Soutenez le forum !
1234
Partagez

En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko]

Aller à la page : Précédent  1, 2

En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Empty
Mer 26 Juin 2019 - 22:32
Le nom proposé ne semble pas lui plaire. Tant pis, ça ne m'empêchera pas de lui en soumettre d'autres, jusqu'à ce que l'un d'entre eux lui plaise et qu'il en accepte un. C'est inadmissible d'avoir un cheval et de ne pas lui donner de nom, alors qu'on passe des heures sur les routes en sa compagnie ! C'est avant tout un ami. Je continue donc sur mon idée de lui donner un prénom en rapport avec sa vitesse.

« Alors pourquoi pas Véloce ? Foudroyant ? Davidson ? Flèche ? Ou Fougueux, puisqu'il a l'air d'être mauvais joueur ? »

Hum je ne sais pas pour lui mais personnellement je n'arrive pas à me convaincre. À lui de voir ce qui convient le mieux à son cheval. Après tout, il le connaît beaucoup mieux que moi. Je me concentre de nouveau sur le plat, dont le fumet me donne vraiment faim. Ils sont vraiment doués, ces aubergistes. Certains plus que d'autres, on est d'accord. Et pendant que j'ai la bouche pleine, Hosen lui s'occupe de continuer à jouer au méchant en houspillant les gens. Tant que ça ne leur donne pas envie de nous attaquer, ça me va. Je m'apprête à lui dire que la sauce est super bonne quand je m'arrête soudainement pour l'observer manger.

« Ton plat n'est pas vivant tu sais, pas besoin d'essayer de le tuer. »

La main posée de nouveau sur la mienne me fait sursauter, et je reprends mon repas en « l'écoutant » parler dans ma tête. C'est que j'étais tellement occupée à manger et à choisir un prénom que j'en avais presque oublié notre mission.

* Oui en en saura plus en allant lui rendre visite. À moins qu'il y ait des informations à ce sujet sur le mystérieux papier. Après manger on pourra aller vérifier que nos chevaux sont bien installés pour aller le lire. Il ne devrait pas y avoir beaucoup de regards indiscrets là-bas. *

Moins qu'ici, en tous cas.

« Mmmh, dans ce cas, pourquoi pas un prénom en rapport avec la couleur de sa robe ? Visiblement tu étais surpris de mes cheveux d'argent. Noiraud ? Crin d'ébène ? Brou de noix ? »

Je prends une autre bouchée tandis qu'il poursuit, toujours dans ma tête.

* Tu veux y aller de façon discrète ? En l'espionnant ? C'est vrai qu'il va être difficile d'aller la voir pour lui demander directement ses activités, j'imagine.*

Elle risquerait de mal le prendre.

* Mais nous représentons les autorités, en quelque sorte, non ? *

Songeuse, je reste quelques instants silencieuse avant de lui soumettre ma réflexion.

* Concernant la façon de l'aborder, j'imagine que tout va dépendre d'où elle habite, et si elle a des gardes ou quelque chose de ce genre. Si c'est juste une pauvre femme au fond des bois dont les habitants ont peur plus par superstition qu'autre chose, qui a vu quelque chose qu'elle n'aurait pas dû voir, ou bien si elle est vraiment dangereuse et qu'elle a quelque chose à voir avec tout ça. *

Pour l'instant on ne peut pas vraiment prévoir tant qu'on a aucune information sur elle. Et malheureusement, aucun autre poivrot de l'auberge n'a l'air disposé à nous en fournir.

_________________
En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Banineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5043-errer-seule-c-est-bien-avec-d-autres-c-est-mieux-termine#39513 http://www.ascentofshinobi.com/t6401-susukai-ineko#53252 http://www.ascentofshinobi.com/u729

En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Empty
Ven 28 Juin 2019 - 19:02






Une pluie de nom s'abattit sur le guerrier de métal qui ne savait plus vraiment sur quel pied danser. Elle semblait vraiment impliqué dans cette seconde conversation censé couvrir leur communication silencieuse … Du moins plus si secondaire en fin de compte. Emporté et peut être trop emballé sur cette affaire, le loup solitaire en avait oublié de faire profiter un temps soit peu à la Susukai de cette récompense de victoire bien mérité.

Elle ne manqua pas de lui faire lever un sourcil sur sa remarque concernant sa manière d’attaquer le repas qui n’avait certes rien des plus tendre. Il ne savait pas vraiment si c’était volontaire ou juste pour occuper la galerie mais cela ne manqua pas de lui donner une idée intéressante pour la suite du repas, histoire de faire passer le temps pour peu qu’elle soit réceptive.

On représente l’autorité oui … Pas du point de vue de tout le monde, là est le problème. Bien sûr, si tu veux aborder la situation par les grands moyens, je ne suis pas contre. Mais je ne te garantie rien.

Il ralentit alors la cadence avec laquelle ses couverts martelait sa nourriture pour se montrer plus disposé à profiter de ce repas en tête à tête.

Tu as raison, il faut qu’on profites un peu de ce repas. Tu me connais bien après tout, ma tendre et chère.

Pas qu’il en eu la prétention dans l’immédiat. Il se jouait plutôt d’elle dans un élan de malice subtile dans le fond de ses pupilles qui voulaient voir à quel point la belle pouvait ou non se dire déstabilisé dans cet échange à double dimension. Cela ne portait rien de malveillant à son égard, n’ayant autour d’eux aucun confrère ou soldat du feu auprès duquel ce serait compromettant. Ainsi sa voix s’adoucit légèrement, perdu entre un charme et un comportant s'accommodant avec un certains naturel par rapport au rôle évoqué devant cette salle concentrée sur eux.

Véloce, ça sonne pas mal. Y’a aussi Crin d'ébène qui m’attire pas mal. Quant à Davidson, hummm … J’aurais opté pour ce nom instinctivement. Mais quelque chose me dit que ce serait trop étrange pour le Yuukan. Crin d’ébène, je pense que tu m’as convaincu.

Il ne savait pas trop comment elle risquait de réagir, mais pour sa part le Yamanaka demeura encore imperturbable dans ce défi taquin. Bien sûr le nom convenu s’avérait bel et bien officialisé d’un choix véritable à moins que cela ne lui plaise pas, qu’elle puisse avoir d’autres proposition.

Ta théorie est possible aussi. Ce serait plus simple à vrai dire, mais ça me dit rien de nous lancer tête baissé dans un risque potentiel. Enfin, seul, j’ai l’habitude. Nécromanciens, adeptes des illusions, d’autres techniques plus farfelues … Mais à plusieurs, ce ne sont pas les mêmes risques. On devrait attendre la nuit qui ne va pas tarder à tomber. On peut faire un mixte entre la discrétion et l’attaque surprise. J’ai quelques capacités au niveau de la sensorialité spirituelle, couplé à tes propres capacités ça peut déjà nous donner un coup d’avance. Tu as une autre idée ?

Son plat semblait des plus goûteux au final contrairement à ce qu’il attendait d’un village en proie à au chaos et à la privation de ses biens. Les spécialités du coins changeaient de façon nuancé comparé à ses expérimentations culinaires à l’extérieur, assez pour occuper leur faim sans précipité le début de la mission. Le vagabond s’installa plus confortablement sur sa chaise avant d’attraper une bouteille arrivé un peu avant le repas. Boisson non alcoolisé mais spécialité locale. Lui même ne savait pas ce que c’était.

Alors, que penses-tu de cette auberge ? Le repas te plait ? J'espère que le voyage en a valu le coup ma mie.

Retirant sa main de la sienne sans pour autant la garder inaccessible pour continuer la discussion télépathique, Hosen lui proposa gestuellement de la servir du boisson alors que son attitude oscillait entre le sérieux professionnel et celui d’un prétendu amant, jeu d’acteur qui visait à détendre l'atmosphère sans dépasser les limites de l’offense. D’ailleurs, il employait volontairement un vocabulaire dépassé et théâtrale par rapport au jargon voulu pour bien marquer l’aspect léger et peu sérieux de son initiative.

Je te sers un verre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6588-yamanaka-hosen-chosen-of-kiheitai-100 http://www.ascentofshinobi.com/t7098-carnet-de-route-yamanaka-hosen#59563

En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Empty
Lun 1 Juil 2019 - 21:37
Je plisse les yeux suite aux derniers mots qu'il vient de prononcer, peu certaine d'avoir bien entendu. Pourtant si, mon ouïe est plutôt bien développée. Alors mince, qu'est-ce qu'il lui prend tout à coup ? C'est assez déstabilisant. Tellement que je ne relève pas la première fois qu'il joue à ce petit jeu. Je suis surtout ravie qu'un des noms proposés lui convienne.

« Crin d'ébène j'aime bien aussi. Il faudra quand même lui demander son avis. Enfin, voir sa réaction face à ce nom. »

Parce qu'il pouvait tout de même difficilement donner clairement son avis. Même avec Tempête, qui pourtant est devenue différent depuis la résonance, n'en est pas capable. Enfin, je ne crois pas en tous cas.

* Je pourrais tout simplement aller la voir et lui en parler directement. Pendant que toi tu fouilles chez elle ou observe ses réactions. Enfin tout ça dépendra bien entendu de comment elle est. *

Si c'est une pauvre vieille femme solitaire ou une dangereuse mercenaire avec complices. Il est donc pour l'instant peu aisé de prévoir. Il faut que l'on finisse ce repas et qu'on s'y rende. Enfin, si on trouve sa maison. Ça me fait penser que j'ai toujours ce papier à regarder dans ma poche. Et si c'était un avertissement disant que quelqu'un va venir nous attaquer dans l'auberge ? Il vaut mieux que je le regarde le plus vite possible. Je ne vais pas aller de nouveau aux toilettes, c'est louche. Et puis je ne peux pas quitter en milieu de repas, même en prétextant aller voir comment sont servis les chevaux. Ça risquerait de vexer l'aubergiste. Sans parler du fait que je laisserais Hosen en plan. Hosen qui est bizarre... Je lui adresse cette fois-ci un sourire amusé face à son comportement. Et avance légèrement mon verre vers lui afin de répondre à sa dernière question.

« Ce repas est excellent. Tu as eu une bonne idée de venir là pour notre première mission ensemble, mon aimé. »

Ça va peut-être nous être utile. Je lui souris et lève mon verre désormais plein.

« À nous deux, et à l'avenir. »

Je porte le breuvage à mes lèvres. C'est très sucré. On dirait bien du jus de litchi, mais il y a un autre goût avec que je n'arrive pas à définir. Je repose mon verre et prend l'air attristé, en soupirant de dépit.

« Je suis tout de même déçue, et inquiète. On ne risque pas d'en faire d'autres si nous n'arrivons déjà pas à faire celle-ci... Personne ne semble vouloir nous aider à trouver cette femme. Ni nous donner d'autres informations sur ce qu'il s'est passé ici. On risque de ne plus nous faire confiance si nous échouons cette première mission, et nos supérieurs ne nous confierons plus rien d'autre. Et on ne gagnera plus assez pour nourrir correctement nos enfants... »

Nos équidés, plutôt. Nouveau soupir à en fendre l'âme. Je glisse une main sous la table, sur son genou puis sa cuisse, et lui souris tristement.

« Heureusement que je peux compter sur toi. Je sais que tu t'inquiètes aussi, mais tu n'étais pas obligé de menacer ces gens pour ça. »

Faisons-le plutôt d'une autre manière. Attrape le papier que je suis en train de te donner. Et va voir ce qu'il y a inscrit dessus, peut-être que ça nous aidera. Et non, je ne suis pas en train de lui caresser la jambe, mais de lui refiler ce qu'on m'a donné plus tôt ! Donc, ce n'est pas vraiment ma main qui est en contact avec lui. Je me vois mal faire ça.

_________________
En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Banineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5043-errer-seule-c-est-bien-avec-d-autres-c-est-mieux-termine#39513 http://www.ascentofshinobi.com/t6401-susukai-ineko#53252 http://www.ascentofshinobi.com/u729

En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Empty
Mer 3 Juil 2019 - 16:10





Hmm … Elle ne s’avérait finalement pas si réceptive à ce petit défi ? Peut être pas … Après tout, il ne la connaissait pas depuis si longtemps. Difficile de vraiment savoir entre les divers regards que lui envoyait sa partenaire alors que le nom choisi pour le cheval accaparait toute son attention. Le Yamanaka allait presque se raviser, reprenant peu à peu une attitude normal jusqu’à remarquer une lueur changeante sur son minoie qui le prit de court. Là voici qui s’engouffrait dans son jeu avec une prestance bien plus poussé, de sorte à faire hésiter le loup solitaire.

Cette fois, c’était lui qui se faisait guider dans un numéro dont la malice échappait encore à sa lucidité, les paupières légèrement plissés pour décrypter les mimiques de sa compagne de voyage. Son verre se leva par mimétisme une fois remplit aussi pour ne pas déroger à son initiative. Un couple, des enfants, le malheur d’une vie difficile et d’une mission sur laquelle se jouait l’avenir financier de la petite famille … Jolie tableau, tout aussi bien élaboré que le jeu d’actrice de la belle. Pour le déstabiliser, il s’agissait d’un début de réussite concrète, même si elle ne manquait pas d’initier une certaine attirance de sa part vis à vis de ses talents cachés et son audace dans cette taverne.

Un contexte proche de la vie de tous les jours et assez communes pour apaiser l’attention des roublards autour d’eux qui se laissaient peu à peu des deux soldats à part quelques uns. Ou peut être l’intimité initié entre eux paraissait-il assez gênant pour ne pas se mêler de leurs affaires. Pas mal … Du moins jusqu’à sentir le poids d’une main féminine sur son genoux, sa main longeant sa cuisse d’une façon étrange. Ineko ? Que faisait-elle ? Hum …

On en fera d’autre mon amour, je te le promet … Tout ce que tu veux, patience.

Des missions bien sûr, pas des enfants, ce qui aurait été cruel par rapport à son histoire. Une phrase à double sens, dont la tonalité de la fin visait à rebondir sur le geste de la muse et sa finalité. Pas que ses atouts féminins ne lui soient indifférents, mais le contexte rendait la chose assez incongrue. Yeux ouvert plus qu’à la normal et la tête légèrement inclinée, son expression insista sur le visage de la Susukai pour s’ôter de sa première compréhension de la situation. Heureusement vint la sensation du papier se plissant sur sa jambe pour défaire la tension intrigante. Le fameux message.

Discrètement, alors qu’une gorgé de la boisson local avait filé entre ses lèvres, Hosen vint se poser de sa propre main sur les doigts et la paume sur sa jambe pour récupérer le message. Décidément, ils n’allaient pas pouvoir se détendre durant cette mission … L’homme d’expérience devait maintenant trouver un moyen de lire cet indice potentiel. Comment faire ? Le repas avait avancé. Certains espions les surveillaient toujours. Trop bouger, mauvaise solution. Il ne restait plus que la conversation et la comédie. Place à l’improvisation.

Que veux-tu, je suis comme ça … Je tuerai tout ce qui pourrait nuire de loin ou de prêt à toi ou aux enfant. Mais tu ne dois pas t’en faire …

Il entra à son tour dans le moule du désespoir partagé, inspirant un coup avant d’attraper lentement les deux mains d’Ineko dans les siennes, le buste penché vers elle conformément à la position de leurs bras accoudés sur la table comme le ferait un couple. Yeux dans les yeux, dans un moment aux allures personnelles depuis l’extérieur. Cela lui permit de glisser le morceau de papier dans les paumes ouvertes de sa partenaire et les siennes, le déplier légèrement. Ses pupilles se dirigèrent furtivement vers le contenu de celle-ci au fur et à mesure de son discours aux émotions simulées.

Oublie cette histoire de mission, concentre toi sur ce moment et sur moi … Je veux te faire sortir de tes tourmentes ne serait ce qu’un instant …

Oui, le regarder lui et les signes qui allaient apparaître dans ses iris par rapport à l’urgence ou non des renseignements sur la feuille. Et c’était le cas de le dire. On leur signalait la préméditation d’un traquenard dans cet auberge, que cette tentative émergeait directement de la femme en question et de ses pions. Il fallait partir, assez rapidement sans faire remarquer cette découverte. S’en aller par la porte n’aurait surement mené à rien. Trouver un événement plus troublant serait de meilleur facture.

Cette soirée n’est qu’à nous deux, ne concerne et ne vise que nous deux. Toi et moi. Depuis notre rencontre, c’est la même flamme qui brûle au fond de mon être et je compte bien te montrer toute l’étendue de cette flamme maintenant, tout de suite. Viens avec moi. Je vais te faire changer les idées.

Non, ils n’allaient pas faire La Chose, du moins pas réellement. Un prétexte surtout pour se lever avec ferveur, ne gardant qu’une des mains d’Ineko dans la sienne. Ce dernier la tira de sorte à ce qu’elle le suive pour monter à l’étage, n’oubliant pas de passer devant de comptoir pour déposer la bourse nécessaire face au repas déjà consommé. Et y ajouter une mention simple et audible pour l’employé de maison et les attentions trop curieuses de ne pas les déranger pour un moment. Ce serait surement suffisant pour leur faire gagner du temps.

Ainsi, gardant contact avec Ineko, le mercenaire l'entraîna vers la chambre réservée pour s’y enfermer à clef, déposant la mention occupé sur la poignée de la porte. Elle devait lui faire confiance. L’homme aguerris surveilla alors rapidement la fenêtre qui serait un moyen d’évasion furtif puis la salle pour guetter d’éventuels pièges. Pas grand chose à signaler. Sa silhouette se tourna alors vers la jeune femme, d’un air plus grave sans élever la voix.

C’était limite … J’ai réussi à lire le message finalement. C’était bel et bien un piège, un traquenard qui nous attendait en bas et qui nous attends surement encore. Ils ne tarderons pas à venir. On a de la chance d’avoir été prévenue.

L’attention du vagabond semblait accaparé à moitié par la réaction d’Ineko et d’éventuels bruits ou présence en dehors de cette porte. Cependant, il prit tout de même le temps de revenir sur sa prouesse avec un sourire en coin.

Bien joué pour le message. J’y ai presque cru, tu m’as fais peur l’espace d’une seconde. Des enfants et un couple en détresse hein ? Tu as des talents d’actrices cachés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6588-yamanaka-hosen-chosen-of-kiheitai-100 http://www.ascentofshinobi.com/t7098-carnet-de-route-yamanaka-hosen#59563

En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Empty
Jeu 11 Juil 2019 - 18:57
Je dois bien avouer que même si je n'étais pas trop pour au départ, jouer la comédie est assez amusant. Et puis j'adore inventer des histoires, alors il me suffit de suivre le contexte et la suite vient naturellement. Tout comme ces enfants sortis de mon imagination, mais pas tout à fait de nulle part puisque j'ai simplement enjolivé la réalité. Les chevaux sont devenus humains, c'est tout... Il semble à son tour surpris de la situation, comme moi quand il a commencé ce petit jeu. Il faut dire que j'ai fait fort sur ce coup-là, c'est assez risqué. Heureusement il comprend vite que je veux simplement lui redonner le papier dont je ne sais pas quoi faire. Je pousse un petit soupir de soulagement lorsqu'il le prend et retire vite ma main de là.

Mais mon soulagement est de courte durée car voilà qu'il me reprend les deux mains – alors que je viens tout juste de libérer l'une d'entre elles, avant d'avoir une attitude bien étrange. Qu'est-ce qu'il fait ? Et surtout, qu'est-ce qu'il me raconte ? J'ai bien du mal à savoir où se situe la barrière du réel et de ce qu'il ne l'est pas. Ses paroles s'accordent aux deux situations...


* Qu'est-ce que tu fais ? *

Je sens l'angoisse poindre, tandis qu'il m'emmène à l'étage. Elle progresse au rythme des marches que nous montons, et je commence à me demander si je ne serais pas plus en sécurité en restant en bas, avec tout ces ivrognes. Après tout, je ne le connais que d'aujourd'hui, cet homme. Qui me dit que je peux lui faire confiance ? On a beau être du même camp, ce n'est pas suffisant comme preuve. Suffit de voir comme le manieur d'encre que j'ai affronté a fait plus de dégâts que moi à son propre village...

* Hey, c'est vraiment utile ? *

Pas de réponse, il a dû couper le contact, d'une manière ou d'une autre. Ou bien il ne souhaite tout simplement pas me répondre. Je lance un regard en arrière avant de m'engouffrer dans la pièce, seule avec l'homme qui me tire le bras. Ce qui m'empêche de partir en courant ? Le fait qu'on soit en mission, et que peut-être, je dis bien peut-être, il a une bonne raison à ça. C'est avec le cœur battant la chamade que je m'adosse contre la porte qu'il ferme à clef : un réflexe bien futile niveau sécurité, mais qui ne fait que m’inquiéter encore davantage. Et me voilà enfermée seule dans une chambre avec un homme que je ne connais à peine. Bravo Ineko, dans quel pétrin tu t'es fourrée encore ? J'essaie de reprendre mon calme, profitant du fait qu'il aille voir la fenêtre et me lâche enfin. Et ses premières paroles sont rassurantes, en quelque sorte. Je pousse un soupire de soulagement et me reprend, répétant doucement après lui ses paroles.

« Un traquenard, sur le message... Évidemment. »

Forcément, ça paraît évident maintenant que je sais pourquoi il m'a traînée là, et je me trouve ridicule d'un seul coup. Enfin pas moi mais ma réaction, même si je ne suis pas sûre qu'il ait remarqué mon état d'esprit.

« Merci, tu étais pas mal non plus. J'ai presque failli y croire, haha ! »

Haha... Je réussis quand même à lui sourire, et maintenant que ma peur s'est évanouie je vais pouvoir me concentrer sur notre mission.

« Le papier prévenait d'une embuscade ? Qu'est-ce que ça dit d'autre ? Ils nous ont vus arriver, alors ? »

Peut-être avec notre course de chevaux qui n'était pas trop discrète...

« Tu crois qu'ils savaient que des soldats de l'empire allaient venir enquêter ici ? »

J'essaie de comprendre, mais je ne vois pas trop comment ils ont pu nous tendre un piège, et surtout quand est-ce qu'ils ont eu le temps de le faire. Dans tous les cas, il faut maintenant se préparer à les affronter, peu importe de qui il s'agit. Mais... Alors que je commençais à faire les cent pas dans la pièce, je m'arrête brusquement pour me tourner vers Hosen.

« On ne peut pas se battre ici. »

On va faire des blessés, et l'auberge est bondée de monde. Ça a beau être des pochtrons, leurs vies sont tout aussi précieuses que les autres.

_________________
En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Banineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5043-errer-seule-c-est-bien-avec-d-autres-c-est-mieux-termine#39513 http://www.ascentofshinobi.com/t6401-susukai-ineko#53252 http://www.ascentofshinobi.com/u729

En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Empty
Dim 14 Juil 2019 - 23:15





Dans sa hâte et sa volonté de préserver sa partenaire d’un piège annoncé par le morceau de papier, le Yamanaka n’eut pas vraiment le temps de s’attarder sur l’état de la Susukai par rapport à cette tentative. Du moins pas jusqu’à effectuer ses vérifications méthodiques avant de se retrouver face à l’impression qui se profila l’espace d’un instant au moment de fermer la porte à clef. Visiblement, tous deux faisaient la pair quant à se mettre mal à l’aise dans des situations improbables, même si le loup solitaire devait avouer en son fort intérieur que c’était une première. Intéressant …

Il devait cependant la ménager et laisser filer cette possibilité qui ne lui traversa nullement l’esprit dans le contexte. Elle avait ce genre d’innocence étrange qui dénotait pas mal des autres personnes et femmes rencontrées par delà les frontières, ce qui éveillait inconsciemment un intérêt particulier vis-à-vis d’Ineko. Curiosité qui se verrait surement assouvit plus tard, puisque la situation demandait une toute autre forme d’attention. Malgré la petite touche d’humour, les deux soldats de l’empire devaient trouver une solution pour échapper à ce traquenard.

Oui une embuscade. Il n’y avait rien d’autre sur le message, à part le fait que nous soyons encerclés. Ce n’était pas si simple à lire, je pense que notre homme a improvisé ça au dernier moment. Il a prit pas mal de risques, on dirait qu’une partie du village ne supporte plus cette situation.

Hosen se détacha alors un instant de son interlocutrice pour examiner la salle plus en détail, tout en écoutant à demi mot ses réflexions. Le bruit de ses pas allant et revenant prenait le rôle d’une cadence méditative sur lequel le vagabond évaluait grossièrement les possibilités qui s’offraient à eux. Le choix le plus simple résidait dans la force brute, simplement éliminer depuis le tranchant de sa lame ces petites frappes avant d’en garder un pour des interrogations propres à ses méthodes peu communes. Rapide, facile, efficace quitte à choquer un peu les employés de maison et le voisinage …

Ils ont dû nous voir arriver, sûrement. La dissimulation propre aux ninjas est une chose, mais rien n’égale le bouche à oreille de simples civiles bien payés. De ce que j’ai compris, les déserteurs et autres ninjas de Kumo n’ont pas été traqués après la guerre. Noble geste, qui risque cependant de nous compliquer la tâche. Deux soldats de l’empire, c’est assez simple à faire disparaître.

Occupé à ses affaires, bras attelés à fouiller quelques recoins dissimulant éventuellement des objets utiles à leur projet futur, le voyageur des grands chemins énonça cette fatalité comme une contraire avec lesquels il devait composer comparé à sa vie d’avant. Seul, c’était plus simple, sans insigne, sans symbole appartenant à quelconque faction. Une idée lui était bien venu en tête mais une intuition profonde ou juste ses habitudes le poussaient à adopter la manière forte. Voie qu’il semblait enclin à emprunter au moment où la muse se tourna brusquement vers lui.

Bon, je m’occupe d’eux pour faire diversion et pendant ce temps tu en profites pour …

Partir, t’échapper ? Surement l’option évidente. Mais tombé yeux dans les yeux avec la détermination louable d’Ineko, le mercenaire marqua un moment de silence avant de se résoudre à écouter sa requête. Après tout, c’était grâce à elle que les deux étaient parvenu à lire le message et monter jusqu’ici. Il le voyait bien, son intention d’épargner cette auberge.

… Tu veux préserver cet endroit c’est ça ?

L’expression de son visage suffisait à quérir une confirmation non verbale de la demoiselle en face de lui. Ses lèvres se muèrent alors dans un nouveau silence sur quoi sa silhouette se déplaça jusqu’à la porte de bois pour écouter les présences qui se dirigeaient vers eux. Bientôt ici, dans la chambre. Sans plus attendre, Hosen alla jusque sur le bord du lit cette fois, tirant d’un coup sec la couverture et ainsi laisser place au matelas blanc, le visage fixant intensément sa partenaire de mission.

Il va falloir improviser rapidement. Tu vas devoir utiliser de tes talents pour combler ce lit et faire illusion.

Il marqua alors une petite pause avant de reprendre.

Tu as réparé l'arène avec tes capacités, tu penses pouvoir réaliser deux répliques de formes et tailles humains approximatives ? Tu as le bois qu’il te faut ici, de cette façon on pourrait sortir discrètement par la fenêtre, répartir par dessus l’auberge et récupérer nos chevaux.

Lui qui pensait initialement recourir au pouvoir de la Susukai pour aider la population à réparer les dégâts causés par la guerre … Demande bien ironique. Au moins, cela leur permettrait d’occuper leurs poursuivant durant plusieurs secondes précieuses et partir ni vue ni connu. Sauf si elle avait une autre idée en tête, même si le temps leur manquait désormais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6588-yamanaka-hosen-chosen-of-kiheitai-100 http://www.ascentofshinobi.com/t7098-carnet-de-route-yamanaka-hosen#59563

En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Empty
Mer 17 Juil 2019 - 18:35
Des civils poussés à bout ? Voilà qui pourrait bien nous être utile. Même si je ne suis pas sûre qu'ils puissent nous aider de nouveau. D'après ce qu'a l'air de dire Hosen, écrire ce message pour nous prévenir était déjà bien assez dangereux pour l'un d'entre eux. Que quelqu'un leur mette ainsi la pression me dégoûte et me met hors de moi. Ils ne peuvent pas laisser ces pauvres gens tranquilles ? Nous voici donc enfermés à l'étage d'une auberge, encerclés, et ne pouvant pas vraiment nous défendre car nous risquons de mettre en danger des civils... Dont celui qui nous a prévenus. Car rien ne nous garantit que ceux nous encerclant n'en prendront pas en otage pour nous demander de nous rendre, ou autre truc d'enfoiré du genre.

Je hoche la tête suite à son questionnement puisque ceux qui ont l'air d'en être après nous ne sont pas loin, et je ne peux donc pas répondre à voix haute. Pas l'endroit, mais les gens qui sont dedans .Ce n'était visiblement pas ce qu'il avait en tête, et je l'ai interrompu dans ce qu'il allait faire. Mais c'est désormais son objectif à lui aussi, de préserver les vies des personnes présentes dans cette auberge. Il échafaude donc un plan rapidement, et je le confirme d'un sourire, ravie qu'il trouve une alternative. Évidemment, que je peux faire ça. Je me rapproche du lit et fabrique une réplique de moi-même, allongée dessus, en créant mon propre bois. Vient ensuite le tour de l'autre silhouette. Après quelques secondes, je pose le regard sur l'homme qui m'accompagne afin de l'observer de haut en bas et le reproduire le plus fidèlement possible. Même si les traits resteront grossiers, car je n'ai pas le temps de les peaufiner et qu'il n'y en a pas non plus l'utilité.

Il est plutôt grand, avec une carrure athlétique. L'armure qu'il porte pourrait tromper l’œil et lui donner l'air plus imposant qu'il ne l'est en réalité. Mais même sans ça, on devine dessous un corps musclé, preuve qu'il ne se laisse pas aller et surtout qu'il n'est pas à prendre à la légère. Tout comme son épée qui porte de redoutables picots à la naissance de sa lame, et dont la longueur fait penser qu'elle doit être plutôt difficile à manier au vu de son poids. Je prends soudainement conscience avec ce qu'il m'a dit plus tôt, son attitude depuis le départ et sa tenue qu'il doit certainement être habitué à ôter des vies. Peut-être même sans sourciller. Il a certainement bien plus voyagé que moi, qui n'avait jamais rien vu d'autre que Hayashi et Hi jusqu'à présent... Et pourtant, il se plie sans sourciller à mes « règles » qui sont de faire le plus attention possible à la population, et aux gens qui nous entourent. Je termine mon œuvre avant de reposer le drap dessus. Et me dirige rapidement vers la fenêtre pour l'ouvrir. Au passage, je m'arrête à côté de lui pour lui chuchoter :


« Merci. »

C'est important de montrer aux gens qu'on est reconnaissants de leurs efforts. La fenêtre ouverte, je passe par l'ouverture et atterrit le mieux possible sur mes jambes. C'est un peu haut, mais ça va encore. Je ne me suis pas fait mal, c'est le principal. Je vérifie qu'il me suit et court vers l'écurie, inquiète de savoir comment va Tempête. J'espère qu'il va bien, pourvu qu'il aille bien, qu'ils ne lui aient rien fait ! Arrivée au bout du mur de l'auberge, je me plaque contre celui-ci pour revenir le plus discrètement possible devant. On ne sait jamais, des fois qu'ils aient mit des espions de ce côté là pour mieux nous avoir. Je passe alors la tête pour voir ce qu'il se passe... Et je sens d'un coup mon cœur bondir dans ma poitrine.

* Tempête ! *

Je me plaque de nouveau contre le mur, et me tourne vers Hosen, l'air un peu affolée.

« Ils sont plusieurs avec nos chevaux. »

Vu l'air menaçant qu'ils ont, et les ruades que fait mon fidèle allié, ce n'est certainement pas le palefrenier de tout à l'heure ou bien un de ses amis qui se trouve là. Ils nous attendent clairement. Et vu les voix que l'on entend d'ici, ils semblent avoir remarqué les leurres. Je ne veux pas me battre ici et mettre des innocents en danger ! Et surtout, j'aimerais récupérer Tempête... Comment faire ? J'ai un soudain éclair de génie, et je le siffle, tout simplement. Comme prévu, il se débat comme un beau diable et parvient à se défaire des hommes qui retenaient sa sangle. Je souris en le voyant faire, et saute sur son dos dès qu'il est à ma portée. Nous fonçons tous les deux vers l'écurie et Tempête assène un bon coup de sabot à un malfrat qui retenait Crin d'ébène. Le voilà libre, on va pouvoir les attirer sur un terrain neutre.

« On fonce ! »

Hosen ayant récupéré rapidement sa monture et ses affaires, je file devant pour montrer le chemin. Lequel ? Je ne sais pas trop, mais me dirige vers la sortie de la ville... Là où on nous a signalé la femme. Sans doute ne s'attend-elle pas à ce qu'on vienne vers elle, et encore moins avec ses hommes à nos trousses. Quant à savoir comment on va s'en sortir, je n'en ai aucune idée. J'improvise juste au fur et à mesure... J'espère que Hosen est un peu plus réfléchi que moi, sinon on est mal.

_________________
En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Banineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5043-errer-seule-c-est-bien-avec-d-autres-c-est-mieux-termine#39513 http://www.ascentofshinobi.com/t6401-susukai-ineko#53252 http://www.ascentofshinobi.com/u729

En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Empty
Ven 19 Juil 2019 - 21:52





Difficile de ne pas saluer l’imaginaire de l'aventurière qui dans un échange visuel prolongé se risqua à modeler tant bien que mal une esquisse de la silhouette du mercenaire. Le dit personnage ne sembla pas particulièrement déçu de cette création, même si elle ne reflétait pas exactement la réalité de son corps. Après tout, elle ne l’avait jamais vu sans son armure à part son visage, chose qui pourrait éventuellement arriver dans un autre contexte … Ce qui s’avérait bien rare sans réelle raison. Mais dans l’urgence de la situation, ce fut surtout le Merci murmuré qui le marqua implicitement, récompense attentionnée dont sa quête le privait naturellement.

Un court moment de complicité sur quoi débuta une évasion rocambolesque par les toits de l’auberge avec la Susukai en tête de fil tenant les rennes de cette opération furtive. Le critère de la discrétion obligea Hosen à rester en retrait et traduire l’état de la situation par ce qu’en laissait transparaître Ineko. La sensibilité et l’authenticité de son minois ne laissait guère besoin de paroles quant à comprendre la nature de sa détresse lié aux chevaux. Malheureusement, sur ce coup il séchait niveau idée, le confirmant d’un signe de la tête. Les récupérer s’avérait vital pour eux deux, même si elle y portait davantage d’enjeux sentimentales.

Peu importe comment, il faut les reprendre. Ils sont armées ?

Ses iris s'intensifièrent sur le visage de son interlocutrice l’air de lui remettre la responsabilité de la prochaine étape entre ses mains, sans quoi nul ne pourrait échapper à une échauffourée. Jusqu’où était-elle prête à aller pour défendre ses idéaux et ses règles ? En espérant que ce soit concluant. Le reste alla très vite. Ni une ni deux, intrigué par un changement de stratégie opéré via ce sifflement, le guerrier de fer suivit le courage galvanisant de sa compagne de voyage sans hésiter et repris ses droits sur sa monture dans le feu de l’action. Crin d'ébène lui en devait une clairement, et lui aussi d’ailleurs.

Bien joué … Allez !

Elle en cachait des ressources derrière ces airs pacifistes. Ce serait sûrement intéressant de découvrir ses capacités combatives si l’occasion se présentait après cette mission. Mais sur l’instant, le Yamanaka consolida son ordre dirigé envers sa monture pour accélérer et suivre de près l’allure de tempête qui redoublait de vitesse. Sans réfléchir, le duo s’engouffra avec véhémence dans le sentier menant vers la sortie du village où se profilait une forêt dense et difficile à parcourir avec cette vitesse sans connaissance préalable. Obstacle auquel s’ajoutait les cris des roublards libérant à leur tour l’ensemble des chevaux disponibles à l’écurie pour prendre en chasse les soldats du feu. Scène perçu par le loup solitaire dont les lèvres décochèrent une grimace pleine de contrariété face à ce constat.

D’une part la fameuse femme aux secrets obscures et d’une autre un village à leur trousses. Il fallait se débarrasser d’au moins un des deux et surtout trouver leur chemin dans ces bois ternis par une magie inconnue.

Ils vont pas nous lâcher et on ne sait pas ce qu’il y a de l’autre côté. Ineko ?

Son appel ne visait pas vraiment à recevoir de réponse verbal mais juste attirer son attention sur l’impasse dans lequel ils se trouvaient. Plus une façon de partager la nécessité d’un plan d’un simple regard, au moment où les puissants sabots des chevaux martelèrent la frontière entre le village et l’extérieur, suivit après un intervalle de plusieurs mètre par leurs assaillants. L’espace d’un instant, l’idée d’utiliser une technique de son répertoire Doton assez violente mais efficace lui vint en tête, surement l’une des meilleurs solutions dans le cas présent. Pourtant, une certaine hésitation parcourut son être suite à plusieurs minutes d’accélérations soutenues alors que ses yeux porté vers l'arrières firent un détour provisoire vers la muse, se remémorant le Merci de tout à l’heure.

Devait-il ressentir de la pitié face à ces individus ? Ressentir était un bien grand mot. Pour lui en tout cas. Pourtant, une nouvelle vision de cette cavalerie à leur trousse lui tira un soupir léger, sur quoi ses mains jouérent des rênes de Crin d'ébène pour venir provisoirement à la même hauteur que la Susukai.

Ineko, tu vas devoir guider Crin d'ébène et veiller sur mon corps un petit moment sans ralentir la course. Mon corps sera totalement dépossédé et vulnérable pendant tout ce temps. Le moment venu, je te donnerai par la pensée ce dont tu aura besoin pour te diriger dans ces bois, du moins, je l'espère. Tu va devoir tout interpréter, je n’aurai pas de visuel sur la route.

Son regard s’affina alors, comme pour s’adresser de façon plus personnel envers elle.

Crin d'ébène te suivra, toi et Tempête, il n’y aura pas de soucis. Il te fait confiance …

S’en suivit un instant de flottement dans la vitesse affolante entreprise par les deux destriers.

Je te fais confiance.

Elle ne pouvait pas forcément tout comprendre ni assimiler de suite, cependant ils n’avaient pas vraiment le temps. Nul besoin de réfléchir. Juste se concentrer. Le torse du mercenaire pivotât ainsi de sorte à combler la légère courbure offerte par le sentier puis exécuta lentement des signes se terminant par un triangle formé à l’aide de ses mains. Il devait ajuster progressivement l’alignement entre ce dernier symbole et l’une des silhouettes le poursuivant sans oublier de compenser les déstabilisations lié au cheval afin de réussir sa transposition. Un spectacle assez peu commun où comme par enchantement le torse et les bras du soldat en armure s'affaissèrent en avant vers une nouvelle position d’équilibre fragile maintenu instinctivement par sa monture. La prise de risque demeurait dangereuse mais pouvait porter ses fruits selon sa chance.

L’esprit du Yamanaka se retrouva tout d’un coup parmi le groupe de civil armé jusqu’au dent, surprenant par la même occasion l’âme de la victime prise de panique face à cette dépossession soudaine. Il ne savait pas quelle sorcellerie se cachait derrière cette prouesse mais se montra suffisamment perturbé pour se soumettre à l’intimidation de Hosen. Ce dernier ne perdit pas de temps et demeura passif au niveau physique au départ afin d’interroger avec violence ce pauvre paysan afin de découvrir ce qui se cachait derrière cette histoire. En parallèle, les doigts de la victime exécutèrent une poignée de signes discrètes pour établir un lien télépathique à distance avec Ineko et lui transmettre tout ce qui se passait à l’intérieur de cette dualité d’esprit.

Elle pouvait aussi communiquer dans le sens inverse et signaler quelconque problème. Paniqué, déboussolé et impressionné, le bougre daigna tout déballer sans se rebeller au sujet de la contrainte qui le poussait lui et beaucoup d’autres à agir de la sorte. Il existait une histoire d’enfants enlevés à plusieurs familles du villages et retenues en otages par cette femme avec bien d’autres détails complexes. Impossible de tout analyser maintenant, peut être que la Susukai y parviendrait. De son côté, il le força à se remémorer le chemin menant vers le repère de cette sorcière, chaque image ou indications étant transmises vers sa partenaire qui possédait la lourde tâche de les traduire et aviser selon les révélations.

On a pas de temps à perdre. Tu nous dévoiles tout immédiatement, sinon vous ne reverrez plus jamais ces enfants. Tu n’as pas vraiment le choix dans ta situation. Dépêche toi, souviens-toi de tout ce qui est possible. Le chemin, surtout le chemin. Je contrôle ton corps actuellement et tu ne sais pas de quoi je suis capable, tu n'as vraiment pas intérêt à me duper. Nous somme votre seule chance.

Cela dura un temps, le mercenaire faisant preuve d’une froideur et de menaces inégalés propres au professionnalisme exigés par son métier et son statut. Sa partenaire trouverait peut être ça cruel, mais l’efficacité de ce genre de méthode n’était plus à prouver. Il continua surtout jusqu’à recevoir une éventuelle confirmation ou signal de la part d’Ineko, sur quoi le corps et le cheval du bonhomme servirait à stoper l’avancé de cette troupe sans les tuer pour autant. Une corde siégeait proche de la selle, suffisamment épaisse pour se lier à un arbre et faire basculer cet élan dans un carambolage chaotique.

Ineko, tout va bien ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6588-yamanaka-hosen-chosen-of-kiheitai-100 http://www.ascentofshinobi.com/t7098-carnet-de-route-yamanaka-hosen#59563

En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Empty
Mar 13 Aoû 2019 - 22:15
Lancés au galop, nos deux montures nous montrent toute l'étendue de leur capacités afin de fuir nos assaillants. Hosen souligne un point important qui semble pourtant évident, tel captain obvious.

« Ouais... On est mal barrés. »

Je grimace un peu, avant de reporter mon attention vers la route devant nous. Je ne sais pas vraiment quoi faire, en réalité. C'est quitte ou double : soit on surprend la femme, soit... On se jette dans la gueule du loup. ET je n'ai aucune idée des capacités de mon compagnon d'infortune, mis à part que c'est un Yamanaka. Sérieusement, je ne vais pas rater cette mission quand même. Si ? Non, je ne peux pas. Pas quand je repense à cet homme qui a visiblement risqué sa vie pour nous prévenir. Pas quand je pense à tout ce village qui vit dans la peur. Mes mains serrent plus fort la bride à cette pensée. Je ne peux pas les abandonner. Peut-être qu'en créant un mur devant nos poursuivants ? Lancés à toute allure comme ça ils ne vont pas simplement s'arrêter, mais se faire très mal. Et surtout, je risque de blesser leurs chevaux, ce que je ne souhaite pas. Non, je dois trouver une autre idée. Mon cerveau tourne à toute vitesse tandis que Tempête fait le plus gros du travail, bien que je le guide de temps en temps. Et c'est Hosen qui trouve une idée.

« Attends... Comment ça, veiller sur ton corps ? Tu seras où toi ? Je ne suis pas sûre de comprendre. »

Au moins, il a un plan et surtout il a l'air sûr de lui. Ok, allons-y alors. C'est parti, je crois. Je suis plutôt surprise face à ce qu'il me dit. Et une fois remise, je lui adresse un sourire chaleureux. Je comprends enfin où il veut en venir avec ce qu'il me dit, en voyant qu'il forme des signes. Laissant son corps complètement vide et à la merci de tout et n'importe quoi.

« Merde alors... »

C'est quand même assez particulier comme truc. Il glisse au fur et à mesure des coups de sabot sur le sol. Ok, c'est à moi de jouer. Il faut que je trouve comment guider deux chevaux tout en tenant un corps inanimé à la fois. Ha, je sais ! Je forme des mudras à mon tour et des lianes viennent entourer le cavalier autour de sa monture, que je tente de calmer.

« Je ne vais pas serrer, pour te laisser libre de tes mouvements. »

Je prends garde à bien placer le corps aussi, pour ne pas qu'il glisse ni gêne le cheval. Voilà, je crois que comme ça c'est bon. Je me penche ensuite vers Crin d'ébène et me saisit de sa bride, avant de gratifier Tempête d'une caresse.

« Et tu n'as même pas ralenti durant ce temps là. Tu es vraiment incroyable. »

Je peux désormais continuer de guider Tempête, tout en guidant Crin d'ébène. Hosen quant à lui ne peut pas tomber car je l'ai solidement attaché à son cheval. Pas trop quand même pour ne pas faire de mal ni à l'un ni à l'autre, mais assez pour le maintenir fermement. C'est à ce moment-là que je reçois les premières « paroles » dans ma tête. Et de nouveau, mes mains se serrent sur la bride en entendant l'histoire du pauvre homme. Cette femme les mène à la baguette, les oblige à faire des choses contre leur gré. Et pour les y contraindre elle n'a pas hésité à prendre certains enfants en otage. Ne leur laissant pas d'autre choix que d'obéir. D'après ce que j'en comprends, c'était d'abord pour son propre confort. Elle a toujours vécu en recluse, à l'écart des autres. Et puis un jour, elle a décidé de contraindre quelques fermiers. Puis d'autres. Avec ce nouveau pouvoir dû à l'onde de chakra. Et même des mercenaires, par la suite, une fois qu'elle a eu plus d'argent. Afin d'avoir des guerriers un peu plus solide. Et au fil du temps elle a prit goût au pouvoir et a étendu son influence aux villages alentours. Forçant les villageois à la servir ou bien à lui céder leurs biens, la rendant toujours plus puissante. Personne n'ose s'approcher d'elle et s'y opposer, voire même de la nommer, de crainte qu'elle ne fasse du mal aux enfants. Et lorsque Hosen me demande si ça va, je n'ai qu'une idée en tête.

* Les enfants. Demande lui où sont retenus les enfants. Il faut qu'on commence d'abord par les délivrer avant de s'attaquer à elle, sinon elle risque de se venger et d'avoir le temps de s'en prendre à eux. *

Il suffit qu'elle nous voit venir et qu'elle envoie un de ses mercenaires, et tout est fichu. En plus j'imagine que notre arrivée va bientôt arriver à ses oreilles. Il faut qu'on agisse, et vite.

* Et il faudrait aussi savoir de quoi est vraiment capable cette sorcière. S'il sait comment elle a contraint les premiers fermiers, avant qu'elle n'engage des mercenaires pour surveiller les otages. *

C'est tout ce qui me vient à l'esprit pour le moment. Je regarde de nouveau le second cheval, mais il suit et le corps inanimé n'a pas l'air de bouger. Tout va bien pour l'instant.

_________________
En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko] - Page 2 Banineko
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5043-errer-seule-c-est-bien-avec-d-autres-c-est-mieux-termine#39513 http://www.ascentofshinobi.com/t6401-susukai-ineko#53252 http://www.ascentofshinobi.com/u729

En quête de nouvelles contrées en périls [Susukai Ineko]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: