Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» 01. Equipe Takeru/Mowaru/Kenzo
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] EmptyAujourd'hui à 14:03 par Ashikaga Gabushi

» A l'attention de Yuki Kaya
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] EmptyAujourd'hui à 13:54 par Nobuatsu Saji

» 02. Valider un Combat/Entraînement
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] EmptyAujourd'hui à 13:44 par Chiwa Aimi

» Veillée de départ [PV. Chiwa Aimi]
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] EmptyAujourd'hui à 13:41 par Chiwa Aimi

» Le loup solitaire et l'étrange fille [Imekanu]
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] EmptyAujourd'hui à 13:40 par Imekanu

» C'est l'heure de rp !
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] EmptyAujourd'hui à 13:26 par Akiyama Tatsuya

» Demander son chemin. [Ft.Imai Nobume
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] EmptyAujourd'hui à 12:50 par Imai Nobume

» [Kiri / Mizu no Kuni] L'entourage de Gine
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] EmptyAujourd'hui à 12:47 par Suzurane Gine

» 06. Demandes d'apprentissage
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] EmptyAujourd'hui à 12:39 par Han Musashi

» Erasmus
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] EmptyAujourd'hui à 12:36 par Fuyumi

Partagez

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya]

Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Empty
Mar 1 Oct 2019 - 21:56
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Xhvf

« Allez, trinque avec nous, fais pas ta fillette !
Profite, c'est pas tous les jours qu'Aniki paye sa tournée !
J'vous ai déjà dit que je buvais pas d'al-
Bois qu'on te dit ! Tu vas pas désobéir à ton Aniki, hein ?
Pffff…
Alleeeeeeez, bois mon garçon !
Qu'on apporte un verre à cet homme ! »
* * *

La soirée avait commencé avec une partie de mahjong dans le quartier du port. Rien de plus classique. Shitekka, en tant que membre de l'Inagawa-kai, intervenait pour représenter les intérêts du clan. Naturellement, le Kaguya affronta donc d'autres représentants de clans rivaux. Une guerre propre, aimait l'appeler Gozaburō. Au terme d'une partie rondement bien menée contre un clan qui avait mal choisi son représentant, il emporta la victoire, ainsi qu'un pactole bien mérité. Cela faisait quelques temps maintenant qu'il avait fait ses preuves auprès de Goto, son supérieur direct. Ce fut donc pour Goto et son groupe l'occasion de célébrer la victoire de Shitekka en bonne et due forme.

Il y avait donc Shitekka, bien sûr, Goto, le chef de la bande, Jō, un vieux pervers travaillant de longue date pour l'Inagawa-kai, et quelques "amis" de Goto. Tous s'étaient réunis au sud-ouest de la ville dans un izakaya quelconque. Tous commandèrent des bières, tous sauf Shitekka bien entendu. Ce qui n'était pas du goût de Goto, qui finalement eut gain de raison. Cependant, le jeune chef de quartier eut vite fait de constater son erreur…

Trois verres plus tard, Kaguya Shitekka présenta un tout autre visage auprès de son équipe. Les sens affutés par le breuvage, il ne fallut guère longtemps au Chūnin pour s'emballer. Il lui avait semblé entendre quelque chose qui lui déplaisait fortement, alors il se leva, renversant la moitié du contenu sur la table avant de se manifester. Cinq minutes plus tard, naturellement, une bagarre éclata.

« TU VAS RETIRER TOUDIZUIT Z'QUE T'AS DIT SUR MA MÈRE, COMPRIS SAC A MERDE ? »
Dans ce genre de situation, Shitekka obéissait à la règle des trois : il lui fallait trois verres pour changer d'état d'esprit, trois minutes pour faire des émeutes, et trois jours pour décuver. Pour le malheureux qui osa parler ou non de sa mère, le Kaguya n'aurait aucune gêne à démolir l'izakaya. En fait non, il n'aurait aucune gêne cette fois-ci à défier quiconque s'approcher trop près de lui. Ce qui représentait, selon ses calculs savants, une distance d'environ plus ou moins cinq mètres.

Malgré son gabarit, sous l'emprise de la boisson, l'Urumi était une force de la nature. Couplé à son entrainement de shinobi, maîtriser l'énergumène devint impossible. Bientôt, une bonne partie de la clientèle abandonna l'auberge ravagée par des tables et des chaises détruites, des verres brisés et des corps inconscients au sol. Si les "amis" de Goto débarrassèrent le plancher, Jō et son chef eux restèrent consternés devant le spectacle, impuissants devant la tornade Kaguya.

« Kesssssssta TOAH ? T'AS UN PROBLEUM AUSSI VEC MA MOMON ? »
Bientôt, l'izakaya n'accueillait plus que quelques curieux, ainsi que de courageux clients tentant désespérément de contenir un Shitekka ivre, à moitié torse-nu. Et avec le risque imminent de l'utilisation de chakra de la part du Kirijin, la nécessité qu'un compère ninja intervienne se faisait de plus en plus pressante…


_________________


L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Aditya
Aditya

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Empty
Mar 8 Oct 2019 - 0:38
L’ivresse de la victoire

ft. Kaguya Shitekka


Été 203, Ruelle, village de Kiri.

Bercé par la fraîcheur du ciel nocturne, le souffle d’une silhouette longiligne s’échappait à chacun de ses pas tandis qu’ils retraçaient le chemin familier menant au temple du bronze oxydé, aux alentours de la porte Nord du village. Un regard d'azur, dissimulé au travers de quelques mèches d’or, happait les lueurs chaleureuses des flammes ponctuant son passage, seules rémanences éphémères du jour au cœur de l’obscurité. Les contours du domaine des enfants de l’os s’effaçaient progressivement dans son dos, une compagnie à laquelle Aditya s’était arrachée il y a quelques instants après avoir apporté son aide à l’augure ; la construction d'un temple tel que celui-ci permettrait sans aucun doute de renouer le clan à ses traditions, et plus encore, à réconcilier hommes et femmes dont la spiritualité divergente était devenue un frein à leurs liens de sang.

L'odeur singulière du saké et du tabac vint chatouiller ses narines, lui indiquant qu'il venait de pénétrer dans l'un des quartiers animés de la Brume, dès lors que le soleil avait tiré sa dernière révérence : celui des bars et maisons closes. Son regard dériva sur certaines des enseignes avant même qu'il ne puisse reprendre son geste, scrutant les visages qui se dérobaient à sa vue en craignant d'en reconnaître certains d'entre eux ; plus que tout, Aditya espérait ne pas croiser les traits de Junko en compagnie d’hommes mal intentionnés cherchant ses plaisirs. Ses sourcils se froncèrent lorsqu’il réalisa à quel point cela pouvait sembler impertinent de sa part, comme s’il cherchait à chasser ses inquiétudes de lui-même. Après tout, la rougeoyante était tout à fait capable de se défendre par elle-même, cela, elle le lui avait d’ores et déjà prouvé. Pourtant… quelque chose en lui était loin d'être à l'aise de l'imaginer dans de telles situations.

Contre toute attente, un cri perça le capharnaüm créé par ces échoppes de vices, rompant le fil de ses pensées. Ce hurlement n’était autre que celui d'un gourniouf, un saltimbanque dont le timbre de voix égalait certainement celui d'un porc que l'on égorge. Aditya soupira ; l'alcool faisait bien des ravages aux lendemains de cataclysmes. Aujourd'hui encore, il s’interrogeait sur l'intérêt que l’on pouvait prêter à un tel breuvage, si ce n'était la quête d'un bonheur éphémère ou réchauffer des cœurs en peine. Et tandis qu’il s’apprêtait à reprendre sa route, ses pas glissant le long du flanc d’un énième bâtiment du même genre – et qu’il réalisa dans le même temps que sa marche avait pris fin de manière inconsciente – l’écho d’un « TU VAS RETIRER TOUDIZUIT Z'QUE T'AS DIT SUR MA MÈRE » outré retentit dans ses oreilles, suivit d’un « COMPRIS SAC A MERDE ? » sorti tout droit des tripes de l’indigné. L’espace d’un instant, la résolution de l’ascèse se stoppa aux frontières de son esprit. Que…

D’ordinaire, de telles paroles n’auraient pas attiré son attention, ses pensées demeurant entremêlées au cœur de souvenirs récents – la construction de ce fameux temple, ainsi que les préparations de la mission à venir aux côtés de Junko, présentement ; les élucubrations d’hommes enivrés par l’alcool n’avaient jamais fait partie de ses préoccupations. Néanmoins, les éclats révoltés de cette voix lui paraissaient étrangement familiers, assez pour qu’il s’interroge sur la personne à laquelle ils appartenaient ; si elle provoquait en lui de telles réminiscences, cela signifiait inévitablement qu’ils avaient partagé une discussion plus profonde que celles stériles dans lesquelles les hommes se complaisaient, ou que leurs rencontres répétées avaient ancré le ton de leur voix dans sa mémoire.

Quelques volées d'épaules vinrent frôler les siennes, parfois heurter, dans l'empressement de leur curiosité, attirée par le spectacle d'une âme en dérive. Les noren bordant l’entrée du bar le plus proche ne cessaient d’être soulevés par des mains anonymes, désirant voir de leurs propres yeux ce qu’il se déroulait entre ces murs. Au travers de leurs mouvements insipides, il perçut les contours d’une silhouette enivrée par la colère, ses deux pieds martelant la table sur laquelle il se tenait avec impertinence. Et alors qu’il se décidait à reprendre la route – concluant qu’il s’agissait d’un énème margoulin un peu trop éméché – son attention s’ancra au cœur des dorures d’un regard familier et glissa sur les contours de cicatrices gravées dans sa chair, dont les symboles réverbéraient des souvenirs remontant à son arrivée au sein de la Brume. Dites-moi que je rêve.

« Kesssssssta TOAH ? T'AS UN PROBLEUM AUSSI VEC MA MOMON ? »

Il ne s'agissait de nul autre que de Shitekka, l’un des membres du clan Kaguya dont il avait fait la connaissance au cœur du bois épars entourant le temple Seidou ; un homme à la psyché des plus intéressantes aux yeux de l'ascèse et qui faisait d’ordinaire preuve d’un calme olympien, se mettait à jouer des coudes et des poings pour refaire le portrait de la salle entière en les accusant d’avoir parlé illégitimement sur celle qu’il devinait être sa mère au travers d'insultes et de réflexions toutes aussi fleuries les unes que les autres. Il n'y avait aucun doute sur le fait que le Kaguya cherchait la magouille en attisant les flammes d'une bagarre alcoolisée, dépourvu de toute cette religieuse retenue que le blond lui avait trouvé à l'origine.

A cet instant précis, n’importe quel homme saint d’esprit se serait demandé : « mais qu’est-ce que c’est que ce zouf ». Et il aurait eu bien raison.

Heureusement pour Aditya, son vocabulaire était bien plus développé, bien que son incompréhension demeure égale audit sentiment : il n’avait aucune idée de ce qui était en train de se passer ou de pourquoi cela arrivait présentement, et ce n’était pourtant pas faute de rechercher les raisons ayant pu provoquer une telle dégringolade chez l’adorateur des Kamuys. Alors il délaissa un lourd soupir et entra à son tour dans l'échoppe, rejetant cette fois-ci le plus sempiternel de ses principes, celui de ne pas se mêler des affaires du monde, afin de lui venir en aide. Il était plus que clair que quelque chose n'allait pas. Au travers de cette masse informe de tripatouilleurs, le blond tentait tant bien que mal de se frayer un chemin... jusqu'à ce que le pire des gredins se mette sur sa route ; et vu la pinte qu'il lui tendait avec empressement, il cherchait sans aucun doute à lui faire monter l'alcool à la tête. Alors Aditya s’adressa à lui avec tout le respect qu’il prêtait à chacune de ses rencontres :

« Pourriez-vous me laisser passer ? Mon compagnon n'est pas dans son état normal...
HEIN QUOI ? TU CHERCHES LA CASTAGNE ?
La qu-... Non, je veux simplement lui venir en aide, glissa-t-il en haussant le ton ; visiblement, il ne le comprenais pas à cause du bruit ambiant.
AH TU DIRIGES UN CARTEL ? »

Les paupières de l'ascèse se fermèrent avec force devant un tel énergumène tandis qu'il réessayait une nouvelle fois de se faire comprendre, convoquant chacune once de son sang-froid.

« J'aimerai que vous vous poussiez.
TU VAS M'ÉCLATER ? MAIS POUR QUI TU TE PRENDS TO- »

La paume d'Aditya s'écrasa contre son torse, le dégageant simplement de son passage le temps que ses pas ne le guident jusqu'à la position de l'Urumi. Les cris de sa précédente rencontre fortuite – qui avait sûrement déjà trouvé un autre zigoto à embobiner – s’évanouirent dans le capharnaüm qui régnait en ces lieux alors qu’il rejoignait enfin les flancs de Shitekka. Et bien que son crâne n’atteignît que la hauteur de son genou, trônant ainsi sur la table qui lui faisait face, le blond pouvait discerner avec précision les rougeurs qui cernaient ses pommettes et le voile opaque qui avait recouvert ses iris mordorées. Il était indéniable que le Kaguya avait ingurgité bien plus d’alcool que son corps ne pouvait le supporter : en un mot, il était foutrement ivre. Un nouveau soupir fendit la barrière de ses lèvres avant que sa poigne ne se referme sur le bras de son comparse, tentant tant bien que mal d’attirer son attention sur sa personne et de, peut-être, le pousser à arrêter d’agir ainsi.

« Shitekka. »

Mais devant le regard qu’il lui lança, Aditya ne fut plus si certain qu’une once de lucidité ne demeure encore dans son esprit.



_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Empty
Ven 11 Oct 2019 - 17:18


L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Xhvf

Sous l'effet de la "fatigue", ce fut un maelstrom d'émotions qui déferla dans l'esprit de Shitekka. Il suffit d'une étincelle, réelle ou imaginée, pour embraser toute la frustration et la rage du Kaguya de sang-mêlé. Ce malaise de la ville, ce dégoût du clan maternel furent exaltés par le besoin de protéger sa mère de toute menace, tant physique que verbale. Ainsi, l'izakaya fit vite les frais de cette explosion inconsciente. La clientèle fuyait petit à petit, sous les maigres lueurs des lanternes illuminant la ruelle. Ne restait donc plus quelques courageux, des curieux, et un mobilier plus ou moins en état. Au centre de la pièce, Shitekka luttait désespérément contre deux hommes qui tentaient tant bien que mal d'apaiser sa fureur ivre.

Ce fut sans compter sur la force de la nature qui s'éveillait sous le coup de l'alcool. Les deux hommes furent vite balayés d'un revers par Shitekka, abusant de sa formation de shinobi pour prendre l'avantage. Après tant d'exercice, le jeune homme sentit le besoin de s'hydrater, sa bouche devenant pâteuse. Son réflexe fut naturellement de saisir le premier verre à la portée de son bras. Une gorgée de saké plus tard, le Héros de Mizu n'avait jamais semblé aussi héroïque que maintenant.

« 'vont voir… petits sisams de… qu'on …SULTE PAS MA'MON ! »
Au meilleur de sa forme, Kaguya Shitekka fut interrompu dans son laïus de vengeur par une présence familière. Il tenait à peine debout. Il paraissait alors presque invraisemblable que l'enfant de Saroruncasi fut en mesure de porter son regard vers celui qui l'interpella. Il n'eut guère le temps de tituber jusqu'à lui que la silhouette s'approcha de lui, saisissant un bras qu'il sentait à peine.

À l'aide sa vision troublée, Shitekka dévisagea de son mieux avec un air pitoyable la personne. Elle avait de longs cheveux, clairs, tout comme ses yeux perçants dans l'obscurité accentuée par le voile de l'ivresse. Un apparat simple, mais un ton ferme pour solliciter l'attention du Kaguya éméché. Pour l'enfant de Saroruncasi, il ne faisait aucun doute que cette personne n'était nul autre que…

« REZZABURO ! 'fffoiré de vioque ! »
Il fallait que se présente alors le pire personnage dans cette situation, qu'il distinguait dans ce clair plutôt obscur. Si d'ordinaire Shitekka réfrénait tout le dédain qu'il éprouvait envers le chef de clan avec tout le respect qu'il avait envers les anciens de son kotan, les verrous de la retenue sautèrent au gré de la boisson. Son visage se crispa de colère, et tandis qu'il fronça les sourcils - impossible de trancher toutefois si ce fut sous le coup de la rage, ou simplement pour essayer de distinguer son interlocuteur - sa main balaya la poigne de son présumé antagoniste. La salle semblait tanguer, alors naturellement le corps du Kaguya suivit.
« T'viens pour t'moquer d'moua… c'çaaa hein Kamiyashi ? T'vaux rrien vieux croûton… c'ta faute d'toufaçon si ma mèrre enestlà ! Hoparata ! Oyapi ! »
Ce qui suivit dépassa totalement le cadre de ses quatre verres. Mû par une paranoïa entretenue par la théorie selon laquelle les anciens Kaguya œuvraient à une purge des femmes atteintes d'un mal incurable, Shitekka doutait des intentions du présumé Renzaburō. Que cherchait-il à faire ici ? Une nouvelle fois pris d'un soubresaut inexplicable, il vacilla sur le côté, avant de se ressaisir sur le rebord d'une table. Laisser macérer le soupçon quelques instants. Saupoudrer de complotisme, assaisonner avec du mépris, du dédain et autres épices. Enfin, flamber le tout avec une bonne dose de saké. Et voilà, vous avez un Shitekka prêt à en découdre pour sa survie.
« … t-t'es vnu pour m'tuer, hein, c'ça ? J'sais trop sur les Kuguya, alors tu veux m'silencer, mais j'me laisserai pas faire ! »
Il recula d'un pas, un pied devant, un pied derrière. Enfin plus ou moins. Déterminé à ne pas se laisser emporter dans la tombe, lui et le terrible secret qui pesait sur les Kaguya, il laissa son chakra envahir sa main droite, avant de donner une baffe dans le vide. Dans le même mouvement, l'apex de ses doigts se fendirent, révélant des phalanges à nu fusant à toute allure sur le supposé Renzaburō. Sa main gauche, paume vers le haut et les doigts pointant vers sa cible, répétèrent le même tour organique, offrant ainsi à l'interlocuteur de Shitekka dix phalanges, et certainement autant de raisons de les éviter.


tl;dr:
 

_________________


L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Aditya
Aditya

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Empty
Dim 27 Oct 2019 - 13:28
De longues seconds s’écoulèrent sans que l’un d’entre eux ne souffle un mot. Le silence demeurait ponctué de l’échos lancinant des cris des soulards réclamants une pinte de plus pour s’enivrer cet alcool qu’ils chérissaient tant et des grimaces étranges de l’Urumi, qui semblait essayer tant bien que mal de le reconnaître… ou tout du moins ce qu’il pensait. Lorsqu’il le vit ouvrir la bouche, il s’attendait évidemment à ce qu’il lui adresse quelques mots marqués par le culte des Kamuys dont ils avaient eu le loisir de discuter lors de leur première rencontre ; et pour autant… il n’en fut rien. Des seules syllabes qu’il put desceller au travers de ce capharnaüm, aucune d’entre elle ne s’apparentaient à celle de son nom, ni même d’un autre : « REZZABURO ». Mais qu’était-ce donc ?

Ses sourcils se froncèrent sous l’incompréhension. « Enfoiré de vioque » ? Il s’agissait donc d’une personne, visiblement d’un âge avancé que le Kaguya était loin de porter dans son cœur… cependant, quelle idée saugrenue avait pu mener Shitekka à les confondre ? La surprise prit place sur le visage de l’ascèse lorsque les prémisses d’une colère sourde et réfrénée ne fit ployer les traits de l’enfant de l’os sous son joug ; et alors qu’il semblait ne pas être dans la meilleure de sa forme – son vis-à-vis ayant indéniablement plusieurs coups dans le nez – il paraissait néanmoins prêt à troquer la réalité contre la métaphore et se mettre à distribuer de véritables mandales à son entourage. Aditya sentit l’étau de sa poigne se relâcher autour du poignet du jeune homme dont les paroles désordonnées étaient teintées d’un langage dont il n’avait aucune connaissance ; peut-être partageait-il certaines consonnances avec le nom des Dieux que le Kaguya vénérait, mais en l’état, l’ascèse ne pouvait en être sûr. Et tandis qu’il le vit vaciller une seconde fois, le blond tenta de réceptionner son corps ballottant, rapidement stoppé dans son élan par des affabulations supplémentaires. Mon dieu Shitekka… Rappelle-moi de t’éloigner de toute forme d’alcool à l’avenir.

« Bien sûr que non que je ne cherches pas à te tuer... Cependant, tu as certainement englouti assez d’alcool pour qu’on te confonde avec un mort, je te l’accorde. »

Aditya tut néanmoins cette volonté de le « silencer » ; qui que soit ce « Rezzaburo », il était évident que sa relation avec l’Urumi était loin d’être au beau fixe et que des griefs étaient entretenus des deux côtés. Si son comparse s’évertuait à le confondre avec ce vieillard, il devrait redoubler de prudence quant à ses mots et à ses gestes, de peur que cette situation ne finisse pas dégénérer de la pire des manières.

Lorsqu'il le vit déchanter à nouveau et mimer des baffes illusoires dans le vide, il crut tout d'abord à une chute loin d'être prévue ; mas lorsque la peau de ses mains commença à se faucher, le blond craignit le pire. Prit de surprise, il bondit en arrière afin de glaner quelques secondes de répit quant à cette attaque soudaine et forma un mudrā unique en liant ses paumes les unes contre les autres, provoquant l'apparition d'un bouclier de bois sur son avant-bras qui n'eut aucun mal à éponger les phalanges du Kaguya ; s'il avait pu les esquiver simplement, une telle réaction aurait mis en péril les autres civils peuplant le bar à cette heure. Il était en état de se défendre, en tant que shinobi, mais qu'en était-il d'eux ?

Alors qu'il voulut s'adresser à nouveau à Shitekka et lui faire sentir le fond de sa pensée, il fut coupé par l'expression qui trônait sur son visage : de la rage, mêlée à une certaine terreur. Il n'y avait aucun doute sur la question. Il était incapable de déterminer la réalité du mensonge, si bien que qui que fut ce Rezzaburo, il était prêt à en découdre de la plus brutale des manières. Les sourcils de l'ascèse se froncèrent à nouveau tandis qu'il se frayait un chemin au-travers de la foule, forcé de jouer ce jeu de rôle.

« Que dirais-tu de régler ça dehors ? »

Il fallait à tout prix l'éloigner de cette marée humaine, au risque qu'il ne finisse irrémédiablement par blesser l'un d'entre eux.


récapitulatif:
 



_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Empty
Jeu 31 Oct 2019 - 19:32
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Xhvf

La houle invisible continuait de faire tanguer indéfiniment l'enfant de Saroruncasi. Affligé de ce mal de mer permanent, l'embrumé de Kiri essaya tout de même de garder la tête haute face à celui qu'il considérait comme son pire ennemi. Malgré le lien parental qui les unissait, Shitekka éprouvait une méfiance extrême à l'égard de celui qu'il considérait comme impliqué dans les sombres secrets du clan Kaguya. En supposant sa présence nocturne dans ce bar, cette anxiété pathologique ne fut que plus exaltée. Le balafré songea au pire, quant aux motivations poussant le doyen des Kaguya à rencontrer son petit-fils ici. Des théories complotistes s'entrechoquèrent, pour toute converger vers le même point : il fallait faire taire le traître.


Poussé par ce biais de confirmation arrosé de saké, Shitekka eut un mal fou à se concentrer sur les propos tenus par son interlocuteur. Seuls les mots "mort", "tuer" résonnèrent dans les oreilles sifflantes du Kaguya de sang-mêlé. Son visage crispé de terreur se déforma sous la torpeur. Quelques instants plus tard, une rixe éclata entre les deux hommes : la vision approximative de Shitekka distingua une égide solide se former entre les mains de son ennemi juré. Pour un présumé membre émérite du clan Kaguya, la couleur marronâtre qui caractérisait la protection inquiéta le balafré.

« Serait-ceeee… le Byōkotsumyaku ?! »
Shitekka fut bien assez tôt forcé de sortir de ses pensées, alors que son adversaire l'invitait à régler ça à l'extérieur. L'invitation, en réalité bien intentionnée, fut mal interprétée par la fatigue du Kaguya. Quand la paranoïa frappait, couplée à l'ivre… la fatigue du bar, impossible de raisonner le balafré.
« Tu meeeens. 'voue… que c'un piège pour m'TUER hein ? 'tes copains qui m'attendent dohors pour m'iliminer, hein ? »
Il hoqueta, et d'un pas hésitant, recula de frayeur. Il ne voulait pas aller dehors. Le risque était trop grand à ses yeux rougeoyants. Au vu de la première salve de phalanges, la salle principale était de toute manière bien vidée : le grabuge avait également fait le ménage parmi le mobilier. Au centre, un vide s'était créé, ensuite entouré de débris de chaises et de tables fracassées au gré des rixes. C'était dans cet environnement précaire que choisirait de combattre le Kaguya de sang mêlé de boisson.

Son esprit troublé le gênait dans cette bataille à venir. Après tout, ses principes moraux l'empêchaient d'attenter à la vie de son opposant, quand bien même c'était là le souhait de Wutu-Fuku. Il décida donc de se donner du courage, en prenant une dernière gorgée dans une bouteille trouvée au hasard. Avec une voix presque vomiteuse, il grommela quelques insultes dans sa langue natale à l'égard de son adversaire, puis frotta sa main droite le long de son avant-bras gauche. Shitekka tituba quelques pas en arrière, prenant appui sur un des piliers du bar avant d'abandonner cet appui pour pointer sa paume face à l'ennemi.

« Tu 'as REGRETTER z'que t'm'as dit zur moi l'bâtARD ! Par la danse de … de la … de la camomille ! »
Pris d'un trou de mémoire, il annonça avec confusion son attaque en rendant hommage à la tradition florale des danses claniques. Son avant-bras gauche se hérissa alors de dix piques, lesquelles fusèrent à toute allure sur sa cible. Ces projectiles, emplis de chakra Katon, s'avéraient plus redoutables qu'ils n'y paraissaient : mais pour l'heure, il paraissait impossible de deviner la nature incandescente de ces fragments affutés d'os.


tl;dr:
 

_________________


L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Aditya
Aditya

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Empty
Mar 19 Nov 2019 - 17:57
Aditya avisa son vis-à-vis d'un regard suspect, transi par le suspens insoutenable que sous-entendait l'expression médusée de l'enfant de l'os ; entre terreur, surprise et résignation, l'ascèse eut bien vite fait de comprendre qu'il était hors de question pour lui de rejoindre l'extérieur de la bâtisse, une décision menée par une crainte anonyme dont il lui était impossible de connaître les recoins... ou tout du moins, jusqu'à ce que ses paroles enivrées par l'alcool ne lui parviennent en vague, au travers des hurlements et gémissements apeurés de la foule. Peu à peu, la salle de vice se faisait absente, muette de toute présence farfelue. Seule la silhouette du tenancier, à la fois tétanisée et rouge d'une colère sourde demeurait derrière le bois luisant de son bar de fortune, ses phalanges pressées avec ardeur contre ses bouteilles tant choyées d'amour. Du coin de l’œil, le blond le vit en dé-bouchonner une d'un geste sans nul doute entretenu par l'habitude et porter le goulot à ses lèvres ; quelques secondes plus tard, le liquide transparent qui s'y logeait disparu dans son gosier avant qu'un bruit sourd ne teinte sa chute de vérité. Aditya laissa un soupir empreint de lassitude. J'imagine que cela en fera un de moins pour qui je devrais m'inquiéter de la santé. Un sourire conciliant prit place sur son visage alors qu'il s'arrachait à la contemplation de ce meuble abandonné. Les réactions de survie de certains peuvent se montrer surprenantes, parfois.

Ses pensées furent rappelées à l'ordre par les grommellements incompréhensibles de son adversaire de fortune, qu'il devina être issus de la langue qu'il partageait avec les Kamuys, ces divinités archaïque dont il avait apprit l'existence lors de leur première rencontre ; un savoir qu'il se devrait de troquer aujourd'hui contre une profonde sollicitude à son égard, et à celui de son alcoolémie incroyable. Aditya nota dans un coin de son esprit de le forcer à boire un peu d'eau dès lors qu'il aurait calmé ses ardeurs, afin que sa prochaine aurore ne soient pas voilée par de ferventes douleurs.

D'un coup d’œil, il avisa ses alentours et réalisa que l'échoppe s'était entièrement vidée, ne laissant là que les bruits abstraits de bouteilles roulant sur le sol et de chaises tanguant au rythme rémanent d'un mouvement imposé par la fuite. En un sens, l'ascèse se rassura sur ce point ; quand bien même le Kaguya avait refusé de le suivre hors de cette bastringue, la vie d'aucun habitant du village ne serait menacé par leur échange pour le moins... échauffé, si l'on en croyait l'ardent désir de le trucider qui dansait dans les pupilles d'or de son adversaire de fortune. Qui que soit ce Rezzaburo... Shitekka et lui n'entretiennent vraisemblablement pas une très bonne relation.

Ses sens furent alerté par le geste de l'enfant de l'os, qui bien que pouvant paraître innocent, réverbérait en lui les ses souvenirs d'assauts précédents. Une simple caresse sur son bras, qui pouvait s'avérer aussi anodine que tout autre ; mais connaissant la faculté inouïe de ce clan à moduler leur os selon leur volonté sans avoir à faire appel à aucun mudrā pour les épauler, chaque mouvement pouvait révéler les prémisses d'une technique lancée à son encontre. Un pressentiment qui ne tarda pas à se confirmer lorsqu'il entendit les paroles assez... déconcertantes, prononcées par Shitekka. La danse de la... camomille ? Les yeux de l'ascèse s'écarquillèrent quelque peut sous la surprise ; n'était-ce pas une plante utilisée pour les infusions ? Peut-être était-ce là le breuvage préféré de notre cher Kaguya.

Aditya s'arracha à ses réflexions végétales lorsqu'il perçut la nature de l'offensive qui lui était portée : une dizaine de projectiles parés d'une aura enflammée. Sans attendre, son bras portant l'égide d'un bouclier sylvestre se redressa face à eux... avant de se briser sous le joug de deux ossatures ardentes. Il s'empressa de reculer de quelques pas, décontenancé, afin d'ériger une seconde défense qui serait plus à même de le protéger de telles attaques ; mais ce fut sans compter la courbe croissante qu'avait prit ces os expulsés de son corps, de telle manière qu'ils semblaient suivre ses mouvements dans leurs moindre recoins.

Ses sourcils se froncèrent lorsqu'il devina que leur expéditeur devait très certainement en commander la course, bien trop tard pour parer à nouveau un nouveau duo de projectiles qui ne manqua pas de se ficher dans la chair de son avant-bras, répandant leurs langues enflammées à la surface de sa peau. Ses lèvres se pincèrent en un air agacé avant que ses paumes ne se lient d'avantage entre elles, liant le mudra unique qu'elles formaient. En quelques instant, un mur sylvestre s'éleva du plancher de la bâtisse dont la courbe sibylline de son sommet saurait protéger ses points morts en majeure partie. Six coups successifs parvinrent à la lisière de ses oreilles, l'avertissant que le restant de l'assaut avait été absorbée par ce même rempart.

D'un bond, Aditya rejoignit le flanc de sa création afin de discerner la silhouette de l'enfant de l'os tandis que ses paumes s'entremêlaient à nouveau, cette fois-ci pour marquer l'esplanade déserte d'une contre-attaque bien sentie, malgré la brûlure désagréable qui taraudait son derme. De nombreux pieux émergèrent des lames de bois, retraçant le chemin qui le séparait du Kaguya en laissant sur leur passage les figures abstraites de leurs consœurs ; il était indéniable qu'elles cherchaient à frapper, sinon lacérer les membres inférieurs de l'enfant de l'os, et ainsi, absoudre momentanément sa capacité à se déplacer.

Si l'ascèse était loin d'être dupe en ce qui concernait leur faculté clanique à régénérer les morceaux manquants de leur ossature, il en serait certainement tout autre en ce qui concernait les fibres de ses muscles, voir même de ses tendons...


récapitulatif:
 



_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Empty
Sam 14 Déc 2019 - 18:40
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Xhvf

Combat ou pas, la fatigue de la soirée commençait à faire effet sur Shitekka. Sa vue se troublait, et un maléfice inconnu força ses paupières à s'alourdir. Le plancher de l'auberge continuait de son côté à toujours tanguer, au grand dam du Kaguya de sang-mêlé de vinasse. Mais au-delà de la torpeur de la nuit, et des troubles qui agressaient son corps, la crainte imminente que représentait Rezzaburô le tenait en éveil. Dans un pénible cocktail d'usure et d'intense stress, l'enfant de Saroruncasi essayait tant bien que mal de tenir debout, et surtout de survivre.

Le visage crispé par la fatigue fut incapable d'exprimer la satisfaction de Shitekka, alors que son assaut fit mouche sur son opposant. Ce dernier, tentant de bloquer les projectiles dans un premier temps, fut confronté à leur nature presque vivante les invitant à traquer la présence de l'assaillant pour toucher. Cette réussite, presque insoupçonnée face au présumé commandant suprême de la Horde d'ivoire, arracha à son petit-fils un cri de soulagement.

« Prend çaaaa Rezabourreau… CHEH ! »
Il ne savait plus vraiment ce qu'il disait. Vraiment. En revanche, malgré sa vision trouble, il savait très bien ce qui se produisait devant lui. Son adversaire ne souhaitait pas en rester là, et joignant les paumes face à lui, invita une myriade d'épieux à surgir du plancher en direction de Shitekka pour l'empaler. Affolé, il hésita un instant, ses sens inhibés par l'al… l'alchimie étrange entre le plancher et ces pieux. Finalement, à la manière d'une montée d'adrénaline, son chakra donna l'élan nécessaire à ses jambes pour bondir sur le côté de justesse. Malgré cette esquive, l'usure physique et mentale du jeune homme l'empêcha de maîtriser totalement son déplacement : il avait atterri dans un groupe de tabourets et une table qu'il renversa et brisa pour certains.

Pris d'une douleur à la tête, difficile de trancher entre un choc avec le mobilier et son lever de coude exagéré de tantôt, Shitekka se releva entre les morceaux de bois, bien différents de ceux produits par Renzaditya. Le regard injecté de sang, la bouche pâteuse, il n'était presque plus en mesure de parler. Il ne fit que grommeler quelques mots inaudibles, comme une prière adressé à une quelconque déité ayant pitié de lui.

Cette situation, le balafré ne la supportait plus. Il désirait y mettre un terme au plus vite. Il décida donc de riposter, sans grande originalité au prime abord. Son avant bras se hérissa à nouveau d'une dizaine de piques qui fusèrent à toute berzingue sur son ennemi juré. L'instant d'après, il emboîta le pas, avec une démarche patibulaire, avant de bondir en l'air, manquant de cogner sa tête contre le plafond.

« Mange ÇA LE VIOgeuuh… ! beugla-t-il, d'une voix un peu vomiteuse. »
Son index pointa le corps de sa cible, alors en-dessous d'elle et situé à quelques mètres d'elle. Impossible dans son état et avec son élan fou de déterminer l'issue de sa première attaque, mais la seconde elle, Shitekka espérait qu'elle mettrait un terme à cet affrontement, tandis qu'une phalange fendit l'air en un instant.


tl;dr:
 

_________________


L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264
Aditya
Aditya

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Empty
Dim 19 Jan 2020 - 23:09
Les doigts d'Aditya se délièrent des mudrās qu'il avait inconsciemment maintenu, le regard rivé sur la silhouette de son adversaire d'infortune. Ses sourcils, froncés par l'inquiétude, furent épris de soulagement lorsqu'il réalisa que le Kaguya était toujours à même de se relever, malgré son esquive chancelante et sa chute au cœur d'un concerto de tabourets. Si l'on faisait abstraction de ses pupilles sanguines, altérées à la fois par l'alcool et pas une colère qu'il ne comprenait pas et qui était pourtant dirigée à son égard, il semblait aller... bien, si l'on pouvait le dire ainsi. Le blond délaissa un soupir à cette occasion ; il savait combien la liqueur pouvait monter à la tête au fur et à mesure que le temps s'écoulait, et la dernière chose qu'il souhaitait, c'était de le voir se blesser sérieusement. Son seul but était d'empêcher ce combat de continuer, peut-être par une voie trop musclée que l'enfant de l'os le poussait à poursuivre, afin de le ramener loin des effluves d'un bar laissé à l'abandon.

S'il en jugeait l'attitude de son opposant, ces pensées leur était partagées. À la différence, peut-être, que les raisons poussant ce sentiment d'urgence semblait bien différente. Quelque chose me dit que cela ne va pas aller en s'arrangeant. Comme pour répondre à ses doutes, l'enfant de l'os érigea d’innombrables piques sur son avant-bras, qui, pointé en sa direction, ne pouvait traduire qu'une seule conclusion à cette affaire : un énième assaut. Sans tarder, l'ascèse se glissa à nouveau derrière le rempart de bois qu'il avait érigé quelques instants plus tôt, et dont il espérait que la solidité pencherait encore en sa faveur. Ne nombreux coups successifs frappèrent la barrière sylvestre, certains parvenant même à s'enfoncer au-delà de sa robustesse pour que la pointe d'un senbon n'en ressorte sur le flanc opposé, bien que fermement fiché dans le bois. S'il devait en juger par l'aspect irrégulier que leurs positions dessinaient, il s'avérait sans nul doute que le Kaguya avait montré une fois encore ses capacités à manier la direction de ses projectiles.

...Mais lorsque le dernier d'entre eux fendit l'épais mur, l'effigie semblât ne plus être à même de se suffire à elle-même et supporter le propre poids de sa structure déséquilibrée. En une fraction de secondes, celle-ci s'effondra sur elle-même, au rythme de nombreux morceaux désagrégé au-travers desquels il était plus qu'aisé de remarquer les senbons osseux qui y trônaient.

Ce fut sans compter la silhouette de Shitekka qui, malgré l'alcool qui imprégnait chacun de ses mouvements de ses chancellements involontaires, bondit dans les airs, si haut qu'elle aurait pu sans nul doute surclasser le mur qui était autrefois érigé entre eux. S'il vit la manière dont son bras le pointa à nouveau, et si son esprit fut conscient que ce geste représentait là les graines instigatrices d'une nouvelle attaque, la rapidité dont il fit preuve le prit de court. Tardivement, son corps se jeta sur le côté dans une tentative désespérée d'évier l'assaut ; bien que vaine, en l'état. La douleur vint la première, ce sentiment si désagréable qu'était celui de sentir qu'une partie de soi était traversée de part en part avant même la réalisation que cela était devenu réalité.

Aditya délaissa un grognement sourd, la mâchoire contractée au possible et les sourcils froncés par la douleur lancinante qui lui vrillait la cuisse. Bien qu'elle n'ait fait que traverser sa chair, et peut-être rompu quelques vaisseaux aux alentours, le résultat était là ; des filets de sang réguliers s'échappaient de l'étau de ses doigts, pressés avec ardeurs contre sa blessure et tâchant tout ce qui entrait à leur contact. Pendant quelques instants, où son instinct lui hurlait à vive voix de se défaire de ce sentiment néfaste, il s'accorda une poignée de seconde pour réfléchir. Réfléchir à comment poursuivre ce combat, premièrement, mais surtout à comment empêcher l'enfant de l'os de faire plus de mal, que ce soit à lui-même ou à quelqu'un d'autre. S'il était certain d'une chose, c'était que la liqueur avait altéré ses sens bien plus profondément que tout autre chose et avait flouté ses frontières de la réalité, une chose qu'il s'avait prête à durer pour de nombreuses autres tentatives.

Finalement, l'ascèse darda un regard à la fois souffrant et déterminé vers l'Urumi au-delà des mèches folles qui couvraient son visage. Ses doigts se repliait avec fermeté autour de sa plaie avant de l'abandonner ; il était plus que conscient qu'il lui faudrait continuer en minimisant le plus ses mouvements. Courir, en son état, était indiscutable ; esquiver l'était encore moins. Une grimace de douleur passa sur son visage lorsqu'une partie de ses mèches d'or roulèrent à la surface de la brûlure qui parcourrait son bras laissé à nu par son sari. Décidément, tu ne me rends pas la chose aisée, Shitekka.

Aditya lia à nouveau ses paumes sous l'égide du mudrā du serpent en veillant à basculer la majorité du poids de son corps sur sa jambe épargnée. Sans tarder, de nombreux liens de bois prirent naissance aux alentours de l'adorateur des Kamuys et vinrent tenter d'enfermer ses chevilles dans leur étreinte, jusqu'à, peut-être, soudainement remonter le long de ses fémurs et de ses cuisses. Se mêlant entre elles, elles s'assureraient de le maintenir immobilisé face au blond qui, déjà, réitérait de nouveaux signes incantatoires. Les planches couvrant le sol de l'auberge se déformèrent une nouvelle fois sous la forme de pieux imposants, égaux en tout point aux précédents qui demeuraient présent sur son flanc, membres du décor. À leur image, ils fusèrent jusqu'à son adversaire en cherchant indéniablement imprégner sa chair et, peut-être même ses os.

S'il se refusait à le blesser trop durement, sachant que l'alcool était à blâmer sur toute l'étendue de cette situation, il en était pourtant venu à une conclusion équivoque : à défaut de pouvoir se déplacer à sa guide, il lui faudrait l'entraver et user de stratégie pour rétablir l'équilibre.


Récapitulatif:
 



_________________

_


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5306-aditya-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t6379-aditya-memoires-d-un-ascese
Kaguya Shitekka
Kaguya Shitekka

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Empty
Dim 16 Fév 2020 - 10:10
L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] Xhvf


L'assaut fructueux de Shitekka, au-delà d'incapaciter son adversaire, eut deux effets sur le lanceur de phalange. Sous l'emprise de la boisson, cette attaque faisant mouche flatta bien entendu l'égo exacerbé du Kaguya de sang-mêlé. Sa voix nauséeuse vociféra quelques invectives à l'égard du présumé Renzaburō. Le tout dans un mélange de lingua franca, d'urumi, et de langue des tavernes que ni un Yuukanjin, ni un Urumi ne seraient parvenus à déchiffrer. Mais l'effet principal de cette rose ensanglanté prenant racines dans la jambe de Renzadita eut pour conséquence de conforter l'Urumi dans ses convictions distordues. Cette attaque, et la riposte qui en résulta offraient un casus belli idéal pour celui qui se persuadait d'affronter le chef de son clan en personne.

En guise de riposte, l'homme à la jambe en sang tenta de restreindre la mobilité de celui qui plus tôt bondissait dans les airs pour attaquer. Une cohorte de racines serpenta jusqu'au balafré pour tenter de l'enserrer. Si tôt que les premières racines s'enroulèrent autour des pieds du Kaguya, le contact désagréable avec l'écorce fit réagir l'enfant de Saroruncasi. Il avait beau être fatigué par cette soirée, la simple perspective de croiser le fer avec son féroce grand-père lui donna le sursaut d'adrénaline nécessaire à se réveiller au bon moment. Aussi, son chakra déferla dans tout son corps, comme un réflexe. Son Shikotsumya s'éveilla en un éclair.

« Dégage, dégage, eeerrrk, vieux pervers! »
Bien qu'à l'écart de parodier une scène obscène d'un manga peu recommandable pour adulte, le dégoût anima la nuée de piques qui émergea de son corps entier. La violence de la technique fit rompre les liens de bois qui entouraient le Kaguya, tantôt en transperçant, tantôt en déchirant. La maîtrise du chakra approximative de Shitekka laissa une apparence peu gracieuse à cette armure provisoire d'épieux d'ivoire. Du chardon, il n'en restait que le piquant.

Ce n'était pas fini pour autant. Adityaburō avait prévu une suite à sa première contre-attaque. Si tôt le Kaguya se dépêtra de son étreinte sylvestre, qu'un nouvel assaut pointa le bout de son nez. Ses réflexes amoindris empêchèrent cette fois d'apprécier pleinement la distance le séparant de la seconde salve d'épieux de bois. Alors que son chakra afflua dans ses pieds, la douleur prit le pas sur l'activation de sa propre dérobade. Un premier pic perça à travers son pied, tandis qu'un second lacéra sa cuisse. L'instant d'après, le balafré tenta de bondir en arrière : l'explosivité de son saut le propulsa violemment hors d'atteinte de l'attaque. Un trait de sang marqua sa course jusqu'au mur qui l'arrêta net. Le bois craquela, peut-être ses os également. Cela restait plus appréciable cependant que l'armée de lances de bois qui attendait immobile à présent Shitekka.

Après avoir repris ses esprits, le Kaguya fut pris d'une vive douleur à la jambe droite. Non pas qu'il boitillait, mais le simple fait de poser son pied à terre le faisait grandement souffrir. Cette même blessure ravivait davantage ce sentiment de danger qu'il exprimait à l'égard de Renzaburō. Cette attaque, une fois encore, justifia son intention de croiser le fer avec celui qu'il considérait être son pire ennemi à l'heure actuelle.

Shitekka se dépêtra de quelques décombres, puis avança de quelques pas pour se retrouver face à son opposant. La distance les séparant s'était allongée de quelques mètres à nouveau. L'enfant de Saroruncasi jeta un regard noir à l'homme qui le faisait souffrir. Son état actuel donnait un air étrange à cette œillade, tantôt intimidante, tantôt pathétique, si bien qu'il semblait lutter à l'idée de s'endormir. Mais la crainte ainsi que la douleur l'en empêchaient.

Il était grand temps de riposter. Il n'était plus seulement question de renvoyer la pareille à son adversaire. Il fallait en finir avec ce dernier. La torpeur invitait Shitekka à se dépêcher. Alors son squelette se mit au travail. De sa sacoche, il dégagea deux kunais, qu'il envoya sommairement sur son ennemi. Au même moment, son rachis s'anima d'une volonté serpentine, et s'étira à partir de son coccyx pour serpenter à même le sol. Shitekka ne se reposa pas uniquement sur ce jutsu : il vociféra de multiples insultes bruyantes à l'égard de Renzaditya, lui envoya des pieds de chaise sur la figure avec une précision discutable. Dans tout ce vacarme, le serpent d'ivoire creusait son chemin sous le plancher. Le rutilement des vertèbres s'entrechoquant fut étouffé par la scène absurde du Kirijin, avant que ne surgisse soudain du sol cette même colonne vertébrale. Cette étreinte osseuse était bien déterminée à s'enrouler autour d'Aditya pour restreindre ses mouvements pour de bon à l'en étouffer.


tl;dr:
 

_________________


L'Ivresse de la victoire [PV Aditya] 16560a3x
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t4472-kaguya-shitekka-termine http://www.ascentofshinobi.com/t4569-kaguya-shitekka#35264

L'Ivresse de la victoire [PV Aditya]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: