Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Le... Frigogidaire ? | Ft. Chôkoku Kyouka
La marche des cœurs  EmptyAujourd'hui à 6:27 par Sinaaq

» Panséléne ~ Ayume
La marche des cœurs  EmptyAujourd'hui à 4:54 par Aburame Ayume

» Bonsoir Par... Kiri ! - [PV La Kenpei]
La marche des cœurs  EmptyAujourd'hui à 4:24 par Uzumaki Ryuji

» Restauration rapide [PV Mugen Oda[
La marche des cœurs  EmptyAujourd'hui à 3:35 par Uzumaki Ryuji

» Hidemi "Kajiya" Hashimono
La marche des cœurs  EmptyAujourd'hui à 3:07 par Hidemi Hashimono

» Jishin Lifestyle ~ Toph
La marche des cœurs  EmptyAujourd'hui à 1:56 par Chokoku Kyouka

» 03. Changer de zone
La marche des cœurs  EmptyAujourd'hui à 1:52 par Akimichi B. Hyakuzô

» Pause méditative [PV Yasei Zoku]
La marche des cœurs  EmptyAujourd'hui à 1:20 par Yasei Zoku

» Hommes et bêtes
La marche des cœurs  EmptyAujourd'hui à 0:50 par Yasei Zoku

» Comme l'a dit l'ancêtre : ensemble ! [Avengers]
La marche des cœurs  EmptyAujourd'hui à 0:27 par Shirō

Partagez

La marche des cœurs

Hokazuka Rie
Hokazuka Rie

La marche des cœurs  Empty
Mer 30 Oct 2019 - 23:37

La marche des cœurs


Les aurores étaient criardes, teintées d'un orangé tellement vif qu'il t'en faisait plisser des paupières. Une main ombrage alors ton visage, qui se décrispe en conséquence. Une ronde s'était formée et des silhouettes s'alignaient une à une face à toi, alors que ton était regard préoccupé à fixer un ciel audacieux. Il fallut plus d'un raclement de gorge pour te rappeler à l'ordre. Le chef des soldats, probablement un lieutenant dont tu avais déjà oublié le nom, s'était présenté à toi, le dos droit, le visage serré. Il empestait la peur du bon vouloir ; son nouveau rôle de sous capitaine le transformait en une caricature forcée du bon petit soldat, t'arrachant alors un sourire amusé.

Le pauvre n'en sua que plus, intimidé par la réflexion sur tes propres songes, plus que sur sa véritable motivation : Il devait simplement t'annoncer que le bataillon était prêt à prendre la route, que les vivres étaient rassemblés, que ton cheval étincelant t'attendait. Un privilège honorifique dont tu ne te lassais pas vraiment ; ni honteuse ni fière ; tu donnes le signal de départ en grimpant sur un destrier au nappage opalin.

Les pas s'enchaînent alors frénétiquement, remuant terres et feuilles dans une danse millimétrée. Tu voyais dans leur démarche cette volonté de faire parti d'une armée, d'en respecter la grandeur ; d'en peser le poids. Ils avancent donc à l'unisson, battant le sol comme un tambour qui faisait sonner le rythme de vos cœurs à l'unisson.

Un tempo qui fut bien vite décousu par les heures écoulées et la fatigue grimpante. Certains soldats étaient de simples civils en quête de sens, et leur endurance n'égalait pas celle d'anciens shinobis avérés. Pour autant, ils tachaient de garder les lignes du mieux qu'ils le pouvaient, te redonnant sincèrement du baume au cœur. Pour la première fois, la volonté du feu progressait avec un mordant qu'il lui était propre. Pour la première fois, l'histoire avait entendu son nom, son appel, sa foi.

Une armée jadis décousue, morcelée, faible... Débordait aujourd'hui d'ambition, d'espoirs, mais aussi de craintes et d'égarements pour certains. Il faudrait du temps pour ficeler une faction renaissante, pour lui donner une stabilité légitime. Et la simple raison de votre venue à Kumo était un témoin de cette quête de rédemption ; de renouveau.

Les premières heures seraient rudes ; les regards acerbes, les incompréhensions légitimes. Et le plus dur serait de laisser au tout à chacun l'occasion de trouver sa place, son identité, dans un cercle nouvellement dessiné.

►►►

La première halte permet aux plus faibles de s'inspirer des plus forts. Certains s'entraident, d'autres se jugent ; d'autres encore s'isolent pour ne laisser de place ni aux aidants, ni aux aidés. Ton éternel mutisme fait de toi un membre de ce troisième genre ; tes yeux sanguinolents effraient ceux qui osent s'approcher de trop près. Une triste réalité que de constater que ton statut venait maintenant renforcer une apparence déjà loin d'être aguichante.

Seul Reiketsu daignait te tenir tête, sifflant comme il savait si bien le faire ; comprenant si bien ô combien un simple regard pouvait couper court à tout élan de motivation, même sincère et passionné. Il était un reptile, un serpent, une race ingrate et détestée. Haïs pour être un rampant maléfique, pour ses iris tranchant et son poison. Il répugnait, il effrayait ; pourtant, il avait toutes les qualités qu'un animal pouvait avoir à prôner.

►►►

Le lendemain arrive aussi rapidement qu'une brise matinale ; et relance votre convoi dans son aventure. Vous étiez désormais sur les terres de Kaminari, et votre nombre imposant, la rigueur de vos pas, intimidaient déjà les locaux qui préféraient se cacher plutôt que de comprendre. C'était trop tôt pour espérer qu'un langage commun se créée. Pourtant, ton cœur n'aspirait qu'au bon déroulement de votre venue.

Les portes du village caché s'ouvrent en grand ; tes prunelles sanglantes aussi, aspirées par chaque détail de la cité mère de la Foudre.

L'Empire... s'installait à Kumo.

Spoiler:
 


Revenir en haut Aller en bas
Suzuri Akina
Suzuri Akina

La marche des cœurs  Empty
Jeu 31 Oct 2019 - 0:07




-Vous allez enfin voir la civilisation. S'adressant à un soldat de la cohorte.

Enfin l’heure du départ de Urahi, et celle du retour à Kumo avait enfin sonné. Son escapade de le Yuukan avait finalement était de courte durée bien qu’animée de quelques rencontres agréables ou farfelues. Ce fut bien sûr avec sympathie que la Suzuri avait accepté la proposition de celle qui allait représenter Hi à Kumo, et protéger le village, car c’était le but d’un protectorat. Mais Akina se demanda, comme elle avait demandé à cette étrange femme ; comment elle allait s’y prendre pour que tout se passe pour le mieux. Et la seule réponse qui lui venait était celle que cette même femme lui avait fait : rien, à priori.

La colonne ainsi organisée, la bibliothécaire, assise tranquillement sur un l’un des chariots du convoi ; profita du voyage. Et bien sûr, comme toujours ou presque, elle ne put se retenir de quelques remarques. Par forcément désobligeante, mais pas vraiment compatissante non plus. Et ce fut –sans doute- parce qu’elle s’en amusait qu’elle les adressait à ces soldats, qu’importe qu’ils furent vaillants, ou qu’ils trainaient la patte tant la marche était longue et monotone. Elle, ça la divertissait…

-Vous savez, si vous y mettiez plus de cœur… cela passerait bien plus vite. Avait-elle lancé à l’un des soldats qui affichait une mine de déterré, et ce depuis qu’ils eurent quitté les terres légitimes de l’Empire. Je me demande quand même comment vous avez fait pour… vaincre Kumo. Je veux dire… ça ressemble plus à de la chance qu’une réelle conséquence de votre détermination. Cela dit… la chance sourit aux audacieux. Avait-elle fait remarquer, s'esclaffant, un peu plus tard et loin dans le voyage qui le menait lentement mais sûrement à Kaminari et sa capitale.

Lorsqu’ils approchèrent des territoires de la Foudre, Akina pu le sentir, l’air frais de la montagne descendait sur les plaines et purifiait l’atmosphère ; enfin… dans sa tête. Et lorsqu’ils approchèrent des portes…

-Vous verrez, nous avons une sublime bibliothèque, vous pourrez vous cultiver un peu ! Avait-elle dit en replaçant ses petites lunettes rectangulaires, un léger sourire aux lèvres. Elle n’avait pas sous-entendu qu’ils en manquaient, c’était ce qu’elle disait à tous ceux passant les portes de sa bibliothèque et aux étrangers de passage, car dans le fond… il y avait fort à parier qu’ils ne seraient que de passage, d’une manière ou d’une autre. Allé, c’est la dernière ligne droite, la dernière côte ! Un peu de nerf ! S’agitât-elle au fur et mesure qu’ils approchaient.




_________________

La marche des cœurs  Po7r
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157
Uzumaki Ryuji
Uzumaki Ryuji

La marche des cœurs  Empty
Jeu 31 Oct 2019 - 0:32
La marche des cœurs  Vpww

La marche des cœurs
Ça y est, il avait fait le tour du pays du feu et l'ennui commençait clairement à se faire entendre. Passer de longues journées à s'entraîner, combattre des personnes ne possédait même pas un niveau convenable commençait sérieusement à taper sur les nerfs du soldats. Alors quand il entendit qu'il pouvait voyager aujourd'hui, dans un convoi qui escortait la récemment nommée Régente du village des nuages, Suzaku partit sans en savoir plus.  Il laissait peut-être son frère derrière lui, mais il avait confiance en lui pour longue et retrouver.
Et c'est comme ça qu'il se retrouva, coincé au milieu de tous ces soldats d'élite, unis dans le seul but de mener leur mission à bientôt. Suzaku faisait bien pâle figure par rapport à eux, mais bon, pourquoi se plaindre alors qu'il était en train de voyager comme il l'avait toujours rêver ?  Il aurait pu se plaindre du temps du voyage ou encore de la cadence de marche, mais non, rien. Suzaku était aux anges.
Jusqu'au moment où, par curiosité, Suzaku décida d'aller rejoindre la régente et trouva… un serpent.

▬ AAAAAAAAAAHHHHHHHH ! UN SERPENT ! Hurla-t-il en courant dans tous les sens. Il… Il… Il en a sûrement après moi et mon corps de rêve !
Courant et hurlant dans tous les sens, il ne tarda pas à attirer l'attention des soldats épuisés physiquement et mentalement par ce voyage, qui se demandaient où il trouvait la force pour se déplacer aussi vite. 

Le manège continua de longue minutes, jusqu'à ce qu'il entendit parler des grandes bibliothèque de Kumogakure. En effet, Suzaku n'avait jamais eu l'occasion d'ouvrir et de lire des ouvrages depuis sa fuite, il fallait préciser que son niveau était bien pitoyable si on le comparait aux autres, mais il aurait l'occasion d'apprendre. Après tout, il se dirigeait vers Kumogakure, le bastion du savoir.
▬ À Ame, on apprend beaucoup plus sur le tas que dans les livres. Gémit-il en essuyant ses larmes.
Revenir en haut Aller en bas
Suzuri Akina
Suzuri Akina

La marche des cœurs  Empty
Ven 1 Nov 2019 - 13:57




Passer le temps de ce voyage de ceux qui avaient précipité la chute de Kumo fut très instructif pour l’intendante de la bibliothèque. Comme elle le pensait, ces hijin étaient tout comme les Kumojin des personnes relativement normales. Le seul détail qui les différenciait était leur nationalité et, possiblement aussi, leur motivation respective. Ce qu’Akina reprochait au village qui l’avait vu naître, elle le reprochait aussi à ce nouvel empire ; leur manque de communication, leur manque de perspective et leur volonté belliqueuse. Trois éléments qui ne dépendaient en fait que d’une seule et même personne, quel que fut le camp.

-Ce ne serait pas une grande perte. Avait elle dit à voix basse en regardant ce soldat s’exciter à la vue du serpent… Oui, c’était tout à fait ce qu’elle s’était dit… des personnes relativement normales, toutes habitées d’émotions, de sentiments et répondant à des ordres comme de bons sbires. C’était sans doute ce point qui l’avait dissuadé, à une époque, d’embrasser la carrière de Shinobi comme le voulaient tous ses proches. Répondre à des ordres bancals, sans pouvoir y répondre, sans vraiment pouvoir s’y opposer sans risquer de s’exposer aux sanctions martiales…

Si la jeune femme était souvent soumise à son indécision, c’était bel et bien ça qui l’avait finalement décidé à reprendre ce « métier ». Pas pour obéir, par pour jouer au petit soldat, mais pour apporter sa vision du monde à ceux dont la vue était trop étroite et voilée. Mais malgré cette volonté, ce qui lui faisait atrocement défaut était son manque « d’opposition ». Elle ne savait pas faire valoir sa parole auprès des autres ; mais heureusement cela tendait à changer, progressivement. Elle avait appris avec le temps et quelques lectures ; que faire changer les esprits était un travail de longue haleine. Bien sûr, être consciente de ce fait ne l’empêchait pas de savoir « utiliser » sa langue, et peut-être trop rapidement…

-Oui sans doute. Avait-elle souris à ce soldat, celui qui avait peur des serpents. Mais les livres apprennent bien plus que tenir un sabre et compter jusqu’à dix, ou encore faire ses lacets tout seul. Lui avait-elle répondu avec la bienveillance qui la caractérisait. Les livres donnent à réfléchir par soi-même, sans l’influence des faits ; ils offrent un sens critique et une autre vision du monde. Si les Hijin, Amejin et même les Kumojin lisaient plus qu’ils ne guerroyaient, alors nous ne serions pas ici aujourd’hui. Pour une fois, elle évita de se laisser aller à une provocation involontaire, plus ou moins. Ce monde a davantage besoin de personnes intelligentes, que de personnes fortes… même si celles-ci sont utiles. Enfin, vous passerez à la bibliothèque, je vous mettrai un bon coup avec une encyclopédie, vous verrez ainsi que les livres sont des armes aussi valables que les lames. Rigola-t-elle alors que les portes se rapprochaient.

Bientôt elle serait à Kumo, pour y faire quoi… elle ne savait pas trop encore. Mais sans doute que la première chose qu’elle ferait serait d’aller rendre visite à sa famille… Et ensuite, à sa bibliothèque. Observant l’arche grise, la jeune femme hésita un instant, devait elle porter son bandeau kumojin, était-ce encore utile ?




_________________

La marche des cœurs  Po7r
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157
Meiso Benkei
Meiso Benkei

La marche des cœurs  Empty
Ven 1 Nov 2019 - 18:53
Benkei fraîchement intégré depuis quelques semaines à l'unité coloniale, avait été choisi pour participer à l'escorte de la régente du nouvellement conquit territoire Kumojin. Il n'aura pas fallut longtemps pour qu'on lui propose de quitter la capitale et cela ne lui déplaisait pas, depuis le protectorat il pourra être envoyé hors de territoires impériaux. L’empereur ne voulait certainement pas perdre de temps et continuer dans son élan conquérant, le chemin vers la paix de ce monde avait débuté. La "paix", Benkei était surement l'un des seuls soldat à s'être engagé pour cette raison, mais il en restait persuadé, les combats futurs ne sont que des sacrifices nécessaire à la paix.

Aligné parmi la multitude de soldat, le moine ne passait pas inaperçu, dépassant la plus part de ses collègues d'une tête et ses yeux sans iris lui donnant une allure bien singulière. Mais l'homme restait impassible, au garde à vous, le regard des autres n'était rien en comparaison des douleur d'un monde en guerre.

---------

La régente enfourcha rapidement son cheval, Benkei n'avait pas d'avis sur elle, c'était sa supérieur et elle allait représenté l'empire à Kumo, il n'avait pas besoin de chercher à en savoir d'avantage. Il n'avait pas rejoint l'armée pour le social, même si sa formation moniale l’obligeait à faire preuve de bienveillance envers ses camarades.

En tout cas maintenant en route, les troupes avaient fières allures, bien que tous n'étaient pas des vétérans, Benkei y compris, l’engouement de chacun, mettait en confiance.

---------

Le géant marchait sans fatiguer, il avait parcouru à pieds la quai totalité du pays, un voyage pour Kumo n'était pas vraiment ce qui allait le pousser à bout. pendant le trajet, une femme particulièrement bavarde semblait charrier les traînards, pas que cela dérangeait Benkei, sa formation lui interdisant la fierté ou la colère, il se contentait d'observer, une sorte de passe-temps pour rendre les trajets moins ennuyants.

A la première halte, le clerc en profita pour méditer, se plaçant un peu à l'écart, où le calme régnait d'avantage, étrangement les endroits les plus silencieux étaient non-loin de la régente, surement que la plus part ne souhaitait pas trop s'approcher de quelqu'un à l'apparence si sinistre. Mais peu importe, Benkei fermait les yeux pour reposer son esprit plus que son corps et faire le vide.

---------

Aux premières lueurs de l'aube, la marche reprit et le calme matinale ne tarda pas à être brisé par les hurlements d'un soldat, s'agitant dans tout les sens après s'être approché de la meneuse de cette expédition. Il cessa son vacarme après une remarque de la femme d'hier, qui déboucha en une brève discussion entre les deux. Benkei tendait l'oreille pour suivre leur échange.

La vision de la jeune fille était romantique, mais malheureusement le moine ne partageait pas ses opinions. Bien que les livres soient emplis de sagesse, ils ne suffisent pas à étouffer les ambitions des puissants. Justement car la connaissance c'est le pouvoir, un bon chef de guerre doit être aussi intelligent que fort et la guerre est autant une affaire de mots que de combat. C'est pour cela que le Teikoku devait asseoir sa suprématie, ainsi plus aucun adversaire ne serrait assez puissant pour transformer ses ambitions en conflit et la paix pourrait perdurer.

Mais il n'était pas du devoir de Benkei de défendre ses idées ou juger autrui, il avait choisi son propre chemin et chacun était libre de décider à quoi dédier sa vie.

Les portes de Kumo sont en vue, signe que le travail du moine allait enfin commencé, la machine impériale est en marche. Les habitant de la cité shinobi craigne encore l'empire mais avec le temps, il pourront constater la prospérité que leur apportera les terres du Feu.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7638-meiso-benkei-termine#64173
Uzumaki Ryuji
Uzumaki Ryuji

La marche des cœurs  Empty
Sam 2 Nov 2019 - 19:22
La marche des cœurs  Vpww
La marche des cœurs
Le samouraï impérial s'arrêta immédiatement après avoir entendu la première réponse de cette femme, qui semblait être une kunoichi du village de la foudre, désormais dominé par les forces de l'empire du feu ! Des souvenirs ressurgissent, laissant afficher une mine béate sur le visage de Suzaku.

▬ Jugé sans même me connaître. Dit-il froidement à son interlocutrice, dissimulant le fait qu'il venait d'être blessé par ses mots. C'est bien une chose typique des personnes que je déteste.
Maintenant qu'il avait vidé son sac, il pouvait définitivement passé à autre chose, peut-être même qu'elle daignera s'excuser, mais peu importait, il n'y prêtait plus attention. Finalement, elle semblait beaucoup plus sympathique que Suzaku l'aurait prévu, tant mieux. Mais son discours semblait rempli d'une naïveté, d'une certaine gentillesse dont lui même était perçu, mais qu'il avait dû dissimuler dans ce monde de brute.
▬ Le savoir et les mots peuvent causer autant, voir plus de blessures que celles du cœur. Il le savait parfaitement, après tout,  il en avait lui même subit les frais. Mais finalement, les choses dans le monde ne seraient guère mieux, selon moi.
Il avait peut-être tort, peut-être qu'il se trompait mais il croyait réellement en sa vision des choses, il faudrait faire beaucoup d'effort et une explication solide pour espérer le faire changer d'avis le jeune homme. 
▬ Si la connaissance est l'arme la plus puissante en ce monde, on s'en est déjà servi et on s'en servira encore pour blesser autrui. Il prit une pause, comme s'il voulait reprendre sa respiration. L'intelligence est beaucoup plus dangereux que la simple force, finalement le mieux serait que tout le monde soit pourvu de bonnes attentions, mais c'est impossible.
Tendant une main, comme un signe d'amitié ou de reconnaissance envers le point de vue de cette femme.
▬ Alors je serais ravi de recevoir ce coup d'encyclopédie.
Revenir en haut Aller en bas
Suzuri Akina
Suzuri Akina

La marche des cœurs  Empty
Sam 9 Nov 2019 - 0:13




C’était exactement ce que disait le soldat que la Suzuri voulait démontrer. Pour être d’un clan qui accordait une grande importance à la connaissance et au savoir, pour y avoir elle-même consacré de nombreuses années ; elle comprenait ce qu’il disait, sa vision ; qui était aussi celle de nombreuses personnes, surtout parmi les « militaires », les shinobi et tous ceux qui voulaient régler leurs problèmes par la violence. Le but d’Akina n’était pas non plus de convaincre les autres et encore moins de les faire adhérer à sa façon de penser.

-Vous avez raison, Soldat. Continuait-elle en affichant le même sourire. Les connaissances sont une arme. Admit-elle en observant son interlocuteur, toujours assise sur le chariot qui les rapprochait de Kumo. Ou plutôt, elles sont ce qu’on décide d’en faire. Mon clan, les Suzuri, a toujours utilisé les connaissances de la meilleure façon, pour améliorer la vie des habitants de Kumo, et celle des Kaminarijin. Et ce fut en mettant en évidence cette vérité qu’elle rendit compte qu’elle détenait depuis le début une réponse à l’une de ses questions.

-Servez-vous de votre cerveau pour trouver des solutions non violentes. Avait-elle repris en observant devant elle se dresser l’Arche Grise. Elle n’était pas particulièrement impatiente de retrouver son village, et ni même sa bibliothèque ; finalement.

C’était une étrange sensation, celle de revenir à la case départ, entre des murs qui furent dirigés par des personnes trop avisées pour être de véritables leaders. C’était une chose qui devait changer, et si cette régente pouvait le permettre… Après, elle ne lui semblait pas aussi… irréfléchie que les Metaru.

Et si elle s’avérait pire… Alors les connaissances de l’intendante trouveraient sans doute une utilité qui ne leur était pas destinée. Non, ce qu’elle devait maintenant faire ; c’était rencontrer le chef du clan Suzuri, pour obtenir d’autres réponses.




_________________

La marche des cœurs  Po7r
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3235-suzuri-akina#24157

La marche des cœurs

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires du Feu :: Urahi, Capitale de l'Empire du Feu :: Pont Araho
Sauter vers: