Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Two angels in a sandy hell [PV : Benio]

Asaara Fuu
Asaara Fuu

Two angels in a sandy hell [PV : Benio] Empty
Jeu 11 Juil 2019 - 18:04
Fuu se promène dans ce désert aride qu'est Kaze, devenu la personnification même de ce désert brûlant, Tali lui a fait comprendre qu'elle devait accepter d'être une partie de ce désert, d'en être la digne protectrice, mais les récents événements lui ont ouverts les yeux. Si elle voulait que Kaze reste indépendant et qu'elle réussisse à repousser ceux qui veulent mettre le pays du Vent sous leur jong, elle devait devenir plus forte. Sous ce soleil lourd et éclatant, elle observe l'immense étendue de sable, l'immense amas granuleux qui se répend sur des dizaines de kilomètres. Elle se savait petite, elle savait que, même pour une gamine de son âge, du haut de ses 16 ans, elle était très petite physiquement. Des gens plus jeune arrivent à la dépasser, mais elle s'en fichait, car toute personne de toute taille pouvait se sentir ridiculement petits face à cette étendue de sable. Peu importe la taille, tout le monde est égaux devant la loi du désert.

Elle se souvient de ses parents, devenus sables suite à cette résonance, elle se demande si, d'ici, elle peut les voir. Difficile de savoir où ils se trouvent, devenus du sable parmi le sable, des grains parmi de nombreux grains, victimes du vent, rependu probablement dans tout Kaze. Elle se demande si, un jour, elle pourra les revoir, si un jour, elle pourra trouver un moyen de les sauver, de leur donner forme humaine, mieux même, qu'ils deviennent eux aussi des assimilateurs pour qu'ils reforment une vraie famille, pas une famille comme le promet Tali, une vraie famille. Pour eux, elle gardera Kaze indépendante, pour que personnes de mal-attentionnés ne viennent pas leur marcher dessus, pensant que ce sable leur appartient, qu'ils l'ont conquises, elle refuse que d'autres viennent ici, à traverser ce désert, en ce disant que chaque grains lui appartenait.

Mais elle n'est pour le moment qu'une kazejin débutante parmi d'autres plus ou moins confirmés, elle n'est pas une héroïne comme ceux qui ont réussi à sceller le dieu du Désert, dieu dont, soi-disant, elle en est l'avatar. Elle n'est rien d'autres qu'une shinobi qui débute, digne d'être oubliée dans l'immense masse des puissants qui la piétineront sans trop faire attention pour conquérir le pays de Kaze, et ça, elle refuse de n'être qu'une simple kazejin, elle veut devenir plus puissante, devenir une vraie protectrice du désert. Tali tente de la convaincre que sa voie est la meilleure, mais ce n'est pas le cas. Elle ne voulait que fermer les frontières, rendre Kaze plus pur, le laisser aux rênes du clan Asaara, là où Fuu veut juste rendre à Kaze sa réputation d'autan.

Ses pensées sont troublés devant l'apparition d'une silhouette blanche au loin, un fantôme ? Cela peut ressembler en effet à un fantôme vu la chevelure et le teint de la jeune fille se présentant à elle, mais elle est bien humaine. Elle peut voir ses pas s’engouffrer dans le sable chaud du désert aride, que fais une si jeune fille dans cette zone dangereuse ? Fuu se leva, puis s'approche de celle-ci, regardant autour s'il n'y a pas de bandits prêts à faire un guet-append.

- Que fais-tu ici ?

C'était la première question qu'elle se posait, une fille, si jeune, devait avoir des parents, sauf si la demoiselle a subi le même drame qu'elle ...


_________________
Two angels in a sandy hell [PV : Benio] 1560052146-asaarasigna
Merci à mouton pour le kit o/
♫ Thème ♫
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6652-les-eaux-ont-beau-couler-dans-tous-les-sens-le-sable-restera-toujours-au-fond-presentation-asaara-fuu-terminee#55560
Invité
avatar

Two angels in a sandy hell [PV : Benio] Empty
Ven 12 Juil 2019 - 0:30

Les murmures du sable
Aride désert, impitoyable matriarche de Kaze no Kumi. Le sable brûlant qui fouette ton visage immaculé, porté par une brise tout aussi ardente, une chaleur surpassant bien des extrêmes. Pourtant face à laquelle ta pauvre carcasse réagissait à peine, accoutumé aux excès de ton pays, ce n’est pas ce pèlerinage qui allait t’effrayer. Tu avais peu à perdre, si ce n’est ta vie, insuffisant pour te découragée dans ces ambitions presque folles. Audace fugace, une marche entamée dans un sursaut d’orgueil à travers les hautes dune de sable, une silhouette presque spectrale qui se faufile à travers les steppes cruelle du pays du vent. La chevelure d’ivoire qui danse au grès des rafales impitoyables. Tu pourrais presque te laisser portée par cette brise grandissante, t’envoler aussi simplement tellement tu ressembles à ces nombreux grains de sable sur lesquels tu marches. Si petite, si frêle, comme si tu n’avais pas ta place sur ces terres qui ne te laisse pas le moindre répit. Tentant sans cesse de te mettre à genou, destin cruel qui t’ôta, en premier lieu, ta tendre famille, te laissant seule dans ce vaste monde, puis maintenant, ce même pays, cette même existence, qui tente de t’enterrer sous le sable n’est nul autre que ce même destin, semblant jouer avec toi comme avec une marionnette sans fil. Délicat soupir qui se glisse entre le tracé de tes lèvres, toujours ce même sourire que tu arbores au creux de tes lippes, cette tendresse qui se mêlent à l’insouciance qui embrase tes pupilles carmines, traçant ta route, toujours droit devant toi.

Et tandis que tu lèves les yeux vers l’horizon, une silhouette inconnue se dessine face à toi. Un spectre obscur, au cœur du désert. Étrange tableau qui se grave dans un coin de ta mémoire, comme si cette image n’était qu’une hallucination, l’agonie d’un esprit déshydraté alors que ta gourde est encore pleine. Attention fugace que tu finis par détourner, continuant ton chemin vers cette silhouette flou. Prête a ce que celle-ci s’évapore, comme les nombreux délires du désert dont tu as entendu l’existence, tu fus surprise de la voir s’élever, puis s’approcher avant de finalement se retrouver face à toi et de prendre la parole. Tu restas un instant désarmée, la bouche grande ouverte, jusqu’à ce que quelques grains de sable viennent s’engouffrer, provoquant une quinte de toux qui détourna quelques instants ton attention de la mystérieuse interlocutrice. Finalement, l’enfant que tu es viens à s’exprimer, levant lentement tes délicate mains vers l’inconnue. « Vous… Vous êtes réelle ? » Tes doigts effleure délicatement le tissu de l’inconnue avant de reculer, avec surprise, sans aucun doute, d’autres âmes semblaient erré à travers le désert. Tu bondis par la même occasion en arrière, ne sachant pas faisait face à toi.

Et c’est toujours l’enfant que tu es qui s’exprime. Sincérité éclatante, ponctuant le cristallin de ta voix. « C’est malpoli de pas se présenter ! Moi, c’est Benio et je veux voyagééééé! » Tout en insistant bien sur tes derniers mots, tu bondis, ne négligeant pas sur l’énergie déployer, toujours excessif, même dans un endroit aussi hostile. Cette insouciance déconcertante qui guide chacun de tes pas, vibrant sur chacun de tes mots n’avait peut être pas sa place au cœur du désert. Mais au fond, tu t’en fichais bien, tu te contentas d’ajouter. « Et toi, tu t’appelles comment ? Diiiis, tu voudrais pas devenir mon amie ? Je m’ennuie toute seule ici. » tout en croisant les mains dans le dos et en te penchant un peu plus vers elle, le visage en avant. Bien qu’elle soit quelque peu plus grande que toi.


Revenir en haut Aller en bas
Asaara Fuu
Asaara Fuu

Two angels in a sandy hell [PV : Benio] Empty
Ven 12 Juil 2019 - 1:15
Fuu observait la jeune fille s'approcher d'elle, l'air pas seulement curieuse, mais perdue. Elle semble ne pas savoir si elle est réelle ou non, d'où la question, il est vrai que, sous sa cape noire, elle peut ressembler à un spectre traversant le désert à la recherche d'âme perdue comme la sienne, mais elle, elle est réelle, elle est fait de chair et de sang, parfois de sable et uniquement de sable, mais elle reste humaine. Elle n'est pas comme ses parents, parents sur lesquels les deux filles sont probablement en train de marcher. L'assimilatrice la laisse toucher le tissu, avoir un recul en arrière lorsqu'elle constate qu'il s'agit de vrai tissu, une authentique cape qu'elle porte depuis déjà un long moment. Par réflexe, l'Asaara lui attrape la main, pensant qu'elle allait tomber, avant de la relâcher lorsqu'elle vit qu'elle arrive à tenir sur ses deux jambes.

- Oui, je suis réelle, tout comme toi.

Et ensuite vain un cristal vibrer sous les assauts incessants du soleil, une voix enfantine qui semble la gronder. Fuu cligne des yeux en la voyant en train de lui dire qu'elle est malpolie, elle qui voulait être bienveillante, voilà qu'une enfant de plus bas âge qu'elle est en train de l'appeler Arthur. Se présenter, oui, c'est important, mais moins que de savoir l'état où se trouve la personne en face. Enfin, elle connaît déjà son nom, et ce qu'elle souhaite faire, voyager. Ça, elle le comprenait qu'elle souhaite voyager.

- Voyager ... oui, mais où ?

C'était une question que pose Fuu de manière assez simpliste, pas besoin de faire une longue question pour savoir où une si jeune fille veut voyager. Elle se demande aussi où sont ses parents, si elle en a encore, car la vie l'a prévenu que même des êtres aussi chers que ses parents pouvaient disparaître sous ses yeux, en étant envahie d'une impuissance devant la décomposition de ses parents. Benio, la fille en face d'elle, lui apprend qu'elle est seule, et qu'elle souhaite, en plus de savoir son nom, devenir son ami. Elle comprenait donc qu'il ne s'agissait pas d'une enfant avec une famille derrière.

- Je vois, toi aussi tu n'as plus de parents ?

Elle le posait de manière calme, mais au fond d'elle, elle était triste, très triste de repenser à ce moment si cruel à se remémorer ... mais c'est rattrapé pas une certaine joie de rencontrer une confrère. Enfin, elle s'approche de la jeune Benio, puis lève sa cape en guise de réponse à sa question, la protégeant du sable tout en révélant sa robe noire en-dessous de cette cape.

- Je me nomme Fuu, et je te tiendrais compagnie dans cette solitude et sous cette chaleur si tu le veux.

Elle lui sourit, observant sa réaction lors de l'acceptation de cette demande d'ami certes brutale, mais qui s'est révélé posséder une réponse sincère.

_________________
Two angels in a sandy hell [PV : Benio] 1560052146-asaarasigna
Merci à mouton pour le kit o/
♫ Thème ♫
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6652-les-eaux-ont-beau-couler-dans-tous-les-sens-le-sable-restera-toujours-au-fond-presentation-asaara-fuu-terminee#55560
Invité
avatar

Two angels in a sandy hell [PV : Benio] Empty
Sam 13 Juil 2019 - 19:54

Les murmures du sable
Insouciance, c’est ta nature. Au cœur du désert, les pieds dans le sable, tu sautilles d’excitation face à cette nouvelle rencontre, l’inconnue qui se dresse devant toi, une tête, voir deux de plus. Une allure trop sombre pour que tu t’y attardes, silhouette presque ombrageuse au cœur de ces terres arides, pourtant une certaine douceur semble amené de cette jeune femme. Tendresse presque familière, laquelle qu’on éprouve très souvent à ton égard, qui te maintient dans ce délicat cocon qui est le tien. Loin des conflits qui ébranle le monde, malgré que tu en sois victime, toi qui a perdu les tiens, seule au milieu de ces steppes ardentes. Une solitude qu’elle rompt, elle qui vient de croiser ton chemin. Rencontre qui t’emplit de joie, bien contente de ne pas te retrouver face à de quelconques bandit, une denrée loin d’être rare au sein du désert. Des imprévus habilement esquiver jusqu’à présent, talent innée d’éviter les conflits, délicat sourire qui éclaire ta route, comme guidée par un destin quelque peu capricieux.

Dépourvue d’une quelconque carte ou d’un quelconque sens de l’orientation au cœur du désert, tu pointes un doigt dans la direction opposée de celle d’où tu viens, signe que tu rêves d’autre horizon, acte ponctuer d’un éclat cristallin avant de lui répondre. « Par-là ! Loin du désert, je veux aller voir le mondeeee ! » Comme à chaque fois que l’excitation t’envahit, impatience innocente qui te dévore de l’intérieur, tu insistes sur tes derniers mots avec énormément d’entrain, comme si ceux-ci avait plus d’importance que tous les autres. Puis vient une question délicate, celle que tu préfères esquiver, tout aussi simplement, tournant la tête vers l’horizon tout en baissant les yeux. Tristes pensées, aussi fugace soient elles, elles restent douloureuse, écho d’un passé encore trop vif. Murmures rapidement balayer lorsqu’elle se présente à toi. Elle se prénomme Fuu, instantanément, des yeux pétillants se relève vers elle, Fuu, c’est simple à retenir en plus. « Fuu-nee-san ? Nan, Fuu-neee ? Oui ! Je vais t’appeler comme ça ! » Immédiatement adoptée, il n’en fallait pas plus à tes yeux, un simple regard te suffisait, une simple attention, te couvrant légèrement le sommet du crâne avec sa cape, tu bondis presque sur elle, te collant à ta nouvelle compagne de route.

Puis une question vient. « Dis, Fuu-neeee, tu connais bien le désert ? Est-ce qu’il est grand ? » Question simple, synonyme de l’impatience d’une enfant qui désire par dessus tout franchir les frontières de cette nation si vaste. « Moi, je veux aller voir la mer. Un monsieur une fois m’a parlé de belles îles loin d’ici et d’un village qui s’appelle… Euh… Kiki ? Je crois, je me souviens plus trop bien. C’était il y a longtemps. » Une phrase ponctuer, comme toujours, de ce sourire éclatant et d’une certaine audace qui se lit dans tes yeux pourpre. Le désir de quitter ces terres, ambition simple, un rêve pour lequel tu es prête à tout. Un voyage que tu as longuement préparer. Petit sac de voyage débordant fermement accrocher à ton dos, quelques gourdes qui pendent à celui-ci, tu avais l’allure de la parfaite petite exploratrice.


Revenir en haut Aller en bas
Asaara Fuu
Asaara Fuu

Two angels in a sandy hell [PV : Benio] Empty
Dim 14 Juil 2019 - 19:39
Fuu la regardait, une innocente âme qui ne pensait pas au monde obscur qui l'entourait, pourtant victime des assauts de ce monde, elle fait pourtant comme s'ils n'avaient pas eu lieu, bien qu'ayant l'air attristée lorsqu'elle évoque le sujet de ses parents. Mais Fuu remarque surtout une chose : cette curiosité qui la rongeait, cette enfant n'est pas qu'une simple enfant, mais une enfant courageuse qui est prête à explorer un monde pourtant bien plus vaste qu'elle le pensait. Et pourtant, elle est d'un manque d'expérience très facile observable, et cela se voyait à mille lieux. Benio ne semble ni douée pour utiliser une boussole, ni doté d'un sens de l'orientation infaillible, ce qui a dû la conduire dans ce désert, en son cœur, se disant qu'en allant tout droit, elle explorerait le monde ne y faisant le tour de la sorte.

C'était très mignon à voir, à vrai dire, elle lui rappelle presque elle il y a quelques années, elle aussi faisait fit du côté sombre de ce monde, et pourtant, ses parents lui ont dit de bien y faire attention, entre les kidnappeurs qui cherchent des esclaves à vendre ou des brigands à la recherche d'argent facile, Kaze est loin d'être le pays le plus enclin à avoir une enfance "normale", pourtant, Fuu n'a pas mal tournée, et elle a encore cette même soif de connaissance et cette même envie de voyager que la petite albinos qui lui fait face, juste ... qu'elle a dû mal à penser à autre chose que ces images lorsque ses parents sont devenus que de vulgaires grains de sable.

- Par là, tu ne t'en éloignes pas, tu ne fais qu'entrer de plus en plus à l'intérieur tu sais ?

Oui, elle connaît le désert, oui, elle connaissait même Kaze dans son entièreté, mais surtout, Fuu savait se diriger. Le désert est immense, bien plus immense que l'on ne croit, ici n'est qu'une infime partie de ce que leur offre Kaze comme enfer ardent, tapisser de sable et de nombreux dangers, de la faune aux "habitants" de ses lieux. Benio avait de la chance jusque-là, mais maintenant, il fallait aider cette pauvre âme à trouver son chemin.

Assez impressionné à la vitesse de l'adoption de cette petite pour servir de grande soeur, même si elle se dit qu'elle l'a un peu cherché en lui disant qu'elle lui tiendrait compagnie, elle se met à lui bondir dessus lorsqu'elle la recouvre de sa cape noire. Fuu était un peu étonnée sur le début, mais finit par accepter cette tendresse à son égard en plaçant son bras par-dessus son épaule pour la garder contre elle.

- Si tu le souhaites, tu peux m'appeler ainsi.

Elle ne voit pas de dérogations à faire, si elle veut une grande sœur ... et bien, cela lui rappelle qu'elle aussi, à un moment, voulait une petite sœur pour jouer avec, pour avoir un peu de compagnie, s'occuper d'elle comme une grande. Si ces parents se contentent d'une seule enfant, une enfant qu'ils ont toujours aimer, maintenant que ces derniers ne sont plus, elle se dit qu'avoir une nouvelle famille proche lui ferait du bien. Sourire aux lèvres, vient finalement la question qu'elle attendait.

- Le désert est très grand, le traverser est impossible. Il paraît sans fin, et même moi, habituée à l'emprunter, je ne pense pas qu'un jour je réussirais à en voir le bout, surtout en le traversant comme toi tu veux le faire.

Peut-être en passant par d'autres pays, peut-être que Fuu arrivera ainsi à voir l'autre bout du désert, mais ce ne sera pas en le traversant d'un bout à l'autre qu'elle réussira à en voir le bout. Elle sourit, puis elle observe le ciel, observant au niveau du soleil dans quel cadran de la journée elles se trouvent : il est tard, le point culminant du soleil est passé, mais vu comment le ciel est éclaircit, autant attendre un peu avant de partir.

- Tu veux parler de Kiri et du pays de la Brume ? J'en ai entendu parlé aussi, mais par là où tu te dirigeais, tu allais plus entrer dans le pays du Bois, Hayashi, puis à Tetsu, pays de la Roche où se trouve Iwa. Il faudrait plus allez là-bas, à Hi, pays du Feu, puis trouver un moyen d'embarquer pour se rendre à Mizu pour visiter les terres autour de Kiri.

Elle lui montre donc une autre direction, puis, elle vient se mettre accroupie, puis assise sur le sable, observant le trajet que souhaite faire Benio pour se rendre là-bas. Elle semble bien équipée, mais être équipée ne suffira pas ... et il lui faudra de la protection.

- Je peux t'y emmener, Benio, là-bas, au pays de la Brume, mais pour l'instant, attendons la nuit. Ce sera plus facile pour nous de voyager à l'aide des étoiles, en plus d'être au frais.

Ce serait dommage que Benio, malgré toute cette eau, finisse par avoir une insolation.

_________________
Two angels in a sandy hell [PV : Benio] 1560052146-asaarasigna
Merci à mouton pour le kit o/
♫ Thème ♫
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6652-les-eaux-ont-beau-couler-dans-tous-les-sens-le-sable-restera-toujours-au-fond-presentation-asaara-fuu-terminee#55560

Two angels in a sandy hell [PV : Benio]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Désert aride
Sauter vers: