Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Le Soleil Couchant d'Iwa [Libre]
Zénith [Equipe #04] EmptyAujourd'hui à 21:14 par Chinoike Katsuko

» Galerie d'Aimimi | Commandes ouvertes
Zénith [Equipe #04] EmptyAujourd'hui à 21:12 par Chiwa Aimi

» Nagamasa Fujin
Zénith [Equipe #04] EmptyAujourd'hui à 20:16 par Nagamasa Fujin

» Here comes the puppy [solo]
Zénith [Equipe #04] EmptyAujourd'hui à 18:58 par Konran Tenzin

» 05. Demandes d'apprentissage
Zénith [Equipe #04] EmptyAujourd'hui à 18:56 par Chinoike Katsuko

» Résolution [Libre]
Zénith [Equipe #04] EmptyAujourd'hui à 18:48 par Chinoike Katsuko

» Sendai Gon
Zénith [Equipe #04] EmptyAujourd'hui à 18:08 par Sendai Gon

» Sur la Plaine aux Anonymes
Zénith [Equipe #04] EmptyAujourd'hui à 17:17 par Kyouran Takeru

» Un endroit tranquille [U. Sazuka]
Zénith [Equipe #04] EmptyAujourd'hui à 15:57 par Uzumaki Sazuka

» Le départ explosif
Zénith [Equipe #04] EmptyAujourd'hui à 14:52 par Narrateur

Partagez

Zénith [Equipe #04]

Date Junko
Date Junko

Zénith [Equipe #04] Empty
Jeu 18 Juil 2019 - 18:51

Le soleil était déjà haut, très haut dans le ciel. Il baignait tout le village de sa chaleur, dardant ses rayons sur tous. Les travailleurs les plus acharnés suaient à grosses goutes sur les pavés, comme des bêtes de somme dans les tranchées des labours. Mais à part ces quelques ouvriers opiniâtres, le village était comme mis en suspens, plongé dans la torpeur de l'été, anéanti par la chaleur qui pesait lourd sur tout un chacun et qui achevait de persuader les Kirijins que, par ce temps, il valait sans doute mieux se reposer que de risquer sa santé à trimer. Ainsi, tout le monde se confortait dans une forme de paresse douce, et Kiri se calfeutrait dans l'ombre, attendant le soir et sa fraîcheur pour reprendre vie.

Junko ne faisait pas exception à la règle. On arrivait au milieu du jour, et elle n'avait pas encore quitté son petit appartement. Depuis qu'elle avait cessé de fréquenter les lieux de plaisir, c'était son seul foyer. Perdu dans ses draps légers, elle commençait à étouffer. L'appartement n'était pas grand, et il s'était ampli au fil des heures d'un air de plus en plus chaud, de plus en plus suffoquant. Il était maintenant insupportable. Junko s'extirpa, nue, de ses draps. Elle se lava rapidement d'une eau fraîche qui lui fit le plus grand bien, et s'habilla en vitesse. Elle ne manqua pas de nouer à son bras gauche son bandeau de shinobi, dont la plaque de métal était moite de chaleur. Ceci fait, elle s'échappa de l'appartement, et laissa là son étuve.

Elle ne sortait pas uniquement pour fuir le micro-climat de son logement. Voilà plusieurs jours qu'une idée lui trottait en tête. La dernière fois qu'elle avait quitté Aditya, elle n'avait pas exactement été très démonstrative dans sa motivation en vue d'une seconde rencontre. Et elle n'avait pas reçu de nouvelles de son sensei depuis. Elle ne pouvait pas le blâmer, ne lui ayant elle-même envoyé aucun signe de vie. Pour tout ce qu'elle en savait, Aditya aurait tout aussi bien pu être mort sans qu'elle en apprenne jamais rien. Cependant, dans la mesure où ils formaient à présent une équipe - à l'effectif significativement réduit, il est vrai - il lui semblait nécessaire d'aller aux nouvelles. Et puis, elle ne voulait pas rester dans la sorte d'impasse qu'elle avait elle-même créée.

Elle savait où trouver Aditya. Sans qu'elle se rappelle exactement où, ni comment, il lui semblait que quelqu'un avait déjà mentionné son nom en rapport avec celui d'un vieux temple, dans lequel elle n'avait jamais posé le moindre orteil, et qui lui semblait aller parfaitement avec son sensei. De ce qu'elle en savait, le lieu était austère, froid, et rempli de moines tout aussi peu attrayants. C'est néanmoins vers ce bâtiment qu'elle dirigeait ses pas, battant le pavé avec une détermination certaine. Elle avait l'impression que chaque entrevue avec Aditya était comme une sorte de combat, et chaque combat demandait une certaine détermination pour être mené à bien. Elle n'était pas du genre à se laisser faire.

En effet, le bâtiment n'était pas des plus fringants. Elle y ferait vite tache, au milieu des moines, toute vêtue qu'elle était de sa tunique écarlate aux motifs floraux d'or, d'azur et de pourpre. Elle s'en fichait pas mal. Même, c'était elle qui regardait avec une certaine hauteur ces religieux à la mine triste, ascétique. Elle ne comprenait pas comment on pouvait s'infliger une existence si morne. Et pourtant, il lui semblait bien desceller dans le regard de certains une certaine concupiscence, voire même une lueur lubrique ... Les femmes ne devaient pas se bousculer aux portes du temple, sans doute. Et les femmes de la trempe de Junko encore moins.

Elle s'arrêta devant l'un de ces bonzes, à l'air particulièrement illuminé, et le toisa avec hauteur.

"Toi, moine ! Tu seras bien aimable d'aller me chercher Aditya. Je suis sûr qu'il est ici. Dis-lui que son élève l'attend, et qu'elle n'est pas patiente."

Pendant une fraction de seconde, il sembla que le moine allait répliquer, mais un seul regard de la jeune femme suffit à lui faire ravaler sa réponse. Il se contenta d'un salut bégayant, et partit dans les profondeurs de l'édifice.

Finalement, Junko n'était pas si différente. Egale à elle-même, en quelque sorte. Aditya n'avait qu'à bien se tenir.


_________________
Zénith [Equipe #04] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Zénith [Equipe #04] Empty
Jeu 18 Juil 2019 - 20:28
Zénith

ft. équipe 4 ; Date Junko


Été 203, Temple Seidou, village de Kiri.

Des mouvements fins d’un pinceau, mais pourtant empreints d’une infinie précision traçaient les dédales rugueux d’une poterie brisée, glissant sur les contours de chaque débris avec attention. Ils laissaient dans leur sillage l’éclat de reliures dorées, dont la profonde pigmentation ne trouvait de semblable que dans les mèches sauvages de leur manieur. La mixture délaissée par la houppe, bien que liquide, ne s’effondrait au-delà d’aucun dédale et demeurait en place, patientant jusqu’à l’arrivée d’une de ses consœurs jusqu’à ce que finalement, un second morceau portant les mêmes stigmates soit pressé contre son flanc. Et tandis que l’outil boisé retrouvait la paix au creux d’un bol parsemé des mêmes reliefs, une paume s’éprit de cette effigie d’argile, tandis qu’une autre se relevait sous un mudrâ simple, faisant danser des flammes éphémères au cœur de la première. Leur caresse languissante réchauffait avec parcimonie cet union de terre cuite, afin de sceller sa réparation dans l’or de leur plâtre.

Un sourire fin naquit sur les lèvres de ce jeune homme, dont l’une des jambes s’était enfoncée dans l’eau fraiche qui tapissait l’étang du temple Seidou. En cette journée étouffante, elle ne pouvait que ravir ses sens agressés par la chaleur du soleil qui trônait au zénith.

La poterie vint retrouver sa place, exemptée de tout fracas, aux côtés de son second genou replié. Les anciennes fêlures revêtaient désormais une lueur ocre et étincelante, trahissant un art qu’Aditya appréciait particulièrement. Mais alors qu’il se délectait de cette brise légère qui venait traverser le feuillage d’un saule pleureur, arbre majestueux siégeant en maître au sein du jardin intérieur de ce sanctuaire, une voix vint briser le silence à ses côtés. Ses pupilles azurées s’arrachèrent au confort de ses paupières et vinrent darder la silhouette de l’un de ses comparses, un bonze, visiblement en proie à l’agacement.

« Une femme t’attend à l’entrée du temple.
Une femme ?, demanda-t-il en extirpant sa jambe de l’eau, recouverte de fleurs de lotus, visiblement surpris.
Elle dit être ton élève. »

Les sourcils du blond se froncèrent, froissant du même temps la tâche rougeoyante qui trônait entre eux, bien qu'elle soit à moitié dissimulée sur les mèches qui retombaient sur son front. L'une de ses paumes vint prendre appuis sur les lattes de bois vernies avant qu'il ne se redresse, faisant face au moine. Et bien que de nombreux questionnements dansaient dans son esprit, les traits de visage demeuraient peints par l'accalmie.

« Je vois, merci. »

L'homme lui répondit d'un bref hochement de tête avant de retourner à ses occupations. Quant à Aditya, il dardait du regard l'extérieur du temple, où il pouvait distinguer les mouvements singuliers d'une étole écarlate dont les dorures ne passaient pas inaperçues. Le souvenir de leur précédente rencontre revint hanter son esprit l'espace d'un instant, tandis que ses pas nus le guidaient vers l'entrée, traversant la salle principale en laissant ses poumons s'emplir de l'odeur boisée qui y régnait. L'une de ses mains vint s'emparer du bref morceau de tissu qui retenait la seule manche de son sari au-dessus de son coude – reliquat de son activité de plus tôt – avant de l'en détacher, laissant le tissu recouvrir l'un de ses bras en totalité.

Ses mouvements trouvèrent fin aux abords de l'esplanade couvert par l'ombre du bâtiment, la plante de ses pieds retrouvant le confort du bois, sans pour autant qu'il ne s'aventure au-delà dehors de cette « terrasse » soutenue par de nombreux piliers d’argile rouge. Les iris d’Aditya s’aventurèrent sur la silhouette de Junko, empreint d’une légère surprise fondue dans leur indifférence naturelle. De là où elle était, il était indéniable qu’elle était tout à fait à même de le voir aussi bien qu’il ne le pouvait, et pourtant, son apparence tranchait drastiquement avec ce à quoi il avait pu l’habituer. Ses cheveux blonds n'étaient pas noués bassement dans sa nuque contrairement aux instants passés au service de la Brume, tantôt dans cette maison close, tantôt sur ce terrain d'entraînement, au cœur du Complexe Shinobi ; bien au contraire, ils étaient laissés lâches et retombaient jusqu'au creux de ses reins. Peut-être étaient-ils légèrement en bataille, paré d'allures sauvages et doucereuses. Quant au tissu immaculé de son sari, il tranchait indéniablement avec les tenues plus officielles dans lesquelles Junko avait eu le loisir de le voir et trahissait, pour un œil ignorant, une quelconque appartenance à un ordre monastique auquel Aditya n'avait aucunement prêté serment. Mais c'était pourtant là l'allure la plus naturelle que l'on pouvait lui trouver, lorsqu'il ne s’acquittait pas de ses obligations envers le village ou l'hôpital. Lorsque sa voix s’éleva en réponse au silence, elle demeurait teintée de ce même calme qu’à l’accoutumée.

« Junko. », glissa-t-il en simple salutation. « J’ai cru comprendre que tu me cherchais, bien que ce soit étonnant de te trouver ici. »

Après tout, il ne lui semblait pas avoir mentionné ce sanctuaire devant elle, ni même qu’il y passait le plus clair de son temps. Néanmoins, au lendemain des événements du Dieu de l’Eau, il se doutait que l’anonymat qui l’entourait s’était érodé, si bien que bon nombre d’informations devaient circuler à son sujet, de bouche à oreille.



[invisible_edit]

_________________

_




Dernière édition par Aditya le Ven 19 Juil 2019 - 0:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Zénith [Equipe #04] Empty
Jeu 18 Juil 2019 - 22:36

Il était là. La surplombant depuis la terrasse de bois, soutenue par des pilotis d'argile rouge, il se tenait debout, enveloppé dans son curieux vêtement de moine, ses cheveux d'or coulant librement dans son dos. Il avait une allure assez imposante, depuis ces hauteurs, c'était certain. Mais Junko n'était pas du genre à se laisser impressionner par si peu. Elle connaissait Aditya, ou du moins certaines facettes de sa personnalité. Elle avait même réussi à le faire vaciller dans son mutisme, son indifférence. Sur ce point, elle était certainement allée plus loin que n'importe qui avant elle. Partant de là, elle ne pouvait plus être impressionnée par cette seule aura qui émanait de son sensei. Il en faudrait plus que ça.

Elle gravit de son pas élégant les quelques marches qui menaient à la terrasse de bois, se hissant au même niveau qu'Aditya. Elle attirait toujours autant les regards des moines, qui s'étaient faits de plus en plus curieux à partir du moment où ils avaient compris qu'elle était venue voir Aditya. Elle ne pouvait décemment ignorer ces dizaines d'yeux tournés dans sa direction. C'était comme une colonie de mouches observant une jarre de miel. Elle se demandait bien où s'arrêtait les voeux de ces moines, en voyant la nette lubricité qui luisait dans les yeux de certains d'entre eux. Aussi, légèrement agacée par les quelques voyeurs évidents, elle lança à l'adresse de la foule des religieux:

"Je ne serais pas étonnée que ça soit la première fois que vous voyez une femme dans votre temple miteux, mais si vous ne voulez pas faire sauter vos voeux de chasteté ou je ne sais quoi, vous feriez mieux de vous mêler de vos affaires."

Cette simple menace légère sembla ramener à la réalité bon nombre des moines, qui détournèrent aussitôt le regard, embarrassés pour la plupart et rougeoyant de honte. Comme elle semblait fragile leur foi, dès qu'elle se confrontait aux pulsions humaines ... Junko était bien insensible à une religion qui ne prônait que la privation et l'ascétisme. A choisir, elle préférait une divinité des plaisirs et de la joie. Surtout si ça devait faire des frustrés comme ceux-là ... Vu l'intensité de leur regard quand ils l'avaient reluquée, elle était prête à parier que les nuits pouvaient parfois être plus chaudes qu'il n'y paraissait dans les dortoirs monacaux. Enfin ...

Elle reporta son attention sur Aditya. Après tout, c'était pour le voir lui qu'elle s'était forcée à mettre les pieds dans ce temple. Elle passa sur sa froideur habituelle. Elle commençait à s'y faire, quand bien même elle l'irritait. Le souvenir de sa victoire sur son sensei lui rappelait cependant combien il était facile de le briser, en le confrontant à l'obstacle féminin.

"C'est vrai. Si je n'étais pas moi je serais aussi surprise de me voir ici. J'imagine que je dois faire tache dans le paysage. Vous avez tous l'air assez austères et franchement pas très en forme. Vous devriez sortir un peu de votre bicoque. Elle a une allure à donner des cauchemars ..."

Toujours commencer par appuyer sur quelques points qu'elle devinait sensible. Même si elle savait que ces petites piques ne seraient pas suffisantes pour énerver complètement Aditya, elles le seraient cependant suffisamment pour l'agacer, ne serait-ce qu'un peu. Et, sans vraiment trop savoir pourquoi, elle prenait un certain plaisir à l'agacer. Sans doute était-ce la satisfaction de briser cette coquille hermétique dont il s'enveloppait. Sur ce point, ils étaient parfaitement similaires ...

"Je ne suis pas venue pour profiter du paysage, de toute façon. Notre dernière entrevue ne s'est pas finie sur les meilleures notes, tu ne crois pas ? Alors, je suis venue remédier à ça. Après tout, tu es mon sensei, non ? Tu es censé m'apprendre des choses. Et pour l'instant, je n'ai pas appris grand chose, sinon que tu n'as rien contre un baiser à l'occasion ..."

Cette dernière pique, elle la destinait plus aux moines errants dans les parages, et qui écoutaient à coup sûr leur conversation. Quelques-uns tournèrent la tête dans leur direction, et elle s'empressa de les faire fuir d'un regard foudroyant.

Un point lui pesait, cependant, sur leur dernière rencontre. La lettre qu'Aditya lui avait proposée, avant qu'ils se séparent. Il avait dit qu'elle contenait des informations à son sujet, sur sa vie avant Kiri et dans Kiri. Elle avait refusé de la prendre, et l'avait laissée à ses bons soins, arguant qu'elle n'était pas intéressée par son contenu. C'était un mensonge. N'importe qui serait aguiché par une telle opportunité. Elle aurait pu en apprendre sur elle-même, peut être. Et surtout, elle aurait pu savoir jusqu'où remontaient les investigations de la Brume. Avaient-ils seulement conscience de son passé dans la clandestinité des geôles d'Asosan ? Et si oui, pourquoi n'avaient-ils pas agi pour démanteler les réseaux ? Pourquoi n'agissaient-ils pas maintenant ?

Par-dessus toutes ces interrogations muettes, une primait, qu'elle oralisa:

"Est-ce que tu l'as lue ?"

Pas besoin de mentionner de quoi elle parlait. Elle savait qu'Aditya était assez malin pour deviner de quoi il s'agissait. Et elle voulait savoir.


_________________
Zénith [Equipe #04] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Zénith [Equipe #04] Empty
Ven 19 Juil 2019 - 11:16
Ses iris se glissèrent sur chacun de ces visages attentifs et curieux, dont la jeunesse qui marquait encore les traits les poussaient à délaisser des œillades parfois avides et empreintes de volupté à l’encontre de la rougeoyante. Mais il ne pouvait pas leur en vouloir ; bien qu’il n’ait jamais éprouvé ce genre de besoin voyeur, il n’avait que trop bien été témoin de la nature humaine et de ses penchants. Quelqu’un comme Junko attirait indubitablement l’attention sur son sillage. Elle partageait ce trait de caractère avec Reikan, bien que leurs natures en soient bien différentes. Son intérêt quitta cette foule anonyme pour revenir se loger sur le visage de la jeune femme dont la silhouette l’avait rejoint au sommet de cette terrasse ombragée. La réplique qu’elle leur lança, à la fois acerbe et franche, lui arracha un léger sourire lorsqu’il fut témoin de leurs mines déconfites.

« Pardonne-les, ils viennent à peine de revêtir le nom d’apprenti auprès des moines de ce temple. J’imagine qu’il leur faut encore un peu de temps. »

Son regard se perdit dans la contemplation des murs du sanctuaire au grés des paroles de la demoiselle ; pour autant, ils paraissaient bien moins fauchés par le temps qu’ils n’avaient pu l’être à son arrivée au sein de la Brume, de nombreux mois plus tôt. De petites fissures tranchaient leurs pierres grisées lorsqu’ils n’étaient pas parés de feuillages sylvestres et rampants. Mais c’était précisément ce qu’Aditya appréciait en ce lieu ; à l’abri des regards, reclus, et d’une aura si mystérieuse et hors du temps. Il se plaisait dans une atmosphère si familière, une de celles qu’il portait dans son cœur, semblable à celle qu’il avait laissé aux confins de la Forêt Millénaire. Le sanctuaire était loin d’être aussi austère et cauchemardesque que le portrait dont lui peignait Junko. Elle aurait pu le découvrir, si tant était qu’elle osait poser un pied à l’intérieur et se laissait porter au grès du véritable joyaux que rescellait ces lieux ; le jardin intérieur, où l’ascèse peignait d’or les cicatrices d’argiles, encore quelques instants plus tôt.

« Les choses sont parfois plus profondes que tu ne le penses. Un coup d’œil ne suffit pas à juger d’un être, encore moins d’un édifice tel que celui-ci. »

L’expression d’Aditya se durcit en entendant l’écho des dernières paroles de la jeune femme se réverbérer dans son esprit, paraissant visiblement peu prompt à ce qu’elle travestisse autant ses réactions et envies. Si elle l’avait surpris à leur dernière rencontre en dérobant ses lèvres, bien que ça n’eut été que dans l’unique but d’y glisser un poison léger, il ne la laisserait pas faire de cela une habitude entre eux, encore moins une plaisanterie malsaine ; car après tout, elle demeurait son élève. Le blond ne s’était pas encore assez entiché d’elle pour bafouer ainsi ses principes. Sa voix se fit plus acerbe mais toujours couvée d’une douceur sous-jacente qui l’éloignait d’un quelconque dédain ou cruauté lorsqu’elle retentit de nouveau, afin réfréner ces amusements sous couvert d’une taquinerie partagée. Si elle était venue d’elle-même auprès de lui, cela ne pouvait traduire que sa bonne volonté ; ce n’était qu’une plaisanterie, glissée à l’encontre de ses pairs dont les oreilles curieuses trainaient aux abords de leur conversation. La jeune femme était sûrement bien plus au fait de la nature de son baiser qu’il ne pouvait l’être.

« Je ne suis pas l’un de tes habitués, Junko. Ne me traite pas comme tel. »

Et pourtant, son ton se fit plus doux et bienveillant lorsqu’il poursuivit sur ce chemin, maintenant que les apprentis récalcitrants avaient abandonné la contemplation des traits de l’écarlate.

« Cela ne devrais pas être quelque chose que tu donnes à la légère. Il y a bien d’autres manières d’empoisonner quelqu’un que d’user ainsi d’un geste dont l’origine tient davantage de la tendresse que du vice. »

Une ombre se glissa dans son regard, un air soucieux, trahissant ses réflexions passagères. Pendant un instant, elle lui eut semblé s’enfermer dans le silence, hésitante. Cependant, Aditya pouvait aisément comprendre que cela n’était pas lié à ses dires, une sensation qui ne tarda pas à se confirmer lorsqu’elle évoqua ,sous le gage une discrète complicité, la missive qu’il lui avait tendu et à laquelle elle s’était pourtant refusé la lecture.

« Non. »

Il laissa un instant sa réponse flotter dans le silence, comprenant que cela avait dû errer dans son esprit depuis leur dernière rencontre, avant de poursuivre sur le même timbre.

« La confiance ne se construit pas sur ce genre de choses, ou tout du moins ça n’est pas comme ça que je l’envisage. Elle se tisse grâce au temps et au fil des confessions que chacun se fait à l’autre ; si quoi que ce soit s’y trouve sur ton passé ou tes agissements au sein de la Brume, je préférerai que tu m’en parles de toi-même. Attendre que tu sois prête à le faire ne me dérange aucunement. »

Son regard vint dériver au cœur de ses prunelles ambrées afin qu'il atteste de toute l'honnêteté qui berçait ses paroles. Aditya ne trouvait aucun intérêt dans ces relations stériles voguant aux berges de quiproquo et de curiosité malsaine. Il n'était pas un homme qui se complaisait dans les mêmes comportements vils que ceux qu'elle avait pu côtoyer jusqu'ici ; elle s'en rendrait compte bien assez tôt au gré de leurs échanges.

« Néanmoins si tu souhaites la récupérer, je pourrais te la remettre plus tard. »

Ses pas s'éloignèrent de la rougeoyante en retraçant les lignes lambrissées de cette terrasse en l'invitant à le suivre d'une œillade, jusqu'à une arrière cours où les moines se faisaient moins présents. Elle n'était ponctuée que d'un puis où trônait contre ses pierres froides un seau boisé, seul symbole surplombant cette esplanade.

« Je peux t'apprendre à te défendre, si tu le souhaites. Quelle est ton affinité primaire ? », demanda-t-il en l'observant en coin avant de stopper sa marche.




_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Zénith [Equipe #04] Empty
Ven 19 Juil 2019 - 12:08

Il ne l'avait pas lue. Et ses arguments étaient convaincants. Ca lui faisait mal de l'admettre, mais Junko était assez d'accord avec lui. Elle ne considérait pas non plus qu'une relation de confiance pouvait s'établir sur la base de découvertes qui tenaient plus de l'investigation que de la réelle recherche sociale. Quel bien pouvait-il y avoir à se renseigner aussi bassement sur celui qu'on espérait faire son équipier ? Elle s'estimait libre de dissimuler et de divulguer les informations qu'elle souhaitait à son sujet, et elle reconnaissait le même droit à Aditya. Après tout, une relation ne se construisait pas seulement à partir des choses que l'on dit, mais aussi - et peut être surtout - sur le base de celles que l'on ne dit pas.

Pour le reste, les paroles d'Aditya l'avaient blessée. Elle ne savait pas si elle était allée trop loin dans sa provocation, si elle avait touché un point particulièrement sensible ou tout simplement si elle était elle-même trop susceptible, mais elle s'était sentie attaquée par les sermons de son sensei. Elle le suivit sans rien dire jusqu'à l'arrière-cour plus intimiste. Mais elle ruminait ses mots. Si elle s'était écoutée, elle lui aurait volontiers envoyé une gifle en pleine figure. Mais elle savait que ce n'était pas la bonne méthode à adopter avec Aditya. Il ne réagissait pas aux blessures physiques. C'était un homme d'esprit. Du moins, elle le voyait comme ça.

"Juste une petite mise au point avant qu'on passe à l'entraînement, hm ?"

Elle sentait une certaine rage bouillir dans ses veines, et courir dans son sang au rythme effréné de la colère. Elle avait été piquée au vif, et elle n'allait certainement pas se laisser souiller de la sorte, encore moins par Aditya. S'il y avait bien une personne de laquelle elle n'acceptait aucune remontrance, c'était lui.

"Ne viens jamais, jamais, me dire que je vois les choses superficiellement. Je suis tout à fait capable de reconnaître un masque quand j'en vois un, et je sais combien ils peuvent être trompeurs parfois."

Sur ce point, elle avait on ne peut plus raison, étant elle-même adepte de la chose. Elle pensait d'ailleurs qu'Aditya l'avait compris ... Peut être s'était-elle trompée, finalement. Peut être sa clairvoyance n'était-elle pas aussi efficace que ce qu'elle s'était figuré.

"Ensuite, tu apprendras que je ne t'ai jamais traité comme un de mes habitués. Tu ne sais pas comment je traitais les clients qui venaient acheter mes plaisirs. Tu me prends peut être pour une de ces banales filles de plaisir, qui offrent leur chair à des inconnus pour le seul prix de l'argent ? Honte sur toi !"

Aucune insulte n'aurait pu la toucher plus vivement que celle-ci, peut être. Elle connaissait ces filles, pour les avoir fréquentées dans les établissements qui l'avaient hébergée. Elles étaient vaines, corrompues par leur misère. Elle n'était pas comme elle.

"Jamais un seul de mes clients ne m'a touchée. Certains hommes s'y sont essayé, et ils y ont perdu leur main, ou leur vie. Je sais le prix d'un baiser, et c'est bien pour ça que j'en fais mon arme. Un baiser, c'est tout ce que l'on attend d'une fille comme moi, avec un joli minois. On veut mon corps, on le désire. Il n'y a pas d'amour dans les baisers que l'on veut me voler. Et il n'y a pas plus d'amour dans les poisons que je façonne."

Pendant qu'elle parlait, son regard était resté fiché dans celui d'Aditya. Ses yeux brillaient de l'éclat de l'or le plus froid, le plus glacé. Il réclamait de l'honnêteté, elle lui en donnait. Elle lui livrait le fond de sa pensée, et sa pensée bouillait d'ardeur.

"Voilà qui je suis. J'utilise les armes que l'on pointe sur moi, et je retourne le désir des mauvais hommes contre eux, parce que leur amour n'existe pas."

Elle avait été sur le point de dire que l'amour lui-même n'existait pas, mais elle se reprit. Il n'était pas lieu de s'épancher en de tels atermoiements. Elle le pensait, néanmoins. Elle avait souffert plus que de raison, et tout son monde n'avait été qu'hostilité. Pour elle, l'amour ne pouvait exister, car il n'était jamais venu à elle.

"C'est dit, n'en parlons plus. Et pour te répondre, mon affinité est le Dôton."

Elle en avait assez de deviser sur des considérations abstraites. Elle voulait justement éviter cela, en venant chercher Aditya, et voilà qu'elle s'était plongée dans le débat à pieds joints ... Quelle sotte elle faisait. Et comme elle honnissait cette tension qui s'installait comme de nature entre eux deux.


_________________
Zénith [Equipe #04] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Zénith [Equipe #04] Empty
Ven 19 Juil 2019 - 22:26
Aditya observait la jeune femme, les yeux arrondis par la surprise. Sa silhouette s’était retournée face à elle, un air estomaqué s’installant sur ses traits avec douceur alors qu’elle libérait la fureur qui dansait dans son cœur, un feu dont il avait alimenté les braises sans avoir connaissance de leur existence. Pas une fois il ne rompit le flot de ses paroles, trop abasourdi, peut-être même affligé que ses dires avaient pu résonner chez elle d’une si terrible manière. Son esprit fut envahi d’un sentiment lourd, lorsqu’elle évoquait ainsi son propre corps, comme résignée à l’idée que l’on s’attendait à ce qu’il ne lui appartienne pas et que d’autres en disposent selon leurs plaisirs humiliants. C’était peut-être là même que le blond l’avait blessée ; de penser qu’elle n’était pas maîtresse de ses actes. L’étonnement s’effondra peu à peu de son visage dérobé à cette indifférence extérieure, ne serait-ce qu’un moment.

« Ce que je voulais dire par là… C’était que tu ne considères pas que j’attendes quelque faveur que ce soit de ta part. Quand tu as abordé le sujet, que je n’étais pas contre… Je souhaitais simplement m’assurer que ces taquineries n’étaient que ce qu’elles étaient, et que tu ne penses pas que tu me doives quoi que ce soit de ce genre là. »

Le reste de ses pensées s’évanouit à la lisière de ses lèvres alors que son regard se voilait, presque fuyard. Ces mots qui s’étaient voulu rassurants, bien que porté par l’ombre d’une réprobation, s’étaient mués en jugements amers auprès de sa comparse.

« Mais je suppose que je l’ai formulé d’une manière un peu gauche étant donné qu’il s’agissait là d’une situation nouvelle, pour moi. Pardonne-moi si j’ai été rude envers-toi, ça n’était pas mon but. »

Un silence s’installa entre eux sans qu’Aditya ne le brise avant de longues secondes. Ses iris étudiaient les émotions passagères qui assaillaient le visage de l'écarlate, roulant sur les courbes de ses joues empourprées par la colère et s’échouant finalement au creux des ambres luisantes, vecteurs de chaque affliction la traversant. Et quand bien même leur échange ne fut que fugace, il revêtait un goût bien plus amer que ses précédentes œillades.

« Jamais je n’aurai osé te manquer de respect de la sorte. A toi, ou à qui que ce soit d’autre. »

L'ascèse finit par détacher son regard de l'écarlate en laissant derrière lui une saveur d'inachevé. Bien d'autres mots auraient pu se joindre à ses excuses et à ses explications ; combien elle avait tort de se considérer ainsi, de penser que chacun ne pourrait se plaire à sa simple compagnie sans y desceller un désir perfide, à s'enfermer dans ces pensées néfastes. Mais il ne dit rien ; cela n'était pas son rôle. Sa vie avait été rythmée par une indifférence dont la lueur qui dansait dans son regard demeurait d'un profond intérêt, une chose suffisant à l'éloigner de l'apathie que l'on lui prêtait à première vue. Cela ne changerait pas aujourd'hui.

Le dos tourné, le visage fermé, Aditya réverbérait tous les airs d'un homme blessé ou bercé par la honte. Et pourtant, il ne l'était pas. Seule l'incompréhension dominait son être, comme elle s'était éprise de lui au cours de son enfance passée à arpenter le monde, à chercher à comprendre les hommes et leurs volontés. A contempler cette vie s'écouler devant lui, avec ses joies et ses tristesses sans qu'il ne distingue l'utilité de ces émotions de cette foule anonyme, dissimulées telles des éclipses à leurs prunelles insouciantes. Observer sans se joindre à la foule, afin d'entrevoir ces relations humaines dans leur plus caractère le plus essentiel. Elle ne le quittait jamais réellement, mais le poids de cette exclusion, de cette appréhension, revint hanter ses épaules, bien plus lourde qu'à l'accoutumée.

Sa voix, juste et impassible, retentit à nouveau sans que ses mouvements ne se teintent d'attention à l'égard de la rougeoyante. Un air sérieux s'inscrit dans chacun de ses gestes, alors qu'il tranchait ce silence monotone de paroles distancées des récents événements. Il n'était plus question de confessions, ni de cette colère qu'éprouvait Junko, ou de cette sensation languissante de ne pas appartenir à ce monde qui tiraillait son échine. Seule sa soif d'apprendre et de devenir une kunoichi accomplie devait demeurer en ces lieux.

« Quand tu seras sur le champ de bataille, tes poings et tes réflexes ne suffiront pas à te défendre de tous les assauts. Certains ne pourront être contrés qu’’avec l’aide d’une barrière, qui ferait corps entre toi et lui ; parfois, il s’agit tout simplement d’une technique élémentaire. »

Dans un geste aérien, ses paumes vinrent se lier l'une à l'autre, ses doigts s'entrelacer dans un mudrâ unique. Dans l'écho sourd de son chakra glapissant, la terre vint se fendre, se craqueler en laissant les vignes émerger de leur prison tellurique, se muant en des troncs fiers et résistants. Un rempart sylvestre s'était dressé devant l'ascèse, dont le sommet se recourbait avec légèreté, comme pour protéger un être absent des agressions venant du ciel.

« As-tu déjà essayé d’ériger un mur comme celui-ci ? Si oui, j’aimerai que tu m’en fasses une démonstration, auquel cas je pourrais t’apprendre les bases du Ninjutsu avant que l’on ne commence. »

Ses iris éthérés ne revinrent pas un fois s'arrêter sur la silhouette la jeune femme depuis leur départ, lui qui avait tant l'habitude de les darder sur ses vis-à-vis, tant pour les étudier que pour les contempler. Et pourtant, sa stature était d'une droiture indéniable, trahissant sa concentration et son efficacité. Les bras croisés, il semblait se délecter de la caresse de cette brise frivole qui hantait les abords du temple.

Peut-être voulait-il simplement lui éviter le poids de son regard.







_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Zénith [Equipe #04] Empty
Ven 19 Juil 2019 - 23:04

Elle aurait voulu lui dire qu'elle ne lui en voulait pas tant que ça. Qu'elle était même désolée de l'avoir ainsi agressé. Elle comprenait bien, à la lumière de ses explications, qu'il n'avait pas cherché à la blesser. Elle aurait voulu lui dire qu'elle était désolée. Qu'elle savait pertinemment qu'il n'attendait pas d'elle des faveurs qu'elle s'était refusée à donner même à ceux qui avaient cherché à les monnayer. Car elle savait qu'il n'était pas de ces hommes-là. Il était d'une valeur supérieure. D'une qualité supérieure. Ces hommes-là seulement étaient dignes de son intérêt. Et c'était bien parce qu'elle lui reconnaissait cet apanage qu'elle cherchait encore sa compagnie. Il avait la noblesse de coeur que les hommes lui avaient cachée. Elle aurait voulu lui dire qu'elle était désolée. N'en parlons plus ...

Elle se concentra plutôt sur la nouvelle tâche qui serait la leur: celle de la rendre plus forte. Il semblait qu'Aditya allait orienter l'apprentissage sur le domaine du Ninjutsu. S'efforçant de fixer ses prunelles d'or avec fermeté sur Aditya, elle le regarda frapper ses paumes, et faire émerger du sol avec une facilité déconcertante une muraille végétale. Dans un craquement grandiose, les troncs percèrent l'écorce de la terre et se déroulèrent dans toute leur robustesse en un véritable rempart de bois, protégeant Aditya du reste du monde. Il était fort.

Elle aussi avait des bases sérieuses en Ninjutsu, mais étonnamment elle n'avait jamais appris à pratiquer ce type de techniques. Pourtant, des défenses de ce genre se seraient à coup sûr révélées utiles dans les arènes d'Asosan. D'autant plus si elle pouvait les accomplir avec de la pierre, solide, dure. Combien d'ennemis se seraient brisé les dents sur ses boucliers de roche si elle avait seulement su comment les invoquer ... Elle se rendait compte du fossé qui restait dans ses connaissances élémentaires, et qui l'éloignait encore du commun des shinobis de Kiri. Elle n'avait pas reçu une formation académique, par conséquent ses connaissances en matière de combat étaient assez marginales.

Elle ne partait cependant pas de zéro. Elle savait manipuler son chakra, quand bien même c'était dans des formes différentes de celle d'un simple rempart.

"Je ne sais pas faire de mur de ce genre. Je sais modeler mon chakra, pour lui donner des formes diverses. Je sais changer la nature de mes poisons, les rendre liquides, gazeux ou solides. Mais je n'ai jamais essayé de mobiliser mon chakra Dôton pour m'en servir de mur de défense."

A vrai dire, elle ne savait pas vraiment façonner la pierre par son chakra. Elle était beaucoup plus habile à manipuler les poisons, qui étaient un élément beaucoup plus naturel pour elle, car elle l'avait beaucoup plus travaillé. On l'avait entraînée à tuer, pas à blesser, ni même à se protéger. Dans les arènes clandestines, la meilleure défense résidait le plus souvent dans l'attaque. Et du moment qu'elle était fatale, on ne cherchait pas à se prémunir contre d'autres assauts. Une armure était superflue pour le plus habile des assassins.

Le regard fuyant d'Aditya la gênait, plus qu'il ne la soulageait. Il la faisait se sentir plus coupable encore. Alors, maladroitement, comme pour le rassurer, elle lui donna un coup de poing très léger sur l'épaule, une bourrade amicale, sans pour autant parvenir à le regarder dans les yeux.

"Alors ... Tu m'apprends ?"


_________________
Zénith [Equipe #04] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Zénith [Equipe #04] Empty
Sam 20 Juil 2019 - 1:22
Un choc subtil vint frôler son épaule tandis qu’une demande glissée sur le ton de l’indulgence lui succédait, forçant ces orbes azurées à réveiller leur éclat au-delà de ces brins d’or qui roulaient sur ses courbes relâchées. Son regard arpenta les détours de sa main légèrement repliée, remontant jusqu’à l’orée de son coude, perdue dans les plis de ses vêtements, jusqu’à ce qu’il ne retrouve enfin le minois de Junko, non sans une certaine pudeur. Un sourire humble démêla son expression aux sentiments conflictuels devant ce geste, bien que les réactions d’Aditya demeuraient doucement distancées. Son buste revint faire face à la demoiselle alors qu’il rapprochait d’elle de quelques pas légers. Seule une enjambée les séparait, lorsque ses mouvements se stoppèrent à nouveau.

« Pétrir la terre à ton plaisir ne présente aucune différence avec tes poisons. Tout comme tu as appris à en changer la forme et la concentration, tes créations pourront se faire plus résistantes, moins effritées et leurs formes diverger au gré de tes besoins. L’une des seules choses opposant les deux maîtrises réside dans les signes que tu emploies à leur conception. Etant donné qu’ils te permettent de malaxer ton chakra, ils en déterminent également la nature. »

Une nouvelle fois, les paumes du blond se coordonnèrent, les souvenirs de leur affrontement sur les berges du Complexe refaisant surface dans sa mémoire en tentant d’y percevoir les réminiscences de ses gestes empoisonnés. Ses pouces et ses index se joignirent les uns aux autres jusqu’à ce que leurs homologues ne finissent de s’articuler sous une même forme triangulaire.

« Si je me souviens bien, c’est là l’un des mudrâ que tu as utilisé pour forger ton gaz, la dernière fois. D’ordinaire, il est d’avantage convoqué dans les techniques aériennes. Quant à la forme que revêt celui de ton affinité… »

Ses mains vinrent se poser sur celles de la rougeoyante après que, dans l’ombre d’une œillade, l’ascèse ne se soit assurée de son accord, partageant son souffle l'espace d'un instant. Sa dextre mouvait avec douceur les doigts de sa comparse afin qu’ils ne se lient sous le schéma qu’il avait démontré plus tôt, chacun entremêlés, poussant ainsi chacune de ses paumes à épouser le galbe de sa consœur.

« …Il s’agit de celui-là. »

Sa peau finit d’effleurer la sienne au son de ce murmure, la libérant ainsi de tout poids superflu. Peut-être s'y était-elle même attardée, quelques fragments de secondes de plus qu'elles n'auraient dû. Et pourtant, Aditya réitéra les mêmes gestes, muant ses mains sous le joug du signe du Serpent afin d’illustrer ses propos à venir, accordant quelques œillades à sa vis-à-vis afin de s’assurer que son attention demeurait fermement entichée à ses enseignements.

« Le Doton est l’affinité la plus facile à manipuler, puisqu’elle trouve sa source sur n’importe quel endroit du monde ; air et mer exclus. En un sens, cela te permet d’apprendre d’abord à mouvoir la terre déjà présente et de parfaire ta technique avant de ne passer à de la création pure. Tout ce que tu as à faire pour y parvenir, c'est de laisser ton chakra affluer dans le sol sous tes pieds et de le plier à ta volonté de la même manière que tu ne le fais pour tes poisons ; seulement cette fois-ci, il s'agira d'ériger une défense. »

Ses pas s'éloignèrent de la jeune femme dont la silhouette demeurait couverte par l'ombre des tuiles de bronze afin de se plonger à corps perdu dans l'auréole chaleureuse des rayons solaires. Sa position, quelque peu excentrée, désignait pourtant la zone adéquate à la formation d'une telle effigie : ni trop loin, ni trop près, elle permettait de tester la précision avec laquelle elle pourrait mener à bien un tel exercice en imposant une certaine distance à son chakra.

« Essaye de modeler le sol devant moi afin de créer un mur plus simple que celui-ci. Ne le crée par de toute pièce au premier essai, ce point arrivera plus tard. Si cela peut t'aider, imagine que ton flux provoque une poussée sismique, forçant la terre à s'élever vers le haut. »

Ses iris éthérées revinrent se plonger dans l'étude des mudrâ encore tenus de Junko, son air pragmatique se mêlant à une invitation encourageante, bien qu'elle demeure muette. Il l'en savait capable. Après tout, elle lui avait démontré bien d'autres talents équivoques. Déjà, l'atmosphère s'était faite plus apaisée : car si les éclats de voix de plus tôt avaient pu alerter, sinon inquiéter quelques-uns des moines du sanctuaires, leurs silhouettes se faisaient de plus en plus rares, les laissant à leur pédagogie.



_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Zénith [Equipe #04] Empty
Sam 20 Juil 2019 - 16:49

Junko observa attentivement les explications d'Aditya sur les différents mudras qu'elle avait utilisé en sa présence, et ceux qu'elle devrait utiliser à l'avenir pour façonner au mieux son chakra Dôton. C'était exactement le genre de connaissances qu'elle n'aurait pas pu acquérir d'elle-même. D'un certain côté, elle lui était reconnaissante de cet apprentissage. Elle se montra docile, se laissant même faire lorsqu'il lui manipula les mains, avec certes une légère maladresse - et s'était-il attardé plus que de nécessaire au contact de sa peau ou l'avait-elle imaginé ? - mais avec douceur. Elle avait mémorisé les nouveaux signes. Ils étaient simples. Et, comme il l'avait dit lui-même, son affinité était la plus facile à modeler car elle était présente partout. Elle n'aurait donc sans doute pas trop de mal à maîtriser cette nouvelle technique. Enfin, en théorie.

Rien ne semblait s'opposer en effet à ce qu'elle parvienne à modeler un mur de pierre avec habileté, tout habituée qu'elle était à malaxer son chakra lorsqu'il était question d'en faire de redoutables poisons. C'était sans compter sur le malaise léger qui s'était déjà installé entre Aditya et elle, et qui n'allait pas laisser son savoir-faire se développer avec toute la fluidité qu'elle aurait souhaité. Même le plus savant des artisans se trouvait démuni quand il ne parvenait pas à aligner son coeur et sa tête.

Junko se concentra, essayant de chasser toute pensée néfaste de son esprit. Elle sentit le chakra circuler dans ses pieds, sans vraiment y prêter attention, tant elle était habituée à cette sensation si singulière. Et son exécution des mudras, même si elle ne fit aucune erreur, se révéla maladroite et malhabile. Aussi, quand elle composa le dernier signe de la série, elle ne parvint à produire qu'une petite butte de terre qui atteint à peine les chevilles d'Aditya. Elle considéra avec un air pour le moins circonspect sa production. Elle ne s'était pas attendue à arriver à un résultat aussi lamentable.

"Euh ..."

Elle était pour le moins embarrassée. D'une part parce que son "exploit" semblait révéler qu'elle n'avait rien suivi des explications de son sensei - ce qui n'était pas vrai - et d'autre part parce qu'il ne révélait en rien ses véritables capacités, dont elle avait conscience et en lesquelles elle avait normalement confiance.

"... Je vais réessayer."

Il fallait qu'elle se reprenne. Sinon, elle n'arriverait à aucun bon résultat, et elle était certaine de condamner pour de bon cette nouvelle rencontre avec Aditya. Elle ferma les yeux, et inspira profondément. Elle se replongea dans l'atmosphère des combats, la seule à même de la motiver et de chasser ses idées parasites. Elle s'imaginait à nouveau dans les arènes d'Asosan, faisant face à un ennemi particulièrement redoutable. Elle sentait l'adrénaline couler dans son sang, stimulée par le souvenir de ces pugilats qui lui semblaient si lointains. Ses pieds fermement ancrés dans le sol, elle sentait cette fois pleinement le chakra circuler, d'abord dans ses pieds, puis remonter le long de ses jambes, puis dans son buste, et de là s'épanouir pleinement dans ses bras. C'était un chakra dur, amer, bien différent de celui toxique auquel elle était habituée.

Elle composa les mudras avec habileté, cette fois, presque machinalement. Plongée dans l'atmosphère d'un combat imaginaire, elle ne prêtait plus attention à ses erreurs, et les excluait même complètement de son champ de possibilités. Ses doigts s'entremêlèrent, se défirent, et s'accouplèrent à nouveau avec une précision parfaite. Quand elle apposa une dernière fois ses paumes l'une contre l'autre, elle rouvrit les yeux. Ses pupilles avaient repris leur teinte de métal froid, inhumain. Comme dans un réflexe, elle posa ses paumes sur le sol. Aussitôt, la terre se craquela devant Aditya, et de la légère fissure s'éleva un pan de roche. Massive, solide, la flèche de pierre se dressa jusqu'aux épaules d'Aditya.

Junko contempla son oeuvre, légèrement essoufflée - plus par le flux rapide de l'adrénaline dans ses veines que par le véritable effort. Elle était satisfaite. Aditya le serait-il autant ? Elle leva vers son mentor ses yeux d'or, dans une oeillade interrogatrice.


_________________
Zénith [Equipe #04] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Zénith [Equipe #04] Empty
Lun 12 Aoû 2019 - 21:57
Les iris d’Aditya observaient la silhouette de la rougeoyante avec attention, s’attardant sur chacun des mudrās que la demoiselle avait formulé ; et bien qu’il ne lui avait montré l’enchaînement qu’une seule fois, elle avait d’ores et déjà été à même de le reproduire dans le bon ordre, bien que ses gestes aient été teintés par les doutes et appréhensions des premières fois. Son regard s’aventura sur le léger renfort terrestre qui s’était élevé jusqu’à ses chevilles, un résultat qui était loin d’être décevant en soi – après tout, il avait rencontré quelques difficultés par lui-même lorsqu’il avait dû rattraper son retard dans les arts ninjas. Mais pour Junko, qui s’évertuait d’atteindre la perfection pour se protéger de remontrance ou de faiblesse, cela devait très certainement signifier un échec. Alors, le blond lui offrit une œillade encourageante ; elle ne devait pas se laisser arrêter par son ego, un sentiment qui lui était bien familier. Après tout, si elle avait été à même de reproduire cet enchaînement de signes, c’est qu’elle avait absorbé et surtout, compris ses enseignements.

« Fais-toi confiance, tu en es capable, Junko. », glissa-t-il avec un sourire humble.

De nouveau, l’ascèse l’observa refermer ses paupières sur ses deux orbes ambrés, gonfler son buste d’un air qui se voulait revigorant. Cette fois-ci, ses mudrās étaient portés par une assurance certaine, bien qu’une ombre froide avait dérobé l’onde imprécise qui s’était forgée dans son regard quelques instants plus tôt. Ses yeux se détournèrent de son visage pour contempler le mur de terre qui s’était fièrement dressé face à lui. Et bien qu’en apparence solide, Aditya pouvait discerner des grains effrités sur ses flancs, un signe avant-coureur que la résistance de cette effigie ne trônait que dans l’apparence extérieure. Sa paume se glissa sur le morceau de roche, palpant son aspect. C’était encore trop faible pour parvenir à la prochaine étape – celle de façonner le renfort qu’arborait sa défense boisée – mais c’était tout de même une amélioration certaine. Si Junko était parvenue à faire émerger une telle quantité de terre, il ne lui faudrait que quelques ajustements pour perfectionner sa technique. Son attention revint sur la jeune femme le temps d’une œillade, tandis que ses paroles reprirent leur flot naturel au travers d’un sourire dissimulé.

« C’est un bon début. Néanmoins, je crains que tu n’aies pas accordé assez de chakra à la terre. Ton mur est solide, en l’état – si rien ne le frappe, il demeurera en place sans aucun doute, peut-être pourra-t-il même parer quelques projectiles simples. Cependant… »

Son poing se para de cette aura émeraude propre à l’usage de l’Iroujutsu tandis qu’il le relevait à hauteur de buste, avisant l’effigie rocheuse avant de la frapper de plein fouet. La force du coup sembla résonner dans la totalité de la structure en désamoncelant la terre qui le composait, révélant les grains fragiles avant qu’ils ne s’échouent sur le sol, le mur détruit.

« Face à un coup comme celui-ci, ou à une offensive plus massive… Il ne tiendrait pas. »

Aditya ramena ses bras croisés sur son torse, ses talons se retournant face à la jeune femme.

« Essaye de recommencer, mais en usant d’un peu plus de chakra cette fois-ci. A partir du moment où il résistera à mon coup, je considérerais qu’il est assez puissant et nous pourrons passer à la suite. Je pense que tu devrais doubler ton apport, à vue de nez. », glissa-t-il sur un timbre de voix avenant.





_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Zénith [Equipe #04] Empty
Mar 13 Aoû 2019 - 10:19

Junko regarda le frêle ouvrage qu'elle s'était donné tant de mal à produire voler en miette sous un seul coup de son sensei. C'était vexant. C'était bien la peine de l'avoir sommée de créer ce monticule de terre si c'était pour le pulvériser tout de suite. Ainsi, elle observa la triste déchéance de sa production, qui, fragilisée dans ses fondations, s'effondra retomba comme un soufflé jusqu'à ne plus ressembler qu'à une bouse fraîche. Junko la considéra avec une indifférence extérieure, mais le coeur serré. Elle n'était pas habituée à l'échec, et détestait qu'on le lui fasse remarquer. Or, elle avait là sous les yeux la preuve irréfutable de son échec. Ainsi, à sa déception se mêlait peu à peu une colère sourde, qui commençait à lui devenir coutumière dès lors qu'elle était en présence d'Aditya. Décidément, cet homme avait un don pour lui mettre ses défauts - ou du moins ce qu'elle prenait pour ses défauts - en face de la figure.

"J't'en ficherai du bon début ..."

Par-dessus tout, elle détestait qu'on cherche à la consoler, ou à la materner. Ce n'était qu'une preuve supplémentaire de son échec. Elle était suffisamment indépendante et solide pour qu'on puisse s'épargner ce genre d'attitude à son égard, merci bien. Tout ce qu'elle avait à faire, c'était prouver à Aditya qu'elle était plus que capable de réussir à reproduire sa technique. Et de ça, elle était certaine. Au fond, il ne s'agissait que d'un exercice de Ninjutsu comme un autre. Elle avait déjà malaxé son chakra des centaines, des milliers de fois, et pour créer les formes les plus diverses avec son Dokuton. Manipuler le Dôton n'était pas si différent. C'était seulement le changement de perspective qui lui prenait du temps.

Forte de cette conclusion, elle se prépara à se remettre à l'ouvrage, essayant de chasser sa rancoeur à l'égard de son sensei. Elle lui décocha simplement un regard farouche avant de fermer à nouveau les yeux. Elle se concentrerait mieux sans l'avoir dans son champ de vision. A nouveau elle composa ses mudras avec habileté. Sur ce point-là, au moins, il n'y avait pas trop à redire. Puis, elle commença à malaxer son chakra. Doubler la quantité ? Ce n'était pas un problème. Elle mobilisa deux fois plus d'énergie que dans ses premières tentatives, et la travailla au corps, pour lui donner la densité qui avait fait défaut à son dernier essai.

Alors, le geste lui vint instinctivement: comme lorsqu'elle utilisait le Dokuton, elle fit refluer son chakra Dôton au niveau de sa bouche, et le libéra en en crachant un jet boueux. La terre s'écrasa au sol, formant une courte ligne devant elle qui ne tarda pas à s'agiter de sortes de bouillonnements. Et, en un clin d'oeil, un véritable mur de terre s'était élevé de lui-même, entre Aditya et Junko. Il était irrégulier dans sa forme - ça et là, quelques pans partaient comme des branchages sans grande cohésion avec l'ensemble - mais il semblait nettement plus solide que le précédent. Après tout, elle y avait mis bien plus de chakra ...

Légèrement essoufflée, elle attendit une remarque de la part d'Aditya. Elle ne pouvait pas le voir, puisque le mur qu'elle venait d'ériger faisant écran entre eux deux. Tant mieux pour lui: s'il s'était avisé de lui faire le moindre commentaire déplaisant, elle se serait empressée de lui envoyer un coup bien senti dans les valseuses. Qui ce mur protégeait-il, finalement ?


_________________
Zénith [Equipe #04] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Zénith [Equipe #04] Empty
Mar 13 Aoû 2019 - 12:34
A peine eut-il terminé d’accorder quelques précision à la rougeoyante qu’elle lui offrit un nouveau regard porté par l’amertume. Aditya retint un soupir, se contentant d’aviser ses faits et gestes sans les commenter ; après tout, Junko était une jeune femme bornée, et ce n’était pas quelques entrevues qui allaient changer cela – ou tout du moins, le temps devrait se faire son allié.

Cette fois-ci, il semblerait qu’elle se soit défaite de ses enseignements premiers ; au lieu de modeler la terre selon son bon vouloir, elle avait décidé de la créer par elle-même en crachant une coulée de boue entre eux… qui se mua en un imposant renfort terreux. L’un de ses poings vint se délier de son torse pour frapper quelques coups de phalange contre cette effigie dont les faces étaient bien loin d’être aussi poreuses que le précédent. Au contraire, la roche semblait compacte et à même de parer des offensives plus conséquentes qu’à l’accoutumée. Alors, une nouvelle fois, l’ascèse enroba son poing d’un chakra émeraude et porta un coup franc à ce rempart. Des fissures commencèrent à se propager depuis le point d’impact avec une rapidité déconcertante… avant qu’elles ne se stoppent par elles-mêmes. Le choc semblait avoir été amorti, bien que les crevasses planant à sa surface s’étendent en profondeur. Et il n’avait pas besoin de voir la silhouette de l’écarlate pour se douter qu’elle dardait sur lui un regard lourd de mépris.

« On dirait que ton mur a résisté, c’est bon signe. Maintenant, j’aimerai que tu recommences en imitant la forme de celui que j’ai créé précédemment. », glissa-t-il en s’extirpant de l’ombre du rempart.

Ses paumes se joignirent à nouveau entre elles sous le mudrā du Serpent, forçant sa précédente effigie de bois à s’écrouler sur elle-même. Celle-ci se démêlait, redevenant de simples troncs et branches épaisses qui revinrent prendre place au cœur des nombreuses racines qu’habitait le sol riche de Mizu.

« Dans ce cas-là, tu as deux options. Soit tu recrée ton mur comme tu viens de le faire puis tu y ajoute un second jet de boue que tu modèlera en léger arc de cercle pour t’entrainer à maîtriser la forme… », joignant le geste à la parole, Aditya fit naître une nouvelle effigie similaire à celle de Junko et usa de ses branches d’ores et déjà présentes pour former l’excroissance boisée à son sommet. « Soit tu le crée directement en prenant le risque que l’on retombe sur un échec au premier essai. Je te laisse le choix de ce côté. »

Le blond observait les réactions de Junko avec attention. Bien que sa proposition pût paraître innocente, elle détenait une portée bien plus grande que ce à quoi l’on aurait pu s’en tenir au premier regard. Il s’agissait de savoir si la rougeoyante était prête à sacrifier ce sentiment d’échec au profit de son égo : si elle choisissait la voie de la sécurité, cela signifiait qu’elle était d’avantage prête à l’écouter et à privilégier une aide extérieure à elle-même et à ne pas foncer tête baissée face à n’importe quel problème rencontré. Cependant, si elle s’engageait sur la voie de l’audace et qu’elle n’y trouvait que l’échec cuisant de son égo… la jeune femme se montrerait à nouveau réticente, peut-être même blessée par sa propre déconvenue. Peut-être aurait-elle-même honte d’avoir échoué, bien qu’elle ne devrait jamais ressentir une telle émotion pour ce genre de choses aux yeux de l’ascèse. Il lui faudrait déterminer quel apport de chakra offrit à sa création, quelle manière était la meilleure pour y parvenir ; si elle avait dosé son flux correctement pour un mur simple, qu’en était-il lorsqu’il s’agissait d’y ajouter une nouvelle donnée ? Mais cela, il lui faudrait en juger par elle-même.

Aditya était conscient que le caractère bien trempé de son élève ne s’évanouirait pas ainsi – et d’un côté, il espérait qu’elle ne changerait jamais cet aspect aussi fort et déterminé d’elle-même, c’était quelque chose qu’il respectait bien trop chez elle – néanmoins, si elle s’évertuait à s’enfermer dans un manteau de solitude sans accepter qu’elle pouvait apprendre et s’enrichir des autres êtres qui peuplaient ce monde… ses enseignements deviendraient bien plus difficiles à passer. La voie de shinobi était pavée d’échecs ; Junko n’y ferait certainement pas exception. Mais c’était là son rôle en tant que mentor ; lui prouver qu’il y avait parfois du bien à laisser quelqu’un d’autre mener la danse, pour mieux rebondir.


_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Zénith [Equipe #04] Empty
Mar 13 Aoû 2019 - 14:10

Junko eut un sourire narquois en entendant le poing d'Aditya s'échouer contre son mur, sans parvenir à le détruire. Elle avait réussi. Maintenant, elle pouvait s'isoler de son sensei quand bon lui chanterait, si jamais il devenait trop agaçant. Mais cette réussite ne lui suffisait pas: voilà qu'il réclamait à présent qu'elle prête attention à la forme de sa construction. Junko sentit une nouvelle bouffée d'agacement monter en elle, mais se contint. Elle se rappela qu'elle était venue voir Aditya dans l'optique d'adoucir leurs relations, et se raisonna en se disant qu'elle n'y parviendrait pas en lui crachant toute sa frustration au visage. Elle se contenta donc d'écouter ses consignes en inspirant profondément pour refouler ses pulsions.

Elle devait admettre que le façonnage d'un ouvrage précis était encore ce qui pouvait manquer à sa technique pour la perfectionner. Son mur avait tendance à s'éparpiller un peu sur les côtés. Et surtout, il ne présentait pas cette petite protection au-dessus de la tête qui pouvait mine de rien s'avérer assez utile, dans certaines situations. Junko imaginait déjà quel genre d'assaut pourrait la pousser à recourir à ce genre de défense. Restait que le modelage n'était pas particulièrement son forte. Enfin, elle n'avait jamais vraiment eu l'occasion de s'adonner à des ouvrages de précision. Et même si celui-ci était assez grossier, elle se doutait qu'il lui faudrait faire preuve de la plus grande concentration pour parvenir à le parachever.

Quelle méthode utiliser, alors ? Elle se sentait bien plus à l'aise avec celle qui consistait à cracher un jet de boue devant servir ensuite à modeler le mur. Après tout, c'était la même technique qu'elle utilisait lorsqu'elle devait excréter des poisons. Cependant, elle émettait quelques doutes sur la rapidité du procédé, puisqu'il se présentait en deux étapes distinctes. A l'inverse, faire surgir directement du sol toute la structure serait plus rapide, mais également moins aisé pour elle, puisque c'était une façon de faire les choses dont elle n'avait pas l'habitude de l'usage. Et puis elle comprenait bien qu'Aditya essayait clairement de l'orienter vers l'une des solutions en particulier. Alors, que faire ?

Junko se remonta les manches, et planta son regard d'or dans celui de son sensei.

"Je vais essayer de tout créer d'une pièce directement. Après tout, c'est la méthode avec laquelle j'ai le plus de mal. Alors autant m'y exercer plutôt que de rester campée sur mes acquis, non ?"

Elle n'envoya aucun sourire malicieux, ni regard hautain en direction d'Aditya. Elle se contenta de la neutralité. Elle voulait lui signifier qu'elle était capable de faire ses choix par elle-même. Et la plus sage décision, pour l'instant, lui semblait être d'améliorer ses défauts en s'exerçant.

Elle se figura à quoi devrait ressembler son nouveau mur en se calquant sur le modèle proposé par Aditya. La forme était simple. C'était juste un pan de terre qui se recourberait à son bout vers elle. Elle verrait bien si elle arriverait à le modéliser correctement du premier coup. Et en fonction de son résultat, elle renouvellerait ses tentatives en adaptant sa technique aux problèmes rencontrés. Elle composa ses mudras, et se prépara pour une série d'essais qu'elle n'imaginait pas tous fructueux.

Et en effet, fructueux ils ne le furent pas tous. Loin de là, même. Sa première tentative était parfaitement droite, et sans la moindre courbure à son bout. La seconde présentait un léger auvent, mais sans plus. La troisième était trop basse, mais avec une partie recourbée qui se rapprochait de ce qu'elle souhaitait. La quatrième commençait à devenir satisfaisante. Ce n'est qu'avec ses cinquième et sixième tentatives qu'elle parvint à un résultat qui lui allait parfaitement. Le sol était alors jonché de ces petites élévations de terre, et ressemblait à un cimetière particulièrement sinistre. Junko, elle, était essoufflée. La demande en chakra avait été rude. Mine de rien, cette technique demandait à la fois énergie et concentration. Du sang-froid, en un mot, exactement le genre de choses que l'on pouvait facilement perdre dans un combat. Mais pas elle. Elle avait suffisamment frôlé la mort pour se prémunir contre les accès de panique.

Haletante, elle s'appuya contre son dernier ouvrage, qui était le plus robuste de tous, et regarda la parfaite courbure à son sommet. Elle était satisfaite. Elle s'était familiarisée un peu plus avec une nouvelle façon de manier son affinité, même si elle était encore loin de la maîtriser parfaitement. Et surtout, elle avait fait preuve de persévérance et de combattivité. Des qualités qu'elle admirait, et qu'elle considérait comme étant précieuses, car si fragiles dans leur résolution ...

Et, le regard plein de sa satisfaction résolue, elle le ficha dans celui d'Aditya.

"J'ai un peu abîmé la pelouse. Mais le jeu en vaut la chandelle, non, sensei ?"


_________________
Zénith [Equipe #04] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Zénith [Equipe #04] Empty
Dim 18 Aoû 2019 - 12:41
Aditya accueillit le regard de la jeune femme avec attention, son intérêt demeurant ciblé sur la manière dont elle allait aborder le problème ; une chose qu’elle ne tarderait pas à lui révélé sur le ton de la certitude. D’un faible hochement de tête, il acquiesça son choix et glissa son regard sur les signes formés par ses mains afin de s’assurer qu’elle ait correctement mémorisé l’enchainement, par simple instinct d’enseignant. Il devait bien reconnaître que Junko lui avait tout de même démontré qu’elle ne souhaitait pas prendre ses capacités pour acquises, ce qui était une bonne chose lorsque l’on considérait le certain orgueil qu’elle pouvait placer en elles.

Et comme ce à quoi il s’attendait, le premier essai ne fut pas garant de succès. Pour autant, aucune parole ne franchit ses lèvres. Il demeura aussi droit qu’il l’était à l’instant de sa précédente demande, les bras croisés et ne perdant pas de vue les agissements de la rougeoyante. L’expérience était ce qui lui permettrait de construire ce qu’elle désirait avec plus de détail et de facilité ; aussi, il lui faudrait la laisser la forger par elle-même, au risque que du temps ne soit perdu. Au fil des minutes qui s’écoulaient, de petits renforts de pierre s’élevèrent sur toute la surface ouest du temple, modifiant son sol en profondeur. Les essais se succédèrent les uns après les autres, chacun démontrant les progrès de la jeune femme au fur et à mesure de leur création, jusqu’à ce que l’une d’elle se dresse fièrement sur sa gauche, en tout point semblable au mur sylvestre qui s’était érigé au début de leur entrevue. Et devant l’air triomphant qui s’était installé sur le visage de Junko, illuminant ses traits d’autant de sentiments qu’il n’avait que rarement eu l’occasion de contempler chez elle, Aditya délaissa un sourire à son tour, teinté de fierté dissimulée.

« Je doute qu’ils apprécient en effet. », glissa-t-il d’une voix riante en jetant une œillade à l’esplanade. « Mais tu as réussi, c’est le principal. Si tu as appris à manipuler ton affinité pour créer un mur comme celui-ci, tu n’auras aucun problème à faire le chemin inverse et à retourner cette terre à l’endroit d’où elle provient. Après tout, nous allons avoir besoin d'un terrain plat pour la suite. », déclara-t-il avec une œillade taquine.

Ses pas s’éloignèrent légèrement de la rougeoyante alors tapotait de quelques coups l’effigie rocheuse comme pour appuyer ses félicitations tandis que ses iris s'échouaient sur chacun des obstacles obstruant son chemin. Finalement, ses talons se détournèrent de l'ombre des arbres qui s'étendaient à l'horizon, là où l'ossuaire du temple demeurait voilé entre les feuillages. De nouveau, il fit face à la jeune femme avec le même air espiègle.

« L'intérêt d'une telle défense est de te protéger lors d'un combat, comme tu as du le deviner. Néanmoins, lorsque notre esprit est accaparé par l'adrénaline, il arrive souvent que l'on perde ses moyens ou que notre réflexion soit plus lente... et donc, maladroite. C'est pourquoi j'aimerai que l'on échange quelques coups, afin de vérifier que rien de tout ça ne te freinera dans sa formation. »

L'un de ses pieds eut un mouvement de recul, soulevant un léger nuage sablonneux, résidus de la poudre terrestre qui avait parsemé les flancs du temple depuis les essais de la gladiatrices. L'une de ses paumes vint se placer en barrage face à lui tandis qu'il se courbait légèrement, en position de combat.

« Évite simplement les mêmes surprises que la dernière fois, d'accord ? »

Bien qu'il supposait que Junko ne soit pas prête de délaisser ce genre de coup de théâtre de sitôt – la satisfaction et l’amusement qui s’étaient épris d’elle lorsqu’elle avait déniché sa réaction à son baiser en était une preuve flagrante –, le blond s'attendait cette fois-ci à ce qu'elle en fasse usage, contrairement à leur première rencontre. Et maintenant qu'il savait qu'elle était à même de pouvoir se défendre comme il se doit... il n'allait pas la laisser se reposer sur ses lauriers.





_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Zénith [Equipe #04] Empty
Dim 18 Aoû 2019 - 14:57

Une sorte de communication minimaliste s'était établie entre Aditya et Junko. Chacun semblait comprendre l'autre malgré leur manque évident de démonstration de leurs émotions. C'était sans doute mieux ainsi. Junko n'aimait pas se perdre dans les larmoiements et les explosions de joie. Et voir Aditya faire preuve de volubilité aurait certes été drôle, mais sans doute un peu gênant également. En un sens, elle le préférait ainsi: secret, derrière cette façade de marbre qu'il s'était forgée. Une façade qui l'avait d'abord tellement repoussée, mais qui, maintenant qu'elle savait comment la briser, ne lui paraissait plus être qu'un masque, une effigie, comme celle qui la protégeait elle-même. Finalement, ils n'était pas si différents l'un de l'autre.

Sur un point, en tout cas, elle ne doutait pas de ses capacités: son sang-froid. C'était un des quelques points positifs qu'elle avait retiré de son expérience dans les arènes clandestines d'Asosan. Affronter des ennemis mortels en permanence, mettre sa vie en jeu à chaque combat, se prêter à la violence chaque jour, chaque seconde, faisait très vite relativiser sur la panique que l'on pouvait éprouver dans une telle situation. Junko avait grandi dans le feu des batailles, et par conséquent elle s'était forgé un tempérament de fer, et une carapace solide. Les combats n'avaient plus rien pour l'effrayer. Et elle répondit aux inquiétudes d'Aditya à ce sujet d'un seul sourire confiant.

"Ne te fais pas trop de souci pour moi. Je ne suis pas une combattante née de la dernière pluie, et je sais comment m'y prendre pour garder mon calme en combat."

Elle ficha un regard espiègle droit sur son sensei.

"Si tu ne veux pas de surprise, tu n'as qu'à garder ton sang-froid aussi."

Elle effectua une série de mudras - les mêmes qu'elle s'était entraînée à composer pour ériger ses multiples tentatives de mur - et posa ses mains au sol. Après quelques instants à modeler la terre autour d'elle, elle avait réussi à faire disparaître la plupart des monticules. Il n'en restait qu'un terrain légèrement bosselé, mais globalement lisse. Ses réserves de chakra étaient déjà bien entamées. Il faudrait que la joute soit courte, et surtout qu'elle garde ses forces et sa concentration. Cette technique de défense était encore nouvelle pour elle, aussi les chances de l'effectuer avec autant de facilité que son panel de jutsu habituel étaient réduites. Il lui faudrait donner le meilleur d'elle-même sans interruption.

Elle imita Aditya, et se mit en garde. Ses appuis étaient fermement ancrés dans le sol. Sa respiration avait retrouvé un rythme normal. Elle sentait le flux de son chakra parcourir ses membres, plus que jamais. Elle était prête à recevoir comme il le faudrait le premier assaut. Mais elle n'allait certainement pas laisser la politesse à son sensei.

Elle agita ses mains, composant quelques mudras simples et de son propre cru. Figeant ses doigts en un dernier signe, elle gonfla ses joues et cracha un jet d'un liquide noirâtre en direction d'Aditya. Un venin simple, un de ses plus coutumiers, mais qui avait le mérite d'être une bonne façon d'entamer les festivités. Un seul contact avec la peau, et il la couvrirait de nécroses ...


_________________
Zénith [Equipe #04] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Zénith [Equipe #04] Empty
Dim 18 Aoû 2019 - 18:33
L’ascèse arqua un sourcil curieux en entendant la réplique de la jeune femme, quelques temps après qu’elle ait fait appel à son nouveau don pour redonner sa forme d’origine au plateau du temple. Elle se mit en garde à son tour, une poignée de secondes avant que de nouveaux mudrās ne viennent tenir ses doigts fins sous leur joug ; des signes qui n’étaient certainement pas ceux de sa nouvelle affinité, d’un point de vue extérieur. Et sur ce point, Aditya eu raison : ses joues se gonflèrent au même rythme que son buste et l’espace d’un instant plus tard, un jet noirâtre surgit face à lui. Ses paupières se plissèrent tandis qu’il avisait la technique de la rougeoyante d’un air suspicieux. Sa consistance n’était pas gazeuse comme la dernière fois qu’ils avaient combattue, mais plutôt semblable à celle d’un fluide quelconque… et sa connaissance des toxines était bien trop limitée à l’heure actuelle pour qu’il puisse déterminer précisément son type d’effet. En temps normal, cela ne lui aurait posé aucun problème… Mais lorsque le chakra entrait en jeu, les possibilités devenaient infinies.

Alors il joignit ses paumes à son tour, laissant une épaisse couche d’écorce se former sur son bras droit qui ne tarda pas à se muer en bouclier un peu plus large que son avant-bras ; un rempart bien assez suffisant pour contrer le lancer de poison. Aditya eut un léger mouvement de recul devant la chute de nombreuses gouttes de venin et rompit son bouclier. Il avisa le sol une seconde, et réalisa que ce « marécage » commençait visiblement à attaquer la faune et la flore. Eh bien, elle sort le grand jeu.

Ses pieds nus vinrent frôler le sol un peu plus en retrait avant qu’il ne forme à son tour des mudrās. La terre se craquela face à lui, surplombant la marre empoisonnée pour faire émerger des pieux de bois dont les pics s’étendaient à hauteur de genoux, si ce n’est plus. Et dans le même mouvement, ces effigies de bois s’écrasèrent sur le reste de l’esplanade, fusant jusqu’à la demoiselle selon une ligne droite. Voyons voir comment tu t’en sors.




_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Zénith [Equipe #04] Empty
Dim 18 Aoû 2019 - 19:04

Junko vit sans surprise son assaut s'écraser sur un bouclier d'écorce créé pour l'occasion par Aditya. Elle n'avait pas pensé qu'elle arriverait à faire mouche avec sa première attaque, de toute façon. Ce n'était qu'une façon de provoquer son sensei, de l'amener à répliquer. Et en effet, la réplique ne se fit pas attendre. Celle que Junko avait espéré ... Enfin, quelque chose du genre. L'exercice consistait à lui faire pratiquer la technique qu'elle venait tout juste d'acquérir, alors elle espérait bien qu'Aditya lancerait son assaut avec des jutsus qu'elle serait en mesure de bloquer avec des murs Dôton.

Et les pieux de bois qu'il avait projetés dans sa direction semblaient être de cette farine. Junko eut un sourire malicieux. Elle n'allait pas se laisser prendre aussi facilement ... Elle composa ses mudras avec expertise, à nouveau (s'il y avait un pilier sur lequel elle pouvait se reposer dans ses techniques, c'était bien celui de la composition des signes), et plaqua ses mains au sol.

"Pas si vite !"

C'est sans doute cette petite pique qui la déconcentra un chouïa. Elle se sentit aussitôt. Sans qu'elle sache vraiment ce qui clochait, elle comprit d'instinct que le mur qui s'érigeait devant elle n'était pas assez solide pour arrêter les pieux dans leur élan. Et elle avait raison: un craquement sonore retentit quand le bois percuta la pierre, et très vite celle-ci se fissura. Junko sentit un frisson glacé parcourir son échine. Finalement, son mur céda, sans surprise. L'un des pieux lui érafla l'épaule, lui arrachant un petit cri, mais elle échappa aux deux autres.

Elle fit un bond en arrière pour se mettre à distance, et plaqua sa main contre son épaule blessée. Le sang s'en échappait en un flot régulier, mais pas inquiétant. Elle ne s'en occuperait pas pour l'instant. Elle avait failli dans sa concentration, et s'en voulait. Elle allait avoir l'air d'une belle gourde, à fanfaronner sans pouvoir faire ses preuves après coup. Elle se rattraperait au prochain assaut à bloquer.

Pour l'heure, elle ne comptait pas laisser de répit à Aditya. Elle allait recycler un combo qu'elle se souvenait avoir déjà utilisé contre lui. Mais au diable l'avarice, le but de l'exercice n'était pas de le blesser lui, cette fois. Plus tard, peut être. Mais pas cette fois. Elle composa à nouveau quelques mudras simples et, cette fois, ce fut un gaz qui s'échappa de ses joues gonflées par le chakra. Un gaz qui, s'il le respirait, provoquerait nausées et étourdissement chez Aditya. Profitant de cette ouverture, Junko glissa deux doigts dans un repli de son vêtement, et en tira autant de kunaïs qu'elle envoya en direction de son sensei.


_________________
Zénith [Equipe #04] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Zénith [Equipe #04] Empty
Ven 23 Aoû 2019 - 13:41
L’ombre d'une discrète inquiétude s’échoua au creux des prunelles d’Aditya, tandis que sa silhouette se redressait petit à petit, bercé par cette adrénaline malicieuse qui ne cessait de courir dans ses muscles. L’une de ses chevilles glissa sur l'herbe fraîche tandis qu'il était témoin de l'échec de la jeune femme, ses pieux venant percer la défense qu'elle avait érigée à leur encontre. Ses sourcils se froncèrent sous un souci passager, craignant que ce moment d’inadvertance ne lui coûte des blessures plus profondes que ce à quoi cette offensive avait été destinée. Et pourtant, un vent d’accalmie s’empara de ses poumons, apaisant ses pensées et relâchant la tension qui seyait au creux de ses épaules ; après tout, Junko était une ancienne gladiatrice, qui avait appris à se battre dans le sang et la chaleur d’une arène où sa vie était mise en jeu à chaque seconde. Elle saurait comment se reprendre, il n’y aurait aucun doute là-dessus.

Ses iris épièrent les courbes terreuses de ce rempart, désormais défriché en débris à ses pieds, tandis qu'une onde écarlate attira son attention ; de nombreuses tâches parées de la même couleur carmin longeaient les pics de ses créations sylvestres, menant son regard jusqu'au bras de la jeune femme. D'une œillade, il s'assura que la blessure que lui avait coûté son espièglerie n'était pas assez profonde pour lui causer un réel tort – après ces mois passés au service de l’hôpital général, à s’instruire sur les mystères de la médecine ninja, cela était devenu une habitude. Un souffle s’échappa de ses lèvres ; déjà, ses paumes se liaient sous de nouveau mudrās, trahissant la détermination qui dansait au creux de ses prunelles ambrées. Et au vu de ses joues gonflées, la demoiselle s’apprêtait à attaquer à nouveau sans se soucier de sa blessure.

Ses paumes vinrent se glisser l'une contre l'autre afin de donner naissance à un kunai en bois similaire à ceux qui étaient projetés à son encontre – à défaut de disposer de son armement ninja sur lui, il créerait ses propres outils. Les lames de métal s’entrechoquèrent contre l’écorce à plusieurs reprises, cherchant à dévier leur trajectoire. Sa main se redressa sous le signe du tigre tandis que le nuage de poison s’apprêtait à caresser ses flancs ; quelques secondes plus tard, une dizaine de petites sphères enflammées jaillirent de ses lèvres, semblant en tout point inoffensives, semblables à des soleils dont l’éclat ardent avait abandonné les courbes. Elles demeuraient en suspend autour de lui sans fuguer auprès de la rougeoyante, lui laissant tout le temps nécessaire pour voiler ses voies respiratoires à l’encontre de ce venin aérien lui offrant les réminiscences de leur précédent échange de coups.

Son regard s'échoua sur le sol, où ses pieds demeurés nus depuis le début de leur entrevue flirtaient avec la marre empoisonnée éventrée par ses pieux de bois, relique de son assaut de plus tôt. Aditya releva ses iris sur la jeune femme au travers de ses mèches d'or, un signe incantatoire toujours maintenu. Cette fois-ci, il lui faudrait être bien plus réactive ; subitement, les sphères se parèrent d'un manteau de feu, revêtant les traits d'Oni tandis qu'elles demeuraient sur ses flancs, dardant leur adversaire avec une espièglerie fantomatique. Tour à tour, elles s'élancèrent sur Junko, tentant de l'assaillir sous les attaques et la forcer à réitérer sa défense de plus tôt, en espérant que cette fois-ci, elle soit plus prône au succès.

Pendant ce temps, il devrait maintenir sa position ; si ce nuage empoisonné ne lui obstruait pas la vue, il se portait néanmoins garant de divers effets qu'Aditya ne désirait pas essuyer, ou tout du moins, pas avant d'avoir vu la jeune femme réussir ce pourquoi elle était venue jusqu'à lui aujourd'hui.



_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Date Junko
Date Junko

Zénith [Equipe #04] Empty
Ven 23 Aoû 2019 - 17:33

Qu'elles étaient belles ces flammes qui dansaient vers elle ... De véritables étoiles miniatures, dansant dans l'air avec la facilité des feux-follets, comme bercées par la brise. Si Junko n'avait pas été en situation de combat, et surtout si elle n'avait pas été la cible de ces projectiles, elle se serait presque amusée à les contempler dans leur vol sans queue ni tête, éphémères, comme des lucioles. Mais voilà tout le problème: elle était en situation de combat, et c'était bien elle qui était la cible desdites flammèches. Alors, pour aussi belles qu'elles pouvaient être, elle dut chasser le plaisir gamin qu'elle avait à admirer les choses qui flamboient pour apporter toute son attention à sa défense. Car cette fois-ci, il n'était pas même question d'échouer ...

ignorant le léger picotement de sa blessure à l'épaule, elle composa ses mudras avec expertise. L'attaque d'Aditya était rapide, mais elle l'était également elle-même: elle plaqua sans tarder ses mains au sol. Instinctivement, elle avait fermé les yeux. Elle se représenta alors dans son esprit l'exacte réplique du mur qu'elle avait déjà réussi à créer, quelques instants auparavant. Elle sentit le même flux d'énergie la parcourir, s'écouler dans la terre. Et alors, elle se fit la sculptrice de son chakra, la maçonne de ses propres murailles. Et, tandis qu'elle s'efforçait d'ériger son rempart, son coeur s'emplit d'une confiance croissante.

Un craquement, puis un bruit sourd lui indiqua qu'elle réussissait. Elle rouvrit les yeux. Devant elle s'était érigé un mur de pierre à l'allure robuste, et à la courbure finale parfaite. Surtout, l'ouvrage semblait robuste. Cette dernière intuition ne tarda pas à être confirmée: Junko perçut nettement le craquement des flammes s'écrasant contre la pierre, le crépitement de leur agonie, puis le dernier souffle de leur exhalaison ... Elle eut un sourire triomphant, qu'elle fut bien contente de pouvoir dissimuler derrière sa création. Elle avait triomphé de cette épreuve. Elle n'était pas encore parfaitement familière avec la technique - elle manquait d'automatismes dans son exécution - mais elle sentait qu'elle en avait compris les bases et l'essence. C'était plus qu'il n'en fallait pour qu'elle se permette d'ajouter ce jutsu à son panel personnel.

S'appuyant contre le pan de pierre, elle s'échappa de son ombre, pantelante. Maintenant que l'adrénaline retombait, elle se rendait compte à quel point la session d'entraînement l'avait fatiguée. Elle avait fait usage d'une bonne partie de sa réserve d'énergie, et commençait à percevoir ses limites. Elle fronça les sourcils. Elle résoudrait ce problème de limites plus tard. Pour l'heure, elle n'était que trop satisfaite d'avoir réussi. Une dernière fois, elle jeta un regard plein de l'orgueil de ceux qui ont triomphé de leurs épreuves en direction d'Aditya.

"Plutôt pas mal niveau sang-froid, non ?"

Et, sans un autre mot, elle s'affaissa contre la pierre, inconsciente, ses dernières batteries épuisées. Mais cette fois, elle n'avait pas réussi à dissimuler le léger sourire qui, même une fois écroulée, continua à éclairer son charmant visage d'une lueur victorieuse.


_________________
Zénith [Equipe #04] Vmoy
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6392-date-junko-finie http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t6448-date-junko-carnet-de-route#53726
Aditya
AdityaEn ligne

Zénith [Equipe #04] Empty
Dim 25 Aoû 2019 - 12:10
Au fur et à mesure que l’épais nuage empoisonné s’évaporait dans l’air, Aditya pouvait être témoin des prouesses de la jeune femme qui, bien que premièrement absorbée par les lueurs enflammées, réussit à les contrer en érigeant une structure rocheuse en tout point similaire à son effigie sylvestre de plus tôt. Ses iris se teintèrent une fierté sourde lorsque les visages démoniaques s’écrasèrent sur son flanc terreux, les uns après les autres, sans qu’il ne cède sous leurs assauts fougueux. Les courbes fantomatiques de fissures légères crevèrent leur manteau de fumée blanche, révélant l’éclatant succès de Junko. Si l’instinct de création lui manquait encore légèrement, elle saurait l’affiner au fil de ses entraînements et de ses combats. Le principal était là : elle était à même de se défendre face à des offensives peut-être plus inquiétantes que ce à quoi elle aurait pu être confrontée à l’ordinaire.

Un souffle orphelin s’échappa de ses lèvres, un souffle qu’il n’avait pas réalisé retenir depuis lors. La silhouette orgueilleuse de la rougeoyante s’extirpa de l’ombre du renfort, son visage profondément marqué par des signes évidents de fatigue. Et pourtant, une immense satisfaction se lisait sur ses traits, égale à elle-même. Son bras revint lentement le long de son corps, libérant ses voies respiratoires la caresse de ce tissu immaculé. Ses iris azurées revinrent se loger dans ceux de la jeune femme tandis qu’elle lui adressait une discrète taquinerie, une dernière adresse avant que sa conscience ne s’effondre dans les bras de Morphée. Son attention s’échoua sur l’esplanade, dont les courbes trahies témoignaient des enseignements prodigués. Ses doigts se lièrent les uns aux autres, amenant ses paumes à se joindre elles aussi tandis que son chakra irradiait hors de sa silhouette ; le mur de bois qu’il avait créé en tant qu’exemple s’effondra sur lui-même, redevenant l’ombre de racines folles au creux de la terre qui les avait accueillis au même titre que les pieux de bois. Les gouttes empoisonnées qui glissaient sur leurs flancs rejoignirent la flaque présente à ses pieds tandis que la végétation et la faune s’en abreuvait, absorbant les toxines pour donner naissance à de nouvelles plantes égales aux précédentes. Bientôt, la douce caresse de l’herbe fraiche vint chatouiller ses chevilles laissées à nu. Seul le mur de terre demeurait, gardant la silhouette endormie de Junko contre son flanc.

Aditya s’approcha d’elle au travers de cette faune nouvelle, amenant ses mains à se rencontrer de nouveau lorsque l’ombre de sa stature s’étendit sur le renfort terreux. Ses genoux se ployèrent sans bruit, laissant son regard se loger sur le visage de la jeune femme. Un sourire trahit ses lèvres, emplit de fierté et de douceur à son encontre. L’une de ses paumes vint se glisser sur son épaule, la guidant contre lui l’espace d’un instant tandis que sa consœur s’apposait contre le mur rocheux. En un instant, d’épaisse racines s’extirpèrent du sol pour entourer ses contours, le brisant et l’effritant sous leur force jusqu’à ce que seules des pierres orphelines ne demeurent garantes de son existence, disséminées sur le terrain face à lui. Sa joue frôla quelques mèches rougeoyantes lorsque son bras vint entourer ses côtes, son esprit embrumé par diverses pensées alors que ses prunelles détaillaient chaque aspect de son visage apaisé. Un sourire franc naquit sur les lèvres du jeune homme, emplit de bienveillance à son égard. Tu t’es vraiment surpassée.

Ses mains guidèrent le corps de Junko contre le sien avec tendresse tandis qu’il se redressait, ses bras supportant son poids avec aisance au rythme de chacun de ses pas. S’il essuyât quelques regards curieux sur le chemin le menant au cœur du temple, Aditya les ignora avec un désintérêt royal. Au lieu de cela, il se dirigea jusqu’aux berges du jardin intérieur où était demeurée cette poterie aux fêlures dorées tout au long de son entraînement. Sous l’œillade curieuse du saule pleureur qui trônait en son centre, la silhouette de la demoiselle vint trouver le confort des couffins laissés à la disposition des moines à l’orée de la cour, étendue sous l’ombre de rideaux de lins afin ce que son sommeil ne soit troublé par aucun intérêt réprobateur des bonzes peuplant la salle principale derrière eux.

L’azur caché sous ses paupières s’échoua sur les courbes tombantes de l’arbre majestueux tandis qu’il prenait place aux côtés de la jeune femme, sa main se glissant sur la blessure qui fendait la peau de son bras. Une aura émeraude s’en échappait, ondulant au bout de ses doigts et s’efforçant de refermer la plaie avec une fervente attention. L’odeur des encens emplit les poumons d’Aditya tandis qu’il inspirait, ramenant une familière accalmie au creux de son être. Déjà, le ciel se teintait de couleurs égales à la chevelure de la gladiatrice endormie et déversait ses rayons chaleureux sur le jardin intérieur. Ses paupières se fermèrent, le laissant s’abandonner à ce sentiment de sécurité, entouré par la nature environnante.





_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese

Zénith [Equipe #04]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: