Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Escorter et sécuriser la livraison de médicaments [mission rang C]
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] EmptyAujourd'hui à 18:16 par Miyamoto Teruyo

» Les caravanes d’Ali Baba
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] EmptyAujourd'hui à 16:42 par Sabaku Eirin

» La FKP (Yamiko]
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] EmptyAujourd'hui à 16:28 par Sakana Ayanokoji

» [B/MINI-EVENT/KIRI] Calife à la place du calife
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] EmptyAujourd'hui à 16:24 par Date Junko

» [B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] EmptyAujourd'hui à 16:23 par Narrateur

» 05. Se tromper sur toute la ligne
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] EmptyAujourd'hui à 16:06 par Borukan Ashitaka

» Prémices (Metaru)
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] EmptyAujourd'hui à 15:46 par Sakana Ayanokoji

» Consolidation [OS]
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] EmptyAujourd'hui à 15:46 par Kōenji Zuko

» Patpat [Aditya]
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] EmptyAujourd'hui à 15:40 par Kurayami Zeref

» Contre-la-montre en eaux troubles
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] EmptyAujourd'hui à 15:16 par Kurayami Zeref

Partagez

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO]

Shirō
Shirō

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Dim 28 Juil 2019 - 17:22
La journée avait commencé quelque peu anormalement par rapport aux autres jours. La présence de plusieurs forces armées au sein de l’hôpital ne rassura pas le légiste qui entrait pour prendre son service. Il commença à se demander s’ils n’étaient pas présents pour l’interroger sur certains faits anodins mais suspicieux. Il prenait toutes les précautions possibles et il était peu probable, voire impossible de l’incriminer de quoique ce soit. Mais cette présence remit en doute sa certitude alors qu’il fendit le groupe pour se diriger avec sérénité vers son antre, tendant néanmoins l’oreille pour capter une éventuelle information révélatrice. Malheureusement ils parlaient tout bas, comme par hasard.

Il se retrouva dans la morgue mais n’entama pas son travail sur le champ, comme d’habitude. Il prit le temps de faire les cent pas, à la recherche de ce qui avait pu lui échapper. Les casiers n’avaient pas été inspectés, tout était à sa place. Peut-être un peu trop ? Il secoua la tête, chassant ces idées paranoïaques. Il n’avait pas à s’inquiéter de tout ça, il s’agissait d’une coïncidence et ils n’étaient pas là pour quelque chose le concernant. Il avait cependant le besoin de confirmer pour de bon sa certitude. S’emparant d’un dossier bouclé la veille, il regagna l’accueil, marchant d’un pas assuré vers la réceptionniste.

Il lui tendit le dossier en question, mettant en avant l’étiquette avec le nom du défunt. Elle récupéra la compilation de documents qu’elle commença à inspecter pour s’assurer que rien ne manquait. Comme il le faisait à chaque fois, Shirō attendit qu’elle ait terminé. Il mit à profit cette minute d’inaction pour la questionner.

- Un problème ? demanda-t-il en désignant la porte d’entrée par lequel le petit groupe de Chûnins s’était éclipsé.

- Oui. Figurez-vous qu’on a admis une victime d’une tentative de meurtre cette nuit. Apparemment l’auteur n’en est pas à son coup d’essai mais il reste inconnu. Ces messieurs sont venus interroger la patiente mais elle a disparu sans qu’on se rende compte de rien. Vous imaginez ?

Cette dernière question n’avait pas été véritablement entendue par le légiste. Tout juste écoutée. Il réfléchissait déjà à la situation. Un tel acte lui posait problème. Une patiente tirée du bloc, c’était une patiente de moins pour lui. Quelqu’un tenterait de lui ôter le pain de la bouche ? Il ne s’en sortirait pas comme ça. Il y avait apparemment une équipe d’enquête qui allait être désignée. En quelques temps, Shirō avait quitté l’hôpital pour rejoindre les bâtiments administratifs et se porter volontaire. Lorsqu’on lui demanda de donner l’identité des autres volontaires, il hésita un moment avant de leur donner. On lui proposa d’aller les chercher pour leur remettre la missive mais le scientifique assura qu’il s’en chargerait.

Plus tard il avait retrouvé Hiko et Ayanokoji en leur expliquant la situation. Ils avaient accepté de se joindre à lui pour cette enquête. Ils devaient s’imaginer dans la peau de détectives de roman. Peu importait Shirō tant qu’il pouvait compter sur leur aide pour élucider cet épineux problème. Lorsqu’il arriva sur place, on l’interpella en lui indiquant qu’un autre shinobi allait se joindre à eux. On leur désigna une chaise où attendait une jeune femme que le scientifique avait déjà vue. C’était lors du tournoi organisé il y a quelques jours. Mais les conditions n’avaient pas vraiment été idéales pour des présentations. Shirō s’avança donc vers la kunoichi.

- Bonjour. Shirō, légiste responsable de la morgue et Genin. Nous avons été tous muté à l’enquête de la disparition du corps semble-t-il.



@Sakana Ayanokoji @ASAARA RIKU @SAIRYO HIKO @MU

_________________
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Cl26
Merci pour le kit Aimimolette ♥️
Le coin des artistes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6209-quatre-terminee#51259 http://www.ascentofshinobi.com/u993
Asaara Riku
Asaara Riku

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Dim 28 Juil 2019 - 19:22


LE COLONEL MOUTARDE DANS LA CUISINE AVEC LE COUTEAU


ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO

◊ ◊ ◊

Un meurtre à Kumo. Ça sonnait comme un titre de roman policier, lu dans sa jeunesse, enfermé dans sa chambre. Le genre d’histoire qui réussit à te captiver jusqu’au point que tu ne peux plus t’arrêter de lire les lignes, pleines d’indices et pourtant, sans ne jamais être capable de deviner qui est le grand méchant loup. Riku n’avait pas entendu parler de ce contexte à son arrivée, trop occuper à s’installer dans son petit appartement, se promettant une nouvelle vie belle et longue. Ah, quelle belle plaisanterie. Une guerre plus tard, avec la séparation de quelques jours, le crime arriva à son oreille. Une telle information ne vint pas l’effrayer, au contraire, cela l’excitait. La Riku de 12 ans s’agitait en elle, lui murmurant de prendre en charge cette enquête et de fouiner là où elle ne doit pas. Chose dite, chose faite.

L’empoisonneuse restait silencieuse, assise dans un bâtiment qu’elle ne connaissait pas vraiment. Une femme avait été assez gentille pour lui accorder une chaise et quelques détails très importants pour la suite des événements. Un corps disparu ? Cela fit sourire la Asaara. Elle n’eut pas le temps d’élaborer une opinion complète puisqu’un homme vint à sa rencontre. Aussitôt, la brune se leva et l’observa. Un autre shinobi présent à ce grand combat à l’arène. Et bien, à ce point, il ne manquait plus que quelques têtes et elle aura rencontrer tous les combattants.

« Riku, soldate de l’empire et oui, nous allons découvrir ce qui se cache derrière cette mystérieuse fuite. »

Son titre de pion de l’armée n’incitait pas la confiance chez tous les kumojins, elle se croisait les doigts pour ne pas être repoussée. Après tout, une aide en plus ne pouvait pas venir faire de mal, surtout que ses connaissances en poisons et autres pouvaient être très utiles.

« Je n’étais pas présente lors du premier meurtre, j’étais en dehors du village. Avec la guerre et la prise en charge de mes entraînements, j’ai une liste complète d’alibis et de témoins qui me retirent de toutes suspicions. Je suis donc non liée à cette histoire à ce jour. »

La kazejin déposait déjà quelques cartes sur table, prouvant déjà une petite base de connaissance en terme d’enquête. Elle supposait que toute l’équipe possédait des alibis pour ne pas être suspect, mais ne sait-on jamais. Les meurtriers aiment bien s’inclure dans leur propre poursuite, cela les amuse ou les distraits.

« Nous sommes seulement quatre ? »

(c) oxymort


_________________

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Riku_signa_bis
Merci Aditya pour la signa !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6758-asaara-riku http://www.ascentofshinobi.com/u974
Sakana Ayanokoji
Sakana AyanokojiEn ligne

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Lun 29 Juil 2019 - 15:54
Moi ? Une enquête ? Avec Shirô-sama en prime ? Ooooh que oui, j'étais super chaud pour cette mission. Il me semblait en avoir déjà entendu parler... Ah mais peut-être même que j'avais brièvement participé à la non résolution de cette dernière... Enfin bref, pas grave, aujourd'hui de l'autre jour était un autre jour. Le seul truc que je regrettais, c'était de ne pas avoir une blouse super classe de détective privé. Je me voyais bien avec, pour la couleur par contre, j'aurais plutôt tapé sur du blanc... Des lunettes... ah oui il me fallait des lunettes pour me camoufler aussi ! Et pour avoir le kit complet, il me fallait aussi un journal -à lire à l'envers, bien sûr- pour faire semblant de lire, assis sur un banc en observant ma cible.

« Élémentaire mon cher Shirô-sama. »

Ah oui, ça, c'était sorti de nulle part. En gros ça voulait dire « Oui, j'accepte avec grand plaisir de t'épauler. »

Franchement, collaborer une nouvelle fois avec Hiko-kun et Shirô-sama, c'était pour moi un plaisir. On avait déjà commencé nos expériences que je voulais déjà passer aux suivantes. À leurs côtés, j'avais l'impression d'apprendre un tas de trucs et devenir plus fort. Bien sûr je m’entraînais souvent seul dans mon coin mais avec eux, c'était comme si mon expérience était doublée, un genre de bonus super classe nommé le « bronus » -oulalalaa, trop fooort!-

Après avoir rejoint notre première destination, on nous annonça que nous ne serions pas seuls pour cette enquête... Une autre personne allait se joindre à nous. Wow, quatre Shinobis ? Pourquoi pas après tout, moi ça ne me dérangeait pas, au contraire même ça ne pouvait qu'être bénéfique ! Je ne voulais juste pas que ça soit un gars de l'Empire super méga relou avec qui je devrais faire attention à mes faits et gestes. Oui en tant que tout récent membre du club de la rébellion de Kumo, j'étais sur mes gardes.

Et finalement, avec l'équipe des vengeurs, nous arrivâmes face à une Kunoichi... qui ne m'était pas inconnu ! De tête elle me disait quelque chose... Mais brièvement en fait car je n'avais pas pu l'observer longuement. En tout cas... ah oui quand même, je n'avais pas remarqué la première fois mais... en fait elle était très belle ! Mais... euh, c'était vraiment étrange, je ne remarquais pas souvent ça chez les damoiselles mais.. wow ! Et bien sûr Watson Tomato était de sorti et je ne pus m'empêcher de rougir comme un gamin. De l'extérieur, ça pouvait paraître très étrange. Je ne savais pas encore si c'était de l'amour – alors oui, j'avais un peu lu à ce sujet mais ça me semblait encore un peu dégueu et étrange – mais en tout cas, je trouvais à cette femme, quelque chose de très coooool !

Une seule chose vint gâcher cet événement, c'était son affiliation. Oui oui, elle ne semblait pas être des nôtres, ce qui voulait dire que... inévitablement, elle serait un jour sur ma route. C'était triste mais elle comme beaucoup d'autres le seraient. Remettant cette réflexion à plus tard, j'avais abaissé légèrement le haut de mon corps afin de la saluer avec respect.

« Bonjour m'dame ! Enchanté de faire votre connaissance, je me nomme Sakana Ayanokoji, Genin de Kumo ! »

J'aurais peut-être du dire Jônin ou Raïkage, histoire que ça fasse un peu plus classe ou alors... j'avais mieux : organisateur des futurs jeux olympiques de pétoncle !

Riku-chan -avais-je le droit de l'appeler comme ça dans ma tête?- semblait vouloir se disculper. Ah oui d'accoooord, on devait faire ça ausssi ? Moi je n'avais rien à me reprocher hein.

« Oui, nous sommes seulement quatre apparemment. En espérant que ça soit suffisant pour boucler cette enquête. »

Il y avait peut-être une histoire de chandelier derrière ce meurtre !

_________________
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] 1564043156-aya
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4992-sakana-ayanokoji-done
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Mar 30 Juil 2019 - 19:43
Kumo no kuni
Été de l’année 203

Le message du légiste avait été clair… Il avait besoin d’eux !

Il n’en fallait pas plus à notre jeune héros à la chevelure blanche pour sauter hors de son lit et enfiler un T-shirt. Car ouais, putain de canicule oblige, il restait cloitré chez lui même la journée. Fenêtres fermées, volets tirés jusqu’en bas. Un petit linge mouillé disposé devant le ventilateur… Voici les astuces qu’il avait appliquées. Bon, elles ne venaient pas de nulle part hein. Un prospectus avait été distribué à chacun dans leur boîte aux lettres… « Comment lutter contre les fortes chaleurs » qu’il disait. Tu sentais le truc pondu par des employés qui se faisaient chier comme des rats morts. Alors les dessins étaient jolis, la typographie n’avait rien à envier au plus beau des prospectus d’Asselin… Euh d’un candidat quelconque. Bref, tout ça pour vous dire qu’il faisait chaud, mais que ça n’arrêterait pas notre jeune héros dans son aide pour l’ami Shirô.

Bon, maintenant que j’ai fait lire à Mu un paragraphe complètement inutile et chiant à mourir, on peut passer directement à notre histoire… Et cette fameuse enquête.

- Atchoum !
Ah ouais… Le petit Hiko était malade et sous antibiotique aussi. Pas glorieux sous cette chaleur, mais bon… Un nez qui coule n’arrête pas un enquêteur déterminé ! Parole de Sairyo.

Ce fut donc non sans mal que le jeune garçon arriva au niveau de l’hôpital, là où il retrouva aisément les trois autres enquêteurs. Shirô, dont la logique implacable avait raison de toutes les énigmes. Ayanokoji, le sang du sang qui réagissait plus rapidement que son ombre lorsqu’on lui mettait un indice sous le nez. Et Riku… Femelle indomptable et indomptée qu’Hiko ne connaissait pas plus que ça. Tout ce qu’il savait d’elle, c’était qu’elle était d’une rare empathie et qu’il avait eu un bon feeling avec elle. Elle méritait clairement sa place dans l’enquête !

- Bondour… De vous fais bas la bise d’suis balade…
Voyant leurs mines déconfites, Hiko comprit rapidement qu’il y avait un problème. Un gros reniflement plus tard, un crachat dans la poubelle aussi précis qu’un shoot de Steph’ Curry, et revoilà qu’il reprenait la parole.
- Pardon, je voulais dire… « Bonjour, je vous fais pas la bise je suis malade ». Ça va bien vous ?!
Avec un grand sourire et des yeux rieurs, notre jeune héros ne se rendait pas compte qu’il se trouvait sur une scène où de potentiels indices étaient déjà disséminés. Hiko tourna alors la tête vers les autres… Ils semblaient à l’étape du « faire connaissance ». Hiko était malade, et après s’être une nouvelle fois mouché bruyamment, il se détacha du groupe pour aller voir une jeune femme qui était assise derrière un bureau. Sans doute l’accueil du bâtiment…
- Bonjour ma petite dame, j’en ai peut être pas l’air, mais j’suis un peu au bout de ma vie là… Un rhume a eu raison de mes dernières forces et c’est par l’opération du Saint Cristal que je suis encore debout à vous parler. Auriez-vous donc l’obligeance de partager avec nous tout ce que vous savez sur cette victime qui a été soignée puis a mystérieusement disparu…
Il était plus très sûr de ce qu’il avait entendu sur cette affaire, et préféra donc préciser.
- Du coup, il me faudrait son poids, son sexe, sa description physique, ce qu’elle a subi comme blessure… Ce qu’elle a subi comme opération. Les différents traitements. Ses besoins en termes de soins qui restent, genre si elle prend des antibiotiques lesquels… Il me faudrait aussi les conditions dans lesquelles elle est arrivée… Bref, j’veux tout savoir pour que notre en… ATCHOUM !
N’ayant pas eu le temps de terminer sa phrase, il répandit sur la secrétaire une quantité non négligeable de mucus verdâtre témoignant du blocus qui faisait rage dans ses sinus…

_________________
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Hiko_s10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee
Narrateur
Narrateur

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Jeu 1 Aoû 2019 - 14:53
-"Bonj... c'est que... oui... alors.... eh..."


"..." Les yeux clos et sans un mot, l'infirmière attrapa un chiffon dans sa poche pour s'essuyer le visage avec. Sang, glaires, selles, mucus inidentifiables... après vingt ans passés à soigner autrui, elle en avait vu d'autres. Aussi se contenta-t-elle d'ignorer l'enfant, de saisir un dossier posé à côté d'elle et de s'avancer vers le reste du groupe.

-" Shirō -sama ? " Elle s'adressa à l'unique personne qu'elle connaissait, ou pensait connaître... et lui tendit le paquet dégoulinant encore de tout ce que le gamin malade était parvenu à sortir de son corps. "Des gardes sont passés un peu plus tôt pour me prévenir que vous vous intéressiez à cette affaire. Voici le dossier de suivi de l'inconnue disparue. Elle a séjourné quelques heures dans la chambre 305 après l'opération, mais tous les détails figurent là-dedans."

Dans le dossier se trouvait une courte description physique de l'inconnue et plusieurs données relatives à sa condition.

dossier:
 


La dernière inscription signée le milieu d'une page de suivi, comme un point d'orgue à tout ceci avant de passer à un autre patient.

-"Oh ! Eh, je crois que c'était l'infirmier de nuit, avec sa moustache rigolote et ses lunettes qui a récupérée en premier la pauvre enfant. Raah... mince alors, impossible de me souvenir de son nom, navrée." Elle haussa les épaule et retourna à ses affaires, quelles qu'elles fussent, tout en snobant Hiko.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shirō
Shirō

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Sam 3 Aoû 2019 - 13:37
Le trio se verrait accompagné de Riku, une impériale. Sa présence n’avait rien de surprenant. Le Teikoku avait beau être l’envahisseur, il ne pouvait pas laisser le chaos gagner les rues de la cité conquise. Il se devait de tirer l’affaire au clair et l’homogénéité de l’équipe se comprenait. Deux membres de chaque entité œuvrant dans un but commun. L’administration devait se féliciter de cette parité qu’ils n’hésiteraient pas à mettre en avant comme symbole de la coopération des deux camps. Un peu de propagande en ces temps troublés ne leur feraient pas de mal. Shirō avait beau ne pas se préoccuper de ça, il savait qu’il était ici un pion pour permettre à l’Empire de s’offrir quelques louanges. Lui n’était guidé que par l’envie de découvrir l’identité de son empêcheur de tourner en rond.

Néanmoins, il doutait que cette collaboration soit pleinement efficace au vu de la méfiance dont leur coéquipière faisait preuve. Ils n’avaient pas encore eu le temps de véritablement échanger qu’elle tenait déjà à se disculper, invoquant témoignages et alibis qu’elle n’y était pour rien. Le genre d’atmosphère de travail lourde que Shirō voyait d’un mauvais œil. Il ne comptait pas s’adonner au même jeu. Il n’y était pour rien et si elle tenait à se pencher sur son cas d’emblée de jeu, il ne mettrait pas longtemps à lui prouver son innocence. Il choisit délibérément de ne pas réagir à ces propos.

Maintenant que l’équipe était formée, ils pouvaient entamer. La première étape fut bien évidemment de se renseigner auprès de l’accueil afin de récupérer le dossier de la patiente disparue. Le Génie avait pris les devants. Shirō resta en retrait, écoutant et observant avec attention. Après avoir formulé sa demande comme un véritable professionnel, même si c’était à sa façon, le Sairyo éclaboussa la standardiste de sa maladie. Un geste indélicat qu’il craignait lourd en répercussions. Au lieu de ça, elle tendit un dossier au garçon avant de prendre congé. Il était fort probable que ce soit son unique contribution à l’enquête. Shirō prit alors connaissance du dossier en le lisant à voix haute pour lui et ses partenaires. Ils s’étaient installés à l’écart, là où des oreilles indiscrètes ne pourraient les surprendre.

Compilant les quelques informations qu’ils possédaient maintenant, le légiste réfléchissait à la démarche à suivre maintenant. Ils faisaient face à deux inconnus dans leur équation. Il serait bon de les éliminer pour avancer. Shirō garda le dossier avec lui alors qu’il partageait ses impressions avec ses coéquipiers du jour.

- On a donc une inconnue qui a déposé la victime et un infirmier de nuit à moustache et lunettes. Il serait intéressant d’essayer de récupérer ces deux informations. Je préconise deux groupes pour identifier ces deux personnes. Je vais me charger de retrouver celle qui était à l’accueil ce soir-là. Il serait bon qu’Hiko se mette à la recherche de notre infirmier. Il ne resterait que vous deux pour vous répartir ou exploiter une piste que vous pensez nécessaire à creuser. L’idéal étant de se réunir ici d’ici une heure, une heure et demi grand maximum.

Laissant ses acolytes se partager la tâche, Shirō profita de son poste au sein de l’établissement pour consulter la liste du personnel d’accueil. Un tableau les énumérait avec leurs horaires. Il n’avait qu’à le consulter pour savoir qui était celle qui avait reçu les deux femmes à leur arrivée pour parvenir à dresser un portrait de l’inconnue qui avait ramené la victime.


Spoiler:
 

_________________
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Cl26
Merci pour le kit Aimimolette ♥️
Le coin des artistes:
 


Dernière édition par Shirō le Lun 5 Aoû 2019 - 19:20, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6209-quatre-terminee#51259 http://www.ascentofshinobi.com/u993
Asaara Riku
Asaara Riku

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Dim 4 Aoû 2019 - 6:30


LE COLONEL MOUTARDE DANS LA CUISINE AVEC LE COUTEAU


ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO

◊ ◊ ◊

Quel plaisir ! Suite à tout son blabla pour prouver son innocence, ses prunelles brillèrent face à la petite perle rare à la chevelure blanche. Nan pas Hiko qui morvait, l’autre, Sakana Ayanokoji. Un nom peu familier, mais son visage la ramenait encore une fois au jour du battle royale. C’est lui qui portait le t-shirt sur la pétoncle ! Quel petit phénomène, très mignon et très.. rouge ? La maladie du Sairyo se propageait déjà, en espérant que ses sécrétions ne viennent pas masquer certaines traces laissées par la disparition.

« Quatre shinobis sont suffisant pour résoudre l’enquête, ne t’inquiète pas. »

Riku glissa sa main dans la chevelure de l’éphèbe et lui offrit un sourire rassurant. Alors que Hiko revenait après avoir cracher au visage de la réceptionniste, la Asaara gardait le silence et écoutait l’aîné du groupe lire le dossier de la disparue. Des détails simples, mais utiles. Les présentations sont terminées et Shiro invite tout le monde à se bouger les fesses. Il est vrai que dans une telle situation, il n’y a pas une pause à prendre, surtout que le crime est considéré comme récent. Sans plus attendre, la soldate commença à reculer.

« Je vais jeter un coup d’oeil à la chambre 305. »

Aussitôt dit, elle tourna ses talons et se dirigea vers le bon couloir pour se guider jusqu’à la fameuse chambre. Sur son chemin, elle ne pouvait s’empêcher de trouver le bâtiment très isolé et lugubre. Le bruit de ses pas résonnait et peu de membres du personnels passaient sur son chemin. Elle fut presque rassurée de s’enfermer dans la salle 305. À première vue, rien n’était inquiétant, mais peut-être qu'après une petite fouille, des indices la feront changer d'avis. Riku enfonça ses mains dans des gants blancs et commença à fouiner un peu partout dans l'espoir de trouver un élément important.

(c) oxymort



Spoiler:
 

_________________

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Riku_signa_bis
Merci Aditya pour la signa !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6758-asaara-riku http://www.ascentofshinobi.com/u974
Sakana Ayanokoji
Sakana AyanokojiEn ligne

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Lun 5 Aoû 2019 - 19:13
Hé mais... c'était... dégueulasse ? Beuuuuurk ! Franchement, je n'étais pas du genre à repousser mes amis mais là Hiko-kun, je le voulais loin, trèèèèèèès loin de moi. Le plus loin possible afin que je ne chope pas des maladies toutes bizarres.

Heureusement qu'il y avait la Riku-chan de compétition pour me remonter le moral ! D'ailleurs sans même que je puisse me préparer mentalement, elle avait passé sa main dans mes cheveux ; Woooow, c'était plus qu'intime comme contact ça non ?! Aussitôt fait, elle m'avait figé sur place, la tête aussi rouge qu'une tomate. Alors oui j'étais comme ça, il m'en fallait peu mais en même temps, venant d'une aussi belle femme... comment réagir autrement ? Si c'était Shirô-sama par exemple qui me faisait ça, je n'en ferais pas tout un plat mais là...

M'enfin bref, il fallait que je fasse preuve d'une grande concentration et devais surtout, me recentrer sur la mission du jour. Nous étions au beau milieu d'une enquête après tout nomhéo.

Finalement nous avions fait face à une infirmière ma foi, qui me semblait bien gentille et qui avait l'air d'en avoir gros. Moi je préférai jouer carte sur table, j'étais prêt à l'écouter attentivement afin de résoudre l'enquête. Alors que les questions étaient posées et que je pensais que pour une fois, tout allait bien se passer -vu la composition de l'équipe, hormis Riku-chan-, mon copain de toujours lâcha un peu trop beaucoup de morve sur notre interlocutrice. Ça me donna la nausée immédiatement, c'était affreux ! Non mais sans déconner, ok on avait eu la même nourrice mais là je ne pouvais pas laisser passer ça. À voix basse, quand même dans la délicatesse, je pris le temps de balancer quelques mots à mon partenaire.

« Psssst, Hiko-kun ! Fais attention s'il te plaît ! Je sais que c'est dur de contrôler ce genre de choses mais... tu m'as compris hein, doucement mon ami. Si t'as besoin d'un mouchoir ou quoi n'hésite pas. »

Bon j'en avais pas mais « c'est l'intention qui compte » n'est-ce pas ? Bref, après le passage un peu mouvementé de l'infirmière, on avait finalement quelques informations à notre disposition. C'était Shirô-sama en personne qui avait lu à voix haute le rapport. Un rapport un peu étrange mais qui me semblait suffisant pour avancer ; il fallait gratter !

La proposition de Shirô-stark était de se séparer en deux groupes pour chercher des infos et nous laissait la possibilité, à Riku-chan et moi même, de trouver d'autres pistes... Euh alors... mhmm...

« Euh d'accord d'accord ! Comptez sur moi ! »

Bien sûr, comptez sur moi, je n'ai vraiment pas d'idées. Il fallait vite que je trouve quelque chose, sachant que la damoiselle de l'équipe elle, était déjà partie à fond la caisse. Raaaah la galère, je ne devais pas être le nullos de l'équipe. Comment j'allais pouvoir impressionner ma belle en étant le zéro des zéros , le nullos des nullos ?

Dans une enquête... on trouvait un peu de tout non ? Des suspects, des suspects plus suspectés, des témoins, des faux témoins, des indices.... Des témoins, oui des témoins ! Pitêtre que des gens avaient des informations sur sa disparition non ?!

Allez zouuu, direction la chambre 305 où s'était déjà dirigée Riku-chan. Je ne voulais pas la couper dans ses recherches du coup, je me contenterai de taper à droite à gauche, autour de la chambre, afin de chercher des gens -pas morts si possible- et savoir.

Dans le couloir, j'avais débuté mes recherches.

« Bonjour, enquêteur Ayanokoji Watson Junior, je suis à la recherche d'informations concernant la damoiselle qui a séjourné, brièvement, dans la chambre 305. Est-ce que vous avez des informations ? »

Mais en essayant de taper à la porte des chambres -sait-on jamais-.

Toc toc toc...

« Mes salutations, enquêteur Ayanokoji Watson Junior, je suis... »

Ton père... oops, trompé!

Bref, ça c'était vraiment quand on acceptait de me laisser entrer, que je ne prenais pas un vent ou un coussin sur la figure.

Résumé:
 

_________________
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] 1564043156-aya
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4992-sakana-ayanokoji-done
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Mar 6 Aoû 2019 - 14:48
Tandis que notre jeune héros à la chevelure blanche,- le vrai-, se remettait doucement de son éternuement qui lui avait valu un mal de crâne, il vit alors que la standardiste avait donné un dossier à Shirô. Le tout, évidemment, après s’être nettoyé le visage. Elle semblait vachement contrariée par ce qui venait de se passer. Hiko était partagé entre la compréhension et le fait que bon, ils étaient quand même dans un hôpital. Elle devait avoir l’habitude la bougresse !
 
Bon, on va passer sur cet épisode fâcheux et avec un dernier reniflement bruyant, Hiko se tourna alors vers le reste du groupe. Aya Nakamura lui proposa alors un mouchoir. Un chouette type ce petit homme !

- De veux bien s’il de blaît…
Mais avant même que le maître des portes n’eut le temps de sortir son mouchoir brodé à la main par sa môman, Shirô prit la parole. Par cette initiative, il se positionnait clairement comme étant le chef dans cette enquête. Idée qu’appréciait particulièrement Hiko, lui reconnaissant toutes les capacités innées d’un leader.
 
Après quelques phrases, tirées de sa réflexion profonde en lien avec le rapport, le légiste proposa alors de se séparer. Chacun possédait sa mission en quelques sortes. Et comme par hasard, Hiko hérita du gros lot ! Le gros moustachu, un peu marrant, qui donne sûrement des petits bonbons aux enfants à la sortie de l’école… Je sais pas si vous voyez le genre !

- Brrr…
Hiko frissonna. Nul ne put dire si c’était lié au fait qu’il allait potentiellement devoir parler au pervers de service, ou si c’était simplement sa maladie qui le rattrapait peu à peu. Une chose était sûre, il fallait qu’il bouge, sinon il allait tout simplement se vider de tout son mucus. L’activité permettait de réchauffer le corps, et lui permettrait sans doute d’oublier la barre de fer qu’il avait au niveau du front depuis un moment déjà.
 
Et alors que chacun était parti de son côté, Hiko décida d’activer une technique qu’il venait tout juste de maîtriser. Elle ne nécessitait pas beaucoup d’énergie, ce qui lui permettrait alors de garder en mémoire ceux qu’ils croisaient. Un petit tour assez utile dans ce genre de situation, il fallait l’avouer. Voilà 10 xp bien dépensés comme dirait l’autre !
 
Bref, il ne fallait pas chômer, et Hiko retrouva une certaine vigueur alors qu’il se dirigeait vers le centre de l’hôpital. Le mec était censé être dans l’équipe de nuit… S’il avait bien compris ce qu’avait dit Shirouette. Hiko se mit donc en route, n’hésitant pas à s’adresser aux différents infirmiers et infirmières qu’il croisait sur son chemin. Mais plus que les réponses et les indications, ce qu’il cherchait chez eux, c’était un geste qui les trahirait. Car cette histoire d’infirmier « rigolo » avec la grosse moustache… Ca semblait un peu tiré par les cheveux.

- Hm… Depuis quand la standardiste ne connaît pas les infirmiers qu’elle voit tous les jours… Surtout un mec aussi reconnaissable… Soit il est nouveau, soit il n’est pas celui qu’il prétend être… Après tout, plus c’est grosse, et mieux ça passe…
Euh mec, tu deviens complètement gaga là. Stop ta paranoïa un peu. Si ça se trouve, c’est Mario le plombier qui faisait une blague…
 
Ou pas. Hiko en était persuadé, ce trublion de l’infirmerie cachait quelque chose. Et bien ne fut pas sûr de pouvoir le rencontrer, il se dit que le meilleur endroit serait la salle de repos des infirmiers. Là bas, il avait la chance de pouvoir y rencontrer ses collègues… Ou sinon, son casier contenant ses affaires. Aucune piste n’était à négliger… Que l’enquête commence !
 
HRP:
 

_________________
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Hiko_s10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee
Narrateur
Narrateur

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Jeu 8 Aoû 2019 - 14:20
Sur le tableau du personnel, entre autres inscriptions et acronymes propres à la profession hospitalière, figurait le nom d'un homme : Nara Kuchihige. En reportant ce nom sur la colonne du jour, il apparaissait de nouveau, en ce moment même, à la préparation des piluliers pour le service de gériatrie.

* * * *

La 305 était restée en désordre. Dans le placard avait été posés les vêtements ensanglantés de la précédente patiente, l'un des habits gardait dans le pli d'une poche un petit papier froissé où était inscrit "Aux Tissus de Tani".

Une boite vide de pilules sédatives semblait avoir roulé jusque sous le sommier du lit. La contenance précisait jusqu'à trente pilules.

* * * *

Après deux vents, un coussin et un urinoir plein esquivé de justesse, l'enquêteur Aya Nakamura Watson junior se fit interpeller d'un "pssst" provenant de la 309, un peu plus loin dans le couloir. "Mon chaton !" Une vieille dame à la voix particulièrement grave et chevrotante y était allitée. Elle était très vieille, si vieille que ses paupières presque jointes possédaient plus de rides que de peau... . Clairement, elle faisait peur, mais être un enquêteur ne sous-entendait-il pas d'être courageux et de braver le danger ? Elémentaire, n'est-ce pas ?

-"Sous la cape, blanche endormie et rouge frêle s'unissent." L'ancêtre répétait cette phrase, ponctuant de temps à autre sa folie d'un "mon chaton" à la limite de l'indécence.

* * * *

Les sens d'une détection maline ne rapportait au jeune Hiko que des signatures très faibles, voire inexistantes, des civils travaillant ici. En certaines occasions, une pointe plus élevé de chakra se manifestait, une personne, très certainement docteur, entourée par plusieurs apprentis et infirmiers partager son savoir et sa connaissance. Des manieurs d'Iroujutsu, de fins connaisseurs en poisons, des personnes capables d'opérer sans autres outils que leurs mains entourées d'un chakra tranchant. Il y avait ici un concentré de talents aussi variés qu'indispensables, scanner sans connaître ce que l'on cherchait revenait à rechercher une tige de paille dans une botte de foin... (ouais non, parce que l'aiguille, ça se magnétise :ofc:).

Dans la salle d'attente, les regards se tournèrent vers l'enfant. Quatre paires d'yeux derrières des lunettes loufoques et au-dessus d'une moustache à chaque fois différente. Hormis ces ressemblances, chacun avait sa particularité, l'un souffrait d'une calvitie avancée, un autre possédait une toison aussi frisée que celle d'un mouton, le troisième n'était pas plus grand qu'Hiko, quoique sacrément plus large, et enfin le dernier possédait une boucle en or sur son oreille droite.

-"C'est réservé au personnel ici, jeune homme." Lui fit remarquer l'un des quatre types, tandis qu'un autre, le plus petit, réajustait ses lunettes, vraisemblablement nerveux. Sa signature de chakra oscilla légèrement, comme un flash subtil, un saut dans la force... .


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shirō
Shirō

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Mar 13 Aoû 2019 - 6:13
Shirō inspectait le tableau recensant les employés de l’hôpital pour voir où était censé se trouver chacun. Il venait de retrouver un nom : Nara Kuchihige. Un patronyme déjà croisé sur quelques notes de service mais qu’il ne connaissait pas personnellement. Il n’était pas vraiment le genre à pactiser avec ses collègues de travail pour finir dans des activités pathétiques de team building. D’un sens, on pouvait le qualifier de forcené de travail. Puisque c’était une passion avant tout, il ne voyait pas le temps passer généralement. De plus, il n’allait pas en pause dans les salles prévues à cet effet, préférant en général la solitude et la quiétude de son antre. Dont la tranquillité était bien trop abusée depuis quelques jours, commençant à l’indisposer au plus haut point.

A la suite de l’identité de l’homme recherché, son poste actuel. A la préparation des médicaments dédiés aux patients en gériatrie. Un service que le légiste surveillait de près puisqu’une partie de ses clients provenaient de ce service. Les cas désespérés finissaient en général dans son domaine quelques temps après, il était donc toujours intéressant de s’intéresser aux cas qu’on pouvait y trouver. Simple question de professionnalisme, avait-il dit à une infirmière outrée une fois. le service ne se trouvait pas si loin et il n’avait pas mis plus de quelques minutes à trouver sa piste qu’il souhaitait exploiter. Il n’était pas vraiment temps encore de retrouver son groupe alors il prit la décision d’aller à la rencontre du Nara.

Il s’engagea dans les couloirs de l’hôpital, les narines insensibles à l’odeur médicamenteuse et parfois désagréable qui traînait partout dans l’établissement. Suivant les panneaux sans vraiment les lire, il savait où passer pour arriver à son objectif. Il tomba sur plusieurs patients du service en question, déambulant dans les couloirs, le fessier à l’air et l’avant dissimulé par une chemise traditionnelle du lieu. Une vision d’horreur qui ne l’arrêtait pas. Un spectacle basique pour qui travaillait ici. Quelques malheureux en fauteuil ou des brancards qui traînaient là vinrent ralentir sa progression sans pour autant l’interrompre. Il poussa délicatement certains de ces obstacles pour ne pas perdre de temps, pestant intérieurement et jurant de retrouver ces margoulins plus tard dans ses tiroirs réfrigérants.

Une dizaine ou quinzaine de minutes plus tard, il retrouvait la pièce dédiée aux médicaments des patients du service. Il y entra sans encombre, cherchant du regard celui pour qui il venait de traverser un véritable parcours du combattant archéologique. Il le vit, affairé à sa tâche, et l’interpella poliment :

- Bonjour. Pardon de vous déranger, Nara Kuchihige ? Je suis ici pour une mission d’intérêt public pour le village. C’est au sujet d’une femme qui a été déposée ici hier soir. Une brune, un peu moins de la trentaine, avec plusieurs blessures à l’abdomen. Elle aurait été déposée par quelqu’un qui n’a pas laissé de renseignement personnel à l’accueil. Est-ce que vous n’auriez pas noté quelque chose de votre côté qui pourrait nous aider ?


Spoiler:
 

_________________
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Cl26
Merci pour le kit Aimimolette ♥️
Le coin des artistes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6209-quatre-terminee#51259 http://www.ascentofshinobi.com/u993
Asaara Riku
Asaara Riku

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Ven 16 Aoû 2019 - 18:27


LE COLONEL MOUTARDE DANS LA CUISINE AVEC LE COUTEAU


ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO

◊ ◊ ◊

Mains dans les gants, la tête bien haute, Riku se laissa emporter par l’aspect calme de la chambre. Elle commença par la fenêtre, rien de suspect. Ensuite, la table de nuit aux tiroirs vides ne montrait aucun signe perturbant. La recherche était définitivement ennuyante et peu digne d’un roman policier où les indices sautent aux yeux. Peut-être n’avait-elle pas fouiné au bon endroit? Il lui restait encore quelques clés à tenter.

La kunoichi se dirigea vers le lit et souleva les couvertures en bataille. Rien de suspect, quelques traces de sang, unique à la patiente qui y avait logé. L’oreiller ne cachait rien, quelques cheveux nerveux y dormaient. La brune soupira et se pencha pour jeter un coup d’oeil sous le sommier. Aussitôt, ses émeraudes brillèrent de malices. Oh. Comme c’est étrange. D’un simple mouvement, elle attira une petite boite vide de pilules. Sans aucun doute les sédatifs, mais aucune trace des comprimés. Pour ne pas se tromper et mener l’équipe sur une mauvaise trace, Riku retourna au sol et se glissa sous le lit pour chercher une quelconque médication. L’effort fut apprécié, mais le contenu de la boîte était bel et bien évaporé dans le mystère de cet enquête.

Lorsqu’elle retourna sur ses pieds, la Asaara positionna la boite dans un sac de plastique et le garda dans son petit sac. Cela menait tout de suite à l’idée que la femme avait probablement dévoré les sédatifs, forcée ou non. Elle n’était pas consciente lors de son enlèvement.

Riku se tourna maintenant vers le dernier endroit non vérifié, un placard. Dès qu’elle ouvrit les portes, une odeur de fer attaqua son nez. Elle se pinça les lèvres pour ne pas commenter la situation et préféra augmenter la cadence en tapotant les vêtements tâchés de rouge. Tout semblait être normal, jusqu’à ce que les bouts de doigts de la jeune femme touche un bout de papier. Avec un sourire en coin, elle retira le morceau et pu y lire « aux tissus de Tani ». Malheureusement, ne pas être une Kumojine la bloquait soudainement. Elle ne connaît pas exactement les lieux et un tel endroit ne lui disait rien, sauf peut-être chez une couturière ? Ce serait complètement étrange.

Sans perdre une minute, et en vérifiant une dernière fois la chambre, Riku quitta la pièce 305 et tomba rapidement en face-à-face avec Aya.

« Oh Aya, mon sauveur ! »

Elle s’approcha du genin avec un air soulagé et lui glissa le papier sous les yeux. Avec chance, ses connaissances de Kumojin l'aideront à la guider vers.. Tani ?

« J'ai trouvé ceci dans une poche de la patiente, et sachant que je ne suis pas à Kumo depuis très longtemps.. bah je me suis dit que tu allais probablement être plus efficace que moi pour identifier ce titre. »

(c) oxymort



Spoiler:
 

_________________

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Riku_signa_bis
Merci Aditya pour la signa !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6758-asaara-riku http://www.ascentofshinobi.com/u974
Sakana Ayanokoji
Sakana AyanokojiEn ligne

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Dim 18 Aoû 2019 - 5:37
Et hooop, petit mouvement rotatif du corps afin d'éviter un urinoir en pleine poire ! Alors j'avais beau être gentil avec toutes les créatures de ce monde, vieilles ou pas vieilles mais quand même, fallait pas pousser le bouchon ! Moi je venais en ami avec une petite bouille toute gentille et on m'avait reçu comme un malpropre, ça faisait mal au cœur hein mais il en fallait plus pour faire tomber le grand Aya Watson.

Peu importe, une personne m'avait invité à la rejoindre dans sa chambre. Alors dit comme ça, ça pouvait être interprété bizarrement -il ne faut pas- mais moi, je voyais ça comme une piste. C'était une vieille dame, très âgée apparemment, tellement que je n'arrivais pas à discerner sa bouche de ses yeux... Peut-être même qu'elle était montée à l'envers ? Ou alors elle faisait pitêtre de la gymnastique, à froid, comme ça ! Bon ce n'était pas le plus important, elle essayait de me dire quelque chose.

« Mon chaton ? »

C'était sorti tout seul, je n'avais pas l'habitude qu'on m'appelle de la sorte ! En tout cas je ne pouvais pas en vouloir à la dame, elle pourrait être ma grand-mère.

« Je vous écoute mademoiselle ! »

Oui oui le mademoiselle c'était pour lui faire plaisir, elle ne devait pas trop s'éclater dans ces murs après tout... Je ne pouvais pas comprendre ce que ça faisait mais je n'étais pas pressé d'arriver à son âge et de vivre la même situation. La gymnaste me lâcha comme une sorte d'énigme, c'était bizarre. «  Sous la cape, blanche endormie et rouge frêle s'unissent. » Sous la cape, ça me fit penser un peu à des super héro. Moi j'adorais Shinobi Zéro, c'était ptêtre un truc du style ? Puis la blanche endormie et rouge frêle euh... ça ne me disait rien ça. Il y avait deux possibilités : Premièrement, je n'entravais rien à ce qu'elle m'avait dit, deuxièmement elle racontait des bêtises. Je penchais plus sur la première hypothèse, n'étant pas le meilleur pour comprendre ces choses là.

« Merci beaucoup ! Que les dieux vous gardent, mademoiselle, à plus ! »

Et bim, j'avais pris la porte. Arpentant maintenant le couloir à la recherche de plus d'informations, je vis Riku-chan, la damoiselle -vraiment pour le coup- super trop classe de mon équipe de choc ; d'ailleurs elle m'appela son sauveur ? Woooow ! Moi sauver elle ? Ah moi adorer cette idée mais moi intriguer.... Sans même attendre elle me fila un petit papier avec écrit dessus « Aux tissus de Tani »

Ça me disait vaguement quelque chose... Mon oncle m'avait déjà envoyé là-bas pour chercher quelques fournitures. Il ne voulait pas me racheter des chaussettes et des slips, alors il les avait rafistolé le bougre. Hors de question de dire à Riku-chan que je connaissais pour cette raison l'établissement, je devais trouver une autre excuse.

« Ah oui je connais ! Je suis déjà passé devant plusieurs fois. Si tu veux on peut y aller ensemble, je te montre le chemin Riku-chan. »

Ensemble ? Wooooooow !

« Et avant que je n'oublie, j'ai fouillé un peu à droite à gauche, j'ai effectué plusieurs esquives rotatives mais j'ai trouvé des infos ! Une vielle dame m'a dit : Mon Chaton, tu es vraiment le garçon le plus beau et le plus classe que je connaisse et pourtant, on s'est rencontré il y a cinq secondes... »

Ok elle n'avait pas exactement dit ça, mais c'était juste l'intro pour faire le malin devant Riku-chan.

« Après ça, elle ne s'est pas arrêtée de me dire : Sous la cape, blanche endormie et rouge frêle s'unissent. Bizarre non ? Enfin bref ! On pourra en parler sur la route, sauf si tu veux qu'on récupère les autres gus de l'enquête avant d'aller chez le marchand de Tissu. »


Résumé:
 

_________________
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] 1564043156-aya
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4992-sakana-ayanokoji-done
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Lun 19 Aoû 2019 - 4:45
Des chakras impressionnants déambulaient de temps à autre dans cet hôpital. Entre les shinobis venus faire soigner leurs petits bobos, les visiteurs, les médecins pratiquant l’Iroujutsu… Il y en avait pour tous les goûts. Ce fut donc pourquoi Hiko ne put se concentrer sur toutes les signatures chakratiques de l’endroit. Il ciblait parfois aléatoirement ceux dont il voulait se souvenir, Mais pour le moment, autant vous dire que ce n’était pas fameux comme chasse à l’homme. Malgré ce que dit Mu, autant chercher une aiguille dans une botte de foin, aimant ou pas.

Bref, le jeune garçon continua ses recherches et il se retrouva alors dans la pièce où quatre infirmiers au look des plus marrants se trouvaient. En arrivant, Hiko eut un sourire… Qui lui provoquait de nouvelles chatouilles au niveau du nez, entraînant alors l’inévitable…

- AAAAATCHOUM !
Discret ? Pas du tout. Notre jeune héros balaya alors rapidement son nez du revers de sa manche avant de se reconcentrer sur ce qu’il avait sous les yeux. Des infirmiers ou docteurs, il n’aurait su le dire, s’étaient retournés face à lui. Et malgré sa maladie, Hiko ressentait chacun des chakras présents dans cette pièce.

Jusque-là, rien de bien foufou, jusqu’au moment où il sentit un tressaillement dans la force. Il provenait du plus petit, celui qui semblait le plus peureux. Cette réaction fit alors sourire notre jeune garçon qui posa alors sur lui ses yeux bleutés. Il ne savait pas ce que cela signifiait, mais cette réaction évidente de stress ne pouvait pas être anodine. Et tandis qu’un de ses confrères l’interpellait, Hiko ne lâcha pas le plus petit du regard, son sourire toujours bien visible.

- Oups pardon monsieur ! Je voulais pas vous déranger, je suis à la recherche de ma grande sœur…
Il détourna finalement son regard fiévreux du plus petit, pour ne pas manquer de respect à son interlocuteur.
- Je suis à la recherche de ma grande sœur… Ma maman m’a dit qu’elle avait été déposée ici hier soir et qu’elle avait eu de gros bobos… Mais bon, je dois être sacrément malade pour être venu ici… Je vois bien maintenant que ce n’est pas une chambre d’hôpital ah ah… ah… ATCHOUM !
Un nouvel éternuement et un nouveau reniflement plus tard, Hiko avait l’impression que sa tête était serrée dans un étau. Il prit donc un petit instant pour s’appuyer sur la porte, afin de reprendre ses esprits. Une fois fait, il s’adressa de nouveau au moustachu qu’il ne suspectait pas tout en repartant.
- Désolé de vous avoir dérangé messieurs… Bonne dournée.
Puis notre jeune héros repartit en refermant la porte derrière lui. Son aspect enfantin, sa maladie et ses yeux vitreux jouaient sûrement en sa faveur. Il n’avait pas laissé le temps à quiconque le temps de se manifester et était sorti en hâte.

Son intention était de guetter cette salle pour voir ce qui en découlerait. L’un des quatre était sûrement la première personne à avoir pris en charge la victime. Et ce changement soudain dans le chakra du plus petit des quatre était étrange. Il n’allait pas jusqu’à dire qu’il faisait de lui quelqu’un de coupable… Mais c’était fort probable.

Soit il n’avait rien à se reprocher et il viendrait rejoindre l’enfant pour lui donner quelques détails suite à ses affirmations, soit il agirait bizarrement et tenterait de s’éclipser en douce. Dans tous les cas, Hiko observait désormais la sortie de la salle en restant caché derrière une grosse plante verte. Il était petit, et la végétation le couvrait quasiment entièrement. Il fallait juste être patient désormais… Et éviter de renifler trop bruyamment… Sinon son plan tomberait directement à l’eau.



HRP:
 

_________________
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Hiko_s10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee
Narrateur
Narrateur

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Dim 25 Aoû 2019 - 10:00
Le Nara pivota lorsqu'il entendit son nom, délaissant les pilules qu'il préparait pour la chambre 309. L'infirmer possédait des lunettes carrées colorées d'un jaune fluo et une drôle de moustache qui s'étirait des deux côtés de son visage. Nul doute qu'il correspondait à la description donnée par la dame de l'accueil.

-"Oh, la poignardée..." Difficile d'oublier la jeune femme déposée la veille au soir. "Eh bien, pas vraiment non. Tout est allé assez vite, vous savez. Une dame et ses clones nous l'ont déposée à l'entrée, puis les copies de cette femme se sont effondrées en une flaque d'encre. Une Suzuri, je suppose... mais elle a disparu sans s'identifier." Il pivota de nouveau pour remplir le pilulier de la 310 et continua de brosser sa mémoire pour en dépoussiérer le moindre indice. "La blessée a marmonné Mumei à plusieurs reprises, mais peut-être n'est-ce qu'un délire dû au trauma. Faut dire qu'elle souffrait aussi de malnutrition, et ses habits..." Kuchihige marqua une pause, comme s'il cherchait les mots justes, des mots ne laissant aucune place à l'interprétation. "Je peux me tromper, mais pour avoir soigné beaucoup de personnes là-bas, je pense qu'elle vivait dans le quartier pauvre de Kumo, au niveau de l'ancienne enceinte du temps de Shitaderu, non loin du cimetière."

Il avançait sur son établi au rythme des boites refermées. Poursuivant sa recherche mémorielle, mais l'évidence vint à lui, il ne voyait pas quoi ajouter de plus. "Navré de ne pouvoir vous fournir plus d'info."

* * * * * *

Les deux tourtereaux se rendirent jusqu'au magasin Aux Tissus de Tani situé dans le quartier pauvre de la Cité et en face duquel, ladite Tani s'affairait à en nettoyer la devanture. Ce commerce était très petit, tout juste un couloir coincé entre deux ruines habitées, aux vitres sales -malgré toute la bonne volonté de la patronne et couturière-, et imprégné de l'odeur rance des déchets. N'importe quel visiteur aurait fait demi-tour, mais en voyant que ce n'était pas le cas de ce binôme, la jeune femme les interpella, d'un ton joyeux et avenant.

-"Bonjour M'ssieurs Dames, vous voulez un peu d'tissu ? J'en ai de toute sorte vous savez, entrez, entrez ! Venez donc voir comment qu'ils sont beaux et colorés." Elle ne leur laissait pas vraiment le choix tandis qu'elle les précéda en faisant tinter la clochette de l'entrée. "Je reprise les habits pour leur donner une seconde vie. Mais c'pas tout hein, j'propose des vêtements aussi, des vêtements uniques et sur mesure, pour une somme très abordable. Moi c'que j'dis, c'est que tout l'monde à droit de s'habiller dignement. Oh ! Sinon il me reste un dernier exemplaire de cette série de cape carmin. Un rouge profond, qui aiguaie votre journée et peut vous garder au chaud, votre dame et vous m'ssieur, les soirs glaçants et brumeux comme hier." Tani marqua une pause, la cape en main, laissant ainsi à ses clients l'opportunité de lui expliciter leurs besoins.

Les murs étaient recouverts de casiers sans porte d'où sortait des morceaux de tissus aussi divers que variés. La marchande n'avait pas menti sur la quantité et la beauté de ses tissus, même si cela appuyait davantage l'étroitesse du lieu. Il y avait également un mannequin tout au fond de la boutique, un buste de bois où un veston très sobre en attente d'être reprisé.

* * * * * *

-"Faut aller voir à l'accueil pour les admissions et les visites, petit." Lui signifia l'un des quatre moustachus, avant que le groupe ne reprenne son débat quant aux méthodes d'entretien de leurs moustaches respectives, une discussion sans grand intérêt quant à l'enquête que menait l'enfant.

Une dizaine de minutes et un café plus tard, le plus petit du groupe quitta la pièce et s'en alla dans les couloirs de l'hôpital. Empruntant les escaliers, il rejoignit l'étage supérieur, bifurqua à deux reprises et disparut dans une réserve dont la porte possédait le panneau "Réservé au personnel de l'hôpital". Ce fut une toute autre silhouette qui en sortit, celle d'une enfant, un petit carton entre les mains.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Sairyo Hiko
Sairyo Hiko

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Lun 2 Sep 2019 - 17:29
Ces dix minutes d’attente lui parurent une vraie éternité. La patience n’était pas le fort de notre jeune héros aux cheveux blancs,- le vrai-, vous l’aurez compris. Mais bon, il s’était forcé. Après tout, il n’était pas question de rentrer dans le tas pour le moment, il fallait donc se montrer patient et observer. Et tout labeur mérite salaire, ce fut donc pourquoi le petit moustachu sortit finalement et se dirigea d’un pas déterminé dans une certaine direction. Il ne remarqua même pas Hiko en lui passant devant,- camouflage oblige-, et il continua sa route.

L’enfant n’aurait su s’il était préoccupé ou autre, mais il se réjouissait de voir cet homme aussi concentré dans sa marche. Ainsi, il avait eu tout le loisir de le suivre parmi le dédale des couloirs de l’hôpital jusqu’à une petite réservé. Restant à distance, l’enfant ne bougeait pas et il s’imagina alors qu’il n’y avait pas d’autres issues que celle-ci. Il fallait donc, à nouveau, se montrer patient.

Peu de temps après, Hiko fut surpris de voir que la silhouette qui en sortit n’était plus le moustachu, mais plutôt une jeune femme qui portait un gros carton dans ses bras. D’abord un peu surpris, il ne réagit pas immédiatement. Mais juste après que la porte ne se soit refermée, le Sairyo se décida d’utiliser une technique pour s’ôter un doute. Et ce fut à ce moment précis que son instinct l’avait aidé, car il s’aperçut que la signature de chakra était la même que celle du moustachu.

- Ah ah !
Il n’avait pas perdu de temps. Profitant de son agilité importante, Hiko se retrouva devant la désormais petite fille et sans même lui laisser le temps de réagir, il ouvrit la porte d’où elle sortait et la força à y rentrer une nouvelle fois. La pièce semblait petite, sûrement une réserve, mais Hiko ne se concentra pas trop là-dessus.

Car il avait d’autre chose à faire et il verrouilla donc la porte derrière lui en tournant simplement le loquet qui accompagnait la poignée. Ainsi, ils pourraient discuter librement. Bien qu’en position de force et plutôt confiant en ses capacités, le manieur de cristal restait sur ses gardes. Il enquêtait sur une sombre affaire, et le comportement suspect de celui ou celle qui se trouvait dans la réserve avec lui n’incitait pas à la confiance. Il faudrait donc être prêt à une réaction démesurée de la part du suspect.

- Bien, et si nous jouions franc jeu désormais ? Si tu me disais qui tu es réellement ? Un clown ? Un moustachu ? Un plombier ? Un infirmier ? Une jeune femme ? Un tueur… ?
Ses yeux le transperçaient et il/elle pouvait y lire une farouche détermination. Shirô lui avait donné une mission, et Hiko se sentait prêt à l’accomplir. Il posa donc la main sur le fourreau de sa lame, comme un signe prouvant qu’il était prêt à agir. Après tout, il ne risquait pas grand chose, il y avait pléthore de médecins dans cet endroit.
- Du coup dis moi… C’est toi qui a poignardé la jeune femme ? Tu es venu effacer tes traces ?! Je veux une explication, et toutes les informations que tu pourras me donner allégeraient la peine que tu subiras si jamais tu résistes à un Lieutenant de l’Empire… !
Comme pour appuyer un peu plus sur son bluff, HIko dégaina une petite partie de sa lame… Il montra alors au / à la suspect(e) qu’il était prêt à user de la force si nécessaire.

HRP:
 

_________________
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Hiko_s10
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6273-boule-de-neige-en-approche-terminee
Shirō
Shirō

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Mar 3 Sep 2019 - 17:43
Le légiste accorda un regard sur une pendule du couloir lorsqu’il sortit du local où il avait retrouvé sa cible. Le Nara avait tenté tant bien que mal de le renseigner. Ses souvenirs étaient éparses et pas moyen de dresser un portrait correct pour avancer sur son affaire. Il pesta de manière silencieuse, serrant les dents pour étouffer un sifflement d’exaspération. Il resta debout contre un mur du couloir à cogiter ce qu’il avait.

Une disparue déposée par une femme et ses clones. Une Suzuri. Au moins un élément probant sur cette personne. Même si ça ne suffisait pas vraiment à identifier clairement la concernée. Ratisser le quartier des gardiens de la Bibliothèque allait prendre un temps pas possible. Bien que Shirō pourrait mettre à profit son contact chez eux pour l’aider. Mais même Takara ne saurait l’aider efficacement avec si peu d’informations. Une femme du clan Suzuri. Pas vraiment de quoi réduire significativement les recherches. Il passa une main impatiente sur son menton, balayant sa bouche et cette piste pour le moment.

Restait les maigres renseignements de la victime. La disparue avait été admise après que la Suzuri l’ait amenée. L’unique informateur du légiste semblait croire que celle qu’il recherchait pouvait venir des quartiers défavorisés. Un nom également était ressorti. C’était déjà ça, même si dans l’immédiat il n’aidait pas vraiment le Genin en pleine réflexion. Il se creusait la tête pour voir s’il y avait autre chose mais ces soupçons d’informations l’empêchaient de vraiment rester objectif. Au risque de louper un élément de plus, il ne pouvait pas se permettre de se lancer dans de nouvelles pistes. Son regard vers l’instrument horaire lui indiquait qu’il n’avait pas dépassé le temps qu’il avait imparti à la cellule d’enquête. Il avait encore l’opportunité d’enquêter sur le quartier pauvre.

Un endroit qu’il connaissait bien pour y être déjà allé, la proximité avec le cimetière motivant certaines expéditions. Il n’avait encore jamais franchi le pas d’inhumer une tombe. Pas encore assez sûr de ses capacités de discrétion, il avait néanmoins profité du passé du lieu pour apprendre à maîtriser son pouvoir, ressentir les défunts et leur position. Les alentours lui étaient donc un peu familiers. Sa présence sur les lieux quelques minutes plus tard ne fut pas étonnante. Même les habitués de l’endroit l’avaient déjà vu une ou deux fois. Même s’ils reluquaient son impeccable vêtement, ils n’étaient pas agressifs ou méfiants envers lui. Profitant justement d’une cavalcade enfantine, Shirō se risqua à une tentative peut-être désespérée.

- Pardon petite excuse-moi ! Bonjour, je me nomme Shirō. J’aurais un service à te demander, moyennant pitance. Peux-tu me conduire à Mumei ? C’est très urgent il en va de sa sécurité.

Le scientifique prit un air faussement alarmé. De quoi convaincre son interlocutrice qu’il était sincère. En partie. Il ne tenait pas à voir cette piste s’évaporer, aussi se donnait-il les moyens de parvenir à ses fins. Si cette dernière ne savait y répondre, il demanderait à une autre puis encore une jusqu’à ce qu’il trouve convenance à sa quête. Sans pour autant perdre de vue la trotteuse. Le temps pouvait rapidement jouer contre eux.


Spoiler:
 

_________________
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Cl26
Merci pour le kit Aimimolette ♥️
Le coin des artistes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6209-quatre-terminee#51259 http://www.ascentofshinobi.com/u993
Asaara Riku
Asaara Riku

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Mer 4 Sep 2019 - 21:53


LE COLONEL MOUTARDE DANS LA CUISINE AVEC LE COUTEAU


ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO

◊ ◊ ◊

Accompagné du jeune shinobi, Riku pénétra dans une boutique très… particulière. Le décor était tout à fait différent de l’hôpital, mais pas plus rassurant. De plus, ce lieu dégageait une ambiance peu agréable, voir complètement lié au ton de l’enquête. Avec chance, cette femme derrière le comptoir pourra les guider vers un indice. Peut-être représentait-elle un morceau important de l’énigme ? Chose certaine, la Asaara gardait proche d’elle son compagnon. Elle ne souhaitait pas s’éloigner de lui, quelque chose ne l’inspirait pas autour.

« C’est un vaste choix de tissu que vous avez, madame. »

L’empoisonneuse marqua une pause et scruta les nombreux bouts colorés qui semblaient sortir de tous les coins. Elle remarqua bien sûr le mannequin au fond, presque effrayant. La femme continua de parler et s’exprimer d’un accent unique. La brune l’écoutait sans trop réfléchir, cherchant surtout à trouver ce que la patiente disparue avait pu acheter ici. Sous la cape, blanche endormie et rouge frêle s'unissent. Oh.

« C’est une très jolie cape, je voudrais bien lui jeter un coup d’oeil! Pour être le dernier exemplaire, c’est probablement un article très demandé. Oh je suis curieuse! Est-ce que l’avant-dernière cape s’est vendu récemment ? J’imagine une femme riche à la peau de porcelaine se promener avec un tel morceau, c’est si majestueux ! Je dois l’essayer ~ »

Sa personnalité était soudainement digne d’une adolescente princesse qui souhaite dépenser l’argent de son papa, mais du coup, Aya était considéré comme l’homme de la situation. Riku se tapait dans les mains en forçant un sourire honnête et amusée pour attirer la cape dans ses bras. Bien sûr, ses questions n’étaient pas un hasard. Elle s’attendait que la vendeuse ouvre sa bouche pour discuter de l’ancien acheteur.

(c) oxymort



Spoiler:
 

_________________

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Riku_signa_bis
Merci Aditya pour la signa !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6758-asaara-riku http://www.ascentofshinobi.com/u974
Sakana Ayanokoji
Sakana AyanokojiEn ligne

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Jeu 5 Sep 2019 - 18:04
Alors non non non, je ne considérais pas ça comme un rendez-vous galant, on était en pleine enquête mais... c'était quand même cool de pouvoir passer un moment avec ma future fe-... ma future ennemie ! Comme je lui avais dit, je connaissais un p'tit peu le coin et j'avais pu l'amener tout droit à la boutique demandée. Pendant la route, je m'étais répété un paquet de fois ce que la vieille dame m'avait dit, cherchant si ça pouvait avoir une signification... au bout d'une seconde et demi, j'avais lâché l'affaire. Je n'étais pas trop fort pour ce genre de trucs, je m'en sortais mieux avec les mots croisés et les sudokus ! -et bien sûr, la pétaaaaanque-

On était donc entrés dans quelque chose de plutôt classique, fin en tout cas c'était ce que j'imaginais en pensant à un magasin de tissu, de couture toussa toussa.

Rapidement, on fut alpagué par une p'tite dame... sûrement la proprio d'ailleurs non ? C'était fort possible dans ce genre d'endroit. Et vint alors son discours pour nous convaincre d'acheter ses produits. C'était une technique commerciale hein, je ne critiquais pas mais ici on s'en foutait un peu ! On voulait juste obtenir des indices sur les délits et traduire en justice les méchants !

Riku prit rapidement la parole en complimentant la boutique de la vieille dame... Elle avait raison, aussitôt et sans savoir pourquoi, naturellement donc, j'emboîtais le pas.

« Ah oui oui oui, c'est vraiment cool ! »

Superbe intervention qualitative comme je savais les faire héhé. Suite à ça, Riku-chan parla des capes. Oh mais oui... elle avait fait le lien avec les paroles de la damoiselle plus très damoiselle, le tissu et la boutique ? Non elle avait aussi écouté la gérante, chose que j'avais fait à moitié, ne voulant pas trop polluer mon cerveau avec tout ça. J'étais vraiment bête, je m'en voulais de ne pas avoir écouté une passionnée et avoir raté une info' importante...

« Oui, il faut que tu l'essayes ! Ça doit être pas mal porté dans le coin non ? C'est à la mode en ce moment ? »

J'espérais au fond de moi que non, si c'était à la mode alors elle en vendrait à la pelle et il serait bien plus compliqué d'obtenir des informations. Pour le moment j'avais l'impression qu'on était parti sur la méthode douce, du moins Riku-chan avait essayé une approche de la sorte. Je voulais vraiment que ça marche mais j'étais prêt à taper du poing pour obtenir les infos, si nécessaire. Enfin taper du poing, c'était un grand mot hein, je ne voulais pas faire peur à la mamie et me faire mal au poing...

« Je suis sûr que ça peut t'aller à merveille Riku-chan ! »

Dis-je en laissant mon visage devenir rouge comme une tomate, c'était plus fort que moi, devant une femme je n'arrivais pas à rester normal...

Résumé:
 

_________________
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] 1564043156-aya
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4992-sakana-ayanokoji-done
Narrateur
Narrateur

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Dim 15 Sep 2019 - 15:37
L'enfant, d'abord choquée, ne tarda pas à bégayer pour sa survie. "J'suis... j'suis qu'une enfant, m'ssieur." Le flot de question lui brisait tout raisonnement, aussi ne comprit-elle pas que le Lieutenant souhaitait un nom, plus qu'une évidence physique. Elle poursuivit malgré tout. "Poignar... quoi ? Pas du tout ! Mais... mais... c'est horrible. Je ne fais qu'emprunter des médicaments ici, de temps en temps." Elle baissa la tête, tout en relevant le carton qu'elle tenait entre ses mains. La boite contenait effectivement des médicaments de premières nécessités. "...pardon. C'est grave de voler un hôpital, mais depuis... depuis l'annexion, il est difficile pour certains de mes copains de venir jusqu'ici."

-"Pardon... pardon...." répétait-elle en sanglot.

* * * * * *

-"Le Mangeur de morts..." Murmura l'enfant, visiblement pétrifiée par la peur. L'homme lui sembla tout droit sorti de l'histoire d'horreur racontée par son groupe d'amis, des jeunes démunis errants dans le quartier. La paralysie ne fut que de courte durée et la petite disparut dans les ruines d'une bâtisse écroulée.

Il y eut d'autres réactions, bien plus communes, oscillant entre un refus catégorique ou une tentative de négocier la pitance avant l'information, que l'interpellé ne possédait pas -de toute évidence.

Il s'écoula une dizaine de minutes, avant que la première enfant interpellée par Shirō ne s'extirpe de la ruine l'ayant engloutie plus tôt et ne s'approche de lui.

-"Votre pitance, c'pas de l'humain, hein ?" La faim avait eut raison de sa peur -encore que...-, mais à la différence des autres, cette petite possédait la monnaie d'échange convoitée par l'étranger. "J'peux vous guider jusqu'à Mumei, si c'pas un des cadavres du cimetière que vous voulez m'faire becter, m'ssieur."

Si la réponse est "non"
Quelque chose de bizarre brillait derrière les lunettes de ce Shirō, mais la petite, du haut de ses huit ans, avait connu bien pire qu'une simple lueur étrange. Alors elle le prit par la main et le guida à deux rues d'ici où, dans le silence d'un mutisme psychologique, ils rejoignirent la petite et plus jeune Mumei. De longs cheveux châtains, habillée de haillons et perlée de deux billes émeraudes entourée de paupières rougies en guise de regard. Un chagrin, évidemment, mais de quoi ?

* * * * * *

-"Tout à fait, tout à fait ! Tenez, essayez-la." La vendeuse tendit la cape à Riku, curieuse et impatiente de valider que cela lui allait à la perfection. "C'est une histoire des plus inhabituelles, et hautement romantique... j'ai vendu quatre capes d'un coup !" Son pouce s'était rangé tandis qu'elle affichait le chiffre de ses autres doigts à ses clients. "C'est un petit jeune homme, frêle et timide qui me les a achetées il y a quelques jours. Un cadeau pour lui et sa bien aimée, deux capes chacun pour s'éviter l'obligation d'afficher une quelconque salissure, m'a-t-il expliqué. Un jeune homme prévoyant qui vient dans ma boutique depuis longtemps déjà, mais sur cet achat, il m'a vraiment surprise, j'ignore qui est la bien-aimée de Kira-san, mais elle a bien de la chance. " Ses yeux brillaient du romantisme qu'elle pensait déceler dans cette histoire et qu'elle ne manqua pas d'appuyer, tout en pivotant vers l'autre client.

-"Oh, les modes, vous savez... c'est bien peu de chose face à l'exclusivité. Votre chère et tendre, ici, pourrait porter un exemplaire rare, réalisé à seulement six exemplaires. Et pour 6 000 ryos. Qu'en dites-vous ?"


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shirō
Shirō

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Empty
Mar 17 Sep 2019 - 18:03
La première réaction ne fut pas vraiment la bonne. La présence du légiste sembla alarmer la jeune fille qu’il avait arrêtée. Ses yeux effarés s’étaient posés sur le visage de Shirō qui n’avait eu le temps que d’entendre le sinistre surnom dont il était affublé. Sinistre de par son sens mais guère insultant pour lui. Il était normal que de telles rumeurs courent à son sujet. Dans d’autres circonstances, il en aurait même été amusé. Mais il se retrouvait maintenant bloqué ici sans son moyen de retrouver Mumei, qu’il s’agisse d’une personne ou d’un lieu. Shirō avait choisi ses mots attentivement précédemment, afin d’être plus crédible.

Il allait rebrousser chemin pour demander à un autre de ces visages faméliques de lui venir en aide. Seulement, un mouvement provenant de l’endroit où la petite avait disparu attira son attention. Cette dernière était de retour. Les yeux toujours aussi apeurés par la présence du légiste mais une expression sur le visage qu’il crut reconnaître : celle de la faim. La promesse de nourriture, moyennant son service, avait dû trotter dans l’esprit enfantin pour avoir raison de sa peur. C’est qu’elle devait vraiment être affamée. Après s’être inquiété de son sort si elle l’aidait, il lui assura par un signe de tête négatif qu’il ne comptait pas lui faire dévorer un macchabée. Même si l’idée pouvait paraître amusante, elle serait stupide.

La petite, un peu plus rassurée, lui prit la main pour l’attirer à quelques rues d’ici. Ils progressaient dans un paysage désolé où on aurait cru que la guerre s’était affaissée. Pourtant ce quartier n’avait pas été vraiment affecté. Son intérêt stratégique mineur lui avait permis d’être épargné durant l’affrontement. Quelques rares et timides témoins par ci par là. Rien de très dantesque. Pourtant les visages que Shirō croisait semblaient tout droit tirés des tiroirs de son repaire. Des peaux rapiécées, tendues à l’extrême sur une ossature frêle. Un triste spectacle pouvait accabler un cœur noble. Chez le légiste, il lui inspirait une simple réflexion sur la scission créée par la vie courante entre riches et pauvres. Leur trajet les mena à une autre petite fille, semblant moins âgée que celle qui avait mené le scientifique jusqu’ici. Tous les trois isolés, elle semblait encore plus marquée que la première.

Son regard cerclé de rouge témoignait de pleurs récents. Une profonde tristesse n’améliorant en rien l’état de cette enfant laissée à la rue. Elle n’ouvrit pas la bouche face à cet étranger qui la fixait avec un drôle d’air. Celui de l’homme en train de réfléchir. Il ne lui fallut pas longtemps pour comprendre à vrai dire. Ça semblait parfaitement logique. La situation, ce qui l’avait amené ici et cette fillette. Nul besoin d’être un grand enquêteur pour comprendre ce qui se passait.

Posant un genou à terre, il profita du mouvement pour détacher un rouleau qui traînait à sa ceinture. Un petit exemplaire qu’il déplia sur le sol alors qu’il laissait apparaître ses étranges symboles. Ils disparurent dans la fumée pour laisser place à une belle miche de pain. La denrée n’était plus fraîche mais comestible. D’un simple geste de la main, il invita les deux gamines à se servir. Sans leur laisser l’occasion d’obtempérer, il riva son regard dans celui de la fameuse Mumei. D’une voix à la fois sérieuse mais sans froideur, il lui demanda :

- Tu as perdu ta maman, n’est-ce pas ? Et tu as vu qui a fait ça ?

Il était quasiment sûr de lui. Mumei était la fille de celle qui avait été amené à l’hôpital, celle qui avait disparue. Elle n’avait cessé de répéter son nom une fois là-bas alors qu’elle oscillait entre inconscience et réel. Ce ne pouvait être que ça, surtout au vu de la réaction de cette jeune fille qui semblait avoir pleuré toutes les larmes de son corps au point de ne plus pouvoir le faire. Aussi bien asséchée émotionnellement parlant que déshydratée, elle avait l’air à bout de forces, pourtant elle était toujours bien présente et debout. Shirō se risqua alors à une autre demande pouvant faire basculer l’avancée de leur enquête.

- Si tu le voyais, tu saurais me dire si c’est lui ? Je suis là pour l’arrêter et l’empêcher de recommencer. Je suis là pour t’aider.

Des mots difficilement présents dans la bouche du scientifique. Il faisait néanmoins cet effort pour parvenir à ses fins. Même si une part de lui ne se leurrait pas sur son comportement. Il s’identifiait dans cette petite fille sûrement orpheline. Tout comme lui.



Spoiler:
 

_________________
Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO] Cl26
Merci pour le kit Aimimolette ♥️
Le coin des artistes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6209-quatre-terminee#51259 http://www.ascentofshinobi.com/u993

Le Colonel Moutarde dans la cuisine avec le couteau [ENQUÊTE MEURTRIER DE KUMO]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: