Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna]

Chinoike Katsuko
Chinoike KatsukoEn ligne

Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] Empty
Dim 16 Juin 2019 - 1:03
Kaze, Été 194...

Katsuko s'essuya le front. Voilà deux heures qu'elle marchait dans le désert en direction de Takusari, petit village au nord-est de Taiyô. C'était là-bas qu'ils étaient supposés allés. Enfin. D'après les estimations de son père qui l'avait envoyée arrêter le groupe de pillards qui sévissaient dans la région, attaquant villages après villages, c'était à celui-ci qu'il avait estimé que ces attaquants vicieux s'en prendraient pour leur prochain coup. Et la voilà qui, en plein cagnard, devait marcher jusqu'à ce village pour les y arrêter.

La bourgade était située à côté d'un oasis comme bien souvent, elle comportait une centaine d'habitants tout au plus ainsi que quelques voyageurs qui passaient pour se ravitailler en eau notamment. La vampirette était emmitoufflée dans des vêtements épais dont la couche la plus proche de sa peau était mouillée, évitant ainsi de mourir de déshydratation. Elle arriverait normalement en fin d'après-midi et pourrait ainsi se préparer pour les recevoir à la tombée de la nuit, puisque c'était toujours ce moment qu'ils choisissaient pour attaquer d'après les divers témoignages qu'elle avait passé du temps à récolter les jours précédents.

Pressée de les arrêter enfin après ces deux semaines de préparation, elle força un peu et arriva alors que le Soleil n'était qu'à mi-course entre son zénith et la nuit. Satisfaite, elle se posa un moment, enleva quelques épaisseurs en s'installant à l'ombre avant de se mettre à préparer quelques pièges entre les maisons, utilisant le sable pour les cacher. Elle avait au préalable fait passer un mot aux habitants comme quoi ils ne devaient pas sortir de chez eux ce soir, qu'une attaque aurait probablement lieu mais qu'elle était là pour tout arrêter.

Terminant ses préparations, elle se cacha ensuite à l'une des entrées et attendit la tombée de la nuit. Comme prévu, des bruits de galop se firent entendre suivis, quelques secondes plus tard, des premiers cris des pillards. À dos de chevaux du désert, ces barbares fonçaient vers les rues pour rentrer dans le village et en atteindre le centre. Mais les premiers qui eurent le malheur de charger prirent de plein fouet les pièges de la vampirette. Les filins furent coupés par les chevaux qui, quelques instants après, se prennaient les pattes dans les cordes relevées par le piège, projetant leurs maîtres droits sur des piques cachés sous la surface du sable. Si tous ne moururent pas sur le coup, la stratégie fit son effet puisque les premiers cris de douleur se firent entendre.

Sortant de sa cachette sur le toit d'une des bâtisses, la Chinoike se jeta sur trois de ses ennemis et, katana dégainé, elle tourna sur elle-même, tranchant profondément les pillards encore debout de ce côté. Alors qu'ils tombaient de leurs selles en criant, elle leur bondit dessus un à un, les achevant sans hésiter. Alors qu'elle n'avait même pas encore 13 ans, elle se trouvait là, au milieu du désert de Kaze no Kuni, à massacrer sauvagemment des hommes désespérés au point d'attaquer d'autres de leurs concitoyens.

Se retournant vers les deux qui étaient passés devant, elle les tua à leur tour, profitant de l'instant de pause pour boire un peu du sang de sa dernière victime. Avec le liquide rouge épais, ce fut l'adrénaline qui vint parcourir l'échine de la vampirette. Elle s'essuya la bouche et se mit alors à grimper à toute vitesse à la paroi de la maison la plus proche et, bondissant de toit en toit, elle atteignit le groupe suivant. Elle leur réserva un sort similaire alors qu'elle commençait à subir ses premières blessures du combat qui paraissait bien inégal au début et devenait de plus en plus unidirectionnel. Katsuko les massacrait.

Mais ses pièges ne retiendraient pas tous les pillards le temps qu'elle termine tous les groupes. Elle se dépécha donc mais elle commença alors à entendre les premiers cris des habitants tandis que les pillards avançaient à l'intérieur. Agissant sans pitié, elle acheva encore un ennemi avant de se retourner directement vers le centre cette fois-ci. Lame sanglante au clair, la Chinoike courut sur l'un d'entre eux, l'empalant avec violence tout en évitant le cimeterre du barbare qui lui passa au dessus de la tête.

Comme un petit démon insaisissable, elle bondit à nouveau sur un autre qui lui tournait le dos pour tenter d'embarquer avec lui une jeune fille inconsciente, villageoise ingénue qui aurait sans doute finie en tant qu'esclave si Katsuko n'était pas là. Continuant la boucherie, la fille aux yeux brillants ne s'arrêtait plus un instant, chacun de ses mouvements étant fait pour tuer, l'éducation forcée inculquée par son père se dévoilant dans tous ses sombres détails. Elle n'était pas une humaine, elle était juste un pantin programmé pour tuer. Ridicule.

Criant pour attirer l'attention d'un autre homme qui s'apprétait à achever un paysan récalcitrant, elle se jeta sur lui et le décapita avant finalement de s'arrêter. C'était le dernier. Elle prit alors le temps de respirer, couverte d'entailles, cherchant l'énergie de retourner jusqu'à l'abris que les habitants l'avaient laissé occuper. Quand elle s'y dirigea, elle entendit un cri suivi de bruits de lutte. Il en restait un. Elle se mit à foncer vers leur origine. Grimpant sur la bâtisse qui l'en séparait, elle arriva au bord du toit et se jeta, toutes griffes dehors, sur l'homme qui était en train d'acculer une jeune fille contre le mur.

Sans un bruit, elle lui tomba dessus, pieds sur les épaules, et elle lui planta le katana dans le crâne. Faisant un petit bond en s'appuyant sur le cadavre en train de s'effondrer, elle se retourna vers la fille, plongeant ses yeux rouges redevenus ternes dans ceux de l'inconnue.

« T'es blessée ? »

_________________
Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] Empty
Mer 19 Juin 2019 - 1:09

Arrêter la rafle.


Chaude, chaude est la journée d’été dans le désert impitoyable. Ses pattes suivent difficilement le rythme de croisière qu’elle s’efforce de tenir, affaiblies par la chaleur qui l’accable. Kanna ne peut se permettre de lâcher prise maintenant. Son objectif est plus clair que jamais : il faut quitter Kaze no Kuni. Il faut aller ailleurs, trouver un endroit où tout ira pour le mieux. Ici, elle ne se sent plus à son aise. Ses tentatives de rebrousser chemin, de se donner une chance et de croire en son pays, sa maison, n’ont pas fonctionné. Une véritable perte de temps. Tout en elle appelle au changement.

Néanmoins, arrivée si loin, Kanna n’a pas osé franchir le pays. Hayashi no Kuni était si proche, bien trop proche. Suffisamment pour lui causer une incontrôlable crise d’angoisse. Des jours durant, l’hybride a marché, parfois couru, pour fuir loin de tout cela. Sans s’en rendre compte, elle avait englouti les kilomètres, jusqu’à se retrouver dans un village au nord-est de Taiyô, à quelques heures de là. Une route fatigante que l’hybride n’a pas vue passer, à tel point que son corps affaibli ne demande que le coup de grâce.

L’oasis à côté l’attire comme un aimant. Elle s’y rend, la patte traînante, pour y boire un peu d’eau. Comme à son habitude, Kanna se laisse dorer au Soleil, sur un rocher. Assez éloignée des autres, elle profite de sa solitude et de la proximité de l’eau pour se prélasser, sans penser à rien. Fatigue cruelle et dangereuse insouciance.

Quand ses prunelles azurées s’ouvrent difficilement, l’hybride constate que la nuit est tombée. De nombreux bruits de pas parviennent à ses oreilles, bien loin d’être des pas avenants. La blanche ne le sait que trop bien : si elle reste installée ici, ils ne la laisseront pas tranquille. Ses forces ne lui permettront pas de rester ainsi immobile, sa transformation s’évanouira avant qu’ils ne s’en aillent. Courageuse ou paniquée, voire les deux, Kanna se redresse pour quitter la zone aussi rapidement que possible. Malheureusement pour elle, la métamorphose se dissipe un peu trop vite, suffisamment pour qu’un type la remarque et décide de lancer d’autres balourds à sa poursuite.

Ni une, ni deux, Kanna se met à courir aussi vite que possible. Les ruelles défilent à toute vitesse, les maisons passent et repassent, alors qu’elle fait le tour du village pour tenter de les semer. Coincée par un des loubards qui a compris sa combine, la blanche est contrainte à une manœuvre encore différente, qui la mène dans un cul de sac. Heureusement pour elle, des hurlements au loin, plein de sortes de cris, se mêlent les uns aux autres dans un tintamarre difforme, mais compréhensible : il y a quelqu’un en danger, mais aussi quelqu’un qui sème le danger. Kanna tente sa chance : à son tour, elle se met à hurler à pleins poumons, dans l’espoir d’appeler le héros de cette nuit.

L’agitation, au loin, lui signale l’arrivée imminente de ce protecteur sorti de nulle part. Kanna recule, dérangée par le dernier badaud, bien trop intéressé par une gamine aux oreilles de chat et à la bouille immaculée. Derrière, un mur. Devant ? La mort. Ou pire. La jeune fille déglutit, jusqu’à ce que l’improbable surgisse. Une petite demoiselle aux cheveux roses surgit de nulle part sur les épaules de son agresseur. Le mouvement de katana, sûr et précis, se plante dans le crâne de l’homme qui n’a pas le temps de comprendre ce qui lui arrive, qu’il est déjà mort.

Les iris céruléens se relèvent, de l’assassiné à l’assassin. Kanna cligne vivement des yeux. La voix fluette de l’inconnue s’élève, cristalline, en totale inadéquation avec ce qu’il vient de se passer.

« N-non, merrrci. »

Elle penche la tête, observe la nouvelle venue. C’est une crevette. Petite, frêle, ses cheveux longs et roses lui donnent un aspect fragile qui contraste avec sa brutalité. Et c’est cette gracile demoiselle qui vient de perpétrer un tel massacre. C’est terrifiant, mais incroyable. Elle a dû vivre des histoires atroces, pour en arriver à des meurtres de cette férocité. Kanna respire plus sereinement, ne se sentant pas particulièrement en danger face à cette adolescente.

« Je ne sais pas si je dois t’admirrrer pour ton trrravail, car mes sens me perrrmettent de perrrcevoir que nous sommes les seules dehorrrs, donc tu as fait tout ça sans l’aide de qui que ce soit, ou si, au contrrrairrre, je dois me demander qu’est-ce qui t’a menée à ça. »

L’hybride hausse les épaules.

« Je pense que je vais choisir la grrratitude et l’admirrration. Le déserrrt est vaste et peuplé d’êtrrres plus dangerrreux qu’on n’ose l’imaginer. Alorrrs … Merrrci, vrrraiment. »

C’est un choix comme un autre, mais il semble être le plus naturel pour l’enfant. Cette fille sera son héroïne du jour, aussi sombre soit son histoire, aussi tristes soient ses raisons. Peu importe ce qui l’a menée sur cette voie, aujourd’hui, elle tient entre ses mains la survie et la santé mentale de plusieurs personnes, ce qui est tout de même honorable.

« Je m’appelle Kanna. Quel est ton nom ? »

Et puis c’est tout. Mais c’est déjà pas mal, non ?


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Chinoike Katsuko
Chinoike KatsukoEn ligne

Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] Empty
Mer 19 Juin 2019 - 14:56
Katsuko hocha un peu la tête à la réponse de la fille. Son accent était bizarre, et ses oreilles l'étaient tout autant. Elle avait l'air de plus trop savoir quoi faire maintenant qu'elle était sauvée, ce qui pouvait être compréhensible vu que c'était une sauvageonne d'à peine 13 ans qui venait de massacrer un homme juste devant elle qui l'avait secourue. Une scène sans doute peu conventionnelle qui lui avait coupé l'herbe sous le pied.

« T'inquiète. »

La vampirette nettoya sa lame, se retenant de lécher le sang dessus pour pas faire peur à cette étrange fille. Elle venait de la sauver, c'était pas pour la traumatiser ensuite. Une fois le sang enlevé avec son doigt replié sur le plat de son katana, elle le rangea dans son fourreau, plutôt confiante sur le fait qu'elle les avait tous exterminés cette fois-ci. Elle tendit l'oreille. Plus de bruits, plus de cris. Morts ou en fuite face au massacre, ils ne seraient plus assez nombreux pour attaquer quiconque, en espérant qu'ils retiennent la leçon. Sakki n'était pas quelqu'un à rencontrer lorsqu'on ne savait pas se battre.

Son regard se posa à nouveau sur la féline qui se mit à lui parler, ne s'arrêtant plus pendant un petit moment. Les yeux un peu vides de la demoiselle aux cheveux roses restèrent sur son interlocutrice jusqu'à ce qu'elle ait fini son monologue.

« Je vais pas te tuer. T'es pas dans la mission. »

Une réponse qui paraissait évidente pour la fille à moitié formatée à moitié traumatisée par les "enseignements" de son père contre lesquels elle ne parvenait pas encore à se rebeller pour retrouver sa propre liberté de penser.

« Je m'appelle Chinoike Katsuko. Dans le Colisée on m'appelle Sakki aussi. »

Katsuko ne savait pas trop quoi lui dire d'autre. Elle observa un peu le lointain, la ruelle donnant sur le désert qui s'étendait à perte de vue. Elle fit quelques mudras pour commencer à refermer ses plaies, faisant travailler son sang en hémostase accélérée tout en ramenant celui qui avait commencé à s'écouler à l'intérieur de celles-ci.

« Le désert est... dur. Faut pas y aller si t'es pas préparée. Et il est plus dangereux que tous ceux qui s'y trouvent. T'as pas l'air d'être une habitante du village avec ton accent, tu fais quoi là ? »

Essayant d'engager la conversation comme si de rien était, le cadavre sanglant encore à quelques centimètres d'elle sans qu'elle ne semble s'en préoccuper, Neiko était face à la féline jeune fille, attendant sa réponse, un peu curieuse. Les informations, c'était important, son père le lui avait répété suffisamment de fois en la battant pour qu'elle le comprenne.

_________________
Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] Empty
Ven 21 Juin 2019 - 0:25

Arrêter la rafle.


Froide. Insensible. Il y a quelque chose qui manque chez cette demoiselle. Un vide, un creux que personne ne peut combler. Comme si, là où devait se trouver son cœur, il n’y avait plus rien. Kanna l’observe longuement, perplexe. Elle a l’air si jeune et si douce, voilà pourtant qu’elle agit comme un monstre … Comme son propre père. Une machine à tuer, qui ne reculerait devant rien pour accomplir une mission, ou apaiser ses pulsions. La blanche hésite entre une profonde compassion et un rejet total. Pour le moment … Elle ne le sait pas. Ce n’est encore qu’une adolescente, après tout.

La jeune Katsuko a deux identités, celle de Chinoike Katsuko, et Sakki, la combattante du Colisée. Enfin, Kanna le suppose ainsi, peut-être a-t-elle tort. À en voir sa brutalité et sa maîtrise du combat, c’est l’hypothèse qui lui paraît la plus logique. Elle hoche la tête, continuant de l’observer. Les plaies disparaissent, le sang aussi. Tout s’efface, d’un coup. C’est étonnant. Bon, Kanna est capable de passer d’une forme à une autre, donc elle ne commencera pas à faire de longs cours sur ce qui est normal ou non, mais elle avoue être intriguée par la crinière rose.

L’attention passe de l’une à l’autre, atterrissant désormais sur l’hybride. Un sourire étire ses lèvres. Cette demoiselle a l’air de s’y connaître à propos du désert et, à vrai dire, c’est une bonne chose, mais Kanna y a toujours vécu, donc elle n’apprend rien. Haussement d’épaules.

« Je sais. Les brrrigands sont déjà un prrroblème, mais ils ne sont rien comparrrés au déserrrt. Il engloutit toute perrrsonne qui ne s’y est pas bien prrréparrrée. »

Kaze no Kuni. Si c’était un mystère, elle le saurait. Sa frousse l’a fait revenir jusqu’ici, pour tomber nez-à-nez avec un homme qui aurait pu lui faire vivre un calvaire, pour finalement la laisser pour morte. Une nouvelle preuve qui incite Kanna à quitter ce pays le plus vite possible. Rien n’y est bon, sa famille n’y est plus : pourquoi se forcer à y rester ? Le Yûkan est vaste, il y a bien un autre endroit qui lui permettra de s’épanouir.

La métamorphe se remet bien droite, époussette ses vêtements.

« Je ne viens pas de ce village, en effet. Ceci dit, je viens du déserrrt. Si je ne suis pas entrrraînée au combat comme toi, je peux au moins dirrre que je le connais comme ma poche. C’est déjà une bonne chose ! »

Elle penche la tête, curieuse.

« Tu combats vrrraiment au Colisée ? Ce n’est pas trrrop dangerrreux ? Tu n’as pas peur ? »

Si jeune et déjà rodée au combat. Quel déplaisir. Quelle guigne. Kanna finit par se décider, entre compassion et rejet. Elle opte pour la compassion. Bien que la métamorphe ne l’admettra jamais, elle ressent un pincement au cœur à l’idée de voir une si frêle demoiselle lutter ainsi contre des hommes qui font parfois deux fois sa corpulence. Le monde ne devrait pas être un vaste champ de bataille. Encore moins pour les enfants.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Chinoike Katsuko
Chinoike KatsukoEn ligne

Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] Empty
Sam 29 Juin 2019 - 0:59
Elle s'était apparemment mépris. Cette fille connaissait le désert au vu de sa réaction. Ce qu'elle avait dit était une évidence pour elle, et ses paroles le confirmèrent dans la foulée. Katsuko hocha alors la tête, ne sachant que dire de plus. Elle n'était pas une grande bavarde, devant juste obéir aux ordres de son père sans poser de question sans quoi les sanctions tombaient.

La féline s'épousseta comme après une roulade dans le sable, alors que Neiko l'examinait encore. Elle ne la comprennait pas vraiment. Elle ne semblait pas avoir de motif, ne pas savoir se battre, ne pas avoir de destination. Ou en tous cas, elle ne laissait rien paraître.

« Si tu sais comment éviter de te faire tuer par le soleil, les scorpions, les serpents et les insectes, alors les bandits sont pas un si gros danger oui. Ceux-là feront plus de mal. »

Kanna enchaîna alors avec des questions qui parurrent presque bizarres à la jeune fille aux yeux carmin. Peur ? Dangereux ? Non, pas du Colisée. Le Colisée c'était rien. Son père lui par contre... Mais elle n'avait pas le droit de le dire, sinon elle aussi mourrait et Katsuko... Elle eut un frisson de terreur rien qu'à y penser, baissant la tête alors que ses yeux s'emplissaient de cette peur incontrôlable pendant quelques instants avant qu'elle ne les ferme et qu'elle secoue la tête.

« Non. Le Colisée, c'est vraiment rien. Ya d'autres trucs qui me font peur mais j'ai pas envie d'en parler... »

Elle savait que parler de l'interdiction ou de devoir de se taire, selon l'interprétation, avait tendance à exciter les soifs de connaissance tandis qu'une absence d'envie entraînait plutôt compassion et excuses. "Oh pardon je voulais pas te mettre mal à l'aise ma pauvre petite." Des choses du genre. Après quelques instants, lorsqu'elle se contrôla à nouveau, elle releva son regard à nouveau bien vide pour celui d'une enfant de treize ans.

« Tu veux aller où alors ? Enfin, si t'as une destination et que t'es pas juste une nomade. Enfin c'est pas que c'est nul d'être nomade, c'est juste que voyager sans but... Je comprend pas trop. Enfin voilà quoi. Tu vas où ? »

Once de curiosité dans ce regard bien trop éteint, la fille avait un certain intérêt pour cette inconnue qui était sortie de nulle part et à qui elle n'arrivait à rattacher aucune image habituelle.

_________________
Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] Empty
Sam 6 Juil 2019 - 13:27

Arrêter la rafle.


Tous les enfants du désert savent à quel point cet endroit manque de clémence. Les aventuriers les mieux préparés y périssent, alors ceux du dimanche, qui ont oublié leur gourde ? Ceux-là ne tiennent pas deux heures. Heureusement, les gens qui y vivent ont appris à l’apprivoiser. Ils savent comment le dompter, comment y marcher sans se brûler les pattes. Kanna a de la chance, tout de même : ses coussinets sont habitués aux fortes chaleurs. Elle peut avancer tranquillement sans rien craindre. Si seulement ces facilités lui permettaient de quitter le pays sans avoir besoin de faire marche-arrière, hein …

Les prunelles incarnates divaguent un peu, noyées dans un sentiment que l’hybride ne saisit pas. Cette demoiselle est capable de ressentir. Il y a quelque chose qui la bloque, qui cloche, et éveille en elle un truc incompréhensible. La gamine immaculée penche doucement la tête. Qu’est-ce qui ne va pas chez celle-ci ? On a tous un trauma, Kanna commence à le comprendre … Alors, quel est le sien ?

L’adolescente reprend la parole. Le Colisée, ce n’est pas terrifiant. Autre chose l’est, ceci dit, mais cela restera un mystère pour la métamorphe : Katsuko ne veut pas en parler. Comme l’hybride la comprend … Elle décide de ne pas rebondir sur cette espèce de demande. Si la rose préfère garder le silence à ce sujet, Kanna ne la dérangera pas plus que ça. Elle mérite qu’on la comprenne, qu’on lui laisse ses peines, pour qu’elle puisse au moins penser à autre chose quand elles ne sont plus là.

« D’accorrrd, alorrrs ! »

L’immaculée hoche doucement la tête, tout sourire. Quand Katsuko relève la tête, elle est redevenue l’enfant vide que Kanna a rencontrée. C’est particulier, mais c’est sûrement sa façon de se préserver. L’hybride a presque envie de lui caresser la tête. Il doit y avoir plein de douceur en elle, une tendresse écrasée par le poids de ses peurs, qui craint de se manifester. Le chat ne la comprend que trop bien.

La curiosité de la sanguine revient au galop, mitraillant ainsi la métamorphe de questions. Son sourire se crispe un instant, avant de dévoiler sa dentition aux canines allongées.

« Je suis une nomade forrrcée. Je ne voulais pas parrrtir, mais on ne m’a pas donné le choix. Alorrrs … Je vais où mes pattes m’emmènent. Ceci dit, j’ai un but ! Si Kaze ne peut plus êtrrre ma maison, alorrrs j’irrrai en trrrouver une autrrre. Un garrrçon m’a parrrlé d’une ville où les étrrrangers sont bien accueillis, Shitaderrru, mais c’est trrrès loin d’ici. Alors autant que je prrrofite du fait d’êtrrre librrre pour visiter, non ? Le Yûkan est vaste, c’est ma seule occasion d’y voyager autant que possible. Même si je suis trrriste et que je suis revenue sur mes pas, je pense que c’est la meilleurrre chose à fairrre. Parrrtir d’ici, pour découvrrrir autrrre chose. Je suis sûrrre qu’il y a mieux que le déserrrt … Je ne sais pas encorrre où, ceci dit. »

Kanna hausse les épaules.

« Pour commencer, je vais aller à Hayashi, je pense. C’est l’endrrroit qui est à la frrrontièrrre et j’en ai un peu entendu parrrler. Puis, le pays du bois, comparrré à notrrre grrrand océan de sable, ça ne peut qu’êtrrre intérrressant, non ? »

Le sourire, forcé au départ, semble devenu plus naturel. L’espoir l’anime et le transporte, lui permettant de s’installer correctement sur le visage de l’enfant.


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Chinoike Katsuko
Chinoike KatsukoEn ligne

Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] Empty
Dim 28 Juil 2019 - 19:05
Neiko perdit son regard dans le vide, au delà de sa féline interlocutrice. Le Soleil était totalement disparu et la lune éclairait désormais le sable du désert. Celui-là même qui s'étendait à perte de vue, dans son arridité sans limites. Elle écoutait la jeune femme en face d'elle, comme dans un état second. Elle ne savait pas quoi faire, pas quoi dire. Ce n'était pas dans ses
habitudes que de parler à des étrangers ainsi. Normalement, elle effectuait sa mission, sauvait les personnes qui pouvaient l'être et repartait directement auprès de son père pour y recevoir sa mission suivante. Un modèle qui jusque là avait plutôt bien fonctionné et lui avait évité des remontrances. Enfin, elle espérait que ce soit le cas.

Mais voilà que cette Kanna se lançait dans des explications développées du pourquoi et du comment elle était nomade. Explications qui ne concernaient que peu -voire pas du tout- la vampirette. Incapable de trouver quoi répondre à tout ceci, elle se contenta dans un premier temps de hocher la tête, son regard sans éclat étant revenu croiser celui plus vif de celle qui lui faisait face. Après réflexion cependant, un nom lui accrocha l'oreille. Shitaderu ? Elle en avait entendu parler sans pouvoir resituer où se trouver cette ville ni dans quel contexte elle en avait entendu parler.

« Shitaderu ? C'est où déjà ? Et si tu cherches où aller, la capitale d'Hi no Kuni est agréable. »

Katsuko ne se voyait pas lui expliquer qu'elle avait dû aller là-bas l'an dernier pour un mariage politique entre elle et le fils d'un gros bourgeois du coin, tentative qui s'était terminée par un refus de la part du fils du noble qui avait surpris la demoiselle en train de courir dans les rues la nuit, chose qu'il refusait catégoriquement pour une femme soumise qu'il espérait. La liberté ne figurait pas parmis les pré-requis et la tueuse du Colisée ne saurait s'en passer totalement quand elle avait des occasions comme celles d'alors. La féline devrait se contenter de ce peu d'informations que lui offrait la vampire aux yeux carmin.

« J'ai jamais vu le pays du bois. Et océan jaune ou vert, je vois pas trop la différence. Le blanc m'intrigue plus. »

Oui, s'il y avait un voyage qu'elle souhaitait faire, c'était bien celui pour rejoindre les côtes de Yuki no Kuni, pays de la Neige, toujours blanc à ce qu'elle avait pu lire dans quelques livres dont elle ignorait l'origine, contes ou récits de voyages, elle ne saurait le dire. Elle se contentait alors des images qu'elle s'était dessinée, se basant sur ces descriptions de la neige qu'elle n'avait encore jamais vu. Elle savait aussi qu'elle pouvait en trouver en hiver dans les montagnes de Tsuchi no Kuni, mais ce n'était pas aussi grandiose. Du moins dans les visions qu'elle en avait. Et puis le pays était sensé n'avoir été que peu visité. Être exploratrice, voilà ce qui intéressait la demoiselle aux yeux sanguins.

« Il est tard, les serpents et les scorpions vont sortir. J'ai une pièce pour dormir si t'as pas d'endroit où te coucher à l'abris ici. »

Se retournant sans plus de cérémonie, elle se dirigea à travers le petit village entouré de cadavres pour aller dormir, épuisée par son combat bien qu'elle n'en montrait pas grand chose dans son impassibilité. Katsuko rentra dans le bâtiment qui servait à accueillir les voyageurs et grimpa à l'étage, tournant dans une pièce pour s'affaler sur le lit, se blotissant sur le matelas dur posé au sol qui lui servait de lit, matelas de deux places dont elle ne prenait que le tiers de par sa petite taille. Si la féline voulait dormir, elle n'avait qu'à faire de même. Sinon, elle était libre.

Pas comme elle...

_________________
Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336
Saiseiki Kanna
Saiseiki Kanna

Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] Empty
Ven 9 Aoû 2019 - 12:43

Arrêter la rafle.


Le désir de faire un long voyage. De prendre son courage à deux mains, pour partir aux confins du monde. Ça a l’air grandiose, dit comme ça, tout autant que ça paraît terrifiant. Il suffit de se donner du courage, de trouver la force en soi d’aller au bout des choses. Est-ce qu’elle existe ? Kanna ne le sait pas, mais à force de se bourrer le crâne avec cette nécessité de partir loin, il lui semble qu’elle n’est plus aussi inaccessible. Alors, Shitaderu semble être son dernier arrêt, le grand point rouge au loin sur le Yûkan. La cible qu’elle s’efforcera de suivre. Mais il y a bien d’autres endroits où s’arrêter, d’abord, comme la capitale de Hi, citée par Katsuko. L’immaculée arque un sourcil. Hi no Kuni. Un autre nom qui se fraye un chemin dans son esprit. Elle hoche la tête.

« D’accorrrd, j’irrrai y fairrre un tour alorrrs ! »

Le carnet de voyage qui se remplit progressivement, au gré des histoires entendues ici et là. Le pays du feu n’est pas le plus accueillant de tous, c’est certain. Kanna n’a pas entendu que de belles choses à son sujet. Pourtant, c’est un endroit que la blanche veut parcourir. Elle veut que ses pattes foulent ce sol inconnu, cette vaste étendue qui n’attend que d’être visitée.

Katsuko surenchérit avec les océans jaunes, verts … Et y ajoute un blanc. Il y a donc un pays où les étendues ne sont ni du sable, ni des arbres ? Probablement des montagnes, si c’est tout blanc … Ou encore autre chose ? Kanna penche la tête, intriguée. Cet endroit ne lui dit rien, peut-être qu’il est trop reculé pour qu’elle ait pu en entendre parler ? Les livres ne doivent pas beaucoup le mentionner non plus. Ou, tout du moins, pas ceux qu’elle a lus. C’est une histoire qu’il faut raconter, alors ! Partager ses connaissances, même si ce n’est que de la théorie, pour enrichir celles des autres. Un échange bilatéral, utile à tous, bien plus qu’on ne l’imagine.

D’un coup, la rose mentionne l’heure tardive et les dangers qui menacent le grand pays du vent. Les scorpions et autres bêtes féroces qui mettent en péril les voyageurs. Kanna hoche la tête. Katsuko lui propose un endroit où crécher. Comme elle lui a sauvé la vie, l’immaculée n’imagine pas que leur situation l’expose au danger. Sans se poser de questions, elle lui emboîte rapidement le pas.

Arrivées dans la chambre, Kanna constate un grand lit, que la crevette ne remplit pas au tiers. Sa tête penche sur le côté, naturellement. Vulnérable. Face à tous ces lourdauds, Katsuko avait l’air si puissante, si forte. Là … Tout son panache semble avoir disparu. Être devenu une façade. C’est une demoiselle comme les autres, exposée à un grand danger, transformée en machine contre son gré. Kanna s’approche et se couche ni trop loin, ni trop près. Ses prunelles se déposent sur la rose.

« Dis, dis, c’est quoi le pays blanc ? C’est Kaminarrri ? C’est là-bas qu’il y a Shitaderrru … »

La curiosité presque maladive de la petite fille reprend ses droits, plus vite que jamais. Kanna veut savoir. C’est quoi, le pays blanc ? Un sourire étire doucement ses lèvres. Elle a bien d’autres questions à poser à Katsuko, mais elle ne veut pas l’embêter. Cette jeune fille est si jolie. Toute l’aura meurtrière qui l’entourait a disparu, maintenant c’est juste une gamine comme les autres. Timidement, Kanna approche sa main de la sienne. Une longue hésitation, un parcours du combattant pour que simplement ses doigts se déposent sur la peau d’albâtre de la rose. Fragile. Si fragile. Quel est le fardeau qui pèse sur ses épaules, pour qu’il y ait tant de différence entre ce qui se passe dehors, et ici ? Quelle est la blessure de Katsuko ?


_________________

Kitten Kanna:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6497-saiseiki-kanna-des-petites-pattes-pour-une-grande-bagarre http://www.ascentofshinobi.com/t6515-kanna-carnet-de-bord
Chinoike Katsuko
Chinoike KatsukoEn ligne

Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] Empty
Dim 11 Aoû 2019 - 15:48
« Hmmm... »

Si elle voulait y aller, elle pouvait. Elle n'aurait pas de danger notable sur la route normalement, sauf si elle n'avait vraiment pas de chance. La seule source d'inquiétude possible était le désert et cette fille lui avait suffisamment dit qu'elle s'y connaissait. Donc elle s'en sortirait sans problèmes, bien que, dans un sens, ça ne concernait pas la gamine aux yeux carmin. Elle termina ses quelques répliques, répondant à la fille aux oreilles étranges. Elles finirent de discuter et Katsuko se dirigea vers son abris pour la nuit sans trop prêter attention à sa suivante. Lorsqu'elle s'affala sur le lit cependant, elle remarqua bien qu'elle n'était pas seule, confirmant l'impression qu'elle avait eu en entendant les pas légers derrière elle. La féline avait accepté son offre.

Alors qu'elle se blotissait sous la couverture de fortune pour en retirer un maximum de chaleur dans cette nuit qui allait bientôt être très froide, la température ayant déjà bien chûté, elle l'entendit lui parler à nouveau. Elle se retourna alors vers Kanna et l'observa un instant avant de lui répondre.

« Non, pas Kaminari. Plus loin. De l'autre côté de la mer. Un pays couvert de neige. Je sais pas grand chose dessus. Il s'appelle Yuki no Kuni. Je crois que c'est de là que viennent les Yuki, le clan qui manipule la glace qui est à Mizu no Kuni. »

C'était là tout ce qu'elle savait d'eux et de leur supposé pays, des informations qu'elle avait glané en préparant sa première mission du côté de Mizu. Pour Shitaderu, elle se demandait bien ce que cette cité pouvait avoir d'intéressant pour qu'elle veuille y aller. Enfin, la fatigue du voyage, des préparations et du combat lui retombait dessus rapidement.

« Et ya quoi d'intéressant à Shitaderu ? »

Alors qu'elle lui posait la question, elle sentit la patte de la voyageuse sur sa peau, frissonnant de surprise. Elle la regarda alors, ne sachant pas comment réagir, ne comprennant pas vraiment ce qu'elle cherchait à faire ou à savoir en la touchant ainsi. Elle voulait voir si elle était humaine ? Si sa peau était chaude comme celles des gens normaux ? Si elle était de métal froid comme une création des Metaru, ce clan qui manipulait le métal comme personne ?

Ne trouvant pas de réponse aux questions qui étaient soudainement apparues dans son esprit, elle recula légèrement, déplaçant un peu la couverture et lui faisant bien face pour éviter qu'elle puisse avoir un oeil sur son dos, ce dernier étant encore blessé du dernier passage à tabac offert par son père. Si elle voyait les cicatrices, cela risquait d'entraîner d'autres questions, et des problèmes. Pas très enviable. Katsuko préféra donc surveiller Kanna et sa curiosité dangereuse. Ça pouvait très vite déraper après tout...

_________________
Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna] 5m0g
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3051-chinoike-katsuko-la-vampire-du-desert-termine http://www.ascentofshinobi.com/t3095-chinoike-katsuko-vampire-a-ses-heures-perdues http://www.ascentofshinobi.com/u336

Arrêter la rafle [Ft. Saiseiki Kanna]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: