Partagez | 

Scolopendra Gigantea [Fujin]


Ven 28 Juil 2017 - 5:43

Je crois pouvoir dire que mes connaissances des arts shinobis est plutôt étendue. Sans maîtriser - ou même comprendre - certaines branches de ce métier passionnant, j'en sais suffisamment pour être efficace en le pratiquant. Malgré tout il me manque un outil que j'ai toujours considéré comme essentiel. Que ce soit par manque de temps ou d'envie, je n'ai pourtant jamais creusé cette piste pourtant intéressante. Le déclencheur? Les quelques mois que j'ai passés en prison. S'ils m'ont privé de la jouissance d'une liberté dont je ne connaissais pas vraiment la valeur jusque là, ils m'ont également permis d'approfondir certaines connaissances.

Parmi elles se trouvait justement celle qui m'intéresse particulièrement aujourd'hui et qui m'amène à emprunter la route vers la demeure de mon Inuzuka de coéquipier: l'art de l'invocation. J'ai pu en apprendre suffisamment pour me lancer aujourd'hui dans cette quête d'un animal susceptible de m'épauler au combat. Et que mon emprisonnement ne m'a pas permis de comprendre, je l'ai pallié en interrogeant les anciens de mon clan ou à la Grande Bibliothèque du village. C'est fou ce que l'on peut apprendre à se fiant à l'expérience des plus âgés ou à ces enchevêtrements de pages...

Le soucis? Il me fallait l'autorisation de quitter le village. Et autant dire qu'avec mes récents antécédents demander une dérogation aurait été une perte de temps. Alors j'ai fait joué mes relations et approché l'un des rares shinobi ayant une dette envers moi. Le jônin fut bien évidemment réticent mais finit par accéder à ma requête. Peut-être parce qu'il trouvait là le moyen de solder notre relation et d'obtenir l'assurance qu'il n'aurait plus jamais à échanger avec moi. C'est donc avec le précieux pli m'autorisant, Fujin et moi, à quitter le village que je m'approche du lieu de résidence du gaijin.

Oui car il s'agit maintenant de la convaincre. S'il est le seul Inuzuka que je fréquente il est aussi celui qui doit le plus m'en vouloir. Lui demander son aide aujourd'hui est particulièrement ironique. Et irritant d'ailleurs. L'idée de lui être redevable, de troquer une dette contre une autre, ne me plaît pas le moins du monde. Mais ai-je vraiment le choix? Dans la vie il faut savoir faire quelques sacrifices, à supporter un mal pour un plus grand bien. À croire qu'on n'obtient jamais rien gratuitement dans ce monde de merde...

J'hésite encore brièvement avant de toquer à la porte de mon coéquipier. Tiens... À-t-il encore de la famille? Je crois me souvenir qu'il parlait de la mort de ses parents à Hi. Mais peut-être qu'il fait partie d'une fratrie ou de quelque chose du genre. Comment appellent-ils ça entre eux? Une meute? Considèrent-ils leurs chiens comme des sortes de... frères ou de soeurs? Venant de cette famille, rien ne m'étonnerait vraiment. Toujours est-il qu'au bout de quelques instants j'ai la joie de découvrir mon coéquipier dans l’entrebâillement de la porte.
"Je... Hum... Salut!" dis-je, hésitant. "Je passais par là et... enfin... Disons que j'ai un... service... à te demander!"
Bordel ce que c'est dur! Je n'arrive même pas croiser son regard et préfère subitement observer ce qu'il se passe le long de la rue. Il n'y a rien de bien passionnant. Mais je sens que si je regarde le gaijin j'y découvrirai un mélange de surprise et de moquerie. Dans le doute, je préfère éviter. Fort heureusement il se trouve que je ne suis pas non plus venu les mains vides. Je lui tends ainsi un collier pour Kong. Un collier fait du meilleur acier Metaru s'il-vous-plaît. Ce dernier, d'ailleurs, est frappé du nom de l'animal. C'est peu de chose mais comment pourrait-il décliner mon offre après ça?
"Tu sais ce qu'est un Kuchiyose? Aujourd'hui je veux passer un pacte avec une espèce animale un peu... particulière! On dit que l'un de ses représentants vit dans notre monde, un peu plus au sud. Ne me demande pas pourquoi, j'en sais rien! Enfin bref... J'ai sa localisation approximative mais la zone est vaste et j'avais dans l'idée que ton clé... remarquable quadrupède puisse nous aider. Avec son flair, tout ça... Tu vois l'idée?" dis-je en agitant sous son nez le pli que je viens de sortir de ma poche. "J'ai obtenu l'autorisation de quitter le village pour deux jours. Alors... Est-ce qu'une petite sortie te tente?"
Que ce soit pour dégourdir les pattes de sa bestiole ou simplement découvrir sa terre d'accueil, il y verra sûrement un avantage. Je pose les yeux sur le chien qui vient d'apparaître au niveau des jambes de son maître. Ils sont cul et chemise ces deux-là c'est hallucinant. Et aussi un peu le principe, c'est vrai... Je termine mon observant en tendant le collier flambant neuf à mon coéquipier ainsi que le pli pour qu'il puisse en prendre connaissance. Des fois qu'il croit que je mente.
"Tiens, c'est un cadeau! Une manière de t'acheter..."
Je m'autorise un vague sourire en me demandant ce qu'il m'a pris de venir ici...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Ven 28 Juil 2017 - 11:12

Fujin détestait être tiré de son train-train quotidien. Il n'avait pas beaucoup d'habitudes, mais le peu qu'il lui restait, il s'y cramponnait avec fermeté. Aussi est-ce d'un pas énergique et énervé qu'il se dirigea, ce matin-là, vers sa porte. Il venait d'être interrompu dans son petit-déjeuner, ce qui n'avait rien de plaisant, vous l'admettrez. Encore dans son pyjama -sur lequel étaient dessinés des petits éléphants- et Kong sur ses talons, tout aussi agacé -et coiffé d'une sorte de bonnet de nuit canin-, il ouvrit la porte dans un mouvement brusque, et s'apprêtait à gueuler comme un sagouin sur qui avait l'audace de se montrer aussi impudent de bon matin, lorsqu'il reconnut la figure bigrement détestée de son nouveau coéquipier.

Il resta un instant immobile, l'air dubitatif, avant de jeter des regards suspects dans la rue. Etait-ce un piège ? Peut être que Kira avait réussi à convaincre tout le clan Metaru à s'en prendre à Fujin et Kong. Sa défaite cuisante de la dernière fois l'avait peut être mis dans un tel état d'agacement qu'il en était venu à laisser tomber tous principes d'honneur pour faire rappliquer l'entièreté de sa famille pour mettre la main sur le ninken. Mais, constatant que la rue était vide, Fujin dut se résoudre à l'évidence: Kira était seul. Et, au vu de son air embêté, c'était un bien coûteux motif qui l'amenait à cogner de si bonne heure à la porte de son coéquipier.

C'est donc avec une curiosité certaine et un plaisir grandissant que Fujin écouta son partenaire alors qu'il déroulait la liste de ses requêtes. Il devait avouer que le voir dans un tel état de gène était tout à fait satisfaisant. Surtout après l'avoir connu dans une phase beaucoup plus agressive. Il croisa les bras, et s'appuya contre l'encadrement de sa porte. Un Kuchiyose ? Fujin en avait entendu parler, évidemment. Mais il ne s'était jamais penché sur la question lui-même. Quant aux compétences de flair de Kong, elles étaient certainement suffisamment performantes pour ce genre de mission, tout comme les siennes propres. Il jeta un regard suspicieux au cadeau que lui tendait le Metaru, et décida de l'ignorer ostensiblement. Il était encore trop méfiant pour laisser entrer chez lui un objet forgé par un Metaru de la pire espèce, et encore moins pour le passer autour du cou de son ninken. Il se contenta de lever un doigt inquisiteur.

"Deux minutes."

Et il claque la porte au nez de Kira sans autre forme de procès. Il avait besoin de réfléchir un peu. Qu'est-ce qui pouvait le pousser à aider celui qu'il trouvait le plus détestable des Kumojins ? Ils étaient dans la même équipe, certes. Mais le laisser se démerder serait certainement plus cruel et plus intéressant que de lui porter assistance alors qu'il la réclamait avec autant de difficulté. Quoi de pire pour chiffonner son honneur que de lui opposer un refus catégorique ? Peut être ...

Deux minutes plus tard, Fujin réapparaissait dans l'encadrement de la porte, tout habillé de son habituelle tenue blanche, Kong sur ses talons, tous deux arborant le bandeau des Shinobis de Kumo, l'un autour de son bras gauche, l'autre en guise de collier.

"Allons-y."

Bien plutôt que d'opposer un refus, Fujin préférait faire durer le plaisir. Ce serait une lente agonie de l'estime du Metaru. Et l'idée qu'il ait une dette envers lui était pour le moins ... réjouissante. Sans aucun doute, cette expédition serait riche en expériences. Elle l'était déjà, à vrai dire.

"Où qu'on se dirige, alors ?"


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t511-inuzuka-fujin-en-reflexion http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Sam 29 Juil 2017 - 9:13

Il... m'a claqué la porte au nez? Je hausse un sourcil dubitatif en me demandant si je n'ai pas gagné le droit de défoncer ladite porte. Mais ce n'est sûrement pas un comportement avisé lorsque l'on cherche à obtenir l'aide de la personne qui se cache derrière. Agacé, impatient, je croise donc les bras en attendant la réapparition du gaijin. Il m'a demandé deux minutes mais qui sait s'il n'a pas la simple attention de me faire mariner indéfiniment? La patience? Ce n'est pas exactement une qualité dont les dieux m'ont gratifié. D'un autre côté je préfère qu'il s'accorde un peu de temps pour changer de tenue. De mémoire je n'avais jamais vu quelqu'un porter quelque chose d'aussi... mauvais goût. La mode à Hi est décidément bien différente de ce qu'il se fait dans les Nuages.

Je brûle ma deuxième cigarette lorsque finalement la porte s'ouvre une nouvelle fois, dévoilant le duo d'animaux dans des vêtements plus conventionnels. Je note l'absence du collier autours du cou du clébard. Une preuve de méfiance? Comment lui en vouloir alors que ce présent à leur intention était également une garantie. Si d'aventure cette bestiole cherchait à me mordre les mollets, j'aurais pu l'étranger sur place d'un simple mudra. Mais c'était sûrement trop... grossier. Et l'autre s'en est visiblement rendu compte. Tant pis...
"Tu as abandonné les éléphants?" un sourire amusé se dessine sur mes lèvres. "Ça t'allait pourtant si bien..."
Tu parles! Mais je ne pouvais pas me priver de l'occasion de me moquer un peu de ses goûts vestimentaires. Défaut qui s'ajoute à son étrange coupe de cheveux rose. Heureusement que nous quittons le village. Sans quoi j'aurais sans doute eu un peu de peine à assumer le fait de me balader avec un pareil énergumène à mes côtés. Mais là où nous allons, normalement, je n'aurai pas à m'inquiéter du qu'en-dira-t-on.

D'ailleurs mon coéquipier souhaite savoir où nous nous rendons. Chose que je peux comprendre dans la mesure où je suis également curieux. Mais la réponse que je pourrais lui donner à ce sujet est vague. Peut-être suffisamment pour le pousser à retourner dans sa niche pour terminer sa nuit. Je dois entretenir le mystère encore quelques instants, le temps que nous soyons loin du village. D'ailleurs qui sait: nous pourrions très bien être retenus à la sortie de celui-ci.
"Chaque chose en son temps! Commençons déjà par quitter Kumo!"
L'Arche Grise ne tarde pas à nous dominer de sa masse. Une création Metaru, évidemment. Et qui symbolise autant la grandeur du village que celui de mon clan. Je résiste à l'envie de tancer mon partenaire sur le sujet puis estime qu'il vaut mieux le ménager. Je me contente, à défaut, de le garder entre son clébard et moi. Je sens que cette bête ne m'apprécie pas. Et je le lui rends bien.

Nous arrivons finalement au moment tant attendu, celui où il s'agit de convaincre les gardes en faction que nous pouvons bien quitter le village. S'ils vérifient, nous sommes foutus. Mais la chance est de notre côté visiblement. Après avoir longuement passé son regard du pli à nos visages, la sentinelle s'efface pour nous libérer l'accès à la liberté. Cela fait longtemps que je n'ai pas pu parcourir ma propre nation à mon aise. Et maintenant je vais pouvoir renouer avec ce qui est pourtant un droit fondamental. Les règles militaires sont parfois bien trop strictes...

<=====<>=====>

Nous nous dirigeons à présent vers l'une des rares étendues que l'on pourrait qualifier de désert dans le pays des nuages. Enfin, désert... Disons plutôt une zone aride et rocailleuse bordée d'une jungle étouffante. Si je connais l'endroit à travers divers récits je n'ai jamais eu l'occasion d'y mettre les pieds. Cette expédition se fait un peu à l'aveuglette. Mais c'est ce qui fait son charme d'une certaine façon. Ça et le fait que l'on risque tout deux d'être bouffés par la créature que je souhaite rencontrer. À ce propos!
"Je suppose que tu ne t'es jamais rendu à l'extrême sud du pays? C'est là-bas que nous rencontrerons l'animal avec lequel je souhaite signer un pacte. On dit qu'il s'y terre depuis des décennies maintenant. Pourquoi? Pas la moindre idée... Tout comme je ne sais pas pourquoi il souhaite résider dans ce monde plutôt que dans le sien. Mais j'espère que nous pourrons le découvrir bien assez tôt!"
Oui enfin je sais pourquoi il a choisi cet endroit en particulier: les crevasses et les grottes souterraines lui offrent un abri bienvenu contre le soleil. Et une source de nourriture bienvenue. Pour le reste... Je ne suis pas spécialement doué pour me mettre dans la peau dans un animal, fusse-t'il doué d'intelligence. Ce n'est pour rien que je marche aux côtés d'un Inuzuka...

Je déverrouille un sceau et saisit un crochet aussi grand que mon bras. Une pointe de poison luit à l'extrémité de ce dernier et je prends bien garde de ne pas me blesser avec cette arme naturelle. Je la tends ensuite à mon coéquipier pour qu'il puisse l'observer à sa guise tout en lui fournissant quelques explications:
"Tu as déjà entendu parler des scolopendres j'imagine? Tu sais ces espèces de mille-pattes blindés?" Même à Hi ils ont dû en entendre parler... "Voici le crochet de l'une de ces créatures. Une invocation, bien sûr. Mon grand-père s'est battu avec l'un d'entre eux lorsqu'il était jeune et a gardé ce petit trophée. Ainsi qu'une sale cicatrice même s'il est moins prompt à l'exhiber que cette chose!"
Je me fends d'un sourire amusé. Il est vrai que la plupart des gens préfèrent parler de leurs exploits que de leurs défaites. Mais au final je suppose que je ne peux pas vraiment me moquer. Mon ancêtre fut un guerrier aussi reconnu que respecté. Et s'il s'en est tiré avec difficulté je crois que nous devrions faire preuve de prudence plus que d'arrogance.
"Bref! Est-ce que ton toutou sera capable d'utiliser l'odeur de ce truc pour nous mener à notre cible?"
À quelle distance peut-il renifler quelque chose? Je ne connais pas grand chose des chiens si ce n'est qu'ils sont pratiques pour ramener les bâtons...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t410-metaru-kira-uc

Lun 31 Juil 2017 - 15:48

Ils marchaient depuis un petit moment, déjà. La sortie du village s'était effectuée sans encombres et sans surprise, pour Fujin, qui n'avait rien à se reprocher. Il n'avait, à vrai dire, par décelé la nervosité de son coéquipier. Maintenant, ils se dirigeaient plein Sud vers les territoires les plus reculés du pays de la Foudre. C'était là-bas, dans des contrées redoutées par le commun des mortels -ainsi que Fujin avait pu le lire dans divers ouvrages traitant de la topographie du territoire- et uniquement habitées par quelques peuplades de courageux guerriers qu'ils devaient trouver leur objectif final. Celui-ci, Kira ne tarda pas à le présenter plus en détail à Fujin, auquel il n'avait pour l'instant expliqué qu'une seule chose, à savoir qu'ils partaient à la chasse au Kuchiyose. Voilà que la nature de celui-ci se précisait, à présent.

"J'suis déjà passé par le sud. Enfin, on l'a traversé, avec Kong. C'était quand on est arrivés à Kumo pour la première fois, et ça remonte un peu, maintenant. Mais, j'imagine que le terrain n'a pas trop bougé depuis ..."

Fujin n'avait pas de souvenir marquant de ces terres qui semblaient si peu inhospitalières. Sans doute l'état de détresse profond dans lequel il était au moment de son passage avait-il adouci toutes les autres misères qu'il avait pu croiser sur son chemin. Mais, après tout, ça ne pouvait pas être pire que la guerre civile à Hi, qui lui servait toujours de valeur étalon fiable quand il s'agissait de mesurer le malheur. Ainsi, il était presque toujours certain d'avoir vécu pire dans le passé. Une bien maigre consolation à côté des horreurs desquelles il avait été témoin ...

Il jeta un regard légèrement dédaigneux au croc qu'exhibait Kira. Il n'appréciait pas vraiment qu'on fasse violence aux bêtes, quelles qu'elles soient. Sans doute un effet de sa proximité naturelle avec les animaux. Il se saisit néanmoins de l'objet, en le touchant avec une certaine délicatesse. Il le porta à son nez, et le renifla un instant. Une forte odeur en émanait, qui ne serait certainement pas difficile à suivre. Une odeur de mort. Fujin tendit le croc vers Kong pour que celui-ci aussi puisse identifier l'odeur.

"Evidemment qu'il en est capable. Moi aussi, d'ailleurs, mais moins précisément. Mais 'faudra quand même qu'on soit assez près pour détecter l'odeur. Une dizaine de kilomètres, minimum. On fait pas des miracles, Jeannine. J'espère que t'as une petite idée de l'endroit où on peut trouver tes sales bêtes, parce que sinon on risque de tourner en rond pendant un p'tit moment."

Fujin mourait d'envie, à vrai dire, de décevoir tous les espoirs de Kira. Mais quelque chose le retenait -qui ne devait certainement pas être apparenté à de la gentillesse ou à une quelconque forme de bonté. Il était, à vrai dire, assez curieux de voir où les mènerait cette aventure, et surtout à quoi ressemblait un Kuchiyose. Ce devait être un atout de choix pour un Shinobi. Pas étonnant que son coéquipier veuille s'allouer les services d'une bête, d'autant plus lorsqu'on connaissait les capacités du poison des scolopendres.

"D'où ça t'a pris, exactement, cette envie d'avoir un mille-patte complètement creepy sous tes ordres ? Si c'est ton grand-père qui a gardé ce crochet en trophée, t'aurais pu partir à la recherche de ta bestiole depuis longtemps. Pourquoi maintenant ?"

Il se retint de ponctuer sa phrase d'un "c'est débile" bien senti, mais de peu. Il s'agissait de conserver une ambiance relativement saine au sein du groupe. Après tout, le voyage risquait bien d'être long ...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t511-inuzuka-fujin-en-reflexion http://www.ascentofshinobi.com/t730-equipe-2-senshi-kumo#3485

Scolopendra Gigantea [Fujin]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: