Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Un mal inconnu qui ronge [PV : Eirin]

Asaara Fuu
Asaara Fuu

Un mal inconnu qui ronge [PV : Eirin] Empty
Lun 5 Aoû 2019 - 0:34
Le retour de Sabaku Eirin, représentante de la banque Sabaku, n'est pas passé par l'oreille d'un sourd : Fuu a entendu qu'elle est revenue à la banque, visiblement, soit elle n'avance pas sur l'enquête, soit elle a eu des réponses, l'Asaara qui a été embauché pour protéger la banque et enquêter de son côté n'a rien pu obtenir, surtout avec ce qui se passe en ce moment chez elle suite à cette "résonance", mais à défaut d'avoir des informations, elle a des fonds, des fonds à donner à la banque pour redonner son blason. L'assimilatrice voulait que Kaze redevienne aussi flamboyant qu'avant, et donc elle voulait aider Eirin et sa banque à se redresser, car la banque Sabaku est le symbole de Kaze, un tel affront comme celui qu'a subi cette banque lors de ce "vol" devait être réparer au plus vite, et Fuu avec Tali se donnent à coeur joie pour le faire. Même si ce voleur n'est pas encore apparu, redresser Kaze est quand même possible même sans savoir de qui il s'agit.

Fuu voulait parler à Eirin en privé, elle voulait expliquer pour ses parents, mais aussi lui dire cette nouvelle, cependant, elle reconnaît en allant dans la salle où elle se trouve la tenue de médecins, était-elle blessée ? L'Asaara l'espérait pas, elle ne voulait pas voir de gens souffrir, elle se dirige donc vers eux, entendant dire qu'elle était souffrante, mais qu'a-t-elle contracté ? Il est possible qu'elle soit devenue malade en allant à Kaze, cependant ses talents de sensorialité lui fait tilter quelque chose d'étrange : elle sent le chakra ? Comment c'est possible ? Eirin est une civile et n'a jamais posséder de chakra, elle le sait, elle l'a senti lors de leur réunion lorsque ses parents étaient ... encore là.

- Sabaku-san ? Que se passe-t-il ?

C'était les premiers mots que disaient la jeune Fuu, elle voulait savoir ce qui lui arrive, peut-être l'aider à comprendre ce qui se passe ... a-t-elle était marqué ? Est-ce qu'on lui a injecté du chakra ? Elle l'ignore, mais avant tout, elle ne voulait pas se faire passer pour une espionne, donc elle veut d'abord jouer cartes sur table.

- Je suis venue parler avec vous à propos de la banque ... je peux vous parlez tout de suite ou je dois attendre encore un peu ?

Elle ne voulait pas la presser, elle veut juste parler ... et comprendre, surtout comprendre.

_________________
Un mal inconnu qui ronge [PV : Eirin] 1560052146-asaarasigna
Merci à mouton pour le kit o/
♫ Thème ♫
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6652-les-eaux-ont-beau-couler-dans-tous-les-sens-le-sable-restera-toujours-au-fond-presentation-asaara-fuu-terminee#55560
Sabaku Eirin
Sabaku Eirin

Un mal inconnu qui ronge [PV : Eirin] Empty
Sam 17 Aoû 2019 - 0:37
La colère était doux euphémisme pour décrire le sentiment qui m’animait à cet instant-ci, un étrange mélange d’une immense colère, d’une insupportable frustration et d’une profonde fatigue. La source de cet état d’âme ? Une lettre de mon grand-père, reçue durant mon séjour à Ame no Kuni – une étape d’un long voyage commercial –, « m’ordonnait » de revenir à Kaze no Kuni pour des raisons « familiales ». Une lettre qui, honnêtement, me forçait à considérer prochainement la destitution du vieil homme qui devenait sénile, et se berçait de curieuses illusions.

En effet, cet homme qui avait été tour à tour un grand-père, un père, un oncle, un précepteur, un bourreau ou un ami, n’avait plus de famille. Quatre de ses petits-enfants ont été décapités, deux sont portés disparus, sa belle-fille est devenue folle et est exilée et son fils a suivi cette dernière et a insisté sur sa volonté de couper tout contact. En somme, à l’heure actuelle, la famille « Sabaku » comprenait que deux membres actifs : lui, et moi. Or, que je sache, nous n’avions aucune urgence « familiale » à régler.

Malheureusement, par la force de coups – physiques ou verbales – l’homme m’avait inculqué que je ne devais pas lui désobéir. Ainsi, bon gré, mal gré, mes domestiques avaient remballé tous mes affaires et nous avions rebroussé le chemin. En bonne petite-fille, j’aurais dû me hâter aux pieds du vénérable doyen de la Famille et pourtant, j’avais préféré m’enfermer dans mon bureau, à traiter quelques lettres qui étaient en attente ou quelques urgences qui se sont déclarées durant mon absence. Pourquoi ? Car je ne désirais nullement rencontrer la personne qui, par ses caprices, m’avait fait perdre un temps précieux dans le cadre d’un projet ambitieux !

Je pouvais me plaindre, longuement et largement, mais il y avait malgré tout du bon à revenir. La douleur au niveau de mon œil droit persistait, et causait même quelques inflammations – transformant mon œil en un truc globuleux et rouge. Les remèdes proposés par le médecin à Ame no Kuni n’avaient rien donné ! Soit, j’étais certainement tombée sur un charlatan ! Ce n’était pas bien grave car me voilà maintenant entourée par deux excellents médecins de Kaze no Kuni, dépêchés en urgence dans mon bureau même. Chacun auscultait l’œil, et chacun établissait un diagnostic – le croisant aussitôt avec le confrère.

- Vous avez sûrement contracté un microbe à l’œil ! Nous allons vous préparer une solution !
- Etes-vous certains de votre diagnostic ? Le médecin à Ame no Kuni a émis la même hypothèse et il m’a proposé précisément une « solution ». J’ai toujours mal et j’ai l’impression que ma vue se brouille ! Est-ce qu’un microbe peut brouiller une vision ?


Ils bredouillent, ils vérifient encore et ils échangent de nouveau. Pendant ce temps, une tête familière apparaît : Asaara Fuu.

- J’ai un problème à mon œil droit depuis que j’ai mis pied à Ame no Kuni. C’est douloureux, c’est brûlant … C’est provisoire ! dis-je, cherchant avant tout à me rassurer. Je fais un petit geste à l’intention des médecins, leur intimant de sortir quelques minutes. De toute façon, ils n’avaient aucune réponse à me donner immédiatement. Autant écouter la manieuse de sable ! Je vous écoute. Oh, avant que j'oublie ! Voici un contrat, qui vous donne pleinement droit d'enquêter pour le faux-vol mais sous ma supervision. En somme, vous ne pouvez pas entreprendre la moindre démarche sans m'en aviser au préalable. Nous détenons la richesse de personnes qui souhaitent maintenir un certain anonymat. Je suis dans l'obligation de suivre quelques démarches administratives, qui vous lie par des droits et surtout des devoirs. Si vous enfreignez certaines clauses, il faudra accepter les conséquences qui en découleront. Enfin, ce n'est rien de surprenant ou de gênant, n'est-ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6632-sabaku-takara-la-precieuse#55343 http://www.ascentofshinobi.com/t6680-sabaku-eirin-carnets-de-route#61954 http://www.ascentofshinobi.com/u84
Asaara Fuu
Asaara Fuu

Un mal inconnu qui ronge [PV : Eirin] Empty
Sam 17 Aoû 2019 - 17:18
L'Asaara les observait en train de diagnostiqué sa "patronne", auscultant son oeil pour vérifier d'où lui vient cette souffrance, les écoutant émettre l'hypothèse d'un microbe s'est installé dans son oeil. Cependant, elle n'a jamais rien entendu de tel, des microbes qui s'installent dans un oeil ? C'est étrange ... mais Fuu ne compte pas remettre en question les hypothèses de ces hommes de science, bien plus expérimentés qu'elle dans le domaine médicale, alors qu'est-ce qu'elle, une simple jeune fille shinobi, a de plus qu'eux pour prétendre connaître la vérité ? Rien du tout, mais l'assimilatrice se demandait tout de même d'où venait ce chakra qu'elle émanait subitement, mais peut-être que l'un allait avec l'autre, que son problème à l'oeil peut expliquer pourquoi elle émet du chakra. Fuu se met donc à réfléchir un court instant avant de venir demander à Eirin si elle peut venir lui parler, chose qu'elle accepte en demandant aux docteurs de sortir, visiblement, elle n'est pas très contente de voir qu'elle est encore souffrante.

Une douleur douloureuse et brûlante à l'oeil, c'est ce qu'elle lui a dit, Fuu continuait de l'observer, essayant d'observer son oeil qui semble avoir des "choses" en plus par rapport à l'autre oeil, tout de suite, l'hypothèse d'un sceau qu'on a placé sur son oeil lui vient en tête, cela explique pourquoi elle se met à sentir autant le chakra. Cependant, qu'elle est l'effet de ce sceau ? Est-ce un sceau qui permet de voir à travers l'oeil scellé ? Ou bien un sceau qui rend certaines choses invisibles ? Que de question, mais Fuu connaissait autant le Fuinjutsu que le Genjutsu : uniquement en théorie. Enfin, Eirin lui sort un contrat, histoire de rendre ça plus officiel elle s'imagine. Mais cela voulait dire qu'elle lui faisait énormément confiance, cela faisait plaisir à l'Asaara, mais cela lui mettait un peu de pression sur le dos.

- Non, c'est compréhensible.

Elle lisait le contrat avec précaution, regardant les clauses à ne pas enfreindre, puis le signe. Cela lui faisait bizarre de devoir signer ce contrat sans ses parents qui sont ceux qui ont été contacté de base, certainement devait-elle penser qu'ils étaient toujours vivants ... mais elle écarte ses pensées négatives pour redonner le contrat puis lui dire ce qu'elle sait.

- Nous sommes allés fouiller le désert, mais nous n'avons rien trouver, pas le moindre indice d'un passage du voleur. Nous avons tenté de poser la question à nos membres qui inspectaient le désert le jour du casse, aucuns n'a vu le voleur, mais contrairement au personnel de la banque et à vous, ils se souviennent de tout ce qui s'est passé ce jour-ci.

Cela était la mauvaise nouvelle, cependant, elle avait autre chose à annoncer à la responsable de la banque Sabaku.

- Cependant, avec un autre membre de mon clan, nous avons commencer à faire une récolte de fonds pour aider la banque à se relever et à renforcer sa sécurité. Ce n'est pas grand chose, mais on fera en sorte que la banque ne se fasse pas souiller comme la dernière fois.

C'était la bonne nouvelle, mais pour l'instant, Fuu se pose encore la question ... qu'est-ce qui fait qu'elle souffre ? L'hypothèse du sceau est la plus probable vu qu'un civil ne pouvait pas posséder de chakra, cela voulait donc dire qu'elle avait quelque chose qui génère du chakra, et il est probable qu'elle en possède encore d'autres sources.

- A propos de votre oeil ... puis-je le voir ?

Elle voulait voir son oeil de plus près, histoire de voir si ses doutes se confirment ou non.

_________________
Un mal inconnu qui ronge [PV : Eirin] 1560052146-asaarasigna
Merci à mouton pour le kit o/
♫ Thème ♫
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6652-les-eaux-ont-beau-couler-dans-tous-les-sens-le-sable-restera-toujours-au-fond-presentation-asaara-fuu-terminee#55560
Sabaku Eirin
Sabaku Eirin

Un mal inconnu qui ronge [PV : Eirin] Empty
Mar 3 Sep 2019 - 9:49
Mon sourire s’élargissait au fur et à mesure que la demoiselle me révélait le résultat de ses investigations, ou encore m’informait de ses initiatives. Elle ne manquait clairement pas de ressources, mais ses actions suggéraient une forme de naïveté. J’ose espérer qu’elle l’était en raison de son jeune âge et de ses inexpériences, et que ce n’était pas un défaut caractériel qui risquerait de lui causer bien du tort dans le futur. Un souhait que je formulais également dans mes intérêts. En effet, une personne candide était source d’ennuis. Tantôt faible face au Mal, tantôt stupide face à quelques renards rusés déguisés en bel homme ou charismatique femme, l’entourage passe son existence à nettoyer les pots cassés du Candide. Or, mon temps est trop précieux pour la gaspiller pour des êtres faibles de caractère - ou faibles de naissance comme j’aime dire. Oui, j’avais des projets pour la demoiselle mais je les gardais pour moi, jusqu’à ce qu’elle fasse ses preuves et mérite ainsi une plus grande considération de ma part.

- Votre inquiétude à l’égard de ma santé me touche mais mon problème oculaire n’est pas le point le plus important ici, commençais-je, laissant échapper un gloussement amusé. Je vous remercie pour ce compte-rendu, ainsi que pour vos actions des plus louables à l’égard de la Banque. Je vais maintenant vous faire part de mes sentiments vis-à-vis de toutes ces informations que vous avez eu l’amabilité de me communiquer.

J’en profite pour sortir deux autres exemplaires similaires à celui signé par Fuu, destinés aux parents de cette dernière. Ce premier compte-rendu avait souligné ma toute première erreur : ne pas avoir pris de précautions dès la première entrevue, en clarifiant clairement les droits et devoirs de chacun. En effet, aujourd’hui, Fuu pouvait demander de l’aide à autrui pour une action charitable à l’égard de la Banque. Demain, dans un but honnête et honorable, elle peut partager toute information sensible à quelques personnes que la Banque ne suit pas ou ne connaît pas. Et ce dernier scénario est ce que je qualifierais de « catastrophe ». Ce que nous vendons ne se résume pas à des coffres. Non, nous offrons conseils et confidentialité à nos clients.

- Je pense que nous ne pourrons plus retrouver leur trace en fouillant le désert. Nous avons clairement eu affaire à des personnes extrêmement douées et rusées. Par conséquent, nous avons à nous adapter à ces pratiques.

Je laisse planer un silence, cherchant à savoir si la gamine savait où je voulais en venir. Par expérience, j’avais appris que donner trop vite la carotte à l'âne ou au lapin n’apportait rien de bon pour ce dernier : il n’apprenait pas à chercher par soi-même la fameuse carotte.

- Vous avez des talents extraordinaires grâce au chakra, ainsi que des connaissances particulières du chakra encore. Il semblerait que nos ennemis maîtrisent cette énergie. En somme, ce que j’essaye de dire, est que vous gaspillez un précieux talent dans une tâche inadaptée. Apporter l’argent dans les caisses est du ressort de représentants et commerciaux dont le plus grand talent est l’art de la conversation ou de la persuasion. Faire face à des voleurs ou à des criminels d’un « certain » acabit nécessite davantage des talents comme le vôtre, comme ceux de votre clan.

Clamer haut et fort que les hommes et les femmes qui détenaient du chakra étaient « extraordinaires » me coûtait fort. A mes yeux, ils étaient et resteraient des barbares, habitués à s’appuyer uniquement et abusivement sur une énergie mystérieuse, au détriment de talents humains plus innés et plus complexes.

- Je souhaiterais que vos parents ou vous-même réfléchissiez différemment. Sortez des frontières de Kaze no Kuni, car le monde est vaste ainsi que les possibilités. Je supporterai financièrement toute entreprise que j’estime justifiée pour résoudre ce mystère, celle d’une Banque non volée.

Je note dans un calepin. Un symbole. Un langage inventé. Mon enfance solitaire allié à l’incessante litanie de mon grand-père qu’il faut savoir préserver ses secrets m’avaient conduits à imaginer ma propre langue. La grammaire, le vocabulaire, l’orthographe, la conjugaison, la syntaxe et la structure ... tout a été pensé et travaillé. Aujourd’hui je la maîtrisais comme une seconde langue.

Qu’avais-je « écrit » ? Interroger sur cette seconde personne avec qui Asaara Fuu avait travaillé.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6632-sabaku-takara-la-precieuse#55343 http://www.ascentofshinobi.com/t6680-sabaku-eirin-carnets-de-route#61954 http://www.ascentofshinobi.com/u84
Asaara Fuu
Asaara Fuu

Un mal inconnu qui ronge [PV : Eirin] Empty
Mer 4 Sep 2019 - 17:54
Eirin ne souhaite pas qu'elle inspecte son oeil, lui disant qu'elle était gentille de s'inquiéter pour sa santé, mais que ce n'était pas important, pourtant, qu'est-ce qu'il pouvait l'être selon certains cas ... car en détectant le chakra qu'elle s'est mise d'un seul coup à libérer, cela pouvait bien être un sceau espion, et dans ce cas, elle ne pouvait pas la laisser en train de dire ou d'écrire des informations importantes, c'est pourquoi Fuu devait se montrer plus ... persuasive. Certainement pensait-elle qu'elle voulait s'inquiéter que de sa santé, c'est le cas, mais il en valait pour la sécurité de la banque aussi, et donc Fuu devait s'assurer qu'aucunes autres fuites soient possible. Elle fronce les yeux en l'observant, essayant de voir de là où elle est s'il y a la moindre trace d'un sceau, mais Fuu n'arrivait pas à voir ce qui se trouvait sur son oeil, elle devait pourtant veiller à ce qu'il n'y avait aucuns sceaux espions. Tant pis pour la demande, il fallait maintenant user de force, enfin, pas trop non plus.

- Je m'excuse d'avance de ce qui va se passer, ce sera temporaire et non indolore, mais c'est pour votre bien et celle de la banque.

Elle assimile son bras gauche, celui-ci se gonfle de sable pour venir englober la responsable de la banque, laissant sa tête à l'air libre, mais bloquant le reste de son corps. Elle ne voulait pas qu'elle devienne un mouchard sur patte, c'est pourquoi elle devait prendre des précautions, même si elle doit la brutaliser un peu. Ses jambes s'assimilent à son tour pour gagner en hauteur, puis vient ouvrir l'oeil douloureux de la Sabaku, l'analysant. Elle remarque la présence d'étrange signe, ressemblant à un sceau, ce qui confirme son hypothèse : quelqu'un a dû lui apposer un sceau à même l'oeil, pour quelle raison ? Elle l'ignore, tout comme l'effet de ce sceau, mais elle finit par la relâcher après cette inspection rapide.

- C'est bien ce que je pensais, vous avez un sceau dans l’œil. C'est pourquoi il est si douloureux. Ne dîtes plus rien de confidentiel, ne lisez aucuns documents sensibles de la banque et ne rencontrez personnes d'important tant que l'on ne connaît pas la nature de ce sceau. Il est fort probable qu'on nous entend et qu'on nous observe à travers ce sceau.

Cela expliquait tout : le fait qu'elle sente le chakra, le fait qu'elle a soudainement mal à l’œil, le fait que les médecins pensent qu'il s'agit d'un microbe ou d'un parasite dans son oeil. Tout cela venait de ce sceau qui lui ait inconnu. Enfin ce mystère est résolu, en espérant qu'elle ne lui en tienne pas vigueur.

- Navré pour ce que je viens de faire, mais si ce sceau est un mouchard, alors je devais m'assurer que vous soyez au courant de sa présence. Je vous suggère de vite rencontrer un expert des sceaux comme un membre du clan Meikyu afin de vite connaître la nature de ce sceau et, au mieux, vous en débarrassez. C'est au delà de mes compétences pour ma part.

Enfin, une fois cette ... "brutalité" passée - car Fuu avait fait en sorte qu'elle ne sente rien, elle reste douce malgré cet inspection forcée -, elle l'avait remercié de son compte rendu, puis lui avait dit qu'elle devait user de ses talents chakratiques pour autre chose, que cela est réservé à des hommes d'affaires spécialisés en la matière. Elle soupire, comprenant où est-ce qu'elle veut en venir, elle voulait qu'elle se concentre sur le voleur, pas sur la banque. En gros, elle veut qu'elle ne perde pas son temps à faire une récolte de fonds et qu'elle se concentre à trouver le responsable de ce vol.

- Je comprend, cependant ...

Son regard s'assombrit un peu en repensant à ce qui s'est passé avec ses parents, se rappelant encore de leur décomposition en sable ... et le fait qu'elle ait perdu à tout jamais la trace de leur chakra.

- Mes parents ne pourront plus partir de Kaze désormais ... ni même faire quoi que ce soit dans l'état où ils sont.

Elle remue la tête, essayant de penser à autre chose, observant les contrats qu'elle avait prévu pour eux, haussant un sourcil en voyant dans quel état elle les lui donne, les voyant entièrement froissés comme s'il venait de se faire traverser par un courant électrique.

- Mais je suis sûre d'une chose, vu l'état de vos contrats, ils refuseront d'y toucher pour les signer. Je sais que nous ne vivons pas dans le même monde, mais vous pourriez quand même montrer un peu de respect aux personnes travaillant pour vous.

De toute manière, vu comment ils sont froissés, le contrat devait être illisible maintenant, et encore moins signable. Elle les repousse donc en direction d'Eirin, puis reprend où est-ce qu'elle en était malgré cette "insulte" envers ses parents.

- Je pense avoir quelque chose à vous proposer du coup : j'ai rencontré une ancienne Yamanaka de voyage à Kaze, mais elle a perdu ses facultés de manipuler l'esprit. Cependant, j'en ai profité pour me renseigner sur ce que vous m'aviez demandé lors de notre première rencontre, il semblerait que certains soient en effet capable de manipuler la mémoire. Ce que je vous propose donc, c'est de faire venir un membre de ce clan ici, à Kaze, puis d'inspecter la mémoire d'un des employés présents lors du casse qui ne possède pas des informations importantes. Cela nous permettra d'avoir enfin un indice sur le voleur tout en gardant l'intégralité des informations de la banque hors de portée.

Cela voulait dire qu'elle devra se rendre à Mizu pour chercher un membre de ce clan, et de ce fait, cela allait dans le sens où elle devait sortir de Kaze pour élargir ses recherches. Peut-être trouvera-t-elle là-bas des informations sur le voleur, même si cela lui paraît être un tir dans l'eau. Mais elle en profitera peut-être pour apprendre un peu mieux à manipuler ses capacités assimilatrices.

_________________
Un mal inconnu qui ronge [PV : Eirin] 1560052146-asaarasigna
Merci à mouton pour le kit o/
♫ Thème ♫
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6652-les-eaux-ont-beau-couler-dans-tous-les-sens-le-sable-restera-toujours-au-fond-presentation-asaara-fuu-terminee#55560
Sabaku Eirin
Sabaku Eirin

Un mal inconnu qui ronge [PV : Eirin] Empty
Dim 6 Oct 2019 - 21:31
Lorsque la demoiselle s’excusa, je lui lançais un regard interrogateur qui ne tarda pas à se teinter de terreur et de dégoût face à la scène dont j’étais témoin. Le bras de la jeune Asaara avait adopté une forme étrange et dérangeante à la fois – à croire que des rats grouillaient sous sa peau et cherchaient furieusement à sortir à l’air libre – et sa peau lisse s’écoulait comme des grains de sable, littéralement ! Je connaissais les talents de ce clan, ainsi que quelques talents d’autres Shinobis – notamment, qui adoptaient la forme d’un élément – mais jamais, ô grand jamais, il n’avait été question d’une personne qui se transformait en « sable ». Ce n’était pas un « élément » comme l’air, l’eau, le feu, la terre ou la foudre.

- Lâchez-moi immédiatement, si vous désirez pouvoir quitter ces lieux ! dis-je, le ton colérique et le regard noir. Au loin, j’entends les portes s’ouvrir et une figure bien connue apparaître.

Mon fidèle garde du corps, homme silencieux toujours caché et encapuchonné. Il n’avait pas besoin que je parle, pour me comprendre ou pour me sauver. Juge de la situation, il semblait considérer plus prudent de ne pas agir, et attendre patiemment une ouverture. Une attention qui dévia immédiatement sur cette petite écervelée et sa théorie. Une théorie qui ne me semblait pas mauvaise, et plus que probable. Une théorie qui n’augurait rien de bon pour le crétin qui avait osé commettre un tel délit envers ma personne !

- Quant à vous … commençais-je, le ton ferme et froid, prête à cracher un quelconque venin pour lui rappeler l’ordre et la hiérarchie qui régnaient en ces lieux – et surtout, au sein de Kaze no Kuni – lorsque, à nouveau, elle me cloue le bec avec une note mystérieuse sur les parents, ou encore une critique vis-à-vis de mes précieux contrats.

Je lance un regard à ces derniers et c’est la surprise la plus sincère et la plus pure que j’exprime. Je n’avais pas touché à ces papiers, et encore moins suffisamment pour les froisser ainsi. Un énième mystère que je n’eus pas le loisir de m’y pencher par-dessus, reportant malgré moi mon attention sur la curieuse personne que je venais d’engager. Si l’idée n’était pas mauvaise, à vrai dire excellente, il fallait malgré tout que j’impose de nouvelles règles ou que j’en rappelle certaines. Notamment la plus commune, celle qui dit qu’il ne faut « jamais » faire du mal à une personnalité de la Banque.

- Reprenons depuis le début, voulez-vous, dis-je avec le ton le plus calme que je puisse adopter au vu des récents événements. Vous allez reporter votre talent à mon garde du corps derrière vous, et je vous prie de ne pas lui mentir. Ensuite, je vous interdis de me toucher de près, ou de loin, avec ou sans « chakra », ma personne et surtout sans mon autorisation. Je risque d’être moins magnanime la prochaine fois, et j’aurais à mettre fin à un fructueux et intéressant contrat. Et pour finir, vous aurez le droit de participer à cette expédition sous plusieurs conditions.

Je m’assois, le cœur battant à rompre, les joues cramoisies.

- Vous vous plierez à toutes les règles que les autorités de cette île exigeront. Sauf si ces règles vont à l’encontre des intérêts de Kaze no Kuni
, dis-je, m’emparant d’un éventail d’un tiroir et jouant avec furieusement et nerveusement. Comprenez que le commerce est très important pour la survie de notre nation, et nous devons donc avoir autant de relations amicales que possible. Cette île n’est ni une alliée, ni une ennemie. En somme, c’est un potentiel. Par conséquent, et par prudence, vous allez être accompagnés par une personne de confiance dont le but sera de s’assurer que vous ne causerez pas un incident politique avec … vos manières, et qui s’assurera de faire des offres en annexe des vôtres. En somme, vous serez sous la responsabilité d’une personne et vous devez l’écouter. Par contre, en raison de vos capacités, vous serez celle qui porterait les lettres et les documents les plus importants, ainsi que celle en charge de s'assurer de la protection de ce petit convoi informel. Avons-nous un accord ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6632-sabaku-takara-la-precieuse#55343 http://www.ascentofshinobi.com/t6680-sabaku-eirin-carnets-de-route#61954 http://www.ascentofshinobi.com/u84
Asaara Fuu
Asaara Fuu

Un mal inconnu qui ronge [PV : Eirin] Empty
Lun 7 Oct 2019 - 0:44
Fuu se doutait qu'elle allait le percevoir comme une attaque ... mais Fuu devait le vérifier, il en valait pour elle et pour la sécurité de la banque, et cela ne l'amuse pas du tout de devoir se montrer aussi brut pour comprendre d'où lui vient la douleur dans l'oeil. Mais de toute manière, l'Asaara s'est excusée d'avance pour ce qu'elle allait faire et a tenté de ne pas lui faire de mal, malheureusement, ce genre de personne a vite tendance à croire que les toucher se limite à une attaque physique, elle n'est qu'une "gueuse" là où cette femme fait partis de la haute société, n'ayant certes pas le sang bleu, mais disposant d'une cuillère en argent en permanence dans sa bouche, donc se retrouver dans une main géante formée à partir de sable n'était pas une partie de plaisir ... à vrai dire, ça l'ait pour personne, mais hélas ... Enfin, elle entendait quand même la personne entrée, elle n'était pas sourde, mais de toute manière, son garde du corps ne lui aurait pas fait grand chose, surtout avec sa nouvelle capacité.

Enfin, elle semblait surprise vis-à-vis des contrats, et pourtant, c'est bien dans cet état qu'elle les lui a donner. Sans doute ont-il pris l'humidité ... quoique, ils n'avait pas l'air très humide au toucher. Elle réfléchissait encore, visiblement, cela n'était pas volontaire de sa part ... ce chakra qu'elle détecte en elle, puis ce sceau, puis ces contrats ... cela lui semblait de plus en plus lié, peut-être ... n'est-ce pas un sceau espion ? Elle l'ignore, le Fuinjutsu n'est pas sa spécialité malheureusement, donc elle préfère qu'un expert l'examine et dit son verdict au lieu que ce soit elle ... de toute manière, elle ne sait pas comment elle pourrait se mettre un jour au lendemain à contrôler le chakra. Enfin, elle reprit vite du poil de la bête en lui disant de ne plus la toucher ... ce n'est pas dans ses plans, et si son garde du corps veut connaître sa capacité, il la connaîtra, de toute manière, elle ne sait pas s'il est capable de comprendre ce qu'elle peut faire ou non ... sauf en résumant tout de manière primitive bien sûr.

- Je comprend, je ne vous toucherais plus de la sorte je vous rassure. C'était pour votre sécurité et celle de la banque que j'ai forcé et je m'en excuse encore de vous avoir offensé physiquement et promet de ne plus recommencer.

Elle était sincère dans ses dires ... en tout cas, elle n'avait aucunes raisons de ne pas l'être. Mais vient ensuite les conditions : elle voulait qu'elle soit accompagnée pour se rendre à Mizu, à Kiri, pour délivrer un message tout en protégeant cette seconde personne, ce représentant qui la surveillera pour éviter qu'elle ne fasse trop de bêtise et éviter les accidents diplomatiques. Elle comprend, puis se met à hocher positivement la tête en guise de première réponse.

- Très bien, nous avons un accord. J'attendrai que les documents me soient parvenus et que ce responsable soit prêt avant de partir. Je vous remercie de la confiance que vous me donnez et je ne vous décevrez pas. Pussiez-vous marcher sur des sables chauds.

Elle s'incline poliment, avant de partir de la pièce, accompagnée bien sur du garde du corps qui voulait savoir sur ordre d'Eirin le talent de Fuu. Talent qu'elle tentera de lui expliquer ... ce qui ne risque pas d'être une affaire simple.

_________________
Un mal inconnu qui ronge [PV : Eirin] 1560052146-asaarasigna
Merci à mouton pour le kit o/
♫ Thème ♫
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6652-les-eaux-ont-beau-couler-dans-tous-les-sens-le-sable-restera-toujours-au-fond-presentation-asaara-fuu-terminee#55560

Un mal inconnu qui ronge [PV : Eirin]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Reste du Monde :: Kaze no Kuni, Pays du Vent :: Banque Sabaku
Sauter vers: