Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko]

Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Empty
Mar 12 Nov 2019 - 22:46


L’entrée est passée. La Sendai a parcouru les rues pour atteindre le poste administratif ou sa réintégration s’est faite sans trop de complications. Le retour à Kumo est donc effectif, et Hanae s’en réjouit. Ce qu’elle a dit à la brune est la stricte vérité, si le village se porte bien et que les envahisseurs ne sont pas des tortionnaires, alors elle ne causera aucun trouble. Son aide sera même apportée pour que la paix perdure, et son cœur sera toujours pour le peuple, et rien d’autre. Elle n’a aucune raison de semer le chaos, car à l’origine, elle reste tout de même très pacifique et se refuse à tuer pour le plaisir. Déjà, l’écarlate ne voit pas comment on peut s’amuser à assassiner quelqu’un, et n’a jamais compris l’intérêt des guerres dans leur ensemble. Ce qu’il s’est passé il y a quelques semaines entre ces murs, elle n’y a pas participé, et même si elle ne pardonne pas la violence, la rougeoyante n’a pas de raisons de se venger, puisque cela signifierait engendrer une nouvelle guerre. Les rumeurs sur les événements s’étant passés à Hi il y a un an sont une raison sans doute valable pour le chef du Teikoku, mais la Sendai préfère ne pas y penser, ni se faire un avis. Ce qui est fait est fait, et tenter d’arranger les choses par les armes est souvent une bien mauvaise idée. De son côté, elle optera pour une solution plus propre et plus pacifique, comme celle que semble prôner Rie, du moins d’après ses propres dires.

Son regard est médusé par l’état des rues l’entourant. Lors de son premier passage, l’ancienne Nukenin n’a pas voulu constater de l’ampleur des dégâts, mais désormais, elle peut laisser libre cours à sa peine de voir ce village dans cet état. Les combats ont cessé depuis la mort de Reiko, pourtant tout n’est pas encore réparé, et même ce qui l’est n’a pas perdu la marque de la guerre. Lors de son retour de mission, après l’assaut de l’empire du feu, la rubiconde n’avait pas pris le temps d’observer l’état des structures du village, trop pressée de comprendre comment les choses avaient pu dégénérer aussi vite, et on peut donc dire que c’est la première fois que la jeune femme se rend compte de l’état dans lequel Kumo a été laissé. La tristesse emplit son cœur, et le regret d’être partie en mission juste avant ces événements la ronge. Mais qu’aurait-elle pu faire que les autres n’ont pu ? Au final, elle n’est qu’une simple sotte et sa puissance est loin d’égaler celles des Heidan. D’un mouvement délicat, la flamboyante mord son pouce, et effectue quelques mudras pour appeler l’un de ses pandas. Lorsque sa main touche le sol, une fumée blanche, peu imposante, laisse apparaître une petite boule de poils noire et blanche. Elle s’accroupit, et voyant son air guilleret, elle le prend dans ses bras. Le serrant fort, la carminée essaie de ne pas penser aux souffrances du peuple qui l’a recueillie, quelques années auparavant. Elle lui dit alors :

« Voilà, Chisa, ici c’est chez moi. C’est loin d’être aussi beau que ta maison, et en plus la guerre a tout rendu bien terne, mais ce qui importe, ce sont les gens, et pas l’endroit où ils vivent. »

Le panda se détache de la sauvage, et regard autour de lui. Il semble ébahi, sans doute parce qu’il n’avait jamais été hors de la forêt des sages, et finit par tomber à la renverse, à force de tourner sur lui-même. Il se ressaisit vite, tel le fier ursidé qu’il est, et saute dans les bras d’Hanae pour s’y blottir. Il murmure alors :

« C’est pas grave si c’est moche chez toi, parce que toi, t’es belle, et y a que toi qui compte pour moi ! »

Le cœur de la kunoichi fond sur ces mots, mais ce moment de tendresse est vite interrompu par l’arrivée de quelqu’un. La personne ne peut voir que ses cheveux incandescents, et la Sendai espère que l’on ne vient pas l’interpeler pour avoir fait appel à une invocation pratiquement inoffensive. Elle se retourne alors pour faire face à l’intrus.


guests:
 

_________________
Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Empty
Jeu 14 Nov 2019 - 10:06

 
Tsunayoshi s’était de nouveau réveillé dans la chambre de Yahiko, épuisé. Ses forces revenaient petits à petits grâce aux soucieux soins qu’il lui procurait. L’alléchant pain qu’il lui avait donné lors de ses interminables phases de réveil et perte de conscience devait y être pour quelque chose. Son père devait être un excellent boulanger, la texture nuageuse mais ferme de la miche était d’une finesse sans faille et se mariait incroyablement bien avec une croûte plus croquante à la dorure resplendissante. Lui, qui n’avait mangé que de la nourriture improvisée depuis tellement longtemps en aurait presque pleuré. L’odeur exaltante qui se dégageait des pièces voisines le forçait à rester conscient pour satisfaire ses papilles gustatives.


Avant sa femme, aucun être humain ne s’était occupé du blondinet comme la famille de Yahiko le faisait. Ces quelques jours de convalescence avait renforcé, décuplé la confiance qu’il avait commencé à porter envers ce nid familiale. Des émotions perdues jusqu’alors toquait à la porte de l’oublié, il lui suffisait de l’ouvrir pour les accueillir mais il ne semblait pas encore tout à fait prêt. Néanmoins il ressentait un léger bonheur quant è la vue d’une famille en harmonie. La remise en question que lui avait procuré le blanchon était un véritable calvaire pour le déphasé. Faire partie d’une communauté de nouveau, était-ce réellement une bonne idée? Il ne connaissait pas l’étendue ou la grandeur de ce même village, n’ayant pratiquement aucune expérience du monde extérieur. Le cheminement de cette réflexion menait vers une autre problématique: au plus une ville était développée, au plus sa démographie l’était. La populace affluant telle des oiseaux migrateurs vers des sociétés plus pesantes dans le monde. De ce fait, la gangrène qu’était la félonie humaine était bien plus présente. Mais alors, peut être que cela pouvait représenter un autre moyen de purger le mal qu’il condamnait?


C’est d’une journée emplit des chaleurs des rayons du soleil que Tsunayoshi avait enfin la force de se lever du confortable lit. Il était tout de même légèrement faible mais ce n’était pas sa première fois dans cet état. De temps en temps, il pouvait connaître les limites de son corps. Il posait ses jambes au sol et forçait une première fois. Ses genoux vacillaient jusqu’à en faire trembler ses jambes. Les jours passaient sans l'utilisation de ses muscles. L'atrophié s'aidait légèrement de ses bras afin de se mettre debout, il restait appuyé jusqu'à sentir la sensation d'oscillation musculaire diminuer. Il se tenait enfin sur ses pieds, droit mais sans fierté, une étincelle brillait tout de même dans ses pupilles meurtris. L'agitation de son cerveau et de ses muscles révélait en lui un certain amusement. En plus d'être un psychopathe, ces temps-ci, était-il masochiste? Toujours en phase de réflexion, Yahiko entrait dans sa chambre, c'était la sienne, après tout.


Il regardait fixement le ninja qu'il avait en face de lui. Un léger chatouillement parcourait son estomac pendant quelques secondes, la même sensation qu'il avait ressentit en voyant l'étrange demi-cercle en acier. Cette même intuition qui était synonyme de changement. Les pommettes du blondinet se peignait d'un timide rouge en repensant aux derniers propos qu'il avait tenu avant d'alterner conscience et inconscience. Cependant, il pensait qu'il serait bon de donner une chance aux dires du Sendai. Il avait déjà tout perdu.


" Je pense que j'aimerai faire un tour dans Kumo. Est-ce que je peux encore abuser de ta bonté pour me faire visiter? Le doute s'est installé en moi. Notre rencontre n'est peut-être pas seulement dû au hasard. "


La réponse de celui-ci fut positif et l'incitait à se changer en lui donnant son habit qu'il avait eu la décence de nettoyer. La gentillesse du jeune homme était sans faille, Tsuna le remerciait en se courbant jusqu'au menton de celui-ci. Un geste qui valait beaucoup plus que des mots. Il prenait son kimono et l'enfilait avant de se mettre en route dans les rues du village, suivant son guide. La sortie dans la nature obligeait les yeux de Tsuna de s'y habitué. La violence de la lumière naturelle était telle qu'elle arrachait des lames des Iris du jeune homme qui protégeait maintenant ceux-ci à l'aide de sa main tatouée. Sa vision s'accoutumait enfin et il percevait les ruelles du village caché - pas si caché - . Le quartier dans lequel ils étaient semblaient en paix et tranquille mais au plus leur promenade avançait dans le temps, au plus Kumo dévoilait une autre facette de son visage. La destruction était de plus en plus apparente jusqu'à en devenir omniprésente.


Les bâtisses étaient en ruine, des pancartes de commerces étaient en morceaux. Une peinture de désolation. Parmi les décombres nous pouvions voir des personnes de tout âge rechercher des restant de leurs biens, s'accrochant au peu de matérialités qu'ils pouvaient sauver. Ce n'était pas leur situation qui faisait peine à voir mais surtout leur comportement. Tsunayoshi ne pouvait s'empêcher de penser que plutôt que de perdre du temps en essayant d'assembler un puzzle aux pièces manquantes, ils pouvaient mettre de l'énergie à tout reconstruire. C'était, quant à lui, une perte de temps que de s'accrocher à des morceaux palpables du passé. Il secouait légèrement la tête, pauvres moutons. Il demandait à Yahiko ce qui avait bien pu se passer pour qu'une partie de la cité se retrouve dans un état si lamentable et c'est là qu'il apprenait la prise de pouvoir par la force d'une faction, d'une puissance plutôt, nommé le Teikoku. Plus aucun Kage n'était vivant, le village était maintenant sous le contrôle d'une dénommé Rie. De nouveau, l'esprit de l'indécis se voyait affluait de toutes sortes d'idées. Une prise de pouvoir par le biais de la force n'allait pas rester impunis. L'égo de certains des natifs ne pourrait que se manifester, certains voudraient reprendre le contrôle, d'autres seraient surement en désaccord avec les idéologies de cette suzeraine forcée, aveuglée par la haine de leur propre impuissance. Mais la pluralité accepterait leur sort, baissant la queue tel des chiens dressés ou peureux.


Au fil de l'explication du ninja, les papillons se faisaient ressentir, encore plus fort cette fois, dans le ventre de l'adulte. De léger frisson parcourait son corps, cette sensation prenait maintenant le contrôle de la totalité de son corps. La roue du destin recevait le courant nécessaire à son bon fonctionnement, Tsunayoshi devenait alerte et cherchais du regard. Il entendait une voix qui lui semblait familière, au loin. Il ne se doutait pas de ce qui allait lui arriver. Ses iris fixait maintenant une silhouette immobile qui devenait de plus en plus clair. Les deux Hommes se rapprochait, enfin, il percevait une chevelure flamboyante, la même qu'il avait rencontré ce fameux automne. Il s'arrêtait, la personne était mais son ossature révélait la nature du sexe féminin. Soudain, elle se tournait.


Le temps semblait s'arrêter. Les deux personnages se regardaient. Les yeux se peignait de la lueur incandescente de son âge d'or. Le destin était vraiment d'une perversité sans fin et sans loi. Le sort lui réservait des surprises, une personne qu'il avait oublié. Ses émotions frappait puissamment à cette porte qu'il avait refusait d'ouvrir plus tôt. Il l'empoignait et l'entrouvrait légèrement, laissant apparaitre enfin une partie de son fort intérieur. Hanae, c'était bel et bien Hanae. Il n'en revenait toujours pas. Elle semblait avoir gardé le même pétillement d'antan, elle avait grandit, vraiment grandit, le sosie de sa soeur. Un sourire de joie, une expression de surprise, de mélancolie renforcés par une coulée incessante de larme. La non-réaction était rare chez le blondinet et pourtant elle était là. Il était immobile, figé. Il avait perdu tout espoir et de ce fait ne pensait jamais plus revoir cette naïve et craintive petite fille dotée d'une intelligence prématurée mais elle se tenait debout, en face, vivante. Le surpris arrivait à balbutier quelques mots à peine perceptibles.


" Est-ce vraiment.. toi..? "


La sortie de cette simple phrase fut l'exorcisme de ce qui bloquait ce qu'il ressentait. Sese genoux tombaient à terre, le choc était trop intense et les forces qu'il avait récupéré étaient maintenant utilisées pour remettre son esprit en état. Le cataracte formé par ses sanglots brouillait sa visibilité. La réaction faciale de Yahiko, pour une fois, laissait paraître une grande surprise. La réunion de ses trois personnes maintenant, au stade de sa vie avait une signification. La vie forçait peut-être le blondinet à croire, de nouveau.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Empty
Jeu 14 Nov 2019 - 22:20
-"Hé bien, je n'aurai jamais pensé que tu te donnerais autant pour Tsunayoshi", commençais-je d'un sourire amusé.

Mon père adoptif ne riait pas, il se concentrait énormément dans son travail, comme s'il avait quelque chose à prouver. Je l'avais tenu au courant de la situation pendant la nuit, et sa gentillesse était telle qu'il y voyait comme un autre fils adoptif à nourrir. On pouvait quelque part comprendre que le poids de ne jamais avoir pu enfanter le pesait, et l'amenait à toujours faire de son mieux pour les personnes qu'il avait sous sa charge. Je ne m'en plaignais pas, au contraire.

-"Si je ne m'occupe pas de le nourrir, qui va le faire ? Je n'ai pas l'intention de te laisser lui faire à manger, il faut qu'il se rétablisse, pas qu'on l'achève !"

Une moue se dessinait sur mon visage, tandis que mes yeux cherchaient au plafond les quelques souvenirs que j'avais des fois où j'avais tenté de cuisiner. Pour résumer simplement, il fallait imaginer la cuisson parfaite d'un plat et se dire que j'étais incapable de la trouver. De Jeanne d'Arc au grand glacier, les talents de mon père adoptif avaient le déshonneur de ne pas m'avoir rendu autonome à ce sujet là. Mais qu'importait, j'avais la liberté de faire tout autre chose.

-"Je vais regarder comment il va", dis-je avant de tourner les talons vers la porte de ma propre chambre.

Tapant quelques coups sur le bois de cette dernière, j'appuyai sur la poignet et jeta un regard dans la pièce, en direction du lit. Je remarquai rapidement ses yeux ouverts et l'air réveillé, et me permit d'entrer. Rapidement, avec tout le tact dont il faisait preuve, il me fit partager les envies qu'il avait concernant cette journée. Inutile de préciser qu'il était trop faible pour procéder à un entraînement ou à quoi que ce soit de physique, alors dans un mouvement de tête positif, j'acquiesçai.

-"Oui bien sûr, mais nous mangerons avant de sortir, Kabuto nous a préparé un petit quelque chose."

Honnêtement, il avait principalement préparé des mets "d'exceptions" pour Tsunayoshi, moins pour moi. Logique, nous n'étions pas les plus aisés et il n'y avait aucune raison de me rendre honneur. Cela dit, l'état de santé du blondinet lui tenait à coeur, et ça faisait plaisir à voir. Le repas s'était passé assez calmement, alimenté par des discussions assez basique sur les nouvelles du jour, il fallait dire que mon père adoptif ne voulait pas harceler notre nouveau camarade de questions, se disant qu'il fallait le ménager un peu. Et une fois que le repas fut fini, nous nous mires en route pour cette balade dans Kumo.

Celle-ci fut agrémentée par une discussion sur le village, sur son passé récent, sur son état actuel, et sur le futur qui pouvait l'attendre. Je lui avais précisé que je n'étais pas là pendant sa destruction, que je n'avais pas pu défendre qui que ce soit ou quoi que ce soit, et que j'avais même perdu un élève. Parfois, je me remémorais Isami. Lorsque je réalisais que je ne cherchais pas à me venger de sa mort, j'avais l'impression de le trahir. Et pourtant, je l'avais réellement apprécié. La réponse à ce paradoxe était probablement de se dire que le véritable méchant n'était pas celui qui refusait d'engrosser le cycle de haine, mais bien celui qui l'enclenchait.

Tristement, la raison pour laquelle le Teikoku avait attaqué et avait tué était juste et logique. J'étais parfois heureux d'avoir été absent pendant ce tragique événement, incapable de savoir quel parti j'aurai pris.

Nous continuions de marcher pendant ce temps, nos regards se perdant sur les bâtisses en reconstruction, sur les monuments parfois préservés, sur les villageois qui s'était plus ou moins accommodés à cet état de misère. C'était triste, mais tant qu'il y avait de quoi se sustenter, la misère restait vivable. En voyant cela, j'eu l'idée de parler à Tsunayoshi de la manière avec laquelle j'appartenais au village. Je lui avais parlé hier, avant qu'il ne s'endorme, d'une façon pour moi de vivre en communauté. Non pas en patriote, non pas en pion abruti qui voyait le village comme l'équivalent d'un dieu, mais plutôt en défenseur de la paix. J'insistais sur le fait que je n'étais pas plus ninja de Kumo que lui, que j'avais évidemment fait mes preuves aux yeux des autorités, mais qu'elles servaient principalement parce qu'il y avait des innocents à sauver.

La preuve étant, je ne comptais même pas anéantir le Teikoku.

Enfin, dans notre marche et au cours de cette discussion, je vis mon camarade s'arrêter à la vue de quelqu'un. Même en plissant les yeux, je n'étais pas capable de la reconnaître. Je m'approchai lentement et reconnu la silhouette. Son prénom ne me vint pas directement à l'esprit, mais je savais que je l'avais déjà vue. Soudain, mon regard s'écarquilla tandis que je réalisais à qui j'avais à faire. Une autre camarade Sendai, mais surtout, un déserteur du village. Elle était de retour, et ça pouvait présager le retour d'autres déserteurs pour reprendre discrètement le contrôle de Kumo.

Ma main se dirigea à toute vitesse sur le pommeau de mon Katana, situé à mon dos. Sans le dégainer, je gardais ma prise dessus tandis que mon regard ne la lâchait pas une seule seconde. J'étais prêt à réagir à tout moment.

-"Sendai Hanae... pourquoi êtes-vous ici ?"

Sans le contexte actuel, j'aurai été très heureux de la voir de retour. Mais Kumo n'était pas en état d'être la cible d'une nouvelle attaque, surtout si elle était orchestrée par des gens qui faisaient tourner les engrenages de ce fameux cycle de haine.

_________________
Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Zeah


Dernière édition par Sendai Yahiko le Mer 20 Nov 2019 - 23:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Empty
Ven 15 Nov 2019 - 20:21
L'intrus est en fait un duo, et pas n'importe lequel. Du peu de personnes que connaissait Hanae dans ce village, il fallait qu'elle tombe sur deux d'entre elles en même temps. Une chance ? De la poisse ? Eh bien, la réaction du premier des deux semble assez prompte et très inattendue. Pourtant, au fond d'elle, l'écarlate sait que s'il ne l'avait pas fait, alors c'est elle qui aurait bondi dans ses bras. Mais son état semble inquiétant, et sa démarche jusqu'à elle avait été assez compliquée, cachant des sévices probablement assez violents. Que lui est-il arrivé en l'espace de cinq années ? Pourquoi cet homme à qui elle doit sa force et sa vie actuelle se trouvait aussi amoindri ? Alors que les deux se détachent, son regard se porte alors sur l'autre personne. Elle ne l'a vu qu'une fois, et son appartenance à son clan ainsi que ses propos très pacifiques et rassurants pour elle, malgré eux, lui avaient fait obtenir la confiance de la rubiconde. Essuyant une larme qui s'est glissée là, sans qu'elle s'en rende compte, la jeune femme recule d'un pas. Yahiko semble sur la défensive alors que Tsuna n'a pas hésité à lui sauter au cou. Sans doute que le premier la croit ici pour une quelconque vengeance, entrée par malice pour aller assassiner quelques membres du Teikoku, et que le second s'en fiche car il la connaît et lui fait confiance ?

"Tsuna... Que t'est-il arrivé ? Et... que fais-tu à Kumo ? Pourquoi tu as l'air si... détruit ?"

Sans prendre de pincette, celle que le blond avait connu si dévastée demande ces choses qui lui semblent importantes. Peu importe que ça soit difficile, après tout elle lui a parlé de ses deux années de tortures, et de ce que cela a engendré, alors la flamboyante ne se demande même pas si son sauveur risque de mal prendre ses questions. Du coin de l’œil, la Chûnin voit que Chisa commence à se déplacer lentement vers l'autre Sendai. Son regard est vif, il n'apprécie pas du tout qu'une personne qu'il ne connaît pas pose la main sur le pommeau de son katana. Alors qu'il se tient assez près pour bondir sur l'immaculé, son invocatrice l'interrompt.

"Chisa, ce n'est pas un ennemi. D'ailleurs, s'il réfléchit un peu, il comprendra que je ne suis pas ici pour semer le chaos."

Un léger sourire se dessine sur ses lèvres. La carminée saisit son bandeau frontal, dans l'une de ses poches. Elle ne l'a jamais abandonné, mais le cachait jusqu'ici, là où elle allait, pour ne pas être attaquée sans sommation. S'aidant de sa mâchoire pour le serrer, elle l'attache à son bras gauche.

"Je ne pense pas que cela suffise pour vous convaincre, mais je suis toujours profondément attachée à ce village. D'ailleurs, je suis revenue, et j'ai ployé le genou devant celle qui en tient les rênes au nom du Teikoku, pour être pardonnée. Je ne sais pas comment tourneront les choses pour moi, mais je sais au moins que j'ai eu le droit à une seconde chance."

Son regard revient alors vers Tsuna, à qui elle adresse un merveilleux sourire. Son état l'inquiète, mais elle sait que son mentor voudra par-dessus tout la voir heureuse. Et malgré les circonstances actuelles, le fait de revoir ces deux hommes la rend vraiment joyeuse. C'est d'ailleurs étrange, venant d'une femme que les hommes répugnent.

"La situation ici ne m'enchante pas, c'est pourtant le seul lieu que je considère comme ma maison, et d'autant plus depuis que j'ai découvert que Tsuna se trouve ici. Si ce qui vous inquiète est que je veuille semer les graines de la rébellion à Kumo, alors vous pouvez vous rassurer, je ne suis pas votre ennemie..."

Cette situation la dérange, pour une certaine raison. Elle se dirige alors vers le petit panda, qui se trouve à mi chemin entre elle et l'homme au katana, et le prend dans ses bras, de nouveau. Bien entendu, elle ne fera pas ce genre de choses avec Yahiko, qu'elle ne connaît pas assez pour en arriver au point d'être tendre avec.

"J'y pensais, d'ailleurs... Je devrais arrêter de te vouvoyer. Nous n'avons pas tant d'années de différences, et nous ne sommes pas des inconnus, l'un pour l'autre."

Un sourire timide se dessine sur ses lèvres. Elle regarde de nouveau l'homme plus âgé, avec une peu de peine...


_________________
Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Empty
Mar 19 Nov 2019 - 19:35

 
Le blondinet était perdu dans une puissante tempête d'émotion qu'il avait oublié jusqu'alors. Apercevant l'évolution de la petite, devenue une grande adulte de sang froid et de force il essayait de réunir le peu de fierté qu'il pouvait lui rester. Qu'est ce qu'il lui était arrivé depuis cette rencontre hors du temps? Beaucoup de chose. Principalement de la création, sa plus grande, néanmoins la destruction d'un tel chef d'oeuvre avait des conséquences désastreuses sur un Homme qui avait mit des années à comprendre qu'il pouvait toucher le bonheur et au fond de lui, il le savait, ce n'avait été que le commencement, il aurait pu voir le futur de son fils, peut-être avoir d'autres enfants, qui sait? Mais l'heure n'était pas à ce genre de pensée, son état pitoyable et son dysfonctionnement ne le lui permettaient plus.


La suite des réactions de la rouquine et du blanchon était tout de même étonnant et révélait un passé mystérieux. Une histoire de vengeance, encore? Une simple histoire de coeur? Après tout, Hanae était en âge, bien que son passé devait certainement lui interdir une quelconque relation avec un homme. Le ninja qu'avait recueilli Tsunayoshi gardait sa main sur la pomme de son sabre, prêt à le retirer de son fourreau à tout moment quant à la miniature petite bête, semblant être un mignon panda, s'approcher de son sauveur, les crocs légèrement sortit. La jeune fille rappelait sa créature à l'ordre ne manquant pas de reprocher subtilement -ou pas- le manque de jugeote à propos de la réaction défensive du jeune adulte. Elle n'avait pas perdu son tranchant verbale, allant toujours droit au but. Elle se justifiait de sa présence en attachant le bandeau frontal du village autour de son bras gauche, étrangement, cela lui allait à merveille. L'homme aux cheveux dorés avait tout de même garder ses capacités intellectuelles, il en déduisait donc qu'elle avait possiblement déserté son village. Ses cinq années à elle aussi n'avait pas été de tout repos.


Sa présence n'était clairement pas anodine, après les francs propos de la Sendaï, Tsunayoshi relevait sa jambe gauche et posait sa main sur son genoux. Il appuyait son poing droit au sol et forçait de ses quatre membres pour se relever. Il hésitait à répondre évasivement à la question qu'avait posé plus tôt l'impromptue rencontre. Hésitant, il tournait son regard entre Hane et Yahiko. Enfin, ses iris dorées se perdaient à l'horizon, transperçant Hanae tel un fantôme. Il touchait le nouveau tatouage qu'il avait reçu dans son cou, après sa dernière mésaventure qu'avait était la mort de son futur. Il représentait une sorte de porte, une flamme surmontant celle-ci, la porte menant au monde du feu de la destruction et de la création dans le langage perdu de ses ancêtres. Ce tourbillon de sentiment qui bourdonnait en lui, il l'empoignait avec force et l'acceptait. Il allait s'ouvrir.


" Je... Ces cinq années... Ont été merveilleuses, pour la plupart.. Tu sais... On est toujours è la recherche d'un certain but, c'est un paterne physique, un rôle qui nous est attribué. J'ai réussis à trouver mon bonheur, une femme qui a accepté de me canaliser. Elle a ouvert mon poing pour combattre toutes les fausses idées que je m'étais forgé, elle a bercé ma solitude pour l'endormir, elle m'a fait monter les marches jusqu'à la meilleure version de moi-même. Une rencontre fortuite... Nous avons développé des sentiments assez puissants pour créer une maison et donner naissance à un magnifique petit être. Il a la même couleur de cheveux que toi... Avait... "

Il marquait une courte pause. C'est à ce moment précis qu'il se rendait compte que sa rage l'avait consommé au point qu'il n'avait jamais pu faire le deuil et apporter un départ sain et serein pour les personnes qui lui avait tant apporté. À peine avait-il eu le temps d'effleurer le futur et son ataraxie qu'on le lui avait déjà enlevé. La vue de cette scène traumatisante l'avait de nouveau transformé en un animal, ce qu'il avait été avant cette heureuse rencontre qu'avait permis son ennemie la destinée. Des larmes perlaient sur les joues de Tsuna, il penchait sa tête vers le bas et essuyait sa tristesse. Il regardait Hanae.


" Avait.. Mais comme je te l'avais dit, les Hommes sont des animaux dont la félonie ne peut-être mise en cage Il brulent les sages pensant écrire une poésie, la minorité finit toujours pas se faire pervertir par l'immoralité. Ils nous ont prit tout ce que nous avions réussis à construire, absolument tout... Ils m'ont donné le choix de sauver l'un des deux et... Hanae... J'avais cinq secondes pour choisir, peu importe comment je me torturais l'esprit, c'était impossible, impossible de choisir entre mon futur et mon amour.... - De nouveau, il pleurait toutes les larmes qu'il n'avait jamais pu sortir à propos des ses chers disparus. - Encore maintenant, peu importe le nombre de fois que je me passe ce souvenir dans mon esprit, je ne peux donner de réponse. J'ai demandé à prendre leur place en échange de la leur mais ces acerbes créatures ont choisis de leur.. écraser le visage avec une masse.... - Il avalait un peu de salive, reprenait son souffle. - Le silence n'Avait jamais était aussi bruyant dans la violence, je venais de tout perdre, mon ancienne haine, mon aversion, ma rage sont revenues et ont emmené mes pas vers une sale route de sang et de vengeance. "

Les souvenirs de leur rencontre lui revenait.


" Souviens toi de mes propos... J'ai finit par détruire les derniers morceaux qu'il restait de mon âme.. J'ai vagabondé jusqu'à l'évanouissement, ce sont les idéaux de paix de Yahiko qui ont finit par me trouver et me sauver. Je le remercie encore. - Il se tournait vers l'homme en question et hochait la tête en guise de remerciement avant de plonger de nouveau son regard vers la Kunoïchi. - Il m'a proposé de rejoindre le village après une grande discussion et était en train de me le faire découvrir avant de faire ta rencontre.. "

Il semblait avoir facilement accepté le sort qu'il avait vécu ses derniers mois, finalement, bien qu'il n'en avait que très peu de souvenir au vue de l'état léthargique dans lequel il s'était trouvé. Avec tout ce qu'il avait vécu, il n'avait aussi plus conscience de l'ampleur des malheurs qui lui était arrivé. Son fatalisme avait évolué à un point qu'il considérait ceux-ci comme "normaux" dans ce monde. Toujours est-il qu'il garderait la tristesse qu'il lui restait à dépenser, à propos de sa femme et son fils, dans ses moments de solitude, le peu d'égo qui lui restait face à ses deux jeunes gens, il voulait le garder.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Empty
Mar 19 Nov 2019 - 22:22
La main sur mon pommeau, mon regard ne lâchait pas Hanae, et alternait de temps en temps entre elle et son familier qui pouvait être un danger autant qu'elle. J'appréciais beaucoup la Sendai qui me faisait face, mais mes idéaux de paix me rendaient prêt à surpasser mes émotions pour combattre mes amis. Au point de les tuer ? Non, je n'en étais pas à ce stade de monstruosité. Je voulais qu'elle m'assure qu'elle n'était pas là pour alimenter la haine, pour aider la rébellion à entretenir le massacre qui allait se produire. La paix ici n'était que fragile, la guerre était en sursis. Le gaz était déjà répandu, et mon rôle était d'éviter qu'Hanae soit l'étincelle qui fasse tout exploser.

Je regardai leurs affectueuses retrouvailles avec méfiance, même si j'étais tenté de m'apaiser. Je ne savais pas ce qu'ils avaient vécu ensemble, mais il valait mieux ça qu'une rencontre entre deux personnes qui se détestent. Une fois leur étreinte desserrée, il était l'heure des confessions. La nouvelle Kumo-Jin avoua ce qu'elle avait derrière la tête, et même si tout cela était évidemment facile à dire, ma main se desserra de ce qu'elle enfermait. Je n'avais aucune haine contre la rouquine, qu'un désir de protection de la paix, et elle n'avait aucune raison de mentir sur ses agissements. Si elle voulait éclater Kumo, il y avait toutes les raisons du monde de le vanter. Après tout, il y avait nombre de partisans de cette cause au village.

-"Excusez-moi, je voulais m'assurer que vous ne soyiez pas une ennemie du village."

Plutôt que de maintenir ce climat de gêne, je préférai laisser place à un léger sourire qui se dessinait légèrement sur mon visage. Mon bras qui tenait l'épée se détendit, et je le laissais tomber le long de mon corps.

-"Ca marche, j'ai cette mauvaise habitude, désolé."

Pendant les minutes qui suivaient, je restais en retrait. J'écoutais avec attention et respect l'histoire du jeune Sawada, ce qu'il n'avait pas pu me dire. Hanae avait pu être le médiateur qui me permettait d'en apprendre un peu plus à son sujet, et quelque part, j'étais un peu honteux. Peut-être n'étais-je pas supposé savoir tout ça, et peut-être que je me retrouvais dans une situation dans laquelle je ne devrais pas être. D'un autre côté, je me rassurais en me disant que si Tsunayoshi se lâchait, c'était sûrement parce qu'il en avait besoin. Je ne serais pas là pour le juger ou l'ennuyer, voilà l'important.

Je compris ainsi ce qu'il lui était arrivé. Sans aucun mot, sans que mon faciès ne se déchire par la tristesse de l'événement, je m'approchai lentement de mon nouveau camarade et posai une main sur son épaule. Une main de soutien, une qui voulait l'aider à surmonter cette épreuve qui semblait impossible à surmonter. Il n'y avait aucun mot, aucune leçon à donner. Cette discussion, elle était entre lui et Hanae.

-"Je l'ai découvert presque inconscient aux portes du village, je ne sais pas quel chemin il a fait pour arriver là, mais il ne l'a pas fait pour rien."

Ma main se serrait un peu sur l'épaule du KumoJin. Rien de douloureux, évidemment. Elle visait surtout à lui transmettre toute ma détermination à surmonter cette épreuve, afin de l'aider à démarrer sa nouvelle histoire. Son nouveau départ.

_________________
Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Empty
Mer 20 Nov 2019 - 23:02
Le récit de Tsunayoshi retourne directement l’estomac de la rougeoyante. Du peu qu’elle en savait avant ce jour, la vie du blond était proche de l’opposé du bonheur, et il a fallu que le sort s’acharne un peu plus sur lui. Finalement, le lien qui unit ce duo est plus fort qu’on ne peut l’imaginer, et même si les différentes péripéties subies par l’un et l’autre ne sont pas forcément similaires, le malheur les frappant semble pourtant identique. Une femme, et un fils. En l’espace de quelques années, le solitaire avait réussi à repousser les frontières de sa solitude pour y faire entrer une personne, avec laquelle il a pu fonder une famille. Tout cela s’est envolé avant même que la Sendai n’ait pu le féliciter ou rencontrer ces personnes qui ont sans doute redonné goût à la vie au malheureux.

La poitrine de la sauvage se comprime à l’écoute de ces mots, et rien ne sort de sa bouche pour le réconforter. Il n’y a pas vraiment de mots dans ce genre de situation, et la compassion est la meilleure des aides. Chisa, de son côté, roule jusqu’au mentor de sa maîtresse pour venir délicatement – ou pas – enlacer sa jambe. L’écarlate se tourne alors vers Yahiko pour entendre ses mots, car les interrogations et réponses de la Kazejine étaient allées dans toutes les directions, dès son arrivée. Ce-dernier n’a pas changé et même si elle n’est pas intime avec lui, elle arrive à s’en rendre compte, du peu qu’elle sait de lui. Cela l’aurait sans doute fait sourire, si l’histoire de Tsuna ne lui avait pas coupé l’envie de rire. En quelques pas, elle revient à hauteur du pêcheur, et se saisit de ses mains. Le simple contact avec un homme lui provoquerait une sensation de rejet, et pourrait même avoir des répercussions sur son état physique et mental, mais celui-ci entre dans une autre catégorie, alors elle peut se permettre d’agir ainsi.

« Je suis désolée, Tsuna. J’aurais aimé être là, pour pouvoir t’aider, pour voir ta femme, ton fils, pour participer à ta vie et empêcher le malheur de te frapper encore. Malheureusement, ce qui est fait est fait, et je ne peux les faire revenir, quand bien même j’y mettrais tous mes efforts. »

Son regard se pose alors dans celui de l’immaculé, et elle lui adresse un sourire, dépourvu de joie, mais se voulant reconnaissant. Yahiko n’était pas là pour l’aider, mais lui ne le connaissait pas avant, alors il n’y est pour rien, et le fait de l’avoir recueilli est déjà bien plus que ce qu’aurait espéré la rubiconde.

« Merci, Yahiko. Je sais que tu ne l’as pas fait pour moi, ou pour quiconque excepté Tsuna, mais le fait de lui venir en aide compte beaucoup pour moi. »

Des enseignements de celui-là même dont elle tient présentement les mains, la jeune femme se dit que son « cousin » est un être digne de confiance. Celle-ci s’entretient sur la durée, et il pourra toujours la perdre si son attitude dévie de ses mots, mais ce n’est pas quelque chose que peut imaginer la réintégrée.

« Je ne peux annuler ce qui est fait, mais je peux empêcher des atrocités de se produire dans le futur. Dorénavant, je ferai en sorte que le malheur ne t’accable plus, Tsuna. Je te protègerai et t’aiderai à remonter la pente, comme tu m’as aidé à repartir de l’avant. Mais je ne m’arrêterai pas ici. J’ai vu des choses… »

Bien obscures, de l’autre côté de la mer.

« J’étais à Kiri, durant les dernières semaines, j’y ai récupéré de puissants alliés, comme Chisa ici présent, mais j’ai aussi vu des dégâts immenses. Je ne sais pas si autre chose que la guerre civile mentionnée dans le kunaï émoussé s’est produit, mais Kumo n’est pas le seul village caché à avoir subi de lourdes pertes. Heureusement pour eux, leur village tient toujours et leur appartient encore, mais pour combien de temps ? »

Pour prendre le temps de respirer, la carminée s’interrompt, serrant un peu plus les mains de son ami et sauveur.

« Je suis Kumojine, et pourtant je ne compte pas faire la guerre pour le seul plaisir de libérer ce village. Cependant, ce qu’il se passe dans le Yuukan tout entier m’est insupportable, et je veux que cela cesse. Ne pensez-vous pas que tout ceci n’a que trop durée ? Les guerres, les massacres, le crime dans sa généralité… Je n’ai cessé de me battre et de persévérer pour protéger ma vie et celles de ceux que j’aime, mais le malheur de tous m’importe. »

Son incertitude se dessine sur son visage. Son retour à Kumo n’est certes pas pour semer le chaos, mais elle ne compte pas pour autant rester inactive.


_________________
Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Empty
Sam 23 Nov 2019 - 8:49

 
La main poignante, apaisante et emplit d'énergie de Yahiko ; Les mots vibrant d'encouragement et de réconfort sonnait le malheureux. Il sentait la sincérité de l'atmosphère de cette scène. Une phase de reconstruction en ce tableau emplit de destruction, Tsuna commençait à comprendre ce qu'était une confiance placé en une personne autre que lui-même ou ses défunts. Il se souvenait des paroles de son épouse lors d'un débat qu'ils avaient quant au doute et à la croyance en la bonté d'une personne, l'hypocrisie de l'Homme. Une pensée qui avait saisie le jeune homme tant la volonté idyllique de sa femme était forte.


" Il vaut mieux croire que douter, Tsu'. Les gens ne naissent pas bons ou mauvais, ce qu'on a à la naissance c'est l'envie de manger ou de posséder, de connaître et de voir pour apprendre, la curiosité. Seulement des désirs. La bonté est comme le développement du corps: elle grandit au plus profond de soi. C'est pour ça que chacun doit avoir sa propre forme de gentillesse. Il est donc facile et honnête de se méprendre et de la trouver hypocrite. Douter et à la portée de n'importe qui, croire ne l'est pas et on se doit de le faire et continuer à le faire. Parfois la vie nous oblige à vivre avec les conséquences de nos actes... Ce que nous avons à nous demander à ce moment là est: Quelle genre de personne ai-je envie de devenir? Le genre qui recommence après chaque erreur ou le genre qui vit avec et avance? "


Ce questionnement résonnait dans l'esprit du blondinet, ses yeux s'enflammaient faiblement, il savait ce qui lui restait à faire. Reprendre des forces, retrouver sa puissance devenir meilleur. Peut-être pouvait il protéger et unir le destin de tout ses malheureux et honnêtes personnes. Il serrait son poing droit en entendant la fin du discours de la rouquine. La haine de ce monde ne pouvait être annihiler, la guerre existerait en tout temps et tout lieu, tant que l'esprit, le cerveau et l'intelligence existeront, l'avidité créera le désastre et la mort. Comment détruire quelque chose d'aussi invulnérable et immortel? Lui-même avait passé des années a essayer de protéger pour fournir ne serait-ce qu'un léger changement dans le grand amas qu'est l'humanité mais aucun résultat n'en était ressortit. Il avait essayé d'agir autrement en prenant le mal d'organisations visant la souffrance ou la vente d'autrui directement à la source. Mais certaines, plus petites, en avaient profité pour grandir et prendre le relais pendant que d'autres voyaient la lumière de l'ombre. Il pensait tout deux même à deux moyens mais dont les objectifs étaient extrêmement difficiles à atteindre.


" Mmh... La lumière ne peut pas exister sans l'obscurité Hanae... mais peut-être y-a-t-il deux moyens pour faire disparaitre pendant un temps la grandes part d'ombre du monde. Un ennemi commun, qui rallierait tout les ninjas du monde, tout en s'assurant d'avoir quelqu'un qui ferait en sorte de garder la paix le plus longtemps possible, une fois que ce ou ces même adversaires seront anéantis. Sinon... L'unification de toutes les nations en usant de moyens pacifiques dans un premier temps mais utiliser des moyens... mmmh.... drastiques si refus du pacifisme. Je peux apprendre à être pacifique mais je garderai toujours mes armes à mon côté. "

Il n'avait pas oublié la partie dont avait parlé Hane sur Kiri, de même il réfléchissait rapidement et se tournait vers Yahiko.


" J'accepte de rester dans le village. Merci pour tout ce que tu as fais. - Il regardait maintenant sa vieille connaissance en posant sa main sur sa flamboyante chevelure. - Merci à toi aussi, je vois que tu as bien grandis, j'espère que ta route a été plus heureuse que la mienne et que tu as gagné un mignon allié. Je vais me reconstituer, peu importe le temps que cela prendra, je le ferais. "


Il enlevait sa main du crâne de la shinobi et le laissait retomber sans amortir sa chute. Il ne fallait pas oublier l'était tout de même encore faiblard du garçon. D'ici quelques jours il irait mieux.


" Peut-être pourrions-nous nous trouver un endroit pas très loin pour s'assoir et parler, si vous voulez. "

Le blondinet attendait dorénavant la décision de ses deux compagnons.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Empty
Lun 25 Nov 2019 - 17:24
L'espèce de tension qu'il y avait entre ma lointaine cousine Sendai et moi n'avait pas duré : ce n'était pas le but. Nous fûmes rapidement d'accord sur le fait que personne ici ne voulait une guerre sanglante et insensée, ni pour Kumo ni contre Kumo. Peut-être étaient-ils d'accords avec moi sur le fait que la meilleure des façons d'obtenir la paix, c'était de ne pas chercher la guerre. Le pardon, l'oubli, et surtout ne pas entrer dans la quête de vengeance, même si celle-ci était tentante, même si elle était justifiée. Même si l'on pouvait avoir l'impression d'insulter la mémoire des défunts en ne faisant rien.

Acquiesçant d'un signe de tête les remerciements d'Hanae, en partant du principe que mes actes étaient normaux, j'écoutais avec intérêt la suite du discours de la femme aux cheveux rougeoyants. Ses paroles concernaient Kiri et sa situation, et ma curiosité fut attisée lorsqu'elle évoqua ses volontés. Elle voulait faire cesser la haine, elle voulait agir pour la stopper. Ca me plaisait. Comptait-elle se déplacer de village en village pour étendre la paix ? Quels étaient ses moyens ? Comment comptait-elle s'y prendre ? Un premier échange eu lieu entre Hanae et Tsunayoshi, et je me devais de ramener ma fraise.

-"Je suis du genre à penser qu'on peut, dans 90% des cas, résoudre les problèmes par la discussion. Et pour ceux qui ne savent pas discuter, il reste les poings...", dis-je en prenant une moue, comme si je regrettais cette étape. "Mais je préfère quand même tout régler par la discussion, entre nous."

Souriant à notre nouveau compagnon Kumo-Jin, j'acquiesçais une nouvelle fois d'un signe de tête et de ce sourire pour lui faire comprendre que je ne regrettais aucunement, et que cela me faisait évidemment plaisir.

-"Je connais une espèce de bar, pas loin d'ici, dans lequel nous pourrions parler tranquillement. On a qu'à y aller, on sera plus à l'aise que debout dans cette ruelle."

Je devais m'assurer de quelque chose. Dans le regard de la Sendai, je pouvais lire une certaine détermination, qui accompagnait ce qu'elle avait dit précédemment. "Mais je ne m'arrêterai pas ici" ... Avait-elle l'intention de ne pas rester à Kumo et de voyager dans les différents villages pour essayer de répandre le bien ? Si oui, ça me plaisait. Je devais en avoir le coeur net.

-"Dis moi Hanae, quels sont tes projets, par rapport à ce que tu as vu ? Tu comptes essayer d'y faire quelque chose ?"

Je la regardai étrangement. Les yeux écarquillés, un petit sourire tracé sur mes lèvres, mon expression faciale voulait dire "dis moi ce que je veux entendre".

_________________
Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Empty
Sam 30 Nov 2019 - 9:41
Comme à son habitude, Tsunayoshi tient des propos à la fois très philosophiques, mais aussi rassurants, d'une certaine façon. Leur teneur n'est pas des plus agréable à entendre, car les idéaux de Hanae ne sont pas si faciles à atteindre, à l'entendre - et la rougeoyante le sait très bien - mais il fait part de son expérience et n'oublie pas la franchise, dans ses mots. La Sendai préfère cent fois une vérité dérangeante qu'un mensonge plaisant. Ce n'est pas sans raisons qu'elle tient le Sawada en très haute estime, et qu'elle a décidé d'accorder un peu plus de crédit et un début de confiance à son cousin ici présent. Son visage affiche quelque hésitation, et un brin de moue désapprobatrice, pourtant, lorsque le blond fait mention de la nécessité, dans certains cas, à faire usage de violence pour faire cesser lesdites guerres. La jeune femme préfère éviter de mutiler ou de tuer, dans la plupart des cas, mais si les mots ne suffisent pas, elle n'est pas assez dupe pour penser que tout sera aisé.

"Je me doute bien que dans ce monde, certaines personnes ne sont pas raisonnables. Mon but n'a jamais été d'unir ces personnes peu importe leurs horizons, si c'est de la réticence que je vois, je prouverai aux gens que mes idéaux sont viables et valables. Si c'est du refus catégorique, alors je ne compte pas non plus laisser mes armes de côté. Si la paix est mon objectif, je suis prête à frapper aussi fort que possible ceux qui s'y refusent pour que l'idée entre dans leur tête comme si c'était la leur."

D'un mûdra, la beauté flamboyante active l'un de ses sceaux, se trouvant au niveau de sa poitrine, et une lame finement travaillée apparaît, directement dans sa main. Elle la plante alors dans le sol, sans trop de force. Chisa relâche Tsuna, lorsqu'il la voit, des étoiles dans les yeux. Il vient juste à côté, et en touche la texture, sur le plat de la lame.

"Cette épée m'a été donnée par le grand maître de la forêt de l'infinie sagesse. Son nom est tout simplement "L'épée de la sagesse", et elle témoigne de mon dévouement à cette noble cause. Si je dois m'en servir pour tuer, cela ne sera que contre les personnes les plus pourries de ce monde, et si de nature je me refuse à tuer qui que ce soit, ceux qui commettent des crimes sans vergogne et qui n'ont aucune envie de se repentir passeront par le fil de ma lame."

L'ouvrage disparaît alors, retournant à son endroit d'origine, d'un seul signe de la main. La sauvage regarde alors Yahiko, et lui sourit, peu étonnée de la question qu'il lui pose. Néanmoins, une hésitation se fait sentir, car sa question n'est peut-être pas de la pure curiosité. Peut-être veut-il savoir si la déserteuse compte repartir ?

"Kumo est et restera le seul village qui compte pour moi. Je ne compte plus en partir, du moins pas sans autorisation. Cependant, si je veux mettre fin aux guerres, je ne peux pas le faire depuis ces murs, il faudra que j'aille voir les dirigeants des plus puissantes factions. Je ne sais pas vraiment comment faire, pour l'instant, mais si les plus forts pouvaient s'unir dans le seul but d'une paix durable, les plus faibles n'auraient pas envie de dévier de cette trajectoire. Après tout, ils sont souvent victimes des agissements de ceux qui décident de la trame du Yuukan, non ?"

La suggestion de l'immaculé ne déplaît pas à Hanae, qui le laisse ouvrir la marche. L'endroit n'est pas éloigné, et le trio s'y rend assez vite, pour reprendre cette discussion plus qu'intéressante. La rubiconde ne laisse d'ailleurs pas le temps aux deux hommes de démarrer de nouveau, tant elle est contente qu'elle et ses idéaux semblent être accueillis d'une si bonne manière.

"Maintenant, je me doute que seule, je ne peux accomplir une telle tâche que celle d'unifier ce continent. Et je ne connais que peu de monde entre ces murs en qui j'ai réellement confiance, quand bien même je suis attachée à ses habitants. En réalité, je n'ai que vous deux, et j'aimerais savoir quels sont vos objectifs. Regarder les choses se faire ? Ou agir pour le changement ? Je pense que pour ma part, mon premier objectif va être de m'assurer que Kumo ne soit plus la proie des guerres... Je crains que certains souhaitent se venger, mais pour avoir parlé avec cette brune qui semble diriger, l'Empire du feu n'a pas de mauvaises intentions, outre l'annexion en elle-même. Et la vengeance ne devrait pas avoir à appeler la vengeance, et dans le cas d'un conflit ouvert, je ne sais même pas de quel côté se portera ma lame. Il m'est inconcevable d'attaquer des Kumojin, pourtant, je n'ai pas envie de me battre contre le Teikoku non plus."

Les doutes de la rouquine sont livrés sans sourciller, il n'y a que des personnes de confiance ici, et même si ce n'était pas le cas, ce qu'elle dit n'a rien de mal, elle a d'ailleurs tenu un discours similaire à celle qui s'appelle Rie, malgré le fait qu'elle ne connaisse pas son nom pour l'instant.

Spoiler:
 

_________________
Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Empty
Mer 15 Jan 2020 - 5:18

Yahiko avait emmené les deux vieilles connaissances dans un bar non loin de leur rencontre impromptue. La place semblait simple mais quelque peu étrange. Celle-ci avait d'exposé sur ses murs des tableaux peints d'animaux. Un chat portant une couronne et un sceptre dorés, assis sur un trône de fortune, un papillon caniche du territoire des sables, bien plus grand que la moyenne, ressemblant très fortement à un mauvais mélange entre un caniche et un extra-terrestre plutôt qu'un papillon. Le bar quant à lui était doté d'une formidable étagère d'alcool allant jusqu'à proposé de l'extravagante jamais vu : De l'alcool à base de scorpion et serpent et surtout, une bière aux testicules fumées de baleine accompagnée d'une bière aux excrément d'éléphant. Tsunayoshi ne pouvait choisir entre curiosité et dégout face à ces étranges possibilités, aussi pourrait-il tenter le diable et gouter à l'inconnu, il y avait longtemps qu'une gorgée d'éthanol ne lui avait pas apporté satisfaction et repos.


Les trois compagnons qu'avait réunis notre vieille amie la destinée prenait maintenant place autour d'une table. Tsunayoshi avait compris que son attention et sa concentration allait être requise, qu'une discussion potentiellement pertinente allait prendre la place du silence dans quelques instants. Le regard flamboyant de la rouquine montrait sa détermination, le regard calme mais emplit d'une légère étincelle de malice du blanchon accompagnait sa vivacité d'esprit. Comme supposé, Hanae ne manquait pas de mettre fin à notre pause verbal. Son opinion était tout à fait légitime quoi que encore jeune et naïve, ce qui était tout à fait normal. Son évolution n'avait tout de même pas laissé le blondinet de marbre et n'avait pas eu tord alors: Son intelligence et sa force était supérieur à la moyenne qu'il avait rencontré. Néanmoins, un trait de son caractère laissait Tsuna dans une surprise caché mélangé avec une honnête fierté. La bonté de la jeune Sendaï envers l'humanité semblait grande malgré son passé.


Le convalescent avait compris le lien entre le teikoku, l'empire du feu, l'annexion de Kumo, la haine des villageois ou des ninjas sous l'emprise d'un joug. Il était tout de même détaché face à cette situation, son arrivée datant d'il y a peu. Une sensation tiraillait légèrement sa poitrine, tout de même, l'injustice n'avait jamais était son fort, l'hypocrisie ou une situation illogique le maintenaient encore moins dans sa stabilité. Quelques propos, quelques faits lui semblaient contradictoires dans la profondeur du tableau qu'il avait devant lui. Il se gardait de répondre afin de ne pas couper la rubiconde mais levait la main dans un signe afin d'appeler le serveur, voyant qu'aucune personne n'avaient daignées venir les voir. Finalement, leur interlocutrice finissait son "roman" explicatif, au même moment, le barman venait les voir, demandant si leur choix avait été fait, après tout, nous ne pouvions occuper la place sans consommer non plus. Tsuna regardait le serveur et finissait par esquisser un sourire.


" Je vais prendre la bière aux excréments d'éléphants. - Le blondinet se tournait légèrement vers yahiko -. Tu connais une "espèce" de bar hein...? ".

Les commandes faîtes, leur hôte quittait la table et la discussion pouvait de nouveau reprendre. Cette fois, Tsunayoshi répondait aux mots de la jeune demoiselle.


" Je ne peux pas partager ce sentiment de conflit que vous vivez tout les deux avec ce village, n'ayant jamais vécu ici, je n'ai aucune appartenance qui peut me raccrocher à quelque chose.. Teikoku ou Kumo pour moi, c'est du pareil au même par contre... "

Le serveur arrivait, laissant la bière de Tsunayoshi devant lui. Le jeune adulte en profitait pour la sentir: une forte odeur tourbé s'en dégageait se rapprochant sensiblement à celle d'un black label. Il en prenait une gorgée avant de continuer son monologue, sans même se laisser désorienter par ce goût véritablement étrange et fort mais venant se laisser apaiser par une douce amertume en fin de bouche.


" Par contre, d'un point de vue extérieur, Hanae, de tes dire l'empire du feu n'a pas de mauvaise attention outre l'annexion. Ne penses tu pas que cette annexion en question ne peut juste plus être qualifié dans cette catégorie? Ce n'est plus juste une mauvaise intention, c'est privé son peuple de son choix, de sa volonté. Une annexion sans mauvaise intention ne part pas d'une tête sur un pique et ce, peu importe la raison, vengeance ou non. À partir de ce moment précis, à mes yeux, celui qui vient sans mauvaise intention démontre son hypocrisie face à une paix qui ne se mettra en place qu'à la mort des esprits vengeurs de Kumo. Est-ce possible? Je ne sais pas. Calmer l'ardeur des cœurs par les mots n'a jamais été mon fort, je suis plus du genre à couper les mauvaises langues à l'aide de mes lames. Je suis prêt à être avec toi pour essayer de résoudre la haine présente mais mon avis est: seul le peuple de Kumo et ses protecteurs ont ce pouvoir et seulement lorsqu'ils auront la sensation d'être entendu, de pouvoir avoir un minimum de contrôle sur les faits et gestes de village ou plus simplement, les excuses de celui qui a agité la tête de leur chef, suivit de sa démission et son retrait définitif. "

Peu importe pour qui il se battrait, si il avait à le faire, Tsunayoshi le ferait pour ses conviction et ses croyances: Son seul but est de protéger les gens qui lui sont chers. Il ne ferait apparaitre ses armes que pour sa vie, celle d'Hanae et probablement celle de Yahiko.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Empty
Mer 15 Jan 2020 - 17:06
Je m'installais silencieusement à la table qui nous avait été donné par un des serveurs. La discussion que nous avions me plaisait, mais elle me rappelait aussi que Kumo et Teikoku étaient quelque part toujours en guerre, et qu'elle pouvait éclater à tout moment. Nous étions tous les trois intégrés à une situation terrible dans laquelle nous avions à faire un choix, pour un camp ou pour l'autre. Pour être honnête, je ne savais même pas encore pour quel camp j'étais. J'avais toujours été clair avec moi-même en me disant que je voulais être du camp de la paix, mais ni notre village ni celui des récents attaquants ne semblait porter son symbole.

Je réalisais petit à petit que ne choisir de défendre ni Kumo ni le Teikoku pouvait s'apparenter de la peur. La peur de choisir le mauvais camp, la peur de tuer d'anciens compagnons, la peur de mourir. Choisir de se battre ni pour l'un, ni pour l'autre, c'était la solution de la facilité. Laisser faire et voir quel était le destin qui attendait tout le monde ? C'était ridicule, tant chacune des actions de qui que ce soit pouvait le chambouler ce destin. Je m'amusais même à voir le jeune Tsunayoshi comme étant un espoir qui allait avoir une grande importance dans la guerre, comme dans les récits qu'on pouvait retrouver dans certains livres.

-"Je vais vous prendre une Flamme Brune, s'il vous plait", dis-je avant de tourner la tête vers le blondinet. Je pris un air un peu gêné avant de lui répondre. "Ehm, ça a un peu changé depuis la dernière fois que je suis venu..."

La paix, je devais chercher la paix dans toute cette haine qui ornait les armures des deux camps. Où était-elle ? Chez les attaquants, ou chez les défenseurs ? Non, il fallait voir plus loin que ça. Kumo n'était pas qu'un attaquant, ils étaient ceux qui avaient actuellement le sort du destin entre leur main. Ils étaient ceux qui avaient le choix, entre le pardon ou la vengeance. Teikoku avait déjà fait leurs horreurs, et ils n'en faisaient plus depuis leur annexion. Autrement dit, le choix était clair.

J'irai m'excuser auprès de la tombe d'Isami, j'irai m'excuser auprès de tous ceux qui comptaient sur moi. Mais si je voulais véritablement agir pour une cause, si je voulais devenir celui que je voulais devenir, si je voulais véritablement défendre un idéal, il me fallait intégrer le rang de ceux qui annexaient.

-"Pour être honnête, je ne pourrai plus me regarder en face si je laissais la guerre se dérouler sous mes yeux, sans que je ne fasse rien", commençais-je le regard plongé dans le liquide rougeâtre qui venait de m'être servi. "J'essaye tant bien que mal de voir de quel côté je peux me ranger, parce que comme toi Hanae, il me paraît impossible de me dresser contre d'anciens amis, tout comme le Teikoku ne fait pas plus de mal que prévu..."

Ma main se posa mollement autour du verre, sans que je ne l'attire vers moi. Relevant la tête, j'essayais du mieux que je pouvais de partager le point de vue que je façonnais difficilement dans mon esprit.

-"Le Teikoku ont des allures de salauds, mais ils nous ont privé d'une des plus grosses ordures du monde Shinobi : Metaru Reiko. Je n'agirai ni pour le Teikoku, ni pour Kumo : je veux agir pour la paix. Et pour être honnête, entre les deux camps... c'est le Teikoku maintenant qui est le plus apte à épouser cette paix. Je ne peux pas raisonner tous ceux du village qui sont partis, tous ceux qui veulent se rebeller ou tous ceux qui agissent déjà pour se rebeller."

Mon regard affichait maintenant un regard inquiet, presque paniqué. Beaucoup d'événements nous dépassaient, j'avais l'impression que le monde allait bien plus vite que moi.

-"Alors que le Teikoku, bien qu'ils aient fait des horreurs dont celle de tuer un de mes élèves, n'agissent plus pour la haine. Ils ont eu leur vengeance, ils ont eu leur annexion. Ils n'ont rien fait d'autre, ils n'ont pas même forcé les Kumo-Jin à les rejoindre sous peine de les tuer. Autrement dit, toutes les cartes de la vengeance sont dans les mains de nos ninjas de la foudre, et je crois qu'ils ont fait, à mes yeux, le mauvais choix..."

Je plongeai cette fois mon regard peiné dans les yeux de mes deux amis. Il était temps de se rendre à l'évidence.

-"Vous et moi voulons la paix, mais nous ne la voulons pas de la même manière. Je pense rejoindre le Teikoku et défendre Kumo contre les ninjas de Kumo. Si Teikoku gagne, Kumo n'existera plus et il n'y aura plus de cycle de haine. Si Kumo gagne, d'autres dirigeants du Teikoku reprendront la main dans cet engrenage de vengeance, et rien ne s'arrêtera." Je déglutis un coup, et conclus mon idée. "Vous ne désirerez sûrement pas me rejoindre chez le Teikoku, mais je veux que vous sachiez que je vous respecte, vous et vos idéaux de paix. J'espère sincèrement qu'un jour, vous et moi obtiendrons ce que nous voulons."

_________________
Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Sendai Hanae
Sendai HanaeEn ligne

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] Empty
Ven 17 Jan 2020 - 20:49
Le bar est assez particulier, et c’est une fois son discours terminé qu’Hanae s’en rend compte. Son regard se porte aux alentours, et malgré la faible fréquentation des lieux, il y a encore trop de gens à son goût. Les boissons proposées ont l’air bien étranges, et lorsque Tsuna appelle un serveur, la rouquine hésite un instant avant de commander quelque chose. Très peu d’alcool pour elle, pour ne pas dire pas du tout, du fait de son passé. Non pas que l’alcool lui ait déjà causé des soucis – elle n’en a jamais bu – mais en tant que femme ayant vécu un traumatisme corporel lourd, elle se refuse à consommer toute substance pouvant la rendre vulnérable. Elle regarde donc l’employé du bar, et lui dit :

« Je vais prendre un verre d’eau, s’il vous plaît. »

Ses yeux se tournent alors vers le premier à parler, le blond, celui en qui elle a une confiance aveugle. Avant même qu’il ne parle, elle se doute de certaines de ses positions, elle le connaît un peu, même si elle ne l’a vu qu’une seule fois auparavant. Il est celui qui lui a appris à se méfier de tout et tout le monde, après tout. Son attention est donc pleinement concentrée sur lui, tandis que sa main joue avec ses cheveux, et elle sourit lorsque celui dit ne pas partager le sentiment des Sendai concernant la situation du village. C’est assez drôle pour elle, qui en tant qu’étrangère, ne partage déjà pas pleinement ce que ressentent les natifs. Ce que finit par dire le Sawada fait redescendre la rougeoyante de son piédestal, elle qui pensait son avis sur le Teikoku assez réaliste, il semblerait que son aîné soit moins naïf. La barbarie montrée à l’égard de Reiko, aussi mauvaise eût-elle été, n’est pas un signe d’apaisement, mais bien une tentative de gouverner par la terreur. Les excuses, la démission, et le retrait définitif ? Oui, c’est la bonne solution pour éviter que les rebelles ne déclenchent une nouvelle guerre.

Mais dans ce trio particulier se trouve Yahiko, dont l’avis semble différent, mais surtout assez récent. Il pense comme sa cousine, concernant la guerre. Elle ne doit pas arriver, et cette dernière hoche la tête, satisfaite que lui soit de son avis. La jeune femme écoute, très attentivement, le jeune homme étaler ses doutes, se préparer à prendre une lourde décision. Qu’il affronte l’Empire, qu’il retienne la rébellion ou qu’il rejoigne l’ennemi, ces trois décisions sont difficiles à prendre, et la sauvage n’en doute pas un seul instant. Lorsque les mots finaux tombent, le sourire disparaît du visage de la belle flamboyante. Elle espérait se battre aux côtés de cet ami, mais il semblerait que leurs voies se séparent, cette fois. Son avis sur Reiko n’est pas faux, même l’étrangère qu’est Hanae le sait, mais cela doit vraiment engendrer un choix si complexe ?

« Tu as raison, Yahiko. Toi aussi, Tsuna. Et vos avis m’ont aussi aidée à comprendre ce que je veux faire. Certains choisissent de se lever contre le Teikoku en préparant une rébellion, et d’autres rejoignent le Teikoku pour diverses raisons. Certains ne se battront pas, quoi qu’il arrive. Tous ces choix, je les respecte, car chacun a le droit de se battre pour ce qu’il veut, ou de ne pas se battre. Mais de mon côté, je vais trouver l’autre voie, celle que personne n’a envie d’emprunter car elle paraît trop compliquée, voire inutile pour certains. »

Elle attrape son verre d’eau et le boit d’une traite avant de se lever et de poser sa main sur la table.

« Je vais apaiser les tensions, et tout faire pour empêcher une nouvelle guerre, même si je dois convaincre chaque habitant un par un de ne pas vouloir se venger. J’ai peu de chances d’y parvenir, mais je le ferai quand même… Et si la guerre est inévitable, alors je suivrai mon cœur avant ma raison. »

Elle repousse la chaise, devant elle, et se concentre un peu plus sur Tsuna, de par son regard :

« Tu as raison, Tsuna, on ne dit pas vouloir le bien d’un peuple en affichant la tête de leur cheffe, aussi mauvaise soit elle, comme un aveu de puissance et une tentative de terroriser pour mieux diriger. »

Cette fois, son regard va vers l’immaculé :

« Si la guerre devient inévitable, alors je me dirigerai vers un choix plus compliqué encore, celui de briser le cycle de haine en tuant Rei de mes mains. Tu penses que quelqu’un prendra sa place, mais tu l’as vu comme moi : il a levé son armée dans le seul but de se venger. La vengeance, il l’a obtenue, et s’il meurt, personne n’aura de raisons de reprendre les rênes. Si tel est le cas, alors je me tiendrai devant ce peuple qui est le nôtre, et je leur demanderai de me faire confiance. Je leur dirai de me laisser diriger ici, je deviendrai la Raikage, et j’irai apaiser les tensions en personne, à Urahi. »

Elle termine son discours sur ces mots, et s’approche de son mentor, dont elle tapote l’épaule.

« Je ne pense pas avoir plus à dire. Tsuna, nous nous reverrons très bientôt, maintenant que tu es là, il n’est pas question que je te laisse filer. Et pour ta part, Yahiko, j’aimerais bien que nous tenions cette promesse vieille de plusieurs mois : retrouvons-nous demain sur le septième terrain d’entraînement pour voir qui de toi ou de moi a les techniques les plus à même de nous faire tenir nos engagements. Je ne te considèrerais pas comme un ennemi, même si tu rejoins le Teikoku, mais si la guerre éclate, et que tu te trouves face à moi, je me devrai de te vaincre pour atteindre l’Empereur. »

Sur un sourire plein de malice, elle laisse les deux hommes dans son sillage, et part, la tête pleine de nouvelles idées. Faire changer d’avis tous les habitants un par un, très compliqué comme plan… Mais qu’en est-il de celui de tuer Rei et de devenir Raikage pour aller à la capitale de l’Empire faire la paix ?




_________________
Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko] P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur

Double retrouvailles particulières [Tsuna, Yahiko]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: