Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan

Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Jeu 20 Juin 2019 - 14:18
ost : A Light In The Darkness

Les effets dramatiques de la Résonance n'avaient pas laissé Kaguya Sesshū indemne. Privé de son affinité tellurique, rendu faible de corps et d'esprit, l'augure avait eu du mal à se remettre en jambes. Jusqu'au jour où il reprit sa vie en mains, et décida de s'entraîner d’arrache-pied pour retrouver sa force d'antan. Ergo les nombreuses missions le conduisant aux quatre coins de l'archipel de Mizu... et donc, intrinsèquement, loin de son foyer et de ses proches. L'enfant de l'os, qui ne jurait que par la vie en communauté du Domaine, goûtait maintenant à la liberté. Lui qui, depuis la création de Kiri, restait enfermé dans l'enceinte de la cité, passait dorénavant ses journées en territoire hostile, seul ou accompagné, sous la bannière idéologique du Palais de la Brume, combattant secte tentaculaire et animaux atteints par la rage. Et @Yasei Reikan, dans cette histoire ? Force était de constater qu'ils ne se voyaient plus, séparés par le fardeau du devoir.

Afin d'enjamber ce gouffre, qui s'agrandissait à vue d’œil, Sesshū décida de mêler l'utile à l'agréable, invitant sa consœur à fouler Mizu en sa compagnie. Une mission, à deux, pour servir Kiri et apprendre à mieux se reconnaître, sinon ne pas s'oublier. Dès que l'idée avait point dans son esprit, l'augure s'était empressé d'écrire une lettre pour la métamorphe.

Rei,

J'ai l'impression qu'une vie entière sépare notre dernier rendez-vous, alors entaché de mon piètre état. Je désire rattraper mon comportement ; et m'excuser pour le manque de confiance dont je t'ai fait égard. Mais notre devoir de shinobi nous incombe de servir Kiri. Ainsi, je t'invite à sillonner l'archipel à mes côtés, que nous pussions nous embrasser, et pourfendre les menaces latentes qui se prélassent dans l'ombre du futur. Je ne peux rentrer au Domaine avant de m'être retrouvé.

Feffhū.

Joint au courrier, un ordre de mission de faible rang, nécessitant toutefois la participation d'un Chûnin – voire de deux, dans ce cas-ci –, du fait du voyage imposé jusqu'à l'île de Hakari. Et pour cause, inhérent au passage de l'onde mystique au-dessus de l'archipel, un gamin aurait semble-t-il acquit un potentiel élémentaire instable, car incapable de le contrôler, ni même de comprendre ce qui l'habitait alors. Les civils de Kiri pouvaient se diriger vers le Complexe Shinobi afin de trouver de l'aide, eux. Mais les autochtones des îles secondaires n'avaient pas cette chance à portée de jambes.

Le jour du départ, après une trop courte pause au sein de son emploi du temps surchargé – preuve que l'augure reprenait du poil de la bête –, Kaguya Sesshū se rendit au domicile de la métamorphe. Et, après avoir frappé trois fois à sa porte, attendit sa partenaire, non sans redouter de poser de nouveau ses yeux sur son visage béni par le soleil.

_________________

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Sam 22 Juin 2019 - 17:54
Ce fut face à cette fameuse lettre, accrochée au mur et ouverte avec soin, que la Fille du Vent couvrait d'ores et déjà sa nudité par son accoutrement missionnaire. Des minutes durant, la métamorphe n'avait pas quitté des yeux les inscriptions si familières ornant le papier, faites par la main distinguée de l'augure. Pour sûr, cette fixette témoignait d'une certaine appréhension muant notre chère féline ; celle de revoir Sesshū, après l'amère défaite qu'elle avait épongé en essayant de le réconforter des effets de la Résonance. À vrai dire, son cœur de nomade libre était tiraillé entre la honte de s'être faite écarter de la sorte et la réjouissance de savoir qu'il allait bien mieux qu'à sa dernière visite. Celle qui avait tu son inquiétude malgré elle et ravalé sa fierté de tigresse s'apprêtait à se confronter à son âme-sœur, après tant de jours passés sans elle. Et puis, l'ordre mettait en avant une sortie dans l'archipel, au-delà des structures trop étouffantes de la Brume, ce qui lui donna un peu de baume au cœur.[invisible_edit]

Cette mission leur incombait donc la tâche de se rendre sur Hakari, l'une des nombreuses îles formant l'archipel, en vue de constater les débordements d'un enfant nouvellement shinobi. Une autre victime de la Résonance. Décidément. Reikan adressa un regard peiné aux deux lettres en les retirant du mur, afin de les enfouir dans les plis de son haut de kimono, couvert par son gilet de Chūnin. Disons que c'est un bon prétexte pour me voir. La jolie brune se rassura comme elle put face à son propre reflet dans le miroir. Alors que la plupart des femmes consacraient ce temps au coiffage de leur chevelure, l'enfant des bêtes se contentait simplement d'ajuster sa tenue, puisque détestant attacher sa crinière d'ébène si singulière. Et visiblement, cela n'amputait rien à son charme bestial. La simple attention qu'elle s'accorda fut une caresse de ses fins doigts sur son front, dernière partie de son corps à avoir reçu l'affection de l'augure, avant que le fer de son bandeau ne vienne le recouvrir.[invisible_edit]

Un visiteur toqua trois fois à la porte, comme elle avait pour habitude de faire lorsqu'elle se rendait au Domaine Kaguya. C'est lui. Si la jeune femme intrépide et parfois sauvage qu'était Reikan aurait souhaité éventré la porte d'un coup de pied fulgurant en vue de faire payer le prix de son comportement à l'enfant de l'os, la kunoichi se rendit à l'évidence ; elle avait quand même besoin de Sesshū pour mener à bien sa mission. Dorénavant prête et munie d'un sac à dos déjà rempli de surprises, la métamorphe se rendit au pas de son entrée close. Une inspiration profonde s'imposa à ses alvéoles, avant que sa dextre ne vienne ouvrir la porte de bois la séparant de sa moitié et ne la referme à son dos, sans même la verrouiller. Ses pupilles éthérées se plantèrent sur la silhouette de l'homme pour la décortiquer de la tête aux pieds, avant de fondre dans les siennes. Si Sesshū avait en apparence changé en adoptant une chevelure presque aussi longue que la sienne et des traits différents, Reikan était tout à fait restée fidèle à elle-même. Le dos collé au bois de sa porte, son minois n'afficha d'ailleurs pas l'once d'une expression à son égard, qu'elle soit accueillante ou réprobatrice. Après tout, la changeforme n'allait pas lui sauter dans les bras en prenant le risque de se faire repousser à nouveau.[invisible_edit]

« Tu m'as l'air en forme, Sesshū. Tant mieux, parce que nous avons du pain sur la planche. »

_________________



Dernière édition par Yasei Reikan le Sam 31 Aoû 2019 - 12:21, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Dim 23 Juin 2019 - 0:19
ost : A Light In The Darkness

Il faisait chaud, ce jour-là. Le soleil était à son zénith ; une chaleur étouffante s'était emparée de Kiri et de l'archipel tout entier. Et heureusement, d'ailleurs. Car la réaction de la métamorphe à l'égard de sa moitié lui aurait sans doute gelé les os.

Bonjour, Rei.

Kaguya Sesshū croisa les bras pour ne pas laisser son langage corporel trahir sa profonde déception, et érigea un léger sourire au coin de ses lèvres pour garder la tête haute. Même si leur dernière rencontre n'avait pas été idéale, l'augure était loin de se douter de l'ampleur du préjudice qu'il avait imposé à son âme sœur. Une main invisible serra son cœur ; et une seconde, toute aussi insidieuse, s'emparait déjà de la dague de cristal pendue à son cou pour essayer de la lui arracher.

J'espère que je ne te dérange pas. J'ai mentionné ton nom auprès du Palais de la Brume, du moins ce qu'il en reste, pour que nous puissions nous aventurer ensemble hors des marécages brisés. Un avant-goût, je l'espère, de notre épopée promise.

L'augure mentionnait son envie de parcourir le continent – notamment les cimes enneigées de Tetsu no Kuni – qu'il avait autrefois partagé auprès de la tigresse blanche lors d'une soirée idyllique. S'il considérait l'archipel comme son foyer, s'éloigner du Domaine Kaguya représentait tout de même une étape conséquente dans son psyché.

Je suis désolé d'avoir été muet pendant tout ce temps. Mais c'est de l'histoire ancienne, maintenant. Ta visite à mon chevet m'a confié les clés d'un puissant moteur pour espérer me rétablir ; et me voilà fin prêt à labourer d'entières montagnes.

Détachant ses bras de leur étreinte mutuelle, l'augure s'inclina d'une quarantaine de degrés, l'échine droite, ses mèches d'albâtre voilant son visage attristé, empli de remords, dont il avait essayé d'en museler les effets depuis ce fameux jour crève-cœur. Qu'importe ce que l'enfant de l'os pouvait brandir en excuses, il demeurait dans le tort. À défaut de s'étendre en explications pour défendre son piètre comportement, il décida de parier sur sa meilleure : le pardon. Même si les doutes quant à sa stratégie le tourmentaient déjà.

Je ne mérite pas ton attention, Rei. Si tu souhaites récupérer ton présent, je comprendrais. Mais si le foyer de notre attache n'est pas devenu cendres, je te promets d'en raviver les braises incandescentes pour sécher à jamais les larmes de ce drame.

Sesshū conserva sa posture révérencielle, vierge de fer qu'il s'imposa à côtoyer pendant de nombreuses secondes, jusqu'à ce que les mots de sa moitié ne l'en libèrent.

_________________

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Dim 23 Juin 2019 - 19:38
De sombres regrets. Le minois de l'augure en était taché, tant il semblait déplorer le mutisme dans lequel il s'était parqué depuis l'impact de la Résonance. Bien qu'attendri par la visite de sa moitié, l'enfant de l'os têtu comme un bélier n'avait toutefois pas hésité à repousser son trop-plein d'inquiétude à son chevet. Chose qu'une fière nomade comme Reikan avait encore du mal à digérer. Ce fut alors avec une expression faciale marbrée d'indifférence qu'elle écouta les propos tenus par Sesshū. Mais son regard un peu trop démonstratif trahissait lourdement l'envie d'affection qui commençait à l'engloutir. À défaut de l'avoir fait correctement lors de leurs retrouvailles, la changeforme voulait l'étreindre dans ses bras pour lui témoigner ses sentiments.[invisible_edit]

Pourtant en pleine santé, le Kaguya dévoila d'abord au grand jour une hémorragie d'excuses, dans l'espoir de justifier la pessimiste attitude qu'il eut arboré la fois où Reikan avait cherché à lui apporter le meilleur des soutiens ; un comportement alarmiste et crève-cœur pour son élève et son âme-sœur, duquel ces dernières avaient été incapables de l'en sortir. Mais l'augure avait bien compris que se disculper de la sorte n'allait pas suffire pour faire changer d'avis la féline. Du moins, ce n'était pas avec une simple demande de pardon qu'il allait sortir conquérant de cette tourmente sentimentale. Il lui fallait couronner sa défense de quelque chose de bien plus intense et emblématique pour s'innocenter et se faire pardonner ; et l'augure jeta son dévolu sur la culpabilité. L'homme accompagna cette émotion auto-régulatrice d'une pointe d'espérance et d'un grain d'optimisme, en se tournant vers un avenir radieux d'exploration n'attendant que les deux moitiés, qui par le voyage, ne formeraient certainement qu'un.

Tout au long de ce discours improvisé mais sincère, Reikan avait gardé ses pupilles verrouillées sur sa dague de cristal, accrochée au cou de celui qu'elle désirait tant. De l'histoire ancienne, hein... D'un pas vers l'avant, la jolie brune se dressa devant la vierge de fer qu'était devenue le manipulateur d'os. Un gouffre de silence s'installa entre les deux combattants, alors que les fins doigts de sa dextre, dont l'un était toujours nimbé de cet anneau osseux si singulier, se refermaient déjà sur son pendentif. Prisonnier de la poigne de sa propriétaire d'origine, le cristal du petit poignard clanique fut transcendé d'une lueur presque lunaire. Pensante, Reikan plongea son regard devenu vitreux malgré son bleu roi dans cette discrète lumière, comme si elle espérait y trouver une réponse au nœud de questions s'entremêlant dans son esprit. Charmée par la mélodie quasi-imaginaire émanant de son collier, la Fille du Désert voulait dire en cascade et à haute voix à quel point elle avait été blessée ce jour-là, à quel point son cœur avait saigné d'inquiétude des jours et des nuits durant, à quel point elle aimait Sesshū et combien il lui avait manqué.

Mais la jeune femme n'avait plus le temps de se tourmenter de la sorte pour choisir ses plus belles tirades ; à vrai dire, ses dernières nuits en avaient assez fait les frais. Celle qui avait le cœur forgé d'espoir devait lever ce suspens pesant et tourner cette page déplorable de son histoire avec l'enfant de l'os. Ainsi, Reikan prit les choses en main pour la toute première fois, vis-à-vis de l'amour inconditionnel qu'elle portait pour cet être. Sa prise sur la dague se fit bien plus forte, si bien que la métamorphe tira sur son cordage, qu'elle savait solide, pour forcer son bien-aimé à baisser l'échine vers elle. Le temps s'arrêta, avec pour seule berceuse le cliquetis de ses boucles d'oreilles griffues. Sans penser, parler ni même prévenir, les douces lèvres de la métamorphe rencontrèrent celles de l'augure pour s'unir et marquer un baiser symbolique qui essuya sa colère et ne se brisa qu'après quelques secondes. Ses yeux vides avaient laissé place à un regard presque pittoresque, tant il était animé par le feu de la passion.

« Ne me refais plus jamais ça, à l'avenir. Je ne permettrai plus que nous le subissions une seconde fois. Je tiens trop à toi pour te voir à nouveau dans... un tel état, sans pouvoir t'aider. »

Ses doigts se délièrent de la dague de cristal pour la coller, sous sa paume, contre le torse de sa moitié. Depuis qu'elle le lui avait légué, cet objet à la valeur inestimable appartenait au Kaguya depuis leur dîner, même si elle ne pouvait nier le fait que la revoir lui faisait un bien fou. Et cette tristesse passagère n'avait pas eu raison du lien si authentique qui les unissait. Reikan ramena sa dextre jusqu'à elle et se mit de profil au bord des escaliers d'extérieur, adressant un sourire faible mais rassuré à Sesshū. Finalement, l'amour venait de triompher sur la fierté de la fille du Lion d'Atlas ; et c'était d'ailleurs la seule véritable adversité qu'elle avait pu connaître jusqu'à lors.

« Nous devrions y aller, tu ne crois pas? »

_________________



Dernière édition par Yasei Reikan le Mar 27 Aoû 2019 - 15:23, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Mar 25 Juin 2019 - 11:39
ost : A Light In The Darkness

Lorsque sa moitié s'approcha enfin de la sienne, l'augure vit son souffle coupé. À mesure des gestes de la tigresse blanche, digne une danse sacrificielle, les battements de cœur de l'enfant de l'os s'abandonnaient au néant. Affublé de remords, incapable de défendre son cas perdu d'avance, Sesshū ne pouvait que baisser la tête, et accepter son destin ; et celui-ci se profilait dangereusement vers le rapt de sa dague de cristal, au symbolisme miroitant. La métamorphe voulait la récupérer. Du moins, la forte poigne à l'égard de ce fragment d'âme arrachait déjà celle de l'augure. Le silence, exacerbé par le poids des sentiments, apposait une chape de pesanteur sur le corps de l'homme. Ses poils ne se hérissaient pas ; pas plus qu'il n'osait lever la tête. Il semblait pétrifié, inerte, immobile, en proie à la bradycardie, telle une statue de verre inanimée n'ayant cure que d'essayer de ne pas tomber. Mais le long baiser de Reikan réussit tout de même à la fissurer.

Ne me refais plus jamais ça.

La dague s'enfonçait dans le thorax de l'enfant de l'os et, à défaut de se contenter de transpercer le cœur, remuait sa longue lame vorpale dans la plaie pour faire une bouillie de ses organes. S'il était capable de prononcer le moindre mot après cette de caresse de Damoclès enfin tombée, Sesshū aurait sans doute confessé son amour à voix haute. Mais, ce jour-là, il ne le pouvait pas. Seul son visage trahissait l'affection que son âme avait cristallisé à l'égard de sa jumelle. Enseveli sous une avalanche d'émotions, l'augure se sentait faible – non, affaibli. À l'instar de la tigresse blanche, mise en laisse par le joug des sentiments, le maître du Shikotsumyaku affrontait enfin le contrecoup des siens. Au lendemain des rencontres de son existence, Sesshū avait, en son for intérieur, sous-estimé celle de la Yasei. Les deux moitiés n'étaient pas qu'amis proches, ou partenaires, voire amants ; mais talon d'Achille de l'un par l'autre. Ce qui, pour un combattant dont la vie était dédiée à la protection de son clan, était problématique.

À terme d'une insidieuse torture, voguant entre douceur et remords, la métamorphe adoucit sa prise sur la dague de cristal ; et la plaqua sur le torse de l'augure pour conclure leurs retrouvailles. Cette mauvaise phase devait être abandonnée dans les méandres du passé. Et quoi de mieux pour tourner la page que de s'aventurer ensemble hors des limites de Kiri la Dévastée ? Sesshū sourit. Lui qui avait tant redouté ce moment s'était libéré de ses tourments. Et il n'y avait plus qu'à avancer vers l'horizon pour combler ce vide post-drame de nombreux et heureux évènements.

Allons au port Naragasa dénicher un bateau.

_________________

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Jeu 27 Juin 2019 - 1:53
Malgré la chaleur du zénith couplée aux tensions dont elle venait de se sortir, la métamorphe eut vite fait de prendre les devants suite aux seuls dires de l'augure. Pourtant, même après avoir retiré de leurs quatre épaules tout ce fardeau sentimental, pas un mot ne trouva le courage nécessaire pour sortir de sa gorge nouée, malmenée durant tout le trajet par un malaise constant. Tout comme son âme-sœur - et bien plus encore -, Reikan avait besoin de sortir de ce carcan marécageux pour se retrouver. Celle qui était passée de nomade aguerrie à sédentaire forcée se devait de reprendre un bon bol d'air frais, si elle ne voulait pas tomber dans les rouages mortels d'une routine trop ennuyante. Si depuis, la féline s'était implantée avec brio au sein de la Brume, elle ne pouvait nager à contresens d'un esprit aussi libre et avide de découvertes que le sien. Autrement dit, c'était une soif désireuse qu'elle ne pouvait réfréner, qui la poussait même à parfois refuser les offres les plus alléchantes du pays.[invisible_edit]

Et cette mission sur l'île mercantile d'Hakari ne pouvait que soulager son âme tourmentée par une inévitable claustration. D'autant plus qu'avec la présence du Kaguya, la Fille du Désert pouvait relâcher toute attention sans craindre pour ses arrières. Du moins, c'est ce qu'elle pensait. Très vite, ses pas assurés l'amenèrent au cœur de la zone portuaire et commerciale, où elle ne fit aucune halte ; pas même dans une échoppe culinaire, pour trouver de quoi se mettre sous la dent. Visiblement, la native du Vent était bien confiante quant à ce qu'elle transportait dans son sac à dos ; après tout, ce serait certainement une question de jours pour mener à bien cette mission. En effet, l'île visée de l'Archipel était l'une des plus vastes parmi ses sœurs. Il était sûr, voire certain qu'un après-midi ne suffirait pas pour retrouver ce fameux gamin et mettre un terme aux troubles engendré par ce dernier, même pour un duo de combattants si singulier. Après quelques minutes de recherche, Reikan se retrouva face à un navire disponible dont l'équipage n'attendait qu'une chose ; le départ vers Hakari. Sa douce voix s'éleva suffisamment pour alerter l'ouïe du capitaine qui sortit aussitôt la tête de sa cabine, alors que la surprise pouvait se lire sur son visage lorsqu'il aperçut le bandeau frontal de la jeune femme.

« Bonjour. Par hasard, auriez-vous comme cap le Nord-Est? Nous cherchons à nous rendre sur Hakari.
Eh bien, bonjour. Cette île sera notre seconde escale, alors vous pouvez facilement compter deux heures de navigation. Concernant le prix pour les soldats de Kiri, nous verrons ceci plus tard. Montez, je vous prie, nous nous apprêtions à lever l'ancre. »

La changeforme adressa un regard presque crédule à sa moitié. Pour une durée temporaire, son corps - mais aussi son âme - abandonna la terre embrumée pour se nouer à la souplesse d'une échelle de planches et de cordes et grimper jusqu'au pont. Une fois sur celui-ci, Reikan ne put s'empêcher de se diriger vers le bastingage. Toutefois, ce ne fut pas vers le village qu'elle se tourna, mais bien vers le large, duquel émanait une odeur légère et marine, promesse d'une évasion inéluctable. Alors que le glas du navire déclarait l'amorce de cette utile excursion, les deux moitiés dorénavant réunies laissèrent derrière elles les quelques mouettes et vendeurs du port, s'apprêtant à faire face à une tout autre faune, mais également une tout autre population. Au bord du vaisseau maritime, la féline se contenta d'apprécier le chemin que se frayait la brise dans sa chevelure primitive et de titiller avec son pouce l'os de l'anneau qui bordait l'annulaire de cette même main ; il était évident qu'elle se voyait mal engager à nouveau la conversation avec l'enfant de l'os, après ce baiser qu'elle lui avait fait, sans même l'en avertir. Et pourtant, au fond, elle espérait que celui-ci trouve les mots pour la sortir de son embarras croissant.

_________________



Dernière édition par Yasei Reikan le Mar 27 Aoû 2019 - 15:23, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Lun 1 Juil 2019 - 17:16
ost : A Light In The Darkness

Les prémices d'une longue aventure se déroulaient au sein du port Naragasa. Enfin réunies, les deux âmes sœurs foulèrent le pont d'un navire marchand en direction de l'île de Hakari, sous les regards médusés de l'équipage en nage, intrigués par la présence de deux agents de la Brume. La tigresse blanche prit les devants ; et le capitaine accepta aussitôt de conduire deux invités jusqu'à bon port, au prix de deux longues heures de navigation maritime. Suffisamment de temps pour que les deux amants puissent se rabibocher. Toutefois, la main sur le cœur, et ne voulant pas imposer sa présence impunément sur ce bâtiment, l'augure offrit son aide aux matelots croulant sous l'effort. À défaut d'argent, le capitaine disposerait d'une main d’œuvre compétente.

Sesshū attacha sa longue chevelure d'une étoffe de qualité, et vint porter secours aux marins de ses muscles, mais aussi de son fin contrôle du chakra, escaladant le mat et les cordages d'une couche de chakra neutre sous ses pieds et ses mains, voguant ci et là d'une aisance folle. Depuis la création de la cité militaire de Kiri, ainsi que l'inauguration des mesures de sécurité visant à empêcher tout Genin de quitter la ville, l'enfant de l'os s'était emmuré dans le Domaine. Hélas, à une époque où la criminalité faisait régner son ambition, les futurs fondateurs de Kiri n'ayant pas encore décidé de purger l'archipel, son maître l'emmenait souvent hors du clan des maîtres du Shikotsumyaku pour parfaire son apprentissage ; et le bateau était le principal moyen de déplacement entre les îles.

Les voiles dressées, le navire poussé par le vent et les rames, Sesshū reposa enfin pieds sur le ponton pour rejoindre sa muse. Les embruns avaient éveillé en lui un sentiment aigu de nostalgie, mêlant joie et liberté. L'augure se sentait capable de pouvoir déplacer des montagnes ; et la silhouette de sa moitié sublimait cette vision idyllique au travers des âges. Enfin, il comprit. Le deuil de son affinité tellurique par la Résonance avait été épousseté dans l'abîme de l'expérience ; et en bien des égards, l'enfant de l'os était devenu bien meilleur homme, prêt à sillonner l'horizon inconnu d'un pas assuré.

Et nous voilà partis.

L'enfant de l'os s'adossa à la rambarde du navire, dos aux vagues, et porta finalement ses yeux pétillants sur les joues de son amie. Son cœur accéléra le tempo sans prévenir.

Nos élites aimeraient, si l'occasion se présente, que nous emmenions cette potentielle recrue au village afin de lui offrir une formation adéquate. Grâce au Complexe Shinobi inauguré, nous pouvons consolider nos défenses et densifier nos armées. J'ai entendu dire auprès d'autres shinobi que ce cas n'est pas isolé. Un éleveur de bétail ayant fusionné avec le sol ; un ermite solitaire ayant provoqué malgré lui un feu de forêt. Nous vivons une époque charnière, grandiose. D'ailleurs... as-tu été atteinte par l'onde ?

L'augure venait tout juste de se rendre compte que, depuis tout ce temps, il ne s'était pas encore inquiété du sort de sa promise. Le remord vint pincer son cœur d'un étau de ferraille ; il essaya mentalement de les écarter mais, hélas, le mal avait déjà été fait.

Je manque à tous mes devoirs...

Le Kaguya gratta l'arrière de sa tête, l'air faussement infligé, exagérant l'expression pour alléger le poids d'une telle révélation sur ses épaules.

_________________

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Jeu 4 Juil 2019 - 16:43
Qu'il était bon de voguer à nouveau sur les flots, pour notre chère nomade. Reikan était une femme bestiale, muée certes par des ambitions, mais aussi par un instinct à l'appétit du voyage vorace. Pourtant, en dépit de sa jeunesse, elle n'en restait pas moins une combattante sage et avertie. Et sur ce pont, la simple vue des vagues de la mer, à la surface de plus en plus houleuse, eut vite suffit à la réconforter sans le moindre détour. Nichée d'elle-même dans une surdité d'inattention, la féline venait tout bonnement de s'isoler entre les murs de son psyché. Un confinement aux barrières mentales solides et a priori quasi-inébranlables, mais qui toutefois, n'était rien comparé aux murs de la Brume. Si la métamorphe n'était pas une victime du mal de mer, elle avait toujours été celle du mal de la sédentarité ; si bien que dans l'optique où l'augure ne s'était pas présenté à sa porte ce jour-là, l'étouffement de son esprit se serait transformé en véritable dyspnée du corps.[invisible_edit]

Pas un seul bruit, qu'il provienne du large ou des grincements incessants du pont, n'eut raison de son absence spirituelle. Du moins, jusqu'à l'instant même où la silhouette du Kaguya ne se soit dressée à ses côtés. Ainsi, seul l'écho d'une voix familière et empreinte de résipiscence eut l'occasion de faire chanceler les remparts de son âme, derrière lesquelles la brune s'était réfugiée. Finalement, ce fut le rassemblement de l'appel de son âme-sœur et du cliquetis de ses propres bijoux, qui façonnaient une harmonieuse mélodie par le vent, qui ramena la Yasei à elle. L'onde?

Alors que les bribes de la dernière question posée par l'albâtre s'émiettaient dans le décor, le retour à la réalité avait été quelque peu frappant pour Reikan, bien qu'elle fut prévenue à l'avance par ses sens d'un tel changement météorologique. Le trône du soleil à son zénith venait tout juste de se faire usurper par une épaisse écharpe brumeuse, où siégeaient à présent une multitude de nuages ombrageux ; et la mer ne faisait que refléter leur gris annonciateur de pluies torrentielles, à la fois maussade pour le moral des humains, mais essentiel pour la survie de la faune et de la flore. Et la légère brise des côtes de Kiri venait de laisser place au vent houleux du large, définitivement porteur de tempêtes.

« Ça ne fait rien, tout ceci est derrière nous, désormais. Si ce n'est qu'à travers toi, je n'ai nullement été atteinte par cette vague de chakra, aussi bien sur le plan psychique que physionomique. La Résonance ne m'a rien enlevé, comme elle ne m'a rien donné. »

Si Sesshū était devenu un meilleur homme, Reikan était restée fidèle à sa propre personne ; elle était toujours la Tigresse blanche du clan Yasei et la Fille du Désert, dompteuse des vents les plus menaçants. Ce phénomène chakratique n'avait pas même pas su l'amputer de ses folles ambitions. De la chance, peut-être? Personne ne pouvait savoir si, en ayant été épargnée par la Résonance, la féline venait de rater quelque chose. Peu importait, après tout ; elle était toujours la même et n'avait pas changé d'un poil, à l'instar de bon nombre de leurs camarades. Mais cela ne voulait certainement pas dire qu'elle avait du retard à rattraper.

Dans cet atmosphère terne et cendreux, seule la lueur éthérée des pupilles de Reikan, qui se plantèrent dans celles de sa moitié embarrassée, faisait tache. Les voiles agressées par un souffle trop violent, l'équipage activé pour se préparer à la tempête et garder le cap, la changeforme retira sa dextre de la rambarde. Les premières gouttes quittèrent les cieux pour s'écrouler sur le navire, au milieu du berceau maritime qu'il traversait. Se contentant de seulement dodeliner la tête, la féline resta assez passive face à l'enfant de l'os, pendant qu'un couplet de grondements du tonnerre résonnait dans les entrailles du ciel.

Rester sous une telle pluie et finir trempée jusqu'aux os n'aurait su la gêner, mais il lui fallait dorénavant penser pour deux ; c'est pourquoi elle daigna enfin se mettre à l'abri devant la cabine principale, sous le poste de barre où se trouvait le capitaine. Il me semble qu'il a fait de nombreux voyages dans l'archipel. N'a-t-il donc rien préparé pour celui-ci? Discrètement, Reikan adressa un regard à la carrure de son compagnon, avant de s'accroupir, de se défaire de son sac à dos et d'en sortir deux longues vestes à la matière imperméable. N'osant pour le moment ni se secouer comme une vraie bestiole ni s'essuyer le visage à côté du Kaguya, pour épargner à sa longue chevelure l'humidité ambiante, la vagabonde garda le premier vêtement de la paire sous son bras droit, en tendant le second vers lui de l'autre.

« Je pense que nous en aurons bien besoin. D'ailleurs, es-tu déjà allé sur Hakari? Je t'avoue que mes seules informations sur cette île ne se limitent qu'à son succès dans les cultures et le commerce de ces dernières. Mais si j'ai bien compris l'ordre, il va nous falloir chercher par nous-mêmes ce jeune garçon. J'espère que la pluie ne t'effraie pas. »

_________________



Dernière édition par Yasei Reikan le Mar 27 Aoû 2019 - 14:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Dim 28 Juil 2019 - 12:28
ost : A Light In The Darkness

Un regain d’énergie éveilla les sens du maître du Shikotsumyaku lorsqu’il entreprit de poser son regard aux alentours. Certes, le ciel pleurait la perte de ses doux rayons solaires pour se nimber d’un voile nuageux ; mais la pluie qui allait bientôt s’abattre sur ce pan de l’archipel de Mizu n’était en rien un problème. L’augure avait eu, quelques jours plus tôt, l’occasion de se rendre sur l’île d’Uka, en compagnie d’une manipulatrice du papier nommée Fûka. Et l’épreuve qu’ils avaient dû traverser sur place, déambulant sous des trombes étourdissantes d’eau, marqua Sesshū au point de ne plus considérer les bruines habituelles du pays comme dérangeantes.

Aucun Mizujin ne devrait appréhender la pluie. Mais je te remercie, Rei. Nous aurons au moins le confort de ne pas tomber malade, si le temps se gâte davantage en chemin. Quant à l’île de Hakari, je pense qu’il sera aisé de parcourir ses routes. Les civils sur place auront certainement une idée de ce qui se trame dans la région depuis la Résonance. Un tel gain de puissance – si notre cible mérite bel et bien l’attention du Complexe Shinobi et des élites de Kiri – ne saurait passer inaperçu.

Tandis que les deux agents de la Brume se retrouvaient au détour d’un plan de mission, le navire qui les transportaient sur la mer agitée de Mizu, lui, s’approchait doucement de l’île de Hakari. Des premières bannières, agitées par la houle, indiquaient la présence des côtes, et donc d’un des ports principaux de ce bout de terre excentré. Il y avait peu de trafic maritime ; mais d’innombrables silhouettes circulaient déjà ci et là pour transporter, charger et décharger des marchandises. Des contremaîtres se démarquaient visiblement de la plèbe, restés en arrière pour disposer d’une meilleure vision d’ensemble, guidant leurs ouailles tels des chefs d’orchestre. Aux yeux du Kaguya, cette activité paraissait suspecte. Certes, l’homme n’avait pas eu assez d’occasions pour contempler le travail quotidien d’un port aussi modeste que celui-ci, mais il doutait qu’une telle charge de travail pût être demandée si loin du centre névralgique de l’archipel.

— Première escale : Kamikitayama ! Monsieur-dame, vous êtes arrivés à destination.

La coque du navire brisa les vagues pour se frayer un chemin vers le dock d’amarrage ; l’enfant de l’os dodelina de la tête, et remercia le capitaine du rafiot d’une main tendue.

Sesshū adressa une brève œillade à sa consœur puis, accompagnant sa sortie d’un sourire aux coins des lèvres, vint se hisser sur l’armature du navire pour atteindre le ponton en premier, jambe en avant, tel un certain capitaine pirate doué de chance.

Prospectons sur les effets de la Résonance dans les parages. Ce garçon ayant hérité de chakra ne peut être le seul affecté. D’aucuns doivent avoir remarqué des changements dans leur quotidien. Après tout, nous avons bien dû côtoyer des bœufs capables de plier les éléments à leur volonté... Oui, je te raconterai ça à l'occasion. Pour sûr.

_________________

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Jeu 29 Aoû 2019 - 17:45
Une palpitante brise vint maltraiter les chevelures contraires des deux promis, alors que le vaisseau maritime se raccrochait tout juste à l'une de ses îles mères. Sous ce ciel argenté et ému, il était temps pour la Fille du Désert de porter sa veste à ses épaules, afin de se défaire de ce vent annonciateur de complications et de ne pas se tremper inutilement. Avant d'atteindre le poste à quai à son tour, le raccord visuel avec l'enfant de l'os fut bref. Il fallait dire qu'à peine l'amarrage du navire réalisé, l'attention de la métamorphe ne put être qu'affriandée, cette fois-ci non pas par la découverte d'une terre nouvelle, mais par l'étonnante activité en surcroît d'un port de commerce qui, au vu de sa périphérie et de son afflux minime d'embarcations à son actif, ne devrait en théorie pas bénéficier d'un tel essor.

Les pupilles prédatrices de la Tigresse blanche s'empressèrent de faire le tour du refuge à coques et à voiles. Pendant que les pieds de Reikan s'affairaient à la faire rejoindre Sesshū, ses yeux, eux, ne cessèrent de fusiller l'ensemble des personnes, qu'elles fussent en mouvement ou figées par la surveillance. Ce lieu grouillait décidément de vie et de travail, mais surtout de mystères. Voici donc Kamikitayama, de Hakari. L'île la plus au Nord-Est de l'Archipel, bénéficiant d'une envieuse proximité avec... Si par la simple pensée, le cœur de la féline la portait déjà vers d'autres horizons bien plus lointains encore, l'attache primaire et réelle qu'était le Kaguya pour elle la rappela vite à l'ordre. Il n'était pas question de réfléchir sur ce qui se tramait au-delà du Mizu no Kuni, mais plutôt de ce qui se passait à même ses entrailles. Et les récents faits liés au gain de puissance de certains individus sur Hakari faisaient partie intégrante de sa mission de prospection.

« On dit qu'un miracle ne vient jamais seul, alors tu dois avoir raison. Faisons le tour des commerces, ils sont nombreux et je suis sûre qu'ils nous annonceront la couleur de ce changement. Je m'occupe de ceux du côté des terres. Tu auras tout le temps de me conter cette fabuleuse histoire sur ces bœufs maîtres des éléments plus tard, pas vrai? Retrouvons-nous à l'entrée terrestre du port. »

Sous sa capuche, Reikan rendit finalement à Sesshū son sourire, teinté d'une complicité et d'une malice toutes deux presque inaltérables. Un simple pas vers l'avant lui permit de dépasser sa moitié et d'entamer la marche, lui offrant ainsi la liberté de la suivre ou de faire ses propres recherches sur un autre secteur que le sien. L'escale faite à Kamikitayama devait être rentabilisée ; et pour ce faire, la Fille du Vent se rendit sur les étals de quelques commerces, à l'abri de la pluie. Les produits locaux affluaient au bord des rues du port et les échanges, malgré ce temps morne, se déroulaient agréablement bien. Mais cette vue fut dans l'incapacité de brouiller l'esprit réaliste de la changeforme, qui tâchait de desceller la moindre anomalie physique. Qu'ils furent commerçants, travailleurs, clients ou même animaux de compagnie ; la jeune femme les passa tous au crible, sans la moindre exception. La féline relevait une poignée de visages contrariés, de personnes à l'écart et de mines affligées. Néanmoins, il fallait à cette prospection des éléments beaucoup plus concrets et convaincants ; impossible pour Reikan d'être satisfaite, en remettant ses doutes dans les mains d'éventuels sauts d'humeur.

Ses recherches furent étirées jusqu'à une boutique de couture, où les peaux et les cornes de bestiaux, destinées à orner les corps de riches mais indignes élus, étaient reines. En ignorant le mépris qui naissait en son sein et en adoptant une attitude professionnelle, l'enfant des bêtes contourna le stand et souleva à la fois sa capuche et un noren improvisé, obstruant l'accès à l'arrière-boutique. Loin de s'y attendre, la métamorphe tomba nez-à-nez avec une silhouette sclérosée et couverte d'un chaperon qu'elle caressa du regard, des pieds à la tête. Un mannequin, en plein mi-... Son esprit ne trouva pas suite à ses pensées, aspirées par son propre souffle. Elle fit face à un véritable corps de pierre, dont les détails étaient bien plus poussés et humains qu'une statue sans vie. Ses yeux myosotis, bordées par une parcimonie sans failles, s'imprégnèrent de la chose puis se déposèrent sur d'autres spécimens similaires derrière les objets en vente, aux tailles et aux physiques différents. Reikan fit le tour de chacun d'entre eux et se rendit à l'évidence ; ces figures de roc étaient en vérité le fruit de la Résonance. Cela ne peut que découler de l'affinité tellurique. Ces civils n'y ont donc pas survécu. Un miracle? Tu parles. Cette vague de chakra a plus été un désastre qu'autre chose. Et au vu de la quantité... La Fille du Vent songea à ce triste événement, en accordant une pensée à son âme-sœur qui était après tout un rescapé de la Résonance. Elle reprit ses esprits en éloignant ses vieux démons et se mit à compter au beau milieu de l'arrière-boutique, cachée des regards trop indiscrets. À l'exception de celui de sa propriétaire, dont la voix vieillotte interpella immédiatement la féline.

« Si vous ne portiez pas cet insigne à votre front, moi, Kameko, vous aurais certainement fichu un bon coup de balais dans l'arrière-train, demoiselle.
Pardonnez mon intrusion, grand-mère Kameko. Mon nom est Yasei Reikan, agent de la Brume. Je pense que tout comme moi, vous savez que ces êtres-humains n'ont pas leur place dans un magasin de couture, à faire de la figuration pour votre prêt-à-porter. D'où viennent-ils? »

Malgré son pauvre mètre dix-sept - en comptant une mèche rebelle de sa coiffe de neige -, la vieille dame se joignit à Reikan en imposant un temps de réflexion. Certes petite, elle paraissait inoffensive, simplement sûre d'elle-même et de ses talents quant à la confection de vêtements d'exception ; ses mains fripées et abimées par les outils de cette discipline témoignaient même de sa rigueur. Malgré la surprise de la découverte des statues de pierre, la féline ne détacha pas son regard de la dame âgée, dans l'attente d'une réponse franche. Et celle-ci n'hésita pas à lui en offrir une, tout en déposant sa dextre sur la jambe de l'une d'entre elles ; un homme d'une trentaine d'années, à l'accoutrement modeste et aux traits pétrifiés dans la souffrance.

« ...Ils sont tous originaires de Hakari et m'ont été ramenés par les habitants. Cet homme était un paysan important pour l'île, une figure incontournable que tous les habitants connaissaient et appréciaient, Totof. Un homme au grand cœur, même s'il ne parlait pas beaucoup. Mais cela n'a pas empêché qu'il soit dévoré par ses propres terres. Je connaissais chacun d'eux, avant que...
Je suis désolée que vous ayez eu à subir ces pertes. Cependant, les laisser ici ne pourra pas les ramener à leur état originel. J'aimerais que vous me laissiez les déclarer et les emporter au Complexe Shinobi de Kiri, afin de les analyser. Nous avons besoin d'apprendre davantage des conséquences de cette vague de chakra. Ils feront peut-être avancer nos recherches pour aider d'autres victimes de la Résonance, au lieu de prendre la poussière de votre enseigne.
Avons-nous une chance de les revoir vivants? »
Je ne peux malheureusement pas vous apporter une réponse garantie, grand-mère. Mais ici, vous pouvez être sûre de les condamner à tout jamais et d'autres personnes dans le même cas qu'eux, avec.
...Je comprends. Vous pouvez les emmener, jeune fille. Mais tenez-moi au moins au courant de leur état, s'il-vous-plaît.
J'y tâcherai sans faute. Je suis venue sur cette île pour me renseigner sur les changements propagés par cette Résonance. D'ailleurs, avez-vous eu ouïe d'un enfant aux capacités élémentaires instables sur Hakari, à ce jour?
Aux capacités élémentaires instables? Cela me fait penser aux ravages causés au hameau d'Hakusensha, au Nord de l'île. Je n'en sais que très peu, mais depuis ce phénomène, il y aurait là-bas un jeune garçon très dangereux et incapable de se contrôler, qui terrorise les alentours. Je suis d'ailleurs surprise que Kiri ait tardé à envoyer des personnes qualifiées comme vous, avec de telles rumeurs. »

La changeforme accorda une mine sérieuse mais réconfortante à l'aînée et la remercia en dodelinant la tête, après s'être mise d'accord sur la finalité de celles et ceux ayant fait les frais d'un surplus de chakra que des civils n'auraient jamais su contrôler. Elle consacra plusieurs minutes à cette fameuse Kameko pour constater leur état et établir leurs quatorze identités respectives, avant de lui faire remplir un témoignage et de la paperasse au sujet des victimes. Reikan prit finalement congé de la maison de couture Kameko, sans oublier de saluer sa propriétaire qui avait coopéré avec elle pour le bien de ces malheureux. À nouveau encapuchonnée après avoir rejoint l'extérieur pluvieux, la jolie brune termina sa prospection en errant jusqu'à l'entrée du port de Kamikitayama, où elle trouva une route menant a priori plus loin dans Hakari. Pour l'enfant des bêtes, l'heure était désormais à l'attente de Sesshū, abritée sous l'un des rares arbres du paysage. Les recherches du Kaguya allaient-elles s'annoncer plus prometteuses que celles de la Yasei?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Sam 31 Aoû 2019 - 16:53
ost : a single drop of magic

L'enquête débutait enfin. À peine arrivés à Kamikitayama, la métamorphe proposa un plan visant à améliorer leurs chances de succès quant à la récolte d'informations : se séparer. Tandis que la jeune femme s'enquit d'arpenter les terres du hameau portuaire afin de poser des questions aux autochtones de l'île d'Hakari, l'augure se dirigea vers les quais de fortune, en accord avec l'indigence des campagnes de l'archipel, où maints pêcheurs patientaient d'un flegme professionnel des prochains poissons mordant à l'hameçon.

Très vite, la présence du shinobi eut l'effet d'un coup de perche dans une ruche bourdonnante. Les regards des civils se baladant naturellement aux alentours, du fait de la passivité inhérente à leur effort commun, ceux-ci se greffèrent sur la silhouette de Sesshū qui, d'un pas assuré, avait rejoint leur rivage pour engager la rencontre. Pourtant, l'enfant de l'os fut privé de l'initiative des mots : l'un des gaillards le saluait déjà de la main, un sourire chaleureux en amont pour briser une glace n'ayant pas lieu d'exister.

Au centre de l'attention, le Kaguya expliqua aussitôt la raison de son arrivée ; les travailleurs en veille dodelinèrent de la tête de concert, pendus aux lèvres de l'étranger, et de la même symbiose, froncèrent tous les trois leurs sourcils lorsque le Kirijin leur parla d'un éventuel « adolescent chamboulé par le chakra ». Selon toute vraisemblance, ils avaient entendu parlé d'un tel évènement. L'un d'eux, agrippant cette perche tendue pour embrayer sur l'histoire que couvaient ses souvenirs, mentionna aussitôt la recrudescence de cas étranges survenant sur l'archipel. Il avait pêché des animaux au comportement erratique ; perdu le contact avec d'anciennes connaissances malgré des années de rendez-vous réguliers. Même si le paysan s'évertuait à garder le regard haut, ses sentiments négatifs empiétaient assurément sur son psyché meurtri par la Résonance.

Enfin, le second pêcheur livra une information capitale au shinobi. Un garçon, au cœur de nombreuses rumeurs, soi-disant coupable des maux s'étant abattus sur la presqu'île de Hakusensha, tantôt appelé Hakuba, tantôt appelé Kanetsugu, comme si aucune âme éveillée n'avait pu confirmer cette vérité après la fuite des habitants. Parmi tous les jeunes hommes laissés pour compte dans les ruines du hameau, lequel d'entre eux en était l'authentique responsable ? Et, plus important encore : n'y avait-il plus que lui là-bas ?

L'augure laissa cette question en suspens. Il remercia ainsi ses compagnons enjoués et, jugeant la piste suffisamment prometteuse pour ce début d'enquête, rejoignit son âme sœur pour l'en partager les fruits. Par chance – signe que cette rumeur s'avérait peut-être vraie – leurs témoignages concordèrent. Il n'y avait plus à maugréer : la deuxième étape de cette mission les conduisait inévitablement vers le hameau de Hakusensha.

Et le chemin était censé durer moins d'une heure.

C'est aberrant. La majorité de l'effectif de Kiri est affecté à la résolution de ces problèmes chakratiques. Je me demande si le continent subit lui aussi les contrecoups de cette vague de puissance... et à quelle différence d'intensité ? Une armée ennemie n'aurait aucun mal à traverser nos terres, vu la détresse dans laquelle nous pataugeons.

Depuis l'attaque de Kewashiioke, prévenue par le Rokudaime Mizukage via le courrier de l'ancien chef des maîtres du Shikotsumyaku, Kaguya Shyko, et ce juste avant sa mort dans les ruines du Palais de la Brume, Sesshū avait posé un pied sur le royaume de la paranoïa. À l'heure actuelle, il y avait sans doute des noirs esprits penchés sur la conception d'un plan visant à nuire à la cité de la Brume. Qu'ils viennent de l'extérieur de l'archipel... ou de l'intérieur des fortifications de Kiri. Comment pouvait-il fermer les yeux après ce coup d'attaque ? Et l'attaque du Titan Aqueux ? Et la fuite du Traître manchot, dont la vengeance viscérale ne saurait tarder ? Un frisson parcourut l'enfant de l'os.

Dépêchons de régler ce menu problème. Notre présence est demandée autre part, à ce moment même. Veillons à ne pas retarder outre mesure notre prochaine intervention.

_________________

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Dim 22 Sep 2019 - 15:39
De concert avec les paroles hâtives de Sesshū, Reikan n'avait pu s'empêcher de presser le pas dès son retour, prête à engloutir cette petite heure de route sans perdre plus de temps, en se fiant aux indications, aux fruits de leurs précédentes recherches, mais aussi à son sens de l'orientation le plus fidèle. Néanmoins, cette météo à en maudire les cieux et le discours tenu par son âme sœur ne manquèrent pas de faire travailler son esprit tout au long du trajet, bien que son faciès reste de marbre. Le continent. Si la Tigresse blanche faisait dorénavant partie de la Brume et se dévouait à sa protection, cela ne changeait en rien son attachement à ses origines et surtout, à ce qui avait fait d'elle une métamorphe aguerrie et ambitieuse ; les voyages. Comment savoir, derrière cette mer oppressante, si le reste du monde shinobi n'avait pas lui aussi été frappé par cette mystérieuse vague de chakra? Comment s'assurer que tous ceux qu'elle connaissait et chérissait, au-delà des marécages embrumés, n'y avaient pas, eux aussi, succombé? Il paraissait pourtant évident, au vu de l'importance des villages situés aux quatre coins du monde, que Kiri n'avait pas été la seule cité à avoir eu comme tortionnaire la Résonance. Et si ses enfants avaient pu l'encaisser, ceux des autres territoires étaient tout aussi susceptibles d'en faire autant. Toutefois, les conséquences d'un tel changement demeuraient toujours aussi imprévisibles. Malgré tout, la Yasei se retint de faire part de ses pensées au Kaguya et se terra dans le mutisme, tout comme elle emprisonna la pointe d'inquiétude qui trouait déjà son cœur. Sesshū avait raison ; il fallait avancer au plus vite pour en finir avec cette enquête et, ainsi, apporter des réponses à ces questions troublantes.

Au loin d'une presqu'île à moitié dessinée dans la brume, le défrichement des terres laissait petit à petit place à d’intrigantes bâtisses paysannes. Je n'ai certainement pas dévié même avec toute cette brume, alors... ça ne peut être qu'Hakusensha. Reikan plissa les paupières, mais les plus bas nuages de la côte de l'île étaient définitivement rois en ce lieu. Ses semelles gagnèrent un terrain boueux, presque sablonneux, puis finalement une fine pellicule d'eau mouvante. Les intempéries avaient transformé ce qui devait normalement être un champ en de véritables marécages, sur lesquels la changeforme se tenait d'ores et déjà debout et stoïque, grâce à une maigre couche de chakra. Le silence pluvieux, qui avait pris d'assaut l'île de Hakari dès leur descente du navire, n'était plus et avait laissé la vedette au tonnerre, alors même qu'aucun être vivant ne daignait s'affirmer aux côtés des deux agents du noyau de l'Archipel. La Fille du Vent traversa le petit banc de sable menant au bout de terre excentré et ouvrit a minima son troisième œil, soufflant discrètement du nez. C'est étrange. Je perçois quelque chose, mais... c'est épars. Reikan adressa un regard convaincu à l'enfant de l'os, avant de reprendre son avancée en direction du hameau bordé par une mer déchaînée.

« Veillons à inspecter chacun de ces bâtiments. »

Ou du moins, ce qu'il en reste. Le vent pulsait et les ramures des quelques arbres se tambourinaient les unes contre les autres, à l'image d'un très mauvais présage. Mais si de telles conditions météorologiques - ou restes de ce qui pourrait être une perturbation chakratique chez un enfant - avaient su éloigner les civils, pour des shinobi, il n'en était rien. Toujours couverte de son manteau, Reikan se présenta à la porte de la première habitation puis l'ouvrit, pour en constater l'intérieur. Comme tant attendu, seules les souris effrayées par son entrée animèrent le premier lieu d'inspection. Quelques pas assurés entre ces murs, accompagnés de ceux de l'augure, lui permirent d'observer le moindre détail pouvant lui échapper si elle n'avait pas pris la peine d'entrer, avant de passer à un second gîte, puis à un troisième. Et à chaque fois, la même scène se répétait en boucle ; une maison calcinée, laissée à l'abandon et, très certainement dans la précipitation, au vu des ustensiles du quotidien jonchant le sol couvert de cendres. Cependant, aucun d'eux ne constituait un véritable indice dans leur enquête, puisque tous les amenaient à la même conclusion ; quelque chose, ou quelqu'un, avait forcé les habitants d'Hakusensha à fuir. [invisible_edit]

Le ciel maussade planant au-dessus de leurs têtes avait délibérément contaminé ce qui devaient être de chaleureux foyers de familles, et ce jusqu'au dernier, devant lequel la féline venait de pointer le bout de son nez. La porte d'entrée avait volé en éclat et le désordre en son sein ne connaissait pas de limites, caressant de près la curiosité de la métamorphe qui n'hésita pas à pénétrer la demeure. Les rares planches de bois du parquet poussiéreux craquèrent sous ses pieds, alors que celle-ci s'affairait à inspecter l'intérieur dans son intégralité, jusqu'à découvrir à tâtons un corps d'enfant en bas âge, brûlé jusqu'aux os et enseveli par les cendres de la bâtisse. L'enfant des bêtes tiqua - sans doute qu'elle ne réalisa pas -, avant que son regard transperçant ne soit attiré par un jouet luisant en métal. Aucune trace de vie, pourtant, je le ressens dans le moindre de ces... objets. Reikan déposa délicatement sa main sur le bimbelot. Mais la réaction fut expéditrice ; un choc électrique parcourut son bras et sa veste trempée en un temps éclair, forçant la féline à laisser tomber l'objet au sol, puisqu'ayant désormais tout le bras droit engourdi. La Fille du Désert baissa la tête et serra son bras endolori, avant de se confronter à cette terrible image ancrée à même la terre. Et c'est à cet instant qu'elle comprit, que cette maison n'avait pas été meurtrie par les flammes, mais bien par la foudre. Alertée par un vacarme sans nom produit à l'extérieur, elle retourna l'instant d'après aux côtés de Sesshū. Dehors, les attendait désormais un véritable corps humain, non plus fait de chair mais d'électricité. Et visiblement, il était prêt - malgré lui ou pas - à ne pas laisser les deux agents de la Brume se promener plus longtemps au cœur d'Hakusensha.

résumé:
 

_________________



Dernière édition par Yasei Reikan le Sam 12 Oct 2019 - 18:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Sam 28 Sep 2019 - 18:39
Renaissance périlleuse ft. Yasei Reikan

La presqu'île de Hakusensha avait subi un cataclysme innommable. Les maisons avaient presque toutes été rasées ; la végétation semblait avoir alimenter un incendie d'envergure pour consumer l'entièreté du paysage. Ce fut un désert. Un monde sans âme, détruit, déchu, que la vermine tente de repeupler après la disparition de ses prédateurs naturels.

Rapidement, la métamorphe s'enquit à inspecter chaque ruine pour y trouver le moindre survivant, le fameux garçon frappé par la Résonance en guise de but. Elle se dirigea vers une première maison, son troisième œil ouvert pour capter la moindre signature chakratique, en vain. De son côté, l'enfant de l'os balaya les environs de sa propre sensorialité, celle-ci ayant toujours constitué un pan majeur de sa personnalité. Ainsi, il s'assit en tailleur, musela sa vue pour favoriser l'usage de ses autres biais de perception, et traqua Hakuba, ou Kanetsugu, ou qu'importait son nom d'ailleurs, depuis les ténèbres de chakra inexistant.

Enfin, une lumière s'alluma à en saturer la double-vue de l'augure. Devant lui avait apparu une boule de foudre bien physique, et bien réel ; une silhouette humanoïde dont la force primitive, bourdonnante de chakra, ressemblait à celle de son compagnon Nō Sabaru.

Un assimilateur.

À peine l'invité surprise eut le temps de faire son apparition, que la tigresse blanche revint à son tour aux côtés de Sesshū, alertée par une telle masse bruyante de chakra. Le garçon, d'apparence stoïque, dégageait pourtant une nette envie de meurtre. Telle l'instabilité de l'orage qui le constituait, de nombreux arcs électriques se hérissèrent depuis son corps pour s'entre-dévorer, la surcharge d'énergie peinant à rester contenue dans ses entrailles.

Fais attention à toi, Rei.

D'une main placée devant sa muse, plus par conviction personnelle de protecteur que par devoir de préserver son âme sœur, le maître du Shikotsumyaku s'habilla d'une épaisse couche d'os avant d'engager le combat. De quoi éviter l'électricité tentaculaire du garçon...


Soudain, davantage de silhouettes débarquèrent sur le champ de bataille improvisé.

— Partez d'ici, ou vous allez tous les deux mourir ! beugla un jeune garçon d'une douzaine d'années, les joues roses, mais le visage couvert d'une seconde peau de saleté.
— Vous n'avez rien à faire ici ! ajouta un second mioche, d'une tête de plus que lui.
— Vous z'aurez pas 'Sugu ! dévoila enfin une petite fille de six ans, un bâton dans la main.

La boule de foudre ne broncha pas. Ses semblants d'yeux continuaient de crever le regard de l'enfant de l'os, implacable, jonglant entre menace de mort et défi d'affrontement.

Sesshū échangea un regard avec sa partenaire féline....

... puis redirigea son attention sur son audience grandissante.

Nous ne vous voulons aucun mal.

Il leva ses bras couverts d'os en l'air, sans toutefois se mettre à nu.

Le village de Kiri nous envoie régler cette situation. Nous pouvons vous aider... Kanetsugu. De valeureux shinobi de la Brume ont été frappés par la même infortune. Il est possible de vivre avec. Mais pour cela... vous devez nous faire confiance, et nous suivre.

L'augure essaya d'analyser la réaction de l'assimilateur, mais celui-ci ne dévoila pas le moindre indice. Sa nature électrique continuait de bourdonner, de sursauter, de trépigner, camouflant ainsi des micro-expressions chargées en vérité.

— C'est un piège ! surenchérit le gamin de tantôt.
— Ouais, on vous laissera pas Kanetsugu aussi facilement, l'accompagna son aîné.
— Sugu est bien ici ! Là-bas il va être tristounet et faire son grognon !

Les deux Chûnin étaient tombés dans l'impasse. Qu'allait-il advenir de cette rencontre ?

_________________

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan UfV1OWm


Dernière édition par Kaguya Sesshū le Dim 8 Déc 2019 - 20:33, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969
Yasei Reikan
Yasei Reikan

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Sam 12 Oct 2019 - 22:18
La foudre. Ce feu du ciel qui a toujours été, dans les pensées, annonciateur de malheurs. Mais aujourd'hui, ce n'était pas seulement avec sa menace habituellement infligée aux hommes, au travers de son fracas contre la terre, qu'elle allait répandre la terreur sur cette partie de l'île. Car Hakusensha lui avait offert, en sacrifice de la Résonance, un puissant relais qui lui faciliterait la tâche ; le jeune Kanetsugu, aveuglément guidé par un pouvoir destructeur fraichement obtenu, était devenu le transmetteur de la colère des cieux. Si la féline disposait déjà d'une expérience similaire, par le biais de son ami Nō Sabaru, l'enjeu s'avérait être ici tout autre, étant donné que celui et ceux qui leur faisaient face étaient imprévisibles. Un à un, Reikan les dévisagea malgré la maigre pénombre en pleine expansion, au fur et à mesure que les nuages recouvraient le ciel. Les plus vieux ne doivent pas être âgés de plus de treize ans. Que diable font leurs parents, s'ils ne sont pas morts? Et si tel est le cas, il sera difficile de faire entendre raison à des enfants qui n'ont plus nulle part où aller., surtout si... Elle décrocha un regard au Kaguya, qui arborait d'ores et déjà toute la fierté de son clan sur son corps. Il valait mieux prévenir que guérir.

Cependant, Reikan nourrissait des doutes quant à l'efficacité d'une persuasion par les mots lorsque celle-ci était raccordée à un tel acte de méfiance, surtout dans une telle situation. Ce fut la raison pour laquelle la métamorphe prit les devants, outrepassant la main protectrice incarnant un semblant de barrage. L'enfant des bêtes fit deux pas stratégiques vers l'avant puis s'arrêta, ses chevilles flirtant avec la menace des jets de pierres des mioches. Kanetsugu était imbibé d'énergie et brillait comme une lanterne, à tel point que la rare herbe sous ses pieds peinait à rester debout, constamment parcourue de décharges électrostatiques. Mais face à ce phénomène, à défaut d'être habillée de la même armure que Sesshū, Reikan s'était vêtue d'une aura de confiance, dans laquelle trempaient le moindre de ses gestes, de ses mots. Était-ce là la nature même de la Fille du Vent qui lui offrait ce sentiment d'immunité face à la foudre? Ou bien était-elle incapable de faire violence à des morveux?

« S'il reste ici, tout comme vous, ce n'est pas tristounet qu'il va être. Mais bel et bien mort. »

De concert avec les inspirations soucieuses et les bouffées de surprise audibles, les visages enfantins se déformèrent. Si les paroles de la changeforme étaient crues et pouvaient être perçues comme un affront grondant de menace, son attitude, dénuée de toute forme de provocation ou de dangerosité, tranchait délibérément avec ces dernières. Je sens son odeur de chair brûlée jusqu'ici. Si seulement Sabaru m'avait expliqué plus en détail le moyen qu'il avait entrepris pour revenir à la normale... Les jeunes gens s'échangèrent des regards inquiets, alors que Reikan verrouillait ses pupilles éthérées sur la silhouette foudroyante de l'assimilateur.

« ...C'est hors de question! Sugu ne va pas mourir. Il ne peut pas mourir!
C'est vrai! Il a toujours pris soin de nous! Tout ce que vous voulez, c'est vous emparer de son pouvoir!!
Te laisses pas faire Sugu, c'est toi le plus fort!
Ghh..gh.. »

La jeune femme retint un soupir sous cette pluie agaçante, regrettant presque l'ingérence forcée mais nécessaire à laquelle devraient sûrement se livrer les deux agents de la Brume. Désormais, la rigidité de son faciès à elle seule parlait à sa place. Sans reculer ou gesticuler de façon idiote, la nomade dans l'âme plissa les paupières, dès l'instant où l'enveloppe de Kanetsugu se para d'une lueur rougeoyante, vive et intense. Il n'arrive même plus à parler. Dans son état, il va certainement chercher à nous faire rebrousser chemin dès sa première attaque. Mais il ne pourra jamais s'abandonner entièrement à son élément, à cause d'eux. La féline jongla une dernière fois du regard entre le corps de foudre et ses soutiens.

Bien qu'il tint à rester muet comme une tombe, l'assimilateur décida enfin de réagir à cette fameuse question ; son changement d'état allait-il lui permettre ou non de se livrer à eux sans encombres? Et la réponse fut celle de la violence. Très vite, la lueur persistante de son corps donna naissance à d'imposants arcs électriques, qui parcoururent en un rien de temps ses membres, à l'image d'un catalyseur en pleine charge. Et alors que la pluie n'était pas prête de prendre fin, les hostilités débutèrent à peine, immédiatement lancées par l'instable Kanetsugu. Sa bouche, trou béant dans sa silhouette de foudre, offrit un traître rictus à ses opposants, alors que sa dextre en profitait déjà pour se lever vers l'avant. Reikan n'eut pas manqué de fléchir les genoux pour prévenir son âme-sœur ; quand il fallait empêcher l'innocence de pencher vers le mal, elle était prête à tout.

Aussitôt, une épaisse couche de chakra élémentaire rougeoyant s'extirpa de tout son bras pour l'allonger vers l'avant, celui-ci devenu intangible. La capricieuse technique n'eut d'ailleurs même pas le luxe de se payer une forme dans cette action d'allonge, bien qu'elle fusait déjà à toute vitesse en direction de Reikan, première cible dans le champ de vision de l'adolescent. Rapide. La féline s'empressa de se propulser sur le côté, laissant le bras de foudre intangible s'étendre en la frôlant afin de poursuivre sa route vers sa moitié pour tenter de l'électrocuter de plein fouet. La lancée de l'attaque fut si frappante que l'électricité statique ambiante souleva sa chevelure jusqu'à l'en hérisser de peu. Mais la jolie brune n'eut même pas le temps de s'inquiéter pour le Kaguya, qu'après le passage du bras, une salve d'aiguilles foudroyantes naissait au plus près d'elle, à même la longueur du bras étendu par la technique d'assimilation, avant de foncer sur elle. Sans même utiliser de signes incantatoires, Reikan se servit l'air ambiant à sa droite pour balayer d'un coup sec les aiguilles lui étant destinées. Présentement, il a beau constituer une menace pour Kiri et ses habitants, je ne peux pas me résigner à le blesser gravement. Il peut encore être sauvé. La Fille du Vent gonfla finalement les joues et expulsa de sa bouche une dizaine de fines lames d'air droit sur Kanetsugu pendant qu'il était occupé à s'en prendre à l'enfant de l'os, à des points stratégiques de son anatomie ; c'est-à-dire les articulations majeures de son corps. Mais cela sera-t-il seulement suffisant pour briser le maintien de sa technique?

résumé:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Kaguya Sesshū
Kaguya Sesshū

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan Empty
Dim 8 Déc 2019 - 20:34
Renaissance périlleuse ft. Yasei Reikan

Lutter contre un assimilateur représentait un défi de taille. Surtout lorsque l’élément auquel le système chakratique du shinobi s’était lié ne disposait d’aucune forme physique. La seule expérience que Sesshū avait en matière d’assimilation élémentaire était le cas du turbulent Mamoru Honō, contre lequel il s’était battu, en plein port Naragasa, pour une sotte histoire de politesse. Mais il avait été évident, pour l’esprit de l’augure, que ses os n’avaient aucune chance de vaincre une telle boule de flamme. Chaque frappe essuyait un cuisant échec, traversant la silhouette enflammée comme si elle n’était qu’illusion. Pourtant, le feu mordait bel et bien la chair. Face à cet avatar de foudre, Sesshū redouta encore une fois l’issue du combat. Et celui-ci s’engagea malgré l’énergie déployée par le Prédicateur pour apaiser les tensions. Vraisemblablement, le fameux Kanetsugu était en proie à une rage débilitante. Son organisme n’était pas le seul impacté ; sa conscience était elle aussi prisonnière des effets de la Résonance. Les deux Chuunin de la Brume ne pouvaient plus éviter le combat.

La colère de Hakusensha ne leur laissait pas ce luxe.

Il n’y a qu’un seul moyen de le vaincre ! beugla l’enfant de l’os en agitant son armure devant l’entité foudroyante pour attirer son attention. Il faut qu’il se fatigue !

Intégralement recouvert d’os, lui-même parcouru de chakra, Sesshū n’avait – pour l’instant – rien à craindre de son ennemi affinitaire. Il profita de cet avantage certain pour imposer son rythme sur la bataille ; et nourrit l’hostilité de la silhouette intangible en propulsant des phalanges par dizaines. Évidemment, aucun projectile ne toucha leur cible. Les trous causés par le passage de chaque os se reformait aussitôt, les arcs électriques grignotant le vide tel le fil d’un couturier pour combler les trous d’un haillon.

Vous autres, éloignez-vous du village, ou vous risquez de subir des dégâts collatéraux. Votre compagnon n’arrêtera pas ses coups pour vous épargner !

Le Prédicateur se lança soudain dans la mêlée. En échange d'assauts électriques, il rendit des enchaînements de poings, tête, et pieds, simulant un combat entre égal le temps de cette courte valse. À chaque frappe, chaque trou béant laissé dans la chair élémentaire de son ennemi, Sesshū savait pertinemment qu'il dilapidait le chakra de ce dernier. Il lui suffisait d'économiser le sien pour tenir la longueur, et d'être capable d'éviter les assauts dantesques de Kanetsugu. Et il le fallait bien ; car l'orage grondait toujours dans le cœur du garçon.

_________________

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan UfV1OWm
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5395-kaguya-sesshu-termine http://www.ascentofshinobi.com/t5408-kaguya-sesshu#42969

Renaissance périlleuse | Ft. Yasei Reikan

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: