Soutenez le forum !
1234
Partagez

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya]

Kaguya Shitekka
Kaguya ShitekkaEn ligne

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Empty
Mar 1 Oct 2019 - 21:56
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Xhvf

« Allez, trinque avec nous, fais pas ta fillette !
Profite, c'est pas tous les jours qu'Aniki paye sa tournée !
J'vous ai déjà dit que je buvais pas d'al-
Bois qu'on te dit ! Tu vas pas désobéir à ton Aniki, hein ?
Pffff…
Alleeeeeeez, bois mon garçon !
Qu'on apporte un verre à cet homme ! »
* * *

La soirée avait commencé avec une partie de mahjong dans le quartier du port. Rien de plus classique. Shitekka, en tant que membre de l'Inagawa-kai, intervenait pour représenter les intérêts du clan. Naturellement, le Kaguya affronta donc d'autres représentants de clans rivaux. Une guerre propre, aimait l'appeler Gozaburō. Au terme d'une partie rondement bien menée contre un clan qui avait mal choisi son représentant, il emporta la victoire, ainsi qu'un pactole bien mérité. Cela faisait quelques temps maintenant qu'il avait fait ses preuves auprès de Goto, son supérieur direct. Ce fut donc pour Goto et son groupe l'occasion de célébrer la victoire de Shitekka en bonne et due forme.

Il y avait donc Shitekka, bien sûr, Goto, le chef de la bande, Jō, un vieux pervers travaillant de longue date pour l'Inagawa-kai, et quelques "amis" de Goto. Tous s'étaient réunis au sud-ouest de la ville dans un izakaya quelconque. Tous commandèrent des bières, tous sauf Shitekka bien entendu. Ce qui n'était pas du goût de Goto, qui finalement eut gain de raison. Cependant, le jeune chef de quartier eut vite fait de constater son erreur…

Trois verres plus tard, Kaguya Shitekka présenta un tout autre visage auprès de son équipe. Les sens affutés par le breuvage, il ne fallut guère longtemps au Chūnin pour s'emballer. Il lui avait semblé entendre quelque chose qui lui déplaisait fortement, alors il se leva, renversant la moitié du contenu sur la table avant de se manifester. Cinq minutes plus tard, naturellement, une bagarre éclata.

« TU VAS RETIRER TOUDIZUIT Z'QUE T'AS DIT SUR MA MÈRE, COMPRIS SAC A MERDE ? »
Dans ce genre de situation, Shitekka obéissait à la règle des trois : il lui fallait trois verres pour changer d'état d'esprit, trois minutes pour faire des émeutes, et trois jours pour décuver. Pour le malheureux qui osa parler ou non de sa mère, le Kaguya n'aurait aucune gêne à démolir l'izakaya. En fait non, il n'aurait aucune gêne cette fois-ci à défier quiconque s'approcher trop près de lui. Ce qui représentait, selon ses calculs savants, une distance d'environ plus ou moins cinq mètres.

Malgré son gabarit, sous l'emprise de la boisson, l'Urumi était une force de la nature. Couplé à son entrainement de shinobi, maîtriser l'énergumène devint impossible. Bientôt, une bonne partie de la clientèle abandonna l'auberge ravagée par des tables et des chaises détruites, des verres brisés et des corps inconscients au sol. Si les "amis" de Goto débarrassèrent le plancher, Jō et son chef eux restèrent consternés devant le spectacle, impuissants devant la tornade Kaguya.

« Kesssssssta TOAH ? T'AS UN PROBLEUM AUSSI VEC MA MOMON ? »
Bientôt, l'izakaya n'accueillait plus que quelques curieux, ainsi que de courageux clients tentant désespérément de contenir un Shitekka ivre, à moitié torse-nu. Et avec le risque imminent de l'utilisation de chakra de la part du Kirijin, la nécessité qu'un compère ninja intervienne se faisait de plus en plus pressante…


_________________


L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Aditya
Aditya

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Empty
Mar 8 Oct 2019 - 0:38
L’ivresse de la victoire

ft. Kaguya Shitekka


Été 203, Ruelle, village de Kiri.

Bercé par la fraîcheur du ciel nocturne, le souffle d’une silhouette longiligne s’échappait à chacun de ses pas tandis qu’ils retraçaient le chemin familier menant au temple du bronze oxydé, aux alentours de la porte Nord du village. Un regard d'azur, dissimulé au travers de quelques mèches d’or, happait les lueurs chaleureuses des flammes ponctuant son passage, seules rémanences éphémères du jour au cœur de l’obscurité. Les contours du domaine des enfants de l’os s’effaçaient progressivement dans son dos, une compagnie à laquelle Aditya s’était arrachée il y a quelques instants après avoir apporté son aide à l’augure ; la construction d'un temple tel que celui-ci permettrait sans aucun doute de renouer le clan à ses traditions, et plus encore, à réconcilier hommes et femmes dont la spiritualité divergente était devenue un frein à leurs liens de sang.

L'odeur singulière du saké et du tabac vint chatouiller ses narines, lui indiquant qu'il venait de pénétrer dans l'un des quartiers animés de la Brume, dès lors que le soleil avait tiré sa dernière révérence : celui des bars et maisons closes. Son regard dériva sur certaines des enseignes avant même qu'il ne puisse reprendre son geste, scrutant les visages qui se dérobaient à sa vue en craignant d'en reconnaître certains d'entre eux ; plus que tout, Aditya espérait ne pas croiser les traits de Junko en compagnie d’hommes mal intentionnés cherchant ses plaisirs. Ses sourcils se froncèrent lorsqu’il réalisa à quel point cela pouvait sembler impertinent de sa part, comme s’il cherchait à chasser ses inquiétudes de lui-même. Après tout, la rougeoyante était tout à fait capable de se défendre par elle-même, cela, elle le lui avait d’ores et déjà prouvé. Pourtant… quelque chose en lui était loin d'être à l'aise de l'imaginer dans de telles situations.

Contre toute attente, un cri perça le capharnaüm créé par ces échoppes de vices, rompant le fil de ses pensées. Ce hurlement n’était autre que celui d'un gourniouf, un saltimbanque dont le timbre de voix égalait certainement celui d'un porc que l'on égorge. Aditya soupira ; l'alcool faisait bien des ravages aux lendemains de cataclysmes. Aujourd'hui encore, il s’interrogeait sur l'intérêt que l’on pouvait prêter à un tel breuvage, si ce n'était la quête d'un bonheur éphémère ou réchauffer des cœurs en peine. Et tandis qu’il s’apprêtait à reprendre sa route, ses pas glissant le long du flanc d’un énième bâtiment du même genre – et qu’il réalisa dans le même temps que sa marche avait pris fin de manière inconsciente – l’écho d’un « TU VAS RETIRER TOUDIZUIT Z'QUE T'AS DIT SUR MA MÈRE » outré retentit dans ses oreilles, suivit d’un « COMPRIS SAC A MERDE ? » sorti tout droit des tripes de l’indigné. L’espace d’un instant, la résolution de l’ascèse se stoppa aux frontières de son esprit. Que…

D’ordinaire, de telles paroles n’auraient pas attiré son attention, ses pensées demeurant entremêlées au cœur de souvenirs récents – la construction de ce fameux temple, ainsi que les préparations de la mission à venir aux côtés de Junko, présentement ; les élucubrations d’hommes enivrés par l’alcool n’avaient jamais fait partie de ses préoccupations. Néanmoins, les éclats révoltés de cette voix lui paraissaient étrangement familiers, assez pour qu’il s’interroge sur la personne à laquelle ils appartenaient ; si elle provoquait en lui de telles réminiscences, cela signifiait inévitablement qu’ils avaient partagé une discussion plus profonde que celles stériles dans lesquelles les hommes se complaisaient, ou que leurs rencontres répétées avaient ancré le ton de leur voix dans sa mémoire.

Quelques volées d'épaules vinrent frôler les siennes, parfois heurter, dans l'empressement de leur curiosité, attirée par le spectacle d'une âme en dérive. Les noren bordant l’entrée du bar le plus proche ne cessaient d’être soulevés par des mains anonymes, désirant voir de leurs propres yeux ce qu’il se déroulait entre ces murs. Au travers de leurs mouvements insipides, il perçut les contours d’une silhouette enivrée par la colère, ses deux pieds martelant la table sur laquelle il se tenait avec impertinence. Et alors qu’il se décidait à reprendre la route – concluant qu’il s’agissait d’un énème margoulin un peu trop éméché – son attention s’ancra au cœur des dorures d’un regard familier et glissa sur les contours de cicatrices gravées dans sa chair, dont les symboles réverbéraient des souvenirs remontant à son arrivée au sein de la Brume. Dites-moi que je rêve.

« Kesssssssta TOAH ? T'AS UN PROBLEUM AUSSI VEC MA MOMON ? »

Il ne s'agissait de nul autre que de Shitekka, l’un des membres du clan Kaguya dont il avait fait la connaissance au cœur du bois épars entourant le temple Seidou ; un homme à la psyché des plus intéressantes aux yeux de l'ascèse et qui faisait d’ordinaire preuve d’un calme olympien, se mettait à jouer des coudes et des poings pour refaire le portrait de la salle entière en les accusant d’avoir parlé illégitimement sur celle qu’il devinait être sa mère au travers d'insultes et de réflexions toutes aussi fleuries les unes que les autres. Il n'y avait aucun doute sur le fait que le Kaguya cherchait la magouille en attisant les flammes d'une bagarre alcoolisée, dépourvu de toute cette religieuse retenue que le blond lui avait trouvé à l'origine.

A cet instant précis, n’importe quel homme saint d’esprit se serait demandé : « mais qu’est-ce que c’est que ce zouf ». Et il aurait eu bien raison.

Heureusement pour Aditya, son vocabulaire était bien plus développé, bien que son incompréhension demeure égale audit sentiment : il n’avait aucune idée de ce qui était en train de se passer ou de pourquoi cela arrivait présentement, et ce n’était pourtant pas faute de rechercher les raisons ayant pu provoquer une telle dégringolade chez l’adorateur des Kamuys. Alors il délaissa un lourd soupir et entra à son tour dans l'échoppe, rejetant cette fois-ci le plus sempiternel de ses principes, celui de ne pas se mêler des affaires du monde, afin de lui venir en aide. Il était plus que clair que quelque chose n'allait pas. Au travers de cette masse informe de tripatouilleurs, le blond tentait tant bien que mal de se frayer un chemin... jusqu'à ce que le pire des gredins se mette sur sa route ; et vu la pinte qu'il lui tendait avec empressement, il cherchait sans aucun doute à lui faire monter l'alcool à la tête. Alors Aditya s’adressa à lui avec tout le respect qu’il prêtait à chacune de ses rencontres :

« Pourriez-vous me laisser passer ? Mon compagnon n'est pas dans son état normal...
HEIN QUOI ? TU CHERCHES LA CASTAGNE ?
La qu-... Non, je veux simplement lui venir en aide, glissa-t-il en haussant le ton ; visiblement, il ne le comprenais pas à cause du bruit ambiant.
AH TU DIRIGES UN CARTEL ? »

Les paupières de l'ascèse se fermèrent avec force devant un tel énergumène tandis qu'il réessayait une nouvelle fois de se faire comprendre, convoquant chacune once de son sang-froid.

« J'aimerai que vous vous poussiez.
TU VAS M'ÉCLATER ? MAIS POUR QUI TU TE PRENDS TO- »

La paume d'Aditya s'écrasa contre son torse, le dégageant simplement de son passage le temps que ses pas ne le guident jusqu'à la position de l'Urumi. Les cris de sa précédente rencontre fortuite – qui avait sûrement déjà trouvé un autre zigoto à embobiner – s’évanouirent dans le capharnaüm qui régnait en ces lieux alors qu’il rejoignait enfin les flancs de Shitekka. Et bien que son crâne n’atteignît que la hauteur de son genou, trônant ainsi sur la table qui lui faisait face, le blond pouvait discerner avec précision les rougeurs qui cernaient ses pommettes et le voile opaque qui avait recouvert ses iris mordorées. Il était indéniable que le Kaguya avait ingurgité bien plus d’alcool que son corps ne pouvait le supporter : en un mot, il était foutrement ivre. Un nouveau soupir fendit la barrière de ses lèvres avant que sa poigne ne se referme sur le bras de son comparse, tentant tant bien que mal d’attirer son attention sur sa personne et de, peut-être, le pousser à arrêter d’agir ainsi.

« Shitekka. »

Mais devant le regard qu’il lui lança, Aditya ne fut plus si certain qu’une once de lucidité ne demeure encore dans son esprit.



_________________

_

encore plus spooky:
 


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Kaguya Shitekka
Kaguya ShitekkaEn ligne

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Empty
Ven 11 Oct 2019 - 17:18


L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Xhvf

Sous l'effet de la "fatigue", ce fut un maelstrom d'émotions qui déferla dans l'esprit de Shitekka. Il suffit d'une étincelle, réelle ou imaginée, pour embraser toute la frustration et la rage du Kaguya de sang-mêlé. Ce malaise de la ville, ce dégoût du clan maternel furent exaltés par le besoin de protéger sa mère de toute menace, tant physique que verbale. Ainsi, l'izakaya fit vite les frais de cette explosion inconsciente. La clientèle fuyait petit à petit, sous les maigres lueurs des lanternes illuminant la ruelle. Ne restait donc plus quelques courageux, des curieux, et un mobilier plus ou moins en état. Au centre de la pièce, Shitekka luttait désespérément contre deux hommes qui tentaient tant bien que mal d'apaiser sa fureur ivre.

Ce fut sans compter sur la force de la nature qui s'éveillait sous le coup de l'alcool. Les deux hommes furent vite balayés d'un revers par Shitekka, abusant de sa formation de shinobi pour prendre l'avantage. Après tant d'exercice, le jeune homme sentit le besoin de s'hydrater, sa bouche devenant pâteuse. Son réflexe fut naturellement de saisir le premier verre à la portée de son bras. Une gorgée de saké plus tard, le Héros de Mizu n'avait jamais semblé aussi héroïque que maintenant.

« 'vont voir… petits sisams de… qu'on …SULTE PAS MA'MON ! »
Au meilleur de sa forme, Kaguya Shitekka fut interrompu dans son laïus de vengeur par une présence familière. Il tenait à peine debout. Il paraissait alors presque invraisemblable que l'enfant de Saroruncasi fut en mesure de porter son regard vers celui qui l'interpella. Il n'eut guère le temps de tituber jusqu'à lui que la silhouette s'approcha de lui, saisissant un bras qu'il sentait à peine.

À l'aide sa vision troublée, Shitekka dévisagea de son mieux avec un air pitoyable la personne. Elle avait de longs cheveux, clairs, tout comme ses yeux perçants dans l'obscurité accentuée par le voile de l'ivresse. Un apparat simple, mais un ton ferme pour solliciter l'attention du Kaguya éméché. Pour l'enfant de Saroruncasi, il ne faisait aucun doute que cette personne n'était nul autre que…

« REZZABURO ! 'fffoiré de vioque ! »
Il fallait que se présente alors le pire personnage dans cette situation, qu'il distinguait dans ce clair plutôt obscur. Si d'ordinaire Shitekka réfrénait tout le dédain qu'il éprouvait envers le chef de clan avec tout le respect qu'il avait envers les anciens de son kotan, les verrous de la retenue sautèrent au gré de la boisson. Son visage se crispa de colère, et tandis qu'il fronça les sourcils - impossible de trancher toutefois si ce fut sous le coup de la rage, ou simplement pour essayer de distinguer son interlocuteur - sa main balaya la poigne de son présumé antagoniste. La salle semblait tanguer, alors naturellement le corps du Kaguya suivit.
« T'viens pour t'moquer d'moua… c'çaaa hein Kamiyashi ? T'vaux rrien vieux croûton… c'ta faute d'toufaçon si ma mèrre enestlà ! Hoparata ! Oyapi ! »
Ce qui suivit dépassa totalement le cadre de ses quatre verres. Mû par une paranoïa entretenue par la théorie selon laquelle les anciens Kaguya œuvraient à une purge des femmes atteintes d'un mal incurable, Shitekka doutait des intentions du présumé Renzaburō. Que cherchait-il à faire ici ? Une nouvelle fois pris d'un soubresaut inexplicable, il vacilla sur le côté, avant de se ressaisir sur le rebord d'une table. Laisser macérer le soupçon quelques instants. Saupoudrer de complotisme, assaisonner avec du mépris, du dédain et autres épices. Enfin, flamber le tout avec une bonne dose de saké. Et voilà, vous avez un Shitekka prêt à en découdre pour sa survie.
« … t-t'es vnu pour m'tuer, hein, c'ça ? J'sais trop sur les Kuguya, alors tu veux m'silencer, mais j'me laisserai pas faire ! »
Il recula d'un pas, un pied devant, un pied derrière. Enfin plus ou moins. Déterminé à ne pas se laisser emporter dans la tombe, lui et le terrible secret qui pesait sur les Kaguya, il laissa son chakra envahir sa main droite, avant de donner une baffe dans le vide. Dans le même mouvement, l'apex de ses doigts se fendirent, révélant des phalanges à nu fusant à toute allure sur le supposé Renzaburō. Sa main gauche, paume vers le haut et les doigts pointant vers sa cible, répétèrent le même tour organique, offrant ainsi à l'interlocuteur de Shitekka dix phalanges, et certainement autant de raisons de les éviter.


tl;dr:
 

_________________


L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: