Soutenez le forum !
1234
Partagez

Supernova

Hayai Taishi
Hayai Taishi

Supernova Empty
Jeu 7 Nov 2019 - 4:59
Feel free for the end
The end of a road
For if you find the land
You may still feel the cold

The cold of the end
In a strange land
The Fate showed by the road
of your Supernova

« Chouette comme endroit. »

Taishi secoua la tête. Ce dindon trouvait toujours le moyen de gâcher l’ambiance. Roulant légèrement des yeux verts qu’il ouvrit lentement, il constata que le dindon s’était installé sur une des pierres qui jonchaient la rivière dont l’eau, qui provenait inévitablement du Pays de la Pluie et cherchait désormais à retourner à l’océan en traversant Tsuchi. Lui-même sur l’un de ses massifs rochers vibrants à peine sous le passage de la rivière qui se scindait à son passage, comme les pas d’un géant qui a perdu ses souliers à chaque enjambée.

« Je t’avais dit de garder un œil sur Neiko pendant mon absence… »
« Tu l’as bien dit, oui. Ça ne voulait pas dire que je le ferais. Je suis pas ton employé, imbécile. »
 
Taishi soupira.

« Qu’es-ce que tu veux ? »

« Je pourrais te renvoyer la question. Qu’es-ce qu’on fiche ici ? »

Bonne question, supposa l’Hayai. Il n’était pas trop certain de savoir pourquoi, mais depuis cette sensation dans ses mains, la première depuis que Tomoe, l’explosive nukenin, l’avait aidé – même si elle n’aurait pas répété l’exploit aujourd’hui – il s’était senti presque attiré par cet endroit, ou étais-ce plus simple ? Il avait écouté le bruit de l’eau et l’avait suivi jusqu’ici.

« Je vérifie quelque chose. »

Le dindon, dépité, assied son imposant postérieur plumé sur le roc en croisant ses bras plumeux.

« Je me souviens d’un temps où ton vocabulaire était tout aussi primitif, sans pourtant être aussi cryptique. Tu sais, que les femmes aiment les hommes mystérieux, c’est un mythe, hein. »

Taishi serra les dents.

« Tu vas bien la fermer !? Tu ruines tout. »

« Ok ok. »

 
Moment de silence. Taishi soupira.

« J’ai déposé un Kunai marqué au creux de cette rivière, il y a de ça des années. »
« Pas très bon pour la planète. »

Il secoua la tête en focalisant ses perceptions sensorielles, trouvant ce qu’il cherchait, c’était à dire en ne trouvant… Rien.

« Je n’arrive plus à percevoir la marque. »

« Et alors ? C’est déjà arrivé. Les marques peuvent être détruites, ou endommagées. »

« La marque est intacte. »

« Comment tu le saurais ? »

 
Taishi porta la main dans son manteau et en sortit un objet rouillé, dont le teint verdâtre avait partiellement disparu, sa surface couverte d’algues et de décolorations, mais dont la forme était indéniable.

« Parce que je l’ai repêché. Il n’y a rien. Rien du tout. »

Le dindon semblait un peu plus intéressé désormais, retirant son casque pour illuminer son crâne dégarni à la lumière de la lune.

« Ça ne veut rien dire, c’est juste une marque qui pourrit dans un lac depuis je sais pas quand. Il y en a des centaines juste dans ce pays. »

« Et elles ont disparues. Chacune d’entre elle. Ou plutôt, elles sont toujours là mais je n’arrive plus à les percevoir. »

« La résonance… »

 
Taishi secoua la tête.

« Cela fait quelques semaines déjà que je n’arrive plus à former de nouveaux sceaux Jikûkan. Ce n’est pas une question du matériel utilisé, ou encore de la technique utilisée. L’étincelle… L’étincelle est absente. Les lois ont changées. »

Il releva les yeux.

« Elle est absente de moi, et je ne peux plus la repérer. Lorsqu’avant le monde était parcouru des feux follets de l’océan vert… »

Il soupira.

« Je n’ai plus que l’obscurité. »

« Zzzz… Hum… Euh… Donc ? »

 
Taishi se cueillit le visage dans le creux de sa paume, découragé pour plus d’une raison.

« J’ai perdu la maîtrise du Jikukan. »

Le silence envahit la scène, seulement dérangée par le bruit de l’eau. Mais rien n’est jamais silencieux si longtemps alors qu’un craquement métallique se fit entendre derrière l’Hayai.

« Perdu est un grand mot. Le Jikukan était une anomalie du destin. Il a servi son rôle, Hayai Taishi »

Cette voix... ! Taishi se retourna tandis que les yeux globuleux de Glouba manquaient sortir – davantage- de leurs orbites alors que la lumière de la lune révélait les traits massifs et majestueux de leur interlocuteur.

« DJANGO FETT !? »

« PÉPÉ ?!? »

 
Spoiler:
 
 
Entrée en scène de Django Fett, Roi des dindons, Saigneur de Primes.
 
L’Ultime Volaille.

_________________
Fate will wait for no one, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.

Supernova 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine
Hayai Taishi
Hayai Taishi

Supernova Empty
Sam 9 Nov 2019 - 4:36
L’Hayai s’était relevé, relativement ébahi par la présence du majestueux Roi Django Fett. Si Glouba possédait une certaine notoriété dû à son charme légendaire et ses talents de chasseur de Prime, Django était à lui-même un légende oubliée dans les trépas du temps. Pas de comptine aux enfants ou de rumeurs pour décrire l’imposant dindon, qui faisait facilement deux fois la taille de Glouba, et dont l’âge était impossible à déduire. Il n’était pas impossible de penser que Django avait vu l’avènement des premiers shinobis…

Taishi avait une question pressente en tête, mais en observant son entourage, il eut l’impression d’avoir la réponse.

« Cette sensation que j’ai eu… Tu as utilisé le pacte de Glouba pour m’attirer ici. »

Le majestueux poulet hocha légèrement de son bec, agitant lentement son magnifique glouglouton. Taishi souffla de dépit. Il s’était fait avoir comme un débutant. Un fait moins connu des Kuchyiose était la capacité pour l’animal pacte d’invoquer l’humain lié, tout comme le shinobi pouvait le faire avec lui.

« Il était temps que notre rencontre ait lieu. »

Taishi porta son regard vers le plus petit dindon.

« Bien joué, connard. »

« Sans rancune. »


Oh, ça il allait lui faire goûter plus tard, lui et son sans rancune. Mais pour le moment, Taishi avait un détail plus important à régler, soit la présence d’un foutu monarque. Mais aussi… Il se tourna vers Django.

« Je suis ici pour… --»

« Non attend, que sais-tu du…--»


Le Roi l’interrompit en pleine phrase, levant une patte pour la poser violemment contre le sol. Le sol trembla et une puissante onde de choc repoussa Taishi avec force, l’envoyant dans l’eau. Ne comprenant rien de ce qui venait d’arriver, l’Hayai nagea à la surface, posant les bras sur le rocher en crachant un jet d’eau.

« Keuf… Mais qu’es-ce que-»

« Mon fils te permet peut-être cette insolente manière d’être, mais les choses seront différentes avec moi, jeune Taishi. »


En tant normal, l’Hayai aurait répliqué aussi sauvagement qu’il en aurait été capable, mais rien ne lui vint en tête, d’autant plus que la puissance de Django était absolument effroyable. Qui plus est, Taishi n’était pas en état de combattre. Il ne l’était plus depuis un certain temps, d’ailleurs. Du coup, il se contenta de sortir de l’eau en secouant ses manches, dépité, levant les mains en signe de paix. Le Roi Dindon hocha légèrement de la tête à nouveau.

« Je suis ici parce que Glouba m’a fait part des conditions qui t’affligent. »

« … »


Un peu plus et il était un malade en phase critique si on écoutait ce foutu tas de plume.

« Garde ta fierté mal placée pour les autres humains. Le but de ce pacte avec mon fils est de le permettre de croître en tant que Dindon, en tant que Chasseur de Prime, pour un jour prendre ma place en tant que Saigneur. »

Taishi resta silencieux. Où voulait-il en venir ? Que le pacte devrait être rompu s’il ne pouvait plus combattre et utiliser le Jikukan ? Comme s’il avait pas déjà la poisse en ce moment.

« Mais le Jikukan n’a jamais été un pouvoir qui t’appartenait. C’était une ombre sous la surface de l’eau. Un détour du destin. Sans lui, tu ne serais pas où, et qui tu es. Mais je ne crois pas que tu sois uniquement défini par celui-ci. »

L’Hayai serra les dents en baissant les yeux.

« Je suis devenu shinobi grâce au Jikukan. Je suis devenu l’Éclair Vert grâce au Jikukan. Si je n’ai pas ça… Que suis-je sinon cette ombre sous la surface de l’eau ? »

Le Roi garda le silence pendant un instant, mais son regard globuleux et pourtant incroyablement intense resta planté.

« Je ne saurais dire. Mais ta mère semblait le savoir, elle. »

Taishi ouvrit grand les yeux. Django connaissait sa mère !?!?

« Je ne suis pas sans savoir que le Clan Hayai croit fermement au destin. Aussi peut-être ne sera-t-il pas si difficile de réaliser que notre rencontre n’est pas le fruit du hasard. Ni qu’autrefois, j’eus partagé le même genre de pacte avec Kana que tu as désormais avec Glouba. »


_________________
Fate will wait for no one, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.

Supernova 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine
Hayai Taishi
Hayai Taishi

Supernova Empty
Lun 11 Nov 2019 - 2:26
Hayai Kana, ou plutôt, Chôkoku Kana. Taishi soupira en croisant les bras sur sa poitrine, reprenant place sur le rocher. S’il avait appris une leçon depuis toute ses années, c’était de ne pas questionner le destin trop fortement. Ce qui devait arriver… Arrivait.

« Je suppose que cela date de sa vie avant son bannissement du clan Chôkoku. »

« Précisément. Nous formions une bonne équipe. »

L’Hayai hocha la tête légèrement. Le passé de sa mère était rempli de mystère, surtout sur sa carrière comme Kunoichi, mais il ne pouvait supposer qu’elle avait été redoutable. Après tout, elle avait vécu assez longtemps pour quitter le métier, une chance que peu obtenait.

« Savait-elle que j’hériterais du Jikûkan ? »

« Non. Une anomalie est une anomalie. Mais elle était au fait de ton héritage plus conventionnel. Je pense que tu en portes déjà les signes ? »


Les mâchoires… Taishi releva sa manche, exhibant son avant-bras recouvert de bandages servant surtout à cacher les dents pointues qu’ils cachaient. L’Hayai secoua la tête négativement.

« Plus ou moins. Elles sont complètement inactives depuis la résonance. Il aurait peut-être été logique qu’avec l’affaiblissement de mon contrôle sur le Jikûkan, elles se réveillent progressivement. Mais ça n’a pas été le cas. »

Le Roi Dindon se propulsa dans les airs sans le moindre effort, atterrissant sur un rocher près du nukenin.

« Lorsque ta mère fut bannie de son clan, la coutume voulut que toutes les œuvres et sculptures qu’elle ait façonnée au cours de sa vie furent tous détruits. Pour protéger son secret une fois au cœur du clan Hayai, Kana a détruit toutes les traces restantes de son passé. Ou presque. »

Django plongea son aile massive dans son propre plumage, fouillant pendant quelques instants avant d’en ressortir un petit objet. Une petite sculpture évoquant un dindon dans toute la gloire de son plumage hérissé. Les détails parcourant sa surface étaient d’une précision presque surnaturelle, jusque dans les lignes du bec et la pigmentation de la tête dégarnie de plumes. Mais le plus saisissant, c’était la teinte légèrement verdâtre de la statuette, une couleur indéniablement identique à celle du chakra de Taishi.

« Briser son pacte avec moi fut l’une de ses dernières actions en tant de Kunoichi. Mais rompre un contrat nécessite une compensation. Je ne l’ai pas vu ainsi à l’époque. C’était plutôt un hommage à une collaboration fructueuse. Une preuve du courage de ta mère, prête à mettre de côté toute une partie de sa vie dans l’unique but d’être ton parent. »

Le dindon géant déposa la figurine dans les mains de l’Hayai. L’homme ressentit la texture froide du matériel utilisé, et releva les yeux vers Django.

« Une statuette fabriquée… »

« D’argile. Précisément. »


C’était bien plus que ça. Il suffisait d’étendre sa sensorialité pour ressentir l’infime présence que recelait la sculpture. Une trace minuscule, presque invisible. Mais il n’y avait aucun doute. Quelque part dans le matériel de ce faux dindon était caché une parcelle de chakra, la dernière, de son créateur. De sa mère.

« Il n’y a aucun hasard. »


_________________
Fate will wait for no one, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.

Supernova 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine
Hayai Taishi
Hayai Taishi

Supernova Empty
Mar 12 Nov 2019 - 3:55

Les yeux de l’Hayai parcouraient la statuette. Quelque chose à propos de celle-ci le captivait, mais ce n’était peut-être pas le bon mot à utiliser. Sans savoir pourquoi, c’était comme si cet assemblage d’argile représentait le monde pour lui à cet instant. Ou une présence maternelle, peut-être. Ce n’était pas simple à expliquer, mais il savait quoi faire désormais. Les yeux verts de Taishi se relevèrent vers le Dindon géant qui l’observait en silence.

« Elle sera détruite… »

Django l’observa pendant un instant, puis hocha lentement de la tête à nouveau. Taishi savait ce qu’il dirait, mais ça n’empêcha pas son cœur d’être brisé sous les échos de sa voix grave.

« La dernière présence vivante de ta mère est le prix à payer. Sans assurance que cela marchera pour autant. »

Taishi soupira. C’était l’une des lois de cet univers, tout comme celle qui dirigeait l’usage du chakra : rien n’est perdu, rien n’est créé ; tout n’est qu’une transformation d’un état à un autre. Mais ça restait cruel, incroyablement cruel. Cette femme qui lui avait donné la vie, qui avait ensuite donné la sienne pour lui. Cette femme dont il ne connaissait presque rien, dont il découvrait le passé une tragédie à la fois. Et maintenant qu’il avait trouvé sa présence, sa parcelle… Il devait l’abandonner ?

Un petit choc sur son épaule le tira de ses pensées et il tourna un peu la tête. Glouba venait de se poser, et le regardait avec intensité, son casque sous son aile. Le dindon ne dit rien, mais hocher de la tête, agitant légèrement son glouglouton. L’Hayai serra les dents un instant puis inspira. Expira.

Ok.

Il tendit la statuette à Glouba qui l’accueillit dans son bras-aile avec délicatesse, puis Taishi déboutonna son manteau verdâtre, le roulant avant de le poser sur le rocher, à côté. Avec un simple gilet noir, les bandages grisâtres recouvrant ses bras jusqu’aux coudes étaient désormais exposés, et il commença à les défaire sans davantage de cérémonie. Peut-être que la tâche l’aidait à ne pas penser à outrance.

Les mâchoires n’avaient pas changé le moindrement depuis la dernière fois qu’il les avait vues, après la résonance. Toujours ces faciès aux dents proéminentes, carnassières. Mais autrement, immobiles. Endormies. Ou mortes. Difficile à dire. L’Hayai les observa pendant plusieurs secondes avant de soupirer. Il n’était pas connu pour hésiter, et n’allait pas commencer maintenant.

Glouba lui tendit la sculpture d’argile, et l’Éclair Vert la saisit, la tenant dans sa paume ouverte.

D’abord, rien. Ils étaient mortellement silencieux, mais le soir continuait à battre son plein, inaffecté, irascible dans son ordre éternel.

Mais il y eut un soubresaut. Sa main avait-elle tremblée ? Pas exactement. C’était la mâchoire, sur ce bras, mais sur l’autre aussi. Comme s’ils humaient l’air, sentaient quelque chose qui captivaient leurs sens…

Il y eut des bruits de craquements alors que les dents grinçaient, bougeaient, s’étiraient. Taishi pouvait sentir l’émotion qui les animaient. Le besoin.

La faim. Justifiait-elle les moyens ?

L’Éclair Vert observa une dernière fois la sculpture. Elle aurait compris.

Taishi approcha la statuette de son avant-bras, et sans cérémonie, la mâchoire mordit à pleines dents dans celle-ci, déchirant l’assemblage d’argile, l’avalant en moins de quelques secondes. Le nomade ferma les yeux, ressentant cette nouvelle présence, cet étrange réceptacle pourtant parfaitement synchronisé avec son chakra.

Cette présence n’était pas perdue, il le savait désormais. Elle ferait toujours partie de lui.

Taishi rassembla ses mains tout en maintenant sa concentration. Après quelques secondes, il releva sa paume. Sur celle-ci était désormais disposé un nouveau dindon d’argile, le ton de l’argile qui le composait d’un vert plus prononcé désormais. Mais la vraie différence fut lorsque, sous les yeux globuleux mais médusés de ses deux acolytes, le faux dindon étira ses ailes lentement, comme l’aurait fait un nouveau-né.

Puis il prit son envol sans la moindre difficulté. L’Hayai regarda la création prendre de l’altitude, puis tourner dans les airs avec aisance. Glouba se gratta le crâne dégarni.

« C’est cool, mais est-ce que-»

Le dindon d’argile piqua brutalement vers la rivière, et au moment où il allait toucher l’eau, sembla briller presque imperceptiblement.

L’explosion fut titanesque.

Et lui présenta, dans sa tête…

Un océan d’émeraude…

Une supernova


_________________
Fate will wait for no one, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.

Supernova 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine
Hayai Taishi
Hayai Taishi

Supernova Empty
Hier à 23:30
Secoué, Taishi eut du mal à rester en place, la puissance de la détonation encore plus importante que celle de la démonstration de Django quelques moments plutôt. Un tel potentiel dans une si petite quantité d’argile ? Le pouvoir des Chôkokus n’était pas à sous-estimer, au dirait.

L’explosion avait complètement divergé le sens de la rivière à cet endroit, l’eau était sorti de son lit, créant une sorte de canyon ruisselant. L’Hayai se releva en constatant l’étendue des dégâts qu’il avait lui-même causé. Une autre question lui venait toutefois en tête, comment répéter l’exercice désormais ? La statuette de sa mère était consumée.

Django, qui n’avait pas semblé être très affecté par la détonation – quelle surprise – semblait lire dans ses pensées.

« Parfois, ce qu’on cherche est déjà là, à nos pieds. »

Taishi porta son regard vers le sol, ou plutôt là où la rivière avait prise place il n’y a pas si longtemps. Le lit du courant d’eau était boueux, luisant… Et légèrement brillant à la lumière de la lune qui s’élevait dans le ciel. Comment ne l’avait-il pas remarqué en repêchant son kunaï ? Ce n’était pas si simple. Ce n’était pas qu’il ne l’avait pas vu, c’était plutôt qu’il ne l’avait pas ressenti…

De l’argile.

Le nukenin se pencha pour refermer sa main sur le matériel visqueux et légèrement odorant, à la couleur pâle.

« Comment savais-tu que… »

« Nous autres dindons possédons un odorat fort supérieur à celui des humains. L’argile employé par ta mère possède un odeur particulière. La suite fut simple. »

Émerveillé, l’Hayai constata que le matériel semblait ne pas manquer en termes de quantité. S’il n’avait pas encore compris avec profondeur le fonctionnement de cette étrange capacité, c’était un point de départ considérable.

Mais aussi impressionnant soit cette découverte, quelque chose d’autre attirait son attention.

Il pleuvait. Mais il ne s’agissait d’eau, ou de cendre. L’explosion du dindon d’argile faisait retomber des particules verdâtres, brillantes, comme un million de feu follets qui avaient envahi la clairière laissée par l’explosion.

Et dans le noir, Taishi eut l’impression de voir une lumière qu’il connaissait bien. Et dans cette fausse pluie, les traces d’un chakra qu’il percevait pour la dernière fois. Comme si sa mère lui montrait un chemin qui lui était unique, comme un héritage propre à lui. Une lueur verdâtre émanait de la poche de son pantalon.

Il en sortit son vieux kunaï, celui qui avait séjourné dans la rivière pendant des années. Il miroitait de tout feux, une lumière verte qui illuminait la nuit avec davantage de force que n’importe quelle torche. Taishi observa le couteau, sans comprendre exactement ce qui se passait. Même le Roi Django semblait intrigué.

« Cette lumière… »

« La lumière du Jikukan, de l’océan d’émeraude que je traversais à travers les marques. »

Glouba, qui avait repris sa place sur l’épaule de l’Hayai, se grattait le glouglouton.

« Comme une fenêtre… »

« Hum ? »


Le dindon croisa les bras.

« Les marques Jikukans étaient comme une fenêtre ouverte entre ce monde et l’océan vert. Jusqu’à perdre moi-même ce pouvoir, c’est toujours ainsi que je l’ai considéré. Comme les fenêtres de tout bâtiment, elles te permettent d’aller à des endroits différents, qui ne sont pas censés être accédés ainsi. »

Il signifia le Kunai illuminé avec son bec.

« Or, au dirait que désormais la fenêtre qui était ouverte est fermée. On ne peut plus y passer… Mais la lumière peut toujours être aperçue de l’autre côté. »

Taishi ferma les yeux en éprouvant la marque entre ses mains et son chakra à l’intérieur.

« Je ressens autre chose. Une… Modularité. Infiniment plus précise que je ne pouvais le faire auparavant. Je ne peux plus passer la fenêtre de l’océan d’émeraude, mais je peux peut-être la construire de toute pièce… »

Il ne pouvait peut-être plus se déplacer à la manière de la lumière…

Mais pouvait-il maîtriser la lumière elle-même ?

_________________
Fate will wait for no one, Invité.

Taishi's Theme : Flying Green Light.

Supernova 56132_s
#GLOUBAFETT (Click)
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t363-hayai-taishi-termine

Supernova

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Terre :: Tsuchi no Kuni, Pays de la Terre
Sauter vers: