Soutenez le forum !
1234
Partagez

Retrouver son dû [Higure Mafuyu]

Hotaru
Hotaru

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Sam 14 Déc 2019 - 22:13

Le port était bien agréable ce soir-là. Les vagues venaient mourir calmement contre la digue. Les barques, bateaux et autres vaisseaux tanguaient tranquillement au rythme des respirations de la mer. Quelques marins chargeaient ou déchargeaient avec une lassitude nonchalante de la cargaison dans leur navire. Des pêcheurs, amateurs ou de métier, s'apprêtaient à partir. Il en étaient deux particulièrement âgés et particulièrement comiques, qui portaient d'antiques cannes et qui allaient voguer sur une vieille chaloupe vermoulue. Ils étaient drôles. Et, couronnant ce paysage, un soleil d'ambre commençait à perdre ses rayons derrière la ligne d'horizon.

Hotaru avait déjà appris à apprécier la promenade le long du port, même s'il ne vivait pas à Kiri depuis longtemps. Ce devait être la proximité de l'élément marin qui lui attirait une si grande sympathie pour le lieu. Il avait toujours vécu près de la mer, ou en tout cas jamais très loin. Et il aimait la mer. C'était la plaine immense des possibles, la route sans fin de l'hypothétique, du peut être, du pourquoi pas. Combien de fois l'avait-il prise, cette mer, et combien de fois la prendrait-il encore ... Et sans doute ne s'en lasserait-il jamais car, après tout, il était un enfant de Mizu no Kuni. L'eau était sa terre, la houle son air. Et il allait sans dire que perdre l'un ou l'autre reviendrait à lui ôter une partie de lui-même, en un sens.

Il avait retourné ces pensées de nombreuses fois dans son esprit. Et il se serait attendu à ce que l'océan perdre de son attrait à ses yeux parce qu'il avait trop réfléchi à sa beauté, à pourquoi il l'émouvait toujours autant. Il n'en était rien, pourtant. Toujours, il se surprenait à ressentir au creux de la poitrine, juste là, un élancement, comme une étreinte, lorsqu'il la voyait, l'entendait, la sentait. C'étaient les bosses aiguës de ses lames. Le murmure furieux et incessant de leur écrasement. Et l'odeur puissante du sel dans l'air.

Ses sentiments étaient tout pareils ce soir-là, et il contemplait la mer avec un léger sourire, comme à son habitude. Les mains fourrées dans les poches de son pantalon, il laissait ses pas le guider, passant devant toute une foultitude de bateaux tous plus beaux les uns que les autres et ignorant les entrepôts qui s'étalaient à sa gauche. S'il avait pris la peine de passer à sa ceinture une sacoche contenant tout son nécessaire, c'était simplement pas rigueur professionnelle. D'ailleurs, c'était aussi pour cela qu'il avait noué à son bras gauche son bandeau frappé aux armes de Kiri. Et il fallut vraiment un coup du destin pour que ces éléments-là précisément, à cet instant, provoquent la rupture de sa tranquille contemplation.

"C'en est un ?

-C'est sûr ! Tu ne vois pas son bandeau ?

-Bon ... Mais on est sûr qu'il en a un ?

-Je le vois dépasser de son sac. Arrête d'essayer de te dégonfler, et allons-y !"

Tout se passa en un éclair. Surgissant de derrière une pile de caisse, deux silhouettes semblèrent glisser sur le passé tant elles allaient vite, et se dirigèrent droit sur Hotaru. Elle étaient encapuchonnées, et de longues capes noires flottaient dans le vent derrière elles. Hotaru eut à peine le temps d'être interloqué: déjà, la première s'était plantée devant lui et avait lancé une bombe fumigène qui ne tarda pas à plonger tout ce beau monde dans un nuage de fumée. Et la seconde, couverte par ce voile, glissa sa main dans la sacoche du jeune homme pour en tirer un épais rouleau. Quelles que furent les précautions prises par les deux voleurs, Hotaru sentit bien qu'on s'en prenait à ses affaires.

"Eh, mais ...!"

Il respira une bouffée de fumée, et toussa aussitôt. Déjà, les deux silhouettes avaient fait marche arrière, et repartaient en direction des entrepôts pour se cacher dans l'anonymat des caisses, tonneaux et autres babioles qui couvraient les pavés dans ce coin-là de Kiri.

"Revenez !"

Et il se lança à leur poursuite, oubliant très vite la contemplation bucolique à laquelle il s'était adonné à peine un instant plus tôt.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Lun 16 Déc 2019 - 2:24
Comme à son habitude, Mafuyu se promenait au sein du village de Kiri, assurant une certaine surveillance sur les lieux, tantôt vers le marché, tantôt vers des rues peu fréquentées, se mêlant à la foule avec aisance. Usait-il de ses véritables compétences de sensorialité, ou essayait-il de parfaire son art ? Même lui ne connaissait pas son niveau dans ce domaine, outre qu'il était moins important que n'était sa maîtrise des arts samouraï. Chose inhabituelle, il avait fini par errer aux seins des groupes de personnes pour arriver jusqu'au port Nagarasa, lieu qu'il avait peu de fois le réflexe de visiter, probablement parce que l'affluence y était trop aléatoire, liée aux débarquements et embarquements, un endroit qui pouvait tout aussi bien être emplis de vie au bon matin, comme presque vide au milieu de la journée. Aujourd'hui, l'affluence n'était pas la plus importante, mais permettait tout de même au samouraï de se mouvoir au milieu des gens, agissant le moins suspect possible, comme s'il travaillait en ces lieux.

Mais alors que sa balade semblait se passer dans le plus grand des calmes, un son distinctif se fit entendre, d'abord débuté par des mouvements brusques auxquels il ne fit pas attention, avant que le son de la bombe fumigène se fasse entendre et force le samouraï à tourner le regard vers l'autre bout du quai.

De là-bas, Mafuyu ne pu pas distinguer ce qu'il se passait, à son grand regret, seules des ombres se mirent à vaciller au travers avant de disparaître, un temps d'action trop réduit pour que le shinobi n'ait pu, dans la surprise, faire appel à l'une de ses techniques de détection. Seulement, il fut plus aisé pour lui de comprendre ce qu'il venait de se passer lorsqu'un homme sauta à travers le nuage à la poursuite de potentielles cibles, criant pour accompagner ses mouvements.

Que se passait-il exactement ? Le samouraï n'en avait toujours aucune idée, et pourtant, son devoir de shinobi kirijin prit le pas lorsqu'il pu percevoir le bandeau de la Brume sur le dernier des hommes. D'un premier pas largement appuyé sur le sol, Mafuyu exécuta un bond rapide de plusieurs mètres pour se diriger vers de toits en toits à la poursuite du kirijin, se promettant de rester en retrait jusqu'à ce qu'il en apprenne plus. Le chakra parcourant son corps, il dissimula entièrement sa signature de chakra.

Qui que tu sois, que tu ais fait ou que tu fasses. Un soldat de la brume ne laisse pas un camarade sans protections.

Mafuyu réussirait, il l'espérait, à rattraper l'homme et même s'il ne voulait pas pour l'instant se révéler pour tenter d'en apprendre plus, il se préparerait à pouvoir agir en toute circonstance selon les événements qui prendraient la suite.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Hotaru
Hotaru

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Lun 16 Déc 2019 - 22:17

Hotaru eut l'impression de zigzaguer entre les rayonnages sauvages des docks pendant de longues minutes, à la poursuite de ses deux voleurs. Plusieurs fois il crut qu'il avait perdu leur trace, et plusieurs fois il les retrouva, au son d'une caisse tombée ou d'un cri poussé par mégarde. S'il avait essayé de les retenir de ses invectives au début, il avait vite abandonné ce combat, comprenant qu'il était perdu d'avance. Les chapardeurs dans ce genre n'étaient pas de ceux que l'on pouvait facilement arrêter en les menaçant de quoi que ce soit. Si naïf qu'il fût, il ne l'était pas assez cependant pour croire le contraire. Il n'avait qu'à courir, et à faire montre de suffisamment de force pour les impressionner et les persuader de lui rendre son bien sans les blesser. Car c'était bien la dernière chose qu'il voulait faire.

Finalement, il lui sembla que les bruits de pas s'estompèrent. Encore. Mais cette fois-ci, il entendit également le cliquetis de l'enclenchement d'une porte, et le bruit d'une clef que l'on tourne dans une serrure. Ils avaient trouvé refuge dans l'un des hangars du port, et maintenant ils s'étaient barricadés, à n'en pas douter. Ca ne l'arrêterait pas pour autant. Restait à trouver dans lequel des entrepôts ils s'étaient cachés. Et autant dire que l'affaire n'était pas mince, compte tenu du nombre de ces édifices.

Néanmoins, trouver le bon se révéla étonnamment facile. Si facile que Hotaru eut du mal, d'abord, à croire à sa découverte. Pourtant, il était impossible de se tromper: le sceau qui barricadait la porte ne pouvait qu'indiquer que quelque chose de singulier se tramait entre les murs de cet entrepôt. Pas de chance pour les malfrats, Hotaru se trouvait être un adepte du Fuinjutsu. Il se frotta les mains, et observa le sceau un court instant. C'était du travail propre, mais pas incassable. Il appliqua sa propre main sur le sceau, ferma les yeux. Un instant plus tard, le déclic de la serrure se fit entendre, et il afficha un sourire satisfait. Il défonça la porte d'un coup de pied sec, et cria d'une voix qui avait dû s'entendre dans tout le port tant il avait voulu la rendre sonore:

"RENDEZ-VOUS ! VOUS ÊT-"

Il s'interrompit dans un hoquet de surprise. Il ne s'attendait pas à voir ça. Il avait face à lui deux créatures, qui ressemblaient autant à des pantins qu'à de véritables monstres. L'un couvert d'un drap noir, et portant un masque qui aurait pu être fait d'os. L'autre rond, épais, pelucheux et d'un rose criard, au visage inexistant si ce n'est pour deux yeux jaunes. Mais il était difficile de les distinguer clairement, dans la pénombre du hangar. Et les deux apparitions firent naître un certain sentiment de malaise chez Hotaru.

Il y eut un cliquetis, un bruit de rouages, et les deux corps monstrueux s'animèrent d'un même mouvement. Du drap noir couvrant le premier sortit une volée de lames, qui filèrent dans l'espace en prenant Hotaru pour cible. Le second corps se rua lui-même en direction du jeune homme, comme un boulet de canon prêt à lui broyer les os.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Mar 24 Déc 2019 - 10:27
En pleine course, Mafuyu souvait toujours l'homme qu'il avait vu fuir du port, ne sachant toujours pas ce qu'il avait bien pu arriver plus tôt, mais l'idée toute faite que quelque chose de louche se tramait. Etait-ce une simple aggression ? Un vol ? Aucun moyen de le savoir pour le moment. Mais alors que l'individu suivit s'arrêtait devant une porte, le samouraï continuait sa filature, sautant discrètement d'un toit à l'autre pour arriver sur celui de ce qui se présentait être comme un hangar. Le bois sali par le temps et les conditions climatiques du village était glissant, le forçant à ralentir sur celui-ci, un bon moyen d'également éviter de la faire craquer, bien que quelques bruits criards se laissaient entendre de la bâtisse.

Un bruit de porte se fit finalement entendre, signe que l'individu suivit était entré.

Accroupi, Mafuyu rapprochait sa tête du bois de la toiture, usant d'un trou présent sur l'une des planches pour entrevoir ce qu'il se passait en contrebas. Difficile de réellement comprendre ce qu'il était en train d'arriver et pourtant, le cri de l'inconnu le força à, dans un réflexe, accroché sa main droite à son fourreau gauche, les doigts crispés, prêts à dégainer à tout moment. L'homme avait cessé de de crier, comme prit d'une stupeur. Et alors que la lumière entrant par les trous de la toiture de bois se mit à largement vaciller dans de larges mouvements vifs, le samouraï extirpa la lame du crépuscule de son rangement. Lacérant le toit qui lui servait de sol pour le faire finalement craquer sous le poids de Mafuyu en un trou de quelques mètres à peine.

Il n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il se passait et pourtant, dans la découverte de deux formes, l'une drapée de noire et l'autre, large, dotée d'une fourrure blanche trop éloignée d'un être humanoïde, le samouraï dirigea sa course de sorte à retomber sur le dos la forme blanchâtre en l'assaillant d'un unique coup de lame par le haut.

Ses yeux partit ensuite en direction de la forme drapée, sans qu'il ne fasse rien, signe de sa difficulté à encore comprendre si le deuxième assaillant était un humain ou une autre bête étrange de l’acabit de la blanche. A aucun moment le samouraï n'aurait voulu blesser un homme, sans même savoir la nature de l'agression. Qui avait fait quoi ? Qui était responsable de quoi ? Des questions dont les réponses lui étaient encore inconnues à cet instant, un blocage à quelconque action supplémentaire.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Hotaru
Hotaru

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Mar 24 Déc 2019 - 15:30

Un bruit d'enfer, comme si les cieux s'effondraient. Et, pendant un instant, il sembla vraiment que le ciel tombait dans le hangar obscur. Car le plafond semblait se crever de lui-même, et de la toiture tombait une ombre, comme un spectre. Un nouvel ennemi ? Un nouveau danger du port ? Quel nouveau mal le destin avait-il envoyé sur le chemin de Hotaru pour lui casser les noix ? Mais non, ce n'était pas un ennemi. Car déjà, il avait transpercé de la lame de son sabre le crâne de l'un des deux monstres. Un crâne qui produisit un bruit étrange. Comme un déraillement de machine. Une horloge que l'on brise ... Le déclic se fit, sans mauvais jeu de mot, dans l'esprit de Hotaru, et il comprit de quelle espèce étaient les monstres.

Il semblait que l'arrivée du mystérieux inconnu avait quelque peu perturbé l'attaque de la seconde bête, celle drapée de noir, car elle s'était arrêtée dans sa course, comme hésitante. C'était le temps d'inanition qu'il manquait à Hotaru pour se jeter sur elle. Son poing était déjà devenu lave. Cette fois, il n'aurait aucun scrupule à user de ses pouvoirs qui, en temps normal, le freinaient du fait de leur destructivité trop importante. Il ne voulait pas tuer tant que ce n'était pas nécessaire, mais il n'était cette fois pas question de tuer. A peine de détruire ...

Il plongea son poing de magma en plein coeur du monstre. Le tissu fut calcinée là où il avait été touché par la lave, et Hotaru sentit se briser sous la chaleur et la force de son coup toute une mécanique à l'intérieur même du corps de la bête. C'était bien un pantin qui l'avait attaqué, tout comme la créature que son sauveur inconnu avait mise à terre. Il n'était pas question de monstre. Simplement des machines. Mais diablement effrayantes, il fallait le reconnaître, et sans doute très dangereuses. De vraies marionnettes de combat.

Le toit crevé faisait maintenant comme un puits de lumière dans le hangar. Dans cette obscurité éclaircie, Hotaru put facilement distinguer deux ombres, tapies dans un coin de la vaste pièce. Il n'y avait pas de doute: c'étaient là ses voleurs. Sans s'occuper de son sauveur pour l'instant - il en aurait bien le temps une fois son rouleau récupéré - il se dirigea d'un pas décidé vers les deux silhouettes. Son bras n'était pas redevenu chair, si bien qu'il laissait dans son sillage des taches rougeoyantes et bouillonnantes. Et la lumière écarlate qui jaillissait de son épaule et léchait les contours de son visage ne lui donnait qu'un air plus terrifiant encore.

Les deux silhouettes étaient recroquevillées, tremblantes. Ces deux voleurs, qui qu'ils soient, n'étaient pas du premier courage, c'était certain. Retournant son bras à l'état de chair, Hotaru tendit une main dans leur direction, et adopta son ton le plus ferme:

"Rendez-moi ce que vous m'avez pris, ou je vous jure que vous allez envier le sort de vos marionnettes."

Une main émergea, et posa dans la paume de Hotaru un rouleau. Le jeune homme, soulagé, poussa un soupir et rangea le précieux objet dans sa sacoche. Mais il avait relâché sa vigilance et ce fut suffisant pour les deux petits voleurs. Avec une vivacité surprenante, ils se faufilèrent chacun débordant Hotaru par un côté, et semblèrent glisser comme des ombres vers la porte du hangar, laissée ouverte, pour recouvrer au moins leur liberté, à défaut de leur butin.

"EH, VOUS ! ATTRAPEZ-LES !"

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Sam 25 Jan 2020 - 15:41
Le corps de la créature vacilla, tantôt vers la gauche, tantôt vers la droite, avant de laisser ses jambes plier sous le poids du samouraï dont la lame possédait maintenant le souvenir d'un coup direct qui venait de désarticuler son premier pantin. D'un court saut sur le côté, Mafuyu s'extirpa de la chute pour retomber sur ses jambes, le corps droit, le regard perçant dirigé vers les éclats qui jaillissaient tout proche. La deuxième créature était au sol. Sans même dire un mot, l'autre homme partit vers le fond de la pièce pour réclamer le retour de ce qui semblait avoir été un vol à son encontre.

Si la situation était plus claire, il restait des détails à décortiquer. Mais alors que le samouraï restait immobile, observateur, les deux inconnus se mirent à détaler à travers la pièce pour arriver proches de lui jusqu'à passer sa position. Le cri de l'homme qu'il avait suivi lui suffit à prendre une décision, celle de l'aider.

De rapides mudrâs, le dos tourné à ses adversaires, le guerrier silencieux fléchit les jambes afin d'apposer l'une de ses mains au sol. Ce fut un léger vrombissement qui laissa présager le type de technique invoqué, celle d'une muraille de plusieurs mètres de haut et de large qui se mit à naître devant les fuyards.

Sans même se méfier de la possible dangerosité des inconnus, le samouraï parla pour la première fois de cette rencontre, le dos toujours dirigé vers ceux à qui ils parlaient, calmement, l'un des indices de son mode de vie basé sur la méditation.

"Vous n'allez pas déjà nous quitter ?"

L'apparition partielle du katana que Mafuyu avait prit soin de ranger dans son étui après son attaque suffisait à donner le ton. Seulement quelques centimètres de cette lame suffirent pour former un reflet de la lumière ambiante s'engouffrant par l'ouverture formée directement du toit.

"Higure Mafuyu, Chûnin de la Brume. J'ai besoin d'explications rapides avant de décider de la sanction à appliquer."

D'un mouvement de pivot, le corps du samouraï épousa finalement l'alignement imaginaire qu'il formait avec le mur, ses adversaires sur la trajectoire. Ses mots se durcirent par leur forme, alors même que sa voix restait légère et apaisée. Le calme avant la tempête.

"Trop peu de témoins pour que je laisse des criminels ternir la réputation de la sécurité du village. Vous avez intérêts à être clairs et précis, mesurez vos propos."

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Hotaru
Hotaru

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Sam 25 Jan 2020 - 16:26

Décidément, cet inconnu était curieux. Il semblait non seulement avoir une excellente maîtrise du sabre, mais aussi du Ninjutsu. Etant lui-même quelque peu adepte de la chose, Hotaru savait combien il pouvait être difficile de faire surgir une telle muraille de terre, et sans grande difficulté apparente (encore que lui-même ne pût s'adonner à ce genre d'exercice, du fait de la nature de son pouvoir). Néanmoins, si reconnaissant qu'il fût envers ce samouraï anonyme d'avoir arrêté ses voleurs dans leur fuite, il n'appréciait guère le ton qu'il employait. Aussi hâta-t-il le pas pour les rejoindre avant que les choses ne dégénèrent ...

"Hep !"

Il posa une main qu'il voulait amicale mais ferme sur l'épaule du samouraï, et lui adressa un sourire.

"Merci bien, l'ami. Mais je ne pense pas qu'il y ait lieu d'appliquer quelque sanction que ce soit."

Le regard qu'il posa sur les deux voleurs, maintenant paralysés par la panique, n'en fut cependant pas moins dur. Il exhiba son bandeau frappé aux armes de Kiri pour qu'ils le voient bien.

"Vous vous imaginez bien que je ne vais pas vous laisser vous en tirer à si bon compte. Même si vous n'avez pas réussi votre entreprise, vous avez essayé de me voler. Et ça ..."

Il cherchait quelque parole un peu lyrique qui aurait eu un effet retentissant dans l'esprit des voleurs, mais n'en trouva pas.

"C'est pas bien."

La tension retomba comme un flan.

"Alors je vais vous conduire devant les autorités compétentes qui se chargeront de votre jugement."

Et cette fois, il s'adressait peut être plus au samouraï qu'aux captifs. Toujours un léger sourire aux lèvres, il poursuivit:

"Merci pour votre aide, mon ami, mais je pense pouvoir me débrouiller tout seul pour la suite."

Car il était bien entendu pour lui que, quels que soient les motifs qui avaient poussé ces deux individus à s'adonner au vol - et il se doutait bien qu'il devait y avoir des motifs, car personne ne vole par pur plaisir -, il n'était pas question d'appliquer une justice personnelle pour leur sentence. Ils en méritaient une, certainement. Mais qui ne devait pas être décidée par Hotaru, ni même par le samouraï anonyme.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Ven 31 Jan 2020 - 21:25
D'un regard rapide vers celui qui venait de poser sa main sur son épaule, Mafuyu prit une profonde, mais lente, respiration alors qu'il l'écoutait tergiverser, gagnant du temps au possible en essayant de calmer la situation. D'un nouveau mouvement de la tête, le samouraï plongea ses yeux vers ceux des deux criminels, ceux dont il avait maintenant la preuve qu'ils n'étaient qu'une plaie pour la pérennité de la Brume. Sa main toujours posée sur le manche de son katana, quelques centimètres dégainés, assez pour faire fondre une vague de peur sur ses cibles. Lentement, il rengaina le peu apparent du sabre dans son fourreau avant de finalement répondre à la victime du vol.

"Fait ce que tu veux. Mais je ne laisserai l'avenir de possibles fuyards entre les mains d'une personne que je ne connais pas."

Ses jambes prirent la direction des deux hommes, sa main droite fouillant à l'intérieur de l'une de ses sacoches pour rapidement en sortir un fil d'acier, un bon moyen pour s'assurer que ceux-ci ne tenteraient pas de fuir une fois leurs mains entravées.



Et alors que la panique étaient toujours présente dans leur corps, Mafuyu fit ce qu'il avait à faire, serrant fermement les fils au point de faire naître un douleur dissuasive au niveau de leurs poignets, suffisante pour éviter tout autre débordement. Il fallait dire que la pression d'un sabre prêt à trancher avait toujours un effet dévastateur sur les faibles d'esprits. Une chose était sûre, les deux hommes n'avaient rien de shinobis, ou bien ils avaient choisit le mauvais métier. Toujours à l'oeuvre, le samouraï enchaîna.

"Je vais t'accompagner pour m'assurer que leur crime sera puni."

D'un court instant de pause, il se retourna pour rejoindre l'inconnu qui avait été la victime du vol.

"Et tu te sentiras peut-être plus rassuré pour leur sort que si je partais seul les amener à la caserne..."

Ces derniers mots furent une main tendue, celle d'un homme qui avait bien compris que son interlocuteur ne voulait pas voir le sang couleur, et que lui-même devrait comprendre à son tour que Mafuyu était prêt à tout pour purger la Brume de ses faiblesses, les criminels faisant partie de l'origine d'un possible chaos.

"J'ai pu me présenter, mais je ne me souviens pas que tu m'ais transmis ton nom, shinobi."

Du regard, il parcoura le corps entier de la cible de ses paroles, cherchant tant bien que mal un quelconque indice de son grade.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Hotaru
Hotaru

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Mar 4 Fév 2020 - 21:58

Hotaru observa le samouraï qui entravait leurs prisonniers. Songeur, il ne dit rien, d'abord. Cet homme avait l'air bien dangereux. il n'était pas tout à fait serein, d'ailleurs, de se trouver en sa compagnie. Qui sait ? S'il était prêt à "purger la Brume" par le fer et le sang, qu'est-ce qui l'aurait empêché d'éliminer Hotaru, qui n'était qu'un obstacle sur son chemin ? Le sens de la justice ? Certainement pas. S'il avait véritablement eu un sens de la justice, il ne lui serait jamais venu à l'idée de rendre des sentences de lui-même. La justice n'est pas un glaive, ou en tout cas pas seulement, mais avant tout des lois. Quelle que soit la terre où on l'exerce.

"Très bien, faisons le chemin tous ensemble alors."

Il était toujours souriant, mais il s'imaginait bien que leur petite promenade à quatre n'aurait rien d'une partie de plaisir, ni même d'une joyeuse randonnée en pleine montagne. Il était en fait plutôt tendu, même s'il donnait bien le change. Il passa la réflexion du samouraï sous silence, mais s'il avait dû répondre, il aurait certainement acquiescé: il était nettement plus rassuré de se savoir partie du cortège que si Mafuyu s'était chargé seul du cas de ces deux voleurs de pacotille.

"Je m'appelle Hotaru, tout simplement."

Nouveau sourire. Il ne jouait pas vraiment à l'idiot, mais il considérait que, face à une personne qui ne lui inspirait pas une confiance débordante, mieux valait livrer le minimum d'informations à son propos. Du reste, sa fonction de shinobi avait été trahie par son bandeau. Mais ce serait tout ce que le samouraï apprendrait. Surtout que, s'il était bien un Chûnin comme il l'avait prétendu, il aurait été capable de se servir de son avantage hiérarchique pour détourner la situation de façon plus arrangeante. Tout pouvait s'imaginer, en tout cas. Et lorsque des vies étaient en jeu, le risque à prendre était nul.

"Allez, ne nous attardons pas ici."

Le hangar exhalait des ondes négatives. Hotaru guida les deux captifs jusqu'à la porte. Ils s'étaient plongés dans un mutisme profond, et semblaient tétanisés par la seule vue du sabre de Mafuyu. Encore une preuve, s'il en fallait vraiment une, qu'ils n'avaient pas conscience de la portée de leurs actes, et donc qu'ils n'étaient pas foncièrement mauvais. De plus en plus, Hotaru commençait à croire qu'ils avaient été poussés par la nécessité plus que par l'appât du gain.

Il espérait que le trajet se ferait en silence. Il n'avait envie de parler ni à ses voleurs, ni à son collègue shinobi. Le seul bruit des vagues s'écrasant sur la jetée du port lui suffisait.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Mar 4 Fév 2020 - 22:39

Toujours proche d'Hotaru alors qu'il avait fini de ligoter les prisonniers, Mafuyu toisa l'étranger lorsqu'il se présenta, usant d'un simple prénom, un élément qui ne l'arrangeait pas, l'information étant l'un des points clefs de son caractère et de son art de shinobi. S'il avait toujours été un homme proche du domaine de la sensorialité, ses compétences avaient pu nettement grimper lorsqu'il s'était enrôlé dans l'armée de la Brume, il n'était plus une ombre seule, mais bien une portion de l'énorme amas ombrageux que pouvait représenter la force kirijine. D'un mouvement de la tête pour saluer l'homme après sa courte présentation, il se dirigea avec aisance vers l'un des corps désarticulés, fléchissant les jambes un instant avant d'apposer sa main sur l'un des corps inertes. Sa voix calme et sereine perça de nouveau la pièce.

"Je ne sais pas ce qu'est cet endroit, mais nous devrions peut-être en parler aux autorités. Peut-être qu'ils savent quelque chose sur le propriétaire. Tout à l'air abandonner."

Et alors qu'il se releva lentement, dos à Hotaru, le samouraï saisit un ressort de presque dix centimètres dans le creux de sa main, imbibé d'une lave déjà sèche, un élément qu'il n'avait jamais eu la possibilité d'observer de ses propres yeux. Devant le manque d'information donné par son interlocuteur, Mafuyu ne pu que se décider à chercher des indices par lui-même. Ses vêtements amples suffirent à cacher le mouvement de sa main vers sa sacoche qui, dans un mouvement fluide, fut nourrie de la pièce de métal largement alourdie par le magma sec. La main droite maintenant posée sur sa hanche alors qu'il marchait, il faisait en sorte de toujours tenir sa gauche proche du fourreau, prêt à dégainer en un geste, tel la voie du samouraï lui avait appris... Ou plutôt, telle qu'il se l'était enseigné par lui-même, sur la base des quelques connaissances léguées par son père, avant qu'il ne se fasse abattre sous ses yeux. De la fumée froide sortit de sa bouche, libérant la chaleur d'une pièce qui avait déjà tourné de température, tantôt fraîche comme pouvait l'être un hangar, puis réchauffée par la lave. Un changement de chaleur qui avait don de rapidement refaire chuter le givre plus froid qu'il n'était encore auparavant. Le climat ne tarderait pas à tourner à l'humide. Il n'était pas tant de faire rouiller ses lames.

"Allez, vous deux. Ne lambinez pas."

A ces mots, les deux hommes se mirent à marcher, la douleur des liens enserrant leurs poignets, les tirant jusqu'aux nerfs au point de les faire grimacer d'un pas à l'autre. Le regard du samouraï partit lentement vers celui qu'il était venu aider. L'air curieux d'en apprendre plus.

"Dis-moi. Tu as déjà vu ces deux hommes ? ~ Ils ne me disent rien et je ne tiens pas à avoir à faire avec de nouveaux criminels."

Comme si ces questionnements pouvaient aider au destin des deux voleurs, Mafuyu tendit une perche à l'homme, une manière de lui faire comprendre qu'il serait d'un plus bon ton de discuter sur la route plutôt que de voyager de longues minutes en silence, à s'ignorer. D'un coup sec, le samouraï attira l'un des hommes vers lui, celui-ci lui ayant donné l'impression de lentement essayer de s'excentrer au fil des mètres, comme préparant une fuite. Peut-être était-ce juste de la paranoïa... Mais aucun criminel ne devait courir les rues, la doctrine de Mafuyu et son patriotisme maladif le sommerait d'agir; pour le bien de la Brume.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Hotaru
Hotaru

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Mer 5 Fév 2020 - 13:15

"Bonne idée. Il y a quelque chose de bizarre dans ce hangar."

Hotaru était sincère. L'air qu'on pouvait respirer dans l'entrepôt visiblement désaffecté était comme vicié. Il exhalait la perfidie, le mal. Comme si des choses mauvaises s'étaient produites entre ces murs de tôle. Des choses à vous faire dresser les cheveux au creux de la nuque. Il préférait autant ne pas s'attarder là. Il redoubla le pas.

Il regardait en fronçant les sourcils leurs deux captifs. La douleur lisible sur leur visage, et dont l'origine n'était que trop évidente, chiffonnait quelque peu Hotaru. Il n'aimait pas voir des gens souffrir inutilement. Ils auraient très bien pu les amener dans un poste de la Kenpei sans qu'ils aient à subir le traitement auquel le samouraï les condamnait. ais Hotaru ne dit rien. Par peur ? Par lâcheté ? Peut être les deux. En tout cas, pour une fois, ses lèvres ne s'étiraient pas en un fin sourire.

"Non, je ne les connais pas. Mais à mon avis ce n'est que le signe qu'ils ne sont pas vraiment des criminels. Je me trompe ?"

Il s'était adressé aux deux captifs. L'un d'eux lui répondit d'un simple regard suppliant, et embué de larmes, qui ne fut qu'un clou de plus planté dans le coeur d'Hotaru. L'autre dit, d'un ton farouche et en ravalant visiblement sa douleur avec fierté:

"Bien sûr qu'on n'est pas des criminels. On a essayé de vous voler votre rouleau simplement parce qu'on est pauvres, et que ce genre de truc ça se revend bien, quand on sait à qui s'adresser."

Hotaru se mordit la lèvre inférieure. Brusquement, il arrêta sa marche. Il attrapa le rouleau qu'il avait glissé dans sa poche, et le tendit à Mafuyu.

"Prends-le. Il est à toi si tu acceptes de relâcher ces deux-là, et si tu promets de ne pas les poursuivre. De leur côté, il s'engageront à ne pas récidiver, n'est-ce pas ?"

Les deux apprentis voleurs se regardèrent, décontenancés. Puis ils s'empressèrent d'acquiescer d'un même hochement de tête. Hotaru fixa son regard, teinté d'une détermination ardente, sur le samouraï.

"Alors ?"

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Mer 5 Fév 2020 - 20:00

Le regard du shinobi toisa Hotaru alors que celui-ci essayait d'excuser les agissements des deux voleurs, bien trop épris d'une compassion qu'il était rare d'observer, il n'était pas seulement un shinobi noble dans ses actions, mais bien une personne qui semblait comprendre la souffrance des autres. D'un souffle rapide du nez, comme étouffant un début de rire, le samouraï se permit de rétorquer en retour, propageant ses pensées les plus sincères, celles d'un patriote de la Brume qui n'avait que faire de la compassion et dont la seule véritable motivation se basait sur une loyauté et un dévouement sans faille avec Kirigakure no Satô.

"Tu as en partie raison. On ne juge pas quelqu'un de criminel sur une simple action, mais sur la balance entre ses actions et ce qu'elles peuvent apporter à la communauté. ~ Un homme qui vol pour éviter de mourir de faim n'a rien à voir avec celui qui va en profiter pour prendre plus que le nécessaire..."

Le regard s'abaissant à la fin de ses paroles, il regarda les deux hommes d'un geste lent de la tête, ses yeux à peine visibles, alors que sa main gauche empoignait plus fort encore le manche de son katana, toujours rangé à sa ceinture. Et alors qu'il s'apprêtait à continuer, Hotaru cessa de marcher, avant de prendre et tendre le rouleau, qui lui avait été volé, de sa sacoche, ciblant le samouraï comme pour lui faire comprendre qu'il le lui donnait... Peu avant que ses paroles accompagnent ses gestes.

Mafuyu se stoppa également, les yeux vacillant entre l'homme et les deux voleurs dont la terreur et la pitié lui inspiraient le souvenir de certains civils qu'il avait déjà secouru, des pauvres bougres volant pour survivre. Son sens du devoir prit le pas un instant, avant qu'il ne se mette à peser le pour et le contre.

"Je ne suis pas homme qui peut se faire soudoyer."

Mais alors que ses paroles se finirent, le Chûnin pivota lentement sur le même, relevant la tête pour rendre ses yeux le plus visible possible, épiant les deux bâillonnés de haut en bas. Il pouvait les voir trembler, la sueur coulant sur le front et leur cou, une certaine odeur de stress les prenait et pourtant, ils n'avaient rien de criminels apeurés, seulement d'adolescents. Son regard changea, adoptant un visage plus apaisé, à l'image de ses années de méditation, la respiration calme et la voix prête à reprendre. Son ton laissa planer une ambiance sereine, bien différente des minutes qui s'étaient écoulés jusque là, cette fois-ci, il s'adressa directement aux deux voleurs.

"Il s'agit ici d'un pacte de sang. Je vais accepter ce rouleau sur le prix de votre tête et... Si j'apprends un jour que vous semez encore la discorde au sein de la Brume, je rendrai son rouleau à Hotaru et viendrai m'occuper personnellement de vous. ~ La Grande Kirigakure no Satô est une ville vivante, qui plus est militaire, la demande de travailleurs est toujours plus grande. Prenez votre destin en main, prouvez moi que j'ai eu tord d'avoir voulu vous tuer. Nombreux sont les experts à la recherche d'apprentis, devenez utiles et participez vous aussi à l'entreprise qu'est l'atteinte de l'apogée de la Brume."

Son regard n'avait plus rien avoir avec avant, Mafuyu ne transmettait ic plus aucune émotion. Sa voix lente battant la mesure de ses pas, il se mit à tourner autour des deux voleurs pour finalement dégainer son katana et frapper en un seul et même geste, usant de la précision légendaire des arts samouraïs.

Les deux voleurs n'eurent comme réflexe de fermer les yeux, certains que leur destin était scellé, avant de finalement se sentir soulagés des liens qui les tenaient jusqu'alors. Ils étaient libres. D'un seul et même geste, le samouraï n'avait pas seulement coupé les liens, mais bien offert une seconde vie à ses deux prisonniers... Une sorte de dilemme s'offrait maintenant à eux, celui de la survie lente et acharnée vers une vie de mérite, ou la facilité du sentier de la criminalité, qui pourrait bien sceller l'aube de leur dernier soupire.

S'en même demander leur reste, les deux hommes fuirent dans une direction aléatoire, la larme à l'oeil, bien conscient qu'ils avaient survécu grâce à Hotaru, prenant le samouraï pour le plus grand des psychopathe. L'aveuglement du manque d'expérience que représentait leur jeunesse.

Quelques pas vers le sauveur qui offrait son rouleau, Mafuyu lui signifia d'un regard calme qu'il avait du respect pour lui.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631
Hotaru
Hotaru

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Sam 8 Fév 2020 - 18:26

Hotaru vit avec soulagement le samouraï libérer les prisonniers de leurs entraves. Il ne savait pas si son petit discours avait suffi à les convaincre, mais il était persuadé que la perspective de se retrouver à nouveau face à lui serait suffisante pour les dissuader de recommencer leurs petits vols de sitôt. D'autant qu'ils devaient bien être doués de certaines compétences, s'ils étaient parvenus à manipuler ces pantins de guerre ... Dommage de voir un tel potentiel gâché. Et par quoi ? La misère, certes, mais encore ? Quelle était la cause profonde de tout ça ? Voilà le véritable problème, qu'il fallait résoudre. Mafuyu prétendait laver Kiri de la criminalité, et d'une main de fer ? Qu'à cela ne tienne. Mais Hotaru était convaincu que s'il devait obtenir des résultats en se contentant d'arrestations répétées, ce ne serait que des résultats éphémères. Tant que la source coulerait, on s'y abreuverait. Etc ...

Ils se retrouvaient à nouveau seuls. Hotaru sentait son malaise revenir au galop. Il tendait toujours son rouleau, d'une main légèrement tremblante. Son regard était déterminé, néanmoins. Et il ne cillait pas.

"Merci."

C'était sans doute la première chose à dire. Il n'était pas certain que Mafuyu allait accéder à sa requête. A vrai dire, il était même surpris de constater qu'il avait obtenu gain de cause. Il s'était visiblement trompé sur le samouraï. Il se l'était imaginé aussi froid que ses lames, et peu enclin au pardon. Une sorte de machine à exécuter une justice arbitraire. Tout ce qu'il abhorrait, en somme. Mais il semblait bien que cet homme était capable de pardon, de remise en question. Des qualités qu'Hotaru appréciait autant qu'il détestait les défauts qu'il avait précédemment soupçonnés.

"Je n'essaie pas de vous soudoyer, au fait. Je me doute bien qu'un samouraï qui a un tel sens de la justice ne se laisse pas acheter. J'essayais simplement de vous faire entendre raison, quitte à conclure un marché avec vous. Même si, en fait, c'est plutôt entre ces deux apprentis voleurs et vous que s'est conclu un marché ..."

C'était vrai. Ils avaient mis leur vie en jeu - ou plutôt, on avait mis leur vie en jeu pour eux - contre la promesse de leur bonne conduite. Une fois son rouleau donné, Hotaru n'aurait plus part dans cet accord. Les seuls acteurs du contrat resteraient Mafuyu d'un côté, et les deux pauvres hères d'autre part.

"Je suis content de voir que vous êtes revenu sur votre décision. Content et soulagé. Je ne sais pas si nous nous recroiserons de sitôt, mais pour l'heure ..."

Il déposa le rouleau dans la main du samouraï.

"Merci."

Et sans rien ajouter, il tourna les talons et partit de son côté.

Cette rencontre avait été étrange. Très étrange. Inattendue, surtout. Tout cela n'avait été que le fruit du hasard, finalement. Et pourtant, Hotaru avait l'impression d'en avoir tiré des enseignements précieux. Notamment, celui que Kiri n'était pas rempli d'hommes et de femmes dont le coeur regardait dans la même direction que le sien. Il n'était pas naïf au point de croire que le monde était parfait. Ca, il s'en était rendu compte depuis bien longtemps, et de la pire manière qui soit. Simplement, il était toujours bon de se confronter à des avis contraires. Et de nuancer ses vues ...

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Dim 16 Fév 2020 - 17:43
Retrouver son dû
Le dos tourné, Hotaru s’en allait. Vision simple pour le samouraï qui restait silencieux après le pacte qu’il avait passé entre lui et les bandits, un moyen de garder les choses en ordre. Suffisamment de travail restait à faire à Kirigakure no Satô pour qu’il soit acceptable de laisser des hommes céder à la facilité du banditisme. Il espérait bien ne jamais à venir revoir Hotaru pour lui redonner son rouleau et lui emprunter un tissu afin d’éponger sa lame du sang des deux malfrats en devenir. Le rouleau dans la main, Mafuyu était satisfait, non pas de ce qu’il venait d’acquérir, mais plutôt de ce qu’il avait pu ramasser au sol avant ça, usant de la plus grande des discrétion. L’échantillon de lave séché servirait de prémice à une analyse qui, il ne le savait pas encore, changerait à jamais sa façon d’user du Ninjutsu.

Bien. Rentrons.



Il tourna les talons, sa voix lente lui incombant de passer son chemin en respectant ses engagements. Il lui fallait rentrer dans son appartement pour préparer le rituel qu’il avait prévu pour le morceau de lave. Nul besoin d’attendre, le plus tôt serait le mieux. Ainsi, il n’aurait plus à se soucier de quoique ce soit, dès qu’il aurait éclaircit et écarté la part de mystère de la roche dont les secrets restaient à être percés.

Plus tard, il retournerait voir Hotaru pour avoir des informations sur la matière qu’il a pu créer. Mais d’abord, il lui fallait être sûr de ne pas faire fausse route ; être certain qu’il n’y avait rien d’anormal avec ses compétences. Chose qu’il ne savait pas encore loin d’être prouvée, non. Un pouvoir parallèle à l’essence d’Iwa se cachait au sein de cette pierre.

Et il lui faudrait le découvrir.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406 http://www.ascentofshinobi.com/t8552-chroniques-du-crepuscule-higure-mafuyu#71631

Retrouver son dû [Higure Mafuyu]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: