Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Retrouver son dû [Higure Mafuyu]

Hotaru
Hotaru

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Sam 14 Déc 2019 - 22:13

Le port était bien agréable ce soir-là. Les vagues venaient mourir calmement contre la digue. Les barques, bateaux et autres vaisseaux tanguaient tranquillement au rythme des respirations de la mer. Quelques marins chargeaient ou déchargeaient avec une lassitude nonchalante de la cargaison dans leur navire. Des pêcheurs, amateurs ou de métier, s'apprêtaient à partir. Il en étaient deux particulièrement âgés et particulièrement comiques, qui portaient d'antiques cannes et qui allaient voguer sur une vieille chaloupe vermoulue. Ils étaient drôles. Et, couronnant ce paysage, un soleil d'ambre commençait à perdre ses rayons derrière la ligne d'horizon.

Hotaru avait déjà appris à apprécier la promenade le long du port, même s'il ne vivait pas à Kiri depuis longtemps. Ce devait être la proximité de l'élément marin qui lui attirait une si grande sympathie pour le lieu. Il avait toujours vécu près de la mer, ou en tout cas jamais très loin. Et il aimait la mer. C'était la plaine immense des possibles, la route sans fin de l'hypothétique, du peut être, du pourquoi pas. Combien de fois l'avait-il prise, cette mer, et combien de fois la prendrait-il encore ... Et sans doute ne s'en lasserait-il jamais car, après tout, il était un enfant de Mizu no Kuni. L'eau était sa terre, la houle son air. Et il allait sans dire que perdre l'un ou l'autre reviendrait à lui ôter une partie de lui-même, en un sens.

Il avait retourné ces pensées de nombreuses fois dans son esprit. Et il se serait attendu à ce que l'océan perdre de son attrait à ses yeux parce qu'il avait trop réfléchi à sa beauté, à pourquoi il l'émouvait toujours autant. Il n'en était rien, pourtant. Toujours, il se surprenait à ressentir au creux de la poitrine, juste là, un élancement, comme une étreinte, lorsqu'il la voyait, l'entendait, la sentait. C'étaient les bosses aiguës de ses lames. Le murmure furieux et incessant de leur écrasement. Et l'odeur puissante du sel dans l'air.

Ses sentiments étaient tout pareils ce soir-là, et il contemplait la mer avec un léger sourire, comme à son habitude. Les mains fourrées dans les poches de son pantalon, il laissait ses pas le guider, passant devant toute une foultitude de bateaux tous plus beaux les uns que les autres et ignorant les entrepôts qui s'étalaient à sa gauche. S'il avait pris la peine de passer à sa ceinture une sacoche contenant tout son nécessaire, c'était simplement pas rigueur professionnelle. D'ailleurs, c'était aussi pour cela qu'il avait noué à son bras gauche son bandeau frappé aux armes de Kiri. Et il fallut vraiment un coup du destin pour que ces éléments-là précisément, à cet instant, provoquent la rupture de sa tranquille contemplation.

"C'en est un ?

-C'est sûr ! Tu ne vois pas son bandeau ?

-Bon ... Mais on est sûr qu'il en a un ?

-Je le vois dépasser de son sac. Arrête d'essayer de te dégonfler, et allons-y !"

Tout se passa en un éclair. Surgissant de derrière une pile de caisse, deux silhouettes semblèrent glisser sur le passé tant elles allaient vite, et se dirigèrent droit sur Hotaru. Elle étaient encapuchonnées, et de longues capes noires flottaient dans le vent derrière elles. Hotaru eut à peine le temps d'être interloqué: déjà, la première s'était plantée devant lui et avait lancé une bombe fumigène qui ne tarda pas à plonger tout ce beau monde dans un nuage de fumée. Et la seconde, couverte par ce voile, glissa sa main dans la sacoche du jeune homme pour en tirer un épais rouleau. Quelles que furent les précautions prises par les deux voleurs, Hotaru sentit bien qu'on s'en prenait à ses affaires.

"Eh, mais ...!"

Il respira une bouffée de fumée, et toussa aussitôt. Déjà, les deux silhouettes avaient fait marche arrière, et repartaient en direction des entrepôts pour se cacher dans l'anonymat des caisses, tonneaux et autres babioles qui couvraient les pavés dans ce coin-là de Kiri.

"Revenez !"

Et il se lança à leur poursuite, oubliant très vite la contemplation bucolique à laquelle il s'était adonné à peine un instant plus tôt.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Lun 16 Déc 2019 - 2:24
Comme à son habitude, Mafuyu se promenait au sein du village de Kiri, assurant une certaine surveillance sur les lieux, tantôt vers le marché, tantôt vers des rues peu fréquentées, se mêlant à la foule avec aisance. Usait-il de ses véritables compétences de sensorialité, ou essayait-il de parfaire son art ? Même lui ne connaissait pas son niveau dans ce domaine, outre qu'il était moins important que n'était sa maîtrise des arts samouraï. Chose inhabituelle, il avait fini par errer aux seins des groupes de personnes pour arriver jusqu'au port Nagarasa, lieu qu'il avait peu de fois le réflexe de visiter, probablement parce que l'affluence y était trop aléatoire, liée aux débarquements et embarquements, un endroit qui pouvait tout aussi bien être emplis de vie au bon matin, comme presque vide au milieu de la journée. Aujourd'hui, l'affluence n'était pas la plus importante, mais permettait tout de même au samouraï de se mouvoir au milieu des gens, agissant le moins suspect possible, comme s'il travaillait en ces lieux.

Mais alors que sa balade semblait se passer dans le plus grand des calmes, un son distinctif se fit entendre, d'abord débuté par des mouvements brusques auxquels il ne fit pas attention, avant que le son de la bombe fumigène se fasse entendre et force le samouraï à tourner le regard vers l'autre bout du quai.

De là-bas, Mafuyu ne pu pas distinguer ce qu'il se passait, à son grand regret, seules des ombres se mirent à vaciller au travers avant de disparaître, un temps d'action trop réduit pour que le shinobi n'ait pu, dans la surprise, faire appel à l'une de ses techniques de détection. Seulement, il fut plus aisé pour lui de comprendre ce qu'il venait de se passer lorsqu'un homme sauta à travers le nuage à la poursuite de potentielles cibles, criant pour accompagner ses mouvements.

Que se passait-il exactement ? Le samouraï n'en avait toujours aucune idée, et pourtant, son devoir de shinobi kirijin prit le pas lorsqu'il pu percevoir le bandeau de la Brume sur le dernier des hommes. D'un premier pas largement appuyé sur le sol, Mafuyu exécuta un bond rapide de plusieurs mètres pour se diriger vers de toits en toits à la poursuite du kirijin, se promettant de rester en retrait jusqu'à ce qu'il en apprenne plus. Le chakra parcourant son corps, il dissimula entièrement sa signature de chakra.

Qui que tu sois, que tu ais fait ou que tu fasses. Un soldat de la brume ne laisse pas un camarade sans protections.

Mafuyu réussirait, il l'espérait, à rattraper l'homme et même s'il ne voulait pas pour l'instant se révéler pour tenter d'en apprendre plus, il se préparerait à pouvoir agir en toute circonstance selon les événements qui prendraient la suite.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406
Hotaru
Hotaru

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Lun 16 Déc 2019 - 22:17

Hotaru eut l'impression de zigzaguer entre les rayonnages sauvages des docks pendant de longues minutes, à la poursuite de ses deux voleurs. Plusieurs fois il crut qu'il avait perdu leur trace, et plusieurs fois il les retrouva, au son d'une caisse tombée ou d'un cri poussé par mégarde. S'il avait essayé de les retenir de ses invectives au début, il avait vite abandonné ce combat, comprenant qu'il était perdu d'avance. Les chapardeurs dans ce genre n'étaient pas de ceux que l'on pouvait facilement arrêter en les menaçant de quoi que ce soit. Si naïf qu'il fût, il ne l'était pas assez cependant pour croire le contraire. Il n'avait qu'à courir, et à faire montre de suffisamment de force pour les impressionner et les persuader de lui rendre son bien sans les blesser. Car c'était bien la dernière chose qu'il voulait faire.

Finalement, il lui sembla que les bruits de pas s'estompèrent. Encore. Mais cette fois-ci, il entendit également le cliquetis de l'enclenchement d'une porte, et le bruit d'une clef que l'on tourne dans une serrure. Ils avaient trouvé refuge dans l'un des hangars du port, et maintenant ils s'étaient barricadés, à n'en pas douter. Ca ne l'arrêterait pas pour autant. Restait à trouver dans lequel des entrepôts ils s'étaient cachés. Et autant dire que l'affaire n'était pas mince, compte tenu du nombre de ces édifices.

Néanmoins, trouver le bon se révéla étonnamment facile. Si facile que Hotaru eut du mal, d'abord, à croire à sa découverte. Pourtant, il était impossible de se tromper: le sceau qui barricadait la porte ne pouvait qu'indiquer que quelque chose de singulier se tramait entre les murs de cet entrepôt. Pas de chance pour les malfrats, Hotaru se trouvait être un adepte du Fuinjutsu. Il se frotta les mains, et observa le sceau un court instant. C'était du travail propre, mais pas incassable. Il appliqua sa propre main sur le sceau, ferma les yeux. Un instant plus tard, le déclic de la serrure se fit entendre, et il afficha un sourire satisfait. Il défonça la porte d'un coup de pied sec, et cria d'une voix qui avait dû s'entendre dans tout le port tant il avait voulu la rendre sonore:

"RENDEZ-VOUS ! VOUS ÊT-"

Il s'interrompit dans un hoquet de surprise. Il ne s'attendait pas à voir ça. Il avait face à lui deux créatures, qui ressemblaient autant à des pantins qu'à de véritables monstres. L'un couvert d'un drap noir, et portant un masque qui aurait pu être fait d'os. L'autre rond, épais, pelucheux et d'un rose criard, au visage inexistant si ce n'est pour deux yeux jaunes. Mais il était difficile de les distinguer clairement, dans la pénombre du hangar. Et les deux apparitions firent naître un certain sentiment de malaise chez Hotaru.

Il y eut un cliquetis, un bruit de rouages, et les deux corps monstrueux s'animèrent d'un même mouvement. Du drap noir couvrant le premier sortit une volée de lames, qui filèrent dans l'espace en prenant Hotaru pour cible. Le second corps se rua lui-même en direction du jeune homme, comme un boulet de canon prêt à lui broyer les os.

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413
Higure Mafuyu
Higure Mafuyu

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Mar 24 Déc 2019 - 10:27
En pleine course, Mafuyu souvait toujours l'homme qu'il avait vu fuir du port, ne sachant toujours pas ce qu'il avait bien pu arriver plus tôt, mais l'idée toute faite que quelque chose de louche se tramait. Etait-ce une simple aggression ? Un vol ? Aucun moyen de le savoir pour le moment. Mais alors que l'individu suivit s'arrêtait devant une porte, le samouraï continuait sa filature, sautant discrètement d'un toit à l'autre pour arriver sur celui de ce qui se présentait être comme un hangar. Le bois sali par le temps et les conditions climatiques du village était glissant, le forçant à ralentir sur celui-ci, un bon moyen d'également éviter de la faire craquer, bien que quelques bruits criards se laissaient entendre de la bâtisse.

Un bruit de porte se fit finalement entendre, signe que l'individu suivit était entré.

Accroupi, Mafuyu rapprochait sa tête du bois de la toiture, usant d'un trou présent sur l'une des planches pour entrevoir ce qu'il se passait en contrebas. Difficile de réellement comprendre ce qu'il était en train d'arriver et pourtant, le cri de l'inconnu le força à, dans un réflexe, accroché sa main droite à son fourreau gauche, les doigts crispés, prêts à dégainer à tout moment. L'homme avait cessé de de crier, comme prit d'une stupeur. Et alors que la lumière entrant par les trous de la toiture de bois se mit à largement vaciller dans de larges mouvements vifs, le samouraï extirpa la lame du crépuscule de son rangement. Lacérant le toit qui lui servait de sol pour le faire finalement craquer sous le poids de Mafuyu en un trou de quelques mètres à peine.

Il n'eut pas le temps de comprendre ce qu'il se passait et pourtant, dans la découverte de deux formes, l'une drapée de noire et l'autre, large, dotée d'une fourrure blanche trop éloignée d'un être humanoïde, le samouraï dirigea sa course de sorte à retomber sur le dos la forme blanchâtre en l'assaillant d'un unique coup de lame par le haut.

Ses yeux partit ensuite en direction de la forme drapée, sans qu'il ne fasse rien, signe de sa difficulté à encore comprendre si le deuxième assaillant était un humain ou une autre bête étrange de l’acabit de la blanche. A aucun moment le samouraï n'aurait voulu blesser un homme, sans même savoir la nature de l'agression. Qui avait fait quoi ? Qui était responsable de quoi ? Des questions dont les réponses lui étaient encore inconnues à cet instant, un blocage à quelconque action supplémentaire.

_________________
薄明 — Higure φ Crépuscule | Plein hiver φ Mafuyu — 真冬

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] JLYUUCA
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7807-higure-mafuyu#65406
Hotaru
Hotaru

Retrouver son dû [Higure Mafuyu] Empty
Mar 24 Déc 2019 - 15:30

Un bruit d'enfer, comme si les cieux s'effondraient. Et, pendant un instant, il sembla vraiment que le ciel tombait dans le hangar obscur. Car le plafond semblait se crever de lui-même, et de la toiture tombait une ombre, comme un spectre. Un nouvel ennemi ? Un nouveau danger du port ? Quel nouveau mal le destin avait-il envoyé sur le chemin de Hotaru pour lui casser les noix ? Mais non, ce n'était pas un ennemi. Car déjà, il avait transpercé de la lame de son sabre le crâne de l'un des deux monstres. Un crâne qui produisit un bruit étrange. Comme un déraillement de machine. Une horloge que l'on brise ... Le déclic se fit, sans mauvais jeu de mot, dans l'esprit de Hotaru, et il comprit de quelle espèce étaient les monstres.

Il semblait que l'arrivée du mystérieux inconnu avait quelque peu perturbé l'attaque de la seconde bête, celle drapée de noir, car elle s'était arrêtée dans sa course, comme hésitante. C'était le temps d'inanition qu'il manquait à Hotaru pour se jeter sur elle. Son poing était déjà devenu lave. Cette fois, il n'aurait aucun scrupule à user de ses pouvoirs qui, en temps normal, le freinaient du fait de leur destructivité trop importante. Il ne voulait pas tuer tant que ce n'était pas nécessaire, mais il n'était cette fois pas question de tuer. A peine de détruire ...

Il plongea son poing de magma en plein coeur du monstre. Le tissu fut calcinée là où il avait été touché par la lave, et Hotaru sentit se briser sous la chaleur et la force de son coup toute une mécanique à l'intérieur même du corps de la bête. C'était bien un pantin qui l'avait attaqué, tout comme la créature que son sauveur inconnu avait mise à terre. Il n'était pas question de monstre. Simplement des machines. Mais diablement effrayantes, il fallait le reconnaître, et sans doute très dangereuses. De vraies marionnettes de combat.

Le toit crevé faisait maintenant comme un puits de lumière dans le hangar. Dans cette obscurité éclaircie, Hotaru put facilement distinguer deux ombres, tapies dans un coin de la vaste pièce. Il n'y avait pas de doute: c'étaient là ses voleurs. Sans s'occuper de son sauveur pour l'instant - il en aurait bien le temps une fois son rouleau récupéré - il se dirigea d'un pas décidé vers les deux silhouettes. Son bras n'était pas redevenu chair, si bien qu'il laissait dans son sillage des taches rougeoyantes et bouillonnantes. Et la lumière écarlate qui jaillissait de son épaule et léchait les contours de son visage ne lui donnait qu'un air plus terrifiant encore.

Les deux silhouettes étaient recroquevillées, tremblantes. Ces deux voleurs, qui qu'ils soient, n'étaient pas du premier courage, c'était certain. Retournant son bras à l'état de chair, Hotaru tendit une main dans leur direction, et adopta son ton le plus ferme:

"Rendez-moi ce que vous m'avez pris, ou je vous jure que vous allez envier le sort de vos marionnettes."

Une main émergea, et posa dans la paume de Hotaru un rouleau. Le jeune homme, soulagé, poussa un soupir et rangea le précieux objet dans sa sacoche. Mais il avait relâché sa vigilance et ce fut suffisant pour les deux petits voleurs. Avec une vivacité surprenante, ils se faufilèrent chacun débordant Hotaru par un côté, et semblèrent glisser comme des ombres vers la porte du hangar, laissée ouverte, pour recouvrer au moins leur liberté, à défaut de leur butin.

"EH, VOUS ! ATTRAPEZ-LES !"

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7796-hotaru-finie#65320 http://www.ascentofshinobi.com/t6749-kiri-equipe-04-ukiyo-monde-ephemere-fermee http://www.ascentofshinobi.com/t7809-hotaru#65413

Retrouver son dû [Higure Mafuyu]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de l'Eau :: Kiri, village caché de la Brume :: Port Naragasa
Sauter vers: