Soutenez le forum !
1234
Partagez

Terreur nocturne [PV Asagiri]


Terreur nocturne [PV Asagiri] Empty
Sam 22 Juin 2019 - 21:54
La nuit n'est pas le meilleur moment pour sortir, en général. Hanae dort assez tôt, et se réveille assez tard, profitant au maximum de cette vie d'oisiveté, où elle n'a aucune mission à accomplir ni aucune obligation envers un village. Son intention est toujours de faire tomber Teikoku et de retrouver ce seul havre qui peut l'accueillir, mais pour l'instant, le temps de prendre une décision sur sa situation présente, elle se prélasse réellement ici, à Kiri, à simplement visiter, dessiner, discuter avec des locaux. Mais la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Ce soir-là, Hanae dort, comme tous les autres avant, lorsqu'un cri retentit dans la rue. Réveillée en sursaut, elle tombe littéralement de son matelas, et se retrouve la face contre le sol. Se relevant avec beaucoup de difficulté, entre la fatigue et la chute, elle se demande de quoi il s'agit. Enfilant un t-shirt et un short par dessus ses sous-vêtements, qui faisaient office de pyjama, elle sort par la fenêtre, et se rend dans la rue, sans plus d'équipement que cela. Les cheveux tout ébouriffés, elle regarde des deux côtés mais ne voit rien ni personne. Les lumières sont éteintes, tout le monde dort, et ce bruit ne semble pas avoir dérangé quiconque. La rubiconde se demande même si elle n'a pas halluciné. Prête à retourner dormir, tout en tentant de remettre de l'ordre dans ses cheveux au cas où quelqu'un la verrait, elle est surprise par un autre son, plus loin sur sa gauche.

Cette fois-ci, pas de doute, elle ne rêve pas, et quitte à avoir bougé de sa chambre, autant venir en aide à la personne qui hurle. A toute vitesse, l'adoptée du désert suit ce son autant qu'elle peut, et finit par tomber nez à nez avec une bande de jeunes qui semblent beaucoup s'amuser. Une du groupe pousse alors un grand cri, similaire aux précédents, sans raisons apparentes. Ils sont alcoolisés, et font des choses bizarres. La rouquine préfère ne pas s'en mêler et fait demi tour. Elle se rend compte que ses pieds sont nus, et qu'elle n'a donc pas pris de chaussures, dans la précipitation.

"Foutus jeunes, dès qu'ils commencent à boire, ils deviennent bien moins mignons."

Tout en continuant de pester sur ce sommeil gâché et la jeunesse dépravée, la flamboyante se dirige vers son logement temporaire, au milieu de cette longue artère sombre de Kiri. Un bruit non loin d'elle la met en alerte, quelque chose de métallique, très subtile, et une respiration particulière, comme un canidé. Un prédateur ? Ici, à cette heure-ci ? Ce n'est pas impossible. Cherchant du regard, dans la pénombre, elle finit par trouver deux silhouettes, difficilement discernables, mais l'une d'elles est un animal, c'est certain.

"Qui êtes-vous ? Que voulez-vous ?"

Dans sa main se matérialise déjà une sorte de javelot de chakra. Prête à en découdre s'il s'agit d'une agression...

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur

Terreur nocturne [PV Asagiri] Empty
Lun 24 Juin 2019 - 14:51
-Et vous, je peux vous retourner la même question. Avec moins d'hostilité dans ma démarche du moins, est-ce ainsi qu'on discute avec les inconnus de part vous chez vous? Je ne suis pas d'ici, mais en général j'essaie d'éviter de me préparer à un combat au sein d'un village caché. L'unique et la seule valable raison, est que je tiens trop à ma liberté pour finir ma vie dans les marécages entourant ce village.

De l'ombre, l'Armure sort sur ses talons son compagnon animal. Fenrir, l'immense bête se contente d'humer les environs, et d'ignorer comme à son habitude les inconnus que son maître rencontre. Son maître, géant de métal ne montrant jamais son visage même devant la menace. L'Armure était sa protection, un cocon entre le monde extérieur et le sien. Elle était autant un fardeau qu'un cadeau des siens, le dernier des Inuzukas, le dernier géant. De ses deux mètres il observait l'inconnue qui l'avait alpagué dans la nuit. Tirant une cigarette d'une cachette, introduisant le tube de tabac dans l'ouverture de son masque. Une identité cachée qui lui allait bien, personne ne savait à quoi ressemblait l'être humain habitant sous les traits de l'Armure. Le temps passait et le métal faisait autant partie de sa vie que Fenrir, les souvenirs d'une vie humaine sans avoir besoin de se cacher dessous s'effaçaient doucement. Des années à vivre ainsi, à perdre l'humanité qui avait détruit son clan. Redevenir sauvage et hirsute, ne faire qu'un avec la nature comme les anciens de son clan prônaient quand ils vivaient encore dans le pays du feu. Jamais le duo n'avait remit les pieds en territoire Hijin, et les voilà désormais sur une île repoussante mais pourtant bien plus sympathique que la plupart des souvenirs dans le pays du bois.

Qui étaient-ils, que voulaient-ils? Vivre, survivre après autant de catastrophes. Sur la couleur range sang toujours impeccable, s'ajoutait la cendre tombant de sa cigarette. Et passant une main à l'arrière de son masque, Asagiri haussa les épaules. Cette femme semblait bien sur la défensive, peut-être n'était-ce pas la rencontre idéale mais elle était celle qui se trouvait en face de lui. Fenrir, le canidé toujours silencieux posa un regard sur son humain de compagnie, prêts à en découdre? Certainement pas, ne jamais prendre de risques inutiles c'était une des règles qui avait plus que bien servis aux deux compagnons. Une sendaï ? Un clan inconnu? En tout cas l'arme qu'elle semblait fabriquer indiquait bien une chose, c'était elle qui représentait une menace éventuelle. Désarmer la situation, facile à dire plus complexe à faire. Qu'importe, ce n'était qu'une épreuve de plus dont ils triompheraient. Ils avaient toujours survécus ainsi, en affrontant chaque embûche sur leurs chemins, toujours à lever la tête et ne jamais s'agenouiller devant quiconque. Ils étaient libre, comme le vent soufflant dans les arbres, libre de tout mais pas d'une idée de vengeance. Libre de courir à leurs pertes, sans objectifs ni but, libre comme l'était celui qui avait tout perdu. Et cette femme, en cette soirée ne prendrait rien de plus qu'ils ne possédaient.

-Asagiri, et celui m'accompagnant est Fenrir. Je ne veux rien, mais surtout pas de problèmes tant que je suis en probation dans les terres de la brume. Vous ne semblez pas en être une défenseur, ceux que j'ai rencontré n'arborait pas autant d'hostilités envers les inconnus. Nous sommes deux tout intelligents, et assez pour savoir que me casser la gueule parce que j'ai croisé votre chemin n'arrangera rien n'est-ce pas? La nuit les chats sont de sortis, mais hélas je ne vois que deux loups solitaires et étrangement vous semblez plus coller à cette description que celui m'accompagnant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Terreur nocturne [PV Asagiri] Empty
Mar 25 Juin 2019 - 14:54
L’armure est imposante, et les propos véridiques. Ce n’est pas la première fois, entre ces murs, qu’Hanae est rappelée à l’ordre sur sa politesse. Cette fois, pourtant, c’est bien différent de sa rencontre avec Wutu-Fuku. Lorsque le mastodonte sort de l’ombre, la rubiconde peut observer avec une grande surprise l’ampleur de la chose qui lui fait face. Sans parler de son animal qui est énorme, entre le chien et le loup, plus proche du second cela dit, le maître est lui-même étonnant. Le niveau de détail de cette protection est à couper le souffle, les crânes au niveau de la taille sont tellement beaux qu’on pourrait croire que ce sont des vrais. D’ailleurs, rien ne dit qu’ils sont sculptés. Les épaulières, quant à elles, doivent être difficiles à briser, et protègent le heaume d’une façon convenable, rendant le tout encore plus fou. C’est donc après cette analyse minutieuse, et sans faire disparaître son arme, que la belle lui répond.

« Veuillez excuser mon manque de politesse, et mon hostilité, mais je vous avoue être mal réveillée, et dans cet accoutrement, je ne m’attendais pas à croiser une montagne et son adorable animal de compagnie. Je n’ai pas de raisons de m’attaquer à n’importe qui, pour des raisons similaires aux vôtres. »

Relativisant sur la menace, la rouquine abaisse la lance, mais la garde tout de même prête à l’emploi. Il n’est pas d’ici, à sa façon de s’exprimer et de déduire les choses. Sinon, il n’aurait pas précisé « de par chez vous ». S’il est comme elle, un simple voyageur, il n’a pas d’intérêt à tuer des jeunes femmes dans les rues sombres de Kiri, mais cela peut aussi être une bonne raison de venir ici : semer le trouble et le chaos. Il reprend alors la parole, tandis que l’ex Kumojine fixe son animal de ses rubis qui lui servent d’yeux. Il n’a pas l’air concerné par la situation, et n’est pas prêt à bondir, c’est ce qu’elle arrive à lire dans son attitude désinvolte. Les propos qui suivent intriguent la Kazejine, il devine assez simplement que l’écarlate n’est pas d’ici, ce qui démontre une certaine réflexion. La Sendai n’est pas des plus malignes, mais si elle a su comprendre de ses propos qu’il n’est pas un Kirijin, ce n’est pas si étonnant qu’il ait deviné la même chose la concernant.

« Je ne suis pas d’ici, en effet. Je m’appelle Hanae, j’ai connu beaucoup d’endroits, je devrais dire que je suis Kazejine, comme c’est le pays dans lequel j’ai vécu le plus longtemps. Connaître votre identité ne me rend pas plus à l’aise, mais en gardant cette distance, cela ne devrait pas être un problème. »

La lance se volatilise comme elle est arrivée : comme si de rien n’était. La sauvage n’a pas peur, comme deux bons mètres les séparent, elle se sait capable de réagir. Cette personne n’a pas l’air de mentir, mais sous une armure, il est aussi difficile de détecter ses intentions que son identité. Ce qui est sûr, c’est que même la nuit, la température n’est pas basse, en cet été, et malgré sa tenue très mince, la rougeoyante n’a pas froid. Elle serre néanmoins ses bras autour de son corps, et penche légèrement la tête en posant une question qui la taraude :

« Êtes-vous ici depuis longtemps ? Si ce n’est pas trop indiscret… Et, avez-vous un but entre ces murs ? »

Une question qu’elle se pose à elle-même, indirectement, ne sachant pas pourquoi elle reste encore, sans prendre de décisions…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur

Terreur nocturne [PV Asagiri]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: