Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Pause méditative [PV Yasei Zoku]
Un neuf, des zeux [Ayano] EmptyAujourd'hui à 16:27 par Nobuatsu Saji

» Apprendre à discerner l'invisible [Entrainement] [Pv Hiko]
Un neuf, des zeux [Ayano] EmptyAujourd'hui à 15:49 par Tôhatsu Asami

» Posons ça officiellement
Un neuf, des zeux [Ayano] EmptyAujourd'hui à 15:31 par Imekanu

» Mu tarde à répondre
Un neuf, des zeux [Ayano] EmptyAujourd'hui à 15:27 par Imekanu

» Absence
Un neuf, des zeux [Ayano] EmptyAujourd'hui à 15:23 par Imekanu

» La parole est d’argent, le silence est d’or [PV Saji]
Un neuf, des zeux [Ayano] EmptyAujourd'hui à 15:09 par Nobuatsu Saji

» Absence - Kaguya Shitekka
Un neuf, des zeux [Ayano] EmptyAujourd'hui à 15:01 par Nobuatsu Saji

» Turbulence [SOLO]
Un neuf, des zeux [Ayano] EmptyAujourd'hui à 11:12 par Ikaku Jiro

» 03. Changer de zone
Un neuf, des zeux [Ayano] EmptyAujourd'hui à 10:49 par Han Musashi

» Un défi d'honneur au dojo ! [pv : Hisa]
Un neuf, des zeux [Ayano] EmptyAujourd'hui à 9:10 par Nagamasa Hisa

Partagez

Un neuf, des zeux [Ayano]


Un neuf, des zeux [Ayano] Empty
Lun 8 Juil 2019 - 0:17
Être un père célibataire était un rôle qui demandait beaucoup de sacrifices. Le Shimazu cumulait plusieurs petits boulots en plus de ses obligations de Shinobi pour subvenir à ses besoins et surtout ceux de sa fille, mais le plus épuisant était encore de faire les tâches ménagères avec un petit démon d'à peine un mètre dans les pattes. Et la plus compliquée de toute était bien évidemment d'aller faire les courses. Bien sûr, il pouvait toujours demander à "Mamie Lalou" de garder la petite, mais il ne voulait pas abuser ; elle leur offrait déjà un foyer plus que correct en échange d'un loyer ridicule et de quelques corvées. Mais aussi... la vieille perdait un peu la boule. Inutile de tenter le diable.

C'est donc d'un pas résigné et faussement enjoué qu'il se dirigeait vers le petit magasin du quartier, guidant sa fille par la main.

- Tu seras sage au magasin, hein princesse ? Si tu m'aides bien à faire les courses, on achètera des glaces pour le dessert ce soir. D'accord ?

La petite acquiesça doucement sans regarder son père. Elle avait sa tête des mauvais jours : ces jours où le petit ange risquait à tout moment de se changer en gobelin incontrôlable. Shan soupira. Quoi qu'il allait advenir, il ne serait pas de taille à faire face.
______________________________________________________________

- Papaaaaa, regarde la poupée ! Regarde ! Elle est belle hein ! Je peux l'avoir ? Je peux ? Sitoplaaaaît !

L'homme à la mèche blanche sursauta en lisant le prix sur l'étiquette. Comment une foutue poupée pouvait coûter aussi cher ? "Je devrais peut-être me mettre à fabriquer des jouets" se dit-il, "s'ils se vendent tous à ce prix, je n'aurais plus besoin de me soucier de l'argent !"

- On dit "s'il-te-plaît", et hum... Non, elle coûte beaucoup trop cher. Tu l'auras peut-être pour ton anniversaire, si t'es sage. On va chercher la glace ?

Il quitta le rayon, tentant de mettre fin immédiatement à la discussion, mais la petite n'était pas décidée à en rester là.

- Mais papa ! Je veux pas la glace, je veux la poupée ! Je veux la poupée !

- Papa n'a pas assez d'argent pour le moment. Allez, on y va.

Et comme si on venait d'appuyer sur un interrupteur, l'adorable petite fille se changea en horrible gremlin. Ces foutus gènes, ces maudits Shimazu ! Bien sûr, ce sale tempérament venait de sa famille. Impossible qu'il vienne d'elle... Mais il avait beau rejeter la faute sur ses ancêtres, il savait bien qu'il était beaucoup trop laxiste avec sa fille.

La petite se jeta sur le sol, tapant des poings et des pieds, hurlant à déchirer les tympans de tous les clients du magasin. Bien sûr, tout le monde s'arrêta, regardant avec consternation le jeune homme se débattre avec le monstre en lui jetant des regards réprobateurs, chuchotant des commentaires médisants à son encontre. Dans ces moments-là, il le sentait lui aussi, le sang maudit qui frémissait dans ses veines. Mais il ne leur ferait jamais ce plaisir, jamais ; alors il se contentait de serrer les dents.

- Ça suffit maintenant ! Relève-toi.

Il agrippa la petite pour la porter dans ses bras, mais le diablotin qui possédait actuellement son enfant ne comptait pas en rester là. Il continua de se débattre, jusqu'à donner un malheureux coup de pied dans le sac remplit que portait le Shimazu. Le panier se renversa, envoyant s'éclater au sol son contenu, qui comportait entre autres une douzaine d’œufs et deux bouteilles en verre de lait qui éclatèrent avec fracas.

Tout le monde se tut, tout le monde se figea, comme si le temps s'était arrêté. Même la petite fille avait arrêté sa crise de nerfs, se contentant de continuer à sangloter silencieusement. Mais le jeune papa était le plus pétrifié.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6825-shan-termine#56811 http://www.ascentofshinobi.com/u879

Un neuf, des zeux [Ayano] Empty
Lun 8 Juil 2019 - 22:33

Il y avait dit un œuf ou des œufs ? Raaaaaaah, j'avais oublié. Oui d'accord j'avais la liste avec moi -au cas où, donc tout le temps- pour me rappeler ce qu'il m'avait dit à l'oral mais... Franchement il écrivait comme un docteur. C'était du n'importe que quoi sans déconner ! Mon oncle je l'adorais hein mais des fois voir très souvent, il ne faisait aaaaaaucun effort... Nerveusement je m'étais tiré les joues vers le bas, laissant apparaître mes grands yeux. La p'tite dame qui était passée à côté de moi avait pris peur d'ailleurs, et... bah je la comprenais ! Elle avait sûrement du croire que j'étais un peu fou et peut-être qu'elle était dans le vraie d'ailleurs.

Ah oui et euh... j'avais beau me considérer comme quelqu'un de généreux avec ma famille que mon tonton, il profitait de ma maigre paye Shinobi pour faire les petites courses. Il me disait « Tu peux m'avancer s'il te plaît ? Je te rends ça plus tard, je dois passer à la banque ». Et bizarrement, ça faisait plusieurs mois maintenant qu'il me disait « Oh t'inquiète, j'y passerai demain ». Culotté l'oncle Bens non ? En plus de payer, je devais aller au magasin moi même...

Grrrr, je me prenais la tête pour rien. De toute façon en cuisine comme en pâtisserie, on avait toujours besoin d’œufs ! Décidé, je pris un petit paquet de neuf. C'était mon argent alors finalement, peu importe.

Fier de mon choix, comme si ça pouvait influer le futur de Kumo et même du monde entiers. Je me dirigeais vers la caisse, l'air victorieux, le torse gonflé. Enfin... c'était jusqu'à que je perde le contrôle. Sans comprendre le pourquoi du comment, alors que je marchais tranquillement dans l'allée, je m'étais ramassé. Bam j'étais tombé sur les fesses et j'avais pu voir au-dessus de ma tête, le paquet d’œufs virevolter. C'était beau, la façon dont la physique fonctionnait. C'était magnifique même, ça bougeait dans tous les sens et vu que c'était mal fermé, les œufs étaient libres comme l'air. Je préférais la science à me prendre des œufs sur la tête mais malheureusement, je n'avais pu décidé de mon sort. Sur les neufs, environs trois s'éclatèrent sur le haut de mon crâne.

« Ouchhh ! »

Oui ça changeait un peu deu « Aïe ».

Comment dire que j'avais eu l'impression de me recevoir des cailloux sur la tête.

Rouuuuge de honte, je me mis à chercher le coupable. J'avais tout d'abord pensé à un petit nettoyage improvisé mais après mure réflexion... ce n'était pas le cas. C'était un monsieur avec une p'tite fille... qui... ahhhhh. Vu la tête du bonhomme, c'était peut-être de la faute de sa fille d'ailleurs. En y repensant, dans ma démarche victorieuse j'avais entendu un peu de brouhaha.

« Ah tiens c'est quoi ça ? »

J'avais -presque- oublié que j'étais maintenant tartiné d’œufs. C'était dégueulasse, ça dégoulinait dans tous les sens. Beurk ! Franchement si la petite n'avait pas été aussi mignonne, j'aurais sûrement crié au terrorisme et on m'aurait sûrement cru ! -ou pas-.

Je pris alors un petit mouchoir en tissu dans ma poche pour tenter d'atténuer le liquide visqueux qui recouvrait mon crâne. Bien que j'étais un peu gêné, tout rouge, le papa lui il avait l'air de l'être un peu plus. Et les gens le regardaient bizarrement... je sentais comme un malaise dans le magasin, c'était vraiment trop étrange pour moi. Il était sûrement connu dans le quartier ou pitêtre sa fille ? Rah dans tous les cas, moi je n'aimais pas trop ce genre de situation. Tous contre un, c'était un peu nul comme raisonnement. Je ne supportais pas cette idée que de se ranger au plus grand nombre, fin ce n'était peut-être pas vraiment ça ici... fin je n'en savais rien mais dans tous les cas, ça me gênait !

Une fois présentable, les cheveux tout pas beau, je m'étais dirigé vers le monsieur-je-casse-tout-san avec un grand sourire !

« Rah la galère hein ? Je peux vous aider? »

Je fis un petit sourire à son diablotin sur patte.

« Ah et euh... ne vous inquiétez pas pour ça ! » Dis-je en montrant de mon index ma nouvelle coiffure top tendance. « C'est rien du tout ! »


_________________
Un neuf, des zeux [Ayano] 1564043156-aya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4992-sakana-ayanokoji-done

Un neuf, des zeux [Ayano] Empty
Lun 15 Juil 2019 - 22:44
Il était tout simplement pétrifié. Le stress de la situation, son impuissance face aux cris de sa fille, sa colère alimentée par le jugement de tous ces gens rassemblés autour de lui... Toutes ces émotions le submergeaient, il perdait pied. Comme si le temps s'était arrêté, il était figé dans la même position depuis ce qui lui semblait être une éternité : sa fille tenue avec un bras, posée sur sa hanche, son autre bras tendu vers le panier renversé ; ses yeux exorbités, fixant le désordre sur le sol. Même sa poitrine ne se soulevait plus au rythme de ses respirations et pour cause, il ne respirait plus. Une crise de panique...

Une voix le sortit soudainement de sa torpeur. Il releva la tête, croisant le regard de l'ado qui était venu à son secours. Sa cage thoracique lui semblait écrasée d'un poids de plusieurs tonnes et lui faisait un mal de chien, mais il se força quand même à articuler quelques mots.

- P-p-pardon, j-je suis-suis désolé...

Et forcément, le bégaiement était revenu avec. Il avait réussi à s'en débarrasser pendant ses années à l'académie, ou plutôt elle avait réussi à l'en débarrasser, mais maintenant qu'elle n'était plus là... Il n'avait plus d'ancrage, plus de point de repère.

Soudain, une main minuscule se posa sur sa joue, suivi de la deuxième de l'autre côté de son visage, l'obligeant à tourner la tête. Deux miroirs d'un rouge profond accrochèrent son regard, calmement, le raccrochant à la réalité.

- Ça va aller papa, respire avec moi... expire... expire. Expire... expire. Comme on l'a appris.

La formule correcte était bien sûr "inspire, expire" mais elle fonctionna quand même. Après quelques secondes seulement, il respirait à nouveau plus ou moins normalement. Il serra sa fille dans ses bras, lui chuchotant "merci" à l'oreille.

- Et bah... On a mis un sacré bazar, pas vrai ?

Il risquait d'avoir des problèmes avec le propriétaire du magasin mais à ce moment-là, il s'en fichait. Il se permit même de sourire de la situation, avant de se souvenir que quelqu'un était effectivement venu l'aider. Il se retourna précipitamment vers l'ado, ayant complètement oublié sa présence.

- Woah, je suis vraiment désolé ! Désolé !

Il sortit des mouchoirs en papier de sa poche et en tendit au jeune aux cheveux blancs avant d'essayer maladroitement de lui essuyer les épaules qui dégoulinaient d’œuf cru.

- T'es pas blessé au moins ? Encore pardon ! Je vais nettoyer tout ça, et je vais payer pour les dégâts. Pour tes courses aussi ! Et je laverai tes habits !

Il se servit du reste des mouchoirs pour éponger le sol, remettant dans le panier ce qui n'était pas cassé. Il ne savait plus ce qui était à lui ou ce qui était à l'inconnu, il était trop pressé de ranger tout ça et d'en finir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6825-shan-termine#56811 http://www.ascentofshinobi.com/u879

Un neuf, des zeux [Ayano] Empty
Mar 23 Juil 2019 - 21:27
Ah ouais mais en fait... il était méga classe ce mec ! Non, franchement il avait du style ! Je n'avais pas trop pu l'admirer avant, à cause de ma coloration dégoulinante couleur zeux. Mais là, sans déconner, waaw ! La petite crinière blanche des familles, une carrure impressionnante et surtout... la CICATRICE. Et soudainement, une idée me traversa l'esprit ; Le papa était ptêtre un acteur en fait ? Je le voyais bien déambuler dans les théâtres et tout, sauver des jeunes femmes en détresse et faire des enfants avec... Pensant aussitôt à son diable sur patte, je fis un petit regard en sa direction. Je me trompais sûrement, un acteur aurait sûrement une vingtaine d'enfants. Ces idées me firent rougir, oui dés que je pensais à un truc du genre, bah je rougissais. C'était plus fort que moi, une fois j'étais tombé face à une femme nue... ça avait été quelque chose !

« Pas de soucis hein, rien de très grave. Ça arrive. »

Même si j'avais déjà viré une bonne partie de l'omelette sur ma tête, Cicatrice-san me donna des serviettes en papier et ce n'était bien sûr pas de trop ! Le tissu de mon mouchoir était imbibé, c'était vraiment dégueulasse. Le m'sieur tenta même de me nettoyer les épaules, c'était gênant venant d'un grand gaillard comme lui. Surtout que les gens autour de nous... ils nous observaient. Et ça, c'était méga chelou, je n'y comprenais rien !

« Non non, je vais bien héhé. Ah pour payer... je veux bien. Comment dire que c'est un peu compliqué ces derniers temps. J'ai des enfants à nourrir vous savez... »

Ah mince, la blague était peut-être maladroite -rapport au contexte-

« Euh non, non je blague hein ! C'était de trop gomen! »

Oui je ne devais pas en rajouter, après tout il payait les pots cassés de la créature des enfers. Naturellement, on se dirigea vers les caisses et là... on nous regardait toujours. Je ne compreeenaaaais rien, j'en étais même gêné, comment que c'était possible toussa ? OU ALORS, ma théorie était bonne et c'était bien quelqu'un de célèbre ? Raaah... non mais... je n'en savais rien en fait.

Pendant qu'on attendait notre tour, ma curiosité me poussa à lui poser quelques questions. Je ne voulais surtout pas brusquer Cicatrice-san et rentrer dans son espace perso' hein mais c'était gênant pour moi de ne pas comprendre.

« Dites moi Cicatrice-san, comment ça se fait que les gens nous observent ? »

Oui en fait, j'étais maintenant compris dans le lot. Moi au pire ça ne me dérangeait pas, j'étais toujours un peu à l'ouest.

« Pour être honnête, j'ai l'impression d'être avec une célébrité, avec votre carrure, votre coiffure et tout et tout, vous me semblez être le profil type d'un bonhomme de la mort qui tue! »

Peut-être que oui, peut-être que non.

_________________
Un neuf, des zeux [Ayano] 1564043156-aya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4992-sakana-ayanokoji-done

Un neuf, des zeux [Ayano] Empty
Mer 7 Aoû 2019 - 21:44
Au plus grand soulagement du Shimazu, l'ado aux cheveux blancs accepta que ses courses soient payées sans négocier, ce qui aurait été gênant. Mais sa dernière remarque provoqua un haussement de sourcils et un regard étonné du plus vieux. Des enfants à nourrir ? Peut-être qu'il devait s'occuper de ses jeunes frères et soeurs, pensa Shan. Mais coupant vite court à ses suppositions, le jeune annonça qu'il s'agissait en fait d'une blague. Shan s'esclaffa, autant pour la blague que pour la détresse et les excuses.

- T'inquiète pas.

Le petit groupe se dirigea vite vers les caisses et la sortie, souhaitant sortir au plus vite et échapper aux regards accusateurs. Raté. Où qu'ils allaient, les jugements méprisants les suivaient. Le jeune père était habitué mais il sentaient toujours leurs poids, certains jours plus que d'autres. Mais aujourd'hui, il culpabilisait d'avoir entraîné l'adolescent dans ces histoires. Il ne tiqua pas pour le surnom, mais il ne put s'empêcher que ce gamin était un sacré numéro.

- N'y fais pas attention, si tu peux. Ils ne font rien d'autre qu'observer, de toute façon.

Sentant un regain de courage dans sa cage thoracique, le Shimazu lança son regard le plus noir à toutes les personnes assez stupides pour établir un contact visuel avec lui. Et toutes sans exceptions baissèrent immédiatement les yeux. Stupides, mais pas fous.

Le Shimazu s'esclaffa à nouveau en entendant le plus jeune. Rire deux fois en aussi peu de temps, ce n'était plus arrivé depuis bien longtemps.

- Hé bien... merci, je suppose ? Dit-il en se frottant la nuque, mal à l'aise. Puis il reprit d'un ton plus mélancolique : - Oui, je suppose qu'on peut dire que je suis célèbre dans le quartier, mais pas pour de bonnes raisons. J'aurais préféré être connu pour mes chansons, mais malheureusement je chante très mal.

Il avait lui aussi tenté de faire de l'humour, détournant un peu la conversation et lui évitant de se justifier. Non pas que ce soit un secret de toute façon, vu que presque tous les gens ici étaient au courant de sa situation. Il préférait simplement éviter de le mentionner devant sa fille.

- Oh, mais tutoie-moi s'il te plaît ! Je suis pas si vieux que ça, j'ai seulement 23 ans. Je suis Shan au fait, et voici -

- Nikko ! s'exclama la petite fille, en regardant l'adolescent avec de grands yeux innocents, comme si elle le voyait pour la première fois à l'instant. Elle était redevenue le petit ange qu'elle était la plupart du temps, à qui on donnerait le bon Dieu sans confession. Elle agrippa doucement les doigts du garçon de sa minuscule main.

- Dis, Onii-san ? Tu viens avec nous à la maison ? Tu viens ?

Le Shimazu lui attrapa son autre main pour essayer d'attirer son attention.

- Non ma puce, il a sûrement beaucoup de travail...

C'était ce qu'il avait déduit en voyant son bandeau de Shinobi. Mais la petite ne semblait pas l'entendre, les yeux toujours fixés sur l'adolescent.

Nikko:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6825-shan-termine#56811 http://www.ascentofshinobi.com/u879

Un neuf, des zeux [Ayano] Empty
Sam 14 Sep 2019 - 9:57
Alors oui je voulais bien faire attention mais c'était quand même un petit peu beaucoup compliqué héhé ! Bon, je sentais qu'il y avait une anguille sous la roche mais pour le moment je ne voulais pas creuser plus, ce n'était sûrement pas le lieu approprié. Je ne voulais pas non plus paraître trop malpoli, trop curieux, c'était sûrement déjà pas cool comme situation pour lui. J'avais imaginé une célébrité mais en fait j'étais à côté de la plaque, en y réfléchissant bien ça ne pouvait pas être ça... J'avais quelques hypothèses mais je voulais les garder pour moi, pour le moment en tout cas héhé.

Cicatrice-san me fit rire avec sa blague de chanteur, ça aurait pu être cool d'avoir face à moi une rockstar de la mort qui tue. Je lui aurais sûrement demandé un petit solo de claquettes histoire que je m'amuse héhé ! J'adorais vraiment... euh... non les claquettes c'était peut-être une autre discipline... M'enfin bref, je fis un grand sourire à mon interlocuteur avant d'en lancer un plus kawaiiii à sa fille qui était plus que magnifique -bien que un peu chiante j'ai l'impression-.

« Euh d'accord! Pas de soucis Shan-senpaï, je me nomme Sakana Ayanokoji, chef d'équipe, ancien directeur de l'académie, membre d'une unité presque spéciale ! »

Il y avait du vrai et un peu de faux, mais c'était bien sûr dit sous le ton de l'humour, je ne comptais surtout pas mentir inutilement, je détestais ça.

« Enchanté de faire la connaissance d'une rockstar en tout cas, c'est cool ! Comme quoi vous allez au magasin du coin vous aussi héhé. »

Super blague de Ayanokoji, quel expert cet homme !

Vint alors la présentation du petit ange démoniaque, elle se nommait Nikko... Waaaw, Nikko-chan j'avais juste envie de lui bouffer ses joues tellement elle était mignonne. C'était impressionnant, alors comme ça... Shan-senpaï était papa à 23 ans... J'étais un peu étonné, ce n'était pas courant mais je pense que j'éprouvais plutôt de la compassion, ça ne devait pas être facile au quotidien.

Pour répondre à la Nikko-chan, je lui fis quelques caresses sur ses cheveux avant de lui afficher un gros sourire, les joues légèrement rouges.

« Enchanté aussi Nikko-chan-qui-me-semble-beaaaaaucoup-plus-calme. »

La plus belle des petites fille m'avait attrapé mon doigt, j'espérais bien qu'elle ne comptait pas le croquer ! Finalement elle me demanda de venir chez elle... Owww, elle me faisait craquer ! J'avais toujours rêvé d'avoir une petite sœur, j'en avais une grande et du coup... ça avait été moi sa poupée, pendant trèèèèèèèès longtemps.

« Beaucoup de travail c'est sûr mais je suis avant tout un héro, alors servir les intérêts, faire plaisir aux petites filles -gentilles-, c'est dans mes cordes. Si t'es d'accord bien sûr Shan-senpaï, comme ça on pourra faire connaissance en plus, c'est cool non ?! »

Alors oui, il y avait aussi de la curiosité mal placée, j'avais vraiment envie de découvrir ce qu'il se cachait derrière cette belle p'tite famille.

Comme pour le convaincre, je lui fis un grand sourire avec ma tête d'ange. J'étais sûr que Nikko-chan allait me suivre dans mon délire, je ne la connaissais pas trop mais les filles kawaii comme ça étaient un peu prévisibles.

_________________
Un neuf, des zeux [Ayano] 1564043156-aya
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4992-sakana-ayanokoji-done

Un neuf, des zeux [Ayano]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: