Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji]

Medyūsa
Medyūsa

Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji] Empty
Ven 13 Déc 2019 - 16:23
Documentation


La grande bibliothèque de Kumo, mais selon les dires de beaucoup, celle qui est la plus remplie du monde entier. Du coup, il était difficile de ne pas trouver un livre qui n’est pas dans l’une des nombreuses rangées de ce bâtiment. On trouve de tout là-bas, si on cherchait une information du type scientifique, historique ou autres, il fallait venir à Kumo afin d’avoir plus de chances de trouver ton bonheur. Le clan Suzuri en est le principal gérant de ce lieu, ils y passent le clair de leur temps, dedans pour le plaisir de lire ou de faire des recherches. Medyûsa a l’habitude de venir dans ce bâtiment, pour faire maintes recherches sur un sujet qu’elle trouvait bien intéressant. La kunoichi avait du temps devant elle surtout lorsqu’elle n’allait pas dans le complexe scientifique. Habituellement, seuls les membres de cette équipe sont autorisé d’y pénétrer. Cependant, Med a la chance d’avoir son « père adoptif » qui y travaille et lui permet de temps à autre, d’y entrer. L’homme avait dans l’espoir que la Gorgone puisse s’intéresser à son métier et y consacrer un peu de sa vie, voire mieux, l’éloigner des combats et du danger. Or, la blonde ne voyait pas les choses que lui et au contraire, elle appréciait de se battre et aussi, mener des recherches. Shinobi et Scientifique, ça pouvait très bien se marier et briser la barrière qui les bloquait. Après tout, dans le complexe, il n’y avait pas que de purs scientifiques, il y avait des ninjas pouvant travailler dedans et effectuer des missions d’exploration. Cela pourrait intéressant Medyûsa, mais elle avait une autre idée en tête.

Se rendant à la grande bibliothèque de Kumo, Medyûsa avait dans l’idée de trouver un moyen de trouver le lieu où se trouvent les invocations. En effet, le Kuchiyose intéressait la jeune femme et elle souhaitait mettre la main sur l’invocation des serpents. Les invocations viennent bien de quelque part, ça restait bel et bien un mystère pour tout le monde. Peu de personnes, voir personne n’ont parlé d’un pays ou d’une région qui était consacré à ces animaux mystiques. Ceci dit, ce monde regorge de mystère et la Hebi souhaite en découvrir davantage pour faire des découvertes. Or, son misérable rang de Genin ne lui permet pas de sortir de ce village pour explorer un peu le monde. Du coup, la kunoichi devait se concentrer de livres et de témoignage de certaines personnes. Marchant entre les étagères, scrutant des livres afin de trouver son bonheur. La jeune femme se demandait si ce n’était pas une bonne idée de rejoindre une équipe afin de gagner en renommée et monter les échelons plus rapidement afin d’obtenir des missions en dehors des murs de la cité. Ceci dit est un autre débat qu’elle verra plus tard. Une seule chose à la fois, tout d’abord, les invocations. Prenant quelques livres, Medyûsa part s’assoir à une table, il n’y avait pas grand monde qui venait. Faut dire, la plupart aimaient faire autre chose que passaient des heures dans une bibliothèque. Dommage pour eux, ils ne savaient pas ce qu’ils rataient en guise de connaissances dans le monde.

Assise à une chaise, Medyûsa semblait calme et sérieuse, elle était dans sa bulle. La jeune femme avait pris trois-quatre livre pour se documenter, en espérant trouver quelque chose. En effet, au moins, un indice sur l’endroit d’où pourrait provenir certaines invocations. S'il y avait des preuves de telles régions ou pays, Med n’aurait pas à se casser la tête en fouillant des livres. Ceci dit, ça serait une surprise si la bibliothèque de Kumo n’aurait rien concernant la recherche de la Gorgone. En tout cas, ça ne serait pas totalement une surprise non plus. La jeune femme semblait être tranquille, personne ne venait l’embêter que ce soit pour lui parler, poser des questions ou s’asseoir à ses côtés pour jouer les curieux. C’est bien ce qu’elle n’aime pas, c’est qu’on vienne la déranger pour un rien juste pour parer inutilement, du temps et de la vie. Déposant un livre sur sa droite et en prenant un autre se trouvant sur la pile de livres qu’elle avait pris sur sa gauche, Medyûsa avait le sentiment qu’elle allait mettre du temps à trouver quelque chose.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 http://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 http://www.ascentofshinobi.com/u945
Metaru Reiji
Metaru Reiji

Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji] Empty
Jeu 19 Déc 2019 - 17:14
Reiji à la bibliothèque, voilà une situation qui n'arrivait pas tous les jours. De par sa réputation, ceux le connaissant se pincerait la joue afin de déterminer s'ils ne rêvaient pas. Les yeux écarquillés, la bouche ouverte, comme si un phénomène inexplicable se déroulait sous leurs yeux ébahis. Il ne prêtait pas attention aux esprits haineux, aux jaloux et rageux qui ne lui souhaitaient que le mauvais. Principalement parce qu'il ne leur causait que du tort, c'était vrai, mais il s'en contrefoutait totalement. Il menait sa vie comme l'avait décidé et ce qu'il pouvait se dire sur sa trogne ne le touchait pas. Une rumeur circulait à son propos, comme quoi en réalité il ne serait qu'un illettré incapable de prendre un livre et d'en comprendre les écritures. Totalement faux, bien évidemment, comment aurait-il pu devenir Genin le cas contraire ?

Pour ceux qui se posaient la question, il savait aussi compter deux par deux et lasser ses chaussures.

Enfin, une part de vérité dans tout cette histoire, le fait est qu'il n'approchait pas ce genre de bâtiment sans une bonne raison. Le genre de lieu où il n'y avait rien d'autre à faire que d'ouvrir un livre et poser ses miches durant des heures sur une chaise en silence, très peu pour lui et sa grande gueule. Il tenait difficilement en place plus d'une dizaine de minutes, et demeurait silencieux encore moins de temps. Aujourd'hui il lui fallait faire un effort, et bien qu'il avait repoussé le projet aussi longtemps que possible, il n'avait tellement rien à faire de sa journée qu'il avait fini par s'y résoudre. Et puis, il avait beau s'être renseigné ailleurs, il n'avait amassé que peu d'informations et très peu qu'il ne connaissait pas déjà. Dans les bouquins, pour peur qu'il savait où chercher, il finirait par obtenir tout ce qu'il désirait savoir.

La question principale qui lui torturait l'esprit depuis qu'il avait était assigné à l'équipe de l'autre tarée était ''Comment s'en sortir avec un meurtre ?''.

Elle ne hantait pas ses esprits jour et nuit, mais on y était pas loin. Il s'était fait enfler dans l'histoire. L'autre vieille peau avait trouvé le moyen parfait de le museler, de le garder un minimum sous contrôle. Sans doute que le gros chien enragé qu'il était en train de devenir commençait à devenir trop gênant. Pour son bien qu'elle lui avait répété, qu'il allait finir par emprunter le mauvais chemin en continuant dans cette voie. Et pleins d'autres conneries de vieux qui pensent toujours avoir la sage parole et la solution à tous nos problèmes. Elle lui avait mise profond, comme il aimait à le dire. Et puisqu'elle voulait jouer, ils allaient jouer. Le soucis étant qu'avec Reiji, c'est que le concept de règles ou de limites n'existait pas à ses yeux. Il ne se bridait pas, ne se retenait pas, agissant comme il le voulait et parfois de façon trop extrême.

Aller jusqu'à se débarrasser de sa sensei gênante peut-être, de façon permanente était sans doute un peu trop limite...

Comme il s'y attendait, à peine avait-il foutu les pieds dans la Grande Bibliothèque, qu'il était largué. Ne sachant pas par où commencer les recherches, ni à qui s'adresser pour être orienté. Ni même comment formuler sa question. Il ne pouvait pas simplement se pointer devant la gérante des lieux et lui demander ''Excusez-moi, je cherche à tuer quelqu'un puis de me débarrasser du corps sans qu'on puisse remonter jusqu'à moi, vous avez ça en rayon ?''. Alors qu'il déambulait entre les étagères comme un chiot perdu dans un labyrinthe, son regard s'attarda sur une jeune femme assise à une table, seule et en pleine recherches. Il y avait une pile de livres à ses côtés, ce qui lui indiquait qu'elle semblait déterminer à trouver des réponses à ses questions. Mais surtout, elle savait s'y retrouver dans cet endroit.

C'est avec elle qu'il tenterait sa chance.

Il allait devoir sortir son plus beau jeu d'acteur. Le gars innocent, un peu timide à l'idée de la déranger dans ses travaux. Il s'approcha suffisamment d'elle pour qu'elle le remarque et se racla maladroitement la gorge, une main se grattant l'arrière de la tête, il prit la parole, semblant mal à l'aise.

Euh... excuse-moi... Je... Je m'appelle Shinji, je suis désolé de te déranger mais je suis un peu perdu ici... Il faisait attention à fuir son regard, sachant que les meilleurs menteurs fixaient toujours les autres dans les yeux. Je me renseigne sur les plus grands criminels du monde... je suis un passionné de... Criminalité ? Criminauté ? Il n'avait pas ce foutu mot en tête, bordel... De meurtres et de tueurs en séries ! Mais je ne sais pas par où commencer...

Il lui adressa un sourire faussement gêné. S'il avait pu rougir sur commande pour apporter plus de crédibilité à son discours, il ne s'en serait pas privé.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7624-metaru-reiji-100 http://www.ascentofshinobi.com/u1183
Medyūsa
Medyūsa

Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji] Empty
Ven 27 Déc 2019 - 18:21
Informer


Assise à une table seule, Medyûsa était en train de lire un livre sur le monde. La Hebi cherchait des informations sur un potentiel indice qui pourrait l’emmener vers une réponse. Oui, une réponse à sa question sur un lieu où les animaux que les ninjas invoqués pourraient vivre. Le nom d’un lieu, d’une région, d’un pays, voire de tout. Cependant, il n’est pas aussi facile de trouver des indices, sachant que la plupart aiment garder leur secret pour être tranquille. Med voulait des informations sur les serpents, cependant, personne n'en invoque à Kumo et si c’était le cas, elle l’aurait su. Les exploits au combat, ça se communique assez rapidement dans un village de ninja. Pour l’instant, la kunoichi devait se débrouiller, toute seule. Ceci dit, chercher un indice dans la grande bibliothèque de Kumo, c’était comme chercher une épine dans une botte de foin, ça allait prendre très longtemps. En plus de cela, il fallait bien choisir le livre en question. Il faut que ce soit un livre d’histoire que ce soit sur Kumo, Kaminari, Hi no Kuni ou les autres pays. Et il y avait aussi les livres sur les espèces animales, Med avait choisi sur les serpents. La Yasei fait partie de l’espèce des reptiles, plus précisément, une Dendroaspis de la famille des Elapidae bref des branches faisant partie du règne des serpents. Elle connaissait déjà quelques informations sur les autres serpents, mais elle se documente beaucoup pour trouver des informations qui pourraient la conduire vers le lieu de vie des serpents invoqués.

Alors qu’elle était tranquille, Medyûsa sentit une présence, quelqu’un se trouvait à ses côtés. Il se met à lui adresser la parole, cela la coupait dans son élan de lecture. Levant son regard vers l’individu, ce n’était qu’un homme plutôt étrange. Il se fait appeler Shinji et il était un peu perdu au sein de la bibliothèque. C’est ce qui arrive toujours à ceux n’ayant pas l’habitude de mettre les pieds dans cet endroit. « Que puis-je pour toi ? » Lui demande-t-elle. Après tout, il semblait jouer les timides en sa présence. Elle l’observe, l’analyse et fait attention à ses moindres, gestes, mimique et autres. Il fait des recherches sur les plus grands criminels, apparemment, c’était sa passion. Bizarre, mais bon, chacun fait ce qu’il veut de sa vie tant qu’il n’essaye pas de les imiter pour des vrais. En l’écoutant, il ne savait pas où chercher et c’était un souci. Il aurait dû être plus malin et demander à l’accueil, au lieu de venir déranger quelqu’un pour un renseignement aussi basique. La kunoichi soupire. « Tu aurais dû demander à l’accueil, mais soit, j’ai pu voir des livres, un peu plus loin sur la gauche et au second étage qui en parle. » S’exprime-t-elle en voulant bien l’aide dans sa quête. Ce dernier est vraiment incroyablement bête pour croire tromper la vipère. Elle joue à ce jeu depuis un moment déjà et elle pouvait reconnaître un menteur ou quelqu’un voulant jouer à l’acteur pour se faire passer pour quelqu’un d’autres. « D’ailleurs, Shinji. Je m’appelle Medyûsa et ton jeu d’acteur est pas mal, mais ça ne marchera pas sur moi. Essaye de te renseigne sur la personne avant d’entreprendre ce genre d’initiatif, ça peut te coûter cher, un jour. » Lui dit-elle avec un léger sourire en coin. Shinji, ce n’est peut-être pas son vrai prénom, qui sait, ceci dit, ça n’intéressait pas la blonde.


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 http://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 http://www.ascentofshinobi.com/u945
Metaru Reiji
Metaru Reiji

Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji] Empty
Lun 30 Déc 2019 - 21:08
Mentir à une femme, c'était une chose tout à fait naturel chez un homme et rien de bien compliqué à faire. Mentir à une femme et parvenir à lui faire avaler le mensonge en revanche, relevait de l'exploit. Elles avaient cet espèce de sens inné, un détecteur de mensonge intégré à leur cerveau le permettant de déceler toute trace de supercherie dans les propos de leur interlocuteur. Cela en devenait hallucinant à quel point leur intuition féminine pouvait être fiable, enfin tout particulièrement quand l'escroc en question était de la gente masculine. Le débat pouvait se poser, était-ce les femmes qui lisaient incroyablement clair dans les conneries que pouvaient inventer un mec ou était-ce ces derniers qui faisaient de piètres comédiens ? Dans le cas du Metaru, il s'en sortait pourtant bien en règle général pour berner son monde. A quelques exceptions près, comme la Doyenne à qui il n'essayait plus, sa mère avec qui il n'avait jamais pris le risque d'essayer et dernièrement sa sensei, un cas à part encore.

Le soucis... c'est que de me faire remarquer ici n'est pas vraiment... une bonne chose pour moi... donc j'ai préféré éviter un visage qui pourrait me reconnaître ahah ! Reiji dans un espace dédié à la documentation, à la lecture, ça avait de quoi faire jaser au sein du clan. Enfin, je te remercie pour ta réponse !

Elle en avait profité pour souligner qu'il la dérangeait, mais au moins lui avait-elle indiqué où débuter ses recherches. Dans l'ensemble, son stratagème aurait pu parfaitement fonctionner si elle ne s'était pas senti obligée de lui faire remarquer qu'elle ne croyait pas un instant à son cinéma. Il eut cette réaction que beaucoup ont quand on les grille à s'inventer un rôle, il se figea un instant. Ne sachant pas quoi dire, ni quoi faire. Immobile et silencieux de l'extérieur, l'expression du visage bloquée dans un timide sourire niais. Pourtant intérieurement, son cerveau carburait comme jamais. Peut-être un peu trop même. Après tout, qu'elle ne soit pas convaincue par sa prestation n'impactait en rien son grand projet, cela le faisait juste passer pour un con. Alors pourquoi il y avait ce tas de scénarios improbables qui lui traversaient l'esprit, en espérant le faire craquer et le pousser à en choisir un ?

Dans plusieurs d'entre eux, il s'imaginait la tuer pour éviter que son secret s'ébruite. Dans un, il pouvait très distinctement se voir lui fracasser le crâne à l'aide de cet épais bouquin à la couverture dorée, posé sur la table. Une pulsion. Un battement de cœur plus intense, et les mains qui tremblent d'excitation. Il lui faisait seulement d'y céder, attraper ce libre et lui éclater la cervelle. Se calmer, penser aux conséquences d'un geste aussi stupide. Non, pas stupide. Cette garce semblait fière d'elle de l'avoir percé à jour, sinon pourquoi prendre la peine de l'exposer de cette façon ? Elle voulait l'humilier. Oh, il détestait ça, être humilié. On l'avait traité comme un déchet durant des années, rabaissé, insulté, avant qu'il commence à faire parler les poings. Pensait-elle pouvoir agir de la sorte et s'en sortir impunément ? Pas ici. Ce lieu était beaucoup trop exposé, remplis de témoins qui le dénonceraient, et il finirait ses jours en prison.

Non, garder son calme. Afficher un sourire amusé, et continuer ce petit jeu. Shinji ne serait pas enterré aussi facilement.

Je... je ne pensais pas avoir affaire à quelqu'un de... de méfiant... excusez-moi... Il garderait donc cette fausse jovialité, cette incertitude et cette prétendue gêne jusqu'au bout. Encore merci pour les indications en tout cas...

Il ne s'imposa pas plus longtemps, se dirigeant vers la zone révélée par les indications de cette Medyûsa. Un peu plus loin sur la gauche, et au second étage. Il ne monterait pas immédiatement au niveau supérieur, alors il commencerait ses recherches ici. En y repensant, un peu plus loin sur la gauche n'était pas extrêmement précis. Si l'idée était de l'envoyer chercher à l'aveugle pour l’éloigner d'elle, il fallait reconnaître que c'était bien joué. Il lui fallut un moment, une bonne quinzaine de minutes au moins, pour mettre les yeux sur les ouvrages tant convoités. Ils étaient là, au-dessus de sa tête. Il y en avait un tas, à croire qu'il n'était pas le seul que ce genre de choses pouvaient intéresser. Les personnes avec des fascination macabres n'étaient pas si rares, elle ne l'assumaient simplement pas toutes. Mais qui n'était pas en écoute attentive devant une bonne histoire sur un tueur en séries ou un dangereux psychopathe ?

Alors, alors... Je vais prendre lui, lui, lui, celui-ci aussi, et lui.

Il y en avait pour des heures de lecture avec les ouvrages sélectionnés. Sa pile de livres dans les mains, il se fit un malin plaisir de retourner à la table où Medyûsa se trouvait encore, absorbée par ses propres recherches. C'était risqué de revenir vers elle, mais sa fierté en avait pris un petit coup pour être honnête et puis, elle avait ce petit quelque chose d'attirant. Il avait envie de s'amuser encore un petit peu. Enfermé dans son rôle du gars maladroit et inconscient de s'imposer malgré les réticences de la demoiselle, il déposa lourdement la pile sur la table, et s'effondra sur une chaise, poussant un soupire de soulagement.

Fouuuu... trop louurd ! C'était bien vu, un peu plus loin sur la gauche, j'ai trouvé facile ! En vrai il avait galéré, mais ne lui laisserait pas ce plaisir. Il reprit sur un air intéressé, les yeux louchant sur les bouquins aux côtés de l'experte en mensonges. Et toi alors... ça avance tes recherches ? Tu cherches quoi d'ailleurs ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7624-metaru-reiji-100 http://www.ascentofshinobi.com/u1183
Medyūsa
Medyūsa

Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji] Empty
Lun 6 Jan 2020 - 15:35
Curieux


En train de faire des recherches sur les Kuchiyoses, plus précisément, les serpents, un jeune homme venait interrompre la tranquillité de la jeune Medyûsa. Il avait de drôles de question surtout qu’il aurait pu les obtenir à l’accueil par l’une des hôtesses de la bibliothèque comme elle lui avait remarqué. Cependant, il ne voulait pas qu’on le reconnaisse, ça ne serait pas une bonne chose pour lui. Étrange, en quoi venir dans ce bâtiment serait quelque chose de mauvais ? En y réfléchissant, il avait peut-être fait une bêtise ou froissé quelqu’un ayant l’habitude de se rendre en ces lieux. Il pouvait y avoir pas mal de possibilité sur le fait que sa présence ne semble pas être souhaité ici. En tout cas, ça ne regardait pas la Gorgone, elle avait autre chose à faire que de s’occuper des soucis d’humain. Ça ne changeait rien au fait qu’il aurait quand même pu aller demander à l’accueil, au lieu de venir embêter ceux voulant travailler en paix. Ceci dit, elle voulait qu’on la laisse tranquille, du coup, Med avait pris le temps de lui indiquer l’endroit où il devra se rendre et ce dernier la remercie de son aide. « Il n’y a pas de quoi. » Dit-elle. Or, la Hebi n’est pas dupe et elle sait reconnaître les menteurs, même ceux qui semblent assez bon dans le domaine. Elle joue aussi un rôle et elle connaît certains signes afin de ne pas se faire démasquer. Du coup, la vipère en avait profité pour lui faire la remarque avant que ce dernier ait pu aller chercher les livres qui l’intéressent. Rien qu’en lui signalant cela, l’homme semblait figé, calme, silencieux, il ne fait rien, sans doute en train de chercher comment riposter à cela. Il a été pris dans son propre jeu, coincé, il se devait de trouver une porte de sortie. Après quelques secondes, il se met à sourire et continue son rôle quoiqu'elle l’ait remarqué. « Fais comme tu veux, je suis juste observatrice, mais on se ressemble à vouloir jouer à être quelqu’un d’autre, Shinji enfin si c’est ton vrai prénom. »

Il était parti à la recherche de ses bouquins, drôle de lecture, mais soit, chacun ses passions. Medyûsa se replonge dans ses recherches, prenant même des notes pour parvenir à trouver quelque chose. La kunoichi n’allait plus faire attention à lui, maintenant qu’il avait ce qu’il voulait, il n’allait plus venir l’embêter. En plus, elle s’était même permis de se montrer un peu chiante pour blesser son ego et le faire fuir, ainsi il ne prendra pas le risque de venir la voir une seconde fois. Après quelques minutes à bosser sur les livres, elle entend quelqu’un poser un tas de livres à la même table qu’elle. Levant les yeux, c’était encore Shinji. Apparemment, il avait décidé de jouer au pot de colle avec elle et ça risque de vite énerver la blonde s'il souhaite l’embêter de trop. Cependant, elle doit garder son sang-froid et éviter d’être viré de la bibliothèque afin de mener à bien ses recherches. Le voilà en train de se plaindre que c’était trop lourd avant de la remercier en ne s’étant pas trompé pour la localisation correcte des livres. « Tant mieux pour toi, même si tu sembles avoir mis pas mal de temps à revenir. » Dit-elle lançant un petit pique pour l’amusement avant de l’entendre lui demander ce qu’elle était en train de rechercher et si cela avait avancé. « Je suis à la recherche d’indice sur les lieux où vivent les Kuchiyose, mais certains livres restent flous ou n’ont aucun indice. Du coup, je lis des livres sur le milieu naturel sur un animal en particulier. Cela peut sans doute m’aide, qui sait. » Dit-elle avant de tourner la page de l’un de ses livres. En effet, il y avait pu d’information et la bibliothèque de Kumo est réputée pour être la plus grande et la plus fourni au monde surtout grâce au clan Suzuri. En y repensant, elle devrait essayer de contacter un membre de ce clan pour avoir un indice sur les bouquins qui en parlent.

Medyûsa regarde Shinji et sa pile de livres, se demandant ce qu’il avait bien en tête pour lire ce genre d’œuvre. Il ne fallait pas être bien dans sa tête pour être acharné sur les criminels et psychopathes de ce monde. « Dis-moi, pourquoi t’intéresses-tu vraiment à ce genre de littérature ? Qu’est-ce que cela peut t’apporter ? » Demande-t-elle avant de lui adresser un sourire malsain et de lui caresser la jambe avec son pied. « J’ai peut-être ma petite idée, cherches-tu à tuer quelqu’un en prenant ton pied ? En tout cas, je ne vais pas te juger sur tes passions, Shinji-kun. » Dit-elle en le fixant dans les yeux.



Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 http://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 http://www.ascentofshinobi.com/u945
Metaru Reiji
Metaru Reiji

Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji] Empty
Jeu 9 Jan 2020 - 8:58
Elle persistait, la garce, à vouloir lui montrer très clairement qu'elle ne croyait pas un seul instant à sa prestation de manipulateur et menteur. Même Shinji, le nom d'emprunt qu'il utilisait pour l'occasion, sonnait faux à ses yeux. Il avait comme l'impression qu'en insistant de la sorte, elle cherchait à le pousser à commettre un faux pas, le faire sortir de ses gonds et l'exposer ua grand jour. Cherchait-elle à découvrir sa véritable identité et ses réelles motivations ? Si c'était le cas, il fallait se montrer prudent, et ne pas faire de bourde. Risquer que son plan échoue à cause d'une petite peste n'était pas une option envisageable, il avait une personne à assassiner. Qu'elle croit ce qu'elle veut, il laisserait planer le doute aussi longtemps que la situation l'exigerait. Il planta ses petits iris sombres dans ceux brillants d'un éclat dorée de la demoiselle, intrigué. Il y avait chez elle quelque chose de mystérieux qui attisait sa curiosité.

Medyûsa avait d'elle même avouée jouer un rôle qui n'était pas le sien, était-ce de la manipulation pour lui faire baisser ses barrières ? Méfiant, il pris soin de ne pas relever la pique qu'elle lui envoyait, laissant juste le coin de ses lèvres se fissurer d'un sourire amusé. Grand amateur de tacles et joutes verbales, il ne pouvait que rire de trouver une autre personne habituée à cet art. Elle se débrouillait bien, à ce propos, et prendrait le retour en pleine dents au moment où elle s'y attendrait le moins. Pour le moment, il écoutait, avec attention et sans se forcer, paraissant réellement intéressé par le sujet des recherches qui la poussait à venir ici. Les invocations, en voilà un domaine intéressant. Il comprenait parfaitement pourquoi ce besoin d’engranger plus d'informations à ce sujet, en passant par les livres, lui-même n'aurait pas su à qui s'adresser à sa place.

Leur habitat naturel, hein... Il marqua un instant de réflexion, semblant s'interroger intérieurement sur la question, avant de reprendre. J'avoue que c'est une question... compliquée, je ne me l'étais jamais posé en fait... C'est idiot comme raisonnement... mais j'ai toujours pensé... qu'elles se contentaient... ''d'apparaître'' et puis c'est tout...

Il exprimait le fond de sa pensée, sans artifice ou subterfuge, mais d'une manière qui collait à sa fausse identité. De manière moins spontanée, moins argotique et toujours aussi maladroite et indécise. Il commençait à être content de cette rencontre, c'était un véritable exercice de style en fin de compte. Elle le poussait à s'appliquer dans son interprétation, et à rester vigilent, ne pas faire preuve d’inattention qui compromettrait définitivement sa couverture. Toutes ces choses pouvaient se révéler diablement important en mission.

Quel est cet... cet animal sur lequel tu... tu te renseignes... ?

Curiosité personnelle plutôt que véritable obligation d'obtenir ce renseignement pour coller à son interprétation, il se surprenait à vouloir en savoir plus sur le sujet. En fonction de sa réponse, il saurait probablement quel type de kuchiyose elle souhaitait obtenir. Du peu qu'il connaissait d'elle, il l'imaginait bien avec un animal sournois, malicieux et dangereux. Le genre à prendre par surprise ses proies, et jouer avec un moment, avant de les achever pour finir par les avaler. Il divagua quelques instants dans les méandres de son esprit en imaginant quel serait le kuchiyose que lui-même désirerait avoir en sa possession. Et la question ne se posait pas vraiment le concernant, il avait toujours été attiré par un animal en particulier. Majestueux, puissant, craint, respecté et implacable.

Le lion.

Tu... tu ne connais personne... qui... qui aurait acquit une invocation, à qui tu pourrais demander ?

Il fit mine d'être embarrassé par sa propre question, baissant les yeux. Il allait enchaîner avec une autre, mais elle le devança, le coupant dans son élan. Et de quelle manière... Il sentait le pied de la petite lui caressait sa jambe, et cette dernière y prendre un certain plaisir. Oh il avait immédiatement compris ce qu'elle tentait de faire, et c'était remarquablement bien pensé. Les femmes étaient autant de belles manipulatrices qu'elles parvenaient à percer à jour ce qui tentaient de les berner. Celles n'hésitant pas à utiliser leurs atouts naturels étaient d'autant plus redoutables, qu'elles misaient sur la déconcentration et la perturbation de telles actions pour vous pousser à vous saborder tout seul. Ici, il n'y avait qu'à observer un minimum les courbes et le visage de la jeune fille pour comprendre que la séduction était une carte sur laquelle elle pouvait allègrement compter.

Reiji ne se laisserait pas avoir par une telle attaque, aussi vicieuse soit-elle. Oui, il aimait les femmes et les plaisirs charnels, n'étant jamais le dernier pour s'y abandonner. Mais non, il n'était pas dupe et aussi primitif pouvait-il paraître, la méfiance dont il faisait instinctivement preuve le sauvait dans bien des cas. Malheureusement pour lui, il n'était pas Reiji en ces instants, mais Shinji. Un petit gars qui n'en avait pas connu beaucoup, de femmes, et qui n'en avait que trop rarement vu, de poitrine aussi volumineuse, et encore moins qu'il avait pu caresser de ses doigts. Qu'une telle créature lui effleure sa jambe aussi délicatement en ce moment même, dans un lieu public ajoutant l'excitation de l'interdit et d'être vu, ne pouvait que le perturber, et l'exciter. De toute façon, le geste de son interlocutrice excitait autant Shinji, que Reiji...

Je... eh bien je... Medyûsa... chan...?! il s'agitait nerveusement sur sa chaise, parcouru de petits frissons... C'est pour... c'est parce que... ma famille... ma famille... elle... elle est morte... à cause d'un meurtrier en série...

Il lui attrapa soudainement le pied, de sa main passé sous la table.

Je... je me suis juré que... les doigts de la main tenant le pied de Medyûsa commencèrent à lui caresser la peau. Je ne veux pas... je ne veux pas que d'autres familles subissent... le.. le même...sort...

Il mimait la tristesse et le désespoir, comme si de douloureux souvenirs lui revenaient en mémoire à l'évocation de ce sujet.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7624-metaru-reiji-100 http://www.ascentofshinobi.com/u1183
Medyūsa
Medyūsa

Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji] Empty
Ven 24 Jan 2020 - 14:43
Vouloir protéger


Ce Shinji enfin si c’est son véritable prénom semble vouloir jouer un rôle, Medyûsa n’en connaît pas les raisons, mais elle adore le taquiner. Même en ignorant ses raisons de se cacher de la sorte, elle n’ira pas chercher à les connaître. En effet, ce n’est pas dans son intérêt et de plus, elle avait autre chose à faire que de le démasquer. Et puis, elle n'y gagne qu'en faisant ça, hormis l’humilier ? Rien de spécial. Du coup, elle se concentre sur ses recherches, c’est-à-dire, les Kuchiyose et leur habitat naturel selon les espèces. Pour Med, elle cherchait du côté des serpents, étant une Yasei Mamba Noire, c’était logique et elle ne se voyait pas avec d’autres animaux à invoquer. Le jour où elle aura l’invocation des serpents, la blonde se sentira complète et là, elle pourra commencer à bouger sérieusement. Pour l’instant, elle se contente tout simplement de jouer à la petite Genin et à progresser avec ses capacités et compétences actuelles. Ce Shinji semble revenir vers elle avec le fait qu’il a réussi à trouver ce qui lui fallait pour mener ses propres recherches sur les crimes et compagnies. Une tendance violente ? Une envie de meurtre ? Ou autre chose ? Il avait de drôles de lobbies. Ce dernier semble s’intéresser au boulot de la kunoichi et sans tourner autour du pot, la Mamba lui répond sur quoi elle bossait. Ce dernier ne semble au courant de rien sur l’habitat naturel, il était comme beaucoup, croyant qu’il apparaissait par magie. Cela faisait sourire la blonde. « En effet, c’est idiot comme raisonnement. Cependant, peu de personnes font de vraies recherches sur les Kuchiyose, se contentant juste de récupérer un sceau ou parchemin sans trop se fatiguer et boum, voilà, j’ai mon invocation. Ceci dit, en se penchant bien sûr la question, c’est en effet, plus compliqué qu’on peut le croire. » Dit-elle en tournant une page de son livre.

Suite à cela, il voulait savoir quel animal, elle s’était éprise pour obtenir tant d’information. Il devenait curieux, mais c’était sympa de discuter un peu. Cela lui changeait un peu de ses habitudes à être seule et à juste bouquiner. « Les serpents. Je me renseigne sur eux, il y a tellement de familles et autres différentes que ce n’est pas facile à trouver du premier coup. Et toi, quel animal t’intéresserait si tu devais avoir une invocation ? » Répondit-elle à l’homme. Habituellement, la blonde ne prendrait pas la peine de s’intéresser à lui, mais comme il semble vouloir tenir le crachoir, autant en apprendre un peu sur lui. D’ailleurs, le voilà qu’il pose une question intéressante, même si Medyûsa y avait déjà pensé. Demander à quelqu’un possédant un Kuchiyose ? Ça pourrait être utile, mais la jeune femme ne connaît presque personne et ça risque d’être difficile de trouver quelqu’un avec cette capacité. « C’est intéressant ce que tu dis, mais je ne connais personne pour l’instant avec un kuchiyose. Ceci dit, je mènerai bien l’enquête dans la semaine. » Dit-elle avant de tourner à nouveau une page de son livre. Un peu de séduction ne fera de mal à personne et elle alla lui caresser la jambe avec son pied, afin de le provoquer et le perturber à la fois. Sa réaction pourrait être marrante avec le temps, mais elle n’ira pas trop loin pour autant. Le jeu de séduction permettait de perturber sa cible et rien de plus, le plaisir charnel, c’était pour le privé et avec la personne qu’elle aimerait. Elle lui pose donc des questions sur l’intérêt de ses livres en cherchant à le taquiner sur ses intentions par rapport à ses recherches.

Le voilà en train de faire le type perturbait par le geste osé de la blonde, difficile de savoir s'il fait semblant ou pas. Elle ne le connaît pas vraiment, du coup, Med ne savait pas s'il était sincère ou pas derrière certains aspects de sa personnalité. Medyûsa-chan ? L’unique personne qui utilise le chan, c’est sa sœur adoptive, Nozomi. Mais bon, pour cette fois, elle laissera passer. Selon lui, sa famille a été tué par un tueur en série, donc ses recherches avaient pour but de trouver le nom de ce meurtrier par la signature de ses crimes, enfin c’était ce que pensait la vipère. Soudain, elle sait qu’une main ait attrapé son pied, c’était lui. Un type vraiment timide n’aurait pas osé toucher une femme, que ce soit par la main ou par le pied. La raison de ses recherches était que plus aucune famille n’est pas subi le même sort que la sienne et le tout, en caressant la peau de la blonde avec ses doigts, ce qui faisait un peu rougir la blonde. Il avait l’air triste et rempli de désespoir, mais sa façon de caresser le pied de la blonde le trahissait un peu. La blonde pose son pied sur la cuisse de l’homme et remonte un peu vers le bas du ventre en caressant délicatement. « Je comprends ce que tu veux dire, tu cherches à les comprendre pour mieux les capturer ou éliminer, ainsi tu pourrais avoir un coup d’avance sur eux. » Dit-elle en prenant un regard compatissant, elle pose sa main sur la sienne, celle qui n’était pas sous la table. « Désolée de t’embêter, mais bon, la cruauté des humains est sans limite, malheureusement. Ton combat risque de durer longtemps, mais tu te sens bloquer, n’hésites pas à me demander conseil ou soutien, Shinji-kun. » Finit-elle avec le sourire. « Ta famille sera fière de toi, si tu parviens à protéger des familles des griffes de meurtriers. Je t’aime bien. »

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 http://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 http://www.ascentofshinobi.com/u945
Metaru Reiji
Metaru Reiji

Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji] Empty
Dim 26 Jan 2020 - 16:25
Cette Medyûsa savait y faire... il ne faisait nul doute que si Reiji avait été trop faible d'esprit, il aurait succombé à son petit jeu et aurait fini par gaffer. Elle était maligne, cherchant sans doute le faux dans son histoire qui semblait assez réel. Il était habitué à mentir, mais face au flair naturel d'une femme ce n'était jamais gagné d'avance. Enclencher une rapprochement aussi intime comme elle le faisait ne pouvait que perturber un jeune homme aussi timide que Shinji, lui qui n'avait pas eu de relation avec une fille depuis la mort de toute sa famille. Dévoré par le chagrin dans un premier temps, puis obsédé par l'idée de découvrir l'identité du tueur et enfin, hanté par une soif de vengeance. Les femmes avaient finalement pris une place mineur dans sa vie et cette scène à laquelle il ne s'était jamais vraiment habitué ne le laissait pas indifférent. Le seul soucis dans son petit numéro était de ne pas se laisser rattraper par l'instinct joueur de son vrai lui, Reiji.

Ton soutiens me touche beaucoup... Medyûsa-chan... J'espère... j'espère pouvoir sauver d'autres familles des griffes de ce... ce taré...

Il pouvait très clairement voir la peau de la belle au regard étincelant virer au rouge, mais devait se concentrer sur l'offensive tactile qu'il subissait. Elle était parvenue à pénétrer ses défenses, un assaut double auquel il avait mis un peu de temps à réagir. Il sentait le pied de la kunoichi remonter jusqu'à son ventre, et alors qu'il allait la repousser de sa main valide, cette dernière fut prise elle aussi, clouée sur place. « Je ne crois pas... qu'on devrait... que ce soit... autorisé... » Et pourtant, il ne repoussait ni ce pied intrusif ni cette main l'immobilisant. La faute à un manque de volonté évident, ou plutôt une volonté de prolonger ce contact. Les pulsions se faisaient plus fortes, l'espace d'un instant il se laissa faire ainsi... « Et donc... les serpents tu... tu disais... ? » Une porte de sortie, il cherchait une porte de sortie. Focaliser son esprit sur autre chose que la tendresse des caresses qu'il recevait.

Cette fille avait d'ailleurs de la chance de ne pas avoir affaire au véritable Reiji. Beaucoup moins coincé, plus sauvage, indomptable, il y a longtemps qu'il lui aurait retourné ses caresses pour lui faire passer l'envie de le manipuler de cette manière. A la place, il jouerait le garçon gêné, mais envoûté, séduit. Ceux-là n'étaient peut-être pas mieux, des jeunes hommes vigoureux découvrant tout juste les plaisirs charnels, y succombant en un rien de temps pour en devenir obsédé, incontrôlable. Au final, elle s'en mordrait les doigts. « Il... il doit bien y avoir quelqu'un... un ninja maîtrisant les... les invocations... », avait-il finalement lâché d'un air peu convaincant, hésitant. Ses doigts, eux, n'hésitèrent pas à se frayer un chemin le long de la jambe de son interlocutrice. Celle qui lui caressait le bas ventre. Ils remontèrent du pied jusqu'au genou, délicats, effleurant la peau d'une douce caresse.

Les serpents... ça m'a toujours fait peur... le venin, la morsure... brrrr. Il marqua un temps d'arrêt, décrivant des cercles au niveau de son genou, avant de se pencher un peu vers elle. Si... si je devais avoir une invocation, je... je pense... je pense que ce serait le lapin...

Il s'insulta intérieurement de ne rien avoir trouvé de plus convaincant, de plus intelligent, ayant complètement séché sur cette question. Il ne chercha d'ailleurs pas à expliquer sa réponse tant il avait répondu ça au hasard, sans idée derrière. A la place, il chercha à détourner son attention en reprenant les caresses de ses doigts, attaquant ses cuisses. L'une des parties du corps qu'il préférait le plus chez une femme, avec son fessier. Si elle continuait sur cette voie, sa main finirait par remonter bien plus haut que ses cuisses, elle en était averti. Les battements de son cœur s'étaient intensifiés au fur et à mesure, sa chaleur corporelle avec. « Tu sais... je... je pourrais peut-être t'... t'aider dans tes recherches... Plus tard... quand... quand j'en aurais finis avec les miennes... » Il la regarda droit dans les yeux, une lueur de malice bien présente au fond des siens. Difficile de lutter contre ses pulsions...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7624-metaru-reiji-100 http://www.ascentofshinobi.com/u1183
Medyūsa
Medyūsa

Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji] Empty
Mar 28 Jan 2020 - 17:05
Ne pas aller trop loin


Jouer le jeu de séduction, ça pouvait être intéressant pour faire cracher le morceau à quelqu’un ou de la déstabiliser un peu. Ce Shinji allait devoir tenir le coup s'il veut que la blonde arrête ce jeu et qu’elle le laisse tranquille. En réalité, il a juste deux choix : Tenir le coup en continuant son jeu ou cracher le morceau et dire la vérité à la vipère. Ceci dit, il semblait assez costaud mentalement pour ne pas succomber à la séduction de la Yasei. Medyûsa n’est pas une adepte de ce jeu ni même l’envie d’aller trop loin pour obtenir des informations. Elle préfère nettement mordre sa cible et lui injecter du poison pour lui faire croire que s'il devait survivre, il devait dire la vérité. Or là, c’est un compatriote Kumojin et ils se trouvent dans la grande bibliothèque, du coup, elle devait agir autrement. La Mamba noire n’a jamais suivi de cours pour jouer de ses charmes sur les hommes ou sur les femmes, elle a juste lu quelques livres là-dessus. Elle pensait que ça pouvait l’aider un jour, dans une mauvaise impasse, mais pas pour qu’un gars arrête de jouer la comédie devant elle. Or, Shinji est obstiné à se la jouer au timide et saint ni touche enfin vite fait quoi. En tout cas, il remercie Medyûsa de son soutien, en espérant qu’il puisse arrêter ce taré avant qu’il ne fasse plus de victime. La blonde le regarde avec un léger sourire. « Mais, il n’y a pas de quoi. Shinji-kun. » Dit-elle en gardant un teint légèrement rouge à cause des doigts de l’homme sur sa jambe. Elle montait un peu la tension en montant son pied un peu plus haut et touchant sa main valide avec la sienne. Selon lui, ce n’était pas vraiment autorisé de faire cela dans ce lieu. Ça faisait sourire la blonde. « Tant que personne ne nous voit, ça passe. »

Pour quelqu’un de timide et ne rappelant que le comportement de la blonde n’était pas autorisé dans ce lieu, il ne faisait rien pour la repousser. À croire qu’au fond, il aimait qu’une fille le caresse de cette manière, drôle de fantasme. Le voilà qui essaye de changer de sujet de conversation, retournant en direction des serpents. « Je disais que je cherchais leur emplacement naturel pour chaque espèce et famille…mais je te l’ai déjà dit. Sois précis si tu veux avancer dans la conversation. » Dit-elle en continuant de caresser son ventre avec son pied. Rien qu’à voir sa tête, il allait craquer et il allait se faire démasquer par la blonde. Medyûsa l’écoutait attentivement et le voilà qui reparlait de personne pouvant maîtriser les Kuchiyose et qui avait bien quelqu’un pour l’aider. « J’en doute pas, il y a au moins, un ou deux invocateurs dans un village, j’en suis sûre. Mais comme je l’ai déjà dit, je commencerai à enquêter là-dessus dans les prochains jours. » Finit-elle en le fixant dans les yeux. Les caresses de l’homme montent délicatement le long de ses jambes sentant ses doigts sur son genou, ça faisait frissonner la femme, rougissant timidement. Elle ne s’attendait pas à un tel comportement de sa part, à essayer de retourner le jeu de la genin contre elle. Il avait peur des serpents à cause de leur venin et bien d’autres choses tout en caressant et faisant des cercles autour du genou de la kunoichi. « Ils sont effrayants, mais c’est pour ça que je les aime. » Finit-elle avec le sourire et caressant le bas du ventre de l’homme avec ses orteils. Une invocation liée au lapin ? Étrange, mais ça pouvait être intéressant face à certains ennemis. « Lapin ? C’est adorable, Shinji. Beaucoup d’hommes aiment choisir les lions ou les tigres, voire les ours pour leur virilité ou autres. »

Medyûsa se met à sentir que la main de l’homme remontait jusqu’à ses cuisses, ce bougre semble bien cacher son jeu derrière ce masque du type timide. Cependant, il doit juste essayer de la déstabiliser pour qu’elle arrête son petit jeu, il n’ira pas plus loin. En tout cas, s'il n’est pas débile pour passer sa main sous la jupe d’une fille en place publique, il ne le fera pas. Or, elle ne perdrait pas contre lui, elle continue ses caresses et avance un peu en souriant même si au fond, elle était agacée par ses attouchements. En temps normal, elle lui aurait montré de quoi elle se chauffe en le maltraitant physiquement. Or, on lui avait dit de se calmer sur ses crises de colère. En tout cas, le mouvement des battements de cœur de la Yasei augmentait et elle ne le quitte pas des yeux. Elle l’écoute et lui caresse la main. « Oh, c’est gentil comme proposition. Je ne dis pas non pour un coup de main, d’un si bel homme comme toi. Et pourquoi pas s’amuser et discuter ensemble, on pourrait apprendre à mieux se connaître la prochaine fois, non ? » Demande-t-elle en entrelaçant ses doigts avec ceux de Shinji. La blonde allait le tester jusqu’au bout, ceci dit, il ne fallait pas mieux pour lui d’aller trop loin, car elle ne risque pas de se retenir. Comment l’effrayer ? Il y a bien des manières pour s’échapper d’une situation malsaine. En tout cas, il semblait vraiment buté et il ne change pas ses positions. Peut-être qu’il était inutile d’insister sur le fait de découvrir son véritable visage. « Tu vas avoir pas mal de lectures et de recherche à faire, on ne risque pas de se revoir avant un moment. C’est dommage. »


Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 http://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 http://www.ascentofshinobi.com/u945
Metaru Reiji
Metaru Reiji

Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji] Empty
Jeu 13 Fév 2020 - 14:03
Tant que personne ne nous voyait, le petit jeu pouvait continuer... S'il avait été réellement intéressé par la kunoichi et inversement, cela ne faisait aucun doute sur la finalité d'un tel acte. Il y aurait fini par avoir plus que des mains baladeuses, des caresses sensuelles à peine retenues. La priorité d'un ninja n'était pas les rapports sexuels, ils vouaient corps et âmes à leur devoir militaire et ne s'accordait que peu de temps pour les plaisirs personnels. Ici, si cela n'avait pas été qu'une vile manipulation de la jeune femme, il ne ce serait rien passé. La chaleur montait forcément, un homme normalement constitué ne pouvait pas rester de marbre face au comportement de son interlocutrice. « Excuse-moi... je... je suis un peu distrait... », elle ne pouvait pas le blâmer de ne pas avoir les idées claires, que ce soit volontaire ou pas de sa part de jouer l'étourdi. Elle se montrait quelque peu cassante dans sa manière de parler, se répéter n'avait pas l'air de lui plaire et pourtant, lui ça l'arrangeait bien.

Beaucoup... beaucoup d'hommes ne sont que... que des brutes sans cervelles... qui tapent avant de réfléchir...

Elle semblait vouloir aller plus loin dans la comédie, ajoutant les compliments aux caresses, flattant son égo tout en réchauffant son cœur. C'était bien connu que les mecs ne résistaient pas à une femme les couvrant de jolis mots à leur égard. Reiji un bel homme ? Elle allait un peu loin la petite, il n'était pas stupide, les plaques de métaux sur son cou et les morceaux sur son visage avaient largement de quoi repousser la gente féminine. Il avait davantage l'air d'une machine à tuer que d'un beau gosse séducteur. « Ce serait avec plaisir... mais... mais il faudrait... un lieu plus calme... », sous-entendu, avec moins de monde surtout. Un coin où personne ne viendrait les interrompre ou risquer de les surprendre au cas où que les choses dérapent. Elle ne devait pas s'attendre à devoir aller aussi loin dans son jeu, mais elle était tombée contre au moins aussi fort et têtu qu'elle sur ce coup.

Je connais justement un endroit...

Sa main entrelacée avec celle de Medyusa resserra son étreinte, et il rapprocha son visage du sien, la défiant du regard. Se pensait-elle réellement plus fort que lui ? S'imaginait-elle parvenir à le faire craquer et faire tomber sa couverture ? Qu'une paire de seins et de belles jambes suffisaient à lui délier la langue ? Qu'elle ne risquait rien en empruntant cette voix ? Il souriait, d'une façon malsaine, sadique. Ce n'était pas l'envier de lui broyer les os des doigts qui lui manquait, ni même celle de lui tordre le cou. Tout autant qu'il désirait l’attraper par la taille et la plaquer sur la table et la prendre sauvagement ici-même, jusqu'à l'explosion qui la remplirait de sa semence, avant de foutre le camp. De nombreux scénarios qui n'arrêtaient pas de lui parcourir l'esprit, tous plus séduisants les uns que les autres. « Ou tu pourrais me donner un coup de main dans mes recherches... nous n'aurions pas à nous quitter alors... » Il repoussa son pied d'un revers de main, comme désintéressé.

Je dois y aller, j'ai traîné trop longtemps ici...

L'hésitation dans sa voix n'était plus, au contraire, celle-ci dégageait maintenant une assurance déconcertante, presque arrogante. Il prenait trop de risques à s'adonner à ce petit manège dans ce lieux trop fréquenté à son goût. Il avait la documentation qu'il cherchait, il reviendrait un autre jour pour la consulter. « Si tu veux faire plus ample connaissance, tu peux toujours me trouver chez les Metaru... » Un sourire amusé lui déforma les lèvres tandis qu'il se relevait, reprenant peu à peu ses esprits et sa mauvaise humeur habituelle. « Là-bas, on ne risque pas de nous déranger, et rien ne m'y est interdit. » Tout simplement parce qu'il ne leur laissait pas le choix, que cela plaise ou non, il n'en faisait qu'à sa tête. « M'enfin comme tu l'as si bien dit tout à l'heure, je ne pense pas te revoir de si tôt, Medyusa-chan... » Il savait parfaitement que toute ce qu'elle lui avait dit n'était que du flan, purs mensonges pour le faire passer aux aveux.

Tchuss.

Qu'il se contenta de lui lâcher, avant de prendre ses livres et de se diriger vers les rayons adéquats pour les y redéposer. Il n'était pas venu ici pour rien, tout cela n'avait pas été qu'une perte de temps, il en était satisfait.

Citation :
C'est la fin du RP pour moi, à moins que Medyusa tente quelque chose pendant qu'il dépose les livres ! Merci pour le RP en tout cas, quand tu veux pour le retour

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7624-metaru-reiji-100 http://www.ascentofshinobi.com/u1183
Medyūsa
Medyūsa

Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji] Empty
Lun 24 Fév 2020 - 12:10
Fin


Leur petit jeu dure depuis un moment déjà, Medyûsa n’est pas une adepte du jeu de séduction, mais ce Shinji lui paraissait juste louche dès sa première prise de parole. Elle voulait le tester, voir s’il allait cracher le morceau devant la gent féminine et leur manière de séduction. Cependant, la blonde allait un peu loin dès le début avec ses attouchements avant que celui-ci se prête au jeu. La Yasei ne connaissait pas ses intentions en voulant jouer aussi, mais la blonde n’est pas faible d’esprit. En effet, elle n’est pas attirée par ce dernier donc elle ne ressent rien en particulier à son égard, ce qui l’aide pas mal à ne pas se sentir mal à l’aise émotionnellement. De plus, elle voyait cela comme un jeu et rien d'autre, elle n’ira pas plus loin s’il reste têtu sur ses positions. En savoir un peu plus sur lui, ça changeait de ses habitudes lors de ses venues dans cette bâtisse. Cela dit, tout amusement touche à sa fin et la blonde commençait à se lasser de cela. Il posait des questions dont il connaissait déjà les réponses, il semblait être pas mal distrait par les caresses des jambes de la blonde. Ce n’était pas trop le but, mais bon, il ne fallait pas y prêter attention. La kunoichi ne pouvait pas trop le blâmer, à sa place, elle aurait été pareil. Les mains baladeuses de l’homme la faisaient un peu rougir, mais bon, elle essayait d’être lucide et de penser à autre chose tant qu’il ne va pas trop loin. Évidemment, elle reste une femme comme un homme reste un homme, elle ressentait une certaine chaleur et ça pouvait l’handicaper dans son petit jeu.

La blonde cherchait l’excuse d’apprendre à mieux se connaître, plus tard, en dehors de ce lieu. Le type avait une idée d’endroit pour aller discuter et s’amuser ensemble. Était-ce un sous-entendu pour aller plus loin dans leur jeu ? Son visage est proche du sien, commence-t-il à montrer son vrai visage ? En tout cas, Medyûsa garde un air calme et un regard soutenu, s’il croit l’impressionner, il est mal barré, le petit. S’il croit qu’elle est une femme facile qui va coucher à droite et à gauche, il se trompe lourdement. « Tu es amusant, mais j’ai mieux à faire que d’aller dans un endroit tranquille avec toi surtout pour ce que tu penses, petit coquin. » Dit-elle avec un sourire en coin et ne le quittant pas des yeux. L’aider dans ses recherches, ne pas se quitter, enfin bref, il repousse enfin le pied de la blonde et semble montrer une autre attitude. Le ton de sa voix, sa façon de parler, enfin, voilà son vrai visage, finalement, elle pouvait entrevoir la vraie personnalité du garçon. La blonde affiche un léger sourire, reprenant un livre en main et ne disant rien, elle ne fait que l’écouter pour l’instant. Un membre du clan Metaru, venir le voir dans les quartiers de son clan pour faire amplement connaissance et rien là-bas ne leur sera interdit. Apparemment, il n’a rien compris enfin ceci dit, Med n’avait pas donné une bonne image d’elle avec ce petit jeu, ça se comprenait. « Je préfère juste rectifier une chose, Shinji. Ce n’était qu’un petit jeu pour te tester, mais ne crois pas que j’irai te voir en privé pour plus, je ne suis pas le genre de femme à coucher à droite et à gauche, sache-le. » Finit-elle, au moins, il était au courant qu’à leur prochaine rencontre, il ne fallait pas compter sur le fait qu’elle ira coucher avec lui pour le plaisir. Sa dernière phrase avant de partir fait sourire la blonde, elle se retenait de rire, mais dans un sens, il avait raison. « En effet, tout dépendra du hasard, si on se croisera dans un coin d’une rue ou ailleurs. Cela étant, j’ai d’autres choses à faire qui risquent de prendre pas mal de temps comme les recherches que je mène, désolée ! » Répondit-elle.

Maintenant, il partait ranger les livres dans chaque rayon et ce n’est pas Medyûsa qui allait le suivre ou le stopper pour continuer à discuter. La blonde termine de lire ses livres et à prendre des notes pendant encore une heure avant de décider de tout redéposer dans les rayons adéquats et de partir chez elle. En tout cas, ça a été un moment bien sympathique et amusant, mais le jeu de charme et séduction, plus jamais, ce n’était pas trop digne d’elle, au final. La prochaine fois, elle n’écouterait plus certaines filles, il y en a qui sont douées et d’autres non et Med ne l’était pas.



Spoiler:
 

_________________
Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji] Azcp
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7891-medyusa-the-gorgon#66055 http://www.ascentofshinobi.com/t8227-hebi-no-monogatari#68687 http://www.ascentofshinobi.com/u945

Entre métal et serpent, les livres s'invitent aussi [Pv : Metaru Reiji]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Grande Bibliothèque
Sauter vers: