Soutenez le forum !
1234
Partagez

Retour dans le passé [solo]

Konran Tenzin
Konran TenzinEn ligne

Retour dans le passé [solo] Empty
Sam 20 Juil 2019 - 13:26
La nuit avait été longue et terrible. Cela faisait quelques jours depuis l'apparition des premiers symptômes mais tout c'était passé très vite. Je ne comprenais pas très bien ce qui était en train de se passer avec moi. Mais il était plus qu'évident que quelque chose était en train de changer. En train de ME changer, et ce nouveau changement était pour le moins bestial. J'avais remarqué ces derniers temps que mes sens s'étaient aiguisés, bien plus qu'il ne l'avait jamais fait auparavant. Les odeurs étaient plus fortes, plus précises, plus consistantes. Les sons étaient plus intenses, et dans le même temps, je pouvais me concentrer sur un son en particulier. Quant à ma vue, je n'avais remarqué que peu de changements. Je devenais parfois très sensible aux mouvements, d'autres fois je voyais entièrement en noir et blanc. Encore d'autres fois, je voyais dans le reflet de miroirs, de vitres, ou de petites surfaces d'eau que mes yeux changeaient de couleurs pour passer d'un bleu saphir à un doré sauvage. Et de la même manière que j'avais toujours senti le Vent comme faisant parti de moi, je sentais maintenant mon corps receler une autre présence. Une présence qui s'éveillait et tentait de se faire sa propre place.

Cela faisait plusieurs nuits maintenant que ces bizarreries que je ne parvenais pas bien à comprendre rendaient mon sommeil court et agité. Et plus la lune brillait dans le ciel sur son chemin vers l'apogée de sa forme, plus je me sentais agité, irrité, agacé. C'était un sentiment éreintant auquel je n'étais pas habitué. J'arrivais à garder le contrôle et à garder mon calme pendant la journée, faisant de mon mieux pour ne rien laisser paraître. Mes exercices de méditations m'aidaient grandement pour cela, tout comme l'entraînement et la pratique de mes techniques d'assimilation. Me dépenser s'avérait plus gratifiant que jamais. Cependant j'avais aussi remarquer que mon appétit s'était envolé vers des sommets jamais atteints, et je commençais à avoir de plus en plus de goût pour la viande. Toujours cuite jusqu'à présent, que l'Esprit du Vent m'en préserve.

Sauf que cette nuit-là, les évènements avaient atteints une importance que je ne pouvais ignorer. Alors que le sommeil m'avait emporté, je fus réveillé par une douleur sourde dans mon corps. Une douleur lancinante atroce qui me réveilla presqu'en sursaut. Mes muscles, mes os, chaque partie de mon corps me faisait mal. Je n'avais que rarement connu pareil souffrance. Je ne m'entendis pas crier, mais je n'aurais pas mis ma main au feu que ce n'était pas arriver. Avec surprise et horreur, je sentis mes os se briser les uns après les autres, pour lentement se reformer. Dans une position qui n'était pas normale. Une position non naturelle pour un corps humains. Mes bras ainsi que mes jambes se fléchirent, mon dos s'arqua alors que tout commençait à prendre plus de place, trop de place à l'intérieur de mon corps. Je sentis mes oreilles s'allonger, de même que mes canines. Et très rapidement, la tresse qui était faite dans mes cheveux se défit et mes longs cheveux blancs tombèrent en cascade de part et d'autre de mon visage.

Des cheveux blancs ? Non ! Mes cheveux étaient bleus, et ce depuis ma naissance. Alors pourquoi avaient-ils viré au blanc à présent ? Des poils de la même couleur profondément immaculée apparurent sur mes bras alors que la transformation se poursuivait. Sans m'en rendre compte, je m'étais battu contre cette transformation, la douleur m'obligeant inconsciemment à me crisper et à tenter d'arrêter ce processus. Mais comme je l'avais répété à Ryoko il n'y avait pas si longtemps, lutter ne servait à rien. Alors, je me concentrai sur ma respiration et je laissai la douleur modifier mon squelette. De la sueur commençait à couler de chaque pore de ma peau, pendant que j'exhalais ma souffrance. Et soudainement, toute douleur disparut. Se résorbant à une vitesse folle, je repris une forme humaine normale, et je m'effondrai au sol épuisé. Pendant de longues minutes je restai au sol sans pouvoir bouger le moindre muscle, courbaturé et épuisé. J'étais même trop fatigué pour m'endormir. Tout du moins c'est ce que je croyais jusqu'à ce que Morphée m'emporte sans que je m'en rende compte. Et pendant mon sommeil, de lointains souvenirs me revinrent...


Mon père se tient devant moi, accroupi, alors que je suis allongé au lit, malade et épuisé. Je suis en sueur et j'ai une migraine de tous les diables. Tout autour de moi est amplifié, les sons me dérangent, la lumière m'aveugle, mais l'odeur de mon papa me fait du bien. Elle est rassurante, agréable. Cependant je ne pouvais m'empêcher de voir l'air soucieux et curieux sur son visage. Il n'est pas vraiment inquiet, mais plutôt interrogatif. Je ne comprends pas trop pourquoi, mais je suis beaucoup trop fatigué pour poser des questions. Je suis content cependant que ça n'arrive que maintenant. Kanna n'est partie qu'il y a quelques jours, mais je n'aurais pas voulu gâcher son séjour en étant malade. Elle est si gentille, cette fille-chat.

Quelques jours plus tard, tout va mieux. Je n'ai plus de fièvre, je vais bien, et je suis sorti du lit comme si rien ne s'est passé. Mon père semble un peu surpris. Il m'a observé quelque jour depuis mais n'a rien dit. Comme s'il attendait quelque chose. Mais rien ne se produit. Un jour, il s'accroupit face à moi, et me sourit.

-Si jamais cela t'arrive à nouveau, vient me voir. Il y a encore beaucoup de choses que tu dois apprendre.

J'acquiesce machinalement, mais je ne sais pas ce qu'il veut dire par là...

Je me réveillai en sueur. Ma tête était lourde, et j'étais encore un peu fatigué, mais je me levai tout de même. Ce rêve...je souris. Je ramenai une jambe sous ma poitrine, y déposai mon bras avant de soupirer.

-Il est temps que tu m'apprennes certaines choses, papa...

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Retour dans le passé [solo] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Konran Tenzin
Konran TenzinEn ligne

Retour dans le passé [solo] Empty
Lun 22 Juil 2019 - 15:06
Ce n'était pas une métaphore. Ce que je voulais dire par là, c'est qu'il fallait vraiment que je retrouve mon père et qu'il m'explique certaines choses. Comme beaucoup - ou très peu - de personnes le savaient, j'étais parti de Kaze no Kuni il y avait de cela sept-huit ans, et j'avais alors perdu la trace de mes parents. Nous nous étions fait attaquer par ce que je soupçonnais être un groupe de Fanatiques qui voulaient étudier la particularité des assimilateurs. Et à leur grand bonheur, ils en avaient toute une famille à disposition dans le désert du Pays du Vent. Qui plus est, d'éléments différents. C'était une vraie aubaine. Mais là n'étaient que des spéculations. Il fallait encore que je vérifie ces dires, même s'ils s'avéraient plus que probables. En attendant, là où je voulais en venir était que depuis, j'avais complètement perdu de vue mes parents. Ces derniers avaient été enfermés à Wasure no Kuni, le Pays Oublié, dans une horrible prison de laquelle ils s'étaient échappés il n'y avait de cela que quelques mois. Grâce à celui qu'on nommait l'Homme au Chapeau, même si le but de ce dernier n'avait pas du tout été de me permettre de revoir les deux êtres qui m'étaient le plus cher.

Mais même si ce n'était pas son intention, c'était bien ce qui s'était passé. Quelques temps plus tard, j'avais reçu une mission avec Tsuyoshi et Ina qui avait pour but de construire des miradors. Et c'est là que de manière tout à fait inattendu, nous avions croisé la route de mes parents. Nous avions failli en arriver aux mains, et c'était plus ou moins ce qui s'était passé, mais à force de persévérance, j'avais pu aplanir les choses. Et nous nous étions quittés dans une ambiance quelque peu morose. Mais nous les avions fait suivre par la suite car, bien que cela me répugnait de penser ainsi d'eux, il était indéniable que ces années en prison injustement les avait changé. Et mes parents étaient des assimilateurs doués. Je ne pensais pas qu'ils feraient quoi que ce soit pour mettre en danger des innocents, mais je ne pouvais pas en prendre le risque.

Et qui avait été assigné à leur surveillance discrète pour protéger Iwa et le Pays de la Terre dans l'ombre ? Les Tengus. Ce qui tombait bien, car je faisais depuis plusieurs jours officiellement parti de ce groupe restreint et secret. Ce qui voulait dire que je devais rendre visite à mes collègues pour un petit service. Je m'habillai rapidement alors que la nuit n'était pas encore terminée, portant volontairement des vêtements sombres, et je partis à toute allure vers l'endroit où j'avais passé le test avec Melo. Un homme qui m'en avait fait voir de toutes les couleurs, et surtout du rouge. Je m'étais sorti de ce test avec des brûlures et une fatigue qui faisait peine à voir. Mais j'en étais sorti vivant. Me rendant alors dans le repaire des Tengus, je vérifiai à multiples reprises tout du long que je n'étais pas suivi, utilisant même mes facultés de dissimulations pour échapper au regard des Pupilles Pâles. Lorsque j'arrivai dans l'antre des services secrets d'Iwa, je me mis donc à chercher le dossier de mes parents. Je savais parfaitement où il était, car c'était l'un des premiers dossiers que j'avais cherché lors de mon entrée officielle chez eux.

Je le parcourus longuement, et retraçai le chemin que ces derniers avaient parcouru, selon l'ombre de la Montagne qui les avait suivi. Ils étaient descendus vers le Sud, progressant lentement, puis s'étaient dirigés vers l'est. En voyant le chemin parcouru, je sus exactement ce qu'ils comptaient faire. Par une étrange coïncidence, ils avaient emprunté exactement le même chemin que je l'avais fait à mon arrivé au Pays de la Terre. Seulement en sens inverse. Ce qui voulait dire...qu'ils étaient en tran de regagner Kaze no Kuni ! Merde ! Leur progression était réellement lente cependant. Cela prenait certes plusieurs jours pour traverser tout Iwa, j'en étais plus que conscients. Voir bien des semaines lorsqu'on était un enfant de onze ans. Mais mes parents auraient pu déjà être au Pays du Vent à l'heure qu'il était. Ils semblaient avoir traîné des pieds, mais pourquoi ? M'attendaient-ils...Espéraient-ils que je les rejoindrais...? Mon coeur grimaça, et la tristesse et la peine vinrent s'installer en moi. Cependant je chassai ces sentiments rapidement, car je savais pourquoi je faisais ce que je faisais. Il n'y avait plus une seconde à perdre cependant, si je voulais les rattraper.

Ecrivant une lettre à l'adresse du Conseil, je leur expliquai rapidement que je partais dans les terres de Tsuchi no Kuni pour quelques jours tout au plus. Que j'avais besoin d'information. Et que je serais très bientôt de retour. Et sur ce, je partis sans attendre....

-Attendez moi...

Il fallait que je parvienne à les rattraper avant qu'ils ne passent la frontière de Tsuchi no Kuni. Auquel cas, je ne pourrai plus les rattraper de si tôt. Je sortis rapidement des obscures recoins secrets de la base des Tengus, et je me dirigeai vers les Crocs Rocheux où je remis ma lettre. Puis je partis précipitamment. Heureusement, je n'avais pas à faire le voyage à Pied, auquel cas j'aurais pris des jours pour y parvenir. Je me mordis le pouces, faisant couler quelques gouttes de sang. J'apposai ma main au sol, et un sceau apparut, soulevant un grand écran de fumée qui laissa ensuite sa place à mon fidèle compagnon, Garuda.

-Allons-y, il n'y a pas une seconde à perdre.

-Alors pourquoi n'es-tu pas encore sur mon dos, petit ?

Je souris...

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Retour dans le passé [solo] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Konran Tenzin
Konran TenzinEn ligne

Retour dans le passé [solo] Empty
Mar 23 Juil 2019 - 16:12
Un battement d'aile plus tard, nous nous retrouvions dans les airs après avoir déclenché une véritable bourrasque au sol. Il n'y avait pas une seule seconde à perdre. Alors que nous nous élancions dans les cieux à une vitesse tout à fait prodigieuse, je souriais pensivement sur le dos de Garuda. Nous en avions vécu des choses tous les deux. Et tout comme la première fois que nous nous étions rencontrés, cela faisait toujours un plaisir fou de voyager sur le dos de mon ami à plumes. Cependant il avait un peu grandi depuis cette fois-là. Nous allions relativement vite et le vent s'engouffrait autant dans ma chevelure que dans ses plumes, mais son vol restait gracieux et paisible. Je déposai une main douce sur son plumage et le caressai brièvement. Je savais qu'il n'aimait pas être traité comme un animal de compagnie, et j'étais entièrement d'accord avec lui sur ce point -en même temps quel animal de compagnie faisait près de six mètres de haut ? En ce sens, je ne lui accordai qu'une caresse furtive, et il tourna un oeil affectueux vers moi avant de reposer ses yeux sur "la route". Mon sourire s'étendit un peu plus à ce geste presque inhabituel chez le Prince, mais il disparut bien vite.

-Ton odeur a changé, fils du vent.

Cela avait été dit d'une voix posée, douce, sans trace de jugement. Toutefois, cette information me fit froncer les sourcils. Est-ce que ça veut dire que je n'étais plus le même ? Que je ne serais jamais plus Tenzin, fils du vent ? Que je devenais autre chose. Je grimaçai face à ces questions qui me trottaient dans la tête. A quel point avais-je changé ? Continuerais-je de changer encore ? C'était beaucoup trop de questions en une fois, et je levai mes yeux vers le ciel bleu nuit qui commençait à peine à s'éclaircir pour laisser entrevoir les premières lueurs du jour. A peine. Mais si mes yeux étaient levés vers l'immensité azurée, c'était parce que je m'y étais toujours senti chez moi. Et c'était toujours le cas. Je me sentais toujours chez moi, en harmonie totale avec le vent. Mais quelque chose d'autre était en moi. Je le sentais de mieux en mieux. Une entité sauvage. Je posai ma main sur mon ventre, symboliquement. Garuda dut sentir ma confusion et ma détresse, car il ravisa ses paroles.

-Disons plutôt qu'elle a évolué...

Je le regardai de nouveau avec un sourire. Evolué hein ? Cela sonnait en effet mieux. Peut-être qu'au final je n'étais pas quelqu'un d'autre, mais un peu plus moi ? C'était une certaine manière de le voir en effet. Qui était plus satisfaisante et qui m'arrangeait beaucoup plus à vrai dire. Je soupirai de manière un peu théâtrale avant de lancer à Garuda d'un air amusé.

-On aurait presque dit que tu t'adoucis avec moi, Garuda.

-N'exagérons rien, petit homme, dit-il d'un air un peu renfrogné.

J'éclatai de rire, d'un rire joyeux qui me fit oublier pendant quelques secondes tous les changements auxquels je faisais face actuellement. Puis après quelques secondes, je hochai la tête -non pas qu'il puisse me voir, mais cela était à vrai dire plus pour moi que pour lui.

-Merci, mon ami.


Il ne répondit pas, et je ne m'attendais pas à ce qu'il le fasse. Après tout c'était Garuda, le fier Prince des Autours. Une réponse de sa part aurait en effet confirmé qu'il tenait à coeur mes humeurs. Et même si c'était le cas, il n'était pas prêt à l'annoncer de vive voix. Puis reprenant mon sérieux, je me penchai sur lui, et collai mon nez contre ses plumes en inspirant un grand cou. Je fronçai les sourcils.

-Tu sens l'oiseau, mais aussi un peu...moi ? C'est étrange non...?

-Pas tant que ça, étant donné que nous avons passé un pacte. Et c'est ton sang qui m'appelle ici.

-Oh, je vois. Je n'y avais pas pensé de cette manière.


-C'est ce que je constate, petit homme.

Toujours aussi aimable quand il le voulait. Autant me traiter d'idiot à haute voix pendant qu'on y était. Puis soudainement, Garuda plongea depuis l'immensité des cieux et se rapprocha des montagnes et des étendues rocheuses plus bas. Nous étions en effet presque arrivé à destination. Il y avait peu de signes de vie, là où nous survolions le sol, mais après plusieurs minutes de recherches, nous vîmes au loin un abri de fortune. Et quelque chose me disait que mes parents en étaient les architectes. Je repris un air sérieux, bien que j'étais un brin tendu.

-Je prends le relais à partir d'ici.

-Je reste dans le coin.

J'acquiesçai avant de me laisser tomber du dos de mon ami et je laissai le vent s'engouffrer dans mes vêtements sombres alors que je volais pour rejoindre l'abri de fortune.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Retour dans le passé [solo] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Konran Tenzin
Konran TenzinEn ligne

Retour dans le passé [solo] Empty
Ven 26 Juil 2019 - 14:20
Pour éviter de me faire repérer par quelqu'un, j'avais garder ma veste à capuche sombre qui dissimulait assez efficacement mon visage et ma stature pour que je sois méconnaissable de vue. J'atterris sur le sol et marchai ensuite jusqu'à la petite cabane de fortune faite de terre cuite que mes parents avaient vraisemblablement construit. Ma démarche était mesurée, lente, légèrement craintive. Pour cause, je n'étais pas sûr d'être encore celui qu'ils voulaient que je sois, celui qu'ils avaient élevé. J'étais le fils qui avait refusé de les suivre, le fils qui avait préféré rester dans un village shinobi. Ceux-là même qui avaient tant fait souffrir mes parents. Je soupirai profondément lorsque j'arrivai devant la porte, aussi triste qu'hésitant, puis je frappai à la porte avant d'entrer quelques secondes plus tard, lorsque le silence fut la seule chose à m'accueillir. M'étais-je trompé ? Mes parents n'étaient après tout peut-être pas ici ? Je rentrai un peu plus dans la demeure, fis un tour sur moi-même, et déçu je m'apprêtai à repartir lorsque je m'immobilisai soudain. Je reniflai l'air, attentif. Mes parents étaient bien venus ici. Et je n'y connaissais pas encore grand chose aux odeurs, mais cela ressemblait à l'odeur résiduelle qu'avait laissé Toph lorsqu'elle venait de partir après m'avoir annoncé ma promotion en tant que jonin.

Cela voulait dire qu'ils avaient été là il y a peu longtemps..? Je n'en étais pas sûr. Mais c'était probable. Alors où étaient-ils maintenant ? Les avais-je raté de peu ? Je m'apprêtais à ressortir de la cabane lorsque je sentis l'air vibrer autour de moi. Je me retournai rapidement, mais un poil trop tard. Deux silhouettes surgirent des ténèbres et tentèrent de me plaquer contre la porte dans un geste expert, et fluide. Cependant, avant même d'avoir toucher le cadre de terre qui faisait office de porte, je revêtis ma forme élémentaire et laissai les intrus passer à travers moi avant de me reformer derrière eux. Dans toute cette précipitation, ma longue tresse de ma chevelure bleue était sortie de sous ma capuche. La force de l'habitude avait rendu cet exercice aussi naturel que de contracter mes muscles, mais la précipitation était rarement bon pour rester discret au mieux. Puis je fis un petit saut en arrière pour prendre mes distances. Je n'avais pas apporté ma faux, je ne pensais pas en avoir besoin. Mais je m'étais peut-être trompé. Je grimaçai en serrant les dents, me maudissant de mes décisions à la légère, mais à vrai dire je savais tout aussi bien me débrouiller sans mon arme fétiche. Les deux silhouettes se retournèrent pendant ce temps-là et me fixèrent, l'absence de lumière m'empêchant de les reconnaître. La seule fenêtre qu'il y avait et qui laissait passer la lumière faiblarde de la lune en cette fin de nuit se trouvait derrière moi. Je soufflai et détendis mes muscles, les genoux fléchies, me mettant en garde pour combattre. J'étais prêt à combattre.

-Tenzin ?

Une voix féminine et familière résonna alors dans la cabane, provenant de l'une de deux silhouettes, et je la reconnus sans une once d'hésitation.

-Maman !

Ils avancèrent alors vers moi, me rejoignant dans la lumière blafarde de l'astre lunaire et je pus lire la joie et la surprise de leur visage. Sans même m'en rendre compte, j'étais déjà en train de sourire moi-même lorsque je retirai la capuche qui me recouvrait la tête. Sans attendre un mot, oubliant toute l'hésitation et l'appréhension que j'avais pu ressentir plus tôt, je me jettai dans les bras de mes parents. Ceux-ci m'accueillirent dans leur bras et m'enveloppèrent de leur chaleureuse étreinte. Une étreinte affectueuse et protectrice. Elle dura quelques secondes de plus que les étreintes ordinaires, mais cela ne faisait que représenter toute la nécessité de celle-ci. Puis nous nous écartâmes de concert.

-Je suis seul cette fois-ci.

-Oui, c'est bien ce qu'on a compris. On n'a senti aucune autre présence, mais ta soudaine apparition nous a surprit...

-Désolé...je ne voulais pas vous surprendre. Je suis arrivé en volant, dis-je presque d'un air désolé.

-C'est bien notre garçon, ça, dis mon père avec le sourire. Tu as toujours aimé ce moyen de déplacement. Mais es-tu venu pour...?

Il laissa sa question en suspens, cependant je savais bien ce dont il parlait, l'espoir qui résidait encore au fond de ses entrailles. Que je retourne "à la maison" avec eux, même si cette maison n'existait certainement plus au sens propre du terme, et devait certainement désigner Kaze no Kuni. Pour autant, son regard enjoué tomba rapidement sur le bandeau frontal du Village caché de la Roche, et la flamme d'espoir s'évanouit pour laisser place au réalisme. Pas de tristesse, car il s'y attendait déjà. Mais une pointe de déception. Je baissai les yeux une demi-seconde, avant de reprendre un air déterminé. Nous avions déjà eu cette conversation, et maintenant plus que jamais, je n'allais pas abandonné Iwa.

-Ça m'étonne que tu puisses te balader seul dans le Pays de la Terre, savent-ils où tu es ? Ne vont-ils pas te traquer ?

-Non. Ils ne savent pas exactement où je suis, mais je les ai prévenu. Je suis Jonin maintenant...cela me laisse quelques libertés quant à mes actions.

Malgré le fait qu'ils n'aimaient pas les villages cachés, peu de gens ignoraient le système hiérarchique de ces derniers, et certainement pas mes parents. Et malgré tout leur ressentiment, je vis un éclat de fierté lorsqu'ils comprirent l'importance que j'avais pris au sein du village, ainsi que le niveau que j'avais atteint. Ma mère sourit doucement, et mon père soupira comme il savait si bien le faire, cachant ses émotions par la même occasion. Mais ses yeux ne le trahissaient pas, jamais. J'eus un petit sourire à mon tour, avant d'entamer la vraie discussion.

-Papa...Quelque chose d'étrange m'arrive...A nouveau. Et c'est pire que la dernière fois. Tu m'avais dit de venir te voir, si cela se reproduisait. Que tu avais des choses à me dire. Je ne sais pas si tu t'en souviens...

Je n'eus pas le temps de finir ma phrase que je vis sur son visage la surprise mêlé à la reconnaissance. Ses yeux s'ouvrirent en grand, et il me sourit. Il fit un signe à ma mère, et cette dernière hocha la tête. Elle s'en alla chercher des tabourets pour nous trois, tandis que mon père allait préparer du thé.

-Assieds-toi mon garçon, il est temps de te parler de ta grand-mère...

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Retour dans le passé [solo] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Konran Tenzin
Konran TenzinEn ligne

Retour dans le passé [solo] Empty
Lun 5 Aoû 2019 - 10:36
Nous nous assîmes sur les tabourets que ma mère avait ramené, et mon père avait préparé un thé en quelques minutes et nous avait servi trois tasses. Mon père était doué pour faire le thé, et celui qu'il nous servit était aux arômes de fruits rouges, et de ce fait délicieux. A la première gorgée, je savourai le liquide chaud descendant le long de ma trachée avec un sourire un poil nostalgique. Je n'avais jamais trouvé personne pour me faire un thé comme le faisait mon père. Et bien que je m'en faisais moi-même, ils n'étaient pas aussi bon que ceux de mon géniteur. Mon père prit à son tour une gorgée, un sourire affectueux sur les lèvres, avant de prendre un ton sérieux alors qu'il s'apprêtait à entamer la discussion. A la vue de son air sérieux, mon sourire se dissipa aussi et je me concentrai pour entendre ce qu'il avait à dire.

-Comme tu le sais déjà, le grand-père maternel était un assimilateur doton, et ta grand-mère maternelle, elle, était une grande manieuse du futon. C'est peut-être de là que vient ton assimilation. Cependant, ce que tu ne sais pas, c'est que ton grand-père paternel était un assimilateur de feu, et ta grand-mère maternelle une personne assez...singulière. Elle avait la capacité de se transformer, mais en un animal. En une magnifique louve au pelage blanc.

J'écarquillai les yeux de surprise. Je m'étais souvent posé la question d'où venait mon assimilation avec le vent, et j'avais toujours reçu comme information que la mère de ma mère était une grande utilisatrice de cet élément. Peut-être qu'avec les gênes d'assimilateur de ma mère et l'affinité de ma grand-mère de ce côté, j'avais hérité d'un peu des deux. Faisant une combinaison bien étrange. Cependant, pas une seule fois je n'avais réellement posé de questions sur mes grands-parents paternels. J'avais simplement supposé qu'ils étaient tous deux des assimilateurs de feu. Et je m'étais trompé. Par ailleurs, pour une raison qui nous échappait totalement, l'assimilation semblait se transmettre de génération en génération dans notre famille, alors que la plus part des autres assimilateurs n'avaient aucun rapport avec la génétique. Cependant, une métamorphe dans la famille ? J'étais loin de m'imaginer cela...

-Alors...Elle était un peu comme Kanna mais en loup ?

Kanna était une métamorphe chatte que j'avais rencontré quand j'étais encore gamin. Nous étions tombés l'un sur l'autre alors que nous étions à Kaze no Kuni, notre Pays d'origine. Et de là-bas, nous avions fait connaissance avec nos capacités respectives. Découvrant que nous étions tous les deux des êtres un peu...particuliers. L'une étant capable de devenir une chatte, l'autre du vent, nous étions quelque peu fascinés par ces capacités. J'avais même proposé à cette dernière, qui était devenue une amie, de venir passer quelques temps à la maison avant son voyage pour prendre des forces, chose qu'elle avait accepté. Quelques temps après, j'étais tombé malade, comme maintenant.

-Exactement, comme ton amie d'enfance. Tu les appelais métamorphes lorsque tu étais petit, mais on les appelle des "Yasei".

Je fronçai les sourcils. Des Yasei ? Je n'avais jamais entendu ce terme auparavant. Il y avait encore beaucoup de choses que je ne connaissais pas du Yukan, et il allait visiblement falloir que je rattrape mon retard sur ces dernières. Mais pour l'instant j'écoutais simplement les paroles de mon père, qui continua sur sa lancée.

-Ce sont des êtres capables de se transformer et de recourir aux caractéristiques animales de ceux dont ils prennent l'apparence. Ils sont capables de se transformer partiellement, ou totalement, tout comme nous en quelque sorte même si c'est fondamentalement différent. Nous n'en savons pas beaucoup plus sur le sujet...Ta grand-mère était assez discrète. Elle ne nous en a jamais vraiment parlé.

J'acquiesçai de la tête, prenant le temps d'assimiler toutes ces informations qui me semblaient au mieux complexes, au pire totalement loufoques. Mon arbre généalogique était un foutoir pas possible et cela avait pour résultat de m'avoir donné moi. Un peu de chaque branche de mon arbre. Des assimilateurs, du fûton, et du Yasei, tout ça passé à la brasserie génétique et j'avais apparemment gagné le jackpot. Je soupirai.

-Mais pourquoi ça ne se manifeste que maintenant ? L'assimilation est apparue bien avant, elle...

J'avais eu recours à l'assimilation dès mon plus jeune âge ou presque. Dès que j'ai été en mesure d'utiliser mon chakra, j'avais la capacité de m'assimiler. Aussi loin que je m'en souvienne, cela avait toujours fait parti de moi. Cependant, je n'avais aucun souvenir de m'être transformé en un animal à poil dans cette période. Il devait bien y avoir une raison pour laquelle elle ne se déclarait que maintenant. Je fronçai les sourcils.

-As-tu rencontré un autre Yasei, dernièrement ?

Je m'apprêtais à répondre non de manière assez machinale, jusqu'à ce que je me souvienne d'un élément important et qui me fit fermer ma bouche immédiatement. Je fronçai les sourcils avant d'acquiescer d'un air un peu renfrogné.

-Oui, mais qu'est-ce que ça a à voir...

-Et la dernière fois que tu es tombé malade et qu'il t'ait arrivé la même chose, c'était après avoir rencontré Kanna, n'est-ce pas ?

-Oui en effet, mais...

Et cette fois-ci, personne ne m'interrompit. Je m'arrêtai de moi-même, mettant alors en lien les évidences que j'avais noté moi-même mais sur lesquelles je ne m'étais jamais attardé. J'avais été proche de Kanna, une métamorphe -ou plutôt une Yasei ?-, et quelques jours plus tard j'avais commencé ma métamorphose. Qui s'était interrompue toute seule, jusqu'à ce jour où j'avais vu Ryoko se transformer sous mes yeux. La résonance y avait peut-être aidé, mais cette fois-ci la transformation ne semblait pas prête à s'arrêter toute seule. Ou s'arrêter tout court. J'ouvris grand les yeux, à la fois perplexe et confus.

-Alors tout cela...Vient du fait que j'ai été en contact avec deux autres Yasei ?

-C'est fort possible en effet. Il est possible que tu aies toujours eu cette part animale en toi, mais qu'elle ait été...endormie ? Par ton côté assimilateur. Être en contact avec d'autres êtres comme toi aurais pu la raviver et la forcer à sortir. Ne sens-tu pas cette présence au fond de toi ?

Maintenant qu'il le disait, je ressentais en effet une présence en moi, comme une autre source. Je sentais des instincts sauvages remuer en moi, cependant bien enfouis sous la surface. Contrairement à l'assimilation que je ne "sentais" pas à proprement parler puisque "j'étais" le vent, cette partie de moi semblait requérir mon attention. Elle semblait à la fois comme faire partie intégrante de tout ce que j'étais, tout en se détachant légèrement de celle-ci. Plus comme...le revers d'une même pièce.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Retour dans le passé [solo] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Konran Tenzin
Konran TenzinEn ligne

Retour dans le passé [solo] Empty
Mer 14 Aoû 2019 - 6:19
Sous la surprise de ces révélations et la prise de conscience de tout ce que ça impliquait, un silence prolongé s'installa. J'avais les yeux baissés sur ma tasse de thé, les mains resserrées autour d'elle alors que je plongeais mon regard dans le liquide chaud et sombre comme si je pouvais y trouver mes réponses. Mais contrairement à avant, j'avais déjà quelques éléments de réponse. J'étais lentement en train d'éveiller la partie lupine que j'avais hérité de ma grand-mère maternelle. Je sentais le regard de mes parents, silencieux mais inquiets, attendre patiemment de voir la réaction que j'aurais face à toutes ces informations. Je ne savais pas exactement comment digérer tout cela, mais au final, je trouvais tout ça assez intéressant et plutôt cool à vrai dire. De plus, je commençais à entrevoir les possibilités que ça offrait d'un point de vue pratique. Si j'arrivais à contrôler cette part de moi, je pourrais me servir de mon odorat et de mon ouïe pour traquer et pister ceux que je cherchais, récupérer des informations et autres. Mais cela représentait aussi l'héritage familiale, ce que j'avais reçu de ceux qui étaient avant moi. Je finis par relever la tête avec un air déterminé.

-J'aimerais apprendre à maîtriser le loup qui sommeille en moi.

Ma voix avait été ferme et pleine de détermination, et lorsque je croisai les yeux de mes parents, j'y lus la satisfaction et l'approbation. Mon père but une nouvelle gorgée, puis sembla s'éloigner dans ses pensées. Ma mère quant à elle, ne bougea pas, tournant simplement le regard de mon père à moi. Elle semblait attendre que l'un de nous prenne la parole, prenne l'initiative pour que l'on pointe du doigt la marche à suivre. Mais elle se rendit compte rapidement que nous étions perdus l'un comme l'autre. Je n'avais aucune idée de comment commencer, comment apprendre à apprivoiser l'animal en moi. Alors que j'étais en train de chercher des réponses en mon fort intérieur, je sentis la présence du loup remuer. Mais elle était faible. Comment faire pour puiser en elle. Alors que je fronçais les sourcils, ma mère se rapprocha de moi et posa une main sur ma tête, comme elle avait l'habitude de le faire quand j'étais plus jeune. Et elle me sourit. Un sourire tendre et affectueux, rassurant, m'enjoignant à me détendre un peu. Elle avait lu les inquiétudes sur mon visage et avait réagi en conséquence, comme seule elle savait le faire. Je lui souris en retour.

-Peut-être que tu devrais commencer par le faire sortir, ce loup.

Je penchai la tête sur le côté, interrogateur. Je ne savais pas comment procéder. Contrairement à l'assimilation, je n'avais jamais utilisé cette part de moi. L'assimilation ? J'eus soudain une idée qui illumina mon regard, et ma mère sourit de plus belle alors qu'elle acquiesçait lentement en s'écartant de moi. Comme si elle avait lu dans mes pensées. Je me concentrai alors, me recentrant sur moi-même, et je me laissai aller à ma forme élémentaire. En un battement de coeur, j'étais devenu du vent condensé sous forme humaine. Suite à cela, je fermai les yeux et tentai de me concentrer à nouveau sur cette partie au fond de moi.

Après tout, l'assimilation était aussi une sorte de transformation. De métamorphose. Une fois que j'eus senti la faible présence du loup en moi, je me focalisai sur cette dernière. Et le chakra que j'utilisais pour me transformer en vent, je le redirigeai vers cette partie que je sentais en moi. Les premières minutes, rien ne se produisit. Si j'avais été sous forme humaine, j'aurais commencé à transpirer. Puis au bout d'un petit moment où je redirigeais le chakra vers cette partie de moi, mon assimilation commença à se dissiper. Entièrement. Je ne m'en préoccupai pas et je continuai, et je remarquai avec une certaine satisfaction que je commençais à ressentir de plus en plus cette partie lupine, sauvage, demandant à sortir. Je la laissai prendre de l'ampleur, jusqu'à me submerger. Et d'un battement de coeur qui résonna dans tout mon corps, le changement s'opéra. Et il fut douloureux.

D'un geste brusque, j'ouvris les yeux, et je commençai à haleter. Je tombai à quatre pattes au sol, et je griffai la terre de mes ongles, tentant de m'y ancrer pour une fois, alors que je sentais les choses échapper à mon contrôle. Mes yeux virèrent au doré, et ma chevelure azurée devint rapidement blanche. Mes canines poussèrent, s'aiguisèrent, alors que la douleur sourde dans ma mâchoire s'étendait à tout mon corps. C'était généralement là que le changement s'arrêtait d'habitude, et dans une tentative réflexe, je tentai d'arrêter tout cela. Mais la douleur ne fit que s'amplifier alors que de la fourrure commençait à pousser sur tout mon corps. Je tentai de résister, de m'ancrer à ma partie humaine pour essayer d'apaiser la douleur, mais cela ne fit qu'empirer les choses. La voix inquiète de mon père résonna alors dans l'habitat, tandis qu'il tentait de rester calme.

-Laisse-toi aller.

Me laisser aller ? Si je n'avais pas eu aussi mal, j'aurais presque souri. C'était exactement ce que j'avais dit à Ryoko et à Yanosa lors de leur première transformation. Se laisser aller. Mon corps et mon cerveau prirent une minute à assimiler ce message, et j'abaissai tous les murs et résistances que j'avais essayé de mettre en place. Et le processus de transformation accéléra soudainement. Mes os commencèrent à craquer, à se déformer et à se replacer. Mes oreilles devinrent plus pointus, et se déplacèrent sur mon crâne pour venir s'y mettre au sommet. Dans le même temps, la forme de ma tête s'allongeait et se recouvrait de poils blancs et longs pour laisser place à mon museau. Mon dos s'arc-bouta alors que les os se remettaient en place et que petit à petit, mon corps d'homme laissait la place à celui du loup. Un loup qui faisait presque un mètre quatre-vingt de hauteur. Un loup massif et grand, à la fourrure blanche immaculée. Mais alors que je commençais à m'habituer à cette nouvelle sensation, je sentis la fatigue.

Je résistai à celle-ci, et décidai de tester mon nouveau corps. Ma vision était légèrement différente, certaines couleurs s'en étant effacée. Je voyais le monde en noir et blanc, avec quelques nuances de rouges et de bleu. Le jaune n'en faisait plus parti dorénavant. Je levai la tête vers mes parents, et je décelai la joie et l'émerveillement dans leur regard. Je tentai un sourire, sans grand succès, puisque ma mère eut un brusque mouvement de recul et une légère odeur de peur flotta dans l'air. Une odeur de peur ? Je pouvais sentir tout cela, et bien d'autres choses encore. Mon flair était si fin que je pouvais sentir de là où j'étais l'haleine de mes parents, empreinte de ce qu'ils avaient bu et mangé aux derniers repas. Mes oreilles pivotèrent vers eux, et je perçus distinctement le bruit de leur respiration, mesurée, contrairement à la petite pulsation assourdie mais rapide de leur rythme cardiaque. Je tentai un pas en avant pour m'approcher d'eux...mais je trébuchai lamentablement et m'effondrai au sol avec un petit jappement de surprise. Hein ? J'avais tentai de faire un pas en avant, mais le corps d'un loup ne fonctionnait pas comme celui d'un homme.

J'essayai de me remettre sur mes quatre pattes, mais trébuchai à nouveau. Et j'entendis mes parents glousser. Je grognai de frustration, et ils se mirent à rire de plus belle. Les minutes s'écoulèrent, et je testai un à un tous les muscles de mon corps, tentant de comprendre comment il fonctionnai. Je tentai de synchronisai les différentes parties de mon corps, de sorte à pouvoir bouger de manière coordonnée. Et après plusieurs minutes, je réussis à me mettre debout. Mes premiers pas se firent hésitants, mais je persévérai. Et je finis par pouvoir marcher. D'un autre côté, petit à petit, la partie sauvage en moi relative au loup, commençait à prendre de l'importance, et avec ce petit coup de pouce, les gestes simples devinrent de plus en plus facile. J'agitai la queue en signe de contentement et je m'assis sur mon derrière. Les sensations commencèrent à venir.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Retour dans le passé [solo] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739
Konran Tenzin
Konran TenzinEn ligne

Retour dans le passé [solo] Empty
Ven 16 Aoû 2019 - 17:29
Petit à petit, je commençai à appréhender la manière dont fonctionnait mon corps sous sa forme de loup. C'était assez étrange. Mes bras étaient devenues mes pattes avant, et mes jambes des pattes arrières. Impossible de donner des coups comme j'avais l'habitude de le faire, même pour utiliser le Kama Itachi et des techniques similaires. D'ailleurs, pouvais-je toujours utiliser mon affinité lorsque j'étais sous cette forme ? En me concentrant un peu, je parvins à transformer mon corps de loup en vent, puis à revenir à une forme en chair et en os. Après cela, j'ouvris la bouche, et je concentrai mon chakra dans celle-ci, et presque comme je le ferais sous ma forme humaine je crachai cinq balle de vent qui vinrent percuter l'un des murs de l'habitation. Remuant joyeusement de la queue et jappant, je fis comprendre à mon entourage le plaisir que c'était de savoir que je pouvais toujours utiliser mon élément sous cette forme. Certaines de mes techniques n'étaient plus du tout utilisables à cause de ma morphologie. Mais je devrais pouvoir à l'avenir faire des techniques avec cette forme. Ce serait intéressant de travailler là-dessus...

En attendant, je prenais petit à petit conscience de chaque fraction de ce qu'impliquait ce corps plus animal qu'humain. Je pris le temps d'écouter attentivement le bruit du coeur de mes parents, ainsi que les bruits de l'aube au dehors. De petites bêtes qui se terraient dans le sol, des insectes qui marchaient sur ce dernier. Les différentes odeurs que portaient le monde, celle de mes parents, celle de la terre et des différentes choses qui la composaient. Je levai ma tête pour renifler l'air, puis baissai le museau pour flairer le sol. Je me léchai ensuite les babines et commençai à marcher et à tourner en rond dans la petite habitation faite de terre. Mes parents comprirent rapidement ce que je voulais dire par là, et la porte s'ouvrit pour me laisser sortir en trombe. Je testai mes pattes, le sol sous mes coussinets. Ma nouvelle vitesse et forme de course et le plaisir du vent dans ma fourrure et sur ma langue pendante. Pendant de longues minutes, je pris le temps de m'habituer à cette forme. Puis vint l'heure où je devais reprendre forme humaine.

Et je ne savais pas du tout comment faire. Je penchai la tête de côté face à mes parents qui se regardèrent entre eux avec les sourcils froncés. Cela faisait plusieurs minutes que j'étais assis en train de les regarder, tout du moins de leur point de vue, et ils ne savaient pas du tout pourquoi. Après tout, je n'étais plus pourvu de parole. Je soupirai intérieurement après de longues minutes alors que je tentais de redevenir humain. Je finis par m'allonger au sol, posant ma tête sous mes pattes, mentalement et physiquement épuisé. La journée avait bien commencé à présent. J'étais arrivé un peu avant l'aube, et au vu de la position, j'estimais qu'il était près de la mi-journée. Et tout en pestant contre mon impuissance, la tête posée au sol alors que mes parents reprenaient leur petite routine, je finis par m'endormir. Je ne sus à quel moment Morphée me happa dans des songes tous plus loufoques les uns que les autres, mais lorsque je me réveillai en sursaut, il faisait déjà nuit. Et j'avais retrouvé ma forme humaine durant mon sommeil. Je n'avais rien contrôlé, je ne savais pas comment faire, mais il allait me falloir du temps.

Lorsque je me levai du sol, la maison était tout à fait silencieuse. A l'intérieur de moi aussi, pour la première fois depuis ces dernières semaines, je n'avais plus l'impression qu'une partie était en train de grogner en mon fort intérieur. Je sentais toujours l'animal en moi, mais celui-ci avait été rassasié d'avoir pu sortir et de rester plusieurs heures ainsi. Mon ventre grogna douloureusement, et mes parents revinrent comme par magie avec le repas du soir. Je ne savais pas d'où ils sortaient les aliments qu'ils me proposaient, mais ce fut absolument excellent. Et par la même occasion, nous en profitâmes pour discuter de ma nouvelle condition.

-Alors, comment était-ce ?

-Hmm...différent. Etrange au début, l'impression de ne plus savoir comment mon corps fonctionne. Mais ensuite ? Exaltant. Un monde plein de richesses que j'ignorais jusqu'alors, grâce aux sens de mon loup !

Ma mère rit de bon coeur tandis que mon père sourit largement avec une certaine fierté et joie dans les yeux qu'il était difficile de rater.

-Tu as du mal à revenir sous forme humaine, n'est-ce pas ?

-Oui...Il faudra encore que je m'entraîne sur ce point. Pour mes sens aussi, je ne sais pas encore bien les utiliser, il faudra que j'apprenne petit à petit.

-Tu as une idée de comment faire ?

Je réfléchis quelques secondes avant de hocher de la tête avec un petit sourire.

-Je commencerai par aller à la bibliothèque d'Iwa. C'est sûrement l'une des plus grandes du Yukan. Je trouverai forcément des informations sur les Yasei et sur les sens des loups. Et ensuite...Eh bien seul la pratique pourra m'aider. Et j'ai déjà une idée de comment procéder.

J'avais mes petites idées derrière la tête. Autant lié l'utile à l'apprentissage. Cela pourrait servir Iwa par la suite. Mon père ne me posa pas plus de questions, il avait compris qu'après toutes ces années, j'avais appris à me débrouiller par moi-même. Nous nous sourîmes tous les trois, mais ces derniers furent rapidement empreints d'une tristesse palpable. Il était l'heure de se quitter. Mes yeux se plissèrent alors que mon coeur s'étreignait à nouveau. Mais ma mère vint me serrer dans ses bras, manquant de peu de faire les larmes couler.

-Tu es devenu un bel et fort jeune homme. J'espère qu'on pourra se revoir, à Kaze no Kuni...

-Prend soin de toi et fais attention, fils. A bientôt...

Les mots restèrent coincés dans ma gorge alors que les larmes commençaient à monter. Je les pris tous les deux dans mes bras et les serrai fort contre moi. Je ne savais pas quoi dire, et deux petits ruisseaux se formèrent de mes yeux pour venir terminer leur course sur leurs épaules respectives. Ils me rendirent mon étreinte, puis avec un dernier regard, ils disparurent dans la nuit tombante. Je restai pendant encore quelques minutes dans la petite habitation, profitant de leurs odeurs respectives qui traînaient encore de le coin. Puis fut leur de partir à mon tour. Je sortis de l'habitation, et comme s'il avait entendu un signal, Garuda descendit du ciel dans un magnifique piqué avant de passer devant moi dans un coup d'aile. Dans le même temps, je sautai sur son dos alors qu'il était en train de passer, et nous reprîmes de la hauteur pour revenir au village.

_________________
Let go your earthly tether. Enter the void. Empty, and become wind...
Retour dans le passé [solo] Tenzin10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3535-le-livre-de-tenzin#26739

Retour dans le passé [solo]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: