Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

broken memories (Aditya)

Kaguya Kai
Kaguya Kai

broken memories (Aditya) Empty
Sam 20 Juil 2019 - 19:57


broken memories


quelques jours après la résonance

◊ ◊ ◊

L’hôpital grondait de pas et de voix. Sa porte fermée ne lui évitait pas de remarquer le train de vie mouvementée des derniers jours dans le bâtiment. Cela le dérangeait. Le dieu de l’eau avait disparu, scellé sur la terre de l’Eau, mais pour combien de temps ? Un simple expert pourrait faire renaître une situation similaire à celle de cette horrible guerre. Cette pensée flottait doucement dans le néant de Kai. La peur vivait encore dans ses nerfs, ses sens semblaient tendus. Heureusement pour lui, sa chambre ne comptait pas un second lit, gracieuseté du clan Kaguya. La tranquillité d’une chambre vide l’aidait à se mettre dans un état sain et enclin à la relaxation. Des infirmiers passaient quelques fois, n’osant pas trop discuter en voyant la mine sévère du patient. Trois repas arrivèrent sous son nez, rien de très appétissant. Les visites médicales ne l’enchantaient jamais, alors un séjour, c’était la mort.

Comparer à un nombreux groupes de kirijins, Kai ne possédait presque aucune blessure physique, mais il ne ressortait pas vainqueur de cette terrible journée. Sa mémoire était brisée. Une faille dans son disque l’amenait à ne plus reconnaître les membres de sa famille et la majorité des visages qui souhaitaient lui annoncer un bon rétablissement. Certains détails venaient subitement lui rappeler un nom ou un fragment du passé, mais sans plus. C’était décevant, mais rien ne dépasserait sa colère lorsqu’il apprendra que sa force brute n’est plus ce qu’elle était, mais ça, c’est pour plus tard. Ces heures actuelles furent consacrées à une tentative de rétablissement. Une femme à la chevelure sombre et aux prunelles similaire aux siennes vint lui offrir une énorme brique de photos et de dessins. Un faible sourire avait apparu sur ses lèvres avant de disparaître pour ne plus jamais revenir. La découverte des pages du bouquin lui fit comprendre que cette kunoichi était sa mère. Celle-ci s’était dédiée à des années de croquis sur des paysages diverses, un domaine qui devait être sa maison d’enfance, des portraits oubliés.. mais rien ne venait mijoter ses souvenirs.

Après de longues minutes à contempler l’héritage de sa famille, une présence se fit sentir dans la petite pièce. Le Kaguya remonta ses océans devant une silhouette féminine.. Masculine ? Difficile à dire au premier coup d’oeil, mais après avoir scruté les détails de son interlocuteur, Kai décida que celui-ci est un jeune homme. Probablement venu pour vérifier ses cicatrices et autres choses. Sans broncher, le colosse retira son col roulé noir (parce qu’il refuse de porter cette sacrée robe bleue qui sent le citron) et regarde l’infirmier. Torse nu, il ne se sentait pas timide ou quoi que ce soit. Son désir était tout simplement d’être seul au plus vite, alors la coopération était nécessaire.

« Je suis prêt. » dit-il avec sa voix grave et sans émotion.

(c) oxymort


_________________


Team 4:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7219-kaguya-kai http://www.ascentofshinobi.com/u974
Aditya
AdityaEn ligne

broken memories (Aditya) Empty
Jeu 25 Juil 2019 - 1:28
Broken memories

ft. Kaguya Kai


Été 203, Hôpital général, village de Kiri.


« Ôte-moi d’un doute ; l’un des membre du clan Kaguya t'as aidé à apprendre l'importance des os dans le corps, n'est-ce pas ? »

Aditya adressa une œillade furtive vers son mentor, dont les traits fatigués ne pourraient trouver un égal que dans les siens, à la différence près que ses pupilles azurées ne portaient pas d’ombre noire sous leurs paupières. Ses paumes vinrent rencontrer le doux contact d’un linge propre après une nuit passée à veiller sur les rescapés de cette vague incongrue, certains s’en étant retrouvé consumés.

« On dirait que ta mémoire n’est pas encore défaillante., marmonna-t-il alors qu’il venait éponger les quelques gouttes qui ruisselaient sur les contours de son visage, étouffant sa voix entre les fibres de tissu.
Va te faire foutre. »

L’ascèse retint un léger rire devant la réaction de son comparse qui était bien loin de lui être étrangère ; cette répartie était demeurée inchangée depuis qu'Ōgai avait décidé de l'instruire aux arts médicaux, peu de temps après que le coup d'état n'ait éclaté au sein de la Brume. Il n'avait suffi que de quelques jours pour que tous deux comprennent la manière dont chacun pouvait fonctionner, entre insultes amicales pour l'un et indifférence pudique pour l'autre. Ses doigts vinrent se glisser dans le nœud de la cordelette qui retenait ses brins d'or attachés entre ses omoplates et le firent coulisser sur toute sa longueur, jusqu'à ce que le lien ne trouve le repos dans l'une de ses paumes. Sa dextre vint presser le linge contre sa nuque alors qu'il détournait les yeux vers son aîné.

« A quoi est-ce que tu pensais ?, glissa-t-il à son adresse.
L’un de leurs enfants est arrivé il y a quelques jours. On s’est rendu compte qu’il était atteint d’une amnésie sévère après que ce phénomène n’ait terminé d’affoler ses os hors de son corps – tu devrais sérieusement couper ces cheveux.
Tu as essayé le traitement habituel ? – je ne savais pas que tu t’étais reconverti en styliste.
Ça n’a pas marché ; tu pourrais peut-être y faire quelque chose ? – ça t’emmerde plus qu’autre chose., répondit-il en entendant le soupir que fendait le jeune homme.
J'irai jeter un coup d’œil si tu y tiens tant – ça vous fait un point en commun.
Tu n’auras qu’à passer le voir demain matin à ma place – je t’aurai prévenu gamin. »

Le blond laissa un fin sourire se glisser sur ses lèvres avant qu'il ne close ses paupières sous la caresse d'une brise nocturne et frivole. L'aurore ne se lèverait que dans quelques heures ; d'ici-là, il tâcherait de profiter de ces temps d'accalmie pour accorder à son corps le repos qu'il décriait au travers de chacun de ses muscles.

[...]

Les pas d'Aditya résonnèrent dans les couloirs de l'hôpital général, empreint d'un profond calme, tant par égard envers les patients encore en proie aux étreintes de Morphée que par habitude. Sa silhouette se glissa dans l'orée d'une chambre délaissée à toute courtoisie humaine, si l'on excluait la visite d'une femme brunes quelques dizaines de minutes ayant précédé sa venue. Ses mouvements se stoppèrent, l'espace d'un instant devant sa destination alors qu'il adressait une œillade à cette ombre fugitive, qui, malgré l'appartenance flagrante au clan des enfants de l'os, n'éveillait chez lui aucun souvenir ; peut-être n'était-elle en rien liée aux Kaguya qu'il avait rencontré depuis son arrivée. Ses pupilles s'arrachèrent à leur contemplation éphémère, laissant son corps se mouvoir de nouveau en s'approchant de l'alité, dont le visage égalait l'inconnue en familiarité.

Son sourcil s’arqua imperceptiblement derrière les mèches dorées qui parsemaient son front en le voyant retirer son vêtement avec un pragmatisme singulier. Sans un mot, il s’empara de l’un des pieds d’un tabouret de bois laissé à proximité et prit place devant le lit du brun, dont les traits anguleux le rapprochaient davantage de l’âge de maturité.

« Aditya, enchanté. », déclara-t-il en glissant un regard sur ses traits.

Ses yeux s’étendirent sur son corps, qui, étonnement, demeurait exempt de toute traces engendrées par le défoulement de ses os, une poignée de jours plus tôt. Sa senestre vint se relever en un mudrâ unique, laissant une fine aura émeraude envelopper sa paume adjacente lorsqu’elle vint se déposer sur le bras de son vis-à-vis, trahissant l’usage d’un quelconque chakra médical. Le flux de l’ascèse s’écoulait avec ataraxie dans le système circulatoire du Kaguya, dont l’intention était revenue se loger au creux de ses prunelles d’encre. Après quelques secondes, l’ascèse retira sa main ; aucun dommage interne ne demeurait entre les ferrures de son squelette.

« Ton corps ne semble pas avoir oublié comment soigner ses plaies, bien que ta mémoire te fasse défaut. On m’a confié que tu étais amnésique ; y a-t-il quoi que ce soit qui te soit revenu depuis ton réveil ? », souffla-t-il en adressant un coup d’œil aux photos qui trônaient auparavant entre ses doigts.



_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Kaguya Kai
Kaguya Kai

broken memories (Aditya) Empty
Dim 28 Juil 2019 - 4:07


BROKEN MEMORIES


QUELQUES JOURS APRÈS LA RÉSONANCE

◊ ◊ ◊

« Kai. »

Le patient se forçait à interagir pour montrer un minimum de respect à ses sauveurs. Enfin, ceux qui tentaient de l’aider dans ce qui semblait être impossible jusqu’à maintenant. Tous ceux qui venaient examiner son corps, ses réflexes et sa logique, sortaient encore plus perturbé de la chambre. Ce blondinet était nouveau et beaucoup plus agréable à l’écoute. Une voix douce, rien de trop énergique comparer aux autres qui croyaient pouvoir résoudre les problèmes du monde en souriant et en restant positif.

Le contact soudain avec son bras le fit sursauter pendant une fraction de seconde, mais son expression neutre revint aussi vite. Ce blondinet ne perdait pas son temps, c’était parfait. Peut-être pouvait-il espérer de quitter son lit dès la fin de cette rencontre. Ses saphirs s’amusèrent à observer la lueur verte, c’était divertissant. Lorsque son interlocuteur s’adressa à lui, le Kaguya en profita tout de suite pour l’effrayer ou plutôt, le blesser.

« Oui. À quel point je déteste l’hôpital et son personnel. »

Kai soupira en se plaquant doucement une main sur son visage. Ainsi, il cachait un facial peu commun, presque triste. Ses mots étaient rudes et pleins de méchancetés, mais il ne le pensait pas réellement, pas de cette façon. La fatigue habitait en lui ainsi qu’une colère immense. C’était injuste de vivre une telle étape, moins que ceux qui perdre leur pouvoir, mais tout de même. Le jeune homme lança un furtif coup d’oeil à Aditya. Il ne pouvait pas formuler une excuse, il ignorait comment se faire pardonner dans le passé, alors comment faire dans ce présent ?

« … non. Je me souviens de ma personne et c’est tout. Il y a quelques détails qui sont précis concernant mes intérêts. Je ressens un amour profond pour la mer et ses poissons, je n’aime pas les femmes et je sais que présentement, je serais en entraînement intensif. C’est tout. »

Le Kaguya prit le temps de remettre sans col roulé en comprenant que son corps ne serait pas en jeu, heureusement. Il détestait être touché, même si être questionné ne l’intéressait pas plus. Le shinobi remarqua l’infirmier qui se penchait sur son album photos. À un certain cliché, Kai pointa la femme de tout à l’heure.

« C’est ma mère. »

Il se permit de prendre en charge le rythme de la consultation. Parfois, il contemplait pendant plusieurs secondes certains portraits. Il retrouvait régulièrement sa présence dans l’album, toujours peu souriant et les seules fois où son sourire est unique, des poissons ou une plage sont dans les alentours. Finalement, le duo arriva à une page où un bébé Kai nu montrait ses fesses dans une petite piscine.

« Okay c’est assez. »

Le livre se referma brutalement et rien ne pouvait réduire la rougeur de ses pommettes. Il tenta de contourner cette gêne en posant une question sérieuse.

« Est-ce que tu vas m’aider à retrouver ma mémoire ou je peux considérer que le temps est mon seul ami ? »

(c) oxymort


_________________


Team 4:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7219-kaguya-kai http://www.ascentofshinobi.com/u974
Aditya
AdityaEn ligne

broken memories (Aditya) Empty
Sam 17 Aoû 2019 - 14:00
Kai. L’ascèse nota ce nom dans un recoin de ses pensées sans qu’il ne fasse écho à une quelconque bride de souvenir. Pourtant, il était familier avec bon nombre de membres du clan, bien que ses visites demeurèrent à la lisière de la cour extérieure du domaine ; aussi proche qu’il pouvait l’être des enfants de l’os, ces terres demeuraient les leurs et étaient garantes de leurs secrets claniques, une chose qu’un étranger tel que lui ne devrait pas être témoin – et une chose à quoi il se refusait pour la même raison. Néanmoins, il fut tiré de ses pensées en sentant un frisson parcourir le corps de son vis-à-vis le temps de leur contact, bien que passager. Il était sûrement né de la surprise ou de la crainte d’une proximité extérieure – une amnésie pouvait s’étendre jusqu’au ressenti, cela ne l’étonnerait pas que les réminiscences du toucher se soient évaporées elles aussi. Pour autant, le blond lui adressa une œillade lorsqu’il exprima ses réticences à demeurer au sein de l’hôpital.

« C’est quelque chose de commun, demeurer entre ces murs rappelle trop souvent à ceux qui les parcourent à quel point ils sont mortels, et ça n’est pas quelque chose que les hommes ont tendance à apprécier. », son regard remonta au creux des prunelles d’encre du Kaguya, avec cet air indifférent qui trônait en permanence sur son visage ; pour autant, il n’était pas apathique, ni condescendant. Simplement présent, et réfléchi. « D’autant plus qu’être seul face à ses pensées lorsque l’on est incapable de se remémorer sa vie passée doit te peser ; c’est comme si tu n’avais aucune preuve d’avoir existé avant. »

Bien que ses mots puissent paraître tranchants, ou allant au plus profonds de ses craintes, ils n’étaient pas volontairement incisifs ; la dernière chose que souhaitait Aditya était d’apporter plus de malheur à ses patients qu’il ne s’évertuait à en effacer. Mais la franchise avait toujours été le trait de caractère qui trahissait ses agissements ; il y trouvait quelque chose de rassurant. On ne guérit rien avec des mensonges, qu’il s’agisse du corps ou de l’esprit.

« Mais cela veut également dire que tu connais le poids de leurs pertes. C’est quelque chose dont le commun des mortels n'a pas conscience, à vivre en pensant être éternels. »

Son regard oscilla sur l’album et les photographies que lui exposaient l’enfant de l’os tour à tour ; recréer des images sur un support à l’aide de chakra n’était pas quelque chose d’étonnant, lorsque l’on savait que les Yamanaka qui peuplaient le village étaient à même de puiser dans les souvenirs d’autrui. A ce moment-là… il suffisait de les graver fidèlement. Mais une chose était sûre, c’est qu’Aditya se demandait pourquoi sa famille s’était donnée tant de mal pour reproduire une image de lui enfant, et nu de surcroit. Peut-être pour embarrasser le propriétaire de ce derrière dans le futur ; et si tel était le cas, c’était vraisemblablement accompli, au vu des rougeurs qui parcourraient ses joues présentement. Ses lèvres se déformèrent le temps d’un sourire bienveillant.

« Il y a bien des manières de raviver ta mémoire ; d’habitude, l’Iroujutsu suffit, bien que dans ton cas cela se soit révélé inutile. Tu as peut-être oublié ce qui t’es arrivé par le passé, mais tes habitudes son ancrées dans ton corps jusqu’à ce qu’elles en deviennent instinctives. N’importe quoi pourrait te ramener tes souvenirs ; un goût ou une sensation familière, un lieu, un objet ou même un paysage qui puisse faire écho à tes sens. Tu dois simplement faire confiance à ton corps ; c’est ton meilleur allié à l’heure actuelle. Il lui faut simplement un coup de main pour se reconnecter avec ton esprit. », glissa-t-il en se redressant de son assise, ses brins d’or ondulant autour de lui à chacun de ses mouvements. Ses pas le guidèrent près de la porte d’entrée demeurée ouverte, tandis que sa paume, elle, vint se poser sur ses flancs boisés. « Je te laisse quelques instants pour t’habiller avec autre chose que cette tunique. Je ne vois que peu d’utilité à ce que tu restes ici ; outre des cauchemars enfouis, cet endroit ne te rappellera rien si toutefois tu y aies posé les pieds avant. Mais peut-être trouveras-tu quelque chose sur le chemin du domaine Kaguya. »

L’ascèse adressa une dernière œillade à l’alité.

« Fais-moi signe quand tu auras terminé, je serai derrière la porte. »

Sa silhouette se glissa dans l’entrebâillement calmement tandis qu’un cliquetis léger résonna derrière lui, signifiant que le battant avait été refermé après son passage.




_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese

broken memories (Aditya)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: