Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez | 

Fraternité tribale. [ Benkei ]


Ven 28 Juil 2017 - 17:00





神宮寺 - Shirin-Jinja



« La nature agit, l'homme fait. »

Le soleil dans son agonie dorait les vallées et s'éteignait sans bruit, La lune au teint d'argent, resplendissante et pleine, s'élevait et dominait les cimes enchantées.

Dans le crépuscule, les forêts déterraient leur mémoire tandis que leur souffle réveillait les esprits gardiens, des lueurs spectrales glissaient sur les eaux sombres, les futaies ambrées d'odeurs fades s'embaumaient frénétiquement.

Des bruissements mystérieux inquiétaient les ombres, on pouvait y apercevoir des Yôkaï cachés dans la pénombre. Silencieuse, la brume forestière caressait les feuillages, des feuilles que froissaient les prémices hivernales. Les indigènes qui recueillaient dans ce berceau nocturne, se souvenaient de ces Dieux qui peuplaient autrefois les clairières, traversées par l'orage et ses mille éclairs.

Le Yaoguaï voyait ses ancêtres affligés, invoquer régulièrement les âmes défuntes en dispersant les cendres sacrées des urnes, dans l'espoir que leurs morts, enfin s'apaiseraient. Des tambours grondaient au rythme du vent, des ébauches fourmillaient sous l'arbre de vie qui surplombait la forêt de par sa taille gigantesque. Non loin de ce chêne millénaire, l'élu aux pupilles d'or, suivait le murmure des grands arbres qui donnaient un chant mélodieux, alors que les branches dansaient d’un commun accord.

Senkū avait reçu pour missive, de rejoindre l’arbre sacré et d’y récolter sa sève aux effets médicinales bénignes, le grand prêtre de sa tribu l’ayant missionner afin de tirer certains individu du clan ayant été touchés par une maladie exogène connue pour être incurable parmi les hommes civilisés.

Durant son entrevue inopinée avec le vieux sage, il fut néanmoins informé d’une légende qui transcendait les âges, celle des esprits protecteurs de la forêt et du bois de mille ans. Connus parmi les autochtones comme étant des « Manshin-musas » - Des guerriers chamanes qui prônaient le « Shizendô » et qui, de génération en génération, vivaient en communion avec la nature et ses habitants, à l’instar des Yaoguaï.

Mais pour assurer la survie de son peuple et préserver leur habitat, le combattant devenu shinobi était prêt au moindre sacrifice, les ragots mythologiques ne l’affectant aucunement.

« C’est ici. » Susurrait-il en contrôlant son atterrissage.

Parvenu au pied de l’arbre qui agissait en réalité, en tant que porte d’entrée du sanctuaire aux attraits paradisiaques, ses yeux zieutèrent successivement les alentours… A proximité, il y remarqua divers sortes d’animales qui ne figuraient et qui n’apparaissaient pas à l’extérieur de ces bois féeriques, insectes fluorescent, bêtes à semi-imaginaire, un véritable tableau enchanteur se dessinait devant lui.

Mais, ce fut en avançant légèrement tout en faisant craqueler une brindille sous la paume de ses pieds, qu’il tomba sur une silhouette à la fois familière et inhabituelle. Cette ombre qui avait d’ailleurs, sans doute été alertée par le craquèlement provoquer par le Chûnin, se distinguait brièvement grâce aux rayons solaires qui s’éteignaient.

« … Qui êtes-vous ? » Demandait le natif, méfiant.

Un homme de taille conséquente s’interposait entre lui et le sanctuaire, pupilles ambrées, chevelure noirâtre, faciès primitif, les ressemblances physiologiques étaient trop apparentes pour ne pas être intrigantes. Senkū habillé d’une tunique principalement composée de peau de fauves, examina l’individu qui lui faisait face, vêtu de la même manière, avec des atours différents et plus esthétique. Faisait-il parti d’une tribu étrangère ? Ou était-ce une de ces reliques qui préservaient l’harmonie forestière ?

« Laissez-moi passer, ou je souillerai cet endroit de votre sang. » Ajoutait le chasseur farouche d'un ton menaçant.

L’hostilité que démontrait l'artiste martial à l’égard de ce curieux personnage, dénonçait sa détermination sans faille quant à la réussite de sa mission. Concentré, il plongea son regard noir et menaçant dans celui de son interlocuteur, prêt à se défaire de ce dernier s’il ne répondait pas positivement à sa demande. Ceci, sous les yeux discrets des animaux environnants.



© GS'

_________________
野生動物 - Yasei dōbutsu
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Dim 30 Juil 2017 - 2:36

- Fraternité tribale -


Iwa avait été presque ravagé par des assaillants encore aujourd’hui inconnu. Depuis cette attaque soudaine qui avait laissé en émoi tout Iwa, quatre couchés du soleil avaient eu lieu, tandis que le cinquième semblait bientôt arriver bientôt. Depuis ce jour funeste pour la patrie du jeune ninja, Benkei était habité par un très gros sentiment de frustration, mêlé à une colère sombre, une de celle qui n’apparaît que très rarement chez cet homme en général serein. Pour cause, l’ennemi qu’il avait rencontré lors de l’invasion avait fui sans que lui et ses compatriotes shinobi ne puisse faire la moindre chose, à vrai dire, Benkei n’avais même pas réussit à lui infliger le moindre dégât. Un déshonneur, voilà comment il le vivait et pour cet homme, ce discrédit peut être bien pire que la mort, c’est pour cela que depuis ce jour, le nomade ne cesse de vouloir laver cet affront. Malheureusement, ne sachant pas où cet homme a fui, il lui était impossible de pouvoir se venger, c’est pourquoi Benkei vivait depuis cinq jours avec une rancœur dont il ne pouvait se débarrasser n’ayant rien sur laquelle la déverser, aucun ennemi ou prétexte le justifiant.

Cette amertume grandissante devenait néfaste pour le village, dès le premier jour, l’ancien tribal passait ses nerfs pour n’importe quelle raison, un frère ninja lui posant une question ? Benkei laissait transparaître une envie de meurtre à son égard et en une journée seulement, il eut tout un tas d’exemple comme celui-ci qui se produisait. Le nomade n’était pas encore complètement enragé, il savait que son comportement était à la limite de l’acceptable, il décidait alors de s’exiler non loin du village, le temps de calmer ses pulsions qui nuisaient à sa cohésion avec le reste de ses compatriotes shinobi.

Depuis des centaines et des centaines d’années, la tribu de Benkei ont érigé aux quatre coins du monde des sanctuaires autour d’arbres millénaires. Des lieux de recueil pour prier à l'effigie de l’arbre mythique qui aurait apporté le chakra lorsque que son fruit aurait été volé, lors de cette lointaine époque, ce sont les ancêtres de Benkei qui protégeaient cet arbre, mais seul quelques sanctuaire ériger en son honneur et des histoires transmise oralement laisse une trace de ces récits qui petit à petit disparaît dans l’oubli. Si je vous parle de ces sanctuaires, c’est que justement, un fût érigé dans le pays de la terre non loin du village caché. Cette bâtisse étant très modeste et sans aucune valeur, personne n’y passait ou comptais y séjourner. C’est dans ce genre de cas que Benkei fut affilié à la protection du temple, son rôle, minimes certes, était juste d’être un gardien de ce monastère ainsi qu’un gardien de la légende autour de ce même endroit de culte. Au fil des années, grâce a la protection de son peuple et aux vertus thérapeutiques de l'arbre, la faune et la flore autours se développait plus aisément donnant une propriété quasi-mystique a ce lieu maintenant habité pas des être plus varié, au contraire de la forêt qui abrite cette bâtisse.

C’est dans cet endroit que Benkei jetait son dévolu afin d’apaiser ses sombres sentiments à renfort de méditation auprès du bois millénaire ainsi que la faune luxuriante qui se reposait près de lui. Les jours passaient sans que son envie insatiable de vengeance se réprime, au contraire, rester passif amplifiait ce désir. Alors qu’il commençait lentement à perdre le contrôle de soi-même et de littéralement devenir fou de rage, un son, un petit bruit provenant de l’entrée du sanctuaire se fit entendre, semblable à une branche se brisant par le poids d’un animal ou d’un humain. Cependant, à la suite de cette intrigante sonorité, les animaux se reposant non loin du sauvage se précipitaient pour quitter cet endroit. Avaient-ils senti qu’un étranger venant perturber la tranquillité du lieu arrivait ? Le Chaman se levait lentement afin d’accueillir le perturbateur qui malgré lui, allait servir de défouloir si les raisons de sa venue ne lui plaisaient point. Sa soif de combat se manifestait par l’apparition de ses pupilles d’or qui n’apparaissent que lorsque Benkei subit un afflux d’émotion, comme par exemple, une envie de meurtre.

Une personne apparaissait devant lui, habiller en peau de bête, des pupilles dorés, mais qui ne brillait pas comme les siennes, ainsi que des cheveux longs d’un noir de jais. Il eut l’impression de tomber sur un double de soi, cependant les trait du visage n’étais pas les mêmes, les ressemblances était pourtant frappantes, cela l’intriguait et d’après lui, il pouvait s’agir d’un membre de sa tribu venant accomplir la sinistre tâche de mettre fin aux jours du démon Benkei ou un membre d’une autre tribu venant chercher les attributs de l’arbre sacré. Dans les deux cas, le nomade ne pouvait le laisser entrer dans ce lieu de culte et mettre fin au temps de paix qui y règne. L’étranger de ce lieu fut le premier à prendre la parole, sur ses gardes, il lui demandait de décliner son identité, mais surtout, cet homme trivial formulait une menace à l’encontre du Chaman. Benkei le trouvait bien arrogant, cet homme qui avait mis fin à sa méditation tentait de l’intimider, pensait-il vraiment que l’ancien tribal allait plier face à un seul homme ? Le visage de Benkei laissait paraître un petit rictus du coin de la bouche, un sourire significateur qui envoyait le message suivant « Tu es ridicule ».

- « Décline ton identité et dis-moi pourquoi tu viens rompre l’équilibre paisible de cet endroit en ayant mis pas en ce lieu » Répondais donc Benkei avec assurance et détermination

Mais il ne pouvait pas se charger seulement de lui répondre avec de simples mots, Benkei le sentait, cet homme était du même acabit que lui, ce genre d’êtres humains ne pouvant comprendre les mots avec aisance, cherchant donc continuellement à pouvoir discuter par la force, car bien que la violence transmet de la souffrance, elle permet d’apporter aussi un message indescriptible avec les mots, les poings servant alors à transmettre le message des véritables sentiments qui sommeille en chacun.

- « Mais je sais pertinemment que tu n’es pas ce genre homme qui va sagement écouter les ordres d’un autre, j’en suis persuadé et je le ressens à travers toi, ton aura, ton âme tout entière le cri, seul un combat peut te faire dévier de ta voie, et encore. Sache cependant que c’est toi qui l’as voulu » Adressait donc Benkei à l’archaïque humain avec un sourire a pleine dent, montrant clairement que le combattre l’enthousiasme fortement.

À la fin de ces mots, la tunique de Benkei se soulevait brusquement, laissant sembler qu’une forte bourrasque de vent l’avait soulevé par le poids de sa force. Que nenni, les sacs en peau de bête qui se trouvait sous sa tunique laissait dévoiler son arme mortelle, le Satetsu, ou plus communément appelé limaille de fer. En sortant de ses réceptacles, le Satetsu s’agglutinait à toute vitesse au-dessus de Benkei, soulevant sa tunique par la même occasion.

« Il est maintenant trop tard pour rebrousser chemin étranger, et si tu meurs, j'enterrerai ton corps avec respect et dignité ne t'en fais pas ! » Dit-il toujours avec ce sourire

Benkei fit modéliser à partir de la limaille en suspension au-dessus de sa tête, sans utiliser tous son Satetsu, quelques balles, Kunai et Shuriken. D’un mouvement de bras en direction du sauvage, il les lançait directement vers son adversaire du moment.

Recapitulatif :
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 2 Aoû 2017 - 14:02





神宮寺 - Shirin-Jinja



« Deux rois, une seule jungle. »

Le jour s’éteignait, Le soleil gracieux, croquait les cumulus de ses rayons sanguins, les teintes roses des nuages transformant le ciel en un tableau divin. Les ombres des saules s’allongèrent sans fin, semblable à de grands spectres se donnant la main...

La jungle majestueuse s’assombrissait, le reflet miroitant de l’astre lunaire sur les ruisseaux et les petites lumières que procuraient les lucioles environnantes, rendaient cet endroit d’autant plus somptueux.

Les roulements de tambours s’intensifiaient comme pour dénoncer l’atmosphère électrique entre les deux hommes tribaux qui se faisaient face. Les avertissements du Yaoguaï avaient été complètement snobés par le titan aux yeux d’or, de ses airs hautain, celui-ci se contentait de renvoyer des mises en gardes similaires à celles lancés par son interlocuteur juvénile, le narguant avec un léger sourire narquois.


Le juvenculus au faciès balafré, ne laissait transparaître aucune compassion, se concentrant essentiellement sur son objectif, ne daignant pas répondre au mastodonte qui se tenait devant lui. Le Chûnin savait pertinemment en l’examinant, que l’opposition était inévitable. Son interlocuteur se comportant comme un véritable gardien du sanctuaire, cela conformait ses récentes suppositions à son sujet, des soupçons qui s’avéraient finalement être exact concernant la nature des activités de cet étrange individu – Un être qui possédait étrangement, de nombreuses similitudes physiques avec le jeune guerrier.

Les légendes entourant l’arbre millénaire qui mentionnaient, qu’un esprit protecteur gardait précieusement le temple étaient à première vue, fondées. Restait à savoir si le colosse demeurait digne des mythes qui nourrissait ce lieu si sacré.

Les propos descriptifs du suranné à l’encontre de Senkū se trouvaient être véridique, le mastodonte avait quasi parfaitement cerné la personnalité ardente du jouvenceau. Son sourire carnassier quelque peu dérangeant irritait le jeune sauvageon, qui ne pensait qu’à une chose, le lui faire ravaler.

De puissants courants d’air accompagnèrent les dires du Manshin-musas, faisant virevolter par la même occasion, la chevelure négligée de l’artiste martial qui n’apparaissait nullement impressionné par son opposant.

« Tu parles trop, gardien. » Lançait-il froidement.

De la poussière noirâtre s’était libérée des sacoches de son antagoniste, s’éparpillant dans les airs, juste au-dessus de la silhouette du protecteur du temple. Perpétuellement dans l’observation, Senkū restait sur ses gardes, courageux face à la menace d’un pouvoir qui lui était étranger.

Les grains ressemblant trait pour trait à du sable noir, prirent la forme d’armes métalliques et foncèrent en direction suite au mouvement de bras de son adversaire. Évitant le kunai en déviant sa tête légèrement sur le côté, il encaissa les deux shuriken en se protégeant de son avant-bras, comme pour envoyer un message à son opposant, un message que seuls les ressortissants des tribus pouvaient décrypter : Du bout de ses deux doigts, il y récolta le sang dégoulinant le long de son bras pour ensuite, l’essuyer sous ses paupières déjà peinturée, un geste primitif propre aux natifs que l’on pouvait traduire par ‘Je suis ton homme’.

Stoïque face à la douleur, Senkū entama une course d’une rapidité déconcertante après s’être défait des objets métalliques implantés dans sa chair. Apparaissant juste devant le chamane, il lui asséna un coup de pied au niveau du menton, à la manière d’un uppercut, avant de reprendre sa posture de combat habituel.

« Hors de mon chemin. » Ajoutait le guerrier sûr de lui.

D’une fermeté inébranlable, le Yaoguai dissimulait son excitation, jubilant intérieurement. En effet, il était en réalité, particulièrement enjoué à l’idée d’affronter pareil adversaire. Se disant qu’il allait pouvoir tester l’étendue de ses aptitudes sans retenue, face à un homme doté d’un statut presque légendaire parmi les autochtones.

Résumé:
 




© GS'

_________________
野生動物 - Yasei dōbutsu
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Jeu 10 Aoû 2017 - 1:02

- Fraternité tribale -


Le jour, peu à peu, devenait nuit, entrant dans la phase des aurores rosée qui se reflétais sur la mousse légèrement humide des arbres avoisinant le sanctuaire, donnant à cet endroit mystique une ambiance reposante, un état de quiétude que la faune appréciait véritablement en ce lieu. Avec l’arrivé de la lune, les lucioles commençaient leur spectacle étincelant, se réunissant autour de l’arbre millénaire, telle de petite fée, les lucioles volaient tout autours avec grâce, d’une danse féerique, comme pour honorer cet arbre. Seulement, alors que les deux hominidés se tenaient face à face, l'atmosphère paisible de l'endroit s'éclipsait pour laisser place à une pression forte, étouffant de peur les animaux des environs. Alors que Benkei est un fervent défenseur des bêtes du sanctuaire, sa colère et sa soif de combat l'aveuglais, l’empêchant de se rendre compte de ce qu'il infligeait passivement à son environnement qu’il était censé défendre, cela était sa mission, mais il était dorénavant trop tard, sombrant dans les méandres de sa folie seul le combat avait toute son attention et ce combat allait, semble-t-il, lui donner entière satisfaction.

Alors que Benkei l’avait clairement provoqué avec ses mots, son adversaire n’avait pour ainsi dire, pas réagi comme l’espérait le nomade, l’antagoniste gardant son calme même devant le Satetsu du chaman qui est pourtant atypique, avait-il déjà vu cette technique ? Étrange pensait Benkei, la tête de cet homme ne lui disait pourtant rien, il y avait donc très peu de chance qu’il est vu sa limaille en action. Quelques secondes avant de lancer ses neuf projectiles faites à partir de la limaille qui flottait au-dessus du chaman, l’homme vêtu de peau de bête lui dit un mot qui l’interpellait, ce mot était « Gardien ». Suite à son dire, il était maintenant sûr, cet homme venait non pas pour le tuer, mais bien pour le sanctuaire, prévoyait-il de récupérer les pouvoirs de l’arbre ? Comment avait-il eu connaissance de cet endroit, seul quelques tribus sont au courant de l’existence de ce bois ancestral et la plupart de ceux-là ne viole pas de leur présence ce lieu de culte. Pour Benkei, il devait tirer tout cela au clair et être sûr que personne d’autre ne pouvait venir souiller l’endroit, une raison de plus pour mettre hors d’état son adversaire.

Bien que cette premier attaque pouvait sembler faible, son but initial n’étais point d’infliger des dégâts, il savait pertinemment que sa technique allait être facilement esquivé par le jeune guerrier, le but de celle-ci était simple, il voulait le tester avant de lancer une plus grosse offensive en second. La réaction du jeune tribal fut à peu près celle attendue par le Manshin, l’homme esquiva aisément ses projectiles, mais se prit volontairement deux shuriken dans son avant-bras, un geste qui peut paraître stupide à première vue, mais étant lui-même ce qu’on appelle grossièrement, un primitif, il savait que ce geste n’était pas anodin. Senkū le provoquait clairement, prendre des dégâts certes minimes, envoyait le message suivant « Vois-tu ? Je prends ta technique de front, tu es faible » Puis il se marquait avec son propre sang, son visage d’un trait net, le message était passé, ce combat n’avait plus pour but de défendre le sanctuaire où d’y récupérer quelque chose, cela était devenu une épreuve de force entre les deux protagonistes.

Soudain, le tribal chargeait le Chaman à une vitesse folle, assez grande pour prendre de surprise son opposant et lorsqu’il arrivait près de lui, sa jambe se levait d’un geste rapide et brusque venant loger sa plante du pied directement sur son menton, provoquant des dégâts dans sa mâchoire et l’éjectant légèrement en l’air, cette attaque éclair l’ayant pris de surprise, Benkei ne pouvait se permettre de ne pas réagir vite. À la seconde prêt, le Satetsu de Benkei formait une balle de fer qu’il envoyait sur la jambe de Senku puis a la suite, il formait sous ses pieds une dalle magnétique l’éjectant quelques mètres en arrière. Cependant, sa contre-attaque n’était pas finie, grâce a son chakra magnétique, il pouvait faire revenir vers lui les armes ou sa limaille qui était trop loin de sa personne, en usant de la particularité de son chakra, il fit revenir vers soi les projectiles qu’il avait préalablement lancé avant la charge de l’ennemi, ces armes blanches se trouvait dans le dos de son ennemi et lui arrivait dessus a forte vitesse, une attaque furtive visant à le punir d’avoir approché de trop près le Chaman.

En atterrissant au sol, les jambes courbées et les mains posées sur l’herbe du sanctuaire, Benkei prenait appui pour reprendre pleinement conscience du coup qui l’avait légèrement sonné. Sa limaille qui flottait il y a peu dans les airs l’avais rejoint au sol, tournant et frôlant la terre tout autour de lui, comme si son arme était vivante et cherchait à défendre son maître. En vérité, le jeune shinobi de la terre avait préparé secrètement deux dalles magnétiques posées à même le sol, enfouis dans la terre, pour que personne ne puisse les distinguer clairement.

« … J’avoue avoir été surpris, mais sache maintenant que c’est la première et dernière fois que tu me touches.

Comme pour répondre à la provocation qu’avait effectuée l’étranger en se peignant la gueule de sang, Benkei fît de même, en utilisant son pouce, il étalait sur ses lèvres son hémoglobine qui dégoulinait de sa bouche suite au coup qu’il avait reçu. Le primitif se leva puis écarta les bras, sa limaille se regroupait à côté de ses paumes pour y créer des lances de fer, semblable à d’énormes pieux, lévitant à gauche et à droite de sa personne. Sur les 8 lances créer, quatre de chaque côté, deux fussent envoyées directement sur son ennemi à grande vitesse, les autres stationnait sur les côtés de Benkei près à pourfendre l’ennemi.
Recapitulatif :
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mar 22 Aoû 2017 - 0:46





神宮寺 - Shirin-Jinja



« Le sang est la sueur des guerriers. »

Esprits folkloriques et feux-follets, tous danseurs nocturnes s’éveillaient dans la forêt où nichait en son centre, un arbre millénaire gargantuesque qui surplombait les cieux eux-mêmes.

L’affrontement entre les deux ressortissants de peuples tribaux débutait de plus belles parmi la faune, chacun d’entre eux jaugeant les aptitudes de l’autre suite à un échange qui correspondait à leur propre style de combat.

Le récent uppercut de la plante du pied du Chûnin avait puissamment atteint la mâchoire de son adversaire basané, le repoussant en hauteur. Dans un même temps, son adversaire avait eût le temps de répliquer en envoyant une sphère noirâtre qui venait se loger sur le pied du Yaoguaï, avant de former une dalle sur laquelle, il prit tout son appui afin de prendre ses distances sur la menace que représentait l’artiste martial au corps à corps.

« Je vois… » Disait-il d'un œil avisé.

Alors qu’il venait tout juste de se rendre compte de la masse assez conséquente que prenait sa jambe gauche sous les effets alourdissant de la balle métallisée, celui-ci fut directement assaillit par deux projectiles dans son dos, son faciès s’affichant dès lors surpris, il réalisa alors une infime partie du fonctionnement quant au pouvoir magnétique dont bénéficiait le Manshin Musas.

En se baissant rapidement, il entrevu les multiples projectiles attirer vers l’utilisateur initial, le Chûnin venait d’échapper à des dégâts pouvant s’avérer préjudiciable pour la suite de son combat. Pensif, il se posait des questions sur la nature des aptitudes du gardien face à lui. Ça n’était pas uniquement de la poussière noir métallique capable d’être manier à son bon vouloir et de prendre diverses formes, non pas seulement, ses capacités singulières entouraient également l’aimantation et ceci, il l’avait compris de par les shuriken dont il s’était débarrassé précédemment, s’étant à nouveau plantés dans sa chair mais cette fois-ci dorsale.

Se redressant sur ses deux jambes à l’instar de son homologue, l'aborigène examina avec véhémence le chamane, tentant d’en déceler un peu plus sur la nature de son chakra, et de son pouvoir tout aussi mystérieux qu’impressionnant.

Ce sable noirâtre tournoyait autour du géant qui prit alors la parole en défiant le jouvenceau de le toucher une seconde fois. Il fallait admettre que pour un protecteur de l’environnement, celui-ci s’affichait des plus orgueilleux.

L’adepte du poing zieutait sceptiquement son adversaire, qui se voyait en train de mimer le geste primitif et provocateur généralement connus des tribales, étalant de manière incongrue le sang qui débordait de sa bouche sur ses lèvres, le rendant d’autant plus menaçant.

Successivement, d’énormes lances de fer furent formées aux côtés de son ennemi en pleine jubilation. Le mastodonte désirait vraisemblablement passez aux choses sérieuses face à celui qui venait de souiller l’entrée du temple. Deux épieux furent lancés à toute allure sur le chasseur de fauves qui s’était avant ceci, fougueusement débarrasser du haut de sa tunique pour l’y attacher autour sa taille, dévoilant sa musculature saillante et ses innombrables cicatrices de guerres.

« C’est ce que nous verrons. Kaïmon ! » Ajoutait le natif avec véhémence.

Senkū venait d’émettre ces paroles en sachant pertinemment qu’il ne pouvait éviter l’assaut de son opposant, particulièrement dans son état actuel, sa jambe gauche restreignait sa mobilité et sa seule et unique option pour palier à cette entrave résidait dans les portes célestes. Le premier portail des Hachimon avait été activé et permit au Yaoguaï juvénile de se défaire aisément des projectiles meurtriers du gardien légendaire.

Sa vitesse phénoménale et ses déplacements indistincts étaient tels qu’il devenait impossible de suivre ses mouvements à l’œil humain véritable, laissant des mirages de sa silhouette sur son sillage avant de disparaître du champ de vision du titan armé de lances infernales.

Durant le Hõho, l’éclat avait eu le temps de notifier les ouvertures laissé par l’ennemi, il tira profit de l’erreur du Manshin afin de passer au travers de sa défense de pic par le biais de trous survenue après que ce dernier se soit débarrassé de deux de ses épieux de métal.

D’une rapidité d’exécution frôlant le commun des mortels, il lui asséna un coup de pied voltige des plus violents du pied gauche, un coup qui allait faire plus de dégâts de par la technique sphérique et furtive précédente.

Comme un véritable retour de bâton, le chamane allait se faire avoir par sa propre force, le but de Senkū était premièrement, d’éjecter son adversaire de sorte à ce qu’il se fasse empaler par ses créations en forme de pointes, ceci en plus de l’espoir de lui avoir brisé quelques côtes.

« Laisse-moi passer ... si nous continuons, tu ne sera plus en état de défendre cet arbre sacré, gardien. » Indiquait le combattant balafré en haletant.

Grandement essoufflé, son corps fut de manière frénétique, couvert d’ecchymoses, les effets secondaires et néfastes de la porte première survenant brusquement. Les gouttelettes de sueurs dégoulinant le long de son faciès peinturluré indiquait que si cet affrontement perdurait, il y serait très ardue de faire machine arrière.

La survie de son peuple en dépendait, son regard vidé d’expressions montrait un homme qui n’avait nullement l’intention d’épargner un individu même emblématique aux yeux leur société pour parvenir à ses fins.


Récapitulatif:
 


© GS'

_________________
野生動物 - Yasei dōbutsu
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Jeu 31 Aoû 2017 - 19:27

- Fraternité tribale -

De la colère, de la fureur et du sang, voilà ce que pouvait apercevoir la faune habitant dans les environs du sanctuaire, le paysage normalement paisible s’était volatilisé pour ne laisser place qu’au violent combat entre les deux sauvages, les bêtes de la forêt ne pouvait qu’assister à ce spectacle en ayant la peur au ventre, celle de voir leur chez eux se transformer en un champ de ruines et de désolation à la fin de cet affrontement. Il semblait aussi, suite à l’apparition de nuage sombre laissant éclater de grand éclair, que mère nature n’approuvait en rien ce duel a mort de ces deux hommes que la nature elle-même avait vu naître, chacun dans leur tribu respective. Mais aucun des deux tribaux ne s’en était visiblement pas aperçu, étant bien trop concentré sur leur adversaire pour faire attention à ce genre de détail, car rappelons-le, dans ce genre d’affrontement, une seconde d’inattention peut vous mener à une mort certaine.

Le Chaman avait modélisé d’énormes pieux de fer à ses côtés, plus exactement, il avait fabriqué à partir de sa limaille huit lance de fer, dont deux, une de chaque côté, s’était élancé pour venir abattre l’adverse, mais avant, avait fait revenir les projectiles qu’il avait au préalable lancé il y a peu. Malheureusement, son ennemi avait encore réussi à éviter la plupart d’entre eux, mais ils eu l’effet escompter, cet a dire attiré quelques secondes l’attention sur autre chose que le corps du chaman. Il profitait donc de ces quelques secondes pour positionner son bras dans son dos et y activer le sceau sur son avant-bras, de la limaille de fer en petite quantité y sortait pour aller se positionner au sol en toute discrétion tout autour de Benkei.

Alors que les pieux de fer s’en allaient tenter de pourfendre le tribal, Senku libérait une force hors du commun, une vague de puissance pouvait se ressentir à travers son corps, ce qui surprenait grandement le Kagehisa qui ne comprenait pas vraiment ce qui se produisait. Mais à peine eut-il le temps de tenter d’analyser cette nouvelle technique que son adversaire effectuait des déplacements très difficilement perceptible même pour le Jonin qu’est le guerrier chaman, la vitesse de mouvement était telle que des silhouette de l’homme semblait apparaître, des sortes de pseudo image rémanente en quelques sortes. Puis tout d’un coup l’homme aux peintures de guerre disparut de son champ de vision pour apparaître soudainement a ses côtés et lui assener un coup de pied en rotation possédant la force de plusieurs hommes.

Le coup fut suffisamment puissant pour repousser l’Iwajins vers ses fabrications de limaille, lors du contact de celles-ci, il ne touchait que les parties plates de ses confections et aussitôt le contact avec sa limaille, elles se désassemblaient pour que la limaille se reforme tout autours de l’homme s’étant dévêtu. Le poids de fer que portait ce même homme s’y détachait, les dalles de fer posé secrètement se soulevaient pour redevenir poussière de métal, toute la limaille autour de son opposant s’agglutinait pour créer une boule de fer venant emprisonner l’ennemie de Benkei dans cette prison de fer. Il avait réussi à capturer la bête au prix de plusieurs côtes fraîchement cassé.

Au sol et tentant de maintenir cette prison du mieux qu’il pouvait, il se relevait non sans mal de l’attaque du maître du Taijutsu, il avait entendu les mots que cet homme avait émis tout juste avant de se faire prendre dans sa cage de fer. Le chaman l’avait compris, le but de l’étranger n’était pas de s’en prendre à lui ni même à cet endroit, il désirait quelques chose que seul ce lieu pouvait lui fournir. Alors qu’il se déplaçait lentement vers la prison, le guerrier regardait tout autour de lui, les animaux apeurés tous cachés derrière les différentes fourrées que proposait la forêt, à cause de sa colère il n’avait pas fait attention aux maux qu’il infligeait à l’endroit même qu’il devait défendre coûte que coûte, il n’avait point fait attention aussi que l’esprit du ciel y avait fait tombé la pluie pour calmer ses ardeur.

Le chaman s’en voulait, ayant honte de son comportement dans un endroit sacré, la défendre était une bonne réaction, mais pas dans un excès de rage. S’adressant alors à son prisonnier fraîchement capturé.

- Bon… Maintenant, je voudrais savoir qui tu es et que viens-tu faire dans mon temple sacré ? J’ai compris que bien trop tard que tu n’en voulais pas à ma personne ni même à ce lieu de culte, tu as l’air de rechercher quelque chose en particulier, qu’est-ce donc ? De ta réponse, dépends de ta libération jeune guerrier.
Recapitulatif :
 


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Mer 20 Sep 2017 - 13:22





神宮寺 - Shirin-Jinja



« Vaincre ce fléau. »

Avec l’âme froide comme une glace, l’univers s’agenouillerait et obéirait si la vérité n’était pas fugace tant sa quête du jour était un labyrinthe plein de rets acérés. A tout pas d'aller-retour dans cette cage, surgissait quelque point épineux, qui l’éconduisait, comme un gueux fêlé, au long des rêves dont peu de coins constellés ; et la voie cachée du danger.

Enfermé dans cet enclos de métal telle une bête enragée, ses yeux ambrés se distinguaient et dévisageaient sauvagement le chamane mystérieux. Prisonnier esclave de ses propres remords, il avait l’impression d’être pourvu de chaînes lui collant à la peau, comme la sensation d’un collier étranglant ses idéaux.

Libérant la porte de la guérison afin de se défaire des attributs néfastes de l’initiale, le ‘Yasei’ de son sobriquet, récupéra de ses précédents efforts. Des prouesses physiques qui avaient sans surprise, mis à mal son opposant pourtant considéré comme ayant la stature d’un homme légendaire parmi les siens. Nonobstant l’obstacle redoutable que représentait Senkū, le Manshin-Musas apparaissait d’une sérénité inébranlable, réussissant à cloîtrer le fougueux Yaoguaï dorénavant inoffensif.

Les paroles du Chûnin semblaient vraisemblablement avoir eût leur lot d’efficacité, sa voix sombre accompagnant le gardien à la raison, prenant le dessus sur la folie passagère de son homologue tribal. L’éloquence de l’apôtre martial se démarquait brillamment, sauvant ainsi l’avenir de cette espace naturel si précieux pour ses semblables et ses ancêtres.

« Watashi wa Yaoguaï Senkū.. J’ai été envoyé ici dans le but de sauver ma tribu des griffes d’une atroce malédiction. » Se présentait-il placidement.

Il aura fallu patienter jusqu’à plusieurs échanges de coups, jusqu’à ce que le sang soit versé sur la terre fertile et mouillée, souillant cet endroit mythique. L’altercation entre les deux hommes représentait une véritable insulte envers les esprits forestiers, il en était conscient, mais pour satisfaire la soif de combat d’un combattant clanique, l’écoulement de l’hémoglobine s’avérait inévitable.

« Tu dis vrai gardien, mais la fureur dans tes yeux tout à l’heure, m’indiquait que ta soif de combat rendait l’affrontement inévitable. D’après l’ancien du clan, tu serais le seul apte à me conduire à l’intérieur du sanctuaire. J’ai besoin de l’arbre sacré et plus précisément de sa sève miraculeuse, ton aide serait la bienvenue. » Ajoutait pacifiquement le natif.

Le primal affichait une attitude de rassérènement honorable en dépit de la situation désavantageuse dans laquelle il évoluait désormais. Passant au travers de sa précédente querelle avec le protecteur, sachant pertinemment que la survie de son clan dépendait de la décision du guerrier chamanique.

« Et toi chamane, qui es-tu ? Comptes-tu me laisser enfermer ? Ou daigneras-tu m’accompagner dans ma quête ? » S'exprimait le Yaoguaï en questionnant le colosse blessé.

Le soutien de son interlocuteur était primordial quant à la suite de sa missive, le juvenculus au faciès peinturlurés laissa tout de même quelques zones d’ombres concernant la nature de la malédiction qui frappait son peuple affaiblit.

Récapitulatif:
 


© GS'

_________________
野生動物 - Yasei dōbutsu
«  A fighter, a real strong fighter, should always look dignified and calm, and I believe that any expression of aggression is an expression of weakness. A strong person will not be nervous and will not express aggression towards his opponent. He will be confident in his abilities and his training; then he will face the fight calm and balanced.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t45-yaoguai-senku-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t1668-yaoguai-senku-carnet-d-un-aborigene#10263

Fraternité tribale. [ Benkei ]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: