Soutenez le forum !
1234
Partagez

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE


[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Mer 17 Juil 2019 - 19:39
Spoiler:
 

La Yasei était plutôt occupée depuis qu'elle avait scellé ce Dieu, et même depuis qu'elle avait tué Kewashiioke. Les événements s'enchaînaient en quelques semaines et ne lui laissaient guère le temps de se reposer. Ce qui n'était pas pour lui déplaire. Elle avait aussi obtenu de nouvelles responsabilités, et malgré le fait qu'un de ses élèves soit désormais gradé et que les deux autres s'émancipaient de jour en jour, elle n'avait plus beaucoup de temps pour elle.

Son travail au laboratoire de l'hôpital et son complément à la morgue lui prenaient la majorité de son temps. Elle en passait aussi beaucoup à la brume ambrée, ou plutôt son sous-sol, ainsi qu'avec les autres membres du Kyôi dont elle faisait maintenant partie. Chargée des recrutements, il lui fallait gérer cela. Elle apprenait aussi à contrôler et perfectionner ses nouvelles capacités, la résonance lui ayant débloqué la possibilité d'avoir un lien avec l'eau et la foudre. Sans parler de son étrange lien avec les morts, dont elle ne saurait pas vraiment dire comment elle l'avait obtenu. D'après Obun et Tetsuo – respectivement les directeurs des expériences militaires et scientifiques de Kiri, et aussi membres du Kyôi, c'était quelque chose que l'on pouvait avoir dès la naissance ou bien développer au fil du temps à force de contact avec les morts. C'était cette seconde possibilité qu'avait aussi évoquée le gérant de la morgue de l'hôpital, lorsqu'ils avaient découvert ça ensemble. C'était aussi ce vers quoi penchait la Yasei.

Elle passait donc une bonne partie de son temps libre à étudier des livres à ce sujet ou à s'y entraîner. Tetsuo lui avait même prêté quelques ouvrages forts intéressants. Akane songeait aussi à prendre le temps de retourner à la librairie Kurayami pour en apprendre davantage, mais hésitait à garder ces capacités secrètes et à ne pas les partager en dehors des membres du Kyôi et de ses proches. Parfois, cela faisait la différence et pouvait surprendre un adversaire. Elle avait cru pouvoir taire ses origines animales mais son propre nom l'avait trahie. Là, rien sur elle ne pouvait justifier d'une telle chose.

Pour le moment, ce n'était cependant pas ce qu'elle avait à l'esprit. Non, elle s'occupait de quelque chose de bien plus grave et surtout moins égoïste puisqu'il s'agissait de la sécurité de l'île de Mizu no kuni toute entière. Le feu vert avait été lancé, et elle pouvait retourner voir le sceau qu'elle avait fait avec les autres équipes de scellement – désormais incapables d'utiliser le fuinjutsu, depuis la résonance, afin de voir si elle pouvait l'améliorer ou le réduire. C'était un sujet sur lequel elle avait travaillé et s'était inquiétée. Si elle l'avait scellé, elle n'avait cependant pas la science infuse et avait beau retourner le problème dans tous les sens, elle ne trouvait pas comment améliorer la situation. C'était donc vers son élève Meikyû qu'elle s'était tournée. Membre du clan des sceaux, le petit érudit aurait certainement de bonnes idées à ce sujet et ils pourraient discuter ensemble de tout cela. Pour les accompagner sur les lieux, un membre de la kenpei veillerait à leur sécurité. Mais pas seulement : Akane avait étudié les différents dossiers et avait opté pour la personne pas forcément la plus forte, mais qui serait surtout la plus utile sur place. La jeune Fûka connaissait elle aussi l'art des sceaux, et surtout elle avait une excellente mémoire, ce qui les aideraient certainement. Une fois l'accord pour se rendre sur place et étudier le sceau obtenu, elle avait donc donné rendez-vous à ses deux coéquipiers pour le lendemain. Même si dans le cas d'Arata, ils avaient déjà discuté de cela. L'attente aux portes de Kiri ne fut pas bien longue, et ils arrivèrent bientôt tous les deux.


- « Yasei Akane. Allons-y. »

Ses paroles furent accompagnées d'un simple hochement de tête, comme à son habitude. Les bras couverts de fuinjutsu emplis d'ouvrages traitant de ce sujet, elle prit la tête du petit groupe afin de se diriger à l'endroit où elle-même avait officié ce fameux jour où Sanbi avait attaqué.

_________________
[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Banakane

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Ven 19 Juil 2019 - 15:56

Refermer la plaie.


Sa vie de jeune ninja Kirijine n'a l'air de jamais s'arrêter. Chaque jour est une nouvelle aventure, soit pour aller s'occuper d'animaux qui se rebellent, soit pour apprendre auprès des autres. Dans le même temps, Fûka rencontre des figures qui la marquent, pour le meilleur et pour le pire. Dernièrement, les événements s'enchaînent à pleine vitesse : la petite Genin, sortie de son monde d'esquisses et de croquis, se retrouve désormais propulsée au grade d'apprentie policière. Ce n'est pas pour lui déplaire, évidemment, mais cela a le don de la laisser sur les fesses. Il faut désormais qu'elle fasse encore plus d'efforts, qu'elle donne toujours un peu plus de sa personne, là où sa vie d'avant ne lui demandait presque aucun effort, à part celui de tenir un crayon.

Alors, forcément, quand Fûka dépose les yeux sur la missive qui la mène sur les traces du sceau de Sanbi, elle est encore plus surprise. Certes, ça ne semble pas être la tâche la plus difficile, et elle ne sera pas seule, mais tout de même. Ses yeux parcourent la lettre avec une très grande attention, plusieurs fois, alors qu'elle a déjà mémorisé son contenu à la première lecture. Yasei Akane, leur cheffe de groupe pour cette fois, leur a donné rendez-vous pour aujourd'hui. Fûka n'a pas réussi à calmer le stress qui montait en elle. Partage d'excitation et d'appréhension, cette sensation n'a cessé de l'agiter. Sa première mission a l'air bien moins importante à côté de celle qui se profile désormais. Travailler sur le sceau de Sanbi, hein? La petite blonde inspire profondément. Elle ne peut plus faire demi-tour. Sa vie de ninja est désormais ancrée, pour de vrai, avec des obligations, des responsabilités. Il faudra faire avec.

Même si, parfois, elle se dit que la flemme lui convenait mieux.

D'un pas agile, la Genin traverse les rues de Kiri. Elle esquive les passants, se hisse dans les rues marchandes bondées, jusqu'à atteindre le point de rendez-vous. Une belle femme brune aux prunelles améthystes les y attend. Yasei Akane. L'autre ne peut être que le Meikyû. Deux clans particuliers, l'un capable de revêtir une forme animale, l'autre de manipuler des sceaux ancestraux. La pression sur les épaules de Fûka s'accentue légèrement. C'est perturbant. Peut-être même terrifiant. Mais ce n'est pas infaisable.

Pour éviter de se laisser happer par sa nervosité, la blonde décide de le voir différemment : cette mission, aux côtés de ces deux êtres bien plus expérimentés qu'elle, lui permettra d'apprendre beaucoup de choses. Compenser ses faiblesses, ou simplement les découvrir, pour mieux les combler. Fûka sourit à la cheffe de groupe.

▬ Fûka ! Je ferai de mon mieux.

Comme toujours, non? Elle dépose ses iris turquoises sur ses deux camarades, tour à tour. Cette mission promet d'être particulièrement instructive. Il ne faudra rien lâcher. Du tout.

_________________


Dernière édition par Rekishi Fûka le Lun 29 Juil 2019 - 11:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6740-rekishi-fuka-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u969

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Sam 20 Juil 2019 - 11:16
Bonjour, je suis Arata, Meikyū Arata je viens sur ordre pour une mission, déclara fièrement le garçon en affichant sa convocation face au juunin responsable de la sécurité depuis l'apparition du sceau sur l'île de Mizu.

Le gradé regarda l'adolescent n'ayant qu'un grade de genin et arqua un sourcil, l'air dubitatif, il passa son regard sur le kirijin de pied en tête avant de toussoter et de prendre la parole:

Eisaku, Kimura Eisaku, je suis le responsable de la sécurité du sceau de Sanbi aujourd'hui, argua le gradé de la brume. Maintenant, que j'ai été poli, un jeune genin comme toi aurait été mandater pour missionner sur le sceau du dieu de l'eau. Le point le plus sensible et le plus risqué de tout le pays actuellement et cela seul, interrogea soupçonneux le membre de la famille Kimura ?

Arata avait dans sa main la convocation d'Akane-sama son mentor et sensei avec un ordre de mission, mais effectivement celui-ci précisait qu'ils avaient rendez-vous le lendemain.
Néanmoins, Arata avait pris le problème à bras le corps et plutôt à cœur comme il le faisait avec toutes ses missions. Il avait donc décidé de se rendre sur les lieux de l'imprégnation du gigantesque sceau pour commencer à l'analyser. Il aimait beaucoup arriver avec une bonne idée du problème qu'il allait rencontrer. Surtout, il aurait détesté venir au rendez-vous de son professeur sans la moindre information, idée ou proposition à lui soumettre. Non, ce n'était pas sa manière de faire il n'était pas un Jeanfoutre ou un Jemenfoutiste comme beaucoup d'autres. Il avait jusqu'ici habitué l'ensemble de son entourage à une implication exemplaire et une qualité d'analyse excellente, ce n'est pas aujourd'hui qu'il faillirait à sa réputation.

Eh bien, il est vrai que je suis missionné en compagnie de deux autres kirijins, deux kunoichis à vrai dire et ce pour demain. Ma cheffe d'équipe n'est autre que Yasei Akane, mon éminent sensei, déclara-t-il avec beaucoup de sérieux. A vrai dire j'apprécie tout particulièrement connaître mon sujet avant de me lancer corps et âmes dans la réalisation de ma mission. Je viens donc aujourd'hui prendre quelques notes sur le sceau en lui-même afin d'être le plus utile possible à mon équipe dès demain, affirma avec un grand sourire l'adolescent ninja.

Et tu crois que je vais te laisser vagabonder sur le sceau pour prendre des notes, je te rappel jeune homme que tu n'es qu'un genin. Et même avec toutes les bonnes intentions du monde tu ne t'approcheras pas à moins de cent mètres de ce sceau qui est sous ma garde, précisa le juunin.

Grosse désillusion pour le petit érudit qui espérait vraiment avoir une chance d'étudier le sceau en amont de sa mission programmé au lendemain. C'était bien la première fois qu'on ne lui faisait pas confiance, même Inja-sama le Rokudaime Mizukage lui faisait confiance. Pourtant, il faut admettre que jusqu'ici sa carrière avait été plutôt facile, l'ensemble de ses missions étaient un succès. Il était très apprécié de sa hiérarchie directe à savoir Akane et maintenant Jun, mais aussi de son kage. Pour autant dans la vie tout n'était pas si facile et on a pas toujours ce que l'on veut, Arata venait d'en faire la difficile expérience:

Imaginez cela comme une reconnaissance avant une mission, s'il vous plais, insista légèrement le genin sans trop d'espoir.

Genin, c'est un non, redemande moi une fois et je fais un rapport qui te privera de venir missionner ici demain. Est-ce que je me suis bien fait comprendre, demanda avec fermeté le responsable de la sécurité ?

Après avoir été recalé de nouveau et s'être excusé poliment, le genin était reparti bredouille vers les portes de la citée de la brume. Lorsqu'en arrivant aux portes, lui vint une idée grandiose. Il se rendit sur le point le plus haut de la porte et sortit un appareil nommé long-vue, une jumelle unique lui permettant d'observer au loin. Il avait ramené ça de son dernier et premier voyage...
Son regard désormais persan se posa en direction du sceau de Sanbi et d'ici, il allait pouvoir travailler...

-----------------------------------------------


Le lendemain à l'heure du rendez-vous, le genin était sur place et même un peu en avance comme toujours lorsqu'il vit son sensei. Puis quelques minutes plus tard leur coéquipière du jour une certaine Rekishi Fûka, membre de la kenpei, mais pas plus gradé qu'Arata. La kenpei proposition qui lui a été faite d'intégrer la police de Kiri et refusé par le binoclard. Le poste ne correspondait vraiment pas à ses attentes en matière de carrière et il se savait plus utile ailleurs pour l'heure en tout cas, malgré qu'il ait été flatté par la proposition.

Fûka une petite blonde aux yeux bleus, magnifique, un sourire à tomber par terre un bandeau retenant sa chevelure d'or, il émanait d'elle un parfum de douceur et de joie de vivre. Quiconque la regarderait ainsi aurait des yeux qui se languissent d'amour pour elle, Arata lui la regarda comme n'importe qui. Il était de bonne humeur et amical comme avec tous ses collègues, mais les femmes de son âge ne l'intéressaient pas, il avait décidément un véritable faible pour les cougars, les marâtres, les femmes d'un certain âge ce qui pour lui équivalait à une fourchette de vingt-cinq à trente-cinq ans étant donné qu'il n'en avait que quinze. Néanmoins, il lui accorda comme le bienséance le voulait un accueil chaleureux:

Arata, enchanté Fûka, c'est un plaisir de travailler avec une comparse qui manipule le fuinjutsu, précisa le genin.

Le trinôme prit le chemin du sceau que le membre du clan des sceaux avait tenté de visiter la veille, la petite troupe marchait à pas vif avec entrain et la binocle en profita pour sortir sa science:

Je me suis permis de visiter le site hier afin de venir préparer pour la mission, le juunin de garde m'a refusé l'accès malheureusement, cependant j'ai étudié à la longue-vue le diagramme du pouvoir qui retient Sanbi dans le sol de Mizu no kuni. Je n'ai pu faire qu'une estimation de sa taille gigantesque, mais j'espère bien le parcourir de long en large afin de mieux visualiser l'ampleur de la charge qui nous incombe à tous les trois, argua le jeune homme. D'après mes premières estimations, le sceau fait au bas mot 400 pieds de circonférence. J'ai réalisé un croquis de mon observation, ne reste plus qu'à annoter les mesures exactes de chaque symbole puis de l'ensemble pour finir. Une fois ce travail de fond mener à terme, nous pourrons nous pencher sur nos moyens et ressources afin de réduire, déplacer ou altérer ce sceau hors norme, expliqua avec tout le sérieux du monde le petit érudit.


Dernière édition par Meikyū Arata le Mer 24 Juil 2019 - 20:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Mer 24 Juil 2019 - 20:01
Conformément aux instructions données dans votre ordre de mission, vous vous rendez fièrement jusqu’à la zone hautement surveillée du Sceau du Dieu de l’Eau, une zone correspondant à la moitié de l’île principale sur laquelle vous vous trouvez, une aire équivalant à environ cinq fois le village de Kiri. Alors que plusieurs jours sont passés depuis l’attaque de Sanbi, vous remarquez encore sur les plateaux et les plaines - difficile de les distinguer tant le paysage a été écrasé et profondément modifié par la créature gargantuesque, des restes de la végétation déracinée sous l’impact de ses attaques et des villages décimés par son courroux. Vous respirez avec soulagement en vous souvenant que vos comparses shinobis ont su sauver la plupart des civils et éviter un carnage beaucoup plus conséquent, mais tout de même, ceci est peut-être la première fois que vous revenez sur les lieux et c’est là que vous constatez vraiment l’étendue des dégâts.

Au pourtour du large sceau qui s’étend à perte de vue, vous voyez à travers la grille métallique s’élevant jusqu’à quatre mètres de haut - une barrière de fortune, des hommes vêtus de vestes de gradé en train d’analyser les marques sur le sceau, tandis que des patrouilles circulent ici et là autour de la zone afin de s’assurer qu’aucun curieux ne vienne perturber l’étude. Des tentes sont plantées près de l’entrée, vous remarquez même des soldats en armure aux armoiries du Daimyô postés de part et d'autre du campement. Un amalgame de troupes en garnison envoyées par la Brume et de l'Eau afin de comprendre comment réduire ou transposer le sceau sur un autre réceptacle, des questions qui manifestement n’ont pas encore trouvé de réponse.... Puisqu’ils sont encore ici, à l’analyser. C’est sûrement que pour altérer ce fuinjutsu, il est nécessaire d’avoir une connaissance très poussée voire suprême, de la discipline.

Vous voilà devant l’entrée, un homme en pleine discussion animée avec un soldat, et qui semble être le chef des opérations vous aperçoit. Il reconnaît immédiatement le Genin et s’exclame, prêt à le chasser des lieux comme il l’a fait la veille. Le fameux Kimura Eisaku, la trentaine. Un jounin aguerri aux arts militaires et ayant obtenu grâce à son pragmatisme et sa capacité à gérer des troupes, la confiance du Rokudaime. Il porte dans son dos un énorme marteau capable de briser le squelette de n’importe quel humain, même celui d’un Kaguya. Il interrompt donc sa conversation pour s’adresser à la demi-portion, sans faire attention aux deux jolies kunoichi l'accompagnant.



Qu’est-ce que tu veux encore gamin, tu vois pas que j’ai autre chose à faire? C’est pas la garderie ici. Aller ouste laisse donc les adultes travailler !

Lui répondre agressivementLui dire que comme Kirikou Arata n’est pas grand mais il est vaillant

Tenter de le raisonnerPas besoin de s'énerver...

L’attaquer sans sommation Lui faire manger son marteau

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Ven 26 Juil 2019 - 17:06
Comme à son habitude, le Meikyû prenait la mission très au sérieux. Celle-ci étant d'une importance capitale, il y avait mit d'autant plus d'ardeur. Ce fut donc avec un sourire en coin que la Yasei l'écouta donner le rapport de ce qu'il avait déjà effectué la veille, en prévention de leur mission.

- « Merci, Arata. »

Il était rassurant de l'avoir à ses côtés pour cette mission. En réalité, elle s'en serait voulue de ne pas l'amener ici. En tant que Meikyû, et même en tant que personne et surtout érudit, son aide serait précieuse. Tout en continuant de marcher vers le lieu convoité, la Yasei prit à son tour la parole.

- « Concernant les croquis, je pense que Fûka pourra nous être bien utile à ce sujet. »

Elle avait eu l'occasion de la voir dessiner – notamment au dojo lors de la sabagarre organisée par Sesshû, et n'avait aucun doute à ce sujet. L'adolescent lui saurait l'analyser. Ils étaient les personnes les mieux placées pour mener à bien cette mission.

- « Le sceau a été fait assez précipitamment. Je ne sais même pas vraiment qui a obtenu les informations de comment sceller un Dieu, ni même si elle étaient complètes ou vraiment fiables. Il nous faudra donc aussi vérifier qu'il tient bien et n'est pas fragilisé par endroits. »

Se tournant de nouveau vers Arata, elle poursuivit.

- « Je compte sur ton œil d'expert pour voir les failles de ce sceau. Même si ce sont les miennes. »

Un regard appuyé confirmait ces derniers propos, l'invitant à ne pas hésiter à lui dire si elle avait fauté lorsqu'elle avait scellé Sanbi. Il était fort possible qu'elle ait fait une erreur et il se devait de lui dire, pour le bien de la mission. Elle espérait tout de même que ce ne soit pas le cas, car elle l'avait effectué avec beaucoup d'application et s'en voudrait fortement d'avoir failli. Ils arrivent peu après à l'endroit désiré, et furent accueillis plutôt... Étrangement. L'attitude du garde ne revenait guère à la Yasei. Ce type imbu de lui-même méritait qu'on le remette à sa place. Son visage se ferma face à l'attitude qu'avait cet homme face à son élève très prometteur, qui ne méritait pas qu'on le traite ainsi. Elle s'avança au devant du petit groupe d'un pas, afin de s'adresser au joûnin.

- « Nous sommes Rekishi Fûka, Meikyû Arata, l'un des héros qui ont sauvé Kiri et Mizu tout entier, et Yasei Akane. Nous sommes ici pour effectuer une mission officielle, et nous devons donc passer afin de pouvoir correctement l'effectuer. Tous les trois. »

L'air peu avenant et toujours visiblement contrariée de la façon dont Arata avait été traité, elle lui tendit prestement l'ordre de mission afin de lui donner la preuve de qui ils étaient. Même si l'idée de lui faire manger son marteau lui occupait fortement l'esprit, la Yasei ne pouvait cependant pas agresser un membre de son propre village pour ça. Elle devrait donc faire autrement, et attendre qu'il s'efface pour qu'ils poursuivent leur mission. Peut-être que le sourire forcé qu'elle lui tendait les aideraient...

_________________
[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Banakane

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Lun 29 Juil 2019 - 11:36

Refermer la plaie.


Si jeune et pourtant si impliqué. Le Meikyû expose toutes ses théories, ses premières observations. Les informations font leur chemin jusqu’à la mémoire de Fûka, pour s’y ancrer définitivement. Un hochement de tête plus tard, et voilà, tout est enregistré. Ses yeux parcourent le croquis avec un sourire. La blonde reste silencieuse, ne sachant pas comment s’intégrer face à un tel professionnalisme venant d’un garçon aussi jeune. Il fera un excellent ninja, dans le futur. Elle a beaucoup à apprendre lui, à vrai dire.

Akane reprend rapidement la parole, pour signaler que Fûka pourra être d’une grande aide pour les croquis. Des rougeurs naissent sur ses joues. Alors, oui, évidemment, pour dessiner, c’est la première. Mais, euh, bon. Quand même. Et puis, comment elle sait ça ? Enfin. Techniquement, il n’est pas impossible que la belle brune l’ait croisée quelque part en train de gribouiller ses carnets : Fûka ne fait que ça. Ou presque. Alors, forcément, que quelqu’un le sache n’est pas une si grosse surprise, mais quand même. Pour éviter de se mettre à bafouiller et dire littéralement n’importe quoi, la Genin décide de garder le silence. Sa tendance à faire des blagues est exacerbée quand elle est nerveuse : déjà que les blagues ne sont pas fameuses, dans ce cas, elles deviennent encore pires. Elle doute sincèrement que ses compagnons ont envie d’entendre la terrible histoire de Paf le chien.

Heureusement, Akane poursuit sur sa lancée, pour braquer les projecteurs sur elle plutôt que sur Fûka. Ou plutôt, sur le sceau. L’un dans l’autre, la blonde échappe aux regards et ça lui va très bien. Elle en profite pour se concentrer de nouveau sur ce qui compte : le sceau est réalisé, oui, mais personne n’a jamais eu de réelles informations à ce sujet. Comment savoir si la méthode employée est la bonne ? Les sceaux sont des créations plus fragiles encore que l’origami. Dotés de pouvoirs gigantesques, ils nécessitent une maîtrise hors-pair pour fonctionner, et ne pas avoir un effet opposé à celui recherché. La subtilité de cet art échappe à beaucoup de personnes, y compris à Fûka, malgré sa spécialisation dans le domaine.

Lorsque leur cheffe d’équipe finit, la blonde remarque avec une joie non-dissimulée toute la modestie dont elle fait preuve. Akane a été lancée dans une situation d’urgence, à pleine vitesse, sans savoir si oui ou non ses actions suffiraient. La chance – ou son talent, ou les deux – a voulu que cela se passe bien, mais avec quelles conséquences pour le futur ? Est-ce que le sceau est intact ? Est-ce qu’il est fonctionnel ? Est-ce qu’il aura besoin d’approfondissements ? Toutes ces questions éclosent au fur et à mesure de leur progression, s’imposant à eux comme d’épineux problèmes. Fûka se rend de plus en plus compte de la gravité de la situation et de toute l’importance de leur présence ici. Être ninja, c’est aussi instructif, que terrifiant.

Et ça peut aussi être drôlement dégradant.

La blonde arque un sourcil, ne comprenant pas d’où sort cet homme qui prend l’adolescent de haut. Elle retrousse les narines, mécontente. Il se prend pour qui, le moche, là ? Certes, il est sûrement très puissant, avec son gros marteau, mais rien ne lui permet de descendre une autre personne. La position hiérarchique ou la puissance des uns ne les rend pas toujours meilleurs que les autres. Fûka serre les poings à s’en blanchir les phalanges. C’est Akane, leur héros du jour, qui prend la parole et tente une approche pour mettre un terme à cette blague. Elle se débrouille bien.

Le stress monte encore chez Fûka, cette fois provoqué par l’importance de son rôle ici, mais aussi par l’énervement suscité par le grand brun. Le manque de respect, berk. Elle déteste ça. Ses prunelles voguent, ici et là, le détaillent de haut en bas. Il n’est pas meilleur qu’un autre parce que … La blonde inspire, expire. Inspire, expire.

Vous connaissez la blague de la chaise ?
Ça va aller …
Elle est pliante !
Ça va mieux !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6740-rekishi-fuka-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u969

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Mar 30 Juil 2019 - 11:30
Sans surprise, son sensei avait accueillis l'initiative d'Arata de manière très positive. La kunoichi avait désormais l'habitude des méthodes de travail de son disciple. Le genin était un coutumier des faits lors de diverses missions, comme lors de la protection du chantier du complexe shinobi qu'il avait effectué avec Jun Yamanaka et Hono Mamoru. Lors des multiples séances d'entraînement ou d'apprentissages avec Akane-sama alors qu'il avait étudié les sujets de ces séances en amont. C'est bien cette façon de travailler qui le poussait à développer son côté stratège en apprenant la manipulation des marionnettes.
La juunin complimenta par avance les qualités de dessinatrice de Fûka Rekishi, l'adolescent porta alors son regard sur la jolie jeune femme. Elle rougit. C'est amusant.

Les précisions concernant le sceau de Sanbi données par la kunoichi de haut rang étaient préoccupantes. Un sceau de cette taille créer dans la précipitation avec des informations certainement récupérées au compte goutte dans divers ouvrages différents. Il n'était même pas certains qu'il existe des précédents à cette réalisation dantesque. Fort heureusement, celle qui avait travaillé sur le sceau et qui avait formé le dit tracé était Akane-sama et Arata ne connaissait au village pas meilleur qu'elle pour la tâche.

Mes lectures depuis le scellement de Sanbi ne m'ont apporté que très peu d'information potable. Il n'existe d'après mes connaissances aucun précédent à l'exploit que vous avez réalisé, expliqua le petit érudit. Néanmoins, je n'ais en tant que genin accès uniquement qu'aux ouvrages de la bibliothèque publique, précisa-t-il. Il y a sans aucun doute dans les archives de Kirigakure no sato des trésors d'informations et peut-être trace de quelques similarités avec le sceau du dieu de l'eau, dit-il avec l'œil brillant de l'envie de découvrir les archives du village.

Il fit une pause...

Je ferais de mon mieux, annonça-t-il en réponse à la confiance que lui accordait Akane-sama. Quant au relevé de vos erreurs, car je ne doute pas qu'il y en aura, nul n'aurait put ne pas en faire devant ce travail de titan. Ne vous inquiétez pas quoi que l'on découvre vous n'avez pas à rougir de votre travail, vous êtes sans doute une pionnière dans ce type de sceau. La prison titanesque d'un être vivant à la mesure de celle-ci est une prouesse que très peu de shinobi dans le monde aurait put créer avec autant de réussite, argua le genin signifiant ainsi son soutient et son implication dans la mission.

Enfin, tous les trois arrivèrent à l'entrée du site qui abritait le sceau du dieu de l'eau. De nouveau Arata tomba nez à nez avec l'intransigeance et le mépris à peine dissimuler d'Eisaku Kimura. Il est plus grand que le binoclard, plus costaud, mais ce n'est pas difficile. Il est plus gradé, il a plus de responsabilité, mais ce n'est pas difficile. Il a un plus gros engin, mais ce n'est pas difficile, c'est un marteau impressionnant accroché dans son dos, une arme de bourrin. Une arme de bourrin pour un juunin bourru et têtu.
Le petit kirijin était un gars positif, il voyait toujours le bon côté des choses jamais le mauvais et cet Eisaku lui avait déjà fait la leçon hier inutile de répondre à ses provocations par l'agressivité. Alors qu'il allait répondre très poliment, c'est son sensei qui prit la parole sur un ton poli, mais avec des mots qui trahissaient son agacement devant le traitement accordé à son élève. La jeune femme mentionna le titre d'Arata de Héros de Mizu pour rappeler au responsable de la sécurité qu'il était digne de son respect. Akane ne le savait pas, mais le genin détestait ce titre, il ne s'estimait pas héros et encore moins de Mizu tout entier. D'ailleurs, il trouvait qu'il n'avait pas fait grand-chose pour le mériter, étaler une grosse queue et donné de son chakra à Akane pour alimenter un jutsu de protection. Elle était une héroïne, pas lui.

Honorable, juunin responsable de la sécurité, dit Arata poliment, mais avec le ton de celui qui rappel au gardien qu'il n'est qu'un gardien. Loin de moi l'idée de vous déranger dans votre travail, mais comme vous le voyez vous êtes là pour nous assister à savoir pour protéger ardemment le site du sceau de Sanbi afin que nous puissions travailler en paix, une mission capitale, ajouta-t-il avec un ton neutre, mais des mots qui voulaient bel et bien dire ce qu'il voulait dire.

L'ordre de mission devrait parfaitement faire l'affaire, Arata avait été respectueux et devant n'importe quel conseil de discipline on ne pourrait lui reprocher quoi que ce soit, mais son message était passé bien que gentil, il ne se laisserait pas marcher sur les pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Mar 6 Aoû 2019 - 13:07
La maladresse provocatrice du jounin a beau vous déplaire, vous lui répondez sans montrer d’hostilité, défendant le petit - mais vaillant - héros de Mizu en faisant preuve d’un esprit de solidarité. Son attention encore fixée sur l’apparition inopportune du genin à lunettes qui l’a visiblement agacé plus qu’il ne faudrait - sûrement que son esprit est déjà occupé par autre chose, son attention se focalise désormais sur le membre le plus haut gradé de votre équipe, Akane.

Ah je vous avais pas reconnu, mais je me souviens vous avez scellé le Dieu, non? Si vous êtes là, c’est sûrement que vous êtes les trois qu’Inja m’a envoyé aujourd’hui.

Il s’arrête, échange un regard avec le soldat avec qui il discutait jusqu’alors avant que vous l’interrompiez. Il se tourne vers vous, passablement énervé.

Hé bien les héros de Mizu ou de Kiri ou de la Sainte-Verge - qu’est-ce que j’en ai à battre, vous arrivez trop tard je suis plus en charge ici. C’est la seigneurie qui prend le relais, maintenant que leur émissaire est arrivé et m’a relevé de mes fonctions. Je sais pas ce qui compte faire avec le sceau, mais ça me regarde plus, adios amigos.

Sans même vous laisser le temps de prononcer la moindre syllabe ou vous fournir la moindre bribe de contexte, il vous tourne le dos pour s’enfoncer à l’intérieur du campement, pressé de rentrer dans sa tente pour calmer ses nerfs apparemment. Le garde avec qui il discutait lui aussi retourne à ses affaires et, tandis que vous êtes tous les trois laissés là réalisant que votre mission n’a plus lieu d’être, vous demeurez au centre du baraquement sans personne pour vous accueillir ou vous tenir par la main. Il vous faut pourtant comprendre la situation, qu’est-ce que la seigneurie vient faire ici, quel est l’état du sceau, quelles sont vos options….

Tout autour de vous, des tentes par dizaines et des soldats qui s’entraînent, mangent ou discutent entre eux, rien de plus normal à l’heure du déjeuner. Chacun s’occupe comme il peut, d’autres esseulés préfèrent plutôt écrire une lettre à leur bien-aimée, les plus sociables discutent de longues heures de choses triviales pour en apprendre plus sur les camarades de leur unité. Mais dans cette fourmilière bouillonnant d’activité vous remarquez aussi que les shinobis de Kiri et les soldats de Mizu n’interagissent pas du tout, les groupes sont bien distincts, reflet d’un sentiment de mépris voire d’hostilité entre les deux factions. Difficile à dire la nature de leur relation d’un simple coup d’oeil.

Parmi les tentes, vous en apercevez une bien plus large et décorée que les autres, surmontée d’un drapeau sur lequel est inscrit le kanji de l’eau “水”, et dont le passage est gardé par deux soldats équipés d’hallebardes. A l’opposé vous voyez Eisaku regagner d’un pas pressé sa triste guitoune toute pourrave avant de disparaître à l’intérieur. Le campement militaire se situant en bordure du périmètre du sceau, près de l’entrée de la grille qui l’entoure et empêche les intrus de passer, vous pourriez tenter de “forcer” le passage, mais encore, auriez-vous intérêt à étudier le sceau en faisant confiance à votre propre expertise?


Se rendre à la yourte de “l’émissaire”Demander audience en s'adressant aux gardes.

Suivre Kimura EisakuGlaner des informations ou le consoler par pure bonté de cœur.

Visiter le campementOn sait jamais ce qu'on peut trouver.

Se rapprocher de l'entrée menant au sceauInspecter l'entrée pour tenter de forcer le passage.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Sam 10 Aoû 2019 - 22:04
Arata demandait à consulter les archives du village. En tant que genin, il n'en avait pas forcément accès. Mais malheureusement il n'y avait pas que ça : les archives se trouvaient dans la tour du mizukage, celle-là même qui avait été détruite sous les coups de l'affrontement titanesque qui y avait eu... Quelles pertes avait eu Kiri ce jour-là ! Non seulement humaines, mais surtout matérielles. Le Kyôi y avait perdu ses quartiers ainsi que son chef, et les archives s'étaient effondrées avec le reste. Bien sûr, il y avait eu de nombreuses fouilles pour tout retrouver, et elle-même y avait participé lors de son entrée dans l'unité secrète, mais ils n'avaient malheureusement pas réussi à tout récupérer. Et puis, au vu des différents dossiers à caractère plus ou moins confidentiel, tout était pour l'instant dans les nouveaux quartiers du Kyôi en attendant que tout soit de nouveau trié correctement. Quand les archives seraient replacées, alors on y remettrait les dossiers consultables par tout un chacun.

Pour le moment, Akane restait silencieuse devant la demande plus ou moins exprimée de son élève. Ne pouvait y répondre favorablement, elle préférait garder le silence, et se concentrer sur la mission qui leur avait été confiée. Le joûnin de garde semblait retrouver un peu de bon sens et de mémoire, et la féline hocha la tête positivement pour confirmer ses dires. Oui elle l'avait fait, mais pas seule. Bon sens vite reparti, et la brune ne peut s'empêcher de montrer son étonnement face à ses dires. La sainte... Verge ? Ne manquerait-il pas une lettre ? Certains avaient combattu des grosses queues, mais tout de même...

Mieux valait ne pas relever. Et puis quelque chose la préoccupait bien plus que l'énervement de cet homme. L'armée de la seigneurie était sur les lieux. Elle n'arrivait pas à savoir si c'était une bonne ou une mauvaise chose. Sans doute était-ce bien que les seigneurs s'inquiètent de ce sceau. Mais la dernière fois qu'elle avait eu à faire avec eux, ils l'avaient empêchée de poursuivre une criminelle et avaient emmené un ami en prison. Elle ne l'avait jamais revu depuis... Leur présence sur les lieux la rendaient donc nerveuse. Elle prit cependant une grande inspiration avant de se tourner vers les deux genins.


- « Bien. J'imagine qu'il faut aller s'annoncer, afin qu'on nous laisse accéder au sceau en lui-même. J'aimerais évider un incident. »

Diplomatique ou autre.

- « Je ne vous oblige pas à venir avec moi, je ne sais pas si je vais être reçue tout de suite. Essayez de trouver n'importe quoi qui puisse nous être utile durant ce temps. Sauf si vous préférez m'accompagner. »

Elle-même aurait bien préféré faire le tour du campement, mais en tant que plus haute gradée du groupe c'était son rôle d'aller prévenir les autorités présentes sur place de leur arrivée.

- « On se retrouve un peu plus tard pour aller nous occuper du sceau, ensemble. »

Un dernier mot bien appuyé, qui sonnait plus comme un ordre ou un rappel qu'une simple demande. Elle se détourna ensuite d'eux, les laissant s'occuper comme ils le désiraient, tandis que pour sa part elle se dirigeait vers la tente richement décorée et surtout vers ses gardes, à qui elle s'annonça.

- « Yasei Akane. Mon équipe et moi sommes envoyés par le mizukage en mission afin d'inspecter le sceau que j'ai moi-même formé avec d'autres shinobis. Je viens informer les autorités en charge du sceau de notre arrivée. »

Le ton emprunté était plutôt cordial. Il ne lui restait plus qu'à attendre d'être reçue. Ou pas.

Spoiler:
 

_________________
[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Banakane

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Mar 13 Aoû 2019 - 12:41

Refermer la plaie.


« Adios amigos » ? Alors il existe vraiment des gens qui utilisent ces phrases toutes faites, moches et stupides ? Eh bien. Déjà qu’il avait l’air d’un con, là il confirme la rumeur. Fûka l’observe. Son stress a laissé place à un certain dédain, peut-être suscité par son empathie. Il ne les aime pas, il les toise, pourquoi devraient-ils faire l’opposé ? Tendre la main pour un accord, faire un effort, pourquoi pas, après tout ils sont en mission. Par contre, pour ce qui est de tendre l’autre joue, c’est mort. Alors qu’il soit relevé de ses fonctions, eh bien, tant pis pour lui. Et tant mieux pour eux.

Ou pas.

Les prunelles glacées scrutent l’horizon, balayent les alentours. Finalement, Eisaku s’en va, et tout le reste avec. Un seul être vous manque et tout est dépeuplé, hein ? Fûka arque un sourcil. Comment font-ils, maintenant ? Ils attendent ? Non, impossible, ça. Tout autour, des tentes, plein de tentes, partout. Des belles, des moches, des grandes, des petites. À perte de vue. Parfois, quelqu’un s’installe devant, fait la parlotte. Bref, ici, les gens semblent avoir la belle vie. À l’exception de cette profonde rupture, ce fossé qui les oppose les uns aux autres. Kiri contre Mizu. Quelle ironie. La blonde fait la moue. Cette mission passe de stressante à exaspérante. Les mecs ont tous un sceau monstrueux sous les pieds, ils savent pertinemment ce qu’il y a en-dessous, mais ils sont pas foutus de mettre leurs différends de côté. À croire que rien ne progresse jamais, malgré la guerre, malgré les pertes. Triste humanité.

Fûka lève les prunelles sur Akane, qui a décidé de donner de nouvelles directives. Pour sa part, la jeune femme va se rendre dans la grande tente bien classe au bout du campement, pendant que les autres … Feront ce qu’ils veulent, avant de la rejoindre pour le sceau. L’emphase sur le terme « ensemble » arrache un sourire à la Genin, qui n’aurait pas osé s’y rendre toute seule. Ah, les dessins, c’est son dada, par contre quand ça peut libérer une grosse bête dangereuse, Fûka évite de faire le con.

« Bien compris. »

Pas plus, pas moins.

Quand leur supérieure s’en va, la blondinette dépose une œillade complice sur son partenaire. Un gamin plein de ressources, déjà conscient des difficultés de leur univers, fasciné par ses mystères. Une graine de génie. Fûka lui sourit. Elle brandit son carnet, un crayon.

« J’m’en vais arpenter le camp ! Y a p’têt’ des infos à trouver qui seront intéressantes. J’dessinerai le plan du camp avec tout ce que j’ai trouvé et où je l’ai trouvé ! »

Petite courbette, par politesse.

« On s’retrouve ici ! »

Bien plus simple d’être familière avec lui qu’avec la grande brune. Ils sont du même rang, à peu près, et s’il est plus expérimenté qu’elle, il n’en reste pas moins son égal. Fûka prend alors la route, guillerette, prête à quadriller toute la zone. Le crayon se met alors à danser sur le papier, décrivant de longues lignes qui prennent progressivement la forme de triangles, puis de véritables tentes. Le plan s’établit peu à peu, sous la plume agile et habituée de la Genin. Ses prunelles scrutent absolument tout, à l’affût du moindre détail. Sa mémoire absolue va beaucoup lui servir, ici. Il y a tant de détails à noter, à conserver … Chaque petite histoire peut l’intéresser. Alors elle laisse une oreille traîner ici et là, en plus de garder toutes les informations qui lui sautent aux yeux.

Il est l’heure de briller, aujourd’hui plus que jamais. Au diable les blagues bidons, bonjour les vraies informations.

Jusqu’à la prochaine crise d’angoisse.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6740-rekishi-fuka-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u969

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Dim 18 Aoû 2019 - 19:16
Aberrant, le genin n'avait eu de cesse hier de lui répéter qu'il avait un ordre de mission concernant le sceau de Sanbi et c'est seulement maintenant qu'Akane faisait jouer son grade et sa renommée que le juunin abdiquait. Il le faisait d'ailleurs comme si de rien n'était en toute tranquillité "Si vous êtes là, c'est sûrement que vous êtes les trois qu'Inja m'a envoyé aujourd'hui." A croire que le bonhomme avait eu cette révélation sans l'insistance de l'équipe de kirijins, il regarde son subordonné et annonce de but en blanc la nouvelle.

Le trinôme s'adresse désormais à la mauvaise personne, Eisaku n'est plus en charge du site et c'est la seigneurie et les pontes du pays de l'eau qui gère tout le bazar.

Depuis quand remettons-nous les clés de site de cette sensibilité à des civils qui n'y connaissent rien au chakra et ses subtilités, souffla l'adolescent dans un murmure à peine audible si ce n'est pour ses camarades. Et encore moins au fuinjutsu surtout de ce niveau-là, ajouta-t-il toujours à voix basse.

Et boum, le guignol au complexe de la plus grosse avec son marteau trop grand et sa coupe de cheveux ridicules tiré en arrière derrière ses lunettes globuleuses, les abandonna littéralement sur place. Le trio se retrouva esseulé au milieu d'un camp en pleine transition entre kirijins qui laissent leur place au soldat porteur de hallebarde et de yari longue comme pas deux. Décidément, il leur fallait tous de longues armes dans ce camp, un beau camp de petite b... non, ce n'était pas le genre d'Arata de penser cela, mais pourtant il fallait admettre que c'est l'idée qui lui vint au début. L'armée seigneuriale avait une certaine classe en réalité, uniformes et armures assorties, l'uniformité avait un côté impressionnant. C'est vrai qu'à Kiri hormis lors d'attaque conjointe et en cas de gros rassemblements de forces armées la tenue vestimentaire était plutôt libre. Seul le bandeau subsistait en tout temps.

En bon cheffe de groupe, la Yasei donna ses ordres qui étaient en réalité plutôt des intentions. Elle se rendrait auprès des nouveaux propriétaires des lieux pour demander l'accès aux sceaux de Sanbi en vertu de la mission qui leur avait été confié. Quant aux deux jeunes, il pouvait faire ce qu'il voulait tant que ça restait dans l'intérêt de la mission fureté et chercher des infos seraient les maîtres mots. La jeune femme finit par un conseil plutôt appuyé qui signifiait que les initiatives devaient se restreindre à la collecte d'information. En résumé, il ne devait pas étudier le sceau sans elle, l'idée serait dangereuse même pour l'intrépide petit érudit. Néanmoins, le genin pris un peu la remarque pour lui vu la façon dont il prenait souvent en main les missions. Cette fois, il attendrait la jeune femme...

Reçu, sensei, affirma-t-il.

Désormais seul, le genin se vit gratifier d'une œillade, un mot intéressant "oeillade" qui signifie regard discret, mais appuyé à l'égard de quelqu'un, souvent fait avec tendresse dans le but de lui témoigner son intérêt. Fûka était-elle en train de faire du gringue à son jeune camarade ? Non, quand même pas. En ce moment, le genin voyait le mal partout en présence de jolies filles, l'éveil et la conscience du corps chez les adolescents était une expérience toute particulière. Arata se jura d'étudier ses effets sur son propre corps et sur sa psyché à l'occasion...

La jeune fille informa le binoclard de ses plans, puis partie après une réponse furtive du garçon un tout petit:

Très bien, moi je vais parler à Eisaku, à tout à l'heure.

C'est dans cette optique que le genin décida de partir à la conquête de la sympathie d'Eisaku afin de mieux lui soutirer deux ou trois informations sur la seigneurie remplaçante et sur le sceau éventuellement. Peut-être qu'en protégeant le site, il avait déjà repoussé des curieux, des gens suspects qui aurait traîner trop près de la zone ?
Arrivée devant la tente en plein déménagement du juunin de la brume, il attendit avant d'entrer près de la tenture hors de la vue de ceux qui pouvaient aller et venir de la tente en espérant entendre deux ou trois bribes de conversation avant d'entrer. Puis enfin, il entra.

Capitaine Kimura ? C'est Meikyū Arata, je suis venu pour vous parler, dit-il.

Il se planta là devant le gradé de Kiri, puis commença:

Premièrement, je crois que nous sommes partis du mauvais pied tout deux. Je tiens à m'excuser pour la journée passée, je n'aurais pas dû tant insister ni même vous dérangez pendant votre travail. Il était inopportun de se mettre à travailler sans accréditation plutôt que d'attendre simplement le lendemain que le vrai travail commence, pour cela je vous présente mes plus plates excuses, dit-il en s'inclinant respectueusement.

Il fit une pause et avisa l'énorme casse-noix du juunin, sacré outil tout de même:

Deuxièmement, je tiens à vous assurer de tout mon soutient quant à votre éviction de la garde du sceau. Cependant, je vous assure de ma sincère conviction que vos compétences ne sont pas mises en cause dans cette affaire. Je trouve même cela désolant de voir l'armée de l'eau composé de civil sans compétence particulière pour les arts shinobi se voir confier une tâche aussi sensible. Nul autre qu'un juunin de Kirigakure no sato ne devrait être en charge, d'autres sont bien sûr susceptible d'en prendre la charge parmi vos collègues de rang égal. Néanmoins, vous avez jusqu'ici sût parfaitement remplir votre mission. Et cela a au moins le mérite certes peu valorisant de vous assurer ma profonde admiration, flatta le genin sans être subtile, mais avec toute la sincérité qui lui était possible de reproduire. Il faut à tout genin des modèles pour progresser et votre réussite m'inspire, si je peux faire quoi que ce soit, interrogea l'adolescent l'air intéressé ?

Le garçon ne savait trop s'il avait su amadouer son vis-à-vis, mais au moins il essayait et maintenant il allait s'aventurer en terrain dangereux et glissant:

Pourquoi vous a-t-ont relevé de vos fonctions sur le site ? La seigneurie est certes avide de contrôle comme tout gouvernement, mais ils sont loin d'être sans cervelle. Ils savent que des équipes shinobi sont bien plus à même de gérer un tel point fixe lié à un fuinjutsu de cette envergure, questionna le garçon très sérieusement avec l'envie de savoir et l'envie de convaincre son interlocuteur de lui donner des réponses.

Spoiler:
 


Dernière édition par Meikyū Arata le Jeu 22 Aoû 2019 - 11:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Lun 19 Aoû 2019 - 12:52
La cheffe d’équipe donne l’ordre de se disperser, puis de revenir une fois que chacun aura terminé de scruter le campement à la recherche de réponses aux nombreuses questions qu’ils doivent se poser en ce moment. Notamment, la raison de ce remplacement et quel intérêt aurait ce seigneur mizujin de reprendre sous sa responsabilité la sécurité du sceau. Malheureusement, ainsi l’Archipel est hiérarchisé, si bien qu’un simple shinobi de Kiri n’a d’autre choix que de se plier à la volonté d’un homme aussi haut placé qu’un seigneur de l’Eau. Difficile de manquer sa grande tente dominant le reste de ses subordonnés, une marque de sa supériorité sur le reste des personnes ici présentes. Akane arrive donc devant les deux gardes, à l’expression indifférente teintée d’un soupçon de mépris en te voyant approcher. Leur main se lève déjà, paume dans ta direction en signe d’interdiction, par réflexe sans doute de voir des gens venir demander audience au seigneur. Leur armure rutilante, et leurs épaulières leur donnent un air bien plus menaçant une fois qu’on les voit de près. Il remarque ton bandeau et plisse les yeux en t’écoutant, comme si tout ce que tu disais à partir de là n’avait plus d’importance.


Le seigneur n’est pas ici, vous pouvez circuler, Kirijin.

Son ton est sec, sans déférence eut égard au rang de la jounin et davantage par mépris envers les ninjas en général. Le rideau de la yourte étant à demi-ouvert, tu peux effectivement confirmer que personne ne semble s’y trouver tu peux cependant observer qu’un tas de documents, des rouleaux, de la nourriture en abondance. Malgré son armature très large, le tissu composant la toile de tente ne devrait pas être un problème si quelqu’un tente d’entrer par effraction. Une petite incision par-ci par-là ne devrait nécessiter qu’un simple kunaï, ce qui pose le plus problème, ce ne sont pas tant les deux gardes postés devant qui auraient le dos tourné, mais plus les témoins tout autour qui circulent et pourraient la prendre sur le fait. Une autre question se pose également: où peut bien se trouver le seigneur s’il n’est pas dans sa yourte?

Lui tirer les vers du nezLe garde a l’air de savoir de choses mais n’est pas très loquace

Forcer le passageSeulement deux gardes à l’entrée, ça devrait être facile

Faire un trou dans la tente en s’assurant que personne ne regardeOn est du Kyôi ou on ne l’est pas

Faire demi-tourSe rendre devant l’entrée du Sceau ou rejoindre un coéquipier



Pendant ce temps, Fûka décide de faire le tour du campement, à l’affût de la moindre information qui pourrait surgir de la bouche des soldats ou des shinobis. Ceux-ci sont particulièrement bavards, même s’il est facile de se perdre dans les méandres de leurs conversations ordinaires, tu ne passes pas longtemps inaperçue à te promener au milieu de ce campement composé presque entièrement d’hommes - en raison de la forte présence de l’armée mizujine, tu peux déjà sentir certains regards indiscrets et bien vicelards glisser sur toi. Tu écoutes et dessines, tu essaies de faire les deux à la fois afin de gagner du temps. Peut-être en as-tu l’habitude, mais le brouhaha actuellement t’empêche de saisir la moindre phrase, seulements des mots au compte-goutte, des bouts de phrase tout au plus. A ta gauche, un groupe de fantassins entre deux âges sans leur casque discutent tranquillement, principalement de trivialités, puis tu ne sais pas par quelle transition ils se mettent à comparer la taille de leur lance. Déçue, tu t’apprêtes à reprendre ta route quand soudain tu les entends mentionner “le seigneur de l’Eau” puis re-changer de sujet pour parler des tavernes qu’ils ont visité, se plaindre de leur pécule ridicule et se vanter de leur tableau de chasse. Pendant que tu écoutais les soldats au point de t’endormir, tu as pu apercevoir à ta droite une bande de shinobis assis dans l’herbe, ils seraient peut-être plus ouverts à partager des informations avec une autre Kirijine. C’est à ce moment qu’ils se lèvent pour aller en direction de la porte conduisant au Sceau. Tu pourrais aussi en profiter pour te faufiler avec eux?


Écouter plus attentivement la conversation des soldats mizujinsPeut-être qu’ils ne parleront pas de la taille de leur lance cette fois

Aller à la rencontre des soldatsIls en savent sûrement plus que les shinobis sur la situation

Suivre les shinobis et discuter avec euxCompter sur la solidarité entre shinobis

Se focaliser sur ton dessin et continuer d’explorerPeut-être que tu trouveras un nouvel indice, peut-être pas

Faire demi-tourSe rendre devant l’entrée du Sceau ou rejoindre un coéquipier



Une belle histoire d’inimitié a commencé entre Arata et Eisaku, même si le deuxième s’est montré bien plus hostile que le premier, il faut dire que les deux hommes n’ont pas commencé sur les meilleurs termes il est vrai. Mettant de côté ton ressentiment envers le jounin insolent de par ses paroles et son attitude à votre égard - envers toi en particulier, tu décides de le suivre jusque dans son abri de toile. Si distrait qu’il en a oublié de refermer le rideau qui sert d’entrée derrière lui, tu te permets d’entrer et t’annonces auprès du pauvre homme, affalé sur sa chaise, face à un bureau plein de papiers éparpillés, le teint blafard et les yeux dans le vide… Son marteau géant déposé contre sa table.Tu le surprends avec tes paroles, il se tourne et te jette un regard sans menace comme tout à l’heure, et pour la première fois peut-être il ne tente pas de t’interrompre. Sûrement qu’il n’a pas la force de te réprimander pour ta transgression, ou qu’il n’a personne sur qui se reposer dans l’immédiat, même si tu es le dernier individu sur terre avec qui il aurait souhaité s’entretenir, tu viens le consoler, et c’est déjà ça. Mais quand tu croyais l’avoir touché par tes mots, il te répond avec cette même lourdeur et franchise qui le caractérise depuis vos premiers échanges:


C’est bon arrête avec ton petit numéro Pépin Trois Pommes je sais bien qu’au fond t’en as rien à carrer de ce qui m’est arrivé. Par contre, je te dis pas que ça aura le même effet sur Monsieur qui a perdu ses terres à cause du Dieu de l’Eau. Non…. Lui il aime bien se faire lécher le cul, et bah pas moi. Donc ton admiration tu peux te le mettre où je pense.

S’il était calme avant que tu arrives, ton intervention l’a semble-t-il fait sortir de ses gonds. Il se redresse en soulevant son marteau. Malgré sa corpulence peu massive, il parvient à le manier avec une relative aisance.

Personne ne peut rien pour moi, tu ne peux rien pour moi. Même ce vieux Kagai peut rien pour moi, ils ont tous les droits, nous on est quoi? Des putains d’esclaves parce que soit disant ils ont leur titre et leurs prérogatives héritées depuis la naissance grâce à Papa et Maman. Pendant ce temps on se casse les burnes à obtenir une promotion et du jour au lendemain.

Il claque des doigts.

Rien, tout ça parce qu’ils se prennent pour des dieux. C’est quoi cette justice. On t’enlève le pain de la bouche. Comme ça. Pourquoi on se laisse faire comme des tapins alors qu’on a les pouvoirs. On devrait les renverser avec leur armée de moldus là.

Son discours prend des proportions révolutionnaires condamnables par la justice mizujine, face à ça tu te dis que tu devrais...

Abonder dans son sensLe caresser dans le sens du poil comme tout à l’heure

Réfuter ses proposHoulà ça va trop loin

L’écouter sans rien direLe silence est une option

Quitter la tenteParler avec lui est une perte de temps

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Mer 21 Aoû 2019 - 15:51
Le seigneur n'était pas ici ? Voilà qui était gênant. Son équipe et elle ne pouvaient pas s'aventurer dans la zone du sceau sans prévenir de leur arrivée, au risque d'être pris eux-mêmes pour des intrus. Alors à qui pouvait-elle bien l'annoncer ? Le chef de la garde, peut-être ? D'autant plus qu'il lui faudrait aussi savoir où se trouvaient les personnes avec qui elle devait s'entretenir, les autres experts en fuinjutsu. La féline ne pouvait donc tout simplement pas tourner les talons sans obtenir d'autres informations. Même si elle avait confiance en son équipe pour en trouver. Son regard s'aventura le plus discrètement possible vers la tente, juste le temps de voir qu'elle était habitée au vu de la nourriture et des documents qui y trônaient, mais actuellement vide.

- « Ho, merci beaucoup du renseignement, c'est gentil à vous. »

Sourire et voix mielleuse accompagnaient ses paroles, tout comme un soupir de soulagement.

- « Je dois avouer que ça me rendait nerveuse de rencontrer quelqu'un d'aussi important. Je n'ai pas l'habitude, contrairement à vous. »

Apparemment soulagée, elle poussa pourtant un soupir à fendre l'âme, avant de poursuivre d'une voix plus lasse.

- « Ça doit être enrichissant de vivre auprès de seigneurs, comme ça. Et vous devez beaucoup voyager. Nous, la plupart du temps on reste bloqués dans notre village où on n'y voit rien du paysage à cause de la brume constante. »

La kunoichi lança des coups d’œil alentours, cherchant visiblement quelque chose et apparemment très embêtée. Elle hésita un peu, puis s'adressa de nouveau aux gardes, un peu timidement de peur de les déranger.

- « Euh... Excusez-moi de vous embêter de nouveau, mais je suis un peu perdue maintenant. À qui dois-je m'adresser dans ce cas pour effectuer ma mission ? Et est-ce que vous sauriez par hasard où se trouvent les autres personnes qui doivent m'aider à étudier ce sceau ? Je n'aimerais pas avoir à rentrer tout de suite, ce n'est pas souvent que je peux sortir. »

Elle attendit quelques secondes, puis lança négligemment un regard dans la tente. Suite à quoi elle pointa l'intérieur du doigt, soudainement souriante et presque excitée.

- « Ho ! Il y a plein de documents là-bas ! Nous étions attendus, il y en a certainement un pour mon équipe avec des instructions à suivre. Là, quelque part sur cette table ! Vous permettez ? »

Oui, certainement. Hochant la tête vers l'un des gardes en lui adressant un grand sourire, devançant son accord, la kunoichi se dirigea vers l'intérieur de la tente richement décorée. Et qu'elle soit stoppée ou accompagnée, elle s'apprêta à observer tout ce qu'il s'y trouvait afin de trouver le maximum d'informations utiles.

Spoiler:
 

_________________
[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Banakane

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4207-il-est-temps-de-sortir-des-ombres-et-de-se-diriger-vers-la-lumiere-en-cours#32416 http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau#42162 http://www.ascentofshinobi.com/t4285-yasei-akane-carnet-de-route#32967 http://www.ascentofshinobi.com/u227

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Jeu 22 Aoû 2019 - 11:21

Refermer la plaie.


On n’ignore que trop souvent l’irrespect des hommes, à l’âge de Fûka. Les regards qui se posent sur son gracile corps de jeune fille la font d’abord rougir, avant de la mettre purement et simplement mal à l’aise. Alors que le crayon continue de danser sur le papier, à la fois pour reproduire ce qu’elle voit, mais aussi pour noter ce qu’elle entend, son esprit se prend à fuir loin, loin de cet endroit. Tous ces êtres, ici, sont abjects. Ils parlent, parlent, parlent encore, mais ils parlent tellement, tous, que plus rien n’a de sens. L’adolescente inspire profondément. Son équipe est déjà plus rassurante, étant constituée d’une femme et d’un gamin. Même si … Fûka a dénoté une certaine gêne quand elle l’a regardé. Peut-être que sa nature spontanée l’a piqué ? Loin d’elle l’idée de vouloir le séduire, elle pense quand même que le regard qu’elle lui a lancé était un petit peu « trop ». Surtout pour un pré-ado. Mais peu importe.

Les prunelles turquoises détaillent tout ce qui les entourent, sans se satisfaire des informations récupérées. Il n’y a rien, à part des hommes qui parlent de … Oh ! Là ! Le Seigneur de l’Eau ! Fûka tend l’oreille. Elle s’intéresse à ce qui se passe, pour … Revenir au point de départ. Après avoir comparé la taille de leurs lances – de quelle lance parlent-ils, chacun ? –, voilà qu’ils parlent de leurs conquêtes. Autrement dit, toujours rien à se mettre sous la dent. À croire qu’ils cumulent. Soit ils cachent quelque chose, soit ils sont simplets. Ou peut-être autre chose, mais la blonde ne peut pas les comprendre : ce sont des hommes, d’abord, mais en plus ils sont adultes. Et ils ne vivent pas dans le même monde. Au fond d’elle, l’adolescente prie pour ne pas finir comme eux. La débauche transpire par leurs pores, contrairement à l’intelligence. Autant dire qu’ils ne sont pas des flèches, mais peut-être qu’ils sont doués pour se battre ?

Fûka tourne les talons. Pas intéressant. Il faut trouver quelqu’un d’autre. Son attention glisse sur les shinobis qui se lèvent. Eux ! Ils sont des siens ! Ils pourront lui donner des infos ! Lui dire quelque chose ! Ou … Non, non, non ! La blonde s’élance à pleine vitesse vers eux, mais ils suivent la direction du sceau. La Genin a eu l’ordre direct de ne pas y aller seule. Les suivre pourrait être intéressant, évidemment, lui donner des informations peut-être importantes, mais cela peut aussi ne servir à rien et simplement la mettre dans une situation compliquée, pour pas grand chose. Fûka soupire. Il ne faut pas les suivre. Bon, bah y a plus le choix. Il va falloir mettre son ego de côté et aller auprès des soldats.

D’un pas décidé, la blondinette se tourne et se remet en marche. Plutôt que les écouter de loin, elle décide de les aborder. Difficile de parler directement de sa lance quand ce n’est pas le sujet, hum ? Naïve, mais déterminée, la Genin se jette à l’eau.

« Bonjour ! Je suis une ninja de Kiri … Je pensais que nous pourrions nous entraider. »

Naïve, mais déterminée. Encore.

« Auriez-vous des informations sur le sceau ? Par exemple, hum, des personnes mal-intentionnées qui auraient tenté de s’en approcher ? Ou … Si vous savez quoi que ce soit sur le sceau lui-même ? »

Naïve, mais déterminée. Toujours. Mais elle n’a pas le choix, en réalité. C’est un jeu de pile ou face, une fois encore. La chance peut lui sourire … Ou l’enfoncer. Fûka ne sait pas trop dans quelle direction elle se dirige, elle n’a aucune idée de ce que lui coûtera son courage, mais il est trop tard pour reculer. Alors, au fond de son esprit, une toute petite assimilatrice croise très fort les doigts, à s’en blanchir les phalanges.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t6740-rekishi-fuka-terminee http://www.ascentofshinobi.com/u969

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Jeu 22 Aoû 2019 - 12:20
Étonnamment, le juunin avait écouté sans broncher toute la tirade du genin pour on ne sait quelle raison, mais au moins il avait pu finir. Un silence s'installa avant qu'Eisaku ne réponde à l'intervention culotté de l'adolescent dans sa tente. Et le moins qu'on puisse dire, c'est que ce n'est pas une réaction qui surprit Arata. Fidèle à lui-même le gradé supérieur faisait son ronchon et insulta copieusement son cadet de petit chevalier de dessin animé pour enfant. Le genin ne put s'empêcher de se dire que son supérieur lui faisait penser à l'histoire d'un type plutôt grincheux qui vivait en collocation avec six autres types plutôt cool et une nana très jolies. Dans l'histoire le grincheux ne finit pas avec la jolie fille qui part avec un beau gosse plus grand et plus ambitieux que lui, en gros c'est un éternel insatisfait comme Eisaku Kimura.

Néanmoins, dans ses grognements de mauvais bougre le juunin lâcha quelques informations intéressantes. Faisant allusion au léchage de cul, il exprima que le corniaud à qui appartenait ses terres et qu'il avait perdu suite à la mise en quarantaine du sceau gigantesque serait surement à l'aise à l'idée de se faire flatter. Donc, Arata en déduisit que le seigneur qui avait relevé Eisaku de ses fonctions n'étaient autre que le propriétaire terrien de la surface sur laquelle était apposé le sceau retenant Sanbi dans la terre.
Le kirijin au marteau souleva d'un coup celui-ci avec une aisance peu commune et commença à déblatéré sur sa condition. D'après lui, Arata ne pouvait rien pour lui ni même le big boss aux gros biscoteaux Inja. Devant la seigneurie, le ninja s'aplatit d'après lui. Leur droit de naissance accompagné des titres de leurs parents leur donnent absolument tous les droits, selon Eisaku. Bien sûr, le Meikyū qui se vouait à une future carrière politique et diplomatique était au fait de ses inégalités puis du pouvoir toujours plus grandissant des nobles de Mizu no kuni. Et là, le discours de l'ex-capitaine de la zone de quarantaine se transforma en un discours révolutionnaire. Le bougre parlait désormais de renverser l'armée mizujin, décidément ce pays était vraiment rempli d'idiots pensa un instant Arata. Le passé ne semblait pas faire écho dans l'esprit du juunin, un passé criminel et sanglant. A l'aube seulement de leur histoire, les kirijins étaient encore assoiffés du sang d'ennemi invisible. Pire, ils faisaient un transfert entre eux faisant de leurs frères civils des ennemis, alors qu'ils devraient œuvrer ensemble. Le genin regardait son supérieur s'égosiller d'un air impassible, il écoutait avec attention chaque mot de l'homme qui s'enfonçait un peu plus vers la trahison.

La nature première d'Arata était d'aider les gens, il avait un cœur plutôt pur et bon, mais malheureusement la folie soudaine d'Eisaku allait lui servir. Jusqu'ici le Kimura n'avait lâché qu'une information capitale, mais peut-être en lâcherait-il d'autres ? Le laisser parler semblait une bonne solution pour en apprendre plus. Pourquoi couper dans son élan un homme qui avait tant besoin de s'épancher sur son triste sort et sur le triste sort qu'il imaginait pour Mizu no kuni à cause de la condescendance de la haute société du pays de l'eau ? Au meilleur des cas, il révélerait d'autres informations utiles ou bien il serait entendu par l'armée mizujine et ceux-ci révéleraient leurs intentions à l'égard des kirijins et au pire des cas il n'apprendrait rien de plus...

Néanmoins, l'idée de voir débarquer les soldats de la seigneurie de l'eau et les voir mettre aux arrêts Eisaku inquiétait le genin par pure solidarité kirijin. Peut-être le clamerait-il dans un moment ? Le membre du clan des sceaux se tenait prêt à intervenir si tant est que le raffut causé par Eisaku soit entendu et mal pris par les nouveaux arrivants...


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t5189-meikyu-arata-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5328-equipe-9-shinpuu-vent-nouveau-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t5683-meikyu-arata-carnet-de-bord

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE Empty
Mar 27 Aoû 2019 - 20:41
En apprenant que l'Émissaire de l’Eau n’est pas à l’abri de sa tente tu improvises la jeune demoiselle aux expressions doucereuses pour tenter d’amadouer ces messieurs les gardes, dont le visage se fige par professionnalisme, en tentant de ne pas succomber à tes charmes. Et du charme tu n’en manques pas malgré tes airs froids, et la méfiance que tu nourris à l’accoutumée vis-à-vis des gens que tu rencontres la première fois, tu n’as d’autre choix que d’improviser afin de passer cette sécurité imperméable entre toi et les informations que tu désespères d’obtenir pour la mission qui vous a été initialement confiée. Celui qui t’a répondu à l’instant te fixe des ses pupilles évidées de toute empathie, toujours avec ce dédain à l’égard des shinobis - et tu ne fais pas exception, il se retient presque de te dégager de sa vue d’un coup de pied, comme on chasserait une vermine de son jardin.

Bon puisque tu ne comprends pas les mots, on va utiliser un langage que tu connais bien? Je vais t’apprendre à fouiner ailleurs ninja de mes deux.

Il fait un pas dans ta direction avant que son camarade ne saisisse son bras, tentant de calmer ses ardeurs.

Attendez Chiko-san. On ne devrait pas chercher de problème avec les shinobis de Kiri.

Tu crois que le seigneur dirait quelque chose pour une petite claque? Non je crois pas.

D’un geste ferme, il dégage le bras de l’autre garde l’empêchant de faire un faux pas.

J’ai entendu dire que leur Mizukage est plutôt du genre violent, qu’il invoque des rhinocéros géants et qu’il a failli détruire le village de sa propre main. Vous pensez qu’il laisserait passer un outrage pareil? Il est sûrement aussi impétueux que vous, voire plus.

Hum…

Il reprend un air plus serein, grognant avec acquiescement à ces propos. Leur dialogue se termine, tandis que le garde qui t’a apparemment épargné une baffe te regarde avec une certaine bienveillance, son air jeunot et candide contraste avec la rudesse quinquagénaire de son confrère qui semble t’ignorer à présent, même si rien ne dit qu’il pourrait à tout moment réagir agressivement comme il vient de le faire.


Pardonnez-moi mademoiselle, ce que mon ami veut vous dire, c’est que notre patron n’est pas ici.

Le jeune garde dont les mèches blondes dépassent son casque laissant apparaître son visage, il te fait un sourire angélique avant de pointer du doigt l’entrée du sceau, solidement gardée.


Essayez là-bas, je crois que je l’ai vu partir dans cette direction.

Insister davantageDemander à entrer quand même

Retenter une entrée, mais plus discrèteSe frayer un autre passage

Mettre une tannée au garde qui t'a menacéeÇa lui apprendra...

Rejoindre la zone du sceauLe seigneur doit être là-bas

Retrouver le reste de l’équipeFaire le point sur les informations



Comptant toi aussi sur la coopération des soldats mizujins - peut-être auras-tu un peu plus de succès, tu estimes que malgré la proximité que tu pourrais avoir avec des semblables ninjas, ils ne te seront pas plus utiles que les hommes de main du seigneur lui-même. Après tout, qui est mieux renseigné sur les activités de cet homme mystérieux que ceux qui le servent? Des bruits, des rumeurs ont sûrement circulé, et sûrement qu’ils ont des informations bien plus fondées encore. C’est pourquoi tu défies les préjugés et tout le dégoût que tu pourrais ressentir à leur égard - un courage qui est tout à ton honneur, et décides de traverser le pont qui sépare ces deux mondes, faisant preuve d’aménité plutôt que d’hostilité, tu joues le jeu de la sincérité innocente ce qui ne manquerait pas de séduire les plus réceptifs des mâles face à toi. Interrompus en plein milieu de leur conversation animée, alors qu’ils riaient à gorge déployée, tu te mets à leur hauteur malgré les trois têtes qu’ils font de plus que toi, en t'apercevant ils se fondent dans un bref silence… Et toi ignorant s’ils se montreront à l’écoute - juste pour avoir l’occasion de te reluquer de plus près, ou bien te répondre simplement sans idée déplacée derrière. Alors que tu sens le poids des regards se poser sur toi, l’un d’entre eux relance la conversation face au malaise que tu as provoqué, rien de plus normal quand un étranger débarque dans un groupe de copains.

Euh… des informations sur le sceau? Il y a rien à savoir à part qu’il a été passé sous le contrôle de la seigneurie. Après j’ai cru entendre qu’il a embauché une équipe d’architectes sur le coup, ils sont en train de quadriller la zone… Pour construire quoi, je n’en ai aucune idée.

T’imagine s’il cherche à se bâtir un palais dessus? Le fou.

Comment tu parles du Seigneur Ueda toi? C’est toi le fou.

C’est pas comme si je l’avais insulté, je trouve juste que c’est légèrement peu recommandé de construire quoi que ce soit, on sait jamais quand la bête va se réveiller.

T’y crois vraiment ? On m’a parlé d’une bête à trois queues, une sorte de tortue cyclope faisant la moitié de l’île. Plus j’en entends parler, moins j’ai l’impression qu’elle existe.

Et les dégâts de l’île les villageois l’ont inventé aussi? Et ces gros cratères laissés par les pattes du monstre?

Ne trouvant rien à lui répondre, le soldat sceptique se contente d’un souffle du nez pour contenir sa frustration. Puis ils reprennent la discussion en évoquant les nombreux témoignages récoltées auprès des sinistrés - des exagérations diverses et variées allant de la bête dont la taille touche le soleil et des absurdités sur ses pouvoirs, ils dévient alors du sujet initial dans lequel tu les as lancé, en ne faisant plus attention à toi.


Les interrompre de nouveau pour en demander davantageIls en savent peut-être plus?

Se rendre jusqu’au sceauAller vérifier les dires des soldats

Poursuivre le dessin du campementQuitter la conversation pour chercher d'autres indices

Rejoindre le reste de l’équipeFaire le point sur les informations



Frappant la table de son poing crispé par la haine le dévorant, il crie de toutes ses forces tandis que tu l’observes en silence, en prenant le contre-pied des tes habitudes babillardes, tu adoptes un mutisme vigilant.

Oser m’humilier devant mes hommes comme ça. Il va le payer.

Ne faisant pas attention à ce changement d’attitude de ta part, Eisaku poursuit dans sa lancée, enchaînant les phrases dans sa longue complainte face à l’autorité. Tu le vois reposer son marteau, le soulever de nouveau, marcher dans une direction puis l’autre, grommelant dans sa barbichette des menaces que seuls vous deux pouvez entendre. Après quelques minutes à se défouler émotionnellement, il considère enfin ta présence et te dévisage avec perplexité. Reprenant graduellement son calme et contrôlant sa respiration, il esquisse un sourire complice dans ta direction.

Ok le schtroumpf à lunettes, t’sais quoi? J’ai un plan. Comme t’es un petit intello bien fayot, tu vas m’aider convaincre le facho de me redonner les droits sur le sceau. Si tu réussis, je vous donnerai toutes les informations dont vous avez besoin toi et ton équipe.

Il se gratte pensivement le menton, quelque chose lui revient maintenant. Sûrement une donnée essentielle en rapport avec votre mission.

Et tant que j’y pense… tu saurais si la brune est avec quelqu’un? Je veux dire… en couple? Parce que…

Il lâche alors un long sifflement admiratif.

...qu’est-ce qu’elle est canon. Bon l’autre un peu jeune pour moi je veux pas avoir de problème avec la Kenpei.

Suite à cette parenthèse inutile, il s’étire et s’apprête à sortir de sa tente.

Accepter le deal C'est un abruti mais il a un bon fond

Refuser et aller convaincre le seigneur sans son aideIl risque de tout faire foirer

Refuser et le laisser se débrouillerS'il dérape au moins je ne serai pas impliqué

Rejoindre le reste de l’équipeFaire le point sur les informations

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

[B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau :: Sceau du Dieu de l'Eau
Sauter vers: