Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji]

Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Empty
Jeu 12 Déc 2019 - 21:38
Seul face à la nature. Les herbes s'agitent, les lianes s'excitent, la tension monte et tout devient anxiogène. Je ne suis plus capable de dire combien de jours se sont écoulés depuis mon intrusion chez Mère Nature. Je ne suis persuadé que d'une chose : elle reprend ses droits. La volonté a beau être inébranlable, les fait sont là : nous ne sommes rien. Rien ni personne ne peut vaincre la nature, elle seule a le pouvoir sur tout.

-"Oui Kabuto, j'arrive !"

Tandis que je suis un genou sur le sol, un de mes deux pieds tente de me faire garder l'équilibre en écrasant la terre sous ma semelle. Je veux résister. La nature est forte, mais je veux l'être encore plus. Les animaux ici n'auront pas raison de moi. Je serais toujours suffisamment fort pour en venir à bout. La chasse m'a forgé, mon corps est devenu plus résistant, et si mes muscles se sont renforcés, mon esprit s'est affûté.

-"Oui je t'ai dis que j'arrivais ! Trente secondes !"

Je suis maintenant capable de discerner la folie de la réalité, je ne me fais plus tromper par mon esprit. La nature n'est pas mon seul ennemi, mon cerveau est des siens. Le moindre son se transforme en un danger, le moindre détail peut-être un animal meurtrier qui s'apprête à nous sauter dessus pour nous arracher la jugulaire de ses dents acérées. Je me suis entraîné à percevoir les véritables détails, ceux qui sont véritablement importants. Pas ceux qui tentent de nous berner.

Ma volonté se concentre dans ma jambe, et mon seul objectif à court terme devient celui de me remettre debout. Comment vaincre le destin à genou ? Il fallait lui faire face et lui dire, les yeux dans les yeux "tu vois mon bonhomme, je suis là et j'ose te tenir tête". Mon regard scrutait les infinies teintes de verts, à la reche-

-"C'est vraiment qu'un jardin que tu dois arranger hein, je crois que tu en fais trop là."

Mon regard accompagné d'une moue presque déçue venait se confronter à sa tête qui signifiait "je ne te comprends pas". Même si je comptais faire cette mission avec toute la bonne volonté du monde, je ne pouvais m'empêcher d'être comme insulté par ce qu'on venait de me demander de faire. Héros de Kumo ? La déchéance était visible au travers de cette mission. Destiné à couper des jardins.

-"Je trouvais ça quand même plus excitant écrit comme ça."

Je laissai rouler mon crayon le long du bureau de notre salle à manger. Je me levais de ma chaise, prit mes affaires dont mon katana, je l'installais d'ailleurs sur mon dos, et je me dirigeai vers le domicile dont il était question.

La marche lente, le regard incertain, je me renfermai tandis que je m'approchais de l'antre maudite. Le portail rongé par l'âge me rappelait le temps de la guerre. Mais il n'était pas l'heure à songer au passé, le présent frappait à la porte. Sur mes gardes, m'approchant dangereusement des innombrables herbes qui devaient cacher pièges et embûches, je tâchais de ne pas oublier mon seul et unique objectif : tout éradiquer.

_________________
Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Zeah


Dernière édition par Sendai Yahiko le Mer 8 Jan 2020 - 12:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Metaru Reiji
Metaru Reiji

Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Empty
Sam 14 Déc 2019 - 16:02
On était sur quelque chose de vachement passionnant là. Reiji peinait à cacher son enthousiasme face à la mission qui venait de lui être confiée. Du jardinage, du putain de jardinage. Aller nettoyer l'espace vert d'un handicapé touché de plein fouet par la vieillesse et dépourvu des sens des responsabilités, accessoirement, puisqu'il s'était offert un petit séjour chez de la famille en laissant son terrain à l'abandon. D'ordinaire, une personne censée embaucherait un gamin désireux de se faire un peu de fric pour entretenir le coin en son absence. A croire que dans ce village, les vioques étaient tous bons à nous emmerder, et radoter sur l'ancienne époque. Encore que sur ce point, c'était plutôt universel. Metaru Reiji, Genin de Kumo, jardinier à ses heures perdues, chargé du désherbage et de l'élagage de vos mini-forêts sauvages.

Quand t'as des shinobis de bas rangs à la pelle et que tu sais pas quoi en faire, tu les envois retrouver des chats ou servir de larbins aux villageois, un classique. Pour un Genin, même si la mission n'était pas exaltante, il n'y avait rien de surprenant à se retrouver sélectionné pour l'accomplir. On ne confie pas une rang D à l'élite des troupes, ce serait une perte de temps assez stupide. A moins que... D'après ce que l'ordre de mission renseignait, il agirait en duo avec un certain Yahiko. Sendai Yahiko, un Jônin. Un Jônin, au désherbage, ouais. Lui, soit il avait récemment fait une belle connerie et on avait décidé de lui faire passer l'envie de recommencer, soit il était en plein troubles post-traumatiques des récents événements avec l'Empire et il n'était plus bon à rien. Ou on le soupçonnait de bosser pour eux, éventuellement. Y'avait une couille dans l'histoire, une entourloupe sous la loupe comme dirait un illuminé du village.

En route pour la jungle du vieux Nakimoto. Le Metaru, pas emballé par la tâche qui l'attendait, avait surtout hâte de voir la tronche du malheureux gradé rabaissé à ce genre de corvées. Il arriva presque au moment où l’intéressé s'apprêtait à s'engouffrer dans l'enfer florale envahissant le domaine du vieillard. Il le siffla, démontrant une certaine forme d'irrespect dans son attitude, mais le but était surtout de lui éviter de s'aventurer tout seul là-dedans. Mains dans les poches de son large manteau blanc, il le rejoignit tranquillement, avant de se présenter. Confirmer qu'il s'agissait bien de son binôme, et expédier ce moment assez lourdingue ou chacun décline son identité, instant qui l'ennuyait terriblement. Il fut surpris également de constater la jeunesse du Jônin, il aurait pu parier une pinte de bière qu'il était plus jeune que lui.

Il ne le montra pas, mais une pointe de jalousie lui pinça les entrailles. Même si son propre parcours subissait des lenteurs à cause de son comportement désinvolte et ses bavures, il n'en restait pas moins qu'un sacré fossé hiérarchique les séparait pour un âge équivalent ou presque. Un lécheur de bottes peut-être, ou juste un génie comme on en croise rarement. Pas un cancre en tout cas. Seul rayon de soleil sur le tableau qu'il était en train de dépeindre, sa présence ici, sur une mission de rang D. Monsieur le jeune Jônin prodige ne devait pas être si parfait, finalement.

Le sujet bascula rapidement sur la mission, dont l'objectif était de se débarrasser des mauvaises herbes et de préparer le terrain pour un potager.

C'est dommage pour le projet du potager, sans ça on aurait pu expédier la mission en foutant le feu à cette jungle...

Sachant qu'il n'avait pas les commandes suite à la différence de grade, il accepta malgré lui de se plier aux ordres du Sendai.

Comment t'as envie de procéder, du coup ?

Il tutoyait son supérieur oui. Les formules de politesses, Reiji avait tendance à se torcher avec, une autre des explications à sa progression si lente dans la pyramide des grades...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7624-metaru-reiji-100
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Empty
Mar 17 Déc 2019 - 10:45
Seul mon regard se tourna vivement vers la personne qui venait de me siffler. Loin de prendre ça comme un manque de respect, je le voyais plutôt comme un moyen original d'appeler quelqu'un. Peut-être étais-je trop innocent pour considérer quelqu'un qui souhaitait être arrogant, je n'étais pas la bonne cible pour ces provocations. Cela dit, il ne fut dans ses paroles pas désagréable, bien qu'expéditif. Le suivant dans son élan, je me présentai très brièvement, comprenant rapidement comme lui que nous étions bien les deux comparses pour cette mission.

La simple vue de son style vestimentaire était suffisante pour comprendre qu'il la détestait. Les teintes de noir étaient ce qui décrivaient le mieux l'entièreté de son apparence. Tout était si sombre qu'on pouvait le soupçonner de n'être attiré que par l'action, la guerre, le sang et la sueur. Loin de tout jardinage, loin d'ailleurs de toute autre mission banale de rang D, j'étais prêt à parier qu'il préférait largement un bon combat à mort. Sa première intervention soulignait d'ailleurs cette idée, tant il ne me serait jamais venu à l'idée de mettre le jardin du vieillard en feu. La mission était ingrate, mais elle ne méritait pas de telles intentions hostiles.

Et il était Genin. Dans cette situation, j'étais en position de supériorité par rapport à lui. Rapport hiérarchique oblige. Cela dit, mes quelques expériences personnelles m'avaient permis de comprendre qu'on ne changeait pas quelqu'un comme ça. J'étais un Jônin coincé dans une mission de rang D, quelle leçon pouvais-je bien lui donner ? Aucune, je ne savais même pas pourquoi j'étais là, je pouvais largement prévoir qu'à la moindre critique que je pouvais lui faire, il aurait toute la légitimité de remettre mon statut en question. En réalité, même moi je le remettais en question. Maudite mission...

Une seule solution me semblait être la plus viable : le considérer d'égal à égal. Le prendre comme un ami de galère. De toutes façons, lui comme moi savions que nous étions tous les deux dégoûtés d'être ici.

A sa question, mon regard se perdait sur le jardin qui nous entourait. Il y avait une quarantaine de mètres carrés remplis d'herbe. Nous ne pouvions rien voir, mais en réalité, il y avait quelques endroits dans lesquelles l'herbe ne poussait pas. Ces endroits étaient prévus par le vieillard pour son futur potager, autrement dit, ils seraient là où toutes ses plantations visaient à être installées.
Les géantes herbes n'étaient pas nos seules ennemis. De nombreuses ronces nous empêchaient de nous y déplacer convenablement, et c'était sans compter les innombrables insectes qui risquaient fortement de nous sauter dessus lorsqu'on les croiserait. Il ne valait mieux pas avoir la phobie de ces p'tites bêtes.

Sans le savoir, une dernière chose habitait ce jardin qui, d'extérieur, paraissait tout à fait banal. Si ce n'était pas inscrit dans la mission, le vieux s'amusait à gérer son jardin à l'aide de son chakra. Ancien shinobi possédant le Mokuton, il y avait tout à parier que les herbes, les ronces et les insectes pouvaient agir à cause de ce chakra. Des impulsions qui les traverseraient et qui les pousseraient à bouger légèrement. Légèrement, ça restait une mission de rang D. Mais quand je le découvrirai, je savais très bien que j'étais du genre à m'amuser avec les gens qui se prenaient un peu trop au sérieux. Je manipulai le chakra, moi aussi.

Après avoir eu une vue d'ensemble sur le jardin en l'observant quelques instants, mon regard s'orienta de nouveau sur mon camarade. Techniquement, j'avais des techniques qui, en quelques secondes, avaient de quoi trancher l'herbe sans trop de difficulté. Mais je comptais bien donner un peu de fil à retordre à mon camarade. Les mauvaises expériences, elles aussi, forgeaient la jeunesse.

-"Sauf si tu connais des techniques pour trancher l'herbe plus rapidement, on va devoir y aller avec les deux petites faucilles qui sont disposées là bas", commençais-je avec un air déçu mais qui se ravisait.

Un jeu d'acteur qui me permettait de ne pas passer pour un gros idiot, et qui insistait sur le fait que je n'aimais pas cette mission. Je marchai vers les deux outils, les récupérai, et en donnai un à mon coéquipier.

-"Je pense que couper cette jungle c'est la meilleure chose qu'on puisse faire pour commencer. On prendra soin du terrain après. Tiens, commence là bas si tu veux, je trouve ça plus motivant de finir plus vite une rangée d'herbe. On se retrouve au centre !"

Le premier plan était de travailler par rangée. Nous en faisions une, nous nous retrouvions au centre, puis nous repartirons sur une deuxième rangée pour la refaire, et ce jusqu'à tout faire.

Mon deuxième plan plus personnel, c'était d'échapper à la vue de mon camarade pour le livrer à quelques épreuves. La mission serait ainsi plus marrante pour lui comme pour moi.

Il ne me restait plus qu'à attendre qu'il soit d'accord de procéder de cette manière pour nous y mettre.

_________________
Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Zeah


Dernière édition par Sendai Yahiko le Mer 8 Jan 2020 - 12:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Metaru Reiji
Metaru Reiji

Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Empty
Lun 23 Déc 2019 - 6:12
Une bonne grosse mission de merde, on partait en plein dedans, à n'en pas louper. Il n'y avait qu'à voir l'attitude du Jônin en charge des opérations, il voulait s'occuper de tout couper à la faucille. Génial. Une bien brave idée pourrie pour bien se faire chier davantage pensa le Genin, mais ne préféra pas partager son opinion à voix haute. Il y avait des fois, il fallait savoir la garder fermée, et s'exécuter. Une mission de rang D n'avait pas à objectif d'être passionnante, il aurait du frisson et de l'excitation une prochaine fois. Résigné comme rarement il pouvait l'être, il poussa un profond soupir d'exaspération avant d'aller se saisir de son arme. L'idée de provoquer son supérieur en combat singulier lui traversa l'esprit, un face à face à la faucille, c'était une perspective bien plus excitante. A la place, on lui attribua sa position de départ, et la direction à suivre.

Encore fallait-il parvenir jusqu'à l'endroit désigné par Yahiko. Sans marteler la zone de coups tranchants de son outil de jardinage, c'était impossible. Trop de ronces aussi épaisses qu'un tronc, trop de hautes herbes à l'origine plus que douteuse. A se demander si l'une d'elle ne tenterait pas de le gober pendant qu'il ne faisait pas attention. Il entendait également ramper, et se déplacer tout autour de lui. Il y avait de la vie dans ce foutoir végétal, et un petit quelque chose d'angoissant. Raisons plus que suffisantes pour s'en donner à cœur joie de découper dans le tas. Peu observateur car très peu intéressé par la mission, il ne remarqua pas les impressions de mouvements que donnait par moment les ronces, semblant se déplacer au fil de sa progression. Dommage, car ce détail aurait pu lui éviter une foule de problèmes à venir...

Allez, on fait comme il a dit le monsieur, et on rejoint le centre...

S'il se moquait, c'était avant tout pour tuer son ennui. Durant une bonne vingtaine de minutes, il s'attela à la tâche, silencieux. Il ne croisa rien d'étrange au sol, contrairement à ce qu'il pensait et rien ne vint lui compliqué le travail. C'était simplement mortellement insipide comme mission, et il devait perpétuellement lutter avec l'envie de foutre le camp pour aller pioncer à l'ombre. En fait, plus le temps s'écoulait et plus il commençait à considérer sérieusement cette option. Attendre que l'autre soit absorbé par son action pour déguerpir incognito, pourquoi pas ? Finalement, ils se retrouvèrent au centre de la première rangée, tant bien que mal. Il suait à grosses gouttes, il faisait chaud et l'air y était étouffant au milieu de cette jungle. Il enleva son long manteau et le laissa tomber à ses pieds, il viendrait le récupérer plus tard.

Bordel ! Si on prend autant de temps pour chaque rangée, tous les gars de ma promotion seront Jônin avant moi à ce rythme !

Il essuya la sueur perlant sur son front d'un revers de main, et ajouta sur un ton moqueur.

Remarque, vu à quoi servent les Jônins de nos jours, ça me changera pas vraiment...

Quand on s'appelle Metaru Reiji, on ne perd jamais une occasion de tacler une personne, c'est bien trop jouissif.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7624-metaru-reiji-100
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Empty
Sam 28 Déc 2019 - 12:38
Étonnamment, il ne broncha pas. Je m'attendais à ce que le gothique lève un peu la voix et fasse comprendre sa frustration, mais il n'en fit rien. J'avais donné mes ordres, et sans un mot, il était parti s'atteler à la tâche. Enfin, ils étaient parti s'atteler à la tâche : lui, et la mauvaise aura qui le suivait. Je récupérai dans un premier temps l'outil qui me serait utile à tailler les herbes, et me mit à l'opposé de mon camarade de mission... hors de toute vue.

L'envie me tiraillait. L'embêter pour tenter de le faire sortir de ses gonds, pour voir un peu ce dont il était capable, mais surtout pour rendre cette mission plus attrayante. Je prônais la sagesse, je tentais souvent de me différencier en apportant du calme, de la réflexion et de la tolérance, mais il était évident qu'une part de moi était comme tout le monde. L'ennui assassinait le moral, et l'idée de se taper en guise d'entraînement assassinait l'ennui. Inutile de se voiler la face, nous n'étions pas des ninjas pour rien.

Cela dit, une petite voix dans ma tête ne cessait de me dire que nous ne le connaissions pas. Peut-être se sentait-il tellement insulté à l'idée de se retrouver dans cette mission, que l'idée d'être maltraité par le jardin le rendrait complètement fou. Je n'étais pas né méchant, et pour être honnête, au fond de moi, je n'appréciais pas le plan de l'embêter dans cette tâche ingrate. Aussi, je me résignai rapidement. Il fallait laisser tomber, nous accomplirions cette maudite mission avec ennui, mais sans torture supplémentaire.

Je m'attelais à la mission sans broncher. La seule différence avec mon collègue Genin, c'était que quelques mouvements de Kenjutsu associés à mes capacités de clan m'aideraient à progresser. Quitte à ce que je renonce à l'idée de le torturer un peu pendant son labeur, il fallait trouver une motivation ailleurs. Je sortis mon katana que j'empli de chakra, et débutai quelques pas que j'avais vu dans un bouquin.

"L'art du Kenjutsu", qu'il s'appelait. Il illustrait en son sein plusieurs espèces de danse qui permettaient de mieux s'approprier son arme et son corps. Une épée seine dans un corps sein : la devise de ceux qui avaient écrit et dessiné toutes ces pages. Même si ma mémoire devait être mon plus grand défaut, je tâchais de me souvenir d'un maximum de pas que j'avais vu. Le pas souple, la rotation tantôt lente et tantôt rapide mais le geste ferme, je me concentrai pour toujours taillader l'herbe à la même hauteur.

J'avais beau avoir chargé ma lame de chakra, je ne l'utilisais pas maintenant. J'étais bien trop novice dans ces mouvements pour me permettre de laisser s'échapper du chakra tranchant. Couper malencontreusement la tête de mon camarade ne faisait pas parti de mes plans, bien que le risque soit évidemment minime. En deux temps trois mouvements, je m'étais rendu au milieu du jardin. J'appréciais tout de même le travail bien fait, ainsi, je m'allongeai au sol pendant le temps d'attente pour envoyer une grosse lame de chakra égaliser la taille des herbes.

Il n'y avait plus qu'à attendre que le gothique arrive. Je m'assis justement contre cette même herbe, et tapotais mes poches. Avec un peu de chance, j'avais justement pris ce livre avec moi en me disant que j'aurai du temps à perdre. Et bingo, avec ça, je tuais le temps jusqu'à ce que l'autre finisse la première partie de sa tâche.

Sans aucune provocation et avec tout le respect que je lui devais, je l'écoutai se plaindre. Il avait bien raison, enfin c'est ce que je me disais jusqu'à sa dernière provocation. Était-elle personnelle parce que j'étais Jônin et que je me retrouvai dans ce merdier, ou critiquait-il l'entièreté des gradés du village ?

Enfoiré. Il méritait finalement bien une petite punition discrétos.

Mon regard ne broncha pas, et je fis celui qui ignorait complètement sa remarque désobligeante. La vengeance était un plat qui se mangeait froid, et il n'y avait aucune raison de la dévoiler trop vite.

-"Allez, on est reparti pour le deuxième tour."

Je me levai de ma position assise, et redisparu de la vision du Genin. Je regardai de temps en temps pour moi s'il ne me suivait pas ou pour voir s'il n'y avait pas de risques qu'il me voit d'une quelconque manière, et une fois que lui comme moi fûmes invisibles à la vue de l'autre, j'agis.

Premièrement, des clones. Le travail était long et chiant, ils me permettraient non seulement d'aller plus vite, mais aussi de continuer à bosser pendant que je faisais mes plans de vengeance. Une fois qu'ils furent positionnés et qu'ils commencèrent à faire leur boulot, je fis quelques mudras pour faire émaner de moi un peu de chakra. En posant mes mains au sol, je ne fis aucune technique en particulier. Je n'avais qu'une seule idée en tête : que mon chakra "excite nerveusement" le chakra présent dans le jardin dans une zone en particulier.

Ce même chakra, je l'envoyai discrètement dans la zone où se situait Reiji, que j'avais repéré avec une technique de détection. Les herbes bougeaient d'elles-même naturellement, mais boostées par du chakra, elles prendraient peut-être quelques libertés.

De l'autre côté du jardin, j'espérais entendre râler. Avoir de gigantesques herbes qui se faufileraient dans ses vêtements et autour de ses jambes, ça avait de quoi faire réagir. Si tout se passait comme prévu, il y avait moyen que la finalité de cette mission soit un combat en un contre un avec une petite attaque par surprise. Il critiquait les Jônin ? Je prendrai toute la liberté de lui en faire garder un mémorable souvenir.

_________________
Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Zeah


Dernière édition par Sendai Yahiko le Mer 8 Jan 2020 - 12:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Metaru Reiji
Metaru Reiji

Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Empty
Ven 3 Jan 2020 - 9:34
Le pire quand on est un petit con provocateur comme pouvait l'être le Metaru, c'était de tomber sur des personnes ne rentrant pas dans le jeu. Celles qui gardent leur calme, leur sang-froid, qu'importe ce que vous pouviez leur balancer à la tronche. De par son expérience dans le domaine, il avait appris que beaucoup faisaient semblant d'être hermétique à ses insultes, ses tacles verbaux, et qu'en réalité, ils bouillonnaient de l'intérieur. Il fallait seulement pousser le vice un peu plus loin, continuer de les travailler au corps et cela finissait toujours par payer. L'explosion de rage s'en révélait plus belle, plus jouissive, un véritable plaisir que de voir son interlocuteur pété un plomb, rongé par la haine. Réaction violente ou pas, ceci ne relevait que du bonus. Tous n'étaient pas ainsi, certains, de rares élus dont il ne faisait pas partie, possédaient réellement la capacité de faire abstraction de l'énergie positive que mettait Reiji à leur pourrir la vie. Ces gens avaient son plus grand respect tout autant que son plus grand mépris.

On repart déjà à l'attaque ?! Pas moyen de pioncer un peu avant ? Non... ?

Du vent, c'est tout ce qu'il reçut en réponse. Ce type, ce Jônin un peu perdu, il n'avait pas l'air de l'apprécier ou alors, il ne daignait pas discuter avec un simple Genin. En y réfléchissant, lui non plus à sa place ne voudrait pas perdre son temps avec un ninja de bas étage. Il ne savait pas grand-chose sur le clan dont il était originaire, les Sendai, tout autant que les autres familles de Kumo ne l'intéressait pas. Il connaissait les bases et ce qu'il se disait d'eux, le reste lui passait au-dessus. En se renseignant un peu, sans doute aurait-il pu en apprendre davantage sur l'énergumène. En attendant, il empoignait de nouveau sa faucille et observait, d'un air blasé, la seconde rangée de plantes qui l'attendait. Les Débroussailleurs de L'extrême, tel était le surnom qu'il donnerait à ce duo. Bien plus de gueule que les Les Chercheurs de Chats de L'extrême, mais pas autant que Les Déserteurs de l'Extrême. Eux avaient sacrément la classe, et une paire de baloches plus grosse que la poitrine de Yami-sensei.

Débroussailleurs de L'extrême, épisode 2. La faucille enragée.

C'était plus fort que lui, quand une situation l'ennuyait, il faisait le con. Comme un besoin, une pulsion irrésistible de tout tourner à la dérision, d'alléger la sentence. Un moyen de faire qui le sauvait d'interminables heures prisonnier de son esprit, à ruminer dans son coin sur sa situation merdique, et sur ce qu'il avait bien pu faire pour se retrouver ici à la place d'un autre. Un peu comme devait être en train de faire le Yahiko en ce moment même, quoi. De sa main droite, il faucha la première plante à sa base, qui retomba au sol dans la foulée. Il enchaîna sur une deuxième et, pour chacune des plantes qu'il taillait, son geste s'intensifiait, comme si son manieur était pris d'une soudaine frénésie. Le scénario prenait forme dans son esprit. La faucille, ce simple outil de jardinage se révélait être en réalité un sombre et ancien artefact qui altérait la psyché de son possesseur, qui sombrait alors dans une sorte de fureur sacrée. Il tranchait à une allure soutenue, presque folle, toute chose sur son chemin, incapable de s'arrêter...

Quel est ce nouveau maléfice ?!

La question était posée pour la beauté du rôle qu'il incarnait, sans savoir qu'un réel maléfice venait de s'activer tout autour de lui. Absorbé par l'interprétation de sa vie, mimant la fureur Berserk dont il était victime, engendrant les mètres déblayées bien plus rapidement ainsi, il ne fit pas attention à la végétation qui s'enchantait, comme par magie. Un shinobi, même le plus attardé d'entre eux, sait pertinemment que rien n'arrive par enchantement en ce monde. Partout où un truc de louche se trame, comme un jardin animé d'une sorte de vitalité anormale, du chakra traîne dans les parages. Enfin, fallait-il déjà se rendre compte du danger imminent le guettant...
Ce qui arriva indéniablement lorsque Reiji fut frappé derrière le crâne, comme une espèce de claque collé sournoisement dans son dos. Coupé dans son élan, il se retourna brusquement, brandissant presque instinctivement l'objet tranchant dans sa main, mais ne constata qu'il n'y avait personne. Lui qui s'attendait à y voir son supérieur fut surpris, et cru qu'il avait halluciné. Ce qui n'aurait pas été la première fois, à la différence des autres fois où ça lui arrivait, aujourd'hui il n'était pas bourré. Ses doutes s'envolèrent quant cela se reproduisit, au moment où il s'apprêtait à trancher l'une des dernière plantes le séparant de la fin de la rangée.

Bordel de.

Cette fois il en était sûr, il n'était pas fou. Pour appuyer ses dires, une grosse ronce entouré de lianes moins épaisses essaya de grimer le long de sa jambe, pour y faire des choses qu'il ne voulait pas savoir. Pris de panique à l'idée de finir comme une petite dans un animé pervers, il agita sa jambe dans tous les sens, avant de se résoudre à frapper de sa faucille.

Va chier !

Lui vivant, rien ne lui grimperait dessus sans son consentement, encore moins des trucs étrangement longs et rampants. Sauf que ce foutu jardin en avait décidé autrement, et bientôt il dû faire face à plusieurs de ses laines et ronces alliées contre un ennemi commun, lui. Voilà que cette mission prenait des proportions réellement dangereuses, on était plus dans son imagination là. Reiji et Yahiko combattent le mal, voilà qui ferait un nom de livre horrifique à succès. Inspiré de faits réels, comme celui qu'il avait lu, relatant l'histoire de deux péquenauds venus se ressourcer en forêt et qui finissent par tomber sur une bandes d'adolescents venus faire les cons dans le coin. Une merde fait que l'un des jeunes crève et ses potes finissent par croire que les deux zigues, Tuckerito et Dalezô sont les meurtriers alors que ces derniers croient que les mioches sont membres d'une secte prônant le suicide collectif. Un énorme quiproquo qui entraîne une série de conneries hallucinantes...

Arrière, démons !

Qu'il hurla, opposant son arme sacrée face à l'entité démoniaque venue s'emparer de son enveloppe charnelle. Un instant, cela lui sembla efficace, avant de constater qu'un truc tentait de lui passer sous le tee-shirt et dans le pantalon, dans son dos. Il cria d'effroi comme rarement il avait pu le faire dans sa vie, et repoussa la chose, avant de se jeter en avant, tranchant dans le tas pour éviter de finir englouti par cette jungle maudite.
Il en vint finalement à bout après plusieurs minutes d'un âpre combat, duquel il ressorti épuisé, psychologiquement comme physiquement. Les vêtements déchirés à plusieurs endroits, la peau entaillée, les cheveux en bataille, transpirant plus encore, il retourna au point de rassemblement et s'y effondra sur le dos, tentant encore de réaliser ce qu'il venait de se passer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7624-metaru-reiji-100
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Empty
Mer 8 Jan 2020 - 13:59
Deux clones qui me mâchaient le travail, et une main vicieuse au sol qui n'avait qu'un objectif : rendre la mission plus amusante. Prendre soin d'un jardin, c'était mignon, mais c'était très ennuyeux. Il était nécessaire de pimenter un peu la vie des participants... moi comprit. Tandis que je gardais une main ferme collée à plat sur le sol, mes doubles avançaient le travail que je devais faire. L'avantage de ces derniers, c'était qu'ils étaient capables de me rendre l'expérience qu'ils avaient accumulé. Je profitai de cela pour leur demander d'avancer le travail de la même manière que je le faisais, c'est à dire avec des genres de katas au sabre qui coupaient une bonne partie d'herbe à chaque mouvement.

Je gardai mon contact au sol pendant un bon moment, jusqu'à ce qu'un de mes clones avait quasiment fini la partie de travail qu'il avait à faire. Rapidement, je fis cacher mes deux clones et je repris ma position pour faire comme si j'étais l'acteur de toute la progression. Evidemment, il était compliqué de ne pas entendre les cris de mon camarade. Je n'avais qu'un regret dans ce plan machiavélique, c'était de manquer l'occasion de voir son visage ahuri par la situation. Je finalisai le travail de quelques coups d'épée, et attendis qu'il ai fini le sien.

A ce moment là, je devais dire que le plus dur était de garder mon sérieux. Je n'avais pas même mon masque, qu'un jeu d'acteur sur lequel je me concentrai fermement pour être le plus crédible possible. Grâce aux bruits, je savais qu'il arrivait, et un peu avant qu'il n'atteigne mon niveau, je lâchai à voix haute une phrase qui, grâce au ton, faisait croire que je me parlais seul.

-"Ces maudites herbes sont animées par son chakra, tss. Ils auraient dû le préciser dans l'ordre de mission."

Mon regard s'écarquilla tandis que je le voyais s'effondrer dans son piteux état. L'air gêné, la bouche entrouverte alimentant mon jeu d'acteur, j'essayai de montrer un peu de compassion quant à son état.

-"Ah... euh, je vois que t'as passé un moment plus éprouvant que le mien."

Quelque part, il y avait une manière de dire "eh beh, sacré ninja, pour perdre face à des plantes". C'était une façon d'attiser un peu le karma pour sa précédente provocation. Mais je n'en avais pas encore fini, il y avait encore quelques petits trucs que je voulais faire pour le hanter un peu plus.

-"Repose toi un peu, je me suis fait un clone pour m'aider de toutes façons", lui adressais-je avec un petit sourire.

Ca pouvait l'insulter, si l'on y réfléchissait bien. Mais je m'en moquais pas mal, je n'appréciais pas les petits insolents qui, sans pouvoirs ni capacités, arrivaient à prôner des valeurs horribles comme s'ils avaient de quoi les défendre. D'un geste de main, je m'éloignai de lui en sortant mon katana. Tout était visuel, il devait comprendre que dès qu'il me croiserait, je serais avec mon katana en train de trancher les herbes. J'ai fait deux clones, mais en lui disant que je n'en avais fait qu'un, ça me laissait à moi, l'original, toute la liberté de passer à la seconde partie de mon plan.

J'avais une technique parfaite pour cette situation. Une fois que je ne fus plus visible à ses yeux, je trouvai un angle de vue parfait pour appliquer mon illusion sans qu'il ne me repère. Je connaissais le physique de celui qui avait demandé la mission, ainsi, grâce à ce Genjutsu de mon cru, j'allais pouvoir me faire passer pour lui. Je comptais bien l'ennuyer un peu tandis que mes clones continueraient le travail. Evidemment, entre temps, j'avais expliqué mon plan à mes clones afin qu'ils soient les complices parfait de cette fourberie.

De ce fait, tandis que les deux copies avançaient le travail, je changeai de position pour arriver du portail d'entrée, évidemment caché par toute cette grande masse d'herbe. J'arrivai par derrière le Genin, transformé en le vieux commanditaire de la mission, et criai de sa voix grave, marquée par l'âge et la cigarette.

-"Hé alors, garçon ! Je reviens plus tôt que prévu et je vous vois vous reposer ?! Pour quoi pensez vous que je vous paie ?! Pour tirer au flanc ?!"

Les pièces étaient posées. Je m'attendais à recevoir de la haine ou une tête déconfite. Que préférait-il ? Son honneur ou son argent ?



_________________
Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130
Metaru Reiji
Metaru Reiji

Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Empty
Mar 14 Jan 2020 - 12:44
Il s'accordait un temps de repos, non pas qu'il était aux portes de l'évanouissement et qu'il les franchirait s'il poursuivait ses efforts, mais plus qu'il en avait plein le cul de ses conneries. Il y en avait une accumulation depuis le début de cette mission et il était à deux doigts de péter les plombs. L'autre abruti ne le connaissait pas et était sans doute loin de s'imaginer qu'un Reiji grillant un fusible était un Reiji totalement hors de contrôle, capable du meilleur mais surtout du pire. Voilà qu'il en apprenait davantage sur ce foutu jardin à la con, comme quoi le vieillard l'avait contaminé de son propre chakra. Rien que pour les faire chier ? Quel genre de sac à merde pouvait à se prendre plaisir à emmerder les gens gratuitement ? Mise à part lui-même, le Metaru étant le spécialiste dans ce domaine. Le problème étant qu'il ne supportait pas qu'on lui fasse ce que lui ne se gênait pas de faire.

Ne fais pas aux autres ce que tu ne veux pas qu'on te fasse, la Doyenne du clan lui répétait souvent cela après une de ses nombreuses conneries. Chaque fois qu'il entendait ces mots sortir de sa vielle bouche fripée, il avait eu envie de lui cracher son dégoût au visage. Combien de fois dans son enfance on lui avait fait la misère simplement parce qu'il n'était pas comme les autres ? Qu'il ne voulait pas rentrer dans le moule ? A cette époque, il ne cherchait pas les ennuis, ne ressentait aucune animosité particulière et aucun désir de violence gratuite, il ne faisait rien de mal et essayait de vivre sa vie. Pourtant, tous les tocards de son clan s'en était donné à cœur joie pour lui faire la misère et lui rappeler à quel point il était différente d'eux. Aujourd'hui, grandit de cette expérience, il n'hésitait plus à faire ce dont il avait envie, à qui il avait envie. Si cette personne n'en ressortait pas plus forte mentalement, c'était qu'elle ne valait rien de base, tout simplement...

C'est peut-être parce que je bosses plus, en fait...

Si le gradé voulait jouer à ce petit jeu, il avait trouvé un adversaire idéal. Jamais le dernier pour en mettre plein les dents, toujours une bonne répartie et un cynisme à toute épreuve, il ne refusait jamais un échange d'amabilité. Le petit malin en question avait besoin de faire appel à un clone pour faire le travail à sa place. Il le reconnaissait lui-même, il était bien trop faible pour pouvoir désherber un jardin de ses propres mains. Il n'y avait plus besoin de chercher la raison de son assignation à une mission de rang aussi faible, le type était un incapable. Il songeait de plus en plus sérieusement à mettre en exécution sa toute première idée concernant cette mission. Un incendie malencontreux étant vite arrivé... Il lui suffirait que d'une seule petite technique de rien du tout pour le départ de flammes. Ensuite, il irait tranquillement se trouver un coin en hauteur pour admirer le tout brûler, et pioncer le reste de la journée.

Le coup de grâce lui fut apporte sur un plateau, comme si le destin prenait position, le poussant à commettre ses sombres envies. Le fameux vieux con propriétaire de cet endroit venait de rentrer, bien plus tôt que prévu, et armé d'une volonté de désintégrer le jeune Metaru sur place. Il l'insulter de tir au flanc, expression vieille comme la Doyenne qui démontrait bien l'âge et la stupidité de cet homme. Donc il se barrait en promenade, laissant son jardin se transformer en une jungle vivante hostile et quand il revenait, la fleur au fusil, et en avance, il espérait voir une section entière réquisitionnée pour son cas ? Celui-là avait besoin d'une bonne claque pour lui faire retrouver le sens des réalités, un bon retour sur la terre ferme. Il lui claqua un sourire carnassier, observant tour à tour Nakimoto, puis sa faucille, une image de cette dernière s'enfonçant dans le crane du papy lui parvenant.

Toutes mes excuses vieux con, je me charge d'accélérer la manœuvre.

Il balança par-dessus son épaule l'arme qui valdingua au loin et retomba en dehors de la plantation vivante. Il n'avait plus besoin de cette merde pour la suite.

Katon. Yajirushi.

Regardant droit dans les yeux le commanditaire de cette mission infernale, il tira le trait de flèche au hasard sur sa gauche, au beau milieu des plantes animées. Du feu qui attaque de l'herbe, il n'y avait pas besoin d'être un maître dresseur de monstres pour comprendre que cela ne ferait pas un bon mélange...


_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7624-metaru-reiji-100
Sendai Yahiko
Sendai Yahiko

Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Empty
Mer 15 Jan 2020 - 15:39
Son honneur, il préférait son honneur. Le faux commanditaire de la mission n'avait plus en face de lui un ninja, il avait un homme. Reiji avait décidé d'enlever son professionnalisme et devait s'être dit que cette fois, c'en était trop. La manière avec laquelle il venait de parler au vieillard avait non seulement prouvé quel camp il avait choisi, mais elle avait aussi fait germer dans mon esprit une petite idée. Pendant que mes clones travaillaient, c'était l'occasion parfaite de le ridiculiser. Se faire battre par un vieillard qui n'avait pas l'air au top de sa forme, qu'y avait-il de plus humiliant ?

Mes yeux s'écarquillèrent au travers de cette peau fripée tandis que je le regardai faire des mudras. Dans ma tête, j'hallucinais autant que j'étais excité. "Il va vraiment faire ça ?" Cette ennuyeuse mission allait réellement se transformer en une petite baston entre Jônin et Genin. Mon apparence de vieillard effectua rapidement peu de mudra, suffisamment pour créer un mur pas très épais de chakra qui allait à l'encontre de la technique qu'il s'apprêtait à utiliser. Je prenais le risque que la défense ne soit pas suffisante, mais elle était nécessaire pour amoindrir les dégâts.

Au moment où la flèche de flammes parti de ses mains, le mur se créa, et elle s'écrasa dessus. Le mur ne se brisa pas, mais la flèche s'estompa.

-"Tss, les jeunes ne sont plus aussi bien éduqués qu'avant...", commençais-je à me dire à moi-même dans une petite voix, toujours dans l'identité du vieillard. "Dis donc, gamin, tu n'aurais pas par hasard essayé de cramer l'intégralité de mon jardin, mmh... ?"

Je jubilais intérieurement, j'allais avoir l'occasion de me rendre justice, de punir quelqu'un dont l'arrogance dépassait les compétences. La paix que je cherchais, elle était quelque part là elle aussi. Parce que ce jeune merdeux, j'étais prêt à parier que dans le futur, il serait quelqu'un qui n'hésiterait pas à prôner ses horribles valeurs comme si elles étaient indiscutables. Alors que le respect, l'amour et le partage, c'était ce qui manquait à notre monde. J'étais trop bon, mais je me battais pour ne pas être trop con.

Je liais mes mains pour les faire craquer, tandis qu'un regard excité se plongeait dans les pupilles du jeune Genin.

-"Ca faisait longtemps que je ne m'étais pas battu, et il est l'heure d'une petite correction !"

En un mudra et en un geste de bras, je fis sortir un bras de chakra qui sortait du prolongement de mon propre bras et qui visait à attraper celui de mon nouvel adversaire. S'il l'attrapait, il l'enverrait valser à quelques mètres. Autrement dit, c'était une petite mise en bouche.

Pendant ce temps, mes clones avançaient tranquillement la coupe des herbes, comme si rien ne se passait. D'un côté, vu la taille de ces dernières, ils n'étaient pas prêt de voir grand chose.



_________________
Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji] Zeah
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3471-presentation-de-funami-yahiko-termine#27130

Man Versus Wild [Mission de rang D Ft : Metaru Reiji]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages
Sauter vers: