Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Escorter et sécuriser la livraison de médicaments [mission rang C]
Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) EmptyAujourd'hui à 23:16 par Miyamoto Teruyo

» Les caravanes d’Ali Baba
Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) EmptyAujourd'hui à 21:42 par Sabaku Eirin

» La FKP (Yamiko]
Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) EmptyAujourd'hui à 21:28 par Sakana Ayanokoji

» [B/MINI-EVENT/KIRI] Calife à la place du calife
Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) EmptyAujourd'hui à 21:24 par Date Junko

» [B/OFFICIELLE/KIRI] REFERMER LA PLAIE
Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) EmptyAujourd'hui à 21:23 par Narrateur

» 05. Se tromper sur toute la ligne
Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) EmptyAujourd'hui à 21:06 par Borukan Ashitaka

» Prémices (Metaru)
Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) EmptyAujourd'hui à 20:46 par Sakana Ayanokoji

» Consolidation [OS]
Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) EmptyAujourd'hui à 20:46 par Kōenji Zuko

» Patpat [Aditya]
Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) EmptyAujourd'hui à 20:40 par Kurayami Zeref

» Contre-la-montre en eaux troubles
Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) EmptyAujourd'hui à 20:16 par Kurayami Zeref

Partagez

Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS)

Genzo Yoshirou
Genzo YoshirouEn ligne

Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) Empty
Jeu 3 Oct 2019 - 4:15
Yoshirou se trouvait au bout d’une des plus grandes routes de Kumogakure. Sur le flanc de montagne menant à ce cul de sac, un tas de bâtiments officieux et importants tenaient encore debout, témoignant de l’importance qu’avait eu ce quartier auparavant. Mais au bout, ce n’était rien d’officiel ni de glorieux qui se tenait là. Seulement une odeur de froideur et un vent glacial répandant de vieilles cendres datant de l’attaque du Teikoku sur Kumo. Telle une plaie ouverte sur un bras nu, l’Assemblée calcinée faisait une tâche apparente dans le paysage du village caché des nuages. Ce qu’il avait toujours entendu parler comme d’un des lieux majeurs de décisions politiques du monde ninja gisait en ruine devant Genzo et même lui, éternel patriote, avait des frissons devant cette démonstration de la puissance de l’Empire du Feu. Autant il se sentait fier de la puissance des forces de l’armée dont il faisait partie, autant il ressentait une sorte de tristesse à voir ce qui avait probablement occupé le cœur de milliers d’individus quelques mois auparavant détruit complètement.

Se sentant curieux, Yoshirou s’avança dans l’enceinte de ruine qui avait un jour été le cœur de la politique de la ville, voulant voir s’il ne restait pas quelque chose à découvrir de la place. Après tout, il n’avait rien de mieux à faire de sa journée. Marchant à travers les décombres, Genzo prenait soin de ne pas tacher son Hakama, utilisant la hauteur donné par ses Geta pour surmonter les différentes obstacles à l’aide de petits sauts ma foi très jolis. La quantité de débris comblant les ruines étant massives, le jeune soldat était persuadé qu’il pourrait y passer des heures sans s’ennuyer. Il se mit à parcourir les différents amonts de débris, creusant avec ses manches retroussées et ses mains couvertes de chakra pour être certain de ne pas endommager ses mains au cours du processus. Après une bonne heure à creuser un peu partout, il finit par trouver un trou caché sous des débris, les pierres du dessous supportant un endroit creux qui semblait assez sûr sans le dérangement humain. Et à l’intérieur de ce creux de poussière et de cendre se trouvait une boîte de bois, complètement poussiéreuse et sale mais qui, après un époussetage conséquent grâce au mouchoir personnel de Yoshirou, se révéla être fait assez élégamment. Ce dernier déduit que son contenu avait dû appartenir à un haut placé de Kumo avant l’incendie ayant dévasté les lieux.

Trouvant un bloc relativement plat, Genzo en profita pour s’asseoir, se rafraîchissant le visage de son éventail qu’il gardait bien caché dans la manche droite de son kimono. Il prit ensuite une gorgée de la gourde qu’il gardait à sa ceinture, profitant du moment pour respirer et admirer les ruines de cendre. Après tant d’exploration, il se demandait la direction que l’Empire aurait pu prendre si Kumo avait accepté de se rendre calmement sans combat. Il chassa ses pensées d’un revers de main assez rapide, sachant très bien que les ninjas des villages cachés étaient autant voir même plus patriotique que lui envers leurs villages et que c’était idiot de croire qu’ils abandonneraient leurs maisons aussi facilement a un occupant, même si la cause du Teikoku était bonne. Yoshirou s’essuya, avec un autre mouchoir, le front, qui commençait à ressentir assez fortement la chaleur des différentes activités physiques qu’il avait exercé à travers les piles de débris à travers le bâtiment. Ce dernier finit, après une bonne pause, par ouvrir la boîte de bois, curieux de son contenu.

A l’intérieur, trois objets resplendissaient malgré les mois passés dans une boîte sous des blocs de pierres. Deux petits verres de céramiques de la couleur de l’or semblait prier pour qu’un liquide vienne épouser leur forme circulaire. Entourant les verres, les symboles de Kumo et de Kaminari étaient gravés d’une encre argentée deux fois. A côté de ses verres, une théière des mêmes couleurs était posée, arborant une inscription représentant un dragon qui s’enroulait tout autour de l’ustensile. Bien que les couleurs et encres utilisés semblaient démontrer une appartenance à un individu fortuné et/ou haut placé, une allure humble se dégageait de l’ensemble, sans qu’on puisse expliquer réellement la raison. Mais alors qu’il examinait cet étrange assemblage, un bruit retentit derrière lui, le prenant par surprise.

« Ouah! »




Dernière édition par Genzo Yoshirou le Lun 7 Oct 2019 - 20:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Hyakuzô Yukari
Hyakuzô Yukari

Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) Empty
Jeu 3 Oct 2019 - 20:42
J'étais là, stoïque, à contempler les restes d'une maison en ruine. Ça ne devait pas faire plus de 36 heures depuis l’effondrement de cette maison. Pas plus de trente-six heures depuis cette nuit fatidique où l'ont m'avais remise ma première mission D. Cette fabuleuse – sarcasme – mission qui s'était soldé par la mort d'une fillette de neuf ans. Tout ça, à cause de l'empire du feu. À mesure que mon regard parcourais les restes de ce paysage, quelques souvenirs faisaient éruption dans ma mémoire.

Les efforts de reconstruction n'avait pas encore débuté et je n'avais aucune idée de ce qui allait advenir de cet espace. Qu'est-ce que la famille allait faire? Reconstruire une troisième fois leur demeure? Même après avoir perdu plus de la moitié de leur êtres chères? Avait-il même les moyens pour ce permettre un tel projet? Cette famille avait pourtant tant perdu.

En temps normal, je me serais installée devant un tel paysage chargé en émotion et l'aurait immortaliser sur une toile. J'aurai prise une photo immortelle de cette nuit fatidique qui avait fait basculer la vie d'une famille. J'aurai peint les secourismes en train de faire leur travail, sous le regard éternel d'une nuit étoilé. Si c'était quelque chose que je planifias faire, une partie de moi voulait oublier cette nuit fatidique. J'aime ce qui est évanescent, unique et charnel. J'apprécie normalement les lieux singuliers, irremplaçable, ayant une atmosphères à jamais liées à des situations et à des moments. Sauf qu'à première vue, ce n'était pas le cas quand c'était quelque chose qui me touchait. J'étais un peu hypocrite.

J'y avait passée une partie de l'avant-midi. À regarder, l'air perdue dans mes pensées, cette image désastreuse résultant de l'implication du Teikoku dans ce qui ne les regardais pas. Je serrais le poing, tournais les talons et me mise en direction de mon nouvel appartement. Sur le chemin du retour, j'avais croisée le chemin menant à l'assemblé. Je n'avais jamais vraiment prise le temps d'aller jeter un coup à cet endroit. Durant les opérations de sauvetage, l'assemblé avait été réaménager temporairement en abris de secours pendant l'inspection des habitations près de celle qui s'était effondré. J'avais cette nostalgie qui m'abritait. L'assemblé était, jadis, l'un des plus grand symbole de Kumo. C'était probablement l'un des bâtiments les plus chargés émotionnellement dans le village. Je décidais donc d'aller y faire un tour.

Étrangement, il n'y avait pas âme qui vive. J'aurai pensée que le Teikoku aurait fait des efforts afin de faire reconstruire cette usine de mort. À ma grande surprise, il n'y avait rien d'autre que des ruines et de la suie. Les familles qui avaient été évacuée étaient probablement déjà retourner à leur train de vie quotidien.

Cependant, plus je m'approchais de l'édifice, moins j'avais l'impression d'être seule. Je pouvais observer quelques traces de pas fraîchement faite à même la suie et la cendre qui avait recouvert cette partie du village. Je pouvais aussi entendre quelques sons provenant de la même direction que celle des traces de pas.

Je me fis discrète et continua mon avancé vers la sources du bruit. C'était comme si quelqu'un était en train de chercher quelques choses et déplaçaient divers objets et divers morceaux de ruine. Je me cachais ensuite de l'autre côté du mûr quand, ce qui semblait être un adolescent sortie d'un trou avec une boite en bois.

Il ne m'en fallu pas beaucoup pour imaginer que ce gamin devait appartenir à l'empire du feu. Après tout, qui d'autre allait piller les restes de ce qui était, jadis, la fierté du village caché des nuages qu'un vulgaire vaurien d'enculé de soldat du Teikoku. Cette image alimenta chez moi des idées de colère et de vengeance, ça me fit perdre ma concentration et mon pied glissa dans la cendre qui recouvrait le sol avant de se heurter sur un tas de bois.

Le gamin exclamait un « Ouah! » Aucun doute, il m'avait remarquée. Je pris une grande respiration avant de tourner le coin. Du haut des cinq pieds dix (178cm), je fixais l'homme aux cheveux d'or d'un regard sévère. Du coin de l'oeil, aperçue le contenu de la boite. Un ensemble de thé. J'étais trop loin pour y distinguer le moindre détail et beaucoup trop concentrée sur le nabot devant moi.

[Yukari] – Profites-tu bien du butin de la guerre ?

Lui dis-je, le poing serrer en maintenant mon regard désapprobateur et ostentatoire.

_________________

« Pretty in pink !»
#ec78ce
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7508-yukari-hyakuzo#63113
Genzo Yoshirou
Genzo YoshirouEn ligne

Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) Empty
Jeu 3 Oct 2019 - 23:07
[Yukari] – Profites-tu bien du butin de la guerre ?

Déjà que le bruit l’avait fait sursauter un peu plus qu’il ne l’aurait désiré, le ton accusateur et contenant clairement une agressivité non-contenue exprimé d’une voix qu’il assumait appartenir à une femme le tira de son admiration de l’ensemble de thé. Il poussa un soupir avant de se retourner, la voix l’ayant rassuré que ce n’était pas une créature surnaturelle mais bel et bien un être humain qui attendait d’entrer dans son champ de vision.

Plus ou moins cent quatre-vingt centimètres, avec d’éclatants cheveux roses désordonnés, une jeune femme un plus âgé que lui se tenait à plusieurs mètres de lui, un regard qui correspondait sans aucun doute possible à la voix l’ayant apostrophé quelques instants auparavant. Bien que son habillement laissait Genzo perplexe, il appréciait les qualités esthétiques qui y avait été apporté. En regardant attentivement, il se rendit qu’elle portant le bandeau typique aux ninjas des villages cachés, dans ce cas-ci, celui représentant le village vassal étant Kumo, ce qui expliquait assez clairement pourquoi elle semblait lancer sur lui un jugement divin. L’assemblée, à ce que Yoshirou avait entendu dire, avait été longtemps un glorieux symbole pour les Kumojin avant sa destruction par le grand Empereur.

Soit, ce dit-il. Il referma la boîte contenant l’ensemble de thé, gardant l’expression la plus neutre possible. Il retroussa sa main gauche dans son kimono, se tenant prêt au pire qui pouvait arriver face à une patriote frustrée. Genzo comprenait la douleur de cette femme. Après tout, il aimait sa nation plus que tout et s’imaginer en perdre le contrôle face à des étrangers, brûlant les symboles qui avaient rendus fier les habitants près de soi durant des années lui fendait le cœur rien qu’à y penser. Bien qu’il n’appréciait pas particulièrement la façon qu’étaient gouverné les villages cachés, il respectait la douleur d’autrui. Et c’est pour cela qu’il allait tenter de justifier à cette dame ce qu’il faisait là.

« Je n’appellerais pas ça profiter autant qu’explorer. Ce n’était pas mon intention de piller quoi que ce soit, c’était surtout de voir ce qui se cachait dans les ruines chéris par votre peuple. »

Gardant une main dans la manche de son kimono, il se rapprocha d’elle tranquillement avant de lui tendre la boîte de thé, souriant légèrement. Bien qu’il restait sur ses gardes, il tentait de ne pas avoir l’air menaçant pour ne pas générer de conflits inutiles. Il fixa ses yeux de félins dans les pupilles colorées de la damoiselle, ses orteils retroussés dans ses sandales, tel un chat méfiant face à un facteur inconnu. Il avait confiance que s’il faisait bonne figure rien de néfaste n’arriverait mais prendre des risques inutiles était loin d’être une bonne idée.

« Je pense que nous nous sommes rencontrés sous une mauvaise augure et que j’ai fait une très mauvaise impression. Je suis le Soldat Genzo Yoshirou. J’espère que vous accepterez cette boîte qui appartient aux habitants de votre village. Nous sommes sous le même drapeau maintenant, après tout. »

Après lui avoir offert, il observa les alentours, prenant en compte les piliers de roc détruits, les restes calcinés de peintures et de sculptures qui avaient dû apparaître comme assez importants dans le passé. Il fixa un instant ses yeux, distrait, sur le trou d’où il avait précédemment émergé, constant qu’il avait dû avoir l’air relativement suspect vu de loin. Il se retourna finalement vers la jeune femme, attendant une réponse face à l’hostilité non maîtrisé qu’elle lui avait porté.

Revenir en haut Aller en bas
Hyakuzô Yukari
Hyakuzô Yukari

Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) Empty
Ven 4 Oct 2019 - 0:53
Qu'est-ce que j'en avais a chier de son nom ? Ou bien de ses excuses pathétiques essayant de se faire passer pour autre chose que ce qu'il était, un vulgaire pilleur de tombe. Il se croyait qui pour venir souiller des ruines qui ne lui appartenaient pas ? Et il pensait qu'en étant tout mielleux ça allait excuser son intrusion de merde ?

Ce qui me surpris le plus, cependant, était son désir de me remettre le contenue de cette boite en bois. J'avais imaginé plusieurs scénarios dans ma tête qui impliquait de le lui arracher des mains voyant qu'il refuserait de me le donner. Peut-être même le plaquer contre le mur alors qu'il passerait près de moi pour sortir du bâtiment, lui briser les doigts, lui prendre la boîte et lui cracher dessus au passage. Par contre, je n'avais carrément pas prévu qu'il veuille ma la remettre... maintenant qu'il voulait me la donner.... Je ne la voulais plus cette fichu boite.

Il s'avançait vers moi, mais son attitude non-verbale criait qu'il était sur ses gardes. Étais-ce de la peur? Non, pas vraiment. Il semblait plus près à toutes éventualités. Je me demandais ce qu'il pouvait bien penser? Je rouvrit les mains, puis croisa les bras. Je le toisais rapidement de la tête au pied avant de fixer d'un regard sévère. La simple idée de vivre sous le même drapeau que l'empire du feu, celui responsable de la mort d'une innocente de neuf ans, me donnait envie lui vomir sur les pieds, mais je n'étais pas assez conne pour provoquer le Teikoku. Mon instinct de survie me criait de me calmer. Si je restais dans cette état de rage, même moi je ne savais ce que j'allais faire. J'étais imprévisible et colérique, deux choses qui n'annonçaient jamais une vie bien longue. Je pris une grande respiration, puis repoussa tranquillement la boite vers le soldat. La lever soudaine de mon bras le fit sursauté, c'était compréhensible. Je puais l’agression et la rage et il était sur ses gardes.

[Yukari] – Cette boite ne m'appartient pas plus, qu'elle ne t'appartient. dis-je en pointant du doigt ce qu'il tenait

Je n'aurai de toute façon pas su quoi faire avec la boite. Mon intérêt pour la boite s’arrêtait à un désir de provocation après tout et à la recherche d'une excuse pour chercher le conflit avec le premier venu. En voulant me la donner, il avait complètement court-circuiter mes possibilités d'agressions et sans eux, je n'en avais rien à chier de la boite. Cependant, elle appartenait bien à quelqu'un. Enfin, à une famille, car si le propriétaire était encore en vie, il serait probablement venue la chercher. Non ?

[Yukari] – Après, si ton intention n'est pas de piller le pays de la Foudre, tu t'y prend vraiment mal.

Je serra les dents, recroisa mes bras. Je n'avais aucune idée de l'avenue qu'allait prendre la suite des choses. Je n'avais aucune idée de ce que je pouvais faire dans ce genre de situation. Devrais-je me présenter comme il l'avait fait? Non. Il n'en était pas question. Devrais-je sûrement tourner les talons? J'étais bien trop fière pour ça. Peut-être devrais-je l'embêter?

[Yukari] – Cette boite appartient à une famille quelque part dans le village. Tu devrais la leur remettre à eux. Pas à la première personne venue et qui ta prise la main dans le sac.

C'était une tâche impossible à réaliser. Comment allait-il pouvoir retrouver les propriétaires? Les chances que le propriétaire soit encore en vie était mince et il n'existait pas de registre pour ce genre d'article. Ils auraient probablement brûlé avec l'édifice de toute façon. J'avais bien un idée comment faire, mais mon objectif était de l'embêter lui et je n'allais pas me mêler de tout ça. Plus je me tenais loin de soldat dans son genre, mieux se portait ma santé mentale.

[Yukari] – Après, tu peux la garde, mais je me demande ce que ton supérieur penserait d'un soldat qui n'a rien de mieux à faire que de voler le peuple qu'il venait d'annexé... Soldat Yoshirou...

_________________

« Pretty in pink !»
#ec78ce
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7508-yukari-hyakuzo#63113
Genzo Yoshirou
Genzo YoshirouEn ligne

Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS) Empty
Lun 7 Oct 2019 - 20:15
[Yukari] – Cette boite ne m'appartient pas plus, qu'elle ne t'appartient. dis-je en pointant du doigt ce qu'il tenait

Yoshirou ne put que lever un sourcil face à la réaction étrange de la jeune femme, qui lui redonna la boîte, disant que cette dernière n’appartenait à aucun des deux. Bien que Genzo savait pertinemment cela, il grinça un peu des dents face à ça, voyant que la dame n’avait pas plus idée de ce qu’elle voulait que le soldat du Teikoku. L’agressivité venant de la jeune femme n’avait d’ailleurs pas du tout descendu, le ninja de la nation du feu ressentant clairement qu’elle ne serait pas prête de sitôt à profiter d’un thé avec lui.

[Yukari] – Après, si ton intention n'est pas de piller le pays de la Foudre, tu t'y prend vraiment mal.

A cela, Yoshirou se renfrogna. La dame avait été assez désagréable dans son attitude faciale et corporelle envers lui tout le long de leur rencontre. C’était la deuxième fois qu’elle le traitait de vulgaire pilleur quand il n’avait fait que fouiller de vieilles ruines dont plus personne ne s’occupait, incluant les habitants de Kumo qui semblaient pourtant si fier du passé des lieux. Si eux désiraient retrouver les objets appartenant à ceux ayant travaillé à l’endroit avant que le Teikoku n’en prenne possession, ils auraient simplement pu faire une mission d’excavation. Après tout, ils ne manquaient pas de ninja dans leur village caché. Si leur lieu presque culte était si important pour eux, il semblait légèrement hypocrite qu’ils ne s’en soient pas du tout occupé depuis sa destruction.

[Yukari] – Cette boite appartient à une famille quelque part dans le village. Tu devrais la leur remettre à eux. Pas à la première personne venue et qui ta prise la main dans le sac.

Et pourquoi ne s’en occupait-elle pas par elle-même? C’est intéressant trente seconde d’imposer ses valeurs et milles et unes volontés sur les autres, mais quand on agit de manière ultra arrogante en plus, c’est assez difficile à prendre au sérieux. Genzo renfonça ses doigts dans la boîte, tentant de garder son calme face à la dame clairement désagréable. Il était, après tout, un soldat de l’Empire, et de perdre patience face aux sujets de ce dernier ne paraîtrait pas du tout bien auprès de ses supérieurs si cela devait arriver. Il prit une grande respiration et réussit à reprendre son sourire et à continuer d’écouter l’avalanche de reproches et de paroles que la jeune femme lui adressait.

[Yukari] – Après, tu peux la garde, mais je me demande ce que ton supérieur penserait d'un soldat qui n'a rien de mieux à faire que de voler le peuple qu'il venait d'annexé... Soldat Yoshirou...

Yoshirou tourna les talons. Il n’avait pas le temps à perdre sur une individu aussi désagréable et provocateur que ça. Comme si tous ses problèmes venaient de lui et comme si elle allait être capable de confronter un Lieutenant ou un Capitaine quand elle était sur le point de le frapper alors qu’il n’était qu’un jeune soldat. Il n’attendit même pas d’entendre des excuses ou d’autres arguments de la part de la Kumojin et sortit immédiatement des ruines a un pas rapide, prenant la direction de la base d’opération du Teikoku a Kumo pour leur donner la boîte de thé, ne voulant plus rien à faire avec cette chose.
Revenir en haut Aller en bas

Du thé dans des ruines! (PV Hyakuzô Yukari) (CLOS)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Assemblée calcinée
Sauter vers: