Soutenez le forum !
1234
La V2 d'Ascent of Shinobi est en préparation. La plupart des zones du forum sont cachées pour les prochains jours. Les présentations, les zones RP et les fiches techniques sont toujours accessibles !
Derniers sujets
Partagez

Amie d'enfance [Kazuma Nanna]

Yuki Misaki
Yuki Misaki

Amie d'enfance [Kazuma Nanna] Empty
Mar 8 Oct 2019 - 21:12
J'avais passée la grande majorité de la journée aux terrains d’entraînements du village. Aujourd'hui était l'une de mes rares journées de congé. Il y avait trop à faire au village pour que je puisse me permettre le luxe de relaxer. Entre la reconstruction du village et les missions, ça me laissait peu de temps à moi-même et c'était bien ainsi. Cela étant dit, une journée de repos ici et là restait quelques choses de nécessaire, bien que selon moi, peu productive. En règle général, je trouvais toujours quelque chose à faire et je n'aimais pas rester assise sur mes fesses à attendre que le temps passe.

J'avais bien essayer d'aller me trouver quelque chose à faire, mais tous les membres de ma famille étaient soient trop occupés pour faire attention à moi, soit ils étaient parties en mission à l'extérieur du village où bien, ils jouaient les politiciens afin de redorer l'image du clan au sein du village. Tous étaient occupés à leur façon et aucun n'avaient envie d'avoir une gamine de seize ans dans les pattes. Incapable d'aider quoi que ce soit pour ma famille, l'autre option avait été de passer la journée à travailler sur quelques jutsus que j'avais en tête. Bon, ça n'était peut-être pas l'option la plus relaxante, mais c'était mieux que de faire la patate dans ma chambre à culpabiliser parce que j'aurai eu l'impression de perdre mon temps.

J'étais donc là, à observer le soleil se coucher sur le village caché de la brume. Mes vêtements étaient trempés de sueur et ma respiration peinait à reprendre un rythme normal. Définitivement, je n'avais pas comprise le concepts de relaxer. Une partie de moi voulait poursuivre mon entraînement, mais l'autre me criait d'arrêter, si je ne voulais pas être complètement incapable de bouger à mon réveil demain matin. Cette journée allait clairement laisser sa marque sur mon corps sous la forme de stress et d’épuisement. Je soupirais à l'idée d'avoir fait complètement le contraire de ce que j'avais prévu et redoutait les impacts que ça allait avoir le lendemain.

En me faisant mon thé matinal, j'avais remarquée que nous arrivions à la fin de nos réserves. J'avais pourtant l'impression d'avoir été en chercher il n'y avait pas si longtemps de ça, mais nous étions quand même une grande famille, trois grand-parents, deux parents et neuf enfants. Ayant toujours vécu ainsi, ça ne divergeait pas l'habitude, mais c'était pour moi, un choc à chaque fois quand je voyais à quelle vitesse nous devions remplir nos réserves d’à peu près n'importe quoi.

Avant de partir du domaine familiale pour cette journée de dur labeur, je m'étais fais une note mentale de passer à une boutique de thé du village avant de rentrer. En observant le soleil descendre de plus en plus, cette note mnémonique me frappa l'esprit, comme la claque au visage d'une mère célibataire qui s'était faite traiter de traîner, parce qu'elle refusait de coucher avec un homme saoul au coin du bar. Je n'avais pas pensée que les boutiques fermaient eux aussi et je n'avais qu'une vague estimation de l'heure qu'il faisait. Ça et le fait que le terrain d’entraînement, sur lequel j'étais présentement, n'était pas très près de la boutique en question.

Je sortie de mon sac une rechange de vêtement. Je n'allais quand même pas me promener dans le village avec des vêtements complètement mouillé par ma sueur et complètement salit par cette journée passée à m'entraîner. Qu'est-ce que les gens allaient penser de moi ? Rapidement, j'exécutais quelques mudras et cracha un carré de glace afin de créer un petit mur entre moi, en train de me changer, et les yeux pervers des gens autour. Une fois changé, je retira la structure de glace que j'avais construite et me mit en direction de la boutique de thé.

***


Il s'agissait d'une boutique familiale qui s'était installé au village dès les premiers jours de sa construction. D'aussi loin que je me souviennes, nous avions toujours fait affaire avec eux. Le thé n'était pas donnée, mais le service était génial et on ne nous servait que de la qualité. La boutique s'était agrandit avec le temps et si comme moi, vous avez fréquentez cet établissement depuis sa création, il était facile de remarquer la décoloration du bois trahissant les différents travaux qui avaient eu lieu. Il y avait quelques tables d'installé ici et là, si la boutique ne servait que du thé, sa popularité avait rapidement grandit et la boutique était de plus en plus achalandé. Avec cette augmentation de la fréquentation, il y avait nécessairement eu une augmentation des temps d'attentes et les propriétaires avaient installés des tables afin que les clients puissent patienter assis en profitant d'un verre de thé, gracieuseté de la maison. Une partie de moi était amusée de la tentative flagrante du propriétaire de faire un coup de publicité tout en essayant de calmer les clients moins patient. Ce don servait principalement à faire essayer, et potentiellement faire acheter, les thés moins connus que la boutique avec en stock.

À mon entré dans le magasin, une petite cloche retentit. Il y avait une file de quelques clients, mais ça avait tout de même attiré l'attention du propriétaire qui se faisait un devoir de saluer tous les clients qui entraient dans son magasin. En me voyant, il me salua comme à son habitude.

[Propriétaire] – Bienvenue ! Je suis à vous dans quelques moments. Oh! Madame Misaki

L'homme devait avoir quelques choses comme soixante ans. C'était quelqu'un de sympathique, malgré son âge et il dégageait quelque chose de chaleureux. Je le salua à mon tour.

[Misaki] – Bonjour Monsieur Okasa, comme d'habitude.

Il avait retourné son attention vers l'homme qu'il était en train de servir, mais il avait quand même compris ma demande. Avec les années, une sorte de routine s'était installée. Puisque nous commandions toujours la même chose, je n'avais pas besoin d'attendre la file. Il s'avait déjà ce que je voulais et je savais qu'il s'occuperait de ma commande quand il pourrait. J'allais donc directement m'asseoir à l'une des tables près de la fenêtre. Sa fille, qui s'occupait du service aux tables, m'apporta rapidement un thé encore fumant.

Ça devait faire tout au plus quinze minutes que j'étais là, le regard perdu dans mes pensées. En fixant à l'extérieur du magasin, je me perdis dans mes pensées. Je réfléchissait au village dans lequel j'ai grandit et à la reconstruction. Un *ding* me fit sortir de cet état de transe. C'était la porte de la boutique qui venait de s'ouvrir. Par réflexe, je jeta un coup d’œil. Étais-ce quelqu'un qui venait de partir ou quelqu'un qui venait d'entrer ?

Une cliente venait d'entrer dans la boutique. Il ne me fallut pas beaucoup de temps avant de reconnaître l'adolescente qui faisait éruption dans la boutique de thé. Un sourire se dessina sur mon visage tandis que je la salua en faisant aller mon avant bras de gauche à droite.


@Kazuma Nanna
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7571-misaki-yuki

Amie d'enfance [Kazuma Nanna]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: