Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Au Pandémonium [Libre]
Avant de quitter le monde d'hier EmptyAujourd'hui à 1:47 par Kyouran Takeru

» Le livre (Fukkatsu)
Avant de quitter le monde d'hier EmptyAujourd'hui à 1:47 par Sendai Anzu

» L'encre s'efface sous la volonte.
Avant de quitter le monde d'hier EmptyAujourd'hui à 1:11 par Iijima Rika

» Bonsoir Par... Kiri ! - [PV La Kenpei]
Avant de quitter le monde d'hier EmptyAujourd'hui à 1:09 par Uzumaki Ryuji

» 02. Valider un Combat/Entraînement
Avant de quitter le monde d'hier EmptyAujourd'hui à 0:56 par Chiwa Aimi

» Appelez-moi le directeur! [PV Kaguya Wutu-Fuku]
Avant de quitter le monde d'hier EmptyAujourd'hui à 0:39 par Kaguya Wutu-Fuku

» 10. Demandes de Succès
Avant de quitter le monde d'hier EmptyAujourd'hui à 0:38 par Chiwa Aimi

» Convocation III (Musashi II)
Avant de quitter le monde d'hier EmptyAujourd'hui à 0:33 par Hyûga Toph

» 05. Demandes liées aux rouleaux
Avant de quitter le monde d'hier EmptyAujourd'hui à 0:32 par Kurayami Zeref

» Taketora, le Tigre Ivre d'Iwa
Avant de quitter le monde d'hier EmptyHier à 23:58 par Taketora

Partagez

Avant de quitter le monde d'hier

Nobusada
NobusadaEn ligne

Avant de quitter le monde d'hier Empty
Mer 2 Oct 2019 - 18:58
Avant de quitter le monde d'hier Xvrr
Départ de Kumogakure


Depuis que la Résonance était apparue, il n’avait cessé de se nourrir d’elle. Cavalier perdu dans le monde des grandes ambitions, seul conquérant d’un monde abandonné, le blafard s’était mis en quête de cette arche perdue, de cette force mystique invisible. Seule la méditation pouvait lui permettre de chevaucher sur les limbes du monde invisible, et pour le faire son esprit avait pendant longtemps quitté sa chair, rendant son corps plus fébrile et rachitique qu’autrefois. Le plus grand adepte de l’Onkyôton était sans doute l’un des seuls paroissiens à pouvoir tenter cette aventure trouble ; et il ne pouvait qu’en ressortir grandi. Contrairement à ce que semblait témoigner son corps tout affaibli qui lui donnait une allure de cadavre, lui qui jadis était si beau et imposant, il était ressorti plus puissant de sa retraite et de cette méditation qui avait sans doute duré, somme toute, plus d’un mois.

Toutes ses recherches n’avaient mené qu’à une chose : il avait d’autant plus embrassé les plus noires idées et avait figé le sens de son existence en définissant l’ultime itinéraire solitaire tout indiqué par son voyage ascétique. Toute son existence se tournait vers cet immatériel espoir et ressemblait à un pèlerinage rempli de chaos et d’entrailles ; pour autant, sa toute fin promettait d’être grandiose et pleine de lumière, comme le lui promettait sa foi envers le Kôgen.

Sur cette route macabre, il avait déjà croisé la guerrière. Aujourd’hui, alors qu’il s’apprêtait à quitter Kumogakure, elle se présentait de nouveau sur sa route. Yamiko était un fantôme de passage. Mais quelque chose lui disait que le hasard était trop curieux pour être le hasard. Peut-être était-elle une pièce du puzzle ?

Quoiqu’il en fusse, la jouteuse imperturbable ne semblait être indifférente à la transformation du prêtre. Elle l’avait vu dans toute sa splendeur, grand et puissant ; aujourd’hui, il était tout maigre et son teint était encore plus cadavérique qu’autrefois. Il semblait malade, en piteux état. Pour autant, il se sentait en pleine possession de ses moyens. Dans la douleur, le pèlerin s’était rapproché de son dieu.

Il avança lentement, comme à son habitude, et n’ayant nul bagage sur lui, pas une arme, pas un reliquat de cette vie passée. Il envisageait son aventure comme une nouvelle chance de s’accomplir.

« Puisse le Kôgen guider votre route, guerrière. Je m’en vais vers les terres du feu. Peut-être voudriez-vous m’accompagner et devenir ma fidèle ? »


Déclara-t-il en s’inclinant pour la saluer, toujours aussi étrange et zélé. La prétention du fanatique était osée en l’état, mais la chose était assez naturelle pour lui. Il manquait sans doute de tact depuis qu’il avait quitté le monde des hommes. Son retour sur la terre ferme s’accompagnait tout naturellement de quelques maladresses.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. YamikoEn ligne

Avant de quitter le monde d'hier Empty
Ven 4 Oct 2019 - 10:36
Avant de Quitter le Monde d'Hier

feat. @Nobusada

Depuis que tu avais intégré la Police de Kumo, ta fonction avait quelque peu changée. Tu étais le plus souvent affectée à des missions d’encadrement ou de sécurisation de la population. Des tâches bien moins excitantes que tu avais espéré en intégrant cette entité. Toi qui avais intégré cette dernière dans l’espoir de tuer l’ennui qui commençait sérieusement à te ronger - surtout depuis l’occupation par le Teikoku qui avait beaucoup impacté sur vos activités de shinobi du Village Caché des Nuages - était fortement déçue.

Tu avais espéré pouvoir souvent affaire à des dangereux criminels dont les arrestations auraient pu te fournir cette adrénaline que tu convoitais tant mais cela n’était arrivé qu’une fois en plusieurs mois. A croire que la criminalité avait disparu de Kumogakure no Sato. Outre des altercations sans dégénérescence réelle entre des kumojin qui ne parvenaient toujours pas à accepter leur sort et des teikokujin au sang plutôt chaud, la vie à Kumo était relativement calme. Une tranquillité que beaucoup savaient ou espéraient n’être qu’un silence avant le soulèvement d’une nouvelle tempête qui remettra les choses dans l’ordre au sien du Village. Une tourmente que les patriotes espéraient emporter dans son sillage ceux qu’ils surnommaient les envahisseurs.

En attendant le tumulte de l’espoir, chacun essayait de vivre au mieux qu’il pouvait dans cette cohabitation que les vainqueurs avaient imposé aux perdants. Une cohabitation qui n’avait la moindre conséquence sur ton être qui n’avait cure de la situation actuelle ou à venir de Kumogakure no Sato. Tu ne faisais aucune distinction entre les « envahisseurs » et les natifs qui pour toi, les uns comme les autres, n’étaient que des êtres que tu étais forcée de fréquenter ici-bas. Leur présence comme leur possible disparition t’importait peu.

Alors que tu effectuais un travail de surveillance à l’Arche Grise, l’entrée de Kumo, un homme bien chétif vient à ta rencontre. Tu mets un certain temps avant de reconnaître le mystérieux personnage que tu avais pu identifier surtout grâce à sa voix et sa façon de s’exprimer qui était si singulier. Tu l’avais connu avec bien plus de chair sous la peau. L’être qui se présentait à toi aujourd’hui était si cadavérique que tu te demandais s’il n’était pas atteint d’une maladie incurable qui le rongeait et à une vitesse phénoménale.

- Je ne serai fidèle qu’à celui qui m’épousera et je doute que vous souhaitez être cette personne.

Tu avais pris la proposition de ton interlocuteur comme une boutade et y avait répondu comme telle, pourtant, tu dotais que celui-ci était sérieux. Tu ne le connaissais que très peu mais il n’était certainement pas un homme à aimer plaisanter et, surtout pas, quand il s’agissait de son dieu.

- On dirait que l'air kumojin ne vous réussit pas du tout. Est-ce là la raison que vous pousse à rentrer au pays ?

Savoir la raison qui avait rendu cet homme si fluet ne t’intéressait guère mais tu étais cependant curieuse de connaître ce qui le poussait à rentrer au Pays du Feu …

_________________
Avant de quitter le monde d'hier B6y1
(c) Merci à Aimimi pour le kit <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed
Nobusada
NobusadaEn ligne

Avant de quitter le monde d'hier Empty
Mar 8 Oct 2019 - 20:42
Avant de quitter le monde d'hier Xvrr
Départ de Kumogakure


Son regard gris semblait être une relique d'un monde oublié, et il le posait sur Yamiko comme si lui-même n'était qu'un monument de pierre de cette époque lointaine. Cependant, il était bien le seul à s'être oublié lui-même, laissant son corps s'effondrer sous le tic tac calamiteux du temps assassin, qu'il n'avait visiblement pas mis au service de sa dimension physique et de sa santé. Du reste, en dépit de cet étiolement, il avait rassemblé tout son zèle pour le Kogen et retrouvé la plus pure essence de sa foi. Grâce au sacrifice de son corps, il s'était réconcilié avec son âme.

La petite carabistouille qu'il partageait avec Yamiko n'était qu'une maigre formalité au service du monde social dans lequel il devait, peu ou proue, tenter de s'intégrer. Même à l'aube de son départ, il ne pouvait abandonner toute idée de communauté, et il valait mieux, dans son intention de grandir dans le Teikoku, être en bons termes avec ce qu'il restait de Kumogakure.

Il se concentra sur son interlocutrice, bien éclairé de la nécessité de remplir le vide qu'il pouvait y avoir entre eux. Le moine froid et la chaude pugiliste. La guerrière aux cheveux de ténèbres lui semblait être une éminence parmi les survivants Metaru. Sa position aux portes du village n'était pas négligeable : pour autant qu'il la connaissait (pour ainsi dire, il ignorait presque tout d'elle), il avait compris que la confiance qui ruisselait dans ses prises de parole témoignait d'une certaine importance dans sa caste, et d'une grande liberté dans ses mouvements, ce qui indirectement signifiait qu'elle occupait une certaine forme de supériorité. Occupait-elle un rôle de cadre dans l'armée kumojin ? Pour la seconde fois, sa façon d'être lui inspira l'idée qu'elle pouvait devenir une précieuse alliée.

« L'air kumojin m'a toujours semblé plaisant mais voyez-vous, il ne semble plus suffire à mes poumons capricieux. Semblerait-il qu'il soit trop rempli par les cendres laissées par le Teikoku. »


La remarque était fâcheuse, mais il se positionnait ici en victime. Rappeler à une kunoichi la défaite n'était pas bonne chose, toutefois ils ne pouvaient qu'accuser cette réalité. Yamiko elle-même avait échoué devant le grand Rei. Bien que Nobusada l'ignorait, elle devait sans doute exprimait un fort sentiment de culpabilité dans la déchéance kumojin. Il était hors de question d'évoquer, même en le sachant, la scission idéologique qui l'avait séparé de sa sensei d'autrefois, la belle Itagami.

Se doutant bien que mettre du sel sur la cicatrice mal refermée n'était pas bon pour sa relation avec Yamiko, Nobusada tenta de se concentrer sur l'avenir.

« Mais heureusement, ceux qui respirent cet air sont restés braves. Je vois en vous une grande force et une ambition dévorante. Kumogakure a besoin de guerrières aussi vaillantes. Quant à moi... je ne suis qu'un maigre prédicateur qui s'en va faire grandir les territoires de la foi. M'empêcherez-vous de passer ? »


Demanda-t-il en fixant la rétine de son interlocutrice, comme pour lire en elle une éventuelle réticence.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. YamikoEn ligne

Avant de quitter le monde d'hier Empty
Lun 14 Oct 2019 - 11:55
Avant de Quitter le Monde d'Hier

feat. @Nobusada

Le mystérieux personnage n’insiste pas sur le fait de faire de toi sa fidèle. Preuve qu’il n’était pas sérieux. Ou bien était-ce ta petite boutade qui l’avait dissuadé d’insister ? Tu n’en n’étais pas certaine. Tu pensais que l’adorateur de Kôgen n’était pas un homme à abandonner si aisément.

Néanmoins, l’attitude du pieux personnage prouvait qu’il n’était pas un homme à plaisanter. Autrement, il aurait poussé le persiflage un peu plus loin mais au lieu de cela, il avait préféré aborder un sujet bien plus grave. Un sujet qui pourrait éveiller la douleur d'un passé amer chez bien des kumojin tels que toi mais qui te laissait pourtant totalement de marbre. Tu avais certes perdu des connaissances dans la guerre qui avait opposé Kumo et Teikoku et avais été éloignée de ta chère sensei suite à celle-ci mais ces incidents, bien qu’affligeants, ne t’avaient pas assez marqué au point de se sentir meurtrie. Et, encore moins aujourd’hui, bien des mois plus tard.

- Vous voyiez mal en moi Monsieur l’Adorateur ! Je ne suis qu’une pauvre fille qui se laisse entraîner par le courant des événements.

En effet, tu avais certes toujours en tête l’idée de quitter Kumogakure no Sato un jour, afin d’accomplir le dessein qui t’avait poussé à intégrer le Village, mais, dernièrement tu t’impliquais bien trop dans ce qui se complotait au sein du clan Metaru. Toi qui ne souhaitais point te mêler à la révolution en marche, s’était retrouvée à rencontrer secrètement la Rébellion, à la demande de la Doyenne du clan. Et tu t’apprêtais à présent à aller bien plus loin pour une raison que tu ne parvenais pas à comprendre.

Étais-tu donc si faible pour se laisser ainsi influencer ? Ou bien, était-ce parce que tu avais tout simplement trouvé un autre but à suivre ? Une vérité que tu ne désirais pas présentement admettre.

- En tout cas, je n’ai aucun droit de vous empêcher de prêcher la parole de votre dieu … Mais … dites-moi ! Si la situation des kumojin vous afflige à ce point pourquoi donc ne pas les aider à recouvrer la liberté ? Je suis certaine que même un maigre prédicateur pourrait leur apporter un grand soutien.

Voilà que tu te comportais en compatriote en recrutement pour la révolution.

Tes propos pourraient éveiller les soupçons de ton interlocuteur sur ton implication secrète dans la Rébellion. Une implication loin d’être profonde mais suffisant pour t’apporter d’ennuis si elle venait à se savoir par ceux de l’autre camp. En tout cas, par prudence, tu t'es assurée de ne pas être entendue que par le Prêcheur seul …

_________________
Avant de quitter le monde d'hier B6y1
(c) Merci à Aimimi pour le kit <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed
Nobusada
NobusadaEn ligne

Avant de quitter le monde d'hier Empty
Dim 3 Nov 2019 - 20:19
Avant de quitter le monde d'hier Xvrr
Départ de Kumogakure


La fière Metaru ne fit pas barrage avec son corps ; en revanche, elle le fit avec ses mots. D'une certaine façon, l'illustre pontifiant de la lumière s'était figuré qu'en mettant la présence fortuite de Yamiko en relief par la simple hypothèse d'une altercation belliciste aurait, potentiellement, troublé la survivante. Pour autant que cela pouvait être bien pensé, c'était bel et bien une erreur. Semble-t-il plus espiègle que prévue, la kumojin utilisa la fausse compassion de Nobusada contre lui, en lui reprochant implicitement de ne pas rester pour aider la cité à se relever, faisant du faux compatissant le coupable d'un acte qu'on pouvait associer à de la félonie.

Le félon. C'était ce qu'il avait accepté de devenir. Il avait depuis longtemps accepté de troquer sa fidélité envers le pays des nuages pour s'incliner devant sa propre interprétation de sa foi. Politiquement, c'était un mercenaire. Spirituellement, c'était un dévot.

Il se figea un instant pour ne pas montrer le moindre signe de défaillance, puis posa ses yeux délavés et froids sur la guerrière. Lentement, il insuffla dans ses iris un souffle meurtrier, comme pour mettre en garde l'impertinente qui visiblement s'amusait à ébranler sa position devant la foule.

Il ignorait qu'il s'agissait là d'une technique pour le guider vers le chemin de la révolution. Si l'argument était unificateur et intéressé, il parut aux yeux du religieux déplacé et indiscret, piochant dans les techniques les plus perfides pour tenter de le prendre par les sentiments en salissant sa réputation afin de le contraindre à rester ; mais il était trop tard. Son choix était déjà fait. Il était ferme et résolu.

« De quelle liberté parlez-vous ? Grâce au Teikoku, Kumogakure ne fera que grandir. Voyez comme la passion d'un seul homme a pu mener son peuple à une victoire sur laquelle personne n'aurait parié : sans doute n'existe-t-il pas de meilleur chef de guerre pour conquérir les autres nations et unifier ce monde. Plutôt que de se concentrer sur une défaite passée... »


Il s'était laissé entraîné dans son propre argument et à présent ce dernier lui semblait se dérouler de lui-même de façon logique.

« ... observons un avenir fédérateur et prospère ! »


S'il n'avait un physique aussi maladif, on aurait pu penser qu'il s'agissait d'un futur roi ; mais dans son piteux état, le déchu ressemblait plus à quelque chose de misérable que d'impérial. Un mendiant fou plutôt qu'un grand conquérant.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. YamikoEn ligne

Avant de quitter le monde d'hier Empty
Jeu 7 Nov 2019 - 16:10
Avant de Quitter le Monde d'Hier

feat. @Nobusada

Tu es un tantinet étonnée par la réaction de l’adorateur de Kôgen qui se montre soudain sur la défensive. Tu ne t’attendais pas à une telle réplique mais tu parviens cependant à garder ton calme. Tu réussis même à lui adresser un sourire sincère afin de lui rassurer que tu ne désirasses point l’offusquer.

- Je crois avoir mal interprété vos précédents propos Monsieur le Prêcheur. Navrée si je vous ai offensé. Ce n’était point mon intention.

Tu croises les bras sous ta poitrine tout en gardant tes prunelles ancrées dans celles de ton interlocuteur.

- Permettez-moi cependant de vous dire que nombreux sont des kumojin qui ne seront pas d’accord avec vous. Tant qu’ils se trouveront sous le joug d’un pays étranger, ils ne se sentiront pas en liberté. Surtout si le pays en question a imposé son règne en exhibant au peuple la tête de leur ancien chef, telle un trophée de guerre. Ce fut une réelle provocation et une humiliation qu’une bonne partie du peuple n’est pas prête d’oublier.

Tu n’avais pas assisté à cette mise en scène par Rei Yamanaka lors de son discours après sa victoire sur le Village Caché des Nuages mais tu pensais que s’il avait commencé son règne autrement, les choses se dérouleront certainement mieux aujourd’hui. Il y aura toujours de mécontents mais, néanmoins, si le Yamanaka ne les avait pas humiliés de la sorte, il n’aurait pas attisé la haine des Metaru ni des nombreux kumojin qui, dès le début, se préparaient déjà à le renverser un jour ou l’autre.

Le Yamanaka avait pris le pouvoir par vengeance et avait offensé tout un peuple par sa façon de faire. Rei Yamanaka était peut-être un bon meneur mais pour nombreux kumojin il n’était que le monstre qui avait envahi leur pays, tué leurs familles et amis et bafoué leur dignité. Teikoku ne régnait pas certes en dictateur sur Kumogakure no Sato mais le mal a été fait et celui-ci avait engendré des âmes rongées par la haine. Si certains kumojin avaient réussi à dissiper le sentiment d’hostilité qui les avait animé, grâce à la bonne conduite des teikokujin envers eux les perdants, nombreux étaient cependant des vaincus qui n’étaient pas prêts à tirer un trait sur l’outrageux et douloureux passé.

Tes propos pourraient laisser croire que tu étais de ceux qui nourrissaient de la rancœur envers Rei Yamanaka mais, bien que tu ne l’appréciasses guère - pour des raisons très personnelles - tu n’entretenais pas à son égard une haine viscérale. A cause de votre malencontreuse rencontre, durant l’attaque de Kumo par le Pays du Feu, tu souhaitais cependant la mort de cet homme à sa survie. Là était certainement une des raisons qui te poussaient à aider ton clan à rejoindre la Rébellion et qui te poussera certainement à brandir ton épée lorsque la révolte éclatera …

_________________
Avant de quitter le monde d'hier B6y1
(c) Merci à Aimimi pour le kit <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed
Nobusada
NobusadaEn ligne

Avant de quitter le monde d'hier Empty
Mer 13 Nov 2019 - 10:16
Avant de quitter le monde d'hier Xvrr
Départ de Kumogakure


Il inclina poliment la tête comme pour dire à Yamiko qu'il ne lui tenait pas rigueur de tout cela, en réponse à son excuse. Puis il écouta patiemment la suite de son discours, visiblement rempli d'amertume. Quand elle eût fini, il déploya sa propre philosophie.


« Votre mort en dit long sur votre façon de vivre... »


Lâcha-t-il comme s'il récitait un adage.


« La Sandaime Metaru Reiko s'est imposée comme une figure de guerre ; il est malheureusement normal que cette dernière ait fini par la dévorer. Tout individu qui choisit de vivre par la lame doit accepter de périr par la lame. Je songe à cet égard qu'il n'existe pas de mort plus digne que celle d'avoir été honoré comme elle l'a été en s'éteignant sur le champs de bataille, devant l'Arche Grise où nous nous trouvons à présent... »


Il tourna la tête pour regarder en direction de là où avait eu lieu le clash des deux souverains. Là, on avait retrouvé le corps sans tête de la Metaru, ainsi que le cadavre carbonisé d'un jeune garçon qui avait péri sous la main de Rei. Il ignorait que, jadis, la guerrière qui lui faisait face avait elle-même participé à ce clash, aux côtés de sa sensei, Metaru Itagami, et du jeune garçon sacrifié, Satetsu Nobusuke. Dès lors, sans doute que cette défaite continuait d'entretenir le brasier de la vengeance dans le coeur d'acier de Yamiko.

Rei lui-même n'avait fait que se venger de Kumogakure, qui lui avait enlevé sa soeur bien-aimée. Mais dès lors qu'il avait coupé la tête de son opposante, toute sa haine s'était envolée et il avait réussi à pardonner. En occupant la cité des nuages, il avait refusé l'oppression et sommé que la population soit bien traitée. On avait l'impression que le ressentiment était un amas de ténèbres qui se transmettait d'un coeur à l'autre, maudissant son hôte, et qu'une fois le crime commis, il allait animer ses victimes en se nourrissant de leur désespoir.

Pour le serviteur du Kôgen, chantre de la lumière, c'était cet amas de ténèbres qu'il fallait vaincre. Apaiser les coeurs n'était pas chose évidente, surtout pour ceux qui avaient été les plus frappés. Les kumojins avaient leurs raisons d'être en colère. Nobusada, à qui cette guerre avait somme toute profité puisqu'il avait saisi l'aubaine pour s'évader de son cachot, ignorait tout du poids des souvenirs qui étaient susceptibles d'accabler son interlocutrice. Foncièrement, son point de vue ne pouvait être que difficile à accepter.

Un courant d'air balaya leurs chevelures, comme pour faire figure de présence. Comme si le monde revenait leur dire cette vérité : le vent tourne.


« Mais soit. Il s'agit du passé à présent. Je conçois que la cité puisse vous sembler soumise au joug de l'Empereur ; pour autant, il vous faudra apprendre à pardonner. Comprenez par là : plutôt qu'une révolte ratée, mieux vaut être bien loti. Demain, la lame de Rei coupera sans doute d'autres têtes dans d'autres nations : il vous sera profitable de saisir cette chance pour vous élever au point de lui être indispensable. Devenez son égal, plutôt que son ennemi. »


Il craignait qu'un potentielle révolte puisse sabrer tous les rêves de conquêtes de celui qu'il avait décidé de servir à présent. Si la guerrière disait vrai, un vent de révolte soufflait entre les murs de la cité et, de fait, cela n'augurait rien de bon.

Mais dans la lumière qui l'inondait de sagesse et d'optimisme, le prêcheur au teint maladif gardait espoir. Sa main squelettique indiqua la sortie, l'Arche Grise, comme son seul et dernier souhait dans la cité des nuages. D'un sourire chétif et gris, c'était tout comme s'il implorait la guerrière de le laisser partir.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6482-nobusada#54332
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. YamikoEn ligne

Avant de quitter le monde d'hier Empty
Ven 22 Nov 2019 - 11:24
Avant de Quitter le Monde d'Hier

feat. @Nobusada

Tu comprenais parfaitement ce que ton interlocuteur essayait de te faire comprendre. Qu’en tant qu’une véritable guerrière, Reiko avait parfaitement mérité de périr sur le champ de bataille mais tu doutais cependant qu’elle eût mérité qu’on l’humiliât en exhibant sa tête en public comme l’avait fait Yamanaka Rei.

Si le corps entier de Reiko avait été laissé là où il était tombé, au lieu de servir d’une mise en scène dans le but d’étaler la puissance du Teikoku, peut-être que les choses se seraient mieux passées, aujourd’hui, entre les kumojin et les teikokujin. Ces derniers semblaient avoir oublié cette humiliation envers les habitants de Kumo, et surtout ceux du clan Metaru dont avait fait partie la Sandaime Raïkage. Ou bien, n’ayant aucune considération envers ceux qui venaient de perdre la guerre, ceux de l'Empire du Feu avaient trouvé la mise en scène de leur meneur comme quelque chose de tout à fait normal. Tout comme Yamanaka Rei, ils avaient certainement joui de cet instant de preuve de leur puissance et d’affront envers ceux qu’ils venaient de vaincre.

- Je vous pensais plus éclairé mon cher Adorateur de Kôgen, contentes-tu de lâcher et toujours avec ce calme qui t’étais coutumier.

Ton timbre était dénué d’accusation et d’amertume mais était teinté d’une certaine déception. Même si, personnellement, tu n’accordais pas réellement d’importance à ce qui s’était passé, tu te rendais compte que cet homme qui se tenait en face de toi était incapable de se mettre à la place les kumojin meurtris alors que, toi-même, tu parvenais à comprendre leur amertume. L’homme que tu pensais être un sage se révélait en réalité n’être qu’un soumis à la puissance de son Empereur. Toi qui jamais ne se soumettras et ne vivras que pour toi-même ressentais presque de la compassion envers ton interlocuteur. Le Prêcheur semblait être prêt à suivre aveuglement l’Empereur du Hi qu’il voyait déjà comme celui qui régnera sur votre monde.

Tu croyais dur comme le métal des Metaru que l’Empire du Feu tombera bientôt. Les kumojin prouveront que Yamanaka Rei ne sera jamais celui qui gouvernera sur le Yuukan. Il a peut-être gagné la guerre d’hier mais il perdra celle de demain …

_________________
Avant de quitter le monde d'hier B6y1
(c) Merci à Aimimi pour le kit <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed

Avant de quitter le monde d'hier

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Arche Grise
Sauter vers: