Derniers sujets
Partagez | 

Entre frangins - II (ft. M. Shuuhei)


Jeu 27 Juil 2017 - 1:45
Des jours et des jours dans cet hôpital. D'accord, c'était nécessaire. Il fallait suivre Kahei de près pour voir comment son état s'améliorait et l'aider avec sa prothèse. Mais qu'est-ce que c'était chiant de rester planter sur un lit. Le garçon se retrouvait enfermé dans une routine agaçante. La plupart de ses journées consistaient à dormir et laisser les infirmières s'occuper de lui durant leur passage. Lorsqu'il ne dormait pas, il se contentait de regarder la fenêtre présente à ses côtés. C'était le seul moyen qu'il avait trouvé pour s'occuper jusqu'à sa sortie. D'autant plus que les visites n'étaient pas si nombreuses. Quand il rencontrait des proches, généralement ça ne durait pas longtemps. En même temps, trouver des sujets de discussions n'était pas facile. Le manipulateur de métal ne souhaitait pas spécialement revenir sur l'incident et n'arrivait pas à traiter d'autres sujets. Il y avait seulement sa mère qui venait lui rendre visite en début d'après-midi avant de répondre à ses responsabilités. Son père lui n'était venu qu'une fois. Un seul passage, mais qui fut très long. Ce fut la première fois depuis de nombreuses années qu'il n'avait pas autant parler avec son paternel. Suite à ce tragique événement, le moment de briser la glace entre le père et le fils était venu. Un instant qui fit un bien fou au garçon. Enfin, il comprenait les pensées de son père. Enfin, il le connaissait réellement derrière cette image de tyran. Ce soir-là, il n'avait pas parlé avec le vieil homme respecté par l'ensemble du clan. Non, il venait de discuter avec un père qui aimait son fils. Qui derrière le mal fait se cachait en réalité une bonne pensée. Celle d'assurer l'avenir du cadet de la famille. Celle de faire de Kahei un homme tout aussi respecté que Shuuhei en restant différent de lui. Mais ses crises de jeunesses lui donnèrent tort. C'est certain qu'il regrettait cet ancien rapport avec son vieux. Néanmoins, c'est ce qui fit de lui l'homme qu'il était aujourd'hui.

Juste hier, Kahei eut l'honneur de recevoir le Shodaime en personne. Ainsi que celui qu'il considérait comme un oncle : Daisuke. Mais à sa grande surprise, son grand frère qui devait aussi répondre présent ce jour-là n'était pas venu. Maintenant une bonne semaine où l'adolescent se retrouvait entre quatre murs et Shuuhei ne s'était toujours pas amené pour le voir ? Qu'elle était donc la raison à cette absence ? Se trouvait-il trop occupé par son rôle de Seigneur de l'Acier ? Peu probable. Même Nara Seijiro eut du temps à accorder au jeune Chûnin. Le garçon pensait plus à une crainte. Le grand blond n'osait-il pas voir son frère cadet et sa blessure en sachant qu'il n'avait pas pu être présent pour lui lors de l'affrontement ? S'en voulait-il pour cette main tranchée ? Ce raisonnement sonnait beaucoup mieux. Le fait est, que même derrière cette excuse Kahei ne digérait pas son absence. Dans une telle période, il avait besoin de se changer les idées, de passer de bons moments à rigoler comme un débile. Tout simplement, son frère lui était nécessaire. Malheureusement pour lui, aucun signe de sa part. Un comportement qui l'agaçait particulièrement.

Alors sans plus attendre, il quitta son lit d'hôpital. Oui, il comptait partir sans même avoir l'autorisation afin d'entendre les explications de Shuuhei. En sortant de la salle, il fut bien évidemment retenu par deux infirmières lui expliquant tant bien que mal qu'il n'était pas autorisé à quitter les lieux. Mais il s'en foutait. Durant tout le trajet de sa chambre, jusqu'à la sortie, les engueulades se firent entendre. Au final, ce fut lui qui eut le dernier mot en assurant qu'il comptait revenir dans la soirée. C'est dans sa ridicule tenue d'hospitalisée et ses chaussons qu'il se trimbalait dans la ville pour atteindre la maison de son grand frère. Alors évidemment, les regards furent nombreux sur Kahei. D'une part, il sa tenue attirait l'oeil. Mais de l'autre, sa prothèse métallique fut montrée au grand jour. Les villageois étaient désormais capables de mettre un visage sur une des victimes de l'intrusion. Mais se posaient aussi des questions quant à sa nouvelle main façonnée par Shizume. Cela devait être une première au sein de Kumo.

Enfin arrivé devant sa porte, il ressentait clairement sa présence à l'intérieur. Il était là, chez lui. Au lieu d'être à l'hôpital. Sans aucune gêne, il força la porte allant limite jusqu'à l'exploser pour s'introduire dans ses appartements.

« T'es où ordure ?! T'as oublié que t'avais un petit frère ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Ven 28 Juil 2017 - 0:20
- « KAHEI ?! »

Je pionçais. Je ronflais comme un salopard qui foutait rien de ses journées, jusqu’à ce que débarque le gosse de je ne sais où. Autant dire que le réveil fut brutal ! Surpris d’avoir été réveillé comme ça, j’avais même sursauté avant de retomber brutalement sur mes fesses, hors du lit. La grimace que j’affichai suite à la douleur qui m’irradia tout le cul m’enlaidit comme jamais. J’eus même une larme à l’œil avant de me serrer la mâchoire pour ne pas hurler davantage. J’pense bien que s’il ne s’agissait pas de mon frère, j’aurai certainement tué la personne. En fait, je l’aurais même grondé en temps normal. Mais vu les circonstances tout autour de sa venue, j’avais pas le droit de broncher, mais vraiment pas. J’eus donc un lourd soupir en me frottant le cul avant de me redresser péniblement. Je jetai un coup d’œil autour de nous, mais aucune trace de la fausse religieuse. Elle devait s’atteler à ses taches journalières. Une bonne chose au moins. Nous étions seuls, entre frères et la discussion serait moins pénible. Enfin, discussion…

- « Qu’est-ce que tu fais là… ? Et dans cette tenue ?! »

C’est en battant des paupières pour rétablir mon regard encore ensommeillée et flouté par mes petites larmes, que j’avais fini par remarquer qu’il était encore en tenue d’hospitalisation. Deuxième surprise de la journée ! S’était-il évadé rien que pour venir me gronder ? Probable. Très probable. Je faillis ouvrir la bouche pour pousser une gueulante, mais je me retins au dernier moment. Je n’avais clairement pas la légitimité de lui faire un reproche. Pas aujourd’hui. Pas cette fois. D’ailleurs, mes yeux finirent inévitablement par tomber sur cette main métallique qui lui faisait office de prothèse avant qu’un soupir ne s’extirpe de mes lèvres. D’un seul coup, les remords m’envahirent. Avec les élections et même avant, il s’était passé trop de choses. Beaucoup trop de choses. Mon nouveau statut de chef de clan… L’officialisation de mes fiançailles… Mon combat contre Kira… Puis cette main. Cette main manquante et remplacé par un agrégat de ferrailles… Pitoyable. Je fermai les yeux pendant quelques secondes, puis les poings…

- « Désolé. Désolé Kahei… Ton grand frère est pitoyable, hein… ? »

J’eus un petit rire pour ponctuer ma phrase. Un rire de dépit. Un rire de déception. Un rire jaune. Je n’étais pas digne de me tenir devant lui. Lui que j’aimais plus que tout, mais que je n’avais néanmoins pas pu protéger. Pitoyable. Si je me considérais comme coupable, c’était aussi parce que je l’avais envoyé au casse-pipe. Si je ne lui avais pas intimé l’ordre de fouiller la raffinerie pour trouver le coupable, tout cela ne serait certainement pas arrivé. J’avais fini par me prendre le visage dans les mains sans avoir la force d’affronter une nouvelle fois son regard. Être « le seigneur d’acier » me plaçait peut-être sur un piédestal, mais je restais simple et humble devant mes pairs. Un Metaru comme un autre si on veut. Preuve en était que je n’arrivais pas à faire face au jeune qui se tenait devant moi. Je connaissais les motifs de son intrusion dans mes quartiers, mais là encore, impossible de lui dire que j’avais plusieurs fois veillé sur lui et que toutes mes visites avaient coïncidée avec ses temps de repos. J’avais retardé la confrontation, mais elle avait fini par me rattraper…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Ven 28 Juil 2017 - 18:12
Visiblement, Kahei venait d'interrompre son grand frère. D'ailleurs en entrant en trombe, il entendit un bruit lourd qui semblait annoncer la chute de Shuuhei. Il n'était pas en train de dormir quand même ? Quel culot. Pendant que son frère cadet l'attendait depuis des jours à l'hôpital, il profitait du confort de la maison ? Comment osait-il ? Une chose est sûre, il ne s'attendait clairement pas à une visite de la sorte. Quel drôle de scénario. En temps normal, le proche venait prendre des nouvelles du blessé. Pour le coup, c'était l'inverse. Sachant qu'en plus, ce n'était pas de tout repos pour l'adolescent. Bien que l'opération fût un succès, qu'il commençait doucement à reprendre du poil de la bête, la fatigue continuait de le suivre. Rien que le trajet du repaire médical jusqu'au domicile fut épuisant. Si des engueulades suivaient les retrouvailles, il retournerait très rapidement d'où il venait. En laissant entendre sa colère auprès de son aîné, il se fatiguerait encore plus.

« Tu voulais que ce soit qui ? Ta fausse fiancée ? »

C'était gratuit. En même temps, il ne connaissait pas les suites de cette histoire de couple. L’événement à la Raffinerie s'était produit peu de temps après la réunion familiale, là où l'ensemble du clan avait appris l'officialisation entre le Seigneur de l'Acier et une moniale. Mais depuis, Kahei n'avait pas eu de nouvelles concernant cette histoire. D'une part car la soirée tragique l'avait complètement coupé du monde depuis des semaines. D'une autre car il ne désirait pas porter plus d'importance à sa soi disant belle sœur. Autant le dire, il l'avait mal pris de l'apprendre en même temps que tout le monde. Lui qui croyait que tout se disait entre frères.

« Je me suis barré de l'hôpital vu que tu n'avais pas l'air si déterminé à venir me voir. Pourtant mère m'avait dit que tu devais venir hier avec oncle Daisuke ! »

Il mettait la main sur sa prothèse métallique en essayant tant bien que mal de bouger ses doigts. Kahei n'était clairement pas à l'aise avec. C'était lourd à porter. Il devait prendre l'habitude de vivre avec. Le garçon regardait le blond qui montrait clairement des remords. Mais une question se posait pour le jeune. À quel point s'en voulait-il ? De ne pas avoir eu le courage de venir le voir après l'affrontement ? Ou alors, de ne pas avoir été en capacité de prendre sa défense durant l'intrusion ? Autant il comprenait la première raison, mais il ne pouvait pas accepter la deuxième. Le Chûnin des nuages restait réaliste. Dans la situation dans laquelle Shuuhei se trouvait, il n'était pas apte à agir. Ce n'était pas à lui d'aider Kahei, mais bien l'inverse. Le garçon avait justement sacrifié sa main droite pour espérer que la technique contrôlant son frère aîné s'achève. C'est en le voyant s'apitoyer de la sorte qu'il prit en main le premier objet sous son nez pour le lancer vers le mastodonte.

« Je savais pas que mon grand frère était une pleurnicheuse. Arrête de faire la victime ! Si tu me disais pourquoi t'es pas venu, hein ? Autour d'un bon plat s'il te plaît, la nourriture à l'hôpital me dégoûte. »

Il avançait jusqu'au salon en tapant l'épaule de Shuuhei avec sa nouvelle main. S'il était venu ici aujourd'hui, c'était pour recevoir des explications. Mais surtout pour passer une bonne journée de quoi lui changer les idées. L'ambiance qui régnait à l'hôpital devenait invivable pour lui. C'était l'ennuie total. Ainsi, il prit place sur une chaise en attendant son frère aîné. Le comportement inhabituel de Kahei devait sans doute le surprendre. D'une ambiance au départ tendue celle-ci semblait repartir sur un scénario hilarant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Dim 30 Juil 2017 - 12:35
- « T’as vraiment mûri, gamin… »

J’eus un sourire devant sa réaction à laquelle je ne m’attendis pas du tout. Le petit avait grandi et pas qu’un peu. Mentalement, il était fort. Un peu trop, peut-être. Chunin à même pas 15 piges, QI qui devait peut-être frôler les 200… C’était à se demander s’il était vraiment un Metaru ce gosse. J’eus un soupir amusé pour finir avant de me lever et de quitter la pièce, non pas pour le fuir mais pour aller me débarbouiller sommairement. Puis je reviens au salon en le trouvant toujours posé sur le même siège, comme un pacha. Mah, il avait raison. Y’avait qu’avec la vieille et moi qu’il pouvait permettre d’être aussi détendu. Par contre, mes yeux ne purent s’empêcher de darder sa main métallique…

- « J’ai pas de bonnes explications à te donner gamin. Honte, flemme… Autant de raisons qui expliquent ma passivité. Je suis sûr que même Daisuke doit penser que je lui en veux, vu qu’il n’a pas eu de nouvelles de moi depuis ce jour… »

Le bilan de cette fameuse journée avait été mitigé. L’élection du shodaime s’était passée sans trop d’accrocs, mais l’infiltration des deux inconnus avait laissé de grosses traces. Des séquelles même. Cette main ferreuse était celle qui me concernait le plus. Si j’étais content que l’opération se soit bien déroulée et qu’il ait retrouvé une main, je pouvais pas m’empêcher de l’observer avec une grosse pointe d’amertume. Si seulement j’avais été plus fort, rien de tout cela ne serait arrivé. Cette phrase, je me la répétais en boucle. C’était ça que d’aimer quelqu’un. Mais il me fallait être fort. Si le gamin avait lui-même dépassé son traumatisme, je devais faire de même et réfléchir à comment m’améliorer…

- « Je reviens. J’vais voir si on peut t’amener à bouffer. J’ai pas envie de sortir avec toi vu ton état… P’être même que je devrais te ramener dans ta chambre et demander à l’hopital si on pourrait faire déplacer une infirmière pour toi… »

Je cogitais, l’air songeur. Vu qu’il avait l’air de se faire chier à l’hôpital, je tenais peut-être la bonne solution. Le garder dans la demeure familiale ne serait pas si mal que ça, d’autant plus que les femmes de la maison seraient à ses petits soins. La mienne aussi, tiens. D’ailleurs ? « Fausse femme ? Oncle Daisuke ? D’où tu me sors ça ? Enfin… » Avant qu’il ne puisse répondre, je me levai de mon siège pour sortir de la pièce et me retrouver dehors. J’eus la chance de tomber sur une jeune Metaru qui passait par là et à qui je demandai de me nous faire rapporter les plats du jour. Puis je rentrai une nouvelle fois dans mon antre avant d’aller me rassoir un peu paresseusement où j’étais auparavant.

- « Alors, cette main… Tu t’y accommodes… ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Dim 30 Juil 2017 - 17:46
Mûri.. C'était donc cette image qu'il véhiculait depuis l'incident ? M'ouais. Ce n'était qu'une facette au final. Encore aujourd'hui, il avait du mal à accepter sa situation. Pourtant elle s'était grandement améliorée. L'opération fut un succès. Désormais, il ne restait qu'à s'occuper de sa rééducation. Qu'il accueille cette main à bras ouverts tout en vivant avec comme si c'était la sienne depuis sa naissance. Néanmoins, on ne pouvait pas renier le fait que cet incident allait considérablement changer le jeune manipulateur de métal. C'était évident. Même si à l'heure actuelle, il jouait clairement un double jeu. Tout seul, il cogitait. Impossible de ne pas se souvenir de cette terrible scène. Impossible de ne pas s'apitoyer sur son sort. Un faible. Voilà comment il se sentait une fois isolé. Tandis qu'avec des proches, il illustrait un Kahei conscient des enjeux du rôle qu'il désirait depuis ses six ans. D'un côté c'était vrai. Mais au fond de lui, il voulait juste gagner en puissance. Devenir une tout autre personne et retrouver ce misérable intrus pour lui montrer l'homme qu'il avait créé. L'idéal serait évidemment que l'adolescent obtienne sa revanche. Un seul problème persistait. Kumo. En effet, nul doute que le village voulait aussi mettre la main sur ce criminel. Mais si le garçon souhaitait sa mort, les nuages auraient sûrement comme projet de l'interroger.

« La flemme ? Ce rôle de Seigneur de l'Acier te fatigue tant que ça ? C'est vrai que ça ne doit pas être de la même envergure que le rôle d'Ombre. Mais je suppose que ce boulot pour toi n'est pas de tout repos, hein ? » — Il disait aussi avoir honte. Mais de quoi ? C'est clair que faire des chorégraphies devant tout son clan sans pouvoir rien faire restait honteux pour une personne comme le blond. Mais avait-il aussi honte de la situation de son frère cadet ? « T'as honte de quoi ? Je préfère qu'on soit clair grand frère. Ce qui m'est arrivé n'est pas de ta faute. C'est les risques du métier. Si je n'aurais pas attaqué l'homme, je n'aurais rien eu. Ce n'était même pas lui qui te privait de tes mouvements.. »

Au moins c'était dit. S'il refusait une chose, c'était que Shuuhei, au même titre que Daisuke se sente responsable de sa lourde blessure. Comme il l'avait bien expliqué à son frère aîné, il était maître de ses actions. La mauvaise analyse dont il avait fait preuve lui avait tout simplement coûté sa main. S'il avait montré un peu plus intelligence, il aurait pu comprendre que le quarantenaire n'était pas celui qui manipulait le mastodonte. En revanche, même s'il l'aurait su, impossible de dire s'il ne l'aurait pas attaqué. Il ne fallait pas oublier le mort dans la chambre. Peu probable qu'il laisse un meurtrier partir comme un roi.

« Oh ne t'inquiète pas pour moi. Je ne compte pas m'éterniser ici, je leur ai dit que je revenais ce soir. D'ailleurs, c'était un peu compliqué de sortir.. » — Il se touchait bêtement les cheveux en affichant une grimace ridicule. « Oncle Daisuke ? C'est comme s'il était de la famille, non ? Ce n'est pas ton meilleur ami après-tout ? » — Il marquait la conversation par un court blanc en entendant le mot femme. « T'as bien dit femme ? J'ai raté le mariage durant mon hospitalisation ? Si tu m'expliquais la vraie histoire, hein ? Si mère et les autres femmes du clan semblaient heureuses de la nouvelle, je savais pertinemment que ton histoire clochait. Tout comme père. D'ailleurs, il est venue me voir. On a parlé de très longues heures. Enfin bref. Je n'ai pas trouvé ça correct qu'on l’apprenne lors d'une réunion. Pourquoi l'as tu caché ? » — Il enchaînait immédiatement après sa réponse. « Quant à ma main.. J'ai pas trop le choix de m'y habituer. Elle me suivra et me rappellera cette soirée. Et ça, jusqu'à ma mort. Je devrais sans doute la prendre comme un gain de motivation. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Lun 31 Juil 2017 - 12:43
- « Ne joue pas sur les mots, p’tit futé. Femme, fiancée, c’est du pareil au même. Ça reste des engagements… »

J’eus un sourire. Si j’avais écouté tout ce qu’il avait eu à dire, j’avais tiqué sur deux choses. La première, c’était ça. Cette histoire de femme. Une longue histoire d’ailleurs. Il était peut-être mon petit frère, mais je ne pouvais pas tout lui raconter en détails. J’avais non seulement ma vie privée, mais il était bien trop jeune et bien trop rationnel pour me comprendre. Néanmoins, je remarquais que lui et le vieux étaient raccords sur un point, ce qui était plutôt rare, tiens. Et ce fait là me faisait plaisir, même si la raison n’était pas forcément bonne. Qu’ils soient fâchés ? C’était tout à fait normal. On parlait après tout d’une nouvelle importante. Mais le vieux devait être plus inquiet qu’autre chose tel que je le connaissais. Avec ce que j’avais déjà vécu par le passé, c’était assez compréhensible…

- « Il y a moyen qu’elle devienne vraiment mon épouse. Concrètement, c’est pas un mauvais parti. Il faudrait juste que je m’assure de deux trois trucs avant. Et tu as mes excuses. J’aurai effectivement dû t’en aviser bien avant. M’enfin… Rien n’est encore sûr et tu as tout le temps de la connaitre. »

Aux yeux de la moniale, j’étais certainement un enfoiré de première, mais j’étais sûr et certain qu’elle aimerait bien mon petit frère. Ce dernier n’était pas spécialement farouche non plus, mais j’attendais de voir ce qui allait découler de leur éventuelle rencontre et discussion car s’il advenait vraiment qu’elle devait être mienne, ils allaient devoir se côtoyer quasiment tout le temps vu qu’elle allait devenir une Metaru et vivre parmi nous. Par contre, j’eus soudain un petit rire. Bien avant d’engager une conversation on ne peut plus sérieuse, j’allais soulever un tout petit point : « Dai et Seiji ne sont pas mes potes. Ce sont carrément mes frères. Je les place au même niveau, même si le second est plus coincé que le premier ! » L’un était plus ou moins sage. L’autre était comme moi : Un gros queutard qui profitait de la vie !

- « Tu peux l’appeler oncle… Même si ça m’étonne… Et ça m’fait d’ailleurs penser à cette canaille de Shinobi… Tu as de nouvelles de lui ? Il est venu te voir ? »

Encore un autre cas parmi les cas. Mais il se faisait tellement rare et discret que j’entendais peu parler de lui. Dommage… Je finis par hausser les épaules avant de bailler comme un con, puis je me remis à observer sa main en métal. C’était mieux que rien, m’enfin… « On a tous nos responsabilités dans cette affaire. Mais promis, j’essayerais de ne plus culpabiliser et même baliser. Je pense que t’es assez grand maintenant pour que j’arrête de te couver. Mais je serai toujours là quand tu auras besoin de moi. » Mon sourire s’amincit mais il demeurait. Je disais ça, mais il allait certainement me falloir du temps pour arrêter de le surprotéger. Ça ne se faisait pas du jour au lendemain tout ça. Je laissai couler quelques secondes, très longues, avant de reprendre la parole avec un air un peu plus sérieux, sombre même.

- « Tu affirmes que celui qui t’a attaqué n’était pas le même qui m’immobilisait… Comment tu peux affirmer cela ? Qu’est-ce qui te fait croire ça ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Mar 1 Aoû 2017 - 0:31
Des engagements. Des conneries plutôt. Mais ça, il n'osait pas le dire directement. Bien qu'il semblait différent aux yeux de son frère aîné, ça ne l'autorisait pas pour autant de franchir les limites. Surtout que la dernière fois qu'une personne avait mal parlé de cette fille.. Ça ne s'était pas très bien passé. D'après le mastodonte il envisageait même de lui demander sa main. Une histoire tout aussi louche que sérieuse. Enfin bon, il gardait ses petits secrets. Comme il le disait bien, rien n'était fait. On ne pouvait pas prévoir le futur. Si le destin le voulait, demain tout pourrait couler pour Shuuhei. Que ce soit ses histoires d'amour ou d'autres sujets. Ce qui laissait donc le temps au jeune manipulateur de métal de pouvoir connaître un peu plus la possible femme du blond. Mais voulait-il réellement en apprendre plus sur elle ? La dernière image qu'il gardait d'elle était une femme irrespectueuse. La réunion au sein du clan justifiait clairement les pensées de Kahei. Comment avait-elle eu l’audace d'intervenir de la sorte ? Elle ne connaissait pas son fiancé ? Son rôle au sein de sa famille, toute la pression qu'il portait sur les épaules ? Autant être franc. Si la réunion s'était transformé en querelles entre Shuuhei et Kirai, il n'y avait qu'une fautive. La moniale. Si elle ne s'était pas montré, l'ex prisonnier n'aurait trouvé aucune ouverture pour remettre en question son rôle de Seigneur de l'Acier.

« M'ouais. Je m'en fiche un peu de la connaître pour te dire la vérité. C'est par principe que je disais ça. C'est la même chose que père au final. J'ai l'impression que depuis cet incident, je lui ressemble de plus en plus. C'est mauvais signe. » — Il rigolait bêtement pour décrédibiliser ses propres paroles. Mais on ne pouvait pas nier la ressemblance de plus en plus frappante avec Ashihei. « Tu devrais organiser un repas de famille. Je crois que mère est déjà sous le charme, mais ça nous permettrait à père et moi de connaître ta future. Tu l'as rencontré comment ? »

Alors comme ça Nara Seijiro serait plus coincé que Daisuke. Ce n'était pas étonnant. Kahei avait eu la chance de rencontrer les deux. L'un se trouvait dans un bar à picoler et fumer, tandis que l'autre sortait de la Grande Bibliothèque. Juste les lieux de rencontres donnaient une bonne image de ses deux là. « Seijiro, un coincé ? Ce n'est pas parce qu'il n'a pas les mêmes activités que toi et Daisuke qui l'est. Cet homme cache bien son jeu. Lorsque je lui avais parlé il cachait ses envies politiques. Au final, il est le Shodaime. C'est marrant. D'ailleurs, j'ai entendu dire que tu faisais partie du conseil du village ? » — Tout comme Suzuri Shinobi, dont il n'avait pas eu de nouvelles. « Shinobi ? Non. La dernière fois que je l'ai vu, il revenait d'une mission dans laquelle il du ôter la vie de quelques brigands. Apparemment, lui aussi avait combattu lors des intrusions. »

La bonne note de cette conversation restait les aveux de Shuuhei. C'est clair que lui tout comme l'adolescent ne pourraient jamais oublier cette histoire. Néanmoins, l'idée que le grand blond n'était pas responsable de l'état de son frère cadet devait perdurer.

« C'est simple. C'est ce vieux en personne qui me l'a dit. J'ai peut-être l'air d'un fou en disant ça, mais je le crois. Je ne pense pas qu'il soit le genre d'homme à mentir. Juste avant de me trancher la main, il m'avait prévenu. Si je tentais quoi que ce soit, il agirait. » — Comme il l'avait bien dit, il faisait preuve de clairvoyance contrairement au village des nuages. Une qualité que Kahei comptait bien développer. Il coupa court sur ce sujet, ne voulant pas en parler plus. Après tout, il était venu ici pour se changer les idées. Non pas pour revenir sur cet événement. « Enfin bref. Qu'est-ce que t'as prévu pour le futur ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Mer 2 Aoû 2017 - 16:28
J’aurai vraiment voulu continuer cette conversation. Vraiment. Cette histoire de vieux qui ne mentait pas me troublait pas mal et je me demandais si mon petit frère malgré toute sa clairvoyance avait encore toute sa tête. Ou peut-être était-ce la peur ? Une sorte de traumatisme ? Peut-être. Probable. Va savoir. Je savais en tout cas que je n’aurai pas de réponse dans l’immédiat puisqu’il avait adopté cet air un peu ennuyé qui me faisait bien comprendre que continuer à converser sur le sujet serait mission impossible. Et puis, les raisons de sa présence ici étaient claires : Il voulait faire et penser à autre chose. Sa main en métal devait bien lui rappeler cet épisode noir de sa vie. Noir pour nous autres aussi, globalement.

- « Comment je l’ai rencontré ? Il me semble qu’elle l’a raconté le même soir non ? Tu ne crois pas à sa version ? Ou bien tu ne l’as pas écouté… ? »

Le gamin semblait ne pas porter la jeune femme dans son cœur. En même temps, il fallait avouer qu’elle était spéciale dans son genre et qu’elle ne tardait pas à gonfler son monde, moi le premier. Pourtant, bien de choses avaient changé entre nous depuis la dernière fois, même s’il lui arrivait bien souvent de me faire chier comme il faut sans que je ne puisse vraiment répliquer. Quelques fessées se perdaient des fois, mais rien de méchant en somme. Enfin, ce n’était pas des choses que je pouvais vraiment raconter à l’adolescent qui ne saisissait pas encore les subtilités d’une relation homme et femme. Son manque d’expérience dû à son jeune âge en était la cause. Mais le temps viendrait où on en parlerait tranquillement…

- « Mes prévisions pour l’avenir ? Me marier et faire cinq gosses ! Tu seras tonton comme ça ! »

J’éclatai alors de rire, imaginant alors Kahei dans le rôle du « tonton ». Cette perspective était trop amusante, trop drôle ! Mais une personne à l’extérieur nous avertit de sa présence et nous demanda respectueusement la permission de rentrer. Je le lui accordai, avant de voir une jeune femme chargée d’un plateau venir vers nous. Elle disposa des plats sur une table basse près de nous, avant de s’en aller non sans s’enquérir des nouvelles de Kahei qu’elle fut bien évidemment étonnée mais contente de voir dans le domaine familial. Lorsqu’elle s’en alla, je repris parole : « Pour être plus sérieux, ça dépend de ce que tu entends par futur… » Plutôt que de me ruer sur les plats encore recouverts, je m’avachis dans mon siège…

- « Pour ce qui est du clan, je compte le diriger comme le doyen… Tout en étant un peu plus souple sur certaines choses, évidemment. Sinon je fais partie du conseil de Kumo et je vais diriger la police interne de la ville. Les Metaru dans leur majorité en feront partie. D’ailleurs, ça te brancherait d’y être ? »

Que lui avais-je demandé, sourire aux lèvres, avant de pointer du doigt les plats :

- « Commence à bouffer, te gêne pas ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Jeu 3 Aoû 2017 - 1:25
Ah oui ? Elle avait raconté l'histoire lors de la réunion ? Sûrement. Enfin, ça devait être le cas. Shuuhei ne tirait aucun bénéfice à mentir. Mais pour le coup, Kahei n'avait aucun souvenir d'une histoire dictée par la moniale pour résumer le premier contact entre elle et le Seigneur de l'Acier. Peut-être qu'elle avait tout résumée aux femmes du clan qui s'étaient affolés autour d'elle. Des aveux publiques, ça ne parlait pas du tout à l'adolescent. En même temps, l’événement restait récent. Non pas la réunion, mais l'incident de la Raffinerie. Donc il n'avait pas encore toutes les idées en place. Sa mémoire lui jouait encore des tours. Il devait toujours récupérer de cette période d'affaiblissement pour récupérer la tête sur les épaules.

« Ah bon ? Je ne me souviens de rien pour le coup. Je n'ai peut-être pas écouté comme tu le dis. Va savoir.. Mais non, rien ne me vient à l'esprit. Hormis tes paroles disant que le tout-puissant avait fait en sorte que vous vous rencontrez. Puis les querelles avec ce traître de Kira. Qu'est-ce qu'il devient ? » — C'est vrai qu'il n'avait pas eu de nouvelle de son cousin depuis la dernière réunion mouvementée. Sans doute devait-il se concentrer afin de récupérer ses anciennes responsabilités. Tout le monde connaissait son niveau honorable. Néanmoins ses conneries l'auront baissé au grade de ninja de classe inférieure. Que ça devait être frustrant pour lui. Enfin bref. Un traître, un faux frère. Peu importe le mot. Depuis qu'il avait contesté le poste de Shuuhei, l'adolescent le voyait comme tel.

Des enfants ? Pourquoi il rigolait ? C'était un sujet sur lequel il devait se pencher sérieusement. Déjà trente balais et rien n'était sûr avec sa fiancée. Si ça ne marchait pas elle, il entendrait très certainement le courroux destructeur de sa mère. Elle qui mourrait d’impatience que l'aîné de la famille trouve sa bien aimée. Fort heureusement, le cadet ne portait pas la même pression. Les avantages d'être encore un gosse. « Tu rigoles ? Tu devrais songer sérieusement à en avoir ! Cinq enfants, hein ? Cinq petits Shuuhei. J'espère qu'ils ne sortiront pas tous comme toi. » — Il riait à son tour, faisant allusion aux plus gros défauts de son grand frère. Car en dehors de sa réputation de moqueur, d'alcoolique et de tombeur, il s'avérait être une personne importante du village. Meilleur forgeron des nuages, chef d'un clan fondateur, membre du conseil du Shodaime. Mine de rien, il avait de quoi faire des envieux ! Si la conversation fut rapidement coupée par l'intervention d'une personne amenant quelques plats aux deux frères, il pouvait ajouter à un nouveau titre à sa personne. Celui de chef de la police de Kumo. Alors comme ça il comptait diriger une unité. Qui de plus, compteit accueillir grand nombre de Metaru. « Mes félicitations pour ton énième poste. Tu deviens une des personnes les plus importantes du village à force. Mais non, la police ne m’intéresse pas dans l'immédiat. J'ai d'autres objectifs. » — Qui étaient forcements en rapport avec l'intrusion. Shuuhei pouvait facilement le deviner.

Place au moment le plus attendue par l'adolescent. Le moment de s'éclater le ventre. Clairement, ce n'était pas la nourriture de l'hôpital. Alors autant en profiter. Après-tout, il n'allait pas quitter sa chambre tous les jours. Une seule fois. Une. Ce fut aujourd'hui. Sans plus attendre il prit en sa possession ses baguettes chinoises, avec sa main métallique. Il galérait. De toute façon, il allait devoir reprendre la main pour ce genre d'activités. « Comment tu vas gérer toutes ses responsabilités d'ailleurs ? Si tu veux des enfants, tu ne crains pas le manque qu'ils pourraient ressentir si tu es trop absent ? » — C'est sur ses mots qu'il attaqua son plat comme s'il n'avait plus mangé depuis des lustres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Dim 6 Aoû 2017 - 15:55
- « Il me semble que j’ai toujours été là pour toi non ? Enfin… Plus ou moins… Ça ne devrait donc pas être un problème pour de potentiels gosses. Et puis, le clan a assez de mondes et certaines personnes pourraient s’en occuper aisément… »

Je pensais surtout aux différentes femmes qui faisaient partie du clan. La plupart étaient des femmes au foyer qui n’étaient pas du tout des kunoichis actives, ni des forgeronnes qui bossaient à plein temps à la raffinerie. Pour ce qui était du poste de police, j’avais pris deux ou trois filles, dont Riko, une cousine éloignée qui était un ange et qui était aussi bien foutue que ma fiancée. Cette cousine aurait pu prétendre à être mon épouse à un moment donné de ma vie, mais j’avais fait en sorte de tuer dans l’œuf cette idée saugrenue et ce malgré la joliesse de ladite cousine. Enfin… Je m’égarais. Tout ça pour dire que mes gosses si jamais j’en aurais, auraient un cadre idéal pour grandir et s’épanouir…

- « Pour Kira ? Aucune idée. Mais vu son grade, il sera certainement assigné à un jonin, dans une team. Je sais que Sei le blaire pas, et à raison. Notre dernière confrontation m’a également laissé un gout amer, donc je suis pas forcément pour l’avoir dans mon équipe, mais bon… »

Il ne restait plus que Shinobi et Daisuke comme jonins puissants capable de contenir les élans de cet imbécile. Le reste des jonins du village (Entends par là les PNJ) n’avaient pas la carrure qu’il faut pour l’encadrer comme il faut et tempérer ses ardeurs en cas d’urgence. C’était une triste réalité. J’eus même un soupir en passant une main dans ma chevelure blanche tout en matant le gamin entamer son repas. Si je n’avais pas spécialement la dalle, le voir bouffer comme ça me donna aussi envie de faire pareil. Je me redressai donc et m’emparai de mon assiette, avant de retirer le couvercle et de constater qu’il s’agissait de nouilles. Simple mais de bon gout. Je haussai les épaules, choppai mes baguettes et hop !

- « Et… De quels objectifs tu me parles ? »

J’étais un peu déçu qu’il ne veuille pas venir avec moi à la police. Mais je n’allais pas le forcer à intégrer mes rangs, bien que j’en avais la possibilité de par mon rang de chef de clan. D’ailleurs, rien n’a changé ou presque depuis que je l’étais. Je prenais quelques décisions ça et là tout en laissant une certaine marge de liberté aux membres du clan. Je gardais éventuellement un œil lointain sur les têtes brulées comme Koga ou Kira et je demandais beaucoup conseils aux anciens qui étaient honorés d’être sollicités et qui n’hésitaient pas à me donner leurs avis. Bref, un chef plus ou moins modèle jusqu’à présent. Pour ce qui était du choix de Kahei, je pouvais influer dessus et poser un certain véto… Mais non.

Dur dur d’arrêter d’être le grand frère surprotecteur que j’ai toujours été…

- « D’ailleurs, à part Daisuke et les membres du clan, qui est-ce qui t’a rendu visite ? Et comment elles se sont déroulées, ces visites… ? »

Oui oui, j’avais su pour le raikage… Ne me demandez pas comment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Dim 6 Aoû 2017 - 18:08
Il est évident que Shuuhei n'avait jamais manqué à ses obligations en tant que grand frère. Kahei ne pouvait pas lui reprocher ce détail. Mais à ce moment-là, le grand blond n'avait pas autant de responsabilités que maintenant. Seulement des nombreuses commandes à la Raffinerie, la conséquence de sa réputation de meilleur forgeron des nuages. Désormais, c'était différent. S'il souhaitait véritablement devenir père et avoir de nombreux enfants, les postes qu'il occupait allaient forcément être un fardeau. Des comptes, il en avait à rendre. Dans un premier temps, au village. Notamment à cause du siège qu'il occupait au conseil, ainsi qu'en tant que chef de la police. Donc ça impliquait sans aucun doute des heures et des heures de paperasses. Dans un second temps, des comptes à rendre au clan de forgeron. D'ailleurs Kahei ne savait pas véritablement ce qu'impliquait ce rôle de Seigneur de l'Acier. Mais l'armement devait être une de ses tâches principales.

« Je ne dis pas le contraire ! Mais tu te doutes bien que la relation qu'on peut avoir n'a rien à voir avec celle que t'auras avec tes enfants. Surtout si t'as vraiment envie d'en avoir cinq ! Mais en dehors du clan, je suppose qu'ils auront vraiment besoin d'un père qui soit présent. » — L'adolescent ne parlait pas dans le vent. Bien au contraire, il avait une bonne expérience d'une relation compliquée avec son paternel. On ne parlait pas ici de l'absentéisme du vieux, mais des tensions qui pesaient entre les deux. Du coup, ça s'apparentait à un père absent. Et il y a bien des moments où le jeune manipulateur de métal aurait aimé avoir le soutien de son père. « Le rôle de Seigneur de l'Acier consiste à quoi exactement ? »

Du coup il n'avait pas de nouvelles de Kira. Normal depuis la dernière rixe entre les deux hommes. S'il était réellement assigné à un ninja de classe supérieure, il devait l'avoir mauvaise. Dans le cas où il n'aurait pas merdé, il aurait pu avoir une équipe à sa charge. C'était à se demander si même en récupérant son ancien grade, il pourrait avoir des élèves. Difficile de lui faire confiance après une histoire pareille.

Voilà que le frère aîné lui demandait ses objectifs. Au fond de lui, il devait pertinemment savoir de quoi il parlait. Sûrement voulait-il l'entendre de sa proche bouche. « Je préfère agir à l'extérieur du village. J'ai toujours voulu découvrir ce vaste monde, tu le sais. » — Un blanc se marquait, tandis que Kahei se grattait la joue. Il appréhendait la réaction du blond qui pourrait être en mesure de l'en empêcher. Avec une place au conseil, il pouvait facilement écarter son petit frère du danger dans lequel il voulait se mettre. « Je suis un mauvais perdant. Tu comprends bien que je veux ma revanche. Je suis encore debout sur mes deux pieds. Je n'ai pas dit mon dernier mot. » — Voilà qui était dit. Autant crever l'abcès immédiatement. Autrement, s'il venait à obtenir l'accord et que Shuuhei l'apprenait après, ça serait une querelle inutile. « Puis après ça.. Je sais pas. Je verrais quoi faire de ma vie. Tant que je suis envie, j'ai encore du temps devant moi. »

Le temps passait tellement vite. Sans le remarquer, Kahei venait de dévorer son premier plat. Qu'est-ce que c'était bon. Un immense plaisir. Il en restait encore quelques-uns dont il n'allait pas se priver. Aujourd'hui, il se ferait plaisir. Puis à la fin de la journée, retour à l'hôpital en reprenant la bonne vieille routine bien ennuyante. Normalement, sa période d'hospitalisation allait bientôt s'achever. On parlait d'une semaine encore au maximum. Après ça, retour à la vie « normale ».

« Daisuke est venue par principe et m'a même offert un cadeau.. » — Il interrompait brusquement sa phrase. Un cadeau des plus malsains que Shuuhei n'aimerait certainement pas entendre. Lui apprendre que son meilleur pote offre un magazine érotique à son petit frère n'était certainement pas la meilleure chose à faire. « Seijiro, enfin, le Shodaime Raikage s'est amené pour des nouvelles aussi. Mais je me doutais bien qu'il voulait un rapport sur l'intrusion. Il y a bien évidemment mère qui se présente tous les matins. » — Sans plus attendre, il attaquait le deuxième plat. « Père est aussi venu me voir quelques jours après l'opération. Que dire de ses longues heures de conversation.. On repart sur de nouvelles bases. » — Des phrases marqués par de nombreuses pauses dû aux bouchées que l'adolescent prenaient. Une bonne nouvelle pour le frère aîné d'apprendre que la relation entre le cadet et le paternel s'améliorait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Lun 7 Aoû 2017 - 12:28
- « Kahei… Je ne veux pas être chiant comme le vieux. Ceci étant dit, je t’interdis une chose : Traquer cet bâtard. »

Cette fois-ci, j’avais pris un air on ne peut plus sérieux ponctué par un visage ferme et des sourcils froncés. Il n’y avait jamais vraiment eu de disputes entre Kahei et moi. Juste des chamailleries qu’on peut retrouver dans toute relation saine et correcte. Nous étions comme tout le monde après tout. Ceci étant dit, il y a des choses que je ne pouvais pas tolérer en tant que grand frère. Cette idée qui traversait actuellement l’esprit de mon petit frère était l’une d’entre elle. Impossible de le laisser traquer ce monstre, encore moins de l’affronter une seconde fois. J’avais même cessé de manger avant de le regarder fixement comme pour lui faire comprendre que non, je ne tolèrerais pas cette initiative. Du moins pas encore. Avoir l’esprit revanchard était une chose. Se ruer vers le suicide en était une autre. Là pour le moment, je voyais cette envie d’un mauvais œil. Le petit était certes sagace mais pas encore mûr ni assez fort…

- « Que ça te plaise ou non, je refuse que tu participes de près ou de loin à une affaire mêlée à ce type. Et ne force surtout pas à utiliser mes prérogatives de chef de clan. Que tu veuilles sortir du pays, c’est normal. Que tu veuilles participer à l’essor de ce pays aussi. Mais non, je ne veux pas que tu sois obsédé par cet homme. Pas tant que tu es un chunin. »

Il était bien rare que je refuse quelque chose à Kahei. Ultra-rare même. On peut dire que j’étais celui qui l’avait le plus gâté si on excluait notre mère. Cependant, mon laxisme avait ses limites sans compter que je n’étais pas du tout un béni oui-oui. Je me gardai bien de le lui dire, mais j’étais prêt à lui briser les membres pour ne pas qu’il s’hasarde à me désobéir. Tant qu’il ne devenait pas un jonin à la puissance significative, il n’y avait aucune, mais vraiment aucune raison pour que je le laisse faire. Peu importe si l’ordre venait du Raikage lui-même. Je finis néanmoins par me « calmer » pour ne pas pourrir notre conversation et abonder sur un sujet qui semblait l’intéresser et qui était un peu en relation avec ce que je venais de déclarer : « Etre le chef de clan me donne carrément le droit de vie ou de mort sur tous les Metaru. » J’eus un soupir. J’exagérais un peu en m’exprimant de la sorte, mais je n’étais pas loin de la vérité.

- « En plus de représenter tous les Metaru et d’être incontournable, je prends toutes les décisions importantes du clan. Je peux par exemple bannir ou buter l’un des nôtres, décider de cesser l’activité de la raffinerie, vous forcer à faire des choses au détriment même de votre fonction de ninja, être le garant des us et coutumes de notre famille, décider que le clan tout entier quitte Kumo… Bref. Tout un tas de joyeusetés de la sorte, comme tu peux le constater… Dans un sens, qu’est-ce que c’est déprimant ! »

J’eus finalement un soupir en adoptant ma gueule habituelle. Puis je me remis à manger comme si rien ne s’était passé. C’était rudement bon ce machin ! J’en oubliais presque le talent culinaire de nos « sœurs » puisque je ne mangeais maintenant que les plats de ma « fiancée ». Cette dernière et je devais l’avouer un peu à contre-cœur, cuisinait comme un cordon bleu. Elle avait même appris des recettes de chez elle aux femmes de la maisonnée. De chez elle hein… J’en vins tout à coup à penser à ses parents et à me dire que je devrais les ramener dans le coin si jamais je venais à marier leur fille… Mariage hein… Il fallait bien dans la mesure où j’étais le seigneur d’acier et qu’un homme de ma trempe se devait de montrer l’exemple à notre génération. Ces conventions selon lesquels le mariage présentait bien était d’un chiant… Sans compter qu’avec toutes ces conneries, je ne pouvais plus découcher comme avant… Fini les soirées arrosées au bordel !

- « D’ailleurs, il t’a remis quoi comme cadeau l’autre zigoto… ? »

C’est presque avec une tronche comique de gros constipé que je le regardais…

Tel que je connaissais Daisuke…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Mar 8 Aoû 2017 - 15:07
Il ne voulait pas être chiant comme son paternel. Pourtant en donnant une réponse pareille à son frère cadet, il l'était tout autant. Kahei se doutait bien que son aîné allait contester sa décision. Voilà pourquoi il avait décidé d'aborder le sujet dès maintenant. Ça lui servait principalement à deux choses. La première, connaître le point de vue du mastodonte. Surtout pourquoi s'opposait-il à l'adolescent. La deuxième suivait tout simplement la première, en prenant connaissance de sa position, il serait en mesure de se donner les moyens pour lui faire changer d'avis. Du moins, essayer. Le plus compliqué pour le jeune manipulateur de métal allait sans doute être la relation qu'il avait avec Shuuhei vis-à-vis de ce sujet. Car autant il pouvait se placer en grand frère protecteur, il laissait clairement entendre qu'il pourrait s'opposer en tant que membre de la haute sphère Kumojine. Enfin, ce serait le cas si l'adolescent le pousserait à utiliser ses droits. Ce qui allait carrément se faire étant donné qu'il était têtu comme un âne. Il suffisait de voir avec son vieux père avec qui il eut de nombreux conflits à cause de ses idées. La même situation allait se répéter. Puis de toute façon, seulement une décision du conseil le forcerait à mettre un terme à cet objectif inconscient. Le garçon n'était pas si fou à l'idée de fuir sa patrie pour une simple histoire de vengeance. Il se l'était interdit. En revanche, si l'occasion d'une revanche se présentait devant lui, il n'hésiterait pas.

« Pourquoi j'étais si sûr que tu dirais ça ? » — Si le Seigneur de l'Acier abordait une posture beaucoup plus sérieuse, ce ne fut pas le cas pour l'adolescent. L'expression de son visage restait la même tandis qu'il continuait à manger le plat qui se présentait sous son nez. Puis après la seconde phrase du mastodonte, il prit à son tour un air sérieux. « Et si le conseil me juge apte à être participer à une ou plusieurs missions concernant cette affaire, que feras-tu ? D'ailleurs, je ne suis absolument pas obsédé par cette vieille branche. » — Un gros mensonge. Dernièrement, il ne pensait qu'à lui. Il n'entendait parler que de lui. Il le voyait durant son sommeil. Enfin bref, cet homme l'accompagnait dans son quotidien. « Si ce n'est qu'une histoire de grade, j'atteindrais rapidement ce palier alors. » — Puis il retournait au combat contre sa nourriture. Une semaine. Voilà la période à attendre pour se remettre à niveau et passer un cap qui le ferait passer pour un candidat encore plus sérieux.

Vint ensuite le moment où il expliquait son nouveau rôle. Bordel, ça lui offrait un paquet de choses. Impossible de savoir s'il exagérait, mais en utilisant ses arguments, une autre personne pouvait facilement changer d'avis. Ce qui ne fut guère le cas pour le manipulateur de métal. Néanmoins, Kahei comprenait parfaitement la vision de Shuuhei. En effet, actuellement, il ne serait clairement pas une personne à sélectionner pour retrouver la trace de ses hommes. Il sortait tout juste de l'hôpital, on ne savait rien de sa situation avec cette main métallique. La priorité pour lui devait être sa remise en forme plutôt que de vouloir retrouver ce quarantenaire. « Rien d'intéressant. » — C'est lentement qu'il se relevait en laissant un dernier plat sur la table. Si son frère aîné pouvait facilement rebondir après le sujet abordé de cette manière, ce n'était pas le cas pour le cadet. Non, il préférait méditer tout seul de ses quelques paroles échangées et prendre une décision définitive. « Je vais rentrer. Ils doivent s’inquiéter là-bas. » — L'allure lente, il se dirigeait vers la sortie. La fatigue se faisait aussi ressentir, l'heure d'une très longue nuit de sommeil sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t25-metaru-kahei-terminee-et-corrigee http://www.ascentofshinobi.com/t626-equipe-3-rakkan-kumo

Lun 21 Aoû 2017 - 19:41
Contrairement aux idées que je m’étais faite après mes interventions, Kahei ne m’opposa pas de résistance de façon frontale. Était-ce parce qu’il était en plein convalescence ? Ou était-ce parce qu’il comptait me désobéir ? Je ne pouvais pas savoir. Son grade lui permettait de toute évidence pas mal de choses et vu qu’il était assez prometteur comme ninja, il ne tarderait certainement pas à devenir Jonin ce qui m’obligerait très certainement à lui laisser le champ libre pour défier ce monstre de puissance qui lui avait coupé le bras si jamais il le croisait. Mais cette rencontre était improbable à mes yeux. Il y avait peu de chances que Kahei le recroise. Par contre, je priais pour ma part pour avoir cette veine. Sur cette pensée, je refermai même mes poings avant d’être interrompu par le gamin qui disait soudain vouloir rentrer à l’hosto.

- « Attends-moi quelques secondes. Je vais te raccompagner… »

Je bondis de mon siège avant de pénétrer dans les profondeurs de mes appartements. J’avais un air un peu triste, mais pour autant, je préférai ne pas me laisser abattre. Kahei m’avait déjà montré l’exemple à suivre et lui laisser la largesse de me faire la leçon une seconde fois ne serait pas digne de l’ainé que je suis. Je fouillai rapidement mes affaires, avant d’opter et d’arborer un kimono sobre sur lequel j’avais foutu un haori floqué du symbole de notre illustre clan. Puis je sortis enfin avant de constater qu’il n’avait pas terminé ses plats. Moi non plus d’ailleurs… Il était bien rare que nos repas soient aussi tristes et mornes, mais c’était cela la vie de shinobi. Tout ne pouvait pas être rose. Je finis par sortir carrément de mon domicile avant de le rejoindre dans une cour où il semblait attendre patiemment mon arrivée.

- « On peut y aller à présent. »

J’eus un sourire aux lèvres et je passai une main dans sa chevelure. Je tapotai ensuite son dos et nous nous mîmes à marcher vers la sortie. Durant notre petit parcours, nous saluâmes les quelques Metaru que nous croisèrent ce qui ne me permit pas vraiment d’amorcer une nouvelle fois le sujet. Mais dès que nous sortîmes enfin du domaine des Metaru, je le remis sur le tapis : « Pour être franc avec toi, j’ai également pensé à aller le chercher. Si ça se trouve, leur repère n’est pas bien loin. » Je ne mentais pas vraiment dans le sens où j’avais plusieurs fois ruminé cette défaite et pensé à en découvre avec ce chien qui lui avait ôté la main, mais je savais en mon fort intérieur qu’une telle entreprise allait être périlleuse : « Prends ton mal en patience… » J’inspirai profondément, avant de reprendre une dernière fois la parole avec une mine grave.

- « Quand j’aurai collecté assez d’informations, je pense qu’on partira tous les trois à sa rencontre. Tu n’es pas le seul touché par cette histoire… »

Oui, j’incluais aussi Daisuke dans l’affaire, tant qu’à faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t141-metaru-shuuhei-terminee

Entre frangins - II (ft. M. Shuuhei)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: