Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

La bête du Yuukan enneigé - Sinaaq

Aburame Ayume
Aburame Ayume

La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq Empty
Sam 14 Déc 2019 - 15:49
la Bête du Yuukan enneigé.


Son manteau sombre la gardait bien au chaud, il attirait comme un aimant la faible chaleur qui émanait des quelques rares éclaircies survenant entre deux tombées de neige. Son soupir déclenchait un nuage embrumé devant son fascié, la masse semblait danser un instant, puis se dissipait comme si elle n’avait jamais existé. Un peu comme tout, avec des temporelles différentes. Le vent avait d’ailleurs déjà effacé les traces de pas que la kunoichi laissait dans la neige et ce n’était qu’à mi-chemin de sa destination, que la brune comprenait pourquoi son binôme (le vieux Shinrin) avait fait sa comédie d’homme malade. Le terrain était dur à pratiquer, la région isolée, pas âmes qui vivent à des kilomètres. Pas étonnant que de telles rumeurs couraient sur cet endroit. D’ailleurs, peut-être étaient-elles fondées qui sait. Un panneau attirait son attention, chassant la neige qui recouvrait les gravures formant l’écriture, l’Aburame pouvait enfin lire son message :

_ Attention, Danger de mort _

Le petit village semblait quant à lui abandonné, tous les bâtiments avaient été barricadés, les extérieurs étaient saccagés. Sur certaines portes, de larges griffures étaient les témoins physiques de l’attaque d’une bête ou autre chose. Sa missive de contrat n’exagérait peut-être pas la situation. Elle qui croyait qu’elle n’aurait qu’à calmer les poussés de confiance d’une meute de loups…

Cela pourrait être plus compliqué.
Ou simplifié…

En effet, son attention se captait sur un individu qui semblait à son sens, lui aussi inspectait la zone. Qu’ils eurent mis plusieurs mercenaires sur le coup ne la surprendrait pas. Quand son regard se fixait enfin dans le sien, la kunoichi dont on ne voyait que ça finalement, s’immobilisait un instant. Silencieuse, elle jaugeait le personnage pendant quelques secondes avant de se décider à faire tomber le masque- littéralement sur son cou. C’était plus plaisant de voir à qui l’on s’adressait non ?

«  Tu es ici pour cette histoire de bête qui terrorise la région ? »

Comme elle quoi. Sa question, tout comme son intérêt n’avaient rien d’anodins, en effet, sauf erreur de sa part, ils n’y avaient plus qu’eux ici, au milieu de nulle part. Et s’ils visaient le même objectif, potentiellement, ils pouvaient être des alliés provisoires. Le monde des mercenaires étaient d’une souplesse désespérante. Dans certains contrats il fallait écraser toutes sources de concurrence… Dans d’autres, il fallait savoir rassembler, quiet à gagner moins, le plus d’alliés possible.

Il faisait si sombre depuis le matin de son départ, qu’Ayume aurait eu du mal à dire à quelle heure de la journée ils en étaient rendu. Néanmoins, le gong de l’interlude sonnait dans sa tête, elle devait curieuse de savoir quel genre de réplique allait lui donner l’inconnu... Qui, aux vues de la situation, n’en resterait pas un très longtemps.



to be continued



_________________
La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq 0cti
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7900-aburame-ayume-terminee-merci#66175
Sinaaq
Sinaaq

La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq Empty
Sam 14 Déc 2019 - 20:10

Là ♫ là ♫ là ♫, l’hiver est là ♫ là ♫ là ♫ ! Rentrez vos têtes, sortez vos laines, pour n'pas prendre froid ♫ froid ♫ froid ♫ ! Les nuits sont longues, la neige affleure, le feu est roi ♫ roi ♫ roi ♫ !

La plus belle saison de l’année nous partage à nouveau sa splendeur ! Pfiou, c’est qu’elle se serait presque faite désirée. Je ne sais pas comment font les gens du continent pour adorer autant les chaleurs humides de l’été. Des civilisations ont-elles vraiment réussi à se bâtir avec ce climat ? Bon, il est vrai que je suis mal placé pour parler de construction d’empire. On ne peut pas dire que la banquise regorge de peuplades à la démographie explosive.

Mais c’est ce qui fait tout son charme, non ?

Dès qu’il n’y a plus de place, l’humanité a tendance à se propager ci et là pour revendiquer des terres exploitable. Et c’est là tout le problème de cette vilaine affaire – car oui, je suis en mission… pour le compte de ma survie. Le dur quotidien d’itinérant ! J’ai essayé de prôner le sacro-saint troc, mais ça n'a pas l'air d'être considéré à sa juste valeur. Mes dents de phoque attirent davantage le sourire que le ryô. Des personnes mal intentionnées ont sans doute pensé à vendre du rêve – et de la camelote – avant moi.

Là ♫ là ♫ là ♫, l’hiver est là ♫ là ♫ là ♫ ! Le soleil chute, marchez à deux, il f’ra tout noir ♫ noir ♫ noir ! Là ♫ là ♫ ... là… ?

Attends une minute. La faim me rend fou, ou c’est bien une silhouette humaine que j’aperçois ? J’ai dévié mon chemin des sentiers battus depuis des lustres pourtant ! Serait-ce un fermier ? Je n’y crois pas. Un chasseur ? Ma foi, la forêt pullule de gibier. Mais qui d’assez suicidaire oserait pénétrer le territoire du terriiiiible monstre habitant les lieux ? À part moi, bien sûr. Mais ce n’est pas une créature fantasque qui va m’impressionner. Tu sais quoi ? Provoquons le destin. Peut-être que cette personne a des informations sur le démon qui terrorise ces terres. Certes, marcher dans la neige me rappelle le pays, mais je n’ai pas envie de passer la semaine à traquer des empreintes qui s’effaceront à la moindre rechute.

Bonjour, bonjour !

Qu’est-ce que c’est que cette femme-là ? D’accord, niveau accoutrement je ne prétends être le modèle de personne, à moins de vouloir collectionner les engelures – le prix à payer pour les gens du coin pour se balader en chemise sous des températures négatives –… mais elle porte un masque, quand même. Un masque ! La dryade est-elle pestiférée ?

Eh bien, en parlant de masque, elle vient de le tomber. Elle a dû lire dans mes pensées.

Tu as visé en plein dans le mille ! Hahaha, comme c’est cocasse. Quelle est la probabilité pour que je tombe sur une collègue en plein bois ? Enfin, « collègue »… tu ne veux pas essayer de me mettre des bâtons dans les roues pour m’empêcher de toucher la prime, hein ? Qu’on soit bien sur la même longueur d’onde. Je préfère cent fois te laisser la main plutôt que faire fondre la neige avec des gerbes de sang. Le mien, de tout évidence !

Ça, c’est de la première impression. Je la sens déjà charmée !

Alors comme ça, on est destiné à faire un bout de chemin ensemble ? C’est parfait. Moi, c’est Sinaaq ! Enchanté de faire ta connaissance, ô inconnu dont je ne sais rien.

Je tends ma poigne la plus ferme à ma consœur d’aventure. Que c’est romantique ! Une trépidante chasse au monstre ; une quête dangereuse au cœur des bois ; une rencontre aux premières lueurs d’un lever de soleil ; une alliance forgée dans le sang et le froid. J’ai hâte de raconter cette histoire à mes petits frères et sœurs une fois rentré au bercail.

Je suppose que tu n’as pas vu le moindre signe de la bête dans ta direction ? C’est un détail important ! On va réduire notre fenêtre de pistage. Tu es douée dans le domaine ?

Je remonte les manches de ma chemise.
Aaah, qu'il fait bon ! Cette journée s'annonce parfaite.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7859-100-sinaaq-l-homme-qui-n-a-pas-froid-aux-yeux http://www.ascentofshinobi.com/t7888-sinaaq-carnet-de-bord#65893
Aburame Ayume
Aburame Ayume

La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq Empty
Dim 15 Déc 2019 - 0:48
l'étrangeté de la socialisation.


Il était bien enjoué celui-ci. Ce n’était pas désagréable pour une fois de croiser ce genre de tempérament, bien que rare dans la profession. Aussi, si elle avait esquissé un petit air surpris au début de leur échange, Ayume le troquait rapidement pour une moue plus amicale. Autant que faire se pouvait dans son cas. Au moins, elle n’avait pas l’air de faire la gueule. Même qu’elle clignait des yeux, un poil dubitative, tandis qu’il enchaînait les mots encore, encore et encore.

Il lui tendait la main, elle lui rendait le geste avec une poigne plus délicate pour sa part. La violence n’était pas sa tasse de thé et là-dessus, ils semblaient se rejoindre. Avant toute chose déjà, elle devrait trouver un moyen de le faire taire et ça ne semblait pas gagner. L’Aburame était du genre à se contenter de l’essentiel. Visiblement, il l’avait adopté, même enrôlée dans la quête, alors il était inutile de revenir là dessus, la poignée de main signerait l’accord.

« Hormis les traces sur les portes, non, rien. Mais la forêt était étrangement aphone quelques mètres avant mon arrivée. »

Elle s’était même sentie épiée, suivie, sans pouvoir repéré avec exactitude la source, aussi, sans fondement réel, l’Aburame décidait de ne pas prendre ce facteur en considération. Elle précisait toutefois au cas où :

« On s’entendra pour dire que ce silence de mort est anormal. Même en hiver. »

Reposant son masque devant son visage, vieille habitude, la kunoichi jetait un coup d’œil aux alentours. Ils avaient l’embarras du choix pour établir leur camp de base. Dans le même temps, elle répondait à son ultime question, plus en lui posant une autre révélant l’évidence.

« D’après toi ? Sachant que je suis venue seule ici. »

Son bras se tendait maintenant qu’elle avait capturé son attention, un doigt pointé le bâtiment abandonné qui avait l’étage le plus élevé.

« Pas question de camper à la belle étoile, même si tu sembles immunisé au froid. Elle faisait référence à sa tenue légère pour la saison. Là bas, ça fera l’affaire. Il faut un jour de marche pour attendre le prochain village. Nous ne tenterons de le rejoindre que demain, pas besoin de prendre des risques inutiles. »

Son attention se portait sur leur droite, il y avait une vue dégagée du bois, on entendait légèrement le ruissellement de l’eau. Car oui, ils n'allaient pas juste papoter au coin du feu d'ici le lendemain.

« Toute bête, qu’elle quelle soit, doit s’abreuver, commençons la traque des empreintes ou traces par là. »

Sans demander son reste, la femme ouvrait la marche.

« Tu as réfléchis sur quoi tu pourrais tomber en venant ici ? »

Le moment parfait pour ouvrir l’imposant sac qui trônait dans son dos et lui montrer les pièges à ours qu’elle avait emporté.



to be continued



_________________
La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq 0cti
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7900-aburame-ayume-terminee-merci#66175
Sinaaq
Sinaaq

La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq Empty
Dim 15 Déc 2019 - 1:33

La femme est sérieuse. C’est bon signe ! Nous aurons davantage de chances de survie au cas où une bête d’un trop gros acabit venait nous rendre visite, même si je doute qu’un mammouth vienne nous jouer de ses défenses en pleine forêt. Y’a-t-il un équivalent de taille dans le coin ? À par les loups, les ours, les chiens sauvages, et le gibier inoffensif habituel des lieux, je ne vois pas ce qui pourrait se rajouter à notre liste de proies potentielles. Ça soulève un bon point : la bête que l’on traque est-elle seule ? ou fait-elle partie d’une meute capable de multiplier les meurtres ci et là comme des petits pains ?

Bien vu pour le ruisseau ! Si la créature est douée de ruse, elle pourrait avoir l’idée de rôder le long du cours d’eau pour assouvir sa soif… de sang ! Mais pour répondre à ta question, non, je n’ai rien prévu. Je ne suis clairement pas autant préparé que toi.

Disons que je baroude en amateur. Certains pourraient voir ma frivolité comme une insulte à la profession, mais je persiste à dire qu'il faut ouvrir ses horizons, et sortir de sa zone de confort. Où se trouve le plaisir dans le morne quotidien ? Il faut une pincée de Chaos pour relever le goût de l'Ordre ! Ou juste assez d'Ordre pour ne pas crouler sous le Chaos.

Par chance, j'ai de longues années de pistage derrière moi. Le terrain n'est pas le même, mais on s'y habitue ! Il suffit d'être la bête pour deviner son déplacement.

Et c'est plus facile à dire qu'à faire. Va te mettre à la place d'un lion de mer. Connais-tu ses soucis du quotidien ? La pression sociale qu'exerce ses pairs sur lui ? Bien sûr que non.

Longeons le ruisseau en scrutant les parages. Nous pourrions tomber sur une carcasse encore fraiche, de quoi épaissir l'enquête. Et puis, au moins, nous éviterons de nous perdre dans la nature. Un repère naturel comme celui-ci, c'est du pain béni !

Madame a ouvert la marche, alors je la suis. Elle sait certainement comment manœuvrer cette expédition d'elle-même. C'est elle, la professionnelle ! Je devrais peut-être lui léguer davantage de la récompense. J'aurais l'impression de la flouer en exigeant un ratio équitable. Aller. Descendons à trente pourcents de la prime. Ce sera mon gage pour la balade !

Nous progressons dans les bois en enjambant des obstacles disséminés sous le manteau blanc. Nos bottes font "scrontch, scrontch" à chaque pas lourd sur la neige de la veille. De quoi réveiller nos âmes d'enfant ! Même si ça n'a pas l'air d'être le genre de la maison.

Il y a trop de gens sérieux, dans ce monde. Ça va nous tuer à petit feu.

Ça fait longtemps que tu fais du hors-piste ? Tu en as sûrement vu des vertes et des pas mûres. Au final, c'est une bonne situation, ça, mercenaire ?

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7859-100-sinaaq-l-homme-qui-n-a-pas-froid-aux-yeux http://www.ascentofshinobi.com/t7888-sinaaq-carnet-de-bord#65893
Aburame Ayume
Aburame Ayume

La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq Empty
Dim 15 Déc 2019 - 2:10
l'envie de prendre ses jambes à son cou.


Même si elle le traînait derrière elle, la brune restait mitiger sur la réelle efficacité du gus, ceci dit, humaine avant tout, soyons francs, la femme n’avait pas envie de rester seule ici… Combien même elle s’y était rendu en solitaire par manque de choix. Puis cela avait ses bons côtés, il se révélait malgré lui, plutôt divertissant. Stoppant ses pas, l’Aburame se retournait vers le beau parleur après qu’il eut parlé de se mettre à la place du monstre. Elle avait ôté son masque pour qu’il profite bien de son fascié à ce moment-là, où elle le fixait en relevant un sourcil interrogateur, l’air de lui dire : Tu veux vraiment que je me prenne pour un loup sanguinaire histoire de…

« Dans ce cas retourne toi, car c’est probablement dans ton dos que je me tiendrais. »

Et lui était derrière le sien, de dos jusque là. Un instant, elle dû paraître sacrément flippante, celui d’après elle secouait la tête en remettant sa capuche tentant de cacher un sourire mi-moqueur , mi-amusé qui l’avait gagné.

« J’ai laissé un marqueur au village, dans le cas où on se perdrait. Assure toi simplement que l’on ne soit pas séparé. »

Plus dans son intérêt à lui que le sien. Encore que… Le voilà qu’il continuait de lui faire la conversation en prime. De toute évidence, la fille était tombé encore sur un étrange spécimen. Les gens trop sérieux comme elle étaient des cibles de prédilection pour les personnes trop enjoués à son goût. Cela devait relever de l’instinct qui sait. Ayume n’aurait jamais pensé à s’intéresser à une personne en elle même, si elle posait des questions, c’était ciblé avec son besoin d’informations sur la situation du moment. Du coup, elle avait toujours du mal à comprendre ce mécanisme social qui était loin d’être inné pour elle.

« Plus de vingt ans malheureusement. »

La réponse lui était venu machinalement à sa question et étrangement, lui laissait un goût amer dans la bouche. Cela lui paraissait bien trop long comme activité, pas étonnant que la retraite lui faisait du charme. Elle avait commencé si tôt… Sans pratiquer l’innocuité de l’enfance pour le coup.

«  Ayume. L’avait-elle repris après le mercenaire. En toute franchise, cette situation me semble meilleure depuis que tu es là. J’appréhendais la solitude dans cette traque. Cela ne sera pas simple, sinon, d’autres que nous auraient réglé ça depuis longtemps tu te l’imagines bien. Un long soupir. Et la prime ne serait pas aussi élevé pour une simple bête. »

Malheureusement. Était-elle désespérée à ce point pour prendre tous ses risques pour de l’argent ? Et lui alors ? Il n’avait pas vraiment le profil de l’emploi et là dessus, vu tous ceux qu’elle avait côtoyé, Ayume pouvait prétendre à une certaine expertise.

« Toi, tu n’en es pas un de mercenaire n’est-ce pas ? Que fais-tu là ? »

La conversation se ponctua devant une mare de sang où dans le centre les cadavres de tout un troupeau de gibiers gisaient. Massacrés, mais pas dévorés. Quelle étrangeté. Rejoignant la première bête, elle plongeait sa main dans la chair pour vérifier la température, qui n’était pas tiède, mais pas complètement froide non plus. Aussi patientait-elle jusqu’à ce que son partenaire du jour eut le temps de faire ses propres constatations.

Le silence pesant était de retour, celui qui l’avait mise mal à l’aise à son arrivée. L’oppression la gagnait quand elle se sentait fixer, sans pour autant trouver la source de son malaise. Instinct peut-être, mais elle s’était rapproché du binôme au mieux possible. Est-ce que la bête était en train de les jauger ?


to be continued



_________________
La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq 0cti
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7900-aburame-ayume-terminee-merci#66175
Sinaaq
Sinaaq

La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq Empty
Dim 15 Déc 2019 - 11:21

Son compliment me touche beaucoup. Il ne faut jamais cracher sur l’aide de quelqu’un ! Certes, dans cette affaire, je risque d’être une diversion plutôt que d’une plus-value efficace au combat, mais il n’y a pas de sot métier. Tant que je peux apporter ma chaleur humaine à une consœur, ça me va. C’est ce qui nous sépare des bêtes que nous traquons.

Oh, tu sais, peut-être que la bête se balade tranquillement dans les parages à cause d’une absence totale de gens pour la mater. Ce n’est pas le cœur battant du pays. Et puis, pour la prime… je te laisse seule juge de sa hauteur. J’ai encore du mal avec la valeur du ryô.

La femme masquée a vu clair dans mon jeu. Je ne suis pas assez professionnel pour être un mercenaire. Je me ferais grignoter par la vie que l’on peut dire « lion de mer » ! C’est-à-dire une seconde. Mais que fais-je ici, alors ? C’est une question légitime dont ma partenaire est en droits de se poser. Moi-même je ne suis pas certain d'être un bon endroit, au bon moment, parfois, quand le mal du pays s'instille dans mon cœur, ou les remords, dans mon âme.

Je suis un voyageur. Un itinérant venu de la Mer Blanche, par-delà les eaux froides et mystérieuses de l'archipel de Mizu. J'ai eu l'occasion de quitter le nid pour voir du pays, alors... j'ai dit oui. Sur un coup de tête. Suicidaire, n'est-ce pas ?

La plus belle décision que j'ai eu à prendre dans ma vie. Hélas, aussi intéressante soit-elle, cette discussion ne saurait durer plus longtemps. Devant nous décante un indice d'une importance capitale : des cadavres tièdes de gibiers ne pouvant hiberner. J'avance vers le charnier, et pose un genou à terre. La neige lèche ma peau rougie.

L'une des raisons qui m'a poussé à rejoindre le continent est mon don inné.

Je pose une main sur la fourrure maculée d'un lapin, écarte les doigts pour me lier au plus près avec la température corporelle du martyr. L'hiver n'a pas encore réussi à lui imposer son emprise glaciale. Même si ses extrémités, et son pelage en général, sont gelés à en être recouvert de glace, son organisme conserve encore la chaleur de son vivant. Un tel poids plume peine à lutter contre le froid extérieur, en cas de mort. Ce devrait tourner autour de deux degrés par heure. Un petit calcul mental, et mon estimation point ! Cette conclusion va peut-être avoir l'impression d'être sortie du néant, mais je dois contribuer à cette enquête.

Son corps n'a pas encore atteint la température ambiante. Nous n'avons pas tant de retard que ça sur le prédateur ayant massacré ce groupe. Entre... trois et quatre heures ?

Je lève le nez à l'horizon ; des traces de sang se poursuivent dans un pan touffu de la forêt. On peine à y voir quoi que ce soit, à cause des milliers d'arbres jouant de concurrence les uns des autres. Pourtant, c'est la direction que nous sommes censés prendre pour suivre la trace du terriiiiiible monstre de ces bois.

Allons-y, Ayume !

Je me lève, époussette mes braies pour virer cette neige déjà en train de fondre, et attrape le fourreau pendant à mon dos, en bandoulière. Ça pourrait être utile pour décaler des branches sur la route, au cas où le bosquet rapetisse de trop. J'ai entendu des histoires sur cette « Forêt Noire », mais on m'a toujours dit d'éviter d'y jeter un œil, comme quoi ce serait trop dangereux, trop stupide, trop loin. Aaah, l'instinct de survie de la plèbe ! Rien de plus qu'un bâillon pour l'aventurier qui sommeille en chacun de nous.

Il y a beaucoup moins de neige, par ici. La cime des arbres l'empêche de recouvrir les racines. C'est notre chance : pister la bête sera bien plus facile.

Je plisse les yeux pour déceler des indices utiles sur notre route, mais me rends rapidement à l'évidence : il fait vraiment sombre ici. On y voit comme dans le cul d'un phoque ! Peut-être devrions-nous attendre quelques heures, que le soleil grimpe sur son trône. Des rais de lumière pourraient percer le plafond feuillu pour nous accompagner dans nos recherches.

Tu n'aurais pas quelque chose pour éclairer les environs, par hasard ?
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7859-100-sinaaq-l-homme-qui-n-a-pas-froid-aux-yeux http://www.ascentofshinobi.com/t7888-sinaaq-carnet-de-bord#65893
Aburame Ayume
Aburame Ayume

La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq Empty
Dim 15 Déc 2019 - 14:21
A toutes épreuves.


Quelques instants plus tôt il lui parlait de don inné, Ayume ne qualifierait pas tout le sien à elle dans cette catégorie, vu tout le process que cela demandait de contrôler des insectes, mais l’on en était pas loin. Voilà une bonne occasion de rebondir et satisfaire enfin sa curiosité sur le sujet. Simplement, la kunoichi avait écarté ses bras et de ses manches avaient filé une multitude de petites bestioles lumineuses, ressemblant à des lucioles qui pouvaient générer une bonne source de lumière, bien que douce, monnayant chakra. Leur sombre destination qui avait des airs carrément glauques se transformait alors en tableau de conte de fée, mais que les aventuriers ne s’y laissent pas avoir, tout ceci n’était qu’un trompe œil.

« Mieux comme ça ? Tu as parlé de don inné, il peut nous servir ici ? »

L’avantage de pouvoir contrôler cet essaim, c’est que l’Aburame pouvait les concentrer en un point, autour d’eux, ou bien les envoyer en avant de la piste pour éviter les mauvaises surprises. Exactement ce qu’elle ferait au besoin et sous les indication du traqueur, qui à premières vues, avait l’air de savoir ce qu’il faisait. A ce niveau du moins. Un bruit de feuillage captait leur attention juste un peu après sa phrase, il n’était pas surprenant que l’ajout de lumière déclenche une réaction auprès de la faune à proximité, mais ce déplacement-ci avait l’air bien plus lourd. Que dire que la vivacité qui en ressortait ? Ils se jetaient peut-être tout droit dans la gueule du loup.

« Je vais placer des pièges pendant que tu relèves la piste à suivre, cela te convient ? »

Dans tous les cas, elle avait déjà commencé son œuvre. Les bêtes a sa connaissance avaient pour habitude de toujours emprunter les mêmes trajets, avec un peu de chance, cette histoire pourrait se régler d’elle même. La réflexion s’interrompait quand une ombre aux formes paraissant humaines planait sur elle tandis qu’elle camouflait son piège.

« Sinaaq ? »

Le nom lui avait glissé entre les lèvres nerveusement, sa première envie aurait été de lui grogner dessus, lui dire que dans pareilles conditions, il valait ne pas arriver derrière elle en furtif comme ça… Mais quand elle se retournait, il était à plusieurs mètres d’elle. Impossible.

« Sinaaq ! »

Répétait-elle un ton beaucoup plus élevé en levant la tête vers la cime des arbres. Elle lui avait aussitôt pointait du doigt les hauteurs d’où la neige en tas s’écrasait au sol, suivi du poussière gelé qui fondait immédiatement au contact de son visage. Quoi ou qui que ce soit, ça se dirigeait droit vers l’homme qu constituait son partenaire du jour. Sans demander son reste la femme abandonnait ses affaires sur le sol gelé pour poursuivre la probable piste de cet élément perturbateur. A voir s’ils n’oublieraient pas dans la précipitation leur accord principal : Ne pas se séparer.

to be continued



_________________
La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq 0cti
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7900-aburame-ayume-terminee-merci#66175
Sinaaq
Sinaaq

La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq Empty
Lun 16 Déc 2019 - 12:23

Et la lumière fut ! La drôle de femme a sorti des lucioles de sa manche – comme par magie. Je n’avais jamais rencontré ce genre d’énergumènes jusqu’à maintenant. Des sortes… d’éleveurs d’insecte ? Le continent regorge vraiment de surprises. Et ç’en est une bonne, car nous pouvons enfin voir à plus de deux pas devant nous !

Prenant mes aises sur la direction de notre escouade, je mène la danse et, à l’aide du fourreau de ma lame, dégage les branches ci et là pour nous frayer un chemin dans les ténèbres repoussées. Par terre, rien d’intéressant. Il y a quelques racines ; beaucoup d’épines de sapin tapissant le sol de ce bois reculé ; et, parfois, une gigantesque empreinte de pas n’appartenant à aucun animal connu, accompagné de gouttelettes de sang.

Nous sommes sur la bonne voie !

Pendant que je m’affaire à pister la trace de cette horrible bête celée, ma partenaire dégaine des pièges à ours de son paquetage, les disséminant à des endroits stratégiques pour couvrir nos arrières, comme espérer attraper le monstre, en croisant les doigts. Cette « Ayume » sait ce qu’elle fait, pour sûr ! J’ai eu une sacrée chance, sur le coup. Je n’aurais pas fait le malin si je n’avais pas rencontré cette fille talentueuse. Tu m’imagines, seul, à plisser les yeux pour essayer de marcher droit dans ce noir total ? J’aurais fini à quatre pattes.

...

« Sinaaq » ? On m’a appelé ?

Je me retourne vers ma collègue. Quelque chose cloche. Pourquoi est-elle si paniquée ? Et quelle est cette ombre qui se…

Oh, mince.

AAAAAAAAAAAH !

MAIS ELLE EST GIGANTESQUE, CETTE BÊTE-LÀ ! VITE, FUYONS ! Euh, je veux dire, chassons-la ! Mais d’abord, il faut gagner du terrain. Survivre. Prendre de la distance, quoi !

Je ne fais pas partie de ton régime alimentaiiiiire !

Elle va me rattraper. Elle va me chiquer le gigot ! Il faut que je zigzague, que je joue avec le terrain, que je sème la créature, que j’use de mes neurones pour surpasser sa faim !

Je jette un œil derrière mon épaule.

ELLE EST ENCORE PLUS PROCHE QUE TOUT À L’HEURE !

POURQUOI JE N’AI PAS PRIS MA LANCE ?

Concentre-toi, Sinaaq ! Ce… « lou-ours » ne résistera pas à ta botte secrète. Puise dans ton anirniq pour venir à bout de ce danger. Joins tes mains. Ne tombe pas. Continue de courir. Inspire. Évite cet arbre. Expire. Et que la température baisse. Drastiquement. De quoi refroidir les ardeurs de cette bête échaudée.

C'EST LE MOMENT OU JAMAIS !

Le prédateur est sur le point de bondir sur sa proie. Je dégaine mon sabre hors de son fourreau. L'abats violemment dans la chair viciée de l'animal. En plus du tranchant de mon arme, une vague de froid percute de plein de fouet l'hybride monstrueux. Le poids de son corps m'emporte dans un roulé-boulé sur des mètres, et des mètres.

Un goût de neige souille ma langue.
Et de sang.
Mais la chose m'écrasant les poumons ne bouge plus.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7859-100-sinaaq-l-homme-qui-n-a-pas-froid-aux-yeux http://www.ascentofshinobi.com/t7888-sinaaq-carnet-de-bord#65893
Aburame Ayume
Aburame Ayume

La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq Empty
Lun 16 Déc 2019 - 19:00
Trompeuses apparences.


« Sinaaq ! Reviens vers moi ! »

C’était peine perdue, il filait à toutes allures pour fuir son attaquant, d’une façon la plus désordonnée qu’il soit. Ne pas se voir séparé allait être compliqué à ce stade, parti comme c’était. Faisant de son mieux, l’Aburame voulait les suivre, mais dans la précipitation, elle oubliait de rapatrier ses lucioles, créatures étranges qui leur offraient la luminosité. Voilà comment son pied se prenait dans une racine et que son corps s’enfonçait lourdement dans la neige.

Un grognement lui échappait une fois sa tête remise à la surface, levant cette dernière elle constatait qu’on ne l’avait pas attendu. En même temps… Ne demandant pas son reste et inquiète pour la vie de son compare, la kunoichi s’empressait de tenter de le rejoindre, aussi criait elle plusieurs fois son nom en constatant qu’il avait perdu l’insecte censé la guider jusqu’à lui dans le cas où.

Sa pauvre petite créature s’était faite écraser dans la mêlée. Se concentrant encore une fois sur ses repères sur pattes, une autre mauvaise nouvelle lui tombait sur la tête. Ils étaient trop loin du village maintenant pour qu’elle puisse les y ramener. Via cette méthode du moins... Enfin, et si toutefois on considérait qu’il y avait encore quelqu’un à ramener. Suivant les traces de longues minutes dans l’angoisse, la kunoichi finissait par le retrouver, pas que lui d’ailleurs. Une gifle lui était d’ailleurs offerte pour l’aider à se réveiller.

« Sinaaq ! Sinaaq réveilles toi, viens m’aider. »

Dans les bras de la femme se tenait un gamin à mi-chemin entre l’enfance et l’adolescence, c’était difficile à dire. Le pauvre diable était transpercé, du sang s'échappait de son torse meurtri. Si la fille n’était pas arrivé aussi vite pour lui porter assistance en compressant la plaie, il serait mort depuis longtemps.

«  Tu as des compétences en soins ? »

Elle était totalement néophyte sur le sujet.

« Qu’est-ce qui s’est passé ? D’où il sort celui-là ? Tu es blessé ?»

Beaucoup de questions en peu de temps, mais la situation l’exigeait un peu vu l’état de la victime entre ses mains. Son corps était parsemé de marques et cicatrices, elle lui avait offert son manteau pour le sauver de la mort tout aussi certaine que lui promettait sa tenue d’Adam dans ce froid hivernal. Pour le moment, l’adrénaline aidant, l’Aburame ne subissait pas la morsure du vent gelé, mais cela ne saurait durer…

« Où est la bête ? »

Question de première utilité, avec tout ce sang, leur position à découvert et maintenant ce gamin entres les pattes. Enfin… La survie du dernier protagoniste était loin d’être assuré.

to be continued



_________________
La bête du Yuukan enneigé -  Sinaaq 0cti
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7900-aburame-ayume-terminee-merci#66175

La bête du Yuukan enneigé - Sinaaq

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Souvenirs et correspondances :: Flashbacks
Sauter vers: