Soutenez le forum !
1234
Partagez

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko

Aller à la page : 1, 2  Suivant
Kaguya Sesshū
Kaguya SesshūEn ligne

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Mer 19 Juin 2019 - 18:04
ost : The Moon Over Mount Gorgon

Une chose était sûre : Kaguya Sesshū ne chômait pas.

Après avoir subi la Résonance de plein fouet, et ainsi perdu son précieux lien avec les lignes telluriques, l'augure s'était résolu à ne plus jamais sortir de son lit, persuadé d'être devenu faible, indigne de son rôle de protecteur du clan Kaguya. Mais ce fut sans compter la présence de ses proches, qui de par leur compréhension permirent à Sesshū de gagner suffisamment de temps pour sortir la tête de l'eau... jusqu'au jour où il rencontra la Toison d'or, et le convainquit de se battre à ses côtés en tant qu'égal. Hélas, son problème ne s'était pas envolé pour autant. La terre ne lui répondait toujours pas. Il n'avait que son kekkei genkai, certes incroyablement utile, pour affronter les dures épreuves qu'allaient lui offrir la vie. Mais comment faire pour tourner la page après tant d'années d'entraînement ? L'équation de son art martial manquait d'une précieuse variable ; et il devait chercher à la remplacer très vite pour retrouver sa forme d'antan.

D'où les innombrables missions que l'augure enchainait.

Ce jour-là, l'enfant de l'os revenait tout juste d'une mission sur l'île d'Uka, qu'il priait déjà les autorités de Kiri pour le renvoyer sur le terrain. Décidé à rattraper son retard, et exempt de toute blessure lors de son voyage en compagnie de Rekishi Fûka, l'homme n'avait plus qu'à reprendre son baluchon et de nouveau quitter les portes de la cité. Le temps de se requinquer de vivres et d'eau, il lit en diagonale l'ordre de mission que lui avaient gentiment cédé les représentants du Palais de la Brume, et découvrit ainsi le nom de sa nouvelle partenaire de mission : @Date Junko, aspirante kunoichi.

Le Palais de la Brume a écrit:
Un nouveau cas de « Résonance » a été signalé à l'extrême nord de l'île de Mizu, près du hameau de Gamagōri. Depuis l'onde mystique ayant survolé l'archipel, une dizaine d'habitants ont été portés disparus. Il y a peu, l'une de ces victimes a été retrouvée sur le littoral, échouée, noyée. La thèse de la pure coïncidence est difficilement plausible. Enquêtez sur place.

Tandis qu'un courrier avait été envoyé retrouver la femme, porteur de l'ordre de mission, Sesshū en avait profité pour rassembler des vivres durables, avant de se rendre aux portes nord du village caché par la Brume. Dès lors, il attendit l'arrivée de sa partenaire, savourant ce bref moment pour se reposer les yeux et l'esprit, via une méditation faite en tailleur, à même le sol. De toute façon, au vu de sa longue chevelure, personne ne pouvait le méprendre pour un autre. Date Junko n'avait plus qu'à extirper l'augure de sa transe.

_________________

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Date Junko
Date Junko

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Jeu 20 Juin 2019 - 20:47

Junko avait trouvé refuge sur les quais. La matinée était agréable, ensoleillée comme tout. Elle n'avait pas eu envie de la passer en compagnie des hommes trop avides de chair ou de boisson qui étaient son public habituel. Elle se plaisait de moins en moins dans ces refuges du luxe et de la débauche qui avaient été son premier secours, quand elle était arrivée au village. A présent, elle préférait goûter aux joies des moments solitaires. Le brouhaha des salles bondées d'ivrognes, jusqu'à tard dans la nuit, lui pesait. Et puis, elle s'était brouillée avec bon nombre des tenanciers de ce genre d'établissement. Ses habitudes n'étaient pas assez professionnelles à leur goût ... Elle pourrait toujours s'investir plus à fond dans son travail de kunoïchi pour assurer sa subsistance, sans doute. Ce n'était pas un problème. Enfin, ce n'en était plus un.

La mer était d'un calme surprenant, troublé seulement par la course des vaisseaux qui arrivaient ou partaient du port. Il y en avait là de toutes les tailles et formes, du plus grandiloquent des navires de transport à la plus humble barque de pêcheur. Et tout un peuple de marins et d'ouvriers s'activait sur les quais, débarquant des marchandises, arrimant les embarcations, donnant vie à cette entreprise marine comme d'innombrables fourmis. Leurs bras s'agitaient, vigoureux, forts, balançant des caisses chargées comme s'il s'était agi de simples oreillers. Tout cela semblait rodé à la perfection. Un ballet ouvrier soigneusement répété chaque jour, à chaque heure, sur cette vaste scène de bord de mer. Junko avait le sentiment qu'elle ne pourrait jamais s'en lasser.

Elle dut pourtant détourner son attention de cette chorégraphie, à son grand agacement. Un messager surgit de nulle part, et lui tendit une lettre. Il s'apprêtait à disparaître, quand elle l'attrapa par le poignet.

"Pas si vite ! Tu vas me faire le plaisir de lire cette missive avant de t'envoler comme ça, oiseau de malheur."

Le messager sembla décontenancé.

"Mais ... Vous ... Vous ne pouvez pas la lire ... toute seule ?

-Et si je n'en ai pas envie ?"

Il cligna des yeux. Il n'était pas vif. Mais il finit par s'exécuter. Et sitôt l'ordre de mission lu, il se volatilisa.

Elle soupira. Elle passait un bon moment ... Elle se leva, et laissa là à leur danse mécanique les marins. Elle s'engouffra dans le dédale des rues du village, fendant la foule. Il lui vint la pensée que si elle l'avait souhaité, elle aurait pu disperser cette foule d'un souffle, littéralement. Juste un souffle, et tous ces gens seraient tombés, comme des mouches. Incroyable ...

Elle ne mit guère trop de temps à atteindre sa destination. Elle n'était pas mécontente de quitter le village. Elle espérait trouver plus de calme hors de ses murs. Même si une mission n'était pas exactement le contexte idéal pour ce genre de quête ... Elle n'eut pas grand mal à trouver son partenaire de mission. Un Chûnin, de toute évidence. Sinon, ils n'auraient jamais eu la permission de sortir du village. Elle haussa un sourcil en le voyant là, assis, perdu dans ses méditations. Il n'avait pas l'air d'être un grand sanguin, celui-là. Tant mieux. En même temps, elle ne voulait pas le déranger. Après tout, elle n'avait rien contre un peu de méditation elle-même.

Elle alla s'asseoir à côté de lui, appuyant son dos contre une barrique qui se trouvait là. Et elle attendit, l'observant du coin de l'oeil. Il avait l'air intéressant, celui-ci.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Kaguya Sesshū
Kaguya SesshūEn ligne

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Ven 21 Juin 2019 - 17:24
ost : The Moon Over Mount Gorgon

Dans les méandres de sa méditation, l'augure gardait un œil ouvert vers l'extérieur. Ainsi concentré sur les présences environnantes, il aiguisait son énergie spirituelle, l'une des deux composantes primordiales pour le malaxage du chakra. Ce fut donc sans difficulté qu'il ressentit sa partenaire de mission approcher de lui, et s'asseoir.

En tailleur, l'échine droite, les paumes ouvertes et jointes à hauteur de diaphragme, et les yeux toujours fermés, l'enfant de l'os sortit progressivement de sa transe pour réveiller son organisme figé. Et en guise de point de non-retour, il ouvrit les lèvres pour parler.

Kaguya Sesshū. Vous êtes Date Junko, c'est cela ?

Levant doucement ses paupières pour amorcer sa vue après un trop long sommeil, le maître du Shikotsumyaku confirma son interrogation en promenant son regard sur la jeune femme. Le Palais de la Brume avait l'habitude de partager les signes distinctifs des agents d'une même mission pour que ceux-ci puissent aisément se trouver. Et l'apparence de l'experte des poisons collait parfaitement avec sa description manuscrite.

C'est un plaisir de vous accompagner au-delà des marécages brisés. Est-ce votre première mission en dehors de Kiri ?

Écoutant la réponse de l'aspirante kunoichi, l'enfant de l'os se leva, reprenant aussitôt sa posture naturelle, le dos droit, les épaules reculées, le torse légèrement bombé, comme on lui avait appris à être depuis son quatrième anniversaire.

Ce périple pourrait s'avérer dangereux. Nous ne savons rien des disparitions, ou de la ou les noyades. Ce pourrait être criminel. Ce pourrait être bien pire, aussi. Toutefois, sans indice sur la cause de ces accidents, ma présence n'est justifiée que par notre action loin de Kiri. Nul doute que vous pourriez vous débrouiller seule, sans problème, sinon. Ainsi, je vous propose de nous mettre sur un même pied d'égalité ; voire, d'échanger nos rôles, pour que vous puissiez gagner une précieuse expérience sur le terrain.

L'augure partagea son regard avec la kunoichi. Il n'y avait aucune entourloupe ; aucune lâcheté ni fainéantise. Seulement du respect fraternel, et le vœu d'une prochaine génération compétente. Car le clan Kaguya promouvait le dépassement de soi.

_________________

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Date Junko
Date Junko

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Sam 22 Juin 2019 - 21:43

Junko répondit d'un léger sourire et d'un hochement de tête aux premiers mots de son coéquipier du jour. Le nom "Kaguya" lui disait bien quelque chose, sans qu'elle puisse vraiment se rappeler quoi. Elle n'était pas trop au fait de tout le folklore kirijin, ni même des clans fondateurs du village. Elle avait croisé des Kaguya, sans les reconnaître, voilà tout. Pour le reste, l'homme lui était parfaitement inconnu, ce qui ne l'étonnait guère. Elle ne connaissait personne, ou presque, parmi la multitude des shinobis qui peuplaient le village. Chaque nouvelle mission qui lui était attribuée était une occasion nouvelle de rencontrer des pairs. Elle ne les appréciait pas tous. Mais elle se sentait déjà une certaine connivence avec Sesshû. Peut être à cause de son calme si reposant ...

"Oui, c'est la première fois que je sors du village pour une mission. Et la première fois que je vais visiter le reste de l'île, aussi."

Elle n'en dit pas plus. Ce n'était pas nécessaire: il ne l'avait pas demandé, et elle ne souhaitait pas s'appesantir sur son arrivée encore récente à Kiri et, au-delà de ça, sur son passé plus lointain. Si elle l'avait fait, il en aurait découlé presque à coup sûr une certaine pitié dans l'attitude de son comparse, et elle voulait autant que possible éviter que son comportement se modifie ainsi. Elle ne voulait pas être prise en pitié, ni considérée sur la base de ce qu'on pouvait s'imaginer des maux de son passé. Elle en avait suffisamment soupé pour vouloir s'en détacher, merci bien. Elle voulait être considérée pour ce qu'elle était maintenant.

Elle se releva à la suite de Sesshû, surprise de sa proposition. Elle ne lui déplaisait pas, cependant. Elle avait du mal avec la hiérarchie. Il suffisait de voir ses relations pour le moins sensibles avec son sensei, Aditya, pour s'en apercevoir. Marcher d'égal à égal lui convenait parfaitement. Elle se sentait même capable de réfréner sa hauteur naturelle.

"Mettons-nous au même niveau, ça me convient très bien. Et je n'ai rien contre la protection d'un Chûnin. Qui sait ? Nous pourrions nous retrouver à démanteler tout un réseau criminel sans même le savoir ..."

Elle sourit à cette hypothèse. La perspective de combats imminents la réjouissait. Voilà longtemps qu'elle n'avait pas eu l'occasion de délasser ses membres contre de vrais adversaires, et pas des collègues shinobis contre lesquels elle devait inévitablement se retenir. Non pas qu'elle craignît que sa pratique des poisons se détériorât - elle était certaine que, après des années de pratique forcée, cet art s'était ancré jusque dans ses chairs tant elle en était familière - mais elle avait pris goût à une forme de violence pour se défouler. Elle espérait même qu'il y aurait quelques malfrats à rétamer.

"Nous partons ?"

Et sans attendre de réponse, elle prit la route. Ils ne devraient pas mettre longtemps à atteindre leur destination. La pointe de l'île ne devait pas être si loin que ça ... Ca leur laisserait amplement le temps de faire connaissance en chemin. Ou pas, d'ailleurs. Junko tira d'un repli de son vêtement une petite pipe très fine, et en alluma le bout. Aussitôt, un filet de fumée blanche s'en échappa, et alla se perdre dans l'air. La fumée virevolta un instant, ballotée par la brise, avant de se dissiper dans un dernier soupir dans l'atmosphère. Et déjà, les deux shinobis étaient loin.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Kaguya Sesshū
Kaguya SesshūEn ligne

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Dim 23 Juin 2019 - 1:51
ost : The Moon Over Mount Gorgon

Comme il l'avait proposé à sa partenaire, Kaguya Sesshū resta un chouïa en retrait, et la suivit, tel le Genin qu'il était devenu dans cette situation de jeu de rôle. Et c'est ainsi qu'il reçut de pleine face les effluves embrasées de Date Junko, invoqués depuis une pipe tassée d'herbes divers. En humble amateur, l'augure ne put s'empêcher de humer la fumée blanche pour se faire une idée sur la nature des plantes consommées. Il y avait du tabac, évidemment ; et quelque chose de plus sinueux, de plus discret... avec cette note sucrée... ce doux parfum, expansif... cette aura agréable... des feuilles de vignes ?

Très bon choix pour commencer. Les herbes à fumer ont mauvaise réputation auprès des profanes, à cause de relents parfois agressifs. Connaissez-vous le « Fumoir » ?

Au vu du visage de la femme, elle semblait répondre négativement. L'enfant de l'os avait subrepticement accéléré son pas pour se mettre à hauteur de la maîtresse des poisons, et mieux profiter de la conversation. Il était rare de rencontrer des personnes partageant l'amour des herbes ; et ces dernières devaient être chéries comme il se devait.

C'est un établissement de niche, caché dans les ruelles de Kiri pour attirer peu de monde, sinon les connaisseurs. Je suis persuadé que vous pouvez vous y réserver une place. Me permettez-vous de vous y inviter après cette mission ?

Alors que les deux shinobi apprenaient à mieux se connaître – et quoi de mieux qu'un centre d'intérêt commun pour cela ? –, ils se dirigèrent vers le nord de l'île de Mizu, la principale de l'archipel. Sur la route, ils croisèrent parfois quelques marchands, et paysans, mais surtout des unité mobile de Kiri sillonnant la campagne pour surveiller le sceau de Sanbi. Après tout, il fallait prévenir toute action criminelle, à défaut de devoir affronter une nouvelle fois une force de la nature à la taille incommensurable.

Les minutes s'écoulèrent ; puis, les heures. Enfin, en milieu d'après-midi, le binôme arriva à l'orée du hameau de Gamagōri. Mais aucune âme n'était là pour les accueillir. Que se passait-il ? Les fameuses disparitions avaient-elles empiré au point de rendre le village désert ? Sans indice, Sesshū ne pouvait établir la moindre hypothèse crédible. Il préféra ainsi se tourner vers sa partenaire de mission, et convenir avec elle d'une stratégie.

La mer n'est pas loin. Voulez-vous y jeter un œil, à la recherche d'éventuels cadavres échoués, ou préférez-vous parcourir le village en quête du moindre être humain ?

L'augure promena une nouvelle fois son regard aux alentours. Aucun paysan. Aucune bête d'élevage. Aucun oiseau parcourant les cieux, même. Toute la vie alentours semblait avoir été aspiré. Où n'était-ce qu'une simple impression ?

Je suivrais votre choix.

_________________

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Date Junko
Date Junko

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Dim 23 Juin 2019 - 22:06

La perspective de découvrir un endroit où elle pourrait s'approvisionner en tabac et en toutes sortes d'autres joyeusetés était assez réjouissante. Encore plus si elle était bien accompagnée. Junko ne voulait pas s'avancer trop vite, mais elle sentait qu'elle allait apprécier ce nouveau collègue. Ils partageaient au moins la même affinité pour la fumée. Elle avait déjà eu à côtoyer d'autres Kirijins avec lesquels elle avait moins d'atomes crochus que ça ... Et elle devait bien admettre qu'il n'était pas désagréable de constater qu'on pouvait avoir une relation cordiale avec certains de ses pairs. Ca la changerait bien, tiens.

Personne. Le néant n'aurait pas été plus peuplé que ce village. C'était pour le moins surprenant. Les maisons calfeutrées, les ruelles vides. Et pas un bruit qui aurait pu trahir la présence de qui que ce soit. De toute évidence, ils étaient seuls. Ou alors, les habitants étaient bien cachés ... Si c'était le cas, Junko n'aurait certainement pas la patience de prolonger ce jeu très longtemps. Ils étaient venus pour enquêter sur les maux dont ces villageois souffraient, alors elle espérait pouvoir compter sur un minimum de collaboration. Tout ceci, bien sûr, dans l'hypothèse où les villageois eux-mêmes ne faisaient que subir leur malheur, et qu'ils n'en étaient pas à l'origine ...

Elle resta songeuse un instant. Ils partaient vraiment de zéro.

"J'imagine que nous séparer n'est pas vraiment la meilleure idée, étant donné qu'on ne sait rien de la situation, ni ici dans le village ni là-bas sur la plage. Alors autant éviter de prendre des risques inconsidérés pour l'instant ... Je serais assez d'avis d'aller faire un tour sur la plage. C'est là qu'on a retrouvé les corps, non ? Peut être qu'on trouvera des traces des villageois du même coup."

A vrai dire, elle avait le sentiment étrange que, s'ils devaient trouver quelque trace que ce soit des villageois sur la place, ça ne pouvait être qu'un présage funeste. En même temps, une sorte d'instinct la poussait à aller découvrir les lieux sinon du crime, du moins de découverte des corps. Elle avait fini son tabac depuis longtemps, mais avait gardé sa pipe vissée au bec. Elle s'en débarrassa, et la rangea dans un repli de sa tunique. Fini de s'amuser. Maintenant, ils étaient plongés dans le vif du sujet.

Elle suivit un sentier qui menait vers la plage. Du moins c'est ce qu'elle présuma. Là non plus, il n'y avait pas trace des habitants. Pas la moindre. Le village aurait tout aussi bien pu être sorti de terre dans la nuit sans jamais avoir été peuplé que la situation n'aurait pas été bien différente. L'odeur salée de la mer et les embruns dans l'air lui indiquèrent vite qu'elle ne s'était pas trompée de direction. Ils se rapprochaient bien de la plage. Elle était juste là, derrière cette masse rocheuse. Juste quelques pas, et ...

Junko se figea. Elle s’enorgueillissait de posséder un mental d'acier, capable de résister aux pires horreurs. Après tout, elle avait déjà côtoyé abondamment le sang, la violence et la mort dans ses jeunes années passées dans les arènes clandestines d'Asosan. Mais ça, elle ne l'avait encore jamais vu.

Sur la plage, des piles de corps étaient entassées. De toute évidence, ils venaient de trouver les habitants du village.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Kaguya Sesshū
Kaguya SesshūEn ligne

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Mar 25 Juin 2019 - 12:09
ost : Kingsmouth Ahead

Aucune âme qui vive. Le néant. Un village abandonné dans une partie d'île délaissée au préalable par ses autochtones, au profit de la sécurité de Kiri. Mais il y avait toutefois de la vie, ici. C'était certain. Outre le fait que la cité militaire avait reçu des nouvelles de la régence de Gamagōri en personne, l'augure put aisément tomber sur des indices en promenant son regard ci et là, notamment des mots récents placardés sur le tableau d'affichage, ou les cultures des jardins d'à-côté n'ayant pas eu le temps de se dessécher.

Mais alors, où était parti tout ce monde ?

En progressant vers la plage, traversant ainsi le hameau déserté et ce dans un silence pesant de mort, les deux agents de la Brume dénichèrent enfin une partie conséquente de la population de Gamagōri. Morte. Si la maîtresse des poisons encaissait malgré elle cette vision d'horreur, l'enfant de l'os, lui, ne bronchai pas, habitué aux pires atrocités du temps des purges de Mizu. Mais ça ne l'empêchait pas de rester perplexe quant à cette sordide affaire. Consciencieux, Sesshū commença à avancer vers les macchabées pour en apprendre plus sur eux. Y avait-il des impacts de flèche ? Des blessures par lame ? Leur peau était-elle détrempée à cause d'un long voyage dans les eaux noires de l'archipel ?

Rassemblons un maximum de détails. Inspectons-les.

Dans l'esprit de l'augure, sur l'échelle des priorités, l'urgence de la mission flirtait avec leur inversion des rôles. Il ne voulait pas revenir sur sa proposition – mais le responsable de cette atrocité devait être enfermé le plus tôt possible. Ainsi, le maître du Shikotsumyaku s'autorisa des perches tendues à sa collègue pour l'aider à faire progresser l'enquête.

L'enfant de l'os se pencha auprès d'un cadavre esseulé, porté par les vagues. Autour de lui, aucune trace de pas, sinon ceux des deux agents de la Brume – sans doute la marée haute avait caressé le sable lors de ses va-et-vient. Mais le détail que voulait trouver le shinobi était une quelconque plaie, ou contusion, sur la chair de la victime, afin d'expliquer le kidnapping. Après tout, malgré son poids mort, un cadavre ne se débattait pas, et donc il était nettement plus facile de le déplacer d'un endroit à un autre. Du hameau à la plage, par exemple. Hélas... il n'en était rien. L'homme paraissait s'être noyé ; et c'était tout.

À ton avis, comment peut-on emmener toutes ces personnes dans l'eau pour les noyer, et ce sans la moindre violence ?

_________________

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Date Junko
Date Junko

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Dim 7 Juil 2019 - 11:02

Junko chasse sa première appréhension et son dégoût à la vue des corps. La vision était pourtant digne d'effrayer: les cadavres étaient là, entassés les uns sur les autres, comme de la simple chair. Salis par l'eau de la mer, poisseux, gonflés par la noyade, ces corps avaient perdu jusqu'à la dernière trace de vie et d'humanité. De la viande mouillée, tout au plus. L'odeur de pourriture se mélangeait à celle des embruns, dans un cocktail des plus répugnants, qui donnait la nausée. Il y avait là de tous les genres de corps: hommes, femmes, vieillards, enfants, même. Ils étaient tous là. Des familles entières, noyées, et sans explication évidente.

L'enquête commençait donc. Junko s'exécuta. Dans le contexte qu'avait pris l'affaire, soudain, elle ne voulait pas prendre les devants. Avoir l'assurance d'être sous la tutelle d'un autre était une forme de garantie, de sécurité. Elle se pencha sur un corps, et commença son examen, tout comme son pair.

C'était le corps d'une femme. Elle avait été belle, avant sa noyade. Maintenant, ses chairs gonflées et bleuies n'étaient plus qu'une horreur dans laquelle on voyait l'empreinte de la mort elle-même. Junko glissa ses doigts le long du visage, à la recherche d'une quelconque marque de blessure, de lutte, ou de quoi que ce soit d'autre qui aurait pu leur donner une première piste. Elle ne trouva rien. Elle examina alors le reste du corps. Les bras nus ne présentaient aucune trace de lutte non plus. Pas plus que les chevilles, ou les jambes. Elle ne s'aventura pas à chercher plus loin. Elle se doutait bien que, si elle n'avait rien trouvé à ces endroits-là, les plus exposés du corps, elle n'était que trop peu susceptible de découvrir les traces qu'elle cherchait autre part. Elle laissa alors là ce cadavre, et retourna auprès de Sesshû.

"Je ne sais pas ... En tout cas, ils n'ont pas dû rentrer dans l'eau depuis la plage. On aurait vu les traces de pas d'un si grand nombre de personnes sur le sable. Ils ont dû être précipités dans l'eau soit depuis la mer, soit depuis un autre endroit. Enfin, précipités ..."

Elle ne savait quoi penser. Tout était confus. Ils manquaient trop d'indices. D'abord, l'absence de marques sur les corps. Comme si tous ces gens s'étaient noyés de leur plein gré. Une sorte de suicide collectif. Mais pourquoi ? Leur village semblait être dans un bon état: pas de famine, de maladie qui semblait justifier un tel acte. Et les enfants, pourquoi se seraient-ils également livrés à cet acte de folie ? Et l'absence de traces de pas sur le sable ... D'où avaient-ils pu se jeter à l'eau, littéralement ?

"Je ne pense pas qu'on pourra trouver quoi que ce soit sur ces corps. On dirait presque qu'ils se sont tués de leur plein gré. Mais je ne vois pas de raison pour laquelle ils auraient fait ça, à part un épisode de folie collective. Et comment prouver ça, et comment en être certain ?"

S'il n'y avait eu ne serait-ce qu'un seul survivant, il aurait pu leur donner une piste, peut être même tous les éclaircissements qu'ils recherchaient. Mais ils étaient livrés à eux-mêmes, devant le fait accompli. Leur seul esprit devrait trouver la réponse à ce mystère. Il était temps de faire fonctionner les petites cellules grises.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Kaguya Sesshū
Kaguya SesshūEn ligne

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Dim 28 Juil 2019 - 13:13
ost : Kingsmouth Ahead

Les premières observations du binôme laissèrent un goût amer dans la bouche de l’augure – un goût d’inachevé. Malgré tous ces indices à portée, sous la forme de corps inertes prêts à être inspectés à la loupe, l’enfant de l’os n’avait rien à se mettre sous la dent. La logique avait quitté l’archipel pour laisser place aux tentacules du mysticisme. Quel mal indicible avait décidé de condamner l’existence des villageois de Gamagōri ? Noyé dans une marée d’hypothèses, Sesshū essayait de garder la tête hors de l’eau en s’appuyant sur des bribes de connaissances théoriques sur le chakra et ses utilisations, en vain. Quelque chose d’étrange, de trop étrange, avait agi ici.

Il existe des manipulateurs d’esprit. Peut-être l’un de leurs représentants a décidé de traverser la mer depuis le Pays du Feu pour s’en prendre à nos côtes ? Je n’ai eu vent d’aucune autre arcane capable de contrôler le libre-arbitre d’êtres humains, quelque soit leur volonté. Mais si un tel domaine existe...

Le Chûnin déglutit face à cette vision d’horreur. Depuis ses plus jeunes années, l’enfant de l’os avait transfiguré son corps pour devenir un combattant parfait, capable de défendre son clan contre vents et marées. L’enveloppe charnelle transportant son âme était sans faille ; mais son esprit, hélas, ne disposait d’aucune arme pour se défendre contre des flagellations mentales. Était-ce là le point faible d’une majorité quasi absolue des shinobi de Yuukan ?

Restons sur nos gardes. Il se peut que nous...

Un flash lumineux alerta la vue périphérique de Sesshū. Il se retourna soudain ; et aperçut une silhouette vers l’orée des bois, la main dressée haut dans les airs pour signaler sa présence. En plissant les yeux, l’enfant de l’os reconnu un morceau de métal poli dans l’autre main de l’embusqué, semblable à un miroir, qu’il avait sans doute utilisé pour attirer l’attention des agents de la Brume.

Ce pourrait être un piège.

Le Kaguya adressa une œillade à sa partenaire, à l’affût.

Mais nous n’avons pas le luxe d’éviter le danger.

Les sens en alerte, son troisième œil ouvert, l’enfant de l’os s’apprêta à se diriger vers l’invité mystère ; mais celui-ci lui coupa subitement l’herbe sous le pied en réduisant la distance qui les séparait tous les trois. À mesure que l’homme progressait vers la plage, l’augure put l’examiner en détails, jusqu’à deviner qu’il s’agissait certainement d’un villageois survivant ayant fui Gamagōri  aux prémices de la catastrophe. Ou peut-être un simple pêcheur partit en mer quelques semaines auparavant ? Quelque fut le scénario, l’homme avait l’air d’en savoir plus que les envoyés de Kiri.

— Vous avez été envoyés pour arranger les choses, pas vrai ? Dites-moi que vous êtes là pour ça…
Je me nomme Kaguya Sesshū. Chûnin de la Brume. Nous sommes sincèrement désolés d’avoir été mobilisé si tard. Le Palais de la Brume a sous-estimé le mal ayant pris pour cibler votre village.
— Au moins, vous êtes arrivés…
Que pouvez-vous nous dire sur ces meurtres ?
— Je n’en sais trop rien… C’est la nuit, que ça se passe. Des gens se lèvent, et marchent vers l’eau… pour se noyer... Du moins, c’est ce qu’on a conclu après les premières disparitions.

L’enfant de l’os croisa les bras, les yeux greffés aux lèvres de son interlocuteur. L’homme lui sembla honnête – et profondément choqué. En somme, rien de ce qu’il avouait ne semblait être souillé par un quelconque mensonge, ou ruse visant à tromper le binôme. Son jeu d’acteur avait-il réussi à charmer la crédulité de Sesshū ?

— Vous savez, on a essayé de lutter sans vous. On a organisé des patrouilles nocturnes, pour voir ce qu’il se passait. Mais il était déjà trop tard. Ils étaient pas assez nombreux. Je les ai vus, les miliciens, se mettre sur le chemin de mes cousins pour les empêcher d’atteindre l’eau. Cheveux-d’ange a même essayé de trancher le tendon de Paillette pour l’immobiliser sur place, vous savez. Mais… Même ça… ça n’a pas marché. Et puis…

Le regard du villageois se posa lourdement sur les cadavres détrempés.

— On ne savait plus quoi faire… Mais le sommeil, lui, revenait toujours...

_________________

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Date Junko
Date Junko

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Lun 29 Juil 2019 - 22:11

L'homme qui s'était approché vers eux était bien singulier. Junko l'observa attentivement, pendant qu'il leur racontait le récit des malheurs des villageois. Il avait toutes les caractéristiques d'un survivant. Une barbe négligée, qui commençait à se faire broussailleuse, et qui encadrait une face crasseuse, creusée de rides par l'angoisse et percée de poches sous les yeux. Il était mince, pour ne pas dire maigre. Ses cheveux étaient tout aussi négligés que sa barbe. Sales, ils pendaient sur ses épaules en mèches collantes, rendues poisseuses par le sel des embruns. Depuis combien de temps vivait-il isolé sur les côtes, sans plus oser s'approcher du village ? L'état de ses vêtements, des guenilles, semblait indiquer qu'il n'avait pas eu l'occasion de se changer depuis longtemps ...

Et ses propres n'étaient pas moins intrigants. Junko les écouta et les enregistra consciencieusement, tout en le jaugeant du regard. Un point particulièrement la marqua: il avait dit que, même les tendons sectionnés, les villageois continuaient de se diriger vers la mer pour s'y tuer. C'était la preuve, s'il en était encore besoin, que ce n'était pas de raison qu'ils avaient commis leur propre meurtre, mais surtout qu'ils étaient dans une sorte de transe au moment de la mort. De quoi il s'agissait exactement, elle n'aurait su le dire. Elle n'était pas experte dans toutes les méthodes de manipulation qui existaient dans le Yuukan, n'ayant elle-même jamais eu affaire à ce genre de technique. Peut être Sesshû était-il plus éclairé sur ce sujet.

Junko se tourna vers son partenaire. A en croire l'expression de son visage, il n'était pas plus à l'aise qu'elle dans cette histoire. Ils nageaient tous deux dans un flou artistique de premier ordre. Pourtant, Junko avait bon espoir que, à la lumière des premiers indices révélés par ce rescapé, ils puissent commencer à progresser dans leur investigation.

"Qu'est-ce que tu en dis ? Si même des blessures physiques n'ont pas réussi à les arrêter, on peut sans doute exclure l'hypothèse d'un Genjutsu, non ? Je ne sais pas comment ça marche exactement, mais la cible sort généralement de l'hypnose quand elle subit un trop gros choc physique, n'est-ce pas ?"

Une fois de plus, elle révélait les manquements de son entraînement pour le moins peu académique, et surtout très peu théorique. Toujours est-il que, s'ils pouvaient peut être écarter l'hypothèse d'un Genjutsu, ils n'en étaient pas plus avancés pour trouver de quel arme on s'était réellement servi contre les habitants de ce village. Junko y voyait flou, très flou, dans toute cette histoire, et elle avait besoin de résumer tout ce qu'ils avaient appris jusque-là.

"Voyons ce que nous savons pour l'instant. Tous les habitants de ce village - à votre exception, monsieur - se sont noyés. Ils semblent l'avoir fait d'eux-mêmes, en se précipitant eux-mêmes à l'eau, la nuit, au moment du sommeil, et sans qu'on puisse les arrêter, même par des blessures physiques. C'est comme s'ils étaient changés en morts-vivants pendant qu'ils dormaient. Comme si on endormait leur conscience pour piloter leur cerveau pendant qu'ils dorment. Des sortes de somnambules téléguidés."

Le bilan était fait, pourtant elle n'avait pas l'impression de comprendre véritablement de quoi il retournait, ni comment une telle chose était possible. Contrôler les gens dans leur sommeil, c'était vraiment possible, ça ? Et si jamais c'était le cas, qui serait susceptible d'y parvenir ?

Junko se tourna vers le rescapé, et fixa son regard d'or sur lui. Il était leur seule façon d'obtenir plus d'informations, et il semblait être une source sûre. En tout cas, ils n'avaient pour l'instant pas le luxe de pouvoir douter de lui.

"Vous n'auriez pas croisé des personnes étrangères au village ces derniers temps ? Des inconnus, voyageurs ou autres ?"


_________________
Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Kaguya Sesshū
Kaguya SesshūEn ligne

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Mar 30 Juil 2019 - 18:14
ost : Kingsmouth Ahead

Plus la lumière se concentrait sur les mystères de cette enquête, plus leurs ombres s’épaississaient. Après la théorie des manipulateurs d’esprits, tels les membres du clan Yamanaka, Date Junko rajoutait l’art du Genjutsu sur la table des suspects. Une menace dangereuse et indicible capable d’abattre quiconque sans la moindre blessure – et, dans le cas de cette série d’incidents, capable de noyer ses cibles à portée d’illusion. Pourtant, une question se posait toujours dans l’esprit de l’enfant de l’os. Pourquoi un tel prédateur aurait débarqué dans le village de Gamagōri pour l’en priver de tous ses hôtes ? Lorsque la partenaire du Kaguya amorça la question d’étrangers venu au village, l’augure dodelina de la tête ; c’était l’angle d’attaque parfait à adopter.

— Vous savez, il y a toujours des étrangers qui passent par notre village. Des marchands… des pêcheurs… des gars qui ont l’aventure dans le sang et pas assez de pièces dans leurs bourses… Je ne saurais vous dire s’il y en avait plus, ou moins, qu’à l’accoutumée. Personne n’a rien remarqué. Tout était… normal. Si c’est bel et bien un homme qu’est dernière tout ça, je peux vous assurer qu’il cache bien ses arrières.
Vous pensez à un mal étranger à l’homme ?
— Il y a un tas de légendes qui se racontent par ici…
Des légendes suffisamment crédibles pour vous en inquiéter ?
— Personne n’a été tout au fond de l’eau pour les infirmer...

Tout en écoutant la réponse du survivant, Sesshū s’était de nouveau agenouillé devant une dépouille pour fixer son visage inerte. Une idée lumineuse venait de traverser le cosmos de son esprit pour le guider sur une nouvelle piste.

Certaines herbes peuvent contraindre l’esprit humain.

L’augure redirigea son attention vers la maîtresse des poisons, relevant ainsi son menton.

Aucune trace sur l’épiderme de la victime. Mais peut-être les experts de l’Hôpital Kaguya sont-ils à même de déceler des traces d’un tel subterfuge dans l’organisme de ces victimes ? Nous pourrions leur envoyer un courrier. Notre ami, ci-présent, pourrait transmettre notre colis au village si jamais nous ne trouvons rien de concluant.

Mais pour cela, il fallait devoir prélever des parties de corps depuis le cadavre de la femme boursouflée. Sans le moindre mudrā, les phalanges distales de l’augure s’effilèrent pour l’armer d’excroissances osseuses fine et acérée, à la pointe quasi chirurgicale.

— Vous comptez faire quoi à cette pauvre Atsuko ?
Voulez-vous prononcer les derniers sacrements ?
— Je…

Le pêcheur resta en retrait, la mine et le regard bas. Si ses convictions lui hurlaient d’empêcher les shinobi de souiller la dépouille de sa consœur, sa quête de vengeance, elle, l’invitait à participer. Perdu entre ces deux extrêmes, il resta figé comme un roc, meurtri, mais définitivement impatient que cette torture s’achève.

Si, bien sûr, Date Junko tolérait l’exercice.

Je fouillerai les parages à la recherche d’une source de chakra. Si notre mystérieux hypnotiseur a fait l’erreur de rester sur son terrain de chasse, je le dénicherais. Sinon...

L'augure laissa malgré lui un blanc à la fin de sa phrase, à la recherche d'un plan de secours pour retomber sur ses pattes. Hélas, une seule hypothèse lui vint en tête – et celle-ci lui paraissait déjà ridicule.

Nous pourrions toujours essayer de nager vers les tréfonds, dit-il tout sourire.

_________________

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Date Junko
Date Junko

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Mar 30 Juil 2019 - 22:07

Ils commençaient enfin à y voir un peu plus clair. Junko respirait à nouveau. Sesshû reprenait les commandes, et elle n'était pas contre. Elle le vit s'affairer auprès d'un des corps. Elle n'avait rien contre ce genre de pratique. Un cadavre n'était rien de plus qu'un monceau de chairs en putréfaction, de la viande. Elle ne croyait en aucune divinité, et en aucun concept d'âme. Un être vivant était simplement, pour elle, un heureux hasard de l'univers. Une fois la vie partie, il ne restait plus qu'à se débarrasser du corps, comme elle l'avait vu faire tant de fois dans les arènes clandestines d'Asosan. Et on se remettait vite de la mort des autres. C'était la sienne seule qu'il fallait craindre.

En revanche, leur miraculeux informateur ne semblait pas aussi à l'aise qu'elle avec les découpages du Kaguya. On ne s'avancerait pas en disant même qu'ils le troublaient. Or, Junko avait besoin de lui au maximum de ses capacités et de sa bonne volonté. Il était leur seule source d'informations, et il fallait qu'il soit efficace, et surtout qu'il ait confiance en eux. Elle se mit entre lui et Sesshû, et fixa son regard d'or dans le sien. Quelque chose l'avait interpellée dans ce qu'il avait raconté, et elle voulait clarifier ce point.

"Vous avez parlé de légendes, tout à l'heure. Ca m'intéresse, je veux que vous m'en disiez plus."

Son ton était résolument ferme. Elle voulait détourner l'attention de l'homme des opérations que pratiquait Sesshû. Elle y parvint, à peu près. L'homme resta troublé, un instant, essayant d'apercevoir derrière la carrure de la jeune femme quel genre de pratique chirurgicale se déroulait. Mais finalement, devant l'insistance de la junoïchi, il se délia la langue:

"Ce ne sont que des mythes de marins ... Ils ont toujours existé, sans qu'on ait jamais eu de problèmes de ce genre. Il n'y a pas de raison pour que des contes de bonnes femmes se révèlent fondés aujourd'hui.

-Peu importe, je veux savoir. Est-ce qu'il y a une de ces légendes qui pourrait ressembler à cette affaire ? Pour ce qu'on sait, quelqu'un pourrait très bien essayer de faire passer ses forfaits pour la manifestation d'une force surnaturelle, ou je ne sais quoi. Alors, autant en savoir le plus possible à ce sujet."

L'homme réfléchit. Visiblement, il se creusait la cervelle pour remettre la main sur un des éléments de son folklore natal qui pourrait, de près ou de loin, s'apparenter aux morts pour le moins singulières avec lesquelles ils devaient se dépatouiller.

"Il y en a bien une, mais ...

-Allez-y.

-Bon ... C'est un mythe qui circule parmi les marins d'ici. Une sorte d'histoire pour faire peur aux bleus. C'est vraiment plus une blague qu'autre chose ... On raconte que parfois, la nuit, quand la mer est trop calme, une musique s'élève dans l'air. Un chant, qui vient des profondeurs de l'eau. Et les malheureux qui entendent ce chant sont envoûtés, et se précipitent dans l'eau pour aller trouver la source de la mélodie. On dit que ce sont des monstres vivant dans les profondeurs de la mer qui font remonter à la surface leur musique pour charmer les humains ..."

Il s'interrompit un moment, visiblement gêné. Il ne semblait pas croire à son histoire. C'était à ses yeux une simple historiette, bonne à dormir debout, rien de plus. Pourtant, aux yeux de Junko, elle présentait bien trop de similarités avec leur affaire pour que ce soit complètement anodin. Quelqu'un avait pu chercher à utiliser ce mythe pour cacher son vrai crime. Devaient-ils pour autant aller chercher dans les abysses leur coupable ?

"Vous ne pensez pas sérieusement que des monstres légendaires pourraient avoir causé ça ?

-Non, bien sûr. Mais parfois, les monstres sont bien plus humains qu'il n'y paraît ..."


_________________
Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Kaguya Sesshū
Kaguya SesshūEn ligne

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Mer 31 Juil 2019 - 12:24
ost : Kingsmouth Ahead

Les deux agents de la Brume semblaient se compléter dans leurs talents respectifs. Tandis que l’augure s’affairait à récolter de précieux échantillons sur le corps inerte du macchabée devant lui, Date Junko essayait d’en apprendre davantage sur le folklore de la région. Bien qu’il demeurait concentré sur son travail d’orfèvre, Sesshū écouta d’une oreille les échanges entre ses deux compagnons, confirmant ainsi ses anciens souvenirs à propos des légendes urbaines côtières.

Le pêcheur survivant, en proie à la peur et à la superstition, délivra ainsi une théorie atypique : le chant nocturne d’une sirène qui, de son effroyable mysticisme, conduisait tous ceux l’entendant dans les froides profondeurs de l’océan. Pourtant, aucune fable n’avait encore été confirmé depuis les premières archives du village de Kiri – et le clan Kaguya lui-même n’avait semble-t-il jamais croisé de tel cas surnaturel. Du moins, Sesshū n’en avait jamais entendu parlé, sinon autour d’un feu de camp, de la bouche de ses frères et sœurs, pour essayer de vibrer de peur le temps d’une histoire à dormir debout.

Sa chirurgie enfin achevée, l’enfant de l’os se releva. Dans sa main, un os – et à l’intérieur de celui-ci, du sang et des cellules contenu dans cette simili fiole hermétique. Un tour de passe-passe né de la sur-polyvalence du kekkei genkai du clan Kaguya.

Avez-vous entendu le moindre chant, ces dernières nuits ?
— Non… Ni de son de flûte, si c’est votre prochaine question.
Aussi, une telle créature, si créature il y a, ne s’amuserait pas à charmer ses voisins terrestres pour le simple frisson de la chasse. Leurs corps ont été épargnés. Aucune paire d’yeux, ni de cœur, n’ont été arrachés à leurs propriétaires.
— Est-ce que c’est censé me rassurer ?
Cela ne peut être une bête rôdant sous les eaux. Mais rien n’infirme la théorie de l’être humain s’inspirant de cette légende pour couvrir ses bas desseins.

Les bras croisés, le regard porté vers les vagues timides se brisant contre le sable du rivage, l’enfant de l’os réfléchit. Ce début d’enquête avait démarré sur les chapeaux de roue pour finir encastrée dans un mur. Maintenant, il fallait s’en dépêtrer.

Quel est le village le plus proche de ce rivage ? Désolé, je n’ai pas retenu votre nom.
— Appelez-moi Kôshido, monsieur. Et Chūō est l’endroit qui devrait vous intéresser…
Que ce soit un envahisseur étranger ou une créature abyssale dont le vœu est d’assassiner les pêcheurs empiétant sur son terrain de chasse, le village voisin ne devrait pas être épargné. Nous nous ferons passer pour des voyageurs et attendrons la nuit.

L’augure s’assit en tailleur et extirpa un matériel d’écriture d’une des amples poches de sa tenue. D’une fine maîtrise de son ostéogenèse, il improvisa un support sur lequel poser son parchemin déroulé, et vint dès lors écrire de brèves lignes pour expliquer l’affaire, et surtout, la prochaine présence du pêcheur survivant devant les portes de Kiri. Une fois ce maigre contre-temps réglé, il offrit le tout à l’endeuillé, se relevant à sa hauteur pour ne pas l’obliger à se rompre le dos.

Kôshido, après toutes ces réponses gracieusement données, je vais toutefois devoir vous demander une nouvelle faveur. Prenez ceci, et emmenez-les au village caché par la Brume. Empruntez les routes principales. Ce document suffira à expliquer votre présence.
— D’accord, monsieur, je vais le faire.
Ça ne vous prendra que quelques heures. Demandez à un marchand de vous y accompagner. Mais n’oubliez pas : ce courrier est important.
— Vous pouvez me faire confiance !

Une étincelle s’alluma dans l’œil du pêcheur. Après avoir enchaîné les pires malheurs en l’espace de quelques lunes, l’opportunité de relever la tête lui faisait de l’œil. À quelle hauteur allait-il être récompensé pour cette abnégation sans faille ?

Enfilant les tubes d’os et le parchemin enroulé dans sa besace rapiécée, Kôshido saisit sa main vers l’augure pour lui serrer la sienne, et offrit la même attention à la jeune femme l’ayant aidé, alors qu’un cadavre se faisait déchiqueté deux pas à côté de lui. Puis, un sourire aux lèvres, il se retira ; et rejoignit les terres de Mizu pour fouler un semblant de route ayant été dessiné au gré des marches.

Les deux agents de la Brume étaient de nouveau seuls. Et cela ravissait l’enfant de l’os.

Nous irons dans la direction opposée de Chūō. Il existe un autre hameau, non loin. Qu’importe la sympathie de Kôshido, nous ne pouvons l’évincer de tout soupçon. Il est le seul survivant, après tout. Il pourrait cacher son jeu. De son gré… ou non.

Le maître du Shikotsumyaku n’écartait pas la possibilité que le pêcheur ne pouvait être qu’un pantin, d’une entité aussi fourbe qu’elle ne le montrait jusqu’alors. Si, bien sûr, ce pêcheur était coupable. Hélas, Kaguya Sesshū ne pouvait se permettre d’abandonner des pistes vu la rareté de ces dernières. Il devait accumuler davantage d’indices.

Je te laisse nous choisir une bonne couverture pour tout à l’heure ?

_________________

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Date Junko
Date Junko

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Mer 31 Juil 2019 - 19:28

Tout comme son collège Kaguya, Junko avait serré la main du pêcheur avant de le laisser partir. Elle le regarda s'éloigner sur la plage, puis rejoindre les sentiers jusqu'à ce que sa silhouette disparaisse complètement derrière un gros rocher. Elle était du même avis que Sesshû. On ne pouvait, en toute bonne conscience, l'écarter de tout soupçon. Elle était même plutôt encline à agir avec la plus grande prudence à son égard. Pour ce qu'ils en savaient, il pouvait être lui-même responsable de tous ces meurtres. Elle était sceptique. Etait-ce une bonne idée de confier des preuves potentielles à un homme qui s'avérait être un suspect dans leur affaire ? Mais Sesshû devait savoir ce qu'il faisait. Elle n'osa pas le contredire dans son jugement. Ils auraient de toute façon suffisamment à faire de leur côté pour mettre au clair ces événements.

"Une couverture ? Ah, oui ..."

Elle avait été tirée de ses pensées par la requête du Kaguya. Il leur faudrait s'infiltrer dans un des villages voisins. Avec un peu de chance, ils pourraient voir de leurs propres yeux l'étrange phénomène. Junko était prise d'une sorte de curiosité un peu malsaine. Elle connaissait les enjeux, bien sûr, mais ne pouvait s'empêcher d'avoir ... hâte d'être témoin de la funeste procession. Pour ce qui est de leur trouver une couverture, l'exercice ne serait pas bien compliqué ...

Le soir tombait. Le soleil n'était pas encore tout à fait couché, et il baignait l'horizon d'une lueur pourpre. La cime du ciel, elle, était déjà d'un bleu profond. Le rivage était parcouru d'une brise fraîche et légère. Mais pas un chant d'oiseau, pas un murmure pour égayer cette scène pourtant si bucolique. Comme si quelque chose se tramait déjà, alors que le monde ne dormait pas encore. Quelque chose de sombre, qui faisait taire jusqu'à la nature elle-même.

Junko et Sesshû s'approchaient d'une petite bourgade. Elle n'était pas si différente de celle qu'ils avaient visitée plus tôt dans la journée. Seulement, celle-ci était encore peuplée. Junko ne s'était évidemment pas attendue à retrouver dans les modestes ruelles du village le grouillement de Kiri auquel elle s'était accoutumée, mais elle fut tout de même surprise de la rareté des passants. Ils n'étaient pas nombreux ceux qui s'aventuraient au dehors, et ils marchaient tous d'un air hagard. Un instant, la jeune femme crut qu'ils étaient déjà sous le coup du mal qui avait ravagé le village voisin, mais elle se détrompa en en voyant quelques-uns rentrer chez eux. Pourtant, il y avait quelque chose d'étrange dans leur comportement ...

Elle héla une jeune femme qui passait à sa portée:

"Hep ! Mademoiselle !"

La demoiselle en question ne réagit pas immédiatement, et quand elle leva les yeux vers Junko, cette dernière put constater que son interlocutrice avait le regard particulièrement fatiguée. Elle sourit légèrement, néanmoins, et répondit d'une voix faible:

"Qu'est-ce que j'peux faire pour vous deux, mam'zelle ?

-Vous avez une auberge dans votre patelin ? Ou un endroit où mon compagnon et moi pourrions loger. Nous sommes des voyageurs, et nous nous sommes u peu attardés sur le chemin ... On pensait pouvoir rejoindre Kiri aujourd'hui, mais on a été pris de court par la tombée de la nuit.

-J'comprends bien, z'êtes pas les premiers comme ça. On a pas d'auberge, mais v'nez donc crécher chez moi. J'habite seule et j'ai de la place."

Junko la remercia d'un sourire et, tandis que leur jeune hôtesse prenait la tête de leur cortège improvisé, elle jeta un regard à Sesshû. Ils suivirent leur logeuse jusqu'à une petite maisonnette à l'air pour le moins modeste. Les murs étaient de pierre grossièrement taillée, et le toit de chaume. Mais la bicoque avait l'air solide. Junko remarqua que tous les volets étaient déjà fermés.

Lorsqu'ils entrèrent, leur hôtesse avait déjà allumé quelques bougies, qui répandaient une lumière chaude dans la pièce unique. Le mobilier était sommaire. Une table, sur laquelle étaient disposés une cruche, quatre bols de bois et une miche de pain à moitié entamée. Un établi nu, une malle soigneusement verrouillée et un lit de paille contre un mur. Au centre de la pièce, un espace nu. Et à côté de la table, une cheminée, qui crépitait déjà de joie, réchauffant une marmite de laquelle s'échappait un fumet qui sentait bon la bonne cuisine. C'était très modeste, mais propret.

Dès qu'ils furent rentrés, leur hôtesse referma la porte derrière eux, et la verrouilla avec soin. Junko se tourna vers elle, et afficha un sourire qui, quoique feint, était cependant convaincant. Elle avait l'habitude de feindre. C'était comme ça qu'elle s'était attiré les regards de tant d'hommes.

"Comment vous appelez-vous ?

-Mariko. Je suis fille de pêcheur, comme tous les enfants d'ici. Mes parents sont morts depuis longtemps, mais j'ai hérité de la maison. Vous d'vriez être à l'aise. Et vous, vous v'nez d'où ?

-Oh, d'un peu partout et de nulle part à la fois. On est des voyageurs, on erre par-ci par-là. On s'est connus au berceau, et depuis, on ne se lâche pas. On découvre le monde, quoi."

Junko appuya son histoire d'un nouveau sourire. Elle avait pris le soin, évidemment, de retirer son bandeau de kunoïchi avant d'entrer dans le village. L'accessoire reposait maintenant tout au fond de sa poche.

Ils passèrent une soirée pour le moins agréable. Mariko, même si elle avait l'air passablement épuisée, se révéla énergique pour faire marcher son ménage, même en présence d'invités. Elle leur servit sa meilleure soupe, que Junko trouva étonnamment savoureuse, et les entretint de sa propre histoire. Elle ne sortait pas du lot, mais était sympathique. Ils auraient pu tomber sur bien pire. Ils mangèrent, burent et bavardèrent à satiété. Puis vint le moment de dormir.

Mariko leur avait sorti de sa malle deux futons miteux qu'elle déroula sur le sol de terre battue de son logis. Elle leur souhaita rapidement la bonne nuit, et souffla les bougies. Junko resta allongée sur son matelas, sans dormir. L'obscurité était quasi-totale. Seuls quelques minuscules rais de lumière filtraient à travers les fissures des épais volets, et sous la porte. A côté d'elle, elle savait que Sesshû ne dormait pas non plus. Tous les deux attendaient, et guettaient attentivement.


_________________
Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Kaguya Sesshū
Kaguya SesshūEn ligne

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Mer 31 Juil 2019 - 23:56
ost : investigation

Au beau milieu d’un épisode mêlant myriade de cadavres et mysticisme, l’enfant de l’os profitait de cet interlude chaleureux au fin fond de la campagne de Mizu. Son hôte, si elle ne croulait pas sous le confort, brillait toutefois de par son amabilité, inhérente à la vie des autochtones de l’archipel. Moins on possède, plus on a le cœur sur la main ; et cette fois-ci encore, l’adage se confirmait.

Les heures passèrent, et l’augure s’habitua à sa nouvelle couverture de voyageur au point d’en oublier sa mission. La mystérieuse entité ayant purgé le village de Gamagōri n’était plus qu’un fantôme du passé. Tout ce qui importait Sesshū, à ce moment précis, était de profiter de son séjour. Car celui-ci était naturel. Aucune fausse note n’avait daigné souillé sa soirée. Malgré l’indigence empreignant la région, la soupe de poissons, autour de laquelle s’était rassemblé les trois Mizujin, fruit d’un travail admirable, avait régalé les papilles du guerrier-né. Le Kaguya s’était même enquis d’aider son hôte lors de sa tâche, et ce malgré sa réticence. Mais cette humble politesse courba très vite l’échine pour laisser le maître du Shikotsumyaku mettre la main à la pâte.

Lorsque Junko embraya sur des factices souvenirs d’enfance à propos de leur binôme, Sesshū s’amusa à rebondir là-dessus, se vantant d’avoir survécu à la présence de la jeune femme pendant toutes ces années. Bien qu’il n’avait jamais rencontré la Genin avant ce jour-là, l’augure éprouvait une véritable affection pour sa camarade, digne des liens que tissaient les amis d’enfance au gré de quatre cents coups. Mais peut-être l’atmosphère rustique de ce hameau perdu exacerbait ce sentiment humain et naturel.

Au moins de se coucher, l’enfant de l’os avait le sourire aux lèvres. Se libérant de ses atours de voyage pour aérer son épiderme durant la nuit, il s’installa confortablement dans sa couche. Le cœur et le corps allégés par cette agréable rencontre, il ferma lourdement les yeux, prêt à rejoindre la dimension onirique après une longue journée de marche…

... mais garda toutefois son troisième œil ouvert pour sonder le village à la recherche de leur assassin mystère. La sensorialité, bien que trop peu exploitée par l’armée de la Brume, était une arme indispensable pour tout shinobi sur le terrain. Sesshū pouvait se vanter d’avoir reçu les enseignements de feu son maître, Kaguya Hiroko, d’où sa fine maîtrise du chakra lorsqu’il s’agissait de le ressentir. Une fois encore, l’augure allait démontré l’utilité de ce talent, fruit d’un entraînement long de plusieurs années.

Se calquant sur sa lente respiration, et sur celle de sa partenaire à ses côtés, l’enfant de l’os offrit son corps aux caresses de la méditations pour affûter ses nombreux sens. Tandis que l’odeur de poisson stagnant dans la pièce se faisait plus présente, le souffle de Mariko outrepassait les bruits nocturnes rôdant au-delà de la bâtisse. Très vite, une myriade de sources de chakra apparurent aux quatre coins du village, éparses ; et l’une d’entre elles contrasta instantanément avec ses consœurs.

En cette heure tardive où toute âme humaine donne les commandes à l’imaginaire d’un cerveau en ébullition, la singularité se déplaçait physiquement dans le village. Même si l’augure ne pouvait discerner précisément la signature chakratique de cet intrus, une chose était certaine : un nouveau suspect foulait l’enquête.

Quelqu’un rôde autour du puits, susurra l’enfant de l’os.

D’une discrétion admirable, facilitée par la torpeur de la femme au cœur d’argent, Sesshū remit la main sur ses affaires, et enfila sa tunique pour pallier la froideur de la nuit. Les deux agents de la Brume devaient agir vite, et en silence. Sous peine de faire fuir leur proie tombée dans le piège. Hélas, lorsqu’ils ouvrirent la porte pour rejoindre la route, la silhouette au loin prit aussitôt ses jambes à son cou. La traque venait de commencer.

_________________

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Date Junko
Date Junko

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Jeu 1 Aoû 2019 - 10:18

Les compétences du Kaguya en matière de sensorialité - que Junko découvrait - se révèleraient sans doute particulièrement utiles, car déjà la poursuite de leur criminel s'annonçait difficile. Dès qu'ils avaient mis le pied hors de la maisonnette de Mariko, une ombre avait filé, depuis le puits, pour s'enfoncer dans l'obscurité. Quoi de plus suspect ? A coup sûr, il s'agissait là d'une personne impliquée dans quelque chose de louche, et il y avait fort à parier que cette chose en question était justement l'affaire qui les intéressait. Pas de temps à perdre en tergiversions, donc. Il fallait agir, maintenant.

Junko s'élança avec toute la rapidité d'un chat. En quelques secondes, elle fut au niveau du puits. Jetant son regard ça et là, elle finit par discerner une silhouette s'échappant dans l'angle d'une bicoque. Elle bondit dans cette direction. Elle n'avait pas pu en voir grand chose, mais il semblait que c'était le corps d'un homme, de taille moyenne. La clarté de la lune était trop faible pour que, à une telle distance, elle ait pu apercevoir quoi que ce soit de plus que des contours grossiers. Elle arriva à l'angle de la bicoque, et vit la silhouette poursuivre sa course vers le lointain, à l'écart du village.

Il ne fallait surtout pas la laisser s'enfuir. Sinon, ils risquaient d'effrayer leur potentiel coupable et de compromettre toute chance de le prendre à nouveau sur le fait. Junko poursuivit sa course. Elle était plus rapide que sa proie, et gagnait peu à peu du terrain. Mais, à l'horizon se profilait la masse sombre et épaisse d'une forêt. Un maquis de troncs et de feuillages suffisamment denses pour que quiconque puisse espérer s'y cacher sans être retrouvé facilement.

Junko s'arrêta alors. Posant un genou à terre, elle composa une série de mudras rapides. Une vingtaine de mètres la séparaient de sa cible. Ignorant sa respiration haletante et les bondissements de son coeur, elle se concentra. Ses signes effectués, elle pointa l'index de sa main gauche vers le fuyard, ferma l'oeil droit. Elle était comme un tireur prêt à faire son office. Son doigt était son fusil. Elle expira longuement. Et fit feu.

Une goute unique d'un liquide violacé s'échappa du bout de son doigt et fila avec la vitesse d'un carreau jusqu'à sa cible. Elle fit mouche, de toute évidence, car on entendit un cri bref se perdre en écho dans l'air, et la silhouette s'affaissa, juste à l'orée de la forêt. Junko eut un sourire. Elle se tourna vers Sesshû:

"Un poison anesthésique. Léger, mais efficace. On ferait mieux d'aller le capturer avant qu'il se réveille et nous file entre les doigts. Et puis, il faudra aussi voir ce qu'il a fait à ce puits ..."

L'adrénaline semblait avoir boosté les capacités de Junko. Elle aimait cette sensation. Celle de l'action, du péril, du combat. Elle se sentait à l'aise dans ce milieu familier. Elle se releva, son souffle reprenant son rythme normal, et, accompagnée de Sesshû, avança en direction du corps inanimé. Ils allaient peut être pouvoir découvrir l'identité de leur criminel ...


_________________
Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Kaguya Sesshū
Kaguya SesshūEn ligne

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Dim 4 Aoû 2019 - 10:58
ost : mystery

La maîtresse du poison avait agi en un temps record. Derrière son fin minois se terrait une experte implacable de son art, qui d'une unique – mais efficace – démonstration, avait convaincu l’enfant de l’os de son potentiel de kunoichi. Percuté de plein fouet par l'assaut de Junko, leur cible avait chu au sol, près des premiers arbres de la forêt, pour ne plus jamais se relever. Tels des chasseurs ayant saigné une biche pendant des heures, les deux agents de la Brume rejoignirent le corps de l'individu mystère. Sesshū, dans une volonté de mettre un visage sur les innombrables meurtres ayant pris place dans cette région reculée, s'agenouilla auprès de leur suspect afin de mémoriser les traits de son faciès – mais aussi la signature chakratique l'ayant trahi au beau milieu de la nuit.


Pourtant, il n'avait jamais croisé cet homme. Au grand dam de l’augure – car l'enquête aurait été bien plus simple – cette silhouette traînant autour du puits n'était pas le pêcheur survivant de tantôt, Kôshido. Il ne lui ressemblait même pas.

Je te laisse le fouiller, et vérifier le dessous de ses ongles. Ça aide souvent à connaître la fortune d'un quidam. Les travailleurs de la terre se fichent de la manucure.

L'enfant de l'os se releva, et jeta un œil en direction du puits. Si le suspect – ou le coupable ? – trainait dans les parages, il devait certainement vouloir y commettre une fourberie. Peut-être avait-il jeté la fiole contenant une éventuelle drogue dans un buisson avant de prendre ses jambes à son cou. Le principe d'effacer les traces pour éviter tout soupçon ; le b.a.-ba de tout criminel pour allonger son espérance de vie.

Je vais miser sur un somnifère déversé dans l'eau du puits pour favoriser le contrôle des villageois. Notre hôte n'arrivait pas à cacher sa fatigue, tout à l'heure. Je l'ai surprise à bâiller en préparant la soupe de poisson. Peut-être avons-nous également ingéré une dose de produit, malgré nous. Une dose insignifiante, souligna-t-il avec assurance.

Sesshū troqua un hochement de tête contre un salut, et revint aussitôt sur ses pas pour rejoindre le puits. Malgré l'absence de toute bougie ou lampe à huile – du fait de l'argent que cela consomme – le Kaguya remercia la lune presque pleine d'éclairer les environs. Il ne lui suffit que de quelques secondes pour surprendre l'éclat d'un morceau de verre à même le sol, nimbé d'une légère teinte bleutée. Sans tarder, l'enfant de l'os récupéra le cadavre démembré de la fiole dans une des bourses à sa ceinture, et jeta un œil à l'intérieur du puits pour y déceler quelque chose – en vain. La lumière nocturne refusait de descendre aussi profondément. Curieux, l'augure balança le seau dans l'abysse invisible du puits, et tira sur l'épaisse corde rattachée à la poulie pour le remonter. Il espérait que les talents de sa partenaire pouvaient être également appliqués aux poisons naturels...

_________________

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Date Junko
Date Junko

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Dim 4 Aoû 2019 - 11:32

Junko acquiesça aux remarques de Sesshû. Elle s'était fait les mêmes réflexions que lui au sujet de l'état de leur hôtesse. Son visage tout entier reflétait la fatigue la plus extrême. Elle avait d'abord pensé qu'il pouvait s'agir d'une privation de sommeil volontaire, par crainte de ce qui pouvait arriver lorsque l'on se plonge dans les bras de Morphée, mais à la lumière de ce qu'ils avaient surpris à l'instant, elle changea d'avis pour se rallier à l'hypothèse de son camarade. Il aurait été facile d'empoisonner l'eau du puits, et ainsi tout le village. De ce qu'elle avait pu en voir, Junko n'avait remarqué aucune autre source d'eau potable. Tout le monde buvait au puits, et donc tout le monde était susceptible d'être infecté par un poison que l'on déverserait dedans. Un crime très simple, finalement, mais diablement efficace.

Comme Sesshû s'éloignait, elle s'attela à sa propre tâche. Elle n'avait pas tout à fait compris l'utilité de déterminer la richesse de leur captif, mais elle s'affaira. Avant d'examiner ses ongles, elle tira de sa poche une corde robuste, et entreprit de lier les mains et les pieds de son prisonnier. Une fois l'inconnu saucissonné à la perfection, elle put l'examiner d'un peu plus près. Elle approcha une de ses mains de son regard d'or, rendu pâle par le clair de lune. Aucune trace de terre, d'une quelconque noirceur ou de quoi que ce soit qui puisse suggérer un travail manuel. Au contraire, les ongles étaient taillés avec soin, lisses, et parfaitement réguliers. De même, les doigts étaient fins et sans aucune égratignure, quand ceux des paysans et des artisans avaient tendance à être épais et couverts des traces du labeur. Il y avait donc fort à parier que leur homme n'était pas issu des villages côtiers qu'ils avaient fréquentés jusque-là. Mais alors, d'où ? Et pourquoi attaquer ces endroits ?

Autant de questions auxquelles elle ne pouvait espérer répondre seule, et sans le soutien d'autres indices. Alors, faisant preuve d'une force surprenante pour sa carrure, elle chargea le corps toujours inconscient de son captif sur ses épaules, et retourna en direction du puits. Elle y trouva Sesshû, en plein examen de l'eau, comme elle s'y était attendue. Sans une once de délicatesse et de prévenance, elle se déchargea de son paquet sur le sol.

"Aucune trace de terre ou de quoi que ce soit qui suggérerait un travail manuel. Il a une manucure parfaite, qui ferait pâlir de jalousie certaines femmes de Kiri. Je pense qu'il vient de la ville. Laquelle, ça je ne sais pas, mais il n'est certainement pas du coin, en tout cas. Et l'eau, qu'est-ce que ça donne ?"

Sesshû avait remonté un seau de l'eau du puits. Junko y plongea un doigt qu'elle porta à ses lèvres. A une aussi infime quantité, elle ne risquait sans doute pas l'intoxication. Mais de toute façon, elle ne sentit rien. Simplement le goût de l'eau. Et aucun effet secondaire qui puisse suggérer la présence de toxines.

"Rien. S'il a versé quelque chose là-dedans, il doit falloir en boire une bonne quantité pour que ça soit efficace."

Une idée lui traversa l'esprit, soudain. Une idée dont les manières lui plaisaient particulièrement, mais dont elle n'était pas assurée qu'elles charment tout autant son camarade Kaguya. Elle s'accroupit à côté du corps toujours inconscient, et, le fixant du regard, demanda à Sesshû:

"Si on veut connaître les effets du poison qu'il a utilisé - si c'est vraiment un poison - j'imagine qu'on pourrait offrir à ce charment monsieur un petit verre d'eau, non ?"


_________________
Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Kaguya Sesshū
Kaguya SesshūEn ligne

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Dim 4 Aoû 2019 - 15:26
ost : mystery

D’une simple prise sur le col de l’inconscient, Sesshū le tira jusqu’aux briques du puits pour l’y adosser. L’idée de Junko, à la limite du raisonnable, avait séduit l’augure avant même d’être énoncée. Ce suspect à portée de mains était une providence qu’il fallait exploiter – qu’il fût cobaye de concoctions empoisonnées, ou pêle-mêle de secrets à torturer. Sans tarder, l'enfant de l'os s'agenouilla devant sa proie, et posa une main sur l'épaule de sa malheureuse victime. Des phalanges se hérissèrent d'excroissances osseuses, d'une effroyable finesse, pour pénétrer les différents tissus du sac de viande.

Le cobaye se réveilla dans un sursaut de douleur.

Le Kaguya accola aussitôt sa main libre sur les lèvres du citadin aux ongles limés pour sceller tout hurlement nocturne. Certes, l'enfant de l'os aurait pu choisir une meilleure table d'opération pour charcuter son patient ; mais qu'importe les lieues les séparant du village au puits souillé, le silence de la nuit aurait transporté la douleur de l'empoisonneur aux quatre vents. Il fallait agir au plus tôt pour connaître le contenu de la fiole brisée.

Nous allons discuter, toi et moi.

Le visage du Kaguya s'habilla subitement d'un masque d'os, comme si sa peau s'était arrachée pour laisser voir la véritable nature du guerrier-né : celle d'un démon au sourire carnassier, tiré des anciennes légendes de l'archipel ayant tant effrayé d'autochtones lors des brumes les plus persistantes. Son souffle subit aussitôt un changement de timbre, présage d'une voix tout autant déformée par le visard d'ivoire.

Tu n'es pas le responsable. Quelqu'un te donne les ordres. Donne-nous son nom, et un moyen de l'atteindre, ou souffre de ta loyauté. Nous n'abandonnerons pas.
Hmpf-... hmmmpf- !

Une terreur primitive s'installa dans les yeux du suspect pour le lanciner à jamais. L'homme ne pouvait plus décrocher son regard du fantôme l'enlaçant. Son attention était happée ; comme l'âme qu'il semblait perdre peu à peu lors de cette ultime étreinte.

Sesshū libéra la bouche de sa proie pour détacher la bourse trainant à sa ceinture. Il la tendit à sa partenaire sans quitter l'homme des yeux, prêt à le museler au moindre tic.

Es-tu capable de synthétiser en masse ce poison ? Il le préfèrera à l'eau.
— Je... J-Je ne connais pas son nom... Et je n'ai jamais vu son visage...
Comment entrez-vous en contact ?
— Il m'a... simplement demandé un service... rémunéré, bien sûr... mais... Je ne l'ai pas revu depuis... depuis... (Ses yeux jonglèrent entre l'enfant de l'os et sa compagne.) ... s'il-vous-plaît, je ne suis qu'une lame libre... je ne fais que suivre les ordres...
Comment ?
— L-La rumeur disait qu'il travaillait pour l'Empire du Feu. Mais j-je n'ai aucune preuve, ni rien... Je peux juste vous dire que nous avons quitté le continent il y a trois semaines pour accoster sur l'île d'Uka... et depuis... je fais ce qu'il m'avait demandé... à l'époque...

Soudain, un carreau fusa des ténèbres de la forêt pour menacer la vie du mercenaire.

_________________

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Date Junko
Date Junko

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Dim 4 Aoû 2019 - 15:46

Junko assista à l'interrogatoire avec toute la froideur dont elle était capable. Pourtant, dans son esprit, les observations fusaient. Déjà, elle resta admirative de la méthode pour le moins singulière qu'employait Sesshû. Son masque était proprement terrifiant, et il ne serait sans doute pas arrivé à un résultat différent s'il avait usé de Genjutsu ou de quelque autre tour de ce genre. Sans doute avait-il un peu d'expérience dans le domaine ... Ensuite, Junko ne put s'empêcher de ressentir un certain dégoût pour leur captif. Il ne faisait que suivre les ordres ? Voilà une bien mauvaise excuse. Elle avait été surveillée pendant toute sa jeunesse par des hommes qui ne faisaient que suivre les ordres, et qui l'avaient gardée captive de maîtres avides de sang quand ils auraient pu la laisser libre. Si elle avait été seule, elle aurait sûrement agrémenté l'interrogatoire d'une dose de torture.

Elle ne sut pas si elle avait vraiment senti venir l'assaut ou si elle avait simplement réagi instinctivement en entendant le souffle mortel du carreau qui fusait dans leur direction. Toujours est-il que ses sens de gladiatrice se mirent aussitôt en éveil, lui dictant la meilleure conduite dans une situation dangereuse comme celle-ci. Junko aurait voulu arrêter le projectile, lancé à toute vitesse, mais elle n'était pas assez rapide pour ériger une défense solide. Elle ne pouvait pas non plus espérer arrêter à mains nues le carreau. Et hors de question qu'elle se mette sur sa trajectoire pour sauver la vie d'un misérable furoncle. Tout ce qu'elle pu faire, ce fut de pousser autant qu'elle le pouvait Sesshû, qui risquait de recevoir de plein fouet le carreau s'il restait dans sa trajectoire.

Le fer déchira la chair et broya les os dans un jaillissement de sang et de muscles lacérés. Ils n'eurent même pas à retenir le cri de douleur du mercenaire, frappé en plein abdomen: son râle se changea de lui-même en un gargouillis malsain au fond de sa gorge, et s'évanouit. Junko réagit alors au quart de tour: il fallait avant toute chose prévenir une nouvelle attaque. Elle composa une série de mudras simples et érigea entre eux et la direction d'où venait le carreau un mur de pierre suffisamment robuste pour les garder de toute nouvelle agression. Puis, se jetant auprès du mercenaire agonisant, elle brandit la fiole devant ses yeux:

"CA ! QU'EST-CE QUE C'EST ? PARLE !"

Un bafouillement confus mêlé de gargouillis sinistres s'échappa de la gorge du prisonnier, et ce fut tout ce qu'il dit. Une fois ces derniers sons péniblement éructés, sa tête retomba mollement. Ses yeux étaient révulsés. Son teint était plus pâle que le clair de lune. Il était mort, à n'en pas douter, et ses informations étaient mortes avec lui.

"Merde !"

Junko bondit sur ses pieds, sauta par-dessus la protection de pierre qu'elle avait elle-même érigée, et, volant presque tant ses pas étaient vifs, avala la distance entre le village et la forêt. Mais elle ne trouva personne. Aucune ombre tapie dans la lisière, et pas même une trace visible dans l'obscurité de la nuit. Pas le moindre son de fuite. Simplement le silence terrible des nuits de mort. Leur coupable s'était déjà échappé depuis longtemps. Si Junko n'avait pas essayé d'arracher quelques derniers aveux à leur prisonnier, alors, peut être ...

Elle jura à nouveau et, de rage, frappa du poing un tronc proche, laissant dans l'écorce la marque de son coup et déchirant la peau de ses doigts. Elle s'en fichait pas mal. La douleur lui semblait même salvatrice tant elle était écoeurée par son propre échec. Elle avait le sentiment que, maintenant, c'était comme s'ils repartaient de zéro.


_________________
Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Kaguya Sesshū
Kaguya SesshūEn ligne

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Dim 4 Aoû 2019 - 16:32
ost : hym

Au moment où le carreau siffla assez près du puits pour être repéré par les sens entraînés des shinobi de la Brume, Date Junko eut tout juste le temps de plaquer son partenaire au sol, et ce dernier eut tout juste le temps de couvrir sa peau d'un épiderme osseux protecteur, que la gorge de leur proie devînt une fontaine écarlate. La vérité venait de leur passer entre les doigts. Poussée à bout, la kunoichi abandonna la cachette qu'elle avait érigé afin de se protéger d'un éventuel second tir pour foncer dans les bois, à la recherche de l'embusqué ayant abattu aussi froidement l'empoisonneur. Hélas, elle ne trouva rien – à l’instar de Sesshū l’ayant rejoint, sa sensorialité en exergue. S'il existait une entité rôdant aux alentours, silencieuse et meurtrière, celle-ci dissimulait son chakra pour ne pas se faire repérer par le sixième sens du Chûnin – et l'ouïe du guerrier-né n'était pas assez affûté pour traquer les erreurs imperceptibles d'un assassin immobile.

Pourtant, l'instinct de l'augure lui hurlait la présence d'une menace dissimulée. Ça ne pouvait pas se terminer . Pas comme ça. Le tireur d'élite, aussi compétent pouvait-il être, n'avait pas eu suffisamment de temps pour quitter la forêt, ainsi que le rayon de repérage de la sensorialité de l'enfant de l'os. Il pouvait agir d'un moment à l'autre. Prêt à bondir d'un arbre pour retomber lourdement sur l'un des soldats de la Brume. Ou appuyer sur la gâchette de son arbalète pour transpercer l'autre de part en part.

Reste sur tes gardes. Nous n'avons pas la certitude d'être seuls.

Rien ne garantissait que cette présence était le marionnettiste tirant les ficelles dans l'ombre, non plus. Peut-être n'était-ce qu'un pantin parmi des dizaines.

Sesshū garda son troisième œil ouvert en quête du tireur embusqué. S'il tentait le moindre assaut, l'augure n'aurait aucun mal à repérer sa trace ; et à agir en conséquence pour protéger son groupe et riposter. Mais encore fallait-il que les ombres agissent...

Des secondes s'écoulèrent. Et puis, une minute. Agressant les ténèbres des yeux, le Kaguya se demanda si cette entreprise n'était pas tout simplement vaine. L'assassin de l'assassin avait certainement déguerpi à une vitesse admirable. Les agents de la Brume n'avaient pas réagi assez vite. Cette tournure d'enquête était bel et bien un échec, et ils-...

Un second carreau fusa droit dans la direction de Junko.

Dans l'esprit de l'augure, le tir allait être fatal. Ni le Dokuton, ni le Doton ne pouvaient la protéger d'un assaut aussi véloce. À cette vitesse d'exécution, tout mudrā était prohibé ; mais le maître du Shikotsumyaku s'apprêtait déjà à bondir. D'une vive impulsion de chakra dans les jambes, il se plaça droit devant la silhouette de sa partenaire. Le projectile vint se loger pile entre ses deux yeux, ébranlant la couche d'os de son masque à l'en fracturer.

À trois heures, dans les arbres !

Une ombre contrastait avec les autres ombres. Depuis le sol, Sesshū reconnut la forme d'un long manteau sombre, muni d'une capuche et de poches en cuir diverses. L'éclat du métal renvoya la lumière lunaire pour trahir sa position. Des pointes de carreau.

Et déjà, un nouveau projectile était inséré dans son outil de mort pour tuer.

Les mains tendues vers la silhouette, le Kaguya n'avait qu'un seul souhait en tête : couvrir Date Junko. Alors que ses phalanges distales poussèrent hors de sa peau, des dizaines furent envoyées en salves au travers du bois pour arroser l'arroseur. Pris au dépourvu, le mercenaire amorça malgré lui le tir de son carreau ; celui-ci vint s'enfoncer dans l'écorce d'un arbre en ne touchant aucune autre cible. Et l'homme tomba à la merci de la kunoichi.

_________________

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Date Junko
Date Junko

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Dim 4 Aoû 2019 - 17:18

Junko sentit le souffle de la mort la frôler de près, tandis que Sesshû se dressait devant elle. Avant même qu'elle ait pu comprendre exactement ce qui se produisait, elle entendit un craquement sinistre. Un craquement qui ne pouvait qu'indiquer que la rupture violente d'os ... Elle se serait inquiétée, si elle n'avait pas su que les os en question étaient l'armure de son coéquipier. Et, tandis que cette première protection s'effritait, elle ficha son regard dans la direction que lui indiquait Sesshû. Là, parmi les branchages qui semblaient démultipliés par l'obscurité, elle distingua nettement une silhouette qui clochait dans le paysage. Et elle sut tout de suite qu'il fallait mettre cette personne aux arrêts, le plus vite possible.

L'attaque de Sesshû lui offrit l'ouverture dont elle avait besoin pour agir sans risque d'être abattue. Dès que le carreau manqué se ficha dans l'écorce d'un arbre proche, Junko bondit de derrière Sesshû, droit sur leur assaillant. Celui-ci, décontenancé, n'eut pas le temps d'armer à nouveau son arbalète: déjà, la jeune femme était à sa hauteur. Cette fois, elle n'usa pas de poison pour le mettre à terre. La méthode était trop bienveillante pour un assassin aussi retors, et qui de surcroît avait failli la tuer. Junko préféra lui décocher au niveau de l'estomac un coup de poing d'une force remarquable, qui coupa aussi sec la respiration de l'individu. Sa silhouette enveloppée dans son long manteau tomba de son perchoir.

Mais Junko n'en avait pas fini avec lui. Dans sa chute, elle l'empoigna au niveau de la gorge et le plaqua au sol avec force. Difficile à dire avec certitude dans le clair de lune, mais elle pensait bien avoir fut un filet de sang jaillir des lèvres de l'assassin. Profitant de sa confusion momentanée, elle composa une série de rapides mudras et souffla droit sur l'homme un petit nuage doré. Il s'agita d'abord, un peu, comme pris de spasme, puis se calma, ne lâchant plus que quelques grognements étouffés.

Junko était furieuse, mais cette capture l'avait emplie d'une satisfaction toute animale. Avec son poison gazeux, elle avait paralysé les bras, jambes et torse de son captif. Il ne pouvait plus utiliser que sa tête, et c'était tout ce dont elle avait besoin pour l'interroger.

"Alors comme ça on bute ses petits copains quand ils commencent à parler, hein ? Pas vraiment très sympa ça ..."

Elle sentit que Sesshû se rapprochait. Elle n'allait certainement pas le remercier de lui avoir sauvé la vie. Elle était déjà suffisamment honteuse de s'être retrouvée dans une situation qui réclame qu'on lui porte assistance pour avoir envie de remettre le couvert, merci bien. Elle se montrerait plus reconnaissante en effectuant au mieux son travail.

"Mieux vaut nous entourer d'une solide protection, cette fois. Je préfère ne pas avoir de mauvaise surprise ... Tu t'en charges ?"

Pour sa part, elle avait assez envie de passer à l'interrogatoire, cette fois.

Elle plongea son regard d'or froid dans celui de sa victime. L'homme souriait, ou plutôt, son visage était déformé par une rictus mauvais.

"Qu'est-ce qu'il y a de si drôle ?

-Vous savez vraiment pas à qui vous avez affaire, hein ? Vous êtes vraiment dans la merde."

Junko laissa glisser. S'il cherchait à la faire craquer, elle devrait simplement tout faire pour paraître aussi impassible que possible. Rien de bien sorcier, quand on avait subi l'entraînement des soulards des maisons de plaisirs pendant des semaines.

"Qu'est-ce que c'est ?"

Elle avait à nouveau tiré de sa poche la petite fiole de verre dans laquelle dansait encore un reste de poison.

"Hun ... Une toxine. Un somnifère, ou quelque chose comme ça, j'en sais rien.

-Pourquoi un somnifère ? Pourquoi vouloir endormir tout le village ?

-J'en sais rien, je te dis ! Il nous a juste dit que ça lui serait utile, c'est tout."

Visiblement, ils avaient affaire à une sorte de magnat criminel, quelqu'un ayant sous ses ordres tout un petit bataillon d'hommes. Il n'y avait qu'à prendre les événements de la nuit en exemple: l'un devait empoisonner le puits, et l'autre surveiller le premier. L'homme qui tirait les ficelles était très prudent.

"Qui t'as donné tes ordres ? Qui est à l'origine de tout ça ?"

A nouveau, le visage du prisonnier s'éclaira d'un rictus.

"Si je vous le dis, il va me buter. Enfin, je suis déjà mort, de toute façon.

-Dans ce cas, autant parler, non ?

-Tsssss ... C'est pas comme si je lui voulais du bien à cette enflure, de toute façon."

Junko tiqua sur ces derniers mots, mais ne les releva pas. Elle ne voulait surtout pas interrompre le flux des aveux de leur captif.

"Il vient de Hi no Kuni, c'est tout ce que je sais. Il nous a recrutés en marchandant nos services, et en faisant pression sur nous de différentes façon. Moi, il retient ma femme en otage. Si je parle, il la bute. Mais comme vous m'avez choppé, c'est pareil ...

-Son nom ?

-J'en sais rien. Je sais juste qu'il s'est fait dégager de l'Empire du Feu, ou quelque chose comme ça. Vu ses méthodes, c'est pas très étonnant ...

-Et maintenant, il se cache où ?"

Un dernier rictus fendit le visage du captif en deux.

"Si je te le dis, ma mignonne, vous allez le buter, pas vrai ?

-Pas s'il n'oppose aucune résistance.

-Mais s'il veut combattre ... Vous allez faire quoi ?

-S'il nous y oblige, on le tuera.

-Parfait."

Junko crut entendre comme un craquement venir de la bouche du prisonnier, et elle eut aussitôt un mauvais pressentiment.

"Il se planque dans les grottes, à trois bornes d'ici. Il est seul dans son repaire. Mais il est foutrement dangereux ce fils d-"

L'homme s'interrompit, soudain secoué de spasmes. Une mousse épaisse écumait de ses lèvres, toujours étirées en un sourire terrible. Junko comprit aussitôt: il avait mordu dans une capsule de poison. Son maître était-il à ce point terrifiant que l'on préférait prendre soi-même sa propre vie plutôt que d'avoir à affronter son courroux ?

"B- Butez cet enfoiré !"

Et l'homme s'écroula, dans un râle.


_________________
Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Kaguya Sesshū
Kaguya SesshūEn ligne

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Dim 4 Aoû 2019 - 17:54
ost : velen

Sesshū ne put rien faire lorsque leur otage croqua dans une capsule de poison. Et pourtant, il ne regretta en aucun cas cette action. L’homme leur avait livré une information cruciale dans la résolution de cette enquête parmi les ombres : la tanière du responsable.

Félicitations, Junko. Je suis heureux d'être du bon côté du poison.

Hélas, les agents de la Brume ne pouvaient se permettre de s'échanger des fleurs plus longtemps. S'ils connaissaient maintenant l'endroit où était censé se cacher le chef de cette organisation, rien ne garantissait qu'il allait y rester ad vitam æternam. Suivant les indications du tireur embusqué à la lettre, l'augure zieuta le firmament à la recherche de l'Ourse, et se guida grâce à celle-ci. Plus tôt, il avait repéré l'emplacement de gorges, près du rivage, à l'est du village de Gamagōri. Ce n'était pas une coïncidence : il y avait de fortes chances que la caverne du Hijin corresponde à ce point d'intérêt.

Dépêchons de trouver l'endroit.

À peine le cadavre abandonné, l'enfant de l'os se dirigea vers les gorges. En pleine vitesse de course, il estima à quelques minutes la distance séparant le repaire des bois. Il suffisait d'insuffler du chakra dans leurs jambes pour améliorer leur cadence – une astuce apprise très tôt dans la carrière d’un ninja. Très vite, les horizons défilèrent, et le binôme débarqua à l'endroit indiqué par le suicidé.

Si autrefois un cours d'eau ruisselait en surface, celui-ci avait érodé la terre au fil des siècles, créant un vaste gouffre de plusieurs mètres de hauteur au fond duquel se déversaient des rapides sauvages, et bruyantes. De part et d'autre de ce canyon naturel, des crevasses désignaient l'entrée potentielle de nombreuses cavernes, crées par l'érosion de l'eau, ou les outils de l'homme. Sesshū n'avait jamais entendu parler de cet endroit avant cette journée, mais au vu de la configuration des gorges, il jaugea qu’un fourbe pouvait bel et bien s’y installer pour accomplir ses noirs desseins.

Et en effet, parmi ce dédale de roche se trouvait une signature bien particulière, esseulée, loin de toute civilisation, mais assurément vivante. La proie des Kirijin ne s'attendait pas à recevoir de la visite ; et l'enfant de l'os comptait bien utiliser ce fait à bon escient.

D'un geste militaire de la main, inhérent au village caché par la Brume, l'augure invita sa partenaire à le suivre en contrebas, en silence. Il revêtit une couche de chakra adhésif sur ses pieds et mains pour faciliter sa descente, et escalada la parois abrupte des gorges pour atteindre le niveau inférieur. De là, en silence, l'ombre en guise de manteau, le senseur flaira sa piste à l'aide de son sixième sens et, inévitablement, découvrit l'entrée du labyrinthe. Après s'être assuré que sa partenaire était fin prête, il avança.

Jusqu'à tomber nez à nez sur un fil de fer tendu à l'extrême. Greffé à un dispositif au sol. Lui-même rattaché de nombreux parchemins explosif prêts à l'emploi.

La grotte était piégée.

Et donc, habitée.

_________________

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Date Junko
Date Junko

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Lun 5 Aoû 2019 - 10:38

Junko avait suivi avec diligence Sesshû jusqu'au gouffre où ils devaient, vraisemblablement, trouver leur homme. Sur le chemin, elle n'avait cessé de réfléchir à la stratégie à adopter, une fois sur place. De toute évidence, ils devraient faire face à une sorte de protection. Il aurait été inconscient de penser qu'ils allaient infiltrer un repaire qui ait été laissé à la merci du premier curieux venu. Les pièges en eux-mêmes ne pouvaient pas être anticipés, mais ils pouvaient au moins se tenir sur leurs gardes, et prêts à réagir à toute situation. Les poisons n'étaient pas un problème: Junko pouvait les neutraliser en leur opposant ses propres toxines. Pour les explosifs ou les projectiles, Sesshû avait prouvé qu'il était en mesure d'offrir des défenses rapides et efficaces avec ses os. Mais tout cela était de l'ordre du prévisible ... Compte tenu des méfaits de leur cible, il fallait s'attendre à des pièges bien plus retors.

Junko s'arrêta net devant le fil tendu. C'était comme si on leur indiquait le chemin à suivre. Le silence allait être primordial dans leur attaque, car il serait leur couverture la plus sûre. Aussi ne lança-t-elle à Sesshû qu'un regard entendu pour montrer qu'elle avait bien compris la situation. Elle enjamba soigneusement le fil, qui resta immobile, gardant les explosifs silencieux. Et, ce premier obstacle franchi, le duo put s'enfoncer dans la grotte, au devant de nouveaux pièges.

Cette grotte était un boyau sculpté naturellement dans la roche, et qui s'enfonçait en pente raide dans les profondeurs de la terre. Junko renforça son adhérence au sol en faisant circuler son chakra dans ses pieds, convaincue que leur cible pouvait très bien avoir cherché à tirer profit de la gravité pour faire tomber, littéralement, des intrus éventuels dans un nouveau dispositif. Leur avancée se fit d'abord dans la semi-obscurité, puis dans l'ombre totale. Junko avançait à tâtons, ne se risquant pas à créer de la lumière de peur de révéler leur présence. Pourtant, il lui aurait été facile d'allumer un briquet, ou de faire brûler un morceau de parchemin. La suite prouva qu'elle avait bien fait de se retenir ...

Elle sentit le sol bouger sous son pied alors qu'elle faisait un nouveau pas, et comprit qu'elle avait activé une sorte de dalle mécanique. Aussitôt, son sang se glaça, et elle se prépara à réagir à toute nouvelle attaque. Elle entendit nettement le souffle distinctif d'un gaz qui se disperse dans l'air. Le silence n'était plus de mise, et elle devait prévenir Sesshû, peut être pas aussi familier qu'elle de ce genre d'arme:

"Bloque ta respiration !"

Elle s'exécuta elle-même, sans être certaine qu'elle n'avait pas inhalé un peu de gaz. Elle composa aussitôt une série de mudras très simples, et exhala à son tour une petite quantité de fumée. Si l'endroit avait été éclairé, Sesshû aurait pu voir qu'elle crachait un nuage pourpre, particulièrement dense et opaque. Ses propriétés toxiques étaient très réduites, voire quasiment nulles - c'était à peine s'ils allaient ressentir un léger étourdissement en le traversant - mais il avait le mérite d'être très compact, et donc de chasser tout autre gaz présent dans l'air.

Junko avança jusqu'à ce qu'elle ne sente plus l'odeur de son propre poison. Alors seulement elle toussa, cédant à ses réflexes les plus humains. Sa gorge la brûlait légèrement. Un effet du gaz ennemi, peut être ? Rien de grave pour l'instant, en tout cas. Rien qui vaille la peine d'inquiéter Sesshû. Elle ne pipa mot, et, du bruit de ses pas, indiqua à son camarade qu'ils reprenaient leur marche dans les ténèbres.


_________________
Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Kaguya Sesshū
Kaguya SesshūEn ligne

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko Empty
Mer 21 Aoû 2019 - 20:33
ost : velen

Au vu de l'arsenal que mettait en place leur proie enterrée, des visiteurs inopinés étaient attendus. Il y avait ce fil tendu, relié à un réseau de parchemins explosifs ; et puis cette plaque de pression, submergeant le tunnel dans un épais nuage de poison. Quelle allait être la troisième épreuve contre qui le moral des agents de la Brume allait se briser ?

Hélé par l'ordre de la maîtresse des poisons, Sesshū n'eut pas le temps de réfléchir au sens de la phrase qu'il avait déjà bloqué sa respiration. Alors que les tentacules de cet indicible miasme venimeux serpentaient davantage en direction de ses bouche et narines, l'augure interdisait tout passage vers les parois immaculées de ses bronches. Tout juste le temps de prendre conscience de l'assaut dont il risquait de faire les frais, Junko avait résolu le problème, et outrepassé le danger par son don héréditaire plus que bienvenu.


Hélas, ça n'était que le début d'un long jeu de piste au sein de ce dédale sinueux.

La vue abrutie par l'absence de la moindre particule lumineuse, ce fut l'ouïe des Kirijin qui se trouva aux premières loges du prochain acte. Et pour cause, une voix caverneuse, déformée par les racines creusées dans la roche, daigna communiquer avec ces hôtes venus d'en-haut. Ainsi habillée d’échos, seul un maître de l'Onkyoton aurait pu discerner la vraie voix de ses ombres, comme l'on pourrait différencier un shinobi de ses clones.

— Vous n'évoluez pas en terre conquise. Partez ; ou mourrez en avançant...

L'enfant de l'os s'évertua à ouvrir son troisième œil pour flairer la signature chakratique de leur cible, mais celle-ci ne laissa paraître le moindre signe. Les ténèbres avaient décidé de changer d'allégeance. La traque se jouait maintenant à double sens.

— Vous enfoncez votre pelle au mauvais endroit. Veillez à ne pas déterrer les morts...

Rien que de l’esbroufe. Une diversion auditive pour perturber l'esprit, et donc le corps, avant de choir dans une énième embuche semée par le mal de ces lieux. Les sens en alerte, le maître du Shikotsumyaku focalisa son attention sur ses pieds pour essayer d'y déceler un début d'anomalie, celée par l'obscurité, et ainsi espérer l'éviter in extremis.

— La vie de ces pêcheurs vous importe peu. Cessez votre comédie...

Et soudain, sur la trajectoire d'un virage commun, une silhouette immobile.

— Cet archipel n'est rien de plus qu'un ramassis d'illettrés...

Mais la voix ne tirait visiblement pas son origine du mannequin. Ça n'était qu'un leurre. Ça n'était qu'un... pantin ? Au moment où les fils de chakra s'offrirent à la vision de l'enfant de l'os, il était bien trop tard pour réagir. La masse difforme de fer et de bois concrétisait déjà sa ruade, prête à happer ses cibles et concasser leurs os contre les parois de la grotte.

Tandis qu'au loin se terrait l'esprit maléfique responsable de tous ces affres.

_________________

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969

Le joueur de Shakuhachi | Ft. Date Junko

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: