Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Au Pandémonium [Libre]
Se faire les griffes [PV] EmptyAujourd'hui à 12:15 par Kyouran Takeru

» Étapes 2 & 3 [Fukkatsu]
Se faire les griffes [PV] EmptyAujourd'hui à 12:09 par Sharrkan

» Retrouver son patrimoine II [Solo]
Se faire les griffes [PV] EmptyAujourd'hui à 12:06 par Akimichi B. Hyakuzô

» Loterie des fêtes 2019 !
Se faire les griffes [PV] EmptyAujourd'hui à 12:03 par Suzuri Hina

» 逆上 Frénésie. [TERMINEE]
Se faire les griffes [PV] EmptyAujourd'hui à 11:44 par Kobane Harumi

» Rendez-vous avec la Régente
Se faire les griffes [PV] EmptyAujourd'hui à 11:38 par Sairyo Hiko

» The Rising Sun
Se faire les griffes [PV] EmptyAujourd'hui à 11:38 par Amazigh

» 10. Demandes de Succès
Se faire les griffes [PV] EmptyAujourd'hui à 11:20 par Sae

» Se faire des amis, en italique [Sharrkan]
Se faire les griffes [PV] EmptyAujourd'hui à 11:05 par Sharrkan

» Une collection à exploiter [Pv: Hiko]
Se faire les griffes [PV] EmptyAujourd'hui à 10:48 par Suzuri Takara

Partagez

Se faire les griffes [PV]

Yamanaka Jun
Yamanaka Jun

Se faire les griffes [PV] Empty
Dim 16 Juin 2019 - 15:43
Suite de ce RP

Il voulait rencontrer un membre d’unité spéciale mais sa liberté n’avait pas de prix ? Quelle était donc sa réflexion ? Espérait-il que le Yamanaka se porterait garant de lui ? S’il se risquait à atteindre les portes malgré ses recommandations, tant pis pour lui, il serait seul… Et le blond assisterait au besoin selon ce qu’on lui demanderait de faire, en détectant ses mensonges ou carrément remonter le fil des souvenirs de l’homme en armure. Jun lui avait donné une porte de sortie sûre, il n’avait pas voulu la prendre. A voir comment tout cela s’agencerait.

- Ah … Un autre ?

Passant lentement sa langue sur ses dents le temps de réfléchir et d’assimiler les informations, il activa le tatouage sur son bras ce qui permit ainsi à l’un des cadets du clan des Hiboux de se joindre à eux dans un petit nuage de fumée .

Akifumi:
 

- Oh bonjour maître, que puis-je pour vous aujourd’hui ?

- J’ai besoin que tu ailles annoncer notre arrivée à Aditya.

Touchant le front du petit hibou alors qu’il activait un mudra, il transvasa en lui ses directives et ce qu’il avait appris, laissant le cadet des hiboux voleter rapidement jusqu’à Kiri pour trouver la personne recherchée. Aditya venait d’être récemment promu à la Kenpei donc était tout à fait apte normalement à les recevoir aux portes, sans compter qu’il lui devait quelques faveurs pour ses constructions navales récentes, aussi, l’avertir en avant-première des catastrophes qui semblaient avoir frappé son pays natal étaient on ne peut plus normal.

- Et comment ce Dieu a-t-il fini ? Après vous.

* * * * *

- Aditya-sama, Aditya-sama.

Atterrissant à grands fracas à côté du blond après avoir volé aussi rapidement qu’il l’avait fait, le petit rapace reprit sa respiration en posant son aile sur sa poitrine, le temps pour lui de se reprendre.

- Yamanaka-sama m’a demandé de venir vous chercher. Il se dirige actuellement vers la porte nord avec un homme qui dit avoir des informations sur Hayashi no Kuni qui aurait également subi une attaque d’un autre Dieu !!!

Suivant le blond sur son chemin vers les portes pour lui raconter le reste du peu qu’il savait sur l’existence d’une ville légendaire – Hikari- au fond de la crevasse du pays, et du lien avec Kumo qui avait apparemment des vues diplomatiques sur ce pays, le hibou qui volait à côté du chûnin finit par la requête de son maître.

- Yamanaka-sama lui aurait apparemment dit qu’il était Jonin pour le dissuader de tenter quoique ce soit … Est-ce qu’il serait possible pour vous de jouer le jeu Aditya-sama ? Mais libre à vous de mener l’entretien, même s’il était Jonin vous seriez toujours plus gradé … Non ? Je crois !

Se gardant d’exprimer son propre avis à savoir laisser son maître extirper toutes les informations possibles et inimaginable de l’inconnu, le petit hibou affichait une moue inquiète alors qu’il arrivait aux portes et voyait son maître et l’inconnu arriver également, en reflet de ce que ces nouvelles devaient provoquer chez le manipulateur du bois.

Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5218-yamanaka-jun#41172 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t7417-yamanaka-jun-carnet-de-route-uc
Aditya
Aditya

Se faire les griffes [PV] Empty
Mar 18 Juin 2019 - 17:48
se faire les griffes

ft. Yamanaka Jun & Inuzuka Asagiri


Été 203, Marécages brisés, village de Kiri.


Alors que ses pas l’avaient mené avec droiture sur les berges du complexe shinobi, Aditya fut arrêté par une boule de plume d’autant plus familière qu’il reconnut ce baluchon verdâtre ; c’était Akifumi, l’oiseau de Jun qui se chargeait de lui apporter ses missives. Or… D’après l’air affolé qui s’était peint sur ses traits animal, il en était tout autre. Sa voix affolée déversa un flot de parole vivaces, si bien que l’ascèse stoppa tout mouvement afin de lui porter sa plus entière attention ; en quelques instants, l’indifférence qui seyait tant à son visage s’était effritée pour laisser planer l’ombre de l’inquiétude au creux de ses prunelles. Hayashi, cet Eden sylvestre, avait lui aussi subit le cataclysme que provoquait l’apparition d’un Dieu sur ses terres. …Kannon ? Il se força à faire preuve de sang froid devant cet augure, sachant à quel point cette denrée rare pouvait être utile en temps de crise. Son village, Ensō, avait peut-être même été touché par les retombées. Qu’en était-il des villageois qu’il avait laissé à son départ, une demie année plus tôt, et plus encore, de Kannon, sa mère adoptive ? Au fond de lui, il priait de ne pas avoir réitéré la même erreur que dans le passé ; celle de laisser ses proches en proie au doute lorsque sa curiosité envers le monde reprenait le dessus. L’espace d’un instant, les prémices de remords vinrent à empoisonner ses pensées… avant qu’il ne les chasse par nécessité : déjà, deux silhouettes se profilaient devant lui, l’une vêtue de plaques de métal en grand nombre.

« Dis m’en plus, que s’est-il passé là-bas ? Tu dis que le Pays de la Foudre s’y était rendu pour raison diplomatique… Que leur est-il arrivé ? »

Ses pas reprirent, d’autant plus empreint de détermination que ses traits ne s’accaparèrent de nouveau cette expression indifférente et calculée. L’oiseau, qui avait trouvé un confort salutaire dans la faible brise estivale, poursuivait son récit au fur et à mesure de leur avancée. Visiblement… Kumo avait joué un rôle dans la protection du Bois ; sans eux, cette Cité Ancestrale qui se tapissait au fond du gouffre millénaire ne serait peut-être plus de ce monde. Trop de merveilles que rescellaient le Yuukan s’étaient effondrées sous le joug de guerres et de conflits, heureusement, Hikari tenait encore.

…Mais pour combien de temps ? Après les révélations de cette charpentière sur le clan Shinrin qui berçait en son sein les enfants du Bois, un nouveau retour à Hayashi se faisait de plus en plus pressant pour l’ascèse, ne serait-ce que pour s’enquérir de la sécurité des siens. Si Aditya n’avait jamais été un homme ayant laissé le doute et tous ces sentiments venimeux s’insinuer dans ses pensées, à cet instant précis, il sentit son esprit défaillir, ne serait-ce que pour une seconde. Qu’il eût été naïf, de penser ainsi qu’un tel cataclysme pouvait s’abattre sur la Brume sans que le monde n’en soit touché. De supposer que cette résonance n’était que le fruit d’une coïncidence, poussant civils et shinobis à échanger leurs places ou à céder de leur vie sous l'assujettissement des éléments.

Qu’il avait été stupide, de penser ainsi détenir un fragment de vérité. Le monde ne pourrait jamais se refléter dans une seule face ; il était un prisme aux myriades de significations, de raisons et de conséquences.

Mais bien vite, il dût relever la tête, et darder son regard intransigeant sur cette armure vivante qu’aucun n’avait laisser son porteur ôter. Si le Yamanaka avait décidé de brouiller les pistes en déclarant que le Dieu de l’Eau avait été scellé dans le corps du chef du clan Kaguya, il se fierait à son choix : quoi qu’il en advienne, les grandes instances du village seraient bientôt informées de cet événement sans précédent. Et en tant qu'officier de la Kenpei… il était visiblement de son fait d’accueillir ce voyageur aux portes du village et de s'assurer qu'il ne soit pas guidé par de mauvaises intentions.

« …Ne t’en fais pas Akifumi, Jun a bien fait. La plupart de nos gradés doivent garder un œil sur le sceau et les besoins d’importance, il valait mieux jouer la carte de la fourberie. », toujours chamboulé par de telles nouvelles, l’ascèse porta un nouveau regard au petit hiboux en se remémorant ses paroles. « Je pense pouvoir faire une entorse à la vérité. Merci beaucoup de m’avoir prévenu. »

Mais leur périple prit bientôt fin, dès lors que ces trois silhouettes s’étaient rassemblées au centre des marécages brisés, dont l’ombre de la porte Nord surplombait les courbes. D’un bref signe de tête, il salua la présence de cet inconnu avec un certain respect.

« Aditya. J'imagine que vous êtes Inuzuka Asagiri, c’est cela ? », glissa-t-il à son attention en lui laissant quelques secondes pour lui répondre. « Comme vous le savez, avec les récents événements ayant touché le Pays de l’Eau, nous ne pouvons pas nous permettre de ne pas faire preuve de rigueur en ce qui concerne les voyageurs itinérants tels que vous. Mais n’ayez crainte, je ferai vite. »

D’une œillade, il avisa les traits du Yamanaka afin d’y trouver un soupçon d’impression à son sujet ; Akifumi semblait confiant, et plus abasourdit par la réalité des informations qu’il avait apporté avec lui sur son sillage.

« J’aimerai savoir pourquoi vous décidez de nous apporter de telles informations, gratuitement qui plus est. En tant que natif du Bois, j’apprécie une telle démarche. Cependant, l’expérience m’a appris que les hommes ne désirent jamais quelque chose sans y voir une part de leurs ambitions, dissimulées. », il prit un léger moment avant de reprendre, ses iris glissant sur l'imposante lame qu'il tenait. « De plus, portez-vous d'autres armes sur vous, en plus de votre hache ? J’aimerai avoir recours à une fouille sur votre personne et votre animal, si vous y consentez. J’imagine que vous comprendrez aisément pourquoi. Quant à votre attirail… »

Son regard s’échoua sur l’entièreté de son armure, qui pouvait déceler en son sein de nombreuses armes, si ce n’était que cela. Ne pas pouvoir discerner son visage était un manque profond, qui érodait d’autant plus la confiance d’Aditya en un geste d’une telle gratuité.

« Vous pourrez les garder, si toutefois vous nous confiez si elle porte ou non des armes. Nous ne vous les confisquerons pas. Néanmoins, si vous souhaitez entrer dans le village, il vous faudra accepter certaines règles à ce sujet. », déclara-t-il en prenant l’ascendant de la confiance : quelles que soient ses motivations à porter un pareil cocon de métal, Aditya aviserait en fonction de ses réponses à venir. Il ne tenait qu’à l’Inuzuka de prouver sa bonne fois à l’ascèse.



[invisible_edit]

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Ven 5 Juil 2019 - 13:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Inuzuka Asagiri
Inuzuka Asagiri

Se faire les griffes [PV] Empty
Mar 18 Juin 2019 - 18:33
-Ne jamais juger un homme à son apparence, encore moins quelqu'un qui porte les nouvelles. Gratuitement comme vous le dites avec clarté, vous êtes natifs du pays du bois et pourtant vous vivez ici parmi la brume. Hayashi est mon pays, ma contrée et tout ce qui me tient actuellement à cœur, vous connaissez mon nom je connais le votre Aditya, nous partageons pour l'un une origine et l'autre un pays en commun. Je conçois et ne peux que comprendre et me plier aux protocoles sur des terres dont lesquels je ne suis que l'hôte, votre camarade m'a parlé d'une attaque divine sur vos propres terres. Là vous semblez avoir réussit à maîtriser cette divinité, ou ce monstre selon les croyances de tout à chacun, je ne crains hélas qu'Hayashi n'ai pas eu la même chance.

Il haussa les épaules, Fenrir restant silencieux, la situation ne pouvait aucunement dégénérer. Si les habitants de ce pays souhaitaient imposer quelque chose qui dérangerait le colosse, il refuserait s'excusant et finirait son discours avant de tourner les talons aux marais entourant le village caché de la brume. Le colosse, de ses deux mètres de haut, détourna finalement le regard de l'individu qui le questionnait. Allumant une cigarette glissant le tube dans l'ouverture de son casque, se plier aux fouilles et aux règles d'une immigration possible en vérité cela le tourmentait. Mais n'avait-il pas fait tout ce chemin, pour passer outre ses propres problèmes, ce qu'il avait à dire cela concernait pas simplement sa modeste personne mais le monde entier, enfin ceux qui n'étaient pas au courant du moins. Autant dire que les sauvages de l'île maudite, aurait eu peu de chances d'entendre les détails, et d'avoir un témoin encore vivant de l'assaut sur la cité interdite d'Hikari. Haussant les épaules il laissa choir son arme contre le sol marécageux, il n'avait pas besoin de cet ustensile présentement, ce n'était d'avantage qu'un artifice pour accentuer le personnage et l'impression qu'il laissait naturellement déteindre. Mais lorsque l'Armure parlait, c'était avec justesse et sans prendre un rôle de brute, qu'il jugeait relativement caricatural. Il était le dernier de la meute, les esprits des siens ne veillaient peut être pas sur lui depuis l'au delà mais lui veillait à ne guère les rejoindre en se hâtant. Cela était inutile en tout point.

-Je n'ai pas de raisons particulière de donner des informations à ceux qui n'ont pas eu les moyens de les avoir, sonder mon âme et mon esprit. Je n'ai guère d'ambitions, et même si j'en avais mon faible niveau ne me permettrait pas de les réaliser alors, alors je ne cherche qu'à donner à tous autant de moyens pour résoudre et se préparer à ce qui vient. Vous avez eu vos épreuves et en sortez visiblement indemne, ce n'est pas le cas d'Hayashi. La cité millénaire n'est qu'un champs de ruines, dont les survivants peinent à reconstruire les vestiges, mais ce n'est rien en comparaison de ce que j'ai vu. J'espère simplement que la brume saura faire bon usages, des informations qui transparaissent depuis le continent.

Fenrir se rapprocha, l'énorme loup toisa de son propre regard, celui qui se disait être originaire d'Hayashi. Et qui désormais plaçait Kiri avant sa patrie d'origine, aurait-il des regrets? Il était trop tard pour ça, trop tard pour des remords. Le duo solitaire en était sorti aux portes de la mort, et ils auraient pu y passer, ce gardien élémentaire et les Kumojins achevant d'éteindre la meute. Mais ce n'était pas le cas, ils avaient vaincus et en sortait grandis et plus sage que jamais. La vie n'avait pas de prix, hors de question de la perdre dans tirades insolentes et déplaisantes. Néanmoins si il pouvait laisser tomber les armes, l'Armure fixerait un point de suite et si son interlocuteur ne s'en acclimatait pas, tant pis. Mais il était hors de question de négocier quoi que ce soit à ce sujet.

-Mon attirail, jeune Hayashi...non Kirijin, fait partie de moi. Il n'y a, aucune armes cachées à ma connaissance, et au même titre qu'un loup ne se tond pas, il est impensable de retirer ma peau. Car c'est ainsi, que ce vous appelez attirail est à mes yeux, ma peau et m'écorcher ne fait pas partie de mes plaisirs personnels. Je me plie volontiers à la fouille, quand à Fenrir c'est à vous de voir moi même je ne le touche que lorsqu'il le désire, un ninken n'est pas un animal de compagnie mais un shinobi à part entière, c'vous qui voyez avec l'intéressé.

Il attendit la fouille, que son interlocuteur se rapproche et alors, alors lorsque le garçon aux origines boiseuses fut assez proche, Asagiri baissa son timbre de voix au maximum. Il disait être Hayashijin, il remerciait des infos sur son pays natif. Il devait dès lors savoir toute la vérité, rien que la vérité. Tirant sur sa cigarette en laissant apparaître clairement ses intentions plus que pacifiques l'Armure vivante murmura.

-Mamushi était à Hayashi, Hikari n'est plus, je n'ai pas de nouvelles de Mokko le charpentier.
Revenir en haut Aller en bas
Aditya
Aditya

Se faire les griffes [PV] Empty
Lun 24 Juin 2019 - 14:57
Les yeux perçants de l’ascèse s’échouèrent sur les traits métalliques de cette armure dotée de vie qui, en cet instant, s’affranchissait de toute intention malfaisante. « Se préparer à ce qui vient ? » Que veut-il dire par là ? Ses sourcils se plissèrent sous le flot de réponses qu’il lui était accordé sous un voile de mystère ; il ne cessait de répéter les dommages insondables que cette divinité étrangère avait infligé à cette Cité Ancestrale, que nul homme n’avait pu contempler depuis bien des lunes. Si sa réapparition soudaine pouvait tenir du miracle, étant donné la prudence millénaire des moines, cela éveillait chez le blond une pointe de doute, et surtout, d’inquiétude. Quant à son lapsus, dictant à sa place la nature de son ascendance, il ne la releva pas ; qu’avait-il à gagner d’argumenter avec un étranger qui pensait connaître ses pensées ? Néanmoins, il ne rompit pas les paroles de son vis-à-vis et patienta jusqu’à ce qu’il convienne à accepter la fouille en question. D’une œillade, il avisa l’animal qui trônait à ses côtés dont la fourrure ne saurait cacher une quelconque arme utile à son maître ; avec une dignité placide, la bête était aussi translucide qu’un miroir.

Ses pas se rapprochèrent de ce messager itinérant jusqu’à ce qu’il en soit assez proche pour inspecter les quelques interstices mineurs qui parsemaient son cocon de fer ; aucun éclat de lame ne demeurait dissimulé dans le renfort de ses articulations, confirmant pleinement sa nature pacifiste. Il était pleinement évident que cet inconnu n’avait que cette gigantesque hache à sa disposition. En somme, tout semblait en ordre pour lui permettre l'accès à la cité brumeuse. Néanmoins... Aditya avait encore quelques interrogations laissées en suspens, pleinement personnelles. Il doutait que cette armure ne demeure en ces lieux bien longtemps, si tout ce qui l'avait mené ici n'était que le besoin de confier au monde les détails de l'Histoire. D'ici là... cela représentait sûrement la seule occasion qu'il aurait pour s'informer plus en détail sur ce qui était arrivé au Pays du Bois en son absence, ou tout du moins, jusqu'à son retour.

« Tout semble en ordre. Cependant... »

Les traits du blond se firent plus détendus, bien qu'ils demeurent empreints de ce sérieux tant empreint d'indifférence.

« Vous avez parlé de la cité ancestrale des moines, Hikari. Comment est-elle réapparue aux yeux du Yuukan et surtout... Où ? Ses habitants avaient tout mis en oeuvre pour a faire disparaître jusqu'à la dernière trace. »

Une lueur d'intérêt s'éveilla dans l'azur qui trônait dans son regard alors que ses paroles s'évanouissaient entre leurs deux silhouettes. Tout cela semblait démentiel. Si l'attaque du Dieu de l'Eau sur les côtes de Mizu avait chamboulé le pays en entier et fait naître les prémices de la terreur dans le cœur de ses habitants, ce cataclysme n'était pas venu s'échouer sur leurs berges seul. La Résonance l'avait suivi dans son déclin, et avait entraîné la perte d'une poignée de civils et de shinobis nouvellement consumés par leurs capacités, parfois ignorées. Et désormais, il semblait que le monde avait connu un second tremblement, l'apparition d'un autre Dieu aux confins de la forêt verdoyante d'Hayashi, le lieu même où les légendes à leur propos avait pris place dans la mémoire de l'ascèse, un pays qui avait vu sa cité la plus mystérieuse renaître de ses cendres. Ces bouleversements ne pouvaient pas être le simple fruit d'une coïncidence.

« Quel était le Dieu qui a attaqué la Cité ? »

Ses paroles s'imprégnèrent d'une fougue sourde et limpide, tant il désirait en apprendre davantage. Mais dès lors que sa question fut prise d'éphémère, le murmure de cette armure ne manqua pas de redoubler ses interrogations. Mamushi ? Mokko le « charpentier » ?

En une seconde, Aditya réalisa un détail qu'il avait délaissé depuis sa dernière entrevue avec le Yamanaka. Son regard revint, persistant, sur les traits métalliques de cette armure de laquelle s'échappait une frêle fumée de cendres.

« Qui est « Mamushi » ? Ou « Mokko » ? De quoi parles-tu ? »




_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Inuzuka Asagiri
Inuzuka Asagiri

Se faire les griffes [PV] Empty
Lun 24 Juin 2019 - 19:36
-Tu ne connais dont rien? Est-ce le cas pour votre hiérarchie? Je vois que l'isolement et vivre sur une île n'a pas que des avantages. Mais maintenant que j'y pense, j'ai rarement vu des membres de la brume en dehors de vos propres terres. Je vais devoir tout reprendre le début. Un petit cours d'histoire et un rapide résumé n'en sera que bénéfique à tous n'est-ce pas? Asseyez vous, et apportez moi un verre d'eau parce que ça risque d'être sacrément long.

Le géant passa une main gantelet sur son masque, pour mimer la migraine qui lui venait déjà à l'esprit. Ils ne connaissaient donc rien du monde extérieur? N'était-ce pas une farce? Cela ne semblait pas être le cas, c'était surement pire. Rien de pire que de devoir expliciter, depuis le début et puis il n'était pas bon en contages d'histoires, lui qui parlait rarement d'habitude voilà donc l'Armure obligé de préparer un résumé concis des événements dans son pays. Si il omettait un détail, le compagnon du canidé semblait être bon pour tout recommencer. Une épreuve de plus, une épreuve de plus peut-être celle de trop. Il enviait soudainement Fenrir, qui n'avait rien à faire et semblait même se payer le luxe de se piquer une petite sieste pendant que d'autres travaillaient. Le géant haussa les épaules et tira sur sa cigarette avant de passer une main derrière son masque hirsute. Qui était Mokko? Sérieusement, ce garçon était-il vraiment Hayashijin? Subissaient-ils un lavement de cerveaux en entrant dans des villages cachés? Sérieusement, tout ceci l'ennuyait mais c'était également l'objectif de sa visite. Alors autant crever l'abcès maintenant. Plus vite Asagiri résumerait les événements, plus vite il pourrait rentrer pour profiter quelques jours de l'hospitalité du village.

-S'il vous plait réservez vos questions pour la fin de mon récit, je tâcherai d'être aussi rapide et précis que possible. Kumo a envoyé une délégation à Hayashi, je ne connais pas les raisons et je m'en moque. Tout ce que je sais c'est que, que pendant que j'étais à la capitale du moins dans les environs, la ville a subit une attaque. Des explosions et compagnie, deux femmes de la foudre présentent sur les lieux, j’accélère et passe sur les détails inutiles pour en venir au suivant. Mamushi, Mamushi lieutenante de l'homme au chapeau était présente, et ce n'était pas la seule. J'ai bien entendu suivis les deux femmes, parce que c'était mon devoir de protéger mon pays. S'en suit alors une découverte relativement... unique, un homme, un fanatique criant à tout va qu'il n'en était pas un et qu'il avait besoin de protection contre sa poursuivante, poursuite, fuite et compagnie devant le monstre qu'était Mamushi et on arrive devant la crevasse d'Hayashi. La crevasse n'était qu'en vérité une vaste fumisterie servant de couverture à la cité millénaire voilà ou donc se cachait le secret le mieux gardé du pays du bois. En son centre, et visiblement à la vue de tous. L'homme qui avait besoin de protection était la clé, c'était son pseudonyme et la clé visiblement était recherché par les sous-fifres de l'homme au chapeau. Normalement les morceaux du puzzle commencent à prendre place à cet instant. Peu de temps après, pendant que vous combattiez un Dieu, Hayashi essayait d'empêcher la libération d'un autre, nous ne le savions pas, la cité a juste subit une attaque en masse des Fanatiques visiblement ayant réussis à localiser la clé. Petite parenthèse, Mokko c'est le Daimyo actuel d'Hayashi soit dit en passant, et il semblait avoir expulsé les Kumojins de son territoire, mais les deux femmes avec qui j'ai...collaboré étaient encore toutes deux présentes, nous avons affronté pendant que la cité était attaquée de toute part, un gardien élémentaire défenseur du Dieu des éléments. Voici le secret le mieux gardé d'Hayashi, et il ne semblait point enclin à nous laisser passer. J'en viens à la conclusion, les Kumojins m'ont abandonnés filant vers ce qu'il se passait derrière le gardien, je l'ai affronté et à mon réveil il n'était plus. Et la cité était en ruines, et ce qu'elle préservait n'était plus. Résonance, chakra déroutant, je pense que le Dieu en question peu importe son nom doit avoir certainement un lien avec tout ça. Je ne sais pas si le phénomène s'est répandu partout dans le monde, mais à Hayashi s'était le cas, j'étais aux premières loges. A vous de me dire si ici, si ici aussi vous avez senti les répercussions de la tragédie du pays du bois.

Il souffle, longuement.

Et maintenant l'Armure a soif.
Revenir en haut Aller en bas
Aditya
Aditya

Se faire les griffes [PV] Empty
Ven 5 Juil 2019 - 13:19
L'ombre d'un agacement enveloppa les traits d'Aditya dès lors que l'armure ouvrit un nouveau flot de parole, ont l'instigateur n'était nul autre que la condescendance. L'archipel de Kiri était indéniablement excentré du reste du Yuukan, et si cela engendrait quelques absences, ils n'en demeuraient pas moins légitimes ; après tout, leurs derniers contacts avec les villages cachés s'étaient malheureusement traduis par des lettres fougueuses, parfois simplement absentes. Développer des liens avec les pays peuplant l'ouest du monde s'avérait être plus qu'une nécessité, désormais.

Pourtant, malgré l'ignorance qu'il pouvait revêtir aux yeux de l'inconnu, celui-ci accepta de lui confier le récit ayant mené la Cité Ancestrale à sa fin ; tout ce qu'il réclamait en échange était d'étancher la soif de ses mots. Ses doigts vinrent se perdre dans les plumes avisées d'Akifumi qui, depuis lors, avait trouvé le repos sur son épaule. De quelques murmures, l'ascèse l'invita à venir en aide à leur vis-à-vis et de lui insuffler le chemin ; n’importe laquelle de cette échoppe ferait amplement l'affaire. Sa silhouette s'effondra derrière eux, fendant l'air avec une rapidité qui seyait parfaitement à ses fonctions de messager ; d'ici quelques temps, ils le verraient faire son retour auprès d'eux. Mais pour l'heure… Asagiri s'apprêtait à conter l'histoire du Bois.

Comme le lui avait rapporté l'oiseau majestueux, des Kumojins s’étaient approchés d’Hayashi, pour des raisons qui demeuraient inconnues ; voyage ou simple étape, fruit d’une demande ou don de soi, n’importe laquelle de ces sources pouvait avoir mené leurs pas sur ces terres. Mais cela ne l’étonnait pas ; la réputation du bois de la forêt millénaire n'était plus à faire, et elle apportait avec elle curieux et avides. Mais en un sens, leur présence fut salvatrice et permit aux habitants de cette sylve éternelle de ne pas ployer le genou contre Mamushi, une femme au service de l'Homme au Chapeau. Une lieutenante, dont le seul rang pouvait témoigner de son implication, mais plus encore de la puissance déferlée sur les berges de son pays natal. Sa présence s'était vue redoublée de celle d'un membre des Fanatiques, ce même groupuscule ayant profité, et peut-être même engendré l'attaque du Dieu de l'Eau sur leur terre. Mais « la Clef », elle, semblait clamer son indépendance et même requérir la protection de ses ennemis. Pourquoi ?

Un vent de surprise s’empara de ses traits lorsque la localisation de la Cité Ancestrale lui fut révélée ; bercée par le gouffre géant qui trônait en maître au sein de cette forêt luxuriante, elle avait été méticuleusement dissimulée à la vue de tous. Une manœuvre qu’ils devaient certainement à leur dirigeant, dont l’existence lui était demeurée parfaitement inconnue ; après tout, les villageois qui l’avaient élevé n’avaient aucune connaissance du chakra. Les détails d’une telle acropole n’auraient jamais pu parvenir aux oreilles de civils, dont la vie se rythmait aux grés de leur production. Seule une poignée d’entre eux étaient à même de manier leur flux, et quand bien même ils y parvenaient, cela n’aurait aujourd’hui pas dépassé celle d’un genin. Hikari régnait en leurs cœurs et pensées aux côtés de ces Dieux qui parcourraient leurs contes enfantins ; une légende, qui finalement, s’était parée d’un voile de réalité.

Plus encore, la Cité semblait gouvernée par des Gardiens Élémentaires qui entretenaient un lien étrange et inconnu avec l’une de ces bêtes divines, celui dont l’épitaphe se mêlait aux dons qu’ils avaient reçu : celle recueillant en elle les Éléments. Était-ce seulement une bête similaire à celle qui avait attaquée Kaze, puis Mizu ? Si tel était le cas, trois d'entre elles avaient provoqué un cataclysme démentiel, tant au plus profond d'une mer de sable qu'au large d'un archipel englouti. Aujourd'hui, la forêt millénaire essuyait le même grief ; l’éveil d’une Résonance qui empoisonnait le corps des enfants de ce monde, un maelstrom si conséquent qu’il s’était étendu par-delà le monde. Sans limites ni attaches, chacun d’entre eux pouvaient en être frappés et s’échouer sous son joug mortifère.

Et finalement, alors que son récit prenait fin, leurs pas les avaient menés aux portes de la Brume, dans l’ombre même des remparts dont la surface érodée trahissait les attaques marines qu’ils avaient dû essuyer. Les ailes majestueuses d’Akifumi revinrent aux côtés d’Aditya, dont le bras tendu à son encontre réceptionnait sans peine ses griffes acérées. D’une œillade, il avisa l’armure. Sa voix se fit ferme, empreinte d’un sérieux renouvelé.

« Je vous remercie, pour toutes les informations que vous nous avez confié. Vous pouvez désormais entrer dans le village en tant qu’invité, cependant sachez que vous y serez toujours épié. Ne faits rien qui puisse vous retirer ce droit. »

Sa paume vint frôler les plumes de l’animal, le remerciant dans un souffle de son aide. Un frisson s’échappa de sa frêle constitution avant que le ciel ne redevienne son royaume.

« Akifumi vous guidera vers l’échoppe la plus proche. Vous y trouverez de quoi vous sustenter de votre voyage. »





_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese

Se faire les griffes [PV]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Marécages brisés
Sauter vers: