Soutenez le forum !
1234
Partagez

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin}


[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Dim 23 Juin 2019 - 17:13
· Kumogakure no sato · 雲隠れの里 — Village caché par les nuages ·

Je me demande à quel point cela révolterait Shikarai de voir le choix que j’ai fait en rejoignant l’empire du feu. Et les autres membres du clan, qu’est-ce qu’il en pense ? Cela n’a pas l’air d’avoir affecté Suzaku quand je lui ai dit, mais j’aimerais bien connaitre le fond de sa pensée. Rejoindre le camp de l’occupant est rarement bien vu, et même si certain le faisaient par calcul, ce n’était nullement mon cas, sans pour autant que ce soit de l’idéologie pur. J’étais simplement guidé par ma voix intérieure. En peu de temps, beaucoup de choses furent bouleversées dans l’équilibre du village, et on le doit en partie à la mort de la Sandaime. L’empire du feu avait besoin d’assoir son statut sur le territoire de la foudre afin de ne pas perdre cette conquête. Même si je m’étais inscrit dans les rangs du Teikoku peu après sa victoire, je n’avais pas encore reçu de missions officielles depuis, et n’avais fait qu’aider çà et là au village. Ce temps était désormais révolu puisqu’une mission venait de m’être adressée, et celle-ci se déroulerai en compagnie de deux autres soldats de l’empire. Je devais les attendre aux portes du village. Il s’agissait d’un Aburame et d’un Yamanaka, la symbiose de nos capacités naturelles à tous les trois coulaient de source, et ce choix là n’avait probablement pas dû au hasard.
Tout portait aussi à croire que j’avais été choisi pour mes connaissance géographique du pays qui en toute modestie s’avérait plutôt très bonnes, et qui devait être à l’opposé de celles de mes futurs coéquipiers. Le rendez-vous était pris à la grande arche, en soirée, et le début du voyage commencerait donc de nuit, ce qui me fournissait l’avantage d’avoir plus d’ombre à disposition en cas d’embuscade. La ville portuaire où nous devions nous rendre Nankō no Sato, était sur la côte Est, un peu plus haut que Teitetsu. C’était un port important de Kaminari, sans en être le principal.

· Arche Grise | Village caché par les nuages ·

C’est avec une dizaine de minutes de retard que j’arrivais au point de rencontre. J’avais détaillé en m’approchant les caractéristiques physiques de mes futurs coéquipiers. J’étais, une fois n’est pas coutume, le plus jeune et le plus petit, mais cela m’importait de moins en moins que l’on me prenne pour un gamin, le moment venu, j’étais largement en mesure de prouver ma valeur. Je n’étais pas du genre apathique comme beaucoup de ceux qui partagent mon sang, mais je préférais montrer ce visage aux autres désormais, parce que j’y avais trouvé un certain intérêt, dans l’énervement que j’étais capable de susciter de la sorte, même face à des coéquipiers.

— Bonsoir. Navré de mon retard. Je suis Shikarin Nara. Si vous êtes prêts, je vous propose qu’on parte dès à présent. Nous pourrons débriefer en route, terminais-je nonchalamment.

« Navré hein… N’étais-tu pas censé ne pas devenir comme Shikarai à t’excuser tout le temps ? » Il est vrai que c’est une des choses qu’il m’avait demandées. Mais après tout, c’était la moindre des politesses pour un retard, même s’il n’était pas inopiné. Sans attendre et suite à leur propre présentation, ils s’étaient élancés à ma suite hors de Kumo.

— Généralement, il faut un peu plus de deux jours pour se rendre à Nankō. J’ai prévu un délai possible d’une demi-journée supplémentaire, dans le cas où nous ferions une rencontre inopportune sur le trajet.

Toujours d’un ton monocorde, j’avais mentionné d’autres détails et précisions géographiques pour notre trajet et demandant à mes deux camarades, s'ils avaient des questions.

· Nankō no sato · 南港の里 | Kaminari no Kuni — Village de Nankō | Pays de la Foudre ·

— Eh bien messieurs, nous voici arrivés à Nankō no sato, débitais-je comme cela n’était pas assez évident vu l’enseigne devant laquelle nous nous trouvions.

Avancée de la mission:
 


Dernière édition par Nara Shikarin le Lun 24 Juin 2019 - 11:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6860-nara-shikarin-100

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Lun 24 Juin 2019 - 0:19
[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Aburamelogo




An 203
Kaminari no Kuni — Arche Grise

L'Arche Grise. Une structure métallique d'une trentaine de mètres qui faisait office d'accès à la cité des Nuages. Toute première fois pour l'Aburame, il ne pouvait que contempler avec admiration l’édifice. De quoi lui donner envie de partir à la découverte de la Foudre et d'autres contrées lointaines pour tomber sur des lieux aussi impressionnants que celui-ci. Tout en bas de l'Arche, un avant-poste se révélait ; tout était contrôlé. Des soldats du Teikoku occupaient actuellement les lieux, parmi eux devaient sans doute se trouver d'ex-soldats de Kumo qui avaient pris la décision de rejoindre l'empire. Face à l'arrivée du binôme originaire du Hi, un garde frontalier s'interrogeait sur la présence des nouveaux arrivants. Salut. Je suis Aburame Hōshin. Yamanaka Igasei m'accompagne. Dit-il en accordant un bref regard à son compagnon. Nous répondons à un ordre de mission pour l'empire du feu. Nous devons d'abord faire la rencontre d'un Kumojin. Voilà pourquoi le duo se trouvait ici et non pas sur le chemin du village portuaire.

Tous deux patientèrent la venue du petit dernier. Celui-ci commençait à se faire entendre, ce qui agaçait tout particulièrement l'Aburame qui avait horreur de faire face à des retardataires. Pour faire face à l'attente, il s'amusait désespérément avec un shuriken. Il est en retard. J'espère qu'il a une bonne excuse. Dit-il au Yamanaka. Finalement, le retardataire se présenta au binôme. Des excuses furent directement prononcées, lui évitant d'être la victime de fâcheuses remarques. Un membre du clan Nara. La plupart des membres prirent la décision de quitter le Pays du Feu pour rejoindre Shitaderu ; le Kumo d'aujourd'hui. Il proposa même d'entamer la marche dès maintenant pour ne pas perdre de temps. Le projectile tranchant fut propulsé sur un arbre au loin. Nara Shikarin. Tu es Kumojin, c'est ça ? La réponse était évidente. C'était sûrement la seule raison de sa présence. En tant que Kumojin, il connaissait logiquement Kaminari no Kuni, contrairement aux deux Hijins. Aburame Hōshin. De son côté, il préféra ne pas s'attarder. Seul son nom suffisait.

An 203
Kaminari no Kuni — Nankō no Sato

Les trois protagonistes arrivèrent à bon port. Le manipulateur d'insecte ne souhaitait pas perdre de temps et préférait directement passer au vif du sujet. Nous devons savoir si les rumeurs sont vraies. D'après l'ordre de mission, les habitants coopèrent activement des prisonniers. Igasei. Tu peux utiliser tes capacités pour récolter des informations auprès de la population ? Nous allons forcément tomber sur des menteurs. Autant ne pas perdre de temps. Le bâtard s'adressait entièrement au Yamanaka. Il accordait difficilement sa confiance au Nara pour lequel il n'avait accordé aucune importance lors du trajet et le considérait comme un simple guide. Merci de nous avoir conduit ici, Nara Shikarin. Il ne restait plus qu'à attendre la réponse du tueur de partenaire.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6855-aburame-hoshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6906-aburame-hoshin-carnet

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Lun 24 Juin 2019 - 0:23
Kumogakure no Satō — Village caché des Nuages
À proximité de l'Arche grise
Le déplacement commençait à sérieusement agacer le Yamanaka. À peine le militaire venait de rejoindre Kumogakure no Satō en partant de la capitale d'Hi no Kuni qu'il devait repartir aussitôt au sud de Kaminari no Kuni au village de Nankō. Le shinobi adossé à un massif naturel affichait une mine renfrognée. Comme si cela ne suffisait pas, les minutes défilaient puisque le dernier soldat de Teikoku sollicité pour la mission manquait à l'appel. Malgré les diverses paroles lancées à son encontre, Igasei ne s'exprimait pas — son comportement ambigu qu'il avait adopté pour le voyage d'Hi no Kuni à Kaminari no Kuni n'avait point changé. Le manipulateur d'esprit s'abandonnait depuis plusieurs semaines à la rêverie : ce dernier songeait intérieurement sur des sujets plus ou moins épineux. De ce fait, il jugea qu'il était plus efficient et rationnel de se concentrer sur sa remise en question que d'adresser quelques mots futiles à ses coéquipiers.

Après plusieurs minutes — de quoi faire hâtivement connaissance — le Yamanaka plongea ses mains à l'intérieur des poches de son pantalon à motifs de camouflage. En se positionnant de façon logique à l'arrière de la formation, le senseur refermait silencieusement la marche. Écoutant de temps à autre les précisions géographiques expliquées par le guide, l'esprit du shinobi divaguait plus qu'il ne se concentrait sur ses objectifs de mission.

Je me demande quel genre de critères ils utilisent pour diviser les gens en bien et en mal. se questionna-t-il. ... ces prisonniers de Wasure no Kuni, je dois en savoir plus.

Kaminari no Kuni — Pays de la Foudre
Village de Nankō
Au fil du voyage, l'expression faciale du Yamanaka évolua de façon positive. Il semblerait que le militaire avait brisé quelques chaînes spirituelles qui entravaient son être. Cependant, il répondait à ses interlocuteurs avec une certaine amertume audible. Loin de vouloir prodiguer de la méchanceté gratuite, quiconque à l'écoute ressentira ce petit quelque chose qui le dérangeait.

Il est parfaitement inutile d'interroger gentiment les habitants du village de Nankō. Comprenez par là que ce sont des villageois qui baignent dans certaines activités illégales : ce ne sont pas des unités d'élites entraînées psychologiquement aux interrogatoires... ils plieront l'échine facilement. expliqua-t-il.

La voix d'Igasei résonnait dans l'esprit de ses deux camarades. Pour preuve, le Yamanaka s'était volatilisé et ne se trouvait même plus à proximité d'eux. Il avait profité du fait d'être dans l'angle mort de ses deux coéquipiers pour manœuvrer à sa façon. En ajoutant à cela ses capacités sensorielles poussées — aussi bien en détection qu'en dissimulation — le jeune homme n'a pas eu de mal à se faire la malle. Toutefois, une liaison télépathique permettait aux trois militaires qui arboraient l'uniforme du Teikoku de communiquer à distance.

N'oubliez pas que vous revêtez l'uniforme militaire de l'Empire du Feu. À la simple vue de votre tenue, les concernés adopteront un comportement plus ou moins suspect. Ils savent très bien qu'apercevoir des troupes armées est de mauvais augure. Je vous conseille donc de vous dispersez dans la ville et de capturer tout ceux que vous considérez comme douteux. Du moins, cela n'est que mon avis personnel : travaillez comme bon vous semble. ajouta le Yamanaka. Dans l'idée d'être le plus efficient possible, j'arpente déjà la rue commerçante. J'ai choisi en toute logique l'avenue principale puisque j'ai plus d'expérience dans ce genre de mission et puis mon panel de techniques m'aidera à sonder les individus. De toute façon, au vu des masses influentes de personnes, il vous est impossible d'avoir l'œil partout dans ce genre d'endroit. expliqua calmement le manipulateur d'esprit qui baignait dans son domaine. Ah oui, quand je disais qu'il fallait s'emparer des civils : je m'occuperai évidemment de l'interrogatoire. N'hésitez surtout pas. Au moindre doute, purgez moi ça. conclut-il.

Igasei proposait une approche extrêmement radicale plus ou moins fondée sur son expérience. Dans le même temps, il avait déjà débuté les recherches dans la rue commerçante. Le Yamanaka avançait sereinement, les mains dans les poches, observant à la fois tout et rien. Pour la sécurité de son équipe et la fluidité de la transmission des informations, il maintenait la liaison télépathique ; peut-être que ses collègues possédaient une vision des choses perspicace.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6856-yamanaka-igasei-achevee

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Lun 24 Juin 2019 - 11:49

· Arche Grise | Village caché par les nuages ·En guise de réponse à l’Aburame qui venait de se présenter, j’avais simplement répondu par l’affirmative d’un hochement bref de la tête. Le non-masqué, était donc le Yamanaka, et semblait un peu dans ses pensées, et comme moi, pas spécialement prêt à ce moment-là, à de grand discours. C’était étrange de voir le basculement entre Shikarai et moi, celui-ci, toujours peu bavard avait fini par le devenir, et moi, c’était tout l’inverse. Je me sentis cependant obligé de préciser ma situation un peu plus précisément.

— Je suis bien Kumojin, cependant, je me considère tout autant Teikokujin désormais, dis-je avant de tourner les talons pour débuter le voyage.
[...]
· Nankō no sato · 南港の里 — Village de Nankō ·

Dès notre arrivée, Hōshin tel qu’il s’était présenté et dans une pratique très professionnel réinterrogea l’objectif de la mission. D’un ton monocorde, je répondis à sa description des faits.

— Oui, c’est cela.

Il s’était ensuite adressé au Yamanaka, qui s’était fait la malle en quelques instants pour prendre les rues de la ville. Sans pour autant nous laisser vraiment ainsi, puisqu’il avait établi une connexion psychique entre nos esprits à l’aide de son pouvoir. Est-il bien nécessaire de débiter ce genre d’évidence, se demanda ma voix intérieure en entendant le début du discours du Yamanaka, d’autant plus que son ton était empreint d’une certaine amertume, dont il était difficile de saisir l’objet ou la cible. Cependant, cela m’arrangeait que l’un de nous prenne les devants, il y avait moins de choix à prendre. La fin fut plus intéressante. Igasei s’était dirigé vers les rues commerçantes pour en savoir plus. Je tournai mes yeux en direction de l’Aburame, qui me remercia pour le trajet. Il y avait son expression une sorte d’invitation à partir, un peu comme-ci au travers de ses mots se révélaient que je n’étais pour lui qu’un guide, et que les vrais shinobis de cette histoire allait enfin pouvoir faire leur job.
Était-ce mon attitude lascive qui avait conduite à cela, ou peut-être mon jeune âge qui laissait à penser que j’étais dépourvu d’expérience ? Au final, peut-être était-ce simplement le fait de mon affiliation à Kumo, et de la méfiance de ces shinobis à mon encontre. Il fallait que je me fasse à cela, vu le camp choisi, et ce qui s’est passé, personne n’aurait vraiment beaucoup de confiance envers moi avant un certain temps. Il fallait que je fasse mes preuves. Sans lui laisser le temps parler après la fin de l’intervention du Yamanaka, j’avais à mon tour pris la parole.

— Je vais me rendre sur les docks.

Si mon ton s’était chargé d’un certain volontarisme, il n’en était pas toujours dépourvu d’émotion palpable, laissant à penser une certaine vérité à savoir que je n’en avais pas grand-chose à faire de ce qu’on pouvait éprouver envers moi. Sans plus attendre, j’avais tourné les talons pour me jeter dans la première ruelle ombragée conduisant au port.

Avancée de la mission:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6860-nara-shikarin-100

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Lun 24 Juin 2019 - 12:33
[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Aburamelogo



An 203
Kaminari no Kuni — Nankō no Sato

Oh. Le jeune Nara Shikarin n'était pas qu'un simple guide. Non, il était bel et bien présent pour assister le binôme du Teikoku dans la réalisation de la mission. D'ailleurs, le manipulateur d'ombre se considérait tout autant comme représentant de l'empire. Si c'est ce qu'il souhaitait, pourquoi pas. Néanmoins, l'Aburame pouvait difficilement le considérer comme tel. Non pas qu'il se fermait totalement — après tout, il restait un membre du clan Nara, originaire de Hi. Mais il doutait de sa fiabilité. Si demain les Nuages prenaient la décision de se rebeller pour repousser l'annexion, quel camp, le garçon allait-il choisir ? Était-il réellement capable de s'opposer à d'anciens frères d'armes ? Ou alors avait-il le cran de servir loyalement une toute nouvelle cause. Après tout, sa place se trouvait au sein du Teikoku, au même titre que son clan. Mais l'homme n'était jamais fiable.

Igasei cibla le centre du village. Shikarin lui préféra prendre la direction des docks. Hōshin n'avait plus réellement le choix ; en marche vers les quartiers populaires de Nankō. Les compétences du Yamanaka permirent au trio de rester en constante communication par le biais d'un lien télépathique. Le but de cette dispersion était relativement simple : cibler les suspects et les livrer au manipulateur d'esprit pour qu'il puisse soutirer les informations capitales.

Tout au long du trajet, le bâtard fut la cible des regards perçants des habitants locaux. Une réaction qui ne le surprenait en aucun cas ; il n'était qu'un inconnu qui affichait fièrement son appartenance au Teikoku. Le chemin à parcourir n'était pas forcément des plus agréables. Des remarques peu accueillantes résonnèrent dans les ruelles du bourg.

« — Ils ont pris les Nuages et se croient tout permis ! Fichez-le camp !
Vous voulez nos têtes maintenant ? Celle de l'Ombre n'était pas suffisante ?! »

Le manipulateur d'insecte fit abstraction des paroles prononcées. S'il pouvait aisément débattre avec les acteurs de ce grabuge sans nom, il devait avant tout se focaliser sur sa mission. Adoptant un rythme relativement lent, il passait en revue toutes les personnes présentes. Là ou certains cherchaient à l'éviter du regard, d'autres voulaient clairement en découdre. Le but n'était pas de déclencher une rixe, mais l'Aburame devait rester sur ses gardes et se préparer à réagir.

Finalement, toute son attention se porta sur une vielle femme qui ne semblait pas le prendre en considération. Voilà une attitude intéressante. Hōshin ne perdit guère de temps pour la rejoindre et s'installer à ses côtés, alors qu'elle travaillait ses compétences de coutures. Mon garçon. Vous ne devriez pas être là. Les gens ont tendance à s'énerver facilement ici. Dit-elle en voulant véhiculer une sorte de bienveillance. Vous avez raison. Je vais partir. Mais avant, vous allez me donner les informations que je recherche. Un éclat de fumée. La chasse débutait officiellement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6855-aburame-hoshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6906-aburame-hoshin-carnet

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Lun 24 Juin 2019 - 15:29
Kaminari no Kuni — Pays de la Foudre
Village de Nankō

D'une simple pression de son index sur le nez-selle, le Yamanaka rajusta la position de ses lunettes. Tout en avançant à son rythme, le regard à la fois scrutateur et discret d'Igasei oscillait de gauche à droite à la recherche de comportement suspect ou d'un quelconque indice. À vrai dire, le manipulateur d'esprit arborait une mine préoccupée. Ainsi, n'importe quel civil crédule pouvait potentiellement penser que le soldat de l'Empire du feu était en permission. Toutefois, personne ne semblait lui accorder de l'attention : aucune gestuelle, zéro regard... rien.

Plus précisément, la majorité pensait que les zones propices à la collecte de renseignements divers et variés se limitaient aux tavernes où se mêlaient les ivrognes ainsi qu'à l'allée commerçante, autrement dit le cœur du village. Cependant, le jeune homme doutait sérieusement d'y trouver des prisonniers recherchés dans l'intégralité du Yūkan. Cela était de même concernant les piliers de cette affaire illégale. Le shinobi misait plus sur le quartier pauvre — actuellement fouillé par Hōshin. Pour preuve : une voix hésitante aux tréfonds de son être indiquait que la face cachée de l'iceberg s'apparentait plus à de la complicité des classes populaires qu'à un réseau de criminels endurcis.

Imaginez-vous, un beau jour, qu'une personne toque à la porte de votre domicile et vous demande un hébergement contre une bourse bedonnante. Très rapidement, vous faites la comparaison avec son faciès désespéré et les innombrables avis de recherche placardés au coin de votre rue. Actuellement rythmé par l'insuffisance de vivres et le manque d'argent, vous décidez de fermer les yeux et d'accepter à contrecœur le marché. De plus, la plus grande puissance militaire du Pays de la Foudre venait de tomber sous l'influence de l'Empire du Feu. Vers qui ces Kaminarijines allaient implorer de l'assistance ? Ils gagnaient des milles et des cents au simple fait d'acquiescer aux prisonniers.

Le plus ironique dans la situation des concernés serait qu'ils soient dans l'obligation de les loger. Après tout, la vermine venait de Wasure no Kuni. Une arme improvisée ou même l'utilisation de l'énergie spirituelle permettaient aux shinobis de plier l'échine des civils d'une facilité déconcertante.

J'ai seulement trouvé l'envie de gerber à la place centrale. Je bouge en direction du quartier défavorisé. indiqua-t-il à ses camarades. J'en profite pour vous dire que dans un village civil à la con de ce genre, même le premier pleutre de senseur se dit : Igasei changea soudainement d'intonation. « Putain c'est bizarre, je ne fais que de croiser des civils à la réserve d'énergie spirituelle pitoyable pourtant à côté il y en a trois quatre qui m'exploseraient la gueule sans soucis ! » il marqua une pause. Eh connard, y a pas un problème dans ce que tu racontes ?

Le manipulateur d'esprit ne connaissait qu'un seul moyen pour dissiper les signatures chakratiques trop imposantes au sein d'une fourmilière de lambda vingt-quatre heures sur vingt-quatre et sept jours sur sept : le Fūinjutsu, l'art des sceaux.

Vous voyez où je veux en venir ? reprit-il plus sérieusement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6856-yamanaka-igasei-achevee

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Lun 24 Juin 2019 - 16:16
· Zone portuaire — Nankō no sato · 南港の里 — Village de Nankō ·

J’observais calmement le passage sur les quais, non sans décortiquer les relations de la faune du lieu, afin d’identifier le ou les maillons faibles parmi les débardeurs en activité ce jour-là. Il y en avait un qui semblait un peu exclu, ce serait lui mon mouton noir. Il était peu complexe pour un shinobi — d’autant plus de mon gabarit — de se faufiler sans se faire remarquer pour approcher silencieusement. Une fois en place, j’apparu dans le champ de vision du docker, nous étions suffisamment à l’écart pour que les autres ne se doutent de rien.

— He ! Qu’est-ce que tu fais là, gamin, ce n’est pas le lieu pour jou-

Il venait de comprendre vu mon uniforme, que je n’étais pas n’importe quel gamin, si tant est qu’on puisse encore dire que j’en étais un.

— Fff. Un fouille merde, il vous recrute de plus en plus jeune. Dégage de là, j’ai rien à dire, et encore moins à un gosse !

Je n’avais pas bougé d’un millimètre et me contentait de le transpercer de mon regard assez inexpressif, mais pourtant très intense. Exactement le genre de regard qui me révélait une face triste un peu étrange à cause des marques sous mes yeux. Il sembla déstabilisé. Quand on commence par dire qu’on a rien à dire, c’est mauvais signe. Me regard descendit vers mon ombre, et le sien suivi. Il avait très bien compris que ce qui allait se passer ne serait pas réjouissant puisqu’il les écarquilla les yeux. Il n’eut pas de temps de s’enfuir, et se retrouva immobilisé. Je l’avais éloigné un peu plus, et le regarda de nouveau droit dans les yeux, puis fit mon premier sourire depuis quelques jours.

— Je n’en ai absolument rien à faire de toi. Je veux simplement que tu me dises, qui est celui au-dessus vous.

S’il se passait des choses ici, il était forcément au courant, mais lui n’était qu’un menu fretin. Je lui avais laissé le contrôle de sa tête qu’il agita de tremblement négatif. Il avait peur, mais sans doute plus de son chef, que de moi.

— ...

Composant le mudrā du rat et le serrant, j’allais procéder à une autre technique de mon clan. Une main d’ombre était montée jusqu’à son cou qu’elle enserra.

— J’en ai déjà marre d’attendre, prononçais-je alors que je le voyais suffoquer, il ne résisterait pas longtemps cet idiot. Ta chance est limitée dans le temps. Alors vivre en balance, ou mourir en lâche ? Vite.
— T-t-t-t-t, la pression était trop forte pour qu’il puisse dire quoi que ce soit, je le libérais sans pour autant me défaire de son ombre, il tomba au sol. T-t-t.
— Bon d’arrête de bégayer.
— Ta-tanak. C’est Tanak Satori. Mais il est pas là aujourd’hui.

Je le saisi par le col pour le relever.

— Où je peux le trouver, ton pote ?
— Je-
— Essaie pas de m’enfler. Conduis-moi où il est. Tu me montres qui s’est, et tu disparais. Clair ?

Il ne répondit pas. Il était toujours en train d’essayer de reprendre son souffle, et un peu abasourdi par la situation. Comme je le maintenais par le col, je frappai sa tête de façon légère contre l mur derrière lui, pour le forcer à hocher la tête. Puis je le lâchai de nouveau au sol.

— Allez grouille.

Il m’avait conduit au bout du port, et m’avait indiqué le type en question. Il avait la bonne tête caricaturale du sale type. Il avait l’air seul. D’après celui que j’avais interrogé sa bande surveillait la ville. Est-ce qu’on était déjà repéré ? Sans doute, c’était une info à transmettre. Il allait falloir l’intercepter avant qu’il soit prévenu et se tire. L’autre, celui que j’avais interrogé s’était barré sans demander son reste. Sans doute qu’il allait partir du village après ça, les dockers plaisantes pas sur le code d’honneur. Avant que je ne tente d'entre en communication avec le Yamanaka, celui-ci se manifesta pour de nouveaux commentaires. Il avait vraiment l'air blasé, et c'était sans doute de là que provenait son amertume. C'était marrant ce qu'il pouvait faire rien qu'en parlant dans notre tête. Il avait un côté loufoque qui m'amusait dans sa façon de faire. Lorsqu'il nous interrogea, je sus directement quoi rétorquer.

— Ouais le Yamanaka, tu crois pas si bien dire. Il y a une bande aux ordres d’un docker qui surveille la ville, ils doivent faire du trafic en tout genre. Je sais pas s'ils sont assez malins pour nous pister, cependant, je vais tenter de capturer le mec qui les dirige, et le sortir de la ville. Je serais pas contre un coup de main si ça venait à chauffer.
Sinon, je connais le coin à la porte sud, il y a un coin on pourra s‘éloigner et être tranquille. Je suppose qu'on pourra l'emmener là-bas ensuite.

Avancée de la mission:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6860-nara-shikarin-100

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Lun 24 Juin 2019 - 16:58
[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Aburamelogo



An 203
Kaminari no Kuni — Nankō no Sato

La foule s'agitait considérablement. Tandis que la plupart des occupants du quartier populaire préférèrent prendre la fuite pour se dissimuler au sein de leurs habitations, d'autres cherchaient à gêner la progression de l'Aburame. Celui-ci était justement en pleine chasse. La vieille-dame qu'il avait approché n'en était pas une ; dissimulée sous une apparence âgée, elle était en réalité une jeune femme d'une vingtaine d'années. Traversant les sombres ruelles de cet emplacement défavorisé du village, elle essayait tant bien que de mal d'échapper au soldat du Teikoku. La course-poursuite n'avait rien de palpitante, seuls quelques personnes voulaient creuser l'écart. Un comportement pareil ne signifiait qu'une seule et même chose : il n'était pas le bienvenu ici. Pendant la poursuite, il resta attentif aux paroles transmises par ses compagnons par la voie télépathique. Rien de bien méchant à relever, de quoi le laisser se focaliser sur la personne qui essayait de le semer. Tu es ennuyante. Dit-il sous son masque.

Les minutes passèrent et la femme s'arrêta finalement pour regarder derrière elle. Plus aucun signe de l'Aburame était à signaler, concernant les civils, tous s'étaient calmés comme s'il avait pris la décision d'abandonner la poursuite. C'est en voulant reprendre la route qu'elle fut surprise de voir le soldat face à elle, lui assénant un coup pour l’assommer. Elle était loin de pouvoir rivaliser avec lui et sa réaction semblait indiquer la connaissance d'informations compromettantes. Je ne sais pas si le lien est encore fonctionnel. Je me dirige vers la porte sud avec quelqu'un. Une femme qui a essayé de prendre la fuite, elle sait sans doute quelque chose. Il mit ses mains sur l'enveloppe inconsciente pour la positionner à son épaule, facilitant alors ses déplacements.

Ce fut par les toits que l'Aburame put prendre sa cible de court. Désormais, il ne restait plus qu'à rejoindre les autres en prenant un chemin différent. De préférence un trajet qui ne l'exposait pas autant, de quoi éviter la misérable foudre des acteurs locaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6855-aburame-hoshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6906-aburame-hoshin-carnet

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Lun 24 Juin 2019 - 20:16
Kaminari no Kuni — Pays de la Foudre
Village de Nankō

On te demande de récolter des informations concrètes et tu accostes directement les gonzesses. Dit-il en rigolant. Alors, tu espères en tirer quoi de cette dévergondée ?

Tandis que la silhouette du Yamanaka s'invita dans le champ de vision de l'Aburame, le shinobi prenait ses appuis sur les tuiles en terre cuite. Bien que ses palabres se suivaient d'un rire, le faciès du manipulateur d'esprit n'affichait absolument pas ce sentiment de gaieté. D'un regard impassible, il dévisageait son interlocuteur. D'ailleurs, la dernière interrogation d'Igasei était évidemment une question dont il connaissait déjà la réponse.

La dextre de l'Hijine effleura le front de la jeune femme avant de se refermer brutalement sur le haut de son crâne. Dans le même temps, le militaire concentra de l'énergie spirituelle dans le creux de sa main droite. Ainsi, la lecture des séquences mémorielles de sa cible débuta. En temps normal, ce genre de processus sollicitait énormément de temps et de concentration en plus d'être gourmand en consommation d'essence spirituelle. Dans le but de palier à ce défaut, le Yamanaka joua avec les limites de son organisme. C'est-à-dire qu'au lieu de visionner l'équivalent d'une après-midi de souvenir en plusieurs minutes — son manque d'expérience et de pratique l'obligeaient à passer autant de temps — le manipulateur d'esprit examina la même scène en une poignée de secondes. Un premier filet de plasma sanguin s'écoulait de l'organe olfactif d'Igasei. Vraisemblablement insensible à ce premier contrecoup — il faisait tout pour le paraître — le shinobi focalisa son regard vitreux sur le visage de l'Aburame. Tout en ne disant rien, il secoua lentement sa tête de gauche à droite. La technique ne révélait donc aucun renseignement digne de ce nom.

Tout à coup, le militaire s'assit brusquement sur une tuile. Il ramena hâtivement sa dextre contre son propre front puis essuya du revers de sa main opposée le sang présent sur ses lèvres.

C'est que son quotient intellectuel ne dépasse pas la centaine de points ! Sacrée idée de se barrer comme une voleuse face à un membre de l'Empire. il haussa les épaules. Quand tout à l'heure je demandais ce que tu voulais faire de cette fille disons... il prit une seconde intonation et mima des guillements. « facile » le Yamanaka reprit son intonation initiale je ne déconnais pas ; elle pensait que tu venais mettre un terme à sa prostitution et son petit cinéma de vol à la tire. Elle volait également les clients chez qui elle se rendait. Soit. L'autre gamin voulait de l'aide. J'pense qu'on devrait se rendre à la zone portuaire avant qu'il ne croise le chemin d'un pointeur. prononça-t-il. Eh rigole pas, j'en ai cramé un dans les souvenirs de l'autre.

Ni une ni deux, Igasei bondissait de toiture en toiture : plein cap vers le dock.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6856-yamanaka-igasei-achevee

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Mar 25 Juin 2019 - 13:54
· Zone portuaire — Nankō no sato · 南港の里 — Village de Nankō ·

Je pris un temps minimum d’observation. La cible, Tanak Satori était assez grand en taille mais plutôt svelte, il portait plusieurs couteaux à la ceinture et s’afférait dans une sorte d’entrepôt, en faisant des allers et retour dehors. Vu sa dégaine, s’était tout au plus un homme sachant se défendre, avec peut-être quelques bases de ninjutsu, mais rien de bien plus dans le pire des cas. À moins donc, qu’un de ses hommes rapplique, il y avait peu de chance qu’il me détecte sensoriellement d’une part, ou qu’il me résiste de l’autre. Un petit henge ferait donc l’affaire pour l’aborder en tant que citoyen lambda. J’avais choisi l’apparence d’un vieil homme dégarni, il faillait simplement que je simule une démarche malhabile et que je réussisse à entrer dans l’entrepôt par « inadvertance ». Une occasion se présenta lorsque Tanak sorti dehors de nouveau, je m’étais faufilé au fond sur le côté gauche par lequel j’étais entré. Il n’y avait plus qu’à jouer la comédie de l’homme âgé un peu déboussolé et dérangé. En prévision, j’avais déjà composé les mudrās de ma kagemane, ce n’était pas ce qu’il y avait de plus économique en termes de chakra, mais je pourrais prendre de court mon adversaire plus rapidement.

— HE VOUS QU’EST-CE QUE VOUS FOUTEZ LÀ LE VIOC !
— Oh merci beaucoup jeune homme, je veux bien m’asseoir en effet, dis-je la voix chevrotante.

Il s’approcha de moi à grand pas, furibond, mais semblant être bien tombé dans mon piège. Malheureusement, l’entrepôt portuaire grand ouvert, me donnait assez peu d’ombre. Alors qu’il s’apprêtait à me saisir le bras, je saisis ma chance. Une seconde de trop visiblement puisqu’il bondit en arrière en voyant mon ombre se déplacer.

— Espèce d’ordure, marmonna-t-il.

Très rapidement, il s’arma de couteaux, de kunais et autres armes de lancer. Ça ne servait plus à grand-chose de jouer la comédie. Je rompus le sort de métamorphose académique, et projeta mes propres armes de jet pour me défendre des siennes. Profitant de cette action pour le pousser dans le fond de l’entrepôt, et de prendre place à son entrée, j’eus alors le loisir de faire glisser d’un des côtés de la porte, pour fermer de moitié ce hangar, et y faire régner les ombres. Poussé sans doute par son égo de se faire tenir tête par un adolescent, il sauta de la caisse sur laquelle il s’était perché pour s’approcher de moi, tout en continuant ses lancers. J’avais fait preuve d’un manque d’appréciation. Il n’était pas si mauvais en bukijutsu le bougre, je restais cependant plus doué que lui, même lorsque je me ratais.
Il ne prit pas la peine d’interrompre la course de l’un de mes kunais, qui de fait, le manquait. Pas parce que j’avais échoué à cela, mais parce que c’est son ombre que je visais. Il se trouva fort gêner de constater l’entrave de ses mouvements alors que mon ombre ne l’avait pas touché.

— C-c-c-comment ?!
— ... C’est vraiment pathétique cette façon de bégayer que vous avez par ici.

L’expression de mon visage était dénuée de la moindre émotion. Sans le moindre geste hormis un mudrā, mon ombre s’était relié à la sienne, et je le tirais à moi par mon ombre. Un nouveau mudrā, mon ombre grippa sur lui, il tentait de résister de toute ses forces, mais sans une maîtrise véritable du chakra s’était bien trop difficile. Mon ombre appuya sur sa carotide quelques instants coupa l’afflux sanguin cerbrale. Lorsque je ressentis sa pression se stopper, je rompu mes étreintes, et il s’éffondra au sol, inconscient.

— C’est bon, j’ai pu m’en départir seul, dis-je sans me retourner.

Je m’abaissai à la hauteur de Tanak pour vérifier ses constantes, et après une série de mudrā, j’apposai un sceau sur sa nuque. C’est à ce moment-là qu’en me retournant, je pus constater que l’un de mes camarades avait aussi capturé une autre personne.

— On peut se barrer je suppose. Faut qu’on se méfie, les petits soldats de ce type vont peut-être rappliquer. Il s’appelle Tanak apparemment.

Avancée de la mission:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6860-nara-shikarin-100

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Mar 25 Juin 2019 - 14:32
[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Aburamelogo



An 203
Kaminari no Kuni — Nankō no Sato

Tu fais fausse route. Ce ne sont pas mes intentions, je me focalise seulement et seulement sur l'objectif. Répondit-il à la remarque taquine d'Igasei. Forcément, l'Aburame ne pouvait que véhiculer un genre de malaise à l'entente d'une phrase pareille. Non pas qu'il se fermait à la gente féminine, mais il n'avait jamais eu de rapport particulier avec. D'un naturel timide, un commentaire aussi direct ne pouvait que le mettre dans une position de gêne. Même avec un accessoire couvrant une partie de son visage, il était facile de deviner l'expression qu'il affichait dessus. Des informations. Reprit-il. Le comportement qu'elle avait était bien différent de la plèbe. Toute mon attention s'est portée sur elle et son refus d'obtempérer a confirmé mes soupçons. Encore faut-il savoir si je fais fausse route. Conclut-il. Une dernière étape qui reposait entièrement sur les capacités du Yamanaka.

Après avoir livré l'enveloppe inconsciente de la femme au manipulateur d'esprit, l'Aburame s'éloigna pour l'observer au travers d'un profond silence. Un signe de tête fut suffisant pour comprendre que la trouvaille n'était en rien bénéfique. Le bâtard fit fausse route et ce qui s'illustrait comme une erreur à ses yeux l'embêtait sérieusement. Certes, la perfection n'existait pas et l'erreur était humaine. Néanmoins, il souhaitait à tout prix vendre une bonne image de sa personne. Notamment en pleine réalisation de mission pour le solde de l'empire. Qu'est-ce que tu racontes... Si la suspecte n'avait aucun rapport avec l'objectif, le soldat ne s'attendait pas à apprendre de telles informations. Encore moins d'être mis au courant sur la potentielle présence d'un agresseur sexuel en ces lieux. Je veux bien comprendre que ce n'est pas facile de tout préserver, mais si les informations que tu récoltes ne nous font pas avancer... Tu peux garder ça pour toi. Un pointeur, tu dis ? On est où au juste ? Décidément, ce village avait le don d'agacer les gens. Bref, rejoignons le Nara. Maudit soit ce piètre peuple.

Le binôme rejoignit finalement Nara Shikarin qui travaillait activement sur le cas d'une personne. Tu veux déjà partir ? Igasei devrait d'abord récolter des informations. Sauf si tu juges que ce n'est pas nécessaire, mais nous ne perdons rien à le faire. L'inconnu était là, autant profiter de sa présence pour essayer d'en tirer quelque chose de concret. Pour ce qui est des soldats, si nous pouvons les considérer comme tel... Même un apprenti shinobi appartenant aux institutions connues n'en ferait qu'une bouchée. Ce village n'est pas fameux. Je m'attendais à mieux en rejoignant les terres de la Foudre. Dit-il en agitant négativement sa tête, exprimant un certain ras-le-bol.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6855-aburame-hoshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6906-aburame-hoshin-carnet

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Mar 25 Juin 2019 - 15:59
Kaminari no Kuni — Pays de la Foudre
Village de Nankō

Igasei dépassa le seuil de l'ouverture entrouverte puis foula sereinement le sol de l'entrepôt les mains dans les poches. Même si le binôme avait parfaitement conscience de l'inutilité de la jeune demoiselle, les deux soldats ramenèrent étrangement la fille au dock. Le manipulateur d'esprit avait la possibilité d'abandonner la dévergondée à son triste sort, cependant il imagina un scénario bien plus amusant à mettre en place : de quoi couvrir ses arrières en cas de doute sur ses méthodes radicales. L'homme du clan Yamanaka ne connaissait pas la position de l'Empire du Feu vis-à-vis de l'éthique et des règles morales. Ainsi, pour ne prendre aucun risque, Igasei s'improvisa metteur en scène.

Toutefois, avant de monter l'intrigue fictif, le militaire s'approcha lentement de l'homme neutralisé qui gisait de façon pitoyable au sol. D'un coup d'œil avisé, le shinobi balaya l'endroit du regard. Il remarqua le nombre important d'armes de jet dispersés

C'est que ce Konoyarō est calibré. Ton esprit fragile me dira de quoi tu as tant peur. murmura le senseur.

De la même manière que le Yamanaka avait sondé les souvenirs de la prostituée, il pénétra dans le subconscient du prénommé Tanak avec le simple fait d'avoir déposé sa dextre contre son crâne. Dès lors, le manipulateur d'esprit ferma les yeux puis se concentra : la lecture mémorielle débuta.


Kaminari no Kuni — Pays de la Foudre
Mémoire de T. Satori

Tanak, tu es une personne digne de ma considération. Ton rôle sera simple et le gain démesuré, comprends-tu ? expliqua une silhouette élancée dissimulée dans l'ombre d'une ruelle. En clair, tu es chargé de sonner l'alerte lorsque les hautes instances du Yūkan se pencheront sur notre business. J'estime à quatre-vingt-dix pour cent que les premières unités déployées — vu la dangerosité des criminels recherchés, il y aura forcément des forces militaires un jour ou l'autre — seront des aspirants. Pourquoi envoyer des incapables alors que les bandits en cavale sont réputés pour être extrêmement dangereux ? il marqua une pause cinglante. Car tout simplement le bouche-à-oreille orchestré par les mégères colportent des informations dont l'origine est inconnue et la véracité douteuse. Dans ce cas, qui de mieux que de la chair à canon dégrossirait les soupçons ?


Kaminari no Kuni — Pays de la Foudre
Village de Nankō

Une dizaine de minutes s'écoula avant que le Yamanaka rouvrit ses paupières. Un rictus plutôt discret se dessina sur les lèvres de son faciès. À partir de cet instant, la chasse à l'homme ne faisait que de débuter. Les maigres indices récoltés par-ci et par-là permettaient à l'équipe du Teikoku de débuter avec de bonnes bases. D'ailleurs, le manipulateur d'esprit ne manqua pas une seconde pour dévoiler ses trouvailles.

J'ai bien peur que ce pauvre Tanak Satori soit situé en bas de l'échelle... sous terre même. Je ne sais même pas comment qualifier son rôle dans tout ce bordel ! par dégoût ou pur amusement, il savata à plusieurs reprises le visage de l'homme inconscient. Quoi que, ce sous-être est finalement comparable à un guetteur incompétent. Le plan maintenant. enchaîna-t-il.

Igasei effectua plusieurs mouvements de tête en direction de Tanak et de l'Aburame. Silencieusement, il lui demandait implicitement de relever son corps, le positionner debout tout en le maintenant fermement. Après cela, le Yamanaka lia étroitement ses mains dans le but d'exercer un sceau incantatoire caractéristique de son clan puis dirigea approximativement l'objectif vers la dévergondée. (転身の術­) — Shintenshin no Jutsu !

La prostituée se releva sans mal avec un sourire de mauvais augure. Ni une ni deux, elle raccourcit la distance qui la séparait de Tanak d'un bond agile et plutôt rapide. Dans la seconde suivante, la femme enchaînait des frappes de corps-à-corps précis et conséquents : cette dernière ravageait de coups le faciès de son opposant encore inconscient. Ensuite, elle referma sèchement l'une de ses mains sur le manche d'une arme blanche qui dépassait du gilet de la vermine. Tout en regardant droit dans les yeux l'individu qui lui faisait face, la civile lui trancha nettement la gorge. Cela libéra un flot conséquent de sang.

... Humpf. elle s'immobilisa.

Tout à coup, la fille facile enchaîna les coupes sur l'entièreté du pharynx et du larynx. De lésion en lésion, la blessure ne faisait plus penser au travail d'un tiers spécialisé dans le maniement d'armes blanches, mais plutôt à l'œuvre d'un boucher ou d'une personne paniquée voulant se délivrer des chaînes de son agresseur. Afin de perfectionner le maquillage de la scène, la gonzesse récupéra les armes blanches dispersées de part et d'autre puis les rangea — sauf une qu'elle glissa dans le creux de la paume gauche de Tanak — à l'intérieur des étuis respectifs du défunt.

On se barre. dit-elle.

Le corps de la femme retomba lourdement au sol. Elle baignait à moitié dans le sang accumulé sur le béton. Après quelques secondes, c'était au tour du Yamanaka de se relever. Il sortit de l'entrepôt accompagné de ses camarades, expliquant plus en détails les résultats de sa lecture mentale.

Au fait, je ne vous ai pas demandé, mais on avait vraiment besoin de le buter ? Je n'ai pas touché la femme car après la manchette qu'elle a mangé par Hōshin, j'doute sérieusement qu'elle se souvienne de quelque chose. il rigola. Elle fera vite le rapprochement je pense, la panique dans le feu de l'action, Bla Bla Bla, agression sexuelle, Bla Bla Bla.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6856-yamanaka-igasei-achevee

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Mar 25 Juin 2019 - 22:01
· Zone portuaire — Nankō no sato · 南港の里 — Village de Nankō ·

— Oh non, je pensais que c’était plus prudent de le faire hors de la ville. Mais ici, c’est aussi bien, indiquais-je à l’Aburame.

Le Yamanaka ne perdit pas une seconde, et s’approcha de Tanak inconscient pour appliquer sa main sur son crâne. L’incroyable puissance des jutsus Yamanaka me fascinait, mais après tout, dans un monde où le chakra permettait d’infinis possibilités fantastiques, c’était peut-être simplement la norme. Lorsqu’il eut fini, il s’effondra. C’était peu surprenant vu ce qu’il venait de réclamer à son corps en termes d’énergie cérébrale. J’allais en profiter pour me renseigner sur les avancées de leur côté auprès de l’Aburame. D’un signe de la tête je désignai la fille qu’il tenait toujours.

— Vous avez pu en tirer des infos probantes ?

Lorsque Igasei revînt à lui, il ne semblait ni vraiment content, ni vraiment mécontent. Tanak avait beau avoir un rôle important aux docks, ce n’était pas celui qui tirait les ficelles. Je m’en voulus presque d’avoir laisser l’autre idiot filer, mais un faiblard comme lui n’aurait guère fourni plus d’info.

— T’en a su plus sur le ou les types à qui il obéissait ? Ou bien sur ses sbires ? Le type qui m’a conduit ici, m’a fait comprendre qu’il avait des hommes à ses ordres. Il doit faire partie de la petite délinquance du coin, peut-être que ses comparses auraient plus d’infos.

Le Yamanaka mit alors en place une mise en scène macabre, que je regardai sans laisser transparaitre de véritables émotions. Tanak ne fut plus de ce monde en peu de temps, transposé dans le corps de la donzelle qu’ils avaient ramené avec l’Aburame, l’Igasei l’assassinat à coup d’une sorte de couteau qui appartenait à Tanak lui-même. D’un subtile pas de côté, il s’était agit d’esquiver l’abondante gerbe de sang qui avait giclé de carotide du malheureux. Le tableau était simple, à son réveil, la jeune femme se retrouverait maculée de sang, à côté de « sa victime », ni vu ni connu j’t’embrouille comme dirait l’autre. Le Yamanaka se sentit obligé d’expliquer son plan, comme s’il n’était pas déjà assez clair, mais peu m’importait. C’est surtout le fait qu’il s’enquière de la nécessité de tuer le dénommé Tanak après l’avoir fait, qui m’interrogea sur ses facultés — à contrôler sa violence bien sûr. Manipuler l’esprit, balayer les souvenirs d’autres personnes et j’en passe, n’était sans doute mentalement, pas la chose la plus simple à vivre, sans doute que l’explication était là. Nous n’eûmes pas vraiment le temps de lui répondre.

— Hey Tanak, t’es par-là ?! T’vas pas me croire, l’autre con vient encore de me pipeauter j’crois. M’a dit qu’il y avait dans le coin des shinobis de « attention s’il te plait, l’empire du feu », avait-il ajouté en prenant une voix guindée qui signifiait le mépris qu’il avait à l’égard du Teikoku.

Ses pas approchaient, en fait, il était juste à quelques mètres le long de la porte que j’avais fait coulisser peu avant, et il était sur le point d’apparaitre.

— Ce qu’y va pas inventer pour s’faire remarquer c’lui-là… Mwahahaha. Des shino-...bis, sa voix c’était asséché immédiatement à notre vue, et peut-être plus encore à celle du cadavre du Satori derrière nous.

Ma prise des ombres était déjà prête ; son ombre qui apparu s’allongeant vers moi depuis la porte d’où il venait d’entrer, me permit de l’intercepter avec aisance.

— Salut, dis-je d’un ton plus qu’enjoué, qui devait assez contraster avec celui que j’avais employé jusqu’à présent.

D’un coup sec, je le reprochai de nous à l’aide de mon ombre. J’échangeai alors un regard complice à l’égard de mes alliés.

— Au suivant, et servis sur un plateau, que demander de plus. Cependant, oubliez ce que j'ai dit pour ses comparses, le qi a du mal à décoller.

Avancée de la mission:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6860-nara-shikarin-100

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Mar 25 Juin 2019 - 23:29
Kaminari no Kuni — Pays de la Foudre
Village de Nankō

Le caractère du Yamanaka changea en un éclair : il sursauta en s'orientant face à l'entrée de l'entrepôt. Ce n'étaient point les palabres de l'inconscient qui s'apprêtait à rentrer qui avaient averti le senseur, mais bel et bien la signature chakratique que le nouvel invité dégageait. Heureusement, le Nara réagit avec rapidité et immobilisa l'individu vraisemblablement paralysé de peur à la simple vue des militaires. Igasei souffla donc un bon coup avant de détendre les muscles qu'ils contractaient pour préparer une éventuelle utilisation du shunshin no jutsu. Ensuite, le manipulateur d'esprit poussa un soupir considérable. Bien qu'il ne rechignait pas à utiliser plusieurs fois sa technique de lecture mentale — et par la même occasion à léser volontairement son fort intérieur — cette fois-ci, il refusa. Ainsi, le shinobi se rapprocha de l'homme entravé avant de prendre parole.

Je vais être très clair. le senseur rapprocha ses lèvres au plus prêt de l'oreille droite de son interlocuteur. Ton petit copain, il avait un petit problème d'élocution et je ne ressentais pas le croquant d'un renseignement vérace dans tout ce qu'il disait : confusion, mensonge... tu en vois le résultat de cette fâcheuse manie ? le Yamanaka tourna le crâne de l'homme piégé de sorte à ce qu'il observait le cadavre de son camarade. De ce fait, nous shinobis de... il reprit la même intonation guindée « l'Empire du Feu » Igasei reparla froidement ... nous allons te laisser le temps de la réflexion pendant le trajet.

De toute façon, tout ce qui traitait de l'acquisition des informations était géré par le Partner Killer. Il ne demanda même pas l'avis de ses frères d'armes, jugeant hâtivement que ces derniers n'apporteraient pas une solution pertinente sur le sujet. Avant d'exposer le plan à ses collègues, Igasei assomma le civil d'une lourde frappe à la tempe gauche.

Messieurs, nous allons procéder à un interrogatoire aux méthodes bien plus conventionnelles ! Direction donc la zone boisée au sud de notre position. Là-bas, nous serrons à l'écart des activités humaines et de leurs conséquences.

Comme le Yamanaka savait si bien le faire, il proposa gentiment à Hōshin de transporter le corps de l'être inconscient. Parmi les trois soldats du Teikoku, l'Aburame était indéniablement le militaire le mieux entraîné et le plus expérimenté aux affrontements à mains nues. Cela insinuait qu'il jouait au mieux le rôle de la mule. Toutefois, il allait également bien s'amuser à cette fête privée qui se profilait : la présence d'un tiers qui cognait dur à un interrogatoire musclée était primordiale.

Concrètement, le manipulateur d'insectes avait carte blanche. Cependant, Igasei comptait bien superviser la scène et le conseiller si besoin.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6856-yamanaka-igasei-achevee

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Mer 26 Juin 2019 - 12:18
[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Aburamelogo



Kaminari no Kuni — Nankō no Sato

Les pratiques utilisées par les trois soldats étaient très discutables. Lors de la réalisation d'une mission quelconque, deux profils s'illustraient. Le premier cherchait simplement à accomplir ses objectifs en restant le plus correct possible. Les procédés étaient raisonnables et ne méritaient pas spécialement d'être la victime du jugement d'autrui. Le deuxième ne prenait guère en compte le chemin à prendre pour mener à bien les objectifs. Tous les coups étaient permis du moment qu'il ne déclenchait pas une guerre et qu'il réussissait ce qui lui était demandé. Le second type de shinobi n'était pas réellement répandu. La plupart s'intégraient au sein des unités spéciales dites comme les plus dangereuses qui agissaient principalement sous les ordres des villages cachés. Igasei s'illustrait comme un individu appartenant à la seconde catégorie et cela n'étonnait guère l'Aburame qui le cernait progressivement. Un comportement qui ne le gênait pas particulièrement ; du moment qu'il accomplissait les désirs de l'empire du feu, le trajet emprunté lui importait peu. Une façon pour lui de prouver son efficacité auprès de la haute instance de l'empire. Dans le cas où les pratiques étaient critiquées, le bâtard pouvait aisément changer de procédure. Doté d'une bonne capacité d'adaptation, ce qui s'apparentait à un détail pour lui ne le dérangeait pas réellement.

C'est maintenant que tu poses la question ? Dit-il en soupirant. Non pas que la mort de l'individu le dérangeait — il n'en était pas l'auteur. Une personne semblable à un sbire du fameux Tanak fit une étrange apparition. Une présence qui se montrait d'ores et déjà comme bénéfique ; la nouvelle concernant des soldats du Teikoku en ces terres se répandait de plus en plus vite. Tous les trois devaient passer la deuxième pour ne pas perdre les principaux instigateurs du problème. Le manipulateur d'ombre n'attendit pas une seconde plus pour le saisir sous son étreinte et le rapprocher de lui. Dès lors, le Yamanaka reprit les rennes. Un interrogatoire conventionnel alors ? Hōshin allait avoir du travail.

Après avoir transporté l'enveloppe inconsciente du sbire pour l'attacher à l'abri des regards, l'Aburame fit en sorte de réveiller le nouveau suspect. L'individu ne pouvait qu'être pris de panique. Tous ses mouvements étaient restreints et trois soldats qui attendaient beaucoup de lui se tenaient devant lui. Le bâtard se tenait plus proche, contrairement à ses deux compères qui se trouvaient un peu plus derrière lui. Nous allons jouer à un petit jeu. Dit-il en tirant ses gants. Voici les règles. Je vais te poser une question et tu dois me dire la vérité. Si tu ne réponds pas ou que je sens un mensonge. Tu reçois un coup. Tu as compris ? Parfait, commençons ! Il ne lui laissa même pas le temps d'en placer une que le processus d'interrogatoire débutait déjà.

Le bâtard s'abaissa à son niveau et se renseigna premièrement sur son identité. La réponse fut toute trouvée : Yumizu. La seconde question se portait sur sa relation avec Tanak. L'interrogé semblait d'ores et déjà plus réticent à l'idée de répondre. Tu ne risques rien. Tanak est mort lors d'une querelle avec la femme que tu as aperçu. Tu peux connaître le même sort ou coopérer. Tu as le choix, garçon. Pour le moment, l'Aburame ne jugeait pas nécessaire d'utiliser ses poings. Il préférait s'illustrer comme le gentil pour récolter des informations sans verser une goutte de sang. D'accord, d'accord ! Je bosse pour lui, ok ?! J'ai perdu mes parents et c'est lui qui m'a aidé à remonter la pente. Je ne suis qu'un sbire à ses yeux ! Cela lui suffisait. Désormais, il ne restait plus qu'à piocher des renseignements concernant la mission en elle-même. Mais le jeune Yumizu se semblait plus vouloir parler. L'expression qu'il véhiculait n'expliquait qu'une chose : il craignait quelqu'un ou quelque chose. Je comprends, je comprends. Si tu parles, tu te dis certainement que tu vas avoir de sérieux problèmes. Le soldat se redressa lentement avant de lui asséner un puissant coup de pied dans la mâchoire. Seulement, ton seul problème ici, c'est moi. Alors coopère. Malheureusement, les coups continuèrent encore et encore. La puissance montait crescendo ; de quoi faire comprendre à la victime que temporiser n'était pas dans son intérêt. OK. OK. Je vous en supplie, stop ! Un dernier coup partit pour lui rappeler de ne pas faire perdre de temps aux soldats. J'ai surpris une conversation, un jour. Forcément, il s'exprimait avec une certaine difficulté. Ni Tanak, ni moi sommes directement impliqués avec les prisonniers. Je ne le connais pas, je sais seulement qu'on le surnomme le Maton. C'est lui qu'il faut trouver ! Les rumeurs disent qu'il participe régulièrement aux jeux d'argent. Je vous suggère de creuser cette piste pour remonter à lui ! Le manipulateur d'insectes lui tapa l'épaule avant de lui tourner le dos. Faites en ce que vous voulez. Dit-il au reste de l'équipe.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6855-aburame-hoshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6906-aburame-hoshin-carnet

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Ven 28 Juin 2019 - 21:51
· Extérieur de Nankō juste au Sud — Nankō no sato · 南港の里 — Village de Nankō ·

Suite à ma remarque, l’arrivant sembla vouloir se plaindre, mais c’était sans compter sur le Yamanaka qui s’était immédiatement approché de lui pour l’intimider, ce qui sembla plutôt marcher. N’étant pas en mesure de se resservir de sa capacité pour le moment, il indiqua néanmoins que nous allions devoir procéder à un interrogatoire plus conventionnel après avoir assommé l’individu. L’Aburame embarqua le malheureux, et nous partîmes au sud de la ville, à l’endroit que je connaissais, et où je savais qu’on serait tranquille. D’ailleurs, c’est Hōshin qui pris les rênes de l’interrogatoire. Et c’est assez impassible que j’avais écouté et vu le déroulé des évènements. Les premières interrogations, les premiers coups, celui-ci n’en avait guère plus dans le pantalon que les précédents. Le manipulateur jouait très bien son rôle, et ainsi même si l’idée d’intervenir m’avait à plusieurs reprise traversé l’esprit, je n’en avais rien fait. Les derniers mots de notre otage me firent sourire, celui-ci ne manquait pas de culot. Hōshin nous indiqua qu’il en avait fini avec lui et qu’il laissait son sort entre nos mains, c’est à ce moment là que je me décidai à avancer. Jusqu’à présent, j’étais celui de nous trois se trouvant le plus en retrait, adossé à un arbre. Ma manifestation commença par ma prise de parole alors que je me détachais du feuillu contre lequel je me trouvais.

— Alors comme ça… Tu nous fais des suggestions, toi ? ... T’es un vraiment bon gars… On aurait presque eu la larme à l’œil tout à l’heure…

Il me regardait, perplexe. Le corps tuméfié, il attendait, sans doute tout comme mes camarades de voir où je voulais en venir. Mon jeune âge devait me rendre moins intimidant que mes deux comparses, de même que mon attitude à la fois sans émotion et désinvolte devait interroger. Cependant j’étais fait de ce bois-là : tumultueux.

— Ce que tu as dit est vrai, n’est-ce pas ?

Il hocha faiblement la tête, comme s’il n’était pas sûr que ce soit une bonne idée de répondre. Sans un mot je lui avais jeté un regard indescriptible, noir et transparent, vide et empli de sentiment. D’un coup vif et pointu, j’avais élancé mon poing vers son ventre avant de me stopper à quelques centimètres de celui-ci. Sans réaction ne s’était pas fait attendre, puisqu’il s’était retracté du mieux qu’il pouvait contre l’arbre pour encaisser ce coup qui n’arrivera jamais. Le regardant de nouveau, je lui fis un grand sourire, le même que lorsque notre regard s’était croisé pour la première fois. La mine renfrognée, il était amère de s’être fait avoir, mais son visage montrait aussi la douleur. L’Aburame ne l’avait pas épargné. Et le mouvement qu’il venait de faire pour supporter ma feinte avait dû réveiller un peu plus la douleur. Je soupirai un coup, puis ma tête bascula légèrement sur la gauche alors que mes épaules se soulevèrent.

— Prouve-le-moi.

Il resta coi quelques instants, et au final sa tête bougea négativement avant qu'il tente une réponse.

— Je ne sais pas...
— ...

Mudrā du rat, mon ombre s’étira vers la sienne, qu’il regardait les yeux écarquillés, alors qu’il souhaitait parler, je lui imposai le silence en apposant mon index sur ma bouche. Mon ombre était très vite grimpé le long de son corp pour y atteindre son cou et l’enserrer. Déjà affaibli il n’eut pas le temps de se plaindre qu’il suffoqua.

— J’en ai marre d’attendre. Trouve une idée qui te donnera peut-être une chance de survivre… S’il te plait ?

L’utilisation de ma voix monocorde pour commencer, suivi d’un s’il te plait qui contrastait tant sa présence dans une telle situation, que par sa tonalité, plus enjoué, semblait déstabilisante pour l’otage, dont j’avais un peu libéré le cou. Son regard balaya le mieux et celui de mes camarades, il semblait à la fois nous implorer, et du même coup chercher dans son esprit. Cela aurait été si rapide grâce à Igasei… Alors, semblais-je l’interroger de mes yeux.

— Dans... dans l’entrepôt.
— ..., je le dévisageais, interrogateur.
— Tatanak. Il m’a dit que le type lui a dit qu’il y avait peu de chance que les shinobis que le pays enverrait soit de hauts rangs. Alors il avait préparé beaucoup d’armes en prévision au cas où et pour se faire bien voir. Je vous en prie j’veux pas mourir, finit-il par dire en sanglotant.

Lorsque que son regard s’était embué de larme et dirigé vers le sol, le mien sans émotion, avait rencontré celui de mes camarades. Ces armes, nous les avions vu de nos yeux. Il disait donc sans doute vrai.

— J’te crois, pleurniche pas. Dernière question, où est-ce qu’on va pour jouer dans ton bled, mon pote ?

Il renifla bruyamment avant de me regarder pour me répondre.

— J’y suis jamais allé là-bas moi. C’est dans les quartiers résidentielles nord, dans un souterrain j’crois mais je vous jure j’en sais pas plus, laissez-moi partir je vous en pris.

Je plantai mes yeux dans les siens l’air triste. Je sortis un kunai pour le détacher, de toute façon, il était toujours relié à la kagemane.

— Tu peux faire quelques choses pour sa mémoire, Igasei ?

Une fois qu’il fut totalement dépourvu du moindre souvenir nous concernant, je le conduisis relié à la kagemane en bord de mer. La sélection naturelle et la mer auraient vite fait de déterminer s’il méritait de vivre ou non. Je pus alors rejoindre mes camarades, en direction des quartiers nord de Nankō.

Avancée de la mission:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6860-nara-shikarin-100

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Dim 30 Juin 2019 - 14:41
[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Aburamelogo



Kaminari no Kuni — Nankō no Sato

Si les malandrins qui faisaient la loi au sein de ce village pensaient rencontrer des représentants situés au bas de l'échelle, ils avaient fait fausse route. Le manipulateur d'insectes estimait honorablement son niveau ; il se considérait comme un shinobi redoutable. Un jugement qui s'appliquait aussi au calibre du Yamanaka qu'il considérait au même niveau que lui, si ce n'était pas au-dessus. Après-tout, le soldat du Teikoku ne connaissait pas tout le panel technique de son ami Igasei et son intelligence en combat en faisait naturellement quelqu'un de dangereux. Quant au petit dernier de la bande, Nara Shikarin, difficile de savoir quoi que ce soit le concernant. Si ce n'est qu'il était logiquement un adversaire de taille comme tout bon manipulateur d'ombre. Le manque d'information à son sujet rendait le jugement difficile. Le bâtard ne connaissait pas les faits d'armes du Kumojin, ni la place qui l'occupait au sein de son ancienne institution. Quoi qu'il arrive, le trio envoyé pour cette mission était loin d'être ridicule. Les futurs opposants n'avaient qu'à bien se tenir.

Tandis que le télépathe s'apprêtait à vérifier les dires de la cible sous la demande de Shikarin, l'Aburame s'était isolé. Un peu plus en retrait, il attendait sagement l'arrivée de ses camarades en vérifiant son attirail shinobi. Il s'illustrait tout simplement comme un soldat qui exécutait les consignes, consignes qu'il attendait après la fin de l'opération mentale.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6855-aburame-hoshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6906-aburame-hoshin-carnet

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Dim 30 Juin 2019 - 16:23
Kaminari no Kuni — Pays de la Foudre
Village de Nankō — Zone Sud

Durant toute la durée de l'interrogatoire, le jeune homme du clan Yamanaka restait de marbre. Lentement, mais sûrement, il regagnait ses forces grâce à la récupération passive. Énergie que, malheureusement, Igasei dépensera à nouveau dans le but de manipuler une nouvelle fois les mémoires séquentielles. De la même manière que les précédentes opérations, le manipulateur d'esprits s'avança immédiatement dès que le Nara l'interrogea. Nullifier l'écart de la sorte permis au militaire d'établir un contact physique avec sa victime. Le shinobi répondit ensuite par l'affirmative d'un hochement de sa tête d'haut en bas puis ferma les yeux.

L'acte se déroulait dans un silence mortuaire et dura plusieurs longues minutes. Tandis que le senseur rouvrit finalement ses paupières, sa cible sombra soudainement dans l'inconscience. Dès lors, il prit calmement la parole.

Un souci en moins. il fit signe à Shikarin. Si j'ai bien joué mon coup, il lui restera quelques scènes ambiguës où il se souviendra avoir consommé pas mal d'alcool. De fil en aiguille, mais surtout complètement ivre, il se serait retrouvé ici par... pur hasard.

Honnêtement, le Yamanaka utilisait à contre-cœur ses arcanes. S'il avait bien conscience de la puissance de ses techniques et du potentiel qui s'en dégageait, il ne cessait pas de se remémorer les flagrantes faiblesses qui en découlaient. Les défauts pouvaient se travailler afin d'en limiter les dégâts. Toutefois, Igasei trouvait qu'il manquait ce petit quelque chose qu'il n'arrivait pas à cerner avec précision : encore une crainte forgée par son instinct.


Kaminari no Kuni — Pays de la Foudre
Village de Nankō — Zone Nord : quartiers résidentielles

L'idée de se rendre au casino devait s'imposer à l'esprit de tous les bon enquêteurs de par son caractère d'évidence. Les jeux d'argent représentaient effectivement le moyen idéal pour investir d'importante somme et, qui sait, peut-être de la démultiplier avec de la chance. À la place des instigateurs de ce manège illégal, Igasei n'aurait certainement pas arpenter une voie aussi hasardeuse que cela. Il se serait plutôt orienté sur le blanchissement des sommes phénoménales grâce à plusieurs commerces fleurissants ; personne ne peut pas devenir riche du jour au lendemain.

Le trinôme marchait tranquillement à la recherche de plus d'indices. Igasei, les mains dans les poches, haussa les épaules puis soupira.

Nous aurions pu prévoir des tenues « légèrement plus » discrètes. dit-il en faisant preuve d'agacement. Personne ne nous aiguillera par gentillesse : quelle idée de ramener des militaires dans un tel endroit ! Puis c'est quoi le plan, on fait une descente à trois dans tout ce merdier ? Laisse-moi rire !

Au fur et à mesure de ses paroles, le Yamanaka se détachait du groupe. Au niveau d'un carrefour, il emprunta un chemin différent de ses deux compères. À ce moment précis, le senseur les salua de sa dextre.

Occupez-vous en.

Igasei avait une idée en tête qu'il comptait sérieusement suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6856-yamanaka-igasei-achevee

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Mar 2 Juil 2019 - 22:30
· Quartier Nord — Nankō no sato · 南港の里 — Village de Nankō ·

Les jeux d’argent, voilà la piste qu’il nous fallait suivre, comme nous l’avait si bien indiqué notre otage. Pendant un instant, je m’étais d’ailleurs demandé ce qu’il devenait, après que je l’ai eu poussé dans le mer. Était-il en train de se noyer, ou de faire le nécessaire pour suivre, cela n’était plus de mon ressort. Non sans se départir de son caractère somme toute assez indépendant, le Yamanaka ne tarda pas à retourner faire cavalier seul, et ce, sans nous plus oublier de donner son point de vue sur la situation. Après qu’il se soit détaché de notre route à un carrefour, l’Aburame et moi avions tous les deux continué sur le chemin sans échanger un mot. Il allait bien falloir que nous nous organisions. Pris dans mes réflexions, je m’étais soudain arrêté d’avancer, restant planté au milieu de la rue dans laquelle nous circulions. Ce n’était qu’un début d’idée, mais je pense que ça valait le coup d’en parler avec Hōshin.

— Dis-moi, Hōshin, je pense que je connais déjà la réponse, mais j’aimerais une confirmation. Tes insectes ne peuvent-ils pas faire de la reconnaissance dans un lieu pour ton compte ?

Le sérieux dont je m’étais adressé à lui montrait ma détermination à accomplir à bien cette mission, et le fait que je me creusais la tête pour trouver la façon la plus optimale d’intervenir.

— Très bien. Alors je crois que j’ai un plan.

En disant cela, j’avais comme parlé intérieurement en plus de mon expression oral. J’espérais que cela alerte le Yamanaka pour qu’il écoute par télépathie, le plan que j’allais proposer à l’Aburame.

— D’abord, il faudrait que tu puisses envoyer tes insectes en reconnaissance à travers tout ce quartier, pour déterminer l’emplacement exact de ce souterrain où l’on peut faire des jeux d’argent. La deuxième étape serait qu’ils s’y infiltrent, et puissent récolter des informations pour nous là-bas.
En attendant, de notre côté, nous allons essayer de trouver une planque, et de se faire le plus discret possible. Ce qu’on pourrait même faire, ce serait envoyer un clone chacun plus un pour reproduire fictivement notre trio, et patrouiller dans les autres quartiers de la ville. De la sorte, on tromperait l’ennemi en le laissant penser qu’on est loin de lui.


Le plus long serait sans doute l’attente qui s’en suivrait. En effet, afin de récolter suffisamment d’indice, il se pouvait que l’obtention des informations prennent pas mal de temps. Cependant, nous avions un autre atout, Igasei. Il était évident que lui aussi de son côté, allait pouvoir nous fournir preuve quant au passage des prisonniers et de ceux qui les couvrent. Il serait ensuite facile de remonter jusqu’à eux.

Avancée de la mission:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6860-nara-shikarin-100

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Sam 6 Juil 2019 - 15:00
[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Aburamelogo



Kaminari no Kuni — Nankō no Sato

Igasei s'en alla de son côté, solitaire comme toujours. Voilà que l'Aburame se tenait aux côtés du jeune Shikarin envers lequel il n'accordait pas une confiance absolue. Néanmoins, tous deux souhaitaient accomplir la tâche donnée par l'empire du feu. Dès lors, il était naturel de compter sur sa personne. Du moins, le temps de la mission. Le manipulateur d'ombre interrogea le bâtard à propos de ses insectes. En effet. Dit-il simplement. Après-tout, l'interlocuteur avait déjà une idée de la réponse ; inutile de développer. Les mains accrochées à l'intérieur de son gilet militaire, Hōshin tendit l'oreille pour écouter le plan que son compagnon avait à lui partager. Bien. Allons trouver un endroit où nous positionner. Durant l'explication, des insectes étaient d'ores et déjà déployés en petite quantité et à intervalles réguliers pour entamer la mission de reconnaissance. La procédure allait effectivement prendre du temps ; les insectes devaient localiser les différents endroits, les cibles et trouver l'utilisateur pour transmettre les renseignements importants.

Les deux soldats se trouvaient désormais dans une cave abandonnée. La luminosité était absente, la température avait chuté d'un cran et un désordre sans nom s'illustrait à l'intérieur. Igasei a raison. Nos tenues seront plus un obstacle qu'autre chose. Lorsque mes insectes m'apporteront les informations, l'assaut devra être une réussite. Nous n'aurons qu'une seule et unique chance. Autant ne pas la rater. Le bâtard se trouvait près de la sortie, de sorte à garder un œil sur l'extérieur si quelqu'un pénétrait dans la pièce.

De longues minutes passèrent et des premiers insectes se posèrent sur l'index du manipulateur, prêts à lui fournir le nécessaire. Il y a une enseigne qui donne sur un sous-terrain. C'est en le suivant qu'on accède au casino. De nombreux joueurs y sont et mes insectes ont relevé la présence d'une personne plutôt spéciale. Disons qu'elle se démarque des autres, ça doit être notre homme. Les insectes étaient des bêtes intelligentes. La précision n'avait rien d'anormal. Alors, Nara Shikarin. Que veux-tu faire ? La première partie du plan était de lui. Pourquoi pas la seconde ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6855-aburame-hoshin-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6906-aburame-hoshin-carnet

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin} Empty
Mar 9 Juil 2019 - 11:25
Kaminari no Kuni — Pays de la Foudre
Village de Nankō — Zone Nord : quartiers résidentielles

Deux choix s'offraient aux criminels traqués dans le village de Nankō : l'affrontement et/ou la fuite. La première option semblait bien trop dangereuse puisqu'en éliminant le trinôme de l'Empire du Feu, d'autres unités interviendront rapidement suite au silence radio inopiné des premiers intervenants. Ainsi, selon l'avis personnel d'Igasei, le choix le plus judicieux pour les criminels était celui de se faire discret et de laisser couler l'affaire.

Tout en réfléchissant à diverses hypothèses et autres scénarios improbables, le senseur rejoignait à son rythme le point culminant de la zone nord de Nankō. Il grimpait ensuite silencieusement sur la toiture dudit bâtiment — une sorte de logement luxueux où les plus hautes instances du bourg résidaient probablement. Une fois en position sur le plus haut sommet du village, le Yamanaka effectua un sceau incantatoire. Le mudrā ne ressemblait en rien aux signes basiques que n'importe qui connaissait sur le bout des doigts. Kanchi no Jutsu.

La vision du militaire s'assombrissait à vue d'œil jusqu'à devenir totalement noir. Dans la seconde suivante, plusieurs lueurs blanchâtres s'illuminèrent à des intensités différentes. Tandis que de nombreuses flammèches recouvraient l'ensemble du village de façon plus ou moins égal, une importante concentration de flammes variées — allant de simples éclats à de réelles flammes imposantes — attira l'attention de l'utilisateur de la technique de perception. Dès lors, les paumes du shinobi enchaînèrent sur un second signe caractéristique de son clan.

Eh, l'équipe de bras cassés, vous n'êtes toujours pas dans le casino ? Bref, j'ai repéré deux-trois trucs intéressants pas loin de votre position... disons que dans ce bordel, il y a des mecs qui savent se mettre sur la gueule. Évidemment, j'parle pas de civils insignifiants.

Par le biais de la liaison mentale, Igasei transmit la position de ce regroupement douteux qui devait correspondre par la même occasion à la position du casino à ses deux coéquipiers.

Inutile de faire dans la dentelle : enfoncez la porte de ce merdier puis choppez les gars en question. Pas b'soin de couverture, j'désire entendre des os se briser. Si jamais un type détale comme lapin, je m'en occupe personnellement... je l'attends gentiment à la sortie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6856-yamanaka-igasei-achevee

[MISSION LIBRE B] La Foudre et le Feu {Y. Igasei · A. Hōshin}

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kaminari no Kuni, Pays de la Foudre
Sauter vers: