Soutenez le forum !
1234
Partagez

Home is where your heart is [Aimi, Musashi, Yanosa, Katsuko, Naruhito, Glouba, Ryoko]


Home is where your heart is [Aimi, Musashi, Yanosa, Katsuko, Naruhito, Glouba, Ryoko] Empty
Jeu 11 Juil 2019 - 22:26
Ils se levèrent à l’aube, ce qui était un peu inhabituel pour l’Éclair Vert, et encore plus pour Glouba Fett, le Chasseur de Primes dindon. Ija dormait toujours et ils se faufilèrent hors du bar qui leur servait de logis sur la pointe des pieds – ou du moins, ce qui servait de pieds à Glouba – pour retrouver les rues alors presque désertes d’Iwa. Ils marchèrent en silence pendant pratiquement une dizaine de minutes, le balancement du postérieur de Glouba le seul élément significatif de leur périple jusqu’au quartier commerçant. Ils s’arrêtèrent dans la rue, firent face aux décombres.

Celles de la boutique du père d’Aimi.

Ils restèrent en silence un petit moment avant d’échanger un regard, yeux verts contre globes globuleux. Enfin, ils semblèrent hocher légèrement de la tête. Glouba commença à s’étirer, prenant des poses de Dindon-Yoga pendant que Taishi défaisait les attaches de son manteau. Ils se rapprochèrent des ruines, les inspectant visuellement comme s’ils évaluaient l’ampleur de la tâche. Taishi se fit craquer les jointures.

Puis il commença à dégager les gravats, s’aidant de son chakra et de sa maitrise du doton. Glouba, à côté, commença à retirer divers objets détruits par l’effondrement. C’est ainsi que cela commença, et le seul bruit pendant les heures suivantes fut celui des débris qui s’empilaient sur le côté de la rue, attendant d’être scellées par Taishi plus tard.

Le soleil se leva sur Iwa à mesure que le matin s’allongeait, à mais à l’heure de midi, Taishi et Glouba firent quelque pas en arrière. Le squelette de la boutique était désormais exposé, mais libre de tous ses dommages et morceaux manquants. Certains badauds s’étaient arrêtés dans la rue pour regarder. Taishi fit signe au dindon, puis il effectua plusieurs mudras avant de poser sa main contre le sol, faisant apparaître dans un petit nuage de fumée une pile de madriers et de poutres en bois, ainsi qu’une grande quantité de pierre de maçonnerie. Ils se remirent au travail après une courte pause-collation.

L’après-midi avançait, et la température était devenue bien élevée sous le soleil de plomb. Taishi était désormais torse nu et en sueurs, martelant sans relâche les éléments du nouveau toits de la boutique. Glouba avait retiré son casque et portait un bandeau autour de sa minuscule tête pour empêcher son glouglou d’être dans le chemin alors qu’il posait les nouvelles lattes du plancher. Que ce soit son coloré derrière ou bien les muscles de Taishi scintillant au soleil, une troupe d’adolescentes en pamoison s’étaient installées de l’autre côté de la rue, dans un petit café, afin d’observer « l’architecture » de l’Hayai.

Une fois le toit mis en place, Taishi entrepris de réparer les trous dans les murs, posant de l’argile de construction fraîche avant de la polir, l’aplatir et ainsi combler les avaries. Glouba, lui, s’occupait de poser une dose fraîche de peinture à l’intérieur, là où l’effondrement avait fait craquer la finition.

Taishi fit ensuite apparaître une large pile de briques de granite, mais aussi des plus petites poutres de bois. L’Hayai commença à reconstruire la cheminée, soulevant les lourdes pierres une à une avant les poser délicatement. Glouba, quant à lui, forma de grandes étagères avec les morceaux de bois, destinées à l’arrière-salle de la boutique, la réserve.

Le nukenin relava ses yeux verts et posa un regard sur la boutique en bonne voie de reconstruction, passant la main sur son front pour balayer la sueur du soleil de l’après-midi. Un petit toussement le fit regarder de côté. Une jeune femme aux joues écarlates lui tendait un verre d’eau. Il eut un petit sourire avant de le prendre, murmurant un merci silencieux avant de retourner son attention sur le bâtiment. Les matériaux étaient le même, alors à terme, cet endroit serait presque identique à son état originel. Et c’était exactement le but recherché.

Il restait encore beaucoup de travail, notamment avec les fondations fragilisées, les murs trop endommagés pour être réparés, etc... Taishi se demanda d'ailleurs s'il serait capable de faire de lui-même.

Il but une gorgée d’eau avant de se remettre au travail.


_________________
I will break the cycle, Invité. It is my Will of Fire.

Taishi's Theme : Flying Green Light.
Home is where your heart is [Aimi, Musashi, Yanosa, Katsuko, Naruhito, Glouba, Ryoko] 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Home is where your heart is [Aimi, Musashi, Yanosa, Katsuko, Naruhito, Glouba, Ryoko] Empty
Mer 17 Juil 2019 - 21:40
La compassion. C’était à n’en pas douter une qualité selon l’avis général, un trait de personnalité souvent bien vu même dans le milieu qui était le leur ici, à Iwa. Et si Yanosa pouvait de temps à autre, sans vraiment s’en rendre compte, faire montre de l’esquisse de cette qualité au détour d’une conversation ou d’une situation particulière, lorsqu’il prenait du recul pour penser à ses actes, il se refusait à croire qu’ils pouvaient être motivés par la poussée presque hypocrite du besoin de reconnaissance et d’estime, qui se cachait bien souvent derrière les actions même les plus altruistes. Il n’était jamais aisé de démêler le vrai du faux, quand on touchait aux intentions des gens qui se voulaient attentionnés et prévenants. Voulaient-ils obtenir quelque chose ? Espéraient-ils un retour d’ascenseur dans un intervalle raisonnable ? Tentaient-ils simplement de se forger une image auprès de vous pour faciliter leurs manœuvres suivantes ? Bien au fait de la réalité de certaines manigances et de la personnalités ambiguës de bien des shinobis et civils, le guerrier rouge n’en restait pour autant pas plus capable de déceler comme par magie les véritables intentions de chacun, sauf lorsqu’il pouvait s’appuyer sur des éléments concrets. Il le vivait comme une tare, mais ce n’était en l’occurrence pas les actes des autres qui occupaient ses pensées cet après-midi là, lorsqu’il termina de se délasser dans un sauna du centre ville.

Car lorsqu’il reprit la route de son appartement, il en vint à apercevoir au loin les ruines rangées et réaménagées de l’ancienne boutique du père Chiwa. Aimi avait beaucoup perdu lors de la récente attaque. C’était lui-même qui avait du lui apporter la mauvaise nouvelle de la mort de son paternel, à la morgue, et revoir ainsi la silhouette du bâtiment où il avait récupéré sa dépouille au loin laissa traîner dans son cerveau l’idée selon laquelle il « devait » faire quelque chose. Mais pourquoi ? Lui devait-il une aide en particulier simplement pour tenter de compenser le drame dont elle était frappée ? La prenait-il en pitié ? La vérité, se dit-il alors abruptement pour se recentrer sur des faits pragmatiques, c’était qu’une boutique qui ne vendait rien était un poids mort dans le centre ville, une balafre honteuse, et qu’il était nécessaire de la faire disparaître au plus tôt. Et ce fut ces réflexions en tête que l’Oterashi s’approcha, rapidement surpris par l’allure surprenamment élaborée de ce qu’il pensait encore être des ruines. Il y avait là un toit, des murs, un squelette propice à voir se bâtir une nouvelle boutique flambant neuve… Une équipe de bâtisseur était déjà passée par là, sans toutefois parvenir à finir le travail ni même à assurer l’entièreté des fondamentaux. Yanosa avait l’oeil pour ces choses à présent, après avoir passé des journées entières à suivre les consignes et indications de contre-maîtres qualifiés.

Quelle ne fut pas sa surprise lorsque, en arrivant tout à fait à hauteur du chantier, il aperçut deux silhouettes familière en son milieu.

« Taishi… Et Glouba, bien sûr. Salut, vous deux. J’ignorais que vous étiez du genre maçon… Un simple hobby j’imagine, vu…. l’état de certaines sections, dit-il d’un ton neutre en penchant la tête sur le côté. Je suppose que vous savez à qui appartenait cette boutique… ? C’est… noble de votre part à tous les deux, de vous investir comme ça. Je me disais justement qu’il était temps que cette balafre disparaisse du paysage, pour laisser la place à un bâtiment neuf et solide. Un doigt d’honneur à ceux qui auraient pu croire nous avoir atteint. Si vous permettez... »

Après un bref salut de la tête, Yanosa disparut lentement dans le sol de l’avenue en se changeant en pierre petit à petit et, quelques instants plus tard, là où se tenait un mur effrité et fragilisé à priori difficile à rénover sans avoir à tout détruire, une onde de roche jaillit doucement des tréfonds, englobant le mur, fusionnant avec lui, le colmatant et le densifiant tout en l’ancrant fermement dans des fondations invisibles mais qui venaient d’être solidement renforcées. Une petite minutes plus tard, l’Oterashi reparut jusqu’au torse en sortant du sol à quelques pas de la structure pour observer le résultat, visiblement mais sobrement satisfait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5797-oterashi-yanosa-termine

Home is where your heart is [Aimi, Musashi, Yanosa, Katsuko, Naruhito, Glouba, Ryoko] Empty
Hier à 11:43


Home is where you heart is




Quelques jours étaient passés depuis que les deux iwajins avaient quitté la cité commerçante et militaire de la Roche et ils étaient de retour depuis une journée. Chacun était sorti différent de ce voyage et sur bien des plans. Aimi avait pu dire au revoir en bonne et due forme à son père, saluant sa parente aussi puis Musashi et elle avaient découvert chaque recoin de Tsumago ainsi que ses alentours. Les protagonistes s’étaient entraînés ensemble et le plus important, ils s’étaient presque liés à jamais, parce qu’il manquait encore quelque chose pour que ce soit définitif. Après avoir passé sa matinée à l’hôpital en compagnie de la jeune Jiki, elle était retournée voir Musashi, en début d’après-midi et lui avait proposé de l’accompagner jusqu’à ce qu’il restait de la boutique des Chiwa. Après avoir fait ses adieux à son géniteur, elle devait aussi passer une autre épreuve, celle de retourner vers sa maison qu’elle évitait, de peur que toute sa souffrance remonte à la surface. Elle ne savait pas vraiment quoi faire pour redorer la bâtisse, ses talents en charpente et construction en tout genre étaient aussi nuls que des pas de denses qu’elle essaierait de faire. Peut-être que le Han pourrait faire quelque chose lui ? Alors, ils se lancèrent à l’aventure, en dehors d’Iwagakure, leur pas les emmenant tranquillement à travers les rues bondées du village.

Plus ils se rapprochaient, plus les traits architecturaux étaient familiers et une boule au ventre naissait dans son ventre, comme souvent, lorsqu’elle revenait sur ces terres qu’elle avait côtoyées durant quatre années, qui lui rappelaient d’aussi beaux souvenirs que les plus tristes. Main dans la main, le couple plus soudé que jamais se rapprochait de la boutique et quelque chose interpella la doucereuse. Un haussement des sourcils tandis qu’elle lâchait la main du blondinet pour se rapprocher avec vivacité, quelque chose avait changé, non, tout. Le toit qui était partiellement effondré, avait retrouvé sa forme d’antan et le mur extérieur droit avait repris vie, maintenant les fondations les plus vitales. Ses yeux écarquillés faisaient ressortir plus fortement que jamais l’étincelle écarlate de ses pupilles. Les débris avaient été débarrassés, la boutique reprenait forme petit à petit, faisant disparaître la cicatrice béante qui avait été provoquée par cette monstrueuse attaque. Sans une once de contrôle sur son canal lacrymal, ses paupières se retrouvèrent rapidement humidifiées. Arrivée devant la maison, rejointe bientôt par le Han, son regard fut plus que surpris quand il tomba sur trois silhouettes distinctes. Près du mur refait à neuf, le pugiliste à la même crinière qu’elle était là, à moitié enfoncé dans le sol tandis qu’à gauche, deux êtres aussi surprenants l’un que l’autre, Taishi et Glouba, qui s’affairaient à travailler sur les fondations, le plus important. Ils avaient fait ça ? C’était eux qui avaient travaillé sur le magasin d’armes ?

Hésitante au début, ses pas se faufilèrent alors à travers la porte, faisant irruption au milieu de ce chantier surprise. Ses iris carminés voyageaient à travers les traits rocheux de cette maison qui avait beaucoup de souvenirs, elle ne semblait plus dans un sale état, reprenant de ses couleurs petit à petit. La boule en son sein disparut doucement, faisant place à une légèreté qui lui provoquait tellement de bien qu’elle ne put s’empêcher de lâcher un long soupire, après avoir expiré l’air de la pièce principale. Des petites perles d’eau salée coulèrent sur ses joues, qu’elle tenta d’essuyer rapidement d’un revers de la main. Un timide sourire se dessina sur son adorable faciès tandis que la combattante du vent posait son regard sur chacun des êtres vivants qui avaient posé une pierre à l’édifice.


« Yano… Taishi, Glouba… Vous… Vous avez fait tout ça ? Je… Je ne sais pas quoi dire… Merci… »

Une main timide alla se poser sur le mur fraîchement construit par l’Oterashi, du moins, c’était ce qu’elle pensait vu qu’il était tout à côté. Peut-être qu’en reconstruisant cette boutique, cela lui donnerait envie d’en faire quelque chose ? La Genin de la Roche ne savait pas encore, mais c’était déjà un grand pas. Enfin, il y avait encore du pain sur la planche.

« Est-ce qu’on peut faire quelque chose pour vous aider ? »

Parce que si elle pouvait ajouter un bloc de brique à la reconstruction, elle le ferait sans hésiter



_________________
Home is where your heart is [Aimi, Musashi, Yanosa, Katsuko, Naruhito, Glouba, Ryoko] Syhz

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6031-chiwa-aimi-se-presente http://www.ascentofshinobi.com/t6109-chiwa-aimi-carnet-du-rubis-d-iwa http://www.ascentofshinobi.com/u1037

Home is where your heart is [Aimi, Musashi, Yanosa, Katsuko, Naruhito, Glouba, Ryoko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Iwa, village caché de la Roche
Sauter vers: