esprit. Il était un Borukan, pas une harpie de kirijin.

En toute honnêteté, Akimoto s’attendait à plus de résistance de la part du Nagamasa. Il ne le connaissait certes pas, mais il croyait tout de même devoir essuyer un premier refus avant d’obtenir ce qu’il désirait. C’était pratiquement trop beau pour être vrai et le rouquin avait du mal à y croire. Chose qui n’aidait pas, l’alcool commençait à lui monter à la tête. Sa flaque, pleine lorsqu’il était arrivé chez le Nagamasa pour sa rencontre, était maintenant pratiquement vide. Malgré le froid, il avait chaud, comme en témoignaient ses pommettes maintenant rougeoyantes.

« Si aujourd’hui, j’accepte cette exigence de votre part, ce qui, ma foi, ne devrait pas poser de problème, nous sommes d’accord que dans un futur proche, si jamais j’ai besoin, moi, d’une exigence envers vous, vous allez me renvoyer l’ascenseur ? » Œil pour œil, dent pour dent. Une faveur contre une autre. Voilà ce dont il était question…peut-être Akimoto avait-il pris de cours le jeune homme avec sa demande. Mais ce qui était certain, c’est que Chôgen l’avait fait venir à lui pour une rencontre, probablement pour lui demander quelque chose, mais Akimoto dans son impatience venait de donner l’avantage au jeune samouraï. « La protection du village assuré par mon clan, en échange d’une faveur ? Je serais bête de refuser un tel marché. » Qu’importe la nature de l’exigence que Chôgen-dono aurait envers lui, Akimoto s’en fichait royalement, l’important était l’avenir de son clan. S’il parvenait à faire des Borukan la police et le bouclier d’Iwa, Akimoto serait reconnu dans l’avenir comme le chef de clan ayant apporté une prospérité inégalée aux siens.

Akimoto sourit, probablement beaucoup plus que nécessaire à cause de l’alcool qui commençait à lui monter à la tête, et se releva pour que les deux hommes puissent reprendre leur marche. « Chôgen-dono, vous venez aujourd’hui de vous faire un allié de taille. » répondit le Borukan en rigolant ivrement. « Sur mon honneur de Borukan, je vous le promets. Si vous faites de mon clan la force de protection de ce village, je vous devrai une faveur. Peu importe sa nature, je ne poserai pas une seule question. » ajouta-t-il d'un air sérieux - le plus qu'il était possible de l'être considérant son état. Kidnapper un enfant, assassiner un Daimyo, qu'importe, le rouquin serait prêt à tout pour obtenir ce qu'il désirait pour son clan, comme il l'avait toujours été. S'il n'était plus forcément l'homme violent qu'il était dans sa jeunesse, il avait tout de même commis des actes d'atrocités incroyables au nom des siens durant l'âge adulte, mené des clans ennemis jusqu'à l'extinction. Un acte de plus ou de moins au crépuscule de sa vie...Cela ne changerait rien.


_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Mer 30 Aoû 2017 - 7:49


LE TEMPS DU CHANGEMENT
— Akimoto & Chôgen


Un homme magnanime, il savait quoi faire pour le bien-être de son clan. Il savait quoi faire pour son propre bien être. Les Borukan venaient de se trouver un chef de clan bien plus respectable que la plupart des autres shinobi du village. Cette droiture pourrait presque faire froid dans le dos.

C’est sans réel étonnement qu’il venait de réaliser que le geste de geste, du moins, sa demande, n’était pas tellement exagéré. Akimoto, lui aussi, savait prendre les bonnes décisions. « Je suis bien content que nous sommes arrivé à trouver un accord. Notre alliance ne pourra faire que du bien au village. Iwa à besoin d’une nouvelle façon de se défendre et je pense qu’avec votre aide, cela risque de bien avancer. »

Un allié, un frère d’armes, un ami. Oui, aux yeux de Chôgen, il venait de gagner beaucoup de choses. Dans un sens, il s’était également arrangé pour gagner une faveur de sa part, c’est aussi le côté stratège du Gunjiteki. Ne donne rien sans rien. Mais le Borukan lui, semblait enchanté à cette idée. Cela ne semblait vraiment pas le déranger.

Le samouraï venait de tendre son bras pour serrer la main du géant de lave. Une franche poigne pour sceller un cette discussion, cet accord. « Il va falloir que l’on fête ça, j’imagine ? Je ne suis pas aussi performant que vous côté alcool, mais je vous promets que je suis capable de tenir toute la soirée avec vous ! » venait-il de dire en rigolant.

Aujourd’hui, c’est l’association de deux clans, l’alliance de deux puissances pour une entraide sur un but commun. Tremble, Iwa, devant cette défense qui se dresse pour ne plus avoir à souffrir comme ces derniers temps. « Ne vous en faite pas, je trouverai bien quelque chose pour faire en sorte qu’on soit quitte ! » Il était maintenant temps d’aller célébrer ce moment, accompagné de son acolyte aux cheveux de feu. « On va le boire, ce verre ? »



Spoiler:
 

_________________
雷切 -Raikiri no Chôgen
« The glories of our blood and state, are shadows, not substantial things. There is no armour against fate, death lays his icy hand on kings. But i'm not a king, and my shadow will bring a new hope for Iwagakure no Sato... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t138-chogen-you-re-gonna-feel-my-blade-into-your-body http://www.ascentofshinobi.com/t972-equipe-1-kamui#4939 http://www.ascentofshinobi.com/t981-nagamasa-chogen-carnet-d-un-samourai#5004 http://www.ascentofshinobi.com/u311

Ven 8 Sep 2017 - 5:08

Le temps du changement - ft. Nagamasa Chôgen

Une faveur de plus ou de moins, cela n’importait pas vraiment pour le Borukan. Il avait déjà une dette envers Bara – autre tête du Triumvirat – à cause de sa ‘défaite’ lors de leur petite compétition alcoolisée. L’important pour la montagne c’est qu’il venait de gagner un allié de taille dans la hiérarchie du village. Les Nagamasa n’étaient peut-être pas originaires de Tsuchi no Kuni, mais ils avaient participé à l’édification d’Iwa au même titre que les Hyûga, les Chôkoku et les Borukan. Leur influence était grandissante, leur lien avec Tetsu no Kuni n’était pas négligeable pour le village et maintenant que l’un des leurs occupait l’une des têtes du cerbère, leur clan gagnait en importance.

Le jeune samouraï tendit la main vers Akimoto pour sceller leur accord. Chose que le rouquin s’empressa de faire en répondant d’une ferme poignée de main. « Il va falloir que l’on fête ça, j’imagine ? Je ne suis pas aussi performant que vous côté alcool, mais je vous promets que je suis capable de tenir toute la soirée avec vous ! » Sur ses paroles de Chôgen-dono, Akimoto laissa échapper un petit rictus. Il ne savait définitivement pas dans quoi il s’embarquait. Les Borukan – et Akimoto plus particulièrement – tenait extrêmement bien l’alcool. Malgré son état alcoolisé déjà bien débuté, il était probablement capable de continuer à boire pendant des heures. « On va le boire, ce verre ? » Akimoto ricana de plus belle devant l’insistance du jeune homme. Il répondit à son invitation par une grande claque dans son dos. « Volontiers ! Je connais un endroit sympa pas trop loin. »

Pour sceller leur pacte et leur nouvelle amitié naissante, rien de mieux que d’aller prendre un coup. L’alcool rendait les gens moins stressés, plus ouverts. Ce serait l’occasion idéale de faire mieux connaissance avec son nouvel allié. Akimoto amena le jeune leader jusque dans un bar du quartier commercial. Celui-là même où il avait rencontré Borukan Bara. En le voyant rentrer dans l’établissement, le tenancier du bar laissa échapper un long soupir. Il savait maintenant que sa nuit de travail serait longue. « Je vous préviens Chôgen-dono. Ce n’est pas parce que vous êtes le Gunjiteki que je vais retenir ma levée de coude. Il n’y a pas de petite soirée alcoolisée pour les Borukan ! »

Un verre après l’autre, les deux shinobis burent toute la soirée sans s’arrêter, échangeant quelques histoires et exploits passés pour apprendre à se connaître. Ils célébrèrent comme il se doit l’alliance de leur clan pour la protection et la pérennité d’Iwa. Un peu avant minuit, les deux hommes sortirent du bar en titubant, tous les deux la tête dans le cul et les bajoues bien rouges. Akimoto salua le samouraï une dernière fois avant que leur route ne se sépare pour le reste de la nuit. Le Borukan tourna à droite pour rejoindre sa demeure sur les Hauts-Plateaux, tandis que Chôgen-dono prit la gauche en direction du domaine de son clan non loin de leur position.

Iwa dormirait en paix cette nuit et, grâce au pacte de ces deux grands hommes, pour toutes celles qui suivraient également.


FIN

HRP:
 

_________________

« A King must be greedier, laugh louder and be more furious then anyone else.
He must exemplify the extreme of all things, including good and evil. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t106-borukan-akimoto-100-termine http://www.ascentofshinobi.com/t722-equipe-3-shokugeki-iwa

Le temps du changement [Chôgen]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: