Soutenez le forum !
1234
Partagez

T'es pas encore mort ? | Imekanu

Shimazu Aomine
Shimazu Aomine

T'es pas encore mort ? | Imekanu Empty
Lun 7 Oct 2019 - 0:30
T'es pas encore mort ? | Imekanu 190116034417479896

Presque une année s'était écoulée depuis que le village avait encore eu connaissance de celui-là, et c'était dire ô combien les gradés en avaient à faire d'un type qui passait plus de temps à nourrir ses bestioles infernales qu'à mener à bien des missions. Loin d'être un raté sa renommée n'avait pas grandit d'un poil voilà maintenant des lustres et si son intégration à la kenpei avait réussie à lui forger un nom plus digne d'être porté que celui d'un citoyen lambda, il n'en avait pas plus profité pour mettre en œuvre ses plans obscurs et mystérieux.

Non, voilà presque une année que plus personne n'a entendu parler d'Aomine, depuis que ce dernier dit-on eu tranché les mains d'un pauvre enfant, certes voleur en plus d'être pauvre, mais enfant tout de même, dont on ne sait si les soins médicaux permirent à ce malheureux de se brosser les dents à nouveau. Et que dire des histoires qui coururent à ce sujet dans le dédale des ruelles toujours aussi peu sûres les mois passant. Certes le remaniement du village permit d’œuvrer dans le sens des nouveaux Kage mais jamais l'on n'enlèverait à Kiri sa réputation sulfureuse faite de scandales et autres joyeusetés sanglantes. Dés lors pas même notre shinobi n'en aurait à faire qu'on le soupçonne d'être le ripou au milieu d'une kenpei pourtant au sommet de son art, ce qu'il faisait de mieux c'était se faire oublier et n'être que l'ombre de l'ombre elle même, servant un idéal tel un aveugle naviguant en pleine tempête.

Jusqu'à présent les seuls échos que nous avions alors provenaient des jérémiades incessantes de cette satané voisine au poulailler, quelle idée de venir s'installer à côté de chez lui, des regards affairés à la fainéantise et c'était bien elle que le jeune homme à grande crinière ferait passé sur le côté tranchant de sa lame, jusqu'alors bien occupé à trancher le cou de ses poules qui par mégarde arrivent parfois à s'échapper la tête leur manquant en dehors de la résidence du Shimazu, se retrouvant devant palier, gisant devant les passants aux yeux pas moins interloqués par les cris qui se faisaient entendre à la tombée de la nuit.

Fou il ne l'était pas plus que les autres confrères et consœurs shinobis se disait-il sans cesse, à croire que la Déesse avait fort bien jouer son rôle depuis des siècles parmi les hommes, soufflant à côté du lobe d'oreille qu'elle s'amusait à taquiner, que le voisin tout aussi mort serait mieux à sa place, ainsi la veuve ne craindrait aucune tromperie de son mari tant est si bien qu'elle saurait à chaque heure à chaque minute l'endroit exact où l'homme de la maison se trouve. Heureuse était la grand-mère du brun quand elle lui compta cette histoire, si bien qu'on ne su jamais pourquoi le grand-père n'avait connu ses petits enfants de son vivant. Une bonne mort valait plus qu'une belle vie, après tout on reste plus mort que plus en vie en ces temps troublés.

Cependant le travail ne manquait pas à l'appel et quelqu'un avait eu l'audace de se souvenir qu'un tel individu peuplait de sa présence non désirée mais bien subie le village. Ses bras pouvaient en devenir efficaces quand bien même l'envie n'était pas au rendez-vous, et fort des dettes accumulées pour cause d'une hibernation non productive, c'est avec une vingtaine de centimètres de cheveux en plus que le sanglant au visage tout endormi s'apprêtait, enfin, à montrer le bout de son nez pour rencontrer les morts marcheurs de la vraie vie. Pire encore, son échec en tant que chef d'équipe lui avait valu une attention particulière de la part des gradés qui lui envoyèrent quelqu'un au pas de sa porte. Alors que personne n'avait seulement effleuré le bois grinçant de sa modeste maisonnée, une jolie peau encore douce venait d'y poser les phalanges, frappant de quatre coups comme la convention le souhaite.

L'odeur nauséabonde du sang séché auprès d'elle pouvait s'échapper de la fente séparant l'extérieur de l'intérieur, putride elle ne présageait pas que le destinataire d'une telle rencontre se fasse plus amical que cela, ou peut-être n'était-ce justement que pour tromper les apparences que l'on envoya la charmante Urumi faire ce pointage en bon et dû forme. Allait-il être viré ? Voulait-on seulement lui trouver une utilité autre que servir de mauvais exemple dans les équipes de Genins.

On entendit plus la porte s'ouvrir qu'elle ne s'était ouverte réellement, un œil écarquillé prenant le jour pour fixer ce qui se rapprochait d'une jeune femme sans en être une tout à fait. C'était le gosse de la dernière fois ? Nan, c'était un petit garçon, et elle a encore ses mains..



« Oï, qu'est-ce ça veut ? Un pendentif, une prière, un sacrifice ? Quel maléfice veux-tu lancer sur ton ex-copain qui t'a largué jeune fille. Il n'était pas assez bien pour toi dans tous les cas, je le sens ... hmmm oh oui je le sens .. »
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5034-shimazu-aomine-terminee http://www.ascentofshinobi.com/t5137-shimazu-aomine-le-fils-d-izanami#40303

T'es pas encore mort ? | Imekanu

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: