Soutenez le forum !
1234
Partagez

Au cœur du Mal blanc [PV Wutu-Fuku]


Au cœur du Mal blanc [PV Wutu-Fuku] Empty
Sam 10 Aoû 2019 - 18:57
Au cœur du Mal blanc [PV Wutu-Fuku] Xhvf

Même trois jours après sa réponse épistolaire, Shitekka savait que son idée était quelque peu osée. Après la terrible résonance qui avait bouleversé la frontière entre civils et êtres doués de chakra, l'hôpital de Kiri était un lieu en constant branle-bas. Entre les dernières victimes hospitalisées depuis l'attaque de Sanbi, le traitement des personnes affectées par la vague de chakra, et le diagnostic du reste, susceptible de se retrouver submergé par un pouvoir nouveau, le corps médical de la Brume avait de quoi faire.

Pourtant, ce fut bien dans le centre hospitalier de Kiri que Shitekka décida d'inviter Wutu-Fuku à discuter des problématiques de leur clan. La destination n'était pas anodine: l'Urumi ne désirait pas uniquement profiter du tumulte de l'endroit pour empêcher quiconque de les pister efficacement. Non, il y avait bien plus. Et le secret de cette rencontre résidait dans la fameuse chambre 123.

Les bras croisés, assis contre le mur menant à la chambre en question, Shitekka attendait justement son parent. Cet endroit, surtout en ce moment, avait le don de donner au visage du chasseur une mine peu enjouée. L'hôpital de Kiri incarnait toutes les craintes du joueur de mahjong : symbole de la société Yuukanjin, antre du Pauchi Kamuy, entité démoniaque pestilentielle, et surtout fragile refuge de l'être auquel il tenait le plus au monde. Et ce fut dans le repaire de ses angoisses qu'il accueillit finalement le directeur du complexe shinobi. Avant de le saluer, un dernier coup d’œil à droite et à gauche paracheva ses préparatifs. Personne aux alentours.

« Bonjour Wutu-Fuku. Entre, je t'en prie, les infirmiers ne repasseront pas avant ce midi. On sera tranquille pour discuter. »
Tandis qu'il ouvrit la porte pour inviter son cousin à entrer en premier, son cœur s'emballa. Ce qu'il s'apprêtait à montrer à son acolyte avait le don de le blesser au plus profond de son être. Et c'est avec le cœur noué par la tristesse qu'il ferma la marche, et la porte derrière par la même occasion.


« Dans son état, je crois qu'elle ne refusera pas ta présence, ironisa Shitekka, pour se donner du courage. »
La chambre 123 laissait place à une vision insupportable pour le Kaguya de sang-mêlé : celle de sa mère parcourue par tout un imposant arsenal d'équipements médicaux. Plongée dans un sommeil morbide, son souffle était guidé par une machine et des pompes, tandis que son cœur battait au rythme d'un bip des plus anxiogènes pour l'enfant des bois qu'était Shitekka. D'un signe de la main, il invita son ainé à s'installer sur une des chaises situées vers la baie vitrée obscurcie d'un store. Pendant ce temps, il s'approcha du lit d'Aya Kaguya. Avec une extrême douceur, il vint se saisir de la main de sa mère pour sentir la chaleur de son corps. Pour se rappeler qu'elle était encore en vie.
« Tu voulais parler de mon grand-père, je me trompe ? »
Il se tourna vers la Main de Kiri, son visage couvrant de son mieux la douleur qui l'accablait. Une même souffrance qui rendait sa voix plus sèche. Plus tôt, lors de son réveil à l'hôpital suite à la bataille contre Sanbi, on rassura Shitekka en l'informant que sa mère se portait bien. Après la mystérieuse Résonance, la réalité était tout autre.



_________________


Au cœur du Mal blanc [PV Wutu-Fuku] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Au cœur du Mal blanc [PV Wutu-Fuku] Empty
Lun 12 Aoû 2019 - 22:20
Wutu-Fuku ignore pourquoi Shitekka lui a demandé de venir à l’hôpital. Ce n’est pas le lieu qui comporte le moins de Kaguyas à Kiri, c’est peut-être même l’inverse… en arrivant sur les lieux, il ne put que constater les efforts déployés par le personnel de l’hôpital pour traiter au mieux tous leurs patients. Et il y a de quoi faire avec la résonnance… heureusement, le Jônin sait à quel endroit il doit se rendre. La chambre numéro 123. Pas besoin de passer par l’accueil. Personne n’aura de trace de son passage. Ici, dans la foule qui se croise au mieux dans les couloirs, il n’est qu’un anonyme. Personne ne le remarque, tout le monde est bien trop occupé à ses propres affaires pour cela.

L’Urumi attend en face de la chambre 123 que la Main de Kiri arrive. L’air peu enjoué, quoi que le chûnin n’est pas spécialement enjoué d’habitude. Un dernier coup d’œil et Shitekka entame la conversation. La Main répond avec une salutation d’usage.

-Bonjour Shitekka.

Dit-il sobrement. L’Urumi invite son ainé à entrer dans la fameuse chambre. Wutu-Fuku ne peut que constater la présence d’une femme bien mal en point, inconsciente sur un lit et reliée à de nombreux appareils médicaux dont le directeur du Complexe Shinobi peut désormais comprendre l’utilité, grâce à son apprentissage de la médecine. Le jônin est rejoint par Shitekka, qui ferme la porte avant de s’approcher du lit et de prendre la main de la femme alitée. L’homme au kimono regarde la scène en silence, avant que l’Urumi n’aborde le sujet du jour.

-Oui. Pourquoi est-ce que tu m’as amené ici ?

La stupeur remplace un instant les questions intérieures dans l’esprit du Kaguya. Le lien de parenté qui relie Shitekka à cette femme est évident. Pour autant, cela n’explique pas les motivations du chûnin pour se rencontrer ici, plus qu’ailleurs. Wutu-Fuku va prendre place, comme il l’a été invité par son hôte. Il croise les jambes et les bras, avant d’entrer dans le vif du sujet.

-Deux employés du Complexe Shinobi ont reçu une proposition de poste à la Kenpei il y a peu. Sabaru est l’un des deux, d’ailleurs… cette proposition impliquait une démission du Complexe Shinobi.

Cela peut paraître anodin mais en y regardant bien, on peut y déceler une manœuvre fourbe qui pourrait bien être l’œuvre de l’actuel chef du clan Kaguya.

-Je vois peut-être le spectre de Renzaburo un peu partout, mais je ne peux m’empêcher de penser qu’il est impliqué dans cette histoire et qu’il a tenté de fragiliser ma position en provoquant la démission d’une partie du personnel du Complexe Shinobi. Tu n’es pas sans savoir que ma nomination à la tête du Complexe n’est pas au goût de tout le monde…

Wutu-Fuku se doute bien du mépris que peut ressentir Renzaburo pour sa propre famille. Pour autant, l’entêtement de Shitekka à appeler cet homme « grand-père » trahit un certain attachement. Le jônin se mord la lèvre. Lui s’est débarrassé de ce genre de considérations mais ce n’est pas le cas de son semblable.

-Il a le bras assez long pour influencer des décisions prises par le chef de la Kenpei. J’ai déjà fort à faire avec le clan Kaguya pour souhaiter ne pas devoir affronter la police du village par la même occasion. Tant que lui et moi seront à nos postes respectifs, je n'aurais jamais la paix. Je ne connais pas assez mon ennemi, Shitekka. J’ai besoin de savoir qui est Kaguya Renzaburo pour le vaincre.

Il soupire et jette un regard entre les stores de la fenêtre pendant quelques secondes. Puis il se lève pour s’approcher du corps inconscient d’Aya Kaguya.

-Le mal blanc, je suppose ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t3327-kaguya-wutu-fuku-termine http://www.ascentofshinobi.com/u800

Au cœur du Mal blanc [PV Wutu-Fuku] Empty
Mar 13 Aoû 2019 - 0:58
Au cœur du Mal blanc [PV Wutu-Fuku] Xhvf

Au rythme du métronome électrique sonnant l'angoisse, le Kaguya de sang-mêlé avait accueilli son complice dans la chambre de sa mère. Au plus profond de l'enfer hospitalier, il espérait ainsi brouiller les pistes et trouver le calme dans l’œil de la tempête. Dans l'esprit torturé de l'écorché, traumatisé en à peine un an de vie dans la Brume par la paranoïa et les ravages de la guerre, discuter ici paraissait cohérent. Peut-être que Wutu-Fuku ne partageait pas cet avis, qui s'interrogeait sur le choix de cet endroit comme lieu de rendez-vous.
« Si on était dans un lieu calme, à l'abri des regards, ça attirerait davantage le regard, expliquait le balafré. Je me suis dit qu'ici au moins, on oserait pas imaginer qu'on viendrait ici pour comploter contre la plupart des gens qui travaillent ici. »
Son soupir fut dissimulé par l'expiration mécanique de sa mère. À son tour, l'Urumi prit ses aises, et quitta le confort que lui procurait la main de sa mère pour s'installer à proximité de Wutu-Fuku, toujours assis debout. Comme s'il détestait prendre le temps de se poser, ce qu'il faisait pourtant actuellement. La Main de Kiri confirma ainsi l'objet de cette réunion somme toute singulière : le démon blanc Renzaburō. Lors de leur entrevue dans le tout récent complexe shinobi, Wutu-Fuku avait déjà partagé son inquiétude au sujet du nouveau dirigeant de la horde d'ivoire.

Et tout comme la crainte insuffisamment fondée d'expériences inhumaines sur des Kaguya rongeait la conscience de Shitekka, la politique exercée par Renzaburō au sein du domaine inquiétait la Main de Kiri. Son autorité en temps que directeur du Complexe shinobi risquait d'être mise en danger de part les mauvaises relations qu'il entretenait avec le reste du clan.

Alors, il fallait frapper le premier. Le marginal désirait connaître davantage son ennemi, probablement pour mieux le vaincre. Shitekka ignorait encore de quelle manière il souhaitait procéder. Mais ce qu'il savait en revanche, c'est que sa proximité avec deux des filles de l'uji no kami Kaguya lui offrait quelques précieuses connaissances de son grand-père maternel.

« Le mal blanc, et la résonance en prime. Comme si ça ne suffisait pas, le docteur qui avait suivi jusqu'ici le dossier de ma mère a cané pour la seconde raison. »
Il ne souhaitait pas en parler davantage, alors le balafré adressa un regard franc à son homologue pour recentrer la discussion autour de Wutu-Fuku.
« Ce que je sais de Renzaburō, je le tiens de ma mère, et sa sœur. Elles ont toujours essayé de décrire mon ancêtre sous son meilleur jour, pour que je puisse mieux le comprendre, adhérer à ses idées. À croire qu'il est excusable de me prendre pour de la vermine. »
Il souffla du nez, un léger sourire ironique aux lèvres. Puis il se reprit, entre deux pulsations stridentes.
« Elles m'ont raconté qu'il a gagné son titre de "Démon blanc" sur le champ de bataille. Quand Kiri a été créé, il avait déjà un âge assez conséquent. Je t'apprend probablement rien, mais entre le mal blanc et les batailles à répétition dans lesquelles s'engagent ceux de notre clan, être vieux ça veut dire que t'es soit un lâche, soit un vétéran de guerre digne d'admiration. En étant dans la deuxième catégorie, mon grand-père a pu se payer une bonne image au sein du clan parmi les autres Anciens. C'est eux qui ont toujours structuré le clan, en arrière-plan du chef de clan. »
Il marqua une pause, en ayant une pensée pour feu son ancien sensei Shyko. Peut-être qu'il veillait à présent sur Shitekka, depuis le Kamuy-moshir, ou sous la forme d'une… loutre dans l'Ainu-moshir.
« Quand Shyko gérait la baraque, les Anciens étaient plus en retrait. Je sais pas comment il a fait, mais en attirant la sympathie du reste du clan, surtout les jeunes, il a forcé le respect des vieux en plus de promouvoir ses nouvelles idées. »
Sa pensée allant plus vite que la parole, il déglutit de tristesse en songeant à la suite de son explication.
« Mon grand-père pouvait pas encadrer Shyko-nispa. De son vivant, il avait à plusieurs reprises essayer de faire pression en remettant sur la table les traditions du clan, comme le fameux "Agni Kai" dont j'ai fait les frais. Ça lui a permis de s'entourer d'un soutien dans le clan qui lui a permis de reprendre rapidement la main du domaine à la mort de Shyko. »
Il appréciait de pouvoir s'entendre parler, plutôt que de devoir supporter l'orchestre mécanique venu des enfers qui maintenait sa mère en vie. Alors il poursuivit, plus déterminé que jamais à repousser cette symphonie démoniaque.
« Quand les clans fondateurs se sont rassemblés, la réputation de Renzaburō lui a permis de rencontrer d'autres vieux héros de guerre, avec qui il a gardé contact au fil des années. J'imagine que le chef de la Kenpei fait partie de son réseau par ce biais, et qu'il n'est pas le seul dont tu dois te méfier. Mais le plus dangereux reste sûrement mon grand-père. Il était redoutable sur le champ de bataille, mais aussi en dehors. Deux compétences que peu de Kaguya ont pu revendiquer jusqu'à présent, ce qui le rend encore plus unique auprès des autres. »
D'ordinaire, il était dans les mœurs de l'Urumi de respecter ses ainés. Dans son kotan, comme partout sur Saroruncasi, il était de coutume que les anciens constituaient la principale autorité politique et religieuse du village. Leur expérience presque séculaire leur offrait un précieux savoir, celui de la littérature orale relatant des hommes et des dieux acquise au fil de leur longue vie. Ils représentaient la passerelle entre les générations et les traditions, le lien encore vivant entre les Urumis et les esprits.

Renzaburō ne représentait rien de cela. Il était le fantôme d'un âge révolu, d'une ère de guerre permanente que Shitekka ne voulait pas voir ressurgir sous aucun prétexte. Sa mère payait encore aujourd'hui le prix de son sacrifice auprès de son peuple entier. Il ne voulait pas d'un chef de clan qui entretenait les braises putrides des batailles et de la fierté d'être un tueur dans le cœur de ses semblables. Le clan Kaguya méritait de connaître lui aussi la paix, et l'harmonie avec les esprits, qu'ils soient ceux des kamuys comme des ancêtres ayant péris inutilement au cours de l'histoire.

« À quoi penses-tu, Wutu-Fuku ? »
Il se référait directement à l'ambition de son cousin de vaincre son grand-père. Il avait besoin de savoir, à son tour, dans cette pièce qui lui rappelait à chaque instant son ignorance et son incapacité à accomplir son nindō.

_________________


Au cœur du Mal blanc [PV Wutu-Fuku] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

Au cœur du Mal blanc [PV Wutu-Fuku]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Hôpital général
Sauter vers: