Soutenez le forum !
1234
Derniers sujets
Partagez

Reforger la forge.[Mission B pv Goro Haruka]

Inuzuka Ryôma
Inuzuka Ryôma

Reforger la forge.[Mission B pv Goro Haruka] Empty
Jeu 19 Déc 2019 - 3:36
Choix d'Avenir



Diable, tout cela commence bien. Tel fut la pensée de Ryôma quand il apprit qu'il était réquisitionné par la régente de Kumo, Hokazuka Rie. Bien qu'il n'ai aucune opinion de Kumo, les dirigeants du village et de la faction des territoires de la foudre en soit, il avait tout de même un arrière-goût a l'idée d'aider ainsi. Il n'en avait tout simplement pas l'habitude.

La mission était loin d'être simple qui plus est, il devait convaincre les Metaru restés au village caché des Nuages de reconstruire la forge détruite pendant l'assaut du Teikoku. Si au départ il cru qu'a lui seul cela reviendrait a achever les restes de la forge de Kumo, le fait qu'il n'allait pas faire une telle chose seul le rassura.

Un courrier similaire a celui qu'il a reçu était normalement parvenu a un autre shinobi qui pouvait aider a accomplir cette mission. Au fond de lui il pria pour un natif de Kumo, bien qu'il soit assez confiant a sa capacité a négocier, l'aide d'un shinobi né dans le village le rassurerait un peu plus.

Heureusement que l'Inuzuka était en poste a Kumo depuis peu, cela ne lui prit pas une folle route pour se diriger vers la raffinerie Metaru. Il devait simplement attendre son partenaire, plus tard dans la journée, une assemblée avec les Metaru locaux aura lieu. Des courriers furent envoyés a chacun d'entre eux pour se réunir sur place. Tout cela sur demande de la régente bien entendu, si cela venait du Teikoku, ils y auraient des absents voir plus.

Et Ryôma attendait, placé au coin de la rue menant a la forge, calé contre un mur a réfléchir a quoi dire pour mieux convaincre. Il marmonnait a présent ses propres idées pour cerner les meilleurs et convaincantes auprès du clan qui allait le fusiller du regard dans quelques heures.

" Que dire… Tenter sur la fierté qu'était la forge… Mh… Il faut d'abord voir si ils sont un clan fier de nature… Peut être le patriotisme vu que la demande émane de la régente… Simple amusement ? Forger est peut être un art stimulant pour eux…"


The wolf is here



_________________
Ryôma Theme:
 


Signature / Images:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7904-ryoma-inuzuka-traqueur-dechaine-termine#66008 http://www.ascentofshinobi.com/t7959-the-wolf-among-us
Goro Haruka
Goro Haruka

Reforger la forge.[Mission B pv Goro Haruka] Empty
Sam 21 Déc 2019 - 0:20
La mission tombait à pic pour Haruka. Il faut admettre que même si elle n’était pas originaire de ce village, elle n’en restait pas moins la fille de forgerons talentueux et respectés du territoire du Feu dont le cœur s’était fendu en deux lorsqu’elle avait vu l’état chaotique de la légendaire raffinerie de Kumo. « Détruite » serait un véritable euphémisme à son sens !

Cependant, son amour pour l’art de la forgerie n’éclipsait pas sa logique et son raisonnement. La mission avait un grand risque d’échouer, au vu du contexte – une raffinerie détruite suite à l’attaque du Teikoku sur Kumo – et du caractère particulier du clan Metaru – fier, et potentiellement buté, si jamais ils partageaient ces deux caractères de sa mère.

La dame aux cheveux émeraudes avait déjà une idée partielle pour convaincre ces hommes et ces femmes de se remettre au travail pour relancer leur économie et surtout pour continuer à rayonner dans tout le Yuukan comme des artisans d’exception. Une idée qui réglerait également le problème de l'absence d'un natif de Kumo dans la mission – la relation avec les shinobis du protectorat était encore trop tendue pour confier tout type de mission ou pour mêler les équipes.

Lorsqu’elle arriva auprès de son collègue de travail, elle le surprit en train de marmonner. Elle en concluait bien vite que soit il réfléchissait sur la marche à suivre – et était bien imprudent de susurrer quoi que ce soit en plein milieu d’une rue – soit qu’il était simplet d’esprit et qu’elle allait avoir du pain sur la planche.

- Yo ! Je veux dire, je vous salue Soldat. Je me présente, Goro Haruka.

Elle fait le salue, avec quelques maladresses et négligences volontaires. Fidèle au rôle qu'elle voulait interpréter, qu'importe le préjudice que cela pouvait lui apporter.

- Souhaiteriez-vous adopter une approche particulière pour cette mission ? demanda-t-elle de but en blanc.

Elle préférait examiner déjà les idées et les initiatives dont son collègue allait faire preuve, et ainsi juger de sa valeur. Qu’il soit meilleur qu’elle n’était nullement un sujet de jalousie pour la dame mais un sujet de compétitions, soit une preuve qu’elle devait devenir meilleure pour accéder à de plus hauts rangs de l’Empire et ainsi contribuer plus activement à son expansion et à sa réussite future.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7849-goro-haruka-pour-la-grandeur-du-feu#65735 http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Joo Jun
Joo Jun

Reforger la forge.[Mission B pv Goro Haruka] Empty
Mar 14 Jan 2020 - 14:57
-Inuzuka Ryoma.

La fumée sortie de sa gueule, comme sa présence sortait de la pénombre. Jetant sa cigarette au sol, l'écrasant du revers de sa botte clouté droite, l'inconnue haussa des épaules un instant en observant la scène puis machinalement dirigea son regard vers le quartier Metaru. Autrefois, une autre version d'elle y habitait, désormais elle n'osait pas retourner dans la demeure de son ancienne colocataire. Non pas par honte, il n'y avait pas de quoi, retourner sur les terres de son passé. On lui avait assignée cette mission, à peine son nouveau bandeau remit et ses nouveaux habits, souriant les mains dans les poches. Fut un temps, la naïveté aurait prit le pas sur l'excitation et les enjeux de ce qu'elle devait accomplir, désormais si Jun n'avait aucune certitudes, des soupçons sur sa présence dans cette tentative de discours et de négociation avec le clan de cette femme. Le monde n'était que fausses promesses et utilisation des autres à des fins personnelles, et si elle devait user de son affection et des liens la liant à Yamiko pour parvenir à la réussite de cette mission qu'il en soit ainsi. Elle dépassa le duo, sans même jeter un regard à l'un des deux membres de l'Empire. Personne ne comptait à ses yeux, elle avait tout perdue, jusqu'à sa propre identité. Et dans la perdition, dans la folie et la bipolarité, dans les sauts d'humeurs elle avait trouvée un nouveau visage. Dans son propre enfer, parmi les visages de ses victimes, et l'agonie des mourants Jun avait trouvée sa destinée et son chemin vers l'ascension. Sa gueule décharnée, la chair manquant dévoilant sa dentition en permanence, tournant légèrement la tête à droite elle observa un fantôme masquée, en révolte permanente contre son monde disparaître sans un mot. Le même regard, deux rubis brûlant d'un éclat nouveau à chaque fois qu'elle changeait d'identité, Rie l'utilisait surement, tout comme elle utilisait l'Empire pour ses propres fins. Pas de patriotisme, pas de nation, encore moins de sentiment d'attachement, un chemin solitaire et raide, la montée vers le sommet était pavée du sang et des corps de ses anciennes connaissances, l'ultime sacrifice, l'ultime déchirement était devant elle.

-Je prend ta place Inuzuka, les ordres viennent d'en haut. Goro Haruka? J'ai ma propre idée de la réussite de cette mission, je connais les Metaru. Je connais LA Metaru dont tout dépendra, quoi qu'il arrive ne vous montrez pas agressif, ce clan est un des derniers piliers de la foudre et je suis prêt à mettre une main à couper que beaucoup sont des potentiels révolutionnaires dormants. Nous n'aurons pas l'avantage, nous n'aurons pas grand chose mais nous leurs prendrons tout, leur fierté, la forge et leur refus de travailler. Il est temps que l'Empire se fasse respecter, les vainqueurs écrivent l'histoire les vaincus la lisent.

Et elle avança, effectuant des mudras classique faisant apparaître deux copies. Disparaissant aussitôt dans les ruelles alentours, tandis que l'original continuait d'avancer les mains dans les poches et le sabre en bandoulière. La gueule décharnée, le regard froid et fixant la forge d'ou ne sortait aucune fumée. Et chacun de ses pas, la menait un peu plus vers une pente dangereuse, et chacune de ses actions menaçait de lui arracher son humanité restante. Mais qui pouvait-elle blâmer? Personne, chacun suivait ses propres convictions ou ses propres décisions, le destin n'existe que pour ceux ayant des reproches à lui faire. Chaque être vivant, de l'animal à l'être humain est maître de sa destinée, se donner les chances de réussir. Se donner la possibilité d'atteindre ses objectifs. Tout sacrifier, délaisser les sentiments et les émotions pour avoir en retour un grade, un rang ou des ressources. Rien n'est gratuit, partant de ce postulat il n'y a de limites que celles qu'on se fixe. Yamiko était l'ultime barrière, le dernier verrou à faire sauter ou non avant le point de non retour, la porte était déjà à moitié entre-ouverte. Le verrou menaçait de céder, mais rien n'était joué d'avance. On pouvait le solidifier et le réparer, ou au contraire le briser pour de bon avec les conséquences connus. Sortant une main de sa poche pour allumer une cigarette dans sa gueule mutilée, passant ensuite ses doigts dans sa chevelure azure. Elle s'arrêta net, le territoire des Metaru elle l'avait depuis longtemps franchie sans se rendre compte si sa comparse du jour l'avait suivit ou non. Sa gorge était presque nouée d'avance, et lorsqu'elle s'en rendit compte son visage afficha un rictus difforme sans savoir si c'était du chagrin ou de la nostalgie. Puis elle défonça la porte d'entrée à peine recoller de la forge, et lorsqu'elle y entra Joo Jun avait disparue pour ne laisser place qu'à ce qu'elle était vraiment. Une arme louant ses services au plus offrant, les mains dans les poches elle avança au milieu du bâtiment abandonné devinant dans les ombres des figures Metaru. Elle n'avait pas envoyée ses clones toquer à chaque porte pour rien, mais dans les ombres et l'obscurité aucun de ces fantômes ne comptaient d'avantage que celle qu'elle espérait voir face à elle dans le rayon de lumière illuminant le centre de la forge.

-Metaru Yamiko.

C'était mieux ainsi, son clan comptait sur elle et désormais Jun appartenait à l'adversaire, celui qu'ils combattaient officieusement. L'appeler par son prénom ne ferait que lui causer des ennuis, couper les ponts, arracher à la force de ses ongles chaque morceau de peau ou son visage, ses souvenirs résonnaient. Se mutiler pour le bien commun, pour la préserver des retombées et des éventualités. Le monde pouvait disparaître, les deux femmes ne restants que dans ce cercle de lumière, rien ne changerait. Deux mondes, deux destinées dont chacune avait été maître à un moment donné désormais emportée dans un tourbillon les dépassant et qui en emporterait une cela ne faisait aucun doute. Et si maintenant une révolte éclatait, qui tuerait l'autre? Qui vivrait le restant de ses jours en se maudissant, ou qui laisserait l'autre gagner. Roméo et Juliette? Non pas vraiment, l'amour n'avait jamais prit. Plutôt César et Brutus.

-Nous sommes ici pour négocier la réouverture de la forge.

Tue moi Yamiko, mais ne perd pas la face.

Spoiler:
 

_________________
Reforger la forge.[Mission B pv Goro Haruka] 15502810
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 http://www.ascentofshinobi.com/u886
Gentoku M. Yamiko
Gentoku M. YamikoEn ligne

Reforger la forge.[Mission B pv Goro Haruka] Empty
Mar 14 Jan 2020 - 21:41
Reforger la Forge

feat. @JOO JUN - @GORO HARUKA - @INUZUKA RYÔMA - @METARU REIJI

- Est-ce une plaisanterie ?
- Je me le demande mais les lettres de convocation adressées à chaque foyer du clan sont signées par la Régente. Et je doute qu'un farceur s'amuserait à usurper son nom pour une blague d'une telle envergure.
- Si ces convocations sont authentiques alors cela nous réconforte sur l'idée qu'ils nous considèrent réellement comme des assujettis ! Et dans ce cas, nous devons leur faire comprendre qu'ils ont peut-être notre Patrie mais que nous ne sommes pas pour autant leurs serviteurs !

Rassemblée au lieu habituel au sein de leur domaine, la Communauté des Anciens des manipulateurs de métal s'échangeait à propos des lettres de convocation adressées à chacun des Metaru. Les missives les conviaient tous à la Raffinerie, qui était en arrêt depuis la grande bataille, afin de parlementer d'une réouverture possible de celle-ci. Si la Communauté des Anciens n'était pas contre une discussion, néanmoins, la méthode employée par le Teikoku ne leur convenait guère. Celle-ci n'avait aucune considération à leur égard mais les faisaient plutôt passé pour des êtres qui devaient obéir sans discuter. La Régente pensait-elle sérieusement qu'ils allaient tous accourir, tels des chiens appelés par leur maître, à l'ancienne Raffinerie ? Pensez ainsi était mal connaitre l'arrogance légendaire des Metaru. Malgré la défaite et l'humiliation qu'ils avaient subi, ces derniers restaient des êtres fiers. Bien trop qu'ils préféreraient se faire décimer que de courber l'échine face à l'ennemi victorieux.

- Il serait impoli de notre part de ne pas se présenter. Je propose donc d'envoyer quelques uns d'entre nous à la forge pour leur faire part de notre position vis-à-vis de leur ... irrespectueuse convocation, conclut la Doyenne du clan qui siégeait à la tête de Communauté des Anciens qui était chargée, en l'absence de chef officiel, de gérer les affaires claniques.

[***]

Avant même l'heure du rassemblement annoncée dans les lettres de convocation, quelques Metaru se tenaient déjà au sein de la forge en arrêt et quelques uns étaient restés à l'extérieur. Tous avaient été sélectionnés pour leur combativité et non leur capacité de négociation car ils n'étaient pas là pour traiter l'affaire mais seulement transmettre un message de la part de ceux qui dirigeaient le clan. Tu étais parmi ceux qui se trouvaient au sien de l'ancienne Raffinerie que tu examinais avec une certaine déception. Tu aurais préféré voir une forge complètement détruite. Ce qui pourrait très bien arrivé d'ici peu, au vu de la personnalité de certains qui t'accompagnaient. Et, vous aviez pris des dispositions au cas où cela devrait se produire.

La porte de la Raffinerie qui se fracasse attire l'attention de tous les présents. Durant un bref instant, la surprise se lisait dans ton regard violacé qui se posait sur l'être qui avançait fièrement vers toi. Ainsi donc, elle a bien rejoint les vainqueurs, te disais-tu tout en faisant face à la jeune ronin. Bien que tu t'y attendais, suite à votre discussion à la porte de Kumo lors de son retour, tu avais espoir qu'elle te reviendrait mais il semblerait que c'était trop espéré de ta part. Un sentiment de déception et d'abandon t'animent fugacement. Preuve que tu tenais toujours à Jun mais tu n'étais pas un être qui se laissait subjuguer par ses sentiments et encore moins un sentimental.

- Crois-tu que ça soit un endroit idéal pour une négociation, Jun ? Fais-tu tout en levant la tête vers le toit à moitié effondré.

Si la jeune Joo t'avait nommé par ton nom - et non officiel de surcroît car sur papier tu te nommais Gentoku Yamiko - tu continuais de l'appeler par son prénom comme pour lui faire comprendre que pour toi, rien n'avait changé.

- Navrée mais les vieux n'ont pas pu se déplacer jusqu'ici or c'est avec eux que tu, enfin que vous devriez négocier.

Tu venais de transmettre, à ta manière, le message de la Communauté des Anciens. Si la jeune ronin, et ses nouveaux camarades, désiraient négocier avec le clan Metaru, l'entrevue devra se faire au lieu habituel au sein du domaine clanique.

De part leur position respective, les teikokujin avaient tout le droit d'imposer aux kumojin le déroulement de la négociation à la forge détruite mais cela ne mènerait à rien. Jamais les anciens, ni les autres, ne viendront d'eux-mêmes. Le plus sage serait donc d'accepter le compromis imposé par les ancêtres des manipulateurs de métal et qui était plus que raisonnable. Après tout, celui-ci se résumait à faire preuve d'un peu respect à leur égard. Mais, connaissant Jun, tu doutais fort que la ronin allait se plier à cette exigence. Et pour ne rien arranger, les clones qu'elle avait envoyé toquer aux portes des Metaru venaient de s'évaporer l'un après l'autre. Ils venaient de recevoir des coups des plus récalcitrants du clan. Des attaques qui n'étaient guère mortelles mais suffisant pour faire disparaître des doubles …

_________________
Reforger la forge.[Mission B pv Goro Haruka] B6y1
(c) Merci à Aimimi pour le kit <3
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t3385-yamiko-ou-l-enfant-des-tenebres-completed
Metaru Reiji
Metaru ReijiEn ligne

Reforger la forge.[Mission B pv Goro Haruka] Empty
Mer 15 Jan 2020 - 11:02
En gros, ce que ma cousine essaie de te dire, la Chose, c'est que nous sommes ici pour vous dire d'aller vous faire foutre.

Voilà qui clarifiait complètement la situation, il commençait à en avoir marre de ces discussions inutiles où tout le monde tournait autour du pot pour exprimer le fond de sa pensée. Tous se cachaient derrière des tournures de phrases dignes des grands orateurs de ce monde, les anciens du clan en étaient les premiers friands, Reiji lui en avait horreur. Ils étaient tous pareils, à vous endormir avec de belles paroles pour mieux vous enfoncer un couteau dans le dos, une fois votre méfiance abaissée. Des esprits retors avec lesquels il fallait jouer continuellement pour ne pas finir manipulé, ou pire, éliminé. Reiji savait user de tromperie également, mais préférait généralement une approche directe et sans entourloupe. La femelle à la gueule amochée qui leur faisait face semblait être du même acabit que Yamiko, il n'y avait pas besoin de s'approcher davantage pour sentir qu'elle puait le vice à plein nez.

Le Metaru était sorti de l'ombre juste après sa prise de parole, venu avec le reste des membres de son clan, il avait d'abord pensé à observer dans un coin et voir ce que sa cousine comptait faire. Son impulsivité faisant le reste, que les deux femmes semblent déjà se connaître et leur échange l'avait agacé, le poussant à se dévoiler. Le mot négociation lui arrachait une grimace chaque fois qu'il lui parvenait aux oreilles. Depuis quand il était question de parlementer avec l'envahisseur ? Jusqu'à où la connerie des anciens iraient ? Bon nombre se plaignaient des anciens leaders Metaru ayant commis des actes impardonnables, mais aucun d'entre eux n'auraient plié l'échine devant ce ramassis de fiottes. Ce qu'il manquait à la bande de vioques constituant la Communauté, c'était un peu de courage et de volonté. Depuis l'annexion de Kumo par le Teikoku, ils n'avaient pas pris une seule mesure affirmant leur prise de position.

Et qu'est-ce qu'il entendait cette fois encore ? Que la Raffinerie était le mauvais endroit pour entamer les pourparlers ? Yamiko représentait la parole des vieux croulants, il n'en doutait pas, mais il était temps que quelqu'un se décide à faire le sale boulot. Le Rebelle était le candidat tout désigné, de part sa position au sein des siens et sa façon de faire, il était celui qui n'hésiterait pas à se salir les mains, ou son honneur. D'ailleurs, s'il n'avait toujours pas été banni par ses pairs malgré un comportement gênant et une vision des choses en opposition au reste de ses semblables, ce n'était pas pour rien. Tous savaient que le moment viendrait où ils auraient besoin de s'appuyer sur une tête de con comme la sienne. Il s'avança de quelques pas, et déposa sa main droite sur l'épaule de sa cousine en la dépassant. Un geste étrangement bienveillant, lui assurant qu'elle n'était pas seule dans cette histoire.

Il se planta face à la négociatrice, pouvant admirer toute la laideur dont elle disposait. Sérieusement, c'était volontaire de laisser à l'air libre sa mâchoire de cette façon ? Si elle le souhaitait, il pouvait lui confectionner une petite peau de métal comme il avait su le faire pour sa gorge, si gravement brûlée que sa peau ne ressemblait plus à rien à cet endroit.

Franchement, je me demande à quel point vous avez pas de race dans votre empire pour à ce point nous prendre pour des cons... Vous pensez vraiment qu'on va accepter de relancer cet endroit, et de vous forger les armes qui vous serviront à nous tenir en laisse ?!

Son visage se déformait peu à peu sous les traits de la colère, grandissante, grondante dans l'intonation de sa voix. Il n'était pas connu pour garder son calme, et ici il ne faudrait pas grand-chose pour déclencher un nouvel orage. Un affrontement ici ne le dérangeait pas, que ce lieu soit définitivement anéanti lui conviendrait d'autant plus. Il était hors de question de servir d'ouvriers pour ces enfoirés, jusqu'où la Régente irait-elle pour humilier ce clan ? La fierté Metaru avait essuyée de sacrée revers depuis quelques temps, venaient-ils finalement enfoncer le dernier clou ?

Si vous voulez à la place, on peut forger une statue de métal à l'effigie de la Régente... sans la tête.

Une façon de rappeler à tous ce qu'il était arrivé à Reiko, le traitement qu'il lui avait été infligé. Aussi, une menace à peine dissimulée. A trop vouloir titiller les Metaru, ils allaient s'attirer des problèmes.

Allez maintenant dégage, la Chose. Tu me fous la gerbe avec ta sale tronche.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7624-metaru-reiji-100
Goro Haruka
Goro Haruka

Reforger la forge.[Mission B pv Goro Haruka] Empty
Hier à 23:31
Si Goro Haruka se pensait excentrique, elle se sentait subitement bien sage et banale face à l’étrangeté qui venait de débarquer et qui donnait déjà des ordres. Sensible, la kunoichi sentait bien que cette nouvelle arrivante était bien plus forte qu’elle et que, par conséquent, il n’y avait rien à gagner en tentant d’être intimidante. Une situation qui l’agaçait davantage lorsque la mystérieuse kunoichi qui ne s’était pas encore présentée optait pour un discours assez agressif, à l’encontre de tous ses idéaux et ses objectifs.

La jeune Goro n’avait pas adhéré à l’Empire et à ce désir d’expansion dans le but de briser la fierté des pays conquis, de souiller leur sol en conquérant vulgaire ou encore leur imposer une volonté étrangère à l’encontre de leurs valeurs ou de leurs modes de fonctionnement. Inconsciemment, elle sentait et elle savait que la situation risquait de buter à une impasse – au mieux – ou empirer – au pire. Elle avait à agir, avec tact, sans se mettre à dos cette demoiselle bien plus forte qu’elle et surtout tout un clan pilier et central de Kumo.

Les festivités ne tardèrent pas à débuter avec l’arrivée des premiers membres du clan. Retenant ce cri de détresse qui naissait en elle lorsqu’elle entendit le fracas de l’entrée de la forge, c’est avec une certaine appréhension et méfiance qu’elle est témoin de l’échange. Son regard glisse naturellement vers les autres témoins silencieux, mais ayant accompagné cette fameuse Metaru Yamiko.

La situation était telle que la jeune fille ne savait même pas comment signaler sa présence sans subir les foudres de ces parfaits inconnus. Un court instant, elle se disait qu’elle avait froissé certains dieux et qu’elle devrait vraiment faire quelques offrandes si elle sortait vivante et pas trop amochée de cette confrontation – et surtout avec un face-à-face avec les décideurs du clan.

- Goro Haruka, soldate de l’Empire, affectée au Protectorat de Kumo. Je suis enchantée de faire votre connaissance. Votre humour, qui est des plus fines je dois avouer, pourrait raviver bien des peines et des blessures au sein des Civils. Je vous prie de faire preuve de manière, sur la scène publique.

Elle était certaine que ce n’était pas la remarque la plus fine, mais elle avait encore deux ou trois trucs à revendre.

- Je me rends compte que nous avons quelques différents à régler, avant tout, ainsi que vous prouvez que nos attentions sont honnêtes. Il n’est pas question ici de vous contraindre et vous imposer une décision car cette dernière sera vôtre. Au contraire, c’est nous, Soldats, qui recevons les ordres.

Elle se tait encore et inspire profondément.

- Le combat est interdit mais soyons honnêtes, personne ne sera pleinement satisfait si une confrontation en bonne et due forme n’a pas lieu. Je vous propose donc de nous affronter … au jeu du ballon prisonnier. Avec un ballon métallique. Chakra interdit, afin de ne pas alerter les patrouilles des environs. Le terrain sera la forge et tous les éléments peuvent servir de supports ou atouts au ballon, au risque et au péril de tous. Deux contre deux. Le premier à toucher trois fois l'autre camp gagne. Vous gagnez, on dégage. Vous perdez, vous nous autorisez l’entrée au sein de votre domaine pour négocier avec les membres de votre clan. Avons-nous un marché ?

Atypique la demande et pourtant, qui ne tente rien n’a rien ! N’est-ce pas ?

Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t7849-goro-haruka-pour-la-grandeur-du-feu#65735 http://www.ascentofshinobi.com/t6030-kazuma-nanna-how-far-can-i-go http://www.ascentofshinobi.com/u988
Joo Jun
Joo Jun

Reforger la forge.[Mission B pv Goro Haruka] Empty
Aujourd'hui à 11:05
-On a aucun marché.

Un long moment de silence, une longue inspiration avant d'allumer une nouvelle cigarette en observant et en tournant sur elle même, l'assemblée. Elle aime ça, la pression l'allumette qui menace de tout emporter dans son sillage, un feu ne demandant qu'à être alimenté et Jun excellait dans ce domaine. Mettre de l'huile sur les flammes, que le brasier gagne en intensité et en puissance, elles n'étaient pas les bienvenus en ces lieux pourtant cela ne semblait poser de soucis qu'à sa camarade. Jun n'avait jamais été accueillie là ou elle posait ses bottes, sauf, sauf dans une seule maisonnée, à vrai dire deux. Deux portes s'étaient ouvertes dans le passé, la laissant entrer telle qu'elle était. L'une semblait aujourd'hui se fermer devant elle, ses rubis fixèrent de nouveau Yamiko, tirant sur le tabac sans aucun bruit, voulait-elle que cette rencontre scelle leur destin commun. Ne comprenait-elle pas que l'errante lui épargnait des soucis, mauvais flic, gentil flic il était évident qui était qui. Jouer le rôle d'une bannie, de quelqu'un de détestable ce n'était rien d'infaisable pour la samouraï, sautillant sur place un instant ses doigts manquèrent de se poser sur le pommeau de son sabre. Tout détruire, ne laisser place à aucune réflexion ça c'était beaucoup plus simple et facile. La facilité, Jun aimait les solutions toute faites, mais aujourd'hui elle chassait de son esprit ces pensées échos d'une personnalité qu'elle enterrait. Tant de remarques acides, acerbes et vindicatives à son encontre, c'était presque comique finalement cette situation. Tout le monde s'attendait à ce que la situation dégénère et pourtant elle contrôlait chacun des fibres de son corps pour s'empêcher de faire rouler au moins une tête sur le sol. Tirant de plus en plus rapidement des grandes bouffées de tabac, continuant son renfermement, avant d'hausser les épaules et d'observer le toit à moitié ouvert et cramoisi de la raffinerie. Méditer, son passage dans le pays du fer lui avait apprit à prendre du recul sur chaque moment de sa vie, faire le vide dans son âme corrompue, inspirer et expirer avant d'agir. Ceux qui étaient prisonniers de leurs émotions, ceux cédant à la facilité et qui cherchait absolument la négociation n'obtiendraient rien. Ils n'étaient que des soldats, peut-être pour sa camarade, Jun savait une chose, la seule pouvant potentiellement lui ordonner quelque chose ici c'était la femme de métal de part son rang, de part les liens les unissant, le reste disparaîtrait devant cette certitude. Et puis finalement, comme aux portes et comme à chaque fois que la tension atteignait son point d'orgue, un rire cristallin s'échappa de sa gueule mutilée. De sa dentition apparente, de la peau manquant sur ses joues, de ses lèvres brûlés de ce visage repoussant qu'autrefois elle cachait. Elle riait, à la gueule de tous ceux présent ici sans distinction, ils ne comprenaient rien. Jun leur expliquerait.

-Personne n'est irremplaçable pas vrai Yamiko?

Un regard amusé tandis qu'elle fixait le cousin de son ancienne colocataire, la ressemblance était presque frappante. C'était donc comme ça que le monde la percevait sous sa carrière Kumojin? Amusant, il était piquant pour son grade et sa potentiel force. Si comme lui, la colère et la haine marchaient encore dans son esprit sans aucun doute alors, alors Jun aurait transformé cette rencontre en bain de sang quitte à y perdre également la vie. Quitte à déclencher un incident diplomatique de plus, cela du moins à l'époque, lui était entièrement égal rien ne comptait plus que sa propre personne. Aujourd'hui, c'était moins le cas. Soufflant la fumée de sa clope, la nouvelle représentante de l'Empire concentra son attention vers celle qu'elle connaissait le mieux, et celle qui déciderait pour les siens.

-Ton ‘Cousin’ vocifère beaucoup, mais il ne semble pas encore avoir perdu ses dents de laits. Pourrais-tu l'informer de l'importance de la situation? Quand aux anciens, les absents ont toujours tords, mes clones ont disparus dans des circonstances dirons nous complexe. La situation est simple, je suis ici pour négocier dans la forge et guère en terre Metaru pour des raisons évidentes de sécurité. Notre présence est déjà une insulte semble-il, ne poussons pas la faute trop loin, nous négocierons ici ou nous ne négocierons pas la décision vous revient à vous tous. Un refus, des insultes, ou même des menaces franchement qu'est ce que j'en ai à foutre hein? Il faut dire les choses comme elles sont, les seules visiblement ayant les pieds sur terre c'est toi et moi Yamiko. Je ne jouerai pas pour avoir le droit d'entrer dans votre domaine, parce que je ne souhaite pas imposer ma présence à des personnes n'ayant même pas se présenter devant la représentante que je suis. Celle m'employant peut offrir beaucoup, votre grève peut continuer également mais ceux qui ne travaillent ne sont pas payés et le clan aide ses membres j'en suis sur mais vos fonds ne permettront pas éternellement un statu quo, et l'Empire ne le tolérera pas. Je ne partirai pas sans une réponse définitive, une vraie réponse avec autre chose que des balbutiements colériques d'un enfant trop gâté.

Ainsi avait parlé Jun, un discours teinté de vérité et ne manquant de respect qu'à celui ayant fait de même avec sa personne et encore elle restait polie, Yamiko pourrait surement en attester. Les injures ne faisaient plus, pour l'heure, parti de son vocabulaire. Car insulter un clan n'était pas sa volonté, elle agissait, décrivait la situation avec uniquement la vérité et des faits. Si aucun Metaru refusait de s'avouer, que continuer à refuser de travailler leurs faisaient perdre de l'argent alors ils étaient des fous ou vivaient dans une utopique clanique. Mettre de côté la haine, les émotions révoltantes et l'envie de faire tomber la nouvelle direction de l'Empire, ce n'était pas le problème pour lequel était ici l'errante. Elle se moquait des menaces en l'air, si un des guerriers présents ici souhaitait lui montrer la politesse à sa façon, Jun encaisserait ou se contenterait d'éviter les attaques. On lui avait donné un ordre de mission, et pour ses propres besoins elle devait rester intransigeante et droite dans ses bottes. Tous étaient des éventuels ennemis, pourtant Jun se contentait d'ouvrir les bras, de tendre une main en direction de Yamiko. Lui donner le choix au nom de son clan, la mettre dans la lumière car ce que la femme de métal ne comprendrait sans doute pas, c'est que même dans un camps opposé, Jun agissait pour son bien. Pas uniquement le sien, mais ici elle serait prêt à sacrifier la réussite immédiate pour propulser Yamiko vers le sommet.

-Ma camarade a raison sur un point, nous avons des ordres vous non. Alors on peut passer encore trois heures à se faire insulter, éventuellement l'un d'entre vous m'attaquerait moi ou ma collègue, comme mes clones et puis un incident diplomatique éclaterait. Et la rumeur se propagerait dans les rues de Kumo que les vilains soldats du Teikoku ont fait échoués des négociations, et chez nous qu'un clan par orgueil à refusé même d'entendre nos propositions. Attiser la haine marche un temps, mais il y a plus en jeu actuellement que des vendettas et des vengeances. Vous voulez la tête de la régente? Allez y, mais si personne n'a tenté pour le moment de le faire c'est que derrière des menaces il n'y a pas encore d'occasions réelles pour le faire alors plutôt que de divaguer parlons concrètement. Que souhaitez-vous en échange de la réouverture de la forge? Une présence uniquement Kumojin dans la raffinerie et ses alentours, des jours de congés supplémentaires? Des salaires revus à la hausse? Ou refusez-vous définitivement l'idée de parlementer pour le bien commun? C'est vrai, c'est facile de mon point de vue de dire ça, c'est facile de retourner sa veste et de trahir ses principes, et résister demande une force et oblige le respect mais l'économie d'un pays ne peut dépendre uniquement des valeurs d'un clan.


Elle croise les bras. Un nouveau silence, un regard tendre en direction de Yamiko. Tendre? Non mais comme avant, Jun avait changée, elle montrait patte blanche ne donnait aucune leçon de moral et complimentait presque ceux l'insultant. Servir de paillasson, elle pouvait continuer à le faire pendant un moment mais elles n'étaient pas ici pour s'excuser pour que ce que n'avait personnellement pas fait Jun.

-Je n'ai tué aucun Kumojin, je n'ai prit aucune vie d'un Metaru. Mais, mais si vous voulez du sang pour du sang, et si ma collègue obtient une promesse de rouvrir la forge. Prenez ma tête, celle d'une traître à Kumo ayant passé à l'annexant, prenez ma tête et passons à autre chose. Vengez-vous, et faire rentrer l'argent pour nourrir vos familles, vos enfants et les générations futurs celle qui décideront de changer l'histoire ou non.

Décide Yamiko.

Décide de notre futur.

_________________
Reforger la forge.[Mission B pv Goro Haruka] 15502810
Revenir en haut Aller en bas
http://www.ascentofshinobi.com/t5368-jun-joo-100 http://www.ascentofshinobi.com/u886

Reforger la forge.[Mission B pv Goro Haruka]

Page 1 sur 1

Ascent of Shinobi :: Territoires de la Foudre :: Kumo, village caché des Nuages :: Raffinerie fermée
Sauter vers: