Soutenez le forum !
1234
Partagez

Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko]

Sendai Hanae
Sendai Hanae

Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko] Empty
Jeu 20 Juin 2019 - 21:42
Les rues de Kiri sont vastes, mais la chaleur de l’été n’est pas caniculaire ici, du moins pour l’instant. Pour une femme qui a connu la fournaise du désert de Kaze, la belle saison chez les brumeux n’est pas un calvaire. De plus, aujourd’hui est un beau jour, puisqu’outre le fait qu’Hanae a trouvé un endroit où loger pour pas cher, elle a pu s’acheter un nouveau sac, son précédent ayant disparu dans les méandres de l’océan durant sa traversée. Une triste histoire… La pauvre a été agressée par une mouette, qui est parvenue à lui faire perdre l’équilibre. Pour ne pas finir à l’eau, la rougeoyante a dû abandonner ses bagages. Par chance, les choses les plus importantes se trouvaient en sécurité, dans divers sceaux apposés sur son corps, et n’ont pas été perdus. Tout cela pour dire que désormais, elle peut recommencer à stocker de la nourriture – beaucoup – et des objets inutiles – pas tant que ça – et c’est une aubaine. L’incarnate repense alors à son passage à l’hôpital, et son coeur s’emballe un peu alors qu’elle vient poser le bout de ses doigts sur son pendentif. Elle interrompt ce geste aussitôt, ne souhaitant pas se laisser aller à de la nostalgie. Si elle est restée un peu plus, c’est pour « ça », mais elle doute de ses propres intentions à cet instant.

Son attention, quant à elle, est très vite attirée par une sensation dans son dos, ou plutôt au niveau de son sac, quand un malandrin qui s’était approché à grande vitesse semble lui avoir dérobé quelque chose. Du coin de l’œil, la Sendai reconnaît l’objet, il s’agit d’un rouleau qu’elle a obtenu d’un bandit lors d’une mission, et même s’il ne lui est d’aucune utilité, elle pense pouvoir trouver un acheteur, ou au moins une personne à qui il sera utile. L’incandescente ne perd pas une seule seconde et se met à sa poursuite. Mais le voleur est malin et se faufile dans une foule assez dense pour ne pas être remarqué facilement. Les yeux de l’adoptée du désert sont bons, elle le suit tout de même, et préfère emprunter la voie des toits pour le tenir en chasse. Lorsqu’il dépasse la marée humaine, elle ne tarde pas à le rattraper, bondissant droit sur lui. Le vicieux tente alors de se servir de quelqu’un comme bouclier,se cachant à moitié derrière cette jolie jeune femme, ne donnant pas l’opportunité à la victime de son vol de tout éviter. BOUM, PATATRA ! Trois personnes à terre, mais par chance le parchemin revient dans les mains de sa propriétaire… Enfin, elle ne cherche pas à comprendre, et tandis qu’elle se relève avec difficulté, prête à tabasser le vil gourgandin, elle regarde plus en détail l’autre victime… Le goujat semble ko, elle pourra s’en occuper après.

« Bonjour, vous allez bien ? Je suis désolée, j’ai mal contrôlé ma course poursuite..ahah »

Son rire gêné montre bien à quel point elle est sincère dans ses excuses.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Date Junko
Date Junko

Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko] Empty
Sam 22 Juin 2019 - 23:06

Il semblait que c'était la journée des coïncidences. Une journée, comme toutes les autres en somme, jusqu'à ce que les événements improbables commencent à s'enchaîner à une vitesse dépassant l'entendement et les normes de la physique. Certains pouvaient y voir une quelconque loi des séries, ou n'importe quoi d'autre. Les plus pragmatiques diront seulement que c'est ... bizarre. Mais après tout, si ça arrive, à quoi bon commenter ? Ce n'est pas comme si certains de ces événements étaient vraiment tragiques ...

Tout avait commencé dans l'établissement où Junko avait passé la nuit. Il était vide. En soi, c'était déjà une anomalie. Ce genre de bouge n'était JAMAIS vide, surtout un lendemain de chaude soirée d'été. Généralement, on retrouvait des corps gisant sur le plancher, à moitié vivants, écumant un mélange de bave et de vomissures. Mais ce matin-là, pas un rat. Enfin, si, plein de rats. Mais aucun qui ressemble vraiment à un homme. Il y avait seulement, trônant sur une table, un rouleau, dont Junko ne manqua pas de s'emparer. Et, comble de l'étrange, quand elle se pencha à la fenêtre pour inspirer un bon bol d'air frais, un passereau qui voletait par là vint se poser sur le cadre de la fenêtre, et la regarda droit dans les yeux, comme s'il scrutait jusqu'aux tréfonds de son âme.

"ISSOU."

Et il s'envola. Junko considéra la scène un instant, et se dit qu'elle était très probablement mal réveillée. Une promenade dans le village lui ferait le plus grand bien.

Elle était donc sorti dans les rues de Kiri, pipe au bec, laissant derrière elle une traînée de fumée blanche alors qu'elle évoluait au milieu de la foule matinale. Et, là encore, elle ne put s'empêcher de remarquer quelques faits surprenants, qu'on ne s'imaginait généralement que dans des scènes faites pour être volontairement comiques. D'abord, cette vieille dame, ployant sous le poids de deux lourds ballots chargés de victuailles glissa réellement sur une peau de banane qui gisait là. Junko la regarda s'étaler de tout son long, éberluée par la chose. Puis elle reprit son chemin.

Et, un peu plus loin, elle vit une tuile glisser lentement d'un toit. Elle s'arrêta pour observer la suite. Et ça ne manqua pas. La tuile tomba pile sur le sommet du crâne du gamin qui passait en-dessous. Incroyable. Elle passa à côté de la foule qui commençait à s'ameuter autour du corps ensanglanté de l'enfant inconscient, prise d'une soudaine profonde réflexion sur les hasards de la vie. Quelque divinité n'essayait-elle pas de lui faire passer un message ? Le "issou" de cet oiseau n'avait-il pas été le premier avertissement d'une longue série, qui lui enjoignait de retourner se coucher ?

Ce devait être quelque chose de cette farine, car, peu après, elle fut la victime de ces événements improbables. On la percuta de plein fouet, de dos, sans qu'elle ait rien pu anticiper. Elle s'étala de tout son long sur le pavé, cassant sa pipe - littéralement - en chutant. Elle contempla d'abord les débris de son instrument de fumette avec un regard plein de reconnaissance pour les services rendus. Puis, elle considéra ses assaillants. Un malandrin, qui avait pris un bon coup sur la carafe, et une femme, pas désagréable à regarder, et visiblement assez désolée de la situation. Junko se releva, et épousseta ses vêtements.

"Ne vous en faites pas, je pense que ce n'est juste pas ma journée aujourd'hui. Vous n'auriez pas vu ..."

Elle s'interrompit, voyant le rouleau - son précieux butin du matin - gisant à côté du malotru. Elle le reprit, et le fourra dans un repli de sa tunique.

"J'imagine que celui-là ne vous voulait pas que du bien ... Vous l'avez mis dans un sale état."

C'était un euphémisme. Le garçon commençait à baver abondamment, et écumait sur le pavé. Junko eut une moue de dégoût. Elle détestait les gens sales.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko] Empty
Dim 23 Juin 2019 - 20:24
Le choc est ce qu'il est. Pas de morts, c'est le principal, mais des blessés. A première vue, les pertes sont les suivantes: une pipe de médiocre qualité, la propreté sur les vêtements d'une jolie fille et surtout les quelques neurones qui restaient chez ce sale voleur. Hanae sourit victorieusement en constatant que ce criminel de haut vol - c'est le cas de le dire - est dans un état où il ne fera plus rien de mal à personne avant quelques instants. La Sendai dévisage cette femme, avant de se relever à son tour et de se dépoussiérer, l'imitant dans sa démarche. Elle aussi avait un rouleau, tiens, comme quoi, la devise qui dit "Femme consciente ne sort jamais sans son rouleau" n'est pas exagérée. Cela fait sourire la Kazejine, qui se ravise aussitôt après la seconde phrase de celle à qui elle a fait du rentre dedans involontairement.

"Ah, il m'a volé un bien assez précieux, le bougre ! Mais... le mérite de son état ne me revient pas. Je vous ai percutée sans le faire exprès, et vous l'avez bien éclaté, si je puis me permettre ! Du coup, merci hein !"

Elle rit en disant cela, ses mots étant la pure vérité, mais énoncée de la sorte, la situation est tout de suite bien plus cocasse. Cependant, l'étrangère ne risque-t-elle pas d'ennuis avec tout cela ? Un événement peut facilement être mal interprété, c'est d'ailleurs pour cela que peu de gens font confiance au Kunaï détroussé, et ses informations énormément détournées pour faire rire. Enfin, là il ne s'agit d'un journal parodiant le Kunaï émoussé. L'écarlate se souvient alors d'une rencontre avec un certain Kaguya, et ne souhaite pas réitérer un éventuel manque de politesse. Elle se présente donc à l'inconnue.

"Au fait, je m'appelle Hanae ! Je préfère me présenter parce qu'un directeur complexé... euh, d'un complexe pardon, m'a déjà reproché de ne pas l'avoir fait ! Je ne veux pas être mal vue ici, le temps que j'y resterai !"

Mais le temps semble compté, pour la brune, afin qu'elle puisse se présenter. Comme si une personne dans les environs était maudite ou attirait exceptionnellement tout un tas d'aléas des plus étranges, une horde d'autruches semblant très en colère se dessine dans la direction d'où est arrivée l'ex Kumojine. Se retournant lentement, attirée par le bruit, la rubiconde a les yeux qui sortent presque de leur orbite. Est-ce un genre de jeu de ce village ? Comme un lâcher de taureaux, mais avec les plus affreuses et malfaisantes créatures en ce bas monde ? En un instant, une situation similaire revient à l'esprit de la Kaminarijine, qui se souvient avoir été battue par trois autruches invoquées par un adversaire, lors d'une mission. Sans ses alliés, elle aurait d'ailleurs bien pu y passer.

"Il faut partir, ces bestioles sont maudites, elles ne veulent que du mal ! SUR LE TOIT, VITE !"

Ni une, ni deux, la flamboyante bondit en hauteur, sur le toit le plus proche, et se dit que l'autre demoiselle la suivra. Elle fixe alors la panique qui se déroule en contrebas, totalement dépassée par les événements. En fait, dans son esprit, une phrase tourne en boucle "C'est quoi ce village de tarés ?!"

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Date Junko
Date Junko

Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko] Empty
Dim 23 Juin 2019 - 22:26

Junko s'apprêtait à répondre aux présentations qui commençaient à s'échanger, quand elle fut interrompue net. Hanae s'envola - assez littéralement - sur le toit le plus proche, et Junko, se retournant, les vit ... Elles étaient tout un troupeau. Dans leur sillage, un nuage de poussière. Devant eux, rien que de la terreur. Tout de noir couvertes, elles faisaient trembler tout Kiri de leur cri d'enfer, qui résonnait à travers tout le village et jusque dans les os des plus braves. Junko avait vu bien des choses, quand elle était encore gladiatrice à Asosan. Elle avait vu la violence. Elle avait vu la guerre. Elle n'avait pas encore vu l'Apocalypse ...

Elle fut tirée de sa stupeur par une simple vision: celle d'un passant imprudent, ou trop lent peut être, qui, ne s'étant pas retiré assez vite du passage de ces bêtes infâmes, se fit dégommer à pleine vitesse. Son corps se perdit dans le nuage de poussière soulevé par les créatures, et on ne devait plus le revoir ... Boostée par l'adrénaline, Junko se reprit: elle sauta à la suite de sa comparse sur un toit. Juste à temps: déjà, à terre, les autruches faisaient retentir le tonnerre de leur charge, balayant toute trace de civilisation sur leur passage. Les véritables cavaliers de l'Apocalypse ...

"Euh ... Moi c'est Junko."

La journée semblait ne pas pouvoir être plus étrange. Junko se souvint soudain du garçon qu'elle avait percuté. Il devait encore gésir au sol, quand les autruches étaient passées en fanfare. Elle n'osa pas se pencher pour constater l'état dans lequel il devait se trouver à présent. Avec un peu de chance, il resterait à ses parents quelque chose à enterrer. Tous n'avaient pas eu autant de chance. Encore heureux que ces bêtes ne sachent pas voler. Sinon, les deux camarades auraient été dans de beaux draps.

Junko eut alors une sorte d'épiphanie. Nerveusement, elle tâta sa tunique à l'endroit où elle avait rangé son rouleau, un instant plus tôt. La recherche dura bien deux bonnes minutes. Et, à chaque seconde qui passait, son taux d'adrénaline montait un peu plus. Non ... Elle ne pouvait quand même pas être gourde à ce point. Elle se maudit de ne pas avoir de poches dignes de ce nom.

"Mauvaise nouvelle: je crois que j'ai encor-"

Elle s'interrompit. Face à elle, à quelques toits de distance, une autruche se tenait là. Elle ne savait ni comment elle était parvenue là, ni pourquoi exactement. Tout ce qu'elle savait, c'était que, dans le bec de l'animal, c'était clairement son rouleau qu'elle identifiait. Elle regarda la bête. La bête la regarda. Elle ne cilla pas. La bête ne cilla pas. Elle fronça les sourcils. La bête fronça les sourcils.

"Hanae ... Je vais avoir besoin de toi."

Un combat de titans s'annonçait. Car déjà, Junko et l'oiseau s'étaient mis en position. Junko était déterminée à ne pas mourir. Pas aujourd'hui. Elle préférait encore manger du steak d'autruche.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko] Empty
Lun 24 Juin 2019 - 19:48
Tentant de se calmer à la vue de cette situation apocalyptique, Hanae se dit que ce n'est qu'une mauvaise passe et que tout ira mieux dans quelques instants. Des milliers... Des millions... Non, ils sont des milliards et ils viennent détruite toute trace de vie dans ce village. Serrant ses bras autour de son corps, la jeune femme est en train de revivre l'un de ses pires traumatismes d'adolescence, et ce n'est que quand le bruit de leurs pas disparait qu'elle se ressaisit. Ils étaient une trentaine, peut-être cinquante, grand maximum. La rouquine a encore réfléchit maladroitement et n'a pas su contrôler ses émotions. Son premier réflexe est d'avancer à quatre pattes jusqu'au rebord, pou constater de l'état des passants. Beaucoup de blessés, possiblement quelques morts, mais ses prunelles incandescentes ne cherchent pas les autres. La personne qu'elle a blessée, même si elle n'était pas en tort, elle est encore là. Son corps est difficilement reconnaissable, tout aplati comme une crêpe. Intérieurement, elle jubile, car si ses enseignements de la cité des sages lui interdisent de tuer, rien ne l'empêche de se complaire dans la mort, par quelqu'un d'autre, d'un scélérat de la pire espèce. Arborant un air stoïque, elle regarde celle qui s'appelle Junko et lui annonce:

"Je suis au regret de t'annoncer que l'homme qui m'a volé est mort... Tragique."

Au fond d'elle, la jubilation est totale, elle s'imagine dansant au-dessus du cadavre, et pourquoi pas uriner, même, sur ce qu'il en reste. Mais toute sauvage qu'elle soit, elle conserve une dignité et ne s'abaissera pas à cela. La phrase suivante de la jolie brune la met en alerte. La Sendai sent son rythme cardiaque accélérer lorsqu'elle voit un autre voleur, sur un toit, non loin. Elle est spectatrice de l'échange de regards entre la belle et la bête, et commence à trembler, discrètement.

"Il n'y en a qu'une... Le rouleau hein, tu veux le reprendre ? Héhé, hum."

La flamboyante déglutit, contenant difficilement son mal-être, et tente d'aligner des idées pouvant être utiles à cette personne qui semble posséder une chance légendaire. Prenant plusieurs respirations successives, elle finit par se calmer, et propose une solution assez aisée à Junko.

"Ces bêtes-là, elles sont perfides. Si tu veux la vaincre, il va falloir qu'on s'y prenne à deux, et bien. Son point faible, c'est son long cou, alors ce que je vais faire, c'est que je vais sauter au-dessus d'elle, ça va attirer son attention, et il faudra que tu en profites pour lui mettre un coup dans la glotte... si elle en a une, et récupérer ton rouleau. On pourrait ensuite tenter de lui arracher les membres un p... euh, non oublie ça, le rouleau et c'est tout."

S'assurant que la demoiselle a bien compris le plan, la Kazejine prend une puissante impulsion pour se projeter à un mètre plus haut que la tête de la bête. Mais l'animal bondit d'un coup et lui assène un grand coup de bec, la faisant s'écraser contre les tuiles. Par réflexe, la beauté au teint pâle se réceptionne sur une main, et force la plumée à tourner son dos à Junko. Néanmoins, le regard du piaf est mauvais, tout va très mal tourner, et contre son prédateur naturel, la rougeoyante est en mauvaise posture.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Date Junko
Date Junko

Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko] Empty
Jeu 4 Juil 2019 - 16:02

Junko admira le prodigieux bond de sa comparse. Mais l'oiseau était tout aussi adapté à ce genre de prouesses physiques que son adversaire, et il ne tarda pas à en faire montre. Déployant ses ailes monstrueuses, il s'éleva dans les airs avec une vivacité impressionnante, et frappa Hanae de son bec meurtrier. Ouch. Junko eut une grimace. Le coup avait l'air particulièrement violent. Sans aucun doute, bien des gens avaient déjà souffert d'un accrochage avec la bête, au point d'en mourir. Ce coup de bec avait de quoi faire frémir jusqu'aux plus braves ... Junko n'avait aucune envie d'en être victime.

Mais elle bénéficiait à présent d'un avantage sur la bête: elle lui tournait le dos, et était donc a priori vulnérable. Mais il valait mieux se méfier ... La créature avait l'air particulièrement sournoise. La prendre à la légère serait une grave erreur ... Qui pourrait coûter plus qu'une mauvaise chute. Il fallait donc agir avec discrétion, autant que possible. Junko se mit sur ses appuis. Viser le cou ? Ca devait pouvoir se faire ... Après tout, la tête du monstre semblait être montée sur une vraie échelle. Une vraie surexposition, qui semblait être une aubaine pour n'importe quel assaillant.

Junko s'élança. Elle courut sur les tuiles avec l'agilité d'un chat, et s'apprêtait à lancer son coup en direction du cou quand l'oiseau de malheur se tourna vers elle. La terreur envahit alors Junko. Elle était faite. C'était terminé. La mort était là, emplumée, qui la contemplait de son regard froid. Déjà, elle s'apprêter à faucher la pauvre vie de la jeune femme. Son bec se balançait dangereusement, sournois, hostile. Junko le voyait luire de son éclat assassin, et se diriger droit vers sa tête.

Fort heureusement, elle glissa sur une tuile, et fit un superbe dérapage sur plusieurs mètres, passant sous le corps de l'oiseau qui, emporté par son mouvement de bec, la manqua et fit voler en poussière quelques tuiles malheureuses. Junko se remit vite sur ses pieds, et avant que l'autruche ait eu le temps de reprendre son assaut, la jeune femme était parvenue à la hauteur de sa comparse.

"Vindieu, la bête est coriace. Elle n'a pas d'angle mort. Il va falloir l'attaquer ensemble, si on veut la terrasser."

Elles étaient à présent deux nobles guerrières, en croisade contre le démon. Elles avaient un monstre à occire. Une destinée à accomplir. Elles purifieraient cette terre en faisant couler le sang de l'animal.

"Prête ?"

Et Junko s'élança à nouveau. Cette fois, tout en parcourant les tuiles, elle composa une série de mudras. L'autruche était déjà prête à attaquer, mais Junko lui souffla un nuage de poison opaque au visage, bloquant sa vue. Elle tira alors de son vêtement quelques senbons, qu'elle projeta à travers le nuage pourpre. Elle était déterminée. David abattrait Goliath.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko] Empty
Sam 6 Juil 2019 - 11:27
La situation est propice à une victoire certaine du duo de femmes s’étant retrouvé dans une suite d’événements assez incongrus. Alors que la bête fait face à Hanae, Junko a le champ libre pour venir l’occire depuis son dos. Mais le monstre est vivace, et sans que la Sendai ne puisse faire quoi que ce soit, encore un peu affectée par la puissance du coup digne d’un jutsu de rang B, l’autruche se retourne et tente d’éliminer la pauvre rousse. Mais son talent, sa chance, ou l’intervention d’une divine protection, peu importe, fait qu’elle parvient à lui passer en dessous. Ce n’est pas encore fini, et la rougeoyante est de nouveau capable de se battre. Elle écoute son alliée du jour, et lui répond rapidement :

« Ces bêtes-là sont vicieuses et mauvaises. Il faudrait mandater quelqu’un pour les rayer de la carte une bonne fois pour toutes. »

Son propre traumatisme parle pour elle, elle ne s’est jamais totalement remise de cette fameuse mission, il y a quelques temps, et ne pourra jamais vraiment oublier cette espèce animale. Lorsque le top départ est donné par sa coéquipière, la rubiconde la laisse partir, pour mieux juger de la situation. Alors la première semble manipuler un type de technique assez unique, une forme de jutsu se basant sur un gaz, ou un poison à cet état, tout du moins, qui obstrue la vue de l’emplumée. Puis des projectiles, qui signent le coup d’envoi des attaques de l’ex Kumojine. Après avoir effectué quelques mudras, elle répand son chakra pur, rouge, en direction de l’animal, et vient attraper les deux pattes de l’oiseau de malheur.

« Bien, ton cou et ton bec son puissants, mais une fois à terre, tu ne pourras plus nous poser de problèmes. »

Alors qu’elle tente de le faire trébucher, l’ennemi s’en rend compte et commence à prendre un léger envol, d’au moins trois mètres. La jeune femme n’a d’autre choix que de rester accrochée à ses pattes, et se détache également du sol. Mais l’autruche ne sait pas voler, tout au plus, elle peut décoller et planer légèrement, si bien qu’au bout de quelques secondes, la pauvre commence à revenir vers le sol, devenant vulnérable. Se lâchant, Hanae retrouve les tuiles en première, et prend une impulsion pour atteindre le dos de l’animal, évitant habilement son bec. Elle se pose dessus, et avant que la bestiole ne touche le toit, la flamboyante effectue de nouveaux mudras et vient entourer une bonne partie du corps de l’animal de chakra pur, lui bloquant tous ses mouvements, le cou y compris.

« Junko, tu peux reprendre ton rouleau, et on déguerpit d’ici ensuite… Je ne veux pas rester proche de cette chose plus longtemps. »

Un rire se fait alors entendre, très près, mais la Sendai doute de sa propre ouïe, car la seule « personne » à proximité est une autruche, qui ne peut donc pas rire…

« Tu penses m’avoir vaincue, mais je ne suis pas seule. Me cacher dans ce troupeau de mes semblables était une bonne idée pour voler ce rouleau, mais mon fidèle allié va me libérer et m’aider à vous éliminer ! »

Mais où est-il, ce fidèle allié ?

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Date Junko
Date Junko

Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko] Empty
Dim 7 Juil 2019 - 10:25

C'était bon. La créature était à terre, immobilisée, et Junko put récupérer son rouleau. Elle s'en empara avec soulagement. Elle aurait fort marie d'avoir perdu son butin de la matinée. Mais il restait encore un mystère à élucider. Car le monstre n'avait pas fini de les étonner. Il n'était pas seul. Il y en avait d'autres. Au moins un autre, en tout cas. Son "fidèle allié" ... Quelle sorte de créature infâme pouvait bien avoir envie de s'acoquiner avec ... ça ? Sans doute quelque autre ignoble atrocité de la nature. Ce genre d'immondice ne pouvait que rencontrer des alliés parmi les siens, c'est-à-dire parmi la fange la plus détestée et redoutable de la Création. Junko en frissonnait d'effroi.

Elle échangea un regard avec Hanae. Un regard plein de doute et d'appréhension. Etaient-elles déjà la cible des recherches de cet autre allié, qui menaçait de les prendre en chasse pour libérer son coreligionnaire ? Et à quoi pouvait bien ressembler une telle abomination ? Tant de questions dont les réponses semblaient déterminer leur salut ... Et auxquelles elles ne pouvaient pas apporter de solution.

"Qu'est-ce qu'on devrait faire, d'après t-"

Elle fut interrompue par un violent fracas de tuiles brisées dans son dos. Elle sut alors aussitôt qu'un nouvel ennemi venait d'arriver. Qu'elles devraient faire face à leur destin. Lentement, elle se retourna en direction de leur nouveau Némésis ...

C'était une créature telle qu'on n'en rencontre que dans ses cauchemars les plus terribles. Un monstre, surgi tout droit des plus bas fonds de l'imaginaire pour effrayer les enfants et égorger les parents. Monté sur de courtes pattes, griffues et menaçantes, l'animal leur faisait face. Son corps était recouvert d'une épaisse fourrure brune, parfois abîmée par les stigmates des nombreuses batailles qu'il avait dû souffrir. Junko n'osait imaginer les flots de sang qui avaient teinté, un jour ou l'autre, ces poils. Une queue plate, quadrillée, à l'air robuste. Une arme de première utilité, à n'en pas douter. Un seul coup de cette masse suffisait sans doute à assommer même les plus braves. Et des incisives à en percer jusqu'aux os la chair des guerriers fous qui croiseraient le chemin de ce monstre. Le roi des castors se tenait là, devant elles. Et il était prêt.

Il semblait que c'était la fin du chemin. Junko et Hanae mourraient sans doute là, oubliées de tous, mais dans un combat épique. Il ne leur resterait plus qu'à espérer que quelqu'un soit témoin de leur mort, et la rapporte aux générations futures pour qu'elles n'aient pas à souffrir les mêmes maux qu'elles. Elles mourraient en exemple, et avec les honneurs. C'était une sorte de consolation.

Junko se mit sur ses appuis. Elle se défendrait. Comme elle avait toujours appris à le faire. Elle n'avait pas protégé sa vie si durement dans les arènes d'Asosan pour la laisser en pâture à un animal, si cruel et dangereux soit-il. Elle se battrait. Elle ferait miroiter pour lui l'ombre de la mort, si elle le pouvait. Elle lui montrerait combien les humains pouvaient être dangereux, si on les provoquait. Mais elle avait perdu tout espoir d'en réchapper. C'était sa dernière bataille. Son chant du cygne. Aujourd'hui, elle tomberait face à son ennemi.

"Contente de t'avoir rencontrée. T'avais l'aire d'être une fille bien. Dommage ..."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko] Empty
Sam 13 Juil 2019 - 14:54
L'autruche est maîtrisée, et c'est une petite fierté pour Hanae qui a enfin réussi à vaincre sa plus grande peur. Un allié ? La rouquine rit à gorge déployée, elle connaît cette tactique vieille comme le monde qui consiste à faire croire, dans une situation de défaite imminente, à un allié caché. C'est notamment une stratégie visant à faire douter ses adversaires, pour reprendre le dessus. Mais la Sendai ne doute pas, elle lance un regard complice à Junko, qui est sans doute sa première alliée depuis son arrivée ici. Celle-ci tente alors de dire quelque chose, mais elle est interrompue par un craquement. En fait, bien plus qu'un craquement, il s'agit d'une véritable explosion, sous les pieds du trio, qui laisse apparaître une créature monstrueuse et effrayante. Mais la Kazejine n'a pas peur, le plus gros danger est immobilisé, bien que cela ne durera pas. L'ennemi a l'air puissant, mais en deux contre un, il y a toujours des possibilités pour vaincre, peu importe le niveau de l'adversaire. La rubiconde ne bouge pas, pour commencer, maintenant l'autruche immobilisée. Si les deux joignent leurs forces, non seulement les civils pourraient être mis en grave danger, mais les deux femmes pourraient aussi y passer. Laissant glisser sa main dans son dos, très doucement, l'écarlate s'assure que le castor ne fasse aucun mouvement brusque, et elle attrape un kunai, prête à abattre le premier animal.

"Ce rouleau est à nous, rendez-le et nous épargnerons vos vies, vulgaires humains."

La vile bestiole fixe alors la détentrice du rouleau, et baisse ainsi sa garde. D'un geste vif, Hanae recouvre son projectile de chakra pur pour le rendre bien plus tranchant, et le lance vers le long cou de l'oiseau. Tout va très vite, voire même trop vite pour le nouveau venu, qui n'a pas le temps d'aider son alliée, dont la tête tombe à ses pieds... ou à ses pattes. L'ex Kumojine affiche un sourire de satisfaction, même si abattre l'animal en question n'est pas quelque chose qu'elle aurait fait pour le plaisir. Ici, il s'agit surtout de réduire le nombre d'ennemis, et de relâcher son jutsu pour se concentrer sur l'assaillant restant. D'une voix forte et audible, elle lance alors au "queue plate":

"Ce rouleau n'a jamais été à vous, et si vous ne voulez pas finir comme votre fidèle alliée, je vous conseille de partir de ce village sans plus attendre."

La bête semble perdre patience, tentant tant bien que mal de recoller la tête de l'autruche, dont le corps a également fini par s'échouer sur les tuiles. S'immobilisant alors totalement, le dernier ennemie finit par concentrer une énorme quantité de chakra dans sa queue.

"SAUTE DE CE TOIT, JUNKO !"

D'un bond, la flamboyante se retrouve sur un toit adjacent, et ce qu'il se passe ensuite l'empêche de voir si son alliée a survécu ou non. D'un coup violent, le castor frappe le toit du bâtiment, le détruisant totalement et en un instant. La fumée qui s'élève ensuite cache le résultat du carnage, et la sauvage ne peut qu'attendre que toute cette poussière retombe pour constater de l'état des lieux...


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Date Junko
Date Junko

Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko] Empty
Sam 13 Juil 2019 - 15:38

Junko s'exécuta en entendant l'ordre d'Hanae. Elle agissait sur ses réflexes. On lui donnait une consigne: elle l'appliquait, sans attendre. Elle aussi trouva refuge sur un toit voisin, mais différent de celui de sa camarade. Elle ne regretta pas d'avoir imité Hanae: un instant plus tard, leur précédent perchoir volait en éclat, sous l'effet d'un simple coup de queue du nouvel arrivant. Un brouillard de poussière emplit l'atmosphère alors que les débris de bois et de tuile volaient en tous sens. Junko reçut dans les mains la tête de l'autruche, fraîchement coupée. Elle eut un frisson d'horreur, et donna un shoot mémorable dans la caboche, qui fila à nouveau dans la direction d'où elle venait. Elle se perdit dans la poussière, sans que Junko puisse savoir où elle l'avait projetée exactement.

"JE SUIS TOUJOURS VIVANTE, HANAE !"

Elle osait espérer que l'autre jeune femme l'était aussi. D'un geste, Junko tâta son vêtement: le rouleau était toujours là, soigneusement arrimé à l'étoffe, cette fois. Elle ne comptait pas le laisser s'échapper à nouveau. Désormais, elle en faisait une question d'honneur. Quoi qu'il y ait d'inscrit sur ce morceau de papier, elle se faisait une mission d'ordre personnel de ne pas le perdre encore une fois. Il semblait trop important aux yeux de bestiaux ridiculement puissants pour qu'elle puisse se permettre de le laisser traîner dans la nature ...

Le nuage de poussière commençait à se lever, révélant une crevasse béante dans ce qui avait été auparavant un toit soigneusement couvert. Sous les décombres de la charpente, des cris s'élevaient. Des cris de personnes âgées, si Junko ne se trompait pas: leur tonalité était particulièrement notable, à mi-chemin entre le cri animal et le râle d'agonie. Tant pis pour eux. De toute façon, ils ne devaient plus en avoir pour longtemps, alors quel mal à accélérer un peu les choses ? Plus important: le castor était toujours là. Il se tenait debout, sur un bout de la toiture épargnée par son attaque.

Enfin, il se tenait ... Il vacillait, plutôt. Il titubait, d'une tuile à l'autre, d'un pas mal assuré. Junko fronça les sourcils. C'était comme s'il était saoul, ou comme si quelqu'un l'avait assommé. Il tenait dans ses mains ... Junko eut un frisson. Il tenait dans ses petites mimines poilues la tête de son camarade autruche, celle-là même que Junko avait envoyée valser dans les décombres d'un coup de pied spectaculaire. Serait-il possible qu'elle ait touché le castor sans même le savoir ? Sa chance pouvait-elle être à ce point arrogante ?

L'animal à queue plate tituba encore un petit moment, avant de finalement poser ses patounes dans le vide. Il avait atteint le bord du toit. Et, cette fois, ne rencontrant plus aucune tuile pour soutenir son petit poids, il tomba à la renverse. Sa chute dura un petit moment, mine de rien, et ne s'interrompit qu'après qu'il ait touché le pavé. Enfin, "touché" ... Il toucha le pavé de la même façon qu'un oiseau lancé à pleine vitesse touche une vitre trop bien nettoyée. Ses viscères se répandirent un peu partout, et on put entendre très distinctement le craquement sinistre de son petit squelette. Il semblait que cette fois, c'était définitivement terminé.

Junko resta hébétée, un instant. Puis, elle trouva la silhouette d'Hanae sur un toit proche. Elle lui jeta un regard depuis son propre refuge. Elle mettrait du temps à comprendre ce qui s'était passé. Et il ne faisait aucun doute que cette journée resterait dans sa mémoire. Aucun doute.


_________________
Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko] Empty
Lun 15 Juil 2019 - 18:29
La fumée est épaisse. Bien trop épaisse pour que la sauvage ne puisse distinguer quoi que ce soit. Cependant, le cri poussé par Junko lui parvient et la rassure énormément. D'un côté, la flamboyante souhaite répondre pour rassurer son alliée, mais de l'autre, elle dévoilerait sa position à l'ennemi en faisant cela. Elle décide donc de ne rien dire, ou faire, le temps que la visibilité soit plus importante. C'est alors qu'un étrange bruit se fait entendre, dans la zone où rien n'est visible, entre le craquement et contact d'un objet lourd avec un liquide. La Kazejine hésite à bondir, des fois que le castor ait choisi d'agir d'une façon inattendue, mais se contient. Il vaut mieux ne pas foncer tête baissée. D'ailleurs, en regardant en contrebas, l'étrangère constate l'arrivée de curieux, et également de membres des forces de la police du village, reconnaissables à leur allure. Les prochains mouvements seront décisifs, et ne rien faire est aussi une option. L'attente insoutenable prend fin, au bout d'un trop long moment, et les rubis de la jeune femme suivent un spectacle incompréhensible.

Les pas de l'animal ne sont pas ceux d'un être conscient de ce qu'il fait. Ils ne suivent aucune logique, et le pire est à présager, car un art ancestral consistant à s'enivrer pour devenir plus fort et imprévisible existe bel et bien. Le Suiken. Si tel est le cas, les deux femmes vont avoir beaucoup de difficultés à tenir tête à leur adversaire restant. Ses déplacements le mènent jusqu'au bord du vide, le forçant à passer à l'action dans les plus brefs délais, sans quoi tout son petit manège n'aurait servi à rien. Se cambrant largement, l'adoptée du désert s'apprête à contre attaquer, mais le poilu tombe simplement, et vient s'écraser au sol comme une pomme pourrie qui aurait quitté son arbre bien trop tard. Profitant de sa posture, et souhaitant se rapprocher de celle avec qui elle a tout vécu, la rouquine bondit à très grande vitesse jusqu'à Junko. Toujours suivie, forcément, elle sait qu'elle n'aura pas besoin d'expliquer qu'elle n'est en rien responsable de ce qu'il vient de se passer. Néanmoins, elle compte rentrer, cette journée ayant été trop riche en émotion, malgré sa courte durée.

"Je n'ai pas tout compris... Mais nous avons gagné, et nos rouleaux sont en sécurité. Tu n'es pas blessée j'espère ?"

Un petit sourire, à moitié gêné et à moitié amical, s'affiche sur ses lèvres. Finalement, l'ex Kumojine ne connaît pas grand-chose de la personne qui lui fait face, mais si elle a l'occasion de la revoir, ce sera avec plaisir. Elle espèce au fond d'elle n'avoir pas à affronter des animaux aussi tordus, la prochaine fois, cela dit.

"Quoi qu'il en soit, tout ceci m'a beaucoup fatiguée, je ne me suis pas battue depuis que cet homme m'a soignée, et je suis un peu rouillée... Je vais donc te laisser ici et rentrer me reposer. J'espère que nous nous reverrons, et dans de meilleures conditions..."

Sans attendre son reste, la kunoichi retourne sur la terre ferme, puis jette un rapide coup d’œil vers les personnes attroupées. Aucun shinobi ne vient vers elle, elle tourne donc les talons, en direction de son hôtel, pour y dormir un long moment...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur

Quand les féministes sont au bout du rouleau [PV Junko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: