Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Nō 脳
Jouons au médecin [Shirō] EmptyAujourd'hui à 2:21 par 

» This is good bye, Destiny [Aimi]
Jouons au médecin [Shirō] EmptyAujourd'hui à 1:56 par Hayai Taishi

» 08. Demandes diverses
Jouons au médecin [Shirō] EmptyAujourd'hui à 1:38 par Ikaku Jiro

» Consonne [SOLO]
Jouons au médecin [Shirō] EmptyAujourd'hui à 1:35 par Ikaku Jiro

» Sur le départ, direction Ame no Kuni [PV. Taishi]
Jouons au médecin [Shirō] EmptyAujourd'hui à 1:14 par Hayai Taishi

» Collision [Sae]
Jouons au médecin [Shirō] EmptyAujourd'hui à 0:57 par Ikaku Jiro

» Têtes dures [Jiki Masami]
Jouons au médecin [Shirō] EmptyAujourd'hui à 0:15 par Oterashi Yanosa

» Sense of Duty | Pv. Higure Mafuyu
Jouons au médecin [Shirō] EmptyAujourd'hui à 0:04 par Yuki Wataru

» [A/OFFICIELLE/KIRI] HISSER LES VOILES [Part.2]
Jouons au médecin [Shirō] EmptyHier à 23:53 par Yuki Kaya

» It's over 9000 ! (w/ Takeshi)
Jouons au médecin [Shirō] EmptyHier à 23:44 par Higure Mafuyu

Partagez

Jouons au médecin [Shirō]

Hikari no Eiichirō
Hikari no EiichirōEn ligne

Jouons au médecin [Shirō] Empty
Lun 19 Aoû 2019 - 0:37
Voilà maintenant quelques temps que je m'étais installé au village. Je venais d'achever ma formation de Kumojin où l'on m'avait appris toutes sortes de conneries de patriotisme, nationaliste et tout le bordel. Tout ça pour voir qu'au final, le village s'est fait marcher dessus par un empire démesurément plus grand et plus fort que lui... M'enfin, tout ça m'est bien égale, il n'y a que la connaissance qui m'intéresse. Peut-être qu'en fin de compte, la situation est mieux comme ça au final.

D'ailleurs, j'avais beau disposer de la capacité de penser, je n'étais pas moins limité dans mes marges de manœuvre. C'est bien de parler de science, mais si je n'ai pas les moyens de prouver, ce que j'avance, tout cela n'aura servi à rien. Pourquoi écouter ce que je dis, si je ne peux pas prouver ce que je raconte ? La science que je prétends vouloir défendre ne serait rien de plus qu'une croyance et l'on pourrait la réduire à l'état de religion.

Il fallait donc que je trouve comment effectuer des expériences sur des cas concrets. Je devais par exemple apprendre à ouvrir une boîte crânienne afin d'observer le cerveau humain et d'y effectuer des tests en vue de prouver ce que j'avançais. Le cerveau est un organe vitale, mais là encore, je ne pouvais pas le prouver, puisque je manque de pratique. La motricité et le système nerveux également m'intéressaient, mais il m'était impossible de creuser le sujet.

Je suis persuadé qu'en fouillant de ce côté, je pourrais trouver de nouveaux éléments pour ma théorie. En fait, l'Homme est le plus grand mystère de la Création. Étudier son enveloppe charnelle allait donc forcément me menait vers quelque chose de forcément surprenant, qui pourrait corroborer mes théories ou les développer. S'il y a bien un monde spirituel auquel je crois, il y a un monde physique que je me devais de maîtriser, car après tout, j'ai beau avoir la capacité de penser, j'existe dans ce corps. S'il n'est plus, je ne suis plus.

Je devais trouver une personne qui pourrait m'aider et m'initier à la Biologie et à la Médecine, mais où ? L'hôpital est immense et comprend même un complexe scientifique avec des laboratoires au dernier étage. C'était peut-être là-bas que je devais m'y rendre. Tandis que je m'aventurais dans l'immense hôpital, jusqu'à mettre perdu, j'aperçus à travers les fenêtres intérieurs en vitre floutée la silhouette d'un homme dans une pièce.

J'essayais de me déplacer pour disposer d'un meilleur angle de vue et je vis que ce dernier était en train de manipuler un cadavre. Son regard se posa alors sur moi et je me sentais comme obligé d'aller lui parler. C'était en effet très étrange d'apercevoir un homme qui se dandinait partout et se tordait dans tout les sens pour essayer de vous espionner, il devait être méfiant surtout dans le contexte actuel. Je pénétrai donc dans la pièce pour lui adresser ces quelques mots :

    "Bonjour, je me présente, Hikari no Eiichiro, je suis un jeune scientifique et j'ai un projet d'étude de la Vie et du Chakra. Pour ça, j'ai besoin de formation, du coup, je vous ai observé pour savoir si vous êtes bien la bonne personne. Apparemment, oui." - Lui affirmais-je tandis que se dessinait, sur mon visage, un sourire gêné.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Shirō
Shirō

Jouons au médecin [Shirō] Empty
Jeu 22 Aoû 2019 - 0:25
Scalpels et autres ustensiles du quotidien de Shirō venaient de perdre leur éclat de propreté au profit d’une mélasse sanguinolente. Il avait commencé de bonne heure ses autopsies, ayant un peu plus de travail que les autres jours. Il en était déjà à son deuxième patient. Il avait eu un peu de mal à sectionner ses côtés mais il y était finalement parvenu, pouvant commencer ses observations. Il fit quelques allers-retours pour des pesées de contrôlé. Cœur, foie et poumons après quoi il replaça délicatement chaque organe à son emplacement, arrangeant tout ce fouillis par décence.

Non pas que ce principe fasse partie des siens. Seulement il ne pouvait y déroger si on commençait à inspecter son travail, comme l’avait fait le Teikoku la veille. Il se montrait déjà méticuleux avant mais il redoublait maintenant d’attention. Autant sur son travail ici que sur les expériences supplémentaires. Il n’avait pas de doute sur l’innocence qu’il pouvait renvoyer de l’extérieur. Même si certains regards en disaient long sur le véritable avis qu’ils avaient de cette profession considérée répugnante. Des idiots qu’il avait appris à ignorer depuis toujours.

Son labeur commençait bien mais fut ralenti lorsque la réceptionniste débarqua après un timide tambourinement de la double porte. Shirō le reconnaissait entre mille. Cette timidité se caractérisant plus comme du dégoût pour cette pièce et la personne qui y exerçait. Il n’accorda même pas un regard en sa direction alors qu’elle déclara de sa petite voix pincée qu’elle devait s’absenter. C’est d’un négligeant mouvement de main, recouvert d’un gant trempé du liquide vermillon, qu’il fit comprendre qu’il avait compris. Toujours aussi dédaigneuse à son égard, elle ne s’attarda pas plus, poussant à la hâte le battant.

Shirō releva finalement le nez après quelques minutes de minutieuse manipulation pour recoudre quelques endroits endommagés. L’objectif n’était pas non plus de refermer l’ensemble en laissant le reste comme une pochette surprise. Autrement la négligence et l’irrespect seraient deux chefs d’accusation pouvant justifier un renvoi définitif. Chose qui le chagrinerait. Ses yeux balayèrent mécaniquement la pièce avant de se figer sur deux autres, de l’autre côté des portes. Un jeune homme qui semblait l’observer. Indifférent à cette attention, le légiste reprit son œuvre. Le curieux avait déjà dû quitter l’endroit, ne pouvant se résoudre à un intérêt morbide.

Shirō fut quelque peu surpris de l’entendre franchir les battants. Lui si soigneux, il déposa ses outils alors que son invité du jour se présentait et entamait la discussion. L’air parfaitement stoïque, le scientifique détailla cet individu avant de le laisser une seconde dans le silence le plus complet. Il fit alors le tour de la table d’opération, dans sa direction, pour finalement se pencher sur son cadavre en cours et inspecter l’autre côté. Son visage à quelques centimètres d’une ouverture, il n’en fut pas plus perturbé pour répondre.

- Je doute que votre observation ait été réellement efficace. Pour mener une étude sur la Vie et le Chakra, vous aurez besoin de vie. Ce n’est pas la spécialité de l’endroit, comme vous devriez le voir. Néanmoins les étages supérieurs sont destinés aux soins, vous devriez être mieux servis je pense.

Néanmoins la curiosité scientifique l’emportait. Obligeant le légiste à ne pas clore cette discussion dans la seconde. Un peu d’interrogation pour satisfaire cette soif de connaissances.

- En quoi consisterait ce projet précisément ?

_________________
Jouons au médecin [Shirō] Cl26
Merci pour le kit Aimimolette ♥️
Le coin des artistes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6209-quatre-terminee#51259 http://www.ascentofshinobi.com/u993
Hikari no Eiichirō
Hikari no EiichirōEn ligne

Jouons au médecin [Shirō] Empty
Ven 23 Aoû 2019 - 0:42
L'homme me semblait très professionnel et très appliqué dans son travail. Je fus agréablement surpris de son accueil, en fait je m'attendais à du mépris de sa part, je croyais qu'il allait me prendre de haut, mais ce fut tout le contraire. L'homme était ouvert à la discussion, prêt à écouter ce que j'avais à dire sans me juger et ça j'appréciais. Après tout, en tant que scientifique, rien ne compte plus que la science et la savoir, tout le reste est superflu et peut même être une menace pour nos travaux.

Je pus comprendre à ses dires qu'il était plutôt doué pour manipuler les cadavres. Pour comprendre la Vie, je ne m'étais pas adressé à la bonne personne. La Vie et la Mort ne sont que les deux faces d'une même pièce et ça, il ne semblait pas l'avoir compris, mais il n'était pas le seul. Après tout, il ne se contentait seulement d'étudier les cadavres tels qu'il les voit sans se poser les questions que je pouvais me poser et c'est justement cette connexion que je trouvais intéressante.

Peut-être qu'en lui parlant de mon projet et de ma philosophie, il trouverait un intérêt à coopérer avec moi. Je pourrais éclairer sa lanterne sur certains sujets, soulever de nouvelles questions pour lesquelles il devrait trouver réponse et qui lui permettra peut-être de réinventer sa profession, qui sait ?

Il m'eut d'ailleurs tendu la perche pour que je puisse lui parler de mon projet, mais par où commencer ? Surtout que dans cette histoire, j'avais besoin de lui, peut-être plus qu'il avait besoin de moi. Je devais lui montrer que je pourrais lui apporter bien plus que ce qu'il pouvait penser. J'avais l'impression de devoir vendre mon projet pour m'attirer des subventions afin de le financer, l'exercice était à peu près le même.

"Vous n'avez pas tout à fait tord, mais je pense que paradoxalement, la mort nous apprend plus sur la vie que la vie elle-même." - Je marquais alors une courte pause après cette brève introduction. Cette intervention me permettrait d'attirer son attention et la pause pourrait peut-être attiser sa curiosité.

"Voyez-vous, on pense que la mort est la fin, mais je ne suis pas convaincu. Je pense qu'il y a une Vie, mais dans un monde immatériel. Pour moi, le corps humain est juste un sanctuaire dans lequel l'âme peut être invoqué lorsqu'elle 'disparaît'."
- Affirmais-je en fixant le cadavre qu'il manipule.

"Vous êtes vous déjà demandé pour qu'elle raison on pouvait ressusciter les morts ? N'est-ce pas parce qu'ils vivent dans un autre monde ?"

"Pourquoi doit-on utiliser le cadavre pour ressusciter l'âme qui y était rattaché ? Certainement, car elle sert de réceptacle et permet de donner une forme matérielle à une âme immatérielle. L'âme ne peut errer dans ce monde, sans enveloppe charnelle. Le sanctuaire que vous inspectez en est un exemple."
- Concluais-je pour lui montrer que ce je disais, s'appliquait à ce qu'il faisait au moment où nous parlions.

"J'aimerai développer mon idée, cela nous permettrait de voir les choses sous un autre angle et on pourrait découvrir un certain nombre de nouvelles choses. Imaginez les possibilités si l'on parvenait à comprendre d'où vient la Vie et le Chakra, imaginez les opportunités qui pourrait s'offrir à nous. Cela nous permettrait d'avoir un autre point de vue : celui de la Métaphysique."
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Shirō
Shirō

Jouons au médecin [Shirō] Empty
Mar 10 Sep 2019 - 23:29
Une légère grimace mentale ne déforma pas néanmoins les traits du légiste qui poursuivait sa besogne alors que son invité du jour commençait à partir dans des débats philosophiques. Pas vraiment la tasse de thé de l’homme de science qu’il était. Il laissait ça aux plus littéraires, dont cet étranger semblait faire partie. Il avait déjà consulté quelques œuvres par curiosité à la Grande Bibliothèque, afin de se reposer un peu l’esprit suite à de complexes traités d’anatomie. Mais cette lecture avait eu tout l’effet inverse. Il avait donc délaissé cette branche du bâtiment pour ne pas y remettre les pieds pour le moment. Il se gardait ça pour ses vieux jours quand la sénilité le clouera à son domicile, le forçant à se reposer les trois quarts de la journée.

Malgré cette notion très obscure à ses yeux, il écoutait attentivement. La parole d’une tierce personne pendant qu’il opérait ne le dérangeait pas. Elle avait même tendance à l’aider dans sa concentration. Il ne s’expliquait pas cette manie mais il se faisait à la compagnie d’autrui, qui n’arrivait jamais pourtant. Mais au moins cela lui permettait de ne prendre aucun retard dans ses travaux ou ses recherches. Alors qu’il sectionnait des chairs pour libérer certains espaces pour de nouvelles observations, son interlocuteur lui continuait de présenter son exposé.

Alors qu’un organe était sorti pour la pesée, Shirō profita de l’instant pour relever son regard et toiser son invité. Ce qu’il racontait le faisait doucement rire, malgré l’air placide qui marquait son faciès. Il ignorait ce que cet homme venait réellement chercher ici, mais une bonne séance de rattrapage sur le pouvoir de la Nécromancie ne lui ferait pas de mal. Il faut dire que le côté morbide de cette capacité forçait la société à ne pas s’y intéresser. Souvent par peur du regard des autres que de découvrir certains secrets. Considéré comme paria, Shirō savait bien qu’un tel attrait forçait la méfiance et le dégoût. En témoignait cette dame à l’accueil qui ne le supportait pas, engageant alors une relation réciproque entre les deux êtres. Tant de considérations qui ne faisaient jamais vaciller la flamme de la volonté du légiste. Il était ici dans son milieu et n’importe quel jugement ne lui ôterait pas le plaisir qu’il prenait à exercer ici.

Laissant le jeune élève terminer son petit exposé, Shirō avait déjà remis l’organe dans la cavité d’où il provenait. Il procéda avec délicatesse pour ne pas transformer le corps en un foutoir innommable qui ne serait que bouillie. Il profita de l’instant pour déposer ses outils bien en ordre sur sa tablette en inox avant d’en revenir visuellement à l’individu.

- Pardon de vous décevoir, mais vous vous méprenez totalement sur la nature de la capacité de résurrection. Ceux capables de cette prouesse ne peuvent qu’animer les chairs putréfiés pour en faire des pantins obéissants. Il n’a encore jamais été possible de récupérer un fragment de l’âme ou de l’esprit du défunt. Même s’il s’agit de recherches qui m’intéressent, je suis toujours en attente d’un résultat positif pouvant infirmer l’existence d’un plan où l’âme pourrait être présente et liée à notre monde.

Même si certaines notions lui échappaient dans le raisonnement qui lui était présenté, Shirō devait se rendre à l’évidence qu’un tel discours attisait curiosité et débat pour son esprit de scientifique averti.

- Je ne suis pas très aguerri sur la question, aussi pourriez-vous m’éclairer. Qu’est-ce que la métaphysique et en quoi pourrait-elle permettre les origines de la Vie ou de Chakra ? Je suis d’accord que les légendes laissent perplexes mais elles sont la meilleure explication encore aujourd’hui. comment procéder pour pouvoir infirmer telle théorie comme étant fondée ?

_________________
Jouons au médecin [Shirō] Cl26
Merci pour le kit Aimimolette ♥️
Le coin des artistes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6209-quatre-terminee#51259 http://www.ascentofshinobi.com/u993
Hikari no Eiichirō
Hikari no EiichirōEn ligne

Jouons au médecin [Shirō] Empty
Dim 15 Sep 2019 - 19:43
Le médecin continuait ses opérations macabres. Equipé d'un scalpel, il découpait des morceaux du cadavre puis en extrayait des organes. Je ne pouvais guère expliquer les objectif de cette expérience. Pourquoi vouloir disséquer un cadavre inerte et s'approprier les organes du mort ? De plus, la couleur du cadavre prouvait que le cobaye était mort depuis il y a déjà bien longtemps. Qu'avait-il derrière la tête ? Il se mit alors à peser l'un des organes qu'il avait arraché, je me continuais à le regard tout en continuant mon discours, tandis que lui, continuais ses affaire, pendant qu'il m'écoutait.

Il remit ensuite les organes dans le corps du défunt. Je ne savais pas ce qu'il cherchait à savoir par cette expérience. Il était extrêmement précis dans ses actions, il semblait maîtriser correctement le corps humain, car il pouvait remettre un organe extrait d'un corps humain. Je mourrais d'envie de savoir ce qu'il faisait et pourquoi il le faisait. Je voulais comprendre, cela m'intéressait au plus haut point. Je n'avais pas l'occasion de lui poser cette question, car il fallait d'abord entendre sa réponse concernant ma proposition, c'était là le plus important.

"Vous êtes un nécromancien, c'est bien ça ? Pouvez-vous m'en dire plus sur votre technique. Comment utilisez-vous les cadavres ?"

"Je croyais que vous étiez capable de ramener l'âme d'un défunt à la vie. Pour le moment, comme vous pouvez l'avoir deviné, je n'ai pas encore pu prouver les hypothèses que j'avance et je veux justement pouvoir les prouver, d'où les raisons de ma venue."


Je ne m'attendais pas à tomber sur un nécromancien, je croyais qu'il n'était qu'un simple médecin, ou bien un croque-mort. Il est vrai que je voulais lui montrer que ma théorie était déjà à un stade avancé, cependant, puisqu'il était nécromancien, l'homme détenait des informations que je n'avais pas sur le sujet. C'était un expert, donc il pouvait aisément me corriger. Après tout, j'étais venu pour apprendre, il est donc normal qu'un professionnel du domaine me corrige, sinon je ne serais pas venu pour solliciter son aide.

"M'enfin, c'est une bonne chose que vous soyez nécromancien, j'ai justement besoin de vous."

L'homme semblait néanmoins intéresser par ce que j'avais dit. Cela me prouvait donc que j'avais bien affaire à un scientifique qui était très curieux. D'ailleurs, la curiosité est certainement la caractéristique essentielle de la personnalité d'un scientifique. L'homme ne connaissait pas la métaphysique, ce qui ne m'étonnait guère, c'était une science très peu connu, oublié et pourtant extrêmement essentiel. Comment lui expliquer ? Je n'avais pas besoin de lui faire un cours, mais je devais être extrêmement concis et synthétique. Je devais tout de même faire attention à ce que j'allais dire, car il devait peut-être connaitre cette science, il s'agit peut-être d'un test pour savoir à quel point je maîtrisais ce sujet, j'étais méfiant, car le légiste semblait très intelligent.

"La métaphysique, c'est la science des sciences. Elle étudie les origines des sciences, des connaissances et s'interroge sur la Vie et son fonctionnement. Le métaphysicien cherche le réel, sur les causes premières, et les principes qui ont été à l'origine du Monde. C'est la quintessence de l'esprit, la science la plus évolué. Je t'en fais un rapide résumé. Actuellement, je travaille sur un livre qui détaille un peu plus le sujet."

"Dans ce livre, j'émet une théorie et je la développe à partir de faits. Pour ça, j'ai besoin d'apprendre de toutes les sciences. Si la métaphysique est la science des sciences, alors je dois toutes les maîtriser."

"Il se trouve que ton travail est extrêmement important, car tes expériences permettront d'émettre, de prouver et de rejeter des hypothèses."

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Shirō
Shirō

Jouons au médecin [Shirō] Empty
Mer 18 Sep 2019 - 23:58
Le terme « nécromancien » arracha une imperceptible réaction chez le légiste. Il entendait rarement ce mot, n’étant pas non plus porté sur le partage de son don si morbide. Mais il fallait appeler un chat, un chat. Il en avait dit beaucoup et il n’était pas vraiment difficile de déceler ce que ces propos sous-entendaient. Pas besoin d’être un grand devin ou un enquêteur hors pair. D’un côté, Shirō n’appréciait pas non plus de partager cette information bien qu’elle était d’ordre publique puisque confinée dans les registres de shinobi. D’où certains regards glaçants et mauvais.

Etait-ce pour cela qu’il ne souhaitait pas exhiber cette compétence ? Non. Le regard des autres lui importait peu. Ses avancées et son savoir étaient les choses les plus primordiales pour lui. D’où sa compréhension et sa curiosité pour cet individu venu le troubler dans ses activités récurrentes. Sans jamais dévier de sa tâche, il gardait l’œil et la main attelé à leur travail méthodique alors que sa langue se déliait de son silence :

- C’est le défunt que je réanime, pas l’âme. La Nécromancie est une compétence dont les fondations restent obscures et incomprises, pour bien des raisons, notamment éthiques. Il vaut mieux s’en tenir à ce flou si on n’est pas prêt à véritablement s’y engager. L’esprit d’un mort reste une chose impossible à maîtriser. Par conséquent, considérez la Nécromancie comme une forme de marionnettisation de la chair inanimée.

Shirō ne comptait pas s’étendre sur ses propres recherches. L’âme défunte était un sujet d’études depuis peu. Il s’était intéressé à ça en considérant son contrôle insuffisant sur les morts. S’il était capable de faire revenir plus qu’un simple corps sans spiritualité. L’essence même d’un être résidait en son âme et il souhaitait en transgresser le mystère. Mais il n’était absolument pas certain de la viabilité de ses recherches. Il y avait néanmoins certaines choses qu’il se devait d’essayer avant de considérer le projet comme étant abandonné.

En attendant, il profitait du savoir de son interlocuteur pour en acquérir un peu plus. Un proverbe croisé au fil de ses lectures disait « Je serais toujours plus bête que toi et moi réunis ». Une citation un peu biblique mais qui caractérisait bien l’essence du Savoir : le partage. Chacun ayant son domaine d’aptitudes particulières, aiguillant les néophytes de leur lumière savante. Alors que le légiste en apprenait un peu plus sur la métaphysique et son application pour prouver comment était née la Vie et le Chakra, il fut surpris de constater l’informel ton de son visiteur qui se mettait à le tutoyer. Il ne s’en offusqua pas néanmoins, gardant tout son sérieux et son application dans son travail alors qu’il entreprenait certaines coutures minutieuses. Un exercice complexe mais qu’il avait suffisamment fait pour y parvenir de manière « distraite ». Lui laissant ainsi l’occasion de répondre.

- Si le domaine légiste vous semble intéressant pour vos recherches, il vous faut en connaître certaines bases. Deux pour être précis. Sous la forme d’un test. La première de celle-ci étant : ne pas craindre de se salir les mains.

Il venait de déposer ses outils, ayant achevé son œuvre encore inachevée. Il ôta également l’un de ses gants qu’il déposa à côté des ustensiles autrefois rutilants, maintenant rougeoyants. Son regard vint se river sur celui de son invité curieux. Il allait voir s’il était digne de recevoir ses apprentissages. Sans dire un mot, il leva sa dextre découverte, plus précisément un doigt. Ce dernier décrivit une courbe parfaite vers l’une des ouvertures pratiquées dans le macchabée. Il s’y planta, émettant un bruit spongieux. Il y resta un instant avant que son propriétaire ne le retire de cet écrin sordide. Puis dans la continuité du mouvement, il amena son doigt à sa bouche. Là était le test.

_________________
Jouons au médecin [Shirō] Cl26
Merci pour le kit Aimimolette ♥️
Le coin des artistes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6209-quatre-terminee#51259 http://www.ascentofshinobi.com/u993
Hikari no Eiichirō
Hikari no EiichirōEn ligne

Jouons au médecin [Shirō] Empty
Sam 21 Sep 2019 - 16:07
En fait, ma vision de la nécromancie ou l'art de manipuler les mots consistaient à restaurer l'âme d'un défunt dans ce bas monde pour le faire combattre, alors qu'en réalité, il s'agissait de transformer des cadavres en pantin. Cela ressemblait plus à une technique de marionnettiste qu'à une technique de manipulation mortuaire. On utilisait juste des cadavres pour les manipuler comme des jouets, rien de bien difficile, je pensais qu'une technique de marionnettiste suffisait pour effectuer ce genre de prouesse.

"En quoi vos techniques diffèrent de ceux des marionnettistes ? Un marionnettiste est capable de manipuler des poupées inertes pour en faire des armes dangereuses, et vous, les nécromanciens, vous ne pouvez que manipuler des cadavres. Sauf que les possibilités de pièges dans une poupée n'ont de limite que l’imagination de leur créateur. Vous, les nécromanciens, vous ne pouvez qu'exploiter qu'un corps sans vie, il vous est impossible de vous approprier l'âme du défunt et donc ses techniques ninja, si j'ai bien compris ? Quel est donc l'avantage de cet art par rapport à un marionnettiste ?"

Il m'affirma donc que les fondations de cet art étaient inconnues et incomprises de la plupart pour des raisons en partie éthique. En même temps, c'était paradoxale d'entendre parler d'éthique dans un monde comme celui-là. Où est l'éthique dans le système shinobi ? Il est vrai que les gens avaient l'habitude de penser qu'il agisse dans la moralité et que tout est normal malgré que leurs actions soient en total contradiction avec ce qu'ils pensent ou ce qu'ils prônent. Il n'était donc pas si étrange que ça de voir une telle contradiction. De plus, le jeune homme affirma quelque chose qui m'avait grandement intéressé. Selon lui, on ne peut pas contrôler l'âme d'un défunt, c'est quelque chose d'impossible à contrôler.

"Impossible ne fait pas partie du vocabulaire d'un scientifique. Si c'est bien impossible, je compte bien travailler là-dessus."

M'enfin, cela m'avait permis de clarifier et de comprendre un petit peu plus cet art du combat. Je savais maintenant, ce qui me restait à faire. Il fallait essayer de contrôler l'âme d'un défunt et pour cela, je pense qu'il faudrait effectuer des expériences sur des êtres vivants afin d'essayer de séparer l'âme, de son corps puisqu'un cadavre ne dispose pas d'âme. Il faudrait qu'on soit capable de l'extraire et il faudrait même qu'on essaye de la manipuler et de la maîtriser. Lui qui me parlait de considération éthique, je suppose qu'il n'y croyait pas, lui-même. Après tout, il utilisait des cadavres pour se battre à sa place.

Le légiste semblait intéresser bien qu'il ne l'affirmait pas directement. Du moins, c'est ce que j'avais interprété compte tenu du fait qu'il m'avait affirmé que pour devenir légiste, je devais ne pas avoir peur de me salir les mains. J'eus supposé qu'il voulait m'aider dans ma quête et qu'il était ouvert et je pensais qu'il attendait forcément quelque chose en retour, sans doute avait-il bien compris les possibilités qui pouvaient s'offrir à lui. Il était donc extrêmement intelligent, au point de comprendre qu'une science aussi abstraite que la métaphysique pouvait lui servir.

"J'ai des objectifs trop grands pour avoir peur de me salir les mains."

Le jeune légiste utilisa son doigt de la main droite puis le planta dans une ouverture visqueuse du cadavre. Ce spectacle était réellement écœurant de voir qu'il pouvait faire ça sans gant. Il le retira ensuite tandis que je pus voir une substances visqueuses, liquides, d'une étrange couleur le long de son doigt. Il me fixa dans les yeux, tandis qu'il mit son doigt dans sa bouche, face à ce spectacle, j'étais dégouté, proche de dégurgiter tout ce que j'avais ingurgité depuis un mois, c'était certainement le spectacle le plus dégueulasse que j'avais vu de toute ma vie.

"T'es pas nécromancien, t'es un nécrophile en fait. Tu as atteint le stade évolué de ton art. Son cadavre est infesté de microbes, comment tu peux faire ça ? Et sans gant en plus ?"

"Tu veux que je foute mes mains là-dedans ? Et bien... qu'est-ce que je ne suis pas prêt à faire pour la science ?"

Je m'avançais donc vers le cadavre, observant l'intérieur de celui-ci grâce à l'une des ouvertures, puis posa d'abord quelques doigts afin d'écarter l'ouverture et j'y glissai ma main en vue de toucher ce qu'il y avait à l'intérieur. De toute évidence, je ne savais pas ce qu'il y avait à l'intérieur, d'autant que l'homme y avait extrait des organes, mais je comptais bien lui prouver que je pouvais me salir la main, bien entendu je ne pourrais pas faire ce qu'il venait de faire. Il était hors de question pour moi de lécher mon doigt.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034
Shirō
Shirō

Jouons au médecin [Shirō] Empty
Mar 1 Oct 2019 - 23:51
Un sourire carnassier ne put se dissimuler sous les traits jusque-là impassibles du légiste lorsque son invité s’étonna du manque de potentiel de la Nécromancie comparé à celui des Marionnettistes. Une remarque qui démontrait toute la simplicité d’esprit de l’interlocuteur. Lui qui parlait justement de l’infini des possibles quant aux pièges qui pouvaient truffer une marionnette, il n’y voyait pas la même possibilité en utilisant les défunts comme de simples pantins. Le sourire ne pouvant se défaire, Shirō fut amené naturellement à lui répondre avec une jovialité toute relative à ses dents dévoilées :

- Vous l’avez-vous-même mentionné. L’art. Il n’y a rien à voir avec la compétence de résurrection. Le Marionnettiste est un artiste de rue là où le Nécromancien défie les lois naturelles de l’ordre établi. Je vous ai grossi le trait en vulgarisant ce pouvoir à celui des marionnettes. Mais il ne se fait pas sans sacrifices et un immense travail personnel. Un défunt, même simplement pantin, peut vous troubler au plus haut point. Son utilité peut être autant psychologique que pratique lorsqu’on a un dessous d’imagination.

Alors que quelques souvenirs se frayaient des chemins timides, ils furent extirpés de leur énergie négative par la vision de Yasue, sa sœur adoptive, réagissant à ses propos sur l’art de rue. Elle lui aurait fait gagner sa propre table de dissection si elle était là. Il se garderait bien de lui répéter. Il n’était pour autant pas désinvolte vis-à-vis de cette capacité ô combien intéressante également. Chacune ayant ses faiblesses et ses forces. Shirō était simplement amusé de constater l’étroitesse d’esprit de celui qui se voulait chercheur dans l’origine de la Vie et du Chakra.

Alors qu’il s’était targué de sa volonté pour affronter les obstacles, il fut très rapidement calmé lorsque le légiste opéra son petit spectacle sous ses yeux effarés. Il ne lui fallut pas plus de temps pour se dévoiler sous son vrai visage. Celui de l’incompétent notoire. Lui qui s’était présenté comme un collègue scientifique en quête de réponses, se retrouvait maintenant catégorisé comme celui de simple ignorant aux yeux du légiste. Ses propos immatures et son outrance étaient les parfaits témoins des regards en biais qui pouvaient lui être lancés. Un masque de compréhension et d’abnégation brisé par la force d’un simple doigt. Même s’il s’exécuta, il n’était pas décidé à se prêter à la même pratique que l’exemple qui lui avait été fourni. Son sourire s’affaissant alors que le masque du scientifique ouvert d’esprit était tombé chez son interlocuteur, Shirō apporta alors sa dernière précision.

- La deuxième chose est plus simple que la première. Il s’agit du sens de l’observation. J’ai planté mon index et léché mon majeur.

Pour prouver ses dires, Shirō leva sa main où le liquide cramoisie dégoulinait toujours du doigt qu’il avait justement cité. Le spectaculaire de la scène en avait fait perdre à l’élève scientifique son objectivité. Une qualité essentielle dans ce domaine qui démontrait une incompétence palpable. La déception resta enfouie sous le faciès imperceptible du légiste qui observait maintenant son invité les bras croisés, après s’être essuyé le doigt dans un chiffon à proximité. Ses yeux scrutaient le béat au doigt dégoulinant lui aussi de cette matière poisseuse. Il s’était fait l’idée d’un interlocuteur digne de ce nom. C’était bien dommage.

- Je pense que les livres vous seront d’un meilleur secours. A moins d’être vous-même « nécrophile », comme vous m’en affubliez le terme, je pense qu’il n’y a pas d’avenir pour vous dans le domaine légiste.

Un nouveau sourire avait germé sur ses lèvres à ce moment. Pas de la même nature que le dernier qui était véritablement rieur. Celui-ci renvoyait plus le dédain que l’on pouvait accorder par fausse gentillesse à quelqu’un. Aucune mesure de subtilité n’était prise par le légiste qui n’était pas spécialisé là-dedans pour le coup.

_________________
Jouons au médecin [Shirō] Cl26
Merci pour le kit Aimimolette ♥️
Le coin des artistes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6209-quatre-terminee#51259 http://www.ascentofshinobi.com/u993
Hikari no Eiichirō
Hikari no EiichirōEn ligne

Jouons au médecin [Shirō] Empty
Mer 6 Nov 2019 - 23:52
Son charabia volontairement complexe était en réalité très limpique. Son art consistait à manipuler des cadavres comme des pantins. Il pouvait couvrir la réalité sous un verbiage poétique, cela ne la changeait pas pour autant. Après tout, vous avez beau mettre une tenue de noce sur un cadavre, il resterait cadavre. Maintenant que je commençais à saisir peu à peu qui il était, je pouvais voir un peu plus clair dans son jeu. Cependant, c'était relativement décevant d'apprendre cela et je ne pouvais guère le dissimuler. J'avais globalement compris l'idée générale derrière son discours. Je ressentais un peu de sadisme chez cet individu, il semblait prendre un malin plaisir à torturer les autres et surtout à profaner des tombes afin d'en exploiter les cadavres.

"Je comprends. Dites-moi, par rapport aux recherches que vous avez effectué, vous ne vous êtes pas dit qu'un jour, on pourrait insuffler l'âme dans un cadavre ? Ou alors modifier le cadavre pour lui donner de nouveaux pouvoirs ?"

"Cela vous permettrait entre autre de jouer sur les sentiments de vos adversaires, comme vous semblez l'apprécier."

"Imaginez que quelqu'un vous force à affronter votre défunt proche et que ce dernier est bien conscient. Quel effet cela vous ferez ?"


C'était une drôle de façon que de qualifier le nécromancie d'art de rue. Soit il était réellement un psychopathe, ce qui était fort probable, soit il se payait ma tête. Qu'importe, l'important était de lui montrer qu'il avait un intérêt à collaborer. Je lui avais soumis ces quelques idées sur lesquelles je voulais justement travailler. Elles faisaient partie des pistes de travail qui m'intéressait dans le cadre de mes recherches pour la rédaction de mon traité sur la métaphysique du chakra. Cela pouvait lui offrir des perspectives intéressantes d'évolution de ses capacités, autant que cela lui permettrait de pouvoir faire avancer la science et son art ninja.

"Je veux bien prendre tout ce que vous avez à me proposer. En tant que nécromancien, que me suggérez-vous ? Par où devrais-je commencer ?"

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7344-hikari-no-eiichiro-termine#62034

Jouons au médecin [Shirō]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Complexe scientifique
Sauter vers: