Soutenez le forum !
1234
Partagez

Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi]

Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Empty
Dim 27 Oct 2019 - 10:45
La marche lente, les bras ballants, j'avançais calmement autour des remparts du village. Dans un silence qui caractérisait l'atmosphère ambiante, je m'étais décidé de me rendre sur le terrain d'entraînement, qui se situait non loin de là. Katana sur le dos, installé dans son fourreau, j'avais pris soin de m'armer suffisamment pour consolider tout type d'apprentissage : lancer de projectiles, maniement de l'épée ou encore d'autres techniques ninjas plus dépendantes de mon chakra spécial. En bref, un train de vie habituel pour tout ninja qui souhaitait rester à la hauteur.

Si mon regard se perdait sur la nature environnant, il aperçut une silhouette méconnaissable. Il y avait de quoi reconnaître un être humain, mais il était tout à fait impossible de l'identifier. Je m'approchai calmement de l'inconnu, essayant de guetter un signe distinctif, un détail qui pourrait me permettre d'en apprendre plus sur lui. Quelques tatouages se distinguaient sur sa peau, et d'un mudra, je pus ressentir une quantité de chakra qui bouillonnait en lui. Enfin, quelques bribes de chakra qui l'aidaient à se maintenir conscient. Je n'avais plus de temps à perdre.

Je courus rapidement vers lui. Une fois à sa hauteur, ma main agrippa fermement son bras tandis que je tentais, de vive voix, de m'assurer de son état de santé.

-"Hey, tout va bien ?!", m'écriais-je dans l'espoir qu'il me réponde oui.

Mais les yeux mi-clos, le corps qui paraissait souffrir à chacun des pas qu'il faisait, ce n'était pas bon signe. Il ne me répondit pas, et après un court moment dans lequel lui comme moi ne bougions plus, il s'effondra. Mes bras supportaient son poids, et je le déposais délicatement sur le sol. Je posai ma main sur son front : aucune fièvre. Je ne savais pas pourquoi il avait marché jusqu'ici, mais peut-être cherchait-il des renforts. Aucun signe de maladie, et après quelques vérifications sur son corps, je remarquai qu'il n'avait pas subit une quelconque blessure physique.

Sa vie n'était pas en jeu, il n'avait besoin que de repos.

Je fis quelques mudras, et créai un oiseau de chakra pur qui servirait de moyen de transport jusque chez moi. L'entraînement était repoussé, évidemment. Le corps du blondinet était immobile pendant tout le temps du déplacement, et le voyage était suffisamment lent pour ne pas le brusquer. Une fois arrivé chez moi, j'installais son corps inerte sur mon propre lit. Je m'installais à côté de lui, décidé à ne pas le laisser tomber.

Il ne restait plus qu'à attendre le réveil, et dieu seul savait combien de temps il prendrait.

_________________
Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Empty
Jeu 31 Oct 2019 - 12:15

Tsuna ne comprenait plus ce qu’il passait. Était-il dans un rêve, un cauchemars? Aucun des deux, il éprouvait seulement une sensation de tomber dans un néant infinis. L’obscurité prônait le manque de luminosité dans l’environnement du vagabond. Sa chute continuait et n’avait pas l’air de vouloir s’arrêter. De temps à autres certaines images apparaissaient dans l’esprit du jeune, il avait comprit qu’il se trouvait tout de même dans l’univers onirique. Il essayais tant bien que mal de forcer son esprit à se réveiller mais rien n’y faisait. Une puissante douleur dans la poitrine le parcourait, ses mains se déplacer sur toute la surface de celle-ci à la recherche d’une quelconque blessure. Rien. Tsunayoshi haïssait lorsque Morphée tentait de lui faire comprendre des émotions, sentiments ou situation, au moins il avait trouvé de quoi contrôler ces soudaines apparitions. Il fermait les yeux et imaginer ses émotions dans une boite, enfin, le rêveur fermait le couvercle, passait un cadenas autour de la serrure et fermer à clé, enfin il laissait la clé tomber dans le vie infini. Il n’aimait pas lorsque quelqu’un ou quelque chose venait jouer dans sa tête et ce même si c’est son propre subconscient.

Le paysage de Tsunayoshi changeait maintenant, se trouvait sur une grande étendue, verte d’herbes, un seul grand arbre était présent au milieu. Un être d’une prestance véritablement majestueuse. Ses feuilles avaient la couleur de l’or, la même couleur que les Iris du protagoniste. Une fine silhouette se dessinait sous ce majestueux charisme qui prenait la forme d’un être humain. Tsuna forçait sur sa vue et plissait ses yeux, une femme avec des cheveux flamboyants qui lisait un livre. La sérénité était la couleur mère de ce tableau. L’esprit du jeune s’apaisant instantanément à la vue de ce paysage. Il marchait d’un pas incertain pour finalement courir en tendant la main à cette personne, criant son nom de toute ses forces, des larmes coulant le long des pommettes rougis par les émotions du héros. Il était heureux de retrouver cette personne qui lui était si chère . Mais, comme la plupart des bonnes choses et surtout de ce monde métaphorique et imaginaire, cela avait une fin. En effet le paysage devenait légèrement plus sombre, un soleil rouge duquel s’écoulait du sang venait de teindre la toile d’une ambiance plus dramatique. Il allait atteindre sa chère et tendre lorsque sa tête tombait brusquement de son corps et roulait maintenant jusqu’aux pieds du malheureux. Perdant toute l’énergie qu’il avait, il tombait lamentablement au sol. De ses mains tremblantes il ramassait sa défunte au sol, la rage l’envahissait de plus en plus quant au même rythme, l’arbre centenaire perdait ses feuilles, les diffusants en une fine couche dorées sur le sol, couvrant de son tissus le veuf désemparé. Le fourreau qui retenait sa haine, sa colère, sa tristesse, sa nuit s'était brisé. Il criait, hurlait à en cracher du sang, c’était un cauchemars et il voulait s’en départir. Jamais il n'aurait de repos.

Le jeune homme se réveillait d'un bond traumatisé laissant échapper le nom de sa défunte femme, Saya. Ses yeux brillaient dû au liquide d'amertume encore présent dans ceux-ci. À travers cet écran d'eau nous pouvions apercevoir les pupilles du blondinet se rétracter et leur lueur se ternir. Brusquement il secouait la tête, se frottait les yeux et jetait un regard curieux mais méfiant aux alentours. Il semblait être dans une chambre, la matière confortable sur laquelle il était lui avait déjà fait comprendre qu'il s'était réveillé dans un lit. Le regard du perdu se posèrent sur un bonsaï qui avait l'air véritablement bien entretenu et quelques plantes grasses. Le décors était relativement neutre, quelques toiles de calligraphies étaient accrochés sur les murs, aucun n'indice n'était présent quant à l'appartenance de cette pièce. Finalement il sentait une présence. Les iris de Tsuna rencontrèrent ceux d'un Homme qui avait plus ou moins son âge. Était-ce son ravisseur? Après tout, le peu de personnes qu'il avait rencontré n'étaient, pour la plupart, que des pêcheurs méritant une souffrance donnant la mort, des bourreaux d'enfant, des expérimentateurs, des violeurs, des voleurs, des avares, colérique et hypocrites. Néanmoins, un éclair de réminiscence revenait dans l'esprit du triste: Une main l'avait agrippait et soutenu, il avait pu entendre la personne s'inquiétait de son bien être. Cela lui était étrange et ne savait pas comment réagir. Il voulait tout de même entamer la discussion mais très vite, il se rendait compte qu'il avait interagit avec des personnes seulement par le biais de ses haches depuis le début de son vagabondage. Rendu quasi à l'état sauvage il ne savait même plus aborder un autre être. Il essayait tout de même, un son grossier sortait une première fois. Il se raclait ardemment la gorge pour finalement réussir à parler.


" Merci. - Il levait timidement sa main droite pour serrer la main du garçon mais la vue du sang séchée sur celle-ci fit en sorte qu'il la retirait. - Je... désolé.. Où suis-je? Qui es-tu? Pourquoi m'avoir sauvé? - Il n'attendait même pas une réponse et se lever du lit. La force l'avait déjà quittée, son corps avait atteint sa limite depuis des semaines déjà, avoir été debout jusque là relevait déjà d'un miracle. De ce fait, il s'écroulait à terre. - Je dois partir au plus vite. La vengeance m'appelle. "


Il se levait difficilement et malgré sa volonté s'asseyait tout de même sur le lit de son sauveur. Se laver, de toute façon, avant de repartir pourrait être une excellente idée.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Empty
Jeu 31 Oct 2019 - 18:26
Ma journée de repos s'était transformée en une opération sauvetage d'un inconnu. Cela arrivait rarement, mais c'était toujours aussi plaisant. Depuis combien d'année me répétais-je sans cesse qu'une de mes plus grandes motivations à vivre était de sauver les autres ? A différentes échelles, évidemment, il y avait bien des nuances entre faire parler quelqu'un qui n'allait pas bien ponctuellement et lui faire éviter la mort. Mais seul le résultat m'intéressait, cette satisfaction d'avoir été utile, cette jouissance d'avoir été capable de faire quelque chose de bien. Alimenté par la transcendante envie de rendre le monde meilleure, c'était ce qui me faisait m'entraîner tous les jours.

L'état du blondinet me le rappelait, lui aussi. Son corps meurtri me faisait dire que j'avais fait une belle action, en tout cas tant que je n'apprenais pas que j'avais sauvé l'un des plus puissants meurtriers du monde. Le sang séché sur ses mains pouvait avoir tant de signification qu'il ne me venait même pas en tête que c'était signe d'un assassinat. Lui seul savait contre quoi il s'était battu. De toutes façons, vu son état, je n'aurai probablement aucun problème à le maîtriser si je m'étais trompé sur son compte. Mais je n'appréciais pas penser à ce genre de choses, la mort était rarement une solution.

Pendant les premières minutes, je m'étais attaché à rester proche de lui : savait-on jamais s'il se réveillait. Au bout d'une petite heure, je me permettais quelques allers et retours auprès de mon beau père pour l'aider à son travail. Il n'avait pas vraiment besoin de moi, mais je lui devais bien ça. Ainsi, de temps à autres, j'allais jeter un petit coup d'oeil dans ma chambre. Et alors que j'allais partir une énième fois, le dos tourné à mon lit, j'entendis son cri.

Saya ?

Sans un mot, le laissant émerger, je pris la chaise qui m'avait servi jusque là et m'assit lentement pour lui faire face. Il prit un moment pour réaliser où est-ce qu'il était, et je lui laissais bien normalement. Ca devait être assez déboussolant de perdre connaissance dans un lieu et de se réveiller dans un autre.

-"Tiens, enfin debout", commençais-je juste avant qu'il me remercie, un sourire assez naturel dessiné sur mon visage. "Sendai Yahiko, Jônin du village caché de Kumo... et tu es chez moi actuellement, dans une petite épicerie située au sud du village."

Naturellement, je voulais lui en dire suffisamment pour le rassurer. Je me disais qu'il en avait bien besoin, mais d'un autre côté, ça devait être chiant d'entendre quelqu'un ne plus s'arrêter de parler alors qu'on venait de se lever. Tant pis, quelque part, c'était lui qui avait posé la question.

-"Quel genre de personne aurai-je été si je t'avais laissé mourir sous mes yeux sans réagir ?", me permis-je presque dans un petit rire.

Le genre à ne même plus pouvoir se regarder dans le miroir. Enfin, ce n'était pas vraiment pour ça que je l'avais sauvé. Je l'avais sauvé parce que je le voulais, et non pas parce que je me sentais obligé.

Je le regardais peiner à se lever, et chuter à chaque fois qu'il forçait sur ses muscles. Sa détermination était admirable, ses idéaux l'étaient moins, mais je ne comptais pas le juger pour autant. Il avait sûrement ses raisons de penser vengeance, et le sang sur ses mains ne me disaient rien qui vaille. Quel genre de fardeau portait-il sur ses épaules ?

-"Tout vient à point à qui sait attendre. Je ne serai pas du genre à te faire la morale sur ta vengeance, mais permets moi au moins de te conseiller de prendre le temps de te reposer. Tu ne feras pas grand chose dans ton état actuel, et je suis sûr que tu veux mener ta vengeance à bien."

C'était la moindre des choses pour moi de prendre soin de lui, autant que je le pouvais. Si je le laissais partir maintenant, dans son état, ça revenait au même que si je l'avais laissé mourir dans les alentours de Kumo. Et peut-être pouvais-je lui apporter mon aide.

-"Pour être honnête, si ta cause est noble, je suis même prêt à t'accompagner. Mais nous n'en sommes pas encore là ! Dis-moi, qui es-tu ? Pourquoi t'es-tu retrouvé dans cet état dans les alentours du village ?"

Après tout, il fallait aussi quelque part qu'on assure la sécurité de Kumo, ce n'était pas le premier venu qu'on pouvait laisser s'infiltrer comme ça dans le village. Bien sûr, c'était surtout par sympathie que je me permettais de lui demander ces quelques informations, je n'étais pas du genre à me méfier du premier venu.

_________________
Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Empty
Jeu 31 Oct 2019 - 22:29

Tsunayoshi se trouvait encore abasourdis par le manque de vitamine, protéine et repos. Son manque d'interaction et réaction était tel qu'il lui fallait du temps avant de comprendre et d'interpréter les réponses du jeune homme. Son regard semblait sans vie à l'écoute de celui-ci mais il se concentrait autant qu'il pouvait. Son sens auditif en avait lui aussi prit un coup, il ne s'en était pas rendu compte jusqu'alors, il lui fallait presque tendre l'oreille par moment pour capter des bouts de phrases de Yahiko, le Jônin qui l'avait récupéré.

L'éboueur, considérant l'état du blondin qui se rapprochait à un déchet, lui avait tout de même apprit qu'il se trouvait dans le village de Kumo. Le blessé en avait entendu parlé mais jamais été jusqu'à ce jour. Il se souvenait vaguement d'une discussion familiale où son petit frère et sa petite soeur avaient été emmené dans un village avec une énorme arche grise. Le bout de métal qu'il avait perçu avant de venir aurait du le mettre sur la voie. Avec ce qui semblait être de la pure franchise dû aux micro expressions du jeune homme, il répondait à toutes les questions que lui avait posé le traumatisé. Une franchise que Tsunayoshi de pouvait plus comprendre, possédé par tout ce qu'il haïssait, il définissait les Hommes comme étant des êtres hypocrites et nuisibles.

La naïveté du ninja du village faisait presque rire Tsuna, intérieurement. Bien entendu, il lui restait une certaine notion de respect et savait le donner lorsque la nécessité le demandait, il ne laissait aucunement paraître son amusement quant au fait de la possibilité de l'accompagner dans sa quête. Il ne connaissait pas le blondinet, personne à part sa femme avait su reconnaitre et accepter son côté sauvage, elle seule avait été capable de réprimer sa haine hyperbolique face au plus grand prédateur de cette planète. Cet état d'esprit était réapparut et prenait une place encore plus important depuis que le rugissement avait été entendu par les oreilles du jeune homme. Néanmoins il avait raison quant à la fatigue du blondin et n'avait pas d'autre que de penser à accepter la proposition de repos.

Le garçon lui avait demandé à son tour de dévoiler son identité et le questionnait maintenant sur  ce qui avait valu cette ivresse physique et mentale. Paranoïaque comme il était, l'homme n'allait pas le dévoiler l'entièreté de la situation, il ferait mine d'avoir perdu la mémoire et donnerait une partielle vérité. Personne n'était digne de confiance, et cela valait même pour lui-même. Sa concentration étant à son maximum, il avait préféré écouter les dires du blanchon dans leur totalité avant de formuler une réponse. - surnom que lui donnait Tsuna intérieurement dû à son air innocent et la blancheur de ses cheveux. Oui, Tsuna faisait maintenant partit de ceux qui pouvaient se permettre de juger un tant soit peu avant d'apprendre à connaître son interlocuteur. -


" Quel genre de personne aurais-tu été...? Une réponse simple: le même genre que tout les autres humains. Celui-qui accepte la souffrance d'autrui avec simplicité, celui qui en rie et en jouit. Ce même genre d'Homme fielleux qui appelle à l'aide lorsque la situation tourne en leur défaveur. Ce genre qui respire la puanteur de l'illusion plaisante que procure le matérialisme, le pouvoir et l'argent. Peut-être es-tu aussi ce genre de serpent qui vient en aide dans le but de forcer une requête que tu n'oses pas toi-même accomplir? "



Tsunayohi s'était emportée et toussait maintenant, jusqu'à cracher du sang. Néanmoins la lenteur avec laquelle il discutait montrait bien une faible présence d'esprit. Il reprenait son calme et demandait si il pouvait avoir un verre d'eau malgré les insultes infligées à celui qui l'avait secouru. Il buvait une gorgée et continuait la discussion.


" Je m'appelle Sawada Tsunayoshi... Je ne me souviens pas de grand chose... Mes derniers souvenirs sont flous, un énorme cris de colère et tristesse qui résonnait dans mon cerveau... J'entend des réminiscences de cris, mon flair se rappelle d'odeur de chairs brûlées et ma peau de frisson de plaisir. Je me suis juste trouvé aux abords du village par hasard, je ne cherchai rien en particulier. Quant à ma quête... Comme tu as dû le deviner, je dois faire disparaitre tout ses pêcheurs quitte à y laisser la vie et mon âme. "


C'est lorsqu'une personne n'Avait plus rien à perdre qu'il tombait dans la déchéance ou se relevait avec fierté, s'aidant du mur afin de se propulser plutôt que de pitoyablement s'y agripper. Une nouvelle fois, il râlait sa gorge.


" À toi de juger si ma quête est noble ou non. Le seul moyen pour purifier ce monde est de mettre un terme aux âme emplit de soif malsaine. Par contre, je voyage seul et personne ne m'arrêtera. C'est probablement une quête sans fin.. Dans chaque coeur résonne une lumière impure attendant juste de sortir et elle finit toujours pas y arriver, toujours. Néanmoins.... si je peux encore abusé de ta sois disante bonté j'accepterai ta proposition d'alors.. "



Même s'il le jetait, il trouverait un moyen de prendre un minimum de repos, cette situation lui avait fait prendre conscience de l'était de son corps.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Empty
Mar 5 Nov 2019 - 17:06
-"Ne te fais pas de fausses idées, je t'ai sauvé parce que ça m'est naturel de venir en aide à quelqu'un qui est dans le besoin."

Et c'est probablement ma raison de vivre, voulais-je rajouter. Mais plutôt que de tenter de répliquer par quelque chose qui pouvait s'apparenter à de la démagogie, je décidai de le laisser construire l'image qu'il voulait avoir de moi. Il y avait toujours un fossé entre ce que l'on voulait montrer et ce qui était interprété, alors il ne me restait qu'à dire ce qui me semblait bon de dire. Sans manipulation, sans artifice, que du naturel.

Le voir s'emporter me faisait penser qu'il devait s'être construit une vision bien pessimiste du monde. Quelque part, il m'était impossible de lui en vouloir : j'étais plus joyeux, mais ma vision n'était pas si différente de la sienne. Notre plus grosse différence était notre capacité à nous prendre au sérieux. Je n'étais capable d'agir qu'avec l'habituel masque souriant qui cachait mes peurs, mes excès de colère et mes souffrances. Lui n'avait pas hésité à sombrer dans la solitude et la haine, et quelque part, je l'admirais. Cela dit, même si je n'étais pas moins pessimiste que lui, j'étais incapable de ne pas aider les autres. Alors naturellement, je comptais faire de mon mieux pour ne pas le brusquer.

Le regard fixé sur lui, lui prêtant toute mon attention, je ne lâchais pas une miette de ce qu'il me racontait. Presque pour lui faire honneur. Son discours était assez effrayant, ses souvenirs flous faisait paraître un plaisir dans la douleur, une exaltation dans la haine. Rien qui n'était bien sain, mais encore fallait-il comprendre pourquoi il avait ressenti cela.

-"Éliminer tous ceux qui sont à la source de tous les problèmes, hein ..?", répétais-je à voix haute, mon regard se perdant sur mon plafond.

Lorsque le regard se dirigeait en haut à droite, cela signifiait que la personne imaginait, construisait une image qu'il n'avait pas dans ses souvenirs. Et c'était mon cas. Je me représentais ce que pouvait donner une telle quête. Il avait les mêmes désirs que moi, en plus extrême. Cette quête avait des limites, elle était infinie. Il était destiné à ne jamais être heureux, à être un éternel insatisfait et à vivre avec le poids de toutes les vies qu'il avait volé. Ce n'était pas sain, mais je n'étais personne pour lui dire ce qu'il devait faire de sa vie. Cela dit, je pouvais toujours essayer d'alléger son fardeau.

-"Je crois qu'il y a du bon et du mauvais dans tous les Nindô. Pour être tout à fait honnête, nous avons les mêmes objectifs, et comme ils visent la paix, il me paraît impossible de dire que le tien n'est pas noble. Par contre, ce qui n'est pas noble, c'est la façon de s'y prendre. La mise à mort a besoin d'un critère objectif. Un simple voleur devrait-il être exécuté, au même prix qu'un assassin, juste parce qu'il a agit égoïstement ?"

Je ne cherchais absolument pas à le juger, je croyais plutôt qu'un tel plan devait avoir des bases extrêmement solides. On ne pouvait pas jouer avec la vie des gens, même si je n'étais pas au courant que la mort de ses proches était causée par des gens qui avaient probablement joué avec leur vie. A voir s'il voulait s'abaisser à ça.

-"Si je me suis mal fait comprendre, ta quête me plait énormément. Si je n'avais pas choisi mon actuelle voie du shinobi, j'aurai probablement choisi la tienne. J'ai besoin de connaître les bases sur lesquelles tu comptes te reposer. Je ne suis pas dérangé à l'idée d'être jugé coupable pour avoir laissé en liberté quelqu'un qui veut tuer des criminels. Par contre, il m'est impossible de te laisser en liberté si tu comptes assassiner des innocents, juste parce que tu les as poussé à bout. Je suis persuadé que personne ne tombe dans l'obscurité par choix."

Une mauvaise réponse et c'était la case prison, évidemment. Quelque part, si sa justice était dangereuse, la mienne qui tentait de défendre ce que j'appelais "la véritable paix" le punirait.

_________________
Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Empty
Mar 5 Nov 2019 - 22:51


Les propos de Yahiko étonnait plus ou moins Tsunayoshi. Celui-ci avait suffisamment eut la chance - si l'on puit dire - de rencontrer les facettes les plus décevantes et horribles des êtres humains. De ce fait il avait pu aiguiser son sens de l'observation en allant aux expressions corporelles jusqu'a micro-expression faciale. Les réponses véridiques quant au village dans lequel ils se trouvaient, l'habitat ainsi que son identité devaient lui avoir permis de déchiffrer la gestuelle démontrant sa sincérité. Or, le ninja n'en avait pas réellement, surement dû à son expérience et de toute manière le fou furieux n'avait pratiquement pas assez de décence d'esprit pour son apercevoir.

La simple phrase qui reprenait de manière plus agréable les propos du blondinet, le comportement de son visage fut l'un des premiers gros signe d'un masque qui tombait. Un esprit penseur comme le sien cachait bien souvent une réelle remise en question voire, un surplus d'introspection. Ce signe de divagation montrait que le jeune homme avait déjà sa propre vision du monde laissant toujours une ouverture à un changement. Un brin de curiosité animait légèrement l'esprit normalement éteint de Tsuna, il voudrait peut-être en savoir plus.

S'armant de sa plus grande concentration il écoutait le discours de son bienfaiteur et surtout la question qui s'ensuivait. Un vol par pure égoïsme devait être punis seulement si la denrée volée n'était pas nécessaire ou une question de survie pour le malfrat ou autrui, dans la mentalité de Tsuna. Néanmoins avant de donner une réponse au jônin, il préférait attendre, voyant que sa pause était plus synonyme d'un questionnement sur le choix de ses futurs mots.

Finalement, l'entendre insister sur les "biens faits" du but que s'était fixé notre esprit vengeur, l'entendre insister sur la raison de son sauvetage avait quelque peu calmé l'ensanglanté. L'esprit manquant, son instinct animal présent savait tout de même reconnaître un prédateur voulant chasser sa proie. À moins qu'il ne soit doté d'une intelligence perverse sur la satisfaction que lui procurait de voir le débattement d'une proie mais cela ne semblait pas être le cas pour le jeune blanchon. Tsunayoshi se permettait d'accorder le doute quant au fait de parler librement, de considérer cette première rencontre humaine comme étant la première rencontre limpide qu'il avait pu faire.

Le protagoniste n'était pas tout à fait en accord avec la dernière phrase qu'avait pu dire le jeune homme, aussi il laisserait exprimer son point de vue quant à la manière d'accepter les ténèbres. Néanmoins sa dernière remarque laissait paraitre la crainte de relâcher l'animal carnassier dans la nature, une crainte totalement justifié vu l'état déséquilibré du justicier. Le blondin, avec son esprit vacant entre l'inconscience et la conscience, essayait de construire une réponse, la réponse la plus franche possible avec le peu d'esprit qu'il lui restait.


" Merci...Un voleur et un assassin sont deux choses différentes, la punition doit être égale au crime, un cas par cas doit être d'autant plus fait. Chaque humain diffère de l'autre, nous avons tous nos ressemblances mais la meilleure partie restes nos plus grandes différences. De ce fait, cela dépend de la nature du vol, si celui-ci est réellement nécessaire à la survie ou au bien-être de ses proches ou de lui-même alors la peine doit être différent d'un vol égoïste commis par pure envie. La mort n'est pas question pour un vol sans réel danger, sans qu'il n'y est eu de conséquences qui ne puisse être défaire. "


Ayant tout de même du mal à respirer et parler il prenait de nouveau une bonne gorgée du verre d'eau que lui avait porté Yahiko plus tôt. Le sentiment de soif et de déshydratation partait peu à peu du corps du jeune homme.

" Néanmoins, si le vol est commis par pure nécessité, je ne punirai certainement pas le concerné. Cela voudrait dire qu'il y a un problème de gestion et de compréhension de l'égalité humaine dans la ville, par le gouvernement. J'irais défaire ceux qui sot à la tête, les mettant en prison ou leur enlevant la vie selon leur réponse. À savoir si leurs gestes sont contrôlées par félonie ou non. "


Il réfléchissais de nouveau afin de faire attention à ses mots, il n'avait plus eu une discussion depuis vraiment longtemps pour un être humain, il avait vécu à la Robinson Crusoé mais sans Vendredi.


" Mon passé m'a apprit une chose: Protéger ne sert à rien. Prendre les devants, prévenir plutôt que guérir reste, à mes yeux la façon la plus efficace de procéder afin d'annihiler le mal le plus rapidement possible. Certes des fois il y aura des victimes, tristement, on ne peut pas sauver toutes les victimes prises par ces araignées mais on peut les tuer afin de couper leur toile et les empêcher de nuire de nouveau, sauvant de ce fait plusieurs futures autres personnes. J'ai voulu essayer de protéger mais rien ne sert d'emprunter cette voix. Il faut quelqu'un capable de choisir un chemin emplit d'obscurité à la place de la porte lumineuse d'à côté. "


Une vive lueur flamboyante parcourait les iris de l'homme.


" Beaucoup de personne que la prise des ténèbres est l'option de facilité mais c'est parce que ces personnes là n'ont pas la capacité de voir le monde comme je le vois. Le plus difficile est d'avoir la lucidité de cette notion du choix, de devoir choisir le chemin que personne n'emprunte par peu des représailles du lois mal faite ou par faiblesse, plus simplement. Il est bien plus facile de faire l'autruche et de ne pas agir, il est bien plus facile de remettre ses actes au lendemain ou à jamais en se disant que rien ne changera. Peut-être que ma quête restera inachevée, surement que j'y trouverai la mort, après tout, j'ai perdue mes pouvoir, je ne suis plus en état de bouger mais.. quelqu'un doit s'y coller. "


L'enflammé reprenait sa respiration et s'adossait sur le lit de Yahiko.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Empty
Lun 11 Nov 2019 - 14:36
Rendre justice d'un acte par un autre d'une même grandeur était un point de vue que je partageais fortement. J'y avais moi-même déjà songé à de nombreuses reprises : punir un meurtre par un meurtre, un viol par un viol, un vol par un vol. Le point de vue avait ses limites, comme toutes les punitions qu'il fallait infliger, mais le chemin qu'était cette réflexion m'attirait. La plus grande des limites ? Ne jamais toucher à des innocents. La famille d'un meurtrier n'avait pas à payer pour ses actes, il était impossible d'empêcher tout débordement d'une personne constamment attirée par le mal. C'était comme essayer d'empêcher une fumée de s'échapper d'un conduit d'aération qui l'aspirait.

Ainsi, la réponse de Tsunayoshi me plaisait. Je vis des souffrances, je vis des conséquences à un passé douloureux, je vis des réponses justifiées par ce vécu, et je pensais les comprendre parfaitement. Je comprenais qu'un homme au sang froid ne pouvait pas choisir le chemin qu'avait choisi le nomade, et que dernière le funeste choix de vie qu'il avait effectué, il y avait une sensibilité. Une expérience suffisamment douloureuse pour qu'un homme sensible et aimant se décide à choisir la vengeance, la haine, chose qui ne correspondait absolument pas à celui qu'il était au fond de lui.

Lorsqu'il parlait, j’acquiesçais automatiquement du visage d'un mouvement de "oui" lent et répété. En PNL, cela signifiait que j'étais d'accord avec ce qu'il disait, et s'il était capable de repérer ces signes, il comprendrait avant même que je ne réponde que sa réflexion m'était intéressante. Heureusement pour lui, elle signifierait aussi qu'il ne terminerait pas en prison, ce qui devait être quand même un soulagement. J'attendis tout de même qu'il finisse son discours, il fallait dire qu'il avait matière à répondre, vu toutes les attentes que j'avais de lui.

-"Ca me va", commençais-je tandis que mon regard se perdait cette fois sur le sol, signe que je replongeais dans mes pensées. "Pour être tout à fait honnête, je ne suis pas d'accord avec toutes tes opinions."

Je haussais les épaules aussitôt, souris doucement, et continuai ma réponse.

-"Mais je te rassure, je ne suis pas là pour te faire la morale. Par contre, j'ai une proposition à te faire."

J'aimais bien ce type. Son discours intelligent et empli de détail me laissait croire que rien n'était préparé à l'avance. Bien que ses objectifs soient discutables, il avait été spontané et naturel : il ne manipulait personne ici.

-"Toi et moi sommes d'accords sur le fait qu'actuellement, tu n'es pas capable d'accomplir quoi que ce soit, vu que tu as perdu tes pouvoirs."

Parle t'il de la résonance ? Elle pouvait donc faire perdre ses pouvoirs à quelqu'un ? D'un côté, elle avait même été capable de transformer des ninjas en roche, plus rien ne devait me surprendre.

-"Qu'est-ce que tu dirais de rejoindre Kumo ? Je peux comprendre que ça ne t'attire pas vu que tu seras entouré d'autres personnes, mais si tu es seul, tu iras beaucoup moins vite et beaucoup moins loin. Ca ne me dérange pas de t'aider à te remettre sur pied. Sans rien en échange, évidemment."

Objectivement, c'était comme si je développais une affection particulière pour lui parce qu'il représentait le démon qui était en moi et que je ne pouvais pas assumer. Du moins, pas de cette manière. Soutenir Tsunayoshi, c'était une façon pour moi d'aider le monde à se purifier du mal.

Enfin, après cette réponse, il pourrait se permettre de se reposer encore un peu. La discussion était intéressante, mais le forcer à me répondre dans son état actuel était quelque peu irrespectueux de ma part.

_________________
Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Empty
Mer 13 Nov 2019 - 7:40

 
Tsunayoshi exprimait de plus en plus facilement sa haine et son inconfort face à l’idiotie humaine. Étrangement, échanger avec Yahiko était de plus en plus facile, l’ouverture existentielle du jeune homme était rare voire casi inexistante mais son interlocuteur acceptait ses propos avec aberrante facilité. Le blondinet ne pouvait s’empêcher de penser que son approbation était étrange et bien trop conciliante, peut être cachait il quelque chose. Nous ne pouvions en vouloir à sa paranoïa, c’était ce qui lui avait permis de survivre avec le temps, la non confiance envers autrui, le doute constant, bien qu’épuisant, lui avait sauvé la vie bien plus souvent que ce qu’il ne l’avait souhaité. Tsunayoshi, friand de la réponse de son sauveur faisait abstraction de son tangible esprit: le monde cauchemardesque onirique le couvait de plus en plus.


Les dires du shinobi de Kumo satisfaisait le blondinet, il y avait de l’honnêteté mais il percevait tout de même un frein quant aux pensées de celui-ci. Néanmoins, chacun avait son jardin secret, chacun, comme dit plus tôt, avait cette part de noirceur, pouvant être un anarchiste, un violeur, un cannibale ou même un cannibale travestie. Cette obscurité dans notre cœur était bel et bien la, certains décidaient de la réprimer, d’autres l’accueillaient avec joie. Sans aucune surprise, certaines partie des réponses de Tsuna ne convenait pas au blanchon. Il fallait dire que l’animal était drastique dans ses méthodes, avec raison. Et pourtant, la gestuelle du jeune homme, son visage surtout, avait acquiescé tout le long et avec lenteur ce qui était clairement significatif. Peut-être que celui-ci ne voulait simplement pas se laisser porter par la tornade vengeresse et haineuse dans laquelle le Sawada se trouvait.

Il se devait de reprendre sa justice mais comme l’avait fait de nouveau remarquer son interlocuteur, ses pouvoirs avaient disparut. Il avait parcourut un long chemin pour acquérir cette puissance qui venait de disparaître au même rythme que sa flamme de dernière volonté. Peut être était ce bel et bien à cause du cris qu’il avait entendu des semaines auparavant ou bien... peut être était ce parce que l’utilisation des pouvoirs de son arme était mauvaise, arme  forgé par sa bien aimée. Mais plus les idées étaient belles, moins les méthodes l’étaient. Cependant l’heure n’était pas place à ces réflexions, de toute façon il n’en avait pas la force. Comme dit précédemment sa quête avait commencé lorsque sa force était au plus bas, accompagné de ses deux haches paternelles  et rouillées. Rien ne l’arrêterait mais la solitude avait ses limites. L’épuisement du temps, l’énergie du jeune s’était éteinte au fur et à mesure de son insouciante quête, il n’avait peut être plus la force d’agir et voyager seul.


Un partage de pensée semblait s’être créé à l’instant entre le soigneur et le blessé. Le ninja proposait maintenant à Tsunayoshi de rejoindre son village, prenant son isolation face à son devoir comme argument. Sa fierté était à nus et les mains sale du destin la tripotait. Grimper une montagne aussi haute n’avait jamais été facile, la traversé était longue et combien trépassaient avant de pouvoir rencontrer ce nouveau monde? Chaque jour il avait labouré une terre de sang récoltant seulement tristesse, solitude et folie. Ce souvenir d’où il venait, peut être était ce nécessaire, un travail à faire. Il pouvait sentir son rêve, sa quête au bout de ses doigts s’effiler légèrement. On lui avait volé son bonheur, sa victoire face à cette vie inutile et dérisoire, sa planète tournait autour d’une seule musique mais sa destinée avait refusé d’accorder sa voix à cet accompagnement, préférant le remettre dans la mauvaise fréquence mais peut être, seulement peut être que le bon vouloir du fin fil rouge faisait en sorte de le remettre. Sa fatigue, ses mois de solitudes prirent le dessus. Ne sachant pas pourquoi, il vit en Yahiko un confident, le seul et meilleur ami qu’il n’avait jamais eu. Ses pommettes devint rouge, ses iris dorées prirent une allure flouée. Le temps était magnifique et pourtant, il pleuvait à l’intérieur. Des larmes commençaient à s’échapper des yeux fatigués du blondinet. Il regardait le blanchon et malgré lui, l'honnêteté fut la reine de l’échiquier qu’était Tsunayoshi.



« Peut être.... je ne sais plus... je ne sais plus rien... qui je suis, ce que je suis. La seule chose que je sais c’est ce que je fais et pourquoi je le fais mais c’est difficile. - son regard se perdait au loin, pensant à sa défunte épouse. - Je suis le contraire de ce que j’étais, de ce que ma femme avait réussis à faire de moi. Je suis en train de redevenir ce que j’ai toujours révulsé. Mon âme meurt et mon espoir partit. Rester dans un village reviendrait à m’avouer vaincu, rester dans un village reviendrait à être en accord avec le système que je méprise. M’arrêter dans un village serait m’avouer vaincu... non? Mais.... peut être que le chemin solitaire ne me va plus, peut être que notre rencontre n’est pas seulement un simple hasard. Je ne sais plus... me remettre sur pied, pour l’instant, serait un bon début. Merci, Yahiko, la lumière en toi est grande, l’espoir en toi est admirable. »


La répétition de cette phrase n'était pas anodine. Qu'espérait ce misérable en s'accrochant à un sentiment de victoire dans la négligence du soi, du côté relationnel? Peut-être redoutait-il quelque chose en s'accrochant à une population? Néanmoins, au fil de ses mots, il s’était rendu compte d’une chose: il faisait de nouveau, légèrement confiance à une personne. Calmer l’état du jeune adulte n’était pas aisé, or, cette même personne l’avait fait. Il acceptait de se laisser porter par les soins du ninja, abandonnant totalement sa conscience. Une marque, finalement, de grande confiance pour lui. Une dernière image apparaissait dans son esprit: une fille aux cheveux rougeoyants, une jeune fille qu’il avait rencontré il y a longtemps. Maintenant, il tombait dans le désert cauchemardesque, quotidien de ses nuits ou évanouissements. Qui sait ce qui l'attendait à son réveil.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Empty
Jeu 14 Nov 2019 - 21:29
J'étais sensible à la fatigue et au tourbillon de sentiments qui l'habitait. Je ne connaissais pas sa détresse, je ne connaissais pas non plus son passé, mais j'avais suffisamment d'empathie pour vouloir lui donner un peu de répit. Ça me semblait être la moindre des choses que de le laisser se reposer, tant le chemin qu'il avait parcouru jusque Kumo semblait avoir été intense en émotions négatives. Je vis son ton changer, son regard se mélanger avec l'incompréhension, son faciès s'imprégner de tristesse. De nombreuses choses pesaient sur son âme et sur sa conscience, et son corps débordait à sa manière.

Je ne souriais plus. Par respect pour lui, principalement. Je l'écoutais attentivement, sans broncher, tandis qu'il me partageait un peu plus les pages de son propre livre. Au fond de moi, j'étais heureux d'apprendre qu'il n'était pas un véritable psychopathe né pour tuer froidement toute personne nuisant à sa définition de la justice. Derrière son apparence, je m'imaginais l'enfant en lui qui se débattait contre les démons qui avaient corrompu son présent. Je partais toujours du principe qu'il y en avait toujours un au fond de nous, innocent, qui n'avait jamais oublié qui il était et ce qu'il recherchait. Il m'était impossible de savoir précisément pourquoi celui-ci se révoltait, mais je pouvais deviner qu'il avait perdu quelqu'un qu'il aimait énormément.

Le choix des ténèbres était logique. Lorsqu'on privait un être de sa lumière, ne lui restait-il pas que sa part d'ombre ? J'étais incapable d'imaginer le nombre de personnes qui avaient fini comme Tsunayoshi. J'étais persuadé qu'il y en avait plein, des humains qui croyaient dur comme fer qu'ils étaient destinés à finir seul, alors que l'Homme était fait pour vivre en meute. Ils avaient seulement besoin qu'on leur rappelle de temps en temps que la vie continuait, que la mort faisait partie de la vie et qu'injustement, la vie n'appartenait pas à la mort.

Je me levais de ma chaise et m'approchait de son corps exténué. Plus sérieusement, avant de le laisser au calme, je comptais bien l'aider à garder espoir.
.
-"Ca ira, je te montrerai demain une manière intéressante d'intégrer le village sans que ça ne trahisse tes idéaux. En attendant, repose toi, tu en as besoin."

Un dernier mouvement de tête affirmatif vint conclure mes paroles, tandis que je tournais le dos à mon nouveau compagnon. Une fois arrivé au pas de la porte, je me tournai une dernière fois vers lui.

-"Si tu as besoin de quoi que ce soit, je suis à côté."

Mes yeux s'écarquillèrent. M'avait-il entendu, ou s'était-il déjà endormi ?
Ouvrant délicatement la porte et la fermant de la même manière, j'étais confronté à un autre problème bien plus mineur : comment allais-je m'occuper, en restant à proximité de lui et ce sans faire de bruits ?
C'était à ça que ressemblait la vie de héros, sans les projecteurs.

_________________
Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi] Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Une main tendue [Pv : Sawada Tsunayoshi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Arche Grise
Sauter vers: