Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» les deux pies du désert; Raizen
En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 4:01 par Meikyû Raizen

» le festival des marchands; Sharrkan
En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 3:28 par Hideaki Midori

» Deuil et déchirure
En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 2:40 par Okinawa Sora

» Duty and Childhood [Midori]
En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 2:38 par Hideaki Midori

» le début de notre folklorique aventure; Eirin
En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 2:19 par Hideaki Midori

» 04. Questions diverses
En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 2:06 par Mugen Oda

» Le réfugié des montagnes Noires
En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 1:51 par Okinawa Sora

» Entraînement Matinal[PV Akira]
En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 1:18 par Tôhatsu Asami

» Quelques renseignements [Ema]
En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 1:17 par Nagareboshi Ema

» Erasmus
En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 EmptyAujourd'hui à 0:36 par Fuyumi

Partagez

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami]

Aller à la page : Précédent  1, 2
Jiki Masami
Jiki MasamiEn ligne

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 Empty
Jeu 9 Jan 2020 - 17:58

Masami n'acceptait pas que les gens ne fassent pas ce qu'ils disaient, c'était quand même le plus simple. On disait on va à droite, pourquoi aller à gauche ? C'était complètement stupide ! Elle était marquée par son sort à la prison de Wasure no Kuni, les dirigeants, les membres pénitenciers, tous mentaient, manipulaient pour protéger un mensonge de tous les états. Le monde entier connu s'était ligué pour utiliser cette prison, sans doute la pire tromperie de l'histoire, et même pas une seule petite personne n'avait jugé bon de dire la vérité. Que ce soit par peur ou par intérêt, ils étaient tous coupables, alors pourquoi ce ne serait pas pareil pour les autres ? Ce monde vicieux et corrompu, il fallait s'en méfier, et comment ne pas simplement compter uniquement sur elle-même pour survivre après tout ça ? C'était une réaction normale ! Ne pas juger son prochain sur un seul fait ? Être une prisonnière toute sa vie un simple fait ! C'était le comble de l'insolence. Elle était innocente, mais pourtant elle avait été punie et utilisée comme les autres à cause de leurs propres mensonges. Ils s'étaient enfoncés de peur que ce fameux lieu ne doit révélé, et puis à quoi bon pour une seule gamine ? Aucune importance, ce n'était qu'une vie, pas de quoi peser lourd dans la balance. Ce n'était pas un sujet anodin pour la jeune fille, et sans doute que ce type de situation ne la laisserait pas de marbre.

Jiki Masami • « Une tasse ? Hmmm ... Un tournesol en cristal, ça c'est classe. »

Commenta simplement l'adolescente avec un léger sourire. Elle ne pouvait pas procéder à des créations à part faire flotter son lit dans les airs grâce à des sceaux de fuinjutsu à la rigueur. La Jiki ne réagit pas une seule seconde à la folle vie d'un artiste quelconque, tant mieux pour lui, mais elle s'en fichait pas mal au final. Ce bain, une détente totale hein ? Cela n'avait pas dû lui arriver de totalement se relâcher depuis extrêmement longtemps, peut-être quand elle était bébé ? Masami ne pouvait pas se le permettre, sait-on jamais, même dans ce genre de situation. Il avait beau dire, elle verrait bien d'elle-même.

Jiki Masami • « Si t'es pas contente, tu as qu'à partir ... »

Commenta alors en faisant une petite moue lorsque la jeune femme fuyante lui dit que c'était un scandale. Elle en avait vraiment rien à faire de cette bécheuse ennuyante. Un bain avec plein d'eau s'était bien fait pour s'amuser avec et tout faire exploser dans tous les sens !

Jiki Masami • « Hein ? Se laver avant alors que l'eau est faite pour ça ? Vous êtes tellement bizarre les gens de l'extérieur, quelle drôle d'idée. »

Comment allait finir le bain ne l'intéressait aucunement, tant qu'elle et Saya s'amusaient. Sans doute Qu'elle ne détruirait pas les lieux tant que personne ne l'attaquait tout du moins. Elle haussa les épaules en soupirant légèrement, aucune une règle tordue, mais pourquoi pas si cela pouvait faire plaisir à la petite rousse. Elle se dépêcha d'aller se laver sommairement avant de revenir très rapidement.

Jiki Masami • « Bon ! Donc si on se lave pas la dedans, on s'amuse alors ! »

Déclara alors Masami en levant un doigt, peu encline à se limiter d'une quelconque manière.

Jiki Masami • « Comment ça ton papa veut pas que tu deviennes une ninja ? Comme s'il pouvait choisir de toute façon ! Tu fais tout ce que tu veux. Et puis, comment tu te défends si des personnes mauvaises viennent t'embêter ? Tu espères que ton papa soit là et pas en mission ! C'est complètement débile ! Alors si tu veux, je t'apprendrai la maîtrise de ton chakra, et quand tu commenceras à t'en sortir, il suffira d'aller à l'académie. Moi j'ai commencé à apprendre à maîtriser le chakra j'étais bien plus jeune que toi, mais c'est ton choix. »

Dit alors simplement l'adolescente incapable de comprendre comment quelqu'un pouvait décider à la place de Saya son propre sort. C'était impensable non plus de ne pas savoir se défendre dans sa vision du monde de tous les dangers. Elle espérait bien une réponse positive de la jeune fille, même si elle ne connaissait pas le potentiel de sa cadette. Bien trop curieuse, elle se dirigea vers la séparation entre homme et femme du osen avant de marcher dessus grâce à du chakra afin de passer la tête par-dessus peu gênée s'il y avait du monde où des gens tout nu. Elle s'en fichait éperdument.

Jiki Masami • « Hey Doudini, pourquoi tu veux pas que Saya apprenne à se battre ? Si c'est pour l'éloigner du danger, il viendra vers cette ville un jour prochain comme la dernière fois. »

Lui lança t'il sans se préoccuper du reste ou des règles. Saya et Teruyo devaient ne plus savoir où se mettre, mais Masami n'avait connu qu'une vie mixte et une intimité totalement nulle.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 http://www.ascentofshinobi.com/u467
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 Empty
Dim 12 Jan 2020 - 14:24
Malgré le chahut que j’entendais à proximité de mois derrière la palissade qui séparait le bain des femmes de celui des hommes, je m’efforçais de ne pas tenir compte des remontrances qui me parvenaient aux oreilles. Bien entendu, je n’avais pas tous les détails sur ce qu’il se passait de l’autre côté, mais j’imaginais assez bien Masami avoir dit ou fait quelque chose qui ait poussé la femme que j’avais entendu râler, agir ainsi. Si le vivre en communauté n’était pas nécessairement son fort, son expérience de vie en communauté étant totalement biaisé par son passé, cela m’amusant quelque peu pour autant. J’espérais seulement que personne ne vienne nous chercher dans ce moment de relaxation pour nous inviter à quitter les lieux. D’une part, les ryokan était assez idyllique dans leur architecture et dans les services proposés, et d’autre part, j’étais suffisament fourbu pour estimer mériter ce temps de repos et de détente. Être père d’une fille et s’occuper d’elle était un travail à temps plein, devoir en gérer une seconde demandait une énergie considérable que je n’avais pas imaginé, surtout quand il s’agissait d’un phénomène comme la jeune genin.

Ramassant une petite tige en bambou cassée à proximité des bains, je m’en servais comme tuba et m’immergeais jusqu’aux yeux, ne laissant dépasser qu’un petit bout de mes oreilles, mon regard fatigué et ma tignasse rousse détrempée. Quelle situation reposante.


Pendant ce temps équivalent, d’autres événements survenaient de l’autre côté de la palissade…

Saya, qui avait terminé de se laver, ne savait pas encore trop quelle décision prendre pour rentrer dans le bain. Son éducation et son expérience lui dictaient d’entrer normalement comme toute personne civilisée le ferait, mais son côté enfantin et l’incitation de Masami lui intimait le contraire, la poussant à accomplir les mêmes gestes que son ainée.

C’est après quelques secondes d’hésitation, regardant du côté de la clôture séparant les deux bains, comme pour se rassurer que les yeux paternels n’étaient pas sur elle que la jeune rousse se décida à sauter dans l’eau dans un petit cri joyeux. Sortant la tête de l’eau, un sourire aux lèvres, on aurait pu dire qu’elle avait une tête de Doudini en miniature. Contente d’avoir agi ainsi contre les habitudes, la petite fille ria largement aux éclats, tendant d’éclabousser la genin en provoquant de petites vagues avec ses mains.

« Hihihi ! Qu’on s’amuse alors ! » reprenant les paroles de son amie.

Sortant de l’eau, Saya s’amusa une nouvelle fois à sauter dans l’eau, à proximité de son amie, l’éclaboussant à foison.

« Moi j’aime bien l’eau, mais en général pour s’amuser, on va dans la rivière l’été. Quand on va dans le bain c’est pas pour jouer. Mais j’aime bien hihihi. Tu diras rien à mon papa hein ? »

Assise sur le rebord du bassin, les pieds pataugeant dans l’eau chaude, la rousse écoutait son amie, les yeux pleins d’attention, la bouche ouverte comme pour boire la moindre de ses paroles.

« Non, il veut pas que je devienne ninja. Il a dit que je pouvais faire ce que je voulais, que j’avais tout le temps de faire quelque chose qui me plaise, mais que ninja c’était pas quelque chose pour moi. »

Puis face à cette question quant aux moyens de se défendre, la jeune fille sembla réfléchir intensément à cette interrogation posée.

« Mon papa il me dit que si on a besoin d’aide, il faut demander aux ninjas, mais que les ninjas ils peuvent pas tout faire. Tu crois que je faire comme toi et comme lui ? Que je peux devenir aussi forte que toi, car mon papa, il sait juste faire de la lumière, je lui dis pas, mais c’est un peu nul je trouve. »

La petite fille allait prendre une nouvelle fois la parole quand elle la regarda marcher sur les planches de bois avant de passer la tête par-dessus et de l’entendre poser cette fatidique question à son paternel.


Au même moment chez les hommes…

Absorbé par mes pensées, les yeux à demi-clos, il me fallu quelques secondes pour me rendre compte qu’une tête m’observais, une tête que je connaissais bien. M’étouffant à moitié avec ma paille en bambou, j’interpellais la voyeuse sur sa palissade.

« Burblgl ! Oui oui d’accord ! Allez, retourne de l’autre côté ! »

Les oreilles dans l’eau, je n’avais entendu des paroles biens floues, mais j’avais la certitude que c’étais encore une question sur notre sécurité, pour savoir combien de temps on restait encore dans les bains, voire même pour savoir pourquoi nous n’étions pas rentrés en courant car cela nous aurait prit moins d’une heure de le faire.

Las, je reprenais ma paille de bambou et m’immergeais entièrement cette fois, respirant à travers mon tube. Ainsi coupé de tout, je me reposais vraiment. Depuis combien de temps cela ne m’étais pas arrivé ?

_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Jiki Masami
Jiki MasamiEn ligne

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 Empty
Ven 17 Jan 2020 - 9:24
Masami avait envie de jeter des trucs lorsqu'elle remarqua que Teruyo était sous l'eau et que sa seule survie dépendait d'un simple morceau de bambou, quelle douce blague. Cependant, elle se retint d'agir. Surtout qu'elle n'avait sur elle uniquement des kunais et autres shurikens, et les lancer pour cela alors qu'elle pouvait en avoir besoin plus tard était tout de même un luxe inutile. Comme quoi bien agir cela ne tenait à pas grand chose.

Jiki Masami • « Hahaha ! Tu vas pas te noyer tout seul avec ton roseau quand même ? La honte hahaha ! »

Se moquait alors ouvertement en pointant du doigt la Jiki en direction de Teruyo qui faisait de drôles de bulles sois l'eau. Il était marrant d'ailleurs comme celà. L'adolescente commença à faire demi-tour sur la séparation des deux bains avant de revenir en laissant passer uniquement ses yeux.

Jiki Masami • « T'es si timide que ça ? Tu sais j'ai déjà tout vu des hommes hein avec votre petit machin ridicule entre les jambes. Je me demande même comment vous pouvez courir avec ce truc ... »

Ajouta alors Masami sans aucune once de gêne, elle avait connu le mélange des genres depuis toujours. Elle finit par revenir dans les bains avec Saya en rigolant toute seule.

Jiki Masami • « Hahahaha ! Tu aurais vu la tête de ton père ! »

Débordante d'énergie, la Jiki n'arrêtait jamais, l'attrait de la jeunesse sans doute. Elle croisa les mains sur le sommet de sa tête avec un léger sourire narquois envers Saya.

Jiki Masami • « Je suis contente que tu oses te passer des accords, un peu de folie ! »

Masami leva ses deux pouces en l'air avec un sourire. Ce n'était pas comme si elle se restreinait d'une quelconque façon, elle faisait tout ce qu'elle avait envie ou possibilité de faire, même si elle avait la bonne excuse du lieu de sa naissance. La Jiki se laissa aller également en revenant éclabousser Saya en riant simplement de la même nature qu'elle. Il était bon de se laisser aller ainsi, de ne penser à plus rien et uniquement l'instant présent.

Jiki Masami • « Je ne vois pas pourquoi on ne devrait pas s'amuser dans le bain ! Quand je pouvais, j'ai déjà fait trempette dans l'océan quand il faisait chaud ! Ça remue encore plus que quand tu sautes dans le bain hehehe. »

Déclama Masami avant de tendre son petit doigt vers Saya.

Jiki Masami • « Évidemment que je ne dirais rien, pourquoi veux-tu que je le fasse ? Promis, je ne dirais rien ! »

Enfin, la châtaigne s'installa au bord face à Saya en se reposant un petit peu, si si cela arrive de temps en temps. Elle posa ses bras le long du bord en faisant un peu la planche.

Jiki Masami • « Et tu crois qu'être une ninja c'était pour moi à la base ? Bon, on ne m'a guère laisser le choix. J'ai dû très vite apprendre à utiliser tout ce que je pouvais pour survivre, mais toi tu as le choix. Ton père ou pas, si tu as envie de devenir une ninja, apprendre à maîtriser ton énergie, te battre, alors tu pourras le faire. Il a simplement peur, car si tu deviens une kunoichi, tu auras plus de chances d'être exposer aux combats. »

Commença à dire Masami en fermant les yeux.

Jiki Masami • « Être une ninja, c'est être une arme, l'aiguiser toute sa vie pour devenir plus forte, et frapper où cela fait mal. Dans un village, tu fais partie de l'armée du Daimyo et on t'envoie faire des trucs à droite à gauche de ceux qui payent. »

La châtaigne secoua la tête doucement en entendant Saya parler, lâchant un soupir.

Jiki Masami • « Demander de l'aide aux autres hein ? Ce n'est pas mon genre que d'espérer envers les autres. Je ne compte que sur moi-même. Les ninjas ne peuvent pas être partout, ils ne peuvent pas tout faire et ils ont besoin de personnes non combattantes pour manger, se vêtir, avoir des armes et que sais-je encore. Tu as le choix, et tu choisiras toi-même. Chaque personne sait faire des trucs particuliers, et toi aussi si tu veux, tu pourras devenir forte à ta manière. Il ne faut jamais sous estimé quelqu'un, il pourrait bien te surprendre. Ton père peut devenir invisible et frapper sans que l'on le voit, moi, j'utilise le magnétisme. Les options offensives sont plus évidentes, c'est certain. »

Masami tendit sa main en direction d'un endroit où il y avait des plantes et surtout de la terre afin de ne pas abîmer ses armes, car elle relâcha à l'aide d'un sceau de fuinjutsu cinq kunais. Elle les attira grâce au magnétisme et les rattrapa au vol comme si elle avait fait cela des milliers de fois. Faisant un petit tour à un kunai autour d'un doigt, elle utilisa son railgun pour tirer un kunai à toute allure tout proche de Saya. Il se planta derrière elle, et ce fut à ce moment là que sans réfléchir elle marcha sur l'eau pour aller le chercher.

Jiki Masami • « Les possibilités sont infinies, si cela se trouve, tu auras les mêmes capacités que ton père ou tout autre chose encore. Il n'y a pas de limites à ce que l'on peut faire. Sache tout de même qu'il faut être prêt à agir comme il le faut, car si ton père est retourné se battre c'est bien pour te protéger toi et ce pays, car je pense qu'il n'aime pas ce qu'il fait. Moi ... Je n'ai jamais connu que cela, je ne pourrais pas faire un autre travail. »

Dit ce qu'elle pensait la jeune fille à une autre, se penchant pour récupérer son projectile.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 http://www.ascentofshinobi.com/u467
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 Empty
Dim 19 Jan 2020 - 15:42
Bain – côté homme …

Laissant les deux jeunes filles à leurs jeux enfantins, je me prélassais, tête sous l’eau sans avoir conscience que Masami était revenu à la charge en passant à nouveau son regard par-dessus la palissade qui séparait l’onsen en deux. Immergé comme je l’étais, ses paroles ne m’étaient parvenues que dans un brouhaha aquatique incompréhensible. N’y prêtant guère attention, étant sûrement victime des moqueries de la demoiselle, je continuais mon repos dans ce bain chaud revigorant.

Ainsi coupé du monde, je pouvais laisser mon esprit vagabonder ici là, me remémorer de doux souvenirs, et surtout de cette journée si particulière, la toute première que j’avais passé lors de ce même festival. C’était un moment inoubliable gravé dans ma mémoire. C’était Yui qui m’avait fait découvrir tout ceci, quelques temps après notre mariage. Et depuis ce jour, nous étions revenus chaque année, comme pour célébrer une nouvelle année de bonheur passée ensemble. Un temps, j’ai cru cet événement disparu à tout jamais de mes distractions lorsqu’elle succomba, mais le bonheur d’avoir Saya changea la donne. Bien qu’elle ne s’en souvienne pas, dès son premier anniversaire, je l’avais amenée. Toute la famille était venue ce jour-là, comme pour rendre un hommage à celle qui nous avait quittée. Et depuis ce jour, chaque année, nous faisions le chemin, cette fois, et pour la toute première fois avec une invitée, une personne qui ne faisait pas partie de notre famille, mais avec qui partager ce genre de moment était important, essentiel, et fait de bon cœur.

Si je n’avais pas été dans l’eau, et si je n’avais pas été seul pendant ce petit moment de nostalgie, n’importe qui aurait pu voir quelques larmes perler aux coins de mes yeux. Par chance, mon camouflage aquatique masquait de tels effets.


Bain – côté femme – pendant ce temps là …

Saya de son côté regardait de manière quelque peu abasourdie Masami et surtout son naturel et sa manière de parler à son paternel. Elles n’avaient pas beaucoup d’écart toutes les deux et pourtant la genin osait s’adressait au rouquin de la manière la plus simple qui soit, sans embarras, sans fioritures, allant à l’essentiel selon ses pensées.

« Il était tout rouge ? Quand il devient tout rouge, surtout au niveau des oreilles, c’est qu’il est énervé. Mais si c’est que les joues, c’est qu’il est timide. »

En entendant la jeune fille aux yeux verts complimenter la petite rousse sur sa volonté de se passer de l’accord de son paternel cette dernière ne put refréner un teint aussi rouge que ce qu’elle venait de décrire pour son paternel, une coloration bien visible au niveau des joues.

« J’ai jamais vu l’océan, je sais pas comment ça fait. Mais j’ai vu plein de rivières et plein de cascades. Papa, il m’a dit que l’océan il est si grand qu’on sait même pas où il s’arrête. Tu crois qu’il y a un bout ? Et si on arrive au bout, on peut tomber, tu penses ? Ou alors, y’a une autre terre peut-être, un autre pays comme le nôtre, avec son village. »

Tout en déclamant sa petite tirade, Saya agrippât le petit doigt de Masami avec le sien scellant ainsi leur promesse mutuelle. Dans la tête de la petite fille, ce geste faisait d’elles presque des sœurs. Pour la rouquine qui n’avait jamais eu de frères ou de sœurs, cela comptait beaucoup. Elle avait des amis, mais ce n'était pas pareil. Ainsi, au moment où les deux doigts se serrèrent, un immense sourire barra le visage de la Miyamoto.

Assise toutes les deux sur le rebord, la petite demoiselle battant doucement des pieds dans l’eau écoutait avec attention son ainée en partie absorbée par l’emprise de la genin, mais aussi quelque peu apeurée par les paroles proférées.

« Mais moi, j’ai pas envie de devenir une arme. Les armes c’est fait pour tuer pas vrai ? J’ai pas envie de tuer des gens moi. J’ai envie de faire comme mon papa. J’ai envie de voyager et découvrir le monde. C’est pour ça qu’il est redevenu ninja, pour pouvoir voyager. Je suis encore petite, et je sais pas trop ce que je faire, mais j’aimerais bien savoir ce qu’il y a de l’autre côté de l’océan. Ça serait bien si j’étais la première à le savoir non ? Et comme ça, j’ai pas besoin d’être un ninja. Papa, il en parle pas trop, mais j’ai des copains qui ont des parents ninjas, et ils me racontent plein de choses. Je crois que j’ai pas envie de devenir comme eux. »

Pour autant la jeune fille semblait quelque peu tiraillée par les dernières paroles de Masami et surtout par ses prestations martiales plus que convaincantes avec ses kunais et sa marche sur l’eau.

« Mais tu crois que je peux devenir comme toi sans être un ninja ? Comment je peux apprendre sans aller à l’académie ? Car si je vais à l’académie, je deviendrai forcément un ninja non ? »


_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Jiki Masami
Jiki MasamiEn ligne

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 Empty
Mer 22 Jan 2020 - 18:25
N'ayant guère eu la même éducation, voir aucune au final, Masami n'avait pas du tout de gêne à s'adresser à Teruyo surtout que c'était simplement un collègue et non son père comme Saya. Cependant, cette dernière était encore dans la phase où son père était merveilleux, qu'il avait toujours raison, période que la châtaigne n'avait certainement pas connue.

Jiki Masami • « Je crois qu'il a été assez surpris en fait de me voir, il est drôlement timide. Je me demande bien pourquoi. »

Dit simplement Masami en haussant les épaules, car elle ne pouvait guère comprendre de toute manière. C'était davantage une question réthorique, qui n'attendait pas de réponse réellement. Elle gloussa en voyant la bouille rouge de Saya, croisant les bras derrière la tête.

Jiki Masami • « Eh bien l'océan c'est une énorme étendue d'eau salée, très agitée par des vagues avec des courants. Il y a forcément un bout, à force on arrive à une terre. C'est comme ça que je suis arrivée sur les terres du pays de la Roche. J'ai jamais entendu parler d'un bord où l'eau tombe, mais j'ai jamais cherché non plus d'aller au bout de tous les bouts. Cependant, si l'eau tombait au bout d'un moment de notre planète, comment on aurait encore de l'eau au final ? »

Masami ne savait pas trop la vérité, et elle n'était pas une grande voyageuse, surtout qu'elle était coincée dans le village en ce moment, alors pas de quoi pouvoir prévoir de grands trajets. Elle rendit le grand sourire en agitant son petit doigt avec le sien. Elle appréciait Saya, peut-être même plus que Teruyo. Comme elle l'avait dit à Aimi, cela l'ennuierait qu'elle ait un souci un jour ou qu'elle ne meurt.

Jiki Masami • « Tu as le bon âge pour commencer à devenir ninja, mais oui, les ninjas s'entrainent pour tuer, sinon pourquoi crois-tu que l'on essaie d'être plus fort que les autres ? Bon ... Ton père sûrement qu'il ne chercherait pas à tuer, mais des fois quand il faut choisir, il vaut mieux tuer ceux qui sont méchants que des gentils se fassent tuer.

Pour voyager, tu as plein de solutions différentes, devenir ninja, c'est tout de même une voie dangereuse et un jour, si je ne suis pas assez forte ou maline, j'y passerais. Tu sais, j'ai déjà pris des vies hein, mais je te ferais pas de mal t'inquiète pas.
»


Tenta de rassurer l'adolescente vers une autre. Malgré cet aveu, elle n'avait pas tellement changer, elle était toujours la même après tout.

Jiki Masami • « Si tu comptes voyager par delà les mers, alors apprend à nager et devient marin sur un navire ou peut-être cartographe, marchand ? Ils voyagent pas mal ces gens là.

Si tu veux savoir des trucs sur les ninjas, hésite pas, je te dirais. Je n'ai pas vraiment de secrets.
»


Annonça alors Masami en haussant les épaules, ce n'était pas certain que sa vie en prison l'intéresse, mais elle ne s'en cachait pas. À la question de Saya à propos de devenir comme elle, mais sans le poids lourd des conséquences, elle prit un petit temps de réflexion. Puis en haussant les épaules, elle y répondit.

Jiki Masami • « Moi j'ai appris à utiliser mon chakra et mes premières techniques sans être à l'académie, sans être une ninja, car des personnes m'y ont formé, alors je pourrais t'entraîner. Sans doute que j'utiliserais d'autres méthodes qu'eux d'ailleurs, car ... Ce ne serait pas trop ton style, un peu violent.

Tu sais, si je suis allée à l'académie, ce n'est que pour valider mes acquis, prouver ce que je sais faire et que les autorités commencent à avoir confiance en moi. Si tu rentres à l'académie c'est pour devenir une ninja du pays de la Terre, et pas autre chose oui.
»

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 http://www.ascentofshinobi.com/u467
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 Empty
Jeu 23 Jan 2020 - 21:53
Saya semblait subjuguée par sa grande sœur d’adoption. Elle voyait en elle quelqu’un de fort et surtout une fille sure d’elle vue comment elle parlait à son père, sans se soucier de la différence d’âge ou de qui il était. C’était quelque chose que la rouquine n’aurait jamais pu faire avec n’importe quel adulte. Éduquée comme elle l’avait été, la petite fille aurait toujours agi de manière polie et quelque peu réservée face à quelqu’un de beaucoup plus vieux qu’elle. A contrario, Masami elle, semblait être dans son élément comme si l’âge importait peu.

Tel père telle fille, le petit bout de choux comme souvent appelée se laissa glisser dans l’eau pendant que la Jiki parlait de sa vision de l’océan et de ce qu’il devait sûrement y avoir. Immergée jusqu’au cou, les cheveux flottant à moitié dans l’eau claire et chaude de l’onsen, la Miyamoto acquiesçait à chacune des paroles qu’elle entendait.

« T’en sais des choses ! T’es vachement intelligente ! J’aimerais bien être aussi intelligente que toi plus tard. »

Alors que ces mots sortaient de sa bouche, on pouvait aisément voir les étoiles briller dans ces yeux comme si ce qu’elle venait d’affirmer était un idéal à atteindre dans le futur. Suite à cela, vint enfin le grand débat, la grande discussion, le grand moment, celui où Masami donna toutes sortes d’explication sur le chakra et la vie d’un ninja.

En quelques mots, qu’est-ce qui retint l’attention de la petite demoiselle ? Qu’il n’y avait pas d’âge pour apprendre à manier son chakra vu que l’ancienne de Wasure avait dû le faire plus jeune que Saya. Que pour voyager, il n’était pas nécessaire d’être un ninja, mais qu’au final, il était quand même sûrement nécessaire de savoir se défendre seul un minimum. Mais ce qui s’imprima aussi dans l’esprit de la rouquine étaient également tous ces éléments qu’elle voyait comme néfastes. Les ninjas devaient tuer, les ninjas étaient une arme. Du haut de ses onze ans, ayant toujours vécu dans un environnement stable, ces mots la marquèrent et la firent réagir. Sortant à peine de l’eau, elle murmura suffisamment pour que son amie puisse entendre sans mal, murmurant comme si ce qu’elle avait à dire ne devait pas être entendu ailleurs que dans ce bain.

« Moi j’ai pas envie de tuer des gens. Je veux pas devenir une arme. Je veux faire comme ma maman et mon papa. Voyager et découvrir des choses. Mon papa, il dit toujours qu’il ne faut pas se battre, qu’il faut toujours trouver une solution où on règle les problèmes en parlant, sinon les gens ils s’énervent encore plus, et vu qu’ils sont énervés, nous on s’énerve aussi et ça devient la guerre. »

Faisant quelques bulles dans l’eau, Saya avait une tête quasi-similaire à celle de son père quand elle réfléchissait, et la même bouille quand elle faisait des bulles dans l’eau avec sa bouche.

« Mais je veux pas être faible. Je veux pouvoir protéger ma famille s'il faut. Tu pourris m’apprendre des choses sans que je sois obligé d’aller à l’académie ? T’as bien appris toute seule non ? Tu peux m’apprendre sans que mon papa le sache du coup ? »

C’était dit …


_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Jiki Masami
Jiki MasamiEn ligne

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 Empty
Mer 29 Jan 2020 - 10:40
Habituée à vivre qu’avec des adultes sans enfant, et sans enfance, Masami n’avait vraiment pas eu de problème à communiquer avec quelqu’un comme Teruyo ou n’importe qui d’autres d’ailleurs toujours de la même manière. Manque de respect certains, la jeune fille y allait franchement, car sa compétence en étiquette était assez restreinte. Elle ne voyait pas la différence d’âge, de grade ou d’importance, elle en avait conscience bien entendu, mais certainement pas de quoi la faire changer. Hors des règles et des sentiers battus, sans doute que ce n’était pas indiqué non plus de la suivre comme exemple de vie. Elle avait de quoi répondre et survivre, c’était peut-être cela qui transparaissait dans ses possibilités et ses choix.

Jiki Masami • « Plus tard ? On n’a pas dix ans de différence hein ! Tu y seras bientôt, et ce que je sais, c’est ce que j’ai vécu. Je ne pense pas avoir plus d’intelligence qu’une autre, les garçons sont bêtes, mais entre filles, non, je ne pense pas que être meilleure que d’autres. J’ai simplement plus d’expériences et de pratiques, c’est tout. »

Minimisa la châtaigne alors à propos de la situation, elle n’était pas du genre à chercher les lauriers. Surtout lorsqu’elle pensait que la force et l’intelligence n’étaient que des questions d’entrainements et de pratiques. N’importe qui pouvait devenir n’importe quoi avec du travail. Bien entendu, il y avait des personnes aux dons innés particuliers et très poussés, mais pas de quoi changer le monde. Elle croisa les bras derrière sa tête en écoutant ce que Saya avait à dire.

Jiki Masami • « Ne t’en fais pas, je comprends, tu n’es pas oblige de tuer, si jamais cela s’avère nécessaire, je le ferais pour toi. Tu sais, j’ai dû le faire encore et encore pour survivre, alors cela ne me fait pas peur. »

Dit tout d’abord Masami en regardant très sérieusement Saya. D’ailleurs, son corps était recouvert de diverses cicatrices ou marques des plus exotiques. On ne sortait jamais indemne de ce genre d’endroits après tout. L’évocation de parents de cette manière de la part de la petite rouquine la troublait, c’était une véritable vénération, alors que dans son propre cas, ils ne représentaient absolument rien et ce n’était pas la première fois qu’elle pouvait voir ce genre de réactions. Ce n’était donc pas du fait de cette gamine. En faisant la moue à l’évocation de ce que disait Teruyo, la jeune fille riait légèrement.

Jiki Masami • « Ouais ouais … discuter au lieu de se battre hein … mais des fois, il n’y a que la violence que l’autre comprend, c’est comme ça. Dans ce genre de cas, il faut bien savoir se défendre. Et puis la guerre, ce n’est que les dirigeants des pays qui les déclenchent pour leurs profits. Bhaaaaa … peu importe. »

Dit Masami en agitant la main vaguement. Elle était très contente de la réaction de sa consœur enfant, c’était tout à fait logique à ses yeux de vouloir devenir plus forte, de chercher à pouvoir se défendre même si cela voulait dire attaquer. Il y avait de fortes chances pour que Teruyo remarque quelque chose, mais peu importe si Saya était déjà sur le chemin. Cela serait bien trop tard, et elle assumerait ses actes comme toujours.

Jiki Masami • « L’avantage de savoir se battre, c’est que tu peux choisir tes batailles, mais il faut toujours assumer ses actes. Tout d’abord, le chakra est une énergie que le corps peut fabriquer. C’est l’alliance de ta force physique et de ta force spirituelle. Tout le monde en est doté, c’est juste que certaines personnes le développent plus que d’autres. Le chakra te permet de transcender les limites de ton corps, il peut te permettre de manipuler les éléments et toutes sortes de choses. On estime qu’il y a plusieurs domaines différents comme genre d’utilisation, le taijutsu ou l’art du corps à corps, le ninjutsu, l’art de manipuler les éléments, le genjutsu ce sont des illusions, après le reste, c’est plus compliqué. Mais tout d’abord, tu dois te concentrer, faire le vide en toi et le ressentir. Pour moi, cela se passe dans le ventre, ou pas loin, tu dois ressentir les énergies, les mélanger pour produire quelque chose. C’est pour cela qu’il faut s’entrainer physiquement et mentalement pour devenir forte ! Il ne faut rien négliger. »

Pas de quoi attendre, Masami commençait immédiatement la première leçon comme pour tâter le terrain. Trop contente de pouvoir initier quelqu’un à cet art, surtout Saya. Cependant, sans doute qu’elles devraient bientôt quitter le bain pour la suite de la soirée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 http://www.ascentofshinobi.com/u467
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 Empty
Sam 1 Fév 2020 - 15:56
Saya n’était jamais vraiment allé à l’encontre de son paternel. Ce n’était pas parce que c’était Doudini avec son côté gentil et bienveillant, sa bonhomie naturelle et son tempérament chaleureux, mais tout simplement par éducation, par l’éducation qu’elle reçue de ce même paternel. Alors oui, comme tout le monde et comme tous les enfants, elle avait eu ses moments de rebellions, ses caprices et autres moments de conflits, mais rien qui sorte de l’ordinaire ou puisse mettre mal à l’aise, dans l’embarras ou en porte à faux le rouquin bedonnant. C’est pour cette raison que toute cette situation était pour la petite fille quelque chose de nouveau. Elle pensait bien cacher son désarroi et son anxiété, mais elle était loin de s’imaginer que cela se voyait comme le nez au milieu de la figure qu’elle faisait quelque chose qu’elle savait ne pas devoir faire. Pour autant, cette fois, elle osait aller plus loin. Certains diraient que c’était là le début de adolescence et de la période rebelle, d’autre que la petite rousse tentait tout simplement de nouvelles expériences, et d’autres encore que c’était de la faute de Masami et de son influence, mais si son père venait à le savoir, il y avait fort à parier qu’il jugerait que c’était un mélange de tout cela en même temps.

Ainsi, la petite demoiselle écoutait attentivement sa grande sœur. Tremblante, sur le rebord du bassin malgré la douceur de la saison, elle s’immergea rapidement, non pas pour se réchauffer, mais surtout pour cacher son appréhension face à cette situation exceptionnelle pour elle.

« Bah, tu sais, même si on a pas dix ans de différence toutes les deux, t’es quand même plus grande que moi. T’es dans la même équipe que mon papa. Tu fais plein de choses et tu vois plein d’endroit que je connais pas. Mais si pour ça faut être un ninja, je veux pas. Quand je serais grande, je veux faire ce que je veux. Je veux pas qu’on me donne des ordres. »

Saya se confiait, se libérant totalement. C’était la première fois. La première fois qu’elle agissait ainsi. C’était aussi la première fois qu’elle en avait l’opportunité. Elle savait que Teruyo ne voulait pas parler de ce qu’il faisait pour ne pas l’inciter à faire de même ou l’inquiéter avec ses problèmes. Elle n’avait non plus aucun ami à qui parler comme ça. Elle en avait pleins, mais personne qui voyait les choses comme Masami, qui avait vécu tant de choses en étant si jeune. Si elle agissait ainsi aujourd’hui, c’était de part ce sentiment de confiance envers la genin, cette complicité, et aussi sûrement un besoin de voir les choses différemment.

« Mon papa, il dit que quand on doit se battre, c’est qu’on a perdu. Que quand on se bat, c’est qu’on ne veut pas chercher de solution pour éviter de se battre. Il dit que c’est la solution de facilité et que trop de gens font comme ça, car ils voient pas dans le futur. Je sais pas comment on peut voir dans le futur, mais c’est vrai que ça serait mieux si les gens et bien, ils avaient pas à se tuer entre eux. Moi je veux pas de ça, je veux être libre. »

Lorsque Masami commença ses explications Saya sembla encore plus attentive que depuis le début de leur discussion. Si elle avait pu prendre des notes à ce moment-là, nul doute qu’elle l’aurait sûrement fait pour ne rien rater de ce que racontait celle qui devenait maintenant son sensei. Si tout n’était pas clair au final, elle avait tout de même retenu qu’il y avait le corps et l’esprit et que pour avoir les pouvoirs d’un ninja, il fallait manipuler son esprit pour avoir des pouvoirs et qu’on pouvait le faire sans être ninja si on avait quelqu’un pour nous apprendre. C’était quelque peu résumé ainsi dans son esprit.

« Je vais essayer de faire comme tu dis. »

Deux choses se passèrent presque simultanément. En se concentrant sur son ventre et son énergie, la seule chose qui s’échappa du corps de Saya fut un prout sonore qui lui rougie les joues et les oreilles de honte. L’autre chose fut une boule de lumière qui passa par-dessus la palissade et illumina le bain des femmes quelques secondes avant de disparaître. De l’autre côté la voix de Teruyo se faisait entendre.

« Bien les filles, il est temps de sortir, il fait nuit, mais la journée n’est pas terminée ! On se retrouve dehors dans dix minutes. »

La sagacité du père que j’étais m’avait fait réagir pour je ne sais quelle raison. En sortant ma tête de l’eau après quelques minutes passées à me prélasser grâce à mon tuba de bambou, sortant la tête de l’eau, je n’avais rien entendu venant du côté des deux enfants. Deux enfants seuls dans des bains que l’on entendrait ni rire ni jouer, cela ne pouvait qu’être suspect. Espérons que rien de farfelu. En attendant, il était temps de sortir.

Premier dehors, j’attendais sagement l’arrivée des deux championnes quand elles firent enfin leur apparition.

« Eh bien mesdemoiselles, qu’est-ce que vous voulez faire maintenant ? On peut aller dîner tout de suite et voir après, ou faire quelque chose, et dîner après, ou encore d’autres choses si vous avez des idées. Je vous écoute. » finis-je en souriant.


_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Jiki Masami
Jiki MasamiEn ligne

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 Empty
Mer 5 Fév 2020 - 18:24

Masami remarquait bien les tremblements de Saya, était-ce par ce qu'elle avait froid près d'un bassin chaud ou par peur ? Si elle savait ce qu'elle même avait vécu par le passé, la Jiki ne pouvait comprendre sa crainte parentale. Ce n'était pas quelque chose qu'elle avait expérimenté. Elle regarda alors en direction de la séparation un bref moment, mais il n'y avait rien de particulier. Ce gros lourdaud devait encore essayer de battre son record d'apnée. Il n'y avait pas d'inquiétude à avoir. La jeune adolescente ne dit rien pour rassurer sa consœur, qui semblait si mal à l'aise. Elle se gratta la joue doucement en entendant Saya parler.

Jiki Masami • « Ouais, j'ai quelques années de plus, et c'est sûr, on me demande de faire des trucs que tu ne fais pas et que tu ne voudrais pas faire non plus d'ailleurs. Une fois, on nous a demandé de protéger un convoi que l'on savait qu'il allait se faire attaquer. Des bandits sont arrivés, ils voulaient la cargaison et massacrer ceux qui résistent. Ils étaient plus nombreux que nous deux, ton papa et moi, mais ils n'étaient pas des ninjas. Alors j'en ai tué plusieurs avant qu'ils ne fuient. J'aurais peut-être pu les mettre en incapacité, mais quelqu'un qui vit comme cela continue de vivre de vols et de violences. Le mieux, c'est de s'en débarrasser. »

Déclara alors d'une manière détachée Masami, comme si cela ne représentait rien à ses yeux, ce qui n'était pas totalement faux. Elle avait parlé d'une manière assez directe sans fioritures malgré qu'elle s'adressait à la fille de son coéquipier. Elle n'avait pas tellement de limite comme on n'en avait pas eu avec elle.

Jiki Masami • « Pour voyager, il y a plein de possibilités pour voyager partout, mais oui, un ninja obéit aux ordres. Si tu veux ne pas recevoir d'ordre, soit tu dois être ton propre patron soit être là plus forte. »

Conseilla alors Masami ne voyant pas d'autres solutions, tout le temps et partout il y avait des ordres de supérieurs. Elle avait sans doute beaucoup trop vécu pour quelqu'un de son âge, mais elle ne voyait cela que comme un avantage.

Jiki Masami • « Mouais ... Ben me battre c'est tout ce que je sais faire, et tu sais, les discours des adultes, il faut s'en méfier. Ils disent des choses, mais ils font le contraire. D'autres fois, on n'a pas d'autres choix que de se battre, si c'était si facile d'éviter de se battre, les autorités ne recruteraient pas à tour de bras des enfants pour leurs apprendre à tuer, tu ne crois pas ? »

La Jiki pencha le regard vers Saya en ajoutant encore une petite chose.

Jiki Masami • « Voir le futur, c'est extrapoler ce qu'il va se passer, imaginer tout ce qu'il va découler de l'acte que l'on s'apprête à faire. Si on épargne le mec en face de nous, qu'est-ce que cela va faire ? Va-t-il recommencer ou au contraire profiter de sa deuxième chance pour changer de vie du tout au tout ? C'est comme voir le verre à moitié plein ou vide, cela dépend du point de vue. »

Masami finit par relever son regard vers le vide l'espace d'un instant.

Jiki Masami • « Être libre hein ... Si tu trouves la solution, n'hésite pas à me la donner. Tout ce que je veux moi, c'est survivre un jour de plus, puis encore un jour, etc ... »

Cela pouvait paraître pas grand chose, mais au final, cela représentait une grande difficulté aux yeux de l'adolescente. Elle avait lutté pour garder sa vie intact à Wasure no Kuni, pourquoi cela devait en être autrement maintenant ? Juste parce-qu'elle en était sortie ? Ho que non, certes, elle ne se trouvait pas si en danger que cela à Iwa, mais cela restait dangereux quand on devait être en première ligne couteau tiré.

Jiki Masami • « Je te montrerais, il faut travailler, cela ne fonctionne pas si facilement. C'est quelque chose que tu dois sentir au fond de toi, cela ne s'explique pas. Cela dépend des gens, faire de la méditation dans le noire avec une bougie face à un miroir ou encore imaginer le mélange rouge comme le sang pour le physique et bleu comme l'océan pour le spirituel. »

Donna alors quelques conseils à Saya avant d'éclater de rire en l'entendant se lâcher complètement, mais il fallait bien dire que c'était une parfaite création du ventre quelque part. Elle tenta de rassurer par des gestes de la main et un coin d'œil pour la petite apprentie. Cependant, lorsque Masami remarqua la boule lumineuse, la première réaction fut de se mettre en défense prête à ériger un mur de protection pour eux deux, joignant les mains dans le premier mudra, mais elle se stoppa avant évidemment.

Jiki Masami • « Mais il est bête celui-là ... S'il fait nuit ... C'est que la journée est finie, maintenant c'est la nuit ... »

Dit alors dubitative sur la logique de la phrase à voix haute en secouant la tête doucement. Vu que Teruyo avait lancé un truc de ce côté là, elle avait bien envie de faire de même de l'autre sens, il n'y avait pas de raison ! Elle n'avait pas de parchemin explosif, sinon la jeune fille aurait pu envoyer un kunai avec cela autour. Une pierre du bain ? C'était bien possible ça, et cela ne coûtait pas cher. Cependant et étonnement, elle se ravisa alors qu'elle avait repéré une pierre de toute beauté. Dommage. Une fois séchée et habillée, Masami sortit sans doute suivie de près par Saya.

Jiki Masami • « Moi j'ai pas faim pour le moment, alors on peut faire ce que tu veux hein ... J'ai entendu dire qu'il y a un feu d'artifice à un moment, sinon il doit bien avoir des spectacles de marionnettes ou quelque chose comme ça. Des types qui jouent un truc drôle sur une estrade ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 http://www.ascentofshinobi.com/u467
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 Empty
Jeu 13 Fév 2020 - 19:39
C’était étrange quand Masami se voulait gentille, en apparence du moins, avec Saya. Du moins, c’est comme ça que la petite rouquine percevait les choses. Elle sentait bien que la genin était loin d’être comme son papa, que leur vision des choses étaient différentes, et c’était bien normal compte tenu des expériences de l’un et de l’autre. Si les paroles de la Jiki se voulaient rassurantes d’une certaine manière, elle était aussi effrayantes, comme si chaque histoire, chaque anecdote avait sa propre part d’ombre et de lumière en même temps. Typiquement, à travers l’éducation de son paternel, Saya ne pouvait qu’admirer la force de sa grande sœur lorsqu’elle racontait comment elle combattait des brigands pendants ses missions, mais d’un autre côté, elle ne pouvait éprouver que de la tristesse à entendre Masami dire, avec peut être une certaine fierté, mais au pire des cas, sans réels remords qu’elle avait tué ces propres hommes. De son côté la petite fille, bien que moins mature que son paternel ou que la genin, pensait également que c’était mal de tuer, et que si les brigands étaient devenus comme ça, c’était pour une bonne raison et qu’il fallait les aider à s’en sortir.

Puéril n’est-ce pas ? Remarque enfantine de quelqu’un qui n’ jamais connu la souffrance. Remarque déraisonnable de quelqu’un qui n’a jamais vu la mort de près. Remarque inappropriée tant la réponse physique apportée aux ennemis était promotionnelle à leurs ambitions premières. Et pourtant, si Saya réagissait de cette manière en quelque sorte, Teruyo lui en était convaincu et contrairement à sa fille, il avait le recul nécessaire pour penser ainsi.

« Moi je veux pas tuer … » dit la petite fille en plongeant sa tête dans l’eau jusqu’à la bouche pour faire des bulles.
« Moi je veux voyager, mais si je veux pas tuer, y’a bien des moyens de voyager en sécurité non ? Les gens qui sortent du village ils sont pas tous des ninjas et pourtant ils sont pas morts. Si ça se trouve, en fait j’ai pas besoin de me battre, même si je trouve ça cool ce que tu fais et que je veux bien apprendre si mon papa le sait pas. »

Ainsi, le reste de la discussion continuait sur ce même sentiment partagé d’admiration et de crainte, d’envie et de peur en écoutant Masami avec son discours si enjoué, si convaincu par ses propos qu’elle ne pouvait que transmettre cette passion qu’elle avait à celle qui la considérait comme une grande sœur.

La lumière de Teruyo signa l’arrêt de cet échange passionnant bien que complexe pour la petite fille. Sachant qu’elles devaient quitter le bain, Saya tira un peu la moue avant de se rincer après le bain, de se sécher convenablement et surtout les cheveux pour éviter les nœuds au moment de les coiffer. Une fois habillée, la jeune fille rejoignit son père et son amie qui l’attendaient tous deux.

~ ~ ~ ~

Enfin, tout le monde était sorti, prêt et paré à la suite des évènements. J’avais bien quelques idées pour la suite des évènements, mais Masami par ses remarques en élimina d’office quelques-unes. Alors oui, c’est vrai que le dernier repas de ramen ne remontait qu’à quelques heures, mais dans ce genre de festival, c’était coutumier de profiter outre mesure de la nourriture que l’on pouvait trouver. Mais pour autant, ce n’était pas le seules choses à faire et si par exemple, se balader dans la foule, se laisser portait par les émotions, les senteurs, les couleurs et la musique était enivrant, j’étais convaincu que ce n’était pas le genre de chose à proposer à la genin.

« Oui, tu as raison, il y a quelques animations à divers endroits du village pendant le festival. Je te laisse choisir. Allons voir ce qui te fait plaisir, ce qui t’intrigue ou autre. Quant aux feux d’artifices, ils ont lieu un peu plus tard dans la soirée et je connais l’endroit idéal pour les observer. »
« On va retourner là-bas ? »
« Oui, c’était bien la dernière fois non ? »


Après lui avoir chuchoté quelques mots, ma petite Saya acquiesça avant de prendre Masami par le bras et de la tirer dehors. Sur le perron du ryokan, alors que l’air s'était nettement rafraichi, la genin eu droit à cette fameuse question pleine de sens.

« Alors ? On va où du coup ? C’est à toi de choisir, mon papa il dit que c’est toi la chef après tout. »

De mon côté, un sourire amusé était envoyé à la shinobi.

_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Jiki Masami
Jiki MasamiEn ligne

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 Empty
Lun 17 Fév 2020 - 9:55


Masami se contenta de sourire à la mention de ne pas tuer de sa petite sœur de cœur. Elle regardait un peu en l'air tandis que Saya ne pouvait soutenir le regard et préféra plonger la tête dans l'eau un moment. C'était dans ce genre de moment qu'elle se rendait compte à quel point elle était encore une enfant. Ce n'était pas grave, elle pouvait le faire, et c'était parfait comme ça. En quelque sorte grâce à son sacrifice, Saya était en mesure d'être si innocente, même si à son contact cela risquait d'évoluer rapidement. L'adolescente ne lui cachait pas sa réalité de la vie, le côté si terrible qu'elle pouvait vivre afin que d'autres ne soient que plus tranquille.

Jiki Masami • « Ne t'en fais pas, tout le monde ne s'entretue pas en permanence. Si tu voyages, il vaut mieux juste avoir des protecteurs, ce sera plus simple. Disons simplement que c'est mieux que tu saches quoi faire seule et que tu n'es pas besoin de t'en servir. La dissuasion est une arme parfois suffisante. Cela se passe dans la tête, quand tu me vois arriver, tu ne te dis pas ... Tiens, si je la détroussait, non c'est davantage ... Oula méfiance. »

Cela lui rappelait une citation qu'un vieux répétait souvent, entre autre, que la meilleure façon de gagner une bataille était de la remporter sans combattre.

~ ~ ~ ~

Quoi qu'il en soit, les bains derrière eux, il était temps de s'occuper de la fin de soirée. Ce ventre sur pattes ne pensait qu'à manger, mais déjà qu'ils avaient mangé il y a peu quelque chose d'assez consistant, elle ne se voyait pas à nouveau s'assoir sur une chaise en face d'un plat différent. Elle ne mangeait pas beaucoup non plus de toute façon. Voilà encore autre chose, Masami devait choisir ce qu'ils allaient faire du reste de la soirée. Elle n'était pas du tout habituée à cela, généralement, on lui dictait son emploi du temps. C'était bien le grand drame depuis sa libération. Elle errait jour ou nuit lorsqu'elle ne s'entraînait pas sans trop savoir quoi faire. Elle ne pouvait que se diriger vers quelque chose qu'elle connaissait d'une manière ou d'une autre.

Jiki Masami • « Bon alors si le feu d'artifice est plus tard, car je ne veux pas le manquer, on va aller voir ceux qui jouent la comédie. Ça a l'air drôle ! Tu vas voir Saya ! »

La Jiki ignora les messes basses entre le père et la fille, pas important, même si dans d'autres circonstances elle aurait trouvé cela étrange voir suspectes. Cependant, elle avait une certaine confiance en son coéquipier, même si ce n'était pas total non plus.

Jiki Masami • « Évidemment que c'est moi la cheffe, c'est moi qui dirige tout le temps, c'est l'accord que l'on a ! »

Elle se baissa afin d'accueillir Saya sur son dos, pas question de perdre plus de temps et de se perdre dans une foule alors qu'ils étaient des ninjas. Ce n'était pas avec son poids qu'elle allait être gênée dans ses mouvements. La jeune fille tourna son visage dans la direction de son passager une fois installé.

Jiki Masami • « Bon t'es prête ? Tiens toi bien avec tes jambes autour de la taille et tes bras autour de mon cou. Tu vas voir, ça va être trop cool ! »

Certaine que Teruyo lui avait déjà fait vivre ce genre de moments, être ninja c'est profiter de ses possibilités après tout. Elle commença à courir vers un mur, cela pouvait paraître étrange, mais non, ce n'était pas pour s'écraser contre. La kunoichi sauta vers le mur et avec un minimum de chakra elle poursuivit sa course en courant le long avant de se retrouver en l'air un bref instant et d'atterrir sur le toit.

Jiki Masami • « Bon alors Doudini, ça va ? Tu vas réussir à suivre avec ton gros ventre ? »

Tenta alors de l'asticoter un minimum pour le motiver à venir également et aller avec la jeunesse. Sans tellement attendre, elle faisait profiter à Saya d'une autre type d'attraction que le festival ne devait pas proposer souvent, vivre une partie de la vie d'un ninja. Elle courait en utilisant un peu de chakra afin de sauter de toit en toit en direction du spectacle qu'elle désirait voir. Masami pouvait alors prendre plaisir à dépasser tout un tas de gens en bas dans les petites rues. Cela lui semblait parfaitement normal de profiter de ses dons et de ne pas finir avec la simple plèbe.

Après cette petite course, le trio se trouvèrent sur un toit qui dominait une petite place où étaient installés plein de personnes assises, tandis qu'une sorte de pièce de théâtre comique semblait débuter. Les comédiens étaient habillés d'une manière traditionnelle avec le héros en rouge, le méchant en noir avec un masque terrifiant. Un autre acteur jouait la femme tandis qu'il était outrageusement maquillé pour le faire comprendre. Tout dans l'exagération, ils semblaient parler forts dans de grandes tirades, de grands gestes et des réactions disproportionnées. C'était un moment assez drôle où le le méchant avait enlevé la "jolie femme" et le gentil devait évidemment venir la sauver afin de l'arracher à ce cruel destin que planifiait le méchant. Les duels étaient ridicule, le faux sang en forme de rubans rouges que laissaient échapper les comédiens. Cependant, fait très étrange, Masami riait aux éclats face à tout cela tandis qu'elle s'installait sur le toit, assise avec les jambes serrées dans le sens de la descente. Elle faisait attention à ce que Saya ne glisse pas tout de même la gardant près d'elle.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 http://www.ascentofshinobi.com/u467
Miyamoto Teruyo
Miyamoto Teruyo

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 Empty
Dim 23 Fév 2020 - 16:10
Si j’avais décidé de cette journée, organisée nos activités selon mes envies mais avant tout selon ce qui saurait faire plaisir à me petite Saya, cette année, j’avais aussi pris en considération un point essentiel absent de nos précédentes escapades annuelles. Cette année, Masami était de la partie, et compte tenu du passé difficile de la demoiselle, il me tenait à cœur de lui faire découvrir ce que l’on pouvait vivre dans une vie sans devoir être un ninja. Je pouvais concevoir que cela était difficile pour elle d’effacer presque quinze années d’un conditionnement forcé, mais je ne ménageais pas mes efforts pour que petit à petit ma partenaire entrevoit les choses autrement. Je ne m’attendais absolument pas à ce qu’elle change elle-même de manière significative et rapide, mais déjà, si elle pouvait s’ouvrir à un monde plus en adéquation avec la vie réelle, ce serait déjà une grande victoire.

Cette journée était donc le but de tout cela. Lui montrer que dans la vie tout n’était pas noir, et que malgré les conflits, les guerres et les menaces qui pouvaient peser sur le village, les gens, simples villageois comme shinobis de renoms ou non, continuaient à vivre et à prendre un certain plaisir à partager ensemble des émotions. Mais cette fois, maintenant que nous étions tous sortis du bain et parés pour la soirée, la donne avait changé. Si jusqu’à présent, j’avais souhaité faire découvrir nombreuses choses à la genin, que ce soit d’un point de vue culinaire ou culturel, désormais je voulais, du moins je l’espérais compte tenu des réactions parfois étranges de la jeune fille, qu’elle prenne la main et décide de la suite de notre escapade. Au sein de ce festival des fleurs, festival annuel où Masami ne serait sûrement jamais allée de son plein gré, j’avais le désir de la voir choisir nos prochaines activités. Qu’elle s’en rende compte ou non, si elle venait à agir ainsi, ce serait une petite victoire pour moi, heureux de voir qu’elle pouvait finalement participer à cette fête de son plein gré.

« Eh bien, en route, le spectacle est par là. » en montrant du doigt la rue bondée de monde, les gens épaules contre épaules pour trouver les meilleures places pour le feu d’artifice qui serait pourtant tiré bien plus tard dans la soirée.

Alors que je m’apprêtais à jouer des coudes dans la foule, Masami, mon petit bout de choux sur les épaules comment à foncer droit dans le mur, littéralement, fonçant sur la maisonnée à côté de nous. Ne jamais lâcher des yeux la demoiselle. Depuis le début, ses talents de ninja ne demandaient qu’à s’exprimer dans cet attroupement qui rappelait à la genin qu’elle était capable d’effacer cette problématique en un instant.

Trop tard pour réagir ou dire quoi que ce soit, ma main s’écrasa sur mon visage comme signe de dépit et de renoncement. Quant à Saya, elle, était bien trop contente de la situation. À cheval sur sa grande sœur, elle riait aux éclats, les cheveux au vent, criant à Masami d’aller toujours plus vite. Elle se sentait comme un oiseau à voler, à être libre. Suivant le même chemin que ma binôme, je ne pouvais que sourire face à cette scène attendrissante même si d’un certain côté, j’avais peur de ce que l’avenir pourrait donner. Arrivant sur les toits surplombants la petite scène de théâtre, je m’installais à côté des deux jeunes filles, et me tournais vers la chef de notre petit groupe avec un ton rieur.

« Tu vois ? Rassurée ? Mon gros ventre a réussi à suivre ! Enfin, même s'il n’est pas si gros ! »

Pour ce qui était du spectacle offert, nous avions droit à une scène de kabuki des plus classique mais aussi pleine d’humour, un divertissement qui sut amuser et émouvoir l’ensemble du public par ses costumes, ses danses mes aussi ses effets spéciaux enrubannés. Seul, j’aurais apprécié le spectacle, mais accompagné des deux jeunes filles qui riaient toutes deux aux éclats, Masami comprise à ma grande surprise, cette journée prenait un sens tout à fait différent. Même si elle n’était pas encore terminée, devant se finir en apothéose, j’étais heureux de voir ma partenaire d’un naturel parfois si grave, si impassible ou implacable s’amuser autant pour des choses aussi banales qu’une pièce de théâtre. Si inviter Masami était quelque chose de naturel pour moi compte tenu de ce qu’elle a vécu jusqu’ici, je ne pouvais que me satisfaire de la voir ainsi, espérant que cela l’aide d’une manière ou d’une autre à aller de l’avant vis-à-vis de son lourd passé. Une fois le spectacle terminé, il ne nous restait plus que le clou de cette folle escapade. Un feu d’artifice tiré pour clore le festival. Si les badauds se pressaient dans les rues pour voir le tir des lumières tiré depuis le champ de course des bottes de paille, depuis des années, Saya et moi rejoignions un lieu offrant un point de vue tout particulier.

« Bien, dernière étape de la journée après ce magnifique spectacle plein d’humour. Merci Masami pour ce choix judicieux. Quant à la suite, étant donné la propension d’une personne ici à vouloir passer par les toits, autant continuer ainsi. Et pour notre destination, c’est une surprise. »

Sautant de tuiles en tuiles, notre escapade citadine ne dura que quelques instants, le temps de sortir du village, s’éloignant ainsi des festivités et de l’apothéose promise.

« Ne t’inquiète pas. » me voulant rassurant auprès de la genin.

C’est lorsque l’on commençait à s’enfoncer dans les terres qu’une boule de lumière jaillit de mes mains et éclaira notre chemin. Sur une vingtaine de mètres, nous aurions pu nous croire comme en plein jour. Grace à nos dons de shinobi, ce qui prenait d’habitude prêt d’une demi heure ne dura que quelques minutes et le trajet ainsi avalé, voilà que notre notre point d’arrivée apparaissait devant nos yeux, une falaise montagneuse non loin du petit hameau, une falaise habitée par l’obscurité la plus totale en l’absence de ma propre lumière, une falaise offrant une vue dégagée sur les maisonnées en dessous, une falaise offrant un point de vue unique pour admirer le spectacle son et lumière qui se préparait.

J’espérais que cette dernière activité saurait clôturer en beauté une journée déjà riche en souvenirs. M'installant sur un rocher, j'invitais les filles à faire de même et à profiter de ce qui allait suivre incessamment sous peu.


_________________
Avatar by @"Chiwa Aimi"
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7144-miyamoto-teruyo-termine
Jiki Masami
Jiki MasamiEn ligne

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami] - Page 2 Empty
Hier à 15:45
C'était peut-être la première activité assez neutre que la jeune fille pouvait vivre. Sinon, toute sa petite vie n'était qu'un long chemin d'ombre parsemé de meurtres et de violences. Il était certain que c'était très agréable, elle ne ressentait presque pas le besoin de se retourner afin de voir si quelqu'un arrivait. Ce n'était pas sans compter qu'elle se rapprochait de la petite Saya, peut-être même davantage que son coéquipier. Enfin, ce n'était pas pareil, solidarité féminine. Tu ne peux pas comprendre. Masami se trouvait être incapable de pouvoir effacer d'un revers de manche sa vie entière. Elle allait la marquer sans doute à jamais, et ceux n'ayant pas vécu une telle vie ne pouvait pas saisir la difficulté. Cependant, depuis son arrivée à Iwa, à côtoyer des personnes comme Teruyo, Aimi et bien d'autres, elle avait évolué un peu. Déjà qu'elle puisse concevoir le fait de se rendre dans une pareille fête et ne pas chercher à savoir si c'était un traquenard était une grande avancée. Elle n'y avait même pas pensé pour une fois, ce n'était que de l'amusement.

Se targuant d'être une arme affûtée, la genin pouvait goûter à autre chose que rajouter encore et encore de nouveaux types de projectiles dans sa besace. Dans son esprit, cette journée représentait qu'une douce parenthèse, et bientôt, la violence allait nécessairement reprendre sa place véritable. Cependant, cela aura été un plaisir que de vivre ce moment. Elle voyait toujours les bons moments comme un signal que le vent allait tourner. Il y avait toujours une suite de crasses, et il fallait profiter au maximum des moments de bonheur.

Lorsque l'on était capable du meilleur pourquoi se contenter d'être aussi minable que tous ceux qui rampaient sur le sol ? Autant s'envoler vers les cieux. Être un ninja était dans les bons comme les mauvais côtés. La foule étant un danger, et surtout que cela l'asticotait depuis le début de procéder ainsi, elle ne tenait plus maintenant. Alors que Saya demandait d'aller toujours plus vite et plus fort, la Jiki ne pouvait qu’obtempérer évidemment. Elle utilisa bon gré un petit peu plus de chakra afin de gagner en vitesse et en puissance. Elle n'avait absolument pas peur de la situation, au pire, quelques écorchures, mais rien de grave. C'était normal non ?

Jiki Masami • « Mouais ben ... Demain régime avec tout ce que l'on a mangé hein ! Je ne veux pas d'un gros empoté à mes côtes. »

Face au spectacle, Masami riait sans se retenir lorsque c'était drôle, un petit peu comme si elle était seule sur Terre. Alliant également des « attentions » et des « mord le » lorsque le méchant faisait son apparition. Elle vivait à fond l’histoire comme une gamine qu’elle était, mais sans pour autant réagir et se battre contre le salop. Elle faisait tout de même abstraction de cela en faisant la différence entre le faux et la réalité. L’ancienne prisonnière de Wasure no Kuni avait déjà été spectatrice de ce genre de pièce, même si là, c’était tout de même un niveau plus élevé que ce soit dans l’interprétation comme les moyens investit. Elle s’essuya même le coin d’un œil tellement elle s’était esclaffée.

Jiki Masami • « Ben ya intérêt tiens ! On va pas passer dans les rues, tu as vu ce monde ? »

Laissa entendre Masami en faisant un petit peu la moue avec sa bouche. Elle croisa les bras derrière sa tête en entendant Teruyo dire qu’ils allaient quelque part, une surprise. Elle ne dit rien du tout, mais elle se contenta de repérer le chemin tout de même au cas où. La châtaigne avait de nouveau pris sur son dos la petite Saya afin de sauter de toit en toit à la suite du père. Même pas capable de prendre sa fille, père indigne. Elle remarqua tout de même qu’ils s’éloignaient du village, même à en sortir. La Jiki ne savait pas trop ce que cela voulait dire, mais lorsque Teruyo chercha à être rassurant, elle hocha la tête simplement. De toute manière, elle avait sur son dos sa fille unique, il n’allait pas faire de coups fourrés dans l’immédiat.

Jiki Masami • « Mais montre lui des vrais techniques Doudini le magicien ! Comment veux-tu qu’elle soit impressionnée avec tes boules de lumières ! »

Déclara tout en étant derrière Teruyo, alors qu’elle portait toujours Saya sur son dos. Après quelques minutes de courses, qui n’était qu’un déplacement assez classique des pour shinobis après tout, le petit groupe arriva alors à une falaise. La vue pouvait être pas mal, même si pour le moment, il ne se passait rien du tout et il n’y avait personne.

Jiki Masami • « Mais qu’est-ce que l’on fiche ici ? Il n’y a personne et puis c’est drôlement calme. Tu veux t’entrainer ou faire un combat ? C’est ça ? »

Ce n’était pas trop le genre de Teruyo de proposer ce genre d’activité, surtout en la présence de Saya. Ils pouvaient voir le village en contrebas, qui semblait encore plus petit qu’il ne l’était déjà. Ne pouvant pas faire comme tout le monde, Masami voyant son coéquipier s’installer sur un rocher, elle forma quelques mudras pour faire apparaitre un mur à l’horizontal. Cela pouvait faire office de plongeoir, mais surtout un lieu parfait et très original comme une plateforme insoupçonnée pour admirer le futur spectacle. Elle fit quelques pas dessus pour vérifier que c’était assez solide avant de faire signe à saya de venir. Ce fut à ce moment là que les premiers feux d’artifices s’élancèrent dans les airs afin d’illuminer la nuit. C’était certain pour le coup, l’adolescente n’avait jamais vu cela de toute sa vie. Elle s’assit tranquillement tandis que les premières salves de toutes les couleurs explosaient dans la nuit. C’était vraiment magnifique, les formes, la nature, il y avait même une sorte de géométrie. Masami n’avait bien évidemment pas peur du bruit, elle était béate devant le spectacle.

Jiki Masami • « Wow ! Ben tu vois Doudini, toi qui t’amuses à faire des lumières qui servent pas tout le temps, travaille là-dessus plutôt ! Ca c’est classe, et en plus, tu pourrais t’en servir pour montrer ta position, la position de l’ennemi selon la couleur ou autre. C’est une technique simple, mais en groupe très efficace si on est séparé. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7157-masami-fiche-terminee#60055 http://www.ascentofshinobi.com/u467

En route pour le festival ! [PV Jiki Masami]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: