Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Apprendre à discerner l'invisible [Entrainement] [Pv Hiko]
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] EmptyAujourd'hui à 15:49 par Tôhatsu Asami

» Posons ça officiellement
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] EmptyAujourd'hui à 15:31 par Imekanu

» Mu tarde à répondre
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] EmptyAujourd'hui à 15:27 par Imekanu

» Absence
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] EmptyAujourd'hui à 15:23 par Imekanu

» La parole est d’argent, le silence est d’or [PV Saji]
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] EmptyAujourd'hui à 15:09 par Nobuatsu Saji

» Absence - Kaguya Shitekka
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] EmptyAujourd'hui à 15:01 par Nobuatsu Saji

» Turbulence [SOLO]
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] EmptyAujourd'hui à 11:12 par Ikaku Jiro

» 03. Changer de zone
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] EmptyAujourd'hui à 10:49 par Han Musashi

» Un défi d'honneur au dojo ! [pv : Hisa]
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] EmptyAujourd'hui à 9:10 par Nagamasa Hisa

» 03. Un palais bien gardé
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] EmptyAujourd'hui à 8:28 par Nihito Meho

Partagez

Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin]


Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Empty
Mer 10 Juil 2019 - 23:38

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Quel bon vent vous amène ?


Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Iwa12

------------------------------------------------------

Environ trois années s’étaient écoulées depuis que le Genin avait rejoint le village d’Iwagakure. Si pendant un certain temps il s’était montré têtu et arrogant, aujourd’hui il n’avait plus rien à avoir avec ce gamin, il avait en effet beaucoup mûri et s’était quelque peu assagi. Il avait rencontré de nombreuses personnes, toutes aussi fascinantes les unes que les autres, elles l’avaient toutes aidés d’une façon ou d’une autre, au point que le natif de Kaze avait maintenant réussi à faire la paix avec son passé. Il craignait toujours son grand-père, mais il ne se laissait plus dominer par sa peur, au contraire, il se préparait et attendait le jour de leur rencontre avec patience.

En attendant, il avait l’intention de vivre, de profiter de chaque instant pour aider les autres. Il continuera de travailler, d’accomplir ses devoirs et d’œuvrer pour devenir une meilleure personne, la meilleure version de lui-même. Aimi était là pour l’aider, ses autres amis étaient tous là pour lui, il n’avait rien à craindre, et lorsqu’arrivera le jour de son affrontement avec son grand-père, se produira alors ce qui était écrit, un point c’est tout. Musashi croyait en effet au destin, mais il avait encore du mal à parfaitement expliquer ce concept, car il y avait des paramètres qui lui échappaient, mais il s’y soumettait, inutile de résister.

Le Genin se trouvait au haut plateau, lieu qu’il affectionnait particulièrement et qu’il jugeait propice à une bonne séance de méditation. Il était assis en tailleur, regardant attentivement l’horizon, plus précisément vers le Sud-Ouest, là où se situait son pays natal, Kaze. Même s’il ne gardait que peu de bons souvenirs, Musashi restait profondément attaché à sa nation, un sentiment qu’il ne pouvait expliquer, cela le dépassait mais il faisait avec, un point c’est tout. Il se remémorait son parcours avec beaucoup nostalgie, et était particulièrement reconnaissant au pays de la terre et la cité d’Iwa de l’avoir accueilli, nourrit et logé. Si pour l’heure il n’avait pas beaucoup d’objectif ni de grandes ambitions, il restait persuadé que tôt ou tard, il saura rendre l’appareil à son village.

Pour le moment ses objectifs étaient assez simples :Mener à bien ses projets avec Aimi, celle qui l’avait sorti des ténèbres, celle qui lui avait redonner goût à la vie et qui avait tout simplement illuminer sa vie. Ensuite, continuer de s'entraîner pour devenir plus fort et se rendre utile à son village, car il lui devait beaucoup, une dette qu’il ne pourra certainement pas payer en une vie. Enfin, se venger de son grand-père pour rendre justice à son père, sa mère, ses compagnons et son clan tout entier. Voilà ses principaux objectifs, pour l’instant il ne voulait pas se projeter plus loin, il aura tout le temps de s’en trouver d’autres lorsque ceux-ci seront accomplis.

Enfin, alors qu’il se perdait de plus en plus dans ses pensées, une petite brise de vent, fort agréable, le ramena à la réalité. C’était alors qu’il fût surpris de voir une personne à ses côtés, il s’agissait de Tenzin, un des plus grands shinobis du village dont il avait entendu le nom et les exploits à maintes reprises. Quand était-il arrivé ? Que faisait-il ici ? Beaucoup d’interrogations lui traversaient l’esprit, mais pour l’heure il n’avait pas l’ombre d’une réponse.

« Tenzin-san ?! » Fit-il, d’un air surpris. « Vous allez bien ? Depuis combien de temps êtes-vous ici ? » Demanda -t-il, d’un air curieux.

Il avait beaucoup rêvassé. Tenzin tombait à point nommé, car il allait enfin pouvoir discuter avec lui. De quoi ? Il ne savait pas encore. Mais si son aîné et supérieur hiérarchique comptait rester dans le coin, alors le Genin cherchera probablement à en savoir un peu plus sur lui. Sinon, ils pourraient tout aussi s’entraîner, c’était après tout le lieu idéal pour ça…

Spoiler:
 


_________________
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Empty
Jeu 18 Juil 2019 - 17:49
Tant de choses s'étaient passées depuis que j'étais arrivé à Iwa. Cela faisait maintenant sept longues années. Peut-être huit ? Je ne tenais plus réellement le compte, mais cela ne m'importait pas énormément. L'important à vrai dire c'était que j'étais toujours là, que je protégeais la cité qui m'avait accueilli depuis ces dernières années et que je ne faiblissais pas face à mon devoir. Mais quelque part, je ne pouvais m'empêcher de penser régulièrement à mon pays natal, celui qui m'avait vu grandir, celui qui m'avait vu fuir. A l'époque je n'étais qu'un petit garçon qui avait tout perdu, qui n'avait plus de repère, et qui plus est qui était traqué par des forces dont il n'avait aucune connaissance jusqu'alors. Ce jour là j'avais perdu mes parents, j'avais perdu mon foyer, j'avais perdu ma patrie. J'étais devenu Konran Tenzin, quasi-orphelin et sans domicile fixe. Je m'étais alors retrouvé à Iwa, Rokkusu de son nom à l'époque, et ils avaient vu en moi un potentiel ninja. Ils m'avaient recueilli, entraîné, entre autres choses pour me permettre de vivre une vie décente. Je leur devais ma vie. Et cela je ne l'oubliais pas.

Après plusieurs années, je m'étais fait nombre d'amis, de compagnons d'armes, de figures d'autorité, une rivale, et même l'amour. J'en avais perdu certains, que ce soit aux mains de la mort ou à celles plus sournoises de l'éloignement. Toutes deux cependant n'avaient pas été tendres, et leurs gifles résonnaient encore en moi. Et malgré tout cela, j'étais toujours là. J'avais retrouvé mes parents lors d'une mission, qui avaient décidé de s'ostraciser pour ne plus subir le manège des Grandes Puissances. Mais j'avais décidé pour ma part de rester et d'essayer de changer les choses de l'intérieur. D'essayer de faire en sorte de rendre les villages shinobis meilleurs. Ou en tout cas au moins le village caché de la Roche. Mais il me restait tant de choses à accomplir. Peut-être, ensuite, pourrais-je les retrouver à nouveau pour leur montrer mes accomplissements. En attendant, nous avions tous les trois nos blessures, et nos histoires. Nous avions grandi/vieilli séparément, et nos chemins s'étaient un peu éloignés. Mais je restais heureux de les savoir en vie, quelque part.

Je me faisais à toutes ces réflexions alors que mes pas foulaient distraitement le sol des Hauts-Plateaux. Le vent fouettait mon corps et soulevait mes cheveux d'une manière qui m'avait toujours été particulièrement agréable. Un sourire distrait flirtait sur mes lèvres alors que, quelques secondes plus tard, je tombai sur un jeune shinobi du village. Han Musashi. J'avais fait quelques recherches sur les membres de mon village, surtout depuis que j'étais devenu récemment jonin. L'homme aux cheveux blonds s'était illustré dans la défense d'Iwa, aussi bien que l'arrestation, ou plutôt la victoire face à un des prisonniers échappés de Wasure. C'était un manieur du Shoton, et il semblait qu'il était arrivé à Iwa il y a quelques temps. Pendant les premières secondes, il ne sembla pas m'avoir repéré, perdu dans ses pensées. Lorsque je m'avançai un peu plus, il se retourna alors vers moi, surpris, avant de prendre la parole. Je lui fis alors un sourire tranquille, et pris place à ses côtés. J'étais d'humeur à rester bavarder un peu.

-Oui, merci Musashi-san, et si ça ne te dérange pas, on peut se tutoyer ? Je vais bien et toi ?

Je pris une courte pause face à sa dernière question et un sourire plus nostalgique étira mes lèvres. Je savais ce qu'impliquait sa question, mais j'étais d'humeur bavarde, ne l'avais-je pas dit ?

-Combien de temps ? Tout dépend du point de vue. Sur cette côte de la montagne : bien moins longtemps que toi visiblement. Quelques secondes tout au plus. Si on parle d'Iwa cependant : un peu plus longtemps que toi. J'ai cru comprendre que tu ne venais pas d'ici, je me trompe ?

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Empty
Jeu 25 Juil 2019 - 21:37

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Quel bon vent vous amène ?


Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Iwa12

------------------------------------------------------

Le tutoyer ? Voilà qui avait de quoi étonné Musashi, en effet, puisque souvent ceux qui lui étaient hiérarchiquement supérieures insistaient pour être vouvoyer. Pour certains, c’était une question de respect, pour d’autres sûrement d’ego, peu importait, l’épéiste avait éprouvé jusqu’à récemment beaucoup de difficultés à se conformer à ces règles. Il faisait toutefois de son mieux pour vouvoyer ceux qui lui étaient hiérarchiquement supérieurs, quant aux autres, il agissait instinctivement, selon les personnes et les circonstances de leur rencontre.

Quoi qu’il en fût, il acquiesça immédiatement à la demande de Tenzin. S’il avait rencontré et cerné bien de personnes depuis son arrivé à Iwa, ce dernier n’en faisait malheureusement pas partie, chose qu’il espérait pouvoir rectifier avec cette conversation.

« Oui, bien sûr, Tenzin-san. Je me porte bien aussi, merci. » Rétorqua -t-il, d’un léger sourire.

Il fit immédiatement un peu de place à son interlocuteur, puis jeta instinctivement un bref coup d’œil à l’horizon, chose qu’il ne pouvait s’empêcher de faire, à chaque fois qu’il se trouvait en ce lieu. Le Jônin daigna répondre à son interrogation, et le moins qu’on puisse dire c’était que sa façon de répondre lui donnait déjà un petit aperçu de sa personnalité.

« Non tu as vu juste, je suis en effet originaire de Kaze. » Répliqua -t-il, d’un léger sourire, tout en indexant le sud du bout du doigt. « C’est la vue qui t’amène par ici je suppose ? En tout cas c’est mon cas… » Poursuivit -t-il, d’un air pensif.

La vue, les entraînements, la méditation, pleins d’autres activités en réalité.

« Et toi, Tenzin-san, tu es originaire d’ici ? Ta dernière phrase me laisse penser que oui. » Reprit-il, d’un léger sourire. « En tout cas, Tsuchi est un beau pays, certes différent de Kaze mais tout aussi magnifique. » Conclut-il, d’un large sourire.

C’était particulièrement vrai, et il supposait que cela devait être pareil pour les autres contrées, notamment Mizu, qu’il espérait pouvoir un jour visiter. En effet, Musashi se passionnait de voyage, depuis tout petit déjà, puisque sa mère lui contait souvent les innombrables lieux dont elle avait pu visiter. Il y avait tant de territoires, tant de peuples, tant de cultures et coutumes en ce monde, qu’il ne pourra certainement pas tous les découvrir. Seulement, il espérait pouvoir en découvrir le plus possible, c’était après tout cela aussi qui faisait que la vie valait la peine d’être vécue, une des phrases favorites de sa défunte génitrice. Pour l’instant, il restait limité par son grade et son rôle de moindre importance au sein de la cité, mais les choses changeront sûrement un jour, du moins il l'espérait...

« On ne vous… on ne te voit pas beaucoup, Tenzin-san. Je suppose que tu dois souvent crouler sous le travail, notamment tous ces paperasses administratives, un peu comme Toph, la pauvre d’ailleurs. »



_________________
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Empty
Ven 26 Juil 2019 - 21:53
A mon grand étonnement, Musashi sembla soulagé de ne plus avoir à me vouvoyer. C'était une marque de respect que beaucoup de hauts-gradés attendaient de leur pupilles. Certains par égo, d'autres parce qu'ils estimaient que c'était une marque de respect et de politesse à adresser à leurs "ainés" hiérarchiques. Quoi que cela soit, cela ne m'importait guère. Je n'étais pas homme à m'encombrer de formalités dénuées de sens. Beaucoup de ceux qui étaient supposés me vouvoyer étaient en réalité aussi voir bien plus âgés que moi. J'accordais énormément de respect à mes supérieurs hiérarchiques, mais les seuls qu'il me semblait naturel de vouvoyer étaient ceux qui étaient au pouvoir. Le Conseil, le Kage, et le Daimyo. C'étaient actuellement les seuls pour qui le vouvoiement ne me mettait pas mal à l'aise. Cependant, cela importait peu. J'appréciai l'engouement de Musashi à accepter le tutoiement et il me fit une place pour que je m'assois à ses côtés.

Aussitôt fait, il tourna à nouveau son regard vers l'horizon, et le mien le suivit de près. D'ici, la vue était magnifique et paisible. Comme toujours. Cela me rappelait les nuits calmes et doucereuses de Kaze no Kuni. Quand le désert ne faisait pas des siennes et tentaient d'ensevelir sous le sable toute trace d'êtres-vivants. J'eus un petit sourire nostalgique. Mais tout cela était en vain, nous avions appris à nous accomoder des tempêtes de sable, du vent, des nuits froides et des journées brûlantes. Au final, la vie là-bas en était même agréable. Spécialement pour nous, assimilateurs, qui ne craignions pas de mourir par ces temps revêches. J'appréciais même parfois sortir lorsque le vent soufflait un peu trop fort. Mes parents aussi...C'étaient des jours heureux, pensai-je avant que le blondinet ne réponde à son tour. Kaze no Kuni hein ? Mon sourire ne fit que s'élargir. Je glissai un regard vers lui alors qu'il me montrait du doigt la direction de Kaze, me posait quelques questions ensuite sur la vue et sur mes origines à mon tour. Un petit sourire persista encore quelques secondes avant que je ne prenne la parole.

-Eh bien, figure toi que je viens aussi du Pays du Vent. Tout comme toi. Je suis arrivé à Iwa il y a environ sept ans maintenant. Quand Iwa s'appelait encore Rokkusu... Tu as raison. Iwa, tout comme Kaze, sont magnifiques. Ils ont quelque chose de semblable et d'à la fois très différents...

Je pris une pause de quelques secondes avant de reprendre d'un air pensif.

-Pourquoi je viens ici ? Principalement pour le vent. On ne retrouve qu'en hauteur des vents aussi forts qu'à Kaze no Kuni. Même si ceux-ci ne sont pas à moitié aussi forts que nos tempêtes, mais j'apprécie tout de même. La vue est vraiment belle, aussi. Mais ce n'est pas ce qui m'attire en premier. Kaze te manque...? Tu aimerais y retourner ?

Cette dernière question avait été dite d'une voix lointaine, me laissant porter par ma propre nostalgie. Elle avait peut-être sonnée un peu directe et brutale, mais ce n'était que le reflet de mes sentiments. Comme il l'avait si bien dit, le Pays du Vent était magnifique. Jamais je n'avais pensé, dans mon enfance, le quitter. Et pourtant, j'étais ici depuis si longtemps que j'avais tendance à considérer le village de la Roche comme ma seconde maison. Seconde, cependant, jamais première. Et s'il parlait en des termes si élogieux de notre terre natale, je supposai que les conditions de son départ ne devaient pas avoir été jolies. Il aurait pu simplement vouloir voyager, me diriez-vous. Cependant, si cela avait été le cas, il ne se serait pas enrôler dans les forces armées d'un village. Un shinobi, et un genin qui plus est, n'avait pas beaucoup de liberté de voyage. Quelques temps plus tard, il me posa une autre question. Une question qui me fit sourire. Bien que Toph était aussi gradée que moi -en fait, un peu moins ces derniers temps à vrai dire, si on faisait fi de sa position au conseil-, tout le monde connaissait ma rivale. Bien mieux que moi. Et cela ne me dérangeait nullement.

-On peut dire que je suis occupé en effet, j'ai pas mal de boulot. Cependant je suis loin d'être aussi surbooké que Toph, surtout en ce moment. D'ailleurs, je la plains... Mais si on ne me voit pas si souvent, c'est aussi parce que j'aime que ce soit ainsi, finis-je avec un sourire.

Oh bien évidemment, j'étais un professeur à l'Académie. Cependant cela ne suffisait pas à m'en faire une réputation de tous les diables. Et cela m'allait très bien. Car pour être un Esprit de la Montagne, un Protecteur du village, il fallait savoir rester dans l'ombre. Et je préférais cela à la lumière. Ou tout du moins, je ne cherchais pas la reconnaissance. Je voulais simplement protéger. Ce qui me fit demander.

-Et toi, qu'aspires-tu à devenir en tant que ninja ? Et au sein d'Iwa ?

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Empty
Ven 23 Aoû 2019 - 17:29

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Quel bon vent vous amène ?


Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Iwa12

------------------------------------------------------

Quelle ne fut pas la surprise du Genin lorsque Tenzin lui confia qu’il était aussi originaire de Kaze. En effet, il l’ignorait, et à vrai dire, il ne s’était jamais véritablement interrogé sur la possibilité qu’il puisse y avoir d’autres Kazejins que lui au sein de la cité. Pour le coup, ce fut un étrange sentiment qui l’envahit, à cet instant précis. Dorénavant, nulle doute qu’il pensera immédiatement à sa terre natale, à chaque fois qu’il croisera la route de son aîné, Tenzin.

Pour l’heure, il se contenta d’écouter attentivement le Jônin, tout en tâchant de contenir sa joie. Ainsi, Tenzin lui apprit qu’il était arrivé à Iwa depuis un certain temps, environ sept ans pour être plus précis, à l’époque la cité avait pour nom « Rokkusu ». Musashi acquiesça naturellement, puis étira légèrement ses lèvres lorsque son compatriote confirma ses dires, concernant les différences et les similitudes entre Kaze et Tsuchi. Portant brièvement son regard vers l’horizon, le manieur du shôton restait convaincu de ce fait.

Alors qu’il aurait certainement pu l’interrompre et l’assaillir de questions en tout genre, notamment pour en apprendre plus sur le Jônin et lui montrer à quel point il était content de trouver un de ses « semblables », Musashi n’en fit rien. Ses trois années passées au sein de la cité l’avaient bien changé, il s’était en effet quelque peu assagi et n’avait plus rien du gamin prétentieux et arrogant qu’il fût, à cet époque-là.

Ainsi, il laissa Tenzin reprendre le court de son monologue, qu’il écoutait toujours avec la plus grande attention, tout en préparant soigneusement ses interrogations, dans un petit coin de sa tête. Le Konran lui apprit alors la raison pour laquelle il s’aventurait sur les hauts plateaux, réponse qui ne l'avait visiblement pas étonné. Après tout, lui aussi il venait pour cela, mais aussi pour méditer, pour s’entraîner et bien d’autres choses, à vrai dire. Ainsi, le Han hocha légèrement la tête en guise d’approbation, puis écouta attentivement les interrogations de son aîné avant de lui répondre, sourire aux lèvres.

« En effet, Kaze me manque… J’en garde malheureusement peu de bons souvenirs, mais ça reste malgré tout chez moi, là où j’ai vécu pendant plus de quatorze ans… » Fit-il, d’un air nostalgique. « Je ne pense pas y retourner tout de suite, mais un jour sûrement, je l’espère. Et toi, Tenzin-san ? Tu y es retourné depuis ? Je ne me suis jamais interrogé sur la possibilité qu’il puisse y avoir d’autres Kazejins que moi, pour le coup je suis très content de faire ta connaissance. » Poursuivit-il, d’un air sincère.

Si Kaze était et restera chez lui, désormais il pouvait aussi compter la cité de la roche comme son domicile, sa nouvelle demeure. Tous les Iwajins étaient ses semblables, sans aucune exception. Et quand bien même il se poserait des questions auxquelles il n’avait encore point trouvé de réponses, nulle doute que sa loyauté pour Iwa restera infaillible, quoi qu’il arrive, du moins il en était persuadé.

Quoi qu’il en fût, les pensées du Genin jonglaient entre le passé et le présent, tandis que son attention entre l'horizon et son interlocuteur. Son regard se porta naturellement sur Tenzin, lorsque celui-ci répondit à sa remarque, sourire aux lèvres. Comme il l’avait deviné, le Jônin était un homme occupé, ce qui était d’une certaine façon tout à fait logique, surtout compte tenu des événements récents. Cependant, le Konran précisa toute de même qu’il était loin d’être aussi chargé que Toph, ce qui fit légèrement rire le Genin. C’était un rire « compatissant ».

Quoi qu’il en fût, Tenzin poursuivit son monologue en ajoutant que si on ne le voyait pas souvent, c’était aussi parce qu’il tenait à ce que ce soit ainsi, ce que Musashi comprenait parfaitement. Il aurait tout aussi aimé s’effacer de la sorte, mais il ne pouvait se le permettre, du moins pas s’il voulait faire ses preuves et progresser. Ainsi, il répondit au sourire de son aîné par un autre sourire, avant de porter brièvement son regard vers l’horizon.

« Je comprends tout à fait… Mais un ninja de ton calibre doit malgré tout avoir un œil sur ce qui se passe, je suppose… » Fit-il, d’un léger sourire, en reportant son regard sur Tenzin.

Que ce soit de loin ou de près. En fin de compte, ce n’était pas le fait de peu voir le Jônin qui compte vraiment, mais plutôt le fait que lui puisse avoir un œil sur tout le monde qui prime.
Concernant les deux dernières interrogations de Tenzin, Musashi ne répondit pas immédiatement, préférant en effet prendre son temps pour ne pas raconter des âneries. La première question, il se l’était posée à maintes reprises, et jamais il n’avait pu obtenir de réponses satisfaisantes, car son grand-père le hantait et l’obsédait à un point qu’il avait du mal à voir les choses en grand. Quant à la seconde, il en avait une idée, mais rien d’extraordinaire, du moins pour le moment…

« Tu vas peut-être être déçu mais je n’ai pas de grandes ambitions, du moins pour le moment… » Précision qui n’était pas sans importance, car il savait que les choses pouvaient changer, surtout s’il parvenait à tuer son grand-père. « Je veux simplement protéger les êtres qui me sont chers… » Fit-il, d’un air visiblement sincère. « Je veux me rendre utile et accomplir mon devoir… » Poursuivit-il, sourire aux lèvres, tout en se remémorant sa conversation avec son Senseï. Ce qui le fit très légèrement sourire. « Et toi, Tenzin-san ? Un ninja de ton calibre doit probablement avoir une et mille objectifs ? » Reprit-il, d’un ton sarcastique, non pas tant pour se moquer mais plutôt pour contraster avec ses propres objectifs, que beaucoup jugeaient comme pas assez, surtout pour un shinobi.

Mais encore fallait-il qu’ils sachent que Musashi était devenu shinobi malgré lui…


Spoiler:
 


_________________
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Empty
Sam 24 Aoû 2019 - 2:22
Musashi m'écouta attentivement pendant que je parlais longuement de choses et d'autres, sans m'interrompre une seule fois. Je surpris quelques sourires par-ci par-là lorsque je mentionnai les ressemblances et différences entre Iwa et Kaze no Kuni. Je sentais qu'il avait quelques questions à me poser, mais cela transparaissait à peine dans son écoute disciplinée. Lorsque nous en vînmes à parler de notre patrie en commun, une certaine brise de nostalgie me parcouru. Je ne savais pas exactement quelles relations il entretenait avec le Pays du Vent, mais je ne voyais pas quiconque ayant vécu là-bas détester sa patrie. Du moins, je pensais fortement que l'amour que je portais à ma terre natale déteignais sur la raison ou les raisons qui auraient pu pousser les Kazejins à partir de chez eux. Après tout, si j'étais parti, c'était parce que j'y avais été chassé, pourchassé comme un gibier. Dans le cas contraire, je ne pensais pas que je serais parti de ce pays. Jamais. Cependant, malgré tout l'amour que je pouvais porter à Kaze, ma loyauté première allait à Iwa.

Comme il fallait s'y attendre, mes questions trouvèrent écho chez mon interlocuteur et je dus réfléchir à mes propres propos. Je fus assez peiné de constater que mon compatriote semblait avoir, tout comme moi, quitter le Pays du Vent de "force". Ou tout du moins, malgré son amour pour le Pays du Vent, il ne gardait pas de bon souvenirs de ses quatorze années vécues là-bas. C'était plus que mes onze ans de vie à Kaze, mais les miennes s'étaient déroulées de manière tout à fait paisible jusqu'au dernier moment. Je pris un air grave en entendant cela, et acquiesçai pour marquer ma compréhension de son désir de ne pas retourner tout de suite dans notre terre natale. Cependant, il n'excluait pas cette possibilité. Peut-être un jour pourrions-nous y retourner ensemble. Toutefois les questions qu'il me posa me surprirent un peu. A vrai dire surtout la dernière. Y étais-je retourné ? J'acquiesçai une nouvelle fois avant de sourire face à sa dernière remarque.

-Je suis moi-même assez surpris de retrouver un autre kazejin ici, cela fait du bien quelque part. En ce qui concerne Kaze ? J'y suis retourné en effet, il y a environ un an. Un grand tournoi s'y est déroulé dans l'arène du Colisée...J'y ai perdu contre Toph en quart de final, finis-je avec un petit sourire nostalgique en mémoire de ce combat tout à fait épique. Je repris rapidement le fil de la discussion. Pas mal de choses y ont changé, par rapport au Dieu du Désert, à l'organisation qui le "contrôlait"...Le Pays a dû faire face à une grande crise et à présent c'est une organisation du nom de "Yoake" qui a reprit les rennes...Je n'en sais pas beaucoup plus à l'heure qu'il est.

J'avais parlé naturellement de ce qui s'y étais passé, soupçonnant mon compatriote de vouloir en savoir aussi un peu plus sur notre Pays. Tous ces évènements avaient beaucoup fragilisé Kaze, et il commençait à peine à se relever -d'où l'organisation du tournoi. Malgré la proposition qui m'avait été faite, je n'étais pas resté pour aider mon peuple à reprendre les rennes. Car j'avais déjà prêté serment à Iwa. J'avais demandé à les aider en tant qu'ambassadeur d'Iwa, mais la proposition n'avait pas été bien accueillie. Ce n'était pas étonnant, étant donné les dégâts que les puissances ninja avaient infligé à ce Pays. L'absence d'intentionnalité ne semblait pas changer grand chose pour Kaze qui avait déjà beaucoup trop souffert. Cependant je ne perdais pas espoir d'y retourner un jour. Je ne savais pas encore quand, ni dans quelles conditions, mais j'espérais pouvoir y retourner un jour. Le reste de la discussion tourna un peu plus vers le présent et le futur, plutôt que vers le passé. Et avec son regard oscillant entre moi et l'horizon, un sourire naquit de mes lèvres.

-En effet, je fais de mon mieux pour garder un oeil sur ce qui se passe au village. Je n'ai pas envie d'avoir de nouvelles surprises...

Mais il ne croyais pas si bien dire. Maintenant que je faisais parti du Sazori, j'étais chargé de défendre la cité de la Roche dans l'ombre. Raison de plus pour moi de me tenir au mieux au courant de ce qui se passait entre nos murs, ainsi qu'en dehors. Même si, en ces temps un peu trouble, l'accent avait été mis sur le village. Quant à ses aspirations, je laissai mon regard couler vers l'horizon avec un sourire certain sur le visage.

-Protéger ceux que tu aimes, c'est déjà bien amplement suffisant. J'ai à peu de choses près le même but...Même si le mien inclut de payer aussi la dette que je dois à ceux que je n'ai pas pu protéger...Mais mon objectif premier est de protéger le village, et de protéger les miens. Ensuite, payer mes dettes... Je pense qu'en tant que ninja, c'est l'une des choses les plus importantes. Avoir un but qui te permette d'avancer et de te surpasser continuellement. E, parlant de ça, j'ai entendu que tu maîtrisais le cristal c'est ça ?

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Empty
Sam 24 Aoû 2019 - 16:33

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Quel bon vent vous amène ?


Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Iwa12

------------------------------------------------------

Tenzin était tout aussi surpris que le Han de retrouver un autre Kazejin que lui au sein de la cité. Cela fit naturellement sourire le Genin, qui accordait une grande attention aux propos de son interlocuteur, à chaque fois que celui-ci s’exprimait. Si cela pouvait interpeller le Kazejin, Musashi ne faisait en réalité qu’agir naturellement. En effet, le respect était une chose importante chez lui, et son grand-père veilla à lui inculquer cela de bien de manière possible et imaginable, et quand bien même il eut une période d'égarement, où il prenait constamment les gens de haut, en se montrant notamment très arrogant, ses réflexions et ses nombreuses méditations ne firent que ressortir le meilleur en lui. Son entourage y était également pour beaucoup, c’était le moins qu’on puisse dire.

Ainsi, en écoutant son aîné, il apprit que ce dernier y était retourné à Kaze. Il en était vraiment ravi pour lui, se demandant même quel sentiment il avait éprouvé lorsqu’il avait de nouveau foulé l’immense étendue de sable de Kaze et embrassé le vent doux mais chaud de ce territoire austère pour les étrangers. L’espace d’une seconde, il eut un flash où il se voyait en plein milieu du désert, ressentant ce sentiment de danger et d’aventure qui l’avait accompagné tout au long de sa piètre existence. Nostalgique, c’était le moins qu’on puisse dire. Tenzin, l’était tout autant, du moins c’était l’impression qu’il lui donnait.

Alors comme ça, lui aussi avait participé à ce fameux tournoi dont Toph lui en avait parlé. Le Genin connaissait bien l’arène du Colisée, il avait pu, lors d’une de leur voyage de Yuba à la capitale, assisté à plusieurs combats pour le moins titanesque. Cependant, à cet époque, il n’avait trouvé aucun plaisir à voir ces trois hommes se massacrer comme des animaux sauvages. Pas sûr qu’il perçoit les choses de la même façon, aujourd’hui, et ce quand bien même il ne serait fan de la violence. Quoi qu’il en fût, le Genin fut surpris d’apprendre que Tenzin avait perdu face à Toph, non pas tant qu’il doutait des capacités de la génie des Hyûga, loin s’en fallait, mais plutôt parce qu’il pensait que le Jônin était tout aussi redoutable que l’amazone qui portait tout le poids du village sur ses épaules.

En tout cas, la surprise laissa immédiatement place à la curiosité, lorsque son aîné commença à lui parler de la situation de Kaze. Il fallait dire que Musashi ne connaissait pas grand-chose de la politique Kazejin. Sa famille, notamment et surtout son grand-père, y était pour quelque chose, car il avait toujours voulu que son petit-fils soit un guerrier, une véritable machine à tuer qui lui serait entièrement dévouée, et non un shinobi qui pense par lui-même et qui vienne chambouler ses dessins. Ainsi, ce fut donc avec une grande curiosité qu’il écouta Tenzin lui confier que beaucoup de choses avaient changés, par rapport au dieu du désert et à l’organisation qui le contrôlait. Si tout cela lui semblait flou, il en savait malgré tout quelque chose, concernant le dieu du désert. Cependant, ses connaissances ne se résumaient malheureusement qu'à des mythes et contes qu’on lui conta, notamment pour l’effrayer et le contraindre à obéir.

Il apprit également que le pays traversa une grande crise, ce qui l’attrista profondément, même s’il ne laissait rien transparaître. Enfin, son aîné lui confia que désormais c’était une organisation du nom de « Yoake » qui avait repris le contrôle du pays. Il n’en savait malheureusement pas plus, et ce nom ne disait absolument rien au Genin. Il restait toutefois très heureux d’en connaître plus que ce qu’il ne savait, en l’occurrence pas grand-chose pour ne pas dire rien, sur son pays. Sa mère, malgré son appartenance à Tsuchi, lui avait toujours dit : « sois fier de ton pays, soit fier de là où tu es né, mon fils ! » Il s’en souvenait comme si c’était hier…

« Yoake ? J’avoue que cela ne me dit rien. A vrai dire, je ne connaissais pas grand-chose de la situation Kaze, donc merci à toi pour toutes ces informations. » Fit-il, d’un air sincère. « Je regrette que les choses soient toujours aussi compliquées pour notre pays, mais j’espère qu’elles tendent à s’améliorer… Espérer, n’est-ce pas tout ce que nous pouvons faire, du moins pour l’heure… » Fit-il, d’un sourire nostalgique.

Après quoi, il se souvint qu’il avait oublié une partie du monologue de son interlocuteur, non pas qu’elle soit moins intéressante, mais plutôt parce que ses émotions le poussèrent d’abord à réagir sur ce qui était triste et d’une plus grande importance, dépassant effectivement leurs petites personnes.

« Sinon, par rapport à ce tournoi, Toph m’en a déjà parlé, fin très rapidement, mais j’ignorais que vous vous êtes affronter. » Fit-il, d’un léger sourire. « Alors, comme ça, elle t’a battu, elle est vraiment redoutable cette petite. Je crois que je vais m’abstenir de la provoquer en duel, haha. » Poursuivit-il, d’un léger rire. « Le Colisée, voilà qui me rappelle des souvenirs… Ce tournoi était comment ? J’espère que tu y as pris plaisir, mais surtout j’espère que tu as apprécié le retour au bercail. » Reprit-il, en regardant brièvement l’horizon… « Tiens, tu n'as pas eu envie de rester et de les aider ? En tout cas, si tu prévois de t’y rendre, un de ces jours, n’hésite pas à le dire, on pourrait peut-être s’y rendre tous les deux, qui sait… » Conclut-il, d’un large sourire.

Pour l’heure, il y avait des choses bien plus importantes, comme remettre Iwa sur pied. Nulle doute que de nombreuses mesures seraient prises très prochainement, notamment pour prévenir des événements tels que l’assaut que nous avions essuyé dernièrement. De nombreuses pertes humaines, beaucoup dû à ce mystérieux phénomène de la résonance, survenu à la fin de la guerre, et dont personne n’était encore capable, à ce jour, d’en expliquer la cause, étaient à déplorer. Les mercenaires avaient notamment fait des dégâts, contraint en effet le Yondaime Tsuchikage à se sacrifier. Le père d’Aimi, Chiwa Tetsu, avait également perdu la vie, et bien d’autres, hélas. Si Musashi avait remporter son combat, notamment grâce à l’Oterashi, il ne restait pas moins encore faible et pas d’une grande aide au village, à qui il avait prêté allégeance.

Quoi qu’il en fût, Musashi rebondit sur un autre sujet, se reportant plus au village et au rôle du Jônin. En effet, il supposa qu’à défaut de voir souvent son aîné, contrairement à Toph, qui était facilement trouvable et omniprésente, le Jônin, lui, devait malgré tout avoir un œil sur ce qui se passait. A vrai dire, ces deux-là se complétaient parfaitement. Tenzin ne manqua pas de réagir, confirmant tout d’abord les dires du Genin, avant de préciser qu’il n’avait aucunement envie d’avoir des nouvelles surprises. Musashi comprenait et partageait les craintes du Konran. Il ferait lui aussi de son mieux, à son échelle, pour se rendre utile.

« Je comprends tout à fait. Il faut dire que personne ne l’avait vu venir, cet assaut. Et ce phénomène que tout le monde appelle désormais la résonance, j’ignore ce qui se trame à l’échelle internationale, mais il faut croire que certaines personnes ne portent pas Iwa dans leur cœur. » Fit-il, sans aller plus loin. Tenzin saura probablement de quoi il parle, il en était persuadé. « Tu as entièrement raison, faisons donc tous de notre mieux, chacun à échelle et selon ses capacités. » Conclut-il, d’un timide sourire.

Quant à ses aspirations, Musashi avait plus ou moins dit la vérité, il n’avait aucune raison de mentir ou de cacher ses ambitions, qui restaient de toute évidence très maigres, surtout sur le plan personnel. Tuer son père était tout ce qu’il espérait. En dehors de ça, il se mettait entièrement au service du village, peu importe ses doutes, ses craintes, il restera loyal et prêt à tout pour protéger ceux qui lui étaient chers.

Contrairement à la réaction de certains, Tenzin semblait penser que c’était une aspiration suffisante, qu’il partageait aussi, d’une certaine façon. Ainsi, en dehors de leur origine commune, les deux hommes partageaient, à quelques exceptions près, les mêmes aspirations. Ce qui ravit logiquement le Genin, qui avait tout intérêt à prendre exemple sur son aîné. Entre Abuto, Taishi et Tenzin, nulle doute qu’il était entre des bonnes mains. Chacun de ceux cités allaient lui apporter quelque chose, aucun doute là-dessus. Ce fut d’ailleurs déjà le cas avec Abuto, et Taishi, avec qui il ne suffisait que de quelques secondes pour qu’il en ressorte grandi, d’une façon ou d’une autre.

Quoi qu’il en fût, quelque chose interpella le Genin dans le discours de son aîné. En effet, Tenzin disait aussi devoir payer une dette qu’il devait à ceux qu’il n’avait pas pu protéger. Musashi en était surpris, bien que ce soit peu perceptible sur son visage. Il s’interrogeait, mais continuait d’écouter attentivement son interlocuteur. Ainsi, il apprit que les objectifs de son aîné étaient d’abord de protéger son village et les siens, et ensuite payer cette dette, dont le Han avait encore du mal à comprendre. Parlait-il d’une sorte de rédemption ? Ou pire encore, un seppuku, cette drôle de pratique à laquelle s’adonnait les samouraïs ? Non, il espérait que ce ne soit pas quelque chose d’aussi radicale. En tout cas, il acquiesça aux dires du Konran, lorsque ce dernier déclara qu’un shinobi se devait d’avoir un but qui lui permette d’avancer et de se surpasser continuellement. Il acquiesça aussi à l’interrogation du Jônin, concernant son don héréditaire.

« Je ne suis encore qu’un novice dans le monde des ninja, mais je reste parfaitement d’accord avec toi, protéger notre village et les nôtres devrait être notre priorité, à nous tous. » Fit-il, d’un air pensif. « Sinon, j’avoue ne pas comprendre cette histoire de dette… Qu’est-ce que tu veux dire par là, Tenzin-san ? » Demanda -t-il, d’un air curieux.

Après quoi, il dégaina un kunai, avant de racler curieusement le sol, pour ainsi transformer une infime partie de la terre en « sable ». Il amassa ce qui avait plus l’air de poussière dans sa main droite, avant de composer un mudra, enfermant ainsi ce qui faisait office de sable dans une mini pyramide de shôton.

« En effet, je maîtrise bel et bien le shôton, que j’ai hérité de ma mère. » Fit-il, en plaçant l’objet devant le Konran. En regardant la pyramide de plus près, on jugerait percevoir une mini-tempête de sable en son sein. « Je maîtrise aussi du raiton et je dispose de quelques bases en Kenjutsu, rien d’extraordinaire. Et toi, Tenzin-san, quelles sont tes facultés de combat ? » Demanda -t-il, d’un air curieux.



_________________
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Empty
Jeu 29 Aoû 2019 - 1:14
C'était assez agréable de parler avec quelqu'un qui venait des mêmes contrées que soit. Je n'avais pas réalisé jusqu'à aujourd'hui à quel point cela me manquait de parler de Kaze, et de me souvenir de ma maison en le partageant avec quelqu'un d'autre. Quelqu'un qui était capable de comprendre entièrement ce que je ressentais. Il écoutait attentivement ce que je lui disais, et je ne fus pas surpris de remarquer l'absence d'étonnement lorsque je mentionnai le Colisée. Pour tout Kazejin, et pour une grande partie du reste du monde, le Colisée était un endroit tristement célèbre pour ses combats pour le moins violent. J'appréciais certes la baston et les combats, mais je n'étais pour ma part pas un grand fan de la violence purement gratuite que l'on pouvait voir au Colisée. Je comprenais fort bien que c'était le style de vie, et surement l'une des seuls raisons de vivre de certains de ceux qui s'y battaient. Cependant cela ne m'aidait pas totalement à être d'accord avec toute cette violence gratuite. Je soupirai intérieurement à cette penser.

J'observai cependant un petit sourire lorsque je vis l'étonnement sur la tête de mon interlocuteur lorsque je lui révélai que Toph m'avait battu lors de ce tournoi. Je ne savais pas vraiment si c'est parce que les gens avaient tendance à me surestimer, ou à sous-estimer Toph. A vrai dire, je pensais que c'était un peu des deux. Ils ne se rendaient pas bien compte d'à quel point Toph était une fine stratège aux techniques diversifiées. J'étais assez persuadé que peu de personnes aux villages étaient capables de lui tenir tête. Gabushi et Hisa avaient un style plus incisif que le mien, qui était encore un peu doux par rapport aux leurs. Et ces dernières avaient bien progressé -en tout cas en ce qui concernait Gabushi-, de telle sorte que je leur voyais bien mettre des bâtons dans les roues de la Hyûga. Lorsque nous dérivèrent un peu sur la situation de Kaze, l'intérêt de Musashi était manifeste. Et ses paroles, bien que tristes, n'en étaient pas moins véridiques pour l'instant. Avec une nostalgie notoire, je levai les yeux au ciel et acquiesçai.

-En effet, il n'y a pas grand chose que nous puissions faire à l'heure actuelle. Mais j'espère que dans un futur plus ou moins proche, cela changera.

Le Kazejin ne tarda pas cependant à revenir sur la discussion du tournoi où Toph et moi nous étions affrontés, et je rigolai de bon coeur lorsqu'il fit la remarque qu'il devrait s'abstenir d'embêter la samouraï. Les questions qu'il posa par la suite étaient tout à fait légitime, et je lui répondis par un sourire avant de prendre la parole.

-En effet, si tu veux pas finir à l'hôpital, peut-être devrais-tu éviter de l'embêter. Je considère Toph comme ma rivale, nous nous sommes affrontés plusieurs fois, et nos scores sont à égalité actuellement. Si les gens pensent que j'ai un bon niveau, elle est aussi voir plus terrible que moi.

Je laissai une pause de quelques petites secondes avant d'enchaîner.

-Ce tournoi était...enrichissant. J'ai rencontré des adversaires puissants et aux capacités bien différentes. Je ne suis pas fan du Colisée, mais ce jour là j'étais content de combattre sous les yeux des "miens". J'aurais voulu rester à Kaze les aider...j'en ai eu l'occasion. Mais j'ai prêté allégeance ici, et je ne peux pas abandonner et trahir ceux qui m'ont recueilli quand je n'avais plus rien, finis-je avec un sourire nostalgique. Mais si on doit s'y rendre à nouveau, ce sera avec plaisir que j'aimerais que tu m'accompagnes.

Nous parlâmes par la suite d'Iwa et de sa protection, et Musashi avait tout à fait raison. Il fallait que nous fassions chacun notre maximum à notre échelle. Car j'avais le présentiment que tous les évènements qui s'étaient produits jusqu'à présent n'avaient pas encore montré tout le dénouement dont ils étaient les annonciateurs. Cette résonance en particulier ne m'indiquait rien de bon.

-Malheureusement tu as raison. On n'est pas prêt de voir un semblant de paix avant un moment. En attendant, nous devons veiller sur le village et sur nos proches...

On ne savait ni quand, ni où Il frapperait la prochaine fois. Je soupirai. Une partie de mes mots interpella toutefois mon camarade, et je ne me fis pas prier pour expliquer ce que je voulais dire par là.

-Une dette de sang. Si je n'ai pas pu protéger ceux que je m'étais promis de protéger, alors je ferai en sorte que leur mort ne soit pas en vain.

Et cela voulait dire probablement de la vengeance. Et ma liste commençait à s'allonger. Fort heureusement pour moi, ceux à qui j'en voulais ou que je poursuivais étaient aussi des nuisances pour le village de la Roche. Ainsi, je pouvais mettre ma vengeance personnelle en accord avec mes devoirs de shinobis de manière à ce que celle-ci paraisse être le fruit de mon boulot plutôt que celui de ma rancoeur. Mais au fond, cela m'importait peu les excuses dont je pouvais me servir pour blâmer mes sombres désirs. Avec un sourire cependant, je rassurai Musashi.

-Ce n'est rien dont tu aies besoin de t'inquiéter cependant, Musashi-san.

Nous passâmes ensuite rapidement à nos capacités respectives. J'avais entendu que le Han maîtrisait le shoton, et j'en avais déjà vu de mes yeux, mais lorsqu'il en refit une démonstration je ne pus m'empêcher de trouver cela beau. Comme à mon habitude. La terre qu'il avait ramassé était maintenant cristallisée dans sa paume. Je lui laissai donc voir un acquiescement enjoué. J'appris dans le même temps qu'il utilisait le raiton et l'art de se battre à l'épée. J'acquiesçai et lorsque vint le moment de donner mes facultés, je réfléchis un instant.

-Je me débrouille bien dans le maniement des armes, surtout la faux. Ainsi qu'en sensorialité. J'ai aussi fait un pacte avec des Autours, comme le montre les trois spirales qui sont maintenant brodés au dos de mes vêtements, fis-je avec un sourire. En ce qui concerne mes autres capacités, une démonstration sera peut-être plus simple.

En disant cela, je m'élevai du sol en volant, faisant montre d'une de mes capacités. Et dans le même sens, je laissai mon corps devenir du vent quelques secondes avant de reprendre forme humaine et me reposai au sol.

-Je suis ce qu'on appelle un assimilateur de vent, ma particularité est que je ne fais qu'un avec mon affinité.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Empty
Ven 30 Aoû 2019 - 23:48

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Quel bon vent vous amène ?


Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Iwa12

------------------------------------------------------

Les deux hommes s’accordaient à dire qu’il n’y avait rien à faire pour l’heure, concernant Kaze. En effet, même s’ils le désiraient ardemment, ils ne pouvaient rien faire, car ils étaient désormais liés au village de la roche et le pays de la terre ; ils restaient pour ainsi dire loyaux et fidèles aux terres qui les avaient si généreusement accueillis. Ainsi, ils ne pouvaient que prier et espérer que les choses changent rapidement, dans le bon sens du terme, pour le pays du vent. Puis, de toute évidence, Musashi, même s’il le souhaitait, ne pouvait tout simplement rien apporter à Kaze, du moins pour l’heure. Ainsi, il hocha légèrement la tête en guise d’approbation, avant de porter son regard un peu plus loin, vers l’horizon, le tout d’un air pensif.

Le Jônin rebondit par ailleurs sur la remarque du manipulateur de shôton, concernant Toph. Il le mit en effet en garde, l’avertissant de ne pas provoquer la génie des Hyûga, s’il ne voulait pas finir à l’hôpital. Phrase qui le fit légèrement sourire, le contraignant même à lâcher un petit rire qui lui fit, sur le moment, le plus grand bien. Il était pour ainsi dire parvenu à mettre ses réflexions sur Kaze de côté.
Il semblait toutefois surpris d’entendre de la bouche de son aîné qu’il considérait Toph comme étant sa plus grande rivale. D’après le Konran, la Hyûga et lui s’affrontaient même régulièrement, et ils étaient pour l’heure à égalité parfaite. En ayant à peu près une idée de ce dont la petite génie était capable, le Han n’osait même pas imaginer à quoi leur combat pouvait ressembler, rien à avoir avec ses petits affrontements avec l’Oterashi, c’était le moins qu’on puisse dire. Le fils du désert confirma et insista sur le niveau de la génie des Hyûga, qu’il trouvait tout simplement « monstrueuse ». Chose qui n’avait pas vraiment l’air d’étonné le Genin, qui commençait à avoir une idée assez claire de la force de Toph, même s’il fallait dire qu’il ne l’avait jamais réellement vu à l’œuvre.

Quoi qu’il en fût, le Jônin marqua une légère pause avant de reprendre et de rebondir sur le tournoi et le fameux Colisée de Kaze. Un tournoi qu’il trouvait enrichissant, puisqu’il lui avait permis de rencontrer des adversaires puissants et aux différentes capacités, sans doute aussi surprenantes les unes que les autres. Le tournoi fut donc quelque chose de positif pour le Konran, cependant, il ne pouvait pas en dire autant du Colisée dont il n’était, d’après ses dires, pas très « fan ». Néanmoins, il était bien content d’avoir pu représenter Iwa et combattu sous le regard des « siens ». Musashi semblait comprendre, l’écoutant toujours avec la plus grande attention, sourire aux lèvres, sans que cela ne soit trop exagéré non plus. La suite ne fut que plus intéressante, puisque Tenzin confia qu’il aurait voulu rester à Kaze et qu’il en avait vraiment eu l’occasion. Les raisons qui le poussèrent à revenir à Iwa, et d’une certaine façon « tourner le dos » à Kaze, étaient tout à fait légitimes, du moins aux yeux du Han. Il comprenait, et il aurait sans doute fait autant, du moins il le pensait. Esquissant un très léger sourire, il arbora un air des plus compréhensif avant d’acquiescer d’un signe de tête.

« J’imagine que cela n’a pas dû être facile. En tout cas, je te comprends, car je pense que j’en aurais fait autant... Concernant un éventuel retour à Kaze, je l’espère, un jour, ce serait aussi un immense plaisir pour moi d’y retourner à tes côtés. » Fit-il, sincèrement. « Pour Toph, je tâcherai de m’en souvenir, si jamais je suis tenté de l’embêter, haha. » Poursuivit-il, d’un léger rire. « Elle n’a pas volé son surnom d’amazone, c’est le moins qu’on puisse dire. Et dire quelle n’a que quinze ans, je n’ose même pas imaginer ce qu’elle deviendra dans cinq ans. » Conclut-il, d’un léger sourire.

Il était bien heureux de l’avoir dans son camp, c’était le moins qu’on puisse dire. Et même s’il ne la connaissait pas encore assez, il était clair qu’il avait beaucoup à apprendre d’elle.
La conversation dévia par la suite sur Iwa et sa protection. Les deux hommes semblaient à priori sur la même longueur d’onde, même si Tenzin se voulait un tantinet plus alarmiste que Musashi. L’épéiste jugea que son aîné était plus qualifié et plus expérimenté à comprendre le monde et son fonctionnement. Ainsi, s’il pensait qu’ils n’étaient pas prêts de voir un semblant de paix, alors le Han estimait qu’il ne devait pas être loin de la vérité. Raison de plus pour se montrer vigilent et s’entraîner durement, en vue de se parer à toute éventualité.

Ainsi, le Genin acquiesça naturellement avant d’écouter attentivement les explications de son aîné, concernant cette fameuse dette, qu’il devait à ceux qu’il n’avait pas pu protéger. Quelle ne fut pas sa surprise lorsque le Jônin lui parlait d’une dette de sang. Peut-être qu’il n’avait pas bien interpréter les propos de son camarade, mais il ne pouvait en effet s’empêcher de les assimiler à une espèce de « vengeance ». S’il était clair que lui n’était pas prêt à aller aussi loin pour les Iwajins, pour des raisons qui lui étaient propres, le Konran semblait, quant à lui, pour des raisons que Musashi ne saisissait pas encore parfaitement, prêt à venger les siens, d’une façon ou d’une autre, du moins supposait-il, à partir du peu qu’il en avait dit.

Quoi qu’il en fût, Tenzin jugea bon de rassurer le Genin, qui se posaient pas mal d’interrogations. A vrai dire, il ne semblait pas inquiet pour son aîné, loin de là, seulement, il se demandait ce qui pouvait le pousser à aller aussi loin, si tant est que ses propos voulaient bien dire ce Musashi avait compris. Être loyal et fidèle, n’était-ce pas suffisant ? Avec du recul, il savait que ce n’était pas assez, pas pour un ninja ayant prêté allégeance à un village caché. De nombreuses autres interrogations lui traversaient l’esprit, mais il tenta de les faire taire, pour l’heure. Esquissant un léger sourire, il finit par hocher la tête à son aîné.

« Je vois, je crois mieux comprendre. Je ne m’inquiète pas, après tout tu as l’air de bien savoir ce que tu fais, tout l’inverse de moi, haha. » Rétorqua -t-il, d’un léger rire.

Il voulut toutefois le mettre en garde contre quelque chose, mais il jugea bon de ne pas le faire, car cela aurait donné l’impression qu’il s’inquiète. Sourire aux lèvres, il préféra passer à autre chose, notamment en faisant une petite démonstration de son don héréditaire à Tenzin. Au fond, il ne semblait pas vouloir oublier ce que son aîné lui avait dit, et il avait désormais à cœur de mieux étudier le parcours et les exploits du fils du désert, afin de mieux comprendre l’homme qu’il était vraiment.

Quoi qu’il en fût, le Konran semblait enjoué par la petite démonstration du Genin, qu’il observa avec attention. Il l’écouta tout aussi attentivement avant de répondre à son tour, en lui confiant notamment qu’il était doué pour le maniement des armes. Intéressant, se dit-il, avant d’entendre que le Jônin était aussi un spécialiste de la sensorialité. S’ajoutait aussi un pacte avec les autours. Basculant légèrement sa tête vers l’arrière, il put constater les trois spirales brodés au dos de ses vêtements, qui, d’après les dires de Tenzin, symbolisait son pacte avec ces volatiles. Après quoi, Musashi se redressa, écoutant toujours son aîné avec attention, sourire aux lèvres. Alors qu’il se demandait si Tenzin n’avait pas un don particulier, comme la plupart des shinobis, le fils du désert l’interpella et l’invita à être attentif à ce qui allait suivre. Une démonstration de son pouvoir, son véritable pouvoir. C’était avec beaucoup de surprise et une certaine admiration que le Han observait le Jônin s’élever dans les airs, avant de devenir du vent et de reprendre sa forme humaine. C’était impressionnant, tout aussi impressionnant que le jour où il avait constaté de ses propres yeux l’Oterashi se transformer en boue. Tenzin finit alors par lui expliquer qu’il était un assimilateur de vent et qu’il ne faisait qu’un avec son affinité. Il était sur le point de dire « la chance », mais il se retint lorsqu'il se souvint de sa mauvaise expérience avec le shôton, lorsque son propre pouvoir avait tenté de prendre possession de son corps, peu après le début de la résonance.

« C’est impressionnant ! » Finit-il par rétorquer, les yeux grandement écarquillés.

En y réfléchissant, il se disait que cela devait être très pratique d’avoir un tel don. S’il se rendait dans certains coins de Kaze, nulle doute que le fils du désert serait vu comme étant doté de la volonté du vent, certains le verraient même comme étant la réincarnation de la volonté du vent. Dans les contrées les plus éloignés, celles qui avaient peu à faire aux shinobis, il serait certainement même vu comme une divinité.

« J’imagine que cela doit être fort agréable que de posséder un tel don, surtout pour un natif de Kaze. Entre toi et moi, tu es sans doute le véritable fils du désert. » Reprit-il, d’un léger rire. « Les assimilateurs sont des adversaires particulièrement pénibles, je suis bien content qu’on en ait autant dans notre camp. » Poursuivit-il, d’un léger sourire. « Si tes capacités sensorielles ne se limitent pas qu’au vent, j’aimerai bien que tu m’inities à cette spécialité, un plus tard, lorsque j’aurais mieux approfondi mon apprentissage du kenjutsu. » Fit-il, avant de se lever et de s’étirer.

Après quelques étirements, il fit imploser sa petite création de shôton, avant de reculer de quelques pas.

« Que dirais-tu de nous dégourdir un peu les jambes ? » Fit-il, d’un très léger sourire. « En réalité, de ce que tu m’as montré, tu es le pire adversaire que je pourrais connaître. J’aimerai bien savoir ce que je pourrai faire contre quelqu’un comme toi, Tenzin-san. » Poursuivit-il, en sachant pertinemment qu’il avait peu, voire aucun atout, pour tenir tête au Konran. « Si tu es partant, je te laisse la main. » Conclut-il, en reculant de quelques mètres, histoire de mettre un peu de distance entre eux.


Spoiler:
 


_________________
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Empty
Sam 31 Aoû 2019 - 13:46
La discussion porta rapidement sur ma rivalité avec la kunoichi que tout le village avait reconnu, et qui portait au même titre que Gabushi et Hisa le titre d'Amazone. Comme le souligna si bien Musashi, ce titre ne lui avait pas été donné pour rien. Toph était une grande kunoichi, et le fait qu'elle n'ait que quinze ans me fit froid dans le dos. Un rire autant amusé que nerveux s'échappa de mes lèvres lorsque l'autre enfant du désert en fit la remarque. Quinze ans, si jeune et autant de talent. Je me rappelais qu'à son âge, j'étais encore bien loin du niveau que j'avais actuellement. A vrai dire, il y a deux ans, j'étais à un monde du niveau que j'avais atteint à ce jour. Et j'étais de presque quatre ans l'aîné de la Conseillère et représentante du clan Hyûga. C'était pour dire. Il était certain que la samouraï était promise à de grandes choses, elle qui à son jeune âge portait déjà presque tout le village à elle seule sur ses épaules. La seule chose que je pouvais faire pour l'aider était de faire mon travail de mon côté et assurer la protection du village du mieux que je pouvais avec le reste des Tengus.

Lorsque le Shoton-user fit part de ses observations sur la situation de Kaze, disant qu'il aurait lui même fait le même choix que moi, même si ça n'avait pas été facile, je fus un brin apaisé. Je me laissai légèrement aller en arrière, le regard vers le ciel avec un sourire un peu triste. Sur le coup, partir avait été particulièrement dur, pas que je n'en ai montré quoi que ce soit à ceux qui m'accompagnaient. Mais j'avais eu l'impression de tourner -à nouveau- le dos au pays qui m'avait vu naître. La première fois, cela avait bien entendu été par obligation, ma vie étant menacé. La seconde fois cependant, cela avait été mon choix, et cela s'était avéré d'autant plus dur. Mais savoir que Musashi aurait certainement fait le même choix que moi pour respecter les engagements qu'il avait pris avec la Roche me rasséréna un peu. Après tout, je m'étais dit -certainement pour m'enlever un peu de culpabilité- que revenir en traître du Pays qui m'avait accueilli n'était pas l'image que je voulais véhiculer. J'acquiesçai donc aux paroles du Han sans rajouté un mot, laissant la conversation dériver sur un autre sujet.

Qui concernait notamment les dettes que j'avais évoqué un peu plus tôt. Il sembla un peu surpris de m'entendre parler de vengeance, mais c'était bien là ce dont il s'agissait. Ou plus précisément de rétribution. J'avais vu mes proches souffrir trop de fois. J'avais perdu mes parents lorsque j'avais onze ans, et à cause de ma faiblesse, ils avaient passé plus de sept ans derrière les barreaux. Les choses qu'ils avaient vécu les avaient transformé. Tout cela parce que je n'étais pas assez fort. Assez fort pour les aider lorsqu'on nous avait attaqué. Ni assez fort pour les retrouver lorsqu'ils avaient été emprisonnés. Je n'avais pas non plus été assez fort pour protéger mon équipe et Sakuya au Pays du Fer. La jeune genin eisenin avait perdu la vie, et c'était de ma faute. Musashi le samouraï y avait perdu la vie aussi, et c'était parce que nous n'étions pas assez forts. Tant de gens avaient perdu la vie parce que je n'étais pas assez fort à l'époque. Cela me désespérait. Et cela me rongeait. Hayate avait essayé de me dire que la vengeance pure et dure n'était pas la bonne solution, mais il avait fallu que le Yondaime lui-même me fasse une leçon de morale. Et ensuite, lui aussi avait perdu la vie. Cependant, avec lui, j'avais compris qu'il fallait prendre son temps, et ne pas se laisser submerger par les émotions. Je soupirai de manière très nostalgique face à tous ces souvenirs sombres.

-Tu auras le temps de savoir ce que tu fais, mais le plus important c'est que tu saches ce que tu ne veux pas faire. Et ton désir de protéger les tiens te guidera par ailleurs.

Nous passâmes ensuite à la démonstration de nos capacités respectives, et bien qu'il semblait écouter attentivement, je sentis qu'il s'attendait à ce que je lui montre vraiment ce dont j'étais capable. Mes aptitudes dans les différents domaines n'était pas ce qui l'intéressait le plus, même s'il marqua son attention pour la sensorialité. Cependant lorsqu'il mentionna que de nous deux j'étais le vrai fils du désert, je souris et fis un "non" de la tête.

-Pour moi, tu es autant fils du désert que moi. Ma capacité à me transformer en vent ne me rend pas plus légitime pour autant.

Je pris quelques secondes avant de continuer.

-C'est vrai que l'assimilation offre pas mal d'avantages, même si il y a quelques inconvénients. Mais malheureusement les seules techniques de sensorialité que je connais et maîtrise pour l'instant font appel à mon élément. Je ne sais pas si cela serait possible de le transcrire à une détection de chakra...

Contrairement à la plus part des autres, ma sensorialité me permettait de sentir les mouvements du vent, et de ce qui le perturbait. Cela était à la fois pratique pour détecter dans un périmètre tout ce qui bougeait, mais bien moins pour détecter ce qui bougeait. Une détection précise pouvait m'aider, mais n'était toujours pas nominative comme pouvait l'être la détection de chakra. M'enfin. Cependant la dernière proposition de Han Musashi ne manqua pas de me faire sourire. Un large sourire enjoué. Il s'était déjà levé pour prendre un peu de distance. De la même manière, je me levai et pris ma faux en main tout en m'éloignant encore un peu de mon adversaire. C'était la première fois que j'affrontais sérieusement un manieur du shoton. Cela allait être intéressant de voir quelles techniques il pouvait bien avoir.

-Ok, c'est parti alors.

Puis d'un simple geste de ma faux, je lançai une rafale de vent vers le fils de Kaze qui se tenait face à moi. Une rafale peu puissante, mais impactante quand même. Elle n'était pas très rapide, mais c'était une des attaques avec laquelle j'aimais commencer pour évaluer les réactions de mes adversaires.

-Kama Itachi !


Résumé:
 

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Empty
Dim 8 Sep 2019 - 23:37

¤ IWAGAKURE NO SATÔ ¤
Quel bon vent vous amène ?


Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Iwa12

------------------------------------------------------

Musashi observait attentivement son aîné, qui avait visiblement l’air de faire face à ses souvenirs, des sombres souvenirs sans doute. Il revint toutefois assez vite à la réalité, soupirant en effet un bon coup avant de s’adresser au Genin. Il lui confia alors qu’il avait tout le temps pour savoir ce qu’il faisait ou devait faire, mais que le plus important c’était qu’il sache ce qu’il ne voulait pas faire. Le Han hocha naturellement la tête, donnant ainsi entièrement raison au Konran, qui, en quelques mots, arrivait à le rassurer et l’aiguiller. Par ailleurs, la dernière phrase du Jônin n'était pas de moindre importance, bien au contraire, et cela Musashi semblait l’avoir parfaitement compris. Ainsi, le manipulateur de raiton ne trouva rien à redire, si ce n’était d’acquiescer naturellement.

Après quoi, les deux Kazejins firent la démonstration de leur pouvoir. Musashi semblait visiblement impressionné par la faculté de son compère, qu’il trouvait en effet fascinant, au point d’émettre une petite remarque, imprégnée d’une petite touche d’ironie, et sans doute d’un peu de « vérité ». Tenzin ne manqua pas de réagir rapidement, donnant tout d’abord tort au Genin, en agitant la tête, avant d’ajouter quelques mots qui le firent agréablement sourire. Enfin, Musashi écouta les explications du Konran avant de lui répondre.

« Je me doute bien, mais qu’est-ce que cela doit être pratique d’avoir un tel pouvoir, surtout à Kaze. » Rétorqua -t-il, d’un air enjoué. « Ce n’est pas très grave. De toute façon, il faut que je me concentre sur ce que je dispose déjà. » Reprit-il, d'un air un peu plus sérieux.

Arriva alors la proposition d’entraînement de Musashi, qui n’avait visiblement pas l’air de déplaire le Jônin, bien au contraire. Le Han se leva naturellement avant de mettre un peu de distance entre son « adversaire » du jour et lui. Bien qu’il ne l’ait jamais vu à l’œuvre, il savait qu’il n’avait aucune chance, car il ne disposait d’aucune faculté pouvant sérieusement mettre en difficulté le Konran, surtout si celui-ci venait à s’assimiler. Ainsi, il s’étirait et réfléchissait à un plan d’action pour parvenir à son objectif premier, qui était de contraindre Tenzin à s’assimiler ! Une tâche facile pour certains, mais plutôt délicate pour lui, compte tenu de ses facultés, qui, théoriquement, le donnaient perdant.

C’était avec un léger sourire aux lèvres qu’il observait le Jônin se lever et mettre un peu plus de distance entre eux deux. Il dégaina alors son faux et semblait prêt pour débuter cet entraînement. Musashi lui confia alors qu’il lui laissait la main, ce à quoi Tenzin ne voyait pas d’inconvénient, bien au contraire, puisqu’il commença à attaquer en premier. Si d’ordinaire le Han appréciait beaucoup le vent, on ne pouvait pas en dire lorsqu’il devait y faire face lors d’un duel. Ainsi, en voyant la faible offensive de son adversaire, mais pas moins dangereuse, il concentra du chakra sous ses pieds et s’empressa de bondir sur le côté, l’évitant ainsi de justesse. Ce n’était pas la première fois qu’il avait affaire à un utilisateur de futon, loin de là, ainsi il avait déjà une petite idée de comment se défendre face à cette affinité. Toutefois, il savait que ce ne serait une tâche facile, surtout pas contre son camarade et supérieur hiérarchique.

« Je sais que je ne suis qu’un Genin, mais quand même… Tenzin-san. » Fit-il, d’un air amusé.

Il fit aussitôt exploser une boule de fumigène, puis enchaina avec un kunaï explosif qui était censé exploser au pied du Konran. Se déplaçant rapidement dans la fumée, il chercha à s’approcher de son adversaire tout en s’éloignant de son champ de vision. Enfin, il finit par réaliser une rapide série de mudra, faisant alors jaillir, au moment où il était hors de l’écran de fumée, une tracée d’immenses pics de cristal, qui allaient tout embrocher sur leur passage. Une technique impressionnante et fort rapide, qui plus était très dangereuse, mais il ne se doutait pas une seule seconde que son aîné puisse y échapper, d’une manière ou d’une autre. C’était pourquoi il restait vigilant et se parait à toutes éventualités.

Musashi n’était, d’ordinaire, pas du genre à dépenser autant de chakra, surtout en début d’un entraînement. Peut-être cherchait-il simplement à rendre ce duel un tant soi peu intéressant pour le fils du désert ?

Spoiler:
 


_________________
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Musa

« Le meilleur savoir-faire n’est pas de gagner cent victoires dans cent batailles, mais plutôt de vaincre l’ennemi sans combattre »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5820-han-musashi-une-existence-aux-lourdes-consequences-fini#47387 http://www.ascentofshinobi.com/t6453-han-musashi-carnet-de-route#53995

Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Empty
Mar 10 Sep 2019 - 15:33
Même si je l'avais contredis sur le fait qu'il pensait que d'une certaine manière, j'étais plus digne que lui d'être un fils de Kaze, il avait cependant raison sur un point. L'assimilation de vent était réellement pratique au pays du Vent. Pour bien des raisons. Mais cela ne me rendait pas plus digne que mon confrère d'être un fier fils du Vent. Ce dernier se leva alors pour prendre un peu ses distances, semblant apprécier d'avance les réjouissances du combat qui allait suivre. De mon côté, je pris un peu plus de distances à mon tour avant de sourire, impatient de commencer. Me laissant la main, je ne me fis pas prier pour commencer à attaquer. D'un mouvement de faux, je libérai une rafale de vent que mon adversaire du jour n'eut aucun mal à esquiver d'un bond sur le côté. Il semblait s'être attendu à cette réponse. Je souris donc en constatant cela. Je ne lui avais révélé mes capacités que quelques secondes auparavant, et il était déjà prêt. Bien avisé, il me fit une petite remarque pour me galvaniser. Avec un sourire sincère, je lui répondis.

-Je ne fais pas l'erreur de te sous-estimer, sinon j'aurais foncé tête baissée.


Comme je venais de le dire, cette attaque bien que peu rapide et peu puissante, servait surtout à évaluer les réactions de mon adversaire. Ce n'était en aucun cas un signe que je prenais mon adversaire à la légère. Mais mon adversaire du jour ne traîna pas sur cela. D'un geste vif, il fit éclater un fumigène au sol et disparut dans un écran de fumée opaque. Je plissai un peu les yeux, et je vis un kunai se diriger rapidement vers mes pieds. Je fis un bond de côté, et heureusement car ce dernier explosa une fois plantée au pied, créant quelques débris et une petite fumée. D'un bras je me protégeai des quelques débris qui résultaient. Mais je compris rapidement que ce kunai n'était qu'une diversion, autrement il ne l'aurait pas jeté à mes pieds. Son but n'était donc pas de m'atteindre avec ce kunai, mais simplement d'y diriger mon attention. Je tentai de localiser rapidement le Han, mais j'eus un léger temps de retard. Et ce temps de retard ne me permit que de voir de grands pics de cristal foncer sur moi à vive allure. Surpris, je n'avais pas le temps de faire autre chose que m'assimiler.

Mon corps passa brièvement à l'état élémentaire, laissant les morceaux de cristal me traverser et me disperser avant de reprendre forme humaine sur ces derniers. Je souris. Je ne m'attendais pas à une attaque de cette envergure et de cette rapidité en début de combat. La beauté du cristal cachait bien son côté meurtrier aux mains d'un utilisateur chevronné de cette art. Et surtout, Musashi était l'un des seuls à m'avoir fait utiliser mon assimilation aussi rapidement en combat. Je pris une petite inspiration, avant de descendre des pics et de foncer vers la position du Han.

-Je vois qu'on n'y va pas de main morte.

Puis, concentrant un peu de chakra dans mes jambes, je fonçai sur l'utilisateur du Shoton pour me rapprocher au corps-à-corps, respectant cependant la distance de ma faux. Je ne l'avais pas vu dégainer d'arme, je décidai donc de voir ce que serait ses réactions face à une arme blanche. D'un mouvement rapide, je commençai à enchaîner des coups de faux rapides en visant tantôt le ventre du blondinet, puis différentes parties de son corps. Mêlant coups horizontaux, verticaux et diagonaux, je tentai de le submerger, en faisant attention à ne pas le blesser grièvement si jamais il mettait du temps à réagir.


Résumé:
 

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Quel bon vent vous amène ? [Konran Tenzin]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche :: Hauts-plateaux
Sauter vers: