Soutenez le forum !
1234
Partagez

Education [Sakina]


Education [Sakina] Empty
Jeu 4 Juil 2019 - 21:15
-Putain de merde.

Le katana est couvert de sang, enjambant les cadavres. Les cheveux tombant sur ses épaules, la respiration saccadé, sur son flanc droit une entaille pas profonde mais qui laissera une nouvelle marque. Le crachat, mélange de glaire et de sang explose sur le bois servant de parquet, secouant la lame pour y faire dégouliner le liquide carmin. Nettoyer son arme, toujours qu'importe les circonstances, attrapant la bouteille d'alcool de riz traînant sur le comptoir. Poussant la porte de l'auberge, la lumière du soleil l'aveuglant un instant avant que ses iris rubis ne puissent s'habituer. Sa première vision, le saurien énorme et terriblement vorace semblant profiter de la situation pour se faire une petite bronzette, craque une cigarette et tire dessus un instant avant d'avancer à proximité de la bête. Se laissant tomber sur le dos du crocodile, la dureté du cuir de l'animal n'est rien pour celle qui désormais fait partie des leurs, la bête ouvre un œil reptilien puis l'autre avant de lever sa queue pour suspendre l'errante dans les airs et de la reposer au sol dans un râle agacé. Le travail n'attends pas, et le saurien sait que son principal travail ici c'est de faire disparaître les corps et les preuves compromettantes à l'encontre de sa maîtresse. Manger les hommes tient désormais plus du travail que de la récompense, levant son imposante carcasse, traînant des pattes et entrant en enfonçant la porte de la taverne, au grand damne de Jun qui hausse les épaules d'un air blasé la bête s'enfonce pour faire ripaille des morts. L'errante se relève, normalement à cette heure ci Sakina devrait émerger de son lit, et il ne faudrait pas que cette petite peste ne se retrouve seule.

***

-Sort de là Sakina, ou je rentre que tu sois prête ou non.

Et comme si en vérité, sa tirade n'avait servie à rien. Jun entra, tirant sur sa cigarette et les bras croisés à la recherche de la figure de la Princesse. Il fallait mettre les choses au clairs, cette gamine ne lui inspirait pas confiance. Pas dans la situation actuelle, mais Jun avait fait une promesse et ne revenait jamais dessus, pas quand les enjeux la dépassait. Cette gamine, cette Princesse pensant échapper à ses obligations avait besoin de protection, et pas uniquement d'une escorte armé. Un jour ou l'autre, quelqu'un la trahirait et sa vie valait beaucoup, alors c'est sur Jun aurait pu le faire, il y a pas si longtemps que ça, prendre un contrat, la faire disparaître et quitter le pays mais. Mais cette femme, enfin cette enfant dans un corps de femme maintenant qu'elle considérait le tout, était presque devenue son apprentie. Elle avait le dessus sur Sakina, et cela devait continuer ainsi. L'autorité respecté, le sentiment d'avoir l'avantage sur l'autre malgré sa position sociale. Non tout était parfait, sauf que madame semblait mal prendre le fait que étonnement à l'origine de toute rencontre, il fallait provoquer le destin. Les humeurs de la noblesse étaient incompréhensible pour une errante et une guerrière s'étant exclue des relations sociales jusqu'à encore récemment.

-J'ai fait disparaître ceux que j'avais engagé. Tu veux leurs têtes? Ou la mienne peut-être, tu vas bouder encore longtemps? On va faire simple Princesse, t'es bloquée avec moi que ça te plaise ou pas et si je n'avais pas mit sous tes yeux la faiblesse criant aux yeux de tes propres gardes, imagine si des Nagamasas ou des opposants avaient eu la même idée que moi? Sans l'envie derrière de s'occuper de ton cas autrement qu'en te prenant sous leur ailes? Enfin bref, habille toi aujourd'hui on bouge, si t'es sage on ira boire après.

Et Jun détourna le regard, semblant elle même prendre ombrage du comportement de sa compère. Les deux caractères étaient explosifs, mais rapidement quelque chose s'était noué entre cette peste et la ronin. Elle lui rappelait son propre caractère, sans le côté noble et cuillère en argent dans la bouche, à bien des égards, mais ce qui avait motivé la pérennité de sa protection c'était une volonté dissimulé sous des caprices, et des envies rocambolesques. Elle en tirerait quelque chose, Jun en était certaine.

Sinon elle lui apprendrait à la manière de Yamiko.

En lui bottant le cul.

_________________
Education [Sakina] 15502810
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 http://www.ascentofshinobi.com/u886

Education [Sakina] Empty
Ven 5 Juil 2019 - 8:35
C’est plus ou moins discrètement que tu arpentais les couloirs du palais dans le but de rejoindre ta chambre. A vrai dire, tu n’étais pas seule. Emboitant ton pas d’une marche ébranlée, ton partenaire ne pouvait s’empêcher de pouffer de rire, ce à quoi tu répondais par un « chut » plus sonore encore. Tu avais terminé la soirée avec l’un des gardes de ta mère qui se trouvait être plutôt à ton goût. Durant tout le repas en famille, silencieux, tu avais joué un jeu de regards sûrement bien déstabilisant pour l’homme qui se devait de rester professionnel.

Après le repas, il était allé se poster devant la gigantesque porte dorée de la bibliothèque, débutant sa garde qui durerait toute la nuit. Enfin presque. Tu t’étais amusée à lui amener un verre d’alcool, puis deux. Vous les aviez enchaînés tous les deux jusqu’à ce que tu décides de déplacer l’enivrante soirée dans ta chambre. Tu ne faisais rien au hasard et finalement, ce garde n’était ni plus ni moins que l’un de tes divertissements. Tu l’utilisais à la fois comme jouet et comme moyen de te venger. En effet, la personne chargée de garder l’entrée de ta chambre était évidemment Jun et tu étais bien décidée à lui en faire voir de toutes les couleurs. Peut-être étais-tu réellement une enfant capricieuse pour qui l’idée de ne pas pouvoir contrôler tous les faits et gestes de gens ordinaires lui était insupportable.

Quoi qu’il en soit, une fois arrivée devant ta porte, tu lançais un regard plein de malice en direction de Jun avant de t’engouffrer dans ta tanière avec ton invité. L’homme ivre s’affale immédiatement dans ta méridienne en velours pourpre et tu poses sur lui un regard méprisant. Soupirant, tu ouvres le tiroir de ta commode pour y prendre ton paquet de cigarettes. Tu en portes une à tes lèvres avant de l’allumer. Tu te réfugies alors sur ton lit bien trop spacieux pour une seule personne, et tu t’adosses à la tête de lit, les pupilles perdues dans le vague, dans le néant. Le vide de cette chambre était imperceptible pourtant, toi, tu pouvais le ressentir. Les meubles joliment et soigneusement décorés occupaient ta pièce, c’était censé être l’endroit qui t’appartient de pied en cap. Pourtant il n’y avait pas une once de ta personnalité dans cette pièce, hormis peut-être le désordre qui y régnait. Peu à peu, tu te sens sombrer dans les bras de Morphée et tu te laisses alors emporter par le courant.

***

Sursaut. Et tu te réveilles, soudainement. Il ne faisait toujours pas jour mais tes yeux ne sont pas suffisamment habitués à l’obscurité pour que tu puisses lire l’heure exacte sur la pendule de ta chambre. Tu n’entends rien, c’est probablement toujours la nuit. Tu aperçois le déchet que tu as laissé sur ton divan il y a quelques heures et tu décides de le réveiller sans aucune délicatesse ni pitié. Tu l’expulses sans un mot, lui ouvrant simplement en grand la porte en guise de signal. Tu le ferais virer le lendemain matin, soudoyer un garde n’avait jamais été aussi simple. Une fois le sale ouvrage terminé, tu te déshabilles avant de te recoucher.

***

Tu n’as aucune idée de l’heure qu’il est lorsque tu ouvres les yeux une nouvelle fois. Il fait jour cette fois et la voix ayant prononcé ton nom te semble familière même si tu ne parviens pas à mettre de nom dessus à l’instant où tu émerges. Tu plisses les yeux en cherchant un visage coutumier dans la pièce.

— Eh merde. Jun.

Ces trois mots t’échappent dans un soupir alors que tu te laisses tomber en arrière sur tes oreillers. Décidément, elle n’en démordait pas elle non plus. A peine es-tu réveillée qu’elle te sermonne déjà, est-ce qu’elle a oublié que c’était à toi de décider quand et comment tu voulais te lever chaque matin ? Tu n’avais aucune envie de crier de sitôt, alors tu te contentes d’écouter sa tirade en grimaçant. Au vu de sa dernière phrase, elle t’avait visiblement bien cernée. Tu t’assieds sur le rebord de ton lit avant de porter une main devant ta bouche pour bailler. Enfin, tu te lèves pour te diriger vers Jun, modestement vêtue.

— T’as terminé ? Arrête de parler autant de si bon matin tu veux ?

Tu continues ta route pour aller chercher tes affaires éparpillées un peu partout dans la pièce. Tu enfiles une tenue plus près du corps, en l’occurrence plus pratique pour la journée, apparemment tu allais avoir besoin de bouger, autant te faciliter les choses. Au vu de la position du soleil que tu observais à travers ta fenêtre, le milieu de la journée devait déjà être proche, qu’importe, pour toi ce n’était que le début.

Une fois habillée, tu revenais te poster devant Jun, t’asseyant sur le bord de ton lit auquel elle faisait face. Tu la dévisages, son regard semble dur mais tu sais qu’elle n’est pourtant pas si impassible que ce qu’elle prétend être, alors tu lui lâches un sourire inattendu, celui qui étire tes yeux pour leur donner un aspect rieur.

— Pour info je ne suis pas une enfant, je ne boude pas à mon âge, Jun. Tu marques une pause avant de te relever et de te diriger vers la sortie de la pièce, laissant ta partenaire derrière toi. On attend encore et toujours la même.

Taquine de nature, Jun ne faisait qu’alimenter ce trait déjà bien ancré dans ta personnalité. Tu te sentais toujours obligée de la défier, comme si tu voulais lui rappeler que c’était toi la princesse dans l’histoire. Seulement le fait est qu’elle te protège et que tu es pour le moment dans l’incapacité totale de la virer. Comme elle te l’avait bien fait comprendre, tu es bloquée. Ce qui signifie qu’elle est en position de force actuellement. Ce n’est pas une situation à laquelle tu es habituée. Tu te plais davantage à donner des ordres mais il faut dire que cette confrontation constante entre vos deux caractères ressemblait plus à un jeu qu’à une véritable lutte, du moins en ce qui te concerne.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t7059-taira-sakina-evil-princess-terminee#59241

Education [Sakina] Empty
Ven 5 Juil 2019 - 12:55
-A vos ordres majesté. Si la journée commence juste avant midi, je suppose que le monde vous tournant autour doit être arrangé en tant que tel.

L'odeur de nicotine l'accompagne à chacun des mots, haussant les épaules et soufflant. Un reflet, un miroir de ce qu'elle avait été fut un temps, l'insolence était générale le contexte et les explications différeraient selon chacun. Cette idiote pensait encore avoir quelconque contrôle dans sa vie, Jun dépasse la femme-enfant pour sortir, elles ont des choses à faire et plus important encore aujourd'hui commence réellement l'instruction de cette incapable. Attendre toujours la même? La journée vient de commencer et pourtant déjà Sakina met ses nerfs à l'épreuve, méditer et inspirer longuement pour se retenir de lui coller une jolie trace sur sa joue ou sur son derrière. En général molester la personne qu'on protège est interdit, mais dans la situation présente ce semblant de jeu et d'employé-patron ne marche que parce que Jun consent encore à rentrer dans ces faux-semblants et cette mascarade. La réalité est tout autre et pourtant la Princesse ne semble pas en tenir compte, qu'importe chaque chose en son temps attendant que son auguste personne et protégée ne daigne sortir sans se fouler une cheville ou se casser un ongle, Jun observe l'horizon. Des ombres, et surtout de la ruelle avoisinante un léger grognement se fait entendre, l'odeur fétide de la chair et la gueule dépassant confirme la présence du sang-froid. Du sang froid, Jun en a pas encore suffisamment pour s'empêcher toute une journée de balancer à l'eau et de froisser l’ego de celle qu'elle protège à longueur de temps. Jetant le morceau de cigarette sous ses chaussures, écrasant avec véhémence pour se détendre avant que Sakina ne montre le bout de son nez.

-Monte sur Sobek, et en silence pour changer. Il n'a pas autant de patience que moi et je ne voudrai pas que tu finisses en viande hachée, même si je suis sur que t'as mauvais goût.

Jun, reste sur le sol, observant son compagnon animal et l'expression exacerbé qui semble se designer sur son visage, Sobek est un crocodile noble, au sens premier du terme. Il appartient à la lignée dirigeante, membre de la première portée et habituellement en armure. Dès lors porter une humaine jouant encore dans les jupons de sa mère, quand lui combattait les révoltés de son clan cela sonne d'avantage comme un boulot de garde d'enfant qu'autre chose et d'habitude il dévore généralement plus les petits hommes qu'il ne les protège. Mais après tout, après tout il se contente d'obéir aux ordres de l'errante, et puis si l'autre bouge trop ou se plaint continuellement, il peut toujours la renverser et lui faire goûter le sol poussiéreux et peut-être qu'à ce moment là l'humaine changerait de comportement. En tête de la drôle de troupe, Jun se contente de temps à autre de se retourner pour observer la Taira, évitant les attroupements et les sentiers les plus communs pour se diriger vers les montagne et les terres sauvages du pays. Prendre des pincettes, ce n'est pas dans ses habitudes et pourtant c'est ce qu'elle semble faire avec ce spécimen dans ses pattes. Mais elle savoure l'instant présent, le manque de confort doit être certain pour cette petite peste qui dormait encore quand la masquée travaillait déjà depuis l'aurore.

-On ne fait pas d'arrêt, je te préviens maintenant Princesse. Ce ne serait pas raisonnable, et si tu veux marcher je te conseil de suivre le rythme.

Un ordre d'ailleurs plus qu'un conseil, l'abandonner ici lui ferait peut-être les pieds si Sakina ne faisait pas un caprice. Enfin Jun aperçoit la foret et les arbres centenaires surplombant la vallée, sortant de sa poche une flasque d'alcool qu'elle boit à moitié avant de jeter le reste du contenu à sa comparse. Lui réchauffer les tripes avant ce qu'il suit, car ce soir Sakina ne dormira pas dans des draps immaculés pas plus qu'elle ne goûtera au luxe habituel.

Ce soir, elle dînera en enfer.

_________________
Education [Sakina] 15502810
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 http://www.ascentofshinobi.com/u886

Education [Sakina] Empty
Dim 7 Juil 2019 - 19:59

Jun te réponds du tac-au-tac, taciturne, comme toujours. Tu fais semblant de prendre un air révolté mais Jun ne serait pas elle-même si elle ne s’adressait pas à toi de la sorte. Est-ce que ça te plaisait ? Sûrement, mais tu ne l’avoueras jamais, tu préférais lui tenir tête encore et toujours. Elle te dépasse et tu la regardes marcher devant toi, tes yeux se laissant amadouer par la vue que t’offrait cette démarche.

Suivant Jun à une distance plus ou moins lointaine, tu quittes ton précieux palais pour rejoindre la jeune femme à l’air libre. L’odeur fétide qui s’empare de tes narines te provoque une violente envie de régurgiter ton repas de la veille. Tu tournes le dos à ta partenaire et te t’accroupis en mettant une main sur ta bouche le temps de faire passer ta soudaine nausée. Quelques minutes suffisent à ce que ton état s’améliore. Tu poses finalement les yeux sur la créature encore tâchée de sang de la tête aux pattes et tu grimaces. A l’instant où tu te retournes vers Jun, tu remarques qu’elle aussi est tâchée de sang sur une partie de la joue. D’un revers de main, tu enlèves les marques qui cachaient son joli minois.

— Qu’est-ce que tu es encore allée faire en mon absence ?

Tu soupires en arborant une mine désapprobatrice. Jun te lance une nouvelle pique et tu ne bronches pas, à vrai dire tu avais assez perdu de temps aujourd’hui. Alors tu écoutes Jun et tu entreprends de t’installer sur la bête qui te semble énorme. Tu n’es pas habituée à cet inconfort, la peau de l’animal était bien trop dure pour pouvoir y être à son aise, mais tu t’étais promis de ne pas te plaindre. Tu craignais d’énerver sérieusement ta partenaire et ce n’était pas vraiment ton but. Elle finirait par te laisser seule et tu te trouverais bien embêtée si tel était le cas. De toute façon, ça ne saurait tarder. Tout le monde se lasse de ta petite personne mesquine un jour ou l’autre, tu devais t’y préparer avec Jun, ce serait exactement le même scénario. En attendant, tu te contentais de la taquiner mais tu évitais de t’attirer sérieusement ses foudres, elle était certainement plus dangereuse que toi.

La jeune femme devant toi se retourne de temps à autre comme pour vérifier que tout se passe bien entre son animal et toi. Au bout de la troisième fois, tu lui affiches un sourire narquois et agaçant, comme pour lui signifier d’arrêter son babysitting. Peu à peu tu te rends compte que vous vous éloignez vers un paysage que tu ne connais pas bien. Des montagnes, des terres arides et sauvages, tu n’avais jamais exploré ces chemins de ton pays natal. Jun quant à elle devait les connaître bien mieux que toi. Malheureusement, dans cette configuration tu n’avais pas d’autre choix que de lui donner ton entière confiance bien que tu ne sois pas à l’aise avec cette idée.

La jeune femme masquée te signale que vous ne ferez pas d’arrêt et tu te prépares à râler, mais tu te résignes au dernier moment. Pourquoi étais-tu si docile avec elle finalement ? Rien ne t’y obligeait réellement et pourtant tu ne parvenais pas à te montrer détestable avec cette femme. Ton binôme sort une flasque d’alcool et s’enfile une partie de cette dernière avant de te l’envoyer. Sans plus réfléchir, tu portes tes lèvres à l’entrée de la flasque et tu laisses le liquide réchauffer ta gorge et ton corps entier.

C’était sûrement pour te motiver qu’elle te faisait l’honneur de partager son alcool. Cela avait pour conséquence de t’inquiéter un tant soit peu. Qu’avait-elle prévu de te faire faire aujourd’hui au juste ? L’expression de son visage ne t’inspirait rien de bon. Elle avait l’air déterminée mais prudente, tous ses sens étaient en alerte, tu pouvais le deviner.

— C’est quoi le programme, Jun ?

Tu ne tarderais probablement pas à le deviner alors que vous arriviez dans ce qui semblait être une forêt au sommet des montagnes que vous aviez passé un long moment à traverser. Jun n’avait d’ailleurs pas ralentit son pas alors qu’elle avait marché aussi vite que la bête à ses côtés pendant que tu étais restée sur le crocodile à te faire transporter. Des remords ? Jamais. C’était toi la princesse après tout, Jun le savait et c’était à elle de faire en sorte que ton voyage se déroule le mieux possible.

Tout à coup, elle s’arrête net et ton regard interrogateur se pose à nouveau sur elle alors que tu te lèves pour retrouver la terre ferme à ses côtés. Tu ne parles pas, tu attends simplement qu’elle ne daigne t’expliquer ce qu’elle comptait faire ici. La journée allait vite passer et vous vous retrouverez forcément ici cette nuit à présent.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t7059-taira-sakina-evil-princess-terminee#59241

Education [Sakina] Empty
Lun 8 Juil 2019 - 14:33
-Que tu bouges ton royal arrière train.

Faire signe à Sobek de disparaître, l'immense crocodile semblant enfin apaisé de quitter cette terre et de retourner dans son monde. S'avançant devant les arbres centenaires, dans les montagnes et la brousse, dans la végétation et bravant les dangers. Esquissant un sourire avant de se retourner vers la Princesse lui tendant le bras et l'invitant à suivre sa carcasse, marchant posant son katana sur ses épaules, d'abattre de temps en temps un arbre en travers de son chemin tout en tirant sur sa cigarette. La nature est dangereuse, mais plus dangereux encore est-celle qui n'a rien à perdre. Devant elle, la promesse de l'insécurité et certainement pas un endroit accueillant mais le monde ne l'était pas, personne ne pouvait se targuer de vivre éternellement dans un cocon de confort et résistant à tous les intempéries. Sakina devait le comprendre, de son plein gré ou de force et aujourd'hui marquait le début de son éducation au monde extérieur. L'errante ne serait pas toujours là pour la protéger, pour défendre cette petite poupée de porcelaine au ton parfois si cassant mais ayant plus de gueule qu'autre chose. L'ancienne ronin partageait bien des traits avec ce comportement, et mieux que quiconque elle savait comment provoquer si ce n'était un changement, une attitude plus enclin à survivre en dehors de ses draps et de ses coussins si douillets. Ce soir, elles dormiraient à la belle étoile, ou dans un abris rudimentaire mais en tout cas certainement pas dans un palais ni une maisonnée, ici il n'y avait que la vie sauvage et la faune du pays du fer. Ici l'humain lambda risquait beaucoup si il s'aventurait sans matériels pour passer à travers la végétation, mais elles n'étaient pas des civils et il était temps que son auguste comparse le comprenne. Jun avançait, regardant de temps en temps derrière pour vérifier que la Princesse ne se plaignait pas de la boue ou des petites bêtes, cela l'amuserait néanmoins si c'était le cas. Que l'autre ordonne qu'on lui taille un tapis rouge pour qu'elle pose ses augustes petons dessus.

-Tu veux monter sur mes épaules peut-être Princesse?

Puis d'arriver devant une rivière dont l'eau froide mais néanmoins pur servirait comme point d'ancrage pour ce séjour si particulier. Instantanément Jun se laisse tomber sur le sol, écrasant son mégot et allumant une autre cigarette, croisant les jambes et plissant les yeux pour observer les alentours. Passant une main devant sa bouche et baillant légèrement, elle était là pour assurer la sécurité de sa protégée mais avant tout pour l'entraîner et cela commençait maintenant. Se lasser de Sakina n'arriverait pas, qu'elle la fatigue, la pousse à bout et mette sa patience à rude épreuve surement mais elle ne lâcherait pas l'affaire, c'était trop facile d'abandonner et cela revenait à donner raison à cette petite insolente. Et cela, cela c'était hors de question.

-Je t'ai sauvée les miches ton altesse, c'est mon travail de m'occuper des indésirables mais imaginons que je ne sois pas en état ou que l'adversaire soit trop puissant pour ton humble serviteur. Il faudrait que tu mettes la main à l'ouvrage, ici tu vas te salir les mains, chouiner et faire des caprices pour rentrer à la capitale mais je te garantie qu'on ne bougera pas d'ici tant que je ne serai satisfait de tes progrès. On va établir un campement de base, quand je dit on je parle de toi. Ton pouvoir, tes capacités il est plus que temps qu'elles servent, construit ce que tu veux en Shôton mais débrouille toi pour fabriquer un toit et de quoi nous protéger des animaux sauvages. J'ai déjà dormis à la belle étoile ça ne me dérange mais toi est ce que c'est le cas? Si t'es sage t'auras une récompense, au boulot maintenant.

Jun se leva, titubant en exagérant puis s'empara de son katana, le sabre ne sembla pas bouger de son fourreau mais le coup net puissant et tranchant s'occupa de faire disparaître les arbres aux alentours déblayant ainsi le chemin et offrant de quoi faire un feu pour la nuit. Une fois son office fait elle alla s'allonger de nouveau, empoignant une flasque d'alcool qu'elle vida d'une traite et fermant les yeux attentive au moindre bruit. Personne ne tromperait sa vigilance et encore moins cette petite sotte. Tirant sur sa cigarette, croisant les bras derrière sa tête en guise d'oreiller rudimentaire, l'errante attendit que Sakina se rende compte du sérieux que sous-entendait ses propos. Après tout, c'était la seule capable de construire un abris simple mais basique, et elle pouvait échouer ce n'était pas interdit en revanche baisser les bras c'était interdit. Sinon...

Sinon elle la motiverait autrement.

_________________
Education [Sakina] 15502810
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 http://www.ascentofshinobi.com/u886

Education [Sakina] Empty
Mar 9 Juil 2019 - 20:01

Après un long moment passé sur le solide dos du reptile, tu te retrouves seule avec Jun. Cela n’annonçait rien de bon, l’issue de la journée serait tout l’un ou tout l’autre. Désastreuse ou paisible. Vous meniez la danse, bien que pour le moment cela ressemble plus à un combat de coqs. Tu te décidais à suivre la jeune femme bien sagement l’espace de quelques minutes. Il allait te falloir bien du courage pour la suivre à travers un tel terrain. Rien ne te plaisait ici, le sol était boueux, tes chaussures allaient être ruinées à la fin de la journée, et pour couronner le tout vous traversiez une zone à l’odeur nauséabonde. Tu grimaces à l’instant où Jun se retourne. Alors tu fais comme si de rien n’était et tu affiches un sourire niais et forcé en levant les yeux au ciel. Elle ne peut s’empêcher de te piquer à nouveau, alors tu surenchéris.

— Tes frêles épaules là ? Désolée, ça me paraît trop peu sûr.

A peine as-tu terminé ta phrase que ta partenaire se laisse tomber à même le sol. Apparemment elle avait choisi votre terrain d’entraînement pour le reste de la journée. Tu avais parfois l’impression que c’était elle qui ne pouvait s’empêcher de se prendre pour la princesse, mais tu tenais à remettre les choses au clair. Cependant, elle prit la parole avant toi et pour une fois, tu ne contestais pas. Elle avait raison, il vous fallait en premier lieu un abri résistant et tu étais celle qui pouvait parvenir à former ce genre de structure même si la manière dont l’avait formulé Jun ne te plaisait pas. Ces paroles ainsi formulées, l’errante alla s’allonger près d’un feu, t’abandonnant avec ta propre personne. Tu n’étais plus confrontée qu’à toi-même. C’était presque pire que d’être confrontée à Jun. Malheureusement, tu n’avais pas le choix. Hors de question d’aller ramper devant la jeune femme en lui demandant son aide. Tu devais y parvenir, et seule.

Alors tu t’éloignes un peu et tu tentes de te concentrer afin de manipuler le shōton. D’abord, tu tentes de créer de simples pics de cristal mais tu te rends vite compte que cela ne sera pas suffisant pour construire un abri. Tu te remémores les cours enseignés par ton sensei à Kaminari. Tu étais parvenue à créer des structures plus imposantes que ce dont vous aviez besoin aujourd’hui, alors tu devrais y parvenir.

Cependant cela semblait plus facile à dire qu’à faire. Tu parvenais à créer des cristaux mais ils étaient bien trop fins et petits pour pouvoir constituer un abri. Ta patience atteint généralement ses limites au bout de quinze bonnes minutes et cela faisait à présent trois quart d’heure que tu étais sur la construction de cet abri, autant dire que tu étais au bord de l’implosion. Par miracle, tu commençais à voir une amélioration dans la forme de tes cristaux, alors tu persévérais davantage, jusqu’à ce que cela soit enfin concluant. Tes yeux scintillent et la première chose à laquelle tu penses c’est de courir montrer à Jun que tu as réussi à faire ce qu’elle t’avait demandé, comme une enfant fière de son dessin. Néanmoins tu te contiens et tu dresses un véritable abri constitué en shōton.

Tu réfléchis à un moyen de te venger de Jun alors que tu l’observe se prélasser non loin de toi. Le culot de cette femme te consternait. Mais elle devait avoir au moins un point faible et tu avais tes soupçons quant à celui-ci. Le moment te semblait parfaitement choisi pour le lui faire savoir, d’ailleurs. Pendant qu’elle se pensait tranquille dans son coin, un sourire malicieux se dessinait sur ton visage alors que tu t’approches à nouveau de ta partenaire d’entraînement semi-assoupie.

— J’ai fini.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t7059-taira-sakina-evil-princess-terminee#59241

Education [Sakina] Empty
Mer 10 Juil 2019 - 14:24
-Finalement tout n'est pas à jeter chez toi. Que faut-il donc pour te motiver? Te sortir de ton cocon dorée et de ta cage? Rien n'est finit.

Elle ne l'avait pas aidée, comme elle l'avait dit. Chacun affrontait ses propres démons, chacun avait ses propres épreuves. Comment avait-elle survécu jusqu'à présent? Seule, seule depuis ses premiers souvenirs. Des rues sales, de l'insécurité omniprésente et des ombres menaçante, il ne restait que des bribes dans sa mémoire, mais son échine se dressant, la sueur froide coulant dans son dos ça Jun s'en souvenait plus que bien. La nuit, la peur de fermer les yeux mais se construire une apparence et une réputation en contradiction avec ce qu'elle ressentait vraiment, ce n'était pas du courage c'était de la survie. Voler le repas des plus démunis elle l'avait déjà fait, les pires atrocités et les crimes tout était dans ses cordes et pourquoi devenir une ange quand les démons l'avaient aidés à se construire. Une véritable apparence faisant fuir la plupart des êtres vivants, s'obliger à porter un masque pour ne pas affronter le regard des autres. Rentrer dans le lard, s'imposer et ne mâchant jamais ses mots, des rencontres qui changeaient peu à peu son regard sur le monde. Mais rapidement, se lasser même de ceux lui procurant du réconfort, des larmes n'existants pas, une âme vide et asséchée par le temps et les exactions qu'elle avait commise. Il y avait tant de choses, tant de choses à changer chez elle mais jamais elle ne l'avait voulue. Depuis ce jour, depuis cette horrible cicatrice, cette gueule cassée provoquant ses plus grandes colères, à vivre seul comme une mort vivant errant de pays en pays assassinant, tuant et exterminant pour gagner de quoi vivre un jour de plus. Cette gamine, cette Princesse ne pourrait jamais comprendre, ce monde dans lequel avait vécu et grandit l'errante.

Se fortifier ne se faisait pas uniquement à travers les autres, personne ne tendait éternellement la main gratuitement. Mais, mais depuis son arrivée dans le village de la foudre, c'était une nouvelle vie qu'elle avait vécue en si peu de temps, et tout ça se mélangeait désormais dès qu'elle fermait ses iris rubis. Entre cauchemars et rêves, entre manque et désir, entre pulsions et réflexion parfois la ronin semblait se perdre. Tout lui manquait et puis tout disparaissait, cette imbécile de femme de métal, une première amie, une première personne lui ouvrant sans jamais lui dire son cœur. Un passé commun, des choix divergents menant à une séparation prématurée que Jun ne pouvait s'empêcher de regretter. Mais au fond, au fond Yamiko avait toujours su qu'en cage cette imbécile de samouraï ne pourrait s'épanouir, alors le temps effacerait les douleurs. Et puis le nom qui suivait, la présence du géant roux qui avait disparu aussi vite que les sentiments qui les liaient, cet imbécile lui avait donnée une seconde chance, l'avait accepté pour ce qu'elle était et au fond elle ne lui avait jamais dit ouvertement mais elle lui était redevable. Aujourd'hui, aujourd'hui Jun n'était plus la même, au delà de la puissance qu'elle découvrait, au delà de son pacte avec les sauriens, intérieurement quelque chose s'était mit en route pour le meilleur comme pour le pire. La vie continuait, ailleurs ils vivaient et elle devait avancer, sans eux malheureusement mais s'arrêter ne rimerait à rien. Ici, chez les samouraïs elle s'épanouissait et construisait son futur, construisait de quoi rendre fière sa propre personne. Et cette imbécile de Princesse n'était qu'un reflet, un reflet de ce qu'elle aurait pu devenir dans une autre vie.

Personne ne se réparait tout seul, le contact humain, était primordial et l'avouer faisait du mal mais ce n'était pas de la faiblesse. Sakina se suait à la tâche, s'épuisant mais ce n'était pas mauvais de passer du temps même pour la plus simple des choses. Plus grande était la montagne, plus la vue du sommet était belle. Un sourire passa sur son visage, la fierté de voir sa protégée et celle dont elle sauvait la vie finalement se sortir les doigts, et accomplir quelque chose. Les yeux étaient peut-être fermés, mais elle savait depuis combien de temps la Princesse se tuait à construire un abris pour les deux. Peut-être méritait-elle une récompense, après tout il fallait peut-être changer de discours pour lui donner raison, à cette pourrie gâtée. Haussant les épaules, tirant sur sa cigarette elle plongea son regard rubis dans le sien alors qu'elle voyait sa figure se rapprocher.

-Pas mal pour une sang bleue.


_________________
Education [Sakina] 15502810
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 http://www.ascentofshinobi.com/u886

Education [Sakina] Empty
Ven 12 Juil 2019 - 22:06

Jun te félicitait à sa manière et c’était bien suffisant. Tu te contenterais de cette demi-approbation qu’elle t’offrait. De toute manière cette femme était un électron libre, tu ne l’obligerais à rien. Tu avais beau être officiellement son employeur, tu savais très bien que si Jun décidait de quitter son poste sur un coup de tête, elle y parviendrait. Et à vrai dire, tu n’y tenais pas plus que ça. Mine de rien, elle avait toujours assuré tes arrières et n’avait jamais failli à sa mission jusqu’ici. Au-delà de ça, même si ni toi ni elle ne l’avouerait à haute voix, vous aviez une certaine complicité. Il est vrai qu’avoir Jun à tes côtés chaque jour était bien plus divertissant que d’avoir quatre hommes en armure stoïques autour de toi.

Quoiqu’il en soit elle se contenta d’un bref commentaire sur tes prouesses, comme d’habitude. Tu allais devoir te surpasser si tu voulais lui tirer les vers du nez. Alors que ton regard plongeait dans celui de ton équipière, cette dernière te menace de son sabre. Son regard semble froid et dur, elle n’allait pas se laisser faire si facilement. Seulement cela faisait un moment que tu avais cerné Jun et c’est la raison pour laquelle un sourire narquois s’installe sur ton visage et étire tes lippes.

Tu n’as pas peur de son sabre, ni de ses menaces verbales d’ailleurs. Si tu devais mourir des mains de Jun, qu’il en soit ainsi. C’était peut-être bien la façon la plus douce de partir à laquelle tu n’avais jamais pensé. Elle savait pourtant que tu n’avais plus peur de ça depuis longtemps. C’était d’ailleurs l’une de tes forces principales en tant que ninja. Les menaces de mort ne prenaient jamais avec toi. L’utilisation de son sabre devait donc être son unique recours, c’est ce qui te permettait de te douter que tu étais sur la bonne piste.

— Quoi, tu n’apprécies pas cette proximité Jun ?



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t7059-taira-sakina-evil-princess-terminee#59241

Education [Sakina] Empty
Sam 13 Juil 2019 - 12:00
-Qui crois-tu tromper Sakina?

Elle jouait avec les mots, jouait sur le tempérament plus tendre depuis son arrivée dans le pays du fer. L'erreur était humaine, la reproduire la fois de trop n'était l’apanage que des imbéciles, l'errante ne l'était pas. Mais cette femme, tout juste sortie de l'adolescence ne lui renvoyait aucun message d'inquiétudes, n'était-ce pas Jun qui avait-elle même tout manigancée pour s'occuper de son cas. Depuis que, depuis que l'héritière avait découvert la vérité tout semblait soudainement changer à une vitesse que ne pouvait accepter la samouraï, mélanger vie privée et professionnel n'était pas digne des guerriers du fer et si elle voulait s'intégrer il fallait savoir faire la part des choses. Cette sotte n'était qu'un pion, qu'elle utilisait à sa guise et se contentant de lui sauver les miches, c'était le pitch de base c'était comme ça qu'avait raisonné pendant un moment l'ancienne Kumojin. Chasser le naturel, il revenait au galop à s'occuper et faire le garde du corps, contrairement à ce qui était sous-entendu, parfois Jun se perdait entre sentiments et idée originel. Dans la provocation, dans la vengeance et l'égotrip Sakina était définitivement suzeraine, dirigeant ses mots et ce qu'elle entreprenait autour d'une seule idée. Rétablir une hiérarchie qu'elle pensait forcément logique, elle était de sang bleue et Jun n'était après tout qu'une garde de plus. Hélas, très vite les choses avaient été brusqués et la petite insolente, se complaisant dans la direction et les ordres avait vu son monde chamboulé, ne s'incliner devant personne quelque soit son rang ou sa position. La masquée ne devait rien à Sakina, c'était même le contraire et elle laissait sa comparse croire qu'un jour, un jour les rôles seraient redéfinis en sachant très bien qui avait l'avantage sur l'autre. Donner raison, c'était déjà un pas de trop vers la dépendance et accepter les règles de rang à rang, alors que combattre et prouver à la futur Reine que les gens n'étaient pas tous des jouets avec lesquels elle pouvait disposer, sans pour autant lui faire un discours typique chaque jour. Mélanger exercice et loisir, car de toute manière il n'y avait que ça à faire pour l'autre comprenne.

-Si je décidais, maintenant de reprendre un rôle nettement moins drôle, que ferais-tu? Que ferais-tu si soudainement l'envie me prenait de te vider de ton sang Princesse? Crois-tu posséder en toi de quoi m'en empêcher?

Elle connaissait déjà la réponse, et c'était cela qui l'agaçait. De ses débuts dans le village de la foudre, jusqu'à l'incident d'Hayashi l'errante et sa gueule cassée n'avait jamais rien fait de plus que d'avoir une grande gueule et de l'assumer plus ou moins. Même devant des gens ayant dix fois sa force, même devant la mort elle avait campée sur ses positions, stoïque et stupide mais refusant de courber l'échine et de reconnaître une place qu'on lui attribuait. Aujourd'hui, libre comme elle l'avait toujours voulue, malgré les sentiments et l'absence de certaines personnes, elle essayait tant bien que mal de changer sa propre vision des humains et des manières d'arriver à ses fins autrement que par la force et un discours agressif. Mais, mais Sakina remuait un couteau dans une plaie encore trop profonde pour être ignorée, jouer avec le feu n'était jamais bon. La brûlure laissait une trace à vie, et en général pendant un moment une peur phobique de cet élément. Ce voyage commençait pourtant si bien, mais, mais comme à son habitude le naturel de la Tetsujin revenait tout emporter sur son chemin, tous les efforts et les compliments balayés par un duel d'orgueil et une envie de pousser chacun dans ses retranchements.

-Un jour tu comprendras, que les non dits ont plus de valeurs que des monologues.

_________________
Education [Sakina] 15502810
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 http://www.ascentofshinobi.com/u886

Education [Sakina] Empty
Lun 15 Juil 2019 - 0:08

Encore et toujours ces menaces. Jun t’avertis qu’elle peut renverser la situation, qu’elle peut même te tuer. Tu ne doutes en aucun cas de sa capacité à prendre la vie d’une personne. Seulement elle le fera uniquement avec une bonne raison, et non pas parce qu’elle veut simplement tenir tête à une princesse privilégiée. Alors à nouveau, tu la regardes avec ton air malicieux. On peut lire une certaine confiance dans ton regard. Tes yeux lui répondent que tu n’as pas peur d’elle, tu n’auras jamais peur.

La seule chose dont tu as peur, c’est de la solitude. Tu sais que tu ne te supporterais jamais bien longtemps si tu étais amenée à te retrouver seule. C’est pour cela que tu restais cramponnée à Jun en vérité. Bien plus que parce que tu ne pouvais pas te défendre seule, en réalité. Certes, tu avais besoin d’au moins un garde au cas où plusieurs personnes s’en prendraient à toi en même temps. Mais le reste du temps, tu restais aux côtés de la jeune femme par pur égoïsme. Tu ne voulais pas être seule, jamais. Et lorsque Jun n’était pas là, tu lui trouvais rapidement un remplaçant que tu utilisais le temps d’une nuit, deux au maximum. Mais tu dois bien avouer que tu préférais largement la compagnie de l’errante aux reptiles. Bien que tu ne l’avouerais pas, elle mettait un peu de piment dans ta vie dont on avait déjà tracé le chemin. Tu ne voulais pas de ça, ce qui te faisait rêver c’était la liberté. Celle que tu n’obtiendrais sûrement jamais, une liberté totale. Une liberté comme celle de Jun.

Elle mentionne quelque chose à propos des monologues mais tu ne te sens pas visée. A vrai dire c’était plutôt elle-même qui avait tendance à te faire la morale quant à tes faits et gestes. Tu te faisais plus souvent comprendre par tes gestes. Tout comme maintenant finalement. Certes, tu avais surtout cherché à pousser la provocation lorsque tu t’es approchée à ce point, mais d’une certaine manière ton propre piège se refermait toi aussi.

— Je ne sais rien Jun, vraiment ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t7059-taira-sakina-evil-princess-terminee#59241

Education [Sakina] Empty
Lun 15 Juil 2019 - 21:01
-Tu ne sais rien de la vie à la dure Princesse. Les gens ne sont pas tous des pions que tu peux manipuler, je ne suis pas ton garde-fou.

Des éclairs dans les yeux, une colère dans la voix, la vérité guidait les propos de l'errante. Elle connaissait maintenant un minimum, un petit peu plus chaque jour la position et ce qui motivait véritablement le comportement si particulier de sa protégée. La solitude n'était pas un fardeau ni une plaie, il fallait l'accepter et embraser ce destin si morose aux yeux de certains, mais qui correspondait tout à fait au mode de vie de l'errante. Errer revenait à fermer les portes et les émotions, à ne jamais s'attarder ni s'attacher à quelqu'un sous peine de voir ses objectifs et sa vision altérée par la simple présence de l'autre. Deux fois, deux fois Jun s'était entiché des hommes, deux fois ne menant qu'à un vide et un questionnement de plus, tout le monde était éphémère mais elle survivait encore et toujours, et même si il fallait quelqu'un pour apaiser le poids qu'elle portait depuis des années. Ceux en qui rarement elle mettait sa confiance en leurs mains, disparaissaient emportant avec des maigres espoirs et des illusions indigne de sa personne, qui pouvait la blâmer? Quiconque pouvait se targuer d'être présent éternellement au côté de l'autre. L'égoïsme reposait sur ce principe, forçant la main et le passage pour se construire une galerie de miroirs, avec l'illusion que ce jolie petit monde tiendrait sans jamais se fissurer. Mais les gens se lassaient, les mois passants, chacun finissait plus ou moins par quitter le monde de l'autre.

Mais son monde à elle n'existait pas, ce n'était que des enfers pavés du sang de ses victimes et des choix qu'elle empruntait. Il ne fallait rien regretter, rejeter les morales et les lois en rigueur, construire un chemin vers le sommet et tant pis si elle y perdait ce qu'ils appelaient humanité en chemin. Personne, aucun être humain ne pouvait se vanter d'en posséder une part suffisamment grande pour être reconnu, les monstres ceux qu'elle redoutait le plus étaient ceux de sa propre espèce. C'était pour les combattre, pour être à leur niveau que tout avait commencé, dans le sang ses premiers souvenirs ouvraient des bribes de mémoires cauchemardesques, sans famille, sans amis sans rien. Un cliché si triste, que la plupart des jeunes éphèbes de l'académie de Kumo pourraient s'en inspirer, mais pourtant, pourtant quel être humain même dénué d'émotions et plongeant dans les vices pouvait vivre seul éternellement? Même les déchets, même les ordures qu'elle affrontait à l'occasion partageait leurs couches avec des compagnons, des compagnes acceptant peut-être ces misérables pour ce qu'ils étaient. Et elle, elle qui l'acceptait pour ce qu'elle était depuis le départ de ce grand rouquin? Qui était là à présent pour lui faire des morales et des leçons comme cette abrutie de Metaru. La liberté, c'était ce qu'elle désirait le plus pourquoi tout ce travail de méditation était-il gâché par cette femme? Par cette futur suzeraine qui semblait prendre un malin plaisir à la torturer? Jun ne possédait pas, encore les réponses mais cela ne saurait tarder. Elle se taillerait un chemin, une réputation de plus dans l'esprit de cette jeune insolente.

Elle lui inculquerait le respect.



_________________
Education [Sakina] 15502810
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 http://www.ascentofshinobi.com/u886

Education [Sakina]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Tetsu no Kuni, Pays du Fer
Sauter vers: