Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Au Pandémonium [Libre]
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines EmptyAujourd'hui à 1:47 par Kyouran Takeru

» Le livre (Fukkatsu)
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines EmptyAujourd'hui à 1:47 par Sendai Anzu

» L'encre s'efface sous la volonte.
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines EmptyAujourd'hui à 1:11 par Iijima Rika

» Bonsoir Par... Kiri ! - [PV La Kenpei]
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines EmptyAujourd'hui à 1:09 par Uzumaki Ryuji

» 02. Valider un Combat/Entraînement
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines EmptyAujourd'hui à 0:56 par Chiwa Aimi

» Appelez-moi le directeur! [PV Kaguya Wutu-Fuku]
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines EmptyAujourd'hui à 0:39 par Kaguya Wutu-Fuku

» 10. Demandes de Succès
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines EmptyAujourd'hui à 0:38 par Chiwa Aimi

» Convocation III (Musashi II)
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines EmptyAujourd'hui à 0:33 par Hyûga Toph

» 05. Demandes liées aux rouleaux
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines EmptyAujourd'hui à 0:32 par Kurayami Zeref

» Taketora, le Tigre Ivre d'Iwa
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines EmptyHier à 23:58 par Taketora

Partagez

Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines

Yasei Kaname
Yasei Kaname

Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Empty
Dim 29 Sep 2019 - 17:10

Eaux troubles, terres guerrières ft. Kiri
Le premier pas du nomade sur l'île principale de l'Archipel de l'Eau fut lourd, secouant les planches du ponton auquel était amarré le navire marchand au bord duquel il avait embarqué à Kaze. Il n'avait visiblement pas très envie d'être là. Si la visite de Mizu faisait partie de ses plans, le fait qu'elle ait été ainsi précipitée par les événements l'indisposait. Après avoir récupéré son baluchon, et laissé une bourse de ryôs à l'adresse du commerçant qui l'avait amené à bon port, Kaname se décida enfin à gagner la terre ferme.

L'affluence au port était étonnamment réduite, en ce jour à la météo clémente. Une poignée d'autres marins avaient jeté l'ancre, et l'enclave portuaire avait des airs de champ de bataille. Qu'est-ce qui a bien pu se passer ici pour que ce soit si calme, si... sale ?, pensa-t-il, en lançant un coup d'oeil intrigué à l'une des rares bâtisses à s'être effondrées, couverte de boue et de restes de charpente brisés. À première vue, il sembla qu'un raz-de-marée s'était abattu sur les lieux assez récemment. Quant à son ampleur, impossible à estimer en n'ayant vu que cette agglomération. Et quand bien même il aurait voulu en savoir plus, il fut vite coupé dans son élan par l'arrivée de deux hommes portant les bandeaux frontaux de la Brume.

« Déclinez votre identité, et le motif de votre présence sur l'île centrale de l'archipel. » lança le plus âgé du duo, alors qu'ils se postaient face au Yasei. L'autre, resté silencieux, se contentait de le toiser avec un regard méfiant, prêt à intervenir s'il venait à faire un écart. « Vous n'êtes pas sans savoir qu'une cité militaire se trouve sur l'île, et qu'il ne s'agit donc pas d'une destination touristique. », poursuivit-il avec le même ton monocorde et sévère.

Kaname grimaça, d'ores et déjà ennuyé par la tournure des événements. Il s'était douté qu'il aurait du mal à circuler aux alentours de Kiri, et ses appréhension devenaient réalité. Au-delà de simples difficultés, il lui serait peut-être même tout bonnement interdit de rester sur place ; ce qui était inacceptable, pour lui. Il n'aimait pas faire usage de la force, mais si on l'empêchait de voir sa soeur, il devrait s'y résoudre. Il n'en comprenait cependant pas moins les soldats, face à un homme sans marchandises, sans signe distinctif autre qu'un symbole clanique dont ils ignoraient tout ; la méfiance était de mise, et il aurait probablement agi comme eux.

C'est donc avec l'espoir de s'épargner ces ennuis qu'il se jeta à l'eau. « Je suis Yasei Kaname, fils de Ragna, et je suis venu à la recherche de ma soeur Reikan. J'ai entendu dire qu'elle était arrivée à Kiri il y a plusieurs mois. Si vous avez la moindre information à me transmettre à son sujet, je m'en remet à vous ; et si elle est encore présente au village, j'aimerais que vous m'y conduisiez - ou que vous me l'ameniez, si l'entrée à la cité m'est refusée. » dit-il, son regard passant d'un soldat à l'autre, à l'affût d'une réaction quelconque. J'aurais quand même bien aimé entrer, histoire de pas être venu pour rien. Il paraît que la poiscaille est délicieuse, par ici, se dit-il, en adressant un sourire gêné aux deux hommes.

« Je suis désolé, mais vous allez devoir rebrousser chemin, l'accès... » commença le kirijin, la mine impassible, visiblement imperméable à la demande du roux.

À ces quelques mots, le géant répondit par un petit « Hah. » dépité, interrompant l'homme par la même occasion. Sous son regard inquisiteur, Kaname referma son poing. Dans sa tête, il en était déjà à établir ses différents plans d'action pour échapper au duo. Cela allait de la fuite simple, au passage à tabac pur et dur si tout venait à déraper.

Kaname ne pourrait s'en tirer proprement ; du moins, pas sans faire appel à l'un de ses tours de l'esprit, ce qui en soit présentait son propre lot de risques. Il faisait face à des kirijins, réputés pour être efficaces. Les chances d'être pris la main dans le sac en étaient d'autant plus hautes. À moins d'une intervention providentielle, une chose était sûre : il allait y avoir du sport.



_________________

···
« #8a0707 »


Dernière édition par Yasei Kaname le Jeu 10 Oct 2019 - 2:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7514-en-cours-yasei-kaname-l-heritier-du-lion#63047 http://www.ascentofshinobi.com/t7546-raionhato-no-monogatari-yasei-kaname#63345
Kazuma Nanna
Kazuma Nanna

Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Empty
Dim 6 Oct 2019 - 20:33
Le nom « Kazuma » n’était plus inconnu parmi les membres de l’unité Kenpei ou encore les criminels de petites ou moyennes envergures qui tentaient encore de survivre dans l’Archipel. Malheureusement, sa réputation ne s’était pas construite sur des haut-faits militaires, mais davantage sur ses talents de marionnettiste qu’on qualifie tantôt « explosifs », tantôt « marginaux ». Des surnoms attribués par ses « cobayes » ou par les proches de ces pauvres victimes. Les anecdotes étaient nombreuses, et circulaient allègrement dans une petite communauté – amplifié par l’effet du bouche-à-oreille. Autant dire, dorénavant, lorsque sa petite frimousse apparaît dans le champ de vision de ceux qui avaient vent des rumeurs, ces derniers ressentaient irrémédiablement un frisson les parcourir et se mettaient immédiatement au garde-à-vous avec elle. Une attitude sauvage et méfiante que la Kunoichi ressentait pleinement – et comprenait, en partie. Elle préférait voir le côté positif de cette affaire : on parlait d’elle, et surtout de ses marionnettes – réussies, ou non !

Maintenant, elle devait avant tout réussir à mener ses projets à terme et sans gaffe supplémentaire. Une volonté mise à mal, au vu des missions qu’on lui confiait. En effet, elle ne pouvait pas utiliser son prototype de bombe à mini particule métallique sur des civils pour leurs problèmes conjugaux ou encore son filet électrique pour quelques animaux domestiques perdus. Pourtant, lorsque le désespoir allait saisir son petit cœur inventeur, une opportunité s’était présentée à elle : la surveillance des ports, du Pays – et non du village. Si au départ la mission lui avait semblé insipide, elle avait finalement eu l’illumination : « l’attrape-mensonge ». Le but était simple, celui de découvrir si une personne mentait ou non. Certes, il y avait des senseurs dans chaque village, mais il n’était pas forcément légion, et le flux de visiteurs étaient constants – voire en hausse, au vu des récents événements. Une première vérification – aussi barbare soit-elle, comparée aux talents d’un vrai senseur – ne serait pas de refus pour quiconque ! Ainsi donc, voilà un bon mois qu’elle travaillait dans différents ports, ou à collecter différentes informations de la part des Yamanaka ou des senseurs.

Elle avait façonné sa machine et avait passé suffisamment de tests pour s’assurer qu’elle n’était pas dangereuse pour quiconque. Voilà qu’elle se baladait avec un sac à dos gigantesque, et testait différents profils les uns après les autres. Les résultats étaient moyennement satisfaisants : l’homme avait naturellement peur de l’inconnu. Dès lors, si on ne l’insultait pas d’hérésie à l’égard de la nature ou d’une quelconque divinité, on tremblait comme une feuille en se soumettant à ce test. En somme, à nouveau, elle avait la sensation qu’un autre projet tombait « encore » à l’eau.

- Nanna, va vérifier les passagers de ce navire, indiqua subitement le capitaine de ce port-ci, à son attention, en désignant un navire non loin. Sans plus tarder, elle endosse son gros sac à dos, sur une tenue des plus légères – pantalon en toile vert kaki et haut noir à manche longue. Adieu le fashion, et bonjour le confort, en somme !

A peine avait-elle fait quinze pas, qu’elle soupire aussitôt. Elle avait à passer devant les deux crétins de service qui ne cessaient pas de la charrier sur sa machine ou ses capacités ninjas médiocres, ou sur sa constitution fragile. Cerise sur le gâteau : ils étaient chunin, et elle avait à leur obéir. Elle aurait voulu rebrousser le chemin mais elle savait que c’était inutile : l’un l’avait déjà repéré et avait déjà un sourire de mauvais augure.

- Hey Nanna, viens là. T’as du travail ! indiqua-t-il. Elle tiqua immédiatement, la brunette. Ils ne lui demandaient jamais son aide, à moins qu’il était question d’un plan foireux. Aussitôt, son attention se reporta sur l’inconnu que les deux chunins désignaient et elle le détaillait avec suspicion.
- Je ne peux pas. Mon invention est faite pour déterminer un mensonge basique ou peu complexe. Dès l’instant où la personne en question maîtrise l’art de la sensorialité, c’est impossible de détecter le mensonge. Ce type a clairement du chakra, il peut être un excellent senseur, susurra-t-elle à l’un de ses désagréables compagnons.
- Vas-y, occupes-toi de lui.

Aussitôt, ils partent pour s’occuper des autres voyageurs. Les joues de Nanna virèrent aussitôt au rouge cramoisi et elle se jura qu’elle allait se venger convenablement d’eux.

- Suivez-moi jusqu’au poste, finit-elle par dire, en grognant. Nous allons poursuivre les procédures là-bas.

Elle rebroussa le chemin jusqu’au poste, qui constituait d’un bâtiment convenable avec une grande salle pour les patrouilles des frontières et des mers, deux salles d’interrogatoire et deux belles et solides cellules pour les récalcitrants ou pirates des mers. D’un coin de l’œil, elle s’assura qu’il la suivait toujours.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Kurayami Zeref
Kurayami ZerefEn ligne

Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Empty
Dim 6 Oct 2019 - 23:00
Être Genin, ce n'est pas une situation évidente. On est souvent les derniers mis au courant des informations importantes, et les missions que l'on nous confie sont bien trop souvent barbantes, répétitives et humiliantes, même, pour certaines. Mais ce n'est pas ce qui me frustre le plus, dans cette vie de perpétuel recommencement. Le plus difficile à vivre reste l'enfermement. Il est interdit aux aspirants ninjas de quitter l'enceinte du village dans un cadre de mission, sans être accompagné par un plus haut gradé, et même pour du tourisme, tout est extrêmement encadré et les démarches si compliquées que la plupart se résignent à rester cloîtrés. Il est donc assez normal que, comme à mon habitude, je reste allongé sur un toit à attendre l'heure de mon prochain entraînement. Je pourrais aussi améliorer mes forces de manière constante, mais le repos fait partie de ce cycle, et sans lui tout le reste est inutile. D'aucuns diraient que des cellules surentrainées perdent de leur efficacité.

Bref, cette vie est généralement monotone, mais par chance - enfin, tout dépend pour qui - les récents événements ont fait que les plus hauts gradés sont souvent demandés dans l'enceinte des murs de Kiri, ce qui pourrait fragiliser les défenses extérieures du pays de la pluie: pour palier à cela, de manière exceptionnelle, certains Genin ont été conviés à la sécurité des ports du pays, qui ne se trouvent donc pas dans le village. Lorsque j'ai entendu cette nouvelle, j'ai aperçu une légère lueur, un espoir d'enfin briser la monotonie et de voir un peu de paysages. C'est donc en quelques instants que je me suis préparé, et que j'ai suivi un groupe de quelques Genin accompagnés par un ninja de niveau supérieur, qui faisait office de référent pour cette brigade des faibles. Sans grande surprise, je suis resté à l'écart du groupe tout au long du trajet, et à on arrivée, j'ai écouté les instructions du Jônin.

"Bien, Taraku, tu iras surveiller les quais 1 à 3, Kikiyô, tu prendras les 4, 5 et 6 [...] et enfin Zeref, tu prendras les trois derniers, à savoir les 16 à 18. Vous suivrez les instructions des Chûnin en place. D'autres aspirants sont déjà là, certains viendront plus tard pour la relève. Vous pouvez disposer."

Les informations récupérées, je me rends à l'endroit annoncé, où je cherche rapidement un haut gradé. Mais sur place, je vois un groupe assez spécial qui se forme. Deux ninjas de la brume, et un inconnu, sans aucun doute un nouvel arrivant au port. Je comprends assez vite que les deux de la brume sont les responsables des quais vers lesquels je me dirige, et je me rapproche un peu pour écouter ce qu'il se dit. J'utilise pour cela l'un de mes jutsus qui me permet d'écouter les conversations qui ne me concernent généralement pas. C'est donc avec une grande stupéfaction que je découvre les informations que donne cette personne. Un Yasei, comme moi, mais surtout le ... frère de Reikan ? Lorsque les deux Chûnin interpellent une jeune femme, dont la tête ne m'est pas tout à fait inconnue, même si je n'ai dû la voir qu'une seule fois lorsque je suis devenu un soldat de la Kenpei, garde un profil assez discret. Je me mets à suivre le duo qui se sépare des ninjas confirmés, jusqu'à la salle d'interrogatoire. Usant de mes capacités de Yasei au mieux pour ne pas être repéré, notamment en gardant mes distances et en m'assurant de ne pas les perdre grâce à mon odorat, je finis par me cacher non loin de l'endroit où Nanna accompagne ce Kaname, prêt à me dévoiler à tout moment, lorsque j'estimerai cela nécessaire. Pour le reste, je m'attends à recevoir une sacrée soufflante pour ne pas être allé voir les deux bougres d'avant...


résumé:
 

_________________
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Hanae
Merci Shimi pour le beau louloup <3
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee http://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Kaname
Yasei Kaname

Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Empty
Lun 7 Oct 2019 - 16:59

Eaux troubles, terres guerrières ft. Kiri
Le Tout-Puissant, quel qu'il soit, avait visiblement d'autres plans pour Kaname. Son envoyée, une jeune femme d'une bonne dizaine d'année sa cadette, avait suscité un changement d'avis plus que bienvenu auprès des deux officiers de la Brume. Au lieu de le remballer comme le dernier des va-nu-pieds - ce qu'il était, au final, vraiment -, ils demandèrent à la demoiselle de « s'occuper de lui ». En un sens, c'était à peine mieux ; mais tout était bon à prendre.

Au pire des cas, il l'assommerait et prendrait la fuite. Une seule opposante serait plus simple à leurrer que le précédent duo.

L'intéressée lui grogna une injonction, le sommant de le suivre, avant de s'en aller sans l'attendre. Naturellement, il lui emboîta le pas sans rechigner, les mains passées sous les lanières de son baluchon de toile, noué à ses deux épaules. Alors qu'ils s'approchaient du bâtiment, elle lui lança un coup d'oeil, comme pour vérifier qu'il ne s'était pas volatilisé - ce à quoi il répondit par un grand sourire, un poil gêné. S'il avait la moindre envie de se faire la malle à cet instant précis, il aurait très littéralement disparu depuis un moment.

Le pas de la porte passé, le roux s'attela immédiatement à un petit repérage sommaire. Étaient-ils seuls ? Y avait-il d'autres issues ? Tant de choses qu'il avait pris l'habitude de vérifier, au fil de sa trentaine d'années de vie nomade, et surtout de la demi-dizaine qui venait de s'écouler, rythmée par son train de vie de mercenaire. Sans oublier la nature sauvage de ses pairs, dont il avait hérité, malgré l'absence d'animal totem.

« Je vous préviens, je n'aime pas être attaché ou restreint, qu'importe la forme de l'entrave. » dit-il, sur le ton de la plaisanterie. Pourtant, il s'agissait là de la plus stricte vérité. « Je ne suis pas armé - vérifiez, si vous le voulez -, et je n'ai nullement l'intention de nuire à ma soeur en causant du grabuge. » poursuivit-il, en reportant son regard directement sur la jeune femme. Pour appuyer ses dires, il se délesta de son baluchon, qu'il défit pour en dévoiler le contenu : des rations de voyage et quelques ustensiles de cuisine, dont un couteau fraîchement aiguisé. « Ah. J'imagine que c'est une arme, ça... » lâcha-t-il, visiblement gêné, en refermant son sac de toile, qu'il laissa sur l'un des meubles de la salle principale. « Voilà, là c'est bon ! On peut passer à la suite, si tu... vous le voulez bien. »

Visiblement, les formalités ne faisaient pas partie du quotidien du nomade. Le jeune âge de la demoiselle n'aidait pas, non plus. C'est tellement plus simple de vivre loin des villages cachés et de leurs protocoles de sécurité...




_________________

···
« #8a0707 »


Dernière édition par Yasei Kaname le Jeu 10 Oct 2019 - 2:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7514-en-cours-yasei-kaname-l-heritier-du-lion#63047 http://www.ascentofshinobi.com/t7546-raionhato-no-monogatari-yasei-kaname#63345
Kazuma Nanna
Kazuma Nanna

Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Empty
Mer 9 Oct 2019 - 7:25
- J’ai besoin d’un senseur, indiqua Nanna à une personne qu’elle croisa au poste.

Suite à la catastrophe qui avait touché le pays, la surveillance des frontières avait été renforcée. Les différents postes, encore debout suite aux attaques du Démon, étaient convenablement peuplés, voire surpeuplés. A défaut de postes, c’était des baraquements de fortune qui s’étaient construites, curieuses constructions mêlant l’art shinobi et les maigres ressources restantes des hommes. En somme, le monde s’affaire à rebâtir ce qui avait été détruit, alors qu’elle continuait à explorer l’inconnu et à développer de curieuses machines.

Rodée sur le terrain, la demoiselle était devenue une habituée des profils variés des voyageurs ou même habitants du pays. Le regard attentif et détaillé de l’inconnu n’échappait pas à son attention, et encore moins l’aisance avec laquelle il parlait, agissait ou informait de ses préférences. Il avait ce même air que la mère de Nanna, celui d’un vagabond ou d’un voyageur qui ne tenait jamais en place.

- Avec tout le respect que je vous dois, ni vous, ni moi, n’avons notre mot à dire sur les procédures. Si elles imposent de vous restreindre, nous devons nous y plier, dit-elle, un tantinet à contrecœur.

Elle n’aimait pas jouer les casse-pieds sans cœur. Malheureusement, elle avait été dupée par quelques escrocs, moquée par ses collègues et réprimandée par ses supérieurs, pour avoir fait preuve de trop de douceurs ou de gentillesses, ou pour désobéissance aux procédures. Rien de grave, évidemment, car ce n’était que des erreurs de débutant qu’on redressait bien vite avec des mesures correctives. Des mesures qui avaient des allures de sanctions graves pour la bleue qu’elle était encore.

- Je vous prie de vous asseoir et de mettre votre main droite dans ce gant.

D’une main, elle indique une chaise. De l’autre, elle se débarrasse de la caisse qu’elle se trimballe sur le dos pour en révéler le contenu en ôtant le tissu. Une caisse qu’elle ouvre et qui dévoile un gang accroché par de multiples fils à deux antennes métalliques de la taille d’une paille. Elle dépose sa main sur la machine et y insuffle une petite quantité de chakra, et aussitôt les antennes commencent à se toucher par intermittence, sur un rythme régulier.

- Cet outil a pour vocation de tester si vous mentez ou non. C’est absolument sans douleur, je vous le garantis. Nous devons faire des premiers ajustements. Dites les phrases suivantes une fois le gant enfilé : je suis une femme, je suis un hippopotame, je suis un homme, je suis roux.

Une fois les paramètres mises en place, ainsi savoir si la machine marchait et surtout si elle fonctionnera sur le type, il ne restait plus qu’à attendre l’expert de la sensorialité des lieux pour poser les questions basiques et le libérer si tout était bon : nom, prénom, âge, lieu de naissance, lieu de résidence, la durée du séjour et le motif.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Kurayami Zeref
Kurayami ZerefEn ligne

Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Empty
Mer 9 Oct 2019 - 19:34
Alors que je me tiens à distance raisonnable de la pièce où l'interrogatoire va se dérouler, j'entends un employé passer, grommelant quelques mots à peine compréhensibles. Par chance, à cet instant, je suis justement en train de jouer les oreilles indiscrètes, et je comprends rapidement que ce pauvre homme n'est pas vraiment adapté pour répondre à la requête de Nanna. Il est en effet un simple technicien de surface, et se trouve bien incapable de trouver réponse à la demande qui lui a été faite.

"Trouver un senseur... Et puis quoi encore, je dois déjà nettoyer les latrines, récurer le sol, faire briller les fenêtres, décrasser la coque des bateaux et cirer les pompes de ce foutu chef, et vlà qu'on me demande de chercher un senseur. D'ailleurs, c'est quoi un senseur ?"

Je me dis que c'est l'occasion de m'incruster dans l'interrogatoire sans éveiller de soupçons. Je pourrai ainsi décider quand me dévoiler aux yeux de ce Kaname, si je pense qu'il dit la vérité. Je ne suis pas un expert pour découvrir les mensonges, mais avec mon ouïe, je peux au moins déceler une accélération des pulsations cardiaques ou une respiration irrégulière. Ce sont deux bons indicateurs d'une personne qui ment, même si certains sont passés maître dans l'art de bercer les autres d'illusions.

"Vous cherchez un senseur ? Vous en avez trouvé un. Allez donc faire ce pourquoi vous êtes doué, je me charge du reste."

L'homme me dévisage, à peine suspicieux, puis repart à ses occupations. Quant à moi, je me dirige lentement vers les deux personnes que je suis depuis maintenant quelques minutes. Je pénètre la salle, puis ferme derrière moi.

"Bonjour, je suis un senseur, un homme que j'ai croisé m'a dit que vous aviez besoin de mes capacités. En quoi puis-je vous être utile ?"

Peut-être se souviendra-t-elle m'avoir vu, peut-être pas. De mon côté, je n'oublie jamais un visage, alors évidement, même après l'avoir vue une seule fois, je m'en rappelle.



_________________
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Hanae
Merci Shimi pour le beau louloup <3
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee http://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Kaname
Yasei Kaname

Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Empty
Ven 11 Oct 2019 - 0:51

Eaux troubles, terres guerrières ft. Kiri
Un lourd soupir échappa au fils de la nature, lorsque l'agent qui l'avait pris en charge l'informa de la possibilité qu'il soit neutralisé par les fers, tant que l'ombre d'un soupçon planerait sur le bien fondé de sa visite. Attaché, il n'aurait plus le loisir de tenir la barre du navire le portant sur les mers du destin ; un esprit libre comme le sien ne permettrait jamais cela en temps normal. Néanmoins, la brume occultant l'état de sa soeur, il se voyait obligé de céder aux injonctions des soldats.

La demoiselle l'invita à s'asseoir à l'une des tables de la salle d'interrogatoire, où elle venait de le mener. Tandis qu'il s'exécutait, il la toisa d'un air méfiant, qui s'affûta d'autant plus à la vue de l'étrange objet qu'elle disposa juste devant lui. Celui-ci s'anima au moment où elle posa la main à sa surface, arrachant un petit mouvement de recul effarouché au colosse. Elle veut que je fourre ma main dans ce truc ? songea-t-il, en se penchant vers la chose pour la voir de plus près et la sentir, inquisiteur et prudent à l'image d'un animal curieux.

Lorsque la soldate l'informa sur la fonction de sa machine, le faciès du nomade se détendit d'un cran. Sans poser de questions, il glissa son épaisse paluche dans le gant rattaché à l'objet, non sans quelques secondes de galère - dues à un peu de crainte, et aux dimensions de sa main loin d'entrer dans les normes. Il se racla enfin la gorge, prêt à commencer l'expérience, la mine presque solennelle.

« Je suis une femme. Je suis un hippopotame. » Les joues de Kaname enflèrent brusquement, alors qu'il tentait de retenir son hilarité, sans grand succès. Un pffrrt lui échappa, et il voulut ouvrir la bouche pour s'excuser de son manque de sérieux, mais se ravisa très vite. Peut-être que ça va fausser son expérience, vaut mieux pas, pensa-t-il naïvement, avant de reprendre. « Je suis un homme. Je suis roux. »

Tout du long, il avait observé les réactions de la machine à ses affirmations, sans y comprendre grand chose. Le test bouclé, son regard se releva vers l'agent. « Alors, ça donn-... » commença-t-il, avant d'être interrompu par l'arrivée d'un homme, qui se présenta comme étant le senseur qu'avait demandé la jeune femme. À sa vue, Kaname se redressa imperceptiblement. Un sixième - ou septième, si l'on considérait ses facultés sensorielles poussées comme telles - sens s'affola en lui. Le nomade inspira bruyamment deux fois, en toisant le nouvel arrivant, comme s'il cherchait à l'identifier par l'odorat. Quelque chose sortait de l'ordinaire.

« Tu tombes bien ! » dit-il, sortant de sa stupeur momentanée, sans se soucier d'une quelconque formule de politesse. « Je suis plutôt pressé, ce serait franchement très sympa de s'y mettre tout de suite. » poursuivit-il, en se fendant d'un large sourire. Loin de lui l'envie de brusquer les deux kirijins ou de se montrer ingrat ; l'impatience ne faisait habituellement pas partie de ses torts. Pourtant, dans ce cas de figure précis, qu'il fasse preuve de patience aurait relevé de l'impossible.




_________________

···
« #8a0707 »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7514-en-cours-yasei-kaname-l-heritier-du-lion#63047 http://www.ascentofshinobi.com/t7546-raionhato-no-monogatari-yasei-kaname#63345
Kazuma Nanna
Kazuma Nanna

Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Empty
Ven 11 Oct 2019 - 13:46
La réaction de l’inconnu ne surprit pas la demoiselle. Cette dernière nota pourtant le petit affolement des deux petites tiges métalliques, en ajoutant le commentaire adéquat qui ne lui porte pas préjudice injustement. Elle répéta le même procédé lorsqu’il fut pris d’un petit rite – ou fou-rire – pour prononcer les phrases imposées par la brune. Par contre, œil aiguisé et surtout esprit concentré sur son test uniquement, elle remarqua ce subtil rythme métallique lorsqu’un troisième protagoniste fait son entrée. Le voyageur était surpris, et aux aguets. Un fait intéressant qu’elle note sans tarder, mais qui fut vite mis à mal à la tournure des événements. Il tutoyait, comme s’il connaissait le nouvel arrivant. Craignant d’être prise entre deux feux de discussion, elle se permit de prendre la parole afin de donner les dernières instructions. Elle n’avait qu’une hâte : prendre ses notes, et partir.

Cependant avant ça, une marque de politesse et de respect s’imposa. Elle se relève, bien droite, et offre un pseudo salut militaire.

- Kazuma Nanna, genin chargé de soutenir les équipes aux frontières. Je suis également en charge d’un projet pour détecter le mensonge avec cet outil. Cependant, jusqu’à la mise au point, nous avons à continuer nos procédures habituelles. Je vous remercie d’apporter votre aide et votre assistance.

Présentation faite, elle reprend sa place, sort une feuille et de l’encre, prête à écrire.

- Veuillez me donner votre nom, votre prénom, votre âge, votre lieu de naissance, votre lieu de résidence, la raison de votre visite et la durée de votre visite. Enfin je voudrais que vous nous indiquiez si vous avez des mauvaises intentions à l’égard du pays et du village.

La question semblait stupide et pourtant ô combien révélateur. La surprise et la peur dans le regard des innocents, la crainte et la suspicion dans celui des coupables et, dans quelques rares cas, un air stoïque ou hilare – souvent de la part de Shinobi imbu, ou trop sûr d’eux.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6007-kazuma-nanna-i-wanna-break-free-termine http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Kurayami Zeref
Kurayami ZerefEn ligne

Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Empty
Dim 13 Oct 2019 - 14:00
A peine entré, j'attire l'attention des deux personnes déjà présentes. Ce n'est pas étonnant, vu que je me suis annoncé. L'interrogé semble content de mon arrivée, et aussi pressé. J'ai une partie des informations qu'il me faut, mais je suis assez curieux d'entendre le reste, et si j'estime qu'il est digne de confiance, et bien celui qu'il a prétendu être un peu plus tôt, il se peut même que je me montre conciliant à son égard. Lorsque Nanna reprend la parole, je me pose contre un mur, les bras croisés, usant de mon ouïe pour suivre le rythme cardiaque et le son de la respiration de Kaname. Je ne compte pas particulièrement parler, ici, juste écouter.

D'un autre côté, s'il doit mentir, il prendra en compte ma présence, et c'est pour cette raison que je me fais discret, allant même jusqu'à me faire oublier, ce qui est l'une de mes habitudes. Cependant, s'il est du genre méfiant, il ne risque pas de m'oublier, et s'il est doué, il pourrait même déjouer toutes nos tentatives de découvrir un quelconque mensonge. Mais s'il est le frère de Reikan, il ne devrait pas être fondamentalement mauvais, et la vérité devrait sortir de ses lèvres. A moi de découvrir ce qu'il a à cacher.

Par ailleurs, je pense aussi à la féline, qui ne m'a jamais parlé de son frère, ni de sa famille en général - sans doute parce que je n'ai jamais demandé - et je me demande quelle sera sa réaction lorsque le roux la trouvera ? Il se peut très bien qu'elle ait gardé de mauvaises relations avec les siens, bien que j'en doute au regard de son attachement aux valeurs claniques et son envie profonde de tous nous réunir. Quoi qu'il en soit, beaucoup de questions me taraudent et j'espère bien avoir quelques réponses, aujourd'hui ou dans les prochains jours...

Spoiler:
 


_________________
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Hanae
Merci Shimi pour le beau louloup <3
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee http://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref
Yasei Kaname
Yasei Kaname

Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Empty
Jeu 17 Oct 2019 - 11:35

Eaux troubles, terres guerrières ft. Kiri
L'un des sourcils du Fils du Vent s'éleva, en voyant la dénommée Kazuma Nanna saluer de manière aussi formelle le garçon qui venait d'entrer. Les prémices de questionnements qui germaient dans son esprits furent proprement dispersées lorsqu'elle annonça son grade : genin. Et donc, l'autre doit être... plus gradé ?.. songea-t-il, en lançant quelques oeillades suspicieuses aux deux enfants de la Brume. Ce serait mentir que d'affirmer qu'il se sentait tenu en respect ; si bien qu'il préféra ravaler la foulée de petites moqueries déplacées qui se bousculaient sur le bout de sa langue. En lieu et place, il soupira seulement.

Nanna se rassit à leur table, prête à reprendre en main leur interrogatoire aux allures expérimentales. La plume à la main, elle s'assura d'être prête à prendre note avant de commencer à le cuisiner. Enfin.

« Je suis Kaname, fils aîné de Yasei Ragna. » débuta-t-il. En général, il n'avait jamais besoin d'aller plus loin. Cependant, pour entrer à Kiri, cité militaire qui devait probablement manquer d'informations au sujet de la hiérarchie du clan Yasei - comme tout le monde, soit dit en passant -, il devrait probablement faire un petit effort. « Je suis né il y a 31 années au Pays du Vent, et ai toujours vécu en nomade depuis lors, comme tout le reste de mon clan. Pour cette raison, je n'ai pas de lieu de résidence fixe à vous communiquer. » poursuivit-il, espérant que ce dernier détail ne lui porte préjudice. « Comme je vous l'ai dit, je suis venu voir ma petite soeur, Reikan. Quant à la durée de mon séjour, je n'en ai aucune idée - tout dépendra de l'accueil, j'imagine. Au pire des cas, je serai parti le lendemain de mon entrée. Au mieux... je ne sais pas. Mais je ne compte pas prendre racine chez vous, n'ayez crainte. »

Puis, il s'arrêta. Une pause dans sa réponse, faisant peser le silence sur la réponse à l'ultime question de la kunoichi. Avait-il l'intention de s'en prendre à Kiri ? Seul ? Il se savait un peu naïf, mais osa espérer qu'il n'en viendrait jamais au point de songer sérieusement à ce genre de folies. Pourtant, cette situation qu'il s'était représenté mentalement de lui face à la Brume fit échos à l'un de ses profonds désirs. Sa mine se renfrogna visiblement, ses traits se durcirent l'espace d'un instant. Une vieille plaie qui n'avait jamais cicatrisé était, de manière passagère, revenue le hanter.

« Je n'aime pas les hommes pouvant tuer sur commande, mais je ne nourris pas de rancoeur particulière envers Kiri. Toutefois, si j'apprends que ma soeur... »

Mais rien ne suivit. Il s'était interrompu, préférant ne pas s'avancer. Il ne lui arriverait rien de bon, s'il se mettait à psychoter et à menacer les deux seules personnes ayant la mainmise sur son billet d'entrée - ou de sortie expresse.


Spoiler:
 




_________________

···
« #8a0707 »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7514-en-cours-yasei-kaname-l-heritier-du-lion#63047 http://www.ascentofshinobi.com/t7546-raionhato-no-monogatari-yasei-kaname#63345
Kurayami Zeref
Kurayami ZerefEn ligne

Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Empty
Dim 10 Nov 2019 - 2:41
J'écoute avec attention les propos de l'interrogé. Ce qu'il dit sera la seule chose que nous utiliserons pour déterminer si oui ou non il pourra pénétrer nos terres, et notamment le village caché dans la brume. Il est rare d'avoir recours à de telles procédés que la détection de mensonge, et ce genre de méthodes ont souvent des failles utilisables par de bons manipulateurs, alors je ne préfère pas m'y référer. Mais ici, les propos que j'ai interceptés m'ont attiré, et je souhaite vraiment découvrir si ce Kaname dit la vérité. Me concentrant toujours sur les battements de son cœur et sur sa respiration, je n'en perds pas pour autant le contenu de ce qu'il raconte. Son nom, ses origines, le but de sa venue. Dans tout cela, je ne décèle pas d'indices montrant un quelconque mensonge. Néanmoins, lorsqu'il prononce ses derniers mots, je peux sentir une variation évidente. C'est aussi l'une des raisons pour lesquelles je ne me fie pas à ces mécanismes de détection de mensonges. Heureusement, n'étant pas moi-même une sorte de machine qui associe des changements dans la respiration ou le rythme cardiaque à un mensonge, je comprends aisément que vu la teneur de ce qu'il nous dit, il ne puisse rester parfaitement calme. Il est évident que s'il était arrivé quelque chose à Reikan, il serait fou de rage.

Je laisse donc Nanna donner son verdict, quel qu'il soit, avant de donner le mien, qui est forcément le plus au point étant donné ce que je sais déjà et le fait que mes dons sensoriels sont probablement plus valables que sa marionnette à l'essai. Je m'avance un peu, et je fixe le Yasei dans les yeux. Au fond de moi, la première question qui me vient est "Est-il un Yasei félin, comme ma Sensei ?", mais je ne compte pas m'étendre en politesses, et ne me contente que du strict nécessaire. Je lui tends un papier, sur lequel je note quelques instructions, comme notamment les quartiers à éviter, en tant qu'étranger, mais aussi une adresse à laquelle il ferait mieux de se rendre en premier lieu. Sur un autre morceau de papier, plus officiel, j'y associe un tampon montrant qu'il a le droit de se déplacer en terres Mizujines.

"Bien, pour moi tout est en ordre. Je vous conseille de vous rendre à l'adresse que je vous ai indiquée, à partir de là, vous devriez trouver votre sœur assez facilement. Je doute que vous mentiez sur votre relation avec elle, et si je ne me trompe pas, alors je vais vous épargner toutes les formalités habituelles. Cependant, rencontrez la en premier, et dites lui que Zeref vous envoie. A partir de là, vos agissements auront des répercussions sur elle, alors ne faites rien qui puisse la mettre en mauvaise position. Le papier avec le tampon est un laisser-passer, et sur l'autre papier, je vous ai indiqué les lieux que vous devez éviter, pour des raisons assez évidentes. Si l'on vous y trouve, vous risquerez gros. Enfin, je pense que Reikan vous en dira plus à ce propos."

Je lui montre alors la sortie, l'invitant à me suivre pour le conduire jusqu'à l'extérieur de ce port. Une fois devant une route, je lui indique une direction et lui dis quelques derniers mots.

"Allez dans cette direction, jusqu'à atteindre des marécages. Sur place, attendez qu'un garde se montre, il vous escortera jusqu'aux portes grâce au laisser-passer, et demandez lui comment vous rendre à l'adresse que je vous indique. C'est un temple, vous ne devriez pas le rater si vous empruntez le chemin qu'on vous indique, il est à côté de la seule forêt à l'intérieur du village."

Sans même un au revoir, je le laisse partir, un peu moins libre qu'il ne l'était avant d'arriver. Peut-être est-ce mon instinct qui m'a fait comprendre qu'il ne ment pas en disant être un Yasei, mais s'il s'est joué de moi, alors je saurai le retrouver pour le tuer. De mon côté, je repars pour continuer cette journée déjà bien fatigante.


résumé:
 

_________________
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Gk3n
Merci Mappy pour le kit <3
Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines Hanae
Merci Shimi pour le beau louloup <3
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5230-kurayami-zeref-l-indifference-incarnee http://www.ascentofshinobi.com/t7058-kurayami-zeref

Eaux troubles, terres guerrières ··· Libre, autorités kirijines

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Mizu no Kuni, Pays de l'Eau
Sauter vers: