Derniers sujets
Partagez | 

Naenda Kaïn, enfant de la misère (FINIE)


Lun 7 Aoû 2017 - 1:12

Informations du personnage


Nom : Naenda
Prénom : Kaïn
Sexe : Mâle
Année de naissance : Année 183
Pays d'origine : Kaze no Kuni
Capacité Spéciale : Aucune

Description du personnage



Kaïn est un homme timide, incapable de se faire discret. Voilà ce qui caractériserait le mieux notre jeune héros. Le fait est qu'avec sa peau couleur caramel, très rare sur les terres d'Iwa, son mètre quatre-vingt treize et sa tenue traditionnelle du désert, il est très peu probable que vous ne le reteniez pas si vous le croisez un jour au détour d'une ruelle. Cependant, comme je vous le disais, c'est un homme incroyablement timide et asocial. N'ayant jamais connu que son clan comme autres personnes, se retrouver noyé dans un village aussi peuplé qu'Iwa l'effraie beaucoup. Il est capable d'employer des solution extrêmes, comme de se planquer derrière le premier objet venu pour éviter un regard un peu trop curieux ou insistant. Ce qui arrive souvent. Quand vous êtes différents, les gens vous regardent fatalement comme une bête de foire. Et Kaïn, n'ayant jamais souffert de l'intolérance dans une tribu composée d'un seul sang, n'arrivait vraiment pas à comprendre les appréhensions des autres êtres humains à son égard. C'est pour cela que, dans la mesure du possible, il évitait de les croiser. Le problème avec les villages de ninja, c'est aussi et surtout que la moitié des habitants sont des ninjas et que même les enfants sont terrifiants. Il a rencontré jusque là tellement de regards de shinobi qui l'ont paralysé qu'il peut en témoigner sur dix générations. Voilà pour les traits principaux et visibles. Mais ce ne sont pas les seuls à le caractériser.

C'est un homme particulièrement curieux. Comme il n'a appris que très récemment l'existence du Chakra, des Shinobis et des villages cachés, il meurt d'envie d'en savoir plus. C'est pour cette raison que vous le verrez souvent en train de trimballer d'énormes parchemins concernant le ninjutsu, le genjutsu, le taijutsu et tous les arts ninjas, ainsi que tout ce qu'il pouvait lire sur la civilisation, la politique, le commerce, l'armée, l'histoire, enfin bref, tout ce qui concerne le monde des Shinobis dans ses grandes largeurs. C'est aussi pour cela qu'il a pris l'habitude, en suivant les conseils de son ancien maître, de méditer une heure tous les soirs, ce qui lui permet d'assimiler encore plus vite tout ce qu'il apprend dans la journée. Le problème, c'est que le peu de fois où il a eu besoin de se battre contre des brigands de seconde zone depuis son arrivée à Iwa, il a dû à chaque fois prendre une pause pour lire un de ces parchemins, car il a encore du mal à tout retenir par cœur. Effectivement, ça peut être un peu embêtant. Enfin bref, toujours est-il qu'il porte encore constamment deux parchemins dans le dos, voilà l'info qu'il vous faut retenir.

Mais lorsque qu'il n'est pas planté à la bibliothèque ou dans un parc, Kaïn ne peut être qu'à un seul endroit. Le terrain d'entrainement. Il y passe absolument tout son temps, à s'entraîner à la maitrise de son aptitude élémentaire. C'est un véritable acharné, qui peut passer des journées entières à frapper dans un poteau ou à composer des mudras, entraînant sa vitesse d'exécution, jusqu'à ce qu'il tombe complètement à court de chakra et qu'il puisse à peine rentrer chez lui. Dans ces moments où la douleur parcourt l'intégralité de son corps, comme un millier d'aiguilles traversant ses méridiens, il se sent vraiment vivant. Et il sent qu'il appartient à la caste des ninjas. C'est d'ailleurs grâce à ses efforts remarqués et nombreux que le village lui a accordé le grade de Genin et ce fameux bandeau, celui-là même que portait maître Borukan. Mais son acharnement à l'entraînement n'est pas la seule raison de son acceptation officielle parmi les rangs des ninjas. C'est également un jeune homme incroyablement généreux, qui essaye toujours d'aider là où il le peut. Cette nature très généreuse n'a pas vraiment une origine saine, mais elle existe quand même. La vérité, c'est que personne dans son village ne dit merci, ni ne sourit, ou très rarement. Ici, chaque fois qu'il porte main-forte à quelqu'un, il reçoit un sourire et un remerciement, ce qui l'emplit d'une joie. C'est cela qui fait sa réelle motivation. Être reconnu et apprécié, voilà pourquoi il a décidé de s'engager sur la voie des Shinobis.

Voilà à peu près tout ce qu'il y a à savoir sur ce jeune homme, en tout cas pour le moment. Kaïn vient seulement de naître, il ne connait rien au monde et a grandi dans un endroit si terne qu'i n'a même pas pu y développer de caractère. Kaïn, comme tous les Naenda, est une feuille vierge.

Histoire du personnage


Qu'est-ce qui a amené votre personnage dans le village ?

Il est venu suite à la promesse faite avec son maître, un membre du clan Borukan. Il lui avait en effet promis qu'une fois qu'il aurait compris le fonctionnement du chakra élémentaire, lui et ses deux compagnons devait se rendre à Iwa. Malheureusement, ces deux amis ont choisi une autre voie. Après de nombreux entraînements, Kaïn a enfin réussi à comprendre le fonctionnement de son chakra élémentaire. Comme promis, il s'est donc mis en marche pour Iwa afin de retrouver celui qui l'avait formé quelques mois plus tôt. Il est arrivé seulement en décembre 200.

Quel regard porte votre personnage sur le reste du monde, et surtout sur les autres factions ?

Kaïn éprouve une certaine haine pour les dirigeants du monde et pour les grandes instances, pour la simple et bonne raison qu'il considère que lui et son clan ont été abandonnés de tous. À part cela, il ne sait franchement pas grand chose de la politique du monde, si ce n'est pour la situation d'Iwa. Il a très rapidement compris que le village avait de nombreuses failles, qu'elles soient militaires, sociales ou économiques. Il n'y avait qu'à regarder la peur des gens, les étals vides, la colère du peuple, pour comprendre que ce pays n'était, finalement, pas si stable que ça. Pour ce qui est de Kiri, il n'en connaît vraiment pas grand chose, mais il trouve ce village glauque, avec leur troupe de sabreurs comme corps d'élite. Quant à Kumo, il n'éprouve pas d'aversion particulière pour ce pays, sinon du fait qu'ils possèdent un arsenal assez incroyable.

En un mot comme en cents, Kaïn est seulement entré dans le monde civilisé, politisé et organisé depuis quelques mois, il a donc encore énormément de mal à appréhender toutes les notions complexes qui rentrent en compte. Mais, s'il continue à entraîner sa perception, il apprendra certainement très vite les tenants et les aboutissants qui supportent le monde.

Racontez un évènement marquant de la vie de votre personnage.

'' Du Feu naît la Lumière. De l'Eau naît la Vie. Du Vent naît le Chaos. De la Foudre naît la Mort. Mais de la Terre ne naît que le Sable. Nous sommes les enfants du Sable et de la Misère, les enfants de cette Terre de souffrance. Nous n'avons été choisis par aucun Dieu et jamais personne ne nous reconnaîtra.''

Ainsi parlait le clan Naenda. Ce texte, je l'avais répété en boucle des dizaines, des centaines de fois. C'était une sorte de prophétie, inventée au siècle dernier par nos ancêtres. Cette prophétie s'était toujours révélée exacte. Aucun Naenda n'avait jamais parcouru le monde, aucun Naenda n'avait jamais brillé. Pour tout vous avouer, aucun Naenda n'avait même jamais éveillé les pouvoirs d'un shinobi et ils ignoraient tout de l'existence même du Chakra. Dans cette famille, tout tournait toujours autour des forces de la nature et de discussions stériles sur des sujets déjà abordés mille fois. En somme, rien ne semblait vouloir bouger dans ce coin du désert, dans lequel nous ne croisions que très rarement d'autres êtres humains, tout aussi miséreux que nous. Mais c'est alors qu'un Dieu nous est apparu. Laissez moi vous conter cette histoire, du mieux que mes maigres talents de narrateur le permettent.

Selon mes souvenirs, nous étions au mois de juin, durant l'année 200. Cette année représentait énormément pour nous, car notre clan était apparu précisément 300 ans auparavant. Rendez-vous quand même bien compte qu'à ce moment précis, aucun de nous n'avait de connaissances sur ce calendrier des shinobis. Nous nous considérions en l'an 300 après Naenda Haioïn, le père fondateur. Enfin, cela n'a que peu d'importance. Ce jour là, alors que la chaleur se montrait de nouveau accablante, un homme, inconnu et seul, se présenta à nous. Il était grand, les cheveux bruns, avec une barbe extrêmement longue qui devait lui tenir chaud comme la fourrure d'un chameau. Mais sa particularité résidait dans sa tenue. Une longue veste blanche affublée d'une capuche, recouverte par endroits d'une fourrure beige non identifiée. Il portait de grosses bottes de cuir et un pantalon en mailles épaisses. Toute la tribu fut interloquée devant lui, qui se déplaçait si chaudement couvert sous un soleil de 50°. Mais le plus perturbant était qu'il n'avait pas chaud du tout. Pas une seule goutte de sueur ne perlait de son front ou de ses mains. Alors qu'il nous demandait simplement l'accueil, le groupe des anciens demanda à se réunir pour statuer de son sort. Nous étions pauvres, ignorants et inconnus, mais nous respections le choix de nos anciens. Après presque 2 heures de palabres, Naenda Loïn, la doyenne, rendit son verdict. Le clan accordait l'asile à cet homme, si et seulement si il acceptait de transmettre sa science avec nous. Malgré notre habitude, la chaleur nous faisait toujours souffrir et réduisait la vie des plus âgés. C'est alors que l'étranger, qui était resté prostré jusque là, releva sa tête. Ses yeux verts nous fixaient avec intensité alors que sa bouche s'élargissait, juste avant qu'il ne prononce un mot, qu'aucun de nous n'avait jamais reçu.

- Merci.

N'allez pas croire que nous ne sommes pas poli, nous n'avons jamais rien à nous offrir aux uns ou aux autres. Alors ce mot n'est jamais utilisé que quand de riches commerçants traversant le désert nous prenaient en pitié. Mais jamais envers nous. Et cet homme, inconnu, venait tous juste de se montre attentionné avec nous. Il fut donc installé dans une des tentes du village, qui s'avéra être celle de mes parents et, par extension, la mienne. Lorsqu'il enleva enfin son long manteau, au soir de la première journée, une grande surprise nous attendait. Tout l'intérieur de son habit était recouvert de fines gouttes d'eau qui, une fois qu'il eut touché le tissu, disparurent comme par enchantement. Il m'adressa un sourire devant mon expression perturbée avant d'aller se coucher. Mais qui pouvait donc bien être ce magicien ? Voilà la question que je me posais il y a seulement 8 mois, devant ces évènements incompréhensibles pour des gens à qui l'on n'avait jamais parlé du chakra. Le lendemain fut la journée qui changea nos vies à tous. Pendant l'intégralité du jour, nos discussions lassantes et répétitives furent balayées par les explications de notre étranger, qui tenta de nous détailler depuis le début, ce qu'étaient le chakra, les shinobis et les villages cachés. Pour nous, tout cela relevait de l'irréel et du monde des esprits. Il émerveilla alors le clan tout entier en faisant s'élever des colonnes d'eau, élément qui nous manquait cruellement, au beau milieu de notre désert. Il nous fit prendre conscience que ces choses que l'on appelait instinct, force, énergie naturelle, tout cela n'était que lié au chakra que chacun de nous abritait. J'étais réellement impressionné par cet homme et par ce qu'il pouvait faire. Il aurait suffi qu'un seul d'entre nous soit capable de faire cela pour que notre soif permanente et notre recherche des oasis s'achève. Cet homme était l'égal d'un Dieu, du moins à nos yeux.

Et l'émerveillement dura plusieurs jours, jusqu'à l'annonce de celui que tout le monde appelait ''Kyuuseishu'', le Sauveur. Il avait réuni tous les habitants du village, afin de les tester. En réalité, une fois que tout le monde se fut mis en file indienne devant lui, il posa une main sur notre front. Quelle ne fut pas notre stupeur lorsque, au contact de la doyenne, qui était la première de la file, sa main s'entoura d'une lumière rouge. Il ne dit rien, avant de faire signe à la vieille dame de se mettre à sa droite. Cette opération dura de longues minutes, où rien ne changeait vraiment. Nous ne savions pas ce qu'il cherchait en nous, mais son air de plus en plus dépité montrait qu'il ne trouvait rien. Ma mère venait de s'écarter, après avoir reçu la lumière rouge elle aussi, quand il posa sa main sur mon front. Fasciné par l'homme depuis son arrivée, je plongeais mes yeux dans les siens tellement intensément que je m'y perdais. Un sourire illumina alors soudainement son visage, alors que j'entendais des cris de stupeur dans la foule. Il me fit un signe de tête, m'indiquant d'aller me placer à sa gauche. Je ne comprenais rien à ce qui venait de se passer, mais les visages de mes parents m'indiquaient une réelle incompréhension. Et pourquoi étais-je le seul à être placé sur sa gauche ? Toute sortes de questions m'assaillaient l'esprit, avant que les jumeaux Mioïn et Jioïn, un garçon et une fille, ne viennent s'installer à mes côtés. Ils arboraient la même expression que tous les autres, mais ils étaient de mon côté. Mioïn se pencha alors vers moi et me souffla ces mots que je ne comprends dans leur vrai sens qu'aujourd'hui.

- Nous aussi on a eu le droit à la lumière bleue, c'est trop étrange.

Nous sommes restés les seuls à se trouver debout du côté gauche. Il s'approcha alors de nous, son éternel sourire affiché sur son visage. Il ne prononça que quelques mots, qui allaient changer nos vies à tous les trois pour toujours, d'une façon encore plus radicale que pour notre clan.

- Bravo les enfants. Vous avez l'étoffe pour devenir des shinobis !

Oui. Parmi les 57 personnes qui constituaient notre clan, seuls 3 d'entre nous, des enfants de 17 ans, possédaient un chakra suffisamment actif, conséquent et puissant pour l'utiliser. Si peu. Mais une joie intense s'empara de moi et des autres membres du clan. Nos vies allaient enfin pouvoir changer. Malheureusement, pas de la façon radicale que nous attendions. Celui que nous connaissions désormais sous le simple nom de Borukan était devenu notre maître. Mais il ne pouvait pas nous accorder beaucoup de temps et ne put prendre qu'une semaine, qu'il passa à nous apprendre tout ce qu'il savait sur le contrôle de son chakra. Pas de jets d'eau, rien, nous apprenions juste à concentrer et à malaxer notre chakra. Mais le dernier jour fut le plus intéressant. Nous savions qu'il devait bientôt repartir, aussi nous lui avons demandé de nous enseigner à créer de l'eau avec nos talents. Il a donc décidé de passer cette dernière journée en la consacrant au chakra élémentaire. Il nous distribua à chacun un papier, formé à partir d'un arbre se nourrissant de chakra. Ce que nous ne savions pas à ce moment, c'est que chaque personne possède un élément propre à lui-même. La feuille de Mioïn s'enflamma, celle de Jioïn s'effrita et la mienne se coupa en deux. Une lueur triste s'empara du visage de notre maître, qui nous expliqua qu'aucun de nous ne pouvait maitriser les techniques Suiton. Ce fut un grand malheur. Mais, comme à son habitude, il nous calma avec ce simple discours.

- ''Du Feu naît la Lumière. De l'Eau naît la Vie. Du Vent naît le Chaos. De la Foudre naît la Mort...''

Il marqua une pause où il posa la main sur le sol. Le sable s'ouvrit en deux pour laisser un rocher sortir. Le rocher se transforma alors, sous l'impulsion de notre maître, en une silhouette humaine. Il nous adressa un nouveau sourire ravageur, accompagné cependant d'une larme.

- … et de la Terre naissent les Hommes. Vous êtes des enfants exceptionnels et votre peuple n'est pas insignifiant. Croyez en vous. Apprenez à maîtriser votre chakra et quand vous saurez utiliser votre élément, revenez me chercher, pour continuer sur cette voie, pour aider votre clan. Je serais à Iwa, le village dont je vous ait tant parlé.

Tels furent les derniers mots de maître Borukan. La suite, je vous la raconterais une prochaine fois, patience.

Quel est l'objectif principal de votre personnage ?

Il a plusieurs objectifs. - Retrouvez son sensei dans Iwa
- Améliorer son Ninjutsu pour venir en aide à son clan
- Un objectif secret pour le moment.

A propos du joueur


Origine de votre avatar : Une création originale de ErikVonLehmann, sur Deviantart
Indiquez votre parrain, si vous en avez un : /
Est-ce un changement de personnage ? Non
Est-ce un double compte ? Non
Quelque-chose à ajouter ?
Je sens que je vais être bien ici ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t799-naenda-kain-enfant-de-la-misere-finie http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa#4115

Lun 7 Aoû 2017 - 22:41
Bonjour!

Je me permets de double-post afin de vous avertir que ma fiche est finie!

Bonne lecture et on se retrouve à la validation

Merci d'avance.

_________________
" Du Feu naît la Lumière. De l'Eau naît la Vie. Du Vent naît le Chaos. De la Foudre naît la Mort."



"Mais de la Terre naissent les Hommes."


Clan Naenda, version corrigée de leur devise.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t799-naenda-kain-enfant-de-la-misere-finie http://www.ascentofshinobi.com/t845-equipe-8-nagareboshi-iwa#4115

Mar 8 Aoû 2017 - 7:22
Une belle plume, rien à dire ! (:

Félicitations, présentation validée !


Ton personnage est validé en tant que Genin de rang C. Tu as désormais accès à toutes les zones propres à ton groupe et peux dès à présent commencer le RP.
Si tu as la moindre question, je t'invite à te reporter à la section Questions. Si tu cherches un RP, la zone Demandes de RP sera parfaite. Enfin si tu souhaites rejoindre notre serveur Discord, c'est ici : Discord AOS !
N'oublie pas de renseigner l'origine de ton avatar dans ton profil, même chose pour les liens de ta présentation et de ta future Fiche Technique !

Je te souhaite un bon jeu sur Ascent of Shinobi !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ascentofshinobi.com/t327-kirigakure-no-kasanagi#1333 http://www.ascentofshinobi.com/t640-equipe-04-serpent-kiri http://www.ascentofshinobi.com/t454-kirigakure-no-kasanagi

Naenda Kaïn, enfant de la misère (FINIE)

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Zone détente :: Zone détente :: Archives
Sauter vers: