Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Sans once de discrétion | Mu

Kōenji Toya
Kōenji Toya

Sans once de discrétion | Mu Empty
Sam 17 Aoû 2019 - 20:05
Ce gredin ! J’y crois pas ! Il a réellement osé le faire ! Je vais lui faire la peau dès que je le retrouve ! Il a oser prendre les devant pour ne pas rentrer avec moi dans le capital du pays du feu. Genre il a honte de moi ! Je vais lui faire la peau dès que je le retrouve, je vous le jure !

Remontée à bloc, c’est comme ça que je prends les devants, laissant mon oncle et ma jeune soeur derrière, encore une fois. A croire que je voyage réellement qu’avec Zuko maintenant. Mais faut dire que c’est une question d’habitude aussi ! Bon avant, il y avait notre daron, mais maintenant, il est encore entrain de se reproduire comme le malotru qu’il est… Bref, là, je me dirige du coup, toute seule vers le pont Araho. Un hommage à celui-ci ? Ou bien une preuve de narcissisme de la part de l’empereur ? J’en sais trop rien, mais dans tout les cas, c’est obscur étant donné que l’homme est toujours vivant. C’est pas comme à Kiri, où ils ont nommé le port en hommage au seigneur décédé… Enfin, les hijins n’ont pas froid aux yeux et c’est peut-être cela que signifie ce pont.

Le pas peut-être un peu trop rapide, j’arrive enfin aux abords de la capitale du pays du feu. Après combien de temps dans ce pays ? A tourner dans les bois ? J’en sais trop rien, j’ai arrêté de compter après un moment, surtout après ma défaite contre ce rossignol de malheur. J’en rage encore, mais je n’ai pas totalement lâché l’affaire.

Une fois devant le pont, je me permets d’interpeller un garde. Et tout en finesse n’est pas Toya.

“Hoi ! T’aurais pas vu un gars. Grand comme ça.” Je montre approximativement la taille de mon frère avec ma main. “Avec une tête de zombie, rafistollé de partout ? Un mec pas du tout beau à voir quoi.” Lançais-je alors même sans me présenter. C’est clair que je n’ai pas, mais alors là, pas du tout l’air bizarre, surtout que bon, on voit bien que j’ai pas la dégainne d’une simple femme perdue qui cherche son amant, frère, ou autre, car j’ai juste précisé que je cherchais un homme et pas mon lien avec. Ohlalala, ça laisse prévoir plein de choses, à condition bien entendu que cet idiot soit déjà arrivé ici et qu’il ne se soit pas encore paumé… Cela serait assez bien son style en fait… Pitié que je passe par encore plus pour une idiote à cause de lui !


Dernière édition par Kōenji Toya le Mar 20 Aoû 2019 - 21:34, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7127-koenji-toya#59827
Mu
Mu

Sans once de discrétion | Mu Empty
Mar 20 Aoû 2019 - 19:06
Il y eut un silence froid et désabusé lorsque Mu se fit interpeller. Il prit tout de même la peine de pivoter son visage vers l'inconnue et d'y plonger son regard mort pour la sonder et la rapprocher d'une connaissance passée.



Mais rien de bien concret n'émergea de sa mémoire. "Oh, vous savez, je suis quelque peu hermétique à la laideur des gens..." Le ciel s'éclaircit et quelques rayons vinrent illuminer l'entrée du pont, réchauffant la peau du trentenaire. Cela lui rappela surtout que par une telle journée, sa place était dans un fauteuil, une roulée de tabac fin entre les doigts d'une main et un verre d'eau-de-vie dans l'autre. "...un nom me serait plus profitable qu'une description, le vôtre comme le sien, par exemple."

Son propre faciès biaisait le regard des autres et le plaçait dans un occultisme bien mal fondé. Pourtant, certains établissements ouvraient volontiers leurs portes à ce genre d'énergumènes mauvais, comme le ferait l'antre d'un démon rappelant en son sein ses engeances et protégés. Mu y avait vécu, du temps de la triste Crépuscule et de la guerre civile qui y brûla durant plus de deux décennies. Il y croisa la route des pires raclures du territoire, des crachats de la vie sans conscience ni remord à côté de qui ses nombreux tatouages ne créaient qu'une faible illusion de malveillance. Aussi lui restait-il quelques contacts et connaissances parmi ce flot d'immondices n'ayant d'humain que leur seule enveloppe charnelle. Les seuls ayant survécu aux nombreuses épurations successives et à l'unification de la nation sous les couleurs d'un Empire, avant tout porté par l'ordre.

-"Et s'il est aussi ignoble et hideux que vous le peignez, je pense pouvoir vous faciliter vos recherches en vous initiant à certains milieux."

Le trentenaire justifierait son acte auprès de ses supérieurs de la plus stupide des façons, un mielleux mensonge prétextant la nécessité pour tout soldat de fournir un service de qualité auprès des voyageurs. Une belle connerie qu'il paierait surement en passant ses prochains jours au trou. Mais une seule heure à renifler la pisse et la crasse des caniveaux du pire quartier d'Urahi valait bien le prix du cachot.

-"Nous allons avoir un peu de marche. Profitez-en pour m'en dire un peu plus sur vous et sur ce que vous lui voulez à votre immonde ami."

L'étrangère ne le savait pas encore, mais elle venait d'apporter un peu de lumière dans la triste journée d'un homme à l'agonie.

_________________

"Sois subtil jusqu'à l'invisible, sois mystérieux jusqu'à l'inaudible."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303 http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174
Kōenji Toya
Kōenji Toya

Sans once de discrétion | Mu Empty
Mer 21 Aoû 2019 - 15:19
Waaaaah. La porte de prison ! Il a l’air grave sympathique ce gars… Et surtout il est presque aussi moche que mon aîné ! Je devrais organisé un concours entre les deux, voir qui remporte la première place. Ok ok ! Je sais, j’abuse ! Mais ça, c’est habituel ! Il est trèèèèèèès loin d’être aussi macabre que mon frère. Il est grave pas aussi recousu que lui. Je pense d’ailleurs que c’est pas possible que quelqu’un le soit davantage que Zuko. Et si c’est le cas, suffira de juste piquer deux ou trois fois le Jôhekijin pour reprendre l’avantage et voilà.

Allez, concentration Toya. Il serait là, il m’aurait déjà fait cette remarque en me donnant une énième tape sur la tête. Sauf que là, si j’en suis rendu ici c’est bien par sa faute ! Parce que monsieur à décidé de prendre les devants et de s’aventurer tout seul dans la capital. Genre, il a cru qu’il était assez grand pour ça. Certes, il est plus âgé que moi, mais c’est qu’un détail ça ! Vraiment.

Et après plusieurs secondes à me sonder et à me permettre de divaguer en pensée, il prend la parole. Hermétique à la laideur ? Et pas qu’à ça, je parie ! Parce que l’amabilité, ça à l’air de pas être son fort non plus. Ok, j’ai ma part de responsabilité, on a déjà vu meilleure façon d’aborder quelqu’un, mais j’ai quand même prit le temps de saluer ! Alors, non, on peut pas m’en vouloir ! J’suis polie moi !

Et voilà qu’il me demande l’identité de mon frère et la mienne par la même occasion. On lui a jamais appris qu’on se présente aux gentes damoiselle avant de quémander son nom ? Certes, j’en suis pas une, mais quand même ! Rohlalala ! Ces Hijins, c’est vraiment des rustres ! M’enfin, je peux bien me permettre de lui répondre, après tout, je suis quand même la touriste en ces lieux !

“Kō-en-ji” Articulais-je alors fièrement, limite en chantonnant, comme si cela était une prouesse que de dire notre noms de famille. Sauf que non, mais bon, laissez moi avoir un peu de fierté quand même hein ! Ça fait de mal à personne ça ! Certes, un peu à l’homme en face de moi sûrement, parce que je dois avoir l’air de le prendre pour un con ou un attardé ou bien même les deux ? Mais voilà, il a demandé deux noms qui sont identiques alors j’y peux rien moi. Toute façon, je ni suis jamais pour rien ! Je vous jure, je suis toujours innocente ou alors c’est la faut de Zuko ! Voilà, c’est là, l’avantage d’être la cadette !

Tiens, une autre proposition, assez louche même. Initiation ? Certains milieux ? Je le regarde alors en inclinant un peu la tête sur le côté, l’air de dire que je ne comprends pas du tout de quoi il parle, parce que mon frère, il traine pas vraiment dans des quartiers particuliers, du moins, j’ai pas remarqué ça jusqu’à présent dans nos voyages. Mais faut dire, je ne le surveille pas non plus tout le temps, sinon, clair que je ne serais pas dans cette situation. Je vous ai dis que j’allais lui faire la peau pour ça d’ailleurs ?

Je cligne donc des yeux en fixant l’homme, attendant de plus amples informations sur ce soi-disant quartier où il pourrait y avoir mon aîné. D’ailleurs, il prend déjà les devants pour y aller. C’est tellement louche ! Je le dévisage donc, reprenant par la même occasion un peu plus mon sérieux. Stoppage de pensées farfelues et saugrenues… Autant que possible en tout cas, parce que bon, je peux pas non plus être totalement sage, surtout quand je suis seule. On dit bien que quand le chat n’est pas là, les souris dansent !

Une nouvelle demande, lui parler de moi. Il se rend pas compte de ce qu’il vient de faire là hein ? Il aurait mieux fallut pour lui qu’il me parle du temps qu’il fait ou alors du bonheur que d’être un ninja de Hi et tout le tralala du lavage de cerveau qu’apporte d’être un shinobi d’une faction. “D’abord, votre nom, ça serait pas mal aussi !” Je lui souris alors, amusée. “ Moi, c’est Toya ! Koenji Toya.” Voilà, une vrai présentation ! Puis peut-être qu’il va tiquer au fait que je lui ai dis mon nom tout à l’heure, il peut probablement penser maintenant que j’ai rien dit de plus sur le gars qu’on cherche. Je lui laisse pas le temps de réfléchir, pas l’envie. Il a demandé un autre truc bien plus amusant à faire que de l’entendre me poser de nouvelles questions sur mon frangin, surtout que bon, il verra le tout, une fois qu’on l’aura retrouvé. A condition qu’on le retrouve.

“J’viens du pays de la Pluie. Ame, j’sais pas si tu y as déjà mit les pieds, c’est grave pas comme ici ! Il pleut tout le temps et la réputation…. On en reparlera, mais bon, je m’en fous, c’est mon pays d’origine et j’y tiens. Bien que j’y ai passé que très peu de temps. Faut dire, mon père, c’est un goujat, il va de femmes en femmes. D’ailleurs, ton père, tu le connais ? Si ça se trouve, t’es peut-être mon demi-frère ! J’suis sûre qu’à lui tout seul, il a repeuplé la moitié du Yukan. Mais bon, on s’en fout de lui, il est pas ici, il est encore avec une nouvelle femme qu’il a mit enceinte et il attend la naissance du bébé pour se casser, en espérant qu’elle survive, sinon, j’vais devoir jouer les babysitters. La joie quoi ! J’aime pas les bébés ! C’est chiant ! Ça braille tout le temps, c’est moche et ça pue ! J’espère que t’es pas père hein !” Je le regarde alors comme si je risquais réellement de l’offusquer et de me soucier de cela, alors que soyons honnête, je suis très loin de me soucier de ça ! “Moi, ce que j’aime, c’est être tranquille, j’aime pas obéir et avoir trop de responsabilités! C’est chiant ! Genre devoir faire ci ou ça pour satisfaire quelqu’un.” Je tire alors la langue comme si j’étais réellement dégoûtée par quelque chose que j’aurais eu en bouche. Oui, la grimace est bien présente. “Tu sais, la liberté, voyager, voir le monde, pas se prendre la tête pour un oui ou un non. J’aime ça, mais pas que. Parce que tu vois, j’aime aussi le thé vert, surtout celui au Matcha. J’aime bien aussi fait les gâteaux avec ! Genre des cookies au matcha, c’est trop trop bon ! T’as déjà goûté ? C’est clairement autre chose qu’au pépite de chocolat ou au amandes, mais le matcha, je dirais que c’est la vie ! Beaucoup aime pas, je comprends pas pourquoi ! Toute façon, rien ne vaut un bon thé avec des biscuits aussi, parce que les biscuits et le sucre, c’est cool ! Paraît que ça fait grossir d’ailleurs. Perso, je peux manger tout ce que je veux, je grossis pas vraiment. Tu penses que c’est normal ? Je suis peut-être trop nerveuse ?” Je fais alors mine de réfléchir, alors que bon, je viens clairement de faire les pipelettes et si là, il me laisse l’occasion de continuer, il est pas sortit de l’auberge parce que je peux balancer plein d’informations totalement inutiles pour pas dire les trucs réellement important. Le noyer d’information stupide, là est mon but.

Je tourne alors la tête vers lui, un large sourire, prête à parler à nouveau….

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7127-koenji-toya#59827
Mu
Mu

Sans once de discrétion | Mu Empty
Lun 26 Aoû 2019 - 19:13
Le pas léger, la semelle au ras du sol pour en sentir les aspérités et son encensoir fumant à la ceinture. Le trentenaire progressait à travers la cité impériale en compagnie de cette étonnante Kōenji. Il glissa une cigarette entre ses lèvres tout en écoutant la jeune femme et après une lente bouffée de nicotine -première d'une longue série-, il se présenta à son tour. "On m'appelle Mu. Ou connard d'aveugle... mais je préfère Mu."

Dans l'art des mots, un gouffre semblait les séparer tous deux, mais cela ne gêna en rien l'Hijin. Car il appréciait entendre les gens conter leurs histoires. Il aimait déceler à travers le timbre de leur voix les indices de leurs expériences passées, bonnes comme mauvaises, rayonnantes comme tabous, sans juger. Jamais. Handicapé à vie, Mu ne portait nul regard sur ce qui construisait l'âme de ses interlocuteurs. Au mieux il y sombrait avec eux, si ses autres sens lui peignaient l'intérêt suffisant à sa curiosité, au pire il laissait passer l'anecdote sans s'y attarder davantage.

-"Ame ? Deux fois, seulement." Pour deux contrats opposés. L'un noua le sort d'un damné au gage funeste de l'aveugle, quand le second porta secours à une naufragée du destin. Nul équilibre ne fut souhaité ici, car en ces deux occasions comme en biens d'autres, seul l'appel de l'argent dicta sa conduite.

La remarque sur son paternel extirpa du thuriféraire un petit rire amusé, le genre d'éclat court mais sincère que le corps expulsait de lui-même sans que la raison ne puisse s'y opposer d'une quelconque manière. Alors que leurs pas les poussaient un peu plus loin dans Urahi, longeant une ruelle humide aux relents d'épices, le thé matcha s'invita dans le monologue de l'étrangère, tout juste glissé entre un aveu de liberté totale et une dépendance assumée au sucre.

-"Je préfère la banalité réconfortante du sencha à la fraîcheur du matcha." Mu entrait consciemment dans son jeu, qui n'était pas pour lui déplaire, en toute honnêteté. "Je vous trouve entière, plus que nerveuse. Et sincère, si j'ose m'y hasarder." Elle parlait vite et beaucoup, aussi Mu se risqua à ce pari fou et aveugle d'une franchise dans ses paroles. "Nous avons encore quelques minutes de marche." Deux quartiers les séparaient du lieu où souhaitait se rendre l'ancien mercenaire. Deux zones qui les enfonceraient toujours un peu plus profondément dans la tristesse et l'envers du décor, bien loin des dorures impériales et du faste d'une renaissance intime du divin.

-"Pourriez-vous m'en dire plus sur cet ami que vous recherchez ? Est-ce un membre de votre foisonnante fratrie, à en croire la libido active de votre père ?" Une seconde cigarette vint remplacer le cadavre de la précédente, noyant un peu plus les poumons noircis du démon déchu, étonnamment aimable en cette toute aussi étonnante journée.

_________________

"Sois subtil jusqu'à l'invisible, sois mystérieux jusqu'à l'inaudible."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303 http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174
Kōenji Toya
Kōenji Toya

Sans once de discrétion | Mu Empty
Dim 1 Sep 2019 - 14:10
Une bouffée d’air pour remplir mes poumons après avoir peut-être un peu trop parlé de façon inutile, bien qu’un peu interrompue par le trentenaire. Mais voilà, noyer le poisson sous de fausses informations pour ne pas donner les plus importantes, bien qu’en réalité, il n’y a pas grand chose à savoir sur moi et sur mon aîné. C’est pas comme si vous étiez des personnes recherchées ou connues, que du contraires même. Votre nom ne ferait même pas tremblé une fourmie alors que certains, même si la plupart semble mort ou porté disparu au jour d’aujourd’hui. Comme quoi être connu et réputé c’est pas une bonne chose, parce que la liste est vachement longues des morts. Bon doit y avoir aussi des petits gens comme mon frère et moi qui sont mort dans les différents conflits, c’est même certain en fait, mais c’est fort probablement la faute des puissants. Bref, on en revient toujours à la renommée et tout le tralala qui porte la poisse et la mort.

Large sourire sur les lèvres, je le regardes prête à reprendre la parole pour un monologue alors qu'il reprend la parole une nouvelle fois...

L’écoutant alors présenter la durée de notre itinéraire, je laisse mes iris se posées sur les bâtisses qui nous entoure. Rien de bien accueillant pour la capitale en réalité. Mais venant d’un pays plus sombre et ayant sillonné dans presque tout le Yukan, ce lieu ne me fait aucunement peur et ne m’impressionne guère. Avec un paternel comme le mien, j’ai eu le loisir, à foison même, de visiter ce genre de quartiers pas trop appréciable. Cela m’étonnerait même que l’on trouve mon aîné ici, il est bien loin d’être comme notre père. Plutôt même mon opposée aussi, dans le délire de vouloir être connu et s’impliquer dans toutes les merdes des nations. Il m'invite alors sournoisement, ou pas, à changer de sujet. Je ne me fais pas prier, pour son plus grand malheur mouhaha.

“C’est un idiot. Mais sinon, ouais, c’est mon grand-frère. Enfin, si je peux dire ça comme ça, parce qu’on a juste notre père en commun. J’ignore même qui est sa mère pour tout dire, il me semble qu’il ne m’en a jamais réellement parlé ou alors, j’ai pas écouté parce que j’ai pas connu la mienne. Bref, on va éviter le mélodrame hein. Pas que j’aime pas parler d’ça, mais v’là quoi, y a des sujets c’est mieux d’les éviter, surtout quand il n’y a rien à dire dessus. Tu trouves pas ? D’ailleurs, c’est quoi ton histoire toi ? J’suis sûre qu’elle est plus captivante que la mienne ou celle de mon imbécile de frangin. C’est pas tous les jours qu’on croise un ninja aveugle. Alors, voilà, j’te passe le micro et j’te laisse parler maintenant, j’veux touuuuuuuut savoir.” Je fais alors mime de lui tendre le micro devant lui, geste qu’il ne peut bien entendu pas voir. Mais c’est plus pour m’amuser moi que lui. Surtout que je suis d’humeur assez joyeuse au final, dans le genre curieuse, on fait pas mieux et là, après avoir fait tout un speech sur moi, bien que plus accès sur mes goûts qu’autre chose, il peut bien faire pareil non ?

Large sourire sur les lèvres, je marche limite en sautillant à côté de lui. Oui, je suis une vraie gamin et alors ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7127-koenji-toya#59827
Mu
Mu

Sans once de discrétion | Mu Empty
Mar 3 Sep 2019 - 22:45
-"Mon histoire ?" Une quête pour ses frères le poussa jusqu'aux Nuages, d'où la voix d'une Riku devenue femme lui rappela un tout autre passé. Et depuis... depuis il déterrait par petites bribes successives les secrets de son histoire, il grattait la croute de ces stigmates passés enfouis dans un coin de son cœur.

-"Mon premier souvenir c'est ici, à mendier avec mes frères. Rien de bien captivant, je le crains. Un jour nous avions trouvé un œuf tout droit sorti d'un mythe, une sorte de roche chaude offerte par les dieux. Et le temps d'un instant, nous nous vîmes au sommet du plus grand des monts, kamis parmi les mortels, comme des élus... hm.

Il ne s'agissait que de la curiosité de trop. Une curiosité maudite qui coûta la vie des vagabonds du campement où nous dormions ce soir là et qui m'ôta la vue en guise de châtiment. Du reste j'ai erré au travers du Yuukan, j'y ai arpenté les sentiers des soudoyés et des corrompus. En tant que mercenaire j'y ai collecté les âmes pour de l'argent. Les gens me croient damnés... et je ne saurais leur donner tort."
Mu arrêta sa marche et releva la tête pour humer l'air d'une brise qui s'engouffrait dans la ruelle.

Leur objectif n'était plus très loin, le quartier des Lunes se baignait dans le faste d'une vie courte et intense, il jonglait entre les extrêmes des habitants qui s'y étaient perdus. Entre éden et enfer, ce lieu plongeait dans l'abysse glaciale des oubliés et remontait le temps, isolé du reste de la Cité Impériale. Oh l'Empire existait bel et bien ici, l'ordre aussi, mais il se manifestait timidement sous les traits d'une présence ténue et observatrice, comme le ferait une ombre frêle au beau milieu de l'obscurité. Nul fou ne s'attardait ici, à moins d'y avoir grandit durant la guerre civile, car les règles qui régissaient l'endroit ne suivaient rien de moins que les fondamentaux du chaos.

-"Bienvenue dans notre petite Ame, Toya. La pluie en moins." S'amusa l'aveugle, avant de reprendre un pan de son histoire sollicitée par l'étrangère. "J'ai survécu à travers les conflits pour une raison qui m'échappe encore. Et de cette survie est née l'idée loufoque qu'une quête m'était imposée, comme voyant ce qui est invisible... certains appellent cela la foi, j'y préfère l'arrogance d'un libre arbitre porté par le vœu de vengeance. Au fond, Toya, nos deux vies transpirent des liens familiaux. Moi pour cette vendetta et toi..." Le ton venait de changer légèrement lorsque le tutoiement s'invita dans la discussion "...toi pour une raison que tu éludes depuis le début, n'est-ce pas ? Que crains-tu ?" Quel mystère, quel raison la poussait à abonder chaque question d'un chant de paroles sursaturées, comme le ferait un oiseau perdu et esseulé.

L'odeur d'alcool virant au vinaigre vint chatouiller les narines du mercenaire. Les cris mêlant joie et grabuge s'immiscèrent dans ses oreilles, couplés au doux son d'une musique folklorique rythmant les attitudes comme les discussions. Qu'il était bon d'être chez soi.

-"Nous sommes arrivés." Mu s'engouffra dans l'antre des vices, sourire aux lèvres en gage d'une invitation tacite pour Toya à le suivre, car la véritable discussion ne faisait que commencer.


_________________

"Sois subtil jusqu'à l'invisible, sois mystérieux jusqu'à l'inaudible."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303 http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174
Kōenji Toya
Kōenji Toya

Sans once de discrétion | Mu Empty
Mar 10 Sep 2019 - 19:24
A côté de lui, je l’écoute alors me compter le début de sa vie. Une histoire sombre, violente même, très loin de ma banale vie de voyageuse, bien que certains pourraient aussi me percevoir comme une mercenaire. Après tout, faut bien avoir de l’argent pour manger ! Je vais pas me laisser crever de faim parce qu’un contrat, une demande est trop sombre, trop peu respectable. La faim justifie les moyens. Ok, je sais, c’est pas ça l’expression, mais on s’en bats les steaks !

Fronçant les sourcils à cause de mes pensées éparses, je me reconcentre sur sa voix et son vécu. Il n’est donc pas né aveugle. Passant ma main devant mes yeux, je me mets alors à me demander comment je réagirais si comme lui, je me retrouvais dans le noir complet du jour au lendemain. Bon, ma maîtrise du son est quelque chose qui pourrais pas mal m’aider, mais quand même, ne plus pouvoir voir tout ses paysages, regarder le ciel et la course du soleil dans celui-ci.Argh, je ne sais pas du tout comment il peut faire pour supporter cela, car rien qu’en imaginant, je ne peux m’empêcher de faire une grimace. Trop expressive me dira-t-on. Mais soit.

Je soupire alors à sa conclusion. Damnés. Tss de bien trop grand mot à mon goût. Néanmoins, je ne dis rien sur le coup, le laissant me présenter cette soi-disant petite Ame. Néanmoins, il m’offre l’occasion de prendre la parole en me questionnant sur mes craintes. Question, encore une fois que j’élude, non pas parce que j’en ai envie, mais plutôt parce que je préfère réagir sur ce qu’il a dit bien un peu avant.

“Il est vrai qu’il est bien plus noble de détruire ou conquérir des villages pour une soi-disant noble cause que de subvenir à ses propres besoins pour survivre. Toutes personnes qui usent de la force pour quelque chose est damnées si on va part là, et surtout les shinobis des différents villages et même d’ici. Votre attaque sur Kumo vous damnes tous parce que je suis certaine qu’il y a eu des morts de ce côté, ou de l’autre et que ce jeu de violence va continuer, condamnant encore d’autres personnes.”

Oups…

J’ai un peu trop dit le fond de ma pensée là, enfin, je peux pas revenir en arrière. “Enfin, là n’est le point de vue que d’une simple voyageuse tout aussi damnés que vous.” Soufflais-je alors en laissant entendre un petit rire en espérant ne pas avoir offusquer son allégence au pays du feu ou un idéal qu’il aurait pu avoir avec mon avis bien trop négatif sur les différentes factions de ce bas monde.

"Et pour tout te dire, j'ai du mal à concevoir que mon aîné puisse se trouver ici. Mais soit, rien ne nous empêche de quand même vérifier. Il serait bien apte à me surprendre en cherchant à m'esquiver cet idiot."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7127-koenji-toya#59827
Mu
Mu

Sans once de discrétion | Mu Empty
Lun 30 Sep 2019 - 21:16
-"Tout n'est que cycle, en cela je suis d'accord avec toi. Mais tu détournes la discussion, une fois de plus, et évite mes questions." Bien que la remarque de l'étrangère titillait une corde sensible, l'aveugle n'était pas dupe. Toya jouait la montre ou profitait de lui pour progresser au sein de la cité, l'un comme l'autre et quelle qu'en fut sa raison, Mu accepta le rôle du naïf. Devant leur objectif, le trentenaire disparut derrière deux tissus faisant office de porte, comme happé par la musique rythmée et l'odeur d'alcool.

-"Viens !" Sa voix grave, un peu plus forte que tout à l'heure pour couvrir le brouhaha ambiant, traversa les draps sales en même temps que sa main et toutes deux invitèrent Toya à l'y rejoindre. "Ce n'est pas ton frère que je cherche ici." Non, effectivement. Il y avait plus intéressant à trouver en ce lieu, une personnalité plutôt banale, au final, si l'on replaçait le lieu dans le contexte et l'âme historique du pays.

Ravagé par des guerres intestines, survivre ici-bas ne pouvait s'imaginer sans alliés de choix tout comme une connaissance pointue des individualités qui les composaient. L'harmonie soufflait son air chaleureux en ce lieu, le son enrobait les corps et enserrait les cœurs de cette ardeur éclatante. Là et nulle part ailleurs, brûlait la volonté profonde de tout un pays, de tout un peuple qui hurlait au monde sa détermination à survivre. Résumer ces gens à l'Empire qui les entourait serait tout aussi injuste que de résumer l'Empire à l'assaut porté sur Kumo.

L'ancien mercenaire plongea ainsi dans les abysses du temps, nimbé par sa fumée il se faufila entres les corps en mouvement de l'immense pièce et rejoignit une troupe d'hommes et de femmes marqués par leur histoire commune. Quelques accolades et mots murmurés plus tard, il en exfiltra une balafrée aux cheveux de braises et au regard insensible. Otoe avait perdu l'usage d'une partie de ses muscles faciaux lors d'une rixe, rendant son élocution impropre et figeant son visage en un calme plat.

-"Otoe, Toya. Toya, Otoe." Mu ne s'attarda pas sur les présentations, elles pourraient se connaître plus tard si elle le désiraient. "Les rues d'Urahi n'ont aucun secret pour Otoe, donne lui la description de ton frère et un moyen de te contacter si elle le retrouve." L'aveugle l'est abandonna cinq minutes pour s'accouder au comptoir et commander à boire. Douce récompense qu'il estimait méritée.

_________________

"Sois subtil jusqu'à l'invisible, sois mystérieux jusqu'à l'inaudible."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6411-mu-staki-avec-sa-gueule-de-meteque#53303 http://www.ascentofshinobi.com/t4469-sasayaki-tsukiko#34174
Kōenji Toya
Kōenji Toya

Sans once de discrétion | Mu Empty
Mar 1 Oct 2019 - 15:21
Un rire léger franchit mes lèvres à sa remarque sur mon esquive. Au moins, il n’est pas dupe, mais en même temps, il ne semble pas plus insister que cela pour avoir ses réponses. Ce n’est, en mon sens, pas forcément un mal, que du contraire même. “Baaah, si on savait tout directement, il n’y aurait aucun plaisir tu ne penses pas ?” Où comment faire comprendre que ce n’était pas involontairement que j’esquivais ses questions depuis tout à l’heure. Mais surtout comment rendre le tout plus amusant en lui faisant comprendre que tout ne lui tomberait pas dans les oreilles si facilement. Je suis mesquine, je sais, mais il paraît que l’on m’aime comme cela. Enfin, je crois ?

Je le laisse alors entrer en premier dans une… En fait, je sais pas trop de quoi il peut s’agir, juste un bar ? Une auberge pas trop bien fréquenté ? Ou bien encore autre chose ? Observant un instant la pancarte, qui au final ne m’inspire rien, je finis par hausser les épaules. Qu’est-ce que je ne ferais pas pour retrouver mon crétin de frère hein. Saisissant la main de l’aveugle pour lui faire comprendre sans un mot que je rentre dans la bâtisse, je le laisse une nouvelle fois prendre les devants alors qu’il semble connaître bien trop de monde. Je suis bien loin de savoir ce que cela fait que d’entrer dans un lieu où tout le monde nous connais. Partout où je vais, je suis toujours une inconnue. C’est un peu cela l'inconvénient d’être nomade. Il n’y a jamais de moment de valorisation où des personnes nous reconnaissent et nous apprécie.

Ainsi donc, je me contente d’observer la scène qui se déroule devant moi jusqu’au moment où le soldat de l’empire revient vers moi avec une vieille dame marqué par le temps et la guerre. J’incline la tête en guise de salutation, ne coupant ainsi pas la parole à Mu. Génial, voilà que je dois encore dépeindre mon frère pour que cette femme puisse nous aider. A ce rythme-là, autant que je placarde partout des affiches avec sa tête. Bien qu’avec mes capacités en art plastique, le portrait ne soit pas trop ressemblant.

“Plutôt grand et moche, recousus de partout. Il a une tête de zombie comme j’aime à le dire. Pas comme lui hein.” Je pointe alors Mu du doigts. “C’est bien pire je dirais même. Des cheveux noirs et assez long pour un garçon et il répond au prénom de Zuko.” Je pose alors mon regard sur Mu après avoir regardé un instant la femme, ne sachant pas trop si j’ai donné assez de description pour qu’elle puisse se faire une image, tout comme lui, bien que techniquement, c’est la deuxième fois que je lui décris mon frère. Mais bon, un aveugle peut pas trop aidé à cela.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7127-koenji-toya#59827

Sans once de discrétion | Mu

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu :: Pont Araho
Sauter vers: