Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
» Panséléne ~ Ayume
Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] EmptyAujourd'hui à 4:54 par Aburame Ayume

» Bonsoir Par... Kiri ! - [PV La Kenpei]
Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] EmptyAujourd'hui à 4:24 par Uzumaki Ryuji

» Restauration rapide [PV Mugen Oda[
Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] EmptyAujourd'hui à 3:35 par Uzumaki Ryuji

» Hidemi "Kajiya" Hashimono
Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] EmptyAujourd'hui à 3:07 par Hidemi Hashimono

» Jishin Lifestyle ~ Toph
Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] EmptyAujourd'hui à 1:56 par Chokoku Kyouka

» 03. Changer de zone
Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] EmptyAujourd'hui à 1:52 par Akimichi B. Hyakuzô

» Pause méditative [PV Yasei Zoku]
Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] EmptyAujourd'hui à 1:20 par Yasei Zoku

» Hommes et bêtes
Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] EmptyAujourd'hui à 0:50 par Yasei Zoku

» Comme l'a dit l'ancêtre : ensemble ! [Avengers]
Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] EmptyAujourd'hui à 0:27 par Shirō

» Le... Frigogidaire ? | Ft. Chôkoku Kyouka
Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] EmptyAujourd'hui à 0:13 par Chokoku Kyouka

Partagez

Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae]

Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] Empty
Sam 23 Nov 2019 - 9:51

 
Des bruits d'explosions essayaient de réveiller notre jeune protagoniste âgé de 19 ans. Des secousses, cette fois, le réveillaient en sursaut. Il sentait les frêles mains de son frère sur ses bras, le violentant avec effroi pour le tirer de son sommeil. La lune était d'un rouge écarlate et brillaient de mille feux, reflétant le regard emplit de crainte et de frayeur de son jeune frère. Tsunayoshi ne comprenait pas ce qui valait un comportement pareil, il mettait quelques secondes avant de réaliser et prendre conscience de l'état d'alerte de celui-ci. Enfin, il essayait de le calmer -ce qui ne fonctionnait pas- dans le but d'essayer d'avoir une explication quant à son attitude. Il baillait légèrement, ne le prenant que peu au sérieux, il pensait que le petit malandrin lui faisait une blague, comme à son habitude. C'était là le malheur d'être un bon et aussi souvent comédien: À force de crier au loup on finit par ne plus vous croire. Néanmoins, la rêverie et la bulle du blondinet ne tarderait pas à s'éclater par l'arrivé en trombe de son père. Du sans sur son visage, la hâte parcourait chacun des gestes de celui-ci et contrôlait le débit vocal de son paternel. Le jeune homme n'avait jamais vu le chef de meute agir de la sorte, être aussi secoué, dérangé, alarmé semblant n'avoir aucun plan ou compréhension de la situation.


" Tsuna, protège ton frère, vite. Le monde est devenu fou, ils meurent, se relèvent et nous bouffe. Armes toi de n'importe quoi, tiens, prends ça."


 
Il lui envoyait sa hache et arrachait un pied du bureau de son fils. Tsunayoshi se demandait où étaient passées sa soeur et sa mère mais la réponse ne tarderait pas à lui venir. Brutalement, le sol sous le pied du père s'effondrait, laissant passé une main meurtrit dont deux doigts manquaient, enfin une deuxième main qui semblait plus jeune attrapait le second pied du prisonnier. Le père eut une réaction qui choquait ses fils au point d'en perdre la voix. Il attrapait la main plus jeune et la soulevait dans les airs, perçant une partie du plancher et faisant apparaitre la soeur des deux frères. Il lâchait son bâton gagné plutôt et attrapait la tête de leur soeur pour l'arracher de son corps. Le sans coulait abondamment du cou dont les différents circuits respiratoires étaient visible en même temps qu'un morceau de poumon et de colonne vertébral. La figure aux expression de déformée de leur soeur ne les laissait pas sans réaction. Le plus jeune frère vomissait quant au plus grand, il restait la bouche ouverte, la frayeur, l'incompréhension et le choc venaient de le rendre temporairement muet. Mais l'horreur ne s'arrêtait pas là. La première main n'avait pas lâché prise et bientôt, les dents de la mère se frayaient un chemin jusqu'au talon d'Achille de l'homme protecteur. Sa réactivité fut impressionnante, il ramassait son bout de bois et transpercer le crâne de la maternelle, laissant apparaitre une substance verdâtre et grise. Le malheur terminé, il se retournait vers les deux jeunes.


" Je n'avais pas le choix, ne vous faîtes pas mordre les enfants sino vous deviendrez comme elles.. et surtout.... survivez. "

 
C'était les dernières paroles de leur père. Celui-ci retirait la lance improvisé du cerveau du zombie et se le plantait à son tour, en passant par le bas de coup et e l'enfonçant vers le haut, passant encore une fois dans ses matières grises, laissant une agonie et une sculpture malsaine dans la chambre des innocents. Tsunayoshi ne savait que faire, entre son frère qui vomissait ses sentiments et son dégout et lui-même qui restait choqué par la rapide extermination de sa famille. Il entendait du bruit dans l'étage du dessous. Les paroles de son père, "survivez", résonnait dans l'esprit du blondin. Il reprenait son sang froid et faisait usage de son cerveau et son sens logique. celui-ci jetait un coup d'oeil à travers les trous, tout même large, qu'avait fait sa soeur et son frère. Deux, trois personnes étaient présentes dans leur lieu, il semblait être dans le même états que les victimes précédentes. Son frère se mettait maintenant à pleure, la réactions des intrus fut spontanés, attiré par la nuisance sonore. Rapidement, le grand frère mettait la main sur la bouche du jeune afin de le faire taire, il faisait un signe de silence de son autre main suivit d'une gestuelle afin de lui montrer que les zombies étaient attirés par le bruit. Le calme du bambin revenait, Tsuna relâchait sa prise, ils n'étaient pas de la même famille pour rien, après tout. C'est ce que Tsunayoshi pensait avant de voir son frère se jetait dans l'étage du bas et crier " Adieu monde cruel" en se faisant dévorer avec appétit et insatiabilité.


 
Le seul survivant des Sawada voulait pleurer, crier et hurler de toutes ses forces les membres disparut de sa famille mais il savait qu'il n'avait pas le temps pour ce genre de sentiment, le deuil, il pourrait le faire une fois qu'il serait en sureté. Il devait trouver une solution afin de partir de chez lui sans être vu. Il voulait essayer de se rendre à la gare qui se trouvait seulement à une dizaine de kilomètre de chez lui. Il ne connaissait pas l'étendu du fléau mais savait néanmoins que si son pays ou sa ville en était l'épicentre, il devait s'en éloigner le plus rapidement possible. Même si aucun chauffeur n'était vivant, il saurait mettre un train sur les rails, encore plus si cela était une question de vie ou de mort. Son cerveau fusait, pensant à diverses solutions, mettant ses plans en ordre de probabilité de survie et supprimant les plus risqués. Il pouvait passait à travers les quatre morts-vivants peuplant le rez de chaussé mais il y avait bien trop de chance de se faire attraper, il pouvait grimper sur le toit et attendre que le calme revienne en espérant que quelqu'un finisse par l'apercevoir mais les risques de famine était trop élevé. D'autant plus que les déplacements des être sans vie avaient l'air trop imprévisible pour compter là dessus.


 
La meilleur solution qu'il trouvait était de faire une espèce de liane avec ses draps. D'un magnifique lancé digne d'Indiana Jones, il attrapait la branche d'un arbre. Il tirait sur sa liane improvisé afin de vérifier la solidité de cette ramification. Ok. Il prenait un léger élan et sautait de sa fenêtre, l'adrénaline lui fit tout de même crier "OooooHiiiiihooooohiiiihoooo". Il lâchait sa corde, faisait un saut périlleux triple vrillé dans les airs et atterrissait les deux bras horizontale, le corps formant un T. Le cris avait attiré sur l'étage les zombies précédents, ce qui était une bonne chose, malheureusement, il avait aussi attiré les cannibales des alentours, ceux qui se trouvaient hors de la maison. Le jeune homme passait sa main dans son doute et agrippait, dans le vide, la hache que son père lui avait lancera avant de se rendre compte qu'il ne l'avait oublié. Il ne put s'empêcher de lancer une insulte envers sa personne à voix haute et courrait maintenant en direction d'une maison pour y trouver une quelconque arme. Des draps accrochés à une branche n'allaient pas lui être tant utile. Cependant, l'afflux incessant des êtres sans vies étaient bien trop violent. Jamais il n'aurait pensé qu'autant de personnes pouvaient être atteint et encore moins, qu'autant de personnes peuplaient son village qui lui avait toujours semblait mort. Les zombies l'encerclaient peu à peu, l'espoir de la survie du jeune s'amenuisait, il la sentait venir, la grippe froide de la mort.


 
C'Est quand la flamme de l'espoir s'était presque éteint qu'un bruit de moteur se fit entendre. Un lourd bruit de moteur. Tsuna levait les yeux, il voyait des corps volaient de toute part, de la musique country parvenait jusqu'à ses oreilles. Enfin, un tracteur apparaissait au milieu du cercle, se frayant un chemin à travers les centaines de zombies qui s'apprêtaient à se nourrir du protagoniste. Il arrivait devant le blondinet en faisant un dérapage, en même temps que son arrêt, son conducteur ouvrait la porte, une fille aux cheveux rouge apparaissait sur le siège conducteur, faisait un clin d'oeil au jeune homme en positionnant son index et son majeur sur l'arcade de l'oeil en question. Avec un petit cliquetis de langue, elle s'annonçait, telle la salvatrice.


" Yo Tsu', J'arrive pas trop tard?! "

 
C'était Hanae, sa paysanne chevalière sur son tracteur en guise de cheval blanc. Elle arrivait pile poile.


" Nop! "

 
Il montait dans le tracteur, expliquant sa destination - La gare. - et sa logique quant au choix de celle-ci.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] Empty
Sam 23 Nov 2019 - 10:30
La monotonie de la ferme commençait à peser sur la jeune Hanae. Fille d'agriculteurs, elle passait ses journées à s'occuper des bêtes, à utiliser le tracteur pour stocker les céréales récoltées et les placer dans la grange. Lorsque tout commença, la jeune fille était dans l'étable, à caresser Petit Tonnerre, son cheval préféré. Malgré le faible intérêt de ses activités quotidiennes, la fermière adorait les animaux, et surtout son fidèle destrier. Appuyée sur le rebord de son enclos, elle se disait qu'elle pourrait aller faire un tour, mais une voix s'éleva, non loin, coupant court à ses envies.

"Hanae, c'l'heure d'manger, ramène-toi où j'te brise les g'noux p'tite conne !"

Le fait d'avoir des parents à moitié débiles était parfois une bonne chose, mais les corrections lorsqu'elle n'obéissait pas pouvaient être douloureuses. Une fois, la jeune fille avait été pendue par les bras sous une planche de bois, dans le puits de la ferme, pendant douze heures, pour avoir ramené un garçon à la maison. Il ne s'était rien passé, elle voulait simplement lui montrer sa collection de fers à cheval, mais son père ne l'avait pas entendu de cette oreille. Dire qu'elle avait une profonde aversion pour ses géniteurs n'étaient qu'un doux euphémisme, et les voir mourir dévorés par des monstres sans cervelle serait une grande satisfaction. Arrivée dans la salle à manger, elle vit des taches de sang par terre. Penchant la tête, l'adolescente se demanda si son vœu avait été exaucé. Se dirigeant à la cuisine, elle constata que sa mère se faisait manger l'estomac par quelqu'un.

"Aide-moé Hanae, faut q'tu l'bute et q'tu m'soignes !"

L'état de ses intestins montrait qu'il était peut-être un peu trop tard pour ça, mais la petite attrapa un couteau pour planter le crâne du type, qui n'avait plus rien d'humain. Elle regarda alors sa mère en train d'agoniser, et s'en alla sans demander son reste. Il était temps pour elle de prendre son envol, de trouver un mari et de faire le tour du monde à dos de cheval. Lorsqu'elle posa les yeux sur l'extérieur, une quantité astronomique de personnes se trouvait là. Peut-être était-ce un cortège d'hommes souhaitant se marier avec elle? Le couteau en main, elle lança à la foule:

"L'quel d'entre vous va m'plaire ? 'Tention ! J'tue les autres ! Ahah !"

Dit-elle, en agitant son couteau de cuisine. Mais lorsque ces derniers s'avancèrent un peu plus, elle remarque qu'eux non plus n'étaient pas du tout humains. Alors elle se dépêcha de rejoindre l'étable pour y trouver Petit Tonnerre. Une fois dans l'enclos, elle le trouva, en train d'être dévoré par son père. Terrifiée par cette vision, elle se mit à le poignarder à plusieurs reprises. Celui-ci ne voulant pas mourir, elle tenta au moins de détruire la chose la plus petite de son anatomie avant de fuir vers la grande: son cerveau. Le dernier coup lui sembla fatal, ce qui donna des idées à la petite:

"J'vois ! Pour les tuer, faut les poignarder neuf foé ! Ou alors... Ptête juste dans l'ciboulot."

Les monstres se rapprochaient, alors que la fermière avait atteint la grange. Elle se saisit d'un autoradio portable et d'un épi de blé, qu'elle plaça dans sa bouche. Son chapeau en place, sa salopette par-dessus sa chemise à carreaux toujours là, elle n'attendait plus qu'une chose: que les bestiaux arrivent devant les portes pour goûter à la terreur du brutalisator 2000, comme elle l'appelait. Allumant la radio, elle passa la musique préférée des gens comme elle. Les paroles commencèrent, attirant tous les zombies vers sa position, en quelques secondes.

"If it hadn't been for Cotton-Eye Joe
I'd been married a long time ago
Where did you come from, where did you go?
Where did you come from, Cotton-Eye Joe?"

Lorsque les bruits des moches furent assez proches, elle attrapa la clé dans sa poche.

"J'vais pas rater l'coche !"

Et d'une accélération épique, elle défonça les portes immenses, les faisant tomber sur l'amas de morts-vivants, faisant une sorte de rampe. Elle activa alors le petit turbo qu'elle avait mis en place sur la machine, après avoir suivi des cours de mécanique, ce qui la propulsa à une vitesse folle au dessus des monstres. Son point de chute étant au milieu d'eux, elle en écrasa une grande partie, et continua sa course. Traçant sa route tout droit, elle quitta rapidement la ferme, et quelques minutes plus tard, elle atteignit une sorte de petit lotissement où elle réalisa une multitude de strikes sur des morts. Au loin, elle repéra une personne qui semblait bien vivante. Après avoir éradiqué la majorité des monstres les plus proches, elle fit un signe au blond, et un clin d’œil, la musique l'ambiantant énormément. Il semblait un peu vieux pour devenir son mari, alors elle tenterait sa chance avec quelqu'un d'autre. Son regard devint plus vigilant, et fixant dans la direction de Tsuna, elle lança:

"Toi t'vas pas t'en sortir comme ço !"

Elle attrapa son couteau et le jeta droit vers le flavescent, qui fût frôlé de justesse, non loin de son oreille droite. Un des morts survivants avait tenté de mordre l'homme perdu, mais les années d'entraînement au lancer de couteau de la rouquine avaient payé. Elle fit signe au désespéré:

" Yo Tsu', J'arrive pas trop tard?! "

La réponse fût directe, et le blond monta vite, expliquant la destination, et la fermière était prête à partir, mais le tracteur sembla vite rendre l'âme. Et les bêtes arrivaient à grande vitesse, il y en avait bien cent.

"Bon ben, au moins on mourra ensemble, héhé !"

Dévoilant sa dentition jaune imparfaite, elle brisait un peu sa beauté, qui malgré son statut social et sa façon de parler, était parfaite, elle.



_________________
Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur
Sawada Tsunayoshi
Sawada Tsunayoshi

Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] Empty
Sam 23 Nov 2019 - 12:29

 
La rougette tournais la molette mais le foutu tracteur ne voulait pas démarrer. La chance du désespoir, voyant les zombies arrivaient a toute vitesse prenait le contrôle du corps de Tsuna. Il prenait la fillette et échangeait de place avec. Il tournait à son tour les clés du brutalisator 2000, certainement traumatisé par les incessants écrasements. Il insistait.


" Criss d'osti, d'câliss, d'tabarnak de tracteur de marde. Démarres ciboère. "

Il arrêtait comprenant qu'il n'y avait plus rien à faire au vue de la fumée noir qui sortait du capot. Le moteur devait être mort, il se tournait vers celle qui venait de se sacrifier pour essayer de le sauver, voulu lui afficher un large sourire et la remercier mais elle le devança, affichant des dents aussi jaune que ce que j'ai pissé avant de me coucher.


" Putain Hanae, t'as encore oublié de te brosser les dents après avoir mangé de la margarine et non, on va pas mourir ici. "


Il sautait du camion, voyant les zombies arriver il espérait une chose, avoir des armes avec lesquels se battre. Les désirs de ses pensées furent exaucés, un katana apparaissait dans sa main, il tranchait la tête d'un premier zombie. Il se tournait pour voir si Hanae pouvait s'en sortir avec ses lancés de couteaux mais fut soulagé quand il apercevait ses couteaux se changer en une mitraillette. Les rires incessants, machiavéliques, psychopathe et les propos quasi incompréhensible de son amie couvraient le bruit des balles de la gaitling. Il mettait dans un coin de sa tête que si ils survivaient, il prendrait le soin d'écarter tout armes de la fermière. Tsunayoshi tranchait les têtes, transperçaient les crânes, les deux avançaient ensemble contre cette mer de zombies dans ces vague de sang et immonde odeur d'excrément et de fer. Néanmoins, Malgré tout leur effort ils furent bientôt séparée par un mur d'un vingtaine de zombies et malheureusement, l'arme de la rouqine n'avait plus de munition et elle commençait à se faire envahir de tout les côtés. Le rêveur voulait la sauver coute que coute.... Il lui fallait un moyen pour lui sauver la mise à son tour et de toute façon lui aussi allait finir par se faire mordre si cela continuait. Il levait les mains vers le ciel et fermait les yeux, après tout, il n'Avait plus rien à perdre et n'avais jamais essayé.


" QUE LE POUVOIR SOIT EN MOI! "

Une aura blanche venait entourer le corps du lanceur de sort. Un écran transparent, rectangulaire et miniature apparaissait devant, nous pouvions y lire :


" LVL UP, SKILL ACQUIS : CONTRÔLE DES ÉLÉMENTS " .

D'un geste il transperçait le crâne d'un zombie, de sa main libre il faisait apparaître un toboggan de glace avec un looping au milieu, traversant la zone de vie d'Hanae qui se rapetissait de plus en plus, et terminant hors de la portée des zombie, dans la rue principale. Sans enlever son katana du zombie, il le posait sur le toboggan de glace, d'un triple saut périlleux il atterrissait sur le dos du mort-vivant en position de surf. Enfin, il se concentrait et formait une condensation d'hydrogène à l'aide d'une bulle d'énergie contenant eau, feu et air dans l'arrière train de sa planche, pour donner un effet propulsion. Le sorcier activait son sort et mettait le feu au cul de son nouveau moyen de locomotion la vitesse était fulgurant ainsi, il attrapait Hanae au vol, un looping au passage en chantant: " Libérééé, délivréééé ". ceux-ci atterrissaient à la fin du circuit de glace, sur leur pied, sans danger mais... pour combien de temps?


Il marchait depuis seulement une dizaine de minute, apercevant les rails menant à la gare mais n'ayant pas entendu de train jusqu'alors. Peut-être les chauffeurs étaient-ils tous morts ou trop de gens se trouvent dans les wagons dans le but de se cacher. Mais qui dis trop de gens, dis aussi possiblement des menteurs et des personnes porteuses de la maladie donc, une chance amoindris de survis. Il existait à continuer dans cette direction, se demandant si une location avec une population moins présente et un espace plus vaste ne serait pas plus approprié au vue de la situation. Néanmoins, les pensées du Sawada furent très vite interrompues par un tremblement de terre dont l'épicentre était juste à quelques mètres des deux survivants. Ses yeux se portaient en cette direction, un large et énorme nuage de poussière s'élevait, entourant une silhouette gigantesque, d'une dizaine de mètre. Quelle genre de créature était-ce? Nous aurions cru voir un géant T-rex zombie. Tsuna manquait de sortir le dernier repas qu'il avait mangé dans son caleçon, sentant le petit sénégalais au bord du gouffre, il se contractait et l'envie lui passait. Il essayait de se servir de ses pouvoirs avant que Godzilla ne puisse donner le premier coup mais rien n'y fit. Alors, il essayait de nouveau. Il levait les mains et les yeux dans les airs.


" QUE LE POUVOIR SOIT EN MOI "

Cette fois, la lumière blanche entourait la jeune fermière.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7618-presentation-tsuna
Sendai Hanae
Sendai Hanae

Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] Empty
Dim 1 Déc 2019 - 14:39
La situation était critique, sans moyen de locomotion les deux ne pourraient pas survivre très longtemps. En plus de cela, les armes étaient limitées pour les deux, et Hanae avait déjà abandonné, saisissant un saucisson pour le déguster afin de partir l'esprit serein et le ventre plein. De son côté, Tsunayoshi la poussa pour tenter à son tour, jurant dans son patois digne des plus grands caribous, mais rien n'y faisait: ils continueraient à pied, ou dans l'estomac des morts. Alors que son morceau de sang séché était fini, la jeune fille commença à réfléchir: une chose la dérangeait. Comment pouvait-il y avoir autant de personnes dans un patelin de vingt-quatre habitants, à une bonne trentaine de kilomètres de toute autre forme de vie ? C'était improbable, mais elle ne trouvait pas de réponses, et des bruits dans son dos attirèrent son attention. Dans les ombres, elle pouvait voir des présences se déplacer, à une vitesse assez grande. Que leur réservait l'avenir, aussi court qu'il puisse être ? Sans doute pas grand chose en fait. L’œil vif, la rouquine se tourna vers Tsuna:

"J'dois aller faire mon détartrage bientôt, j'aurais les dents ben blanches après, mais j'crois qu'j'ai vu mon dentiste parmi ceux qu'j'ai renversé, donc..."

La conversation ne pouvait pas plus durer, déjà la horde se ramenait. Armant son dernier couteau, Miss Ferme Agricole 2018 comptait se battre jusqu'au bout. Mais son arme blanche devint noire, et plus longue. Une véritable AK47 modèle AKM, avec une queue de détente de type 4, une pente de chanfrein périphérique pour contrer la montée en tir automatique et une légèreté la rendant bien plus maniable (moins de trois kilogrammes) que la version standard, se retrouva entre ses mains. Du fin fond de son enfer rural, la petite n'avait jamais pu en tenir avant, mais malgré la pauvreté dont était faite sa vie, elle était abonnée à "Armes de demain Magazine" et connaissait donc à la perfection ce type de fusil automatique. Elle retira le cran de sûreté, et la passa en mode automatique immédiatement, avant de tirer à volonté dans le lot. Elle jetait aussi quelques coups d’œil vers le Sawada, pour savoir s'il s'en sortait avec son katana, mais se rendit compte qu'elle ne devait pas se faire de soucis pour lui.

"V'nez foutue bande de raclures, j'vais vous démonter moé !"

Furent ses derniers mots avant que son arme ne soit à court de munition. Elle commença alors à s'en servir comme d'une arme de corps à corps, éclatant les crânes des zombies les uns après les autres. A un moment, l'un des morts vivants tenta une feinte, lui disant:

"Attendez, je ne suis pas mort, je viens pour votre détartrage !"

Mais sa face fût aplatie comme les autres. La fatigue commençait à la prendre et ses gestes ralentissaient, laissant la foultitude de monstres se rapprocher. une lumière blanche l'interpela, l'espace d'un instant, et ce qui se passa ensuite était un peu étonnant. Alors que sa douce peau allait être déchiquetée et que son corps allait être dévoré, une main la saisit, l'entraîna au loin. Il s'agissait du héros des temps modernes, l'homme de glace : Iceman. Enfin, non, rien à voir, c'était juste le blond banal du quartier: Tsuna. Se cramponnant à son ami, la beauté écarlate se retrouva alors très loin de la horde. Mais ils n'étaient pas sauvés, et le plan de base du glacier était celui que suivraient les deux: le train. Le problème était sans doute l'espèce de dinosaure à petits bras qui leur barrait la route, quelques minutes plus tard. Le bras du blond se leva, attirant la curiosité de la rousse, qui se demandait ce qu'il comptait faire avec. Puis il prononça des mots étranges, et une voix pénétra sa tête:

" LVL UP, SKILL ACQUIS : DENTS BLANCHES ET CERVEAU, PARCE QUE LA C'EST PAS POSSIBLE MA CHÉRIE, TU POURRAS PLAIRE A AUCUN GARÇON... ET JE RAJOUTE LE CONTRÔLE TOTAL DE TOUTE FORME DE MAÏS."

La voix était étrange, et ses propos encore plus. Mais en l'espace d'un instant, l'haleine de phoque ivre de la petite disparut, et le bon kilo de tartre qui occupait sa dentition tomba littéralement, dévoilant de belles dents blanche.

"Bon dieu, que s'est-il donc passé ? Et pourquoi diable je m'exprime de la sorte ? M'aurait-on martelé trop fort sur l'arrière du crâne ?"

Le T-rex semblait ne pas vouloir attendre, et la rougeoyante tenta alors quelque chose, en repensant aux propos entendus. Elle tendit la main devant elle, et une centaine d'épis de maïs surgirent successivement, transperçant les yeux de l'animal préhistorique, le rendant parfaitement aveugle. Tout zombie qu'il était, il restait un être... viv... non, pas vivant du coup, mais un être mort... Enfin, il était toujours régit par les lois de la physique... Quoi qu'un mort vivant, ce n'était basiquement pas très cohérent, mais ... merde, c'était un rêve, donc il était devenu aveugle, ne cherchez pas plus loin. Suite à cela, elle lança une énorme quantité de son aliment préféré aux pieds.. pattes du zombie, qui glissa dessus, et finit par tomber sur le dos. De par la taille de ses bras, il ne trouverait pas de moyen de se remettre en place si facilement, alors la Sendai se dirigea vers le Sawada.

"Dis donc, tu sais pourquoi j'ai les dents blanches et je parle moins comme une teubé ? Ah, et pourquoi quand t'as crié j'ai développé ce pouvoir génial ? Tu penses pas que tu pourrais faire plus ? J'ai toujours rêvé de devenir un genre de déesse !"

S'il était vraiment à l'origine de tout cela, alors il pouvait faire bien plus, et la meute d'animaux à quatre pattes - zombies - qui commençait à les entourer, montrant également leur vitesse et leur agilité, serait un gros danger s'ils ne contrôlaient pas plus que du maïs...



_________________
Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae] P44o

♥ Merci jumelle ♥
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t6506-sendai-hanae-une-impure-au-chakra-pur

Le monde onirique de Tsuna. [Pv Hanae]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: