Soutenez le forum !
1234
Partagez

One heart for two [Riku]


One heart for two [Riku] Empty
Mer 10 Juil 2019 - 13:51
Tourner dans le vide, une vie entière à fermer les yeux derrière ce cocon de métal pour s'oublier et délaisser l'humanité lancinante. De revoir en boucle dans les nuits les plus sombres, la fuite d'un pays, délaissé un clan entier se faire massacré pour le seul crime d'exister, d'avoir refuser de supporter une cause injuste pour vivre en harmonie complète avec la nature. Un drame, un génocide qui laisse des marques sur la chose vivant derrière l'Armure ensanglanté, une offrande des démons les plus vicieux, enfermant l'enfant et l'adolescence derrière une apparence monstrueuse. Devenir le chasseur pour éviter d'être la proie, la chair devenant métal, le mépris et l'ignorance fusionnant pour ne laisser que la haine et la colère. Errer n'est pas une fatalité, de manger les miettes s'auto suffire dans la solitude, pour seul compagnon le fidèle canidé ne délaissant jamais ses côtés. Le luxe, c'est de dormir sans cauchemars, mais se plaindre reviendrait à nier la souffrance des siens et les esprits veillant sur l'Armure depuis les cieux, ce monde entier souffre, la complaisance des élites rendent la population méchante. Se trouver sur le chemin de ceux qui délaissent la vie, pour ôter le souffle et faire disparaître des êtres humains d'un simple claquement de doigts. Bannir le mot solidarité et devenir la bête sauvage qu'ils redoutent tous, rien à perdre tout à prendre un jour ils croqueront dans une carcasse si grosse que le repas deviendra un festin pour des lunes.

En attendant que faire? Ici et là, dans une clairière, au fond d'un bois sans nom dans une journée de plus à faire le point et à souffler. L'Armure est au bord de l'eau, le canidé n'est pas présent, en chasse comme souvent pour assouvir ses propres pulsions, ils ne sont pas liés quotidiennement mais quand l'un a besoin de l'autre, ils se rejoignent pour ne former qu'un seul être alimentant la haine et la colère avec un ressentit commun. Emprunter l'apparence d'un monstre dévorant tout sur son passage, et pourtant aujourd'hui. Aujourd'hui il en est rien, dans l'eau le reflet du géant qui hausse des épaules. Combien de temps, que la chose enfouie sous cette couche de fer n'a pas prit du temps pour elle? Ouvrir le cocon, sentir l'air frais et le vent sur sa peau, plonger et se noyer pour renaître une fois de plus. Et comme la chenille, la chrysalide d'acier s'ouvre lentement mais doucement après avoir épié les environs, une main se posant sur le métal froid, une autre s'extirpant doucement, la vie est brutale mais à l'instant présent il faut oublier tout ça. Sans perdre de temps, cachant sa véritable apparence, l'être vivant plonge dans l'eau et se laisse doucement couler au fond du bassin. Subir ou agir, il faut faire des choix mais qui pourrais comprendre Asagiri? Qui pourrait avoir un passé semblable? Ou sont les siens? Ne reste-il donc que Fenrir et l'Armure dans ce monde? Et tandis que les pensées deviennent sombre, la présence du canidé se fait ressentir son grognement que Asagiri pourrait reconnaître entre mille. Immédiatement, la figure humaine sort de l'eau et se précipite vers l'Armure de dos dans l'eau les deux pieds bottés dans la surface transparente. Et pourtant, il est déjà trop tard.

Un fantôme de plus dérangeant sa retraite. Il s'agit de se reprendre rapidement, un regard sur Fenrir qui part en chasse, l'odeur est présente et à présent Asagiri, retrouvant la peur des autres et des souvenirs enfouis se sent de nouveau sur un terrain glissant. Sans la forte apparition de son compagnon, rien ne serait possible. Mais si il faut se battre, si il faut de nouveau revêtir une apparence monstrueuse, sans hésitation le combat serait assumé. Aucune honte, le monstre et la bête ne sont jamais loin même dans des moments calmes. Même ici dans ce cadre idyllique, l'enfer peut surgir à tout moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

One heart for two [Riku] Empty
Mer 17 Juil 2019 - 8:31
One heart for two
De l’eau. Ce simple écho d’une rivière ou d’un lac lui redonna la force de traîner son enveloppe jusqu’à la pureté de la vie. L’énergie remontait la pente, permettant d’éloigner Morphée pour encore un petit moment. La Asaara se permit de rêver. Peut-être pourra-t-elle se nettoyer et trouver un petit coin confortable pour dormir ? Ce serait trop demandé. Ce luxe ne semblait pas s’offrir à elle et surtout, à sa paranoïa. Celle qui la tenait réveiller, celle qui lui disait de courir la nuit pour ne pas être attaqué. Selon elle, tous les guerriers du désert viendraient la poignarder pour la punir de son évasion. Une scène complètement étrange.

Au bord de la rivière, une impressionnante armure se tenait droite et fière. Les prunelles de la jeune femme cherchèrent la présence d’un homme qui se baigne, mais rien. Personne profitait de la nature et de ce petit lieu paradisiaque. Pourtant, laisser une telle protection sans maître et sans supervision, ce n’était pas habituel. Avec cette grandeur, l’armure ressemblait à un golem protégeant une princesse imaginaire. Probablement, qu’une longue histoire formait les creux, du métal et les longues coupures. Ce phénomène mystérieux apporta un élément de confiance en la brune. Star Killer semblait somnoler profondément pour ne pas sortir et montrer sa jalousie envers l’objet.

Lentement, l’empoisonneuse retira ses principaux vêtements, tentant de s’habituer à l’air frais sur sa peau de porcelaine. Ses doigts vinrent jouer dans ses deux chignons pour les laisser tomber, ensuite, elle défit ses tresses. Sa longue chevelure à la fois vert et brun tomba dans son dos. Rare sont les occasions où ses cheveux peuvent respirer ainsi. Sans surprise, ceux-ci ne disposaient pas d’une odeur ravissante, tout comme le reste de son corps. Riku ne voulait même pas compter le nombre de jours ou de semaines qui se dressaient face à son dernier bain. Elle détestait cette sensation de saleté, mais aujourd’hui, elle pouvait enfin y mettre un terme. Quelques secondes passèrent et ses sous-vêtements régnèrent dans l’herbe. Dans une intimité secrète avec la forêt, la kazejin se sentit bien. Pour une première fois, la peur de mourir ne vint pas enivrer son esprit.

Doucement, elle se glissa jusqu’à l’armure et la toucha du bout de ses doigts. Un colosse sans voix. Cela lui fit bien sûr penser à ces fameux chevaliers dans ses romans à l’eau de rose, mais celui-ci semblait plus sauvage et sans attache. Défendait-il sa bien-aimée ? Possédait-il une épée tranchante ? La kunoichi s’amusa à se poser des questions, continuant d’examiner cette magnifique pièce sous ses yeux. Sa nudité ne l’embêtait pas, après tout, qui viendrait l’embêter ici ? Riku décida de contourner l’armure à la vitesse d’un escargot. Ses yeux n’oubliaient aucun détail, jusqu’à ce qu’une forme étrange se dresse dans son angle. Un pas de plus et ce fut une révélation inattendue.

« Oh ! »

Une jeune femme, belle, grande, et probablement surprise à son tour. Riku recula de quelques pas pour ne pas entrer dans sa bulle, mais aussi pour éviter une attaque bien méritée. À sa taille de colosse, elle comprit rapidement que cette voyageuse est la propriétaire de l’armure. Une découverte perturbante, mais peu désagréable. Heureusement pour la Asaara, ses cheveux cachaient à la perfection sa poitrine et ses mains bloquaient son fruit défendu. Elle regrettait d’avoir dérangé cette guerrière pendant un moment de détente, mais une chose la rassurait, cette brunette ne venait probablement pas pour la tuer. Un point rassurant dans cette rencontre originale.

« Pardon, je ne voulais pas vous effrayez. » murmure-t-elle en continuant de reculer. « Je vais rapidement me nettoyer et vous laissez seule, mais si ça vous intéresses, j’ai quelques produits pour le corps dans mon sac. »

Cette fois-ci, Riku se dirigea rapidement vers la rivière et plongea dans l’eau froide. Elle détestait cette température, mais ça réussissait parfaitement à la calmer. Dos à l’Armure, l’empoisonneuse profita de longues secondes pour s’habituer à ce territoire. Avec chance, elle en sortira vivante.
(c) AMIANTE


_________________

One heart for two [Riku] Riku_signa_bis
Merci Aditya pour la signa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6758-asaara-riku http://www.ascentofshinobi.com/u974

One heart for two [Riku] Empty
Jeu 18 Juil 2019 - 20:52
Fenrir revenait, d'une chasse longue et haletante, la gueule grande ouverte, le sang sur ses crocs indiquant qu'il avait plus d'une fois goûté à la chair des animaux de la région. Souvent, souvent le canidé plus proche d'un immense loup que du docile chien, se perdait dans les alentours que lui et l'Armure visitaient. Errant sans jamais quitter de trop loin son compagnon, après tout ils ne faisaient qu'un et ils se protégeaient l'un l'autre sans jamais se l'avouer, la chasse avait prit le dessus mais son flair était tout autant porté sur la signature typique de l'humain l'accompagnant depuis des années. Ils ne se quitteraient jamais, la mort seulement mettrait un terme à leurs cohabitation, à cette collaboration qui semblait désormais s'orienter vers un semblant de lien amicale, si l'immense bête passait le plus clair de son temps à râler ou dormir, ce n'était pas uniquement pour feindre un mauvais caractère. Surveillant la nuit, écoutant les cauchemars de l'Armure sans jamais pouvoir agir, la terreur nocturne ne lui donnait pas bonne impression. Son éducation entière, les souvenirs douloureux revenant comme des aboiements d'agonies aux oreilles de l'animal, son éducation entière à servir, apprendre à opérer de paire avec un shinobi et aujourd'hui ils n'étaient plus que deux. Le désespoir, souvent cela il avait presque sentie l'odeur de la peur suivant Asagiri, mais jamais l'Amure carmin n'avait montré le moindre signe physique de peur ou de recul. Par instinct, l'humain se muait en bête, copiant Fenrir.

L'odeur nouvelle, le sentiment que son humain était en danger, abandonnant toute ses occupations, fusant à travers les feuillages et la végétation, ses oreilles se baissant, les crocs sortant par réflexe. Imbécile d'Inuzuka, disparaître maintenant c'était le relâcher dans la nature, sans avoir pu venger sa portée, sa harde, sa troupe et les siens. Le clan ne disparaîtrait pas en ce jour, ses pattes arrivèrent bientôt sur de la roche et enfin, enfin le canidé pu voir l'étendu de la scène. Surplombant le lac, l'eau azure, la figure de l'Armure immobile les pieds dans l'eau et le casque ouvert. Et la réalisation que cette imbécile avait finalement décidée d'être plus propre que lui même, ce qui était relativement rare, néanmoins ses pupilles se posent sur l'autre présence, celle qu'il a sentie. La femme, la femme qui traîne une odeur de peur et de mort dans son sillage, les crocs sont encore là, sur le rocher il observe la scène sans jamais sauter pour rompre le silence. Se laissant tomber, les pattes avant dans le vide, n'attendant qu'un signe pour combattre. Comme avant, comme après, comme toute la vie qu'ils mèneraient se battre contre le monde et en revenir vivant.

-D'ou viens tu? Je n'ai pas peur, la peur n'est rien d'autre qu'une paralysie de plus. Tu m'as surprise à un moment ou je suis vulnérable, mais tu n'as pas attaquée. Alors je n'en ferai rien, nous pouvons chacune partager l'eau, combien de temps depuis que nous n'en avons vu? Ce cocon, ce cercueil ambulant ne me permet guère de me rincer à ma guise. Asagiri, celui qui te dévisage est Fenrir, nous sommes les derniers représentants de mon clan, les Inuzukas. Et toi qui es-tu ?

Se laissant tomber dans l'eau, tirant sur une cigarette qu'elle allume, le regard vide et mélancolique. Plus rien ne la surprend, ce monde n'est pas ce qu'elle désire, cette vie d'errance et à se cacher sans cesse sous une apparence monstrueuse. Devenir le monstre qu'ils redoutent, cela l'éreinte et l'humanité disparaissant, ne reste qu'un vide criant et un appétit qu'elle ne peut satisfaire. La faim du sang, succomber à la soif, celle qui transforme les innocents en tueurs, celle qui fait devenir fou. Mais personne ne l'est, chacun est conscient lorsqu'il ôte une vie de plus, et elle combien de vie devra-elle ôter avant de se sentir en paix. Les siens, ne sont plus, son pays l'a chassé et voilà Hayashi qui refuse de s'ouvrir à elle. Elle se rince la chevelure, aussi sombre que ses pensées, les tatouages tribales et claniques sur son dos, les loups dansants, les esprits des morts observant la dernière trace du savoir des Inuzukas. Et sur ses joues, les triangles rouges, aussi rouge que son armure, aussi rouge que le sang qu'elle aimerait verser. Aussi rouge que les larmes qui coulent à l'intérieur.

-Fuis-tu quelque chose inconnue?

Sans jamais regarder directement dans sa direction, les formes relativement amples et enjoliveurs de son interlocutrice lui étaient apparue comme une évidence. Une jolie croupe et un minois autant attirant, mais elle n'étais pas bonne pour juger les gens. Après tout cette douce inconnue lui apparaissait possiblement comme un danger, à elle qui se cache derrière son armure depuis trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

One heart for two [Riku] Empty
Dim 21 Juil 2019 - 7:49
One heart for two
La jeune femme s’exprimait d’une façon très poétique et enclin à laisser un aperçu de sa vie. Celle-ci devait probablement marcher jour et nuit sans ne jamais délaisser cette armure, enfin, c’est ce que son apparence et ses paroles inspiraient. Une Inuzuka ? Ce clan lui sonnait une cloche, mais les informations manquaient. Fenrir ? c’était donc lui, la bête qu’elle sentait plus loin. Une impression de se faire dévorer vivante ne cessait de la titiller, cela s’expliquait. Une femme et son chien, en voyage vers… je ne sais pas. À la recherche des autres membres canins ? Ou peut-être, un trésor caché ?

« Riku. » Elle ne souhaitait pas s’exprimer sur le titre Asaara, pas pour l’instant. « Je suis désolée pour ton clan, ce n’est pas évidant de marcher seule. »

Elle échappa à la formalité du vouvoiement suite à la réponse d’Asagiri. Une personne qui ne semble pas connaître l’étiquette de la politesse. Ce n’est pas grave, Riku pouvait facilement se plier à une attitude si bad girl. Une cigarette dans une rivière, cela venait prouver son point. Quel étrange personnage. La kunoichi ricana doucement derrière sa main en évitant la fumée qui s’attaquait à son visage souriant. Comme son interlocutrice, elle commença à se nettoyer en silence, mais ses émeraudes trahissaient son calme. Sur ses joues, tout comme sur différentes parties de son corps, des tatouages sont gravés. La Inuzuka est définitivement une belle statue.

« Contrairement à toi, je fuis ma famille. J’ai une vie qui m’attend ailleurs, très loin. »

La Asaara coupa à sec sa réponse. Sa plaie semblait toujours ouverte et le regard triste de Fuu persistait dans ses rêves. Elle n’en pouvait plus de cette douleur, mais toutes ces années à endurer un amour sans retour, l’égoïsme entrait en jeu. Peut-être un jour, elle retrouvera la douceur de sa petite cousine, mais ce sera dans un avenir lointain. Pour l’instant, Riku devait se concentrer sur cet horrible voyage sans fin. Qui sait, peut-être que la Inuzuka suivait le même chemin.

Un coup d’oeil rapide et la jeune femme cessa de s’occuper de sa peau collante de sueur. L’eau aidait énormément, mais un peu de savon lui faciliterait la tâche. Mais avant de s’occuper de son propre besoin, Riku se tourna vers Asa.

« Tes cheveux semblent noués, attends. »

L’empoisonneuse s’échappa de la rivière avec la chair de poule et un frisson jusqu’à ses pieds. Elle fouilla dans son sac avant de revenir avec plusieurs bouteilles dans ses bras. Celles-ci flottèrent à la surface et se promenaient sans trop s’éloigner. Riku nagea jusqu’à son interlocutrice et fit suffisamment de bruit pour marquer sa présence. Une telle inconnue pourrait lui briser le cou en un temps record. La brune continuait de sourire d’une façon angélique et détendu. L’Armure ne lui faisait pas particulièrement peur, elle semblait être une voyageuse distante et peu habituée au contact humain. Riku aussi manquait de tact avec la civilisation, mais elle se sentait à l’aise aujourd’hui. Une situation ironique sachant qu’elle est complètement nue devant une tueuse. La Asaara se glissa derrière la guerrière et déposa une substance sans odeur dans sa chevelure. Elle frotta toute la zone du crâne et les longueurs de ses mèches. Après cette étape, ses doigts commencèrent à masser doucement la tête. Elle se doutait que cette petite attention puisse faire du bien à la kunoichi. Mener une vie pleine de sang ne guidait pas toujours à des opportunités de relaxation.

« Pourquoi restes-tu dans cette armure ? Je ne doute pas que tu es beaucoup plus inquiétante avec cette facette, mais la beauté de tes dessins ne peuvent pas être vu. »

Sans prévenir, les bouts de ses doigts tracèrent les différentes courbes des tatouages. Des symboles à les fois agressifs et délicats. La kazejin possède aussi un tatouage, mais beaucoup moins impressionnant. Un papillon accompagné d’un poignard sur son bras gauche, cachant une cicatrice importante.
(c) AMIANTE


_________________

One heart for two [Riku] Riku_signa_bis
Merci Aditya pour la signa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6758-asaara-riku http://www.ascentofshinobi.com/u974

One heart for two [Riku] Empty
Mer 24 Juil 2019 - 17:51
-Mais comme moi tu es seule.

C'était un constat, d'après les dire de la jeune femme. Elle fuyait les siens tandis que Asagiri avait perdue son clan, sa famille et des visages qui s’effaçaient au fur et à mesure des années, des opposées s'attirant indéniablement. Juger son interlocutrice n'était pas dans sa nature, chacun avait ses raisons, on ne choisissait pas sa famille, ni les liens du sang, en revanche chaque individu était libre de ses actions et des conséquences des choix qu'il effectuait. Au final cela importait peu, que Riku possède ou non des membres à qui elle pouvait donner des noms familiaux si aujourd'hui elle se présentait dans cette eau azure, nue, se débarrassant en même temps que de la saleté visiblement des pensées sombres. Le visage de l'Inuzuka se tournant légèrement vers Riku, dans ses iris cherchant à sonder les pensées véritables de celle qui partageait et rompait le silence sans chercher à faire autre chose visiblement que d'apporter une présence humaine à l'Armure délaissant le côté métal et effrayant, pour offrir ce qu'elle était réellement. Et qui était-elle réellement? Une sauvage, une bête ne pensant guère avec autre chose ses instincts, laissant les pulsions trop souvent prendre le dessus. Mais que faire de plus? Après tout le monde lui avait tout prit, et pourtant avec cette rencontre, avec cette inconnue s'approchant d'elle et lui prodiguant ce qu'aucun n'avait fait depuis presque une décennie. Un semblant de réconfort, un semblant de chaleur humaine, pour elle qui ne connaissait que les nuits solitaires et sombres sans pleine lunes avec pour seul compagnon Fenrir qui observait la scène en penchant sa tête sur le côté. Souriait-il? Le canidé ne présentait aucune menace alors même que la dernière Inuzuka s'offrait sans défenses et sans être sur ses gardes à une femme fouillant dans ses affaires.

Riku aurait pu sortir des armes, de quoi envoyer Asagiri rejoindre les siens délaissant cette enveloppe de chair et de sang, mais elle ne finit rien. Par derrière, dans son dos, dans un espace que l'Armure ne pouvait voir, son interlocutrice s'y glissa, et au lieu de lui sectionner la carotide, de la laisser teindre l'eau d'une couleur pourpre, ce fut sa chevelure qui fit cible des attaques étrangement similaires à des soins qu'on prodiguait aux femmes. Un massage du cuir chevelu? Cela prit un moment avant que le corps de l'Inuzuka ne s'y habitue, redécouvrant par la même occasions que le corps n'était pas seulement utile pour encaisser des coups ou se cacher de la lumière de l'astre solaire. Un frisson parcouru son corps, penchant légèrement la tête en arrière, fixant de son regard celle qui sans jamais demander l'autorisation, lui redonnait une seconde vie du moins à ses cheveux. Puis elle se redressa, fermant les yeux, laissant son corps apprécier le cadeau que lui faisait cette femme si attentionnée. Alors c'était ainsi que se passait des rencontres sans accrocs? Sans affrontements, pas besoin de montrer les crocs ni de charger? Pas besoin de dégainer, ni de se battre pour survivre. Les humains pouvaient-ils coexister en paix, ou bien cette femme était une exception. Une rencontre éphémère, et pourtant qui la marquerait sans aucun doute. La main libre, l'autre guidant la cigarette vers sa bouche, tirant dessus en fixant d'un regard vide devant elle, ses doigts effleurèrent la paume de celle qui la savonnait.

-Tu es bien délicate Riku. Ma beauté ne change rien à ma situation, je n'ai pas besoin d'être belle. J'ai besoin d'inspirer la peur, de provoquer dans l'autre un jugement, et c'est seulement ainsi que je survie, en me créant une image de monstre, en devenant ce que je ne souhaite pas affronter. En me transformant en ce qui me fait peur.

L'Inuzuka se retourna, laissant l'autre parcourir ses formes et toucher les tatouages claniques qui ornait son corps. Fermant les yeux, inspirant un moment avant de les rouvrir, lorsque les doigts arrivèrent sur ceux de ses joues, instinctivement sa main se referma dessus mais guère avec violence. Pour la guider, sur les formes que représentaient les différentes marques, ne quittant pas le regard ni les formes de l'inconnue, passant légèrement ses yeux sur le tatouage de Riku. Empiéter sur le territoire de l'autre, ne se faisait jamais dans la douceur, l'on se battait pour des terres et le corps humains n'échappait pas à ces lois. Asagiri laissait la fuyarde marcher sur le sien, pour comprendre ses intentions. Pour comprendre, pourquoi autant de douceur abritait cette femme fuyant les siens. La beauté des dessins, un compliment, un compliment qu'on lui faisait pour une fois depuis trop longtemps. Pinçant ses lèvres, détournant légèrement le regard avant de se reprendre et d'adopter de nouveau une posture digne des siens, puis sans forme de procès ses bras entourèrent le corps de l'inconnue. Posant sa tête sur son épaule, laissant les émotions primitives prendre le dessus sur la logique et la défiance habituelle, un humain qui ne montrait aucune envies, ni posture offensive ni agressive méritait d'être acceptée dans son territoire.

-Merci Riku. Pourquoi es-tu si, si facilement proche des inconnus. Pourquoi ne pas te méfier de moi ni de Fenrir. Pourquoi ne pas m'avoir attaquée?

Une larme.

La dernière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

One heart for two [Riku] Empty
Lun 12 Aoû 2019 - 19:35
« Je t’ai approcher par surprise, sans réel intention. Je ne croyais pas qu’une femme pouvait entrer dans cette armure plutôt masculine, je me suis trompée sur ton sexe et je m’en excuse. Pourtant, même si cela ne fait pas longtemps que nous parlons, je crois t’apprécier déjà. Au premier coup d’oeil, et par ta façon de parler, je vois que tu es quelqu’un de troublé, mais qui cache un grand coeur. Nous sommes différentes et identiques à la fois. Peut-être que cela peu paraître étrange, mais permet-moi de te complimenter. Tu es magnifique. Ta chevelure, ton regard et ta voix. Je vais m’arrêter ici, je n’aime pas poursuivre sans réellement savoir à qui je m’adresse, après tout, peut-être que tu es celle qui va me poignarder dans le dos une fois que je serai tournée. Tu seras peut-être celle qui m’abandonnera sans un message d’adieu. »

Un faible sourire apparut et Riku s’éloigna de son interlocutrice, le regard bas. Son coeur semblait si lourd soudainement. Elle ne pouvait pas s’accrocher à cette inconnue, ni lui faire confiance. Elle sentait qu’une sublime amitié pourrait les unir, mais les mots si tranchants de la Inuzuka prouvaient déjà que ce lien serait détruit dans un avenir proche ou lointain. L’amour ne pouvait pas dominer sur une âme noire.

La Asaara offrit un simple baiser au coin des lèvres de la jeune femme et recula. En silence, elle nettoya le reste de son corps pour ensuite sortir de l’eau. La chaleur de la kunoichi lui manquait déjà. Si peu de temps et pourtant, elle souhaitait se donner corps et âme à celle-ci. Mais Asagiri n’était pas son amie, ni une proche. Elle n’est qu’une passagère sur son aventure. Plus loin, elle rencontrera quelqu’un qui prendra soin d’elle, quelqu’un qui lui offrira ce qui lui manque.

Prête à partir, à nouveau habiller et les cheveux coiffés en longue tresse, Riku se tourna vers la brune.

« Si c’était de moi, je resterais avec toi. Et oui, je suis délicate, c’est une qualité comme un défaut. Je pleure facilement aussi, et je fais parfois trop confiance aux autres. C’est peut-être la raison qui me porte à vouloir te donner ma main et qui m’a poussé à te toucher le coeur. Pour toi, j’aurai accepté d’être toujours délicate, je ne peux m’empêcher de croire que je suis liée à toi d’une façon ou d’une autre, mais nos chemins ne se croisent pas. Pas pour le moment… fais attention, guerrière Inuzuka. Si tu souhaites conquérir mon coeur à nouveau, tu sais où me trouver. Mais peut-être que j’aurai changé. »

Riku ne souriait et prouvait ses mots en laissant couler des larmes sur ses joues rouges. Son coeur battait à une vitesse incroyable. Lentement, elle s’éloignait du duo canin en laissant des petits gémissements s’échapper dans le silence de la forêt.

_________________

One heart for two [Riku] Riku_signa_bis
Merci Aditya pour la signa !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6758-asaara-riku http://www.ascentofshinobi.com/u974

One heart for two [Riku]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: