Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES

Yuki Kaya
Yuki Kaya

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Sam 20 Juil 2019 - 19:31

Suite au retour du fameux chef du clan Hyosa, Hakyo de son prénom, la visite des terres de Yuki no Kuni était devenu une évidence. En effet, il avait parlé d’une terre de guerriers hors pairs qui pourraient être d’une grande aide à la brume, surtout en ces temps où la menace était omniprésente, et surtout imprévisible. Les ennemis étaient de plus en plus divers et de ce fait, il était important que la forteresse que devrait représenter Kiri soit inviolable, et fasse peur.

C’était donc sous la forme d’une mission officielle qu’elle se rendait dans les terres natives du clan Hyosa, les assimilateurs Hyoton, avec les anciens membres de l’équipe 10 : Aditya et Yasei Reikan. Au moins, c’était avec des personnes avec qui elle avait déjà une bonne synergie, et qu’elle connaissait bien. Même si à priori il ne devait pas être question de s’affronter sur place, personne n’était capable de prédire comment la rencontre se déroulerait. Et dans ce cas précis, il fallait donc prévoir potentiellement le pire.

C’était donc en cette matinée assez fraîche qu’elle se rendit au port Naragasa, avec un petit sac en cuir regroupant les affaires dont elle aurait besoin durant ce voyage, et habillée tout en blanc, comme à son habitude. Même si cette dernière avait changé après la résonance, les effets secondaires s’étaient lentement dissipés jusqu’à finalement disparaitre. L’équipe 10 était toujours aussi ponctuelle, et après s’être brièvement salués, le départ pu avoir lieu en temps et en heure. Tout se passait pour le moment pour le mieux.

Le navire Kirijin voguait alors sur les flots à la sortie de la baie du port Naragasa, et Kaya observait alors ses terres natales s’éloigner tandis qu’ils prenaient le cap des terres gelées de Yuki no Kuni. Quitter ces terres n’était pas vraiment quelque chose de commun, et ça lui faisait toujours un petit effet. Enfin, elle ne perdrait pas des heures à observer l’archipel sombrer sous l’horizon. Elle préféra se retourner pour se diriger vers le pont central, où elle espérait trouver Aditya et Reikan. Lorsqu’elle se trouva à leurs côtés, elle esquissa un petit sourire et leur demanda.

« Alors, j’espère que vous n’avez pas le mal de mer… »


Disait-elle car en sortant de la baie protégée de Kiri, la mer allait être bien plus agitée. Aucun problème pour la navigation, mais des personnes sensibles pourraient être touchées.
Son regard, toujours aussi glacial cependant, se porta sur les tenues des deux numéros 10.

« J’espère que vous avez prévu de quoi ne pas mourir de froid, ce serait dommage de mourir aussi bêtement. D’ailleurs, dans l’idéal, la mission est assez peu risquée. Mais nous allons tout de même vers l’inconnu, d’où le rang de la mission. »



_________________
[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini
Aditya
AdityaEn ligne

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Lun 22 Juil 2019 - 16:28
Hisser les voiles

ft. équipe 10


Été 203, Mer Blanche, Yuki no Kuni.

Les pas d’Aditya résonnèrent sur les planches boisées qui tapissaient le pont de leur navire, son regard perdu dans l’immensité écumeuse qui se dévoilait à lui. Depuis quelques minuts, l’embarcation avait pris la mer en direction des terres glaciales du Pays des Neiges, un voyage qui avait été établi entre l’ancien Yondaime et le village de Kiri il a bien des lunes, celui-là même qui s’était emparé du pouvoir à la suite d’un coup d’état. Ses yeux se plissèrent en sentant la brise hivernale caresser ses joues rougies par le froid. Sur les conseils de la féline, il s’était paré de vêtements outrageusement chauds et d’une cape afin de résister au climat impitoyable de la Mer Blanche, qui ne cesserait de baisser au fur et à mesure de leur traversée. Quant aux quelques effets personnels qu’il avait apporté – leur ordre de mission et divers outils ninjas qui trouveraient certainement leur utilité – ils demeuraient au sein des cabines, enfouis dans un sac en cuir similaire à celui de leur mentor.

Ses yeux vagabondèrent sur les traits de la métamorphe demeurée à ses côtés qui, tout comme lui, devait éprouver un temps aussi différent que celui auquel elle avait été habituée à Kaze. Plus tôt, ils s'étaient tous deux rendus au port Nagarasa où dormait le vaisseau sur lequel ils se trouvaient en cet instant et qui guiderait leur découverte de cette terre natale ayant abrité les prémisses des clans Yuki et Hyosa ; il n'y avait ainsi rien d'étonnant à ce que leur objectif principal était de préparer les liens diplomatiques qui uniraient ces deux pays, en espérant que Hakyo tienne la promesse formulée à leur enseignante, bien avant que le chaos ne survienne au sein des murs du village.

Une voix retentit derrière les deux silhouettes ; celle de Kaya, égale à elle-même dans ces vêtements immaculés. Ses talons divergèrent du bord de l’esplanade pour lui faire face en soulevant légèrement les pans de sa cape et la salua d’un geste de la tête.

« J’imagine que ce serait embêtant lors d’une telle traversée. », glissa-t-il d’une œillade en direction de l’océan.

Le dernier voyage maritime du blond ne datait que d’une demi-année, lorsqu’il s’était rendu de la même manière au cœur de la Brume. Aujourd’hui, il la quittait sous les paroles pour le moins rassurantes de sa mentor, et bien que le rang de leur mission eût pu le surprendre, cela ne l’effrayait pas ; après tout, il était tout aussi conscient des risques que lorsqu’il avait accepté de se joindre à l’expédition. Il n’aurait pu se sentir plus en confiance qu’aux côtés des deux jeunes femmes qui avaient fondé avec lui l’équipe dix de Kiri. Devant les propos de la Yuki, Aditya désigna les vêtements qu'il portant en apposant sa paume sur son torse, par-dessus le tissu de sa pèlerine.

« Reikan et moi-même nous en sommes chargés avant de prendre le large ; si quelque chose survenait brusquement, nous n’aurions pas le temps de nous changer ou d’espérer que le froid ne nous dévore pas avant. »

Lorsqu'elle évoqua cette sensation d'inconnu et ces contrées sauvages qui les attendait, Aditya ne put s'empêcher de la questionner plus en détail à ce sujet ; peut-être pourrait-elle leur confier quelques informations cruciales avant leur entrée dans les eaux gelées.

« À ce propos ; que sais-tu sur le Pays des Neiges ? Je t'avoue n'avoir jamais eu l'occasion d'y poser les pieds, et quelques indications ne seraient pas de refus. Ton clan en est originaire, n'est-ce pas ? »






_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Jeu 25 Juil 2019 - 0:44
Après plus d'une saison entière passée à s'adapter à un mode de vie casanier, il était temps pour Yasei Reikan de retrouver ses racines ; celles du voyage. Mais cette fois-ci, l'itinérance ne se ferait pas à la solde d'une soif de découvertes toujours plus croissante, mais bel et bien à celle d'une Brume nouvellement diplomate. Les récents événements, qu'ils purent germer dans le terreau même de Kiri ou dans celui se trouvant au-delà des marécages embrumés, n'avaient décidément pas laissé le choix aux hautes-instances du village ; à tout prix, il fallait renforcer les soutiens du Mizu no Kuni. Et Yuki no Kuni, voisine toute proche quoique dotée d'un climat largement plus rude, s'était révélée, par les simples actes et paroles du Yondaime Mizukage, comme étant un pilier de taille dans la guerre aussi bien idéologique que militaire se profilant à l'horizon du monde shinobi.

Cette destination presque inconnue de tous constituait une faille dans le parcours nomade de notre chère métamorphe. Toutefois, si elle n'avait pas encore foulé de ses pas la neige du pays se trouvant au-delà de la Mer Blanche, Reikan avait déjà eu la chance d'affronter des conditions climatiques bien tranchées dans le négatif aux monts du Fer, desquels elle n'était à l'époque pas ressortie indemne. Une telle expérience, qui n'était pas à laisser de côté lors d'une mission au rang aussi élevé, eut vite fait de lui servir lorsqu'elle prit soin de prévenir Aditya sur plusieurs points concernant le trajet ; et surtout, vis-à-vis d'une tenue vestimentaire particulière à ne pas négliger. Pour sa part, elle se contenta du port d'un ensemble épais et chaud, ainsi que d'un sac à dos. La Fille du Désert avait beau posséder le don d'allier beauté et efficacité, elle ne pouvait se refuser une telle épaisseur de vêtements. Qui sait, si elle ne se préparait déjà pas à garder sa fourrure animale en cas d'ultime recours contre un froid impétueux?

Sur le pont, la féline adressa un dernier regard au village qui s'enfonçait dans son écharpe de brume, avant de se tourner vers le large. Depuis son arrivée dans les rangs de Kiri au début du printemps, cette mission officielle représentait sa toute première sortie du Pays de l'Eau. Et c'était un fait que même Reikan ne pouvait nier ; cela lui fit un bien fou, de savoir qu'elle allait enfin respirer un autre air, pourvu d'effluves lui étant encore étrangères. Le cœur de la changeforme s'en emballait presque, non pas de peur ou d'appréhension, mais bien d'entrain ; elle avait hâte de voguer au plus loin de ces flots polaires, même si ses pattes devaient finir gelées par la poudreuse une fois sur la terre ferme. Ses songes furent vite avortés par l'intervention de son ancienne supérieure, Yuki Kaya, qui était la mieux placée pour diriger une telle ambassade réalisée à tâtons. Elle ne put se retenir d'esquisser un sourire quant à sa remarque. À vrai dire, si la jolie brune ne souffrait pas du mal de mer, elle était désormais libre du mal de la sédentarité et se sentait au mieux de sa forme.

« Pas de mauvais sang à se faire pour ce qui est du froid, bien qu'il soit celui du Yuki no Kuni. Nous parviendrons à le surmonter, j'ai ce qu'il faut. »

Sans prendre la peine de désigner son sac à dos, qui était susceptible de renfermer divers équipements, la fourrure de Reikan à elle seule, une fois métamorphosée, pouvait même suffire pour tenir tête à un froid glacial. Elle ne pouvait qu'accorder une expression confiante à ses comparses en restant attentive à la conversation, au moment même où le blond osa questionner leur aînée au sujet de sa famille. Le clan Yuki, doté de la maîtrise du Hyōton. Je me demande si, en tant que cheffe de son propre clan ou bien même diplomate dans l'âme, Kaya sait ce qui nous attends, au Pays des Neiges.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Narrateur
Narrateur

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Sam 28 Sep 2019 - 11:03
La matinée fraîche qui recouvrait Mizu no Kuni ferait frissonner les plus résistants au froid. Les trois shinobis que vous étiez, avaient bravé la basse température pour vous rendre au port Naragasa pour prendre le large dans un pays où la neige prédominait et le froid que vous rencontreriez ne vous laissera pas de marbre. Êtes-vous prêtes pour endurer cela ? Nous allons le voir.

La proue de votre navire passait la baie protégée de Kiri, faisant son entrée dans les contrées sauvages qui vous séparaient du pays de la Neige. Durant quelques jours, naviguant petit à petit, tout en évoluant vers votre destination, vous pouviez déjà constater que l'air s'était drastiquement refroidi. Fort heureusement, les cabines sous le bateau vous permettiez de vous réchauffer, il aurait été malheureux que votre nez coule à votre arrivée sur les terres de Yuki. Vous pouviez aussi observer, contrairement à derrière vous, que l'horizon était immaculé et qu'un brouillard vous empêchiez de voir plus loin.

Le lendemain, à l'aube, vos regards curieux et intéressés rencontraient des premiers glaciers éparpillés de chaque côté, comme si chacun vous souhaitait la bienvenue. Pourtant, l'un d'eux, se lassant de sa vie auprès des siens, décida de vous interpeller, en émettant un craquement intense avant de se détacher et de s'échouer sur l'eau dans un fracas qui attira immédiatement votre attention. Le contact entre l'eau et le bloc de glace assez imposant provoqua une onde, créant une vague qui déferlait dans votre direction. Celle-ci n'était pas assez haute pour passer au-dessus de votre embarcation, mais suffisante pour frapper au niveau de la moitié de la coque, infligeant un choc tel que vous vous retrouverez très secoué, provoquant peut-être une chute si vous ne trouviez pas un moyen de vous accrocher.

Lorsque tout sera rentré dans l'ordre, vous décideriez de reprendre la barre et pourtant, la mer en avait décidé autrement. En effet, les ondes émises par le petit tsunami avaient éveillé quelque chose dans les abysses de l'océan glacial. Et rapidement, sans que vous vous en rendiez compte, cette chose se rapprochait de vous dangereusement. Et CRAK, le choc retentit, créant une seconde secousse à laquelle vous ne vous attendiez pas, mais pas suffisante pour vous faire tomber, car celui-ci provenait de la poupe du bateau. Le coup était brutal et différent de l'impact de la vague. Autour de vous, si vous observiez la mer, une ombre gigantesque, tout en longueur, tournait autour de vous, comme pour vous provoquer, vous narguer, vous faire comprendre que de sa présence, elle était là et comptait rester. À certains endroits, vous pouviez aussi remarquer des bulles d'air sortir à la surface de l'eau, mais le brouillard et la profondeur de l'océan ne vous permettez pas de distinguer ce qu'il se passait en dessous de l'eau.




Première secousse : trouvez un moyen de vous tenir pour ne pas chuter dans l'eau glaciale.Attention ça tremble !

Aidez votre camarade dans le cas où l'un aurait malheurement chuté.Et vite, avant qu'il ne gèle dans l'eau !

Enquêtez sur la seconde secousse mystérieuse qui ne présage rien de bon (en sachant que des indices peuvent faire comprendre qu'il n'y a pas rien).C'est la fête à la secousse ou quoi?

Continuez votre route sans vous souciez de cette seconde secousseC'est n'est peut-être qu'un glacier après tout...




Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kaya
Yuki Kaya

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Lun 30 Sep 2019 - 22:43

Une petite discussion prenait place entre la sensei et ses ex-élèves tandis qu’ils s’éloignaient du village pour faire cette grande traversée. D’ailleurs, leur date de retour à Kiri n’était pas vraiment spécifiée. Entre quelques jours et deux mois, ce qui était une fourchette assez large. En tout cas, elle appréciait toujours autant les relations qu’elle entretenait avec ces deux personnes. En observant le premier, elle avait l’assurance qu’il n’allait effectivement pas mourir de froid. Aditya était de toute façon quelqu’un d’assez prévoyant. Pour Reikan, sa forme de gros chaton avait aussi ses avantages d’un point de vue résistance au froid. Leur équipe était assez idéale pour se rendre dans ces terres gelées. Cependant, étaient-ils prêts à affronter un froid si extrême ? Seul le temps et le débarquement pourra l’attester.

« Très bien, je vous fais entièrement confiance sur ce point. Et désolée, mais je ne suis pour ma part pas vraiment frilleuse, et en plus je ne sais faire que de la glace, pas du feu. Pour vous réchauffer en cas de coup dur, il faudra improviser. »

Dit-elle en souriant, avant de hausser un sourcil et de lever son regard au ciel suite à la question d’Aditya. Là, elle pouvait vraiment passer pour une inculte et une personne qui n’avait rien à faire ici. Kaya avait été couvée longuement par ses parents étant petite, et elle ne connu l’extérieur de son clan qu’assez tard, vers la fin de son adolescence. Autant dire que les paysages de Yuki, elle ne les connait que de la bibliothèque du clan, ou par les récits contés par d’autres.

« Je ne suis pas une familière non plus des lieux. Je suis trop jeune pour avoir des connaissances de mémoire, et de toute façon, je ne suis pas sortie de l’enceinte de mon clan avant d’être presque adulte. En revanche, j’ai pu étudier de longs moments cette partie du monde dans les ouvrages du clan Yuki, car effectivement nous sommes originaires de cette région, tout comme les Hyosa évidemment. Donc pour être honnête, nous allons en terrain pas inconnu, mais hautement incertain. »

Elle pousse un petit soupire et regarde l’horizon, avant de reprendre.

« C’est pour ça qu’il va falloir faire preuve d’une bonne capacité d’adaptation. Les récits sont assez fiables, mais parfois un simple changement de gouvernance change la région du tout au tout. Une zone auparavant neutre peut vite se retrouver hostile sans que l’on ne le sache. La prudence est alors de mise. »

Ce n’était pas son discours le plus rassurant, mais c’était au moins la vérité. Leur échange avait duré, et la nuit était maintenant tombée. Il était temps pour l’équipe assignée à cette mission d’aller reprendre des forces pour la journée de demain, en espérant que la route empruntée était la bonne et qu’ils n’allaient pas débarquer à Iwa.

Un peu stressée et excitée à l’idée de voir les terres natales de son clan, Kaya s’était levée tôt. Aux aurores mêmes. Et elle pouvait donc voir la mer devenir à son image, avec ces glaciers éparpillés qu’il fallait souvent contourner. Jusqu’à ce que l’un d’eux décide de se briser, tombant et provoquant une vague impressionnante. Kaya, spectatrice de la scène, cria soudainement.

« Quittez le pont aussi vite que possible, ou accrochez-vous fermement ! »

Dit-elle avant de réaliser quelques mudras et de faire apparaître de nombreux petits murs de glace permettant à ceux autour d’elle d’avoir des appuis et points d’accroche afin d’éviter une potentielle chute à la mer. A vrai dire, elle espérait qu’une telle vague n’allait pas simplement les faire couler. Mais dans le doute, la seule solution était de s’accrocher.



La secousse fut d’une rare violence, et la dame de glace s’était fermement maintenue grâce à ses petits murets en glace. Le premier réflexe fut de s’assurer que personne n’était tombé à l’eau. Et à priori ce n’était pas le cas. Premier soulagement, et première frayeur du voyage.
Elle espérait désormais que tout se passerait pour le mieux, au moins jusqu’à arriver à destination. Mais c’était sans compter sur cette ombre qui s’approcha du bateau avant de le frapper encore une fois. Kaya tomba au sol, avant de faire l’effort de vite se relever. Pas de glacier cette fois, pas de vague. C’était autre chose. Elle poussa un soupir et s’empressa de se rendre vers l’un des côtés du pont, pour voir par-dessus la barrière et observer ce qui avait bien pu percuter leur bateau. Elle ordonne au passage à un matelot d’aller vérifier que la coque n’est pas percée ou endommagée.

Et puis, soudainement, elle remarqua ces grandes bulles sortir non loin de leur bateau. Son regard se bloqua quelques secondes, avant qu’elle ne se retourne pour chercher ses coéquipiers sur le pont.

« Reikan, Aditya! Venez par ici, vite ! »

Dit-elle avant de leur montrer ce qu’elle était en train d’observer.

« Ce n’est pas une vague cette fois, c’est autre chose. Soit nous avons percuté un obstacle sous-marin, soit l’obstacle est vivant, et ne nous veut pas que du bien. »

Elle pointe du doigt la zone produisant des bulles, et pousse un long soupir.

« Est-ce que quelqu’un a une technique pour réussir à identifier ce qu’il peut y avoir là-dessous ? Je n’ai pas envie qu’on attaque tout de suite, si c’est une bête et qu’elle n’est pas spécialement hostile, nous attirer ses foudres n’est pas une grande idée. »

_________________
[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini
Aditya
AdityaEn ligne

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Jeu 3 Oct 2019 - 20:54
Son regard d’azur, déposé sur les traits de sa mentor, s’était dérobé au sens de ses paroles, s’abreuvant des informations qu’elles révélaient au fur et à mesure que sons et mots se firent échos dans ses pensées. Son visage demeura impassible tandis qu’elle leur relatait le récit de son ignorance, enracinée par les traditions et précautions que le clan des neiges avait accordé à celle qui était désormais à sa tête, plus tôt dans son enfance. Avec les récents événements, il s’était permis de croire que l’histoire n’avait pas étendu ses frontières au-delà de sa connaissance – et quelle erreur, de se voir ainsi révéler qu’il n’en était rien. Elle n’avait pu connaître ces terres, l’expérience ayant été substituée au savoir inculqué par des tomes anonymes et l’encre tachant leurs pages.

Un soupir s’échappa de ses lèvres, rejoignant celui de l’adulte. Comme tout paysage dérobé aux yeux des hommes, il demeurait sauvage et d’une sempiternelle instabilité. Si loin des côtes de Mizu et de la Forêt Millénaire, ses repères s’étaient absous au profit d’une nostalgie familière ; celle des premières rencontres, portée par le poids de ces pas frôlant une terre inconnue accueillant sa venue avec réserve. Une demi-année plus tôt, cette même émotion l’avait accompagnée lorsqu’il eut découvert le Pays de l’Eau et ses secrets ; qu’en serait-il de Yuki ? Revêtirait-elle les traits glaciaux et revêches qu'on lui prêtait, critiques portées par l'ignorance et la crainte ? Ou se montrerait-elle apte à apaiser les maux de leurs cœurs, défrichés par le chaos ayant survenu quelques semaines plus tôt au sein de la Brume ?

Durant le reste de son voyage, ponctué par les levers et couchers d'un soleil ardent de mystères, Aditya tacherait d'en apprendre plus – tout ce qui pourrait leur être utile. Pour l'heure, il lui faudrait donner à son corps le repos qu'il réclamait, afin de préparer les lendemains à venir de la plus sereine des manières.

Ses traits se teintèrent d'un sourire apaisé tandis que son attention s'échouait tour à tour sur la féline et leur mentor. Cela ne servait à rien de tergiverser ainsi ; aucune réponse ne lui serait accordée tant que son esprit demeurerait embrumé par le doute et l'insipidité.

« Je vois. Nous tâcherons de faire au mieux. », glissa-t-il sur un ton clair. « Nous devrions profiter du temps qu'il nous reste pour dormir et manger à notre faim ; l'océan peut parfois se montrer capricieux. »

Et alors que l'onde de ses mèches d'or adressaient une dernière révérence à l'écume frileuse, sa silhouette disparue dans l'embrasement d'une cabine, à l'abri des regards des matelots et de ses pensées vaines. Quant aux bras de Morphée, ceux-ci furent pris de pudeur à sa vue, se refusant à s'abandonner ainsi à lui pour les heures à venir ; ils glissèrent sur son être par à-coups, l'éveillant et l'endormant au gré du son des cales frappant les vagues sous leur poids.

[...]


Le lendemain matin, les contours de l'aurore dardaient déjà leur regard sur son corps, encore emmitouflé dans manteau et fourrures prodiguées par la métamorphe. L'azur dansant au cœur de ses paupières s'attacha à chacune de leurs égales, bien qu'à leur différence elles aient été forgées dans la givre et l'indolence. Des glaciers à l'imposante stature miroitaient leurs reflets dans les eaux du Pays des Neiges, uniquement troublées par la visite éphémère de quelques animaux marins inoffensifs. Et tandis qu'il était afféré à la vérification des mats et aux nœuds les maintenant en place, eux et les voiles de tissu dans lequel s'abreuvait le souffle du vent, un premier choc vint heurter leur embarcation, manquant de le faire chavirer sous la surprise. Au loin, il cru percevoir l'éclat de la voix de Kaya, leur intimant avec sévérité de s'accrocher à la première chose qu'ils trouveraient.

Ses sourcils se froncèrent, tandis que sa paume résolue vint s'apposer sur les rebords du navire et qu'une fine pellicule de chakra vint revêtir les contours de ses pieds chaudement couverts. Ses yeux parcoururent les courbes de ce bloc de glace ayant engendré l'apparition d'une vague téméraire, dont l'ambition avait frappé le bois de leur embarcation. Et si l'eau ne semblait pas menacer de les emporter, ils auraient tout aussi bien pu plonger dans cette mer glacée.

Sa poigne vint se refermer sur le tissu du col d’un des matelots – l’un des plus jeunes et inexpérimentés, s’il en jugeait la rondeur qui imprégnait son visage – pour l’empêcher de passer par-dessus bord avant de darder du regard ses deux camarades. Mais alors qu’il voulu les interpeller, ses paroles moururent dans sa gorge, avortées par le second choc qui vint frapper les flancs de l’embarcadère. Sa prise demeura égale à elle-même, bien que secouée par ces allées et venues impromptues. Quelques secondes s’écoulèrent sans qu’Aditya ne bouge un seul de ses doigts, jaugeant les remous de la mer : une chose était sure, si l’origine du premier ébranlement était on-ne-peut-plus naturel, il était loin d’en être de même pour le second, ou tout du moins en apparence.

Ce ne fut que lorsqu’il lui sembla que les divergences propulsées par l’océan s’étaient refusées à poursuivre leur assaut qu’il relâcha le matelot et rompit la distance le séparant de ses deux comparses, interpellé par le cri de la Yuki. Le bruit de ses pas résonna dans un son unique lorsque ses pieds heurtèrent les lames de bois du pont, près de leurs silhouettes inquiètes.

« J’en suis arrivé à la même conclusion. Il serait plus judicieux de s’assurer que ça ne présente rien d’anormal, mais je doute que l’on détecte quoi que ce soit d’ici si notre objectif se trouve sous la calle du bateau ; bien que j’aie foi en les dons de sensorialité de Reikan… ils pourraient autant nous induire en erreur que nous rassurer. »

Son regard dériva sur l’écume l’espace d’une seconde, les sourcils légèrement froncés par la réflexion. Mais lorsque son regard revint arpenter le visage de la changeforme, il avait revêtit le même sang-froid qu’on lui reconnaissait à l’accoutumée.

« Peut-être nous faudrait-il plonger. Cette eau a l’air on ne peut plus glaciale ; si l’on si aventurait trop longtemps, il est plus que certain qu’un corps humain ne tiendrait pas… Mais peut-être que celui d’un tigre supporterait les températures les plus froides. », glissa-t-il avec un sourire espiègle à l’adresse de sa confidente. « Qu’en dis-tu ? Il faudrait tout de même s’assurer que tu puisses remonter à la surface s’il t’arrive quoi que ce soit – un fil de fer devrait faire l’affaire – même s’il ne s’agit que de reconnaissance. La décision t’appartient. »


Récapitulatif:
 




_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Dim 6 Oct 2019 - 16:43
Pour celle qui avait grandi sous une chaleur de plomb, le soleil qui caressait actuellement son épiderme paraissait plus glacial que jamais. Depuis l'aube, la Mer avait troqué son repos brumeux contre une douteuse impétuosité, sa surface criblée de glaciers. Si la Fille du Vent était subjuguée à l'idée de fouler à nouveau une poudreuse encore vierge, similaire ou presque à celle du Pays du Fer, elle eut vite compris qu'elle était encore loin de réaliser ce souhait, à la vue de ces énormes blocs de glace dans l'eau que même les plus grandes vagues n'arrivaient pas à faire sombrer. L'air était si froid que son nez encore humain luttait pour ne pas aller trouver refuge dans sa fourrure animale, laissant des réminiscences de son voyage s'emparer de son esprit. Yuki no Kuni incarnait une terre hostile et un climat difficile à dompter, où les brûlures n'étaient pas la conséquence d'une trop puissante flamme, mais bien d'un froid sans pitié. Au cours de ce voyage diplomatique, la nuit précédente dans sa cabine, calme et reposante, serait décidément la dernière de ce genre.

Sur le pont, à l'écart de ses pairs et de l'équipage du vaisseau maritime, Reikan guettait les flots. Désormais, la vapeur de son souffle apparent lui fit comprendre que cette mission n'allait pas être un parcours de santé. Mais se retrouver dans de telles conditions était loin de faire naître une pointe d'effroi dans son âme ; bien au contraire, cela l'animait. Une pensée aux précédentes paroles de son aînée eut même manqué de la faire sourire. Dommage de mourir aussi bêtement, hein... De toute évidence, ça devrait aller. Si en pure diplomate, la Yuki était certainement pressée à l'idée de découvrir ce qu'allait leur réserver les monts glacés de leur destination, la Yasei, elle, en espérait bien plus, rien qu'en offrant à ses yeux et à ses poumons un nouveau paysage, un nouvel air. Ne manquait plus qu'à prier pour que celui-ci, aussi frais qu'un poignant pique de glace, ne lui brûle pas la gorge.

Mais avaient-ils seulement le temps de faire leurs prières? Une secousse vint en déduire par la négative, l'alerte de Kaya extirpant immédiatement la métamorphe de ses songes, qui n'avait su attacher son attention à ce détachement de glace, phénomène en apparence naturel. Si se tenir à la balustrade en bois du navire s'avéra insuffisant pour la retenir d'un début de chute, Reikan s'affaira aussitôt à la concentration d'une fine couche de chakra sous ses semelles, pour ne pas décoller du pont. Une secousse? Certes bref, le choc fut si intense qu'elle se crispa pour éponger les tremblements parcourant son corps. Il lui fallut ainsi quelques secondes pour analyser la situation, s'assurer que personne n'était tombé à l'eau et comprendre la raison de cette secousse, qui n'était pourtant que la première. Une seconde s'empressa de tourmenter les Kirijins, alors que cette fois-ci, aucun glacier ne venait d'abandonner une partie de lui aux fonds marins, seule une ombre gisant sous la surface.

Toujours agrippée par son chakra au pont, la Tigresse blanche fronça les sourcils à l'entente de la barre, guide essentiel du gouvernail du monstre de bois, qui avait délibérément changé de cap à cause du choc contre la poupe. Et pour cause, la gouverne venait de se faire arracher son capitaine, qui n'avait pas su s'accrocher assez fermement à elle. Si le cap peut être aisément retrouvé par le capitaine, encore faudrait-il que celui-ci ne quitte pas le quart de pont. Sans attendre, Reikan extirpa un kunaï de sa sacoche et le lança en direction de l'homme en question. Si son improbable jet causa une entaille à la joue et à l'oreille du capitaine, il n'empêche qu'il permit à ce dernier de ne pas passer par-dessus bord, en trouant son vêtement pour l'accrocher au mât le plus en arrière. La féline balaya les flots de son regard éthéré et s'autorisa jusqu'à un soupir de soulagement. Personne à l'eau.

Au fur et à mesure que les remous de la Mer s'apaisaient, la changeforme diminuait la quantité de chakra envoyée dans ses pieds, jusqu'à en couper toute alimentation. En ayant ouïe des cris de la chevelure blonde, Reikan se redressa pour s'atteler aux côtés de ses camarades. L'ombre et les bulles significatives à la surface de l'eau ne firent que confirmer ses doutes ; cette deuxième seconde n'était pas le fruit des glaces, mais de quelque chose de bien plus vivant, et certainement de plus dangereux. À l'écoute des suggestions de Kaya et d'Aditya, plusieurs idées traversèrent l'esprit de la jolie brune, celle-ci essayant de démêler le meilleur du pire. Aditya est dans le vrai. Même avec mes dons de sensorialité, je serai incapable de savoir ce qu'il en est là-dessous. Elle jeta un œil au fil de fer lui étant tendu, se sentant observée par la plupart des membres de l'équipage. Puis, elle fit part de sa réponse, en haussant la voix en définitive à l'égard des marins.

« Je ne vois pas d'autre solution. De nous trois, et ce sans vouloir t'offusquer Kaya, je pense ressortir de cette eau glacée sans même claquer des dents. Je vais faire de mon mieux pour voir ce qui vient de nous percuter. Quant à vous, veillez à attacher tout ce qui ne l'est pas au pont et soyez prêts à vous cramponner, au cas où les secousses reprendraient de plus belle! »

Ni une ni deux, Reikan s'allégea en retirant sa veste la plus imposante, qui pourrait s'avérer encombrante une fois sous l'eau. Et sans le moindre signe incantatoire, la métamorphe revêtit une dense fourrure tigrée au niveau de son cou, de ses épaules et de son ventre, pour ne pas être affectée par la température ambiante, aussi bien sur ce pont qu'une fois sous les flots. Si cette nouvelle apparence pouvait paraître effrayante pour les matelots, elle révélait toutefois une élégance assez mystérieuse malgré sa fonction première ; protéger la féline du froid et la rendre moins perceptible, dans un univers glacé. Son pied droit montait d'ores et déjà sur la balustrade en bois, avant même que sa dextre n'ait empoigné le fil de fer tendu par Aditya. Elle accorda un regard confiant à ses coéquipiers, inspira profondément puis plongea dans cette eau glaciale. Le décompte d'une respiration retenue était dorénavant lancé. À quoi Shiroitora allait-elle donc faire face, après avoir traversé ce miroir de glace liquide?

résumé:
 



_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Narrateur
Narrateur

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Dim 13 Oct 2019 - 23:45
Il n’était pas surprenant de vous voir réagir efficacement à la première secousse réalisée par ce mini tsunami d’origine naturelle. C’était une façon originale de vous souhaiter la bienvenue sur les terres de la Neige. Cependant, la vague n’était pas la seule présence de la nature à vouloir vous saluer dignement. En effet, dans l’abysse océanique, des pupilles aussi écarlates que glaciales s’affichaient dans la pénombre, tandis que l’ombre était déjà en mouvement, remontant vers ce qu’il semblait apercevoir comme un intrus sur son lieu d’habitat. Pour vous faire comprendre qu’il était là, qu’il était le Roi de ces lieux, sa tête, solidement construite frappa fortement l’arrière du bateau. Cette secousse n’était pas assez puissante pour vous faire tomber, mais suffisait pour vous interpeller, laissant les interrogations et la confusion semer le doute dans vos esprits. Vous aviez alors pu remarquer, qu’une ombre assez longue et impressionnante tournait lentement autour de vous, comme si elle jouait avec vous, devenant son divertissement de la très fraîche matinée. Des bulles remontaient à la surface, vous faisant comprendre que tout ceci n’était pas anodin et que vous n’étiez donc pas seuls.

Rassemblés au bord de votre navire de voyage, vous aviez décidé à l’unanimité de compter sur les capacités animales de Reikan pour comprendre ce qu’il se déroulait sous l’eau gelée. N’importe quel être humain n’oserait pas poser un pied dedans, la température très basse empêchait même les plus téméraires de s’y lancer. Fort heureusement, les dons de la métamorphe lui offrit la possibilité de se lancer à l’eau en résistant au froid. Le plouf se fit entendre tandis que la silhouette divine et élancée, recouverte à certains endroits de fourrure tigrée, analysait ce qu’il se passait. De ses pupilles céruléennes, la Yasei pouvait observer avec surprise, ce qui ressemblerait à une queue. Si elle tournait son visage en longeant son regard azur sur la forme longiligne mais résistante, elle se rendrait compte que l’invité surprise changeait de cap pour se lancer sur elle rapidement tout en faisant onduler l’eau frénétiquement. Que sa présence soit là ou non, le maître des lieux comptait faucher tout ce qui se trouvait sur son passage avant de remonter vers la sortie d’une nage décidée.

De là-haut, vous attendiez attentivement un signe de votre partenaire, sauf dans le cas où elle serait remontée à temps. Mais la surprise serait tout de même immense, lorsque ce qui remonta à la surface fut si impressionnant qu’il déclencha une pluie gelée sur vos visages éberlués. Il était là, sous vos yeux, de sa majestueuse taille. Son corps serpentaire se confondait avec la couleur azure de l’océan, sa nageoire dorsale au ton glacial trônait sur toute sa longueur, faisant office de couronne royale.



L'immense reptile glacial vous toisait de son regard sanguinaire, il ne semblait pas ravi de vous voir ici. De nature violente et féroce, la sentence n'attendit pas et si les matelots se demandaient ce qu'ils faisaient là, à vos côtés, ils allaient regretter d'être venus. La queue de votre invité surprise sortit de l'eau, créant une ombre qui vous cachait les rayons de soleil matinaux avant de s'abattre violemment sur la surface aqueuse. Sa gueule s'ouvrit, relâchant un cri sauvage et effrayant, tandis qu'une vague se suréleva à cause du choc prête à s'abattre sur vos vies. Cependant, alors que vos regards désillusionnés observaient la scène, l'avalanche d'eau ralentissait et se transformait petit à petit en bloc de glace qui se brisa alors en multiples morceaux, comme un iceberg qui s'effondrait au-dessus de vous.



Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Mer 16 Oct 2019 - 23:45
Si Reikan ne fut pas gênée par la température glaciale de l'eau dans laquelle elle nageait, les pupilles de glace de l'immense reptile dans son dos s'en chargèrent. La seule taille de la créature eut suffit à l'alerter lorsqu'elle aperçut une forme de queue écaillée, l'obligeant à se retourner dans l'immédiat pour avoir le reste du corps de la bête dans son champ de vision. Un reptile de glace. Dès qu'elle eut ce monstre marin en visuel, les précieuses secondes d'apnée de la Fille du Vent parurent s'écouler au ralenti, faisant monter les battements de son cœur dans les tours. Était-ce le résultat de la peur, ou bien adrénaline? La réaction de la métamorphe ne tarda pas à répondre à cette question, dans ce silencieux monde situé sous le miroir des flots. Je n'ai bientôt plus de souffle et je doute qu'il me laisse davantage nager dans ses eaux sans agir, alors... Peu à peu, la jolie brune se délesta de sa fourrure pour éviter de gaspiller ses ressources et vouer son entière attention au titan des mers.

L'instinct félin et la connaissance du comportement animal de Reikan lui permirent presque d'anticiper la menace que cet obstacle représentait, sur leur trajet entre les glaciers. Toujours raccordée au fil de fer tenu par Aditya, elle ne fit toutefois aucun mouvement brusque, jusqu'au moment où le corps serpentin se rapprocha aussi rapidement que dangereusement en sa direction, en vue de regagner la surface. Si dans cette situation, il y avait des risques pour que celui-ci ne fasse qu'une bouchée du navire rien qu'avec un coup de queue, l'agent de la Brume ne put cependant se résoudre ni à ralentir, ni à bloquer son avancée fulgurante. Si tu tiens aller à la surface, alors emmènes-y moi! Ainsi, l'alerte au vaisseau maritime fut donné par un rapide déplacement sous-marin de la part de l'Héroïne de Mizu sur le côté, qui la décrocha du fil de fer mais qui lui évita pour sûr de se faire frapper de plein fouet par le reptile. Et alors que sa peau humaine luttait déjà contre le froid ambiant, Reikan s'empressa de s'accrocher à une partie de la nageoire dorsale de l'énormité, afin de suivre sa trajectoire et de quitter, au plus vite, les limites des fonds marins.

À la lumière du jour, le reptile de glace troua les vagues à la vue de tous. Et son attitude malveillante ne tarda pas à faire des siennes, dès lors qu'il redressa sa queue pour préparer sa prochaine offensive. L'élan pris par ce membre longiligne permit d'ailleurs à la changeforme de s'extirper des flots sans problème, propulsée dans les airs. La posture et le cri effrayant du reptile, ainsi que les mouvements menaçants de sa queue, obligèrent Reikan à prendre une décision. Même si Reikan avait appris à ne jamais se laisser faire et obéissait à la règle selon laquelle, la meilleure défense restait l'attaque, l'urgence de la situation la rappela à l'ordre. Ainsi, le temps de son expulsion, la Fille du Vent effectua une série de signes incantatoires et se concentra, pour faire de l'air ambiant sa propriété. Tenkyū. Alors qu'elle venait d’atterrir sur le pont du navire et se confrontait d'ores et déjà à la pluie glacée, les vents dont elle était l'épicentre adoptèrent une impressionnante forme sphérique, pour grandir à vue d’œil jusqu'à en recouvrir ses camarades, l'ensemble de l'équipage, mais surtout la majeure partie du navire. Ainsi, suite aux cris inquiets des matelots, une fabuleuse barrière d'air s'imposa face au tsunami d'eau devenue glace, protégeant aussi bien la structure navale que les personnes qu'elle transportait en laissant les blocs glacés retomber à l'eau.

Le courant d'air provoqué par la collision entre l'air et glace fut si intense qu'il tourmenta les voiles et balaya les cheveux de Reikan, située en première position au centre du navire. L'air à la surface venait indéniablement de se rafraîchir, même si une telle froideur n'égalait pas celle de cette mer de glace. Et pourtant, la métamorphe ne montrait pas l'once d'un frisson. Il est dans son élément, mais... moi, je suis partout et en toute heure dans le mien. Pour nôtre chère Tigresse blanche, nul besoin d'eau afin de faciliter l'usage de ses techniques ; le chakra et la bestialité lui suffisaient amplement pour combattre. Au vu de la taille et de la puissance de l'ennemi et alors que sa sphère perdait en intensité après avoir rempli à merveille son rôle, la Yasei décida d'activer sa transformation partielle. Ses bras et ses jambes se couvrirent d'une élégante mais sauvage fourrure tigrée et une longue queue fit son apparition au bas de son dos. Manifestement, Reikan était prête à en découdre. Non pas parce que le Tigre était un bon nageur, mais pour la simple et bonne raison qu'elle ne laisserait personne dépérir dans ces eaux gelées et qu'elle ferait tout pour mener cette mission à bien.[invisible_edit]

résumé:
 



_________________



Dernière édition par Yasei Reikan le Sam 7 Déc 2019 - 1:23, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Aditya
AdityaEn ligne

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Sam 19 Oct 2019 - 21:46
Les prunelles d’Aditya s’écarquillèrent sous le joug de la surprise. Le mouvement du fil, devenu lâche et libéré de toute contrainte vint marquer la peau de ses doigts de ses empreintes ferraillées. L’ombre de l’inquiétude vint danser dans ses iris dans les bras d’une panique lancinante. Le contact du métal réverbérait toutes les conclusions terribles auxquelles son esprit s’adonnait envers celle qui était censée user de cette ligne comme une bouée de sauvetage. …Reikan !

Ses paumes s’écrasèrent sur les rebords sylvestres du navire, les jointures de ses mains blanchissant sous le sentiment alarmé qui s’éprenait de lui tandis que l’azur qui berçait ses paupières se fondait dans l’écume de la Mer Blanche ; et alors qu’il s’apprêtait à crier le nom de la féline, espérant que sa voix porterait son écho jusqu’au cœur des fonds marins, une silhouette orageuse se dessina sur les remous aqueux. Un geyser s’éleva devant eux, faisant tanguer la coque de leur embarcation sous les mouvements tempêtueux de l’océan. Au travers de ce masque d’eau gelée, l’ascèse crut desceller l’éclat flamboyant d’une fourrure familière… avant que le souffle d’un vent n’emporte ses doutes et les débris menaçant le bien être du navire. Dans un claquement soudain, la figure longiligne de la métamorphe reprit place à ses côtés, les brins de son pelage encore humide de leur rencontre fortuite.

Si les détours imparfaits d’un serpent s’étaient implantés dans son esprit, ils défaillirent à accaparer son intérêt ; sans réfléchir, ses mains vinrent se glisser sur le visage de sa confidente, encadrant ses traits tandis que ses yeux ne cessèrent de chercher la moindre trace de blessure. Et dans l’urgence de ses gestes, il ne sut réellement si la chaleur qui émanait de son front était la sienne, reflet d’un contact avec sa peau glacée demeurée humaine ou si elle était le fruit d’une fièvre quelconque. Pendant un bref instant, Aditya s’autorisa à placer sa confiance dans leur mentor, si d’aventure il leur fallait une quelconque protection supplémentaire jusqu’à ce qu’il ne se soit assuré que la changeforme ne présentait aucune meurtrissure.

Dans un souffle sibyllin, le poids de l’angoisse libéra ses épaules tiraillées. La caresse de ses paumes s’évanouit sur la peau de Reikan alors qu’elles reprenaient place le long de son corps, fermement rassuré. Bien qu’il ait foi en les capacités de sa partenaire, il n’avait pu empêcher ce sentiment de s’instiguer dans ses pensées dès lors que la tension du fil qui la retenait s’était dérobée à son emprise. Dans un énième geste de bienveillance, il s’empara du veston chaud qu’elle avait abandonné plus tôt et l’enroula autour de son corps, tentant tant bien que mal de réchauffer les restants humains de sa silhouette ; quant à ses brins ébènes, toute humidité s’en était échappé lors de l’apparition de cette sphère venteuse, terminant d’apaiser son inquiétude.

Alors, enfin, ses prunelles glissèrent sur l’horizon après s’être arrachées à la compagnie chaleureuse du sourire qu’il lui avait adressée. Ses yeux longèrent les contours multiples de ces écailles céruléennes parcourues de frêles lignages aqueux sur leurs surfaces, retracèrent les nageoires dorsales acérée d’un bleu profond ; et petit à petit, ses prunelles trouvèrent leurs égales dans celles de ce monstre imposant dont la queue serpentaire demeurait dans son dos, prête à s’abattre de nouveau sur l’écume marine. L’espace d’un instant, il fut comme absorbé par la vue de cette créature. Après avoir été témoin de l’apparition du Dieu de l’Eau, Aditya n’aurait jamais pensé pouvoir être subjugué par la présence d’une autre entité marine ou animale ; pourtant, il se serait menti à lui-même s’il n’avait pas avoué avoir ressenti une certaine attraction envers cette bête sauvage, entre la fascination et la crainte. Le temps d’un regard, il se sentit de nouveau happé au le sommet des remparts de Mizu face au Cataclysme vengeur qui avait bouleversé l’archipel, le souffle coupé, immobile.

Ce ne fut que lorsque les éclats de voix apeurés des matelots et de leur capitaine ne résonnèrent dans ses oreilles qu’il semblât pouvoir se mouvoir à nouveau. Son bras se tendit entre le groupe et cette bête, à l’image d’un mur illusoire.

« N’attaquez pas ! »

Du coin de l’œil, il les vit stopper leurs mouvements, la peur dansant dans leur regard. Ils étaient terrifiés. Comment pouvait-il leur en vouloir ? Ils s'étaient engagés sur cette mer en toute connaissance de cause ; et pourtant, aucun d'entre eux ne semblait être prêt à s'arracher à cette vie qu'ils chérissaient tant.

Son bras revint lentement se glisser le long de son corps, tandis qu'il avisa la Yuki, lui intimant sourdement la nature de ses pensées d'un regard. Sa posture ne retranscrivait aucun sentiment hostile, quand bien même ses iris revinrent sur le fasciés de la créature après quelques instants muets échangés avec sa mentor.

Peut-être auraient-ils tout à y gagner à ne pas se montrer menaçant envers lui.


Récapitulatif:
 



_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yuki Kaya
Yuki Kaya

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Mar 22 Oct 2019 - 21:19

Assez vite, ses deux compagnons de voyage confirmèrent sa première impression. La chose qu’ils avaient percuté était vivante. Sauf qu’elle ne s’attendait pas à ce qu’ils prennent aussi vite la décision de sauter à l’eau pour aller à la rencontre de cette bête mystérieuse. Reikan semblait visiblement à l’aise avec l’idée de sauter et de se mouiller, malgré les températures extrêmes, que ce soit de l’air extérieur ou de l’eau. Kaya n’était – par nature – pas sensible au froid, mais la jolie brune avait l’air bien confiante, et sa métamorphose l’aidait peut-être pour se mouvoir dans ce type de situation.

Elle acquiesça suite à ce choix, et vit la métamorphe plonger dans l’eau, avec ce fil de fer autour de la patte pour ne pas perdre sa trace, au cas où les choses ne se passeraient pas pour le mieux. Et c’est d’ailleurs ce qu’elle craint lorsque l’ombre sous l’eau changea de direction pour se diriger vers la position de Reikan. Voir le fil de vie se détendre ne rassura pas la dame de glace, qui observait avec attention ce qui se passait sous l’eau. Mais lorsqu’elle vit que l’ombre devenait de plus en plus grosse et que la sortie de l’eau était imminente, elle s’éloigna et se plaça au centre du pont le plus vite possible, afin d’éviter un potentiel choc frontal, mais aussi pour essayer de ne pas être à une position qui secoue trop.

Quelle fut sa surprise lorsqu’elle observa ce grand reptile glacial, une sorte de dragon vivant dans ces eaux à la température empêchant de nombreuses formes de vie de se développer. Le regarde de la Yuki se posait sur lui, et dans son style habituel et malgré la situation, elle restait impassible. Elle l’observait, même. Il était terrifiant, et fascinant à la fois, pour quelqu’un maniant la glace. Il n’était pas ici pour coopérer ou discuter visiblement, mais pour leur faire comprendre qu’une certaine présence dérangeait. Reikan avait réussi à retomber sur ses pattes, et Aditya s’était aussi repositionné. D’ailleurs, dans la continuité, la métamorphe avait pris les devants pour les protéger de la vague qui était en train de s’abattre sur le navire.

D’un petit regard complice, elle fit comprendre à Reikan qu’elle était agréablement surprise de ses prises d’initiatives qu’elle jugeait très bonnes. Ce n’était plus à elle de défendre ses élèves en détresse, au moins. Cependant, elle fut étonnée par Aditya qui leur demanda de ne pas attaquer. Mais… que faire ? S’ils n’attaquaient pas, lui le ferait, très probablement. C’était une bête, pas une entité intelligible, à première vue.

« Je ne suis pas sûre que l’on ait d’autre choix, Aditya… A part si quelqu’un parle le dragon… »

Dit-elle doucement, avant d’observer une petite seconde la bête de son regard glacial contrastant avec celui sanguin de cette dernière. Clairement, elle ne semblait pas pacifique, et attendre ne pouvait que les conduire à leur perte.

« On ne peut pas se le permettre, je passe à l’offensive… Avec ses cousins. »

Dit-elle avant de composer des mudras à une vitesse exceptionnelle, pour faire apparaître trois grands dragons de glace, qui ressemblaient de loin à leur cible, pour les faire se jeter sur lui. Vu la taille de la bête, elle espérait bien réussir à le toucher sans grand problème, et tant qu’à faire, à lui infliger des dégâts. Le faire fuir serait une superbe issue, d’ailleurs. Du coup, elle avait aussi l’intime espoir que de faire apparaître des entités semblables lui donnerait un sentiment d’appartenance avec eux, et qu’il ait ainsi envie de les laisser tranquille…



Les dragons se dirigeaient alors vers leur cousin éloigné, dans le but de s’écraser sur lui avec une force colossale et de le couper en se brisant en des milliers d’éclats de glace. Kaya restait très observatrice, et se préparait à se défendre, au cas où le dragon deviendrait fou de rage…

Spoiler:
 


_________________
[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini
Narrateur
Narrateur

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Sam 2 Nov 2019 - 16:56
Le petit poisson longiligne, aux attraits humains et divins n’était même pas un obstacle dans la ruée du dragon de glace, qui prenait de l’élan pour remonter à la surface dignement. L’invitée surprise au pelage tigré en profita pour s’agripper au maître des lieux, qui ne faisait même pas attention à sa présence. Cette décision permis à Reikan de vous rejoindre, utilisant l’impressionnante bête comme moyen de transport rapide, avant que le froid ne la paralyse totalement et de sombrer dans l’océan mystérieux. De toute sa splendeur glaciale, il vous faisait face, vous surplombiez majestueusement, intimidant les moins braves. Mécontent de votre présence sur ces eaux froides, le serpent de glace vous le fit comprendre, en frappant de sa queue, contre la face de l’eau, si puissamment qu’un raz-de-marée recouvra le bateau, avant de se transformer en des blocs de glace prêts à vous faire couler dans les limbes océaniques. Mais la femme tigrée réagit divinement bien, en repoussant les projectiles immaculés qui s’échouèrent lamentablement dans l’eau. Leur poids et leur taille non-négligeable créèrent des vagues qui firent tanguer intensément votre transport naval, menaçant de vous faire perdre l’équilibre. Son cri de rage, s’échappa de sa grande gueule. Les échos étaient si intenses, qu’ils pouvaient vous paralyser de peur, si vous n'étiez pas résistants mentalement. Le son résonnait dans l’immensité qui vous entourait. Votre manque de mouvement incitait la bête à seulement vous toiser de ses pupilles carminées, attendant un geste de votre part pour agir. C’était un combat de regard alors, qui commençait.

Cependant, tout le monde sur cette embarcation n’était pas de cet avis, ne rien faire ? Et bien la femme blonde n’avait pas envie de rester les bras croisés, peu confiante sur votre devenir si vous n’agissiez pas. Avait-elle eu raison ou tort ? Personne ne le saura, parce que les dragons de glace, bien moins impressionnants que le roi de l’océan qui bordait Yuki, fonçaient déjà sur lui. Le choc retentit, tandis que les trois majestueuses bêtes faisaient reculer le serpentaire sur l’eau. Seulement, ici, c’était lui le maître et ce n’était pas cette mascarade qui allait l’arrêter. Les débris de glace qui devaient sûrement être très tranchants, chatouillèrent le corps reptilien couvert de solides écailles.

Pourtant, dans la secousse occasionnée par l’attaque de la Yuki au corps de déesse, vous pouviez remarquer au niveau de la base de son ventre, à la surface de l’eau, l’absence de quelques écailles, probablement liée à une blessure très ancienne. Il fallait être très attentif pour les voir, mais cette caractéristique pouvait être importante à analyser. Le dragon, qui venait de subir cet assaut, ne fit que rentrer dans une colère intense. Comment osiez-vous venir l’embêter dans son si précieux repos ? Si vous ne constatiez rien, provenant de l’invité surprise de la matinée, dans son corps, tout devenait froid et glaciale, remontant petit à petit jusqu’à l'œsophage. Pour lui, cette température extrêmement basse n’était rien, alors des dragons de pacotille, encore moins. Sa tête ornée de sa couronne royale, se pencha en arrière légèrement, tandis que sa gueule impressionnante, vous montrant ses dents pointues, s’ouvrait. La créature relâcha alors, un vent glacial sur le bateau qui ferait trembler les plus résistants, celui-ci continuait à pleuvoir sur vous, faisant frissonner vos peaux, engourdissant vos membres. En vous faisant ralentir, comme s’il attendait le bon moment pour que deveniez ses petits moucherons, il leva la queue une nouvelle fois. L’ombre couvrait vos yeux surpris et si vous pensiez qu’il allait réitérer son assaut aquatique, il n’en fit rien. Celle-ci, au contraire, ne visait pas l’étendue d’eau, mais bien le bateau et par conséquence, vos insignifiantes vies. La puissance du choc était non négligeable, mais la lenteur, si, vous laissant le temps de prier pour vos vies, ou de trouver une solution.




Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Yuki Kaya
Yuki Kaya

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Mar 5 Nov 2019 - 18:20

L’attaque pourtant habituellement dévastatrice de la jolie blonde ne semblait pas avoir fait plus d’effet que ça au grand dragon. Les siens étaient plus petits, effectivement, mais leur puissance n’était plus à démontrer. De ce fait, voir cette entité encaisser son attaque de la sorte était impressionnant. Même les morceaux de glace saillants n’avaient pas su pénétrer sa peau recouverte d’écailles. Les attaques directes ne servaient donc à rien, pas sur des zones protégées par cette armure naturelle. Logiquement, il allait falloir user de frappes plus chirurgicales en trouvant un potentiel point faible. Les yeux, par exemple, étaient souvent vulnérables et une attaque bien placée pouvait se montrer dès alors très handicapante.

“Mes dragons n’ont pas eu d’effet, ses écailles me semblent bien résistantes… On va devoir être plus fins que ça.”

Leur indique-t-elle, au cas où l’analyse n’était pas assez évidente. Le regard azur de la Yuki observait avec attention la zone de l’impact, et dans le mouvement du dragon, elle remarqua une zone à la couleur différente. La couleur rougeâtre de cette partie du corps contrastait fortement avec celle des écailles, et même si elle avait du mal à identifier la nature même de cette zone depuis cette distance, elle trouvait cela intéressant. Mais avant qu’elle n’ait le temps de donner cette indication, son attention retourna vers la gueule de ce monstre, qui s’apprêtait visiblement à être utilisée d’une manière peu appréciable.

“Attention!”

Dit-elle, s'apprêtant à user d’une défense en composant des mudras, avant de remarquer que ce n’était pas un laser ou autre projectile dévastateur, mais un simple souffle qui était en train de faire drastiquement baisser la température au niveau du pont. Kaya, en tant que Yuki, n’était affectée que de façon mineure. Mais pour autant, et c’était assez rare pour le remarquer, elle avait une sensation de froid. Consciente de sa résistance naturelle, la jolie blonde avait surtout peur pour ses coéquipiers.

Mais au final, le vrai danger venait de ce nouveau mouvement de la créature. Sa queue était en train d’armer un coup, et lorsqu’elle remarqua que ce dernier allait s'abattre sur le bateau, Kaya n’eut pas d’autre choix que d’employer les grands moyens. Elle composa des mudras aussi vite que possible avec ses mains qui commençaient à se raidir à cause du froid, et créa un grand dôme de glace autour d’elle afin d’encaisser cette attaque et protéger le plus de personnes et de matériel possible.



Une grande quantité de chakra devait être utilisée pour réaliser cette défense, et par conséquent elle ne s’imaginait pas devoir utiliser cette technique à chaque mouvement du dragon, sous peine de tomber dans les pommes en un rien de temps.

“J’ai remarqué une zone étrange, sous la zone que j’ai attaquée. Je ne suis pas sûre de ce que c’est, mais la couleur n’a rien à voir avec ses écailles. Je vais essayer d’attaquer cette zone, si c’est inefficace, je viserai les yeux!”

Dit-elle dans la précipitation, juste avant que la queue ne s'abatte sur le grand dôme de glace. Le choc était impressionnant, titanesque, au point de voir l’épaisse glace montrer des signes de faiblesse au niveau de la zone de contact. Au moins, la zone attaquée était évidente, et si la glace cédait, ils auraient le temps de se décaler pour ne pas se faire écraser.

“Couvrez moi, je vais devoir rester concentrée.”

Déjà excentrée, elle composait déjà des nouveaux mudras, prête à faire dans la finesse cette fois. Au moment où la glace se dissipait ou se brisait, un pic de glace extrêmement bien travaillé dans sa conception fusait vers cette zone intriguant de son corps, sans être visible ou faire de bruit. La dame de glace, elle, gardait sa concentration pour guider le projectile vers sa cible, afin d’anticiper les mouvements de la bête.



Spoiler:
 


_________________
[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini
Aditya
AdityaEn ligne

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Sam 9 Nov 2019 - 18:07
La première chose qu'Aditya ressentit fut le froid mordant du vent soufflant ses murmures de douleur sur le pont du navire, faisant frissonner chaque parcelle de son corps loin d'être habitué à de telles températures glaciaires, quand bien même ses voyages passés l'aient mené dans des régions où la nature était loin d'offrir un logis accueillant aux voyageurs. L'espace d'un instant, ses muscles furent tétanisés et il ne put pas même bouger, si ce n'est observer la queue du monstre marin qui s'apprêtait à s'abattre sur l'embarcation, quand bien même la lenteur de son mouvement trahissait l'un des points faibles de ce dragon ; ses gestes étaient ralentis par sa taille titanesque, une information qui pourrait leur offrir bien des avantages si toutefois ils arrivaient à réchauffer leurs muscles.

Mais avant même qu’il ne puisse tenter quoi que ce soit, ses doigts endoloris n’arrivant qu’à former des mudrās abstraits, Aditya sentit l’air autour de lui se craqueler, l’eau recouvrant le pont se geler et construire depuis ces points d’impact un renfort gelé impénétrable dont la cloche presque transparente se refermait au-dessus de leurs trois silhouettes et celles des matelots qui s’étaient rapprochés précédemment en voulant blesser leur assaillant commun ; une bonne chose que l’ascèse leur ait interdit de bouger plus tôt, au risque qu’ils n’aient pas été protégés au même titre que les trois shinobis de la Brume.

Son regard azuré refléta ses couleurs dans les contours irréguliers de la glace qui réverbérait le monde extérieur au travers d’un prisme de milles couleurs et milles formes ; et quand bien même le blond se sentait en sécurité au cœur de ce rempart gelé, Aditya savait qu’un tel monstre des mers ne saurait se contenter d’un tel affront. Son appendice portant les marques d’années passées dans les fonds marins avait très certainement du rencontrer des obstacles bien plus épineux qu’un dôme glacé, quand bien même sa taille et la résistance qu’il apportait face à cette offensive n’avait rien à voir avec ce qu’il avait pu être témoin de la part de sa mentor auparavant. Une chose était sûre, Kaya ne prenait pas cette entrevue à la légère. Il ne pouvait qu'être reconnaissant envers elle pour ces quelques instants de répit qu'elle leur avait octroyé en réagissant aussi rapidement, une poignée de seconde qui lui permettait de dominer ses pensées les plus folles et de réfléchir sur les priorités sur lesquelles il devait se concentrer.

Peut-être devrait-il suivre son exemple et se jeter à corps perdu dans ce combat qui semblait inévitable. Pourtant, alors qu’une partie de sa défense gelée se craquelait pour des raisons qu’il ignora – car bien qu’il fût témoin des nouveaux mudrās de la Yuki, lui non plus ne fut pas en mesure de discerner les contours invisibles de son attaque – Aditya préféra se fier à son instinct et à privilégier la réflexion à une attaque frontale. Après tout, n'avait-il pas toujours été quelqu’un de prudent ?

Alors, il lia à son tour ses paumes entre elles sous le signe du serpent, ses doigts fermement liés les uns entre les autres. Son chakra se répandit autour de lui pour venir former deux doppelgängers fait de bois, dont les silhouettes aux courbes informes trônaient à l'extérieur du dôme de neige.

« Que l'un d'entre vous se poste à l'opposé du pont, et que l'autre se rende aux cales du navire. Si ce dragon tente de percer la coque, faites tout ce que vous pouvez pour l'en empêcher ou colmater les dégâts ! », les silhouettes de ses clones se dissipèrent suite à ses paroles, fusant en direction des points qui leurs avaient été ordonnés de protéger. Ses prochains mots furent adressés aux matelots. « Quant à vous, restez groupés. Dès que le dôme de glace ce rompt, courrez jusqu'aux cales. Mon clone vous défendra. Surtout, ne perdez pas de temps. »

Ses prunelles revinrent se poser sur la silhouette de la Yuki tandis qu'il formait de nouveau mudrās.

« Kaya, je vais renforcer notre défense, cependant, mon bois risquerait de te cacher la vue... pour quoi que ce soit que tu sois en train de faire. L'un de mes clones se tiendra prêt pour te protéger, mais sois prudente. »

Son bras entoura les épaules de la métamorphes tandis que le bois formant le bateau se déforma, insufflé par son chakra. Des poutres naquirent de minuscules lames de bois jusqu'à ce qu'elles ne se changent en branchages épais dépourvus de feuillage jusqu'à créer un imposant dôme au-dessus de leurs deux silhouettes. Bientôt, les deux pans du globe se refermèrent sous les traits d'un dragon tandis que le sol sous leur pied s'épaissit d'une épaisse couche sylvestre, les enfermant dans le noir total. Son bras s'évanouit du corps de Reikan, laissant ses pensées s'étendre sur tout ce qui venait de se passer, sur toutes les paroles prononcées par la Yuki. Elle avait mentionné une zone étrange sur le flanc de la créature, loin d'être similaire aux écailles qui parcourraient son corps et qui avaient été en mesure d'arrêter ses dragons de glace sans aucun problème. S'il s'agissait véritablement d'un point faible, il n'y avait aucun doute sur le fait que la jeune femme l'utiliserait à son avantage.

Mais était-ce seulement la bonne décision ?


Récapitulatif:
 



_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Mar 12 Nov 2019 - 0:25
Tout droit sorti des entrailles du dragon aquatique de ces mers de glace, un froid s'abattit sans prévenir sur la zone, engouffrant le trio missionnaire et les Hommes qui les accompagnaient dans une tempête glaciale sans précédent. Si les matelots du pont s’efforcèrent de ne pas crier face à cette vague incroyablement frigorifique, le monstre de bois, lui, hurla à en faire grincer les dents parmi les flots. Ce souffle glacial, presque mortel, n'eut d'ailleurs aucune pitié à torturer les effectifs humains et le matériel de l'équipage, malmenant aussi bien les vêtements que les armes, ou encore la peau. À son contact, cette gelée s'avérait si intense qu'elle paraissait être en mesure de brûler les parties du corps les plus vulnérables. À ce rythme-là, nous allons finir aussi froids et immobiles que ces blocs de glace qui flottent à la surface de l'eau. Et pourtant, il ne s'agissait là que d'une simple et bonne distraction, face à laquelle Reikan n'avait fait que lever un bras - ou plutôt, une patte - pour protéger son visage du vent intensément polaire. Se pouvait-il qu'elle soit aussi restreinte dans ses mouvements, qu'Aditya, malgré la métamorphose hybride qu'arborait dorénavant son corps?

Son regard éthéré s'éleva en direction des cieux, dès lors que l'ombre de la queue du reptile s'étendit au-dessus de l'embarcation. Sa taille à elle seule suffisait à rendre ce membre terrifiant, rien que par la force qui pouvait y être stockée. L'imminence du danger répandit aux alentours un vent annonciateur de malheurs, alors même que la queue retombait d'ores et déjà sur le navire. Si par pure appréhension de la menace, le chakra de la féline bouillonna dans ses jambes, il ne put lui servir à faire aboutir une esquive d'envergure, car la Yuki avait déjà frappée. Tandis que le moindre déplacement était devenu une épreuve dans cette aigre tempête, la rapidité des mudrās de Kaya se révéla aussi surprenante que la formation de sa technique. Pourvu que son dôme suffise, aussi fin et solide paraît-il être à la fois. Le dôme de glace pure avait pris place, sans même leur obstruer la vue. Le spectacle de ce duel, bête du Pays des Neiges contre glace manipulée, fut à la fois remarquable et horrifiant. Remarquable, parce que deux forces de la nature s'opposaient. Horrifiant, parce que si l'une cédait, tous ceux ici présents pouvaient douter de leur survie à cette mission, dans cette mer de glaciers. Désormais, la continuité de leurs existences était prisonnière une couche de glace presque miroitante, sur laquelle reposaient les espoirs d'un équipage et même d'une nation toute entière, tournée vers la découverte d'une nouvelle terre.

Les premières craquelures s'imposèrent au beau milieu du dôme, si bien que leur apparente propagation fit naître, dans le cœur de la Fille du Vent, une boule d'inquiétude petite mais tenace. De concert, les poils de sa fourrure partielle et l'ensemble de sa chevelure se hérissèrent à cause du froid ambiant et de l'affolement environnant des troupes. Un amas de questions déboula dans son esprit jusqu'à en former un nœud complexe à démêler, à la vue du trou parmi les écailles du poitrail du dragon. Une... blessure? Reikan fronça les sourcils. Si certains purent y constater une opportunité d'atteindre ce monstre et d'en venir à bout, l'enfant des bêtes, elle, n'y perçut qu'une faiblesse source de pitié. Mais que pouvait-elle tirer d'un tel gardien des glaciers, si inhospitalier et incontrôlable? Rien, très probablement. Et de la longue série de signes incantatoires de leur mentor, elle comprit de quel côté se trouvait la blonde. Que préparait-elle? La Fille du Lion devait-elle l'empêcher d'enfoncer le clou des hostilités, au risque de mettre en danger l'embarcation et ses alliés pour sauver un reptile qui n'avait rien de pacifique, ou était-elle définitivement muée par l'objectif de leur mission? Cloîtrée dans un mutisme assez significatif, la métamorphe se contenta de rester stoïque dans la tempête glaciale, affectée par le froid et tourmentée par ses songes. Ce qui se passait sous ses yeux était-il délibérément juste?

Reikan se trouvait dans une réflexion pleine d'impasses. Pourtant, ce fut sans compter sur la chaude et tendre main qui entoura ses épaules, que la Yasei se ressaisit. Revenue à la réalité, elle vit cette lumière si froide et si scintillante à travers la glace s'amenuiser, au point de disparaître complètement sous... du bois. Une aura protectrice et réconfortante eut vite fait de l'entourer ; c'était là une aura et une odeur toutes deux singulières, qu'elle ne connaissait que trop bien. Comme un animal paniqué à qui l'on avait ôté la vue pour lui accorder paix et tranquillité, la Fille du Vent calma ses peurs, sans même le vouloir. Alors qu'elle se blottit contre son plus cher ami pour bénéficier de sa protection et se conforter dans sa passivité, son épais manteau de fourrure s'avéra bien plus dense et touffu ; dorénavant, non seulement son pelage était en mesure de la protéger du froid, mais en plus, il fit ses preuves auprès du blond en le réchauffant rapidement sous le cocon de bûches qu'il avait formé. Ainsi accrochée à l'enfant du bois dans l'ombre, la bestiale accorda, parmi une vague de ronronnements destinés à se rassurer elle-même, une dernière pensée au dragon des mers, espérant que cette heure ne soit pas la sienne.

résumé:
 



_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Narrateur
Narrateur

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Mer 27 Nov 2019 - 15:34
La colère de la créature était telle qu’elle relâchait tout son mécontentement sur vos insignifiantes vies. Son seul désir, vous faire regretter d’être présent sur cet océan glacial et de l’avoir sorti de son sommeil. Sa gueule grande ouverte vous offrait une tempête glaciale digne des terres de ce pays, engourdissant vos membres et freinant vos mouvements si vous tentiez quelque chose. Puis, pour vous inviter dans les abysses océaniques, le dragon souleva lentement sa queue avant de la placer au-dessus de votre embarcation. L’ombre planant au-dessus de vos têtes, vous faisiez comprendre qu’il comptait bien détruire ce qui vous tenait à la surface de l’eau.

Son expérience lui avait valu de rencontrer d’autres insectes capables de gérer ses offensives dévastatrices et c’était pour cela qu’il donnait toute sa force dans ses tentatives. Malheureusement pour lui, la femme Yuki était tenace et avait plus d’un tour dans son sac, sa puissance était telle qu’un dôme de glace arrêta l’assaut de la tenace créature. La taille, le poids et la force donnée dans le coup finirent par fissurer la cage glaciale qui se vit réduite en morceaux, mais c’était sans compter sur l’aide du sylvestre qui offrit une défense supplémentaire à vos vies. La queue glissa le long de l’abri en bois et retourna lourdement dans l’eau, vous arrosant d’une pluie salée.

Tout le monde s’entraidait pour passer la tempête glaciale, la jeune change forme usait de sa pilosité animale pour protéger du froid l'un des votre, ce qui était une bonne idée. Les autres hommes sur le pont tremblaient de froid, claquant des dents. Sous les mouvements étranges des petits hommes sur le bateau qui semblaient manigancer quelque chose, la mystérieuse bête comptait bien vous assaillir de nouveau, mais rien ne se passa. Au contraire, une immense douleur atteint le serpent draconique qui lâcha un hurlement à vous glacer le sang, dont le sien coula de la base de son ventre. Le roi de ces lieux se souvint du dernier cortège naval qui s’était aventuré sur les eaux, et qui avait fini dans la profondeur abyssale, laissant un douloureux souvenir à celui-ci et voici qu’un autre profitait de cette faiblesse pour l’atteindre. Zone très sensible, le dragon se laissa tomber alors la tête la première dans l’eau, mais c’était sans compter sur son impressionnante taille et sa force pour entrer en choc avec votre moyen de transport.

Un énorme craquement se fit entendre, et des secousses impressionnantes firent vaguer le bateau, menaçant de vous faire quitter le navire une fois de plus. Si vos connaissances en navigation maintenant, vous permettrez peut-être de rester à bord, très rapidement, vous vous rendriez compte que le bateau semble attiré par les profondeurs glaciales. La créature ferma les pupilles écarlate et se laissa emmener par les doux courants, une longue remise en forme allait lui être nécessaire pour se déplacer de nouveau, mais il était hors de question de vous laisser partir sans un de ses souvenirs. Sur la coque de devant, un trou avait été laissé par la chute de la divine bête, ainsi qu’une de ses écailles plantée sur un morceau de bois. L’eau commençait déjà à remplir la cale ainsi, emportant des vivres que vous observiez déjà s’éloigner. Il fallait agir très vite pour limiter les dégâts ou trouver une solution pour ne pas terminer dans l’antre du dragon.



Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas
Aditya
AdityaEn ligne

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Sam 30 Nov 2019 - 18:36
Petit à petit, une myriade de frissons s’empara du corps de l’ascèse, courant jusqu’au bout de ses doigts dans une harmonie où se mêlaient froid glacial et chaleur retrouvée. Il pouvait sentir son épiderme s’échauffer graduellement jusqu’à ce qu’un franc sentiment de brûlure ne s’empare de ce corps transit par des températures bien trop basses auxquelles une expérience modeste faiblissait à faire face, si bien que ce qui aurait dû se présenter à lui comme un humble confort, aussi limité soit-il, relevait les airs d’un profond bouillonnement. Aditya s’efforça d’ignorer ce sentiment grandissant au fur et à mesure que la fourrure de la tigresse roulait sur sa silhouette endolorie, sachant qu’il ne tarderait pas à s’évanouir. Il lui fallait simplement laisser le temps à son organisme de se remettre de ce vent polaire. Lentement, ses paupières se refermèrent sur ces orbes azurés où aucune lumière ne filtrait encore dans cette obscurité totale ; et au même rythme languissant avec lequel un fin manteau bleuté vint entourer ses chevilles, son visage se laissa aller contre le sommet du crâne de la tigresse, où des parures orientales qu’il reconnaîtrait entre milles trônaient encore, profitant de cet instant de répit. Dans un murmure, il tâcha de remercier sa confidente pour tout sa sollicitude à son égard, tandis que peu à peu, la chaleur revenait hanter ses muscles.

« Merci. », souffla-t-il à son égard.

Ses respirations se firent graduellement plus aisées et la blancheur qui trahissait leur forme illusoire tendit à se nuancer, trahissant avec quel soin son corps revenait à une température appréciable. Quelques instants s’écoulèrent où aucun d’eux ne bougeât, portant pleine confiance en leur mentor et en les deux doppelgänger qui arpentaient le navire pour pallier les problèmes qui pourraient survenir.

Ou tout du moins… Jusqu’à ce qu’un craquement sourd ne retentisse au-dessus de leurs silhouettes emmitouflées. Ses yeux s’élevèrent jusqu’au sommet du dôme sylvestre qui les protégeait, quand bien même ils ne pouvaient discerner quoi que ce soit ; mais ce son était indéniablement celui d’une glace hivernale se brisant en d’innombrables morceaux. Nul doute, la queue du monstre était passé au-travers de la défense érigée par la Yuki, et à en juger par le lourd poids qui s’effondra sur le bois au-dessus d’eux et au bruit feutré qui s’en suivit, Aditya ne put qu’en conclure que leurs efforts communs avaient eu raison de cet assaut. Lorsque l'un des éclats de glace perça la silhouette de l'un de ses doubles restés aux côtés de Kaya, ces doutes ne tardèrent pas à ce changer en certitudes.

Quant à l’égide sylvestre, quelques fêlures la parcoururent, bien qu’elles ne fussent pas suffisantes pour empêcher la structure de se maintenir fermement sur ses gonds. Un soupir soulagé s’échappa de ses lèvres avant qu’une énième secousse ne s'éprenne de l’ensemble de l’embarcation, bien plus forte que la précédente. Sans attendre, l’ascèse pressa un peu plus le corps de Reikan contre lui afin de s’assurer qu’elle non plus ne se dérobe pas face à ces tremblements féroces.

Au même moment, une silhouette similaire à celle de son créateur se tenait au cœur même de la calle du navire aux côtés de plusieurs membres de l’équipage qui s’y étaient retranchés pour donner suite aux ordres du blond, à l’abri des vents glacials qui assiégeaient le pont. S’ils eurent eux-aussi à essuyer les contrecoups de cette secousse et que bon nombre d’entre eux chavirèrent les uns sur les autres, ce ne fut pas là la fin de leur périple. D’un geste furieux, la queue du reptile aquatique vint percer la coque de leur embarcation, laissant derrière elle un gouffre certes, modéré en largeur, mais suffisant pour faire affluer une fabuleuse quantité d’eau et emporter avec elle une partie des vivres qui y demeuraient.

Sans attendre, le clone forma une succession de mudras avant de bondir jusqu’aux frontières du trou laissé par le passage du dragon. Ses paumes se pressèrent contre les contours réprimés de cette coque en mal, faisant jaillir de ces rémanences sylvestres un mur aux couleurs similaires, dont la courbure légère tâcha de ramener certains vivres à l’intérieur ; mais devant l’évidente conclusion qu’un seul exemplaire faillirait à colmater la brèche, il réitéra ses actes, formant un second rempart aux bordures du premier. Son regard éthéré parcouru son œuvre avec inquiétude jusqu’à ce que les derniers branchages ne se muent en la même déformation que le premier, qui cette-fois-ci, plongea dans les tréfonds marins pour se refermer sur la partie extérieure du navire, scellant l’eau rémanente à l’intérieur.

Après s'être assuré de la solidité et de l'utilité de ses créations, le double avisa l'un des marins et s’empara sans vergogne de la dague qu'il tenait entre les doigts. De quelques bonds bien senti, celui-ci s'écarta de la foule avant de percer son propre abdomen d'un geste sec et précis sans qu'aucune once d'hésitation ne perle dans son regard ; instantanément, sa silhouette disparue dans un nuage de fumée et d'aiguilles de bois, sachant pertinemment qu'en faisant cela, tout ce dont il avait été témoin et ressenti depuis qu'il avait été modulé par le chakra de son créateur s'imprégnerait dans les souvenirs de l'original.

Les yeux d'Aditya s'écarquillèrent lorsqu'il sentit le vécu de son clone revenir à lui, lui apprenant à la fois les raisons pour laquelle leur coque avait été percée que les actions qui avaient mené à l'empêchement de tout naufrage. Son visage se détacha un instant des parures de la jeune femme pour lui adresser quelques mots sur un ton bienveillant.

« Je vais rompre le dôme, penses à fermer les yeux pour que la lumière ne t'aveugle pas. », glissa-t-il en en faisant de même.

Comme pour faire écho à ses paroles, ses doigts se lièrent sous le mudrā du serpent, intimant sa volonté à sa création. Dans un craquement sec, la construction se fendit en deux, laissant chacun de ses côtés s'effondrer, l'un rejoignant les flancs marins, l'autre s'étendant sur le pont avant de s'effriter en divers morceaux. Ses yeux s'ouvrirent à nouveau avec lenteur, afin de les laisser s'accoutumer à cette lueur retrouvée, et bientôt, la silhouette de Kaya se déroba à son regard. Ses sourcils se froncèrent lorsqu'il réalisa que leur opposant gigantesque s'était absous aux berges du navires, quand bien même ils s'enfonçaient de plus en plus dans son territoire, celui des côtes du Pays des Neiges.

Sans pour autant de délier véritablement de la métamorphe pour profiter des dernières rémanences de chaleur, il leur adressa toutes deux une œillade bienveillante avant que ses mots ne se joignent à chacun d'entre elles.

« La coque du navire a été percée par la queue du dragon avant qu'il ne se retire dans les profondeurs. Le clone que j'avais envoyé dans la cale un peu plus tôt s'est chargé de le colmater, bien qu'il demeure un peu d'eau à l'intérieur. Nous devrions nous dépêcher de déplacer nos vivre afin qu'ils ne pourrissent pas à cause de l'humidité. », affirma-t-il avant de poursuivre sur un ton plus douteux. « Si je suis plus ou moins certain que les fortifications tiendront jusqu'à la fin de notre voyage, je ne suis pas contre que tu leur apporte un ajout supplémentaire, Kaya. Comme nos dômes l'ont prouvé, deux défenses valent parfois mieux qu'une. »



Récapitulatif:
 





_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Yuki Kaya
Yuki Kaya

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Mar 3 Déc 2019 - 23:37

L’attaque de la dame de glace était silencieuse, camouflée mais pourtant puissante. Elle était en train de guider ce pic acéré vers la faiblesse présumée de cet impressionnant dragon. Les défenses mise en place n’étaient pas de trop pour contenir l’attaque surpuissante du dragon. Finalement, Kaya fit mouche et la réaction de sa cible ne se fit pas attendre bien longtemps. Un hurlement des plus stridents qu’elle ait entendu, pouvant terrifier tout être doté d’une ouïe et d’un instinct de survie a plusieurs dizaines de mètres à la ronde.

“Touché.”

Dit-elle avec un petit sourire en voyant le dragon chuter dans l’eau. Le sentiment de victoire fut cependant de courte durée puisqu’en chutant dans l’eau il percuta le bateau. Le bruit du choc n’était pas très rassurant. Être sur un bateau et entendre ce son de bois brisé n’était vraiment pas souhaitable, mais la première étape était de rester sur ce dernier. Le choc fut impressionnant, mais la maîtrise du chakra de la belle blonde l’aida à se maintenir sur le pont.

Interpelée par Aditya, et sentant la présence de ce monstre marin s’éloigner, elle se retourna vers son ancien élève pour écouter ce qu’il avait à lui dire car elle n’avait plus à être en alerte maximum. La Yuki restait évidemment sur ses gardes, mais son attention était portée sur le manieur de bois, qui lui expliqua que la coque était percée. Un long soupir sorti de la bouche de la jeune femme.

“Très bien, merci pour ces informations précises. Je vais aller renforcer tes premières défenses. Reikan, tu peux diriger les matelots pour qu’ils mettent les vivre en lieu sur ?”

La dame de glace se dirige alors en vitesse vers la cale, descendant les escaliers à toute vitesse en entendant le bruit de l’eau en train de se mouvoir sur le sol boisé. En arrivant en bas, elle marchait en direction du trou déjà renforcé par Aditya en créant des petits blocs de glace sous ses pieds, car il était inconcevable qu’elle mouille ses chaussures, et fit alors des mudras afin d’ériger un mur de glace vertical qui aiderait les murs horizontaux à tenir la pression.

En se retournant pour retourner sur le pont, elle remarqua une planche en bois avec une grande écaille bleue qui flottait dans la cale. Intriguée, et se doutant d’où elle provenait, elle la ramassa afin d’en extraire la fameuse écaille. Une fois sur le pont, elle montra sa trouvaille à Aditya.

“Regarde, il nous a laissé un petit souvenir… Je sais pas si on peut en faire quelque chose, mais on ne sait jamais, elle a peut-être des propriétés inespérées. Je vais vers la proue surveiller que le dragon ne revient pas, il ne faut pas se faire prendre par surprise une nouvelle fois. Essaye de rétablir l’ordre dans l’équipage, il est visiblement dépassé par les événements…”

Dit-elle avant de se rendre effectivement sur l’avant du pont, cherchant une ombre ou des bulles apparaître à la surface de l’eau, prêtre à réagir en conséquence.

Spoiler:
 


_________________
[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES 1512773259-kaya-sign
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t1505-yuki-kaya-fini
Yasei Reikan
Yasei ReikanEn ligne

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Sam 7 Déc 2019 - 1:20
Le tremblement qui avait vu le jour n'était pas simplement dû à la chute d'un membre tombant à toute allure contre une paroi faite de glace et de bois, mais bel et bien de celle d'un corps monstrueux tout entier. Le fabuleux dragon, maître des eaux du Pays des Neiges, avait été frappé par l'élégante blonde en plein poitrail, là où résidait sa seule faiblesse apparente. Si la glace de la Yuki avait failli, le bois de son meilleur ami avait su tenir bon, n'ayant fait que gémir d'horribles grincements de détresse. Pour autant, la Tigresse blanche n'avait même pas bougé d'un poil aux côtés d'Aditya, retenue par celui-ci durant l'ultime secousse. Il fallait dire que la confiance était reine entre ces deux-là, qui se connaissaient depuis déjà tant de saisons. Toutefois, ils n'en avaient jamais vécu d'autant secouantes côte à côte. La sûreté offerte par le dôme de Mokuton permit d'ailleurs à Reikan de parvenir à réchauffer complètement son camarade, si bien que le souffle glacial propagé par la créature n'était plus qu'un lointain et mauvais souvenir. Maintenant qu'il était hors de danger, la fourrure tigrée de la jolie brune s'effaça pour laisser place à son épiderme, dans un mouvement aussi somptueux que celui d'une vague. Le dôme atypique de l'enfant du bois était devenu un cocon rassurant, porteur d'une chaleureuse amitié.

Toutefois, l'appel des bruits extérieurs fut plus fort que celui de la sécurité ; si bien que le jeune homme fit céder sa propre technique, après avoir averti la féline du changement de luminosité flagrant, face auquel elle avait eut le réflexe de se protéger les yeux avec le dos d'une de ses mains. Serait-il... tombé pour de bon? La Fille du Vent décala sa dextre de l'astre solaire qui venait de l'agresser, avant de regarder de ses pupilles éthérées la grandiose silhouette ombreuse du reptile s'éloigner sous les flots. Après s'être assurée que les dégâts n'étaient bien que matériels et que tous se portaient plutôt bien sur le pont du navire, notamment ses deux coéquipiers, la métamorphe esquissa un sourire ; un rictus aussi bien engendré par la victoire contre cette bête que par la survie de celle-ci, malgré sa fuite. Peu importait finalement ses motivations, guidées par l'instinct ou par une intelligence encore incomprise, ce dragon s'était bien battu, ne pouvant que rendre fière la Fille du Lion de lui avoir fait face, en compagnie d'êtres appréciables. En raison de l'importance des dégâts épongés par l'embarcation, les avertissements et l'intervention d'Aditya furent aussi cohérents que brefs. Dès qu'elle le put, la Yasei s'éloigna du blondinet pour constater l'ampleur des pertes à la mer, puis celles à venir si elle n'agissait pas au sein de la cale. Suite à la demande de Kaya, qu'elle eut à vrai dire du mal à saisir, la changeforme s'en alla chercher sa veste tantôt laissée sur le pont, avant de l'enfiler.

« Je vais m'en occuper. Mais les diriger ne va pas suffire, tu sais? »

L'enfant des bêtes jongla du regard entre les différents matelots un tantinet désorientés, qui s'étaient affairés dans l'action à des tâches pour l'heure superflues. Ses pas résonnèrent sur le bois du navire pour en interpeller la plupart, ceux-ci l'amenant jusqu'à s'enfoncer à l'intérieur de la cale à moitié submergée. Sans même rechigner, la jeune combattante gorgée d'énergie s’immergea d'elle-même jusqu'au bassin pour porter un à un les tonneaux de vivres jusqu'à un endroit sûr et en hauteur, entraînant les membres de l'équipage à s'atteler à la tâche pour la boucler au plus vite, à la fois dirigés et accompagnés par la jeune native du Vent. Grâce à l'assiduité et la rapidité d'exécution de la féline, l'affaire fut bouclée en seulement quelques minutes, après qu'elle se soit assurée de la solidité des murs de son confident. J'espère que ce sera suffisant, même si je n'en doute pas vraiment. Je me demande si... Yuki no Kuni est encore loin. Du coin de l’œil, Reikan observa l'écaille abandonnée par la divine bête et recueillie par son ancienne senseï, qui ne tarda pas à remonter sur le pont pour faire le guet. Quant à elle, la Fille du Vent se contenta de rester auprès de la cale, qui constituait le point faible du transport.

résumé:
 

_________________

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5305-yasei-reikan-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6682-kiri-equipe-07-kintsukuroi-reparer-avec-de-l-or-temporairement-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t5407-yasei-reikan-carnet-de-route
Narrateur
Narrateur

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES Empty
Sam 7 Déc 2019 - 14:57
Il allait être très difficile d’oublier l’apparition du dragon majestueux vivant sur les mers de Yuki, de sa taille si impressionnante jusqu’à son tempérament paradoxalement volcanique, vous en aviez pris plein les yeux. Mais vous avez su tenir la tête haute, ne pas se laisser intimider ou apeuré par sa colère. Mais il restait le roi de ces étendues, et même avec son départ, il ne souhaitait pas vous laisser sans de beaux souvenirs. En effet, dans sa chute, il entra en contact brutal avec la coque de votre embarcation, laissant un trou béant dans celle-ci. La Yuki y trouva par ailleurs une écaille venant de la créature, qui allait se souvenir de cette altercation. Grâce aux talents du sylvestre, le bateau n’avait plus de risque de couler, bien que vous trempiez dans quelques centimètres d’eau et que vous aviez perdu des vivres. La pagaille sur le pont fut contrôlée par l’attention de la Yasei et les matelots furent rassurés par son agréable présence. Durant quelques minutes, un silence régna, tout semblait reprendre son calme petit à petit et ce sera non sans difficulté, que le navire reprit la route vers votre destination : la terre ferme.


Spoiler:
 



Revenir en haut Aller en bas

[A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Yuki no Kuni, Pays des Neiges :: Mer blanche
Sauter vers: