Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]

Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  Empty
Jeu 31 Oct 2019 - 14:59
An 198, Kaminari no Kuni


 
Un homme marchait paisiblement, le sourire au lèvre nettoyant ce qui semblait être des haches induits de sang à l'aide de bout de tissus déchirées, les coutures montrait l'appartenance à un vêtement quelconque. Il venait d'accomplir l'une de ses mission avant de rejoindre sa bien aimée. Encore une histoire de vengeance. Le jeune homme parcourait une forêt, la couverture de feuille sur le sol, les nuances orangées et rougeâtres des arbres, l'odeur de l'humidité et de la chaleur qui laissait petit à petit place à la fraicheur de l'hivers laissaient place à un somptueux paysage automnale, le lever de soleil venant s'additionner à ce tableau. La brise matinale commençait à légèrement engourdir le bout des doigts de Tsunayoshi, il marchait depuis maintenant quelques heures à la recherche d'un point d'haut afin de pouvoir nettoyer la sève rouge coagulée des trois hommes qu'il venait de torturer et tuer. Cet acte avait été justifier par la souffrance que les trois malfaiteurs avaient fait subir à bien d'autres, si la mort ne les avait pas accueillis alors ils auraient très certainement continué leurs actes odieux et malsains. Allant de la maltraitance d'enfance jusqu'à l'engraissement d'une femme plus mûre dans le but de revendre les couvées nées à des scientifiques malhonnêtes. C'est cette piste, cette mission qu'il suivait. Finalement, l'homme apercevait une lumière plus visible au loin signifiant un plus gros espace pour la traversée des rayons chaleureux de notre astre. L'odeur de vase et d'un plus grande humidité qui se rapprochait qui imbibée ses sens au fur et à mesure qu'il s'approchait de cette clairière lui donnait un certain espoir quant au fait de trouver la présence d'une source d'eau. Il y arrivait enfin.

Un splendide coin s'offrait à lui. Un lac entouré de quelques fougères était au centre d'une petite péninsule, elle même protégé par des remparts d'arbre. Une île se reposait paisiblement, immobile dans les timides vagues qui se dessinaient au même rythme que le vent. Une flore assez vaste, des sapins, des bouleaux, des érables, des cerisiers et même des merisiers peuplaient ce minuscule écosystème. De fines gouttes d'eau translucides s'accrochaient avec vigueur sur les branches désormais squelettiques de ces fiers et droits êtres. Les rayons du soleil les traversant donnaient l'impression de marcher dans des milliers d'arc-en-ciel. La brume formée par la différence de température entre le froid de la température ambiante et la chaleur qui se dégageait du lac venait engloutir tout en s'aidant de l'astre pour paraître encore plus. Il avançait, rêveur, devant cette pureté naturelle. L'atmosphère inspirait le calme, la tendresse et le changement.

Tsunayoshi se désarmait et posait de vulgaire haches de bucheron, à peine aiguisé, sur un rocher à deux pas de la source d'eau. La chance qui le suivait depuis ses douze ans avait forcé l'apprentissage de ne jamais relâcher son attention. Un seconde de perdue pouvait très vite devenir des heures, des jours se transformant en la perte d'êtres aimées. Celui-ci enlevait son kimono déchiré et recouvert de tâche de sang, enfin, il entrait dans l'étendu d'eau. La sensation de bien-être fut immédiate, ce coin n'était pas juste resplendissant: Ce liquide vertueux était aussi une source chaude et revigorante. Le liquide rougeâtre s'épongeait tranquillement dans le flot du courant. Des plaies apparaissaient maintenant sur le corps svelte du garçon, il les nettoyait en grimaçant légèrement; En plus de devoir d'entortillait comme un serpent pour atteindre certaines blessures, les picotement qu'il ressentait était tout de même désagréable.


Chacune des sensations de douleur lui rappelaient le moment de ses contusions. Des moments d'inattention. Des armes qui respiraient l'usure aussi, ne l'aidait tout de même pas mais la valeur sentiment qu'elles avaient pour lui l'empêchait de s'en départir aussi facilement tant que sa vendetta n'était pas assouvis. Il passait maintenant ses doigts sur des plus vieilles cicatrices. Des moments d'inexpérience, ces moments qui lui avait apprit la limite du corps humain face à une volonté qui se voulait infaillible, ces moments où le laisser aller face à l'apaisement l'ont conduit à une déchéance, jamais plus il ne baisserait sa garde. Il regardait maintenant son reflet se faisant dévisager par les courant du vent, il n'avait que dix-neuf, si il se souvenait bien et pourtant, il paraissait bien plus vieux. Le jeune adulte plongeait ses mains dans l'eau afin d'effacer ce portrait de lui qu'il trouvait indésirable, il en voulait certainement un peu à la vie de toutes ses situations mais il en voulait beaucoup plus à lui-même de n'avoir jamais été prêt et d'Avoir passé une enfance sans écouter les conseils des adultes, ou s'intéresser à part du combat ou de la chasse. Il avait du tout apprendre sur le tas directement afin de survivre. Le blondinet récupéré de l'eau entre ses mains et se les passait sur le visage pour remettre dans l'ordre dans ce désespoir de réminiscence et ce désordre de pensée, peut-être aussi en signe d'Acceptation de son visage. Il levait un regard au soleil, cachait le surplus de lumière avec sa main droite. La cicatrisation sur ses doigts marquait la récente signature de quelques sigles étranges. L'un signifiant le destin, un deuxième la résurrection et les trois autres en rapport aux éléments, un état d'esprit. Bien entendu la définition de ceux-ci n'était connu que par lui, maintenant. Ce savoir s'étant transmit de père a fils et son père n'existait plus.


Il entendait soudainement le bruissement de quelques fougère hors de la clairière. Aucun animal ne devait être présent, hormis la présence du sifflement de quelques oiseaux, il n'en avait aperçu aucun pendant sa route. Étant déjà sur ses gardes il prenait son kimono d'une pour se cacher les parties prohibées de son corps, de son autre main il attrapait sa hache et montait sur l'île en pointant vers la direction de l'île. Une jeune fille apparaissait, ses cheveux rouges laissaient paraitre de magnifiques taches rousses, accueillant et gardant au chaud les rayons solaires. Il baissait son arme, une simple fille qui devait être âgée de quatorze ou quinze ans, tout au plus, elle venait se joindre à cette fresque,un regard méfiant. Décelant peut-être un grain de curiosité dans ses yeux, Tsuna prenait la parole, utilisant une tournure de phrase qui se voulait la moins menaçante possible. Après tout, il ne voulait pas qu'elle soit perdue et qu'une mésaventure comme il l'avait vécu lui arrive.



" Qui êtes vous gente demoiselle à la chevelure resplendissante? "

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  Empty
Jeu 31 Oct 2019 - 21:26
Les rayons du soleil atteignaient le visage impassible de l'écarlate, au travers des fenêtres, et ne parvenaient pas à y faire résider leur lueur. Deux mois. Plus exactement cinquante-sept jours. C'est à cet instant que ce qui était déjà un enfer est devenu pire encore. C'est aussi là qu'une enfant a perdu ces privilèges que sont l'innocence et la joie de vivre, de manière brutale et immonde. Il ne passait pas une nuit sans que la jeune fille ne se remémore chaque détail de ce qu'il s'était passé, dans ce repaire des plus hideux. Ce vicieux, qu'elle pensait être un sauveur, avait profité de sa faiblesse pour assouvir ses pires envies, jugeant qu'une fille de quatorze ans était un bon moyen d'y parvenir. Éveillée, la rougeoyante pouvait imaginer autre chose, même si cela s'avérait compliqué. Sa seule joie au cours de ces deux mois passés dans un lit d'hôpital avait été d'apprendre qu'un escadron de shinobis du village caché des nuages avait attaqué le repaire où elle était captive, et qu'ils avaient tué jusqu'au dernier résident présent. Son seul regret était qu'il n'y avait aucun trace du chef, et dans son état actuel, la pauvre rubiconde ne pouvait même pas imaginer une quelconque vengeance.

Par mesure de bienveillance, aucun homme n'était autorisé à l'approcher, et cela allait même jusqu'à une interdiction formelle de se montrer, même de loin, car aux tout début, la fille du vent avait était en proie à des crises de panique, et parfois même des convulsions et des pertes de connaissances, dès lors qu'une personne du sexe masculin s'approchait d'elle. Le pire avait été la première fois qu'elle avait ouvert les yeux, et qu'un médecin avait tenté de l'ausculter. La traumatisée s'en était pris à lui, manquant de l'assassiner tout simplement. Il avait ensuite était vite enregistré que ce qui lui était arrivé était lié aux hommes. Durant toute cette période, les quelques médecins - toujours des femmes - ayant un peu de talents en analyse de la psychologie des patients, qui avaient tenté de comprendre sa situation, n'avaient réussi qu'à obtenir des bribes. En réalité, l'adolescente n'était même pas entrée dans les détails les plus sordides, et c'était en remontant ses traces que le repaire avait été trouvé. Les traitements infligés aux résidents ne furent pas longs à être dévoilés, même si la filière était encore en activité, ce repaire n'étant qu'un parmi tant.

Alors que son regard voguait sur les toitures avoisinantes, Hanae sursauta à l'entrée d'une aide soignante. Il était l'heure du petit-déjeuner, et la femme déposa tout ce qui était nécessaire, en ne prononçant presque aucun mot, mais en gardant toujours cet air compatissant. Même si la Sendai n'avait jamais avoué pour le viol, ses marques, et l'état général de son esprit de son corps montraient clairement que tout allait dans cette direction. Alors que l'employée de l'hôpital quittait la pièce, la timide voix de la brisée rompit le silence pesant:

"S'il vous plait... Je voudrais me dégourdir les jambes, mais ... pas entre ses murs, j'aurais l'impression d'être encore là-bas..."

Par "ces murs", la flamboyante ne faisait pas mention à l'hôpital, mais bien au village. N'étant même pas une Genin, à cet instant, la coquille vide ne pourrait probablement pas sortir d'elle-même, mais en étant accompagnée, cela serait possible.

"Je vais en parler au directeur de l'hôpital. Pour toi, il devrait accepter, tu ne demandes jamais rien."

Et elle disparut dans le cadre de la porte, laissant le silence s'imposer de nouveau. L'idée de quitter ce village, même quelques minutes, lui trottait dans la tête depuis maintenant près de deux semaines. Aucune sensation de bonheur, ou quoi que ce soit de positif, n'avait traversé son enveloppe depuis un temps incalculable, qui se comptait plus en années qu'en semaines ou en mois, et depuis la fin de sa captivité, c'était la première fois qu'un souhait était formulé par la désœuvrée. Quelques minutes, peut-être une heure ou deux même, passèrent, avant qu'une autre femme ne revienne.

"Tu es Hanae, n'est-ce pas ? Je suis Shibuka, Jônin de Kumogakure. On m'a fait part de ton histoire, même si tout cela paraît assez obscur et qu'il y a beaucoup de vides à élucider, et également de ta demande. J'ai justement pour mission de cueillir des plantes aux abords du village, pour l'hôpital. Enfile ces vêtements, je serai ta gardienne, il ne t'arrivera rien et tu seras même libre de tes mouvements. Si jamais tu te sens en danger, tu n'auras qu'à crier et je serai là dans la minute."

Une faible lueur se fit visible, près d'une seconde, dans les yeux sans vie du fantôme qu'elle était. Elle attrapa les habits, et avec un rythme presque trop rapide pour quelqu'un d'aussi meurtri qu'elle, elle les enfila, comme demandé. La Jônin aida l'enfant à passer par les toits, en la tenant par la hanche et en bondissant, pour éviter de risquer le contact visuel avec n'importe quel mâle qui pourrait passer par là. Il ne leur fallut qu'une dizaine de minutes pour passer l'arche grise, et déjà quelques frissons parcouraient l'échine de la belle rousse. Elle effectua quelques pas au milieu des arbres, elle qui aimait tant se balader en forêt lorsqu'elle était encore "vivante", et regarda autour d'elle. Ses yeux restaient vide, aucun sourire ne parvenait à vaincre sa détresse omniprésente, et son corps la faisait souffrir, car rien ici ne lui rappelait l'époque où il était bon de vivre. Les fois où elle avait pensé à mettre fin à ses jours ne se comptaient plus sur les doigts des deux mains, en incluant ses deux années de séquestration. Des larmes montaient à ses yeux, mais la petite les réprimait comme elle pouvait. Alors Shibuka s'éloigna, en lui rappelant quelques consignes importantes. Elle se contenta de hocher la tête, et resta plantée là pendant un long moment avant de commencer à avancer très timidement.

Dans ses meilleures années, la tulipe appréciait particulièrement le fait de courir un peu partout, sans se méfier du danger, mais désormais elle craignait même le vent qui lui caressait délicatement la peau. Le froid n'était pas un problème, son garde du corps lui ayant donné un pull en laine bien épais, de couleur noire, et un pantalon tout aussi chaud, beige. Il ne faisait pas si froid, en cette fin de matinée d'automne, mais la rouquine se sentait étrangement plus en sécurité avec cette épaisseur de vêtements. Son périple commença donc avec difficultés, la sauvage sursautant et se crispant à chaque bruit de feuille craquant sous ses propres pas. Il lui fallut un long moment d'adaptation pour commencer à se déplacer normalement, ses bras étant repliés autour de son petit corps, et elle remarqua, au bout d'un certain temps, une sorte de clairière. Son regard morne s'y posa, et elle avança jusqu'à un buisson qui la séparait du lieu. Lorsqu'elle l'eut franchit, l'écarlate manqua de défaillir. Tout ce qu'elle craignait était en train de se réaliser juste sous ses yeux. Un homme, venant à peine de se rhabiller, se tenait là, une arme en main. Le visage fermé de la jeune fille se décomposa, et même malgré les mots se voulant rassurant de l'homme, elle esquissa une moue évoquant le plus profond des dégoûts. Ses jambes commencèrent à ne plus la supporter, mais elle ne pouvait se montrer faible devant lui. Dans sa main commençait à apparaître une forme en chakra tangible, d'un rouge pouvant faire pâlir le rubis lui-même. A cet instant, elle voulait hurler, pour faire venir Shibuka, elle voulait pleurer, elle voulait n'avoir jamais quitté l'hôpital, mais surtout, elle voulait n'avoir jamais quitté la surveillance de ses parents adoptifs, trois ans auparavant. Son timbre de voix était relativement timide et on pouvait sentir toute sa crainte et son envie de tomber en larmes à chaque seconde, lorsqu'elle lui répondit, en faisant presque abstraction de la question:

"Vous... Vous ne me faites pas peur, je suis... p-prête à me défendre, ne m'approchez pas. Je... J'ai vu l'eau, je voulais regarder..."

Du dégoût, son visage tourna à une mimique de chien battu, elle ne savait pas quoi faire, elle était faible, jeune et fragile, et déjà elle ressentait une immense douleur dans son ventre, et même plus bas. Tout allait recommencer ? N'avait-elle pas assez souffert ?



_________________
Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  Empty
Jeu 31 Oct 2019 - 23:35

La réaction de la jeune fille laissait Tsunayoshi pantois. Il semblait l'avoir surpris à un point qu'elle en était effrayée. Son comportement rappelait étrangement des souvenirs désagréable au jeune homme. Il l'observait rapidement, son regard montrait de légère étincelle de haine dans une étrange néant d'émotion. Pourtant la vivacité rougeâtre de ses yeux laissait percevoir une volonté en voie de devenir infaillible. Ceux-ci lui rappelait les iris flamboyant de curiosité et de vie de sa petite soeur.

Il percevait les jambes tremblant de la fillette en detresse, certainement à la limite de s'écrouler de peur. Il comprenait ce sentiment de paralysie face à une menace. Néanmoins, le visage munis de toute expression elle menaçait le blondin et d'une voix chancelante elle essayait de surmonter sa peur. Elle le considérait comme une menace et lui aussi l'avait considéré comme telle au premier abord.

Son regard rappelait celui des enfants enfermés qu'il avait rencontré, cet état d'esprit lui rappelait son reflet déphasé dans ce miroir brisé. La haine, la défaillance, le sentiment d'impuissance qui l'avait parcourait dans ces moment de détresse et de solitude. Sans trop de mal, grâce à ses expériences passées qu'il avait presque surpassé il pouvait se mettre à la place de cet enfant ressemblant à un animal peureux. Il ressentait de la peine et, en tant qu'ainé il se devait de montrer l'exemple au futur de ce monde. Il avait réussis à surmonter ses faiblesses et il savait qu'elle le pourrait aussi, après tout, elle avait réussis à s'aventurer jusqu'ici et rien que cette action signifiait un grand pas en avant. Loin de toutes protections, peu de personne auraient osées franchir ce cap.

Tsunayoshi détourné le regard, rien ne servait à rien que de soutenir celui d'un animal sauvage blessé, au contraire il n'en ressortirait que de mauvaises choses et de la frustration. Doucement il déposait son arme contre le tronc d'un Ginkgo, un arbre au feuillage dorée qui se trouvait sur l'île sur laquelle il se tenait. La fillette avait juste envie de voir l'étendue d'eau, certainement le seul plaisir qu'elle avait eu envie de s'offrir depuis longtemps. Tsunayoshi avait besoin de repos lui-aussi mais il s'était mit en tête d'aider la blessé.

Il s'éloignait de l'arbre et de ses armes montrant son intention pacifique pour finalement tourner le dos à celle-ci et se poser sur un rocher suffisamment grand pour lui permettre de s'allonger. il s'asseyait en tailleur et sortait un bout de parchemin de son kimono dont le dos était recouvert des kanji "dernière volonté" enveloppé de sa flamme éternelle. Il inscrivait quelques mots sur la fine feuille. Enfin il levait celui-ci dans les airs, à la vue de la jeune fille, toujours dos à elle:


" Surveilles moi, joues tant que tu veux. "


La réaction calme et ignorante du jeune homme se voulait rassurante, par le biais il voulait lui montrer que ce territoire était autant celui de la petite fille que celui du jeune adulte. Profiter de la beauté d'un paysage était une chose qu'il n'avait plus fait depuis longtemps et la vue de celui-ci restait tout de même à couper le souffle, il comptait tout de même continuer son repos. Un bruit retentissait de son ventre, il avait aperçu quelques poissons dans le lac et l'humidité ambiante devait avoir fait venir tout une rangée de verre sous le rocher sur lequel il était assis.

Il se levait de celui-ci et cassait une branche grandement souple de l'arbre centenaire. Il sortait un bout de ficelle assez fin et mais suffisamment résistant pour la pêche et l'accrochait à la ramification qu'il avait cruellement arraché. Enfin d'une seconde poche de son kimono il sortait un hameçon. À croire que son habit était le sac de Mary poppins. Enfin il soulevait sa roche et y trouvait une bonne dizaine de vers. Son intuition avait était la bonne. Sans doute, il enfonçait l'hameçon dans le corps élastique et visqueux de l'un d'eux. Enfin, armé de sa canne â pêche improvisé, il se rasseyait sur son rocher et lançait la fibre dans le lac, attendant patiemment que la nourriture vienne chercher celle que Tsuayoshi leur offrait.

Quelques minutes s'étaient écoulées que déjà quelque chose mordait. Il tirait d'un coup léger mais sec sur sa canne de sorte à ce que l'hameçon s'enfonce dans les joues ou branchies de sa proie. Enfin il la tirait plus longuement afin de la ramener vers lui. Une énorme poisson s'était prit dans le piège rudimentaire du blondinet. Tsuna ouvrait la gueule de celui afin de l'extirper et la surprise fut agréable lorsqu'il percevait un seconde poisson à l'intérieur. Ceci était presque un signe du destin. Sans hésiter il sortait le plus petite en premier afin d'éviter qu'il ne se fasse manger par le plus gros gibier et qu'il ne devienne inutilisable. Nous avions là la représentation même de la chaine alimentaire, le plus gros l'emporte sur le moins gros. Il leur fracassait le crâne sur la roche afin de briser leur cervelle sans trop les abimer. Toujours dos à la jeune fille il les éviscérait et vidait puis laissait les reste dans le lac à la faim des autres carnivores.

Le jeune homme ne faisait toujours pas attention à la jeune fille, la laissant librement à ses occupations ou réflexions et faisaient maintenant un feu. Il embrochait ses récompenses et les parsemait d'épices qu'il avait sortir, encore une fois, de sa poche. Il prenait maintenant place sous l'arbre, fermant les yeux et faisant confiance à son sens olfactif pour lui annonçait quand la nourriture serait prête. Une odeur alléchante commençait furtivement à se dégager de cette lente cuisson.



Dernière édition par Sawada Tsunayoshi le Mer 6 Nov 2019 - 2:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  Empty
Ven 1 Nov 2019 - 3:18
L'homme ne semblait pas vouloir de mal à Hanae, mais rien ne pouvait lui en donner la certitude. Son insouciance l'avait menée dans l'abîme une première fois, alors il n'était pas question de répéter les mêmes erreurs. Son arme tenue fermement dans sa main, son regard était passé de la peur à la colère, la jeune fille en voulant maintenant à l'inconnu pour avoir simplement été là, entre elle et son objectif. Ce n'était pas sans raisons si l'eau l'avait attirée, elle y voyait quelque chose de réconfortant, car cela lui rappelait des souvenirs heureux. Sa mémoire avait réussi à creuser à travers ses ténèbres pour associer ce point d'eau à un moment qu'elle avait chéri, et qu'elle adorait encore aujourd'hui. Sa rencontre avec Aimi, dans le pays de la terre, qu'elle n'avait vue qu'une seule fois, mais qui restait pourtant sa seule et unique jumelle, la seule qui la comprenait à cent pourcent et aussi une personne qu'elle voudrait voir plus que tout au monde. Mais ce n'était pas son sosie qui se tenait là, il s'agissait de surcroît d'un homme, qui venait de gâcher cette lueur d'espoir qu'elle espérait entrevoir. Les larmes commençaient à couler, sans qu'elle ne puisse les retenir, et elle serrait si fort son arme - qu'elle avait créé d'elle-même - que le rouge du chakra se mêlait à celui de son sang.

Le baigneur agit alors d'une façon plutôt inattendue, car il s'éloigna de l'eau, et proposa même à la rubiconde de s'amuser, tout en le surveillant. Perdue, elle finit par faire disparaître sa lame, ne laissant que les quelques gouttes de son sang perler sur la terre à ses pieds. Pourquoi un homme serait si compréhensif ? N'étaient-ils tous pas des monstres assoiffés de violence et de choses pires encore ? D'une démarche discrète, et alors que ses jambes parvenaient tout juste à la faire avancer, causant une première chute, la sauvage se déplaça jusqu'au niveau de l'eau. Elle y plaça sa main, à la surface, oubliant un instant la présence du blond, pour regarder son reflet. Ses cheveux, lui arrivant un peu en dessous du niveau des épaules, lui faisaient pitié, tant elle ne les entretenait pas. Son doigt effectua alors quelques cercles à la surface de l'eau, et un peu plus de liquide s'y mêla, lorsque des gouttes tombèrent depuis ses yeux.

"Jumelle, je voudrais venir te voir, à Tsuchi..."

Mais la Kazejine se ressaisit quelques instants après, essuyant ses larmes, et se retournant vers l'autre personne présente. En réalité, un bruit l'avait surprise, et elle observa les mouvements du flavescent, avec beaucoup d'attention. Ses pensées se brouillaient, se mêlaient, devenaient incompréhensibles, et la rendaient complètement perdue. Qui était-il ? Pourquoi ne l'attaquait-il pas ? Et surtout, pourquoi rester s'il n'avait pas de mauvaises intentions ? Il pourrait simplement partir et la laisser s'amuser. Ce fût seulement lorsque l'adulte commença à faire cuire les poissons pêchés qu'elle se décida à parler, brisant ainsi ce silence terriblement long.

"Vous êtes qui ? Et... vous voulez me faire du mal ? Sinon... comment je pourrais savoir, que vous n'êtes pas mauvais ?"

Elle se retint bien de préciser la présence d'une Jônin dans les environs. Si la Sendai dévoilait cela, alors ce serait en l'appelant pour qu'elle vienne éliminer cet homme. Mais dans son cœur, la petite ne pouvait se résoudre à faire tuer un innocent. Tout homme qu'il était, tant que rien ne prouvait ses mauvaises intentions, il restait un être vivant avant tout, méritant le bénéfice du doute. De son côté, Hanae avait beaucoup de difficultés à ne pas repenser à ce qu'elle avait subi, et aussi à ne pas être prise de vertiges en regardant cet homme. Finalement, y avait-il des hommes bons ou non ? Sa confiance en elle n'existait plus depuis qu'un mâle avait choisi de la briser, mais une part d'elle ne pouvait se résigner à refuser de faire confiance aux autres... Peut-être n'avait-elle pas encore assez souffert ?


_________________
Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  Empty
Ven 1 Nov 2019 - 21:35

 
Le repas du blondinet devait être à quelques minutes seulement d’être prêt. Adossé à l’arbre, les yeux fermés, il les entrouvrait de temps à autre afin d’observer discrètement la jeune fille. Il l’apercevait jouer innocemment dans l’eau, bien qu’ une prise de conscience semblait se faire dans son esprit l’instant de quelques moments. L’effluve naïve de cette scène emportait Tsuna dans une vision de paix, un souvenir réconfortant qui n’était pas parut depuis longtemps.


Il revoyait une petite fille dans une rivière, les cheveux rouges écarlates, mouillés et tombant jusqu’au bas du dos. La jeunette s’amusait à essayer de forcer l’arrêt du courant de l’eau à l’aide de son corps. Les rires enfantins, les sourires innocents, la lueur des étoiles dans les yeux, une réminiscence agréable bien que mélancolique.


Des yeux clos de Tsuna nous pouvions voir quelques perles pratiquement translucides. Il les faisait disparaître d’un mouvement de sa main. De nouveau, il s’arrêtait sur les tatouages qui venaient d’apparaître sur sa frêle main, regardant spécialement celui sur son pouce: « Maître de son destin » il n’en était pas sûr. L’homme comprenait leur signification mais leurs apparitions étaient aléatoires et pratiquement instantanées. Ce souvenir venait de le faire réfléchir. Peut-être que ces sentiments vengeurs, cette mission de faire périr ceux qui avaient tué sa famille, pendu ses parents, détruit son village le contrôlait lui et sa sois disante destinée. Était-il alors vraiment le maître de celle-ci? Ou bien le serviteur de son incertaine quête?


Ce qu’il savait pour sûr c’est qu’il lui était inutile pour l’instant de rajouter à ses pensées un rocher aussi pesant. Ses épaules en avaient eu assez pour l’instant en terme de révélation existentielle. Le mêlé revenait au but qu’il s’était fixé lors de la prise de panique du reflet de sa sœur, à savoir aider l’inconnue qu’il venait de rencontrer.


Tsunayoshi avait été conscient du traumatisme certain de l’écarlate demoiselle, il avait d’autant plus compris qu’il n’était pas maître de l’approche. Attiser la curiosité de la jeune fille afin de la faire venir par elle-même était la meilleure option qu’il lui restait. Finalement, elle daignait s’approcher. Il ne pensait pas qu’elle lui aurait parlé aussi directement, bien que nous pouvions lire un peu de peur dans le timbre de sa voix.


«  Je m’appelle Tsunayoshi, je suis juste un simple villageois en quête de... - il hésitait légèrement - quelque chose. Et non je ne te veux pas de mal hahaha, loin de la, je veux seulement me reposer en profitant d’un aussi beau paysage. Chose que je n’ai pas fait depuis vraiment longtemps maintenant. »


Il reprenait son souffle avant de répondre à la dernière question. Les réactions corporelles qu’il avait pu lire précédemment sur la demoiselle lui avait signifier possiblement que la part de sa peur venait d’un voire de plus hommes. Ayant vécu quelques malheurs de son côté il arrivait facilement à imaginer une pluralité d’hypothèse, de la moins pire à la plus horrible. Ce petit animal était à prendre avec précaution, des pincettes et surtout vérité. Il n’avait plus de doute quant à comment intervenir avec la petite. Il lui fallait la traiter comme son égal maintenant qu’elle n’avait plus le choix de grandir pour surpassé ses souffrances. Il ferait preuve de la plus grande des franchises et du peu de la sagesse que la vie lui avait apprit jusqu’alors.

« Comment savoir si je suis mauvais ou non, si je te veux du mal ou non... je suis désolé mais tu ne peux pas, tout simplement pas. Chaque humain est différent, chaque option est possible. L’humain est le plus gros facteur aléatoire qui puisse existait dans ce monde. Personne ne naît bon ou mauvais, tout le monde naît en tant qu’être innocent et naïf, friand d’apprentissage. Seule l’évolution, l’expérience, la volonté d’une personne définira le bon ou le mauvais. Le terme reste assez volatile dans le sens où cela dépend de la vision subjective, de ta propre vision, de tes choix, de tes principes. Mais pour l’heure... »


Les somptueuses odeurs qui se dégageaient maintenant des poissons annonçaient la finalisation de leur cuisson. Tsunayoshi récupérait la nourriture du dessus du feu, il souffler légèrement sur l’un d’eux et en mangeait un morceau. Le goût était tout bonnement excellent et son palais s’en réjouissait pleinement. Les simples plaisirs de la vie était ce qu’il y avait de plus agréables. Finalement il tendait le poisson qu’il venait de goûter à la demoiselle lui rappelant sa sœur. Une légère larme coulait le long de sa joue. Sa sœur aurait pu lui ressembler si elle avait vécu assez longtemps.


« Si je te voulais du mal je ne tendrai pas une nourriture que j’ai fraîchement pêché. C’est pour te prouver qu’en manger ne représente aucun danger que j’en ai croqué un bout, avant de te le partager. »





Dernière édition par Sawada Tsunayoshi le Mar 5 Nov 2019 - 14:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  Empty
Sam 2 Nov 2019 - 10:35
La rouquine écoutait avec beaucoup d'attention les propos de l'homme. Il n'était pas question de le laisser mentir, et la moindre hésitation pourrait être une preuve de mauvaises intentions. Ce fût donc avec une grande inquiétude qu'elle remarqua qu'il semblait hésiter lorsqu'il parla de ce qu'il recherchait. Pourquoi marquer une pause ? Et finalement, pourquoi dire quelque chose ? Le reste des mots de Tsunayoshi était probablement digne de confiance. Concernant le fait de ne lui vouloir aucun mal, la martyre se ferait un jugement d'elle-même, en l'écoutant parler un peu plus. Elle garda une distance de deux ou trois mètres, sans essayer de s'avancer plus. Dans l'absolu, son instinct lui disait que le blond n'avait rien de mauvais, du moins pas à son égard, mais qu'il n'était pas pour autant un saint. Sur ce point, elle avait elle-même tranché les parties génitales de son bourreau, quelques semaines auparavant, et si le fait de tuer était signe de malveillance, alors elle n'était pas mieux. Les circonstances menaient parfois à des fins bien malheureuses, même pour une jeune fille qui s'était toujours crue incapable de faire du mal à autrui.

"Quelque chose ? Quelle est cette chose que vous recherchez ? Ne me mentez pas, s'il vous plait, c'est... ce que font toujours les gens de votre espèce."

Son assurance avait un peu augmenté, le fait de passer plus de cinq minutes en présence d'un homme sans se retrouver kidnappée devait la rassurer, mais elle ne pouvait pas faire confiance à un inconnu comme cela, l'écarlate ne pouvait se permettre de redevenir aussi stupide qu'avant. Les mots qui suivirent étaient assez énigmatiques pour la petite. Elle ne comprenait pas que quelqu'un puisse lui donner le choix.

"Donc c'est.. à moi de décider si vous êtes bon ou non ? Vous n'auriez qu'à me dire que c'est le cas et vous auriez une chance sur deux pour que j'y crois. Pourquoi me donner le choix ? Les adultes ne font pas ça, en général."

Pour une fois depuis des mois, sa curiosité avait pris le dessus sur sa terreur. Les douleurs lancinantes étaient toujours présentes, notamment sur les zones où les tortures avaient été les plus terribles, et ce malgré le travail des médecins de Kumo qui avaient réussi à retirer jusqu'aux cicatrices sur son corps. L'odeur du poisson commençait à titiller les narines de la gourmande, et un léger filet de bave coulait déjà au coin de sa lèvre. Elle le balaya rapidement, rougissant légèrement. Ce moment était pour le moins incongru. Si sa peur était toujours bien présente, elle ne se sentait plus vraiment en défaillance, et parvenait à tenir pleinement sur ses jambes. Alors elle avança, pour saisir la brochette de poisson, avant de reculer d'un pas.

"Je... Je le mange parce que j'ai faim, pas parce que je vous fais confiance. Je m'appelle Hanae, au fait..."

Ses joues s'empourprèrent encore un peu plus, le simple fait de donner son nom la rendant totalement mal à l'aise, mais lui même c'était présenté, et avoir passé deux ans dans une cellule à être torturée n'était pas une excuse pour perdre ses mauvaises habitudes. Il fallait néanmoins qu'elle sache si elle pouvait lui faire confiance, les médecins lui avaient répété des dizaines de fois qu'elle ne pourrait passer sa vie recluse sans croiser d'hommes, et qu'à défaut de faire aveuglément confiance - ce que personne ne devait jamais faire - il lui était primordial de pouvoir faire face à des mâles sans vouloir fuir ou les tuer. Au mieux, elle devrait apprendre à discuter avec eux et à différencier le vrai du faux. Son esprit n'était pas le plus affuté, ni le plus clair à l'heure actuelle, mais son traumatisme lui avait laissé quelque chose: un esprit adulte, malgré son jeune âge et son attitude générale. Après avoir croqué dans le poisson, faisant momentanément surgir une grande lueur dans ses yeux vides, et qu'elle ait lâché un soupir de satisfaction, la rubiconde lança, comme si de rien n'était:

"Pensez-vous que tous les hommes soient dignes de confiance ? Ou à l'inverse, pensez-vous qu'une personne comme moi a raison de se méfier des gens comme vous ?"

Son regard était plus sérieux, légèrement moins apeuré, et surtout, on aurait dit qu'elle l'accusait de quelque chose en prononçant ces mots.


_________________
Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  Empty
Sam 2 Nov 2019 - 19:06

 

L
a petite fille prenait l’offrande que lui tendait le jeune homme sans réelle hésitation en lui révélant finalement son identité. Entre temps, Il avait cru percevoir une fin filament de bave briller sur la joue de la gamine, un sourire était apparut sur le visage du blondinet mais ne restait pas longtemps. Les questionnements de la rouquine était un véritable casse tête pour son âge, un pas prématuré dans le monde de l’extro et introspection. Il écoutait les dire de celle-ci avec attention, quelques touches d’immaturités étaient tout de même parsemé dans ses propos.


Tsunayoshi prenait croquait pleinement dans le ventre du poisson grillé. Les craquements de la peau de celui-ci dans la gueule du garçon venaient combler les silencieuses secondes que suivait les questions de la sauvage. La curiosité de ses yeux et la couleur de ses cheveux lui rappelait vaguement un renardeau. La franchise dont elle faisait preuve, celle qu’elle lui demandait sans délicatesse montrait au jeune homme qu’il ne pouvait rien lui cacher si il voulait l’aider dans son avancement. La certitude devait être ce qui raccrochait le peu de bien ou de volonté qu’elle avait gardé, la franchise devait être le berger de son chemin . Mais la pureté de la situation et la quasi innocence de celle ci dans un monde qui lui avait été totalement haineux était des fois bien trop belle pour être vrai. Il le savait et restait tout de même sur ces gardes. Si jamais un piège lui était tendu il devait soit disparaître soit la faire disparaître. Il avait vécu bon nombre de moments montrant que même le visage du plus angélique des enfants pouvait cacher un réel enfer fielleux. Il tournait ses iris dorées dans le regard insatisfait d’Hanae.


« Je suis en quête de vengeance. Je suis à la recherche de certaines personnes qui m’ont fait du mal, en ont fait à des êtres qui m’étaient particulièrement chers et qui continuent à en faire a d’autres personnes actuellement. Je cherche à les torturer, à leur faire ressentir la souffrance, et plus encore, de tout ceux qui sont passés sous leurs ongles acérés par la perversion. »


Au fur et à mesure de ses paroles, les émotions le prenaient et faisaient monter son ton en crescendo. Vers la fin, il s’en rendait compte et baissait le ton afin de ne pas effrayer la petite. La fureur qui l’avait prit fut telle qu’il avait serré ses poings jusqu’à en faire couler du sang qui tombait goutte à goutte sur le sol légèrement humide de l’îlot.


Ayant reprit son calme il s’excusait avec maladresse, le visage quelque peu empreint de honte mais de convictions. Il se déplaçait vers le lac afin de satisfaire sa gorge d’une bonne hydratation, il sortait une gourde sur laquelle des sigles encore étranges ainsi qu’une flamme et un soleil étaient encodés de façon enfantine, il en profitait pour la remplir d´eau. Enfin il revenait s’assoir contre le tronc du gingko. De nouveau, il prenait une bouchée de son parcimonieux repas.


« Tu te poses des questions qui sont excessivement difficiles à répondre et seule l’expérience pourra te donner une certaine satisfaction dans cette curiosité. Oui tu as le choix, oui c’est à toi et seulement toi de décider si quelqu’un est bon ou mauvais. Ton passé et le futur que tu vas acquérir vont t’apporter le jugement nécessaire à ce qui est ou sera ta définition du bon et du mauvais. Pourquoi te donner le choix? Tout simplement parce que je te considère comme mon égale. L’introspection, le néant psychologique dans laquelle tu te trouves en ce moment je l’ai vécu et je le vis encore, signe d’un ou de plusieurs traumatismes. Tu n’es plus à prendre comme une innocente enfant et gamine dérisoire mais une personne responsable à part entière, que toi ou ceux qui t’entourent le veuillent ou non. - Le blondinet reprenait sa respiration et avalait légèrement sa salive avant de ne reprendre. - Vois le autrement, arrêtes de t’attendre à ce que les « adultes » ne te donnent le choix et va récupérer de toi même ce droit là car il n’appartient qu’à toi et toi seule. Tu es maintenant maîtresse de ta vie et ta vie est faite de choix. »

Étrangement Tsuna réfléchissait à ses propre propos pendant l’espace d’un instant. La vue de cet enfant en pleine prise de conscience prématurée ne le laissait pas de marbre. Il était renvoyé dans ses plus grands questionnements, il était en train de remettre les pensées, certaines décisions et certaines conclusions à zéros afin de les évaluer sous un autre angle, une nouvelle perspective. Il réfléchissait tout de même quant à savoir comment répondre à sa dernière question.


Les hommes étaient-ils tous digne de confiance? Du point de vue de Tsuna, aucunement. Personne ne l’était, les seuls qu’il avait connu était tous mort pitoyablement. A croire que les dignes de confiance étaient aussi les plus faibles et moins aptes à survivre. Il ne voulait pas non plus induire l’enfant dans une direction qui n’était pas donné par ses propres conclusions, de ce fait il faisait légèrement attention à sa réponse, tout en restant naturellement franc.


« Si par « personne comme toi » tu entends une femme. Et par « vous » depuis le début tu parle d’un homme alors saches que pour moi il n’y a aucune différence. Je ne fais confiance à personne, tout sexe compris mais je laisse tout de même la chance à quelqu’un de la gagner. La confiance, avec mon expérience, peut être synonyme de faiblesse, de perte de temps et de perte d’attention. Pourtant, un moment d’inattention et le malheur peut s’abattre sur notre personne. La perversion d’un cœur humain ne se limite pas aux choix d’un sexe. Une femme comme un homme peut être atteint de démence et d’absence de limite ou de conscience des conséquences sur la vie d’autrui. Les Humains sont ignares, idiots, avare. Gourmand de pouvoir, de puissance et de supériorités. Mais encore une fois, il est question de choix. J’ai choisis de mettre tout le monde dans un même sac, j’ai choisis de suivre ce vagabondage qui me mènera peut être nulle part. J’ai choisis de ne faire confiance à personne et de voyager seul, comme j’ai choisis de ne plus m’ouvrir, avant toi, à quiconque qui croise ma route. Le choix est la source de toute notre existence et de l’existence des suivants alors n’ai pas peur et acceptes le. Tu as choisis d’être ici et de rester ici, tu as choisis de te battre et de vaincre, tu as déjà maîtrisé cette notion, il te suffit maintenant d’en prendre conscience. »




Dernière édition par Sawada Tsunayoshi le Mar 5 Nov 2019 - 16:09, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  Empty
Sam 2 Nov 2019 - 21:41
Hanae mangeait lentement le poisson qui lui avait été donné. Il n'étais pas fréquent de manger quelque chose de si bon, et pourtant la jeune fille avait vu beaucoup de pays, de cultures et de cuisines différentes. Son attention baissait, à mesure qu'elle dégustait ce met, mais son écoute n'en était pas altérée pour autant. Les mots du blond étaient analysés par la rouquine, qui ne voulait pas en perdre une miette pour se faire une opinion sur lui. Lorsque le ton commença à monter, les rubis de l'enfant se levèrent avec méfiance, elle cessa momentanément de manger, redoublant de méfiance et revenant à son état précédent. Un pas en arrière, mais la façon de s'emporter de l'adulte montrait que cela lui tenait à cœur et prouvait en quelques sortes la véracité de ses dires. L'esprit de la sauvage travaillait pleinement à comprendre les tenants et aboutissants de ce qu'il racontait, et à peu près à la moitié de sa tâche - à savoir se remplir la panse - elle s'arrêta. S'asseyant au sol, à une distance presque nulle du rocher de Tsunayoshi, elle montrait ainsi qu'elle ne craignait plus vraiment qu'il ne l'attaque. Puis ses pensées se concentrèrent sur la teneur des paroles de cet homme bizarre. Se venger n'était pas une chose à faire, pourtant, si la rougeoyante croisait la route de ceux qui l'ont torturée, elle ne se retiendrait pas de les éradiquer comme les insectes putrides qu'ils sont. De ce fait, et à l'écoute des raisons de l'étranger, la flamboyante ne pouvait pas vraiment le regarder comme un monstre. Mais s'il y avait plus, s'il prenait plaisir à tuer des personnes qui ne lui avaient rien fait, par exemple, alors c'était une autre histoire.

"Hmpf, œil pour œil hein... Je pense comprendre, il y a moi aussi des personnes que je tuerais volontiers. Pour ce qui est des autres, je préfère limiter la violence et les meurtres au maximum. Mais ma vie passe avant celle de mes ennemis, ça c'est sûr."

Elle avait été élevée comme ça, après tout, à ne pas tuer outre mesure, et à annuler cette règle si sa vie était menacée. La rubiconde ne bougea pas d'un pouce lorsque le doré se déplaça jusqu'au lac pour y remplir sa gourde. Elle remarqua d'ailleurs pour la première fois les mots étranges qui ornaient certains de ses vêtements. Cette particularité ne retint pas son attention plus que cela. Une longue tirade fût alors prononcée par Tsunayoshi, qui manqua de perdre la petite à plusieurs reprises, certains mots étant tout de même relativement complexe pour une fille de son âge, mais elle en comprit l'essentiel. Achevant de manger le poisson, elle décida de suivre ces sages paroles, et bondit sur le rocher, montrant une perte totale de sa crainte l'espace d'un instant, et se posa en tailleur à moins de deux mètres de son interlocuteur.

"Je ne peux pas dire que je vous fait confiance, mais mon instinct me dit que vous ne me ferez pas de mal. Je me trompe peut-être, pourtant, je pense pouvoir vous... te faire confiance, Tsuna-kun."

Un élan d'audace s'empara d'elle, ses démons semblaient la quitter, eux qui étaient jusqu'alors omniprésents en présence d'un homme, quel qu'il soit. Ses douleurs ne se faisaient plus ressentir, et il semblerait que cet échange peu commun avec un mâle l'ait fait revenir à un état où avancer redevenait une option. Ses petits prunelles jusqu'alors dénuées de vie semblaient démontrer une certaine lueur. Le monologue suivant de Tsuna fût assez violent, pourtant les mots qu'il prononça ne lui parurent pas dénués de sens, et rejoignaient bien sa façon de pensée, au fond. Mais une partie la chiffonnait, voire la révoltait, en fait.

"Je comprends ce que tu dis, et je sais par expérience qu'on ne peut pas faire confiance à quiconque. Je ne le fais jamais, mais pour les hommes, c'est différent. Tu me dis que homme ou femme, c'est du pareil au même. Pourtant, elle se leva, son regard devenant vitreux quand tu es au plus bas, et que tu penses qu'une main tendu va enfin venir, ce n'est pas celle d'une femme qui vient, mais d'un homme. Un gros porc, un immonde enfoiré, qui vient profiter d'une enfant sans défenses, et lui ôter son innocence. Une enfant qui n'avait même pas idée de ce qui lui arrivait, qui ne pouvait pas se défendre, pas protester, juste subir."

Les larmes coulant sur ses joues, après avoir raconté de manière détournée une chose qu'elle n'avait dite à personne, pas même à un médecin qui voulait une explication claire des sévices qu'elle avait subi, elle tomba à genoux. Vider son sac, le dire en criant, comme si Tsunayoshi était le responsable - le violeur, utilisons le bon terme - alors qu'il n'avait sans doute jamais imaginé faire cela à quelqu'un de toute son existence.

"Une femme... Une femme n'aurait pas pu faire ça. Seuls les hommes sont vils, et ont des pensées répugnantes, qui ne traverseraient pas l'esprit d'une femme."

Ses bras se serraient autour de son propre bassin, la douleur étant abominable, comme si elle venait de revivre ce moment qu'elle tentait d'oublier depuis des semaines. Mais peut-être était-ce nécessaire, au fond, pour que la rouquine puisse repartir sur des bases plus saines ? Avouer, admettre ce qu'il c'était passé, plutôt que vouloir le cacher, plutôt que faire comme si elle n'avait pas été rendue impure par un vil salopard. Retrouvant un peu son calme, elle montrant son visage déformé par la rage et la tristesse, un désarroi profond, et des blessures encore ouvertes.

"Il faut que j'admette ce qu'il s'est passé, non ? Sinon... Jamais je ne pourrais avancer."

C'était une question rhétorique, mais elle voulait savoir ce que pensait ce blond qui semblait avoir vécu des choses tout aussi atroces. Il était comme un mentor pour elle, un mentor dans cette tempête qu'est la vie des martyres.



_________________
Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  Empty
Mar 5 Nov 2019 - 18:10

 
L'abrupte réalité frappait une nouvelle fois la vision du garçon qui semblait s'adoucir. Les réactions d'alors de la jeune fille, la voir se rapprocher de lui telle une innocente, une fille de son âge. La voir sautiller sur un rocher, une image enfantine dans un lieu féérique ravivait la flamme d'espoir qui l'avait habitait, une volonté transmise de génération en génération. Il superposait les questions dans son esprit se demandant si sa quête de vengeance n'était pas une chose stupide, sans aucun interêt ni influence, il en venait même à penser à s'orienter quant au secours d'enfants comme Hanae ou empêcher la perte d'un être cher à d'autres personnes afin de leurs éviter la peine qui l'avait tant marqué.


Ses pensées se renouvelait du tout au tout passant du néant total en une lumière apaisante au potentiel infini. Ses yeux scintillait d'un dorée écarlate, il arrivait à imaginer le bien qu'il pouvait faire, le chemin s'ouvrait à lui et il ne lui suffisait plus qu'à mettre un premier pas sur cette route immaculée. Peut-être que depuis tout ce temps, il avait vraiment suivis le mauvais chemin. Néanmoins, comme dis plus tôt, l'imagination peut-être rapidement percée par la matérialité. Ces scènes illusoires disparaissait face à l'authenticité des expressions corporelles de la jeune fille, ainsi que de ses dires. Sa haine et sa peur pour son genre, qu'il avait perçu plus tôt, était maintenant justifié.


Il serrait les points en écoutant les propos de la jeune fille nuancés par sa fragile voix, onde harcelée par les émotions. Les jointures de celle-ci pâlissaient, l'afflux sanguin rendait ses veines beaucoup plus visibles qu'auparavant. Ses ongles s'enfonçaient légèrement dans sa peau. De nouveau, les yeux du blondinet perdaient toutes valeurs. Il riait maintenant des heureuses pensées ultérieur. La haine le reprenait, l'envie de tuer ses prédateurs faisait de nouveaux battre sa sanguinaire flamme intérieur. Il n'aurait pas besoin de sauver si ces êtres n'existaient pas dans un premier lieu, l'extermination de cette race resterait sa priorité. Ils les feraient payer pour ce qu'ils ont fait.


Tsunayoshi voulait calmer la petite mais il savait que dans son état il ne pourrait rien y faire. La moindre mauvaise action physique de sa part pouvait mené à la perte totale du faible lien qu'ils venaient de tisser. Il préférait la laisser faire face elle-même à ses peurs et parfois une présence silencieuse était plus appréciable qu'une parole ou un contact assourdissant. Les larmes perlaient sur les joues rougit par les sentiments de la misérable. Finalement, elle semblait accepter son sort. Bientôt les perles disparaissaient pour laisser place au visage meurtri par les émotions et la fraicheur du passé qui venait de l'envahir. À cette vue, la quête du jeune vengeur était justifié. Aucun être ne devrait avoir le droit ou le pouvoir d'infliger ces cicatrices inguérissables, c'était comme perdre une petite partie de soi, ne pas pouvoir la retrouver peu importe toute la bonne volonté que nous pouvions y mettre. Le blondin regardait la rouquine d'un regard qui se voulait apaisant et compréhensif malgré l'absence de vie dans celui-ci.


" Effectivement, il faut que tu y fasses face. Tu n'as pas le choix si tu veux évoluer. Enfin si, tu as le choix de rester cet être peureux ou de devenir cet être qui commence à réfléchir par elle-même, comprendre, apprendre et se battre. Surtout, pardonnes ta faiblesse d'antan et maudits là en même temps, sers toi en pour devenir la seule protectrice de ton destin et de ta vie. "


Tsuna regardait maintenant le ciel et passait sa main droite tatouée devant ses pupilles, laissant passer quelques filaments de rayons solaire. Les mauvais augures se ravivait, son instinct de ne faire confiance à personne lui dicter de parler d'une de ses mésaventures, rapidement. En effet, les pensées perverses et perfides des humains ne se limitaient pas seulement au sexe masculin, contrairement à ce que la demoiselle n'avait l'air de le croire. Son esprit terre à terre et peut-être une part de son égo, ne pouvait empêcher de tout de même avertir sa jeune interlocutrice.


" Certes, les hommes peuvent êtres des immondes créatures s'abattant à un état carnassier, respirant l'aliénation mais les expériences pour chacun de sont pas les même Hanae. Quand un homme t'as accueillis et t'as certainement fait croire à une vie pouvant aller dans un meilleur sens, une femme m'a tendue sa chaleureuse et aimante main en me faisant croire à une potentielle guérison. Cette même araignée qui vient cracher son venin dans ton eau, qui t'enferme dans un cage dans un but d'exhibition, qui t'enchaine drogué et qui te force à avoir des ébats avec elles. Pendant que toi, homme, conscient de toute sensation, de toute pensées, voulant te débattre mais ton corps buvant une substance néfaste à son contrôle. Toi, homme, ne pouvant que soulever ta main afin d'essayer de donner cours à cette situation inconfortable,face à cette femme odieuse, perverse. Face à cette veuve noir suçant le peu de dignité et de confiance qu'il te restait en une partie de, toi homme, tu ne te sens plus vivre et tu t'emplis d'une haine incommensurable face à cette calomnieuse espèce. "


Encore une fois, il était partit dans un monologue. Il laissait la jeune fille le temps d'imbiber cette histoire qu'il avait accepté.


" Ça m'a apprit à ne plus faire confiance, à douter et observer avant de permettre de gagner une partie de mon interêt. Peu importe le temps que cela prendra. Mais en toute honnêteté, Hanaé, je suis malheureux dans ma quête. Mes mains sont emplis de sang, d'usurpation, d'hypocrisie. Je sens une infime parcelle de mon âme se détacher de moi, à chaque brasse dans cette piscine ensanglantée. Ce chemin n'est pas le bon, ne prends pas le même, apprends à vivre, heureuse, le sourire au lèvre malgré les difficultés. Restes forte, contrairement à moi. "


Tsunayoshi venait d'admettre une partie de sa vérité. Il savait que la voix qu'il avait emprunté été emplit de solitude, de tristesse et de haine. Ce chemin, l'absence de foi en l'humanité, peut-être que certains diront que c'est le plus facile mais non, vraiment pas. Avoir conscience de ne pas accepter le bon chemin, de prendre le mauvais et de s'enfoncer dans une obscurité à la destination in certaine n'est pas une pensée très facile à accepter. Peut-être continuait-il à se battre, au fond de lui, peut-être que son âme était simplement à la recherche d'un fourreau prêt à accueillir son épée ensanglanté.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  Empty
Mar 5 Nov 2019 - 20:14
Les larmes cessaient de s'écouler, Hanae comprenant que ce moment de faiblesse qui l'avait poussée à en dévoiler autant était au fond plus salvateur que douloureux. D'un revers de sa manche, elle essuyait quelques larmes. La douleur était toujours là, pourtant la lueur dans son regard brisait le voile brumeux de peine et de haine qui la hantait. Un état parfait à la croisée entre le bord du précipice et la radiance d'une joie sans limite. Pour ainsi dire, elle était à même de reprendre, enfin, le contrôle de sa vie, de ses pensées et de ses émotions, mais pouvait tout aussi bien sombrer dans les abysses de son malheur, pour de bon. Tout dépendait d'un homme, et d'un seul: celui qui lui faisait face. Elle ne tentait pas de fuir son regard, elle le soutenait, car il n'avait fait que lui prouver, à plusieurs reprises et en à peine quelques minutes, qu'il n'était pas un ennemi, bien au contraire. Et les mots vinrent en réponse à ceux de l'écarlate. Sa question avait trouvé réponse, et la petite le prenait pour argent comptant. Après tout, si tous deux semblaient d'accord, il n'y avait personne d'autre ici pour poser un veto sur ce vote, si l'on pouvait appeler ça un vote. D'autre part, les gestes, ou plutôt l'absence de gestes, du blond la rassuraient. La plupart des gens auraient tenté de la réconforter avec une étreinte, mais les victimes de viol ne réagissaient pas de la même façon aux contacts physiques.

Elle n'avait rien à redire sur ses mots, et l'écoutait telle une élève écouterait son professeur. Tsunayoshi connaissait la vie, c'était une certitude, et comme si les traumatismes de l'un de l'autre s'opposaient, il parvenait peu à peu à lui inspirer de la confiance. Finalement, les médecins n'avaient cessé de lui demander de leur faire confiance, de parler, qu'elle ne craignait rien, mais lui avait fait l'inverse. Il lui avait pratiquement interdit de le croire, et peut-être que pour cette raison, elle avait décidé de lui accorder un grand crédit. La balance penchait alors, encore un peu, s'éloignait du vide pour revenir vers le haut de la montagne. La rougeoyante n'avait pas de mots, et ne répondait rien, attendant d'être sûre que le flavescent ait fini de parler. L'atmosphère changea alors du tout au tout, et ce qui allait suivre était sur le point de tout remettre en question.

En une flopée de mots, Tsuna détailla à quel point la Sendai pouvait se tromper sur l'espèce humaine. Si son esprit torturé avait imaginé que seuls les hommes étaient capables de commettre des actes immondes, alors c'était sans doute par une expérience personnelle terrible obstruant tout le reste. Mais son instinct lui disait bien que l'homme à la chevelure dorée ne mentait pas, et elle en resta bouche bée. De tels sévices, si proche de ceux qu'elle avait elle-même subi, c'était impensable. Un homme ? Subissant les mêmes choses qu'elle ? Elle ne savait que dire, et pourtant dans les yeux du garçon, on voyait qu'il était passé au-delà de ce traumatisme. Il continua en parlant vaguement de choses horribles qu'il aurait faites. Mais cela n'atteignit pas la rubiconde, qui aurait aussi bien pu tourner de la même manière. Ses yeux avaient un peu dégonflé, et la peine se dissipait en elle. Elle avait vu quelque chose, dans ce discours, qui lui faisait étrangement plaisir. Une joie folle, qui balayait toute douleur. Sans doute était-ce son traumatisme qui lui avait déréglé la cervelle, pour être heureuse après une telle histoire, pourtant, ce n'était pas du malheur de ce mentor qu'elle se réjouissait, mais du fait de ne plus être seule au monde. Elle se leva assez vite...

"Tsuna, tu as l'air d'être un homme bon. Je ne suis qu'une gamine, sans doute, à tes yeux, et pourtant j'arrive à voir que peu importe ce que tu as fait, tu l'as fait pour de bonnes raisons. Je me trompe peut-être, mais si tu as vécu la même chose que moi, alors je pense être la mieux placée pour te comprendre."

Elle s'avança, éprise de frissons à l'idée de tuer la distance la séparant d'un mâle. Mais voilà, ces frissons n'étaient rien à côté de toute la douleur qu'elle aurait ressenti, une heure avant. Pourquoi ? Eh bien, elle ne le voyait pas comme un homme, ni comme une machine à tuer, ou même comme un pervers narcissique prêt à tout pour son confort personnel. Hanae le voyait tout bonnement comme un mentor, une personne de confiance, et surtout une entité qui pourrait lui servir d'exemple et de repère. Se tenant à moins d'un mètre de lui, l'enfant s'arrêta net. Une chose se produisit, brisant beaucoup de barrière que la terreur lui avait créées, et tirant sur des muscles qu'elle ne pensait jamais réutiliser. Un sourire d'une beauté sans pareil se dessina sur ses lèvres, légèrement amoindri par son visage peiné, mais l'intention y était.

"Je vais suivre tes conseils, je ne tournerai pas du mauvais côté, mais je ne m'arrêterai pas là."

Elle n'était pas encore prête à enlacer quelqu'un pour le réconfort, de l'un ou de l'autre, mais elle tendit sa main, comme une promesse. Son cœur brûlait d'une flamme vaillante, celle qu'elle avait avant tout ce qui lui était arrivé. La jeune fille ne comptait pas faire confiance à quiconque, pas si facilement, et passerait sans doute sa vie à craindre la trahison, mais elle pouvait faire l'effort d'avancer.

"Je te fais confiance, Tsuna. Pas parce que tu me l'as demandé ou parce que ça peut t'intéresser, mais je le sens, toi et moi, nous avons vécu des histoires similaires, et nous nous comprenons. Je n'oublierai aucun de tes mots, et j'espère pouvoir te retrouver le plus souvent possible pour discuter, même si je ne sais rien de toi ni de tes origines. Quoi qu'il en soit, je m'efforcerai de ne plus être cette enfant naïve, et je n'accorderai ma confiance que si je suis sûr de pouvoir le faire. Je t'en fais la promesse."

Au fond d'elle, elle voulait en savoir plus sur lui, mais n'osait pas le demander. En glissant les quelques mots sur ses origines, elle espérait au fond d'elle qu'il parle un peu plus de lui...


_________________
Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  Empty
Mer 6 Nov 2019 - 4:58

 
La rapidité et l'intelligence des réflexions de la rouquine rappelait Tsunayoshi lors de sa prise de conscience. Les dires de la jeune fille prouvait au blondinet qu'elle commençait à comprendre et réfléchir par elle-même, qu'elle comprenait qu'elle avait la force nécessaire pour recommencer à vivre et arrêter de survivre. Après-tout, il avait comprit la cause de la traumatisme mais n'avait aucun connaissance de combien de temps celui-ci avait duré. La survit avait certainement été suffisamment longtemps le mot du jour de la demoiselle. Le silence se faisait pendant quelques minutes, seul le bruissement du vent se faisait entendre. L'écart entre les deux jeunes gens venaient de s'amoindrir, montrant une fois de plus la rapidité d'évolution et d'adaptation de la dîtes naïve aux cheveux flamboyants. La saison semblait allait de pair avec la demoiselle.

L'arrière Automne avait deux significations, la première pas très recherchée mais vraiment terre à terre était de reliée la perte des feuilles à la perte de quelque chose, une saison annonçant la venue du froid et donc la saison hivernale. Parfois même appelée la saison de la mort par les plus ignares. Cependant, si nous forcions le cerveau pousser légèrement plus loin elle pouvait avoir une définition diamétralement opposée à la précédente. Dans un premier temps nous pouvions y voir la récolte: La majorité des fruits atteignants leur maturité, tombant des arbres. C'était l'heure de prendre ce que nous y avions semer, bon ou mauvais, faire le point. Secondement nous avons le droit à la chute, les fruits mûres, la floraison terminé, la distribution de la sève cesse. La non-nutrition crée la dépigmentation de ce qui est maintenant considéré comme des mauvaises herbes, les faisant tomber librement à même le sol. Il y a la le choix voire l'obligation, pour les plus sensitifs, de faire un travail d'introspection. La séparation de nos pêchées, de notre haine, de notre passé et de nos tristesse. Enfin, la dernière et plus interessante partie de cette seconde définition: L'ensemencement. Servez vous de ces mauvaises herbes pour rebondir, planter de nouvelles graines gravées par vos expériences, enrichissez vous et prenez le temps de les faire grandir pour vous créer de nouvelles et plus fortes racines.

La deuxième signification plus poussée que légère finalement, était la quintessence même de ce qui semblait être l'état d'esprit de la prématurée. La nature était en harmonie avec le présent. L'ambiance hors du temps qui les entourait, laissait aller une énergie volatile, apaisante et bienfaisante. De nouveau, Hanae faisant un pas en avant, réduisant encore d'elle-même l'espace qui les séparait. Encore une fois, l'adaptation et l'acceptation de la jeune fille étaient vifs, peut-être que les propos et comportements du jeune blondinet l'avait bel et bien mis en confiance et aidée dans sa démarche. En tout cas, il se surprenait à l'espérer. Les réactions et les paroles qui suivaient le réconfortait dans sa pensée.

Un large heureux, honnête sourire comme il en avait rarement vu venait d'apparaitre sur le visage de la jeune fille. Il ne pouvait s'empêcher d'en esquisser un à son tour, à cette vue innocente. C'était bel et bien le portrait caché de sa défunte soeur, quelque part il lui était difficile de la voir mais d'un autre côté cela avait facilité l'ouverture d'esprit qu'il avait pu avoir envers cette rencontre impromptue. Elle lui faisait confiance et il l'avait aidée, malgré ses noires pensées, c'était tout ce qui l'importait pour le moment présent. Il réagissait néanmoins à quelques une des paroles de la demoiselle.

" Avec ce que tu as vu et vécu, avec ce que tu as ressentit et ta façon de réfléchir tu n'es désormais plus une enfant. Tu es une adulte à part entière et fais toi à cette idée, tu n'es plus naïve, tu n'est plus innocente: Tu es consciente. "


Il osait finalement faire un pas face à Hanae et s'accroupissait afin de se mettre à son niveau

" Il n'y a pas grand chose à savoir sur moi, je n'ai plus rien, plus personne. Ma séparation avec ma famille s'est faîte à mes douze ans, lorsque j'ai réussis à retrouver mon petit-village, celui-ci était en cendre. Les squelettes de mes parents pendues à l'entrée, le peu de chair qui leur restait se faisait dévorer par les corbeaux affamés. Mais l'heure n'est pas à mon passé, l'heure est à la fin de ta convalescence. "


Il posait doucement et légèrement sa main sur le crâne flamboyant de la jeune fille et la frottait d'une de la même manière qu'un frère le ferait tout en restant réconfortant. Enfin, il se levait.

" Grandis, vis, changes pour le mieux. Bats toi et vainc jusqu'à notre prochaine rencontre. Je suis sûr que celle-ci arrivera plus vite que ce qu'on ne le pense. La roue du temps nous à réunis hors de celui-ci, nos âmes sont liées par le fil incolore de la destinée. Peut-être aurons-nous alors l'occasion de parler de mon passée. "


Enfin, il donnait une légère tape affective sur le front de la jeune fille. Ces dernières actions effectué par le blondin était ce qui se rapprochait le plus de ce qu'était réellement Tsuna, la personne qu'il ne voulait pas se laisser devenir, une personne à la flemme protectrice, purificatrice et créatrice.

" En fait oui, tu as raison, je te vois encore comme une petite fille, étrangement tu me rappelles ma soeur. "


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  Empty
Jeu 7 Nov 2019 - 10:46


La confiance de la jeune fille était totalement gagnée par Tsunayoshi. S’il avait été un fin manipulateur cherchant à lui faire baisser sa garde, son but serait donc accompli. Mais il ne semblait pas l’être, du moins pas aux yeux d’Hanae. Son esprit avait réussi à trouver un chemin pour s’extirper des ténèbres qu’il avait lui-même créé, et désormais, la petite ne ferait plus confiance au premier abord. Dans sa tête, des plans se mettaient déjà en place pour déterminer si quelqu’un était digne de confiance ou non. Cela devrait être testé sur des vraies personnes, mais avant de penser à s’ouvrir, il lui faudrait se sentir en sécurité avec ces personnes. Bien entendu, cela incluait les deux sexes, mais pour les hommes, sa vigilance resterait toujours maximale. Être considérée comme une adulte lui faisait plaisir, elle qui avait toujours été assez sauvage et très peu futée. Selon les situations, il lui arrivait néanmoins d’être très en avance sur son âge. D’un autre côté, ce qui l’avait poussée à grandir aussi vite n’était pas réjouissant, et cela la dérangeait tout de même en quelques sortes.

« Je sais bien que je ne peux plus me permettre d’être une enfant après tout ça. De toute façon, dans ce monde shinobi, on ne reste pas enfant très longtemps, n’est-ce pas ? »

Encore une question rhétorique, qui démontrait aussi que sa réflexion était plus celle d’une adulte que d’une enfant. Une chose choqua la petite, dans les mots que prononça son mentor par la suite. Il avait été séparé de sa famille à ses douze ans, tout comme elle. Un tel hasard était peu probable, pourtant elle n’avait jamais mentionné ni son âge actuel, ni le temps de sa captivité et encore moins l’âge auquel elle avait été enlevée. La rouquine souriait, à croire que le destin avait choisi de les réunir pour leurs similitudes, afin que chacun puisse aider l’autre. Le reste de son histoire était bien moins drôle, et l’écarlate se garda bien de maintenir son sourire. La ponctuation était, quant à elle, assez plaisante, même si la petite n’était pas assez insensible pour penser que le passé et l’avenir de son nouvel ami étaient inutiles.

« Peut-être que pour l’instant, on ne parle que de moi, mais un jour je voudrais savoir tout ça. En échange, je te raconterai mon passé, et pas seulement ce qui est moche, répugnant… Je te parlerai de ma famille, de mes amis… »

Mais le futur était de mise, car dans l’immédiat, si Shibuka croisait la Sendai en train de parler à un homme, elle pourrait ne pas réfléchir longtemps avant de l’attaquer. Et cela faisait un long moment qu’elle s’était éloignée de sa protectrice. La main du blond qui se posa sur le crâne de la rubiconde la surprit. Elle aurait dû réagir, reculer, l’attaquer, mais elle n’en fit rien. C’était tellement réconfortant et rassurant qu’elle ne pouvait que baisser la tête et lutter contre les larmes. Pas de tristesse, cette fois, mais de joie. La pauvre ne savait plus à quand remontait le dernier geste de tendresse à son égard, et ne pouvait rejeter celui-ci. Cette main avait beau être pleine de sang – métaphoriquement – elle restait la chose la plus douce et agréable qu’elle ait ressenti depuis des années. Les derniers mots de Tsuna semblaient être banals, pour beaucoup, mais pas pour la petite. Elle comptait bien prendre cela au pied de la lettre et devenir une puissante kunoichi pour se tenir fièrement devant lui lors de leur prochaine rencontre. La tape sur son front la fit rougir, et après qu’il eut fini de parler, elle recula d’un pas.

« Je deviendrai forte, et personne ne pourra me battre. La prochaine fois que nous nous rencontrerons, nous parlerons plus que cela, et nous apprendrons à connaître nos vies respectives. Je n’oublierai rien de tes apprentissages, Tsuna. Fais attention à toi, d’ici là, je te souhaite d’être heureux. »

D’un bond, la petite sauta à l’écart du rocher, et se dirigea vers la forêt, sans se retourner. Si elle le faisait, elle voudrait rester encore plus avec lui, mais ce n’était pas le jour où les deux devaient discuter, le destin les réunirait de nouveau… Pour de belles aventures, sans aucun doute.



_________________
Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]  Empty
Mer 15 Jan 2020 - 7:24

L'homme à la chevelure dorée avait bien vu que sa confiance n'avait plus sa place dans le doute avec sa nouvelle rencontre et l'inverse était actuellement vrai. Lui qui n'avait plus réellement eu de contacte sociale mis à part des cris de détresse, de tristesse et de mort, il ne évidemment pas ce qui avait pu pousser ces deux personnes à se lier d'amitié aussi vite. Néanmoins, ses réflexions plus tard lui pousseraient à croire que leur similitude d'expérience ainsi que la transparente vérité dont ils avaient tout deux fait preuve étaient la cause de cette absolue confiance. La ressemblance physique avec sa sœur avait certainement facilité le premier échange et la compréhension de Tsuna mais la vivacité d'esprit de la demoiselle était à son honneur.


Les pupilles flamboyantes du blondin percevait le changement de l'adolescente à l'âge de jeune adulte. Elle avait raison, ce monde, pour des personnes avec notre vécu, ne nous permettait pas de rester enfant bien longtemps ou alors, nous nous devions d'accepter notre sort jusqu'à ce que bien souvent mort s'ensuive. Le Sawada s'était toujours battu pour sa vie et celles des autres sans ne jamais rien abandonner et peut-être aussi percevait-il son état de fatigue. Peut-être que son discours était fait pour assuré une relève potentiellement saine, une relève qui ne dérivera pas sur un chemin écarlate sans réel lendemain. Enfin, les dernières paroles d'Hanae le tirait de ses brusques pensées. Devenir forte pour que personne ne puisse la battre, un objectif qui se muerait certainement en un bel accomplissement. Devenir puissant , savoir se protéger soi même était aussi le premier pas afin d'avoir le pouvoir de protéger les autres. Sa quête de allait être longue et ardu mais aucun doute ne planait dans l'esprit du blondin quant à sa réussite.


Comme il l'avait dit, Tsunayoshi était persuadé, qu'ils viendraient de nouveau à se rencontrer. Il fouillait dans la poche de son kimono et y sortait un collier qui fonctionnait de manière inconnu. Un des trésors de la famille Sawada. Il posait le collier dans la main de la jeune fille, une pierre qui resplendissait de sa couleur dorée, reflétant les rayons orangés du soleil couchant. En son centre nous pouvions y voir une flamme active, la flamme de la dernière volonté. Sur le dessus, des runes étaient inscrites sur le métal qui servait de fusion entre la pierre et la chaine. Runes qui semblait seulement signifier la vie. Une légende chez les Sawada racontait que lorsque cette flamme s'éteindra alors la lignée serait elle aussi perdue à jamais.


" Cette pierre signifie ma vie, si un jour je disparait de ce monde, tu le saura, si un jour je me perd et que nous nous reverrons ne me la redonnes pas. Si cela m'arrive j'espère que tu m'aideras à ton tour afin d'être de nouveau digne de cette flamme. "

Hanae sautait de son rocher et partait en direction de la forêt, les épaules devenues assez grandes et fortes pour porter les fardeaux à venir.


" Que la joie et la force t'accompagne Hanae, que la vie et le destin chérisse ton futur et que notre futur rencontre se fasse dans l'accomplissement de nos volontés "

Il se posait de nouveau sous la protection du Ginko, les bras croisés derrière la nuque et les pieds allongés. Tsunayoshi fermait ses yeux et s'endormait face à la fraicheur paisible que lui procurait le souffle timide du vent.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna

Rencontre hors du temps. [Pv: Sendai Hanae]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: