Derniers sujets
» Autour des braises // Watari
Aujourd'hui à 3:17 par Hoshino Watari

» Aller à l'essentiel
Aujourd'hui à 3:09 par Metaru Shūuhei

» Sora Uchiha (en Cours)
Aujourd'hui à 2:57 par Borukan Akimoto

» [Koga Kiseru] Un errant à Iwa et dans un Cofee Shop - Libre
Aujourd'hui à 2:26 par Hyûga Sanadare

» Oui ?... Oui ! (w/ Tsunechika)
Aujourd'hui à 2:10 par Seisui no Seifukusha

» 1/08. La manipulatrice
Aujourd'hui à 2:06 par Suzuri Kyoshi

» Question de coïncidence ; Sazuka
Aujourd'hui à 2:04 par Ikeda Sazuka

» Le bon et la brute [Shukiki S.]
Aujourd'hui à 2:02 par Metaru Nué

» Reiji / RP.
Aujourd'hui à 1:37 par Goketsu Reiji

Partagez | 

EQUIPE PANDA, L'ELITE DES NULS ! [PV Jin ; Aoi]


Sam 5 Aoû 2017 - 15:42
Les conseillers en communication de la Mizukage lui avaient donné deux conseils pour améliorer son image dans l’opinion : changer de robe, et diriger une équipe de genins.

-Un genin ? mais ça ne s’ausculte pas vivant ! c’est déjà un corps qui décline et dégringole de la prime vigueur des premiers jours à l’état répugnant de l’adolescence ! La soie rose de leur peau s’épaissit en un cuir adulte ; les plis de leurs sourires épanouis se durcissent au gré des épreuves militaires, avant de figer le faciès dans le marbre grave d’une statue impassible ! Je préfère plus d'herpès et moins de genins.

Ils l’avaient forcé. Trois arguments.
C’était donner l’exemple aux autres grands du village et répondre à une carence de cadres pour la relève ; c’était développer son image de grand-mère du peuple et, par là, gommer sa réputation de sorcière ; c’était faire la preuve que le Shodaime se souciait de l’avenir du village, et offrait une part régulière et importante de son précieux temps à la formation de ses successeurs – répandant partout l’idée que la question de la jeunesse était, pour Benten, une priorité supérieure à des affaires pourtant stratégiques, mais déclassées dans son agenda.

Ils l’avaient forcé – aussi la vieille Benten déploya des ressources de ruse afin de perdre, tuer ou blesser grièvement les genins dont la formation lui était assignée, et qui revenaient chez leurs parents (lorsqu’ils revenaient) plus légers qu’au départ ; manquant un membre, voire une capacité fonctionnelle pour les plus chanceux.

Quelle épreuve avait-elle pu imaginer pour que la loi qualifie d’accidents une dizaine d’éliminations, dont une par noyade et une autre par démembrement ? Quelques conseillers en communication, qui s’étaient aussi piqués de choses militaires dans leur jeunesse, avaient imaginé bien des épreuves – mais aucune qui ne put expliquer un fait mystérieux : l’affrontement violent et sans retenue de garçonnets et fillettes.

Une lutte sourde opposait les conseillers à leur maîtresse : les uns sélectionnaient de nouveaux genins aussitôt que la seconde invalidaient et diminuaient (dans tous les sens) les précédents. Aussi la qualité des malheureux élus genins s’effondrait avec le temps ; car les conseillers avaient bien sûr veillé à mettre le Mizukage à la tête des meilleurs de leur génération ; mais leur disparition, abandon ou blessure incapacitante retira à Kiri les joyaux de sa jeunesse dorée. La deuxième équipe proposée n’était plus du même acier que la première, qui était idéale ; mais elle disposait d’atouts remarquables, et était appelée, réputation oblige, à être la première équipe de la Brume. Elle aussi fut dissoute au terme des épreuves.

La chose se poursuivait tant que les recrues disponibles et d’élite manquèrent. On puisa par la suite dans la liste des recrues moyennes. Et pour éviter qu’on n’éliminât de la carrière militaire d’autres ninjas de bon niveau, les conseillers piochèrent les suivants dans le gros de la troupe : les très médiocres, les nuls, ceux qui n’avaient aucune capacité spéciale ou qui ne l’avaient pas éveillé, ignorant d’ailleurs qu’ils en détenaient une.

Metsu Jin et Onishi Aoi reçurent donc leur convocation.

Ils étaient les deux derniers noms de la dernière liste du registre des médiocres. Après eux s’allongeaient la dernière liste : celle des animaux ninjas (mais on avait même pensé mettre un petit macaque lanceur de shurikens devant Jin, parce que lui avait ses deux yeux et un port de tête des plus gracieux).

Rendez-vous leur fut donné avant la tombée de la nuit dans un petit terrain boisé. Un petit lapin était attaché à un bonzaï. L’avantage serait bien sûr donné au premier arrivé.

Jin reçut la note suivante :
 
Aoi reçut la note suivante :
 


Dernière édition par O'Dui S. Benten le Mer 9 Aoû 2017 - 17:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t66-mamie-seringue

Dim 6 Aoû 2017 - 18:31
Quelle horrible journée ! Autant j'avais hésité un long moment avant de devenir ninja pour des dizaines de raisons, autant la peur de m'ennuyer n'en avait jamais fait parti. Pourtant j'étais bien là, en milieu d'après-midi, posé sur un banc entrain de me faire chier comme un rat mort. A vrai dire, je venais à peine de me remettre de mes blessures suivant mon combat avec la sabreuse à la chevelure ébène et même si je n'en gardais aucune séquelle -exceptée la cicatrice sur mon front qui devrait encore perdurer quelques temps- j'avais peur de reprendre l'entraînement, au cas où les douleurs referaient surface. Le nombre de Genin présents à Kiri avait baissé significativement ces quelques derniers jours puisqu'avec l'élection de notre nouvelle Mizukage des équipes commençaient à se former et à partir en mission. Je n'en faisais pas parti mais je n'étais pas dûpe, je savais très bien qu'il y avait une raison à cela. On ne formait pas des Genin pour qu'il se balade joyeusement dans le village sans rien branler. Non.

J'avais deux théories : La première, c'est que malgré que je n'avais effectué qu'une seule mission à l'époque où nous n'avions pas de Kage, mes capacités et mon professionalisme avait tellement épaté que j'allais très bientôt recevoir une promotion et donc une équipe à entraîner moi même. La seconde était étroitement liée à la première, je n'allais pas avoir une équipe mais plutôt un grade très spécial, quelques choses comme Gardien des portes ou encore Recruteur de shinobis. Faut dire que c'était rare d'arriver à mon niveau en étant parti de rien, aucune base en combat et aucune capacité spéciale, un spécimen sur un million.

J'étais quand même vachement perspicace, à peine le temps de penser à mon futur avec un sourire qu'on m'interpelait.
« Vous êtes Metsu Jin ? On m'a chargé de vous remettre ceci »
. Il me remet une note et se tire aussi vite qu'il est arrivé, sans me laissé lui demander qui ou quoi l'envoyait. Une chasse au trésor commençait alors de note en note, chacun d'elle me guidant vers un autre bout de papier qui finirent tous par me guider à l'entrée d'un petit terrain boisé où trôner une ultime instruction. Je devais... protéger un putain de lapin. Quelle blague de merde ! Je déchirais la note et me barrais de cet endroit moisi avant de tilter. Bien entendu ! C'était une métaphore... Je devais protéger un petit truc sans défense et handicapé... à l'image de Kiri. Ensuite, on m'assignerait mon véritable grade.

Trop facile, il n'y avait personne en vu et même si je me doutais bien que les ennuis finiraient par arriver, j'avais l'avantage d'être seul pour le moment. « Mon pauvre Gattsu tu as l'air pitoyable. J'espère qu'ils ne t'ont pas tranché une patte pour ces conneries ». Je m'approchais de la petite bête paniquée et commençait à la détâcher afin de la mettre en sécurité.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Ven 11 Aoû 2017 - 2:21
    « Toc, toc, toc ». Quoi, encore ?! Pensai-je. Quelqu’un attend à la porte, définitivement. Est-ce que je vais aller répondre ? Malgré cette envie quasi irrésistible de demeurer au lit, oui. Lentement, mais sûrement, je me lève pour me diriger vers la provenance de ce bruit après avoir enfilé quelque chose de présentable mais simple. Lorsque la porte est ouverte, une personne que je ne connais pas – mais portant l’emblème du village – me tend un bout de parchemin, une missive. Peu de temps m’est nécessaire pour le parcourir étant donné qu’il ne contient qu’une ligne ou deux. Tuer un lapin, sérieusement ? J’arque un sourcil, septique. Je chiffonne le message avant de le jeter dans la corbeille. Une minute passe. Un long soupir s’extirpe d’entre mes lèvres pâles.

    Mon manteau enfilé et un léger sac à dos en main, je me dirige vers le lieu de rendez-vous. Suis-je vraiment en train de suivre les indications écrites sur un vulgaire morceau de papier livré par un inconnu ? Peut-être. Peut-être pas. Avant tout, je veux voir de quoi il s’agit. Je souhaite comprendre et analyser la situation. Un moment fut nécessaire pour atteindre ce-dit boisé. Trouver le rongeur est ma priorité, maintenant.

    Un jeune homme se tient à l’orée d’un bois. A-t-il reçu lui aussi l’ordre de venir en ces lieux à une heure aussi tardive ? A peine ai-je le temps de l’observer que j’aperçois l’unijambiste. Blanc comme neige, pas trop difficile à manquer. Ses deux oreilles sont droites sur sa tête, l’une d’elles légèrement orientée dans ma direction. Je m’annonce à l’individu tout en m’approchant d’un pas assuré.

    – Bonsoir, je suis Onishi Aoi. Je vois que tu as trouvé Gattsu ! Je suis si contente que tu l’aies trouvé, je le cherche depuis un bon moment à vrai dire.

    Je lui souris, pointant l’animal blanc de l’index.

    – Cet animal a de la difficulté à se déplacer en raison de sa patte manquante, le pauvre. On m’a demandé de venir ce soir pour le surveiller, pour une raison que j'ignore d'ailleurs

    Évidemment, il s’agit d’un mensonge. Mais lui, il ne le sait pas, pas vrai ? Je sors de mon sac à dos une carotte que j’ai pris soin d’emporter de chez moi avant de venir. Tout le monde sait que ces petites bêtes les adorent. Puis, si cela permet d’amadouer le gosse qui se tient devant moi, ça le fait.

    Je tends le légume orangé vers l’animal, attendant que celui-ci ne le récupère entre ses petites pattes avant pour commencer à le grignoter tranquillement. Je tourne la tête vers le garçon avant de demander :

    – Et toi, que fais-tu dans le coin ? On t’a demandé de venir aussi ?

    Je caresse tranquillement le pelage soyeux de la créature, attendant une réponse quelconque de l’individu en question. Même s’il me dit être venu lui faire la peau, c’est précisément noté que personne ne doit être témoin du meurtre. Il faudra que je l’écarte éventuellement.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t790-onishi-aoi-terminee#3951

Ven 11 Aoû 2017 - 18:20
Je venais à peine de détacher le lapin désormais blottit contre moi qu'une fille aux cheveux bleus arrivait sur le terrain. Cocasse. On avait dû se faire un malin plaisir à réunir les deux tignasses les plus chelous de Kiri au même endroit, devant une boule de poil handicapée et au nom ridicule. Elle aussi avait pour mission de surveiller le lapin ? Étrange. Je réussissais à garder mon air neutre malgré mes doutes et saluais ladite Aoi. Hors de question de lui parler de ma mission même si je commençais à croire que c'était des conneries et que dans les dix minutes qui suivraient on verrait débarquer un type aux cheveux verts et un autre aux cheveux roses. On me m'avait jamais fait mention d'un coéquipier et, tout naturellement, j'essayais de me débarrasser de la gonzesse au plus vite.

« Bonsoir Aoi. Je ne vous félicite pas. Pas DU TOUT même. Dire que j'ai payé pour ça... ». Je prenais un air consterné et levait mon œil vers le ciel par exaspération. « La Mizukage va entendre de mes nouvelles je vous le dit ! Je lui donne de l'argent afin qu'elle organise une mission de Rang D histoire que je trouve des gens de confiance pour escorter mon pauvre père malade jusqu'au prochain village et voilà ce qui arrive ! Je devais vous tester, vous deviez surveiller mon petit Gattsu depuis ce matin jusqu'à ce soir et vous n'arrivez que maintenant. ». Je soupirais longuement puis lui donnais une tape vif sur la main quand elle tentait de lui offrir une carotte. « Vous ne vous arrêtez jamais dites moi ?! Vous ne savez pas que les carottes c'est très mauvais pour les lapins ? C'est trop sucré. Mon pauvre Gattsu est déjà né avec une patte en moins, vous ne voudriez pas lui donner des carries ou le rendre obèse j'espère. ».

Je ne m'étais jamais vraiment essayé au théâtre mais je me trouvais assez convaincant dans le rôle du client insupportable et exaspéré. « Le pauvre, il est tout tremblant. Vous feriez mieux de rentrer chez vous mademoiselle, n'aggravez pas votre cas si vous ne voulez pas qu'on vous reprenne votre bandeau. ». Sur ces mots, je tournais le dos à mon interlocutrice et commençait à marcher vers la sortie pour m'éloigner d'elle au plus vite en espérant que mon talent inné ait fait mouche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Sam 12 Aoû 2017 - 0:03
J’écoute patiemment ce que l’individu à la chevelure blanche et rouge a à dire, ne l’observant qu’à peine, reposant mon regard sur la boule de poil. Deux couleurs pour une tignasse c’est assez particulier. Il se prend pour qui, Cruella d’enfer ? J’hausse les épaules, tâchant de suivre la conversation. Une incohérence se glisse dans ses propos qui me fait douter de lui. Premièrement, il dit être le propriétaire de ce rongeur de malheur et ayant payé un service de protection pour son animal de compagnie en tant que « test ». Qui paye les ninjas de la brume en se méfiant de leurs capacités ? C’est bizarre cette histoire. Aucune chance que je le laisse filer ainsi.

– Vous devez faire erreur, monsieur. Normalement nous savons quand nous sommes envoyés en mission et pour l’instant ce n’est pas mon cas. Secundo, la missive stipulait que le début de cette tâche s’amorçait en soirée et non au cours de la journée.

Il me tape sur la main. Sérieux ? J’inspire, tâchant de conserver mon calme et le voit s’emparer de la créature au pelage blanc. Et puis, depuis quand les carottes sont trop sucrées pour les lapins ? Merde… Je me relève pour lui faire face et l’interpelle :

– Arrêtez. Si vous pensez partir ainsi bien gentiment, alors vous vous trompez. J’ai ordre de surveiller cet animal toute la nuit et ce, jusqu’au lever du jour, alors vous n’irez nulle part. Et puis… Qu’est-ce qui me dit que vous n’êtes pas en ce moment même en train de me tester ?

Ce garçon a l’air bien déterminé, quand même. Je pose la main sur son épaule tandis qu’il marche dans la direction opposée pour tenter de mettre fin à ses déplacements. Pendant ce processus, je me demande à quel moment je pourrai faire la peau à cet unijambiste. Il faudra gagner du temps et parvenir à mettre la main dessus. Réfléchir à une diversion éventuelle sera nécessaire.

– D’ailleurs, ne serait-il pas mieux pour vous de veiller votre père en ce moment plutôt que de perdre votre temps précieux en ces lieux ? C’est qu’il doit avoir besoin de votre présence plus que vous ne l’imaginez.

Dis-je d’un ton calme et se voulant rassurant. Il finira peut-être par entendre raison et partir, après tout. Cela ne coute rien d’essayer de le prendre par les sentiments. Si ce stratagème ne fonctionne pas, il faudra trouver autre chose qui permettra de le tenir à l’écart le temps de mettre fin aux jours de ce compagnon domestiqué.

_________________
#357AB7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t790-onishi-aoi-terminee#3951

Mar 15 Aoû 2017 - 11:55
Ah. Merde. Il fallait bien entendu que je tombe sur une petite maligne. J'aurais préféré tomber sur un gosse un peu débile du style du Yuki, Shinichi. Je lui aurais fait gober n'importe quoi et ma mission serait déjà finie mais tant pis, j'allais devoir trouver autre chose. J'arrêtais ma tentative de fuite lorsqu'elle posait sa main sur mon épaule et me tournait vers elle.

« C'est bon c'est bon. J'avoue ! Tu m'as eu. Je n'ai pas d'escorte à confier, je n'ai pas payé la Mizukage pour te tester et surtout, je n'ai pas de père malade. » Je lui adressais un sourire gêné en me grattant l'arrière de la tête, Gattsu dans ma seconde main. « Pour tout te dire, je travail pour un refuge animalier et j'ai pris l'habitude de me balader dans les bois à la recherche d'animaux blessés. T'sais, un faon qui a marché dans un piège, un chat égaré qui s'est cassé une patte. Je les ramène au refuge où on les soigne puis on les remet en liberté. Là, quand j'ai vu ce pauvre petit lapin unijambiste attaché de la sorte mon sang n'a fait qu'un tour ! » Je soupirais longuement. « Je me suis dit, la cruauté humaine n'a pas de limite... J'essayais de te berner pour emmener ce petit bonhomme, désolé. ».

Je m'installais sur une souche toute proche en caressant la tête de l'animal, levant mon regard vers Aoi. « J'ai dit que je travaillais pour un refuge mais en vérité c'est bénévole. Je suis un ninja comme toi. » Je pointais du doigt ma boucle de ceinture marqué de l'emblème de Kiri. « Écoutes, j'ai une proposition à te faire. On reste ici ensemble à veiller sur Gattsu jusqu'au petit matin et si personne ne revient pour le chercher à ce moment et bien je l'emmène au refuge pour essayer d'arranger sa condition. Ça te va ? ». Je lui tendais la main avec un sourire bienveillant comme pour sceller notre accord d'une bonne poigne. « Je t'en supplies dis moi que ça te va. ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

Mer 16 Aoû 2017 - 15:10
    Mon visage devrait afficher une expression satisfaite, je suis parvenue sans nécessairement le vouloir à démasquer mon interlocuteur. Toutefois, ce n’est qu’un air méfiant qui règne actuellement sur mon faciès. Je relâche son épaule et m’écarte de lui légèrement tout en lâchant un « Oh! » d’indignation. Déjà le truc où il doit s'occuper de son père malade c'était trop. C'est mal vu de jouer les victimes et encore plus de s'en servir sous forme de mensonge. Il recommence par la suite à me raconter sa vie – comme si ça pouvait m’intéresser – en passant par les raisons pour lesquelles le garçon agit de la sorte. Je croise les bras sur ma poitrine et soupire.

    – Ouais, ouais, et moi je suis le croque-mitaine. Tu penses que je vais te croire après les mensonges que tu viens tout juste de me raconter ? On se connait depuis à peine cinq minutes et déjà j’ai du mal à te jauger.

    Je lève les yeux vers le lapin, gardant le silence pendant une poignée de secondes. Dans un refuge animalier, vraiment ? Pffff…

    – Si ça se trouve, t’essaie de t’en emparer pour en faire ton dîner de demain. Je n’ai pas confiance. Tu crois que je suis stupide au point de croire que passer la nuit en ta compagnie bien sagement t’empêchera de le poêler à l’aube quand je serai partie ?

    Faut pas rêver, quand même. Pas question que ce soit lui qui le dissèque et lui retire ses flancs. Sur la missive, il est clairement stipulé que je dois le faire moi-même et sans que personne d’autre ne me voit. En plus, c’est qu’il a l’air sympathique dans tous les cas. Peut-être l’est-il de nature, néanmoins je ne peux me permettre de le laisser partir avec Gattsu. Je dois faire mon truc avant le lever du jour.

    – Je pense que tu devrais me le donner. Malgré mes soupçons sur ton appétit d’ogre, je me sentirais davantage en sécurité – et il en est de même pour celle de Gattsu – si je le tenais moi-même.

    M’installant au sol face à lui, les jambes croisées, je l’observe. Je décroise mes bras et les tend vers l’avant en direction du fameux lapin blanc. Va-t-il choisir de refuser mon offre ? Pourtant, pour quelqu’un qui est un menteur de haut calibre et qui se dit protecteur de la faune et de la flore, elle me parait plutôt intéressante…

_________________
#357AB7
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t790-onishi-aoi-terminee#3951

Jeu 17 Aoû 2017 - 13:25
« Manger Gattsu ? Ce serait horrible ! Et puis réfléchis un peu, ça se voit bien que c'est un petit vieux ce lapin à qui il manque une patte de surcroît. Je m'y connais absolument pas en viande lapine cela dit mais si vraiment je voulais en manger je serais aller chez le boucher pas en pleine forêt en espérant tomber sur lui par coup de bol, attaché à un arbre en plus. Il a que la peau sur les os, et puis je crois que le lapin ça se cuit à la marmite pas à la poêle. ».

Je n'hésitais pas un instant à déposer le lapin désormais plus calme dans ses bras. Après tout il était stipulé que je devais le protéger jusqu'au lever du jour mais il n'y avait personne en vu alors je pouvais bien déléguer le travail tant que la petite bête restait saine et sauve. « Je te le donnes mais tu fais attention à lui mais plus de carotte, sans rire, c'est vraiment mauvais pour les lapins. Et du coup je considère que t'accepte que je veille avec toi toute la nuit. ». Je lui adressais un sourire et posait l'une de mes mains sur son coude, l'autre un peu plus bas sur son avant-bras en me voulant chaleureux. « Merci de ta confiance. ». Je la relâchais puis il y eût quelques longues secondes de silence gênant avant que je ne reprenne la parole.

« Puisqu'on est ici autant apprendre à se connaître ! Je me suis pas présenté je crois avec toutes cette histoire. Je m'appelle Jin. Metsu Jin. ». Je descendais de ma souche pour m'asseoir au sol en face d'elle, j'étais à son niveau et pouvais agir au cas où elle tenterait de me faire un coup foireux. La nuit était entièrement tombée mais nous avions de la chance, le ciel ne présentait aucun nuage et la lune presque pleine nous éclairait très correctement au milieu de ce bosquet. « Alors Aoi. Ça fait longtemps que t'es Genin ou bien c'est ta première "mission" ? Si c'est le cas tu dois pas trouver que la vie de ninja ce soit l'éclate, je me trompe ? ».

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t337-termine-jin-metsu

EQUIPE PANDA, L'ELITE DES NULS ! [PV Jin ; Aoi]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume
Sauter vers: