Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Démystifier la parole vertueuse [Nobusada]


Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Empty
Lun 17 Juin 2019 - 0:36





L’expiateur de profanation. Voici l’un des qualificatifs attribué fréquemment au guerrier d’acier suite aux nombreux contrats accomplis en dehors de ces terres auprès de civils et paysans incapables de résoudre les malices de quelques usurpateurs de capacités liés au chakra. Sa fonction relative à l’ordre du Kiheitai le forçait à poursuivre chaque contrat et requête lié aux mystères du chakra et de son utilisation, jusqu’à découvrir des secrets ou savoir utiles à Hi. Un rôle lentement transformé en une vocation, étendu sur bien d’autres mystère.

Nécromanciens, moines corrompues, druides et sorciers autoproclamés suite à l’utilisation de capacités spéciales saugrenues ; La liste se disait longue et surprenante. On y comptait aussi des sectes, des cultes, des organisations douteuses et autres. Un long passif … Qui n’allait pas s’arrêter ici, malgré sa présence dans les rangs de l’empire, bien au contraire. Même ces institutions aux allures civilisées masquaient des zones d’ombres du même acabit.

Ainsi s’annonçait sa nouvelle quête à travers les ruelles du village caché des nuages, l’attention éveillé au cours de sa ronde par des rumeurs curieuses. Les uns évoquaient la présence d’un élu porteur de salut, d’autres s’offusquaient d’avoir été abordé par ce genre de gourou aliéné. Certains commerçant semblaient porter une certaine redondance quant à ces apparitions récentes et de plus en plus fréquentes, accommodés pour certains, dérangés pour d’autres.

Au fur et à mesure de son avancé, le Yamanaka interrogeait ici et là quelques passant, à moins d’être attiré par des discussions non dissimulés ou simplement des plaintes. Cette histoire commençait à l’intéresser suffisamment pour remonter habilement sa piste et découvrir ce qui se cachait derrière ce mystérieux nom de Kogen encore inconnu à son esprit. Pour cette fois, nul besoin de contrat ou d’or, sa seule fonction et présence en ces lieux avait de quoi le rattacher à ce présumé usurpateur.

Au moins ne présentait-il pour l’instant aucun incident lié à elle - Que ce soit la secte ou cette personne recherché -, mais pouvait peut être disposer de quelques informations intéressantes. Ou alors des secrets déformés et exotiques sur ce village … En tout cas, il ne devait plus être loin. La description de l’individu se disait plus palpable à chaque pas, de sorte à pouvoir vaguement le reconnaître parmi les rues.

Là, une silhouette de dos. Lui, pas lui ? Surement … L’approche du baroudeur n’avait visiblement pas besoin de se targuer de paroles immédiates. Le silence pensant et l’intrigue risquait de suffire comme introduction.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6588-yamanaka-hosen-chosen-of-kiheitai-100 http://www.ascentofshinobi.com/t7098-carnet-de-route-yamanaka-hosen#59563

Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Empty
Mar 18 Juin 2019 - 19:45
Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Csbz
Dans les jours qui suivirent le Cataclysme - Kumogakure


Depuis plusieurs jours, il trottait dans la Cité déchue, ange de Lune et de Soleil, profitant de la protection provisoire du Teikoku et du chaos ambiant pour répandre le culte du Kôgen. Les jeunes âmes en tourmente étaient une terre incroyablement fertile, et lui semait les graines de sa foi à travers les prières et les moults rituels qu’il avait décidé d’inaugurer de son propre chef. Le pâle homme cabalistique, mystérieux chantre d’une relation sacrée avec cette source lumineuse dont il faisait l’éloge à tour de bras, voyait se déployer les racines d’un nouveau monde, qui au comble du désespoir ne pouvait trouver refuge que dans un Idéal. Rien de tel, dans cette mesure, qu’une entité immatérielle, présente dans chaque chose, une lumière diffusée à travers le prisme d’un fidèle.

Outre qu’il était impénétrable en tant qu’individu, psychée sinistre et trop sage pour ne pas cacher quelque chose de suspect, Nobusada était aussi très futé. En ayant retrouvé sa liberté, il avait progressivement repris ses habitudes d’orateur en herbe, usant d’une argumentation solide somme toute redoutable pour faire entendre à qui le voulait bien toute la véracité de sa conviction religieuse, et convertir à son idée tous les bigots du trottoir. Il n’avait eu de cesse. Même chez les plus valeureux shinobis, il avait tenté de répandre cette lumière.

Alors qu’il priait modestement, dans toute l’humilité de sa dévotion sacrée, il entendît ce grincement caractéristique qui l’avait déjà frappé, il y a de cela quelques jours, lorsqu’il avait croisé cet homme en armure. Il y avait comme qui dirait un air de déjà-vu dans ce son métallique, très léger mais bien présent, même si l’expression de déjà vu ne correspondait pas véritablement à la situation. En vérité, Nobusada avait le dos tourné quand son visiteur s’approcha de lui, tel une ombre, spectre de fer embusqué dans une autre dimension apparaissant subitement d’un trou noir. Sa présence n’avait sans doute rien d’anodin, mais s’il croyait pouvoir surprendre le chantre illuminé du Kôgen, il se leurrait. Un senseur tel que lui ne pouvait être piégé de la sorte.


« Enchanté, guerrier de l’ombre. Je suis Nobusada. »



Fit-il avant de basculer la tête en arrière et de tourner son regard vers l’inconnu, jetant par-dessus son épaule deux yeux délavés enrobés d’une aura mystique, diamants pâles et insondables d’un sinistre sorcier.


« Dois-je comprendre que j’attire quelques doutes sur ma personne, ou bien êtes-vous en quête de lumière ? Dans un cas comme dans l’autre, vous êtes le bienvenue en tant qu’enfant de la Foi. »



Sombre, le guerrier en armure ne semblait pas désintéressé, mais était-ce seulement suffisant pour impressionner ce fanatique religieux ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332

Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Empty
Mer 19 Juin 2019 - 0:17





La pureté contre le péché. Le divin contre le loup errant. Une certaine ironie fantasque imprégnait le contexte de cette rencontre pour le moins singulière, entre un contraste palpable dans l’apparences des deux individus. De loin, Hosen incarnait le démon de fer aux teintes d'ébène et d’argent, être des bas fond habitués aux tâches ingrates de ce monde. L’autre inconnu, présumé élu et sacré représentait le bon, la noblesse, la lumière dans ses apparats de religieux peu communes en ces terres. Le bien contre le mal.

Pourtant le tableau prenait une toute autre perspective ambiguë et douteuse dans la peau d’un des protagonistes, surtout celui de l’expiateur de profanation qui sondait là l’aura d’un sorcier plutôt que d’un prêtre dévoué. Les attributs corporels et les talents gestuels du fameux porteur de révélation avaient de quoi intimider les plus fragiles et ignares, mais dépeignait une résonance évidentes aux yeux du chasseur absous d’une part de ses émotions.

L’un et l’autre. On va considérer que je suis en quête de lumière sur l’ensemble de ces doutes. Votre passage dans ces ruelles et votre réputation en induisent beaucoup. Vous devriez être capable de m’apporter la divine connaissance à ce sujet.

Le vouvoiement employé dans ces phrases ne correspondait en rien d’une quelconque règle de bienséance mais bel et bien d’une séparation volontaire entre lui et son interlocuteur, entre sa quête et et le statut douteux du gourou suspecté.

Mon nom est Hosen, mercenaire, vagabond, chasseur. Au choix.

Le Yamanaka marqua alors un silence sérieux et lourd de sens afin de communiquer pleinement sa nature auprès de Nobusada.

Il y a bien des foi que j’ai croisé sur ma route. Toutes prétendaient porter bonté, grâce et lumière. Pourtant me voici ici, encore orphelin de foi. Que diriez vous d’étendre les promesses du Kôgen sur la route ?

La tension et la subtilité se montrait évidente dans les paroles du vagabond qui pointa du doigts la direction vers laquelle se dirigeait le sorcier avant cette interruption. Ces formulations d’apparences innocentes soulevaient clairement l’enquête mené par Hosen et ses attentes quant aux explications progressives de cet être mystique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6588-yamanaka-hosen-chosen-of-kiheitai-100 http://www.ascentofshinobi.com/t7098-carnet-de-route-yamanaka-hosen#59563

Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Empty
Mer 19 Juin 2019 - 12:13
Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Csbz
Dans les jours qui suivirent le Cataclysme - Kumogakure


Une harmonie tranquille régnait paradoxalement avec cette atmosphère électrique qui venait d’envelopper la rencontre des deux protagonistes cabalistiques. A sa manière, chacun étant en proie à d’intimes doutes, et en ce qui concernait Nobusada, ces derniers étaient balisés par une anxiété balbutiante, annonçant les prémisses d’une angoisse plus soutenue. Il n’était certes pas contre l’idée d’étendre sa promesse sacrée, mais il n’en demeurait pas moins que ce guerrier vêtu pour la guerre inspirait chez lui autre chose qu’un esprit en quête de confessions religieuses, fusse-t-il un tantinet croyant. Sans être non plus avare de bienveillance, Nobusada estima que cette irruption n’était pas si désintéressée. Lui qui avait encaissé un passage de son existence dans une geôle froide et humide avait toutes les bonnes raisons de vouloir éviter la récidive. Alerte, il était parfaitement conscient d’être en danger tant à cause du Teikoku qu’il avait rejoint et qui ne lui accordait pas encore beaucoup de crédit, que par Kumogakure qui sans doute estimait sa libération fortuite, autant que sa félonie. Ainsi, chaque faction pouvait être son ennemie, chose qui en l’état aurait pu rendre plus d’un homme paranoïaque.

Du reste, le chantre illuminé n’en restait pas moins un combattant de métier et si l’inconnu avait dans le fond de l’esprit le désir impérieux de tâter de sa lame, Nobusada était enclin à lui offrir ce privilège, en même temps qu’une mort lente et douloureuse, pourvu qu’il soit assez fort pour prendre le dessus sur ce sinistre Hosen. Cette évocation était toutefois son ultime moyen de secours, car visiblement cet homme dont l’accoutrement nocturne semblait réclamer le sang n’était pas le dernier des fine-lames. Mercenaire de circonstance comme lui l’avait été réciproquement à d’autres heures de sa courte existence, cet Hosen impénétrable parvint à s’imposer sur la ronde religieuse du prêcheur de lumière.


« Je suis heureux d’apprendre que ma réputation soit si grande. Si tel est le cas, alors je suppute que mon travail est bien fait. Puisse le Kôgen vous bénir de m’apprendre une si heureuse nouvelle, cher Hosen, orphelin de Foi. Allons. Je ne peux pas vous refuser quelques pas en ma compagnie. Si vous voulez bien… »



Avec élégance, Nobusada tendît sa dextre pour indiquer la route, détachant les deux mains souvent rassemblées sous sa toge albâtre, pour une invitation au voyage. Chérubin baignant dans une aura de lumière, il se présenta comme une étoile du jour en pèlerinage, une amicale rémanence du destin pour épouser les courbes du long chemin de la vie qu’arpentait le terrible Hosen. Ensemble, ils commencèrent le périple spirituel.


« Bien, Hosen. Nous pouvons sans doute commencer notre échange. Selon vous, comment toutes ces choses existent ? »



Ouvrant ses bras vers l’avant, comme s’il présentait le monde à son compagnon de route, Nobusada débuta par cette question qui n’avait rien d’une question innocente…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332

Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Empty
Mer 19 Juin 2019 - 15:19





Difficile encore de prédire l’allure qu’allait prendre cette séance de confession, même une éventuelle joute physique et sanglante paraissait peu probables dans ces rues, à moins d’un acte véritablement hostile de la part du chaman. Pas que les instincts et le zèle du guerrier n’en fusse pas friand, mais davantage à cause du contexte ambiant et la présence d'innombrables soldats du feu un peu trop loyaux et ignares.

Heureusement, le Yamanaka disposait de bien d’autres façon d’agir dans ces circonstances, notamment de ses facultés spirituelles encore inavoués et affilié à une dimension bien au delà du commun des mortels. Pourtant le moine présumé ne sembla pas si déstabilisé par les menaces subtiles qui décoraient les coulisses de ces présentations dociles, avec juste assez de clarté pour ne pas dénigrer les affaires du guerrier sanguinaire.

C’est tout à votre honneur. Je suis moi même en quête de vérité sur les origines de ce monde et le rôle de cette ressource si précieuse qu’est le chakra. Peut être le Kogen me sera utile dans cette quête. Allons-y.

Ainsi Hosen se mit-il en marche en compagnie de Nobusada, dans une certaine sérénité affublé d’une touche froideur non dissimulé quant à sa position vis-à-vis de cette histoire. Il se demandait bien quel genre de duperie se cachait encore derrières ces croyances toujours plus exotiques les unes que les autres. Le visage d’acier tourné vers lui, ce dernier avança à un rythme convenable, une main posé nonchalamment sur le pommeau de sa lame inséré dans son fourreau.

La première question initiatique du prêtre s’avéra somme toute classique, même à la clef de toute pensée religieuse et sacré finalement. Lui même ne disposait pas de réponses direct clair et brute, ceci étant encore le moteur de son existence.

Comment ? Et bien … La terre, le bois, l’eau, les plantes, et bien des éléments encore … Presque tous les composants de notre existence, physique ou non, sont manipulable voir littéralement produite par le chakra. Je serais porté à dire que cette essence serait à la source de bien des choses, du moins, comme base de travail. Mais il existe aussi des êtres et des parties de notre monde dépourvu de cette ressource.

Il prit un moment de silence dans ce constat et cette déduction somme toute élémentaire, avant de plonger plus loin dans son avis plus intime.

De là à désigner quelconque architecte de ces choses, ma foi n’en est pas encore aveugle. Comment existes-elles ces choses alors, Nobusada ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6588-yamanaka-hosen-chosen-of-kiheitai-100 http://www.ascentofshinobi.com/t7098-carnet-de-route-yamanaka-hosen#59563

Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Empty
Jeu 20 Juin 2019 - 22:53
Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Csbz
Dans les jours qui suivirent le Cataclysme - Kumogakure


Un pas après l’autre, les deux Teikokujins battaient le pavé en remontant les rues inertes et sinistres du village, qui depuis peu fourmillait de soldats et de protagonistes entamant la reconstruction de la cité. Dans cette ballade qui prenait en même temps les atours d’une conversation brumeuse aux dimensions métaphysiques, ni l’un ni l’autre ne semblait vouloir démordre de logique ; et si d’aventures ils accordaient volontiers quelques ouvertures, c’était pour mieux attirer l’interlocuteur sur un sentier connu. C’était aussi vrai dans le débat que dans la marche. La question de Nobusada n’était pas innocente ; mais dans la façon qu’Hosen avait de répondre, on pouvait sentir quelques onces de rhétorique, assez du moins pour bien peser chaque syllabe.

Un pas après l’autre, les deux Teikokujins semblaient marcher en s’avançant l’un vers l’autre, traversait la barrière opaque divisant les inconnus pour tisser les premiers liens d’une forme de connaissance. La connaissance de l’autre. Ne restait qu’à savoir si cette dernière susciterait la méfiance ou, à l’inverse, la confiance. La chose était encore floue, et vraisemblablement il allait falloir se rejoindre quelque part pour éviter les hostilités.

Un pas après l’autre, les deux Teikokujins s’avançaient bien du reste sur la voie de Dieu.


« Votre esprit me semble déjà bien aiguisé, Hosen. Et le terme architecte que vous employez correspond bien à la façon dont je conçois le Kôgen ; ou du moins, à la façon dont on peut concevoir le monde en rencontrant le chemin de la Foi. »



Ils bifurquèrent pour contourner l’angle d’une bâtisse, et prirent la direction de l’Arche.


« Le terme Kôgen désigne en réalité la Source Lumineuse, et chaque mot vaut son pesant d’or dans notre conception du monde. Envisageons d’abord que le Kôgen est une source : un point de départ, un flash dans le temps. Une seconde perdue dans l’infinité des millénaires, mais une seconde où tout démarre. Nous imaginons que celle-ci fut lumineuse, qu’avant d’être palpable ou entendu, le monde était visible. Cela reste toutefois une affaire d’opinion. »



Le prêcheur décida de ralentir le pas, comme pour se focaliser sur ce qui allait suivre. Les mains jointes sous les longues manches de sa toge aussi blanche que l’écorce d’un bouleau.


« Surtout, et comme vous en réfutez l’idée, nous envisageons le Kôgen comme une entité venue construire le monde, tel un architecte. Non qu’il fut à l’origine du premier arbre, ni de la première feuille : mais surtout qu’il fut à l’origine de l’élaboration de chaque arbre, de chaque matière, de chaque créature. N’est-ce pas curieux que nous soyons comme nous sommes, que certaines lois physiques régissent le monde, que la nature fusse le produit d’une succession d’éléments coercitifs ? Vous n’avez qu’à voir le corps d’un homme : deux poumons bien placés, un réseau artériel fantastique, si complexe et pourtant si précis, un squelette parfaitement équilibré, des organes jouant chacun un rôle… n’avez-vous jamais pensé que, d’un certain point de vue, nous étions programmés pour être ce que nous sommes ? Comment façonner des créatures d’une si parfaite complexité sans un esprit pour les élaborer ? »



Les premières gerbes de la Foi étaient ainsi offertes : le Yamanaka les accepterait-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332

Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Empty
Ven 21 Juin 2019 - 16:43





Une marche anodine, un bout de chemin rempli d’occultisme imaginés. Ceci n’était qu’un prétexte choisi voir imposer pour comprendre les tenant de la foi qui animait non seulement le fameux Nobusada, mais le poussait aussi à étaler sa propagande tout autour de lui. Une simple religion sans grand maux pour ses adeptes et ses pratiquant n’avait guère l’autorité du mercenaire affirmé, loin d’une idée vainement inquisitrice.

Par contre, l’inverse saurait irrémédiablement être de son affaire et de son avis, quitte à contrarier les élucubrations de quelques prêtres ambitieux de dominations et profits saugrenues. Calmement, d’un air absous de tout tressaillement, le Yamanaka écoutait la logique et les éclaircissement qu’allait apporter Nobusada. Celle-ci soulevait bien des questions contradictoires, cependant, il lui donna l’occasion d’aboutir entièrement à son temps de parole.

L’idée n’est pas forcément dénué de sens, même si je n’en suis plus au point de m’extasier exagérément sur ce concept. Tout a une part de rationalité que je ne met pas en cause, mais cette déduction, certes attrayantes, n'obéit à cette rhétorique limitatif. Avec un seul et unique exemple de présence constaté, on ne peut forcément aboutir sur une perfection autoproclamé.

Il se posa un instant dans le silence, voulant tester en profondeur le raisonnement de cet individu lourd de croyances diverses.

Avez vous ne serait ce qu’observer un autre monde, une autre création, une autre mesure à part et en dehors de votre conscience pour définir celui-ci selon votre image, Nobusada ?

Le Yamanaka en savait bien quelque chose, lui dont les expériences liés à l’esprit le poussaient en des horizons que nombres de mortels parvenaient à atteindre. Le conscient, le subconscient. L’interprétation était bien chose humaine, d’autant qu’une pomme ne serait pas une pomme dans son jugement si ce dernier variait en quelques détails, sans pour autant la rendre plus parfaite qu’autre chose.

Admettons. Je pars sur vos explications et prend cette introduction comme fait. D’où vient alors cette personnification du Kogen ? Qui l’a désigné, et de quelle façon l’avait vous expérimenté en dehors de suppositions ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6588-yamanaka-hosen-chosen-of-kiheitai-100 http://www.ascentofshinobi.com/t7098-carnet-de-route-yamanaka-hosen#59563

Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Empty
Dim 23 Juin 2019 - 0:50
Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Csbz
Dans les jours qui suivirent le Cataclysme - Kumogakure


Une énième fois, Nobusada fut confronté à d’ardentes contradictions fustigeant la réalité de sa Foi, et dût se résumer à clore ses paupières en baissant la tête, acquiesçant face à la pertinence de cette rhétorique, n’ayant aucun autre pouvoir de démonstration que celui de la parole. La voie sacrée était une telle nébuleuse que l’exercice qui consistait à convaincre son interlocuteur de cette dimension était chose particulièrement complexe parfois, et nécessitait un travail de fond qui pouvait durer des années. Toutefois, il s’étonnait de découvrir une variété de réactions assez fabuleuse, dans la mesure où chaque pèlerin qu’il avait tenté d’aborder à ce sujet avait fait montre de réticences, certes, mais jamais de même nature, quand bien même il avait pris la mauvaise habitude de présenter souvent les mêmes arguments.

Comme si sa parole était une huile qui se mélangeait tantôt à de l’eau, tantôt à du beurre, tantôt à du feu, créant de nouvelles réactions à chaque forme d’alchimie. Tandis que sa foulée continuait de parcourir les pavés du village, il écouta d’une oreille attentive cette mystérieuse réponse de Hosen. Le guerrier en armure allait plus loin que les autres : si d’aventures il avait coutume de se confronter à des esprits cartésiens, celui-là semblait un tantinet plus psychanalyste, philosophique. La chose manqua de le faire trébucher, lui qui marchait pourtant si paisiblement. Une nouvelle bataille de convictions s’offrait au chantre du Kôgen.


« « Votre sagacité m’épate, Hosen. Permettez-moi de vous faire explorer ces dimensions, donc. » »



Sous ses larges manches, il effectua une série de mundras, dissimulés sous le tissu opaque. S’ensuivit une sorte de sifflement, semblable à celui d’un serpent, qui s’échappa de ses lèvres, bruit discret et sinistre, soupir presque silencieux mais alertant. La chose projeta les deux vagabonds dans une autre dimension : celle d’un monde illusoire, entièrement fabriqué par l’imagination de Nobusada. Chaque pierre, chaque fenêtre, chaque mur fut avalé dans les ténèbres : le monde autour d’eux ne devint que néant absolu. Un néant dans lequel les deux roturiers continuaient d’errer, l’un à côté de l’autre, le serpent et sa proie, ou ce qu’il pensait être sa proie : il ignorait encore que son interlocuteur était un Yamanaka, ce qui en faisait à tous les coups un aussi habile manipulateur d’esprit que lui. Pour autant, il continua de faire marcher l’illusion. Autour d’eux, de petites sphères lumineuses commencèrent à peupler le néant, comme des bougies au milieu des ombres. Cierges subtils dans le voile obscur. En avançant, le prêcheur poursuivit sa vénération.


« Ainsi que vous le présentez, la conscience fait la réalité de l’homme. La réalité de sa vie, la réalité de son expérience, et la réalité de ce qui l’attend. La conscience est un outil spirituel puissant, certes, mais comme vous pouvez le constater, il est manipulable. »



Il marqua une pause. Il ne devait guère se perdre dans sa parole, au risque de jeter le discrédit sur sa foi.


« Pourtant, il existe bel et bien des choses qui nous échappent, qui dépassent cette réalité et font partie de ce que certains aiment à nommer la transcendance. »



Les sphères lumineuses devinrent alors de petites flammes, et des flaques de sang commencèrent à apparaître sous les pieds des deux vagabonds, les faisant marcher sur le liquide vermeil en dépit de leur volonté.


« Ce que nous percevons est-il réel ? Peut-être que non. Pour autant, loin de toute cette surréalité, notre conscience nous prouve que l’on existe, et qu’il existe quelque chose qui dépasse notre existence, puisqu’elle nous façonne. Ceux qui croient au Kôgen pensent qu’il y a eu, quoiqu’il en soit, un premier jour, et cette idée me convient. Toutes les choses qui nous sont inaccessibles ne sont-elles pas des apôtres de lumière ? Le soleil, la Lune, les astres… »



Les choses énoncées apparurent dans le ciel, alignées les unes à côtés des autres.


« … sont la source de la nuit et du jour. En cela, ils font partie de ce qui est originel. On évoque cela comme la Source Lumineuse. »



La réponse était incomplète. Mais avant de poursuivre, il devait observer la position de ce guerrier en armure, soldat impénétrable et guère impressionnable par de si simples tours de passe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332

Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Empty
Lun 24 Juin 2019 - 13:36





Le débat constituait de ceux que l’on pouvait aisément continuer indéfiniment sans ne jamais tomber sur un accord concret quant à sa conclusion, puisque sans cela, le mercenaire n’aurait à ce jour plus de quête ni de chemin à suivre. En dépit de ses airs intéressés et impliqué dans une joute métaphysique, le but premier du Yamanaka résidait dans l’application et la répercussion de cette secte sur les autres, les civils notamment.

Pour cet effet, il devait lui même entrer dans les dédales de la sorcellerie déployé par ce croyant dont les airs ne prêtaient guère à celle d’un homme simplement pieu et modeste dans ses occupations. Rien que de se définir par un élu définissait les prémices d’un gourou en bonne et due forme … Ce qui ne manqua pas de se révéler dans cette magie soudaine transformant le décors en un tableau des plus déroutant.

Marcher et explorer l’oeuvre d’art qui s’étalait devant eux s’avéra indéniablement d’un régale exquis pour l’expiateur de profanation dont les souvenirs résonnaient irrémédiablement avec la part de mysticisme imprégnée dans ces formes. Assurément, il n’avait aucun argument pour remettre en cause la qualité de cette sorcellerie lorgnant entre l’angoisse et l'émerveillement. Nobusada possédait au moins ça pour lui, même si le procédé s’apparentait plus à une illusion qu’à un jeu d’esprit.

L’esprit, la conscience, le subconscient … Il s’agit certes de domaines qui nous échappent encore. Votre magie est bien la preuve de cette manipulation.

Le soldat d’argent fier de son armure imposant se montra plus froid, plus distant dans son approche toujours avec cette passivité intrigante.

Mais confondre ce qui nous dépasse avec les prémices et la personnification du divin constitue un raccourci source de bien des dérives, conscientes ou inconscientes. Impressionner des esprits simples reste chose facile.

Là, sa formulation prenait des airs de menace évidentes. Qu’importe au final ce qu’était le Kogen. Libre à lui de fantasmer sur des principes encore vagues et sans réponses pour tout humain. Cependant, il demeurait bien des domaines cités auxquels le mercenaire avait accès depuis longtemps, notamment au sujet de l’esprit, l’identité d’une personne et jusqu’au point où l’âme se montrait modelable.

Sans même se toucher, cette fois la démonstration s’effectua dans le sens inverse et sur un terrain de jeu très différent. Par le biais d’une télépathie direct, le Hijine partagea subitement une expérience brutale et horrible, mélange de flash, de souvenirs et de scènes si concrètes que le ressenti de ces événements les mettaient à niveau bien plus intime qu’une illusion. En effet, il s’agissait d’une réalité partagé, de véritables expériences vécu et non dessins inventés.

Nobusada pouvait être spectateur de nombreuses personnes ayant échoués le test de l’ordre du Kiheitai, pour beaucoup plongés dans la folie, d’autres automutilé, d’autres ayant contracté des formes psychologiques indescriptibles. Puis l’état même de l’esprit de Hosen, dépourvu d’émotion par une torture profonde, à la limite du subconscient et du conscient dans sa structure même. Bien évidemment, rien de l’ordre du Kiheitai ne paraissait, ces souvenirs de concentrant surtout sur le ressenti. Il avait surtout le loisir de voir à quel point l’âme humaine demeurait fragile même dans cette zone divine acclamé par son culte. Une horreur différente, presque un sacrilège. Cela constituait juste un avant goût des capacités propres aux Yamanaka.

Tu peux vérifier. Ce n’est pas une illusion, sorcier. J’ai moi aussi accès à bien des secrets de notre existence dont tu n’as pas encore idée. Cela n’en fait ni des apôtres, ni des divinités.

Là, il marqua une petite pause, un peu plus autoritaire.

Comprend moi bien. Ton culte et le Kogen t’appartiennent. Mais utiliser des tours de passe passe pour convertir et abuser de la crédulité de personne dépourvus de connaissances ou de chakra serait de mon affaire. Celle de l’empire aussi. Une affaire de sang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6588-yamanaka-hosen-chosen-of-kiheitai-100 http://www.ascentofshinobi.com/t7098-carnet-de-route-yamanaka-hosen#59563

Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Empty
Lun 24 Juin 2019 - 22:34
Démystifier la parole vertueuse [Nobusada] Csbz
Dans les jours qui suivirent le Cataclysme - Kumogakure


Tel un homme marchant dans les sables mouvants en regardant l’oasis devant lui, Nobusada ne mesura pas la grave erreur qu’il avait faite en voulant jouer le jeu du genjutsu. Sur son propre territoire, il avait été trop confiant, et pour le lui prouver Hosen dévoila d’autres qualités spirituelles insoupçonnables : aussi le décor féérique devint bientôt un paysage onirique et, surtout, épouvantable. Des visions d’hommes sombrant dans la démence après avoir succombé à la souffrance déchirèrent la paix de la nuit étoilée, tel un ventre se déchirant pour laisser apparaître de sinistres entrailles et des organes engorgés de sang. L’invisible devint une évidence morbide qui frappa la psychée du prêcheur. Accusant difficilement le choc, le lumineux resta pantois devant de telles tortures physiques et psychologiques : on aurait dit qu’il se trouvait dans un laboratoire de scientifiques fous, disséquant les hommes comme de vulgaires rats.

Il put ressentir, écho dans le fond de son âme, cette insupportable agonie, ce martyr psychédélique, cette torture ignoble infligée aux candidats d’une unité spéciale. Une réalité partagée. Heureusement qu'elle n'était pas vécue. Se mettant à la place de ces hommes qui sombraient dans des abîmes de chaos, déraison sans fond, il ressentît le besoin de s'évader, pour ne pas s’automutiler comme eux, dans l’idée de s’extirper de son propre corps, comme si sa peau devenait trop brûlante et qu’il devait s’en débarrasser pour libérer sa chair. Parjure ! Se complaire dans la souffrance d'autrui et utiliser cela comme une arme était indigne d'un shinobi. Dans cette déchéance sordide, le Yamanaka se tenait là, tranquille comme un docteur sadique, le mettant en garde contre ses aspirations. Pour pouvoir détruire ce cauchemar, Nobusada n’eut d’autre choix que de briser sa propre illusion, usant d’un Kai circonstancié.

De retour à la vie réelle, il sentît son corps brûler avec la volonté de détruire ce Hosen. Comme s’il avait couru un marathon, son esprit et son corps étaient à une température vive, prêts à attaquer. Ainsi donc, ce Hosen maîtrisait lui aussi certaines subtilités méta-psychologiques. Le prêcheur se jura de ne plus retomber dans un tel piège. Et refusa catégoriquement de se laisser abattre par cet importun, révélant une nature plus sauvage que celle qu’il affichait habituellement.


« Tu… »



De grosses perles salées coulaient sur son front, et son souffle lourd l’empêcha de poursuivre la conversation avec fluidité. Il voulait exploser.


« Tu oses m’attaquer avec ces visions, guerrier. Tu profites de la douleur des autres pour arriver à tes fins : tu n'as rien d'un justicier, tu es un charognard. Je n’oublierais pas ce blasphème contre la dignité humaine. J’avais supposé que tu fusses un homme d’esprit, assez sage pour être capable de mesurer ses pulsions. Mais quand je ne voulais que te guider vers la lumière, tu as déchaîné ta noirceur intérieure… »



Ses yeux livides dardaient farouchement le masque de fer qui camouflait le vrai visage d’Hosen. On pouvait y lire une énorme rancune, sous le flambeau d’une haine apparente.


« Alors sache que cet affront ne restera pas impuni. Je te le promets. Si un jour mon sang coule par ta faute, c’est parce que je t’aurais vidé du tien ! »


Eprouvé, le spirituel avait perdu de sa superbe et se tenait sur ses gardes comme un chien sauvage en face d'un de ses semblables. La guerre était déclarée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332

Démystifier la parole vertueuse [Nobusada]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: